Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Armorial de Guillaume Revel

 | 
Pierre-Yves Laffont

Monographies

Pouilly-les-Nonains

Chantal Delomier et Violette Blanc

Texte intégral

484. Le chatiau de Poully
Département : Loire ; canton : Roanne ; commune Pouilly-les-Nonains

La documentation ancienne

  • 1 Poylleu in Rohaneys (Obituaires de la province de Lyon, p. 203), Poilleu in Ruannesio (Cartulaire l (...)
  • 2 Le prieuré sera ultérieurement rattaché à l’abbaye bourbonnaise de Saint-Menoux.

1Pouilly-les-Nonains, autrefois Pouilly en Roannais1, abritait un prieuré de moniales relevant de l’abbaye de Fontevraud depuis le XIIe siècle2. Le lieu de Pouilly est attesté dès la fin du XIIe siècle, Humbert de Beaujeu cède alors au comte de Forez les châteaux et villages qu’il possède en Forez et au-delà de la Loire, dont Pouilly (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 39). Les moniales de Pole in Roaneis apparaissent à leur tour dans le cartulaire de Notre-Dame de Beaujeu en 1195 (Cartulaire de Beaujeu, p. 51), suscitant des dons comtaux qui ne cesseront plus : ainsi au début du XIIIe siècle, le comte Guy IV donne au prieuré une rente de 33 quartes de sel à prendre sur la leyde de Montbrison et, en 1248, Guy V demande au châtelain de Saint-Just-en-Chevalet de prendre sur sa censive la rente de 20 sous forts légués au prieuré de Pouilly, par feu son père Guy IV, pour célébrer son anniversaire (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 278). De même, le testament de l’archevêque de Lyon Renaud de Forez, rédigé en 1226, contient de nombreux legs, notamment au profit du prieuré de Pouilly-les-Nonains (Chartes du Forez, n° 1340).

2La prieure nommait à la cure de la paroisse dont l’église était sous le vocable de Saint-Paul. L’église dédiée à Sainte-Marie que mentionne un testament de 1412 était sans doute celle du prieuré (Dufour, 1946, p. 755). La prieure partageait aussi les droits de justice sur Pouilly avec le comte de Forez, ce qui ne va pas sans conflit, comme en témoignent plusieurs sentences arbitrales de la fin du XIIIe siècle. Ainsi en 1283, Hismidon Radulphe, sacriste de Nevers et juge de Forez, rend une sentence en faveur de la prieure de Pouilly-les-Nonains, contre Étienne Terrat, châtelain comtal (de Roanne ou de Renaison ?) et Guillaume de la Chambre, lesquels, exerçant la justice à Pouilly, avaient fait couper l’oreille à un voleur. Le malfaiteur sera rendu à la prieure qui, à son tour, le livrera au châtelain hors des limites de Pouilly (Chartes du Forez, n° 700). À la fin du XIVe siècle, le prieuré a à souffrir des incursions des bandes : en 1396, le duc de Bourbon fait un don de 10 livres tournois à

la prieuresse et couvent de Pouilly en Roannais... en aumosne pour aidier a rebastir leur esglise qui est en ruynes (Fournial, 1967, p. 342).

3Les XVe et XVIe siècles semblent être une période de prospérité pour le prieuré, mais, désireuses d’éviter la commende, les abbesses de Saint-Menoux obtiennent l’affiliation de leur monastère à la congrégation des Bénédictins réformés, dont l’autonomie sera absorbée par la puissante congrégation de Saint-Maur, puis le prieuré est réuni à la mense abbatiale de Saint-Menoux et la vie conventuelle disparaît alors. En 1790, le bâtiment prioral encore debout est appelé manoir principal du prieuré et consiste :

en cuvage, cellier, cave avec une petite cheneviere et une vigne le tout joignant ensemble et contigu, et treize parcelles constituent le fonds du prieuré au territoire de la municipalité de Pouilly (Le Roannais illustré, t. 2, 1885-1886, p. 42 sq).

La représentation de l’Armorial

  • 3 Les transformations successives de l’église ont altéré évidemment le clocher de la croisée du trans (...)

4La vignette, insérée entre celles de Renaison et de La Bénisson-Dieu, ne pose aucun problème d’identification grâce à sa place dans l’Armorial (fig. 352). Quelques arguments recueillis lors de la visite du site permettent de pallier la carence des informations dessinées et de positionner l’image. Si l’absence des tracés des routes et chemins rend difficile l’orientation de la vignette, le pendage manifeste entre l’arrière et l’avant-plan permet de proposer une vue sud/sud-est de l’ensemble. Une enceinte rectangulaire, flanquée de six tours rondes couverte d’une plate-forme crénelée, protège quelques maisons agglutinées autour d’une église dont n’apparaît qu’un haut clocher totalement hors de proportions, doté, au-dessus d’un cordon, de baies jumelles et sommé d’un hourd et d’une guette crénelée3. Des quatre tours représentées au premier plan, seules les trois placées à droite de la vignette suivent un alignement rectiligne, tandis que le dernier organe de flanquement, à gauche, dessiné en retrait à cause d’une perspective oblique, ferme l’angle du quadrilatère. En arrière-plan et au droit de cette arête, deux sommets crénelés et semi-circulaires ponctuent cette ligne, parallèle aux trois tours à l’avant du site, composant ainsi un rectangle régulier. La base des courtines est renforcée par ce qui pourrait être, comme à Villerest, une braie percée d’ouvertures de tir disproportionnées ou un talutage mal rendu. L’ensemble est protégé par un large fossé à fond plat, creusé dans le rocher. La porte du bourg monastique demeure masquée, à l’arrière de cette représentation.

Fig. 352 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 484) : la chatiau de Poully.

5Aucune maison ne se distingue des autres à l’intérieur de l’enceinte et leur répartition, assez lâche, semble aussi aléatoire que leur représentation reste codifiée. Le prieuré fontevriste ne se repère pas davantage. La constellation de l’habitat extérieur à l’enceinte révèle, sans toutefois qu’un véritable faubourg ne se dessine, la relative densité de la population attirée par ce pôle religieux. Pouilly reste néanmoins un petit bourg rural et non pas une ville.

Les vestiges archéologiques et le parcellaire

  • 4 Notice d’É. Jeannez dans le Bulletin de la Diana, t. XIII, p. 176.

6Il subsiste du prieuré fontevriste le logis prioral à deux étages qui présente encore en façade une belle galerie de bois et une tourelle d’escalier polygonale, l’ensemble ayant peut-être été édifié par Guillemette d’Albon, prieure de Pouilly, à la fin du XVe siècle (fig. 355). Subsiste aussi l’église mais celle-ci a été considérablement remaniée à l’époque moderne et à l’époque contemporaine (fig. 356). En revanche, la localisation de l’enceinte et des tours de flanquement et leur comparaison avec la représentation de l’Armorial génèrent un certain nombre de difficultés, en raison de la destruction de la quasi-totalité de ces constructions. Une excursion faite par la Société de la Diana en 1902 n’apprend rien de particulier sur le bourg monastique4 ; une notice plus ancienne apporte toutefois quelques éléments supplémentaires (Thiollier, 1889, p. 159-160) : il restait alors un fragment de l’angle nord-est du mur d’enceinte et des traces des fossés entre le cimetière et le chevet de l’église.

7Les rares vestiges de l’enceinte encore en élévation occupent la partie nord du village, où le rempart traverse sept parcelles d’ouest en est avant d’être éventré par le percement moderne de la rue de l’Église qui ne reprend aucun axe de pénétration ancien (fig. 353). Le seul vestige visible du rempart se situe, ici, à l’extrémité orientale de la parcelle 77 du cadastre actuel. Conservé sur une hauteur de 3 m environ, le mur est assez mince (0,80 m de large) et dessine une courbe que l’on peut éventuellement interpréter comme une tour d’angle, puisque l’enceinte prend une direction rectiligne nord-sud à partir de ce point. Construit en galets roulés et en granit rouge porphyroïde, sa mise en œuvre est identique aux autres enceintes villageoises connues de la fin du XIVe siècle. Les autres traces du rempart sont incluses dans les deux îlots nord du village où des limites parcellaires s’arriment à l’ancienne clôture (parcelles n° 72/73, 75/76, 77/78). Des niveaux de caves s’installent en surcreusement de part et d’autre du mur, notamment dans la contrescarpe des fossés nord. En dehors du secteur nord, où la fixation des formes parcellaires permet une restitution aisée, le tracé du reste de l’enceinte adopte des contours un peu plus hypothétiques. À l’est, une rapide visite à l’intérieur d’une parcelle bâtie (n° 80) a permis de rétablir l’orientation du mur vers le sud, en direction de l’ancien logis prioral, confortant ainsi l’hypothèse d’une tour à l’angle nord-est du bourg. Aucune trace n’est plus lisible dans les jardins implantés aux extrémités est et sud de la plate-forme, qui accuse cependant un tel pendage, que le tracé du mur peut être logiquement restitué, même sans vestige archéologique. Au sud, en surplomb de l’actuelle D18, on peut éventuellement, bien que cette structure soit en partie reconstruite, localiser la façade méridionale du prieuré, percée de nombreuses baies à meneaux et traverses (fig. 355). Les deux extrémités détruites de ce long pan de mur nous incitent à penser que deux tours d’angle le confortaient autrefois à l’est et à l’ouest. Enfin, l’existence de l’angle sud-ouest du rempart ne fait aucun doute et reste lisible dans les deux cadastres. L’aménagement d’un parking et la modification du tracé de la D18, décalée vers l’ouest, ont gommé tout le secteur occidental du bourg fortifié qui était auparavant exactement circonscrit par le passage de l’ancienne route venant de Saint Haon-le-Châtel. Ici, l’examen du cadastre napoléonien s’avère indispensable, un axe rectiligne nord-sud délimite précisément l’espace villageois, et présente deux anomalies assez faciles à interpréter (fig. 354). La première est une petite excroissance de forme quadrangulaire prolongeant l’axe longitudinal est-ouest du bourg, elle pourrait marquer l’emplacement de la porte médiévale du bourg. Son emplacement au point de convergence des principales voies de communication constitue une preuve supplémentaire de cette fonction d’accès fortifié. La seconde irrégularité du tracé, semi-circulaire, permet d’attester, en plan, l’existence d’une tour de flanquement de la fortification au nord-ouest, disparue aujourd’hui.

Fig. 353 - Vue aérienne du site dans les années 1990.

Fig. 354 - Extrait du plan cadastral de 1809 (section B dite du Bourg) de Pouilly-les-Nonains.

Fig. 355 - Le manoir prioral au sud de l’église.

Fig. 356 - Vue d’ensemble du site depuis le sud.

8Du modeste bourg prioral de Pouilly, il ne reste aujourd’hui que peu de vestiges médiévaux. Si la localisation de la vignette dans l’Armorial ainsi que sa morphologie d’ensemble – un habitat ecclésial enserré dans une enceinte quadrangulaire – permettent sans aucun doute d’identifier cette vignette avec Pouilly-les-Nonains, au détriment de Pouilly-les-Feurs ou de Pouilly-sous-Charlieu, il n’en demeure pas moins qu’il est extrêmement difficile ici de vérifier la véracité de la représentation de l’Armorial.

Notes

1 Poylleu in Rohaneys (Obituaires de la province de Lyon, p. 203), Poilleu in Ruannesio (Cartulaire lyonnais, t. II, p. 226), etc.

2 Le prieuré sera ultérieurement rattaché à l’abbaye bourbonnaise de Saint-Menoux.

3 Les transformations successives de l’église ont altéré évidemment le clocher de la croisée du transept qui fut probablement rabaissé, puisque l’on ne trouve plus ni cordon, ni baies jumelles sur chaque face.

4 Notice d’É. Jeannez dans le Bulletin de la Diana, t. XIII, p. 176.

Table des illustrations

Légende Fig. 352 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 484) : la chatiau de Poully.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2982/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 353 - Vue aérienne du site dans les années 1990.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2982/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 354 - Extrait du plan cadastral de 1809 (section B dite du Bourg) de Pouilly-les-Nonains.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2982/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 355 - Le manoir prioral au sud de l’église.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2982/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 356 - Vue d’ensemble du site depuis le sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2982/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 166k

© Alpara, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access