Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Armorial de Guillaume Revel

 | 
Pierre-Yves Laffont

Monographies

Bussy-Albieux

Franck Brechon, Chantal Delomier et Pierre-Yves Laffont

Texte intégral

443. Le chatiau et ville de Bussy La Poile
Département : Loire ; Canton : Boën ; Commune : Bussy-Albieux

L’apport des sources écrites

  • 1 Cette somme ne sera finalement payée qu’en 1327 (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 1836).

1Dès 1046 est mentionnée l’ecclesia beati Martini quæ est infra castrum Buseti attestant ainsi indirectement de l’existence du château (Cartulaire de Savigny, t. I, p. 378). Ce dernier disparaît ensuite de la documentation jusqu’au début du XIIIe siècle. Il fait dès lors, jusqu’à la fin du Moyen Âge, l’objet de multiples transactions. Ainsi, en 1221, Hugues et Geoffroy de Saint-Maurice cèdent au comte de Forez Guy IV le château de Saint-Maurice et ses dépendances en échange du château et du mandement de Bussy, tel qu’un certain Otmar les tenait (Chartes du Forez, n° 35). Mais le comte de Forez reprend possession de Bussy dès 1243. À cette date, Geoffroy de Saint-Maurice donne à Guy V le château de Bussy et ses dépendances, ainsi que tout ce qu’il possédait à Roanne et en Roannais. Il se réserve toutefois l’usufruit de Bussy et de la moitié de ses terres du Roannais et stipule que dans le cas où l’un de ses héritiers légitimes vivrait jusqu’à 14 ans les biens donnés lui reviendront, ce dernier devant alors rembourser au comte les 400 livres reçues en compensation de la donation (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 235). À partir de 1268, un long conflit s’engage au sujet de la possession du château de Bussy, le comte Guy V l’ayant légué par testament aux enfants de Hugues de Châtillon. Dans un premier temps, Renaud, frère du défunt comte, approuve ce legs puis se rétracte et refuse la cession du château de Bussy, ce qui occasionne un long procès devant le bailli de Mâcon. À l’issue de la procédure, la volonté du défunt est enfin exaucée et le château est finalement concédé à Guillaume de Jaligny, héritier du légataire ; celui-ci devant percevoir, en outre, du comte les arriérés des revenus de la seigneurie (Chartes du Forez, n° 1176). Toutefois, en 1269, Érard de Lisiniis, chanoine d’Auxerre, prononce une sentence arbitrale entre les deux parties qui attribue au comte Renaud le château de Bussy et ses dépendances, en échange de quoi le comte versera une pension annuelle de 240 livres viennois à Guillaume de Jaligny (Chartes du Forez, n° 149). Le château de Bussy fait donc retour au comte par cette transaction, ratifiée la même année par Guillaume de Jaligny, qui se soumet à l’autorité des évêques d’Auxerre et d’Autun pour son application (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 489). Le roi Louis IX ratifie à son tour peu après la sentence arbitrale (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 490). En 1274, nous retrouvons Guillaume de Jaligny qui donne quittance au comte d’un versement de 120 livres, dues en application de l’accord conclu entre eux (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 578). En 1308, le château de Bussy fait encore l’objet d’une transaction, lorsque Guillaume de Thiers, damoiseau, renouvelle l’échange qu’il avait fait avec le comte de Forez du château de Thiers et de plusieurs autres : le comte, afin de lui enlever tout sujet de se plaindre, ajoute à ce qu’il apporte la moitié de Saint-Germain-Laval et le castrum de Bussy (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 1212). Dès 1320, un litige survient à ce sujet. Le comte, prétendant avoir dépensé plus de 10 000 livres pour prendre possession de Thiers, en exige le remboursement par Brunissent, fille de Guillaume de Thiers, et par sa veuve Agnès de Maymont. Pour renoncer à ses prétentions, le comte accepte finalement que Brunissent et sa mère lui cèdent tous leurs droits sur les castra de Saint-Maurice, de Châtelus, de Bussy et de Saint-Germain-Laval, le comte devant en complément leur verser 5 500 livres tournois (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 1578)1. Par la suite, en 1324, à l’occasion du mariage de Reynaud, fils du comte de Forez Jean, avec Marguerite de Savoie, le comte assigne à son fils une rente de 2 000 livres tournois assise sur plusieurs châteaux et mandements dont celui de Bussy (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 1324). La même année, le comte Jean établit son testament et remet Bussy à son fils Reynaud (ADL, B 1842). Enfin, pour finir, en 1437, le duc de Bourbon échange avec Paillard, seigneur d’Urfé, la seigneurie de Bussy et la moitié de celle de Souternon. Le seigneur d’Urfé lui cède en contrepartie la seigneurie de La Condemine, en Bourbonnais, ainsi qu’une quittance de 700 livres tournois dues à Paillard. Il est toutefois convenu que si Paillard meurt sans héritier mâle, les terres de Bussy et de Souternon feront retour au duc. Une mention au verso de l’acte, datée de 1438, indique que l’accord est finalement resté sans suite, dans la mesure où le duc y était trompé de plus de 8/10e (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 5553). Des difficultés d’exécution sont, en effet, survenues (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 5555) et, en 1444, Isabelle de Blot, veuve dudit Paillard, renonce à l’échange conclu précédemment (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 5732).

2Le mandement de Bussy apparaît, quant à lui, pour la première fois en 1221, lorsqu'Hugues et Geoffroy de Saint-Maurice reçoivent du comte Guy IV le château de Bussy. La seconde mention date de 1238, alors que Geoffroy transige sur divers droits avec les Hospitaliers de Verrières. À cette occasion, moyennant un don de 81 forts et une rente annuelle de 2 sous et de 4 fromages, il concède aux Hospitaliers le droit exclusif de pâture dans le mandement de Bussy (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 199 A). Ensuite, le mandement est associé au château dans pratiquement toutes les transactions concernant ce dernier jusqu’à la fin du Moyen Âge. Un châtelain est mentionné dès 1264 à Bussy dans une transaction réglant les droits respectifs du comte Renaud de Forez et du prieur de Pommiers, Étienne Sauvage. Il est prévu que le prieur aura pleine justice sur les paroisses de Pommiers, Saint-Georges-de-Baroille, Baroille, Césay et Ailleu, les exécutions capitales restant du ressort des châtelains de Bussy et de Nervieux (Chartes du Forez, n° 1096). En 1278, le grand prieur d’Auvergne des Hospitaliers se plaint de divers méfaits commis par les gens du comte, dont Jean Adobat, châtelain de Bussy, qui a arrêté des hommes de l’Hôpital ayant coupé des arbres appartenant au comte (Chartes du Forez, n° 677). Il faut, en revanche, attendre 1368 pour voir apparaître un prévôt comtal à Bussy, date à laquelle ce dernier obtient des lettres de rémission pour avoir participé à un coup de main contre les gens du prieuré de l’Hôpital-sous-Rochefort, ceux-ci ayant refusé de participer aux travaux de fortification du château de Bussy (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 3045). Le prévôt de Bussy apparaît encore en 1383 lorsqu’il contribue avec nombre d’autres aux dépenses de l’hôtel du comte de Forez (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 3541) et, en 1390, lors de la mise en exploitation des mines de plomb de Bussy (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 3797).

3L’église paroissiale Saint-Martin, située dans le castrum de Bussy, est mentionnée pour la première fois en 1046 (Cartulaire de Savigny, t. I, p. 378). Elle figure aussi dans le pouillé du diocèse de Lyon de 1225 et c’est alors le prieur de Pommiers qui en est collateur (Pouillés de la province ecclésiastique de Lyon, p. 7). En 1046, l’ecclesia Sanctæ Marie et Beati Baldomeri de Buxeto est remise à l’abbaye de Savigny qui y fonde un prieuré (Cartulaire de Savigny, t. I, p. 378). Étienne Sauvage en est prieur en 1264 alors qu’il transige avec le comte Renaud sur leurs droits de justice et de chasse respectifs (Chartes du Forez, n° 1096). Mais le litige se poursuit et c’est alors Jean, nouveau prieur de Bussy, qui transige avec le comte (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 410), l’accord résultant de ces transactions étant ratifié en 1270 par Jacques, abbé de Savigny (Chartes du Forez, n° 979). À la fin du Moyen Âge, plusieurs paroissiens de Bussy demandent à être inhumés

in cimenterium ecclesie Beate Marie de Bussi (ADL, B 1871, f° 14 v°).

4L’existence d’un habitat castral à Bussy n’est attestée qu’à partir de 1264 alors que Jean, prieur de Bussy, transige avec le comte Renaud sur les droits de justice de Bussy. Le prieur lui remet à cette occasion les maisons qu’il avait dans le castrum de Bussy. Le village doit toutefois être déjà ancien et développé, puisque la communauté des habitants de Bussy connaît par cet acte une reconnaissance implicite. En effet, il est prévu que le ban des vendanges ne sera publié qu’avec l’assentiment de quatre probi homines de Bussy (Chartes du Forez, n° 1097). Associés à ce bourg, un four ainsi qu’un moulin y sont mentionnés en 1268 (Chartes du Forez, n° 141), puis encore en 1275 (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 589). En 1270, le prieur de Bussy rend à nouveau hommage au comte pour des maisons sises infra castrum Buyssi (Chartes du Forez, n° 509). Dès 1290, la villa de Bussy apparaît dans les textes (Chartes du Forez, n° 300). Sans doute faut-il voir dans cette dernière l’extension de vaste surface qui entoure le castrum originel et s’apparente à un bourg. Situé au bord de la branche occidentale du « chemin de France », l’extension du castrum de Bussy, appelée villa, vient s’agglomérer auprès de ce chemin qui la traverse de part en part. Le terrier de Bussy de 1400 indique d’ailleurs une

plathea sita in villa de Bussi juxta iter Franciscum (ADL, B 2016).

5Il faut d’ailleurs lier à la présence de cette route l’existence, au moins depuis le début du XVe siècle, d’un hôpital à Bussy (Fournial, 1967, p. 139). Le même terrier de 1400 nous apprend aussi que la ville est fermée par le murum vinteni qui est encore mentionné en 1437 (ADL, B 2209). Bussy semble avoir eu une importance locale à l’échelle des paroisses environnantes, manifestée par l’existence d’un marché dès les années 1380 (Fournial, 1967, p. 158, 173) et par l’extension du village originel vers la route. Autre élément de développement économique non négligeable, des mines de plomb sont exploitées à Bussy à partir de 1390 (Fournial, 1967, p. 434).

La représentation de l’Armorial

6La vignette de l’Armorial représente le château et le village de Bussy vus depuis l’ouest ; elle offre une séparation très nette entre le castrum et la « ville » (fig. 71). Le castrum est positionné au centre du dessin. Il se présente sous la forme d’une enceinte semi-circulaire sur ses cotés sud et est mais formant deux pans rectilignes et perpendiculaires à l’ouest et au nord. Cet ensemble est entouré d’un fossé, doublé d’un puissant rempart de terre, et paraît posé sur un gros tertre tronconique. L’enceinte castrale est cantonnée de trois tours et de deux échiffes posées en encorbellement sur le chemin de ronde, qui est très visible sur la moitié sud-est de l’enceinte. La tour située au nord, la plus haute des trois, et celle de l’angle sud ont un plan circulaire, tandis que la tour portière est carrée. Seule la tour de l’angle sud est crénelée, celle du nord et celle de l’est étant surmontées de mâchicoulis et de hourds. La tour occidentale, qui fait face au dessinateur, est une tour-porte dotée de mâchicoulis. À l’examen de la vignette, elle constitue le seul accès au castrum. Un pont en bois protégé par des palissades permet de traverser le fossé face à la porte. À l’intérieur de l’enceinte du castrum, aucun château ou demeure de prestige n’est visible. Tout l’espace clos par cette enceinte est occupé par l’église Saint-Martin, dite en 1046 intra catrum Buseti, et un semis serré d’une trentaine de maisons. Le terme de castrum semble donc s’appliquer à l’enceinte qui clôt le bourg castral et non à un véritable château stricto sensu. L’église Saint-Martin se présente sous la forme d’un petit et très simple édifice, manifestement à nef unique, avec une façade surmontée d’un clocher-mur et percée de deux baies. Le porche d’accès, couvert d’un arc en plein cintre, est surmonté d’un oculus. Une distorsion du dessin permet de représenter à la fois le porche de l’église à l’ouest et le mur gouttereau nord qui compte une ou deux travées et amorce un retour semi-circulaire vers l’est. Les maisons qui occupent l’espace enclos sont toutes du même style, très stéréotypées : constructions à un étage, couvertes d’un toit de tuiles à deux pentes, présentant une fenêtre à meneau sur chaque pignon et deux ouvertures carrées sur les gouttereaux. Elles sont toutes surmontées d’une cheminée à mitre.

Fig. 71 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 443) : le chatiau et ville de Bussy La Poile.

7Une grande enceinte entoure le pied du castrum et sans doute doit-on y voir les fortifications de la villa mentionnées par les textes à la fin du Moyen Âge. Elle est flanquée de plus de dix-huit tours rondes crénelées, toutes similaires, et percée de deux portes cantonnées de tours semi-circulaires et surmontées de bretèches. L’une est sur la face nord-ouest et l’autre sur la face sud-est : elles livrent passage au « Grand chemin de France », le long duquel est venue s’établir la « ville ». Le ruisseau d’Argent qui passe au pied du castrum est aussi représenté, même dans sa traversée de l’enceinte de la ville. L’espace intérieur de celle-ci est très inégalement occupé. Globalement peu dense, le bâti se resserre toutefois autour du chemin de France dans la partie ouest de l’enceinte. C’est le seul secteur où les maisons sont aussi serrées que dans le castrum. Sans nul doute, l’essor commercial lié à la route est à l’origine de ce regroupement.

8Tout comme dans le castrum, les maisons de la ville apparaissent largement stéréotypées. Seules quatre d’entre elles présentent de larges ouvertures en arc en anse de panier qui pourrait correspondre à des ouvroirs, ce qui ne serait pas surprenant dans la partie commerçante du bourg. Enfin, extra muros, on peut noter la présence au nord, le long de la route, d’un petit faubourg aggloméré autour de l’église priorale Sainte-Marie. De plan très simple, ce petit édifice de culte compte trois travées butant sur une abside semi circulaire. Un clocher élevé et percé de doubles baies romanes sur chaque face se dresse entre la première et la deuxième travée. Une petite corniche souligne l’appui des baies et la partie sommitale de la tour campanaire pourrait avoir été garnie de créneaux. Un petit toit plat surmonté d’une croix coiffe le tout. Cinq baies, séparées par des contreforts et fermées par des vitraux, éclairent la nef et l’abside.

Les données archéologiques et le parcellaire

9À défaut de vestiges, le recours au plan cadastral du XIXe siècle est impératif pour saisir l’organisation du site au Moyen Âge. Ainsi, le plan du castrum, centré sur l’église Saint-Martin, dont l’emplacement paraît inchangé bien qu’elle ait été rebâtie au XIXe siècle, est très lisible dans le parcellaire napoléonien et correspond dans ses principaux traits à la représentation qui en est faite dans l’Armorial (fig. 72, 73). Globalement ovalaire, l’enceinte présente toutefois deux faces plus rectilignes à l’ouest et au nord ainsi que représenté sur la vignette. Le parcellaire figure aussi les flancs du tertre qui portait le château ainsi que le fossé, occupé depuis le XIXe siècle (au moins) par une rue. L’accès au castrum se fait par une seule porte, comme sur la vignette de l’Armorial.

Fig. 72 - Vue aérienne du site dans les années 1990.

Nota bene : les innombrables tours visibles sur l’Armorial ne peuvent être localisées, si tant est qu’elles aient toutes existé...

Fig. 73 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.

10L’interprétation du parcellaire de la « ville », à la différence de celui du castrum, est bien moins évidente. Sans doute faut-il y voir le résultat de la faible densité d’occupation constatée sur la vignette de l’Armorial. Le tracé dans le parcellaire de l’enceinte du vintain – la dernière enceinte, mentionnée au XVe siècle et représentée pentagonale sur la vignette de l’Armorial – est assez net sur ses côtés nord, est et sud ; le flanc ouest demeurant plus difficile à positionner. Malgré ces difficultés, cette enceinte se présente globalement comme sur la vignette de l’Armorial qui en fournit un plan assez fidèle. Les deux portes permettant l’accès à la ville sont facilement positionnables sur le plan cadastral, à l’intersection du « Grand chemin de France » et du vintain. À l’intérieur de celle-ci, le bâti s’organise autour de quatre rues. L’une, la principale est le « Grand chemin de France », qui traverse le ruisseau d’Argent dans la ville comme sur la représentation de l’Armorial. De celle-ci, part une rue perpendiculaire qui rejoint la porte du castrum et deux rues parallèles au vintain.

11Enfin, l’église Sainte-Marie, extra muros au Moyen Âge, est aujourd’hui la chapelle du cimetière de Bussy. Cet édifice a été très remanié ; toutefois, les quelques éléments médiévaux encore visibles montrent une très nette distorsion entre la représentation de l’Armorial et ce que l’on peut restituer du plan et de l’architecture de cet édifice pour le Moyen Âge. Se pose notamment la question de l’orientation de l’édifice et de l’existence du haut clocher figurant sur la vignette.

12L’Armorial de Guillaume Revel offre des informations essentielles sur le site de Bussy aujourd’hui vierge de toutes traces du rempart castral et urbain. La topographie reste l’élément actuel le plus évocateur et nombre de structures bâties (les enceintes et les maisons) et d’espaces (la surface plane séparant les deux enceintes) ainsi que le réseau viaire ou hydraulique s’éclairent grâce aux détails visibles sur la vignette. Le castrum lui-même est bien représenté, sans château à proprement parler mais constitué d’une grande enceinte enserrant l’église paroissiale Saint-Martin et l’habitat villageois. Seuls subsistent d’un éventuel château primitif des indices topographiques ainsi que quelques fragments de murs, qui laissent des traces dans le parcellaire et des vestiges épars sur le terrain. Le tracé du vintain qui entoure la ville semble assez fidèlement représenté dans la vignette médiévale comme en témoigne le parcellaire ancien et actuel. Le détail de l’architecture de l’édifice de culte conservé pose toutefois problème, mais cette difficulté existe par ailleurs dans d’autres vignettes de l’Armorial.

Page 443
LE CHATIAU ET VILLE DE BUSSY LA POILLE
Étude héraldique

798.
fascé de gueules et de sinople, au lion d’argent, armé et lampassé d’azur brochant sur le tout – cimier : une tête et col de lévrier, au collier duquel pend une croisette pattée d’argent.
Il s’agissait peut-être de Humbert de La Bessée, écuyer, fils de Véran (?) de La Bessée. Comme son père, il fut échevin de Villefranche, en Beaujolais. Il était seigneur de Ronins et Branceloup. Cette famille portait depuis 1352 : fascé d’argent et de gueules, au lion d’argent brochant sur le tout.
• De La Tour-Varan, 1854, p. 200-201 ; Gras, 1874, p. 33.

799. Denis du Chier crie Le Chier
écartelé : aux 1 et 4, de gueules à la bande d’argent chargée de deux mouchetures d’hermine de sable posées dans le sens de la bande ; aux 2 et 3, palé de gueules et d’or, au chef d’azur chargé de trois besants d’argent – cimier : une tête et col de lion.
Personnage non identifié d’une famille ambertoise ; il était sans doute un proche parent, père ou frère, d’Antoine du Chier qui, en 1450, épousa Marie de Lavieu.
• Archives du château de Saint-Sandoux (déposées actuellement aux Archives départementales du Puy-de-Dôme) ; Remacle, 1941-1943, t. I, col. 502.

800. Anthoine de Surgny crie Sugny
d’azur à la croix engrêlée d’or – cimier : un tortil d’azur et d’argent, posé sur sa tranche, dans un vol. 
Antoine de Sugny (mort en 1459), damoiseau, fils d’Aubert, dit Berthon de Sugny, et de sa seconde femme, Artaude de Grandval, dame de La Barin. Il épousa Isabelle de Montaigut (-le-Champaix). Il était seigneur de Sugny, La Gentilière, La Salle, La Barin, et possédait un hôtel à Saint-Just-en-Chevalet. À la mort de sa femme, en 1449, il prit l’habit des Frères mineurs de Montbrison. Dans le Philocarité, le cimier est un lion issant dans un vol. 
• Philocarité, 21.
• Bétencourt, 1867, t. IV, p. 115 ; Gras, 1874, p. 242 ; Perroy, 1977, t. II, p. 834-836.

Trois écus vides.
Emmanuel De Boos

Notes

1 Cette somme ne sera finalement payée qu’en 1327 (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 1836).

Table des illustrations

Légende Fig. 71 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 443) : le chatiau et ville de Bussy La Poile.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2938/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Légende Fig. 72 - Vue aérienne du site dans les années 1990.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2938/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Nota bene : les innombrables tours visibles sur l’Armorial ne peuvent être localisées, si tant est qu’elles aient toutes existé...Fig. 73 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2938/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 257k

© Alpara, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Liseuse ePub
PDF du livre
PDF du chapitre

Open access