Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Armorial de Guillaume Revel

 | 
Pierre-Yves Laffont

Monographies

Bellegarde

Franck Brechon et Pierre-Yves Laffont

Texte intégral

453. La ville et chatiau de Bellegarde
Département : Loire ; Canton : Saint-Galmier ; commune : Bellegarde-en-Forez

L’apport des sources écrites

1Le château et le village castral de Bellegarde apparaissent très tardivement dans la documentation et sont globalement peu documentés pour le Moyen Âge. Même indirectement (mention de mandement, de lignage châtelain, etc.), rien ne permet de penser qu’ils existent avant le XIIIe siècle. Il faut attendre les années 1260 pour que le site de Bellegarde soit enfin mentionné, lorsque la femme de Geoffroy d’Aubigny rend hommage au comte de Forez pour ses biens dans le bourg – borc – de Bellegarde, avant que Jean de Marcilly fasse de même, notamment pour ce qu’il a dans le chatel de Bellagarda (Chartes du Forez, n° 903). Ensuite, en 1268, Renaud, comte de Forez, passe un accord avec le commandeur de l’hôpital de Saint-Jean-de-Jérusalem en Auvergne au sujet de la justice de Chazelles-sur-Lyon. Parmi les limites de cette juridiction figure le château de Bellegarde (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 463). Bellegarde appartient au moins dès le XIIIe siècle au comte de Forez, comme en témoignent les reconnaissances des années 1260 et une autre reconnaissance de 1290 où Pierre Jomar, bourgeois de Montbrison, avoue tenir du comte une longue liste de biens dont des rentes à Bellegarde (Chartes du Forez, n° 267). De plus, en 1305, Durand de Cotarceo et ses fils reconnaissent être hommes taillables et exploitables du comte de Forez, comme le sont les autres hommes de Bellegarde-en-Forez (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 1159). Lors de la rédaction de son testament de 1324, le comte de Forez, Jean, remet à son fils Renaud les châteaux de Malleval, Rochebloine, Saint-Germain-Laval, Bussy, Cleppé, Bellegarde, et du Fay (ADL, B 1842). Quelques années plus tard, en 1335, Guy, comte de Forez, conformément aux clauses du contrat de mariage établi entre Renaud de Forez, son frère, et Marguerite de Savoie, assied 2000 livres de rente au profit de celui-ci sur les revenus des mandements de Rochebloine, Malleval, Fay et Bellegarde (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 2106). À la fin du XIVe siècle, le castrum de Bellegarde passe dans le patrimoine des ducs de Bourbon. Le château de Bellegarde, alleu comtal, ne semble pas avoir été inféodé à quiconque, et tout au plus sait-on qu’en 1317, Girin de Pinet, damoiseau, reçoit du comte de Forez les hommes et les cens que celui-ci avait à Montagnieu ainsi qu’une partie des revenus de la châtellenie de Bellegarde, en contrepartie de la cession à ce dernier de tous les hommes, droits, tailles et cens que Girin avait dans les mandements de La Roue et de Montpeloux, au diocèse de Clermont (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 1449). Malgré l’importance manifestement limitée de cette place forte, le comte de Forez, puis le duc de Bourbon, entretiennent à Bellegarde un châtelain et un prévôt : André Valençon, clerc et notaire, est nommé prévôt de Bellegarde par Jeanne de Bourbon, comtesse de Forez, en 1377 ; à la même date, Jean de Mars est capitaine et châtelain de Bellegarde (ADL, B 1911). Les Archives départementales de la Loire conservent ainsi, dans la série B, les recettes du prévôt comtal de Bellegarde pour l’année 1397 (ADL, B 1930).

2De construction semble-t-il tardive, le castrum de Bellegarde est implanté dans le ressort de la paroisse de Notre-Dame-de-Farges et n’a manifestement jamais été doté d’un lieu de culte, aucune capella castri n’apparaissant dans la documentation. L’ecclesia de Fargiis, dont relève le château et ses habitants, est attestée dès 1153. Elle relève alors de l’abbaye lyonnaise d’Ainay (Cartulaire d’Ainay, t. I, n° 34), qui y entretient un prieuré attesté en 1250 (idem, t. I, n° 6). La localisation de cette église et sa mention dès le XIIe siècle laissent supposer une fondation du haut Moyen Âge pour celle-ci. Même tardivement, le castrum n’a pas eu un pouvoir d’attraction suffisant pour induire le déplacement du lieu de culte ; tout au plus, au XVIIe siècle, l’église Notre-Dame-de-Farges est-elle appelée aussi église de Bellegarde (Dufour, 1946, p. 51).

La représentation de l’Armorial

  • 1 Sur la représentation de l’Armorial, cf. aussi Verrier, Villermet, 2006b, p. 38.

3Bellegarde fait partie des vignettes dont le dessin est achevé et précis mais dont la mise en couleur reste partielle (fig. 135). Seuls les toitures, les éléments de bois, les étendards et les croix, ainsi que certains éléments du relief – escarpe et contrescarpe du fossé, relief de la colline en arrière-plan de l’église – ont été colorés. Le site est vu vers le nord-est. La vignette s’organise principalement autour de deux ensembles : le castrum et le bourg ecclésial de Farges. L’église, le château et l’habitat qu’ils ont respectivement agglomérés sont représentés sur le même plan. Cependant, l’ensemble de l’église et du village ecclésial est nettement sous-dimensionné par rapport au castrum afin de mettre celui-ci en exergue. En arrière-plan, le miniaturiste a représenté des collines. Le souci de celui-ci n’est cependant pas tant une représentation du relief pour lui-même que la volonté de donner une idée du type de paysage dans lequel s’établit le site, en l’occurrence des collines de piémont1. Le château est situé à flanc de colline, dominant le village castral qui se développe en étage sur les pentes. L’ensemble est protégé par un fossé.

Fig. 135 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 453) : la ville et chatiau de Bellegarde.

4Le château de Bellegarde proprement dit occupe le point le plus élevé du castrum. Il est constitué d’un donjon et d’une tour carrée, tous deux intégrés à une enceinte enserrant plusieurs bâtiments. L’enceinte du château est elle-même englobée par celle du village castral. Le donjon, qui semble être dans l’un des angles de l’enceinte du château, est un haut bâtiment quadrangulaire couronné de hourds et coiffé d’une toiture à quatre pans que perce en son centre une petite guette. On y voit deux petites ouvertures quadrangulaires situées immédiatement sous le hourd, et d’une fenêtre à meneau à mi-hauteur. Reliée au donjon par une haute courtine crénelée, s’élève à quelque distance de celui-ci une tour quadrangulaire crénelée et couverte d’une toiture à quatre pans. Deux fenêtres à simple traverse éclairent le bâtiment. La portion de muraille reliant les deux tours est percée de deux fenêtres à meneau montrant ainsi la présence de bâtiments en appui contre cette courtine. Au-delà de la tour, se dresse une seconde courtine moins haute que la précédente, elle est aussi munie d’une fenêtre à meneau. L’enceinte du château fait un retour à ce niveau. Outre les bâtiments en appui contre les courtines de l’enceinte, on constate la présence d’une construction à deux cheminées à l’intérieur de l’enceinte. Si l’on excepte la présence de deux cheminées, cette maison s’apparente typologiquement tout à fait à celles rencontrées dans le village castral.

  • 2 Sur la copie de la Diana, ces ouvertures de tir sont devenues une porte pour une des tours !

5Le château domine une enceinte crénelée grossièrement ovoïde, doublée d’un fossé qui semble en eau (alors qu’en réalité celui-ci était sec). La courtine ouest de l’enceinte villageoise est peu protégée : outre une tour circulaire à l’angle sud-ouest, seules deux échauguettes de bois renforcent la défense de cette face. À l’est, le rempart est beaucoup mieux protégé. En plus de la tour d’angle, trois tours et une échiffe de bois renforcent cette portion d’enceinte. Se succèdent donc, du sud au nord, une tour circulaire crénelée, non couverte, une seconde tour circulaire crénelée couverte d’une toiture conique et une tour quadrangulaire couronnée d’un hourd et d’une toiture à quatre pans. Sur cette portion de courtine, le chemin de ronde, qui traverse toutes les tours, est très clairement figuré. Les tours d’angle circulaires semblent talutées et sont munies à leur base d’ouvertures de tir2.

6L’enceinte s’ouvre dans sa partie basse par une tour-porte quadrangulaire surmontée d’un hourd et coiffée d’une toiture à quatre pans. La porte est défendue par une petite barbacane munie de deux ouvertures de tir, suivie d’un pont-levis franchissant le fossé qui double l’enceinte du bourg castral. Ce pont-levis est prolongé d’un pont fixe en bois reposant sur des pièces de bois en V renversé. Deux échiffes placées de part et d’autre de la porte complètent, avec la tour-porte et les tours circulaires d’angle, la défense de celle-ci. L’espace enclos est totalement saturé de constructions et aucune parcelle libre de bâti n’apparaît. La vingtaine de maisons représentée correspond à l’archétype des constructions civiles figurant dans l’Armorial et rien ne les distingue les unes des autres, si ce n’est quelques détails ponctuels : une ouverture de plus sur un pignon, une cheminée en plus ou en moins, etc.

7Outre le castrum, la vignette représente l’église Notre-Dame et le village qui se développe autour de celle-ci. Cette dernière est implantée dans la plaine, en contrebas du château, le long d’une route qui traverse le paysage, bordée d’arbres. L’église Notre-Dame présente un plan assez curieux dans ses proportions avec une très courte nef prolongée par un chœur et une abside semi-circulaire particulièrement volumineux, alors qu’un transept très proéminent s’en détache. Un clocher muni d’une longue flèche s’élève à la croisée du transept. Autour de cette église, le dessinateur a représenté, sans ordre apparent, six constructions dont cinq correspondent au stéréotype de l’Armorial alors que la sixième prend l’aspect d’un volumineux pigeonnier carré.

Les données archéologiques et le parcellaire

8La création du château de Bellegarde et du village castral qui lui est associé est probablement à lier au passage à proximité même du castrum de la grande route de Lyon à Montbrison, la via Lyoneisa, figurant à de nombreuses reprises dans un terrier de la seigneurie de Bellegarde pour Renaud de Forez, dans les années 1355-1357 (ADL, B 2013, B 2015). Le site est implanté sur un éperon rocheux, digitation des monts du Lyonnais qui dominent la plaine du Forez (fig. 138). L’altitude n’est pas importante, environ 500 m au point culminant du site, mais le relief s’élève assez brutalement (fig. 136).

Fig. 136 - Vue aérienne du site dans les années 1990.

Fig. 137 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.

Fig. 138 - Vue du château actuel depuis le sud.

  • 3 Sur le « nouveau » château et ses propriétaires, cf. Verrier, Villermet, 2006b, p. 45 sq.

9L’essentiel des bâtiments du château actuel de Bellegarde est constitué de constructions des XVIe, XVIIe et XIXe siècles (fig. 138, 139). Celles-ci ont induit l’édification d’importantes terrasses et de caves afin de réduire la pente et de créer un vaste niveau horizontal pour établir les nouveaux bâtiments. Le château a donc changé d’emplacement, alors qu’il occupait encore au XVe siècle le point dominant du site. Le choix d’une position topographique moins escarpée se justifie sans doute par la recherche d’espace et de conditions de résidence moins difficiles. Ce changement d’implantation laisse supposer une désaffectation progressive du château médiéval dans le courant du XVIe siècle, puis son abandon pour une nouvelle construction correspondant mieux au goût du jour. Les réaménagements de l’époque moderne ont très fortement modifié le parcellaire du village médiéval, le château actuel occupant près du tiers de la surface totale de l’ancien bourg castral3.

Fig. 139 - Détail du château actuel.

10Toutefois, l’emplacement du château médiéval, implanté au sommet de l’éperon, est encore nettement identifiable sur place et dans le parcellaire napoléonien (fig. 137). L’édifice occupait un espace grossièrement carré tout à fait semblable à celui représenté sur la vignette de l’Armorial. Un fossé large et profond isole la plate-forme du relief dominant sur son flanc nord. Quelques pans de courtine en ceinturent encore le pourtour, alors que plusieurs éléments de murs occupent l’espace enclos sans qu’il soit possible de reconstituer, en l’absence de tout relevé topographique, le plan des bâtiments détruits. L’abondance de la végétation rend par ailleurs toute perception d’ensemble des vestiges assez malaisée. Remarquons néanmoins que l’emplacement du donjon carré figurant sur la vignette peut être repéré grâce à quelques vestiges très arasés esquissant un bâtiment carré situé sur le point le plus haut du site. Heureusement, la documentation écrite apporte quelques éléments précis que le terrain n’est plus en mesure de fournir. Ainsi les comptes de la prévôté de Bellegarde pour l’année 1384 mentionnent des réparations sur le

castellum supra murum donjonis inter turrim et eschiffam aule (ADL, B 1959, f° 8 v°).

  • 4 ... solvit dictus prepositus pro dicta et expensi cuiusdam latomi qui per unam diem stetit infra do (...)

11Il est donc assuré que le donjon représenté sur la vignette existe bien, de même qu’une aula qui devait s’étendre en contrebas de ce dernier ; il s’agit sans doute de la grosse construction visible sur la vignette. Par la suite, en 1392 et 1396, divers travaux sont à nouveau réalisés dans le château de Bellegarde, notamment dans l’aula bassa et dans la prison4. De plus, un « château vieux » est cité à plusieurs reprises par la documentation concernant Bellegarde, comme en 1355, lorsque Jean Romanet reconnaît un jardin situé versus castrum vetus juxta rivum d’Anzeu, et en 1355-1357, lorsque Mathieu Pelet fait de même pour une pièce de terre sise in castro veteri (ADL, B 2014, B 2013). Il est toutefois impossible de savoir à quoi correspond ce « château vieux ».

  • 5 Pour Verrier, Villermet, 2006b, p. 45, il s’agirait plutôt d’une porte percée au XVIe siècle après (...)
  • 6 Cf. dans Verrier, Villermet, 2006b, p. 40, une carte postale de 1913 montrant encore de nombreuses (...)

12L’enceinte du village a très largement disparu de nos jours, il en reste cependant quelques tronçons assez bien conservés sous la végétation et les éboulis divers (fig. 140), surtout au nord et à l’est, sans toutefois qu’aucune des tours présentes sur la vignette de l’Armorial ne soit identifiable (Verrier, Villermet, 2006b, p. 43-45). Au nord-est du site subsiste aussi l’arc en tiers-point d’une porte bâtie en grès, dont les superstructures ont disparu. Il pourrait s’agir de la porte dite Bandini, qui est mentionnée à plusieurs reprises dans les terriers (fig. 141) : ainsi en 1355, Jean Aroud tient de Renaud de Forez des maisons infra castrum Bellegarde juxta portam Bandini et Poncet Peronet des jardins sis versus portam Bandini in costa castri Bellegarde (ADL, B 2014)5. De même que les fortifications, le bâti villageois ancien est très mal conservé, l’essentiel du village ayant été abandonné depuis le début du XXe siècle (fig. 142)6.

Fig. 140 - Vestiges de l’enceinte du castrum au nord-est.

Fig. 141 - La porte Bandin, vue de l’extérieur.

Fig. 142 - Localisation du château de Bellegarde et de l’église Notre-Dame des Farges.
Cartes IGN au 1 : 25 000 N° 2831 Ouest & 2832 Est © IGN - PARIS - Autorisation n° 50 - 1152.

  • 7 Exception faite d’un pan de mur de l’ancien clocher.

13Enfin, la vignette de l’Armorial représente un habitat de plaine, situé au pied du castrum et groupé autour d’une église qui peut être identifiée avec l’église Notre-Dame-des-Farges mentionnée dans les textes, même si actuellement le toponyme Les Farges désigne un hameau un peu à distance au sud de cette église (Verrier, Villermet 2006b, p. 47 sq). À l’heure actuelle, cette dernière occupe probablement son emplacement médiéval. Néanmoins, l’édifice a été totalement reconstruit à l’époque contemporaine, sans qu’aucun élément médiéval ne soit visible aujourd’hui7. Autour de l’église subsistent encore des traces de constructions des XVIe ou XVIIe siècles, héritières des bâtiments du village médiéval.

  • 8 Notons la présence à proximité de l’église Notre-Dame et du castrum de Bellegarde de deux autres éd (...)

14Le château de Bellegarde est un bon exemple d’implantation castrale probablement issue de la volonté de contrôler le trafic d’une route importante, à partir du moment où celui-ci prend son essor, probablement dans la seconde moitié du XIIe siècle ou la première moitié du siècle suivant. Implanté dans le ressort d’une paroisse ancienne, il est édifié sur un relief dominant proche de la route et a aggloméré un petit habitat. Pourtant, le mouvement d’incastellamento n’est pas complet, puisqu’il ne parvient pas à faire disparaître l’habitat ecclésial de plaine qui se structure autour de l’église Notre-Dame, pas plus qu’il ne parvient à déstructurer le cadre paroissial ancien. La représentation que donne l’Armorial pour le site de Bellegarde apparaît très fidèle, au moins pour ce qui est de la figuration des différents éléments constitutifs du site. Il est néanmoins impossible de juger de la précision de l’artiste dans le rendu des élévations, celles-ci ayant presque toutes disparu. Par-delà la représentation du castrum lui-même, assez classique, l’intérêt de la vignette de Bellegarde vient de la présence conjointe de deux structures de peuplement rarement représentées côte à côte : l’église issue du haut Moyen Âge et le castrum8. En effet, la distance qui sépare les deux justifie souvent que le dessinateur ignore l’église, rendant donc une vision partielle des formes de peuplement et de leur évolution. Ce n’est pas le cas ici.

Page 453
LA VILLE ET CHATIAU DE BELLEGARDE
Étude héraldique

814. Parrotin de La Lieugue crie La Lieugue
d’or à la fasce ondée de sable – cimier : une cigogne.
Perrotin de La Roche, damoiseau, fils de Perrotin de La Roche, seigneur de La Liègue. Il était seigneur de La Roche et La Liègue, dont il rendit hommage en 1441 et 1459. Il fut le dernier de sa lignée et ses fiefs passèrent avant 1489, vraisemblablement par mariage, à la famille de Rougemont-Bron.
• Ars., ms 4802, f° 69 ; Philocarité, 23 (écartelé des armes Rougemont-Bron).
• De La Mure 1860-1897, t. II, p. 117, 185, 250 ; Vachez, 1882, p. 9-13.

Trois écus vides.
Emmanuel De Boos

Notes

1 Sur la représentation de l’Armorial, cf. aussi Verrier, Villermet, 2006b, p. 38.

2 Sur la copie de la Diana, ces ouvertures de tir sont devenues une porte pour une des tours !

3 Sur le « nouveau » château et ses propriétaires, cf. Verrier, Villermet, 2006b, p. 45 sq.

4 ... solvit dictus prepositus pro dicta et expensi cuiusdam latomi qui per unam diem stetit infra donjonum Bellegarde pro preparando consedes vocatas loz ceaux existen. infra carcerem et plura alia que erat necessaria in dicta carcere, III s. IX d. t. Item, solvit dictus prepositus pro quadam serrallia ferri cum clave que erat necessaria ponenda in hostio domus site supra dictam carcerem, V s. t. [...] pro recoperiendo aulam bassam [...] sitam infra donjonum castro Bellegarde et pro reparando aligna que erant necessaria in duabus eschiffis existentibus in donjono... (ADL, B 1959, f° 72 et f° 91 v°).

5 Pour Verrier, Villermet, 2006b, p. 45, il s’agirait plutôt d’une porte percée au XVIe siècle après la reconstruction du château et qui aurait repris le nom de l’ancienne porte Bandini détruite lors des travaux.

6 Cf. dans Verrier, Villermet, 2006b, p. 40, une carte postale de 1913 montrant encore de nombreuses maisons dans le bourg dont certaines adossées au rempart. La plupart ont disparu aujourd’hui (fig. 142).

7 Exception faite d’un pan de mur de l’ancien clocher.

8 Notons la présence à proximité de l’église Notre-Dame et du castrum de Bellegarde de deux autres édifices de culte dont on peut supposer une origine altimédiévale : Saint-André (commune de Saint-André-le-Puy) à l’ouest et Saint-Pierre-de-Montmain à l’est (commune de Bellegarde). La baie axiale de l’abside de ce dernier édifice présente encore un linteau extradossé gravé de faux claveaux, assez caractéristique dans la région (s’il est en place...) du XIe siècle.

Table des illustrations

Légende Fig. 135 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 453) : la ville et chatiau de Bellegarde.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2949/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Fig. 136 - Vue aérienne du site dans les années 1990.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2949/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 137 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2949/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 138 - Vue du château actuel depuis le sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2949/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 139 - Détail du château actuel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2949/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 140 - Vestiges de l’enceinte du castrum au nord-est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2949/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 141 - La porte Bandin, vue de l’extérieur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2949/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 142 - Localisation du château de Bellegarde et de l’église Notre-Dame des Farges.Cartes IGN au 1 : 25 000 N° 2831 Ouest & 2832 Est © IGN - PARIS - Autorisation n° 50 - 1152.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2949/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 419k

© Alpara, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access