Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Armorial de Guillaume Revel

 | 
Pierre-Yves Laffont

Monographies

La Bénisson-Dieu

Clément Mottin et Pierre-Yves Laffont

Texte intégral

487. L’abaye de La Benisson Dieu
Département : Loire ; canton : Roanne ; commune : La Bénisson-Dieu

L’apport des sources écrites

  • 1 Pour l’histoire de cette abbaye, on se reportera surtout à Carcel, 1975 et à Peyron, 1989.
  • 2 Hic scribitur numerata. Procul dubio vera data Benedictionis Dei Fundation. Quæ fuit kal. octobris (...)

1La Bénisson-Dieu est une des trois abbayes cisterciennes du comté de Forez au Moyen Âge1. Elle semble avoir été fondée en 1138, par un disciple même de saint Bernard de Clairvaux, Albéric. Cette date précise, que n’étaye toutefois aucun document médiéval, nous est parvenue grâce au chanoine de La Mure, qui a pu relever au XVIIe siècle une inscription sur la porte du monastère (Peyron, 1989)2. Pour É. Perroy, il se pourrait que ce texte ait été gravé seulement au XVe siècle, lors des nombreux travaux que connaît l’abbaye sous l’abbatiat de Pierre de La Fin (Peyron, 1989). Cette date est toutefois des plus probables, puisque le premier document authentique dont nous disposions pour La Bénisson-Dieu est de 1139. Il s’agit d’une lettre adressée par Bernard, abbé de Clairvaux, et l’évêque de Langres au pape Innocent II afin que celui-ci incite l’archevêque de Lyon à protéger l’abbaye face aux moines du prieuré de Noailly, dépendance de Savigny (Chartes du Forez, n° 1558). En 1165, le pape Alexandre III prend La Bénisson-Dieu et ses différents domaines sous sa protection. Il exempte aussi de dîme les récoltes et les troupeaux des moines (Chartes du Forez, n° 1561). Cette protection sera confirmée, en 1213, par Innocent III (Chartes du Forez, n° 1577).

2Les années qui suivent la fondation de l’abbaye sont évidemment consacrées à la constitution d’un domaine aussi bien en Forez qu’en Bourgogne à proximité de laquelle elle est établie. En 1160, le comte de Forez Guigue donne à l’abbaye tous les droits qu’il avait de Sainte-Foy à la rivière d’Aix et de Saint-Sulpice à Nervieux, et lui permet d’acquérir des fiefs et des alleux dans ces limites (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 8). Cette donation est confirmée en 1201 par le comte Guy III qui y ajoute même la sixième partie d’une dîme à Saint-Sulpice et confirme une autre donation et une vente faites à la même abbaye par Pons de Marenciaco et Arnould de Sury (Chartes du Forez, n° 1573). Les comtes de Forez apparaissent très liés à l’abbaye. Durant tout le XIIIe siècle, ils multiplient les donations en faveur de celle-ci et confirment les donations antérieures avec des dons de maisons dans le castrum de Cleppé (Chartes du Forez, n° 1515), de terres à Bigny (Chartes du Forez, n° 1314), de pâturages à Églisolles, de vignes à Chandieu (Chartes du Forez, n° 1318), de dîmes à Rioux (Chartes du Forez, n° 1356), d’une maison à Montbrison, des exemptions de péage, tonlieu et leyde, des revenus à prendre sur le marché de Feurs (Chartes du Forez n° 1585)...

3Par ailleurs, les abbés occupent une place croissante dans le paysage politique forézien. Ils apparaissent fréquemment dans l’entourage des comtes, comme en 1223 lors de la concession de la charte de franchises de Montbrison ou lors de la fondation de la collégiale Notre-Dame dans la même ville (Peyron, 1989, p. 82-83). Pour expliquer cette notoriété, il ne faut pas oublier que seules trois abbayes existent en Forez à cette époque, La Bénisson-Dieu, Valbenoîte, et Bonlieu, toutes trois cisterciennes, ce qui ne pouvait que leur donner une relative importance dans la hiérarchie ecclésiastique du comté. Pour La Bénisson-Dieu, maison première, le prestige ne pouvait qu’en être plus grand... Le XIIIe siècle semble donc être l’apogée du rayonnement de La Bénisson-Dieu, l’indication la plus remarquable étant certainement la demande faite par Louis IX à ses baillis et prévôts de protéger l’abbaye (Chartes du Forez, n° 419). Toutefois, à partir de la fin de ce siècle, l’abbaye commence à décliner. Les actes de donation font désormais place aux règlements de conflits : avec le roi (comme en 1269, à propos d’un péage, Chartes du Forez, n° 1177) mais aussi avec leurs protecteurs traditionnels, les comtes de Forez (comme en 1326, Titres de la maison ducale de Bourbon, nos 1802 et 1805), ou avec des seigneurs plus modestes (Peyron, 1989, p. 93). Ces documents traduisent des relations plus tendues entre l’abbaye et ses puissants voisins et un prestige amoindri.

4Aucun texte n’atteste précisément de la situation de l’abbaye dans la seconde moitié du XIVe siècle, mais il est peu probable qu’elle ait échappé aux difficultés du temps et notamment au passage des bandes de routiers qui ravagent alors le Massif central. Il est vraisemblable que ce soit à cette période que l’abbaye se soit fortifiée et qu’elle ait dès lors acquis la physionomie qui est la sienne sur l’Armorial de Revel au milieu du XVe siècle. Celui-ci est un « siècle de reconstruction » pour La Bénisson-Dieu, qui tente alors de rétablir le prestige passé (Peyron, 1989, p. 107). Cependant, l’étude de l’abbaye pour cette période n’est pas aisée, puisque quasiment aucune source ne nous est parvenue. Les terriers auraient constitué une base de données non négligeable, mais ils ont quasiment tous disparu. Peu après le passage de Guillaume Revel, les années 1460 voient l’arrivée d’un nouvel abbé, Pierre de La Fin ; ce dernier clôt la liste des abbés réguliers. Cet abbatiat se caractérise par une autre rupture, architecturale cette fois, puisque cet abbé fait refaire tout l’extérieur de l’abbaye et construire le clocher carré qu’elle possède toujours, mais qui n’apparaît pas sur la vignette de l’Armorial. En 1504, l’abbaye est mise en commende, puis elle est échangée en 1612 par son dernier abbé commendataire, Claude de Nerestang, contre l’abbaye de Mégemont dans le diocèse de Clermont dont sa sœur était abbesse. De ce fait, La Bénisson-Dieu sera occupée par des moniales cisterciennes jusqu’à la Révolution.

La représentation de l’Armorial

  • 3 Bnf, département des estampes et de la photographie, réserve UB-9, boîte FT 4.

5La vignette de La Bénisson-Dieu fait partie des quelques vignettes en fin de manuscrit restées à l’état d’esquisse, même si un certain nombre de détails architecturaux sont présents et que l’illustrateur a déjà réalisé diverses mises en couleur (rouge des toitures, vert des arbres, jaune des éléments de bois) (fig. 360). À première vue, le dessin de l’Armorial semble confus et imprécis, mais un dessin effectué en 1618 par le graveur Martellange3 aide à sa compréhension et permet d’en constater la relative exactitude, si l’on veut bien ne pas s’arrêter aux détails. Le dessin de Revel, pris sous le même angle que celui de Martellange, a été fait en direction du nord-est et met ainsi en évidence l’angle droit formé par l’église et les bâtiments de l’abbaye. La vignette présente toutefois d’importants problèmes du point de vue de la perspective : en effet, la tour circulaire située dans la réalité à l’angle nord-est est ici représentée à l’angle nord-ouest... Il faut assurément y voir là la volonté de l’illustrateur de montrer la totalité des bâtiments d’importance de l’abbaye, même si en fait le point de vue choisi ne le permettait pas.

Fig. 360 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 487) : l’abbaye de La Benisson Dieu.

6La partie la plus confuse concerne le raccordement des différentes parties de l’abbatiale : le pavillon à l’extrême droite de la vignette est en fait le transept de l’église ; sa toiture doit être non parallèle, mais perpendiculaire à celle de la grande nef. Une grande baie aux vitraux soigneusement représentés éclaire le transept. À peine esquissée, une flèche – que Martelange représente octogonale – s’élève au-dessus de la croisée ; elle fut abattue au XVIIe siècle par l’abbesse Françoise de Nerestang, qui fit aussi démolir le chœur à chevet plat et condamner le transept dont il reste aujourd’hui, mais hors de l’église, les piliers de la croisée et les arrachements des voûtes. La grande nef étaient bordée de deux nefs latérales, qui semblent ici couvertes par une seule grande toiture, avec au-dessus des bas-côtés une galerie de bois, sans doute un hourd. Le dessin de Martellange figure cette galerie autour du transept, mais montre les nefs latérales couvertes de toits indépendants et sans hourd. À l’extrémité occidentale, ce qui ressemble au toit d’une tour est le pignon de la façade ; derrière elle s’élève le clocher. Celui-ci montre, juste sous la toiture à quatre pans, deux petites baies par face ; son toit, percé de deux lucarnes, est surmonté d’une croix et d’une girouette en forme de coq. L’actuel clocher ne se trouve pas à gauche, mais à droite de la façade, à l’emplacement qu’occupait au XVe siècle la tour qui défendait l’angle formé par l’église et les bâtiments abbatiaux. Ce fut l’abbé Pierre de La Fin, après 1460, qui fit construire ce dernier clocher et refaire la toiture de l’église.

7Les bâtiments conventuels, dont il ne reste plus rien aujourd’hui, sinon leur trace diffuse dans le parcellaire, sont centrés sur un grand pavillon massif, coiffé d’un grand toit et doté lui aussi de hourds. Celui-ci est flanqué d’une tour quadrangulaire, éclairée par des fenêtres à meneau, où Revel place l’entrée de l’abbaye. Elle est dotée d’un pont à tablier mu par des chaînes et protégé d’une modeste barbacane. Sur le dessin de Martelange, cette tour est placée dans l’angle du pavillon et des bâtiments à sa droite et ne semble pas défendre de porte. À gauche, le pavillon est prolongé par un haut mur, qui semble porter des corbeaux de mâchicoulis. Ce mur se dirige vers une grosse tour quadrangulaire qui, peut-être, termine la façade. Derrière celle-ci apparaissent des toits de bâtiments d’habitation ou de communs.

8Le terrain plat devant l’abbaye est occupé par un imposant réseau de palissades de bois ; leur hauteur et leur densité en font certainement plus un outil défensif, construit hâtivement certes et avec de modestes moyens, qu’une clôture agricole. Des portes permettent de passer d’une parcelle à une autre, alors que de petites passerelles de planches franchissent un béal, dérivation du ruisseau de La Bénisson-Dieu, lui-même affluent de la Teyssonne. Ce béal alimentait en eau la roue d’un moulin, représenté ici sous la forme d’une petite tour quadrangulaire à la base largement ouverte. Il est accompagné à droite, au milieu des arbres, d’un bâtiment aux formes étranges évoquant un « bunker ». Sa destination reste énigmatique... Il pourrait toutefois s’agir d’une représentation très maladroite d’un bâtiment agricole de type grange, un « grand couvert », dont il subsiste encore aujourd’hui des exemplaires à proximité même de l’abbaye. Enfin, il convient de noter qu’aucun autre bâti civil, aucun habitat, n’est représenté sur cette vignette de l’Armorial.

Les vestiges archéologiques et le parcellaire

9Il ne reste aujourd’hui que très peu de vestiges de l’abbaye médiévale. La plupart des bâtiments conventuels ont disparu, victimes de leur abandon progressif. De fait, seule l’église Notre-Dame est conservée et nous signale encore l’emplacement de l’ancienne abbaye (fig. 361). Avant de reprendre plus en détails les vestiges encore visibles, il convient de voir les renseignements apportés par le plan cadastral napoléonien (fig. 362). Quoique peu précis en ce qui concerne l’abbaye elle-même, il nous apporte diverses informations sur son environnement immédiat. Tout d’abord, il confirme la dérivation d’un cours d’eau proche, La Teyssonne, pour alimenter l’abbaye, puisqu’un canal apparaît sur le cadastre devant l’entrée de l’abbaye. Toutefois, là encore, il faut bien insister sur le fait qu’aucune source écrite ne mentionne un tel aménagement. Cependant, le pont-levis représenté sur l’Armorial pourrait en être un indice. Ensuite, le parcellaire napoléonien nous montre l’existence d’un faubourg, peu développé certes, mais présent quand même, quasiment au pied de l’abbaye. Il s’est développé au plus près des voies de communication. Mais l’abbaye de La Bénisson-Dieu, dans une recherche volontaire d’isolement de la part de ses fondateurs, ne se trouvait pas au Moyen Âge sur un axe de communication important. Cela explique le faible développement de ce habitat ignoré par les sources écrites et l’Armorial, où la perspective choisie ne permettait pas de toute façon de le faire rentrer dans l’image. Enfin, le cadastre napoléonien montre de grandes parcelles agricoles, notamment à l’est de l’abbaye ; celles-ci pourraient correspondre à l’ancien domaine cistercien.

Fig. 361 - Vue aérienne du site dans les années 1990.

Fig. 362 - Extrait du plan cadastral du début du XIXe siècle.

10Si le plan parcellaire du XIXe siècle donne quelques informations sur l’environnement de l’abbaye, il reste, en revanche, très peu précis quant à l’organisation de ses bâtiments. S’il les représente organisés autour du carré du cloître, comme le voulait la tradition cistercienne, il ne distingue pas les différents bâtiments conventuels entre eux. Seules l’église et la tour circulaire de l’angle nord-est sont aisément reconnaissables. L’église Notre-Dame, on l’a vu, a été abondamment modifiée aux XVe et XVIIe siècles. Pourtant, son plan d’origine, assez typiquement cistercien, apparaît clair : c’est celui d’un édifice à trois nefs avec transept et chevet plat (fig. 363). La croisée du transept, que l’on peut voir sur la vignette de l’Armorial, existe toujours, mais en ruine, à l’extérieur de l’église (fig. 364, 365). En revanche, du reste des bâtiments abbatiaux, il ne subsiste rien à l’exception d’un puits, qui nous indique l’emplacement du centre de l’ancien cloître. Cependant, des plans de l’abbaye dressés au XIXe siècle (Carcel, 1975) (fig. 363), avant la destruction des bâtiments conventuels, montrent une organisation générale très classique et sûrement très proche de celle du XVe siècle. Actuellement, seule une construction pourrait reprendre l’emplacement des anciens bâtiments conventuels. Situé au nord de la porte d’entrée de l’église, ce bâtiment ne semble pas médiéval dans ses élévations, mais il donne une idée de l’implantation des bâtiments autour du cloître au Moyen Âge. D’autres documents permettent encore de restituer l’aspect ancien de l’abbaye : il s’agit des dessins réalisés par le père Martellange au début du XVIIe siècle (fig. 366-368). Ceux-ci, où l’on retrouve certains éléments défensifs représentés dans l’Armorial, prouvent la relative justesse de la vignette. On y retrouve notamment l’emplacement du pont-levis, la massive tour d’entrée rectangulaire ou la tour circulaire. Certains hourds y figurent également encore. En revanche, l’abbaye ayant connu un rehaussement général des bâtiments durant les travaux de la seconde moitié du XVe siècle (Carcel, 1975), il faudrait légèrement abaisser les bâtiments représentés par Martellange, afin de saisir l’aspect initial, dans ses grandes lignes, de l’abbaye. Seul le clocher carré massif, représenté par le père Martellange et que l’on peut toujours voir, serait à supprimer, puisqu’il fut bâti seulement dans la seconde moitié du XVe siècle, après 1460, et n’existait pas quand Guillaume Revel réalisa son armorial.

Fig. 363 - Plan de l’abbaye au XIXe siècle, d’après le plan dressé par M. Donjon.

Fig. 364 - Vue du chevet actuel de l’église abbatiale.

Fig. 365 - Mur gouttereau sud de l’église abbatiale.

Fig. 366 - Vue de l’abbaye de La Bénisson-Dieu en 1618 par le père Martellange (Bnf, Estampes et photographie, réserve UB-9 boîte FT 4, n° 108). Vue vers le nord-ouest.

Fig. 367 - Vue de l’abbaye de La Bénisson-Dieu en 1618 par le père Martellange (Bnf, Estampes et photographie, réserve UB-9 boîte FT 4, n° 106). Vue vers le sud.

Fig. 368 - Vue de l’abbaye de La Bénisson-Dieu en 1618 par le père Martellange (Bnf, Estampes et photographie, réserve UB-9 boîte FT 4, n° 107). Vue vers le nord-est.

11L’abbaye de La Bénisson-Dieu apparaît comme une institution religieuse majeure en Forez au Moyen Âge. Très tôt placée sous la protection de différents grands, que ce soit les comtes de Forez, les papes ou le roi de France, elle devient rapidement la plus importante des trois abbayes, toutes cisterciennes, qui sont alors établies en Forez. Son apogée se situe vers le milieu du XIIIe siècle ; elle possède alors de vastes domaines, sources de richesses et donc de puissance. Malheureusement pour elle, un déclin s’enclenche dans la seconde moitié de ce même siècle, la prospérité n’étant plus la même et les relations avec les puissants se distendant. L’insécurité chronique du XIVe siècle semble avoir provoqué sa mise en défense sans que des données écrites précises, rares pour cet établissement, ne nous permettent toutefois d’en préciser la chronologie. Dotée d’une relative aura, cette abbaye a sûrement dû agglomérer un habitat, même modeste, mais là encore les sources ne le confirment pas. Enfin, l’abbaye de la Bénisson-Dieu n’offre aujourd’hui que peu d’éléments du Moyen Âge, seuls nous sont parvenus l’église abbatiale Notre-Dame et le puits du cloître. Néanmoins, diverses sources – les plans dressés au XIXe siècle, le cadastre napoléonien et les vues du père Martellange – permettent de confirmer la pertinence générale de l’enluminure de l’Armorial de Guillaume Revel.

Notes

1 Pour l’histoire de cette abbaye, on se reportera surtout à Carcel, 1975 et à Peyron, 1989.

2 Hic scribitur numerata. Procul dubio vera data Benedictionis Dei Fundation. Quæ fuit kal. octobris tertio, mille centum currentibus triginta octo sequentibus (De La Mure, 1860-1897, t. 3, p. 23-24).

3 Bnf, département des estampes et de la photographie, réserve UB-9, boîte FT 4.

Table des illustrations

Légende Fig. 360 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 487) : l’abbaye de La Benisson Dieu.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2985/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Fig. 361 - Vue aérienne du site dans les années 1990.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2985/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 362 - Extrait du plan cadastral du début du XIXe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2985/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 363 - Plan de l’abbaye au XIXe siècle, d’après le plan dressé par M. Donjon.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2985/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 364 - Vue du chevet actuel de l’église abbatiale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2985/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 365 - Mur gouttereau sud de l’église abbatiale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2985/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 366 - Vue de l’abbaye de La Bénisson-Dieu en 1618 par le père Martellange (Bnf, Estampes et photographie, réserve UB-9 boîte FT 4, n° 108). Vue vers le nord-ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2985/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 367 - Vue de l’abbaye de La Bénisson-Dieu en 1618 par le père Martellange (Bnf, Estampes et photographie, réserve UB-9 boîte FT 4, n° 106). Vue vers le sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2985/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 368 - Vue de l’abbaye de La Bénisson-Dieu en 1618 par le père Martellange (Bnf, Estampes et photographie, réserve UB-9 boîte FT 4, n° 107). Vue vers le nord-est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2985/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 260k

© Alpara, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access