Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Armorial de Guillaume Revel

 | 
Pierre-Yves Laffont

Monographies

Montverdun

Christian Le Barrier

Texte intégral

490. Le prioré de Montvardun
Département : Loire ; canton : Boën ; commune : Montverdun

Le contexte archéologique et l’apport des sources écrites

1Le site occupe le sommet d’une étroite éminence basaltique dominant la plaine du Forez d’une hauteur de 40 m (fig. 378, 380). Le toponyme Montverdun, contenant les mots celtes ver (grand) et dun (éminence, fortification ?), semble attester d’une occupation protohistorique, ce que confirme la découverte de tessons de céramique laténienne ou augustéenne (Lavendhomme, 1997, p. 146).

  • 1 Le texte de 994 a manifestement été largement interpolé aux XIe et XIIe siècles.

2À la fin du Xe siècle et au début du XIe siècle, le puy basaltique de Montverdun ainsi qu’une chapelle dédiée à saint Pierre, et sise au sommet de celui-ci, sont donnés en plusieurs temps – selon des modalités peu claires – à l’abbaye de Savigny (Cartulaire de Savigny, nos 105, 631, 663) par divers alleutiers. L’abbaye bénéficie à la même époque d’autres donations dans le terroir de Montverdun comme une vigne (Cartulaire de Savigny, n° 330). L’église de Montverdun est aussi mentionnée dès 994 dans le dénombrement des possessions de l’Église de Lyon, mais alors sous le vocable de saint Porchaire : in monte Verduno ecclesia Sancti Porcharii (ADR, 19 G 1879), cependant, ce document est en partie douteux (Feuillet, Guilhot, 1985, p. 72-74)1.

3En 1233, Montverdun est un prieuré de chanoines réguliers de l’ordre de saint Augustin dépendant de l’abbaye de Savigny. Toutefois, par une convention passée cette année-là entre le comte de Forez Guy IV et l’abbé de la Chaise-Dieu, sous le contrôle bienveillant de l’archevêque de Lyon, les chanoines, accusés de mener une vie dissolue, sont expulsés au profit de 22 moines de la Chaise-Dieu (ADHL, 1 H 148). L’abbé de la Chaise-Dieu se réserve les droits de justice, haute, moyenne et basse, tandis que le comte se réserve le droit d’y tenir garnison. Il faut certainement voir dans cette dernière remarque la véritable raison de l’expulsion des chanoines. En effet, le monastère est fortifié et représente donc un enjeu stratégique pour la défense du comté contre les sires de Beaujeu. Le choix de la Chaise-Dieu, outre un relatif éloignement de l’abbaye, pourrait avoir été dicté par le fait que les comtes de Forez, pour construire leur capitale de Montbrison, ont accumulé une dette sous forme de terres prises aux bénédictins de Moingt et de Savigneux. Le prieuré de Montverdun restera une dépendance de la Chaise-Dieu jusqu’en 1701, date à laquelle, cessant toute activité conventuelle, il sera rattaché au séminaire Saint-Charles de Lyon.

4Les notes anciennes relatives aux bâtiments du prieuré sont rares et peu explicites. En 1540, le dénombrement des possessions du prieuré fourni par le prieur François de Saint-Nectaire fait état d’un

chasteau et maison fort, circuyt de muraylhes hautes, estant en ung costhaud et petite montaigne appelé de Monverdun, ont il y a esglise, cloistre pour le divin service (ADL, D supplément 37).

5Il faut attendre 1641 et la visite d’Antoine Valladier pour avoir une description détaillée des lieux dont l’état de délabrement apparaît fort avancé : le cloître a disparu sans qu’il n’en reste aucun vestige, les vitres de la nef comme du chœur

sont toutes rompues et ouvertes en sorte que les vents entrent dans ladite eglise et principalement sur le grand autel ou la bise et le vent de midi peuvent donner avec abondance et liberté (ADHL, 1 H 148 n° 46 et 47).

6Les moines, abandonnant leurs bâtiments conventuels menaçant ruine ou transformés en écuries, se sont installés dans le logis du prieur. Aucune réparation d’envergure ne sera effectuée avant la première moitié du XVIIIe siècle où une documentation abondante, plans, devis, factures, témoigne de l’énorme reconstruction entreprise alors par le séminaire Saint-Charles (ADL, D 431).

La représentation de l’Armorial

7La vignette de Montverdun fait partie des dernières vignettes foréziennes simplement esquissées sur une feuille de papier et collées ensuite dans le manuscrit (fig. 377).

Fig. 377 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 490) : le prioré de Montvardun.

8Le dessinateur n’a pu bénéficier d’une situation suffisamment élevée à proximité du site pour représenter les bâtiments situés à l’intérieur des murailles. Seul le clocher est en mesure d’émerger des courtines. Il aura donc fallu que le dessinateur se déplace à l’intérieur du prieuré pour en saisir l’organisation, qui se révèle limitée à l’église et à deux corps de bâtiment adossés au rempart. La disparition de la première enceinte ainsi que celle des poivrières, échauguettes et latrines de la seconde enceinte entraîne une raréfaction des indices pour restituer l’angle de vue du dessinateur. La seconde enceinte comporte une tour ronde à gauche du clocher. En assimilant cette tour à l’actuelle tour nord, nous pouvons envisager que le dessinateur était placé au nord-ouest du site au hameau de Bourgchanin. Cet emplacement permet de découvrir les flancs nord et ouest du prieuré. À l’appui de cette hypothèse, nous constatons qu’à l’extrême droite de la représentation figure le porche d’entrée de la première enceinte qui se trouvait ainsi à proximité de la porte du XIIIe siècle qui s’ouvre sur le côté sud de la seconde enceinte. Outre le chemin qui mène à ce porche, le flanc de la colline est parcouru de sentiers dont le tracé est encore conservé par le cadastre. Ces sentiers, appelés localement « grappillons », étaient largement fréquentés pendant la première moitié du XXe siècle par les habitants des différents hameaux qui entourent le site pour venir assister à l’office dominical. La représentation de l’habitat, répandu sous la forme d’un semis de maison au pied de la butte, paraît bien restituée.

  • 2 Datations Archéolabs sur les bois du logis du prieur, références : ARC87/R194D du 21/09/1987 et com (...)

9Le clocher émerge largement de l’ensemble, la partie sommitale est percée sur chaque face de deux ouvertures couvertes par un arc. À la base de ces dernières, nous observons un double bandeau qui pourrait suggérer une large corniche ou un chemin de ronde en encorbellement. Les toitures pourraient induire une indication chronologique pour l’exécution du dessin. En effet, elles sont toutes à faible pente, ce qui suggère l’emploi de la tuile ronde. Or, les sondages et le nettoyage réalisés dans les reins de voûte de la nef, à la périphérie du clocher et sur sa coupole, livrent une quantité remarquable de tuiles plates vernissées qui impliquent des toitures à forte pente. On peut penser que le dessinateur aurait, même pour un dessin relativement succinct comme celui de Montverdun, représenté de telles toitures. L’adoption de ces tuiles apparaissant liée aux importants travaux qui verront, entre autres, la construction de la galerie de bois du logis du prieur datée de 1442-14432 (fig. 381, 385), nous sommes enclins à penser que le dessin pourrait être antérieur à ces dates.

Les données archéologiques

10Le prieuré fortifié de Montverdun a régulièrement fait l’objet d’observations archéologiques à partir des années 1980 à l’occasion de travaux de restauration et de mise en valeur. Les différentes observations réalisées alors sur le bâti fournissent une série d’éléments permettant une approche globale de l’évolution du prieuré (fig. 379). Ces investigations ont pour point de départ d’un côté l’église et de l’autre le logis du prieur, mais elles ne permettent pas toujours de dégager avec certitude l’état de l’ensemble à un moment donné (fig. 378).

Fig. 378 - Vue aérienne du site dans les années 1990.

Fig. 379 - Plan général du site.

11La construction du monastère a sans doute largement occulté toute trace des occupations antérieures. C’est au travers de matériaux et d’objets de diverses époques que se dessine la trame d’une fréquentation de la butte volcanique : céramique pour la période protohistorique, pierres, céramiques, tuiles, mortiers, tubuli, tesselles de mosaïques pour la période antique, sarcophages, épingle à double crochet, fer de lance à ailettes pour le Moyen Âge.

  • 3 La présence d’une église plus ancienne apparaît sous la forme de maçonneries dessinant une abside, (...)

12L’église romane actuelle est datée, sur des critères stylistiques, de la fin du XIIe siècle3 (fig. 379, 381, 382). Elle comprenait la croisée du transept et les absides actuelles et une nef unique, dont les dimensions étaient analogues à celle de la nef majeure actuelle. Pour une raison inconnue, cette église subit un grave dommage causé par l’effondrement de son clocher entraînant l’anéantissement quasi total de la nef dont il ne subsiste qu’une petite portion du mur gouttereau au nord en contact avec le transept et la moitié du pignon ouest. Le clocher est alors reconstruit. C’est l’élévation principale de ce dernier qui perdure aujourd’hui. Une nouvelle nef voûtée en berceau est édifiée. Le tracé de sa voûte est conservé par des enduits sur la face ouest du clocher. Cette nouvelle nef est précédée à l’ouest par une avant-nef séparée de la nef elle-même par un mur dont les arrachements sont conservés dans les combles. Simultanément, nous constatons qu’il y a au nord édification d’une courtine qui va placer l’église à l’intérieur de l’enceinte et figer les limites du cimetière qui se développait auparavant sur le flanc de la butte. Cette courtine, très partiellement conservée, est caractérisée par la présence de tours de faibles dimensions accessibles par une porte haute comme celle du clocher (tour nord : diamètre interne 1,90 m ; tour ouest : 1,50 m).

Fig. 380 - Vue générale du site.

Fig. 381 - Chevet de l’église priorale.

Fig. 382 - Mur gouttereau sud de l’église.

  • 4 Datations Archéolabs sur les bois du logis du prieur, cf. supra.

13L’étude du logis du prieur, adossé au rempart sud, livre une importante série d’états et de phases de réaménagements (fig. 379, 380, 383, 384, 386). Trois états principaux de la courtine y sont observés. Le premier état, édifié en petits moellons de basalte régulièrement assisés, forme l’angle droit sud-est du rempart. Cet angle est renforcé par une excroissance arrondie de la maçonnerie faisant fonction de contrefort qui lui confère l’allure d’une fausse tour. Dans le prolongement nord de cette muraille nous trouvons une chaîne d’angle qui indique qu’elle se retournait vers l’église, la plaçant en position tangente sur le flan nord. L’enceinte ainsi esquissée pourrait être d’allure quadrangulaire. Le second état consiste en une extension de l’enceinte vers le sud d’environ 5 m qui forme, avec l’état précédent, un angle rentrant. L’appareil y est identique et nous retrouvons également l’adoption d’un angle renforcé en manière de fausse tour. Les prestations internes associées – baie géminée, peintures murales – permettent d’envisager qu’il s’agit-là de la création du logis du prieur ou de sa première extension. Le troisième état consiste également en une nouvelle extension de l’enceinte de 5 m en moyenne vers le sud. Le nouveau tracé abandonne l’angle droit au profit d’une configuration polygonale très semblable à celle que nous avons observée au nord de l’église. Les mortiers et l’appareil, fait de moellons de basalte bruts d’extraction et disposés en assises régulières, nous permettent de conclure que nous sommes globalement dans une même phase d’extension de l’enceinte. La porte sud, avec son arc légèrement brisé, en est l’élément le plus significatif. Le logis est alors entièrement reconstruit avec la particularité de faire appel au pisé pour l’édification des murs internes. Les murs du logis sont ornés d’un appareil en trompe-l’œil fait d’un double trait rouge et blanc sur fond gris. La datation des poutres de plafond et de la charpente place l’abattage des bois en 12544. Ces travaux sont donc le fruit des moines bénédictins de la Chaise-Dieu, une vingtaine d’années après leur prise de possession du monastère.

Fig. 383 - Détail du logis du prieur.

Fig. 384 - Galerie du logis du prieur.

Fig. 385 - Relevé des élévations de la galerie du logis prioral (1442-1443).

Fig. 386 - Détail de la courtine ouest.

14Dès lors, la configuration globale de l’enceinte actuelle apparaît acquise. On y observe cependant de nombreuses reconstructions qui font suite à des désordres structurels (poussée des terres accumulées dans le cimetière, glissements de pied de mur, déversements consécutifs à des surcreusements). Parmi ces reconstructions, seuls quelques pans de murailles ont pu être reliés à une chronologie d’ensemble. Au pignon ouest de l’église, la reconstruction de la courtine est liée à l’édification d’un logis sur cave. Celui-ci est antérieur au bas-côté sud de l’église, et peut être attribué au milieu du XVe siècle par comparaison avec des enduits bien datés du logis du prieur. La fortification de l’église, par surélévation des murs périphériques des absides et du transept, présente quelques analogies techniques avec le crénelage de la tour nord (fig. 387) : emploi de tuiles rondes à crochet, évacuation des eaux au travers des murs par des tuiles rondes disposées en conduit. La toiture de cette tour, placée à la base des créneaux, était invisible depuis l’extérieur. La représentation qu’en donne l’Armorial pourrait donc en être purement conventionnelle. Au début du XVIe siècle, on observe une reconstruction de la courtine au nord de l’église sur les fondements de la muraille du XIIIe siècle Elle s’accompagne de la réalisation d’arquebusières tandis que des crânes sont inclus dans les parements internes. À la même époque, une tour de flanquement en forme de fer à cheval est plaquée contre la courtine est.

Fig. 387 - Relevé de la tour nord de l’enceinte priorale.

  • 5 L’abattage des bois des charpentes du clocher a eu lieu durant l’automne 1636 ou l’hiver 1636-1637. (...)

15Des reconstructions peuvent également être observées au XVIIIe siècle sur la face nord-ouest. C’est aussi à cette époque que sont édifiés les multiples contreforts qui retiennent la muraille ainsi que la porte d’accès actuelle qui s’ouvre sur la face ouest. Cette porte, sensiblement en plein cintre, portait à la clef les armes de Jean de Bourbon, prieur de Montverdun entre 1466 et 1482. Cette porte fut mise en place en cet endroit au XVIIIe siècle comme l’attestent les plans de Paul Perrache. Or, cette porte ne peut provenir de l’enceinte conservée. Nous sommes donc amenés à penser qu’elle prenait place initialement dans la première enceinte représentée sur l’armorial puis fut démontée et remontée au XVIIIe siècle probablement lors du démantèlement de celle-ci. Le sommet du clocher doit son aspect actuel à François d’Albon, prieur de Montverdun entre 1635 et 1645, qui fit refaire également l’ensemble des toitures de l’église et du logis du prieur5.

Notes

1 Le texte de 994 a manifestement été largement interpolé aux XIe et XIIe siècles.

2 Datations Archéolabs sur les bois du logis du prieur, références : ARC87/R194D du 21/09/1987 et complémentaires ARC87/194D2 du 26/01/1988 ; ARC87/R194D3 du 18/09/1989 ; ARC89/R695D du 16/09/1989.

3 La présence d’une église plus ancienne apparaît sous la forme de maçonneries dessinant une abside, plus courte et plus large que l’abside actuelle, incluses dans les élévations des absides.

4 Datations Archéolabs sur les bois du logis du prieur, cf. supra.

5 L’abattage des bois des charpentes du clocher a eu lieu durant l’automne 1636 ou l’hiver 1636-1637. Datations Archéolabs sur les bois de l’église, références : ARC88/R386D du 14/10/1988 et complémentaire ARC07/R386D1 du 23/02/2007.

Table des illustrations

Légende Fig. 377 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 490) : le prioré de Montvardun.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2988/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 378 - Vue aérienne du site dans les années 1990.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2988/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 379 - Plan général du site.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2988/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 380 - Vue générale du site.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2988/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 381 - Chevet de l’église priorale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2988/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 382 - Mur gouttereau sud de l’église.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2988/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 383 - Détail du logis du prieur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2988/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 384 - Galerie du logis du prieur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2988/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 385 - Relevé des élévations de la galerie du logis prioral (1442-1443).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2988/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 386 - Détail de la courtine ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2988/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 387 - Relevé de la tour nord de l’enceinte priorale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2988/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 138k

© Alpara, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Liseuse ePub
PDF du livre
PDF du chapitre

Open access