Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Armorial de Guillaume Revel

 | 
Pierre-Yves Laffont

Monographies

Saint-Victor-sur-Loire

Franck Brechon et Pierre-Yves Laffont

Texte intégral

461. Le chatiau de Saint Victour
Département : Loire ; canton et commune : Saint-Étienne

L’apport des sources écrites

1Il n’est pas aisé de cerner l’histoire de Saint-Victor-sur-Loire avant l’extrême fin du Moyen Âge. Le premier élément à être mentionné dans la documentation est l’église. Dès les dernières années du XIe siècle ou les premières du XIIe siècle, l’ecclesia Sancti Victoris, ainsi que sa voisine qui lui est toujours associée, l’ecclesia Sancte Fidei de Castelleto, relèvent de l’abbaye languedocienne de Sainte-Foy-de-Conques, sans qu’il soit possible de savoir comment elles sont entrées dans son patrimoine (Cartulaire de Conques, p. 362). Cette dépendance est confirmée à plusieurs reprises : vers 1145 (Chartes du Forez, n° 1559), à nouveau en 1225 (Chartes du Forez, n° 901, p. 8). Par contre, il faut attendre 1268 pour qu’apparaisse la paroisse de Saint-Victor, lorsque l’abbé de Montpeyrou reconnaît que les courtils de la Mayllonie et de la Garnayrie, sis dans la paroisse de Saint-Victor et donnés à son couvent, relèvent de la seigneurie de Renaud, comte de Forez (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 473). Parallèlement à l’église paroissiale, entre 1121 et 1125, la documentation nous livre l’existence de la villa Sancti Victoris (Cartulaire de Conques, p. 364).

2Le castrum de Saint-Victor n’est attesté que bien plus tardivement. En effet, malgré plusieurs textes concernant les lieux, il n’en est jamais fait mention avant 1279. À cette date, Jeanne de Montfort, comtesse de Forez et tutrice de ses enfants, reconnaît avoir emprunté 10 livres tournois à Itier, prieur de Saint-Rambert. Elle promet de les rembourser à la volonté du prêteur, tout en lui abandonnant jusqu’à complet paiement les revenus du castrum de Saint-Victor-sur-Loire (Chartes du Forez, n° 209). Le château de Saint-Victor paraît être un alleu comtal jusqu’au début du XIVe siècle. Il faut attendre 1325 pour que Jean, comte de Forez, afin de resserrer les liens d’amitié qui l’unissent à Édouard, comte de Savoie, reprenne en fief de ce dernier, parmi d’autres forteresses, ses châteaux de La Fouillouse et de Saint-Victor (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 1770). Le même acte nous apprend aussi qu’il n’est pas inféodé, puisque les noms des vassaux détenteurs des châteaux aliénés de la sorte figurent explicitement dans l’acte, ce qui n’est pas le cas pour Saint-Victor. L’année suivante, le comte remet certains de ses châteaux au dauphin de Viennois, tout en reconnaissant les tenir en fief de lui. Saint-Victor figure parmi les châteaux qui changent alors de mains (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 1791). Le mandement de Saint-Victor apparaît tardivement, lorsqu’en 1290, Hugues Jomar, bourgeois de Montbrison, reconnaît tenir en fief du comte de Forez 9 livres viennoises ou environ de revenus

  • 1 Roche-la-Molière.

in mandamenti Santi Victori et de Rochi1 (Chartes du Forez, n° 269).

3Saint-Victor devient dès le XIIIe siècle le siège d’une châtellenie comtale, la présence d’un officier comtal étant attestée dès 1279 (Chartes du Forez, n° 209). C’est d’ailleurs lui qui, en 1298, transige avec le prieur de Saint-Rambert au sujet de droits fonciers sur différentes parcelles, revenus que le comte estime lui appartenir, alors qu’ils sont finalement dévolus au prieur (Chartes du Forez, n° 894). Parallèlement, un prévôt s’installe aussi à Saint-Victor au XIVe siècle (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 3541). Sous la menace des bandes armées venues du sud, d’Auvergne et du Languedoc, le personnel comtal est renforcé par un capitaine, nommé le 30 septembre 1364, office perdurant jusqu’au 30 juillet 1366 (Fournial, 1967, p. 338), même si le danger n’est pas écarté, puisque des travaux sont par la suite effectués au château en 1373 (Fournial, 1967, p. 341) et que des gens de guerre stationnent à Saint-Victor en 1420 (Fournial, 1967, p. 471).

La représentation de l’Armorial

4La vignette de l’Armorial représente le site de Saint-Victor vu depuis le sud-ouest (fig. 189). Il apparaît implanté au sommet d’une crête dominant la Loire, représentée par des flots furieux dans lesquels nage un poisson (un saumon ?). Le Lizeron, modeste ruisseau, figure aussi à l’est du site. L’élément dominant est assurément le château qui occupe la moitié nord du site. Au centre, une haute tour maîtresse circulaire couverte d’une plate-forme crénelée et défendue par des mâchicoulis sur consoles. Au sommet flotte la bannière fleurdelisée des ducs de Bourbon. Il est par ailleurs difficile de repérer les autres bâtiments qui composent le château, dans la mesure où ils sont masqués par les maisons du village, le rempart villageois et l’église. Toutefois, trois ou quatre constructions de taille plus importante que le reste de l’habitat civil occupent le pied du donjon, leurs murs jointifs semblant constituer le rempart du château. Une tour circulaire couverte d’une toiture de tuile à une pente occupe aussi l’angle nord-ouest du château. Le rempart villageois s’appuie sur le château et ceinture un espace grossièrement quadrangulaire. Crénelé, il est percé de petites fenêtres carrées, signe que les maisons du village l’utilisent comme mur arrière. Une tour carrée, très saillante et couronnée de mâchicoulis de bois et de créneaux, surmonte probablement une porte située au centre de la courtine sud. Néanmoins, cette porte n’est pas visible, la base de la courtine étant occultée par la présence de maisons extra-muros. Les angles sud-ouest, sud-est et nord-est de l’enceinte villageoise sont occupés par des échiffes. Enfin, un mur de faible hauteur non crénelé, jouant le rôle de braie, double cette enceinte ainsi que celle du château sur tout leur tracé. L’église émerge au cœur du bâti villageois. De dimensions modestes, elle semble être un édifice à nef unique, éclairée par deux baies ouvrant sur le gouttereau sud et par un oculus ménagé dans la façade. L’abside est surmontée d’un imposant clocher carré couvert d’un toit très pointu et ouvert par des baies en plein cintre munies d’abat-son. Le bâti civil est composé d’une dizaine de maisons presque toutes identiques, certaines étant adossées aux remparts. À ces maisons bâtis intra-muros, il faut aussi ajouter huit maisons et une maisonnette situées hors les murs au sud, à proximité du chemin conduisant au site, alors qu’une croix, représentation rare dans l’Armorial, occupe le premier plan de la vignette.

Fig. 189 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 461) : le chatiau de Saint Victour.

Les données archéologiques et le parcellaire

  • 2 La pêcherie de l’écluse de Saint-Victor est l’une des plus importantes du Forez pour le saumon, mai (...)

5Du bourg médiéval de Saint-Victor, il ne reste presque que la physionomie générale des lieux, qui correspond toutefois dans ses grandes lignes à la représentation de l’Armorial. Cependant, sur le terrain, les vestiges que l’on peut attribuer au Moyen Âge sont, à part l’église, extrêmement ténus (fig. 190). Le site est établi sur une crête élevée et isolée, dominant des versants abrupts qui descendent jusqu’à la Loire2 et au Lizeron, un de ses modestes affluents de rive droite. Cette implantation de crête est tout à fait celle que l’on peut attendre pour un château. Plus précisément même, le site occupe un ensellement assez net sur cette crête qui lui confère donc un caractère doublement dominant : par rapport au relief général, mais aussi par rapport à son environnement immédiat.

Fig. 190 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.

  • 3 Pour une présentation sommaire, mais néanmoins précise, de l’édifice à partir de laquelle nous avon (...)

6Dans la partie haute du bourg, à l’emplacement où l’Armorial figure le château, se trouve aujourd’hui une grande bâtisse quadrangulaire dont les angles nord-ouest et sud-ouest sont flanqués de tours circulaires (fig. 191). Cet édifice, largement recomposé au XIXe siècle, comporte un certain nombre d’éléments anciens, qui ne semblent cependant pas antérieurs au XVIe siècle : ouvertures de tir pour armes à feu, linteaux de baie, croisées moulurées, latrines sur consoles... Les abords de ce bâtiment, défigurés par la construction d’un théâtre de verdure et d’un édifice en béton, ne livrent aucun vestige pouvant correspondre à un château plus ancien. Le donjon visible sur la vignette a pourtant bien existé, puisqu’il est attesté en 1411, lorsqu’il est question de faire des travaux au château (ADL, B 1993). L’église Saint-Victor (fig. 192-196) est assurément aujourd’hui l’élément le plus intéressant du site d’un point de vue archéologique. En effet, si l’édifice actuel résulte de très nombreuses modifications réalisées du XVe au XIXe siècle (percement du portail monumental sud, construction d’un nouveau chœur et d’une nouvelle abside, construction du transept et du clocher, aménagement de chapelles dans les collatéraux, remaniements de la façade ouest...), il n’en demeure pas moins que derrière celles-ci subsistent divers éléments d’un édifice de la seconde moitié du XIe siècle : portail occidental, nef centrale charpentée à l’origine, vestiges de maçonnerie en opus reticulatum, chapiteaux sculptés... Enfin, divers réemplois dans le bâtiment du XIe siècle (certain fûts de colonne notamment), ainsi qu’un important désaxement de la façade et de la première travée de la nef de celui-ci, pourraient même conserver le souvenir d’une construction antérieure3.

Fig. 191 - Façade est du château d’époque moderne.

Fig. 192 - Vue générale de l’église Saint-Victor.

Fig. 193 - Portail occidental de l’église Saint-Victor. Celui-ci apparaît très remanié.

Fig. 194 - Portail méridional de l’église Saint-Victor (XVe siècle).

Fig. 195 - Vue de la nef centrale romane de l’église Saint-Victor.

Fig. 196a, b, c, d - Chapiteaux romans dans la nef centrale.

7Le village s’étend au sud de l’église et du château, formant un ensemble grossièrement triangulaire, d’étendue modeste, qui suit au plus près les contours du pointement rocheux dominant la Loire. Alors que le tracé de l’enceinte représentée sur la vignette est lisible dans le parcellaire napoléonien, il n’en subsiste aujourd’hui que quelques éléments ténus. Un mur de soutènement à l’est peut en matérialiser la base, alors qu’un vestige de courtine se rattache au château au nord-est, et qu’un ressaut de terrain assez net conserve peut-être son souvenir à l’ouest. Cette enceinte est appelée vintenum en 1380 (ADL, B 2087). Aucune tour, ni aucune porte ancienne ne sont conservées et il est même difficile de savoir si l’accès ancien se faisait bien par la porte représentée sur la vignette ou par une autre, située à l’est, dont il subsisterait une rue par laquelle on accède aujourd’hui au cœur du site. Un passage ménagé dans les vestiges du rempart au nord peut s’apparenter à une poterne, mais il est difficile d’être affirmatif. On apprend en 1337 que le castrum est ceint d’un fossé qui est enjambé par un pont-levis (ADL, B 2086) alors que le terrier de 1380 mentionne le vallatum (ADL, B 2086), qui existe encore en 1449, puisqu’une parcelle se trouvant iuxtra introitum porte et pontis castri Sancti Victori est abénévisée à Jean Durand (ADL, B 2071). Seules quelques maisons situées aux environs mêmes de l’église conservent encore des éléments d’architecture des XVe ou XVIe siècles (arc en accolade, fenêtre à meneau). On notera aussi l’existence de deux maisons situées hors les murs, à une centaine de mètres au sud de l’agglomération, qui présentent, elles aussi, des éléments anciens manifestement en place ; cela montre que si l’habitat était au Moyen Âge pour l’essentiel aggloméré sous les murs du château et de l’église, quelques constructions bordaient bien la route menant au site comme le montre la vignette de l’Armorial.

8Il est difficile de préciser la nature du site de Saint-Victor, et de déterminer avec certitude si l’habitat est d’origine castrale ou ecclésiale. Différents éléments plaident, en effet, alternativement en faveur de l’une ou l’autre des hypothèses. L’ancienneté de l’église, attestée bien avant le château, la présence d’éléments antérieurs à sa construction au XIe siècle, tout comme le terme de villa qui est employé jusqu’au XIIIe siècle pour appeler le site renvoient à une origine ecclésiale et peut-être du haut Moyen Âge. Dans ce cas, le château serait venu s’implanter tardivement à proximité de l’église. Par contre, indéniablement, la topographie des lieux renvoie à celle d’un castrum (au sens méridional du terme) qu’il s’agisse du relief ou de la configuration générale des lieux, avec le château établi sur un petit sommet, au pied duquel se développe l’habitat, l’église étant bâtie en position mitoyenne entre les deux et étant peut-être issue d’une capella castri, c’est-à-dire à la fois chapelle du château et chapelle des habitants du village. S’il est impossible de trancher avec certitude sur les origines de l’habitat, bien que la balance nous semble pencher en faveur d’un habitat ecclésial, il est aussi périlleux de juger de l’adéquation de la représentation que fournit l’Armorial, tant les vestiges conservés sont rares. On ne peut que noter la qualité globale de la représentation, rendant fidèlement la morphologie d’ensemble des lieux, le relief accidenté et la position des différents éléments, château, église et habitat civil.

Page 461
LE CHATIAU DE SAINT VICTOUR

Étude héraldique

821. Saint Priet crie Saint Priet

d’argent à la croix d’azur, à la bordure de gueules.
La bordure qui brisait ces armes indique un cadet. Il s’agissait vraisemblablement de Jean Durgel de Saint-Priest, frère de Guyot Durgel, seigneur de Saint-Priest, qui mourut avant 1460 sans laisser de postérité de sa femme Jeanne de Bressolles. Jean, déjà seigneur de Saint-Just-Malmont et du parage de Montfaucon, devint alors également seigneur de Meys et surtout de Saint-Priest dont dépendait Saint-Étienne. Il réunissait ainsi tout l’héritage de son père, Guy de Saint-Priest. Ce dernier, veuf et héritier avant 1389 de Smaragde de La Roue, avait épousé en secondes noces Philiberte de Mello, qui lui donna six fils et trois filles, presque tous destinés à l’Église (cf. supra n° 768 p. 73). Il mourut en 1416 et partagea ses biens entre ses deux fils Guyot et Jean ; les trois autres étaient dotés de vingt livres chacun et le dernier, Louis, hospitalier de Rhodes, de vingt-cinq livres. Jean de Saint-Priest laissa lui aussi neuf enfants de sa femme, Alice Gaste, dame de Luppé, et mourut en 1474.
• Frise de la salle héraldique de la Diana (8 et 77, suivant la numérotation de Gras, 1874) ; De Boos, 1995, 415 ; Philocarité, 5.
• Gras, 1874, p. 210 ; Chazeault, 1876, p. 169, 170, 172, 231 ; Dupieux, 1954, p. 393 ; Perroy, 1977, t. I, p. 291-292.

822. Jehan de Lavieu crie Lavieu

d’or à la bande engrêlée de sable – cimier : un griffon issant de pourpre.
Jean de Lavieu, damoiseau, fils cadet d’Étienne de Lavieu, seigneur de Ronzières, et de Marguerite du Pont, dame de La Pilonière. Il épousa en 1466 Lionette des Salles, fille unique de Humbert des Salles, seigneur d’Estieuges, et de Jeanne de Saint-Jean ou Saint-Haon. Il était seigneur d’Estieuges et des Salles et avec son frère, coseigneur de Ronzières. Seule survivante en dehors des Feugerolles, en voie d’extinction, la branche des seigneurs de Ronzières portait les armes originelles de la maison de Lavieu ; les seigneurs de Feugerolles portaient, eux, les armes de leur fief principal (cf. supra n° 774 p. 74 et infra n° 823 p. 264).
• Philocarité, 2 (avec pour cimier un gantelet de fer).
• Gras, 1874, p. 152 ; Mathieu, 1946, p. 164 ; Perroy, 1977, t. I, p. 71 et p. 453-454.

823. Jaques de Lavieu crie Lavieu

de gueules au chef de vair – cimier : un dragon issant de sinople.
Jacques de Lavieu-Feugerolles (mort vers 1459), chevalier, fils d’Édouard de Lavieu, seigneur de Feugerolles, et de Marguerite Dauphine de Saint-Ilpize. Frère de Jean de Lavieu (n° 774), il épousa d’abord Jeanne Cassinel, fille de Guillaume Cassinel et de Marguerite de Luxembourg, appartenant à une famille de marchands italiens agrégée à la noblesse champenoise, puis Antoinette de Crussol. Il n’eut qu’un fils, Charles, qui mourut jeune, et ses biens passèrent à son frère Jean (cf. supra n° 774 p. 74), puis aux Lévis-Couzan et aux Talaru-Chalmazel. Il était seigneur de Feugerolles, Chalain-le-Comtal et Curraise. Les armes qu’il portait étaient celles du fief de Feugerolles, reprises des Jarez vers 1260, à l’achat de cette seigneurie. En 1470, ces armes furent comprises dans la vente de Feugerolles par Claude de Lévis à Antoine Camus, trésorier de France à Lyon.
• Sceau : De Bosredon, 1895, 660.
• Philocarité, 7 (écartelé de Chalmazel).
• Vallet de Viriville, suppl., n° 1840 ; Bétencourt, 1867, t. III, p. 34 ; Bouillet, 1846-1847, t. III, p. 386-388 ; Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 4991 ; Gras, 1874, p. 152-153 ; Mathieu, 1946, p. 407-408 ; Perroy, 1977, t. I, p. 443-445.

824. Jehan de Layre

d’argent au lion de gueules, armé et lampassé d’azur – cimier : un coq issant dans un vol d’azur et de sinople.
Jean II de Laire, damoiseau, fils de Guillaume de Laire et de Marguerite Compteur. Il épousa N. de Valens et était le père de Guillaume de Laire (cf. supra n° 780 p. 75). Il possédait les seigneuries de Laire, Cornillon, Cuzieu et Les Cornets.
• Sceau : Roman, 1909, 6148.
• De Boos, 1995, 383, 420 ; Philocarité, 12.
• Archives du château de Saint-Sandoux (déposées actuellement aux Archives départementales du Puy-de-Dôme) ; Gras, 1874, p. 149 ; Remacle, 1941-1943, t. I, col. 571 et 897.

Un écu vide, brochant sur un bâton de prieur.
Emmanuel De Boos

Notes

1 Roche-la-Molière.

2 La pêcherie de l’écluse de Saint-Victor est l’une des plus importantes du Forez pour le saumon, mais aussi pour les aloses. Elle existait dès avant 1321 et durant le seul hiver 1376-1377, elle a fourni 494 saumons et 1284 en 1382-1383 (Fournial, 1967, p. 195). De là peut-être la représentation d’un saumon sur la vignette de l’Armorial.

3 Pour une présentation sommaire, mais néanmoins précise, de l’édifice à partir de laquelle nous avons travaillé, cf. Bernard, 1970. Sur la sculpture des chapiteaux de Saint-Victor, cf. Bernard, 1958.

Table des illustrations

Légende Fig. 189 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 461) : le chatiau de Saint Victour.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2957/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Fig. 190 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2957/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 191 - Façade est du château d’époque moderne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2957/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 192 - Vue générale de l’église Saint-Victor.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2957/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 193 - Portail occidental de l’église Saint-Victor. Celui-ci apparaît très remanié.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2957/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 194 - Portail méridional de l’église Saint-Victor (XVe siècle).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2957/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 195 - Vue de la nef centrale romane de l’église Saint-Victor.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2957/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2957/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2957/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2957/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 196a, b, c, d - Chapiteaux romans dans la nef centrale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2957/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 37k

© Alpara, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access