Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Armorial de Guillaume Revel

 | 
Pierre-Yves Laffont

Monographies

La Tour-en-Jarez

Pierre-Yves Laffont

Texte intégral

458. La ville et tour d’Angeres
Département : Loire ; canton : Saint-Héand ; commune : La Tour-en-Jarez

L’apport des sources écrites

  • 1 ... inter Sanctum Aunemundum et Turrim et Sanctum Aunemundum et Sanctum Preiectum, neuter munitione (...)

1Le château de La Tour-en-Jarez apparaît pour la première fois dans la documentation en 1167. À cette date, le comte de Forez Guy II reprend en fief du roi de France Louis VII divers châteaux dont le castellum de La Tour-en-Jarez (Chartes du Forez, n° 1763). En 1173, l’archevêque de Lyon et le comte de Forez délimitent leurs possessions respectives : l’accord précise qu’aucune des deux parties ne pourra construire de nouvelle fortification entre Saint-Chamond et La Tour-en-Jarez et entre Saint-Chamond et Saint-Priest-en-Jarez1. Une famille de la Tour est mentionnée dès la fin du XIIe siècle ; toutefois, si elle semble bien originaire du castrum de La Tour-en-Jarez, elle n’a pas (ou plus ?) dans la seconde moitié du XIIe siècle de droit sur le château qui relève uniquement des comtes de Forez (Perroy, 1977, p. 894-895). L’église de La Tour-en-Jarez, dédiée à Saint-Julien, est citée parmi les possessions de l’abbaye lyonnaise de l’Île-Barbe en 1183 (Mazures de l’abbaye royale de l’Isle-Barbe, t. I p. 117). Ultérieurement, l’église est rattachée au prieuré de Saint-Rambert-sur-Loire, dépendant lui-même de l’abbaye de l’Île-Barbe. Ainsi, en 1225, c’est le prieur de Saint-Rambert qui nomme à la cure de l’église de La Tour-en-Jarez (Pouillés de la province ecclésiastique de Lyon, p. 3). À partir des années 1250, le château et le mandement de La Tour-en-Jarez sont régulièrement mentionnés. Vers 1260, Aymar Malamouche et Humbert de la Tour rendent hommage au comte pour ce qu’ils tiennent de lui

alla Tor en Jareys e dedenz los termenz (Chartes du Forez, n° 903).

2Peu avant au printemps 1254, Guigue le Vieux, domicellus, de Turre in Jaresio, vend divers cens et terres au prieuré de Jourcey (Chartes du Forez, n° 92). Au mois de mai 1270, le comte Renaud vend pour 500 livres, mais pour six années seulement, à Itier Raibe, prieur de Saint-Rambert, les castra et mandements de La Tour-en-Jarez et de La Fouillouse (Chartes du Forez, n° 651). En juin 1279, Hugues Godechaus, domicellus, rend à la comtesse de Forez, Jeanne de Montfort tout ce qu’il a

infra fines et terminos ville de Turre in Geresio (Chartes du Forez, n° 216).

3Quelques onze années plus tard, Hugues Jomard, bourgeois de Montbrison, reconnaît tenir en fief du comte 30 sous de rente dans le mandement de La Tour (Chartes du Forez, n° 269). Lors de la rédaction de son testament le 12 août 1294, Clément Rosset, chanoine de Montbrison, lègue annuellement 5 sous au curé de La Tour afin que soit fondé un anniversaire en sa mémoire (Chartes du Forez, n° 567). En 1316, Philippe le Bel reçoit l’hommage du comte de Forez pour le castrum de La Tour-en-Jarez (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 1420, p. 244).

  • 2 ... in donjono Turris, juxta introitum dicti donjonis, ex vento et juxta platheam de ante, ex cero, (...)
  • 3 Reconnaissance pour des maisons sises : infra castrum Turris juxta vintenum ipsius loci et juxta ca (...)
  • 4 Le mandement de La Tour, 1537 (Dufour, 1946, p. 984).

4Tout au long des XIVe et XVe siècles apparaissent régulièrement dans les textes le prévôt et les sergents de la châtellenie de La Tour-en-Jarez (ADL, B 1189, B 1190). Le 11 novembre 1362, Renaud, oncle et tuteur de Jean, comte de Forez, rend hommage à Jean II le Bon, roi de France, pour les châteaux de Montbrison, Monsupt, La Tour-en-Jarez, etc. (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 2856, p. 502). À la fin du XIVe siècle, Jean Brice, habitant de Saint-Galmier, reconnaît tenir en fief du duc de Bourbon, comte de Forez, une maison dans le castrum de La Tour-en-Jarez (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 4006, p. 73). Toute une série de reconnaissances réalisées au XVe siècle au profit du duc de Bourbon donne d’importantes indications sur les composantes du castrum de La Tour à cette date. Dans les années 1462-1466, reconnaissance est faite pour une maison située dans le castrum de La Tour et confrontée au sud par le vingtain. Les fossés (fossata) de la ville sont mentionnés à cette occasion (ADL, B 2111). De même, une reconnaissance est passée pour une maison située dans le castrum de La Tour près du vingtain à l’est et du chemin allant de la Porta Fabrice (porte de la Farge) à l’église à l’ouest (ADL, B 2111) ; ainsi que pour une autre maison établie à proximité de l’entrée du donjon, d’une tour et d’une porte2. L’enceinte villageoise, les portes de celle-ci et des voies à l’intérieur du bourg castral sont encore mentionnées dans les années 1466-1475 (ADL, B 2110)3. Pour les mêmes années, on conserve un acte de reconnaissance passé pour une maison située hors de la porte de la Farge, près des fossés du castrum et de la route allant de cette porte à la Croix des Rameaux au sud (ADL, B 2110). De même, deux textes de nature judiciaire apportent des précisions sur le castrum de La Tour. Dans la dernière décennie du XIVe siècle, Guillaume Jaubelet est condamné à 10 sous tournois d’amende pour avoir coupé, et s’être approprié, les buissons des fossés de La Tour-en-Jarez (ADL, B 1189). Cette peine illustre tout à fait la rigueur du contrôle comtal sur les fortifications du château de La Tour. Enfin, une seconde condamnation, près de cinquante ans plus tard, évoque la présence de quelques constructions plus prestigieuses dans le castrum de La Tour-en-Jarez. En 1432, Michel du Puit est puni d’une amende de 2 sous et 6 deniers pour n’être pas allé au charroi qui conduisait du sable pour la construction de la maison du duc de Bourbon dans l’enceinte du château de La Tour-en-Jarez (ADL, B 1190, f° 18). Au milieu du XVIe siècle, le château de La Tour-en-Jarez est toujours chef-lieu de mandement4. Comme d’autres seigneuries comtales foréziennes (Lavieu, Le Fay, Saint-Galmier, Saint-Héand, Virigneux, etc.), la châtellenie de La Tour-en-Jarez est vendue en réachat perpétuel ; elle est engagée en 1537 pour 12 000 livres à un marchand de Saint-Étienne (Viallard, 1992, p. 35 ; Gardes, Houssel, 1985, p. 177 sq). L’église est incendiée en 1566 durant les guerres de Religion mais elle est reconstruite à la fin du XVIe siècle. Puis le vieux château se dégrade progressivement. À la fin du XVIIe siècle, il n’en reste déjà plus grand chose. Lors de l’état des lieux général des châteaux foréziens, réalisé à la fin des années 1660 et au début des années 1670, il apparaît comme tout à fait ruiné. Jacques Pouderoux, juge et lieutenant général du Forez, commis à cette enquête, écrit s’être rendu avec ses assesseurs

  • 5 Édition partielle de ADL, B 2199, f° 3 et de B 2201, f° 49 v°-51.

sur un grand rocher au plus haut dudict bourg sur lequel nous avons veu une vieille tour quarree sans plancher ni couvert, fendue et menaceant ruyne (cité dans Viallard, 1992, p. 35-37)5.

  • 6 Cette mention mérite toutefois une certaine réserve... Il n’est, en effet, pas certain que J.-É. Du (...)

5Lors de la publication du Dictionnaire topographique du Forez, en 1946, cette tour semble être encore en partie en élévation puisque l’auteur de l’ouvrage mentionne qu’il ne reste alors qu’une vieille tour de l’ancien château comtal (Dufour, 1946, p. 984)6. De même une porte de l’enceinte du bourg, la porte des Farges (alias de la Farge) située près du Calvaire, paraît avoir été encore visible au XIXe siècle (Gardes, Houssel, 1985, p. 177 sq). Enfin l’église est en grande partie reconstruite en 1843, et le clocher rehaussé en 1882 (Gardes, Houssel, 1985, p. 177 sq). La châtellenie de La Tour-en-Jarez est supprimée en 1774 par édit royal et réunie à celle de Saint-Galmier (Dufour, 1946, p. 984).

La représentation de l’Armorial

6La représentation de l’Armorial de Guillaume Revel montre un site extrêmement classique dans son développement et donc aisé dans son analyse (fig. 176). Le château proprement dit occupe le point le plus haut du site, l’habitat castral clos dans une enceinte s’est développé au pied de celui-ci. L’ensemble est vu vers le nord.

Fig. 176 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 458) : la ville et tour d’Angeres.

7Le centre du château est un haut donjon vraisemblablement carré, tout au moins quadrangulaire. Trois ouvertures sont visibles. L’ouverture percée à l’est est la plus importante par sa dimension ; toutes trois évoquent la fin du Moyen Âge, cependant la représentation probablement très standardisée, comme dans d’autres vignettes de l’Armorial, est de fait assez atypique. Le donjon est couronné de hourds. Une bannière, peut-être aux armes des ducs de Bourbon, trône au sommet du toit, de même que sur les toits de la tour-porte et des hourds. Le donjon, probablement en raison de sa valeur symbolique, paraît nettement surdimensionné par rapport aux autres constructions représentées. Une chemise crénelée enserre le donjon, l’église et un petit bâtiment en retrait derrière le donjon. Sa forme est difficile à déterminer. La vignette de l’Armorial laisserait plutôt supposer une enceinte quadrangulaire, englobée dans la grande enceinte du bourg et cantonnée de tours aux angles, alors que l’examen du parcellaire plaiderait plutôt pour une enceinte très vaguement curviligne se greffant sur l’enceinte du bourg castral à l’est et au nord-ouest. La perspective choisie par l’illustrateur ne permet guère de trancher. Les courtines de l’enceinte et les tours d’angle sont traitées de façon extrêmement sommaire : seul le crénelage est représenté et aucune ouverture n’est visible. La façade et un des murs gouttereaux de l’église sont visibles. Une rosace enserrée dans un fronton triangulaire perce la façade ; un clocher-pignon à deux baies surmonte l’ensemble. Le mur de la nef présente trois hautes et larges baies en plein cintre. Enfin, un troisième bâtiment occupe l’enceinte du château, il s’agit d’une petite construction très discrète, typologiquement tout à fait parente des maisons de l’habitat castral. Le village castral s’est développé en étages de façon plus ou moins concentrique au pied du château. Le bourg est enfermé dans une enceinte ovale englobant sur sa partie haute l’ensemble proprement castral. Ce rempart est renforcé de quatre tours circulaires et de quatre échiffes réparties par deux, de part et d’autre d’une tour-porte carrée située dans l’axe fictif, qui partant du donjon et de l’église, organise le bourg en deux ensembles symétriques. Les courtines et les tours circulaires sont traitées de la même façon que l’enceinte et les tours du château. La tour-porte est percée d’une haute mais étroite porte et d’une petite fenêtre aux deux tiers de sa hauteur ; elle est couronnée de hourds. Cette porte donne sur un pont, manifestement de bois, franchissant le fossé qui double le rempart. Cet unique accès au bourg castral, et donc indirectement au château, donne vers le sud, c’est-à-dire probablement en direction de Saint-Étienne. Le bourg présente une occupation dense, plus d’une vingtaine de maisons sont représentées. Celles-ci possèdent en règle générale une porte et une fenêtre à meneau sur le mur pignon, deux fenêtres plus petites sur le mur gouttereau et, sur le toit à deux pentes, une cheminée à mitre. Aucun édifice ne se distingue particulièrement par ses dimensions ou par sa forme. Quelques axes de circulation, suivant les courbes de niveau, sont perceptibles dans l’organisation d’ensemble du bourg. Globalement, la représentation de l’habitat reflète une grande standardisation.

Les données archéologiques et le parcellaire

8L’étude du parcellaire et des maigres vestiges archéologiques subsistants montre clairement que le dessin du XVe siècle est une fidèle représentation du château (fig. 177). Le parcellaire napoléonien et le parcellaire actuel, concordant tout à fait avec la vue du XVe siècle, suggèrent une première zone haute entourée d’un rempart : elle enserre le rocher qui surplombe le village et englobe l’église (fig. 178). À l’est et au nord-ouest, le rempart et le fossé, encore conservés, marquent les limites de cet ensemble (fig. 180, 181). Au sud et au sud-ouest, les actuelles rue de la Merlée et rue de la Galinay, qui viennent se greffer sur le rempart, toujours en élévation, évoquent nettement dans le parcellaire le contour extérieur de cette première enceinte réduite, dont les sections nord et est semblent en fait se confondre avec la grande enceinte principale. La limite sud de celle-ci est marquée par la longue rue des Terreaux établie sur l’emplacement des fossés sud du castrum ; le toponyme en rappelle tout à fait le souvenir. La destruction du rempart et le comblement du fossé au sud du bourg ne permettent pas d’établir de lien physique entre la rue des Terreaux, ancien fossé sud, et les fossés est et ouest. Toutefois, l’organisation d’ensemble de ces fossés et remparts, conservés ou non, ne pose aucun problème : le tout dessine un vaste triangle avec une pointe orientée au nord, une à l’ouest et une au sud. À l’intérieur un second triangle plus restreint englobe l’église et le site du donjon. De ce dernier, il ne subsiste rien aujourd’hui, si ce n’est l’important affleurement rocheux sur lequel il reposait probablement (fig. 179). L’église occupe toujours le même emplacement qu’au XVe siècle, légèrement en contrebas du site du donjon (fig. 182). Cependant, pour les raisons que nous avons vues précédemment les parties les plus anciennes ne remontent guère au-delà du XVIe siècle.

Fig. 177 - Vue aérienne du site dans les années 1990.

Fig. 178 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.

Fig. 179 - Le Calvaire à l’emplacement du château, vue du nord-ouest.

Fig. 180 - Vestiges de l’enceinte au nord-ouest, vue extérieure.

Fig. 181 - Vestiges de l’enceinte au nord-ouest, vue intérieure.

Fig. 182 - Vue de l’église depuis le Calvaire.

9Si le tracé des fossés de la grande enceinte est très lisible sur le parcellaire, ils ne sont toutefois que partiellement conservés. Deux tronçons sont encore visibles : le premier, sur plus de 50 m, dans une longue parcelle longeant à l’est le Calvaire et l’église, et le second en bordure de plusieurs parcelles situées au nord-ouest de la montée du Calvaire. Il s’agit d’un large fossé présentant un profil en V. D’importantes portions du rempart, encore en élévation sur 2 à 3 m de hauteur, surplombent sur plusieurs dizaines de mètres de longueur ces fossés et jouent le rôle de limite de parcelle. Le rempart est construit en petit appareil de schiste. Aucune des tours circulaires figurées sur l’Armorial n’a laissé de traces archéologiques.

10La limite entre la zone castrale et la zone villageoise, matérialisée par Guillaume Revel par une courtine flanquée de tours, ne présente pratiquement plus de vestiges, seule une surépaisseur à la base du mur d’un jardin donnant sur la rue de la Merlée laisse supposer son emplacement exact. À l’extrémité nord de ce fragment de courtine, on peut noter la présence d’un piédroit de porte en grand appareil. Au-delà vers le nord, la trace du rempart est visible de l’autre côté de la rue sous la forme d’un renflement analogue à la base d’une maison. On peut donc envisager la présence ici d’une porte de communication entre le bourg castral et le château. La vignette de l’Armorial et la documentation ancienne attestent de l’existence de plusieurs portes. Le débouché de l’actuel chemin de Fontarasse au centre de la rue des Terreaux marque vraisemblablement l’emplacement de la tour-porte visible sur l’Armorial au centre de l’enceinte villageoise. Déjà visible sur le cadastre du XIXe siècle, ce chemin prend sur la rue des Terreaux, donc sur les anciens fossés du bourg castral, et se dirige vers le château dont il traverse l’enceinte au niveau d’une petite place située à la jonction de la rue de la Merlée et de la rue de la Galinay. Il s’agit vraisemblablement de l’axe fondamental du bourg castral et peut-être de la plus ancienne porte, ou tout au moins de la seule porte que le dessinateur de l’Armorial a jugé bon de faire figurer sur son dessin. La place située au point de connexion des rues de la Merlée, de la Galinay et des Armuriers matérialise, elle, vraisemblablement, l’emplacement d’une porte entre le château et le bourg castral. Le parcellaire laisse supposer l’existence d’une seconde porte sur l’enceinte extérieure, tout à fait à l’est, à l’extrémité de la rue des Armuriers. Celle-ci débouche sur au moins trois chemins, tous attestés au début du XIXe siècle. Enfin, il semble qu’une porte située au nord près du Calvaire, donc à la convergence des courtines nord et est, était encore visible au XIXe siècle (cf. supra). Le tracé de la montée du Calvaire sur le plan cadastral napoléonien semble conforter cette hypothèse.

11Tout concourt, de la toponymie à la topographie, à faire du site de La Tour-en-Jarez un exemple classique de castrum, caractéristique de nombreux sites castraux du Massif central. Le bourg, clos d’une enceinte, s’est développé en terrasse sous le château, implanté sur un point fort du paysage. Réduit à sa plus simple expression, le château ne comprend guère qu’un donjon et une église, probablement chapelle castrale puis église paroissiale, entourés d’une petite enceinte. Dans son ensemble, la vignette de l’Armorial de Guillaume Revel paraît bien une image fidèle du château de La Tour-en-Jarez comme il se présentait alors. À l’exception des tours circulaires, qui n’ont laissé absolument aucun vestige apparent, et de deux portes non représentées, peut-être tout simplement en raison de la perspective choisie, les autres éléments figurés sur l’Armorial sont tous localisables voire pour certains, les fossés et les courtines notamment, partiellement conservés.

Page 458
LA VILLE ET TOUR D’ANGERES

Étude héraldique

820. Fre[re] Jean de Serieres abbé de Valbenoîte

de gueules à trois feuilles de scie d’argent – l’écu posé sur une crosse.
Ce prélat ne figure pas dans la liste des abbés de Valbenoîte que donne la Gallia christiana. Il devait trouver place entre Étienne de Furno, abbé dès avant 1420, et Guillaume Mastin de La Merlée, qui devint en 1484 le premier abbé commendataire de ce monastère tombé en décadence depuis plusieurs décennies. Jean de Serrières ou Cervières appartenait à une famille originaire de Combraille qui semblait plutôt avoir porté pour armoiries : fascé d’or et de gueules de six pièces.
• Gallia christiana, t. IV, col. 303-304 ; Bouillet, 1846-1847, t. VI, p. 230-234 ; Gras, 1874, p. 238.

Trois écus vides.
Emmanuel De Boos

Notes

1 ... inter Sanctum Aunemundum et Turrim et Sanctum Aunemundum et Sanctum Preiectum, neuter munitionem facere potest... (Chartes du Forez, n° 4).

2 ... in donjono Turris, juxta introitum dicti donjonis, ex vento et juxta platheam de ante, ex cero, et juxta portam et turrim ex mane... (ADL, B 2111).

3 Reconnaissance pour des maisons sises : infra castrum Turris juxta vintenum ipsius loci et juxta carreriam publicam tendentem de Porta Portier apud Portam Portier sive Fabricam, ex borea...

4 Le mandement de La Tour, 1537 (Dufour, 1946, p. 984).

5 Édition partielle de ADL, B 2199, f° 3 et de B 2201, f° 49 v°-51.

6 Cette mention mérite toutefois une certaine réserve... Il n’est, en effet, pas certain que J.-É. Dufour ait vérifié par lui-même l’existence de ces vestiges ; celui-ci peut simplement faire référence à une documentation plus ancienne.

Table des illustrations

Légende Fig. 176 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 458) : la ville et tour d’Angeres.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2954/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 177 - Vue aérienne du site dans les années 1990.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2954/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 178 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2954/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 179 - Le Calvaire à l’emplacement du château, vue du nord-ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2954/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 180 - Vestiges de l’enceinte au nord-ouest, vue extérieure.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2954/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 181 - Vestiges de l’enceinte au nord-ouest, vue intérieure.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2954/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 182 - Vue de l’église depuis le Calvaire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2954/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

© Alpara, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access