Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Armorial de Guillaume Revel

 | 
Pierre-Yves Laffont

Monographies

Rozier-Côtes-d’Aurec

Pierre-Yves Laffont

Texte intégral

472. Le chatiau de Rouzieres
Département : Loire ; canton : Saint-Bonnet-le-Château ; commune : Rozier-Côtes-d’Aurec

L’apport des sources écrites

  • 1 Prioratus de Roseriis est satis in bono statu quantum ad spiritulia, sed temporalia non bene regant (...)
  • 2 Quedam turris corruit et quedam pars murorum clausure dicte domus... (Chartes du Forez, n° 1662).

1Le prieuré de Rozier, situé dans le diocèse du Puy, à la limite du Velay et du Forez, n’apparaît que tardivement dans la documentation : lors d’un chapitre général de l’ordre de Cluny réuni en mai 1261, il est alors fait interdiction au prieur de Rozier d’utiliser un sceau personnel. Le prieuré de Rozier fait ensuite l’objet de trois visites, en 1281, 1282 et 1295, dans le cadre de la visite générale des prieurés clunisiens de la province d’Auvergne (Chartes du Forez, nos 1642, 1643, 1662). Lors de la visite de 1281, le prieur de Saint-Étienne de Nevers trouve le prieuré de Rozier dans un état général relativement satisfaisant, tout au moins en ce qui concerne le domaine spirituel. En effet, pour le temporel, le prieuré semble en conflit avec le seigneur de Saint-Bonnet-le-Château, ce que confirme un acte de 1290 (Chartes du Forez, n° 1148) et avec ses propres tenanciers. Le prieuré est alors occupé par un prieur et deux moines1. La visite suivante, en 1282, mentionne un moine dont l’« incontinence » est de notoriété publique (Chartes du Forez, n° 1643). Le texte d’une troisième visite, réalisée en 1295, nous est parvenu. Les inspecteurs mentionnent la présence à Rozier, outre le prieur, de deux moines. Quelques recommandations d’ordre liturgique leur sont faites. Le texte constate aussi qu’une tour ainsi qu’une partie des murs du cloître sont en train de s’écrouler2. Il semble que la turris à laquelle fait allusion le texte corresponde plus au clocher qu’à une quelconque tour à vocation militaire ; en effet, toute la documentation tant écrite, qu’iconographique et archéologique, ne laisse supposer aucune fortification antérieurement à l’extrême fin du Moyen Âge. Malgré ce problème, l’état matériel du prieuré semble à peu près correct puisqu’il possède suffisamment de

victualia usque ad fructus novos (Chartes du Forez, n° 1662).

2Le prieuré de Rozier doit alors 80 livres et 34 sous de redevance à l’abbaye mère.

3Parallèlement, dans son testament de mars 1287, Dauphine de Saint-Bonnet fait un legs de 100 sous viennois au prieuré de Rozier, en Forez, où est enterré son père (Chartes du Forez, n° 729). En octobre 1290, a lieu une transaction entre Robert Damas, seigneur de Saint-Bonnet-le-Château, et Étienne de Secey, prieur de Rozier, au sujet de leurs droits respectifs de justice sur le prieuré et la villa de Rozier, situé dans le mandement de Saint-Bonnet. Il est convenu que la justice appartiendra au prieur, toutefois le seigneur de Saint-Bonnet conservera le droit de garde (Chartes du Forez, n° 1148).

4Par la suite, au XIVe siècle, le prieuré est très peu documenté. Au début du siècle suivant, Guillaume de Boisvair, prieur de Rozier de 1409 à 1412, obtient par un acte du 17 décembre 1409 l’autorisation de Louis II de Bourbon, comte de Forez, de fortifier le bourg et de contraindre les habitants à monter la garde (de La Mure 1860-1897, t. II, p. 98). Peu après, en 1412, des lettres patentes d’Anne de Bourbon, comtesse de Forez, ordonnent que les habitants d’un certain nombre de hameaux de la paroisse de Rozier seront tenus de contribuer aux réparations et à la garde du prieuré. Elle accorde au prieur les pleins pouvoirs pour les y contraindre. Au XVIe siècle, durant les guerres de Religion, le bourg est plusieurs fois occupé par la troupe. Marc-Antoine Gaiffier, prieur de 1597 à 1630, est le dernier prieur de Rozier. Il fait réaliser de nombreux travaux de réfection et d’embellissement. Il achète au profit du prieuré plusieurs maisons dans l’enceinte du bourg. De plus, il fait construire les murs du jardin du prieuré. Au XVIIIe siècle, celui-ci est dit

« clos de murailles et situé hors du château et joignant au midi les fossés qui l’entourent ».

5Il cède en 1630 le bénéfice du prieuré aux Chartreux de Lyon. Mais l’état général du prieuré et de l’enceinte du bourg se dégrade : en 1727, la tour-porte de l’enceinte, qui menaçait ruine, est démolie. Durant tout le XVIIIe siècle, de nombreux travaux sont réalisés sur l’église priorale et notamment sur la toiture de celle-ci. Le cimetière, situé à l’origine devant l’église, est transféré en 1742 au nord-est de l’église ; il sera ensuite, au XIXe siècle, déplacé définitivement hors du village. Le prieuré achève son existence à la fin du XVIIIe siècle : il est, en effet, désaffecté à la Révolution (Gardes, Houssel, 1985, p. 196-202). Si l’église ne subit pas de dommages importants durant le XIXe siècle, l’enceinte du bourg et le fossé qui l’entoure disparaissent progressivement. Lors de la rédaction de leur étude sur le prieuré de Rozier en 1879, V. Durand et A. Vachez, décrivent, en évoquant l’enceinte du bourg :

« ... une haute et longue muraille dont le pied plonge dans une pièce d’eau » (Durand, Vachez, 1879).

6Il existait donc encore au XIXe siècle des traces du fossé médiéval en eau : une photographie des années 1890 montre la présence d’une mare, ultime vestige de ce fossé, au pied de l’enceinte sur l’actuelle place de la Doue, dont le toponyme, dérivé de « douves », évoque lui aussi le fossé. En 1950, la partie sud de l’enceinte est démolie.

La représentation de l’Armorial

7Le prieuré et son enceinte sont vus du sud. L’église priorale, dotée d’un clocher quadrangulaire largement surdimensionné, occupe le centre d’une enceinte compacte qui semble quadrangulaire (fig. 251). Elle est entourée d’un fossé, dont le talus, au moins à l’ouest, est maçonné. Ce fossé est en eau ; si la représentation de l’Armorial ne permet pas de le distinguer clairement, la documentation ancienne ne laisse à ce sujet aucun doute (cf. supra). La portion est du rempart est doublée par une courte braie rectiligne. Baigné par les eaux du fossé, ce mur est terminé à ses deux extrémités par deux tours circulaires, crénelées et percées de plusieurs meurtrières à mire. Une longue et étroite parcelle fusiforme, visible sur le cadastre du XIXe siècle, à l’est entre le tracé du rempart et la limite extérieure supposée du fossé, pourrait rappeler l’existence de cette structure un peu particulière. L’enceinte du prieuré est cantonnée à ses angles sud-ouest et nord-est d’une échauguette circulaire munie de meurtrières. L’angle sud-est est renforcé par une échiffe quadrangulaire. Les courtines est et sud du rempart, seules visibles, sont crénelées. À l’est, deux bretèches couronnent le mur d’enceinte. À l’ouest, se dresse une haute tour-porte quadrangulaire, crénelée et surmontée d’une toiture pyramidale. L’échauguette nord-est et la tour-porte sont sommées d’étendards portant les armes aux trois fleurs de lys des ducs de Bourbon. De nombreuses ouvertures, parfois de grande taille, trouent de part en part les deux courtines, tout en restant relativement hautes. L’intérieur de l’enceinte du bourg prioral paraît densément occupé. Au centre, trône l’église priorale avec son clocher. À l’exception de celui-ci, on ne distingue de l’église, par un curieux effet de perspective, que son mur pignon ouest, surmonté d’une croix. Le clocher, massif présente deux étages percés respectivement de deux puis trois baies par face. Chaque étage est marqué par une forte moulure en saillie. Outre l’église, une seconde construction, située le long de l’enceinte au sud, se distingue des autres constructions figurées intra-muros. Il s’agit d’un important bâtiment oblong coiffé d’une toiture à quatre pans et couronné de deux cheminées rectangulaires de forte taille, tout à fait différentes des petites cheminées à mitre qui caractérisent, dans l’ensemble de l’Armorial, les constructions civiles modestes. Il s’agit manifestement d’un bâtiment du prieuré attaché à l’ensemble claustral. Le reste de l’espace intérieur est occupé par de petites maisons. Outre les constructions proprement priorales, un habitat laïque existe donc à l’intérieur de l’enceinte, faisant de Rozier un véritable petit bourg fortifié. Au sud et surtout à l’ouest, un hameau important s’est développé extra-muros en bordure d’un chemin longeant le fossé puis formant une fourche. Plus d’une quinzaine de maisons sont dessinées. Globalement, la représentation de celles-ci, mais aussi des maisons situées intra-muros, reflète une grande standardisation. Elles possèdent, en règle générale, une porte et une fenêtre à meneau sur le mur pignon, deux fenêtres plus petites sur le mur gouttereau et, sur le toit à deux pentes, une souche de cheminée circulaire, classique des cheminées de la fin du Moyen Âge. Aucun édifice ne se distingue particulièrement par ses dimensions ou par sa forme, si ce n’est une maison au premier plan dont le toit est à une seule pente.

Fig. 251 – Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 472) : le chatiau de Rouzieres.

Les données archéologiques et le parcellaire

8Si l’on compare la représentation du XVe siècle au plan parcellaire du XIXe siècle et aux vestiges archéologiques, les similitudes sont tout à fait frappantes, confirmant la grande fidélité de la vignette de l’Armorial (fig. 252, 253). L’élément principal du bourg prioral fortifié est bien sûr son église. Celle-ci, placée sous le vocable de saint Blaise, est une église à nef unique, longue d’environ 29 m hors œuvre, voûtée en berceau plein cintre (fig. 254, 255, 256). À l’origine, six ouvertures – seules quatre subsistent aujourd’hui, plus une baie gothique dans la chapelle sud – éclairaient la nef. La voûte de celle-ci est renforcée par des arcs doubleaux portant sur des demi-colonnes adossées à des pilastres et surmontées de chapiteaux historiés. Deux séries d’arcs formerets apposés sur les murs gouttereaux nord et sud et reposant sur les pilastres confortent la voûte. Les pilastres sont appuyés à l’extérieur par des contreforts. La nef compte trois travées, larges de 10 m hors œuvre ; à l’est, une abside voûtée en cul-de-four, semi-circulaire à l’intérieur et à pans coupés à l’extérieur, prolonge une petite travée de chœur. Celle-ci est précédée d’un transept massif sur les bras duquel sont greffées des absidioles. La croisée du transept est surmontée d’une coupole sur trompes et d’un clocher quadrangulaire à deux étages. L’étage supérieur est percé, sur ses quatre faces, de baies triples, dont les arcs en plein cintre reposent sur des colonnettes doubles. À l’étage inférieur est repris le même principe, mais les baies sont simplement géminées. Le clocher représenté sur l’Armorial apparaît comme une copie conforme du clocher roman encore en élévation. La majeure partie de l’église semble avoir été édifiée à la fin du XIe ou au début du XIIe siècle. Cet édifice roman se caractérise, aussi, par un important programme sculptural tant à l’extérieur, notamment sur le mur pignon ouest (« Adoration des Mages » sur le tympan du portail, par exemple) (fig. 256), qu’à l’intérieur (chapiteaux de la nef : homme et loup, monstre anthropophage, etc. ; chapiteaux du chœur ; bas-relief de la nef : Christ en gloire). Au XVe siècle, sont construites deux chapelles latérales, de part et d’autre de la travée précédant immédiatement le transept. Enfin, la réalisation en 1606 d’une tour d’accès au clocher, avec escalier en vis, marque la dernière étape importante de l’évolution d’un édifice dans l’ensemble extrêmement homogène.

Fig. 252 - Vue aérienne du site dans les années 1990.

Fig. 253 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.

Fig. 254 - Vue d’ensemble du site depuis le sud.

Fig. 255 - Le clocher et le gouttereau nord de l’église.

Fig. 256 - Le porche de l’église et l’enceinte.

9Le deuxième élément fondamental du prieuré fortifié est bien sûr représenté par l’enceinte. À la fois très lisible dans le parcellaire et relativement bien conservée à l’ouest, et plus partiellement au sud, la reconstitution de son tracé ne présente guère de difficultés (fig. 256, 257, 258). Toutefois, à la différence de l’enceinte quadrangulaire que pourrait laisser supposer la représentation de l’Armorial, il faut restituer le tracé d’une enceinte pentagonale. Le pan sud-ouest de cette enceinte, bâtie en petits moellons de granit, est bien conservé sur plusieurs mètres de haut et présente, par endroit, un léger talutage (fig. 258). À l’angle sud, surmontant un chaînage de forts blocs de granit, sont encore apparents les vestiges d’une des échauguettes circulaires (fig. 259) que l’Armorial fait figurer aux angles sud-ouest et nord-est. La portion méridionale de la courtine présente un moins bon état de conservation ; encore préservée sur une importante hauteur à l’ouest, elle disparaît progressivement à l’est. Les deux pans de courtine sont loin d’être homogènes, ils présentent les traces de nombreux remaniements : ouvertures bouchées, reprises des maçonneries, adjonction de contreforts, corbeaux isolés, etc. Les parties les plus anciennes de ces deux courtines évoquent le XVe siècle et rentrent tout à fait dans le cadre chronologique donné par la documentation, et principalement par l’autorisation accordée en 1409 par le duc de Bourbon de fortifier le bourg. Outre les ouvertures créées aux XIXe et XXe siècles, quelques ouvertures médiévales, nous renvoyant directement aux nombreuses fenêtres que l’on voit figurer sur les remparts dans la vignette de l’Armorial, et d’époque moderne (XVIe-XVIIe-XVIIIe siècles) percent encore les remparts. Tout à fait à l’ouest, dans l’axe de l’église, une importante rupture dans le parcellaire, ainsi que des remaniements dans le pan de courtine conservé, marquent l’emplacement de la tour-porte et, par-là, de l’accès ancien au village fortifié. Au nord, aucune trace ne subsiste de l’enceinte, seul le parcellaire nous indique son tracé. À l’est, l’enceinte était légèrement en retrait vers l’ouest par rapport à la rue actuelle, comme le montre le plan cadastral napoléonien, la présence d’un petit talus au nord de l’église, matérialisant vraisemblablement le haut du fossé, ainsi que des traces de maçonnerie ancienne (notamment un piédroit de porte) dans les maisons situées à l’angle sud-est. Deux parcelles du cadastre napoléonien, l’une à l’est et l’autre au sud, correspondant à la mare indiquée dans la documentation du XIXe siècle, sont vraisemblablement les derniers témoins du fossé médiéval. Extra-muros, les parallèles à établir, entre d’une part le dessin du XVe siècle et d’autre part le parcellaire et le bâti actuels, sont de même très nets. La disposition et le nombre des maisons du bourg, ainsi que les principaux chemins qui les organisent, sont tout à fait comparables entre la représentation du XVe et celle du XIXe siècle. Le grand bâtiment visible au sud sur l’Armorial et appartenant manifestement aux constructions priorales a disparu. Toutefois, exception faite de l’église, nombre d’éléments architecturaux tardimédiévaux et modernes sont encore visibles dans l’enceinte ; ils sont à mettre en relation avec l’habitat qui, sur la vignette de l’Armorial, occupe l’intérieur de l’enceinte.

Fig. 257 - L’enceinte ecclésiale, vue de l’intérieur.

Fig. 258 - Le mur ouest de l’enceinte.

Fig. 259 - Échauguette et talutage de l’enceinte.

10Rozier est un exemple caractéristique de village ayant pour origine un établissement religieux ; en l’occurrence un prieuré clunisien, dont subsiste une importante église romane. Au début du XVe siècle, le bourg prioral est fortifié : il est entouré d’une enceinte pentagonale, doublée d’un fossé en eau et ouverte à l’ouest par une tour-porte. Au milieu du XVe siècle, outre les maisons situées intra-muros, un important faubourg existe à l’ouest. Les similitudes frappantes qui existent entre la vignette de l’Armorial de Revel et les vestiges archéologiques démontrent, parfois dans de petits détails, le souci d’exactitude manifesté par l’artiste de l’Armorial.

Notes

1 Prioratus de Roseriis est satis in bono statu quantum ad spiritulia, sed temporalia non bene regantur ; habet enim contra se adversarios dominum de Sancto Bonito et homines dicte ecclesie. Morantur ibi duo monachi cum priore... (Chartes du Forez, n° 1642).

2 Quedam turris corruit et quedam pars murorum clausure dicte domus... (Chartes du Forez, n° 1662).

Table des illustrations

Légende Fig. 251 – Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 472) : le chatiau de Rouzieres.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2966/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 252 - Vue aérienne du site dans les années 1990.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2966/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 253 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2966/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 254 - Vue d’ensemble du site depuis le sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2966/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 255 - Le clocher et le gouttereau nord de l’église.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2966/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 256 - Le porche de l’église et l’enceinte.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2966/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 257 - L’enceinte ecclésiale, vue de l’intérieur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2966/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 258 - Le mur ouest de l’enceinte.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2966/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 259 - Échauguette et talutage de l’enceinte.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2966/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 132k

© Alpara, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access