Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Armorial de Guillaume Revel

 | 
Pierre-Yves Laffont

Monographies

Saint-Héand

Chantal Delomier et Pierre-Yves Laffont

Texte intégral

456. Le chatiau de Saint Teon
Département : Loire ; canton : Saint-Héand ; commune : Saint-Héand

L’apport des sources écrites

  • 1 M.-C. Guigue (Cartulaire Lyonnais, t. I, n° 9, p. 20) donne une transcription de cet acte réalisée (...)

1Le site de Saint-Héand est peut-être attesté dès la fin du Xe siècle. En effet, un acte daté de 994, toutefois interpolé au XIe ou au XIIe siècle, et qui donne la liste des possessions de l’Église métropolitaine de Lyon, mentionne l’ecclesia Sancti Eugendi1.

  • 2 Ainsi en 1272, Aymone, fille d’Aymonet de Fontanès, abandonne à son mari tous ses biens, notamment (...)

2Saint-Héand disparaît ensuite de la documentation jusqu’à la fin du XIIe siècle. En 1173, l’archevêque de Lyon et le comte de Forez délimitent leurs possessions respectives. L’archevêque remet, entre autres, Saint-Héand au comte ; celui-ci rendra hommage lige à l’Église de Lyon pour ce fief et ses dépendances. Saint-Héand n’est pas qualifié dans ce texte, et l’on ne sait donc pas s’il s’agit déjà d’un castrum ou bien d’une simple villa (Chartes du Forez, n° 4). Le 16 octobre 1226, Renaud de Forez, archevêque de Lyon, rédige sa donatio pro anima : 20 setiers de blé donnés à l’abbaye cistercienne de Clavas et 30 setiers donnés à Valbenoîte seront pris à Saint-Héand (Chartes du Forez, n° 1358). L’archevêque de Lyon semble détenir des greniers en ce lieu en raison de sa parenté avec les comtes de Forez (Chartes du Forez, n° 18). Par son testament du mois de juillet 1239, le comte Guy IV cède, en viager, à son fils cadet Renaud : Sury-le-Bois, Saint-Héand, Montrond et le château de Virigneux. Renaud tiendra ces biens en fief de son frère Guy V, héritier principal de leur père (Chartes du Forez, n° 1386). De même qu’en 1173, ces trois sites ne sont pas désignés explicitement comme castra. Il faut attendre 1265 pour obtenir la première mention effective du château. À cette date, Jean de Salvagneu est châtelain (castellanus) de Saint-Héand ; il se porte alors caution et otage pour le comte de Forez (Francs-Fiefs, n° 66). Passée cette date, le castrum et le mandamentum de Saint-Héand, ainsi que le châtelain et les autres officiers du comte, sont mentionnés régulièrement dans la documentation des XIVe, XVe et XVIe siècles2.

  • 3 Quelques vingt ans plus tard, en 1357, l’archevêque de Lyon, Raymond, octroie lui aussi un délai au (...)

3Saint-Héand paraît avoir toujours relevé des tenants de l’autorité publique, archevêques de Lyon ou comtes de Forez. Aucune famille éponyme n’est attestée par la documentation et aucun lignage aristocratique ne semble avoir tenu allodialement, ou même en fief du comte, cette seigneurie. Le 16 août 1324, le comte de Forez, Jean, institue par testament son fils Guy comme héritier universel. Le frère cadet de celui-ci, Jean, recevra les châteaux de Saint-Héand et de Sury-le-Bois, mais à titre viager. Il en sera de même en 1357 lors de la succession du comte Guy VII (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I, nos 1254 et 2756). Saint-Héand semble être, dans le patrimoine des comtes de Forez, une châtellenie secondaire puisqu’elle est, lors des diverses successions aux XIIIe et XIVe siècles, systématiquement soustraite de l’héritage principal et abandonnée à titre viager au fils cadet du comte. Comme le stipulait l’accord de 1173, le comte de Forez devait l’hommage à l’archevêque de Lyon pour Saint-Héand ; il faut toutefois attendre le deuxième tiers du XIVe siècle pour trouver un premier acte d’hommage. Le 25 juillet 1334, Guillaume, archevêque de Lyon, accorde au comte de Forez, un délai jusqu’à la Toussaint pour lui faire hommage des châteaux de Saint-Héand, Feugerolles, Chambéon, etc. (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I, n° 2055)3.

4Divers documents des XIVe et XVe siècles permettent d’éclairer la topographie du site. Dans un terrier de 1355, des reconnaissances mentionnent l’existence d’un donjon, d’une enceinte et des portes du château (ADL, B 2070). De même, un terrier de 1384 cite des fossés ainsi que la tour de la porte nord (ADL, B 2234). Des travaux sont effectués au château de Saint-Héand durant les années 1412-1413. De grandes quantités de matériaux (pierres, poutres, tuiles, carreaux, chaux, etc.) sont alors acheminées vers le bourg pour des travaux sur le donjon et sur un second bâtiment appelé « l’hôtel de Madame » (en référence à la duchesse de Bourbon). Mais pour cet édifice, il est assez difficile de savoir s’il s’agit d’une campagne de réparations ou bien alors d’une construction ex nihilo (Fournial, 1967, p. 342) :

« dépense de deniers pour l’édifice et bâtiment de l’hôtel et donjon de madame fait à Saint-Héand (…) : pour 3 setiers de chaux pris vers Saint-Marcellin pour bâtiment du donjon de Saint-Héand à 5 s. t. le setier soit 15 s. t. ; pour tâches prises par Gonet Chambe pour accomplir l’eschiffe dessus la grande salle du donjon, laquelle il avait à priffait et du commandement du châtelain 10 d. t. ; pour les frais de maître Étienne de la Grange, lieutenant de Monseigneur le bailli, faits à Saint-Héand pour visiter la forteresse 6 s. 3 d. t. » (ADL, Inventaire série B, B 1988, f° 100).

5À la fin du XIVe siècle, Saint-Héand figure dans le procès-verbal de prise de possession par les officiers du duc de Bourbon des châtellenies comtales foréziennes (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I, n° 3508) et, en 1561, la seigneurie de Saint-Héand est affermée (De Varax, 1882, p. 11). Le 4 juin 1564, Jean Papon, juriste, dresse un inventaire de la « terre et seigneurie de Saint-Héand ». L’enceinte du bourg, dont la circonférence est de 500 pas, comporte 55 maisons. Dans la « clôture » se trouve :

« un vieux château consistant en une ancienne tour, grosse et forte, en icelle deux étages servant de prison, où l’on monte par un escalier de bois. Le surplus sont deux grandes chambres ou galetas, fort caduques et mal couvertes » (De Varax, 1882, p. 12).

6En 1664 est réalisé un état des lieux du château de Saint-Héand. Le procès-verbal de celui-ci mentionne dans le château une salle où se « tient l’audience », des prisons dans la tour et des greniers (ADL, B 2201, f° 26 v°-27 r° ; De Fréminville, 1905, p. 259 ; Viallard, 1992, p. 40, 42). On trouve encore quelques indications sommaires sur les châteaux dans un brouillon d’état des châtellenies et seigneuries en 1666 :

Il est necessaire de raccommoder les degres de pierre de taille quy est en la cour du chasteau pour monter en la chambre où l’on tient l’audience et au grenier ; et de faire a neuf le plancher de la galerie par laquelle il faut passer pour aller en ladite chambre ou se tient l’audience et ledit grenier. Plus est necessaire de faire à neuf le plancher de ladite chambre où l’on tient l’audience, n’y ayant que les poutres dudit plancher, de sorte qu’il est necessaire de garnir d’haix ; plus est necessaire de poser une poutre au plancher du dessus du grenier et faire a neuf ledit plancher pour estre les haix d’iceluy toutes pourries et rompues, plus de mettre et garnir de barreaux de fer la grande fenestre dudit grenier du costé du soir. Et ayant fait faire ouverture des prisons de la tour du chasteau lesdits experts sont rentres dans les prisons et rapportes qu’elles sont en bon etat. Plus lesdits experts ont rapporté qu’il est necessaire de ressuivre le couvert dudit chasteau mesme de passer quelques chevrons et mettre quelques haix en icelluy et que la muraille du costé du sud est rompue d’en haut (ADL, B 2199).

  • 4 Malval : maison noble sur la commune de Saint-Héand.

7En fait, ce qui reste du château de Saint-Héand, comme à Cleppé, sert désormais de greniers. Le 3 septembre 1688, Étienne de Canaye, seigneur de Malval, achète au roi les restes du vieux château de Saint-Héand4. Au mois de mars 1770, un autre Étienne de Canaye, descendant du précédent, cède à son petit-neveu, Alphonse de Droullin de Ménilglaise, la maison noble de Malval et

« la terre et châtellenie de Saint-Héand, sise en Forez, consistant en château, cour, enclos, justice haute, moyenne et basse, rentes nobles et foncières, etc. » (De Varax, 1882, p. 22).

8En 1781, Alphonse de Droullin fait déclaration de la châtellenie royale de Saint-Héand. Elle consiste alors

« dans un très vieux château, même inhabitable, dont il ne reste que les principales murailles, et trois pièces, qui moyennant quelques réparations annuelles, servaient à renfermer les grains de la rente noble et de la dîme ; dans une ancienne tour affectée à une prison ; dans trois mauvaises chambres séparées du château et servant à mettre quelques matériaux et outils... » (De Varax, 1882, p. 23).

9À la Révolution, le château est réquisitionné au profit de la commune.

La représentation de l’Armorial

10Le dessinateur s’est placé au nord-ouest de la ville, sans doute sur une éminence (fig. 162). Le dessin comporte deux éléments distincts : le bourg et sa clôture et, à l’intérieur de celle-ci, le château proprement dit. L’enceinte, grossièrement pentagonale, est entourée de fossés remplis d’eau et percée de deux portes ouvertes dans des tours quadrangulaires :

  • La porte ouest, au point central du mur, dessert par un pont de bois un faubourg constitué d’une rue pavée, bordée de maisons.

  • La porte nord ouvre également sur une simple passerelle de bois.

Fig. 162 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 456) : le chatiau de Saint Teon.

11Il n’existe pas d’ouvrage avancé de type barbacane qui induirait un système défensif élaboré. Les portes sont logées dans des tours-porches carrées, surmontées de hourds et percées latéralement au niveau du sol de hautes et étroites ouvertures de tir. Deux tours quadrangulaires, protégées de même par des hourds et morphologiquement semblables aux tours-portes, sont implantées aux angles nord-ouest et nord-est de la ville, probablement pour encadrer la porte principale du bourg. Leur base talutée, qui finit au sommet de la contrescarpe du fossé, est percée d’une longue ouverture de tir. Des échiffes, de taille modeste, renforcent l’enceinte villageoise en quatre points, dont un à la jonction de cette enceinte avec celle du château. Le mur d’enceinte du bourg paraît totalement aveugle, sans les ouvertures caractéristiques d’un parcellaire intérieur saturé. L’espace réservé aux maisons villageoises est assez restreint et ne contient aucun édifice particulièrement remarquable, ni par ses dimensions, ni par sa forme. Les maisons situées à l’extérieur des remparts paraissent s’insérer dans un étroit parcellaire en lanière, le mur pignon donnant sur la rue ; c’est sans doute le signe d’un début d’urbanisation, bien qu’à la fin du XIVe siècle Saint-Héand ne fut pas une ville (Fournial, 1967, p. 129). Ces maisons présentent les caractéristiques habituelles des maisons de l’Armorial : elles comportent une porte et une fenêtre à meneau et traverse sur le mur pignon, deux fenêtres plus petites sur le mur gouttereau et, sur le toit à deux pentes, une cheminée à mitre.

12L’enceinte quadrangulaire du château occupe les trois-quarts sud-est du site. La porte qui le relie à l’habitat villageois et qui, logiquement, devrait apparaître sur la face nord ou ouest du rempart n’est pas représentée ; elle a pu être gommée dans un souci de perspective si elle ne présentait pas de caractère défensif important. Aux angles nord, nord-ouest et sud-ouest de l’enceinte castrale se dressent des échiffes, puis les flancs sud et est des enceintes, villageoise et castrale, semblent se confondre. L’espace castral renferme quelques édifices majeurs :

  • Un haut donjon circulaire, percé de deux fenêtres et couronné de hourds imposants.

  • Une église au clocher quadrangulaire massif, également couronné de hourds. Elle semble placée près du mur ouest du château.

  • Un bâtiment quadrangulaire, très élevé, installé dans l’angle sud-est de l’enceinte castrale. Deux fenêtres sont représentées à l’étage supérieur ; une porte donne sur le chemin de ronde du rempart.

13Enfin, quelques maisons ne présentant pas de signe particulier de distinction occupent le reste du château.

14Saint-Héand au XVe siècle donne donc l’image d’un petit bourg développé autour du château et de l’église ; l’ensemble ne dispose pas de système défensif puissant mais quatre tours quadrangulaires talutées et de larges fossés remplis d’eau signent la présence d’un pouvoir comtal établi et entretenu.

Les données archéologiques et le parcellaire

15Le site de Saint-Héand conserve aujourd’hui assez peu de vestiges anciens en élévation, que ce soit du château ou de l’enceinte du bourg (fig. 163). Toutefois, l’examen attentif des plans cadastraux, napoléonien et actuel, ainsi que quelques éléments médiévaux encore conservés ou disparus récemment, permettent de replacer pour l’essentiel les bâtiments et constructions représentés par Guillaume Revel, même si quelques discordances ou quelques imprécisions sont remarquables (fig. 164).

Fig. 163 - Vue aérienne du site dans les années 1990.

Fig. 164 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.

16Le dessin de l’Armorial distingue deux grands ensembles. Le parcellaire et les rares vestiges conservés amènent en fait à considérer trois entités comme emboîtées les unes dans les autres :

  • Un château enclos dans une première enceinte.

  • Une seconde enceinte accolée à la précédente et contenant l’église dédiée à saint Eugendus.

  • Le bourg et son rempart.

  • 5 Diagnostic archéologique, arrêté n° 05-082, code opération Patriarche 22/42234/9138, responsable sc (...)
  • 6 En 1889, F. Thiollier constate, comme seul vestige du château, la présence d’un bâtiment carré enco (...)

17Au sud-est du village, le parcellaire actuel, et plus encore celui du XIXe siècle, dessinent un bloc grossièrement quadrangulaire, que l’on peut identifier avec le château. Cet îlot s’organise autour d’une place centrale. Par endroits, et notamment place Foch, ses limites parcellaires coïncident avec des reprises de maçonnerie et avec la présence de murs très épais, au moins à la base des façades. À l’ouest, à cheval sur les parcelles 170 et 222 (du cadastre actuel), est implantée une tour-porte, tardive, sans doute du XVe siècle (fig. 169). À l’intérieur de cet ensemble, plusieurs bâtiments présentent un intérêt significatif. La parcelle 167 du cadastre actuel correspond à un bâtiment rectangulaire, aux murs épais, mesurant environ 15 m x 9 m, orienté est-ouest (fig. 165). Cet édifice a été étudié en 2006 dans le cadre d’une opération d’archéologie préventive5. La morphologie du bâtiment offrait quelques indices d’ancienneté bien que la façade sud et le mur pignon est apparaissaient profondément remaniés. Il s’agit manifestement d’un logis seigneurial, sans doute de type aula, placé au point topographique le plus élevé du village. Les sondages ouverts à l’intérieur de l’édifice permettent d’assurer que tout ou partie de l’élévation médiévale est conservée sur une hauteur de 11 m ; elle est composée d’assises régulières de blocs de granit liés par un mortier de chaux compact et solide (fig. 167). Cette maçonnerie médiévale, si elle est perturbée par de nombreuses reprises, reste cependant très lisible sur de larges surfaces. Les vestiges de sept baies romanes restent en place (fig. 166) : deux portes d’accès et cinq fenêtres. En l’absence d’escalier intérieur, les flux verticaux de circulations devaient transiter par des structures légères extérieures et un accès direct à la courtine. En effet, l’aula est directement appuyée à la courtine qui la précède (chronologiquement) et qui l’enveloppe (morphologiquement). Les sondages archéologiques ouverts à l’intérieur ont mis au jour des traces de décor peint de faux appareil couvrant une grande partie de ce qui fut le premier étage de l’aula (fig. 168). Concernant la datation, un terminus a quo (1225) est donné par l’analyse dendrochronologique d’un bois prélevé dans une engravure de poutre stratigraphiquement liée à la maçonnerie médiévale. La construction de ce logis seigneurial relève donc du gouvernement de Guy IV, alors successeur de son tuteur l’archevêque Renaud de Forez qui, à cette date, effectue des legs à prendre sur ses revenus de Saint-Héand. Ce bâtiment pourrait être l’hôtel de la duchesse de Bourbon mentionné en 1412 et la salle des audiences mentionnée dans la visite de 1664. Il s’agit peut-être aussi du haut bâtiment rectangulaire représenté sur l’Armorial, de façon très maladroite toutefois. Un second bâtiment médiéval, englobé dans diverses constructions plus récentes, fait face, au sud, à ce premier logis. Cette construction présente sur sa façade sud, au premier étage, les vestiges arasés d’une ouverture peut-être de même type que celle décrite précédemment. La parcelle 171 est occupée par une maison orientée est-ouest, dont la façade est montre une montée d’escalier et plusieurs ouvertures du XVe siècle. Du donjon circulaire figurant sur la vignette, qui pourrait correspondre au donjon attesté dès 1355 et peut-être à la tour mentionnée par les diverses visites des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, il ne subsiste rien aujourd’hui et son emplacement même n’est en aucun cas assuré6. Pour une raison inexpliquée, l’enceinte de ce premier réduit castral n’apparaît pas dans la vignette de l’Armorial qui identifie le château seulement au travers de deux bâtiments emblématiques : la tour maîtresse circulaire et (sans doute) l’aula. Toutefois, si l’Armorial figure bien la seconde enceinte, celle du bourg castral primitif avec l’église, il est plus difficile de situer celle-ci tant les vestiges et le parcellaire sont peu parlants. On peut supposer un tracé limité au nord par la rue des Demeures et son prolongement et prenant à l’ouest au droit de la rue des Minimes. Au sud, ce rempart serait parallèle à l’enceinte du bourg, à quelques parcelles de distance de celui-ci.

Fig. 165 - L’aula du château (XIIIe siècle). Vue du mur gouttereau nord et du mur pignon est.

Fig. 166 - Détail d’une des baies de l’aula au nord (face externe).

Fig. 167 - Relevé du mur nord (face interne) de l’aula.

Fig. 168 - Reconstitution de la baie centrale du mur nord de l’aula avec son badigeon rouge (face interne).

Fig. 169 - Saint-Héand, tour-porte rectangulaire de l’enceinte (XVe siècle ?), place Foch.

18En revanche, le tracé de l’enceinte de l’extension du bourg, attestée dans la documentation dès la seconde moitié du XIVe siècle, est encore aisément identifiable dans le parcellaire. Celle-ci longe au nord la rue Johannès Odin et la rue des Fossés, à l’est la rue des Terreaux, au sud la rue de la Côte, et enfin à l’ouest la rue de Saint-Étienne et la rue Lucien Thiollier. Ces rues sont implantées, comme la topographie des lieux et une toponymie évocatrice (rue des Terreaux, rue des Fossés) le montrent, sur les anciens fossés comblés. Ce rempart est de forme grossièrement trapézoïdale, plus étroit au sud qu’au nord, avec un léger décrochement au niveau de la jonction de la rue des Fossés et de la rue des Terreaux. Ces caractéristiques de l’enceinte, encore lisibles dans le parcellaire, se retrouvent dans la représentation de Guillaume Revel. Aucune élévation de ce rempart ne paraît conservée ; toutefois, la partie inférieure des façades de quelques maisons, notamment rue Thiollier et rue de Saint-Étienne, semblent directement le réemployer. Des bases de murs très épais et de légers décrochements au niveau du rez-de-chaussée de maisons des XVIIe et XVIIIe siècles sont encore perceptibles. Sur l’Armorial figurent deux portes, dont l’emplacement apparaît nettement sur les deux cadastres. L’une, s’ouvrant vers le nord en direction de Saint-Bonnet-les-Oules et de Saint-Galmier, était située à l’extrémité nord de l’actuelle rue de l’Ancienne Église. Cette rue présentait, jusqu’au XIXe siècle, une chicane au niveau de sa jonction avec la rue J. Odin. Le tracé en a été rectifié à la fin du XIXe siècle et l’ancienne porte a été supprimée ; elle correspond aujourd’hui à une parcelle bâtie. Le débouché de la rue de l’Ancienne Église sur le tracé des fossés et du rempart est donc aujourd’hui très légèrement décalé vers l’est. La seconde porte représentée sur l’Armorial est encore plus aisément identifiable. Il n’en subsiste, comme la précédente, rien en élévation, mais elle est facilement localisable à l’extrémité ouest de la rue du Marché. Celle-ci s’ouvre aujourd’hui sur la rue des Pavés, chemin rural n° 9, qui correspond au chemin pavé, représenté sur l’Armorial, issu de cette porte ouest et desservant un faubourg en direction de La Fouillouse et de Saint-Étienne. Le toponyme a conservé la mémoire de ce chemin médiéval, dont l’illustrateur du XVe siècle a soigneusement représenté le pavage. Cet axe très caractéristique, ainsi que les deux portes, permettent d’orienter aisément le dessin de Guillaume Revel et de mettre plus facilement en corrélation le parcellaire actuel et la représentation de l’Armorial.

  • 7 Le vocable de l’église, dédiée à saint Eugendus, pose toutefois problème. C’est un vocable ancien q (...)

19Dans ces grandes lignes, et même dans un certain nombre de détails, le parcellaire actuel du bourg de Saint-Héand reflète assez fidèlement les différentes composantes du site, tel que l’a peint Guillaume Revel au XVe siècle. Assez peu de constructions médiévales subsistent toutefois et le parallèle entre celles-ci, la vignette de l’Armorial et la documentation ancienne apparaît parfois difficile : ainsi le donjon circulaire n’est pas localisable, la représentation du bâtiment seigneurial de la parcelle 167 est incertaine et l’enceinte du château n’apparaît pas sur le dessin de l’Armorial. L’examen du parcellaire, la représentation du XVe siècle et les vestiges archéologiques laissent a priori supposer une origine castrale pour le bourg de Saint-Héand : l’habitat se serait développé autour d’un château dans une première basse-cour comprenant l’église7 ; son extension aurait été enclose dans un second temps.

Page 456
LE CHATIAU DE SAINT TEON

Étude héraldique

818. Anthoine d’Angirieu crie

échiqueté d’or et d’agir – cimier : une tête et col de cigogne.
Antoine d’Angirieu (mort en 1473), damoiseau, fils d’Amé d’Angirieu et d’Isabelle de Boulieu. Il était seigneur de Saint-Bonnet-des-Oules et Grandris et possédait d’importantes censives à Couzan, Chalain-d’Uzore, Saint-Priest, La Tour, Saint-Héand, La Fouillouse. Il occupa la charge de maître des Eaux et Forêts du comté de Forez, de 1450 à 1468. Les armes Angirieu sont peintes dans la frise de la salle héraldique de la Diana ; elles sont aussi sculptées à Roziers-Côtes-d’Aurec et, sur une croix, à Rivas.
• Frise de la salle héraldique de la Diana (100 et 109, suivant la numérotation de Gras, 1874).
• Gras, 1874, p. 6 ; Tricou, 1965-1976, t. I, p. 83 ; Perroy, 1977, t. I, p. 59 ; archives de l’auteur.

819. Jehan de Rochefort crie Rochefort

parti : au 1, de vair plain ; au 2, de gueules à la moucheture d’hermine d’azur.
Jean Ier de Rochefort-La Valette (mort en 1453), chevalier, fils de Guyonnet de Rochefort, seigneur d’Espercieu, et d’Aigline de La Valette. Il épousa Béatrix Moret, fille unique de Jean Moret, seigneur de Maleval et de Jeanne de Salvaing. II était seigneur de La Valette, La Faye et Neysieu. Il mourut avant l’achèvement de l’armorial et peut-être s’agit-il ici de son fils aîné, qui portait le même prénom que lui ; ce dernier épousa Isabelle de Faïn. Après son mariage, Guyonnet de Rochefort, père de Jean Ier, avait abandonné ses armes familiales, d’azur à trois fleurs de lis d’or, au chef du même chargé d’un lion issant de gueules, pour reprendre celles de sa femme. Toutefois, les armes Rochefort ne disparurent pas, puisqu’on les retrouve au XVIe siècle, écartelées de La Valette, dans le manuscrit 4802 de la Bibliothèque de l’Arsenal comme dans le Philocarité. On doit enfin remarquer que ce personnage, qui semblait pourtant l’aîné, portait des armes brisées, alors que Jacques de Rochefort (cf. supra n° 809), non identifié, les portait pleines.
• Ars., ms 4802, f° 69 ; Philocarité, 25.
• Mazures de l’abbaye royale de l’Isle-Barbe, t. II, p. 514 ; Bétencourt, 1867, t. IV, p. 36 ; Bouillet, 1846-1847, t. V, p. 376 ; Gras, 1874, p. 226.

Deux écus vides.
Emmanuel De Boos

Notes

1 M.-C. Guigue (Cartulaire Lyonnais, t. I, n° 9, p. 20) donne une transcription de cet acte réalisée à partir d’une copie du XVIIe siècle (ADR, 10 G 448). Dans cette copie l’acte est daté de 984. Mais une nouvelle version de celui-ci, datée cette fois de 994, a été livrée par M.-O. Mandy en 1985 à partir d’un manuscrit redécouvert en 1915 et que M.-C. Guigue bien sûr ne connaissait pas (actuel 10 G 1879 des ADR). Cf. sur ce point et sur les interpolations manifestes de cet acte au XIe ou XIIe siècle : Feuillet, Guilhot, 1985, p. 74.

2 Ainsi en 1272, Aymone, fille d’Aymonet de Fontanès, abandonne à son mari tous ses biens, notamment dans le mandement de Saint-Héand (Chartes du Forez, n° 162). En 1275, le comte Guy VI donne à son sergent, Guillaume de Bocigné, divers cens sur des terres situées dans le mandement de Saint-Héand (Chartes du Forez, n° 343). Au mois de juillet 1309, le comte Jean modère, moyennant 600 livres, les servitudes imposées aux habitants de Saint-Héand. Il est alors fait mention du châtelain de Saint-Héand et des autres officiers du comte dans cette châtellenie (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I, n° 1254). Le 27 mai 1334, Jean de Salvigniaco reconnaît tenir en fief du comte de Forez une maison dans le castrum de Saint-Héand (Barban, 1885, n° 1334), etc...

3 Quelques vingt ans plus tard, en 1357, l’archevêque de Lyon, Raymond, octroie lui aussi un délai au comte pour l’hommage de divers châteaux dont Saint-Héand (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I n° 2749).

4 Malval : maison noble sur la commune de Saint-Héand.

5 Diagnostic archéologique, arrêté n° 05-082, code opération Patriarche 22/42234/9138, responsable scientifique Ch. Delomier, rapport déposé au SRA Rhône-Alpes.

6 En 1889, F. Thiollier constate, comme seul vestige du château, la présence d’un bâtiment carré encore crénelé. Il est toutefois impossible de déterminer actuellement avec certitude la localisation de cette construction (Thiollier, 1889, p. 126).

7 Le vocable de l’église, dédiée à saint Eugendus, pose toutefois problème. C’est un vocable ancien qui s’accorde mal avec une église d’origine castrale.

Table des illustrations

Légende Fig. 162 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 456) : le chatiau de Saint Teon.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2952/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Fig. 163 - Vue aérienne du site dans les années 1990.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2952/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 164 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2952/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 165 - L’aula du château (XIIIe siècle). Vue du mur gouttereau nord et du mur pignon est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2952/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 166 - Détail d’une des baies de l’aula au nord (face externe).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2952/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 167 - Relevé du mur nord (face interne) de l’aula.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2952/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 168 - Reconstitution de la baie centrale du mur nord de l’aula avec son badigeon rouge (face interne).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2952/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 169 - Saint-Héand, tour-porte rectangulaire de l’enceinte (XVe siècle ?), place Foch.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2952/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 189k

© Alpara, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Liseuse ePub
PDF du livre
PDF du chapitre

Open access