Version classiqueVersion mobile

Économie et société de la fin de la Préhistoire : Actualité de la recherche

 | 
Alain Beeching
, 
Éric Thirault
, 
Joël Vital

Thème : économie et société à la fin de la préhistoire

Économie et société : quelques repères à propos du Néolithique

Alain Beeching

Texte intégral

1Les quelques propositions qui suivent ont pour but de présenter la thématique principale de ces 7e Rencontres de Bron. Issues de l'intervention introductive, elles ne peuvent prétendre couvrir à elles seules la totalité du vaste champ des questions relatives à l'économie dans ses rapports à la société, voire même seulement à la Préhistoire. On tentera uniquement et brièvement ici de montrer la complexité et la « profondeur de champ » de ce domaine d'interrogation, ainsi que les catégories d'arguments que peut solliciter la Préhistoire pour y répondre.

2Une précision préalable semble nécessaire. Il n'y avait pas, dans les arrière-pensées du choix de ce thème, de présupposé quant à la prééminence de l'économique sur toute autre dimension ou comportement des sociétés humaines du passé et du présent. On ne rentrera pas dans ce débat déjà ancien qui dépasse de beaucoup notre propos (Godelier 1974) bien qu'il s'invite parfois dans l'argumentation archéologique (Testait 1998 ; Cauvin 2000) ; ce qui montre d'ailleurs, s'il en était besoin, que la Préhistoire a bien toute sa place dans les interrogations anthropologiques les plus larges. Pour en rester à la seule frange de ce que ces Rencontres ont largement contribué à nommer Préhistoire récente (terme discutable, mais finalement moins ambigu que celui de Protohistoire quand il tente de reculer son emprise en deçà des premières traces écrites), nos prédécesseurs et nos aînés nous ont appris depuis déjà longtemps que les seules innovations techniques (lithique poli, céramique, métal...) et économiques (production alimentaire et matérielle, diffusion...) ne suffisent pas pour fonder une chronologie et une classification même sommaires des étapes de l'humanité du passé. Des comportements plus globaux, de dimension sociale, étaient déjà relevés : sédentarisation, domestication, complexification sociale, révolution des symboles..., le champ de l’idéel étant rejoint par un autre biais que les modes de traitement de la mort, mais toujours à partir d'une documentation matérielle. Les vraies limites de l'enquête archéologique sont d'ailleurs là. Sur la base - longtemps exclusive et probablement encore dominante - d'une lecture matérialiste des faits, héritée de Childe (Childe 1953) et privilégiant la stratégie alimentaire, puis les dynamismes techniques, les contraintes démographiques ou environnementales, ou sur celle que l'on dit idéaliste et qui trouve les ressorts du changement dans le psychisme même de l'Homme (Cauvin 1994), les arguments archéologiques restent en dernier ressort du domaine de l'objet ou de la trace, c'est-à-dire des impacts sur le monde physique. On peut argumenter sur ce que l'on trouve ou observe, plus difficilement sur ce que l'on ne voit pas. Au-delà, il faut élaborer des modèles cohérents et solliciter le regard croisé des autres sciences sociales.

3Tentons une définition : l'économie serait le champ des relations humaines visant à maîtriser et organiser l'accès aux ressources naturelles. Fondée sur l'inégalité de la répartition spatiale des trois

1. DÉFINITIONS ET SUBDIVISIONS D'USAGE

4règnes de la nature, elle concerne d'abord les rapports directs que l'homme entretient avec la matière pour en faire son profit et la faire concourir à sa survie et à son existence biologique, par des procès d'acquisition et de transformation, touchant donc par là à toute la sphère du technique. L'économie concerne aussi l'ensemble des relations d'homme à homme pour assurer et améliorer cette acquisition ou cette transformation, englobant ainsi toute la sphère du travail. Toujours au titre des relations entre hommes, l'économie touche à la fonction de redistribution, c'est-à-dire les circulations, transports, échanges, commerces... Au-delà enfin, il peut s'agir du regard que l'homme porte sur lui-même dans la possession ou le contrôle des biens matériels, c'est-à-dire la représentation sociale du statut qu'il en tire.

5Alain Testart le dit plus directement : « Nous qualifions d'économiques tous les rapports sociaux qui impliquent une certaine matérialité, c'est-à-dire qui mettent en œuvre des biens utiles à l'homme » (Testart 2005), posant d'emblée l'évidence du lien entre l'économique et le social.

6Il est donc difficile d'aborder cette question de l'économie, au champ d'application considérable, sans passer par un découpage formaliste. Dans un but opératoire, et tout en sachant qu'elles sont liées dans le processus social, nous retiendrons les trois grandes subdivisions théoriques habituelles :

  • l'économie de subsistance, qui concerne les comportements liés aux activités vivrières, la production alimentaire végétale et animale. On peut préférer « économie de production alimentaire », évitant la connotation de survie et laissant place à de multiples motivations sociales plus complexes. Les implications agro-et zootechniques de cette économie, le plus souvent avancées et discutées par les « archéo-naturalistes », occupent souvent l'essentiel du débat ; les liaisons sociales supposées, quand elles sont examinées, étant renvoyées à des effets plus volontiers qu'à des causes dans ces comportements ;

  • l'économie de production matérielle, qui concerne les activités d'acquisition et de transformation de la matière. C'est un domaine classique de la Préhistoire francophone, dont les discussions se sont longtemps auto-alimentées en vase clos, à l'abri des analyses sociales, avant que la pratique de l'enquête ethnoarchéologique n'apporte cette dimension depuis quelques décennies. Les cas d'études actuelles de productions céramiques (Longacre 1991 ; Gallay et al. 1998), plus rarement lithiques (Roux 1985 ; Pétrequin, Pétrequin 1993), dans une optique – notamment – de compréhension de celles du passé, sont nombreux. Par ce biais et sous cette influence se posent maintenant, en plus des questions technologiques traditionnelles, de nouvelles interrogations autrefois largement éludées : qui produisait, dans quel cadre social, pourquoi ou pour qui, avec quels effets incidents ;

  • l'économie d'échange, qui s'attache à la redistribution évoquée en définition. C'est sans doute le domaine où les préhistoriens ont, dans les temps récents, le plus volontiers pris en compte l'importance du social dans les motivations des comportements. Partant, c'est celui où le recours à l'Anthropologie sociale est le plus sollicité.

2. REPÈRES ANTHROPOLOGIQUES : LES BIENS MATÉRIELS

  • 1 Nous nous sommes restrictivement référés pour notre part aux textes de K. Marx, H.S. Maine, L.H. Mo (...)

7Il ne peut s'agir ici que d'évocations ou de rappels généraux renvoyant à l'abondante littérature spécialisée traitant de l'Anthropologie économique1. Nous ne sommes bien sûr pas fondés à entrer ici dans le détail de débats internes à cette branche ; les principes mis en exergue ne le sont que pour alimenter les débats propres à la Préhistoire.

8Au sens strict, l'Anthropologie économique est apparue assez tardivement, dans la troisième décennie du xxe siècle, sous l'impulsion de divers auteurs dont Malinowski et Mauss, eux-mêmes influencés par la nouvelle science économique (définie par David Ricardo au xixe siècle et Adam Smith au tout début du xxe). Des liaisons sont établies entre les systèmes de production, d'utilisation et de circulation des biens matériels et les comportements « exotiques » décrits par les ethnologues.

9B. Malinowski consacre la plus grande partie de son étude Les Argonautes du Pacifique occidental aux rapports économiques et aux formes d'échange des populations des îles Trobriand, près de la Nouvelle-Guinée (Malinowski 1963). Il y fait de l'économie la base du système social. Marcel Mauss réfute, au contraire, cette prééminence et lie l'économique aux autres manifestations avec lesquelles il forme un système complet (concept de « fait social total » : Mauss 1923).

10Les querelles entre formalistes et substantivistes à partir des années cinquante vont prolonger et déplacer ce débat sur le primat structurel de l'économique, mais c'est l'Anthropologie marxiste qui va bientôt polariser ce sujet, notamment par sa réflexion de fond sur les « modes de production ». À partir des années soixante-dix, elle passe (C. Meillassoux, E. Terray, P. Bonte..., mais surtout M. Godelier) d'une Anthropologie matérialiste et historique classique, où l'économie tient bon rang, à une théorie de l'« extra-économique », retirant de fait à celle-ci le rôle central et même une simple autonomie, pour réhabiliter la parenté, le domestique, le politique, l'idéologique... mais la question se pose toujours de savoir pourquoi et comment « les fonctions économiques changent de lieu et de forme au cours de l'histoire » (Godelier, in Bonte, Izard 2004, p. 219-220) et en quoi elles entraînent ou accompagnent des changements dans l'évolution des sociétés. En résumé, pourquoi « les formes de circulation des biens sont subordonnées aux rapports sociaux qui règlent le procès de production » (ibid.).

11Plus récemment, A. Testart consacre à l'économie la première partie de son ouvrage Éléments de classification des sociétés (Testart 2005). Il revient sur les analyses des pionniers de l'Anthropologie économique (Malinowski et Mauss), et notamment sur les systèmes d'échanges cérémoniels (comme la kula des Trobriandais). Pour ces auteurs, la richesse qui en découle est rigoureusement non utilitaire puisqu'elle n'assure que le prestige à ceux qui la possèdent. PourTestart, ce n'est pas exact, puisque cette richesse sert au paiement d'obligations sociales imposées par le droit ou la coutume (par exemple l'achat de la fiancée qui est bien l'achat - parfois lourd - d'un droit et non celui d'une personne). A. Testart en fait un principe de base : en société primitive, l'essentiel des mouvements économiques ne concerne pas l'échange de biens matériels (même indirectement) ou le paiement de services, mais l'acquittement d'obligations sociales. En Mélanésie, et plus largement en Océanie, le rachat de l'épouse, le prix du sang, les amendes pour adultère, inceste, rupture de tabous par exemple, provoquent le transfert de porcs, de coquillages, de haches polies et de divers autres objets « de luxe ». Les obligations sociales seraient donc la principale cause de la création et de la diffusion des richesses, pour assurer non pas la subsistance, mais la simple existence sociale des individus. Le mouvement des biens matériels (par exemple des objets, mais aussi des récoltes ou des animaux) est une conséquence secondaire et non un but premier. Autre conséquence concernant la notion de bien de prestige que l'on sollicite maintenant beaucoup dans notre discipline : c'est parce que ces biens sont indispensables (à différents niveaux) et inégalement répartis dans le groupe social qu'ils sont convoités et qu'il y a du prestige à les détenir.

3. RETOUR À LA PRÉHISTOIRE : QUESTIONS DE TERRE ET DE TERRITOIRE EXPLOITÉS ?

12On ne reprendra pas le discours fondamental et toujours nécessaire sur les limites de l'archéologie dans le concert des sciences sociales (Gallay 1986 ; Stockowski 1991 ; Boissinot 1998). « Il est clair que des entités qui sont des données en ethnologie ou en sociologie ne peuvent faire l'objet que de présomptions lorsqu'on ne dispose que des seules méthodes de l'archéologie. À ce titre, elles ne permettent pas d'asseoir de nouvelles présomptions » (Boissinot, op. cit., p. 24). On ne doit pas pour autant minimiser ou inférioriser ce qui relève de notre discipline. Certes, les idées s'y traduisent plus souvent en archétypes sommaires qu'en systèmes explicatifs complexes et reproductibles, mais l'évolution progressive de ces visions globalisantes est en soi notre objet d'étude ; leur destinée est d'être toujours imparfaites, amendées, complétées par des informations ou des propositions nouvelles. Ainsi, l'analyse des comportements observés en Préhistoire récente occidentale peut s'enrichir des constats anthropologiques évoqués plus haut en postulant par exemple, pour les déplacements d'objets, de styles, de techniques... et les irrégularités de leur distribution, d'autres mobiles que les déplacements collectifs, les conquêtes pionnières, les acculturations, les hiérarchies verticales... les plus souvent invoquées.

13Autre exemple : il y a, en dehors de cette question lancinante des variations morphologiques et des déplacements d'objets, un autre point important dans le débat préhistorien, que les analyses anthropologiques et historiques mettent bien en lumière : celui de la relation à la terre pour les activités économiques de subsistance. Comme le signale encore A. Testart (Testart 2005), l'appropriation de la terre comme bien foncier est seulement une des éventualités possibles. On en fait volontiers, au moins implicitement, un des tropismes de l'Homme du passé. Aussi loin que les textes historiques le rapportent, en tout cas depuis le droit romain, il s'agit certes de la situation de base en Occident... et sans doute la raison de notre attachement spontané à cette configuration dans les hypothèses sur la Préhistoire. Mais il peut exister, comme en Afrique hors de l'emprise de l'Islam et de la colonisation, un droit de propriété couvrant le seul produit du travail investi sur une parcelle de terre sans que celle-ci puisse s'approprier, se transmettre, en dehors de ce travail. Ce second modèle serait de loin le plus fréquent en société primitive (ibid.). Les effets de la confrontation d'une divergence de conception à ce sujet sont évidents : on connaît aujourd'hui en Corse des litiges de propriété entre communes de montagne et propriétaires de la plaine qui sont les descendants sédentarisés d'anciens pasteurs mobiles qui s'étaient appropriés le droit sur le sol par leurs seuls parcours.

14Cette question rejoint un débat qui nous est propre. L'archéologie de nos périodes d'étude fait de la sédentarisation un seuil emblématique ; mais la projection concrète de ce concept est souvent malaisée, la durée des cycles de stabilité-déplacement des groupes humains étudiés étant très variable selon, justement, les types d'économie de subsistance, les ressources du sol, les contraintes climatiques et les rythmes sociaux.

15Les explications dynamiques et implicitement colonisatrices qui ont la faveur des principaux auteurs pour expliquer la propagation du Néolithique en Europe occidentale s'appuient sur deux postulats forts :

  • la nature expansive du premier Néolithique, fondée sur un besoin social d'essaimage des groupes humains ;

  • corrélativement, le besoin de nouveaux sols agricoles.

16Ce schéma, qui conduit à l'utilisation de concepts comme ceux de « front pionnier » ou de « néolithisation pionnière », caractérise, de fait, le « modèle danubien » (Lichardus-Itten et al. 1985, III-3 ; Demoule 1990, p. 74 ; Demoule 2007, p. 18, 43-44). Il est sous-jacent aussi dans le modèle proposé par A. Gallay pour la néolithisation des Alpes et, en amont, de l'Italie septentrionale et de la France méridionale (Gallay 1989). Sans les discuter ici, on remarquera que ces concepts sont fondés sur l'idée d'une appropriation progressive des sols à des fins agraires. Ce qui est probable dans l'aire danubienne ne l'est peut-être pas aussi sûrement ailleurs. Si la revalorisation du système pastoral des caprinés, d'une part (cf. infra), et la modestie des premières installations villageoises, d'autre part, sont prises en compte, on est fondé à envisager, pour les zones géographiques méridionales et alpines, un autre modèle – non-danubien – de contrôle économique et social des parcours et des territoires.

17Plusieurs catégories interprétatives sont ici en jeu. D'abord, concrètement, celle de la définition des modes de relation au sol ; ensuite, celle de la formalisation de modèles explicatifs progressivement plus complexes à mesure que l'on « monte » vers des énoncés plus globaux sur les mécanismes des « changements culturels » (au sens des préhistoriens) dans l'Europe occidentale des derniers millénaires précédant l'Histoire.

18– Au premier niveau doivent se placer les débats sur les bases structurelles de la relation au milieu et à l'économie de subsistance : rapport au monde physique, aux ressources minérales, végétales et animales, à la forêt, à la montagne, à la mer..., mais aussi importance relative de l'agriculture et de l'élevage, place de la prédation, etc. On a découvert, par exemple, les variations des cycles de présence/absence, emprise/déprise, dynamismes démographiques et culturels, évolution des techniques, des options d'abattage... que permettent de saisir sur près d'un millénaire et demi (4000-2500 BC cal.) des programmes de recherche complets comme ceux des lacs jurassiens (Pétrequin 1997 ; Pétrequin et al. 1999, 2002, 2005). Dans un autre domaine, on commence à bien situer la problématique zootechnique et culturelle de l'élevage des caprinés dans le Néolithique méridional, le phénomène grotte-bergerie au Chasséen, mais aussi à l'Âge du Bronze, les hypothèses qui en découlent sur la gestion des troupeaux, ainsi que sur la mobilité des groupes humains concernés... (Brochier 1996 ; Brochier et al. 1999 ; Brochier, Beeching 2006 ; Helmer et al. 2005).

19– Ces faits et bien d'autres de même type sont, à des degrés de démonstration variables, du ressort strict de l'enquête archéologique qui, dans ce cas, progresse par multiplication cohérente et regroupement raisonné des données du terrain. Mais, à un niveau d'intégration et d'explication supérieur de ces données, se mêlent des hypothèses « culturelles » fondées sur des scénarios anthropologiques. Les postulats globalisants dont il était question plus haut, qui ont longtemps tenté de pallier nos faiblesses démonstratives en prenant rang de paradigmes (impact univoque de la néolithisation, économie agro-pastorale équilibrée, sédentarisation, entités culturelles, contacts, échanges...), sont peu à peu attaqués et remplacés par des « systèmes explicatifs » (plus que par des affirmations) issus du double éclairage archéologique et anthropologique... le premier étant lui-même, comme l'on sait, composé de multiples apports spécialisés.

20On ne doit pas « porter » les limites de l'archéologie préhistorique comme une chute originelle. Ses progrès techniques et l'enrichissement de ses questionnements jalonnent son histoire ; et si nous restons et resterons pour toujours très balbutiants, nous posons des questions qui ne peuvent être posées autrement par d'autres... Si, au bout du compte, il y a plusieurs réponses « indécidables » et si nous devons, pour en formuler certaines, emprunter à d'autres disciplines les mots et les concepts, ce n'est pas un signe de faiblesse mais de richesse. L'enquête préhistorique ne s'arrête pas aux limites de l'archéologie.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Boissinot P. 1998. Que faire de l'identité avec les seules méthodes de l'archéologie ? In D'Anna A., Binder D. (dir.). Production et identité culturelle : actualité de la recherche : actes de la deuxième session, Arles (Bouches-du-Rhône), 8-9 novembre 1996. Antibes : Éd. de l’APDCA, p. 17-25.

Bonte P. 1974. Études sur les sociétés de pasteurs nomades. II, Organisation économique et sociale des pasteurs d'Afrique orientale. Paris : Centre d'études et de recherches marxistes. 95 p. (Les Cahiers du CERM ; 110).

Bonte P. 1975. L'organisation économique des Touaregs Kel Gress. In Creswell R. (ed.). Éléments d'ethnologie. I, Huit terrains. Paris : A. Colin, p. 166-215.

Bonte P., Izard M. (dir.) 2004. Dictionnaire de l’ethnologie et de l'anthropologie. 3e éd. [1re éd. : 1991]. Paris : PUF. XII-842 p. (Quadrige).

Brochier J.-E. 1996. Feuilles ou fumiers ? Observations sur le rôle des poussières sphérolitiques dans l'interprétation des dépôts archéologiques holocènes. Anthropozoologica 24, p. 19-30.

Brochier J.L., Beeching A. 2006. Grottes bergeries, pastoralisme et mobilité dans les Alpes au Néolithique. In Jourdain-Annequin C., Duclos J.-Cl. (dir.). Aux origines de la transhumance : les Alpes et la vie pastorale d'hier à aujourd'hui. Paris : Picard, p. 131-157.

Brochier J.L., Beeching A., Sidi Maamar H., Vital J. 1999. Les grottes bergeries des Préalpes et le pastoralisme alpin durant la fin de la Préhistoire. In Beeching A. (dir.). Circulations et identités cuturelles alpines à la fin de la Préhistoire : matériaux pour une étude (Programme collectif CIRCALP - 1997/1998). Valence : Centre d'archéologie préhistorique de Valence, p. 77-114. (Travaux du Centre d'archéologie préhistorique de Valence ; 2).

Cauvin J. 1994. Naissance des divinités, naissance de l’agriculture : la révolution des symboles au Néolithique. Paris : CNRS éd. 304 p.-[8] p. de pl. (Empreintes de l'homme).

Cauvin J. 2000. Symboles et sociétés au Néolithique. En guise de réponse à Alain Testait. Nouvelles de l'archéologie 79, p. 49-53.

Childe V.G. 1953. L’Orient préhistorique. Nouv. éd. entièrement refondue. Paris : Payot. 322 p.-XXXII p. de pl. (Bibliothèque historique).

Demoule J.-P. 1990. La France de la Préhistoire : mille millénaires, des premiers hommes à la conquête romaine. Paris : Nathan. 193 p.

Demoule J.-P. (dir.) 2007. La révolution néolithique en France. Paris : La Découverte. 179 p. (Archéologies de la France).

Gallay A. 1986. L'archéologie demain. Paris : Belfond. 319 p. (Belfond/Sciences).

Gallay A. 1989. La place des Alpes dans la néolithisation de l'Europe. In Aurenche O., Cauvin J. (dir.). Néolithisations : Proche-et Moyen-Orient Méditerranée orientale, Nord de l'Afrique, Europe méridionale, Chine, Amérique du Sud. Oxford : BAR, p. 227-254. (Archaeological Series ; 5. BAR. International Series ; 516).

Gallay A., Huysecom E., Mayor A. 1998. Peuples et céramiques du delta intérieur du Niger (Mali) : un bilan de cinq années de missions (1988-1993). Mainz am Rhein : Ph. von Zabern. VIII-133 p-[34] p. de pl. (Terra Archaeologica ; 3).

Godelier M. (ed.) 1970. Sur les sociétés précapitalistes : textes choisis de Marx, Engels, Lénine. Paris : Éd. sociales. 414 p.

Godelier M. 1973. Horizon, trajets marxistes en anthropologie. Nouv. éd. Paris : Fr. Maspéro. 2 vol. (Petite collection Maspéro ; 190, 191).

Godelier M. (ed.) 1974. Un domaine contesté, l’anthropologie économique. Paris ; La Haye : Mouton ; Paris : École pratique des hautes études, 6e section. XV-374 p. (Textes de sciences sociales ; 5).

Godelier M. 1982. La production des grands hommes : pouvoir et domination masculine chez les Baruya de Nouvelle-Guinée. Paris : Fayard. 370 p.-[12] p. de pl. (L'Espace du politique ; 6).

Helmer D., Gourichon L., Sidi Maamar H., Vigne J.-D. 2005. L'élevage des caprinés néolithiques dans le Sud-Est de la France : saisonnalité des abattages, relations entre grottes-bergeries et sites de plein air. Anthropozoologica 40/1, p. 167-189.

Lemonnier P. 1990. Guerres et festins : paix, échanges et compétition dans les Highlands de Nouvelle-Guinée. Paris : Éd. de la Maison des Sciences de l'Homme. 189 p.-[8] p. de pl.

Lichardus J., Lichardus-Itten M. 1985. La Protohistoire de l'Europe : le Néolithique et le Chalcolithique entre la Méditerranée et la mer Baltique. Paris : PUF. 640 p. (Nouvelle Clio ; 1 bis).

Longacre W.A. (ed.) 1991. Ceramic Ethnoarchaeology. Tucson : University of Arizona Press. VIII-307 p.

Malinowski Br. 1963. Les Argonautes du Pacifique occidental. Paris : Gallimard. (L'Espèce humaine). [Trad. de : Argonauts of the western Pacific : an Account of native Enterprise and Adventure in the Archipelagoes of Melanisian New Guinea, 1922].

Mauss M. 1923. Essai sur le don : forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques, L'Année sociologique, 2e série. [Rééd. Paris : PUF, 2007. Quadrige].

Meillassoux C. 1964. L'anthropologie économique des Gouro de Côte-d'Ivoire : de l'économie de subsistance à l’agriculture commerciale. Paris : Mouton. 382 p.-[8] f. de pl. (Le Monde d'outre-mer passé et présent. 1re série, Études ; 27).

Pétrequin P. (dir.) 1986. Les sites littoraux néolithiques de Clairvaux-les-Lacs (Jura). I, Problématique générale : l'exemple de la station III. Paris : Éd. de la Maison des Sciences de l'Homme. 404 p. (Archéologie et culture matérielle ; 2).

Pétrequin P. (dir.) 1997. Les sites littoraux néolithiques de Clairvaux-les-Lacs et de Chalain (Jura). III, Chalain station 3, 3200-2900 av. J.-C. Paris : Éd. de la Maison des Sciences de l'Homme. 2 vol. (Archéologie et culture matérielle).

Pétrequin P., Viellet A., Illert N. 1999. Le Néolithique au nord-ouest des Alpes : rythmes lents de l'habitat, rythmes rapides des techniques et des styles ? In Braemer F., Cleuziou S., Coudart A. (eds). Habitat et société actes des xixe Rencontres internationales d'archéologie et d'histoire d'Antibes, 22, 23, 24 octobre 1998. Antibes : APDCA, p. 297-323.

Pétrequin P., Arbogast R.-M., Bourquin-Mignot C, Duplaix A., Martineau R., Pétrequin A.-M., Viellet A. 2002. Le mythe de la stabilité : déséquilibres et réajustements d'une communauté agricole néolithique dans le Jura français, du xxxiie au xxxe siècle av. J.-C. In Richard H., Vignot A. (dir.). Équilibres et ruptures dans les écosystèmes depuis 20 000 ans en Europe de l'Ouest : actes du colloque international de Besançon, 18-22 septembre 2000. Besançon : Presses universitaires franc-comtoises, p. 175-190. (Annales littéraires de l'Université de Besançon ; 730. Environnement, sociétés et archéologie ; 3).

Pétrequin P., Magny M., Bailly M. 2005. Habitat lacustre, densité de population et climat. L'exemple du Jura français. In Della Casa P., Trachsel M. (dir.). Wes'04. Wetland Economies and Societies: Proceedings of the International Conference, Zurich, 10-13 March 2004. Zurich : Schweizerisches Landesmuseum Zurich/Chronos Verlag, p. 143-168. (Collectio Archaeologica ; 3).

Pétrequin P., Pétrequin A.-M. 1993. Écologie d'un outil : la hache de pierre en Irian Jaya (Indonésie). Paris : CNRS éd. 461 p. (Monographie du CRA ; 12).

Roux V. 1985. Le matériel de broyage : étude ethnoarchéologique à Tichitt (Mauritanie). Paris : Recherches sur les civilisations. III p. (Mémoire ; 58).

Sahlins M. 1976. Âge de pierre, âge d'abondance : l'économie des sociétés primitives. Paris : Gallimard. 409 p. (Bibliothèque des sciences humaines).

Stockowski W. 1991. L'archéologie : démarches savantes et conceptions naïves. Nouvelles de l'archéologie 44, p. 5-6.

Testart A. 1986. Le communisme primitif. I, Économie et idéologie. Paris : Éd. de la Maison des Sciences de l'Homme. 548 p.

Testart A. 1998. Révolution, révélation ou évolution sociale. À propos du livre de Jacques Cauvin : Naissance des divinités, naissance de l’agriculture... Nouvelles de l'archéologie 72, p. 25-29.

Testart A. 2005. Éléments de classification des sociétés. Paris : Errance. 156 p.

Testart A. 2007. Enjeux et difficultés d'une archéologie sociale du funéraire. In Baray L., Brun P., Testart A. (dir.). Pratiques funéraires et sociétés : nouvelles approches en archéologie et en anthropologie sociale : actes du colloque interdisciplinaire de Sens, 12-14 juin 2003. Dijon : Éditions universitaires de Dijon, p. 9-13. (Art, archéologie & patrimoine).

Notes

1 Nous nous sommes restrictivement référés pour notre part aux textes de K. Marx, H.S. Maine, L.H. Morgan, K. Bücher, B. Malinowski, R. Burling, E.E. Leclair, K. Polanyi, G. Dalton, D. Kaplan, M. Salhins, E. Wolf, M. Godelier, réunis par ce dernier (Godelier 1974), ainsi qu'à d'autres textes de certains de ces auteurs : Malinowski 1963 ; Sahlins 1976 ; Godelier 1970, 1973, 1982 ; mais aussi Mauss 1923 ; Meillassoux 1964 ; Lemonnier 1990 ; Testart 1986, 2005 ; Bonte 1974, 1975.

© Alpara, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search