Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Armorial de Guillaume Revel

 | 
Pierre-Yves Laffont

Monographies

Ravoire

Emmanuel De Boos et Pierre-Yves Laffont

Texte intégral

459. Le chatiau de Ravoire
Département : ? ; canton : ? ; commune : ?

1Cette petite forteresse s’élève au milieu d’un paysage de collines peu élevées, parsemées de bouquets d’arbres. Elle est simplement constituée d’une enceinte quadrangulaire, défendue de tours rondes placées à trois des angles, le quatrième étant simplement pourvu d’une échauguette. L’entrée est percée dans une tour quadrangulaire, dont le mâchicoulis, limité à sa face externe, fait office de bretèche. Le clocher de l’église en constitue le donjon ; c’est une grosse tour quadrangulaire, percée en hauteur de trois baies par face et coiffé d’un toit sur galerie surmonté d’une croix. L’église elle-même paraît d’époque romane, avec une nef de deux ou trois travées, sans bas-côtés ni transept apparents, et une abside plus basse, demi-circulaire, couverte d’une toiture à pans. L’habitat est relativement lâche, même à l’intérieur de l’enceinte, où le nombre des maisons est peu élevé, et forme une agglomération de taille médiocre.

2Ce dessin (fig. 183) est l’un des seuls de l’Armorial dont l’identification n’a pu être faite, malgré les efforts des chercheurs depuis plus d’un siècle. L’opinion la plus courante propose le nom de Riverie, en Lyonnais, mais cette localisation ne résiste guère à l’étude. Si le nom est satisfaisant, comme le fait que le duc Charles Ier en soit devenu le maître en 1441, par héritage d’Isabeau d’Harcourt (Mayère, 1969), son aspect ne correspond nullement à celui qui est dessiné ici. Le bourg de Riverie est construit sur la crête d’un piton qui, sur un côté, domine une profonde vallée. L’agglomération est déjà importante au XVe siècle ; elle comporte alors deux vastes enceintes – celle dite du Châtel et celle de la Ville – et s’allonge le long de la crête dont elle suit les contours irréguliers, ce qui est sans rapport avec cette petite bourgade construite en terrain plat et entourée d’une enceinte quadrangulaire. Riverie est typiquement un bourg castral alors que la vignette nous montre un bourg ecclésial fortifié.

Fig. 183 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 459) : le chatiau de Ravoire.

3Une autre hypothèse semblerait plus séduisante, mais n’emporte pourtant pas non plus l’adhésion : il s’agit de celle de C. P. Testenoire-Lafayette qui, dans un article paru en 1884 dans le Bulletin de la Diana, voit dans Ravoire le château, en grande partie détruit, qu’occupe aujourd’hui le hameau du Fay, à Saint-Jean-Bonnefonds (Testenoire-Lafayette, 1884). Il n’est qu’à quelques kilomètres de La Tour-en-Jarez, et donc en Forez, et appartenait aux comtes de Forez depuis le milieu du XIVe siècle. Il est situé dans un environnement de collines douces et, surtout, son aspect est très proche de celui dessiné dans l’Armorial. Il subsistait en 1884 un long pan de muraille reliant deux tours circulaires partiellement arasées. Le parcellaire révèle un plan très proche de ce qui devait être celui de Ravoire. Il n’y a plus d’église, mais on sait qu’il y a existé une chapelle dédiée à sainte Catherine, à laquelle la duchesse Anne Dauphine fit une donation à la fin du XIVe siècle. Mais, là encore, Le Fay apparaît comme un château ou une maison forte et ce n’est pas ce que nous montre la vignette de l’Armorial. De plus, C. P. Testenoire-Lafayette est peu convaincant lorsqu’il donne l’explication du nom sous lequel le château du Fay est désigné dans l’Armorial. Au XIIIe siècle et au début du XIVe, Le Fay était aux mains de la famille de Reveux ou de Ravoys et selon lui :

« il ne serait pas étonnant qu’il [Guillaume Revel] ait confondu le nom du château avec celui de la famille à qui il appartenait naguère ».

4Cette explication conviendrait pour une famille importante, au nom très connu. Ce n’est pas le cas ici, et au contraire, à partir du moment où ils entrent en possession du Fay, les Reveux ou Ravoys en prennent le nom, qui se substitue alors rapidement à leur nom d’origine. Par ailleurs, cette famille ne possédait au milieu du XVe siècle plus rien en Forez, qu’elle avait de toute façon quitté vers 1360 (Perroy, 1997, t. II, p. 645).

5D’autres hypothèses, avancées souvent sans véritables preuves et parfois sans grande conviction, ne peuvent être retenues. La question de l’identification de ce site reste donc ouverte.

Table des illustrations

Légende Fig. 183 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 459) : le chatiau de Ravoire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2955/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 309k

© Alpara, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access