Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Armorial de Guillaume Revel

 | 
Pierre-Yves Laffont

Monographies

Chambéon

Pierre-Yves Laffont

Texte intégral

452. Le chatiau de Chanbeon (Chambéon)
Département : Loire ; canton : Feurs ; commune : Chambéon

L’apport des sources écrites

  • 1 Le texte de 994 a manifestement été largement interpolé aux XIe et XIIe siècles.
  • 2 Ce grenier est encore mentionné en 1555 (ADL, B 2210, f° 173). Il s’agit peut-être aussi de la gran (...)
  • 3 Ce four est encore cité dans les années 1360 : Jean Monnier reconnaît tenir du comte sa maison situ (...)

1La villa de Chambéon est mentionnée à trois reprises dans le cartulaire de l’abbaye de Savigny dans la seconde moitié du Xe siècle et la première moitié du siècle suivant, en 965, 970 et 1020 (Cartulaire de Savigny, n° 314 et n° 332). Chambéon figure aussi dans le dénombrement des possessions de l’Église de Lyon établi en 994. Toutefois, ce document est en partie douteux (Feuillet, Guilhot, 1985, p. 72-74)1. En 1173, Chambéon, sans qualificatif particulier, est mentionné dans la liste des lieux pour lesquels le comte de Forez doit rendre hommage à l’archevêque de Lyon (Chartes du Forez, n° 4, p. 10). Le site n’est pas encore qualifié de castrum, sans que l’on sache si cela traduit un état de fait ou s’il s’agit simplement d’une formule, bien que l’on puisse supposer que le château existe déjà. En effet, en 1226, est mentionné le mandement de Chambéon (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 116), qui relève alors de la seigneurie du comte de Forez. L’église de Chambéon est dédiée à saint Étienne et relève du chapitre cathédral de Lyon ; elle figure dans le pouillé de 1225 (Chartes du Forez, n° 901, p. 14). Le comte de Forez possède, au moins dès 1245, un grenier à Chambéon (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 252)2. Mais il y possède aussi un four qu’il donne en 1267, avec la dîme du charnage de la châtellenie de Chambéon, à Hurion, son cuisinier (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 453)3. Dans le dernier quart du XIIIe siècle, le château de Chambéon appartient au douaire de Jeanne de Montfort, femme du comte Guigue VI (Chartes du Forez, n° 1518).

  • 4 Il n’y a pas, pour le château de Chambéon, d’hommage conservé antérieurement aux années 1330.
  • 5 1403 : hommage de Louis, duc de Bourbon (Cartulaire des fiefs de l’Église de Lyon, n° 61).

2En 1304, Vital Neyran est prévôt de Chambéon pour le comte de Forez (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 1152). Les Archives départementales de la Loire conservent par ailleurs les recettes des prévôts comtaux, de l’année 1397, pour un certain nombre de châtellenies dont celle de Chambéon (ADL, B 1930). Au XIVe siècle4, plusieurs textes nous montrent que les comtes de Forez respectent l’engagement pris en 1173 et rendent hommage à l’archevêque de Lyon pour le château de Chambéon. Ainsi, le 25 juillet 1334, l’archevêque de Lyon Guillaume accorde au comte de Forez Guy un délai jusqu’à la Toussaint pour l’hommage de divers châteaux dont celui de Chambéon (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 2055). Au mois de février de l’année suivante, le comte, empêché par la maladie, donne procuration à trois personnes pour rendre hommage en son nom de plusieurs châteaux, dont celui de Chambéon, à l’archevêque de Lyon (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 2075). En 1357, l’archevêque de Lyon accorde à nouveau un délai au comte de Forez pour l’hommage que lui doit celui-ci pour Feugerolles, Grangent, Saint-Priest, Saint-Héand, Chambéon, Poncins, etc. (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 2749). Quelques années plus tard, en 1362, un accord est passé entre Jean, comte de Forez, et Jeanne de Bourbon, comtesse douairière de Forez, mère de Louis, comte de Forez, mort sans héritier, et dont elle réclamait l’héritage. Elle accepte de renoncer à ses prétentions et reçoit notamment le château de Chambéon (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 2847). Durant tout le XVe siècle, le mandement du château de Chambéon apparaît régulièrement dans la documentation (Titres de la maison ducale de Bourbon, cf. index). Les ducs de Bourbon, successeurs des comtes de Forez, rendent alors hommage à l’archevêque et au chapitre de Lyon pour Chambéon5.

  • 6 1366-1368 : reconnaissance de Barthélemy de Ris pour sa maison sise en dessus du château de Chambéo (...)
  • 7 1366-1368 : reconnaissance de Jean Monnier pour sa maison située infra castrum Chambéonis juxta fur (...)
  • 8 1366-1368 : reconnaissance d’Henri de Chambéon pour une maison sise en dessous du château de Chambé (...)
  • 9 1366-1368 : reconnaissance d’André Audet pour une place située dans le castrum de Chambéon juxta gr (...)
  • 10 1408-1434 : reconnaissance de Mathieu Guionet pour sa maison sise en dessous du château de Chambéon (...)
  • 11 1408-1434 : reconnaissance de Pierre Boysson, pour sa maison sise en dessous du château de Chambéon (...)
  • 12 1408-1434 : reconnaissance de Barthélemy Suffron pour une maison sise en dessous du château de Cham (...)
  • 13 1408-1434 (ADL, B 2021).

3La documentation de la fin du Moyen Âge, dès le dernier tiers du XIVe siècle, nous apporte quelques informations sur la topographie du château et du bourg de Chambéon. Apparaissent ainsi dans les reconnaissances passées au XIVe siècle au profit du comte de Forez par des habitants de Chambéon : la tour du château6, l’enceinte (murum vinteni)7, les différentes portes8 qui percent celle-ci, et la place du castrum9. De même, diverses reconnaissances de la première moitié du XVe siècle font mention du puits du château10, des cuisines du comte11 et de la grande porte du castrum12. Des reconnaissances de l’année 1555 permettent de préciser la topographie du site : on évoque la présence de fossés (ADL, B 2210, f° 22) (du castrum vraisemblablement) et encore la tour du château (ADL, B 2210, f° 54 v°-55). Cette tour semble dénommée au XVe siècle la tour del Boz13. La documentation nous donne aussi un certain nombre de renseignements sur le réseau de rues et sur les portes qui desservent le bourg castral : au début du XVe siècle, Benoît Cyer reconnaît tenir du comte de Forez des terres situées près du chemin allant de la porte du castrum au cimetière (ADL, B 2021) et Henri de Chambéon reconnaît une maison située près du chemin allant de la grande porte du castrum à l’église de Chambéon (ADL, B 2021) ; en outre, il est fait mention du chemin allant de la porte du château à Magneux (ADL, B 2021). Enfin, diverses reconnaissances du milieu du XVIe siècle font mention : du chemin tendant de la porte du château à l’église, de la rue tendant du puits du château à la poterne ou du chemin de Chambéon à Villeneuve (ADL, B 2210, f° 20 r°, f° 23 r°, f° 31). La documentation tardimédiévale nous donne donc l’image d’un habitat aggloméré autour d’un château de taille modeste constitué principalement d’une tour. Le bourg et son église sont enclos de murailles et protégés par un fossé. Le comte de Forez possède plusieurs constructions dans le castrum : un four, un grenier ou une grange, des cuisines. Plusieurs puits fournissent le bourg en eau. Une grande rue dessert le bourg reliant l’église à la porte principale du castrum.

4À la fin du XVIIe siècle, le château de Chambéon est totalement délabré. Il ne subsiste plus de celui-ci que les ruines d’une tour située près de la porte d’entrée du château, qui est alors donnée comme étant construite en pisé, ainsi que quelques rares vestiges d’enceinte et un bâtiment partiellement ruiné, utilisé comme grange dîmière et pour enfermer le bétail errant (Viallard, 1992, p. 38).

La représentation de l’Armorial

5La vignette de l’Armorial montre un site de faible ampleur (fig. 129). L’image du castrum de Chambéon que donnent les sources écrites, exposées précédemment, coïncide tout à fait avec le site que nous présente l’illustration de l’Armorial de Guillaume Revel. L’ensemble fortifié est composé principalement d’une tour maîtresse, d’une enceinte et d’un fossé ; le tout est approximativement vu vers le nord-est.

Fig. 129 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 452) : le chatiau de Chanbeon.

6Le donjon de Chambéon est une haute tour quadrangulaire coiffée d’un toit à quatre pentes et couronné d’un hourd. Trois ouvertures, deux de grande taille et une de petite taille, percent le donjon. La taille de celui-ci est manifestement surestimée par rapport aux autres constructions. Aucune enceinte ne semble accompagner cette tour, si ce n’est celle englobant le bourg. Le village paraît s’être développé dans la basse-cour du château, une seule et même enceinte ayant enclos ces deux éléments.

7Au pied de la tour, se dresse l’église du bourg, probablement la chapelle du castrum à l’origine, dont on voit essentiellement le mur-clocher percé de trois arcades. Enfin, diverses maisons, tout à fait standardisées dans leur représentation, figurent encore à l’intérieur de l’enceinte villageoise. Celle-ci paraît grossièrement circulaire. Aucune porte n’est visible, ce qui n’est pas surprenant ; en effet, la seule porte du bourg paraît avoir été située tout à fait à l’est et donc hors du champ de vision du dessinateur. L’enceinte est crénelée mais elle n’est cantonnée d’aucune tour ; toutefois une surélévation de maçonnerie, au centre de la courtine visible, percée de trois ouvertures de tir, renforce l’efficacité militaire de l’enceinte. De plus, quatre échiffes implantées sur le sommet des courtines pallient l’absence de tours. Une cinquième est visible en arrière-plan sur le pan de muraille opposé. Cette première enceinte est entourée d’une braie, construite entre le fossé et la première courtine, sans doute dans un second temps pour éloigner l’artillerie de la base du rempart. Enfin, un fossé achève de protéger l’ensemble du site.

8Le castrum ne semble contenir que peu de maisons ; en revanche, un faubourg important s’est développé autour du bourg castral en bordure du fossé. Les maisons, tout à fait identiques dans leur représentation aux maisons d’habitation communément représentées dans l’Armorial, s’organisent autour de plusieurs chemins formant un carrefour routier développé au contact même du château et du bourg castral.

Les données archéologiques et le parcellaire

9À l’exception d’un piédroit de porte monumentale, seul le parcellaire évoque le souvenir des fortifications de Chambéon. En effet, il ne subsiste aujourd’hui rien en élévation de la tour que mentionnent les textes et que montre l’Armorial (fig. 130). De même, l’église de Chambéon a été, pour l’essentiel, reconstruite en 1867. Celle-ci a conservé son ancien emplacement ; cependant, l’orientation a été modifiée et l’église a été occidentée (fig. 132). Des vestiges de l’ancien chevet paraissent conservés à l’est au niveau de l’actuelle façade. Une fenêtre à meneau a été remployée à la base de la face nord du clocher. De l’enceinte ne subsiste plus que le piédroit de la porte du castrum située à l’ouest (fig. 133, 134) ; celle-ci correspond vraisemblablement à la « Grande porte » mentionnée dans la documentation de la fin du Moyen Âge. Ce piédroit est bâti en gros appareil de granit ; l’encoche pour recevoir la barre de fermeture de la porte est encore visible. Enfin, les façades de plusieurs maisons, notamment au nord, pourraient réutiliser l’ancien mur d’enceinte du castrum. Le parcellaire napoléonien s’avère beaucoup plus éloquent. En effet, celui-ci permet tout à fait de restituer le tracé de l’enceinte du castrum et de matérialiser l’emprise des fossés (fig. 131). L’enceinte, de forme ovoïde, mesure environ 60 m dans l’axe est-ouest et 60 m dans l’axe nord-sud. Sa forme exclut une datation postérieure au XIIIe siècle, bien qu’une datation précise soit impossible à donner. Une rue principale dessert l’intérieur du bourg, reliant l’église, à l’est, qui occupe comme nous l’avons vu précédemment son emplacement médiéval, à la porte du castrum à l’ouest. Il s’agit manifestement du « chemin allant de l’église à la porte du castrum » mentionné fréquemment dans la documentation des XIVe et XVe siècles. Rien ne subsiste, ni dans le parcellaire ni dans les élévations, de la braie que fait figurer sur son dessin l’illustrateur de l’Armorial. Le tracé des fossés apparaît, en revanche, très lisible sur le cadastre napoléonien. La plupart des parcelles correspondant au fossé, vides au début du XIXe siècle, sont aujourd’hui bâties, ce qui perturbe de façon importante la lecture actuelle du site. Les fossés paraissent avoir mesuré entre 20 et 30 m de large. Ils ont actuellement totalement disparu.

Fig. 130 - Vue aérienne du site dans les années 1990.

Fig. 131 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.

Fig. 132 - Clocher et mur gouttereau nord de l’église actuelle.

Fig. 133 - Emplacement de la porte ouest du castrum, à l’arrière-plan à droite l’église Saint-Étienne.

Fig. 134 - Détail des vestiges du piédroit de la porte ouest.

10Enfin, on peut établir des comparaisons tout à fait pertinentes entre le carrefour routier existant au XIXe siècle à proximité même du bourg de Chambéon et le réseau de chemins qui, sur l’illustration de l’Armorial, dessert les faubourgs du castrum.

11Chambéon paraît un cas tout à fait caractéristique d’habitat né dans la basse-cour d’un château, au pied du donjon et autour de la chapelle castrale, l’ensemble donjon plus basse-cour ayant été enclos dans une seule enceinte. La fondation de ce bourg castral pourrait remonter au XIe ou au XIIe siècle (avant 1173 vraisemblablement). Cependant, à l’exception d’un parcellaire assez significatif, il ne reste globalement plus rien du castrum de Chambéon. Le donjon a disparu et il ne reste plus des fossés et de l’enceinte que leur emprise au sol. Cependant, le cadastre du XIXe siècle et les textes de la fin du Moyen Âge permettent de restituer l’image d’un petit bourg castral très proche de celui représenté sur la vignette de l’Armorial.

Notes

1 Le texte de 994 a manifestement été largement interpolé aux XIe et XIIe siècles.

2 Ce grenier est encore mentionné en 1555 (ADL, B 2210, f° 173). Il s’agit peut-être aussi de la grange de la comtesse évoquée dans une reconnaissance de 1366 : ... cujusdam platee site in castro Chambeonis juxta grangiam domine comitisse ubi ponitur fenum » (ADL, B 2020).

3 Ce four est encore cité dans les années 1360 : Jean Monnier reconnaît tenir du comte sa maison située... infra castrum Chambeonis juxta furnum dicti castri... (ADL, B 2020, f° 1 v°).

4 Il n’y a pas, pour le château de Chambéon, d’hommage conservé antérieurement aux années 1330.

5 1403 : hommage de Louis, duc de Bourbon (Cartulaire des fiefs de l’Église de Lyon, n° 61).

6 1366-1368 : reconnaissance de Barthélemy de Ris pour sa maison sise en dessus du château de Chambéon près de la tour au midi, et du mur du vintain à l’est (ADL, B 2020, f° 1 v°).

7 1366-1368 : reconnaissance de Jean Monnier pour sa maison située infra castrum Chambéonis juxta furnum dicti castri ex occident et murum vinteni ex borea... (ADL, B 2020, f° 1 v° sq).

8 1366-1368 : reconnaissance d’Henri de Chambéon pour une maison sise en dessous du château de Chambéon près de la porte de laquelle on va à l’église, juxta platea dicti castri (ADL, B 2020, f° 1 v° sq).

9 1366-1368 : reconnaissance d’André Audet pour une place située dans le castrum de Chambéon juxta grangiam domine comitisse ubi ponitur fenum... » (ADL, B 2020, f° 46).

10 1408-1434 : reconnaissance de Mathieu Guionet pour sa maison sise en dessous du château de Chambéon, devant le puits du château, ayant à l’est le puits de l’église (ADL, B 2021).

11 1408-1434 : reconnaissance de Pierre Boysson, pour sa maison sise en dessous du château de Chambéon juxta domum coquine dicti domini comitis, ex oriente, et vintenum, ex borea... (ADL, B 2021).

12 1408-1434 : reconnaissance de Barthélemy Suffron pour une maison sise en dessous du château de Chambéon près de la grande porte de celui-ci, près du chemin allant de cette porte à l’église de Chambéon (ADL, B 2021).

13 1408-1434 (ADL, B 2021).

Table des illustrations

Légende Fig. 129 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 452) : le chatiau de Chanbeon.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2948/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 130 - Vue aérienne du site dans les années 1990.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2948/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 131 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2948/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 132 - Clocher et mur gouttereau nord de l’église actuelle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2948/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 133 - Emplacement de la porte ouest du castrum, à l’arrière-plan à droite l’église Saint-Étienne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2948/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 134 - Détail des vestiges du piédroit de la porte ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2948/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k

© Alpara, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Liseuse ePub
PDF du livre
PDF du chapitre

Open access