Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Armorial de Guillaume Revel

 | 
Pierre-Yves Laffont

Monographies

L’Aubépin

Chantal Delomier, Emmanuel De Boos et Pierre-Yves Laffont

Texte intégral

485. Le chatiau de Laubespin
Département : Rhône ; canton : Saint-Symphorien-sur-Coise ; commune : Larajasse

L’apport des sources écrites

  • 1 C’est d’ailleurs l’identification que donne la copie de l’Armorial réalisée pour la Société de la D (...)
  • 2 L’Aubépin cesse d’être commune et paroisse au profit de Larajasse en 1814.

1Le problème de l’identification précise de la page 485 de l’Armorial a été relativement complexe à trancher. En effet, l’historiographie locale identifie depuis toujours ce site – en raison de sa position dans le manuscrit à la suite d’autres sites du Roannais – avec le lieu de L’Aubépin sur la commune de Fourneaux1, ancien fief du Beaujolais érigé en baronnie en 1631. Toutefois, sur les seize documents foréziens rassemblés mentionnant un lieu-dit L’Aubépin, la seule mention concernant le site roannais fait état d’une dîme située au Maupas de Laubespin en 1265 (Chartes du Forez, n° 904, p. 6), deux autres occurrences mentionnent la maison forte de L’Aubépin à Cleppé (Chartes du Forez, nos 160 et 221) et, enfin, les treize derniers documents concernent un château et un petit bourg castral situés sur l’actuelle commune de Larajasse2, dans le département du Rhône. Nous proposons d’identifier la vignette de la page 485 de l’Armorial de Guillaume Revel avec ce dernier site, établi sur les confins du Lyonnais et du Forez. Nous verrons ultérieurement que les arguments archéologiques vont dans le même sens.

  • 3 ... castrum del Albepin cum eius finibus, dominio et mandamento...

2Lors du célèbre échange de 1173 entre l’archevêque de Lyon et le comte de Forez, le lieu de L’Aubépin (Albespino), qui n’est pas plus précisément qualifié, sert de limite au-delà de laquelle l’Église de Lyon s’engage à ne pas construire de forteresse (Chartes du Forez, n° 4, p. 7). Le site est placé sur un des itinéraires de la strata viannoyse reliant Montbrison à la vallée du Rhône (Fournial, 1967, p. 150), mais à cette date le château ne semble pas encore construit. Il l’est toutefois à la fin du XIIIe siècle, puisqu’à cette date le château de L’Aubépin est aux mains du comte de Forez. Ainsi en 1278, Étienne du Broc, grand-prieur d’Auvergne des Hospitaliers, se plaint auprès de la comtesse de Forez, Jeanne de Montfort, de divers méfaits des hommes du comte et notamment de l’assassinat par les gens de celui-ci occupant le château de L’Aubépin d’un homme de l’Hôpital (Chartes du Forez, n° 677). En 1297, le comte Jean Ier inféode à Artaud, seigneur de Roussillon et d’Annonay, en augment de fief, le castrum de L’Aubépin et son33 (Chartes du Forez, n° 586). À la fin du XIVe et au début du XVe siècle, L’Aubépin est encore entre les mains des descendants d’Artaud de Roussillon, comme en témoignent un hommage rendu au comte de Forez en 1378 par Isabeau d’Harcourt, femme d’Humbert, seigneur de Thoire, Villars, Roussillon et Annonay (ADL, B 2006), ainsi que la vente faite par le même de diverses seigneuries, dont celle de L’Aubépin, à sa femme dans les années 1400-1407 ou encore un conflit opposant les officiers du roi de France à Isabeau d’Harcourt en 1407 (Titres de la maison ducale de Bourbon, nos 4315, 4714, 4715, 4718). À la mort de celle-ci en 1441, L’Aubépin passe, avec la majeure partie de ses autres biens, au duc Charles Ier de Bourbon, son cousin (De Boos, 1998, p. 485).

  • 4 L’Aubepin a une eglise de l’abbaye d’Ainay de Lyon en laquelle a un clocher haut à maniere de tour (...)
  • 5 Sancta Maria de Pisam alias Albaspina (Cartulaire de Savigny, p. 1056).

3Le castrum de L’Aubépin possédait une église, dépendance de l’abbaye lyonnaise d’Ainay qui y tenait un prieuré4. Cette église est mentionnée dans les pouillés du diocèse de Lyon des XIIIe, XIVe et XVe siècles (Cartulaire de Savigny, p. 903, 941, 942, 964), ainsi que dans la visite pastorale du diocèse de Lyon de 1378-1379 (Merle, 1937, p. 297). Dans la « Pancarte du droit de cire et d’encens dû à l’Église de Lyon » (Cartulaire de Savigny, p. 1056) est aussi mentionnée l’église Sainte-Marie de Pizay5 ; s’agit-il de la même église ou de l’église Saint-Pierre, légèrement au nord-est de L’Aubépin ?

La représentation de l’Armorial

4La détermination du point à partir duquel L’Aubépin a été représenté, qu’il serait bien difficile d’identifier si le site était à Fourneaux, se fait ici sans trop de peine, en particulier grâce au réseau des chemins (fig. 357). Celui qui monte en suivant un tracé sinueux au premier plan vient de Riverie ; il forme une fourche derrière le château et se dirige, à droite, vers Larajasse, et à gauche vers Lamure et Saint-Christo-en-Jarez, évitant ainsi la butte escarpée qui forme l’arrière-plan de L’Aubépin. Le dessinateur devait donc se tenir à l’est du site, face au couchant.

Fig. 357 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 485) : le chatiau de Laubespin.

  • 6 Cf. la même représentation difficile d’interprétation à Villerest ou Pouilly.

5Le site est dominé par une haute tour maîtresse carrée, éclairée de fenêtres à meneau et à traverse sur ses deux faces visibles et couverte d’un toit sur hourds. Ce donjon a complètement disparu et il n’est pas possible de préciser d’après l’image s’il se trouvait au centre du château ou s’il occupait l’un des angles de l’enceinte. Celle-ci affecte un plan quadrangulaire, que l’on retrouve sur le parcellaire ancien, bien qu’avec des lignes beaucoup moins rigides. Les trois angles visibles sont défendus de tours rondes surmontées d’une plateforme crénelée ; celle de l’angle sud-est était encore visible sur le cadastre du XIXe siècle, ainsi, probablement, que celle de l’angle sud-ouest. L’ensemble de l’enceinte est renforcé à sa base par un talutage (ou une braie ?)6, percé d’ouvertures de tir à intervalles réguliers, et entouré d’un profond fossé taillé dans le rocher. À l’intérieur du rempart, le dessinateur a figuré en désordre les toits de quelques petites maisons, sans distinguer l’église qui pourtant se trouvait au centre de ce modeste bourg castral. L’absence de porte sur le dessin et de tout signe permettant de la replacer dans les contours de l’enceinte (étendard, hourds, tour quadrangulaire...) conduit à proposer son emplacement sur la face occidentale du site à l’arrière du donjon. En effet, le chemin qui serpente effectue une boucle vers l’arrière du site et semble tout naturellement conduire à l’entrée du château. À l’extérieur s’étendaient deux faubourgs, l’un au sud et l’autre à l’est ; seul ce dernier a conservé aujourd’hui quelque importance, le long de la route menant à Riverie.

Les vestiges archéologiques et le parcellaire

6Divers arguments viennent appuyer la proposition d’identification du site. En effet, la topographie en assez fort relief, les voies de communication sinueuses, l’habitat lâche et rare mais tendant à se grouper autour du château sont autant d’arguments allant dans le sens de la proposition précédente. L’implantation du village à 820 m d’altitude, correspond au dessin de l’Armorial qui énonce clairement un site de hauteur, inséré dans un contexte montagneux, dont les pentes sont soulignées par des affleurements rocheux, un chemin en lacet et trois sommets en arrière-plan. Ce décor, à l’évidence, se rapproche davantage de celui des monts du Lyonnais que des lignes paisibles des terrasses de L’Aubépin en Roannais. D’autres détails décisifs du dessin ne trouvent aucun écho dans le château de Fourneaux. Ainsi, la proximité d’un habitat s’alignant le long d’une voie d’accès ou se greffant dans le voisinage immédiat de la forteresse ne peut y être repérée. De même, le donjon rectangulaire reste impossible à retrouver, tant sur le terrain que sur le plan cadastral napoléonien. Enfin, dernier argument majeur, il s’agit bel et bien, en Roannais, d’une maison forte et en aucun cas d’un bourg castral fortifié enserré dans des remparts tel qu’il apparaît sur l’illustration de l’Armorial. En effet, la vignette montre clairement un donjon entouré d’un habitat castral constitué de quelques maisons enfermées dans une puissante enceinte.

7La superposition du dessin avec les plans cadastraux (fig. 359) s’est avérée assez difficile, en partie à cause de la carence en éléments signifiants sur l’image, qui a manifestement conduit à l’erreur d’identification du site. L’ensemble fortifié s’organise en une forme ovalaire centrée autour d’un bloc quadrangulaire. Ces tracés appuyés permettent de restituer facilement les contours de l’enveloppe extérieure et de l’ensemble central. Sur le terrain, les structures anciennes, très remaniées ou démolies, ne sont pas aisément repérables. La permanence du parcellaire permet toutefois de proposer un schéma d’organisation spatiale du bourg fortifié. Ainsi, l’emplacement des fossés reste facile à restituer, tant par la toponymie (la rue des Terreaux et la rue des Douves qui contournent encore le tracé de l’ancienne chemise castrale au nord et à l’est) que par l’organisation du réseau viaire autour du site. La plus grande partie de l’enceinte pourrait s’avérer encore en place à l’intérieur des maisons, car ces édifices semblent bâtis contre elle, de part et d’autre (fig. 358). Quoiqu’il en soit, la forme de l’enceinte, sub-circulaire dilatée en carré aux angles nord, est et ouest, se superpose de manière très vraisemblable à l’image qu’offre la vignette de l’Armorial. Si aucune des deux tours de flanquement visibles sur le cadastre napoléonien (au sud-est et au sud-ouest) n’a pu être repérée, une anomalie persiste encore dans la toiture d’une maison visible de la place intérieure du village. Comme nous l’avons vu plus haut la vignette ne montre aucune porte, celle-ci étant sans doute à l’ouest cachée par le donjon ; toutefois, le parcellaire suggèrerait, lui, deux portes : une à l’est et une à l’ouest.

Fig. 358 - Vue aérienne du site dans les années 1990.

Fig. 359 - Extrait du plan cadastral du début du XIXe siècle.

8La localisation du donjon constitue un problème délicat à résoudre. En effet, le type d’ouverture à meneau et traverse représenté sur l’illustration nous contraint à écarter l’hypothèse d’un clocher d’église mis en défense. Plusieurs observations convergentes permettent de présenter une proposition reposant sur une visite de terrain et sur la confrontation des cadastres et de la vignette. La tour quadrangulaire pourrait avoir été établie dans un bloc de parcelles approximativement au centre de l’enclos (numérotées 100 à 102 sur le cadastre napoléonien et 130 à 132 sur le cadastre actuel). L’église, aujourd’hui complètement rasée, était bâtie au plus près de cette tour ; seul un talus marque encore son emplacement. Le prieuré d’Ainay ne peut en aucun cas être repéré. Sans doute s’agissait-il d’un simple doyenné voué à recueillir les fruits d’une partie du domaine agricole de l’abbaye lyonnaise.

9Malgré certaines difficultés (absence d’église, problème de la localisation des portes...), le site figurant sur la vignette de la page 485 intitulée Le chatiau de Laubespin peut à peu près sûrement être identifié avec le petit castrum de L’Aubépin à Larajasse, très modeste place des comtes de Forez sur les confins du Lyonnais.

Notes

1 C’est d’ailleurs l’identification que donne la copie de l’Armorial réalisée pour la Société de la Diana au XIXe siècle par François Chéri-Rousseau.

2 L’Aubépin cesse d’être commune et paroisse au profit de Larajasse en 1814.

3 ... castrum del Albepin cum eius finibus, dominio et mandamento...

4 L’Aubepin a une eglise de l’abbaye d’Ainay de Lyon en laquelle a un clocher haut à maniere de tour et que ladite eglise et hostel assis environ sont clos de hauts murs creneles et de fosses à la manière de chasteau (Cartulaire des fiefs de l’Église de Lyon, p. 399).

5 Sancta Maria de Pisam alias Albaspina (Cartulaire de Savigny, p. 1056).

6 Cf. la même représentation difficile d’interprétation à Villerest ou Pouilly.

Table des illustrations

Légende Fig. 357 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 485) : le chatiau de Laubespin.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2984/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 358 - Vue aérienne du site dans les années 1990.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2984/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 359 - Extrait du plan cadastral du début du XIXe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2984/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 231k

© Alpara, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Liseuse ePub
PDF du livre
PDF du chapitre

Open access