Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Armorial de Guillaume Revel

 | 
Pierre-Yves Laffont

Préfaces

Pierre Soubelet, Jean-Jack Queyranne et Bernard Bonne

Texte intégral

1La persévérance des archéologues et chercheurs du département de la Loire et du Service régional de l’archéologie de Rhône-Alpes a eu raison des obstacles qui depuis 18 années retardaient la mise en commun des travaux suscités par l’étude de la partie forézienne de l’Armorial de Guillaume Revel. Dès l’origine le Département de la Loire avait saisi l’intérêt public de ce projet, qui s’incarne aujourd’hui dans cet ouvrage mis à la disposition des historiens, des archéologues, mais aussi d’un lectorat curieux d’un patrimoine inscrit dans un territoire encore largement rural.

2Cet armorial avait été, à l’extrême fin du Moyen Âge, le fruit d’une commande « publique », celle d’un prince, Charles Ier, duc de Bourbon, auquel appartenait alors le comté de Forez. C’est donc, à plusieurs titres, « une photographie » de la société aristocratique provinciale que révèle le catalogue des armoiries lignagères qui sont mises en rapport avec les sites — châteaux, villes ou villages fortifiés – correspondant aux possessions et territoires qui relevaient des liens du système seigneurial et de l’administration comtale.

3Les auteurs de cet ouvrage, en commentant les illustrations de l’Armorial, nous entraînent dans une visite de plus de 50 sites foréziens, des sites qui comptent aujourd’hui encore sur une carte du département de la Loire. Ils ont mis l’accent sur les vues qui représentent les bourgs et les villes, dans leur état remanié après les derniers troubles militaires de la fin de la guerre de Cent Ans. Ainsi se dessine devant nous une phase de l’histoire du paysage ; celle d’un habitat groupé autour du château, chef-lieu d’une seigneurie, ou autour d’une antique église paroissiale et protégé par une ou plusieurs enceintes fortifiées. D’une notice à l’autre, on imagine la démarche du dessinateur ; il avait arpenté les grands chemins de communication, et, après avoir choisi un poste d’observation privilégié, un angle de prise de vue favorable, allait, par un jeu de conventions graphiques subordonné à la réalité des architectures et des monuments observés, donner une vue symbolique de tel château, de telle tour seigneuriale ou résidence officielle (les étendards du duc de Bourbon les signalent), de telle fortification nouvelle, reflet d’une période d’insécurité ; quant à l’habitat civil, il est représenté sous la forme de maisons aux contours stéréotypés, regroupées tantôt de façon confuse, tantôt de façon plus organisée en fonction de la voirie ou des dénivellations naturelles à l’intérieur du castrum ou d’un faubourg. Ne sont pas négligés les éléments topographiques : une position stratégique le long d’une voie de commerce, la proximité d’un pont sur la Loire, la topographie accidentée d’un site perché. Rarement toutefois les activités humaines sont-elles évoquées.

4Un autre avantage apporté par les auteurs à ce volet de l’histoire du Forez c’est le parti suivi dans chacune des notices de confronter les vignettes de l’Armorial avec l’état archéologique actuel des sites et l’analyse des plans parcellaires du début du XIXe siècle. Cette méthode pluridisciplinaire fait ressortir la fragilité du patrimoine architectural exposé aux évolutions historiques de nos sociétés.

Pierre Soubelet,
Préfet de la Loire

5Notre collectivité, depuis plusieurs années, accompagne l’Association de Liaison pour le Patrimoine et l’archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne (ALPARA) dans la publication d’ouvrages thématiques regroupés sous la collection des « Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne » (DARA). Si notre Région a montré tant de fidélité et d’enthousiasme dans ce partenariat, c’est parce qu’elle est consciente de la qualité et de l’utilité du travail réalisé par l’association.

6Notre région est riche de sa diversité. Cela peut résonner comme une évidence mais avant tout comme une certitude. Cette diversité est naturelle et humaine, elle est aussi historique et patrimoniale. On pense bien sûr à la ville de Lyon, dont le site historique a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial par l’UNESCO, à la grotte Chauvet, dont l’espace de restitution verra bientôt le jour, à l’héritage laissé par des architectes comme Le Corbusier ou Tony Garnier. Mais le patrimoine rhônalpin ne se limite pas à ces exemples les plus fameux, loin de là, et cet ouvrage vient nous en donner une belle illustration.

7Bien avant que Zola ne porte son regard sur ses paysages laborieux, avant même qu’Honoré d’Urfé en ait fait un haut lieu pastoral avec son Astrée, Guillaume Revel, grâce à son Armorial, avait légué une exceptionnelle représentation du Forez. L’ouvrage que vous tenez entre vos mains s’appuie largement sur l’œuvre du héraut d’armes du duc de Bourbon, Charles Ier. L’Armorial est un manuscrit à peinture du XVème siècle considéré comme un document de référence dans les domaines de l’héraldique et de l’histoire de la représentation de l’espace (habitats, peuplement, topographie). La lecture qui est en est faite ici constitue à mes yeux un véritable trésor pour la connaissance de notre région et plus particulièrement de sa partie la plus occidentale.

8Je veux remercier tous ceux qui ont participé à la réalisation de ce 35ème numéro de la collection des « Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne », et notamment Pierre-Yves Laffont qui en a assuré la direction. Je sais que sa publication est l’aboutissement d’un long chemin et il en est d’autant plus précieux. Je vous en souhaite à toutes et à tous une très bonne lecture.

Jean-Jack Queyranne,
Président de la Région Rhône-Alpes,
Député du Rhône,
Ancien Ministre

9Depuis plusieurs années, le Conseil général de la Loire soutient la recherche archéologique et sa valorisation. À ce titre, les travaux de recherche autour de l’Armorial de Guillaume Revel ont bénéficié de l’aide financière du Conseil général. Nombreuses sont les personnes qui au sein d’associations, d’établissements publics ou d’institutions, ont contribué bénévolement ou professionnellement à ces travaux. Qu’ils en soient tous vivement remerciés.

10Aujourd’hui, les châteaux, villes et villages représentés dans l’Armorial de Revel s’inscrivent non seulement dans le quotidien de nombreux Ligériens, mais marquent aussi, comme autant de lieux emblématiques, les paysages variés de la Loire. Ces sites sont investis par diverses activités humaines : promenade en famille, visite par les publics scolaires, animations festives et culturelles, découverte des produits du terroir, ateliers d’artistes et d’artisans d’art, culture viticole… Soucieux de la valorisation et du développement de ces sites, le Conseil général les accompagne en leur proposant notamment la démarche « Villages de caractère ».

11C’est dans un village représenté par Guillaume Revel qu’une « Maison de l’Armorial » a été créée. Cet espace muséographique évoque, à partir de l’Armorial de Revel, la vie du Forez au XVe siècle à travers l’architecture, les paysages et l’organisation politique. Cette « Maison » est installée dans l’Hôtel de Bouthéon à Saint-Marcellin-en-Forez.

12Puisse la publication « l’Armorial de Guillaume Revel : châteaux, villes et bourgs du Forez au XVe siècle » être au service de la valorisation et de l’animation du territoire ligérien et donner l’envie au lecteur de venir découvrir ou redécouvrir les richesses du département de la Loire.

Bernard Bonne,
Président du Conseil général de la Loire

© Alpara, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access