Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Armorial de Guillaume Revel

 | 
Pierre-Yves Laffont

Chapitre 1. Le manuscrit dans son contexte

Claude Colombet-Lasseigne, Emmanuel De Boos, Pierre-Yves Laffont, Christophe Mathevot et Olivier Mattéoni

Texte intégral

1.1. Le manuscrit de l’armorial : description, conditions de réalisation, commanditaires et datation

1.1.1. Description générale du manuscrit

1.1.1.1. Codicologie

  • 1 Anciennement Fonds Gaignières 28060. Le manuscrit de l’Armorial de Guillaume Revel, au centre de ce (...)

1L’Armorial de Guillaume Revel est conservé à la Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, dans la collection des manuscrits Français sous la cote fr. 222971. Classé en réserve en 1900, il est actuellement retiré de la consultation.

Fig. 1 - Le duché d’Auvergne, le duché de Bourbonnais et le comté de Forez au XVe siècle (replacés dans les limites de la France actuelle).

2Le manuscrit se présente comme un fort volume de 90 mm d’épaisseur, relié en maroquin rouge (fig. 2). Le dos est à six nerfs très apparents et le deuxième entre-nerf est marqué du titre : « Armorial/d’Auvergne/Bourbonois/& Forets ». Les six autres entre-nerfs sont décorés, dans les angles, de motifs en dentelle, délimitant un losange rempli de deux G adossés et entrelacés, entourés de quatre lionceaux, marque des livres reliés pour le bibliophile et érudit Roger de Gaignières. Les plats, nus, de 36 x 29 cm et 1 cm d’épaisseur, sont seulement ornés d’une fine dentelle sur l’épaisseur des cartons. Les trois tranches sont dorées ; la tranchefile de tête a disparu ; celle de queue est à deux rouleaux, pékinée de soies blanches et bleues. Les gardes sont faites d’un très beau papier mauve, orné de rinceaux et de sujets de chasse dorés : lièvres, cerfs courants et arrêtés, chamois, chasseurs et chiens. Il porte la signature : « Boas. Ulrichim. Augspurg ».

Fig. 2 - Vue du manuscrit de l’Armorial et de sa couverture de maroquin rouge.

  • 2 Soit 506 pages de 35 x 28,5 cm.
  • 3 Voir Armorial, p. 117-118, 213-214…
  • 4 La formation des cahiers n’est pas toujours facile à discerner ; au début du volume, des feuillets (...)
  • 5 On notera que la page intitulée « le conté de Fourestz » (Armorial, p. 434) se trouve à la fin du d (...)

3L’ouvrage lui-même compte 253 feuillets de beau parchemin, fin et blanc2 ; formées de peaux entières pliées en deux et coupées au format, certaines pages conservent parfois en partie les contours de ces peaux3. Les 31 cahiers du volume ne sont pas formés d’un nombre uniforme de feuillets. Le relieur semble avoir employé alternativement des cahiers de huit et de dix feuillets, mais ce système est appliqué sans rigueur. En outre, plusieurs feuillets indépendants ont été annexés à certains cahiers, au début et à la fin du volume4. On y retrouve les grandes articulations du volume : après un départ confus, fait de nombreux ajouts, l’Auvergne commence réellement au troisième cahier, puis le Bourbonnais au vingt-deuxième cahier et le Forez au vingt-sixième5, une page blanche séparant chaque chapitre. Le manuscrit n’est pas folioté, mais paginé ; il n’est pas facile de dater cette pagination, qui n’est probablement pas du XVe siècle. On peut seulement dire qu’elle n’est pas postérieure à la fin du XVIIe siècle.

1.1.1.2. Plan et contenu de l’ouvrage

  • 6 À l’intérieur de cette partie, les possessions royales ont été placées au début (p. 27-32).

4Après les trois pages du texte d’introduction, le manuscrit commence par une série de portraits (p. 6-22). Il est ensuite divisé en trois parties, correspondant chacune à l’une des trois provinces formant les possessions centrales des ducs de Bourbon : l’Auvergne (Armorial, p. 34-364)6, le Bourbonnais (Armorial, p. 365-433) et le Forez (Armorial, p. 434-495), qui nous intéresse plus particulièrement ici (fig. 1).

  • 7 Justification : 22 x 40 cm. La page 1 ne compte que 44 lignes.

5Les trois premières pages du volume sont consacrées à un texte d’introduction, où Guillaume Revel présente son ouvrage, en hommage au roi Charles VII, et qu’une main moderne a chapeauté d’un titre sans conséquence : « Registre d’armes », repris des dernières lignes de ce texte (fig. 3). Le texte se déroule sur deux colonnes de quarante-cinq lignes7. Une grande initiale ornée remplace les vingt-deux premières lignes dans la première colonne : il s’agit d’un grand A rouge-orangé, à décors dorés, placé sur un fond quadrillé d’or et de rose-violet, diapré de blanc. Les contours, rose-violets, sont ornés de fleurettes à petits rinceaux noirs et à baies d’or. L’écriture du texte est une cursive calligraphique, ou petite bâtarde, d’une assez belle main, qui n’atteint pas pourtant l’élégance des textes écrits en bâtarde pour le duc de Bourgogne. Les initiales sont relevées à l’encre rouge sur la première page et jaune sur les deux suivantes. Le texte est également émaillé de pieds-de-mouches rouges.

Fig. 3 - La première page du propos introductif de l’Armorial (Bnf, fr. 22297, p. 1).

  • 8 C’est-à-dire de son indomptable prouesse ; l’adjectif strenueux, d’un emploi rare, signifiait brave (...)
  • 9 Un grand chapitre est destiné, à travers cette explication symbolique, à maudire l’avarice et à exa (...)
  • 10 Ne s’engage point à…
  • 11 Ni d’avoir…
  • 12 Souvenir.

6L’écrit en lui-même ne se distingue guère des introductions à plusieurs armoriaux et traités de blason, alourdies par de nombreuses digressions et citations latines. Il importe toutefois de ne pas rejeter ce texte en bloc... Ainsi, les premières lignes donnent le nom de l’auteur et la dédicace : « A la louange de Dieu le tout puissant et de vostre saincte magesté royal, Charles, par la grace de Dieu septieme, roy des François, tres invincible et triumphant, Guillaume Revel, aultrement dit en vostre service Auvergne, hunble et obeissant herault … ». Un peu plus loin, le héraut présente le plan de son ouvrage : Si ay par vostre commandement fait un petit abregé d’armes tymberisees avec leurs cris et noms d’aulcuns nobles, tant d’Eglise que de seculiers, des duchiés et pays d’Auvergne et de Bourbonnois, conté de Fourestz, France, Bourgogne et aultres pays comme chouse tres afferant a mon office d’augmenter, garder et exaltere l’antiquité et honneur de leurs noblesses par l’usaige et exercice du mestier d’armes, auquel suis etabli par vous et tres noble et exellant prince monseigneur Charles duc de Bourbonnois et d’Auvergne, a memoire et souvenance duquel et de la strenue prouesse8 ay fait ce present abregé et acumulation des dessusdictes armes appartenens a des subgies et vassaux à cause des diz pais. Des vostres, j’ay fait depeindre toutes les villes, chasteaulx et forteresses ainsi com pourra veoir par ordonnance. Lesquelles combien que ne soient si richement pourtraictes ne les armes… Toutes voies me suis emploié d’approcher et joindre à raison le plus que ay peü en exersant mondit office. Vient ensuite un long passage où Revel donne une interprétation symbolique des armes du roi et du duc de Bourbon9. Il apporte enfin une conclusion assez confuse, où il fait part de son intention de : faire extrait et registre des armes de tous les nobles es dessusdiz, car, ceux qui ont ete inscrits dans les anciens livres d’armes, le furent en desordre ; d’autres ont ete oublies ou encore meprises : de leur petite seigneurie. Il ajoute donc : mais pour ce que mon office n’affiert10 point avoir prospection des personnes, n’avoir11 regard à leurs richesses ou infelicité, desirant de tous les dessusdis nobles faire perpetuelle recordation12 en signe d’obeissance, honneur et service que ma petite personne leur desire faire ; et exhibe, ay compillé ce present livre appellé Registre d’Armes...

7Après ce texte, vient une série de portraits : tout d’abord une généalogie figurée de la lignée des princes de Bourbon depuis saint Louis jusqu’à Jean Ier (fig. 4) ; ensuite un portrait du pape, accompagné de quatre écus ; enfin (Armorial, p. 22), une représentation du roi Charles V et de sa femme (fig. 5).

Fig. 4 - Le duc de Bourbon Jean Ier et sa femme Marie de Berry (Bnf, fr. 22297, p. 17).

Fig. 5 - Le roi de France Charles V et sa femme Jeanne de Bourbon (Bnf, fr. 22297, p. 22).

8La généalogie figurée et armoriée ne faisait pas, à l’origine, partie intégrante de l’œuvre. Les pages 5-20, où elle est peinte, forment un cahier indépendant ajouté à l’ensemble. Les feuillets étaient d’un format inférieur à celui du volume et il a fallu les augmenter de petites marges de parchemin pour harmoniser le volume. On remarque aussi qu’en plus de la pagination normale de l’armorial, d’autres chiffres apparaissent, montrant que ces pages ont fait partie d’un autre ensemble. Le style des miniatures, enfin, est fort différent de celui des portraits du pape, du roi et de la reine, du duc Charles Ier et de la duchesse de Bourbon (Armorial, p. 33) (fig. 6). Ces derniers, tracés d’une plume d’une remarquable finesse, sont d’un dessin excellent. Les figures des pages 6-17, cernées de gros traits, montrent au contraire une facture assez maladroite.

Fig. 6 - Le duc de Bourbon Charles Ier et sa femme Agnès de Bourgogne (Bnf, fr. 22297, p. 33).

  • 13 Je suis assez tenté d’y voir un ajout tardif ; les chiffres correspondant aux paginations d’origine (...)
  • 14 Un moulage de ce très beau tombeau est exposé à Paris au musée des Monuments Français.

9Les figurines ducales semblent approximativement de la même époque que les peintures de l’Armorial ; peut-être sont-elles légèrement antérieures, puisque la généalogie, qui aurait dû comprendre le portrait de Charles Ier, s’arrête en effet à son père, Jean Ier, mort en 1433. Il est malheureusement impossible de dire si cette partie a été incorporée dès l’origine au manuscrit, ou s’il s’agit d’un ajout postérieur13. Toutes ces peintures ont été regardées jusqu’à présent comme des portraits purement conventionnels. Toutefois, le visage du gisant de Louis II, duc de Bourbon, conservé dans l’église prieurale de Souvigny14 et fait du vivant du prince, présente une certaine ressemblance avec la miniature de la page 15 ; mais cette parenté est peut-être fortuite. Les tombeaux des ducs du XIVe siècle, placés dans l’église des Jacobins de la rue Saint-Jacques à Paris, détruits à la fin du XVIIIe siècle, auraient pu fournir des éléments de comparaison. Les riches vêtements armoriés que portent tous ces personnages n’étaient pas utilisés quotidiennement, d’autant que l’habitude de faire ainsi broder ses armoiries sur ses vêtements était une mode abandonnée depuis le début du XIVe siècle. Toutefois, les peintres avaient conservé cette coutume, comme on le voit par exemple sur le polyptyque de l’église prieurale d’Ambierle (Soultrait, 1879, t. I, p. 214-216 ; Reure, 1897), qui permettait de faire figurer les armes du commanditaire d’une peinture sans y placer artificiellement un ou plusieurs écus.

10En revanche, les portraits qui figurent sur les pages 21 et 22 et ceux de la page 33 ont été, eux, prévus pour l’Armorial et c’est probablement leur présence qui a provoqué l’idée d’ajouter aussi la collection précédente. Ces portraits sont ceux du pape, du roi Charles VII et de la reine Marie d’Anjou, et ceux du duc Charles Ier et de la duchesse, Agnès de Bourgogne. D’un dessin très fin, les portraits des pages 21 et 22 ont malheureusement été coloriés sans nuance d’une épaisse couche de bleu opaque, qui oblitère la plupart des détails. Ce coloriage n’est peut-être pas contemporain de la rédaction de l’Armorial, non plus que l’or qui orne le fond de la niche papale, plus brillant et poli que dans le reste du manuscrit. Les figures de la page 33, représentant le duc et la duchesse de Bourbon, ne sont pas coloriées ; il semble bien, et c’est là l’opinion de Gabriel Fournier (Fournier, 1973a, p. 1), que ces dernières soient de véritables portraits. Le titre de cette page, en particulier la capitale relevée de très fines diaprures mauves, est tout à fait soigné. On y retrouve la même graphie que dans les titres des pages suivantes.

  • 15 Deux dans le seul cas de Bourbon-l’Archambault (Armorial, p. 366 et 367).

11Le but de l’Armorial était de donner les armes de toute la noblesse d’Auvergne, de Bourbonnais et de Forez, en précisant le lieu où leurs possesseurs étaient habitués. Duchés et comté ont été divisés en de nombreuses entités territoriales, villes, villages, châteaux ou simples maisons nobles, correspondant le plus souvent à des centres de pouvoir, et une page fut consacrée à chacune d’elle15. Les portraits du couple royal et ceux du couple ducal encadrent une dizaine de pages formant une partie indépendante, consacrée aux fiefs du roi enclavés à l’intérieur des possessions des ducs. Ces fiefs étaient fréquemment le siège d’un bailliage : Cusset en Bourbonnais, Montferrand en Basse-Auvergne et Aurillac pour les Montagnes d’Auvergne étaient les plus importants ; mais Usson, puissante forteresse expressément retenue par le roi lors de la rétrocession de l’Auvergne au duc de Bourbon en 1425, avait également un bailli.

12Ainsi, l’armorial lui-même ne commence-t-il que page 34. L’Auvergne y est introduite par trois pages où sont peintes les armes des grands vassaux, auxquels sont mêlés quelques personnages de rang plus modeste, comme les Tournemire-La Tour, les La Mothe ou les Besse, et un bourguignon isolé, Hugues Portier (De Boos, 1998, n° 76). Puis après la page consacrée à Riom, capitale du duché d’Auvergne, sont cités les fiefs relevant directement des ducs (Armorial, p. 41-52). La suite est consacrée aux territoires tenus par les grands vassaux du prince et quatre groupes de fiefs y sont particulièrement mis en évidence par l’ajout, dans l’angle supérieur gauche de chaque page, d’une bannière aux armes de leur seigneur. Ce sont : le comté de Montpensier (Armorial, p. 53-60) et la baronnie de Mercœur grossie du Dauphiné d’Auvergne (Armorial, p. 61-70), ensembles relevant de Louis de Bourbon, comte de Montpensier, frère de Charles Ier ; les fiefs de l’évêque de Clermont, alors Louis de Comborn (Armorial, p. 71-78) ; enfin, la baronnie de La Tour augmentée du comté d’Auvergne (Armorial, p. 79-86), aux mains de Bertrand de La Tour, comte d’Auvergne et de Boulogne (De Boos, 1998, nos 15 et 48).

  • 16 À Renaud II de Murat (De Boos, 1998, n° 390).
  • 17 À André de Chauvigny (De Boos, 1998, n° 49).

13Les autres fiefs, relevant de vassaux moins importants, sont ensuite cités dans un ordre tel qu’il est bien difficile de déterminer quel critère a présidé à leur classement. L’auteur ne semble avoir pris en compte, ni la taille ou l’importance des fiefs, ni leur position géographique les uns par rapport aux autres. Autant qu’on puisse le voir, l’ordonnancement semble avoir été effectué selon le rang du possesseur de la terre, mais l’ordre des cahiers tel qu’on peut l’observer aujourd’hui n’est peut-être pas celui prévu par Guillaume Revel : l’énumération des fiefs « ordinaires » est brusquement interrompue par une série homogène de fiefs ecclésiastiques (Armorial, p. 115-153), suivie des fiefs de la vicomté de Murat16 et de la baronnie de Ravel17, qui sembleraient logiquement devoir trouver place à la suite des cinq grands groupes de fiefs des pages 41-86.

  • 18 Il ne semble pas en effet, que Varennes (Armorial, p. 374), Charroux (Armorial, p. 376), Escolle (A (...)

14La partie bourbonnaise commence page 365, laquelle aurait dû porter, comme l’indique son titre, une représentation du duc Jean II (1456-1488) qui n’a pas été réalisée. Il convient de remarquer que cette partie ne commence pas par Moulins, mais par Bourbon-l’Archambault, qui donna son nom au duché, suivi de Souvigny, qui fut la résidence principale des sires et des ducs avant d’être supplantée dans cette fonction par Moulins. Ce ne fut d’ailleurs qu’avec Charles Ier, qui y résida jusqu’à sa mort, que Moulins put être considérée comme la « capitale » du duché. Le héraut énumère ensuite les villes et seigneuries ayant le statut de châtellenies, l’une des divisions administratives du duché (Armorial, p. 366-388), ainsi que quelques fiefs importants18, puis les fiefs n’appartenant pas directement au duc, groupés selon leurs possesseurs.

15La partie forézienne (Armorial, p. 434-495) semble assez proche en apparence de la partie bourbonnaise, mais présente, à l’étude, de notables différences. À de rares exceptions près, tous les lieux cités dans ce chapitre appartenaient au duc, qui les avait reçus de son aïeule Anne Dauphine, comtesse de Forez, et les fiefs tenus par ses vassaux n’apparaissent pas (fig. 7). Le chapitre est introduit par une page intitulée Le conté de Fourestz, où sont regroupés un certain nombre de vassaux importants, et par la page consacrée à la capitale du comté, Montbrison (fig. 8). Ensuite, le manuscrit semble suivre, plus ou moins fidèlement, une sorte de circuit qui englobe tout d’abord les sites établis dans le nord des monts du Forez (de Saint-Just-en-Chevalet à Marcilly), puis les sites de la plaine du Forez et de ses abords (de Bussy à Saint-Victor-sur-Loire), puis ensuite les sites du sud des monts du Forez (de Rozier-Côtes-d’Aurec à Châtelneuf) et, enfin, ceux du Roannais. Cet « itinéraire » est sans doute plus lié à la mise en page définitive du codex qu’à un quelconque cheminement sur le terrain des illustrateurs. Les vignettes inachevées (p. 487-495) correspondent, elles, à des sites dispersés dans tout le territoire du comté. Ces pages ont reçu des feuillets de papier collés de manière assez grossière. Ces feuillets ne portent que de sommaires croquis des châteaux objets de la page où ils sont collés ; il s’agit peut-être de brouillons préparés sur le terrain et que l’artiste n’a pas eu le temps de recopier. Ce qui donnerait une idée de la façon dont ont été réalisées la plupart des vues du manuscrit.

Fig. 7 - Carte des sites présents dans la partie forézienne de l’Armorial de Guillaume Revel.

16Les dernières pages du volume (Armorial, p. 497-504) sont blanches à l’exception d’un titre ; les localités nommées là appartiennent toutes à l’ensemble formé par le Beaujolais et la Dombes, rattaché à l’état bourbonnais sous le duc Louis II et sa femme Anne Dauphine en 1400 et 1401, à la suite du testament rédigé en leur faveur par le dernier sire de Beaujeu, Édouard II (1374-1400) et de l’achat des seigneuries de Dombes que possédait Humbert, sire de Thoire et Villars. Ces mentions, parfois peu lisibles, sont d’une main différente de celles que l’on rencontre dans le reste du manuscrit et il est possible qu’il s’agisse là d’un ajout tardif.

Fig. 8 - La page introduisant les vignettes foréziennes : le conté de Fourestz (Bnf, fr. 22297, p. 434).

1.1.1.3. Composition des pages (fig. 9)

17Guillaume Revel a apporté le plus grand soin à la composition des pages de son manuscrit. Les pages sont organisées de façon à être indépendantes les unes des autres. Chacune devait comporter un titre désignant l’entité territoriale concernée, le plus souvent un fief, une miniature représentant la ville, le village, le château ou la simple maison forte, constituant le chef-lieu du fief en question, puis les armoiries des personnages possessionnés dans le ressort de celui-ci. Il pouvait s’agir des armes du seigneur du lieu, comme Guichard Poudras (n° 801), seigneur de Souternon, (p. 444), ou Jacques Filhet (n° 836), seigneur du Crozet, (p. 482), en partie avec le duc. Mais en Forez, la plupart des lieux cités étaient entre les mains du duc et les armoiries peintes dans chaque page sont celles de vassaux du ressort du fief dont il est question ; les armoiries identifiées décrites à la suite de l’étude de chaque site permettent, mieux que de nombreux exemples, de constater l’étroitesse de la relation entre les armoiries et le lieu où elles sont citées. Pour cette raison, un des personnages apparaît même deux fois : Jean dit Ploton du Vernet est nommé une première fois (n° 781) dans la page intitulée Le comté de Forez (p. 434), puis une seconde fois (n° 828) dans celle consacrée à Monsupt, à cause de sa seigneurie de La Garde, à Saint-Thomas-La-Garde, au nord du puy de Monsupt.

Fig. 9 - Armoiries, cris et cimiers dans l’Armorial de Guillaume Revel : l’exemple de Canvinet / Calvinet (Bnf, fr. 22297, p. 44).

  • 19 Voir (Armorial, p. 349), l’abréviation indiquant le son « ur ». À ce propos, on renvoie à Fournier, (...)

18Le titre de chaque page est écrit, dans les parties auvergnate et bourbonnaise, à l’aide d’une belle minuscule très étirée en hauteur, ce qui la rend parfois difficile à lire. Les noms ne sont que rarement abrégés et Sohurac19 fait exception, avec une abréviation rare, qui est peut-être une pédanterie. Les majuscules sont peintes en rouge ou en bleu ; certaines sont ornées de rinceaux mauves à antennes, finement dessinés (voir, par exemple, Armorial, p. 100, 353, 368-378...). Un tel décor aurait probablement dû orner toutes les initiales, mais il manque dans bien des cas. Par ailleurs, de nombreux titres sont totalement dépourvus de majuscules (voir, par exemple, Armorial, p. 392-411) ; l’initiale est alors généralement indiquée par une petite minuscule cursive, que le calligraphe aurait fait disparaître avant de peindre la lettre définitive. Il arrive également que la majuscule apparaisse seule, sans le titre (Armorial, p. 130-134...). En ce cas, le titre est souvent inscrit en petits caractères cursifs en bas de la page (ainsi p. 118, 120, 122, 123, 126, 130...), mais dans de nombreuses pages le titre est entièrement omis.

19Dans la partie forézienne, la graphie des titres est plus simple et s’apparente à la bâtarde utilisée pour le texte d’introduction, avec toutefois des lettres d’un format bien supérieur. Les majuscules sont ici écrites de la même main que les titres ; elles ont parfois été rognées par le relieur (Armorial, p. 440), ce qui n’est pas le cas en Auvergne et Bourbonnais.

  • 20 Pour 61 pages, soit 89 % d’entre elles.
  • 21 Pour 342 pages, soit 13,4 % d’entre elles.
  • 22 En effet, bien qu’actuellement situés dans le département de l’Allier, Saint-Pourçain (Armorial, p. (...)

20Chaque page du manuscrit aurait dû être ornée dans sa partie supérieure d’une représentation de l’agglomération ou du château traité, mais à peine un cinquième de ces dessins a été réalisé ; de plus, ils sont très inégalement répartis. La partie forézienne est la plus achevée, avec 54 dessins20, puis vient l’Auvergne, avec 4621 et enfin le Bourbonnais, avec un seul22. Ces vues de villes, de bourgs ou de châteaux ont fait la célébrité de ce manuscrit ; leur fidélité au modèle est inégale, mais généralement remarquable et elles sont assurément parmi les premières représentations réalistes de monuments que l’on connaisse en histoire de l’art. Pourtant, il faut bien percevoir que dans l’esprit de l’auteur, elles ne sont qu’un décor de l’ouvrage et un complément à l’objet même de son travail, le recensement des armoiries de la noblesse des trois provinces...

21Le nombre d’écus figurant sur chaque page varie de deux à trente. Ils sont disposés selon des formes géométriques destinées à les présenter harmonieusement. Malheureusement, une main plus récente a ajouté dans toute la première moitié du livre, de la page 43 à la page 263, des formes d’écus supplémentaires qui ruinent ces efforts de mise en page. Ces ajouts, dont aucun n’a été utilisé, sont aisément reconnaissables : le trait de plume est plus gras et les formes sont malhabiles et stéréotypées ; de plus, ils sont disposés sans ordre. On doit donc faire abstraction de ces ajouts malheureux pour faire une étude de la mise en page. Néanmoins, il est intéressant de noter que ces compléments montrent qu’à une époque, difficile à déterminer toutefois à l’aide de ce seul indice, le projet a été fait, non seulement de terminer l’ouvrage, mais encore de l’augmenter dans des proportions importantes.

22La disposition des écus dans chaque page est fonction de leur nombre : plus le nombre des écus dans une page est élevé, plus leur disposition est simple. Entre douze et trente écus par page, ceux-ci sont simplement alignés, les casques venant combler les vides interstitiels (Armorial, p. 366, 378, 380...). Entre deux et onze écus, leur répartition est plus élaborée. Il existe ainsi cinq façons différentes de placer quatre écus. En dehors du Forez, on ne trouve d’écus posés à plomb que p. 23 et p. 131 ; dans ces deux cas, il s’agissait de mettre en valeur l’écu ainsi posé, puisque ce sont ceux du duc de Bourbon lui-même (n° 16) et de l’abbaye d’Aurillac (n° 292). Dans la partie forézienne, en revanche, il s’agit simplement de rendre symétrique une composition des pages particulière à ce chapitre et, si l’une de ces armoiries est bien celle d’un grand personnage, Armand de La Roue (n° 770), rien d’autre ne légitime dans les autres cas cette position particulière. Tous les autres écus de l’armorial sont, eux, penchés et tournés symétriquement les uns vers les autres, de façon à les présenter avec élégance.

  • 23 Il n’a été possible de donner une identification, qui n’est souvent qu’une approche imprécise, que (...)
  • 24 Auxquelles il convient d’ajouter 34 bannières et les vêtements armoriés des 12 personnages de la gé (...)

23Chaque écu est entouré d’un phylactère aux enroulements assez simples dans la partie bourbonnaise et plus contournés en Auvergne et Forez. Ces banderoles sont destinées à recevoir le prénom et le nom, généralement suivi du cri, du possesseur des armoiries qu’elles entourent. Ceux-ci sont le plus souvent écrits à l’encre noire, mais l’encre rouge a également été utilisée. Le nom a malheureusement été omis dans de nombreux cas ; 101 écus (soit 12,5 % du total) sont ainsi restés anonymes23, dont huit pour la partie forézienne Guillaume Revel avait prévu de citer un nombre d’armoiries bien supérieur à celui que nous connaissons aujourd’hui24 et avait, à cet effet, préparé de nombreuses formes d’écus qui sont finalement restées inutilisées.

24Le manuscrit compte un grand nombre de formes d’écus : 3154. Le héraut en avait prévu 2305 ; la main plus tardive en a ajouté 846 dans la partie auvergnate. Les écus sont ainsi répartis : en Auvergne, 2258 (1412 + 846 ajouts) : en Bourbonnais, 708 ; en Forez, 188. Seuls 792 d’entre eux ont été peints : 410 pour l’Auvergne (soit une utilisation de 29 %, ou si l’on compte aussi les ajouts, 18 %) ; 310 pour le Bourbonnais (soit 43 %) et 72 pour le Forez (38 %). Au total, 25 % seulement des formes préparées ont été utilisées.

  • 25 Même si un ou deux écus ecclésiastiques ont pu être, par erreur, timbrés d’un heaume.

25L’Armorial de Guillaume Revel est l’un des seuls, en France, au XVe siècle, à donner le cimier des armoiries qu’il cite. Ceci est d’autant plus intéressant qu’il s’agit d’un armorial méridional et que les cimiers n’ont pas au sud de la Loire l’importance qui est la leur dans les pays septentrionaux. Tous les écus ne sont pas cimés et beaucoup sont timbrés d’un simple heaume. En revanche, on ne trouve pas de cimier sans écu, même si la relation entre l’écu et son cimier est parfois difficile à établir comme page 369 (Moulins) ou page 434 (comté de Forez). En effet, si la plupart du temps les écus, décalés en quinconce, laissent leur place aux timbres, les écus disposés en colonne n’offrent pas cette possibilité ; les cimiers sont alors placés dans les vides laissés entre les écus et non au-dessus d’eux. Certains timbres sont même placés sous l’écu qu’ils accompagnent. Les écus ecclésiastiques ne sont pas cimés25 ; l’insigne de leur fonction, crosse ou bâton, est placé derrière l’écu (Prinet 1911 p. 21-41 ; Heim, 1949). Ces armoiries ecclésiastiques sont au nombre de 49 (6 % du total) ; les écus sans cimier représentent 269 cas (34 %) et les écus cimés 474 (60 %).

1.1.2. Les conditions de réalisation du manuscrit

1.1.2.1. L’auteur : Guillaume Revel

26Contrairement à bien des armoriaux du Moyen Âge, ce manuscrit est signé par son auteur, Guillaume Revel, héraut d’Auvergne. Mais si on connaît bien la vie de certains hérauts comme Claes Heinen, Gilles Le Bouvier (fig. 10) ou Jean Le Fèvre de Saint-Rémy, on ne sait malheureusement rien de celle de Guillaume Revel, sinon qu’il fut l’un des hérauts du duc Charles Ier de Bourbon (cf. p. 42-43).

Fig. 10 - Extrait de l’Armorial de Gilles Le Bouvier, dit héraut Berry, 1454-1458 (Bnf, fr. 4985, f° 64).

1.1.2.2. La documentation

  • 26 Sur la fonction et la production des hérauts d’armes, cf. : Von Berchem, 1972 ; Wagner, 1956 ; Adam (...)
  • 27 L’archétype de ces rôles occasionnels est probablement le rôle d’armes Bigot, composé à l’occasion (...)
  • 28 L’armorial d’Urfé (Paris, BNF, fr. 32753) est très représentatif de ces armoriaux généraux : il rec (...)

27Les travaux récents sur l’héraldique du Moyen Âge divisent aujourd’hui la production des hérauts d’armes26 en deux genres principaux, les rôles d’armes occasionnels et les armoriaux généraux. Les rôles occasionnels étaient des documents préparés très rapidement, en quelques jours, parfois même en une seule journée, à l’occasion d’un événement précis, levée d’ost, tournoi, départ d’un voyage princier... Ils étaient ensuite mis au net27. Lorsque l’événement qui les a suscités est identifié, ces rôles sont alors bien datés et les armes qu’ils contiennent sont des documents fiables, car rassemblées sur le terrain. À l’opposé, les armoriaux généraux, appelés aussi provinciaux en raison de leur classement par marches d’armes, sont de vastes compilations, augmentées peu à peu par l’auteur au cours de sa vie, de ses voyages et selon les livres d’armes qu’il a pu être amené à connaître. Il est beaucoup plus difficile de les dater avec précision et les armes ainsi rassemblées sont souvent peintes ou décrites de façon incertaine28.

  • 29 Par exemple, la visitation héraldique du Pays de Caux (vers 1415, alors que la Normandie était soum (...)

28L’armorial de Guillaume Revel semble tenir un peu de ces deux méthodes distinctes. Comme les armoriaux généraux, il vise à l’exhaustivité et il semble avoir été rédigé sur une période assez longue (environ une génération) ; comme les rôles occasionnels, il recense des armoiries relevées directement sur le terrain. C’est pourquoi la méthode de rédaction de cet armorial serait plutôt à rapprocher d’une pratique dont on n’a guère d’exemple sur le continent et qui fut surtout illustrée par les hérauts d’armes anglais, celle de la visitation héraldique. Il s’agissait d’enquêtes menées de façon rigoureuse sur un territoire généralement restreint, dans le but d’en répertorier les armoiries29. Les enquêtes de Revel ne semblent pas, néanmoins, avoir eu un caractère aussi systématique que celui des visitations à l’anglaise. Le héraut profita sans doute plutôt, pragmatiquement, de certains rassemblements pour collecter sa matière. Il est ainsi significatif que près de la moitié des seigneurs bourbonnais dont il cite les armes ait rendu l’hommage au duc Charles entre 1442 et 1445. Revel a pu profiter ici de la présence effective des vassaux en question pour se renseigner, à moins qu’il ne se soit contenté de consulter les chartes scellées attestant leurs hommages.

  • 30 Ce grade était inférieur à celui de héraut ; ce dernier était lui-même un grade inférieur à celui d (...)

29Il est difficile de préciser si Guillaume Revel a mené seul ce travail d’enquête ou s’il s’est adjoint les services de poursuivants d’armes30 et d’informateurs. Autant qu’on puisse le voir, il semble qu’il a dû effectuer seul la plupart de ses enquêtes, tout en bénéficiant de relais sur place. On ne peut que remarquer, en effet, que plus on s’éloigne de Moulins, où résidait la cour ducale et où travaillait probablement le héraut, plus la densité géographique des armes diminue. La Haute-Auvergne est ainsi le parent pauvre de ce travail, alors que le Bourbonnais est traité de façon beaucoup plus fouillée. On peut aussi noter, en Haute-Auvergne, que les environs de Saint-Flour sont mieux couverts que les autres parties de ce pays ; Revel y avait probablement un informateur. En ce qui concerne le chapitre consacré au Forez, on constate que le comté est traité de façon moyenne, mieux que la Haute-Auvergne, mais beaucoup moins bien que le Bourbonnais ; malgré certaines lacunes qui s’expliquent mal, la plupart des armoiries que l’on s’attendrait à trouver là sont citées, mais on n’y voit pas les précieuses informations sur les armes des petites familles que révèle le chapitre consacré au Bourbonnais.

1.1.2.3. La réalisation matérielle : écriture et illustrations

30On connaît bien aujourd’hui la façon de composer un livre manuscrit au Moyen Âge. Il ne s’agissait pas d’un travail solitaire, mais d’une œuvre d’atelier, où chaque compagnon avait une tâche bien précise. Plus le livre était luxueux, plus le nombre des intervenants était important. Le manuscrit de Revel étant resté inachevé, le processus de sa composition apparaît plus nettement que s’il avait été terminé.

31Trois personnes ont participé au travail d’écriture. Un scribe professionnel a été chargé de rédiger le texte d’introduction et toutes les notices inscrites sur les phylactères entourant les écus. Ce travail a dû être fait en suivant : il est bien uni et on ne constate pas de variantes dues à des interruptions ou à des compléments. Quelques erreurs sont d’ailleurs significatives, telles que la répétition du nom « Gomin de Morau » pour deux notices successives (nos 274 et 275), ou la confusion dans la notice concernant « Odrès de La Varenne » (n° 559), incluant une partie de celle de « Louis Chastenoys » (n° 560). C’est sans doute le même scribe qui s’est chargé de la rédaction des titres des pages dans la partie consacrée au Forez. Par contre, dans les parties auvergnate et bourbonnaise, les titres ont été confiés à un autre scribe, dont la graphie élancée et très élégante est plus savante. Ensuite, il a laissé la place à un troisième spécialiste, qui a été chargé de peindre les initiales de couleur. Ces deux scribes devaient travailler de concert, puisque l’on trouve par séries des initiales solitaires et des titres sans lettrine. En ce qui concerne les vues de châteaux et d’agglomérations, on reconnait la main de plusieurs peintres : deux pour l’Auvergne-Bourbonnais et un pour le Forez.

32Le premier semble avoir été plus particulièrement chargé des localités importantes, telles que Moulins, Clermont, Usson ou Saint-Pourçain (fig. 11). Ses vues sont généralement synthétiques et il s’attache à la représentation des monuments principaux et des caractéristiques vernaculaires (formes des toits et modes de couverture, etc.). En revanche, il traite de façon stéréotypée les bâtiments annexes et la plupart des détails. Il traite rapidement le paysage environnant et le dessin des arbres, auxquels il donne une forme de champignons coniques est caractéristique.

Fig. 11 - La ville de Moulins en Bourbonnais (Bnf, fr. 22297, p. 369).

33Le second peintre a produit des vues beaucoup plus réalistes (Siorat, Bourassol, Vodable, Champeix...) (fig. 12) ; il a reproduit ce qu’il avait sous les yeux, y compris les parties ruinées, avec une grande sûreté de main et un réel don d’observation. En revanche, il ne fait qu’esquisser le paysage où étaient implantés les bâtiments, lorsqu’il n’est pas complètement absent.

Fig. 12 - Le château de Champeix en Auvergne (Bnf, fr. 22297, p. 59).

  • 31 Pour de plus amples détails sur la place des miniatures architecturales de l’Armorial dans l’histoi (...)

34Quant au peintre chargé du Forez, il possède un style proche de celui du premier, mais ses dessins sont plus schématiques et il semble avoir commis des erreurs en recopiant les croquis relevés sur le terrain ; il se distingue également par une plus grande attention portée aux paysages environnants, qui dans certains cas sont mêmes traités de façon plus exacte que les bâtiments eux-mêmes (Marcilly, Teillières, Saint-Victor-sur-Loire, Saint-Maurice-sur-Loire). Pourtant, il n’hésite pas à torturer ces paysages afin de faire entrer dans ses vignettes des éléments qu’il juge important de montrer, comme à Feurs, où le prieuré de Randans et la Loire qui le borde sont ramenés au premier plan, alors que leur place réelle se trouverait à gauche de la vue, mais en dehors du champ31.

  • 32 Cf. une riche bibliographie sur le sujet dans Schnerb, 2006 et plus particulièrement dans Paravicin (...)

35Enfin, trois peintres vraisemblablement différents des précédents ont été chargés de la partie héraldique. Tous les écus ont été peints par le même personnage, à la main caractéristique : sèche, assez souvent maladroite, elle possède de nombreux traits archaïsants, comme la façon de représenter les lions selon un schéma vertical et non oblique, comme c’était devenu la règle au XVe siècle. Il traite sommairement les détails et tous les petits meubles, étoiles, coquilles, merlettes ou trèfles. On est évidemment tenté de voir là la main de Guillaume Revel lui-même : il semble en effet logique que le héraut se soit réservé ce travail technique et réclamant des connaissances particulières. On peut remarquer à l’appui de cette thèse que l’Armorial comporte peu d’erreurs graves et qu’il s’agit visiblement d’un travail de spécialiste. La critique contemporaine dénie pourtant de plus en plus aux hérauts une quelconque intervention dans la réalisation matérielle des armoriaux figurés, réservant celle-ci à des peintres professionnels32. C’est donc peut-être à un peintre professionnel, qu’a été confié le soin de réaliser les écus, comme cela a été le cas pour les phylactères, les casques et leurs cimiers ; ainsi Guillaume Revel serait seulement le maître d’ouvrage, sans intervention sur la réalisation strictement matérielle de celui-ci.

36Le peintre des écus n’est pas intervenu dans le dessin des casques avec leurs cimiers et des phylactères. La plupart d’entre eux ont été dessinés par un excellent artiste, dont la manière a ensuite été reprise par un autre peintre, de moindre talent, à la main facilement reconnaissable. Le peintre principal possédait un métier très sûr : son dessin est toujours net, au trait fin et souple et il utilise des couleurs transparentes permettant les dégradés de teintes. Il fait preuve d’un remarquable sens de la composition et rares sont les cimiers parfaitement semblables. On peut citer pour le Forez quelques exemples de cette sûreté de main : la dame des armes d’Arnould Vernin (n° 776), le lévrier assis des armes de Jacques de Thorigny (n° 805), qui fait face à la tête de lévrier de celles de Jean de Flachat-Chenevoux (n° 806). Ce style rapide et net est beaucoup plus moderne et naturaliste que celui du peintre des écus. L’écart se remarque particulièrement lorsque cimier et écu représentent le même meuble. Cet artiste principal a été ensuite relayé par un autre peintre, moins habile, qui dans un souci d’unité du manuscrit s’est efforcé de copier son style, sans vraiment y parvenir. Ses dessins sont plus appuyés et manquent de finesse et d’élégance, ses compositions sont classiques et assez monotones. La couleur qu’il utilise est généralement opaque et masque les rares détails. Cette main apparaît moins souvent que la première, soit en complément de celle-ci, soit au début de l’ouvrage. Dans la partie forézienne, elle ne semble guère intervenir que p. 442, pour les cimiers de Pierre d’Urfé (n° 795) et de Jean Raybe (n° 796), et peut-être p. 443, pour celui d’Antoine de Sugny (n° 800).

1.1.2.4. Commanditaire(s) et dédicataire(s)

37Une grande partie des armoriaux médiévaux que l’on connaît étaient de simples documents destinés à faciliter le travail des hérauts eux-mêmes, ce qui explique le peu de soin avec lequel, lorsqu’ils sont figurés, ils ont été réalisés. Au contraire, l’armorial de Guillaume Revel est un objet de luxe, exécuté selon un plan original, par de véritables artisans-libraires et destiné à un grand personnage, qui en a passé commande. L’introduction destinée à faire connaître son nom est pourtant un texte confus et ambigu, qui lais se planer un doute sur l’identité du véritable commanditaire de l’ouvrage. L’auteur, dans les premières lignes, dédie son travail au roi Charles VII très invincible et triomphant. Immédiatement après, il se nomme Guillaume Revel, aultrement dit en vostre service, Auvergne, humble et obéissant herault et, après une des digressions dont il est coutumier, il explique : Si ay par vostre commandement fait ung petit abrégé d’armes... et tente ainsi d’affirmer que le dédicataire royal est aussi le commanditaire de l’œuvre, au ser vice duquel il se trouve. Mais il semble que la situation ait été moins simple que Revel ne le montre de prime abord, puisqu’il poursuit en précisant dans la même longue phrase qu’il a été établi dans son office du mestier d’armes par vous [le roi] et tres noble et excellant prince monseigneur Charles duc de Bourbonnais et d’Auvergne, a mémoire et souvenance duquel et de la strenue promesse ay fait ce present abregé... Dès lors on comprend mieux que l’Armorial ne soit consacré qu’aux domaines du duc de Bourbon ; si Charles VII avait été le commanditaire d’un travail de cette ampleur, le sujet en aurait été le domaine royal et non celui d’un prince apanagiste où le roi ne possédait que quelques places stratégiques. Au moment où Revel rédige sa préface, le duc Charles est déjà mort (1456) puisque le livre est fait à sa mémoire et souvenance et c’est vraisemblablement ce qui explique la dédicace au roi. La plupart du temps, les jeunes princes conservaient leur propre maison lorsqu’ils succédaient à leur père et Guillaume Revel dut se trouver inemployé lorsque Jean II devint duc de Bourbon. Obligé de se trouver un nouveau maître, il ambitionnait probablement un office auprès du roi et la dédicace à Charles VII peut alors être considérée comme une sorte de lettre d’introduction et une flatterie envers un employeur potentiel. On ignore si le héraut parvint à ses fins, mais le livre, lui, malgré la dédicace, entra dans la bibliothèque des ducs de Bourbon. Il n’a malheureusement pas été possible de retrouver trace d’un payement de ce manuscrit, dans les comptes ducaux, comme dans ceux du roi.

1.1.3. La datation du manuscrit

  • 33 Cf. Pastoureau (M.), Les armoiries, Turnhout, Brepols, 1976, p. 43-44 et idem, « L’héraldique au se (...)

38Les problèmes que pose la datation des armoriaux du Moyen Âge sont complexes. Lorsqu’un armorial a été rédigé pour une circonstance particulière – tournoi, levée d’ost, siège de forteresse, etc. – la date de sa composition est généralement connue ; mais dans les autres cas, il est rarement possible d’obtenir mieux qu’une « fourchette » de dates. Différentes méthodes de datation ont été élaborées, qui ont donné parfois des résultats décevants33. La meilleure consiste sans doute à tenter de dater tous les écus recensés dans l’armorial afin d’établir à partir de là une date moyenne. L’identification de chaque écu est susceptible d’apporter divers renseignements : dates de naissance, mariage ou décès, de nomination à un office civil ou ecclésiastique, de vente ou d’acquisition de biens... ; d’autres documents annexes peuvent indirectement fournir de précieuses informations.

  • 34 Paris, chez A. Dezallier, 1708, 2 vol.
  • 35 BMU Clermont-Ferrand, ms 556.

39Dans le cas de l’Armorial et de ses miniatures architecturales, les dates attestées de travaux (construction de rempart villageois ou urbain par exemple) peuvent aussi contribuer à éclairer la chronologie du document. Toutefois, malgré cela, les dates déduites de toutes ces sources ne sont jamais définitives et peuvent toujours être remises en question à la suite de la découverte de documents nouveaux. Dans l’introduction de son Histoire généalogique de la Maison d’Auvergne34, Étienne Baluze cite l’armorial de Guillaume Revel et le date d’environ 1450 ; plus tard, dom Coll, dans son Nobiliaire d’Auvergne35, reprend cette date à son compte et cite même le manuscrit sous le nom d’« Armorial de 1450 ». Elle n’a pas été remise en question depuis par les différents compilateurs de ces ouvrages et, à la lumière des recherches qui ont été l’objet du présent travail, la date de 1450 déduite par Baluze apparaît bien comme une sorte de pivot : Bertrand de La Tour, seigneur d’Olliergues (n° 22) est mort cette année-là, ainsi que plusieurs autres personnages, comme Guillaume du Gibertès (n° 177) ou Renaud de Tocy-Bazerne (n° 459)... C’est aussi vers 1450 que le fief d’Anteroches passa des seigneurs Du Chambon à la famille Traverse ; or, Antoine du Chambon (n° 239) a toujours pour cri le nom de cette seigneurie « Antreroches » et il possédait certainement encore ce fief au moment où Revel a introduit son écu dans l’armorial. On est ainsi assuré, puisque ces personnages figurent dans l’armorial, que celui-ci a été commencé avant 1450.

40À l’inverse, d’autres dates peuvent servir de butoir pour l’achèvement de l’ouvrage ou plutôt de son abandon puisqu’il n’a pas été terminé. Le héraut Auvergne précise en effet dans son introduction que ce travail est dédié à la mémoire du duc Charles Ier de Bourbon ; le prince étant décédé en 1456, il convient de placer après cette date la rédaction de l’introduction. Trois ecclésiastiques entrés en fonction après cette date figurent également dans l’armorial : Charles de Bourbon (n° 494), déjà archevêque de Lyon en 1444 et futur cardinal en 1476, devient en 1457, à la mort de dom Godefroy Chollet, prieur de Souvigny. La même année, Hugues de Rochedragon (n° 294) est élu abbé de la puissante abbaye d’Aurillac. Enfin, en 1459, Raymond de Marcenat (n° 18) prend la tête de l’abbaye de Mozat et en entreprend la restauration.

41Il est donc possible de dire, en considérant ces données, que Guillaume Revel a commencé la rédaction de son armorial avant 1450 et qu’il ne l’a abandonné qu’après 1459. Mais ces dates restent floues et ne permettent pas de dire à quel moment le manuscrit a été mis au propre, ni de préciser quand les enquêtes héraldiques ont été faites. On a vu plus haut que Guillaume Revel avait pu utiliser les cérémonies organisées à l’occasion de la prestation d’hommage de nombreux vassaux bourbonnais entre 1442 et 1445 pour rédiger certaines pages de son armorial. Si ce qui reste une hypothèse se vérifiait, il faudrait alors avancer de quelques années les débuts du travail du héraut. De la même façon, il conviendrait peut-être de retarder la date de l’abandon jusqu’au moment de la mort de Charles VII, en 1461. La mort du roi, à qui le livre avait été finalement dédié, a dû porter un coup d’arrêt définitif à sa composition.

1.2. Le comté de Forez au XVe siècle : entre crises et renouveau

42Au milieu du XVe siècle, lorsque Guillaume Revel entreprend la réalisation d’un armorial représentant les fiefs, villes ou châteaux implantés sur les possessions du duc de Bourbon ainsi que les armoiries de toutes les familles nobles y résidant, le Forez est depuis près d’un siècle partie intégrante du duché de Bourbon. Mais son histoire propre commence bien avant (fig. 13).

1.2.1. Bref rappel historique : le comté de Forez entre indépendance et sujétion

1.2.1.1. Aspects politiques

  • 36 Pour une présentation détaillée de l’historique du comté de Forez on pourra se reporter à Dufour, 1 (...)

43Petit espace situé dans le centre de la France, entre Auvergne à l’ouest, Bourbonnais et Beaujolais au nord, Lyonnais à l’est, Velay et Vivarais au sud et correspondant grossièrement à l’actuel département de la Loire, le comté de Forez apparaît dans les textes dès le Xe siècle (Fournial, 1952, p. 221-252). Pagus, comitatus ou ager Forensis, il fait alors partie intégrante du pagus Lugdunensis et n’est qu’une formation fictive sans réalité politique. Il faut attendre l’accord de 1173, marquant la fin du conflit entre l’Église de Lyon et les comtes de Lyon, pour que le comté de Forez naisse officiellement en tant que structure politique, cet accord consacrant définitivement la division de l’ancien comté de Lyon en deux entités distinctes : celle du Forez et celle du Lyonnais. Il s’agit d’un partage d’influence, l’Église abandonnant au comte tout ce qu’elle possède au-delà de la Loire et en-deçà jusqu’à une limite à peu près déterminée par les monts du Lyonnais (Chartes du Forez, n° 4)36.

  • 37 Voir la liste des fiefs de Jean Ier (1278-1333) et leur localisation dans Faure, 1997, p. 25-78.
  • 38 Le comte est présent à la chevauchée d’Aiguilhon, menée par le duc de Normandie (De la Mure, 1860-1 (...)

44Les deux siècles suivants sont tout entiers consacrés à l’affermissement de l’autorité comtale : achats ou inféodations d’hommages qui entraînent la plupart des seigneuries allodiales dans la mouvance comtale, châteaux devenus jurables ou rendables au comte, droits sur les terres de la plupart des établissements ecclésiastiques. Au milieu du XIVe siècle, le comte de Forez reçoit l’hommage de près de 300 vassaux, du plus grand seigneur ligérien au modeste habitant des bourgs37, et participe activement à la vie du royaume comme en témoignent les nombreuses participations comtales dans la lutte contre les Anglais aux côtés de Philippe de Valois ou des grands seigneurs du royaume38.

  • 39 Pour une présentation plus détaillée du rattachement du comté de Forez au duché de Bourbon, voir Co (...)
  • 40 Un exemple parmi d’autres, témoignant de la présence régulière du duc de Bourbon en Forez : aveu re (...)
  • 41 ADL, B supp., 2, années 1411-1428 : comptes tenus pour la duchesse de Bourbon (actes concernant les (...)
  • 42 Mentionnée dans le terrier Brunelli de Saint-Bonnet-le-Château.

45C’est avec la mort de Jean II, en 1372, que s’éteint la dernière lignée des comtes de Forez, et l’indépendance politique du comté, celui-ci entrant désormais dans la mouvance bourbonnaise39. Mais si, en cette fin de siècle, Louis II, duc de Bourbon vient régulièrement en Forez, recevoir en personne l’hommage des seigneurs foréziens40 ou faire renouveler certains terriers (ADL, B 2034), c’est néanmoins Anne Dauphine, son épouse, qui dirige ordinairement le comté, depuis le château de Cleppé où elle réside, nommant entre autres aux principaux offices ordinaires. À partir de 1410, elle en devient la seule administratrice, renouvelant régulièrement le personnel administratif ou s’occupant de fondations pieuses41. À sa mort, en 141742, le comté est définitivement rattaché au duché de Bourbonnais et est géré comme les autres annexions bourbonnaises, c’est-à-dire en conservant dans une large mesure ses « particularités institutionnelles » (Mattéoni, 1998, p. 152).

1.2.1.2. Organisation administrative

  • 43 Voir les terriers renouvelés sous la période ducale où le duc est stipulé absent.

46Hormis quelques aménagements concernant l’administration judiciaire (Mattéoni, 1998, p. 150-151), cette nouvelle sujétion n’entraîne sur le plan administratif que des modifications assez limitées, ayant pour objet de rapprocher les institutions des nouveaux territoires acquis de celles existant dans le duché de Bourbon, ou de pallier l’éloignement du pouvoir central ; le duc, au cours de ses brefs séjours43, ne pouvant contrôler de près l’administration forézienne comme le faisaient les anciens comtes, doit déléguer une partie de ses pouvoirs et s’entourer d’un personnel et d’organismes sur lesquels il peut se reposer. Aux organes centraux de gouvernement, simples mais bien rodés, hérités de la période comtale – chambre des comptes de Forez créée en 1317 sur le modèle de la Chambre des comptes royale, conseil du comte, cour de Forez – se sont ajouté à la fin du XIVe siècle, deux nouvelles institutions : tout d’abord, à partir de 1375, les « Trois États du pays de Forez », calqués sur les états provinciaux existant déjà en Auvergne par exemple, rouage de l’administration fonctionnant de manière irrégulière et se réunissant sur convocation du duc lorsque celui-ci a besoin du consentement des populations pour faire accepter des impositions extraordinaires devenant au fil des ans de plus en plus régulières. C’est ensuite, vers 1380, le « Conseil de Forez », composé d’un lieutenant du duc, d’un bailli, d’un juge et de quelques hauts officiers, et dont le rôle est de fait de gouverner le comté.

47L’administration centrale, témoin de la puissance ducale, doit être relayée au niveau local. La structure de base en est le mandement ou châtellenie – appellation couramment utilisée par les historiens quoique le terme n’apparaisse que très rarement dans les textes de l’époque (Excoffon, 2007, p. 107-122) –, espace plus ou moins vaste dominé par un château. Les plus anciennes apparaissent dès le XIIe siècle et leur développement se fait parallèlement à celui du comté. Au XVe siècle, le Forez compte une quarantaine de châtellenies et de prévôtés, un peu moins qu’au siècle précédent (fig. 13), leur nombre étant légèrement fluctuant (Mattéoni, 1998, p. 110). Cet espace de pouvoir s’organise donc autour du château, symbole de la puissance ducale. Il n’est, pour s’en convaincre, que de regarder les représentations qu’en a faites Guillaume Revel, sur lesquelles flotte fièrement l’étendard du duc de Bourbon. Ces châteaux ont, dans leur grande majorité, connu des travaux de réfection dans le dernier tiers du XIVe siècle. Au début du XVe siècle, d’autres réparations sont faites, après que Denis de Beaumont, bailli, ou ses hommes, eurent fait le tour du comté pour étudier l’état des châteaux et autres fortifications qui paraissent souvent en bien mauvais état. En 1403, le château du Verdier, qui tombait en ruines, est réparé et fortifié (ADL, B 1168, f° 58 v° sq). Au même moment, les châteaux de Saint-Maurice, Donzy, sont réparés ainsi que la tour de celui de Saint-Just-en-Chevalet (ADL, B 1170, f° 43 v° ; ADL, B 1963, f° 183 v° ; ADL, B 1990, f° 219 v°-220 v° ; ADL, B 1991, f° 11 v° - 12). En 1411, les comptes du prévôt de Saint-Victor mentionnent en dépenses l’achat de bois necessaires a la fortification du chastel, puis quelques années plus tard c’est au donjon d’être réparé (ADL, B 1993, f° 19 v°-22, f° 161) ; en 1412, on fait des travaux à la tour de Virigneux, lesquel estoient necessaire pour la fortification (ADL, B 2000, f° 15 - comptes de 1410-1426). De même, à Saint-Héand où est levée une nouvelle taille pour la réparation du château (ADL, B Supp 422, f° 65 ; ADL, B 1988, f° 52 v°). À partir de 1415, c’est au donjon du château de Néronde d’être réparé, puis en 1420, un devis est fait au sujet des réparations à réaliser au château de Cleppé (ADL, B 1978, f° 28 v°-29, f° 52, f° 101 v°, f° 124, f° 187 v° ; AN, P 14022, n° 1328).

Fig. 13 - Carte des châtellenies comtales en Forez au XVe siècle.

48Mais les forteresses comtales ne sont pas les seules à bénéficier de réparations. On voit ainsi le seigneur de Poncins mentionner à plusieurs reprises au début du XVe siècle des dépenses occasionnées par la réparation de son château. De même certains villages ou édifices religieux s’entourent de murailles. L’Armorial de Guillaume Revel présente ainsi cinq établissements ecclésiastiques fortifiés dont deux, les abbayes de Valbenoîte et de la Bénisson-Dieu, reçoivent une enceinte à la suite des troubles. En 1409, le duc octroie à frère Guillaume de Boisvair le privilège de faire fortifier le prieuré de Rozier et d’obliger à sa garde les habitants du lieu (Bernard, 1835, t. II, p. 10). Le prieuré de Pommiers avait déjà une enceinte, mais celle-ci fut restaurée après 1429, le prieuré ayant été ravagé par une bande de routiers. En 1410, les habitants de Chirassimont et le prieur et couvent de Saint- Irénée de Lyon, leurs seigneurs, demandent l’autorisation de fortifier leur église paroissiale (Diana, 1885-1886).

49Les villes font de même, et ce, dès le dernier tiers du XIVe siècle. Le mouvement se poursuit au début du siècle suivant. Un acte du début du XVe siècle signale la présence d’une forteresse à Boën, infra muros et clausuram fortalicii Boenci et un autre, un peu plus tardif, mentionne l’existence de remparts (ADL, 54 J 9 et 54 J 11). Montbrison aussi, demeurée sans enceinte depuis l’incendie de 1359, et de nouveau en partie détruite en 1422, se clôt. En 1441, le duc de Bourbon apprécie l’achèvement des fortifications, augmentant le ressort de la ville de 100 feux (ADL, B 2047). À Saint-Étienne, à Saint-Germain-Laval aussi, l’érection de murailles est décidée (ADL, B 2065). Parallèlement, certains villages font de même. À Saint-Marcellin une deuxième enceinte est érigée au début du XVe siècle, ce dont témoigne le terrier rénové au milieu de ce même siècle (ADL, B 2075). Puis en 1439, les habitants de l’Hôpital-sous-Rochefort obtiennent la permission de clore de murailles leur village.

  • 44 Voir aussi Charbonnier, 1992, pour l’Auvergne.

50C’est donc cette situation en partie nouvelle que représente l’Armorial de Guillaume Revel, où les édifices restaurés ont vu leurs fonctions militaires réaffirmées. En témoigne la multiplicité de structures défensives représentées : murailles, barbacanes, tours crénelées, fossés, enceintes... Toutefois, au XVe siècle, ces châteaux ne sont plus seulement des forteresses militaires où se réfugie la population en cas de danger, ce sont aussi des résidences, seigneuriales ou ducales, occupées au moins épisodiquement pour certains d’entre elles (Piponnier, 1992)44, de manière beaucoup plus continue pour d’autres comme Cleppé ou Sury-le-Bois où résident successivement Anne Dauphine, puis Marie de Berry.

  • 45 Exemples dans Bnf, ms latin, 10034.

51Au XVe siècle, chaque mandement est aux mains d’un châtelain nommé par le pouvoir comtal dont il est à la fois le représentant politique, relais local de l’administration centrale, et seigneurial. Il est impossible de séparer dans les compétences châtelaines ce qui relève de sa fonction politique de ce qui relève de sa fonction seigneuriale. Officier noble choisi par le comte, fréquemment déplacé, un même châtelain peut officier dans deux châtellenies voisines45. Le châtelain assure des fonctions qui sont celles de tout délégué seigneurial, à la fois politiques, judiciaires, administratives et financières. Ainsi, quoique leur seigneur direct fusse le duc-comte, l’interlocuteur privilégié des tenanciers ou des justiciables est bien le châtelain dont les compétences et les pouvoirs sont vastes et divers. Mais progressivement, sous le double effet de la spécialisation des tâches et du personnel, de la non-résidence accrue des châtelains, le poids de ces derniers dans la seigneurie tend à diminuer au profit du prévôt, homme à tout faire de la seigneurie. Ses compétences, d’abord financières, sont en réalité multiples. Receveur, régisseur, le prévôt assiste en outre le châtelain dans toutes ses fonctions : il tient souvent le papier du greffe, il est juge suppléant (ADL, B 1167), il participe à la police, à l’exécution des exploits de justice. C’est dans ce cadre qu’évolue consciemment la totalité de la population soumise au pouvoir ducal. « Pour l’homme du XVe siècle, pour n’importe quel sujet du duc de Bourbon, l’appartenance à telle ou telle châtellenie était parfaitement connue », signale Olivier Mattéoni (Mattéoni, 1998, p. 113). Il en est de même en Forez, où les limites des châtellenies sont clairement connues des justiciables. Des marqueurs physiques, topographiques, ou autres, sont parfaitement identifiables et reconnaissables (Colombet-Lasseigne, 2007).

52Néanmoins, si vers 1450, date de réalisation de l’Armorial de Guillaume Revel, le Forez n’est plus qu’une composante de l’État bourbonnais, sur lequel Charles Ier, duc de Bourbon étend son pouvoir, il serait abusif d’imaginer un espace entièrement soumis à l’autorité ducale. Les châtellenies sont ainsi truffées d’enclaves, plus ou moins vastes, aux mains de seigneurs laïcs ou ecclésiastiques, et aux portes desquelles s’arrête le pouvoir ducal (Colombet-Lasseigne, 2007).

1.2.2. Le comté de Forez dans la tourmente

1.2.2.1. Le Forez entre guerres et pestilences

53Comme l’ensemble du royaume, le comté de Forez est, au début du XVe siècle, en proie aux désordres orchestrés par le conflit mettant aux prises Français et Anglais depuis plus d’un demi-siècle. Si sa localisation géographique le tient à l’écart des grandes opérations militaires opposant les belligérants puis leurs alliés, il n’est, en revanche, pas exempt de ses répercussions indirectes. Il est ainsi particulièrement touché par le brigandage dont le Massif central a sans doute supporté les coups les plus durs en raison de son relief propice. La seconde moitié du siècle précédent a vu le passage sur les terres foréziennes des « routiers » – surnommés « tard-venus » en Forez, Lyonnais et régions avoisinantes, quoique les textes de l’époque n’utilisent jamais ces appellations (Colombet-Lasseigne, 2008) –, ces mercenaires en rupture de ban qui se retrouvent sans emploi ni revenu après la signature du traité de Brétigny et se constituent en bandes de plusieurs centaines d’hommes vivant sur le pays. Trois vagues majeures d’incursion se sont succédé entre 1360 et 1390, concernant peu ou prou la totalité du comté de Forez. Lors de la première, entre 1360 et 1365, des compagnies de routiers sont signalées sur tous les pourtours du comté. La seconde, qui ne vise le comté que de manière intermittente entre 1375 et 1383, se concentre plus particulièrement sur sa moitié occidentale. La troisième vague, la dernière mais aussi la plus importante, composée de bandes venues d’Auvergne qu’elles ont accepté de quitter moyennant finances, menace à nouveau le Forez entre 1387 et 1391 (Reure, 1895).

54Face à ces incursions, le pouvoir répond de manière variable : restauration des édifices de défense, levée de troupes et grandes chevauchées, créations de capitaineries – structures de défense de proximité regroupant autour d’un château une petite troupe d’hommes –, puis, avec l’entrée du comté de Forez dans la mouvance bourbonnaise, mise en place d’une nouvelle tactique défensive consistant dans le maintien de garnisons plus étoffées sur les frontières du comté (Colombet-Lasseigne, 2008). Au lieu de disperser les gens d’armes en petits groupes localisés autour des châteaux, comme c’était le cas auparavant avec les capitaineries, Pierre de Norry, lieutenant général du duc, organise deux groupes défensifs, basés sur les frontières occidentales du comté. L’efficacité de ce procédé semble réelle. S’il n’empêche pas des incursions sporadiques à l’intérieur du comté – la présence d’ennemis à Saint-Rambert, Bellegarde, Villemontais ou Saint-Maurice-en-Roannais en témoigne... –, il permet cependant de limiter les dégâts. Le rattachement du comté au duché de Bourbon a donc pour effet de rendre plus efficace la lutte contre l’ennemi. Le Forez ne bascule pas dans l’anarchie guerrière durant ces sombres années.

55Puis pendant près de trois décennies, le Forez connaît une période de paix relative, avant de redevenir, à partir de la décennie 1410 terrain d’opérations, malgré la politique d’abstinence de guerre avec la Bourgogne à laquelle se livrent Anne Dauphine puis Marie de Berry. Jusqu’aux années 1430, le Forez et ses campagnes sont parcourus par des troupes de gens d’armes relevant pour la plupart du Dauphin et dont les méfaits sont parfois aussi importants que ceux commis par les bandes de routiers, et que les registres de justice mentionnent incidemment. On les signale à Firminy et à Saint-Victor au début de l’année 1414, puis en 1418-1419, à Saint-Héand et environs à la fin de l’année 1415, à Néronde en décembre 1419, puis de nouveau entre 1421 et 1423, à Virigneux, à la limite du Lyonnais, au début de l’année 1423, deux ans plus tard sur la frontière orientale du comté, puis à l’Étrat au début de l’année 1428 et à Sorbiers en 1431 où l’on signale encore le passage de gens d’armes. Au nord du comté aussi le danger bourguignon demeure. En 1418, la région de Charlieu, sur la frontière septentrionale du comté, est ravagée (ADL, B 1993, f° 54 et f° 158 v° ; ADL, B Supp, 422, f° 63 v° ; ADL, B 1978, f° 120 v° et 144 v° ; ADL, B 2000, f° 115 ; ADL, B 1978, f° 190). Si la signature du traité d’Arras en 1435 met provisoirement fin au conflit, elle laisse des soldats sans embauche et sans solde. Ces écorcheurs qui ne diffèrent guère dans leur pratique des gens d’armes qu’ils étaient auparavant, vivent eux aussi sur le pays et leur présence en Forez continue à être signalée au moins jusqu’en 1450, à tel point que certaines communautés d’habitants obtiennent annulation de leur contribution aux aides levées sur le pays de Forez alors que d’autres reçoivent permission de se clore (ADL, B 1952, f° 4).

56Ainsi, plus que victime de la guerre elle-même, le Forez est, pendant près d’un siècle, en butte au passage de ces bandes armées qui parcourent épisodiquement le comté, et dont la présence, quoique numériquement restreinte, n’est pas indolore pour l’espace forézien et ses habitants. Par le climat d’insécurité qu’elles installent à demeure, par les dévastations qu’elles engendrent, par l’incertitude du lendemain qu’elles sous-tendent, plus que par les coupes sombres qu’elles opèrent dans la population, elles désorganisent parfois durablement la vie économique et sociale du plat pays, contraignant périodiquement les populations à fuir, à réduire ou abandonner provisoirement leurs activités, mais aussi à subir des prélèvements fiscaux devenant au fil du temps de plus en plus habituels et réguliers. Fruits de la conjoncture, elles aggravent ainsi le malaise des populations déjà durement éprouvées par la présence endémique des épidémies. Car, à l’image de ce que connaît l’ensemble – ou presque – du royaume, le Forez est entré à partir du milieu du XIVe siècle et pour de nombreuses décennies dans l’ère des « mortalités ».

  • 46 Dans le Cambrésis, pourtant fort éloigné du Forez, en Lyonnais aussi, ont été mises en évidence des (...)
  • 47 Pour une présentation détaillée des événements, se reporter à Colombet-Lasseigne, 2006, p. 99 sq.
  • 48 Seule la raréfaction des sources pour les années postérieures nous empêche de poursuivre cette somb (...)
  • 49 Dans une déposition, un sergent raconte qu’en septembre 1439, allant d’Essumain à Trémas, il porta (...)
  • 50 En 1419, E. de La Grange, chancelier de Forez, s’absente de Montbrison entre le 7 et le 29 septembr (...)

57Entre 1348, date de la première incursion de la peste en Forez et le milieu du XVe siècle, au moins une année sur trois est marquée par une mortalité accrue, que l’étude testamentaire permet de percevoir, mais qui n’est pas due qu’aux seules récurrences pesteuses. Disettes, dysenterie, et autres épidémies ont aussi leur part de responsabilité, dans une conjoncture défavorable que l’on constate assez généralement dans tout le royaume de France46. Après deux pics majeurs en 1348-1349 puis en 1361, qui ont vu le nombre d’enregistrements testamentaires s’envoler et le Forez perdre entre le quart et le tiers de sa population, l’intensité des crises mais non leur fréquence se modère. Le fléau paraît désormais installé de manière endémique et réapparaît dès que des conditions propices se manifestent, comme en 1371-1376, 1391, 1395 et surtout 1399-140047. Néanmoins, si les épidémies se poursuivent au siècle suivant, selon des périodicités presque immuables – les années 1409-1412, 1419-1420, 1433-1434, 143948 enregistrant une recrudescence testamentaire –, elles n’ont plus le caractère novateur et sans doute dévastateur qu’elles avaient un demi-siècle auparavant. Les disettes, les épidémies sont devenues si habituelles que leur réalité tend à s’estomper des mémoires et leur évocation à disparaître des actes49. Les textes les signalent désormais à peine, mais ce n’est peut-être là qu’une carence des sources. Elles n’apparaissent plus désormais que comme une gêne, importante certes, conduisant parfois à l’arrêt de toute vie sociale ou économique pendant quelques semaines ou quelques mois. Leurs ravages semblent aussi de moindre ampleur tant numériquement que spatialement. D’abord parce que les plus faibles, vieillards et enfants, ont disparu en masse dès les premières épidémies. Ensuite et surtout parce qu’il semble que les populations aient désormais appris à composer avec elles et à savoir comment s’en protéger. La fuite hors de la ville en cas d’épidémie est une pratique qui se répand au moins parmi ceux qui ont la possibilité de trouver refuge ailleurs50. Parallèlement, les pestilences concentrent désormais leurs effets sur un espace circonscrit : en 1418, l’est du comté est particulièrement touché. L’année suivante c’est la partie centrale de la plaine du Forez qui paie le plus lourd tribut, puis, une décennie et demie plus tard, le nord-ouest du comté est à son tour fortement frappé (Colombet-Lasseigne, 2006, p. 107-109). On n’assiste plus à l’effet ricochet qui avait marqué les premières épidémies, peut-être parce que la vie économique et les échanges qu’elle sous-tendait se sont ralentis, privant la peste de l’un de ses vecteurs de propagation essentiel.

1.2.2.2. Le poids de la conjoncture économique

58Une conjoncture économique défavorable vient encore alourdir encore un peu plus le fardeau qu’ont à supporter des populations déjà largement éprouvées. Au poids des différentes impositions tant royales que ducales ou seigneuriales, qui se multiplient au fil des décennies parallèlement à la poursuite des opérations guerrières, se surajoutent les effets des remuements monétaires qui reviennent régulièrement. Une nouvelle période particulièrement sombre pour les rentiers du sol mais aussi pour l’ensemble de la population se dessine à partir de 1417, et qui voit la monnaie se dévaluer considérablement au point d’être désormais dénommée monnaie faible par opposition à l’ancienne. À Néronde, le prévôt énonce ses comptes pour les années 1422-1423 dans deux monnaies différentes :... 158 L. 11 s. 3 d. ob. t. in bona monete, somma incluso debito anni computato super in debilite monete... (ADL, B 1978, f° 139, f° 241... ; ADL, B 2000).

59Les répercussions de ce contexte de crises, commun à l’ensemble du monde occidental, sont d’abord économiques et sociales. Si le Forez présente une situation qui n’est guère florissante, elle est sans doute cependant meilleure que celle constatée en nombre d’autres espaces. Sur le plan démographique, le Forez s’est vidé, et il ne compte plus au début du XVe siècle que la moitié des habitants qu’il dénombrait cinquante ans auparavant, à l’instar de ce que l’on constate aussi dans le reste du royaume, véritable hécatombe démographique que tous les textes mentionnent et que l’étude de sources indirectes, tels les terriers ou les testaments, vient confirmer. Dès les années 1360-1370, le vide est fait. Les feux se sont largement dépeuplés. Le tiers, peut-être la moitié de leurs membres, a d’ores et déjà disparu. Les récurrences postérieures continuent l’épuration démographique mais leurs effets s’amoindrissent au fil du temps. Au tournant du siècle, l’étiage démographique est sans doute atteint. À l’aube du XVe siècle, à un Forez plein a succédé un Forez vide, quoique des signes de reprise démographique, même s’ils sont ténus et parfois rapidement démentis, se manifestent déjà.

60Le tableau que l’on peut peindre de la situation économique en Forez en ce début du XVe siècle n’est guère plus réjouissant. Sur le plan économique comme sur le plan démographique précédemment évoqué, le premier quart du XVe siècle voit le Forez atteindre son point d’étiage. Mais la similitude s’arrête là. En effet, alors que la déprise démographique est brutale, immédiate et profonde, la situation économique se dégrade plus lentement et plus tardivement, pour atteindre son point le plus bas aux alentours des années 1430. Cette évolution est sans nul doute à mettre en relation avec la situation foncière et productive observée en Forez dans le même temps, car, dans cet espace essentiellement rural où les villes, à l’exception de Montbrison, ne sont rien d’autres que des bourgs plus ou moins modestes – l’Armorial de Guillaume Revel en témoigne largement – les habitants sont à une écrasante majorité des ruraux vivant des revenus de la terre. Or la déprise foncière ne s’est manifestée que très progressivement. Alors que dès le milieu de la décennie 1360, la population forézienne a été largement décimée par les épidémies, l’occupation foncière demeure alors encore à un niveau proche de ce qu’elle était auparavant. Ainsi, aux lendemains de la peste noire, les terres vacantes sont peu nombreuses, et rapidement reprises par les tenanciers survivants. Car ceux-ci souvent en situation de pénurie foncière reprennent, dans un premier temps au moins, « jusqu’à plus soif », les terres laissées vacantes par les décès successifs. Mais progressivement cette capacité de reprise foncière va s’amenuisant et les mentions de biens vacants se multiplient à partir de la fin du XIVe siècle et plus encore dans les deux premières décennies du XVe. Les feux, de moins en moins nombreux et de moins en moins peuplés, ne peuvent plus absorber les vacants fonciers toujours plus abondants. La déprise foncière demeure néanmoins au final plus modérée que la déprise humaine, de l’ordre de 20 % en moyenne, quoique des différences notoires selon les seigneuries, espaces, types de culture ou de substrats fonciers soient à souligner.

61Aucun aspect de la vie économique n’est épargné. La production connaît une baisse progressive, que l’on peut percevoir mais non quantifier précisément, trop d’éléments parasites entrant en ligne de compte. L’analyse des fermes des dîmes laisse entrevoir une chute de la production de céréales et de vin à la fin du XIVe et au début du XVe siècle, de l’ordre du cinquième environ, alors que dans le même temps celle de foin augmente sensiblement, concurremment à la mise en herbe de nombreuses parcelles autrefois cultivées.

  • 51 Pour une analyse approfondie de l’évolution économique en Forez aux XIVe-XVe siècles, se reporter à (...)

62L’étude des redevances en nature versées par les tenanciers tend, pour sa part, à accréditer un recul plus important, qui au début du XVe siècle, se situe en moyenne autour de 25 %, avec des différences très variables selon le type de produits et d’une seigneurie à l’autre. Ainsi alors que certaines seigneuries n’accusent qu’une baisse modérée de leurs revenus, telles que celle de Saint-Germain-Laval, d’autres voient leurs revenus s’étioler plus fortement (Moingt par exemple). Ce mouvement se poursuit au moins jusqu’aux années 1430. À Chambéon, à Saint-Victor-sur-Loire, les sources disponibles montrent que la situation continue de se dégrader51.

63Les échanges aussi ralentissent, allant parfois jusqu’à s’arrêter complètement en période de grande mortalité. Parallèlement, l’insécurité née de l’état de guerre larvée que connaît le comté entraîne une désorganisation de la vie économique dont souffrent en premier lieu les bourgs et leurs habitants et par ricochet le plat pays. Les marchands hésitent à s’aventurer sur des territoires parcourus par des bandes malfaisantes. Les revenus issus de l’affermage des péages sont de plus en plus faibles lorsqu’ils ne sont pas tout simplement inexistants, ces derniers n’ayant pas trouvé preneurs. À Cleppé, le péage dudit lieu n’est affermé que très épisodiquement entre 1397 et 1417 et à des sommes de plus en plus faibles. Le port résiste un peu mieux mais les revenus qu’il procure demeurent toutefois très irréguliers (ADL, B 1914). À Saint-Just-en-Chevalet, Feurs, Cervières et Saint-Galmier, les revenus des leydes, péages et fours, non dissociés dans les registres de compte et témoins pour les deux premiers de l’état des échanges, présentent une évolution similaire. Le marasme constaté se poursuit au moins jusqu’aux années 1410. La première décennie du XVe siècle est même pire que la précédente, et la légère reprise constatée à Saint-Galmier et à Feurs entre 1408 et 1417 ne permet pas de retrouver le niveau des années 1388-1397 alors que les revenus des châtellenies de Saint-Just-en-Chevalet et de Cervières continuent de s’étioler. À partir des années 1420, une amélioration assez nette semble se dessiner, dont nous ne pouvons dire si elle sera durable (Colombet-Lasseigne, 2006, p. 210).

64Conséquence de l’appauvrissement général, les legs testamentaires se réduisent et les ponts en sont les premières victimes. Mal entretenus, ils tombent en ruine ou ne sont pas réparés après les méfaits d’une crue. Les routes connaissent un sort semblable (fig. 14). Les unes comme les autres traduisent aussi de manière manifeste l’effondrement du commerce, que confirment des mentions relevées au hasard des actes. En 1424-1425, les péages et bans de Saint-Martin-d’Estreaux ne rapportent rien : pour ce que pour la guerre nul n’y a mis et durant ledit temps n’y est passé marchant, qu’on puisse savoir (Fournial, 1967, p. 478). Une décennie plus tard, on retrouve encore les mêmes lamentations (ADL, B 2008, f° 7). Les seigneurs voient ainsi leurs revenus s’étioler, revenus banaux mais aussi revenus fonciers, alors que les charges potentielles augmentent. Mais les seigneurs ne sont pas les seules victimes. Des indicateurs multiformes laissent apparaître, de manière souvent indirecte, l’état de résignation mais aussi d’indigence dans lequel se trouve l’ensemble de la population. Les audienciers de justice mais aussi les registres de comptes font, quant à eux, allusion de manière récurrente et répétitive à la pauvreté et au dénuement d’une partie d’entre elle – à Saint-Maurice-en-Roannais près de la moitié des prévenus est qualifiée de pauvres entre 1400 et 1409 –, que ce soit individuellement (habitants dans l’incapacité à payer les amendes ou les émoluments auxquels ils sont soumis et préférant parfois prendre la fuite) ou collectivement (en octobre 1439, un procès oppose les habitants de trois paroisses du Roannais au receveur des aides, lesquels déclarent ne pouvoir payer la contribution demandée car ils sont poures gens […] et ont […] soustenu de grans pertes a cause de la guerre […] sont si apovriz qu’ils ne pevent plus et sont tres fort diminuez... : Neufbourg, 1923-1925). Face à cette indigence le pouvoir doit d’ailleurs souvent faire preuve de tolérance, en réduisant le montant de certains droits ou impositions, voire en en faisant quitus. Cette nouvelle dégradation du niveau de vie des populations qui se manifeste dès les premières années du XVe siècle, après une légère embellie dans la dernière décennie du siècle précédent, s’explique par le retournement de tendance déjà évoqué : la guerre est de nouveau aux portes du Forez, les ponctions fiscales se multiplient alors même que la reprise démographique déjà sous-jacente incite peut être les seigneurs à octroyer plus chichement des modérations de charges. D’ailleurs, c’est durant ces années 1430 que se manifestent pour la première fois en Forez des émeutes populaires nées de la misère. Il est d’ailleurs tout à fait symptomatique de noter que le nombre d’affaires portées devant les justices seigneuriales et ayant pour motifs le vol ou la fraude tend à croître. Car toutes ces difficultés rencontrées ou traversées influent forcément sur le comportement des populations. Peur, agressivité, violence physique ou verbale, insoumission voire rébellion, ésotérisme se manifestent sporadiquement sans pour autant devenir omniprésents.

Fig. 14 - Cartographie du réseau routier en Forez à la fin du Moyen Âge.

65L’appauvrissement est donc général et le comté est dans un triste état. On ne compte plus les mentions de récoltes pillées, brûlées ou détruites, de villes ou de bâtiments religieux ou laïcs saccagés, de maisons ou autres constructions en mauvais état. À Saint-Bonnet-le-Château, c’est le four qui est en ruine vers 1415-1425 (ADL, B 2061, f° 68-68 v°, 86 v°) ; à Cleppé, village de la plaine du Forez, ce sont les maisons du comte sises à proximité du château qui, en 1420, sont en ruyne et peril […] par deffault de bon fondement ; à Saint-Romain-le-Puy, un long procès oppose à partir de 1433 le prieur du lieu au comte de Forez-duc de Bourbon afin de savoir à qui incombent les réparations à effectuer, les troupes de Rodrigue de Villandandro ayant pénétré dans la bassecour du prieuré, brutalisé et dépouillé les hommes venus s’y réfugier (ADL, H 25/4). Les édifices religieux sont dans un état tout aussi pitoyable et on ne compte plus les cures, églises, prieurés qui menacent ruine : dans les montagnes du Soir, les églises de Saint-Georges-en-Couzan, Sainte-Foy-en-Bussy, Saint-Jean-la-Vêtre, Saint-Nizier-de-Fornas, menacent de s’effondrer.

66Au final, la situation n’est guère fameuse, se rapprochant de celle enregistrée dans les régions environnantes, Lyonnais et Auvergne notamment. Malgré tout, le Forez est dans une situation bien en deçà de celle, désastreuse, constatée en de nombreuses autres régions, notamment du nord de la Loire.

1.2.3. Le temps de la reconstruction

1.2.3.1. L’Armorial de Guillaume Revel, témoin du renouveau

67C’est donc dans ce contexte de difficultés persistantes, de crises récurrentes, de marasme voire de délabrement économique, de vide humain, de crise sociale, de reprises bien souvent aussi ténues qu’aussitôt avortées que s’inscrit l’Armorial de Guillaume Revel. Réalisé vers 1450 à la demande du duc de Bourbon soucieux de posséder un état des lieux de ses possessions défensives, il occulte bien évidemment la plupart de ces réalités. Centré sur l’état des places-fortes et autres forteresses ducales, il n’a pas pour objet de traduire l’état économique et social dans lequel se situe le Forez et ne permet guère de le déceler au travers de ses vignettes colorées qui donne bien souvent du Forez une image riante. Néanmoins, si aucune d’entre elles ne présente de maisons en ruine, de champs dévastés... c’est peut-être aussi le signe que le contexte est en train de changer et que le Forez entre dans une ère nouvelle, celle de la reconstruction, que d’autres indicateurs viennent par ailleurs confirmer. En effet, il est manifeste que cette commande ducale s’inscrit pour le Forez dans une période charnière qui voit celui-ci basculer, après un siècle de difficultés, communes à l’ensemble du royaume mais peut-être moins prégnantes en Forez qu’en d’autres espaces, dans l’ère de la reconstruction durable, après maintes tentatives aussitôt avortées. C’est ce qui ressort de l’étude de divers indicateurs, fonciers, économiques ou autres, tant quantitatifs que qualitatifs et notamment du décompte du nombre d’actes conservés qui enregistre une augmentation sensible à partir de cette décennie, signe d’une reconstruction qui, à défaut d’être totale, semble au moins s’inscrire dans la durée (Colombet-Lasseigne, 2006, p. 284 sq). C’est aussi ce qu’il ressort de la lecture de ces mêmes actes, où les mentions de biens réaccensés, de terres remises en culture, de maisons reconstruites, d’enfants plus nombreux se multiplient à partir du milieu du XVe siècle.

1.2.3.2 Le retour des hommes

  • 52 En 1328, nous avons estimé la densité forézienne à approximativement 7,1 feux par km², densité asse (...)
  • 53 Fournial, 1967, p. 346, cite un autre exemple dont le résultat est concordant : acquise en juin 126 (...)
  • 54 Mentionné par Luillier, 1860, p. 662. « Cette enquête a probablement été faite pour la levée d’un f (...)
  • 55 D’après nos calculs, effectués à partir des indications fournies par Ferdinand Lot dans « L'état de (...)

68Ce changement est perceptible en premier lieu sur le plan humain. Vers 1450, la logique démographique s’est totalement inversée, quoique le Forez soit encore loin d’avoir retrouvé la situation démographique qui était la sienne un siècle auparavant. L’étude du coefficient familial (nombre d’enfants vivant par famille, recensé à travers l’étude des testaments), mais aussi du nombre de feux, montre indiscutablement que le Forez est, au milieu du XVe siècle, dans une situation de très nette reprise démographique. Alors que le nombre d’enfants par foyer, qui se situait aux alentours de 2 jusqu’à la décennie 1340-1350, avait chuté brutalement pour atteindre son niveau le plus bas entre 1350 et 1380 (en moyenne 1,35 enfant par foyer entre 1351 et 1380) puis conservé un faible niveau durant le premier tiers du XVe siècle malgré une remontée chaotique et non exempte de rechutes, il retrouve aux alentours de 1440 son niveau d’avant-crises (autour de 2,5 enfants par foyer), puis dépasse largement ce nombre à partir des années 1450 (près de 3 enfants par couple). Consécutivement, mais avec une génération de décalage, le nombre de feux augmente également. L’étude des rôles d’imposition, mais aussi le dénombrement des répondants dans les terriers prouve que, quels que soient les espaces, les feux sont, vers 1450, plus nombreux que ce qu’ils étaient à la fin du siècle précédent, considéré arbitrairement comme le point d’étiage démographique et fiscal. De grandes différences dans la vigueur de la reprise sont néanmoins perceptibles, notamment entre le quart sud-ouest du Forez et le reste de l’espace forézien, en raison d’un net développement des communautés familiales dans la partie occidentale du comté. Mais dans tous les cas, cette restauration est loin d’être totale. Au milieu du XVe siècle, s’il y a reconstruction, il n’y a pas restauration. L’état fiscal d’avant les crises n’est jamais retrouvé. D’après nos estimations, le déficit par rapport à l’immédiat avant-crises est encore au minimum de l’ordre d’un bon tiers au milieu du XVe siècle dans les campagnes foréziennes et parfois bien supérieur, malgré une reprise parfois vigoureuse. Vers 1450, la densité forézienne serait donc de l’ordre de 3,15 feux par km2, inférieure de plus de moitié à celle estimée en 132852. À titre de comparaison, René Germain a chiffré pour trois châtellenies bourbonnaises cette densité à 4,1 feux par km ² à la fin du XVe siècle, soit des valeurs légèrement supérieures qui ne viennent que traduire spatialement la plus grande vitalité démographique du Bourbonnais, pour des époques identiques. (Germain, 1987, p. 94). Il faudra attendre la fin du XVe siècle pour que la récupération humaine soit totale. Ce constat d’une récupération humaine encore très partielle au milieu du XVe siècle est corroboré par deux documents portant sur deux échelles spatiales très différentes. En 1459, lorsque Damas de Saint-Symphorien, rend hommage au comte de Forez pour sa seigneurie de Chamousset, sise dans les monts du Lyonnais, il cite 28 tenanciers. En 1337, cette même seigneurie comptait 50 tenanciers53. Baisse sensiblement comparable à celle enregistrée à l’échelle du comté. Au milieu du XVe siècle, un document précieux signale que le nombre des feux par nom et surnom du païs de Fourez et de Roennois, des ressors dudit Forez, cuilly selon les impostz par les esleuz dudit Fourez l’an mil IIIIc LV, et y a environ XIIm feux (ADL, B 1839, f° 298 v°)54. Or, celui-ci pouvait être de l’ordre de 18 000 à 20 000 en 1280, autour de 24 à 27 000 en 132855.

1.2.3.3. La restauration économique

  • 56 Classé de manière erronée dans la châtellenie de Saint-Bonnet-le-Château.

69Cette reprise démographique a pour corollaire une restauration économique. Là aussi, la décennie 1450 marque un tournant. Multiforme, chaotique, évoluant au gré des crises et des accalmies, celle-ci passe d’abord par une remise en culture des sols, dans un espace où la quasi-totalité de la population vivant des fruits de la terre, l’économie est essentiellement agraire. Cette récupération foncière, décelable à travers l’étude des actes d’abénévis conservés, est maximale durant les années 1440-1460 (Colombet-Lasseigne, 2006, p. 286-288). Les terriers de ces années-là confirment, dans une large mesure, ces constats. Ainsi, au milieu du XVe siècle, si les biens vacants existent encore, ils ne sont plus que marginaux. Dans la seigneurie de Saint-Germain-Laval, par exemple, le terrier rénové en 1460 signale encore 21 biens vacants, mais exclusivement composés de maisons et surtout de places vacantes dans les fossés du château. À Saint-Marcellin aucune tenure vacante n’est plus mentionnée, et seulement trois tenanciers, soit moins de 1,5 % des répondants, citent des terres encore vacantes, certaines en confins et relevant d’autres seigneurs (ADL, B 2066 ; ADL, B 2073 ; ADL, B2075 ; ADL, B2062)56. Les autres seigneuries présentent des caractéristiques similaires. Mais recul des vacants ne signifie pas obligatoirement remise en culture des biens ou de tous les biens. Ainsi, alors que les tenures ou les parcelles encore vacantes ont quasiment disparu des terriers, les mentions de biens dits hermes (en friche) sont encore nombreuses au milieu du XVe siècle, et concernent essentiellement des parcelles autrefois plantées de vignes, lesquelles nécessitent une main-d’œuvre abondante, laquelle fait encore largement défaut. Néanmoins, il est indéniable que, vers 1450, la réappropriation du terroir est déjà largement entamée, voire même ponctuellement achevée et se traduit logiquement par une hausse de la production. L’étude des fermes des dîmes céréalières montre, malgré les lacunes de la documentation, que si en 1420, la reprise n’est que balbutiante, en 1470, elle est globalement terminée. Le montant des fermes des dîmes a, en moyenne, été multiplié par trois (Colombet-Lasseigne, 2006, p. 380). Entre les deux dates, le décrochage s’est opéré, comme s’était effectué durant ces mêmes décennies le plus gros de la récupération foncière et humaine. À cette hausse de la production répond une amélioration de la situation économique. Quoique là encore l’apogée économique atteint dans le premier tiers du XIVe siècle soit loin d’être retrouvé, quoique les échanges aient dans l’ensemble encore bien du mal à reprendre (Fournial, 1967, p. 481), même si l’activité commerciale, à Roanne en tout cas, semble repartir à partir du deuxième tiers du XVe siècle, quoique les sources fussent souvent parcellaires, il est indéniable que les années 1450 voient le Forez entrer dans l’ère de la reprise, plus ou moins manifeste et virulente selon les espaces. L’étude des revenus de la châtellenie comtale de Saint-Galmier, pour laquelle nous possédons des séries de compte à divers intervalles entre 1400 et 1460, montre ainsi un net redressement de sa situation. Vers 1460, les revenus de cette châtellenie, hors revenus des fermes muables pour lesquels les indications chiffrées sont absentes, sont très supérieurs à ceux perçus durant les années 1403-1404 (+ 77,57 %). Il y a indéniablement reprise économique. Ils sont même près de deux fois supérieurs à ceux perçus dans les années 1434-1436, années marquées par des difficultés conjoncturelles très importantes que signale d’ailleurs le prévôt. La reconstruction financière ne commence donc sans doute guère avant le milieu du XVe siècle, mais est en revanche très rapide. La réalisation de l’Armorial s’inscrit donc, au moins en ce qui concerne le Forez, dans cette dynamique positive.

70Cette reconstruction a pour pendant et manifestation concrète une remise en état des infrastructures. L’élément le plus tangible de cette restauration matérielle est la réparation et plus encore l’édification de maisons sur des plateas devenues vacantes, comme à Saint-Germain-Laval, où au moins seize maisons sont signalées comme étant reconstruites. Les bâtiments en ruine sont d’ailleurs trop singulièrement et systématiquement absents des vignettes de l’Armorial pour ne pas être considérés comme un élément probant de cet état de fait. Les instruments banaux, détruits ou tombant en ruine, enregistrent eux aussi une évolution identique. Plus largement, tous les édifices participent et bénéficient de ce mouvement de restauration. La visite pastorale de 1469, ordonnée par Charles de Bourbon, archevêque de Lyon et conduite par Étienne de la Chassaigne accompagné de plusieurs auxiliaires, présente des églises et des cures reconstruites ou en cours de restauration, au moins en ce qui concerne le gros œuvre. Même les croix participent de ce renouvellement général (AN, Ms latin, 5529).

71À ce raffermissement de la situation économique répond une amélioration progressive du sort des populations rurales. Au milieu du XVe siècle, un faisceau d’indices tend à montrer que la pauvreté recule. Le nombre de mentions de justiciables en état de pauvreté dans les registres d’assises de deux châtellenies foréziennes, Saint-Maurice-en-Roannais (ADL, B 1170, B 1171, B 1172) et La Tour-en-Jarez (ADL, B 1189, B 1190), commence à décroître de manière significative à partir des années 1435. Dans celle de Saint-Maurice-en-Roannais, ils représentaient près de la moitié des condamnés vers 1400, mais seulement un tiers un demi-siècle plus tard. Les remises de « compositions » (amendes), nombreuses au début du XVe siècle, tendent elles à disparaître. À Saint-Galmier, les remises de compositions ont porté sur près de 20 % des amendes prononcées durant les années 1403-1404 ; mais aucune remise n’est signalée en 1434-1436, ni en 1458-1460.

72L’état des églises paroissiales, déjà évoqué, en nette amélioration, est aussi un bon témoin de la situation économique des populations. Il témoigne, en effet, « non seulement de la ferveur de la population qui la fréquente, mais aussi des capacités matérielles de ceux qui ont la charge de son entretien » (Guilbert, 1991).

73C’est donc dans ce contexte, à l’interface de deux époques, que s’inscrit la réalisation de l’Armorial. Néanmoins, si le contexte est indubitablement en mutation, si le Forez est définitivement en passe de basculer dans l’après-crise, ce n’est pas un nouvel espace qui est en train de prendre corps. C’est au contraire un Forez largement immuable que dépeignent magnifiquement les vignettes de l’Armorial.

  • 1 Cet inventaire est conservé à la Bnf (Dupuy, 488, f° 210-219 v°). Cf. De Boos, 1998, p. 22.

L’histoire du manuscrit de l’Armorial
(Emmanuel De Boos)
On sait peu de chose sur l’histoire du manuscrit de Guillaume Revel. Le document lui-même n’apporte aucun élément exploitable, la reliure a été refaite au XVIIe siècle et les éventuelles marques de propriété antérieures en ont alors été supprimées.
Les premiers possesseurs du manuscrit furent les ducs de Bourbon, successeurs de Charles Ier ; il était alors conservé dans la librairie du château de Moulins, sous la rubrique « Le livre d’armes des pays de Bourbonnois et d’Auvergne », lorsque Pierre Anthoine, en présence du libraire ducal, le chanoine Mathieu Espinette, en a établi un inventaire détaillé, le 19 septembre 15231. Pierre Anthoine, conseiller du roi en son Grand conseil, avait été commis un mois auparavant, pour dresser cet inventaire à la suite de la mise sous séquestre, de l’ensemble des biens du duc Charles III. Ce séquestre avait poussé le duc et connétable à porter l’hommage de ses possessions à Charles-Quint, déjà son suzerain pour les Dombes, ce qui rendit effective la confiscation. Dès lors, les livres de la bibliothèque ducale connurent des fortunes diverses : une partie resta au château de Moulins et nombre d’entre eux disparurent lors de l’incendie qui détruisit aussi une partie des archives ducales à la fin du XVIe siècle ; Louise de Savoie s’empara de certains autres ; la princesse de La Roche-sur-Yon, sœur de Charles III, parvint, assez tard, à se faire aussi rendre quelques ouvrages. Enfin, une partie encore fut dispersée : les volumes furent vendus ou volés ou encore détruits au cours du XVIe siècle. On ignore à peu près tout du destin de l’Armorial durant cette période. Une tradition, non vérifiée, veut qu’il ait appartenu un temps à la bibliothèque de l’un des couvents de Clermont. Puis les copies qui ont été faites du manuscrit au XVIIe siècle donnent une idée de sa localisation à cette époque, mais nous livrent des informations contradictoires : en 1646, il n’était plus dans la librairie du château de Moulins, puisqu’une des copies appartenant à Roger de Gaignières précise qu’à cette date, l’Armorial se trouvait entre les mains de Messieurs de Bt et de My (De Boos, 1998, p. 22). Il n’a pas été possible, malgré d’ardentes recherches, d’identifier ces personnages aux noms trop abrégés. Un quart de siècle plus tard, l’une des copies dues à Jean du Bouchet, historiographe du roi, précisait qu’elle avait été tiré[e] sur l’original qui etoit a la Chambre des Comptes a Paris, l’an 1670... II semble donc bien que le manuscrit avait déjà intégré à ce moment une bibliothèque à caractère public et on peut même se demander s’il n’était pas conservé là depuis le XVIe siècle, englobé dans la masse des archives du château de Moulins, puis qu’une partie de celles-ci avait été déposée sous François Ier, pour examen, à la Chambre des Comptes de Paris.
Pourtant, Gaignières, qui avait fait exécuter plusieurs autres copies de l’armorial de Guillaume Revel, ce qui prouvait l’intérêt que l’érudit portait à ce document, parvint à acheter le manuscrit ; mais il ne nous a laissé aucune trace de sa transaction et la date d’acquisition, et même le nom du précédent possesseur, sont inconnus. On peut supposer que cet achat fut assez tardif, puisque l’ouvrage portait le numéro 2806 et dernier du catalogue des manuscrits de sa bibliothèque. Ce fut lui qui fit exécuter la reliure actuelle du manuscrit, orné sur le dos de son chiffre. Enfin, à la mort de Roger de Gaignières, le manuscrit entra, avec l’ensemble de sa bibliothèque, à la Bibliothèque Royale, noyau originel de l’actuelle Bibliothèque nationale de France.

  • 2 Le prologue est édité dans De Boos 1998, p. 76-78 (t. 2 : Atlas et planches).
  • 3 On souffre ici de l’absence de comptes de l’Hôtel de Charles Ier et de son trésorier général pour n (...)
  • 4 Pour une bonne présentation des prérogatives du héraut d’armes, se reporter aux travaux de G. Melvi (...)
  • 5 Boèce, De consolatione philosophiæ, Lib. II, V, 4.
  • 6 Dit que l’omme doit estre tres prompt d’entendre et tres tardif a parler (Épître de saint Jacques, (...)
  • 7 Cicéron, De amicitia, XXI, 77. On ne peut exclure que Revel emprunte cette phrase, non directement (...)
  • 8 Commencée au plus tard en 1410 à la demande de Louis II de Bourbon, la traduction du De amicitia es (...)
  • 9 Guillaume Revel est parfaitement conscient de son rôle lorsqu’il écrit : Si ay par vostre commandem (...)


Guillaume Revel, héraut d’armes
(Olivier Mattéoni)
De Guillaume Revel, l’histoire a retenu peu de choses. Les seuls renseignements que l’on possède sur le personnage proviennent du prologue de son armorial2. Guillaume Revel s’y intitule Auvergne et s’y présente comme humble et obeïssant herault de Charles VII, qualifié de tres invincible et triumfant, auquel il dédie son recueil, précisant que ce dernier a été composé à la demande du roi (Armorial, p. 1). Mais le prologue indique aussi que Revel a été establi pour exercer le mestier d’armes par tres noble et excellant prince, monseigneur Charles, duc de Bourbonnois et d’Auvergne, a memoire et souvenance duquel et de la strenue promesse il a fait ce present abregé et accumulation des dessus dictes armes. Si ces données peuvent paraître contradictoires3, il convient d’admettre, dans le sillage d’Emmanuel de Boos, que Guillaume Revel a d’abord été héraut d’armes de Charles Ier de Bourbon, en qui on doit voir le commanditaire de l’ouvrage. À la mort de celui-ci, en 1456, le recueil n’était pas terminé. Guillaume Revel l’aurait alors dédié à Charles VII, sans toutefois l’achever (De Boos, 1998, p. 22).
Confier la rédaction d’un tel ouvrage à un héraut d’armes n’a rien de surprenant. Dès leur apparition au XIIe siècle, les hérauts ont été étroitement liés au monde de la chevalerie et de la noblesse. Leur fonction était d’identifier les armoiries des combattants sur les champs de bataille et lors des tournois. Présents dans l’entourage des princes à partir du XIVe siècle, ils y sont attestés en nombre après 1400 (Paravicini, 2006, p. 467-490 ; Schnerb, 2006, p. 529-555). Il est vrai que leur champ d’action s’est alors élargi à l’encadrement des cérémonies princières (entrées royales, funérailles, baptêmes, joutes, pas d’armes), à l’activité diplomatique et aux missions de messagerie. En temps de guerre, les hérauts d’armes étaient sollicités pour porter les lettres de défi, protégés par l’immunité qu’on leur reconnaissait. Ils avaient parfois en charge la proclamation des trêves et des paix, la délivrance des sauf-conduits, la préparation des rencontres entre belligérants4.
Compte tenu de ces nombreuses responsabilités, on ne s’étonne guère du haut niveau de culture atteint par certains d’entre eux. Que l’on songe à Jean Le Fèvre de Saint-Rémy, héraut de Philippe Le Bon et de la Toison d’Or, qui a rédigé plusieurs ouvrages, dont une Chronique et deux traités d’armoirie (Lefèvre, 1992a ; Chronique de Jean Le Fèvre). Que l’on songe à Gilles le Bouvier, dit le héraut Berry, auteur d’un armorial, d’un Livre de la description des pays et de Chroniques du roi Charles VII (Courteault, 1979 ; De Boos, 1995), ou encore au héraut Bavière, historien lui aussi, actif dans l’entourage des comtes de Hollande au début du XVe siècle (Verbij-Schillings, 2006). À côté, Guillaume Revel ne fait aucunement pâle figure. La lecture de son prologue révèle un homme cultivé, capable de citer des extraits d’œuvres ou des maximes d’Ovide, Boèce, Sénèque, Cicéron. Les saintes Écritures, le livre du prophète Isaïe, de même que le Digeste et les Authentiques ne sont pas méconnus de lui, qui évoque par ailleurs le Roman d’Alexandre et le Livre des Proverbes. Une telle richesse des citations est là pour servir une cause : le prologue se veut en partie une réflexion sur le gouvernement du prince. Après avoir rappelé brièvement comment il avait procédé pour dresser son armorial (j’ay fait depeindre toutes les villes, chasteaulx et forteresses), Revel développe une série de remarques sur le roi, dont il dit qu’il a sur tous aultres princes, pouvoir et preheminence. Le roi doit être, écrit-il, comme le ciel juste et loyaulx sans avoir tristesse d’avarice, ne convoitise de pecunes, lesquelles sont à l’origine de la destruction de pluseurs royaumes. Il doit mectre hors de [sa] noble personne toute cruaulté et tyrannie. Alléguant un passage du deuxième livre de la Consolation de Boèce (Si quidem avaricia semper odiosos, claros largitas facit5), Revel voit dans l’avarice, qui fait l’omme haïr, la mère de tous les péchés. Dissertant ensuite sur les fleurs de lis d’or qui ornent les armes du roi, Auvergne explique que l’or, entre tous les metaux, est tres noble et vertueux. Il est revêtu de trois attributs, dont le bon prince doit estre garny : chaleur, substance et resplendisseur. La chaleur, c’est d’abord l’amour de Dieu qui estably [t] les empires et conferme les royaumes. Le prince doit estre preux et hardi en temps de guerre pour deffendre ses subgiez et reluire de vertus, […] prudence et bonne vie afin de cultiver la justice, fondement du bon gouvernement. Il lui incombe ensuite d’assurer la substance, c’est-à-dire la subsistance de ses sujets. Revel écrit que le roi a pour mission de se pourvoir de blés et vins en temps convenable affin que, s’il advient le temps de famine et d’indigence, il puisse secourir a son peuple et subvenir aux cités et villes en temps. Pour ce faire, il lui est recommandé d’avoir ses greniers et publier par son royaume les grains et fromens. Enfin, à l’image de l’or qui, entre tous les aultres metaulx, est tres sourt et ne fait gueres resonance, le roi ne doit gueres parler si n’est quant est necessité. Invoquant le Regime des princes et l’Épître de saint Jacques6, Revel fait de l’écoute une qualité royale. Il soutient toutefois qu’un sage roi ne doit pas se laisser bercer par les hommes qui parlent plusieurs langues, car il y a là matière à confusion, et cause de guerres et de divisions.
On le voit : le propos, en sa partie centrale, déborde largement la simple présentation de l’Armorial. Il se veut plus ambitieux. Comment expliquer un tel parti pris ? La fin du prologue semble livrer une clé d’interprétation. Guillaume Revel insiste sur les similitudes qui existent entre les armes du duc Charles Ier et celles de Charles VII : par ce rapprochement, il entend faire participer les Bourbons de l’honneur royal. La proximité des armes, expose-t-il, doit être source de paix entre les deux lignages. Citant le Livre d’amytié de Cicéron (nichil turpius est quam bellum gerere cum quo familiariter vixeris7), dont la traduction française a été commandée à Laurent de Premierfait par l’aïeul de Charles de Bourbon, le duc Louis II8, il déclare : laide chouse est princes si prouchains s’esmouvoir par diçencion et batailhes. Semblable affirmation a une portée politique. Ne s’agit-il pas de fournir un récit qui gomme les tensions ayant marqué les rapports entre Charles de Bourbon et Charles VII au temps de la Praguerie, en 1440 ? Dans cette tentative, Revel défend que, si vengence et obviacion le duc de Bourbon et ses nobles predeccesseurs ont perpétrées, ce fut contre ceulx qui vouloient maculer et offendre le noble champt des fleur[s] de lis, à savoir les anciens ennemys de ce royaume. Au total, Revel dessine des relations entre le duc et Charles VII une image apaisée. Peut-être est-ce une façon pour lui de mieux se faire apprécier du roi dont il attend alors quelques faveurs. Il n’empêche : cette image est le reflet d’une conception politique, celle d’une royauté où les parents du roi avec leur noblesse ont toute leur place dans le gouvernement du royaume. Or l’Armorial, en identifiant nobles et vassaux du duc de Bourbon, en décrivant leurs armes et en rappelant leurs « cris », contribue à les distinguer et à les situer dans l’ordre hiérarchique de la société. Il œuvre à l’exaltation de leur honneur qui ne vaut que par le prince auquel ils sont liés et dévoués9. C’est aussi à cette lecture qu’invite l’ouvrage de Guillaume Revel.

  • 10 Un fac-similé photographique de celui-ci, réalisé en 1990, est consultable à la bibliothèque de la (...)
  • 11 Le manuscrit de la Société de la Diana reprend la pagination du manuscrit original de la Bnf.


La copie de l’Armorial de Guillaume Revel à la Société de la Diana de Montbrison
(Emmanuel De Boos, Pierre-Yves Laffont)
L’armorial de Guillaume Revel n’a fait l’objet d’aucune copie ancienne et les hérauts et héraldistes ne l’ont pas utilisé avant le XVIIe siècle. On peut donc penser que le manuscrit resta en sommeil pendant plus d’un siècle. À partir du milieu du XVIIe siècle apparaissent quelques copies, toutes fragmentaires, et les érudits, principalement locaux, commencent à exploiter le document, d’abord au point de vue héraldique et généalogique, puis, surtout depuis le milieu du XIXe siècle, sur le plan archéologique.
Parmi ces copies, une intéresse plus particulièrement le Forez, il s’agit d’un manuscrit conservé (non coté)10 à Montbrison, à la bibliothèque de la Société de la Diana et intitulée sur le dos du volume « Guillaume Revel – Armorial du Forez ». Cette copie fut commandée en 1865 au peintre et photographe stéphanois François Chéri-Rousseau par le duc de Persigny, qui en fit don à la Société de la Diana, dont il était l’un des fondateurs. Il s’agit d’un luxueux volume manuscrit, relié en maroquin noir, orné sur les deux plats de l’ex-libris de la Diana frappé à l’or et entouré d’un décor assez lourd. Contrairement à l’original, les tranches ne sont pas dorées. La copie s’est rapprochée le plus possible du manuscrit original ; pourtant, les pages ne sont reproduites que sur le seul recto des feuillets et non recto-verso.
Le peintre Chéri-Rousseau, qui a achevé son travail en 1866-1867, a utilisé des feuilles de parchemin qui lui permettaient de rendre au mieux l’aspect du manuscrit ; ces feuillets sont plus réguliers que dans l’original, en format comme en finesse et blancheur. Les dessins ont visiblement été calqués sur le manuscrit même. Pour preuve, on remarque, p. 44711, l’omission de toute la partie gauche de la vue, coupée bien droit et correspondant certainement au bord de la feuille de calque taillée un peu court, et surtout, p. 494, l’inversion complète de la page : dans l’original celle-ci n’est pas titrée et lors de la mise au propre, manquant de repères pour resituer sa composition, le copiste a placé son calque à l’envers.
L’usage du calque a permis la réalisation d’une copie relativement fidèle à l’original. On constate toutefois quelques erreurs de mise en page par rapport au manuscrit original : ainsi Cervières et Saint-Germain-Laval qui occupent respectivement les p. 439 et 440 du manuscrit de la BNF ont été intervertis et occupent les p. 440 et 439 du manuscrit de la Diana. De même, la p. 464 n’est pas à sa place et se trouve entre les p. 466 et 471. Toutes les pages blanches ou seulement occupées par des formes d’écus vides ont été supprimées (fig. 15, 16). On remarque également quelques omissions (formes d’écus vides, archères sur certains remparts, petit pont de planches...) ou quelques erreurs (comme une meurtrière devenue porte sur une des tours de l’enceinte du castrum de Bellegarde...) (fig. 17, 18). Par ailleurs, certains titres ont été mal lus et transformés (Néronde p. 466 est devenu Nervieux dans le manuscrit de la Diana, de même Marols p. 473 est devenu Marcoux et Villerest p. 479 est devenu Villard). Enfin, les dernières pages du manuscrit, composées de feuillets d’album collés sur les parchemins, sont ici reproduites sans signaler la différence de matière. François Chéri-Rousseau a même embelli les dessins assez grossiers de cette partie pour les rendre plus conformes à l’ensemble. C’est là le plus grave défaut de cette copie, qui dans son ensemble est bonne ; bien que limitée au seul Forez, elle est sans conteste celle qui rend le mieux compte de l’aspect comme du contenu de l’original.

Fig. 15 - Le château de Montsupt sur le manuscrit original de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 466).

Fig. 16 - Le château de Montsupt sur la copie de l’Armorial de Guillaume Revel conservée à la Société de la Diana à Montbrison.

Fig. 17 - L’abbaye de Valbenoîte sur la copie de l’Armorial de Guillaume Revel conservée à la Société de la Diana à Montbrison.

Fig. 18 - L’abbaye de Valbenoîte sur le manuscrit original de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 488).

Notes

1 Anciennement Fonds Gaignières 28060. Le manuscrit de l’Armorial de Guillaume Revel, au centre de cet ouvrage, sera désormais désigné simplement par le mot : Armorial, suivi des pages concernées.

2 Soit 506 pages de 35 x 28,5 cm.

3 Voir Armorial, p. 117-118, 213-214…

4 La formation des cahiers n’est pas toujours facile à discerner ; au début du volume, des feuillets ajoutés viennent embrouiller l’observation et leur comptage fiable ne pourrait être fait que par le démontage du volume. Voici la disposition de ces cahiers, telle qu’on a pu l’observer, avec entre parenthèse, le nombre de feuillets : page 0 (1 feuillet ajouté) ; 1-2 ; 3-4 ; 5-20 (8 ; cahier remargé) ; 21-32 (cahier composite) ; 33-34, joint au suivant 35-54 (10 + 1) ; 55-70 (8) ; 71-94 (12) ; 95-114 (10) ; 115-130 (8) ; 131-150 (10) ; 151-166 (8) ; 167-186 (10) ; 187-202 (8) ; 203-222 (10) ; 223-238 (8) ; 239-258 (10) ; 259-274 (8) ; 275-294 (10) ; 295-314 (10) ; 315-326 (6) ; 327-342 (8) ; 343-358 (8) ; 359-362 (2) ; 363-378 (8) ; 379-394 (8) ; 395-414 (10) ; 415-434 (10) ; 435-450 (8) ; 451-466 (8) ; 467-490 (12) ; 491-500 (4 + 1 feuillet collé) ; 501-504 (2) ; 505-506, feuillet de garde, ajouté au dernier cahier. On compte, en outre, vingt-une pages blanches : il s’agit des pages 4, 5, 9, 10, 12, 14, 16, 18, 20, 347, 348, 357, 359-361, 436, 486, 496, 497, 505, 506.

5 On notera que la page intitulée « le conté de Fourestz » (Armorial, p. 434) se trouve à la fin du dernier cahier consacré au Bourbonnais : les armoiries de cette page appartiennent à des personnages qui ne pouvaient trouver facilement place dans la suite de ce chapitre forézien. Il s’agit par conséquent d’un complément qui joue un rôle de soupape.

6 À l’intérieur de cette partie, les possessions royales ont été placées au début (p. 27-32).

7 Justification : 22 x 40 cm. La page 1 ne compte que 44 lignes.

8 C’est-à-dire de son indomptable prouesse ; l’adjectif strenueux, d’un emploi rare, signifiait brave, vaillant, habile.

9 Un grand chapitre est destiné, à travers cette explication symbolique, à maudire l’avarice et à exalter ainsi la générosité du monarque. L’allusion y manque un peu de finesse...

10 Ne s’engage point à…

11 Ni d’avoir…

12 Souvenir.

13 Je suis assez tenté d’y voir un ajout tardif ; les chiffres correspondant aux paginations d’origine paraissent, en effet, plutôt d’époque moderne.

14 Un moulage de ce très beau tombeau est exposé à Paris au musée des Monuments Français.

15 Deux dans le seul cas de Bourbon-l’Archambault (Armorial, p. 366 et 367).

16 À Renaud II de Murat (De Boos, 1998, n° 390).

17 À André de Chauvigny (De Boos, 1998, n° 49).

18 Il ne semble pas en effet, que Varennes (Armorial, p. 374), Charroux (Armorial, p. 376), Escolle (Armorial, p. 379) et Chevagnes (Armorial, p. 385) aient jamais été sièges de châtellenie.

19 Voir (Armorial, p. 349), l’abréviation indiquant le son « ur ». À ce propos, on renvoie à Fournier, 1973a, p. 29-30.

20 Pour 61 pages, soit 89 % d’entre elles.

21 Pour 342 pages, soit 13,4 % d’entre elles.

22 En effet, bien qu’actuellement situés dans le département de l’Allier, Saint-Pourçain (Armorial, p. 27) et Ébreuil (Armorial, p. 118) faisaient partie au Moyen Âge de l’Auvergne.

23 Il n’a été possible de donner une identification, qui n’est souvent qu’une approche imprécise, que pour 48 d’entre eux...

24 Auxquelles il convient d’ajouter 34 bannières et les vêtements armoriés des 12 personnages de la généalogie des ducs de Bourbon.

25 Même si un ou deux écus ecclésiastiques ont pu être, par erreur, timbrés d’un heaume.

26 Sur la fonction et la production des hérauts d’armes, cf. : Von Berchem, 1972 ; Wagner, 1956 ; Adam-Even, 1957 ; Pastoureau, 1979, p. 61-62. Le récent colloque organisé par l’université Charles de Gaulle-Lille III donne sur le statut et le travail des hérauts d’armes une vision renouvelée (cf. Schnerb, 2006).

27 L’archétype de ces rôles occasionnels est probablement le rôle d’armes Bigot, composé à l’occasion de la campagne menée par Charles, comte d’Anjou, en Hainaut, au printemps 1254 (Adam-Even, 1949 ; Nussard, 1985).

28 L’armorial d’Urfé (Paris, BNF, fr. 32753) est très représentatif de ces armoriaux généraux : il recense de très nombreuses armoiries, mais compte beaucoup d’erreurs ; connu seulement par des copies, échelonnées du XVe au XVIIIe siècle, il est difficile à dater. L’armorial Bergshamtnar (Archives d’État de Suède, non coté), principalement composé de copies des armoriaux Gelre et Lyncenich, avec des ajouts de provenance inconnue, est un document du même type.

29 Par exemple, la visitation héraldique du Pays de Caux (vers 1415, alors que la Normandie était soumise à l’occupation anglaise), dont la minute est conservée à Londres, College of Arms, ms 19 (cf. Fécamp, 2002).

30 Ce grade était inférieur à celui de héraut ; ce dernier était lui-même un grade inférieur à celui de roi d’armes. Mais ces distinctions n’avaient pas le caractère rigide et administratif qui caractérise aujourd’hui nos grades militaires.

31 Pour de plus amples détails sur la place des miniatures architecturales de l’Armorial dans l’histoire de la représentation des espaces et des paysages et dans le développement du concept de paysage topographique en Europe occidentale au XVe siècle, cf. De Boos, 1998, p. 58-65.

32 Cf. une riche bibliographie sur le sujet dans Schnerb, 2006 et plus particulièrement dans Paravicini, 2006.

33 Cf. Pastoureau (M.), Les armoiries, Turnhout, Brepols, 1976, p. 43-44 et idem, « L’héraldique au service de la codicologie », dans Codicologia, fasc. 4, Leiden, 1978, p. 68-78.

34 Paris, chez A. Dezallier, 1708, 2 vol.

35 BMU Clermont-Ferrand, ms 556.

36 Pour une présentation détaillée de l’historique du comté de Forez on pourra se reporter à Dufour, 1946, p. XVIII-XXVI.

37 Voir la liste des fiefs de Jean Ier (1278-1333) et leur localisation dans Faure, 1997, p. 25-78.

38 Le comte est présent à la chevauchée d’Aiguilhon, menée par le duc de Normandie (De la Mure, 1860-1897, preuve n° 98ter). Il reçoit de Philippe VI 140 livres pour ses gages dans cette guerre (De la Mure, 1860-1897, t. I, p. 402, note 1). Voir aussi Viallard, 1987, p. 203-215.

39 Pour une présentation plus détaillée du rattachement du comté de Forez au duché de Bourbon, voir Colombet-Lasseigne, 2001, p. 27-33.

40 Un exemple parmi d’autres, témoignant de la présence régulière du duc de Bourbon en Forez : aveu reçu le 6 novembre 1387 à Montbrison (AN, P 14022, n° 1318).

41 ADL, B supp., 2, années 1411-1428 : comptes tenus pour la duchesse de Bourbon (actes concernant les périodes d’administration d’Anne-Dauphine puis de Marie de Berry). AN P14011, n° 1051 ; AN, P 14001, n° 904 ; AN, P 13782, n° 3067 ; AN, P13592, n° 739... : quelques actes parmi les plus significatifs de l’administration personnelle du comté de Forez par Anne Dauphine, datés du Forez.

42 Mentionnée dans le terrier Brunelli de Saint-Bonnet-le-Château.

43 Voir les terriers renouvelés sous la période ducale où le duc est stipulé absent.

44 Voir aussi Charbonnier, 1992, pour l’Auvergne.

45 Exemples dans Bnf, ms latin, 10034.

46 Dans le Cambrésis, pourtant fort éloigné du Forez, en Lyonnais aussi, ont été mises en évidence des périodicités fort comparables (Neveux, 1968 ; Leroy-Ladurie, 2002, p. 34).

47 Pour une présentation détaillée des événements, se reporter à Colombet-Lasseigne, 2006, p. 99 sq.

48 Seule la raréfaction des sources pour les années postérieures nous empêche de poursuivre cette sombre énumération.

49 Dans une déposition, un sergent raconte qu’en septembre 1439, allant d’Essumain à Trémas, il porta deux ou trois enfants qui décédèrent. Il est tout à fait symptomatique de noter l’imprécision quant au nombre d’enfants morts (cité par Fournial, 1967, p. 468).

50 En 1419, E. de La Grange, chancelier de Forez, s’absente de Montbrison entre le 7 et le 29 septembre propter mortalitatem (cité par Fournial, 1967, p. 466). En octobre 1440, É. Podii, bourgeois de Saint-Haon-le-Châtel teste, atteint de la peste, après avoir pourtant quitté la ville où l’épidémie sévissait, pour se réfugier in loco campestri, videlicet in domo grangie (sic) (ADL, B 1896, f° 161).

51 Pour une analyse approfondie de l’évolution économique en Forez aux XIVe-XVe siècles, se reporter à Colombet-Lasseigne, 2006, p. 190-227.

52 En 1328, nous avons estimé la densité forézienne à approximativement 7,1 feux par km², densité assez élevée, comparable à celle calculée par Pierre Charbonnier pour l’Auvergne occidentale au même moment (7,63 feux) mais légèrement supérieure à celle d’autres régions du Massif central, au relief peut-être plus contraignant, ou à celle du Dauphiné (Colombet-Lasseigne, 2006, p. 87).

53 Fournial, 1967, p. 346, cite un autre exemple dont le résultat est concordant : acquise en juin 1260 par Simon du Fesc, la seigneurie de Goincet sur Poncins comprend alors 25 tenanciers. En 1451, cette même seigneurie compte 13 justiciables (Archives de la Diana, 1 F 42, 185, n° 1, p. 3-14 et 34-39).

54 Mentionné par Luillier, 1860, p. 662. « Cette enquête a probablement été faite pour la levée d’un fouage décidé par les Trois États. Le 12 mars 1455 des lettres du duc de Bourbon furent délivrées à Villefranche pour imposer le don de 1 200 écus faits par les États de Dombes » (Fournial, Gutton, 1987, article n° 52).

55 D’après nos calculs, effectués à partir des indications fournies par Ferdinand Lot dans « L'état des paroisses et des feux de 1328 », Bibliothèque de l'École des chartes, t. 90, 1929, p. 51-107.

56 Classé de manière erronée dans la châtellenie de Saint-Bonnet-le-Château.

Notes de fin

1 Cet inventaire est conservé à la Bnf (Dupuy, 488, f° 210-219 v°). Cf. De Boos, 1998, p. 22.

2 Le prologue est édité dans De Boos 1998, p. 76-78 (t. 2 : Atlas et planches).

3 On souffre ici de l’absence de comptes de l’Hôtel de Charles Ier et de son trésorier général pour nous renseigner sur le service de Revel dans la maison de Bourbon. Les riches archives bourguignonnes livrent l’identité de quelques hérauts d’armes bourbonnais attestés à l’occasion de visites et de déplacements auprès du duc de Bourgogne, mais elles ne mentionnent pas Guillaume Revel. Dans les années 1438-1444, deux de ces hérauts ont pour nom « Clermont » et « Valois » (Arch. dép. Nord, B 1963, f° 179 v° ; B 1966, f° 222 ; B1969, f° 267 ; B 1975, f° 121 ; B 1978, fi 212 v° et 221). Renseignements et références dus à G. -X. Blary, auteur de Une figure de l’autorité. L’office d’armes à la cour de Bourgogne (1404-1467), mémoire de master 2, université Charles-de-Gaulle-Lille 3, 2006, que je remercie infiniment.

4 Pour une bonne présentation des prérogatives du héraut d’armes, se reporter aux travaux de G. Melville, notamment « “Un bel office”. Zum Heroldswesen in der spätmittelalterlichen Welt des Adels, der Höfe und der Fürsten », dans P. Moraw (dir.), Deutscher Königshof, Hoftag und Reichstag im späteren Mittelalter (12. -15. Jahrundert), Stuttgart, 2002, p. 291-321 et « Der Brief des Wappenkönigs Calabre. Sieben Auskünfte über Amt, Aufgaben und Selbstverständnis spätmittelalterlicher Herolde (mit Édition des Textes) », Majestas, 3, 1995, p. 69-116. Voir aussi le numéro spécial de la Revue du Nord (Schnerb B., dir., Le héraut, figure européenne (XIVe -XVe siècles), Villeneuve-d’Ascq, université Charles-de-Gaulle-Lille 3, 2006), en particulier les articles de W. Paravicini (Paravicini, 2006, avec une bibliographie complète), de G. Melville (Melville, 2006), de T. Hiltmann (Hiltmann, 2006), de B. Schnerb (Schnerb, 2006), de A. -B. Spitzbarth (Spitzbarth, 2006).

5 Boèce, De consolatione philosophiæ, Lib. II, V, 4.

6 Dit que l’omme doit estre tres prompt d’entendre et tres tardif a parler (Épître de saint Jacques, 1, 19).

7 Cicéron, De amicitia, XXI, 77. On ne peut exclure que Revel emprunte cette phrase, non directement au De amicitia, mais aux Sentences de Publilius Syrus, florilégiste contemporain de Cicéron. On conserve de ce dernier un recueil de sentences connu au Moyen Âge. Or, la sentence 129 est justement : Turpius nihil est quam cum eo bellum gerere, cum quo familiariter vixeris (information fournie par Stéphane Gioanni, à qui j’adresse mes vifs remerciements).

8 Commencée au plus tard en 1410 à la demande de Louis II de Bourbon, la traduction du De amicitia est achevée le

9 Guillaume Revel est parfaitement conscient de son rôle lorsqu’il écrit : Si ay par vostre commandement fait ung petit abregé d’armes tymberisees avec leurs cris et noms d’aulcuns nobles, tant d’eglize que de seculiers, des duchiés et pays d’Auvergne et de Bourbonnoiz, conté de Fourestz, France, Bourgogne et aultres pays comme chouse tres afferant a mon office d’augmenter a garder et exaltere l’antiquité et honneur de leurs noblesses par usaige et exercice du mestier d’armes... (Armorial, p. 1). Ce passage confirme que le prologue a bien été rédigé après la mort de Charles Ier de Bourbon. La mention de la France et de la Bourgogne – ce qui peut surprendre pour cette dernière – s’explique par la dédicace à Charles VII.

10 Un fac-similé photographique de celui-ci, réalisé en 1990, est consultable à la bibliothèque de la Diana à la cote : « vitrine 20, rayon 5 ».

11 Le manuscrit de la Société de la Diana reprend la pagination du manuscrit original de la Bnf.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Le duché d’Auvergne, le duché de Bourbonnais et le comté de Forez au XVe siècle (replacés dans les limites de la France actuelle).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2916/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 2 - Vue du manuscrit de l’Armorial et de sa couverture de maroquin rouge.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2916/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 3 - La première page du propos introductif de l’Armorial (Bnf, fr. 22297, p. 1).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2916/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Légende Fig. 4 - Le duc de Bourbon Jean Ier et sa femme Marie de Berry (Bnf, fr. 22297, p. 17).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2916/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 5 - Le roi de France Charles V et sa femme Jeanne de Bourbon (Bnf, fr. 22297, p. 22).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2916/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 6 - Le duc de Bourbon Charles Ier et sa femme Agnès de Bourgogne (Bnf, fr. 22297, p. 33).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2916/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 7 - Carte des sites présents dans la partie forézienne de l’Armorial de Guillaume Revel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2916/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Fig. 8 - La page introduisant les vignettes foréziennes : le conté de Fourestz (Bnf, fr. 22297, p. 434).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2916/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Fig. 9 - Armoiries, cris et cimiers dans l’Armorial de Guillaume Revel : l’exemple de Canvinet / Calvinet (Bnf, fr. 22297, p. 44).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2916/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 10 - Extrait de l’Armorial de Gilles Le Bouvier, dit héraut Berry, 1454-1458 (Bnf, fr. 4985, f° 64).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2916/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 11 - La ville de Moulins en Bourbonnais (Bnf, fr. 22297, p. 369).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2916/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Légende Fig. 12 - Le château de Champeix en Auvergne (Bnf, fr. 22297, p. 59).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2916/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Fig. 13 - Carte des châtellenies comtales en Forez au XVe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2916/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Légende Fig. 14 - Cartographie du réseau routier en Forez à la fin du Moyen Âge.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2916/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Légende Fig. 15 - Le château de Montsupt sur le manuscrit original de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 466).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2916/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 16 - Le château de Montsupt sur la copie de l’Armorial de Guillaume Revel conservée à la Société de la Diana à Montbrison.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2916/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 17 - L’abbaye de Valbenoîte sur la copie de l’Armorial de Guillaume Revel conservée à la Société de la Diana à Montbrison.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2916/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 18 - L’abbaye de Valbenoîte sur le manuscrit original de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 488).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2916/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 223k

© Alpara, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access