Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vaise, un quartier de Lyon antique

 | 
Éric Delaval
, 
Catherine Bellon
, 
Jacqueline Chastel
, 
et al.

Les fouilles

Le corpus

Préambule méthodologique

Éric Delaval et Jean-Paul Lascoux

Texte intégral

1Le but du présent corpus est de recenser toutes les découvertes gallo-romaines effectuées sur Vaise et ses abords jusqu’à l’année 1992. Certaines d’entre elles sont exploitées dans cet ouvrage (cf. supra, et infra, les synthèses sur les nécropoles et la topographie de Vaise), mais l’ensemble est également destiné à fournir un outil bibliographique aisément consultable par les archéologues et les épigraphistes qui seront amenés à travailler sur ce quartier (fig. 8).

2La détermination du cadre des découvertes s’est avérée délicate, car les limites actuelles de Vaise ou, plus largement, du 9ème arrondissement, ne recouvrent évidemment pas la réalité de la topographie antique.

3Ainsi, en ce qui concerne les découvertes faites sur la rive droite de la Saône, en aval du bourg, n’ont été consignées que celles relevant strictement de Vaise, c’est à dire situées entre le bourg actuel et le rocher de Pierre-Scize où passait le rempart de la ville médiévale (cf. infra : La rive droite de la Saône). De nombreuses trouvailles de blocs funéraires ont été effectuées anciennement jusqu’à l’église Saint-Paul, en aval, mais leur présentation nous conduirait trop loin et il s’agit de vestiges déplacés.

  • 1 Notre gratitude est acquise aux différents responsables de fouilles qui ont autorisé l’évocation de (...)

4A l’inverse, il a semblé intéressant d’intégrer le vallon de Gorge de Loup (cf. infra : Le vallon de Gorge de Loup), pourtant hors de Vaise, dans la mesure où de nombreuses fouilles récentes, et pour la plupart inédites, attestent une évidente continuité du tissu funéraire depuis la nécropole de Trion jusqu’à la plaine de Vaise1.

5Enfin, les quelques découvertes réalisées à Loyasse n’appartiennent pas davantage à Vaise, mais l’avancée de cet éperon à l’intérieur de Vaise, et l’hypothèse formulée par A. Audin du passage de la voie de l’Océan à cet emplacement, justifient leur présentation ici (cf. infra : L’éperon de Loyasse).

6Les découvertes sont présentées du sud vers le nord de Trion jusqu’à Saint-Pierre de Vaise : vallon de Gorge de Loup, plaine de Vaise, puis du nord vers le sud pour la rive droite de la Saône, depuis l’église Saint-Pierre-de-Vaise et le bourg actuel. Le corpus s’achève sur les découvertes de l’éperon de Loyasse.

7Les cinq volumes de A. Allmer et P. Dissard, Inscriptions Antiques, Lyon, 1888-1893, constituent la référence bibliographique principale pour les trouvailles antérieures à la fin du XIXe s. dans la mesure où ils consignent la plupart d’entre elles (abrégés en A.D.). La bibliographie originelle n’est pas présentée ici afin d’alléger le texte. L’appel à une autre référence bibliographique, essentiellement Comarmond, intervient lorsque la découverte n’est pas consignée dans les ouvrages d’Allmer et Dissard. La référence au Corpus des Inscriptions Latines (C.I.L.) est bien entendu jointe.

8La bibliographie des vestiges postérieurs au XIXe s. (essentiellement après les années 1950), particulièrement abondante, est fournie avec la description de ceux-ci. Plusieurs inscriptions sont étudiées dans le volume des Inscriptions Latines des trois Gaules (abrégé en ILTG) réalisé par P. Wuilleumier (Wuilleumier 1963).

8 - Carte archéologique avec la localisation des découvertes

VALLON DE GORGE DE LOUP (DE TRION À LA PLAINE DE VAISE)

9notice n° 1
1970.
Bas-de-Loyasse. Important dépotoir d’amphores d’époque flavienne.
J. Lasfargues, Rapport de fouilles déposé au service régional de l’archéologie, Lyon, 1970.
B. Dangréaux et A. Desbat, Les amphores du dépotoir flavien du Bas-de-Loyasse à Lyon, Gallia, 45, 1987-1988, pp. 115- 153.

10n° 2
1958.
52 av. B. Buyer (Propriété Canque). Deux blocs et autel funéraire d’Aufidia Antiochis.
Dernier quart du 1er s. ap. J.-C.
Gallia, Informations, 16, 2, 1958, pp. 358-359.
ILTG, n° 247
M. et Y. Burnand, L’autel funéraire d’Aufidia Antiochis à Lyon, Gallia, 34, 1976, 2, pp. 293-310.
A. Audin et Y. Burnand, Revue des Etudes Anciennes, 1959, p. 323.

11n° 3
1974.
101-107, rue P. Audry. Immeuble “l’Aquilon”. Vestiges de part et d’autre d’une tranchée de construction. Habitat et drains à l’est, inhumation à l’ouest et drain (moderne ?) des deux côtés.

12Secteur est
Carrefour de deux drains ou aqueducs souterrains en briques (fond, couverture et piédroits), d’orientation respectives est-ouest et sud-nord. Le canal est-ouest est large de 0,25 m et haut de 0,35 m (longueur dégagée : 3,55 m). Il est recouvert d’une chape de béton de tuileau. Un matériel domestique abondant a été recueilli à l’intérieur, notamment des objets en os.
Au sud, en contre-haut, il existe un sol de béton qui repose sur des céramiques et dans lequel est pris un dé en calcaire. Il s’agit vraisemblablement d’un espace relevant d’une habitation privée. Au nord des deux drains, on note la présence d’un dépotoir domestique et du piédroit nord du drain repéré à l’ouest de la tranchée.

13Secteur ouest
A l’ouest de la tranchée, la fouille a mis au jour une inhumation est-ouest (tête à l’ouest) dans un coffrage composite de briques et de pierres de dimensions variées.
2,40 m plus au nord se trouve un canal en pente d’est en ouest, repéré des deux côtés de la tranchée (11 m de long à l’ouest). Ses piédroits sont maçonnés et larges de 1,23 m, tandis que le conduit mesure 1,15 m de largeur environ. Le fond est constitué d’un assemblage de dalles de granite. Il peut s’agir, à notre sens, d’un drainage postérieur à l’Antiquité construit avec des dalles de la voie qui empruntait le vallon (ces dalles sont actuellement remployées dans le mur de soutènement de la propriété). Des drainages récents sont signalés au 55, rue P. Audry en 1973 (notice 12). M. Lambert, Dossier déposé au service régional de l’archéologie, Lyon, 1974.

14n° 4
1959.
Couvercle du cippe d’Aufidia Antiochis (notice 2).
Gallia, Informations, XIX, 1961, 2, p. 440.

15n° 5
Avant 1959.
Entre la rue B. Buyer (n° 52) et la rue P. Audry. Sarcophage en plomb et pierres romaines provenant de tombeaux.
Croquis de J. Vercoustre dans Y. Burnand, L’épitaphe de la famille de Dafneianus à Lyon, Cahiers d’Histoire, VI, 1961, 1, fig. 1, p. 22.

16n° 6
1963.
83-85, rue P. Audry. Immeuble “Le Ganymède”. Cinq ( ?) tronçons de murs antiques et un collecteur est-ouest de 0,80 m de hauteur, repéré sur 16 m de longueur.
Plan inédit de A. Audin (1963) déposé au service archéologique municipal.

17n°7
1958.
Cippe en choin de la véliocasse Dafnolia et de son frère Vincentius sive Dafnius. Seconde moitié du Ille s. ap. J.-C.
P. Quoniam, in Gallia, XIX, 1961, 2, p. 440, n. 18.
P.-M. Duval, in Revue des Etudes Anciennes, 1961, pp. 394,426.
Y. Burnand, L’épitaphe de la famille de Dafneianus à Lyon, Cahiers d’Histoire, VI, 1961, 1, pp. 21-40.
Année Epigraphique, 1961, n° 68.
ILTG, n° 251.

18n° 8
1991.
54-54 bis, rue P. Audry. Immeuble de la Ville de Lyon (SACVL). Cinq sondages. Vestiges d’habitat ou d’enclos funéraire antique (Ile-IIIe s. ap. J.-C. ?) et de trois incinérations primaires en fosse. Traces d’un habitat médiéval.
P. Roussel, Rapport de fouilles déposé au service régional de l’archéologie, Lyon, 1991.

191992. 54-54 bis rue P. Audry. Immeuble de la Ville de Lyon (SACVL). Fouille de sauvetage programmée sur une superficie de 850 m2. Le site sépulcral a livré un total de quinze incinérations gallo-romaines, dont douze datées de la seconde moitié du 1er s. au début du IIe s. de notre ère. Ce sont des incinérations primaires en fosses (bustum) à l’exception de deux dépôts secondaires en urne et sous tegula. Elles sont accompagnées d’offrandes en céramique, verre, métal, os (tête d’épingle décorée), animales et en matières organiques (pignes de pin, dattes, noix, raisins etc.). Un aqueduc semi-enterré, avec captage de source, traverse le site d’est en ouest. Sa datation reste imprécise, le Ier ou le IIe siècle de notre ère. Un habitat du Haut Moyen Age fait suite à l’occupation gallo-romaine (notice rédigée à partir d’un texte remis par J.-L.Gisclon, responsable de l’opération).

20n° 9
1989.
77-79, rue P. Audry. Immeuble “la Contrescarpe”. Découverte d’une base de cippe en calcaire, avec loculus creusé dans le lit d’attente du bloc. Une amphore contenant une incinération secondaire est prise dans les fondations maçonnées. Il existe également deux fosses remplies de cendres et de fragments d’os brûlés, ainsi qu’une inhumation sous tuiles en bâtière. Petit drain estouest en galets à proximité.
L. Jacquin, Rapport de fouilles déposé au service régional de l’archéologie, Lyon, 1989.

211991. 77-79, rue P. Audry. Immeuble “la Contrescarpe”. Nécropole qui totalise un minimum de 70 sépultures du 1er au IVe s. ap. J.-C. Elle apparaît au 1er s. de notre ère sous la forme de 11 incinérations primaires en pleine terre.
A la fin du IIe s. et au IIIe s. ap. J.-C., elle se caractérise par de nombreux monuments funéraires :

  • 3 enclos maçonnés renfermant chacun une ou plusieurs incinérations ;

  • 12 blocs de calcaire (socles) alignés sur deux axes parallèles, avec loculus à incinération, recouverts primitivement de cippes inscrits dont trois seulement gisaient à proximité. Les épitaphes évoquent des sévirs augustaux et leurs proches. Les soubassements de ces socles contiennent parfois des incinérations (4 cas).

La plupart des sépultures à incinération secondaire (10 urnes et 11 fosses) sont regroupées autour de cette double rangée de tombes monumentales, ainsi que trois inhumations de jeunes enfants.
Trois inhumations d’adultes, dont une en bâtière, datent vraisemblablement du IVe s. ap. J.-C.
Au cours des V-VIe s. ap. J.-C., la nécropole est la proie des pilleurs : des stèles sont réutilisées comme sarcophages, ou débitées peut-être pour la fabrication de chaux (notice rédigée à partir d’un texte remis par J.-L.Gisclon, responsable de/’opération).

22n° 10
1975.
73, rue P. Audry. Immeuble “Les Anémones”. Vestiges d’habitat (bassin, sol en opus spicatum, base et fût de colonne)
M. Lambert, Dossier déposé au service régional de l’archéologie, Lyon, 1975.

23n° 11
1977.
73, rue P. Audry. Immeuble “les Anémones”. Découverte de deux inscriptions funéraires.
A. Desbat et B. Helly, Rapport de fouilles déposé au service régional de l’archéologie, Lyon, 1977.

24n° 12
1973.
55-65, rue P. Audry. Immeuble “les Jardins de la Sarra”. Vaste zone funéraire de 100 m de long sur 20 m de large. Deux drains et des dépotoirs domestiques.

25Zone funéraire
- Cinq enclos funéraires liés à des incinérations secondaires en urnes.
Les enclos, rectangulaires, mesurent 4 m χ 2 m et peuvent dépasser 8 m. Les murs sont surmontés de couvertines.
Il existe 5 incinérations secondaires. Parmi celles-ci, deux urnes s’alignent le long du mur oriental du plus grand enclos. L’une, munie de son couvercle est en céramique commune sombre, l’autre est une amphorette réutilisée. Une troisième est placée le long d’un mur isolé. La quatrième urne provient de l’enclos le plus soigné et le plus complet. Il s’agit d’une urne en marbre avec une scène de venatio qui contient une ampoule de verre bleu. Une cinquième urne est une amphore réutilisée.
- Un ustrinum avec une incinération secondaire en urne. L’ustrinum maçonné est garni de cendres et truffé d’éléments métalliques et de coupes de verre (plus de 30 vases).
L’urne cinéraire se situe à l’extrémité sud, et est constituée d’un vase à médaillon d’applique et anses croisées renfermant des cendres.
- Une vingtaine d’inhumations avec des traces de cercueils, sans mobilier, se superposent à un niveau d’incinérations.
- Deux sarcophages, dans la partie sud, occupent un enclos antérieur à deux cases, plusieurs fois remanié. Les sarcophages sont construits avec des remplois de la nécropole antérieure, notamment un cippe et un devant de sarcophage. Deux épitaphes remployées (trois dans Lasfargues 1973) appartiennent également à la nécropole antérieure.
- Sept inscriptions funéraires ont été découvertes. Deux d’entre elles accompagnent les incinérations, mais ne sont pas en place (Lasfargues 1973). Deux ou trois autres (Lasfargues 1973) sont remployées dans les sarcophages.
Tablette avec épitaphe de Seleucus (première moitié du 1er s. ap. J.-C.), tablette avec épitaphe de Clemens (seconde moitié du 1er s. ap. J.-C.), cippe de Julius Maximus (années 70 ap. J.-C.), cippe de Iv [lius ?] (IIIe s. ap. J.-C.), sarcophage de l’épouse de Cassius (IIe-IIIe s. ap. J.-C.), épitaphe de l’époux de Albia Procula (date tardive).
Datation. Les incinérations ne sont pas antérieures au dernier quart du 1er s. (Lasfargues 1973), ou appartiennent à la première moitié du 1er s. (Lasfargues, Desbat, Jeancolas 1973). Les sarcophages datent des Ve-VIe s. ap. J.-C. par analogie avec les cuves de la nécropole de Choulans/Saint-Just.

26- Deux drains perpendiculaires. Un grand drain est-ouest, en schistes, lié à l’argile, suit la pente du terrain. Il est colmaté par un dépôt de calcaire de 1,25 m d’épaisseur. Le second drain perpendiculaire a été repéré sur 60 m de longueur. Il est en maçonnerie de schistes et revêtu d’un enduit de tuileau intérieur.
Il s’agit de dispositifs de captage des eaux de la moraine pour l’alimentation d’habitations privées ou le drainage du talweg.

27- Traces de dépotoirs ménagers (Lasfargues, Desbat, Jeancolas 1973).

28J. Lasfargues, A. Desbat, L. Jeancolas, Une fouille de sauvetage à Lyon, Archéologia, 61, Août 1973, pp. 72-73.
J. Lasfargues, Chantier de fouilles de sauvetage rue P. Audry à Lyon Vème. Rapport préliminaire du 25 Octobre 1973 déposé au sendee régional de l’archéologie, Lyon, 1973. Sur les épitaphes : A. Audin, Note d’épigraphie lyonnaise, Latomus, 33, 1974, pp. 98-104.
Année Epigraphique, 1973, n° 333-338.

29n° 13
1980.
49-51, rue P. Audry. Immeuble “l’Atlantide”. Deux enclos funéraires implantés sur un remblai du IIe s. ap. J.-C.. Deux foyers successifs et stèle de Victorius Regulus, némète et négociant en pourpre.
B. Helly, Fouilles de sauvetage dans le secteur d’une nécropole, Rapport de fouilles déposé au service régional de l’archéologie, Lyon, 1980.
Gallia, 40, 1982, 2, pp. 415-416.
Sur l’inscription : J.-F. Reynaud, B. Helly, M. Le Glay, Nouvelles inscriptions de Lyon, Gallia, 40, 1982, 1, pp. 123-148.
Année Epigraphique, 1982, n° 709.

30n° 14
1977.
Près du pont S.N.C.F.. Découverte d’une couvertine d’enclos funéraire.
J. Lasfargues, Rapport de fouilles déposé au service régional de l’archéologie, Lyon, 1977.

DÉCOUVERTES MAL LOCALISÉES

31Avant 1673. A Trion ; en bordure du chemin allant de Trion à Vaise ; en 1845, dans les murailles démolies pour élargir le chemin vicinal de Gorge de Loup à Saint-Just. Epitaphe de Severia Fuscina.
A.D., 382.
C.I.L. XIII, 2270.

32Avant 1673. En bordure du chemin allant de Trion à Vaise ; aux extrémités du quartier de Vaise où était le tombeau des deux amants. Cippe de Olia Tributa.
A.D., 354.
C.I.L. XIII, 2224.

33Avant 1887. Chemin de Saint-Just à Vaise, en face d’une propriété appartenant au Petit Séminaire. Tronçon de pavé romain bien conservé.
A. Allmer et P. Dissard, Trion, Antiquités découvertes en 1885, 1886 et antérieurement au quartier de Lyon dit Trion, Lyon, 1887, p. cxlj.
Ce sont sans doute ces dalles que signale A. Audin dans sa “Note d’épigraphie lyonnaise”, Latomus, 33, 1974, p. 98.

34Avant 1889. Au croisement de la ligne de chemin de fer de Lyon à Montbrison et du chemin de Gorge de Loup. Tronçon de voie dallée antique. A.D., 562.

35Vers 1960. A la jonction des rues P. Audry et Sergent M. Berthet. Sarcophage en plomb (cf. la contribution de A. Cochet dans ce volume).

PLAINE DE VAISE

36n° 15
1973.
Rue Professeur L. Guerin. Structures et dépotoirs antiques.
J. Lasfargues, Rapport d’activité dactylographié de Correspondant au service régional de /’ archéologie, Lyon, 1973.

37n° 16
1991
. Gare inter-routière de la station de métro Gorge de Loup. Sondages et fouilles de sauvetage. Vestiges d’une habitation du Ile s. ap. J.-C.
L. Jacquin, Rapport de sondages déposé au service régional de l’archéologie, Lyon, 1989.
E. Plassot, Rapport de fouilles déposé au service régional de l’archéologie, Lyon, 1991.

38n° 17
1985.
Fouilles de la ligne D du Métro. Structures hydrauliques que l’on peut dater entre l’époque tibérienne et le début du Ile s. ap. J.-C. Sépultures du milieu et de la seconde moitié du 1er s. de notre ère. Drains et fossés du second siècle, (cf. la contribution de C. Bellon dans cet ouvrage). Stèle funéraire de Pacata ( ?) datée des années 178 ou 182.
M. Le Glay et M. Tarpin, Trois nouvelles inscriptions de Lyon, Gallia, 46, 1989, pp. 245-251, particulièrement pp. 249-251.
Année Epigraphique, 1989, 524.

39n° 18
1984.
Sondages préalables à la fouille du Quartier Saint-Pierre. Cinq incinérations du 1er s. ap. J.-C. dont l’une renfermait une monnaie de Caligula. Ossements, crâne d’enfant, mobilier dans un dépotoir d’époque augustéenne.
J. Chastel, Rapport de sondages déposé au service régional de l’archéologie, Lyon, 1984.

401985. Fouilles du Quartier Saint-Pierre. Voie augustéenne bordée de tombes de la fin du 1er s. au IIIe s. ap. J.-C. Une habitation à péristyle, la maison aux Xenia, construite sous le règne de Tibère et abandonnée dans le dernier quart du 1er s. de notre ère. Petit artisanat mitoyen. (cf. les contributions de J. Chastel et E. Plassot dans cet ouvrage).

41n° 19
1949-1950.
45, rue du Tunnel. Construction de l’usine Rhodiacéta. Dans la balme qui domine les bâtiments à l’est. Epitaphe de M. Carpinarius ; épitaphes de Veratius, Verecundus, Ianuarius ; épi- taphes de M. Aurelius Anicius, Boionius ( ?), Frontinus, Silvanus. Urne cinéraire en pierre. Les inscriptions sont antérieures à la fin du IIe s. ap. J.-C.
Gallia, Informations, VIII, 1950, pp. 148-149.
Année Epigraphique, 1952, n° 76
A. Audin et Y. Burnand, in Revue des Etudes Anciennes, 1959, p. 322 et pp. 328-329
A. Audin, in Cahiers d’Histoire, VI, 1961, p. 115.

42n° 20
1974.
Echangeur A6, avenue V. Hugo. Pile du pont syphon de l’aqueduc des Monts d’Or.
L. Jeancolas, Les aqueducs antiques de Lyon, Sites, 30, 1986, pp. 29-37.

431991. Echangeur A6, avenue V. Hugo. Conduite d’aqueduc.
J.-P. Lascoux et C. Vermeulen, Rapport de sondages déposé au service régional de l’archéologie, Lyon, 1992.

44Avant 1846. La Duchère. A gauche de la Montée de Balmont, près de l’ancienne maison de Monsieur Arnaud. Amas considérable d’ossements humain. Au même endroit, 15 médailles de Vespasien, Nerva et d’Antonin à la date de son quatrième mandat (145 ap. J.-C.).
Artaud 1846, p. 55.

45Avant 1846. La Duchère. A Vermont, dans la maison de campagne de Monsieur Evesque, au dessous de la maison de Monsieur Arnaud. Tuiles romaines, briques et médailles d’argent appartenant au règne de Trajan.
Artaud 1846, p. 55.

461959. La Duchère. Sous une vieille demeure, à quelques cent mètres de la montée de Balmont. Bloc avec représentation principale de Mercure et Maia.
A. Audin et F. Cottin. Le relief de la Duchère au Musée de la Civilisation Gallo-Romaine. Bulletin des Musées Lyonnais, II, 1959, 2-3, pp. 30-37.

EGLISE SAINT-PIERRE-DE-VAISE ET ABORDS

47n° 21
Eglise Saint-Pierre (en remploi dans les fondations du cloître bénédictin de l’ancienne église, lors de la construction de la nouvelle en 1844-1846, et fouilles du gouvernement en 1847)

48Vestiges funéraires
1844. Fragment d’un couvercle de sarcophage de Cornelia Pia.
A.D., 296.
C.I.L. XIII, 2116.

491844. Cippe de Marcus Aquinius Verinus, préposé à la prison de la treizième cohorte urbaine.
A.D.. 89.
C.I.L. XIII, 1833.

501844. Cippe de Caius Donatius Quartus, sévir augustal.
A.D., 150.
C.I.L. XIII, 1949.

511844. Cippe de Ae[... ?]ria[nae ?], Augustus et de Caius Primius Secundus, sévir augustal de la Colonie Copia Claudia Augusta de Lyon, curateur du collège des sévirs ; batelier du Rhône, préfet de la corporation, charpentier-entrepreneur, patron de la corporation.
A.D., 165.
C.I.L. XIII, 1967.

521844. Fragment avec épitaphe de Julius Felix, sévir augustal.
A.D.. 153.
C.I.L. XIII, 1955.

531844. Sarcophage en deux fragments de l’épouse de Marcus Bettonius Romulio, décurion de la cité des Tricastins.
A.D., 239.
C.I.L. XIII, 1913.

541844. Urne cinéraire en argile noire.
Comarmond 1846-1854, n° 414, p. 267.

551844. Bas-relief funéraire ( ?) avec représentation d’un repas.
Comarmond 1846-1854,410.
E. Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule Romaine, tome III, Lyonnaise, première partie, 1910, n° 1778, pp. 31-32.

561845. Sarcophage avec couvercle de Marcus Primius Secundianus, sévir augustal de la Colonie Copia Augusta, curateur du collège des sévirs, batelier du Rhône naviguant sur la Saône, membre des charpentiers-entrepreneurs, marchand de saumure.
A.D., 166.
C.I.L. XIII, 1966.

571845. Fragment d’un bloc.
A.D., 420.

581845. Epitaphe incomplète évoquant les héritiers du défunt.
Comarmond, 1846-1854, 374.

591845. Cippe de Lucius Secundius Octavus, natif de Trêves.
A.D., 238.
C.I.L. XIII, 2027.

601845. Epitaphe de Caius Mansuetius Brasus, natif de Trêves.
A.D., 236.
C.I.L. XIII, 2012.

611845. Fragment du sarcophage de Aemilia Valeria.
A.D., 252.
C.I.L. XIII, 2056.

621845. Epitaphe de Maglius ( ?), fils de Demetrius. A.D., 302.
C.I.L. XIII, 2125.

631845. Inscription funéraire anonyme d’un fils à son père et à sa mère ( ?).
Comarmond, 1846-1854,467.

641845. Sarcophage de Muccasenia Fortunata.
A.D., 63.
C.I.L. XIII, 1874.

651845. Epitaphes de trois sévirs augustaux et de deux femmes : Marcus Antonius Sacer, Marcus Antonius Candidus, Marcus Antonius Polytimus, Antonia Tyche et Antonia Sacra.
A.D., 149.
C.I.L. XIII, 1936.
Comarmond 1846-1854, 479.
Autre fragment au Couvent des Génovéfains (Comarmond 1856-1864, 622).

661845. Sarcophage de Julia ( ?) Vindicia Luperca, citoyenne de Cologne.
A.D., 33.
C.I.L. XIII, 1905.

671845. Stèle de Marcus Curvelius Robustus, soldat de la cohorte 1ère Flavia Urbana.
A.D., 94.
C.I.L. XIII, 1853.

681846. Cippe de IIIiomarius Aper, marchand toilier de la cité des Véliocasses, membre de la corporation des utriculaires.
A.D., 181.
C.I.L. XIII, 1998.

691846. Cippe de Marcus Aurelius Primus, de la cité de Reims, et de Caius Modestinius Peregrinus, citoyen de Cologne, vétérans de la légion 1ère Minervia.
A.D., 251.
C.I.L. XIII, 1844.

701846. Cippe de [...] ranius V[...], trévire, négociant en vin et en céramique.
A.D., 173.
C.I.L. XIII, 2033.

711847. Sarcophage avec inscription DUS MANIBUS.
A.D., 244.
C.I.L. XIII, 2334.

721847. Sarcophage avec couvercle de Gaia Titia Fortunata.
A.D., 392.
C.I.L. XIII, 2284.
Sans date. Epitaphe de [...jelius Aristodemus. A.D., 261.
C.I.L. XIII, 2163.

731903. Sarcophage.
Espérandieu, Revue Epigraphique, 5, 1904, 1584.
C.I.L. XIII, 11178.

741903. Près du transept septentrional de l’église Saint-Pierre. Table avec inscription.
Espérandieu, Revue Epigraphique, 5,1904, 1583.
C.I.L. XIII, 11179.

751903. Sarcophage.
E. Espérandieu, Revue Epigraphique, 5, 1904, 1585. C.I.L. XIII, 11198.

761964. Travaux à l’emplacement de l’église Saint-Pierre-de-Vaise. Huit blocs dont deux inscrits, dans l’angle nord-ouest de l’église de 1625. Une des inscriptions, attribuée au IIe s. ap. J.-C. par A. Audin, fait état d’un chevalier.
A. Audin, Rhodiacéta, n° 1, Printemps 1964, pp. 38-39 A. Audin, Sur deux découvertes épigraphiques récentes, Mélanges d’Archéologie et d’Histoire offerts à André Piganiol, Paris, 1966, pp. 198-203.
Année Epigraphique, 1966, 312, 313.

77Eléments d’architecture
1844. Deux fûts de colonne.
Comarmond 1846-1854, 408, 413.

781845. Fragments d’architecture (fûts de colonnes, chapiteaux, bas-reliefs, entablements avec moulures, “vastes profils”, corniches).
Comarmond 1846-1854, p. 2 (reprend sans doute la découverte précédente).

BOURG ACTUEL

79n° 22

801991. ZAC Charavay, rue du Chapeau-Rouge. Occupations pré-augustéenne et augustéenne, puis mise en place à la fin du règne d’Auguste de deux insulae (habitats, entrepôts et artisanat) inscrites dans un réseau de rues. Fours de potiers au IVe s. ap. J.-C. Une occupation est attestée jusqu’aux Ve-VIe s. ap. J.-C.
J.-P. Lascoux, Lyon ZAC Charavay, Bilan scientifique de la région Rhône-Alpes, service régional de l’archéologie, Lyon, 1991, pp. 116-117.

81n° 23
1992.
Place Valmy. Dégagement d’un habitat dont l’implantation s’accorde avec les orientations de la trame retrouvée sur les fouilles de la Zac Charavay (notice 22).
P. Jacquet et J.-P. Lascoux, Rapport de sondages sur la station Valmy déposé au service régional de l’archéologie, Lyon, 1992.

RIVE DROITE DE LA SAONE

82Grande rue de Vaise
n° 24
1844.
Grande pierre oblongue avec épitaphe de Caius Aucius Macrinus, Lyonnais, membre des cinq décuries de juges.
A.D., 28.
C.I.L. 1798.

831846. Autel de C. Nonius[...] aux Mères augustes.
A.D. 1890. p. 25.
C.I.L. XIII, 1764.

841854. 16, Grande rue de Vaise. Trois conduits cylindriques en argile rouge (adduction de source). Comarmond 1857, 765, 766, 767.

851855. A la hauteur du Pont-Mouton, dans la cave d’une maison au bord de la Saône, pour le nouveau quai. Sarcophage de la femme de [..i]us Reginus.
A.D., 368.
C.I.L. XIII, 2250.
E. Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule Romaine, tome III, Lyonnaise, première partie, 1910, 1788.

86Sans date. 40, Grande rue de Vaise. Tablette avec épitaphe de Claudius Urbanus.
A.D. 1890, pp. 452-453.
C.I.L. XIII, 2105.

87Quai de Vaise ou quai Arloing
Avant 1864. 21, quai de Vaise. Six fragments d’inscriptions.
A.D.,413.

881896. 14, quai de Vaise. Terrain de la brasserie de Vaise. Deux sarcophages en plomb (cf. la contribution de A. Cochet dans ce volume).

89n° 25
1966-1969.
21-22, quai Arloing. Six sarcophages en plomb datés des III-IVe s. ap. J.-C (Pelatan et Meyronein 1970). Deux incinérations de la fin du 1er s. ap. J.-C. (Le Glay et Audin 1976), une inhumation du IIIe s. ap. J.-C. (Le Glay et Audin 1976) et une inhumation en bâtière des IVe-Ve s. ap. J.-C. (Pelatan 1972).
Plaque de marbre avec épitaphe de T. Orbius Carpophorus (début du troisième tiers du Ier siècle de notre ère), plaque de marbre avec l’épitaphe de Feridia Orbiola (dernier quart du 1er s. de notre ère), cippe de Graecina Severa (dernier tiers du 1er s. de notre ère), cippe de M. Victorinus Vitalis en association avec un des sarcophages (IIe s. ap. J.-C.). J.-P. Pelatan et F. Meyronein, A propos des sarcophages en plomb de la fouille de sauvetage du 21 quai Arloing (1967/1968). 1ère partie, Bulletin Mensuel de la Société Linéenne de Lyon, 1, 1970, pp. 1-10
J.-P. Pelatan, A propos des sarcophages en plomb de la fouille de sauvetage du quai Arloing (1967-1968). 2ème partie : Etude et essai de la fabrication d’un sarcophage en plomb, Bulletin Mensuel de la Société Linéenne de Lyon, 10, 1971, pp. 309-312
J.-P. Pelatan, Fouille-sauvetage : 21, quai Arloing (19671968) : 3ème partie : sarcophage monolithe et tombe en tuile, Bulletin Mensuel de la Société Linéenne de Lyon, 7, 1972, pp.129-132.
Sur les épitaphes : M. Le Glay et A. Audin, Inscriptions du quai Arloing, Notes d’épigraphie et d’archéologie lyonnaises, 1976, pp. 25-31.
Année Epigraphique, 1976, 430, 434.

90n° 26
1989.
30, 31, quai Arloing. Immeuble “la Cour Vénitienne”. Habitat du milieu du 1er s. ap. J.-C. et artisanat du milieu du 1er s. au IIIe s. ap. J.-C. Nécropole de la fin du 1er s. au début du IVe s. avec incinérations et inhumations dont une en sarcophage de plomb (cf. la contribution de L. Tranoy dans l’ouvrage).

91A l’Observance

Près du couvent des Cordeliers de l’Observance, dans le milieu de la rue

92n° 27
Détruit en 1707.
Tombeau des deux-amants.
“Edicule carré en la forme d’un temple à cella ouverte par-devant et sur les côtés, portée par un soubassement avec socle et corniche, et surmontée d’un toit à fronton reposant par chacun de ses quatre angles sur un pilier carré à chapiteau dorique” (Allmer et Dissard 1889, p. 317). “La pluspart disent que deux amants qui s’étoient longtemps cherché par le monde et y étoient morts de joye en se rencontrant à Lyon, y sont enterrés. D’autres croyent que c’est le Sépulchre d’Herodes et Herodias qui avoient été relégués à Lyon par Caligula. De Rubys fait un autre party, tient que c’est le Tombeau de quelque ancien chrétien, mary et femme, qui auroient fait voeu de virginité, et la raison qu’il en donne c’est qu’il dit qu’on appelloit anciennement les personnes qui avoient fait un tel voeu, duo amantes, les deux amans” (J. Spon, Recherches des Antiquités et Curiosités de la ville de Lyon, Lyon, 1673, pp. 117 et suiv., d’après Allmer et Dissard 1889, pp. 316-317). Pour J. Spon, Pédicule est plutôt un temple païen (pp. 117 et suiv.). Il est suivi en cela par Allmer et Dissard qui identifient un laraire public (Allmer II, p. 317), tandis qu’A. Audin reconnaît un sanctuaire de source lié aux thermes voisins dits d’Ullatius (Audin 1964, p. 145) (notice 30).

93Dans les fondations de l’église du couvent des Cordeliers de l’Observance (lors de la démolition due à l’extension de l’Ecole Vétérinaire en 18461847 et fouilles récentes)

94n° 28
1846.
Au bas de la colline, à l’ouest du Couvent des Cordeliers. Urne cinéraire à panse ovoïde, en argile rose, d’une pâte fine, contenant des ossements calcinés.
Comarmond 1846-1854, 562.

951846. Mosaïques, murailles, tronçons de colonnes, chapiteaux, corniches, tessons de poteries se rapportant à un grand édifice somptueux (résumant la plupart des découvertes suivantes du XIXe s.) Comarmond 1846-1854, 72. Découvertes évoquées dans Allmer et Dissard 1889, p. 317. Mention de tombes du Moyen Age et d’inscriptions et monnaies “des temps plus rapprochés” à la surface du sol (Comarmond 1846-1854, p. 68).

961846. Chapiteau à feuilles d’acanthes.
Comarmond 1846-1854, 331.

971846. Tuiles romaines. Une inscription avec C VAS GDOL et une seconde avec CVAS VRNAR. A.D. 1892, p. 225.

981847 ? Deux bas-reliefs avec des personnages identiques à chaque extrémité.
Comarmond 1846-1854, 122-123.

991847 ? Bas-relief “de style barbare” avec un personnage ailé. Moitié d’une architrave d’un portique qui présentait à chaque extrémité un personnage semblable.
Comarmond 1846-1854, 175.
Même édifice que Comarmond 1846-1854, 122-123. A.D.1889,p. 317.

1001847. Epitaphe chrétienne de Firmus, sous le consulat de Justinus (546 ap. J.-C.).
A.D.,456.

1011847. Chapiteau sur pilastre. Deux rangées de feuilles d’acanthe.
Comarmond 1846-1854,177.

1021847 ? Inscription “d’un très bas temps”. Comarmond 1846-1854, 259.

103Sans date. Autrefois à l’Observance. Perdue. Epitaphe chrétienne de Leopocenos, sous le consulat de Maximus (523 ap. J.-C.).
A.D. 1892, pp. 96-98.

1041951. Annexe de l’Ecole Vétérinaire, dans la parcelle qui s’étend le long du quai, au sud du bâtiment principal. Ruines d’un édifice romain recoupé par les fondations de la chapelle de l’ancien couvent des Cordeliers de l’Observance. Dans la partie sud de la parcelle, en bordure du groupe scolaire, une première salle de 6,35 m de large avec dallage de marbre. A l’est de la précédente, une seconde salle de format arrondi. Au nord de ces deux salles, à une distance de 15 m, vestiges d’un bassin où aboutissaient les eaux d’une source.
A. Audin, 1964, p. 144.

1051962. Travaux de terrassement. Découverte d’un ciste.
M. Poplin, Rapport de fouilles déposé au service régional de l’archéologie, Lyon, 1962.

1061964. Sondage. Une sépulture en cercueil d’un adulte, et un coffre de pierre contenant un enfant mort-né. Datation : Haut Moyen Age.
M. Poplin. Rapport de fouilles déposé au service régional de l’archéologie, Lyon, 1964.

1071984. Sous l’emprise du nouveau bâtiment de l’Ecole Nationale Supérieure de Musique (ex Ecole Vétérinaire). Bâtiment gallo-romain non identifié et non daté. Une sépulture en cercueil d’adulte contenant une amphorette. La construction gallo-romaine est recoupée par des sépultures d’adultes en coffre de dalles datables du Haut Moyen Age.
B. Mandy, Rapport de fouilles déposé au service régional de l’archéologie, Lyon, 1984.

1081984. Ensemble de structures liées à l’utilisation de l’eau (sol en béton de tuileau, caniveaux etc.).
L. Jacquin, Rapport de fouilles déposé au service régional de l’archéologie, Lyon, 1984.

109Au faubourg de Vaise

1101676 ou 1690. Au jardin Combet. Epitaphe de Caius Aucius Celer, sévir augustal.
A.D. 1889, p. 431.
C.I.L. XIII, 1938.

111Sans date. Cippe de Pauliniania (ou Pantiniana ou Pantiana) Macrina.
A.D. 1890, p. 465.
C.I.L. XIII, 2227.

112A la Porte de Vaise

113Sans date. Epitaphe d’un carnute avec DIIS MANIBUS.
A.D. 1890, p. 138.
C.I.L. XIII, 2010.

114Sans date. Hors la porte de Vaise. Disparue. Epitaphe de Sollius Amandus. Perdue.
A.D. 1890, pp. 469-470.
C.I.L. XIII, 2274.

115A la Porte de Lyon

116Sans date. A L’ancienne porte de Lyon, du côté de Vaise. Débris divers dont un bas-relief qui décorait cette porte. Aile d’un génie, peut-être d’une victoire.
Comarmond 1846-1854, 512.

117Au Jardin Chinard (Quai Pierre-Scize, entre le rocher et la Montée du Greillon)

118n° 29
1836.
Buste en marbre blanc.
Comarmond 1855-1857, 31. Il appartient peut-être à la décoration de thermes.
A.D.1889,p. 316.
Ce buste de personnage inconnu est rapporté au IIe s. ap. J.-C. par E. Espérandieu dans son Recueil général des basreliefs, statues et bustes de la Gaule Romaine, tome III, Lyonnaise, première partie, 1910, 1762.

1191842. Tête mutilée (Apollon ?).
Comarmond 1846-1854, 569.

1201842. Trois fragments d’une tête en marbre pentélique.
Comarmond 1846-1854, 73.

121Au Bourgneuf, dans la Saône, vis-à-vis de la montée du Greillon

122n° 30
1865.
Epitaphe de Caius Marius Ma[...], patron de plusieurs corporations dont celle des bateliers du Rhône naviguant sur la Saône et des fabricants d’outrés demeurant à Lyon.
A.D., 176.
C.I.L. XIII, 1960.

1231865. Epitaphe de [... Jnius Quartus, soldat de la Ière Minervia, greffier du Procurateur de la Lyonnaise et de l’Aquitaine.
A.D., 38.
C.I.L. XIII, 1881.

1241865. Epitaphe avec DUS MANIBUS.
A.D., 243.

1251865. Inscription de bains sur le domaine de Caius Ulattius Aper.
A.D.. 113.
C.I.L. XIII, 1926.

126Découvertes mal localisées

1271839 ? A Vaise, au niveau du port Mouton ; à Fourvière, aux Massuts en 1839. Autel dédié aux divinités des augustes et à Apollon par Caius
Nonius Euposius.
A.D., 195.
C.I.L. XIII, 1730.

1281841. A Saint-Pierre-de-Vaise ou dans la Saône, au pont du Change. Tablette avec épitaphe de Antonius Panchratus.
A.D., 258.
C.I.L. XIII, 2061.

1291847. Au Pont du Change ou à Vaise. Bloc avec mention des légions IIIIème Scythica, XIIIème Gemina, XIème Claudia.
A.D.,56.
C.I.L. XIII, 1859.

130Sans date. Dans la Saône, au Pont du Change ou à Saint-Pierre-de-Vaise. Epitaphe de[...]nius Vitalis.
A.D., 408.
C.I.L. XIII, 2307.

131Sans date. Au pied du rocher de Pierre-Scize, hors la porte de Vaise ; au faubourg de Vaise, près de la porte en la muraille qui est du côté de la rivière ; à l’Antiquaille. Cippe de M. Justinius Marcellus.
A.D., 334.
C.I.L. XIII, 2188.

EPERON DE LOYASSE (EN DEHORS DE VAISE)

132n° 31
1837.
A Loyasse, au pied d’un reste d’aqueduc, en creusant un chemin pour la communication des forts. Petit autel avec base et couronnement dédié aux vierges saintes par Quintus Valerius E[...]. A.D., 204.

133Sans date. Partie haute de la montée de l’Observance, face à la porte de Loyasse. Petit enclos funéraire.
A. Audin et F. Cottin, Le relief de la Duchère au Musée de la Civilisation Gallo-Romaine, Bulletin des Musées Lyonnais, II, 1959, 2-3, p. 31.

134Sans date. Dans les fondations des immeubles jalonnant l’éperon de Loyasse. Quelques tombes à inhumation, tardives et ruinées. Epoque romaine ? A. Audin et F. Cottin, Le relief de la Duchère au Musée de la Civilisation Gallo-Romaine, Bulletin des Musées Lyonnais, II, 1959, 2-3, p. 31.
Gallia, XIX, 1961, 2, p. 440.

9 - Plan des vestiges mis à jour lors de la réhabilitation du Quartier Saint-Pierre, et de la construction du métropolitain

Notes

1 Notre gratitude est acquise aux différents responsables de fouilles qui ont autorisé l’évocation des résultats de leurs travaux ainsi qu’à F. Berard pour la relecture critique des passages épigraphiques.

Table des illustrations

Légende 8 - Carte archéologique avec la localisation des découvertes
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3066/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende 9 - Plan des vestiges mis à jour lors de la réhabilitation du Quartier Saint-Pierre, et de la construction du métropolitain
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3066/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 194k

© Alpara, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access