Version classiqueVersion mobile

Économie et société de la fin de la Préhistoire : Actualité de la recherche

 | 
Alain Beeching
, 
Éric Thirault
, 
Joël Vital

Avant-Propos

A. Beeching, É. Thirault et J. Vital

Texte intégral

1Le présent ouvrage constitue la publication des Actes des septièmes Rencontres méridionales de Préhistoire récente qui se sont tenues à Bron les 3 et 4 novembre 2006. Lors de la session de Périgueux en 2004, une dissension était apparue entre les organisateurs réunis dans l'association éponyme quant au ciblage et à la conduite de ces manifestations. À l'issue de ces sixièmes Rencontres, aucune programmation n'avait pu être établie pour la suite et la survie même de ces réunions semblait compromise, malgré un succès constant auprès de la communauté des préhistoriens. Après un an d'attente, l'initiative a donc été prise par les présents signataires d'organiser derechef les Rencontres en Rhône-Alpes, douze ans après les premières du genre organisées à Valence. La région s'imposait compte tenu de l'ancrage géographique des organisateurs, bien que toutes les régions « méridionales » (définition certes subjective, mais constituée en creux par rapport aux colloques Internéo du « Nord » de la France) n'aient pas été couvertes par ces Rencontres.

2Il nous apparut vite que, à un an de l'échéance, la tâche était ardue et le bricolage inévitable. En particulier, il était trop tard pour obtenir des financements adéquats. Un appel fut donc lancé en direction des institutions et partenaires de l'archéologie rhône-alpine afin de constituer un comité d'organisation le plus large possible. Ainsi le Centre d'Archéologie Préhistorique du Rhône aux Alpes (Valence) fut-il le support technique et financier de l'opération. Le Service Régional de l'Archéologie Rhône-Alpes apporta un soutien logistique appréciable, grâce à la compréhension d'Anne Le Bot-Helly, Conservatrice régionale, et à l'aide efficace de Geneviève Martin. L'Université Lumière-Lyon 2 fournit une subvention, les locaux et les moyens techniques afférents (salle de conférence, cafétéria, techniciens) et assura la reprographie des pré-actes. A contrario, l’Inrap Rhône-Alpes-Auvergne ne donna pas suite à nos demandes réitérées ; déception compensée par des engagements individuels dans le Comité d'organisation.

3In fine et comme toujours, il faut souligner que la bonne tenue des deux journées dut beaucoup à l'implication individuelle des personnes, en particulier de Geneviève Martin et Laure Devillard (Service Régional de l'Archéologie Rhône-Alpes), de Frédéric Cordier (Inrap Rhône-Alpes-Auvergne), d'étudiants de l'Université Lyon 2 (notamment Laetitia Brelet et Sylvie Kennel) ainsi que de divers collaborateurs pour qui la notion de bénévolat n'est pas encore galvaudée. À toutes et tous, un grand merci. Comme de coutume, les Rencontres ont été riches d'échanges et de propositions, avec une journée thématique intitulée « Économie et société à la fin de la Préhistoire » et une journée consacrée à l'actualité des travaux. Pour cette dernière, on regrettera que la région Rhône-Alpes, pourtant prolixe en découvertes grâce, entre autres, à l'archéologie préventive, n'ait pas été mieux représentée, manquant ainsi l'occasion de dresser un bilan des pratiques actuelles et de ses résultats.

4Un point fort et symbolique de ces Rencontres a été leur refonte dans la région même de leur lancement, l'abandon de la direction cooptée qui en avait assuré le bon fonctionnement jusqu'ici et le passage à l'élection d'un Comité d'administration de six membres. Celui-ci, élu au soir du premier jour, a été chargé de ranimer l'association éponyme et d'en faire l'instrument garant de la pérennité de cette manifestation. Avec la tenue des huitièmes Rencontres à Marseille (7 et 8 novembre 2008), on peut considérer que le relais a été transmis avec efficacité et que l'avenir des Rencontres méridionales est assuré.

5La question récurrente se posera à nouveau bientôt : la partition en colloques du Nord et du Sud pour la couverture des périodes de la fin de la Préhistoire est une exception française, une de plus. Devant des faits de marginalisation ou de vassalisation des recherches méridionales lors de visions « nationales » sélectives, l'attitude peut être double : continuer à cultiver les particularismes pour en assurer la continuité ou les fusionner dans des événements à plus large impact qui contribueraient au désenclavement... Comme cela a déjà été écrit voici douze ans, il y a place pour les deux niveaux. Au Sud, où les supports sont rares, les Actes des Rencontres représentent dorénavant l'organe de publication principal et la pérennité de ce niveau d'expression est indispensable. Les colloques thématiques nationaux et internationaux complètent bien le tableau par ailleurs. Il faut donc imaginer un nouveau niveau respectant l'équilibre des besoins et des implications.

6L'organisation matérielle du colloque a reposé sur la participation active de Geneviève Martin (SRA), l'aide financière de l'Université Lumière-Lyon 2, ainsi que sur l'aide bénévole de personnels de la Culture et d'étudiants de l'Université. Faute d'autres solutions prévues en amont, la publication des Actes a dû être mise en œuvre avec les moyens du bord. Après la collecte des manuscrits, un Comité de relecture a assuré la bonne tenue de l'ouvrage. La publication des Actes a pu se faire grâce à l'aide financière du Ministère de la culture et de la communication et à l’engagement du Service des Publications de la Maison de l'Orient et de la Méditerranée-Jean Pouilloux de Lyon. Que toutes les personnes impliquées dans ces différentes étapes soient remerciées ici.

7Novembre 2008

© Alpara, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search