Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Armorial de Guillaume Revel

 | 
Pierre-Yves Laffont

Monographies

Saint-Galmier

Chantal Delomier

Texte intégral

454. Le chatiau et ville de Saint Galmier
Département : Loire ; canton et commune : Saint-Galmier

L’apport des sources écrites

1Située sur un replat du versant occidental des monts du Lyonnais, la ville commande un carrefour routier distribuant les voies vers Lyon et Vienne, tout en reliant Lyon au « Grand chemin de Forez » et la route de Montbrison à Vienne. Le site domine la Coise d’environ 60 m ainsi qu’une source d’eau minérale exploitée depuis l’Antiquité. Le vocable (Baldomerus) de l’église, dépendance de la collégiale Saint-Just de Lyon, a donné son nom à la paroisse puis à la ville issue du château.

  • 1 Mention vers 1118 d’un Vuillelmus, cognomento Barbatus de castello Sancti Valdemeri (Cartulaire de (...)

2La première mention connue de celui-ci remonte à la fin des années 11101. Vers 1130 est cité le chapelain de Saint-Galmier, ce qui laisse supposer l’existence d’une première agglomération. Un acte des années 1130-1150 est passé apud Sanctum Baldomerum et, en 1190, le mandement du château de Saint-Galmier est mentionné dans un accord entre Omar de Vernoil et son gendre, Pierre, sénéchal du comte de Forez (Fournial, 1967 p. 30). En février 1218, un acte est passé in castro Sancti Baudomeri dans la maison du prévôt comtal (Chartes du Forez, n° 29) et, quatre ans plus tard, le comte Guy IV scelle un acte apud Sant-Galmer, in domo nostra (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 23). Au début du XIIIe siècle, les comtes de Forez sont donc déjà bien implantés dans la ville qui entame alors son essor et bénéficie en 1266 d’une charte de franchises semblable à celle de Montbrison (Chartes du Forez, n° 1625). Dès lors, la ville se développe, notamment grâce à l’artisanat textile, comme l’attestent les fréquentes mentions de moulins à foulon (Titres de la maison ducale de Bourbon, nos 343 et 350). Aux XIIIe et XIVe siècles, les comtes confirment ou approuvent au profit des bourgeois de Saint-Galmier diverses ventes de biens nobles ou de fiefs (Titres de la maison ducale de Bourbon, nos 450 et 791). Ils leur accordent aussi des exemptions de leyde (Chartes du Forez, n° 1631). Au XIVe siècle, Jeanne de Bourbon séjourne régulièrement à Saint-Galmier pendant que le comte Guy VII participe aux combats de la guerre de Cent Ans aux côtés de Philippe de Valois. Anne Dauphine, fille du dernier comte de Forez, Jean II, y résidera aussi parfois jusqu’à sa mort en 1417.

3L’enceinte urbaine, résultant de la clôture des quartiers d’habitat qui se sont développés autour du castrum primitif à la fin du XIIIe et dans la première moitié du XIVe siècle, semble achevée dès 1360, comme l’attestent les mentions du murum vinteni et de la porta Plathee relevées dans divers testaments (Fournial, 1967, p. 444). L’évocation d’une rue allant de la « porte du Château » à la « porte de la Place » confirme l’existence de deux portes d’accès dans des enceintes distinctes, castrale et urbaine (Fournial, 1967, p. 445). Les textes mentionnent aussi les tours « du Bourg Chanin » et « du Gort » ainsi que les portes « de Bellegarde » (ou de la Place), « du Bourg Chanin » (ou de Lyon), « de l’Hôpital » et la « poterne de Fontfort » (Fournial, 1967, p. 445).

  • 2 En 1421, un legs à l’œuvre du chœur sera payable « dès que le chœur sera commencé » (De Boissieu, 1 (...)
  • 3 En 1474 ou 1475, une reconnaissance porte sur un jardin situé juxta carreram publicam tendentem de (...)

4L’église Saint-Galmier, située à l’intérieur du castrum, détenait les droits paroissiaux. Les testaments mentionnent des élections de sépulture dans son cimetière, qui s’étendait au sud et à l’est de l’église, ainsi que de nombreux legs pour la construction de la nouvelle église qui commence en 14202 pour ne s’achever qu’après 1471. Cependant, sans doute parce que le cimetière de l’église paroissiale était devenu trop petit face à l’extension urbaine, la ville est dotée dès la fin du XIIIe siècle d’un autre lieu de culte : la chapelle Saint-Clément, qui possédait elle aussi un cimetière. Située dans le quartier du Bourg-Chanin3 au nord de la ville, la chapelle Saint-Clément est attestée dès 1283 (Chartes du Forez, n° 697) et son cimetière dès 1287 (Chartes du Forez, n° 367, p. 2). Cachée au dessinateur par la butte du castrum, elle n’est pas visible sur la vignette de l’Armorial.

5La ville connaît une réelle période de prospérité au XVIe siècle comme le reflète l’élégance de l’architecture civile, même si les intrusions huguenotes provoquent quelques dégâts dans la deuxième moitié du siècle. Ainsi en 1570, l’église est dévastée par les protestants et, en 1614, la visite pastorale effectuée par monseigneur de Marquemont évoque l’état de ruine de l’église, avec une voûte ouverte en plusieurs endroits, le mur sud de la nef rompu et la plupart des vitres enlevées et remplacées par des châssis de toile. Le clocher est démoli en 1899. C’était une tour massive, de plan barlong avec escalier intérieur et de petites ouvertures percées dans des murs épais. Un dôme à quatre pans avait remplacé au XVIIIe siècle la toiture élancée et pointue du XVe siècle.

La représentation de l’Armorial

6Le site est dessiné du sud vers le nord, avec un essai de perspective, associé à un rendu de la topographie ascendante vers le nord (fig. 143).

Fig. 143 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 454) : le chatiau et ville de Saint Galmier.

7C’est une ville relativement importante, enserrée dans une large enceinte urbaine. La partie supérieure de cette enceinte accueille une première fortification de plan circulaire, sans flanquement (exception faite d’une échiffe), dont émerge une haute tour carrée surmontée d’une surélévation en saillie, crénelée et recouverte d’une toiture et d’un lanternon qui semblent essentés si l’on s’en tient à la mise en couleur de la vignette. Une chemise ovalaire englobe cette tour et quelques rares maisons bâties alentour. Comme le montre la croix visible à son sommet, la tour est le clocher de l’église qui a manifestement été fortifié pour être utilisé comme donjon pendant la Guerre de Cent Ans. Une observation minutieuse des édifices insérés dans l’enceinte castrale permet de distinguer à quelque distance à droite du clocher une portion d’église. Deux baies couvertes d’un arc en plein cintre assurent sans ambiguïté de la fonction de cet édifice, qui apparaît cependant incomplet en raison de l’absence d’un porche ou d’un clocher. L’exacte convergence de cette information iconographique et des données textuelles mentionnant l’église en cours de reconstruction entre les années 1420 et 1470 permet donc de valider, une fois de plus, l’attention particulière portée par le dessinateur de l’Armorial aux églises. Il est vrai, cependant, que celle-ci ne se manifeste pas ici au premier coup d’œil. Il faut aussi noter sur le chemin de ronde de l’enceinte du castrum, un curieux, car unique dans la série forézienne, petit édicule en bois abritant une cloche. Il surmontait sans doute la « porte du Pain », principale porte d’accès au castrum, invisible sur la vignette, car masquée au dessinateur par le rempart.

8L’enceinte urbaine – l’enceinte du vintain – est crénelée et sans aucune ouverture de tir. En l’absence aussi de tours de flanquement, elle est pourvue d’un nombre considérable de bretèches hourdées. Ce choix est sans doute lié à des considérations économiques et à la volonté de diminuer le coût de construction de cette enceinte. Les portes, en revanche, au nombre de quatre, sont généralement implantées dans une tour-porte quadrangulaire sommée de hourd. Seule la porte la plus méridionale fait exception. Résultant sans doute d’un percement postérieur au gros œuvre du rempart, elle prend l’aspect d’une simple porte en plein cintre. Elle est toutefois protégée par une bretèche de bois et par une petite barbacane sommaire que ferme un gros portail de bois clouté dont l’illustrateur de l’Armorial a tenu à rendre les détails. L’enceinte urbaine n’est pas doublée par un fossé, ce qui se conçoit tout à fait en raison de la situation topographique du site. En revanche, la Coise et le pont qui permet de la franchir sous la ville sont expressément figurés.

9À l’intérieur du vintain se presse un habitat extrêmement dense. Ici, les maisons se répartissent de manière désordonnée, à l’inverse des vignettes représentant Feurs, Saint-Just-Saint-Rambert, Saint-Marcellin-en-Forez ou encore Saint-Germain-Laval où l’alignement des pignons sur des axes orthogonaux semble indiquer un réel plan d’urbanisation. À Saint-Galmier, les maisons paraissent se répartir simplement en suivant les courbes de niveau. Les constructions apparaissent très stéréotypées et correspondent aux critères classiques de l’habitat civil des vignettes foréziennes de l’Armorial. Toutefois, quelques constructions se distinguent un peu. Ainsi, trois maisons placées à l’intérieur de l’enceinte urbaine, à l’ouest en particulier, semblent surdimensionnées en comparaison des autres. Une construction notamment compte trois cheminées, dont deux sont placées sur les pentes de la toiture. Devant cet édifice particulier se dresse une petite tour carrée, sans toiture et percée d’une petite baie au sommet. Il s’agit peut-être ici de l’hôpital fondé grâce à une donation des comtes de Forez avant 1283 et qui fut l’objet de nombreux legs.

Les vestiges archéologiques et le parcellaire

  • 4 « Copie du plan géométrique de la ville de Saint-Galmier levé en 1811 », Bulletin de la Diana, XXXV (...)

10Un plan daté de 17734, ainsi que le cadastre napoléonien, permettent de reconstituer aisément le tracé de la chemise du premier noyau castral et de l’enceinte urbaine (fig. 145).

  • 5 Au XVIIIe siècle, l’auditoire et les prisons, qui ont pu succéder à l’hôtel comtal médiéval, étaien (...)

11Le castrum primitif était effectivement principalement constitué d’une enceinte ovalaire établie au nord-est du site et au centre de laquelle se trouvait l’église. Il reste aujourd’hui d’importants vestiges de style gothique de l’église reconstruite au XVe siècle (fig. 144). Celle-ci a cependant été remaniée au XIXe siècle : en effet, en 1899, sous la direction de l’architecte Rey, le porche et le clocher sont remplacés par une façade néo-gothique. Il ne semble pas y avoir eu de château stricto sensu dans cette enceinte, mais les comtes de Forez y possédaient toutefois, au moins depuis le tout début du XIIIe siècle, et sans doute avant, une domus, qui reste cependant à localiser précisément5. Celle-ci sera à partir des années 1330 peu à peu délaissée au profit de la maison voisine de Teillières devenue propriété des comtes (cf. p. 455 de l’Armorial). La « porte du Pain », qui donnait accès au castrum, existait encore en partie en 1840 ; elle a aujourd’hui disparu.

Fig. 144 - Vue aérienne du site dans les années 1990.

Fig. 145 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.

12Le tracé de l’enceinte du vintain est tout à fait lisible sur les plans du XVIIIe et du XIXe siècle. La muraille, épaisse de 2 m à la base et d’1 m au sommet, était haute de 7 m environ. Avec un développement d’environ 1 200 m de longueur, elle délimitait une superficie de l’ordre de 9 ha. Alors que l’Armorial n’en figure aucune (mais peut-être n’étaient-elles pas toutes construites vers 1440-1450...), cette enceinte était pourtant, comme l’indique plusieurs textes du XVe siècle, flanquée de quelques tours. Au moins deux sont visibles sur le plan cadastral napoléonien au nord-est et au nord-ouest de l’enceinte ; elles sont même encore partiellement conservées en élévation aujourd’hui (fig. 146). Quatre et peut-être même cinq portes donnaient accès à la ville. Au nord s’ouvraient la « porte de la Place », dite ultérieurement « porte de Bellegarde » ainsi que la « porte du Bourg Chanin », appelée aussi « porte de Lyon ». À l’ouest, la muraille était percée de la « porte de Fontfort » et, au sud, de la « porte de l’Hôpital ». La « porte du Gort », marquée sur le plan de 1773, semble pour É. Fournial n’avoir été ouverte que tardivement puisqu’il n’en relève pas de mentions au XVe siècle (Fournial, 1967, p. 444-445). Il ne subsiste que de rares vestiges de ces portes. Au sud, la « porte de l’Hôpital » est la seule encore partiellement en élévation (fig. 147) ; cependant, arasée et restaurée, elle ne livre plus qu’une image tronquée d’un des principaux accès à la ville médiévale. La barbacane de la vignette n’a, évidemment, laissé aucune trace dans le parcellaire et seule la forte montée vers la porte reste bien marquée sur le terrain comme sur la représentation de l’Armorial. Enfin, de la chapelle Saint-Clément détruite en 1725, il ne subsiste rien ; une partie des pierres a servi à l’édification de la chapelle de l’Hôtel-Dieu.

Fig. 146 - Tour de la courtine est.

Fig. 147 - Porte sud, rue des Vignes Hermes.

13Issu d’un castrum primitif constitué d’une enceinte ovalaire centrée sur l’église Saint-Galmier, le site connaît à partir du XIIIe siècle un développement notable qui donne naissance à une ville enclose dans une seconde vaste enceinte dont le plan structure encore la trame urbaine actuelle. Si on excepte la représentation stéréotypée de l’habitat à l’intérieur des deux enceintes successives, la confrontation de la vignette de l’Armorial avec les plans parcellaires et les textes montre la grande précision et la grande fiabilité de celle-ci.

Page 454
LE CHATIAU ET VILLE DE SAINT GALMIER
Étude héraldique

815. Jaques du Varnay crie Le Varnay

d’azur chef échiqueté d’or et de gueules – cimier : un cygne issant.
Jacques du Vernet (mort en 1452), écuyer, fils de Jean du Vernet, seigneur de La Garde. Il épousa en 1392 Anne de Peyra et fut père de Jean, dit Plotard du Vernet (cf. supra n° 781 p. 75). Il possédait le fief de La Garde et de nombreuses et importantes censives réunies sous le nom de seigneurie du Vernet ou du Vernay. Chambellan de Louis II, duc de Bourbon et comte de Forez, puis de son fils Jean Ier, il appartint à la Cour amoureuse de Charles VI ; à ce titre, ses armes figurent dans l’armorial de cette institution, à la fois courtoise et politique.
• Bozzolo, Loyau, 1982-1992, 363.
• Mazures de l’abbaye royale de l’Isle-Barbe, t. Il, p. 352-354 ; Gras, 1874, p. 261 ; Salomon, 1916, 1922, 1926, t. I, p. 152, 400.

816. Loys Vernin crie Lurre
écartelé : aux 1 et 4, de gueules à trois croix recroisetées au pied fiché d’or, au chef d’argent chargé d’une fasce ondée d’azur (Vernin de Crémeaux) ; aux 2 et 3, de gueules à la bande d’argent au bord inférieur engrêlé – cimier : une tête et col de lévrier.
Membre non identifié de la maison Vernin de Crémeaux (cf. supra n° 776 p. 75).

Deux écus vides.
Emmanuel De Boos

Notes

1 Mention vers 1118 d’un Vuillelmus, cognomento Barbatus de castello Sancti Valdemeri (Cartulaire de Savigny, t. I, n° 919).

2 En 1421, un legs à l’œuvre du chœur sera payable « dès que le chœur sera commencé » (De Boissieu, 1902, p. 239).

3 En 1474 ou 1475, une reconnaissance porte sur un jardin situé juxta carreram publicam tendentem de capella Sancti Clementi ad portam Burgi Canini (ADL, B 2063).

4 « Copie du plan géométrique de la ville de Saint-Galmier levé en 1811 », Bulletin de la Diana, XXXVIII, 1963, p. 67.

5 Au XVIIIe siècle, l’auditoire et les prisons, qui ont pu succéder à l’hôtel comtal médiéval, étaient dans l’enceinte du château, à gauche de la « porte du Pain ».

Table des illustrations

Légende Fig. 143 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 454) : le chatiau et ville de Saint Galmier.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2950/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Fig. 144 - Vue aérienne du site dans les années 1990.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2950/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 145 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2950/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 146 - Tour de la courtine est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2950/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 147 - Porte sud, rue des Vignes Hermes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2950/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k

© Alpara, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Liseuse ePub
PDF du livre
PDF du chapitre

Open access