Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lyon Saint-Jean, les fouilles de l'îlot Tramassac

 | 
Catherine Arlaud
, 
Joëlle Burnouf
, 
Jean-Paul Bravard
, 
et al.

Deuxième partie. Étapes de l’urbanisation

Texte intégral

1Les observations archéologiques de l’îlot Tramassac sont une fenêtre ouverte sur le passé du cœur de la ville médiévale de Lyon. C’est une fenêtre bien étroite au premier abord : quelques milliers de mètres carrés seulement, sur l’étendue desquels le sous-sol a été souvent remanié, au gré des reconstructions. Néanmoins, comme on a essayé de le montrer dans la première partie, ces observations apportent des connaissances nouvelles non négligeables sur l’évolution du quartier Saint-Jean. Elles le doivent à l’application de méthodes désormais classiques en matière d’archéologie urbaine : enregistrement minutieux et rigoureux des données livrées par la fouille, pluridisciplinarité des approches et confrontation systématique avec les sources écrites. L’inventaire raisonné des traces archéologiques observées, consigné dans les pages qui suivent, est le résultat de cette démarche. Il constitue le corpus des preuves de la démonstration au sens ou l’entendent les historiens. Parmi celles-ci, on a privilégié la description des données de terrain relatives à la stratigraphie et à l’organisation spatiale des vestiges. C’est l’objet de cette deuxième partie. Leur interprétation se nourrit aussi du résultat d’un certain nombre d’études spécifiques, d’une part des analyses de mobilier qui seront détaillées dans la troisième partie, d’autre part de données d’archives relatives à la topographie ancienne du quartier.

11 - Localisations des sites fouillés et des observations géomorphologiques

TOPOGRAPHIE ET PREMIERS AMÉNAGEMENTS

LE SITE AU DÉBUT DE L’ANTIQUITÉ

2L’interprétation des données du sous-sol provenant d’une vingtaine de sondages carottés réalisés dans la phase préparatoire à la construction du métro a permis de dégager les grandes lignes de la stratigraphie fluviatile (fig. 11).

3Entre le pied du coteau de Fourvière et la Saône actuelle, les alluvions fluviatiles reposent à une altitude voisine de 150-155 m N.G.F. sur un "conglomérat de base" dont un niveau d’arène granitique situé au contact du socle du Massif central. Le matériel alluvial de base est un remplissage sablo-graveleux “de type Saône”, de couleur rose à rouge, également qualifié par les sondeurs de “sable grossier” (fig. 12). Le sommet de cette formation se tient aux environs de 156-157 m entre la rue Tramassac et le quai de la Saône. Cette formation a été retrouvée sous la Presqu’île à une altitude équivalente.

4La différenciation topographique se fait dans les formations sédimentaires sus-jacentes. A l’ouest, un chenal d’axe Ν Ν Ο.- S S Ε. est nettement dessiné entre la me Tramassac et la partie ouest de l’avenue A. Max : le talweg était à une cote légèrement inférieure à 156 m (155,70 m au sondage 472). Ce bras semble avoir été large d’une centaine de mètres. Les alluvions qui le remplissent sont épaisses de 6 à 8 m et sont décrites comme des sables, des “graves sableuses de couleur rouge”, parfois noirâtres et à passées limoneuses, surmontées d’un épais remblai urbain (environ 6 m).

5Entre ce bras de Saône et le cours actuel de la rivière, le sable de Saône précédemment décrit est surmonté par un niveau de galets rhodaniens à matrice sableuse mixte (Saône et Rhône), culminant aux environs de 162,50 à 163,50 m N.G.F. A l’est d’une ligne passant par la bibliothèque et la rue Monseigneur la Varenne, cette couche s’abaisse vers la Saône actuelle (162-159 m) en dessinant une berge ; mais cette topographie peut être relativement récente si l’on admet que l’érosion latérale de la Saône post-antique a pu retailler la rive. Cette couche caillouto-sableuse forme donc un banc entre le paléo-chenal situé à l’ouest, au pied de la colline de Fourvière, et la rive droite de la Saône actuelle.

12 - Coupes interprétatives, étapes de remblaiement du bras de la Saône

6La structure des dépôts suggère une évolution relativement complexe à l’Holocène (voir fig. 6). Les alluvions sableuses de base ne sont pas encore datées : leur position sous les alluvions caillouteuses du Rhône suggère que la Saône a construit un vaste épandage confluant avec le Rhône sur la rive gauche du fleuve actuel. L’incision du lit fluvial que cette disposition démontre fait pencher pour une mise en place au milieu de l’Holocène (Bravard et alii 1989) mais cette hypothèse reste à démontrer.

  • 5 Les datations sont données avec réserves, compte tenu de l’absence de références régionales.

7Le niveau de galets rhodaniens qui forme le cœur du quartier Saint-Jean (entre 150-155 et 162,5-163,5 m) a probablement été mis en place à l’époque protohistorique. En effet, ce dépôt a pu être daté grâce à la découverte d’un tronc d’arbre à la cote 158,50 m sur le chantier de l’avenue A. Max (datation dendrochronologique de 761-591 av. J.-C. ; abattage pas antérieur à 561 av. J.-C.)5 Le matériel caillouteux est soit contemporain du tronc subfossile, soit postérieur si l’on admet que le tronc a été déposé par les eaux, puis repris ultérieurement par les crues avant d’être fossilisé. Quelle que soit la solution retenue, ce niveau se serait donc mis en place entre le premier Age du Fer et le 1er s. av. J.-C. L’hypothèse d’une construction alluviale remontant au VIe s. av. J.-C. est renforcée par le fait que d’autres découvertes de troncs subfossiles, à proximité de ce site, ont fourni des fourchettes chronologiques similaires (Becker et alii 1989).

8La signification morphodynamique de cette construction alluviale est particulièrement importante pour la connaissance du site de Lyon. Elle montre que la dynamique du Rhône se métamorphose au premier Age du Fer avec une phase de très fort transport caillouteux et d’exhaussement généralisé. Il est fort possible que ce niveau caillouteux ait raviné les sables roses sous-jacents dont la cote sommitale actuelle ne reflèterait pas le niveau originel. Cette masse grossière, épaisse de 6-7 m au moins, envahit le site de la Presqu’île actuelle et celui de Saint-Jean.

9La Saône, dont la charge était moins grossière et le régime plus régulier, a été plaquée contre l’escarpement de Fourvière, ce dont témoigne le chenal repéré par les sondages et déjà signalé par A. Audin. Les dimensions de ce chenal laissent penser qu’il écoula l’essentiel, voire la totalité, des eaux de la Saône. La question se pose en effet de savoir si la Saône a toujours existé à son emplacement actuel. Les constatations précédentes plaident en faveur de l’existence d’un chenal unique situé au pied de Fourvière, auquel cas le banc caillouteux de Saint-Jean aurait été le prolongement occidental de la Presqu’île actuelle. Les fouilles dont il est ici rendu compte ne permettent pourtant pas d’exclure la possibilité qu’un bras de la Saône ait séparé le site de Saint-Jean et la Presqu’île durant la protohistoire. L’apport essentiel concerne les modalités de la fermeture progressive du chenal situé au pied de la colline de Fourvière dans l’Antiquité ; les coupes observées et l’analyse granulométrique des sédiments récoltés ont permis de préciser l’évolution du banc de Saint-Jean et les différentes séquences sédimentaires de remblaiement du bras à l’époque antique dans les limites qu’impose une fouille de sauvetage programmé.

10Les observations réalisées sur les trois chantiers, avenue A. Max, rue Tramassac et Carriès, ont permis de décrire la mise en place du remblaiement de ce bras de Saône ; cinq étapes ont pu être distinguées (fig. 12).

11Au Ier s. av. J.-C., (fig. 12 n° 1) le bras de la Saône situé entre le coteau de Fourvière et Saint-Jean avait une largeur d’une centaine de mètres et un fond aux environs de 156 m. Des bois flottés récoltés au fond du chenal vers la cote 156 m N.G.F. ont fourni des dates d’abattage échelonnées entre 131 et 2 av. J.-C. par dendrochronologie (Arc 7/R109 séquence 9010 TRA). Ces découvertes signifient que le bras a conservé sa profondeur jusqu’aux environs de notre ère, ou que des remaniements contemporains de cette époque ont recreusé le chenal partiellement remblayé en y abandonnant ces bois.

12A l’est, à l’emplacement de Saint-Jean, se tenait un banc caillouteux culminant vers 162,5-163,5 m sur le site de l’avenue A. Max.

13Les coupes relevées à l’ouest du chenal de la Saône (fig. 13) ont permis l’observation d’un épandage limono-sableux déposé sur le banc de galets. La base du dépôt se tient aux environs de la cote 162,90 m N.G.F. et possède une épaisseur comprise entre 50 et 90 cm. Ces coupes, les plus éloignées du bras, présentent une stratification régulière, mais non parallèle, avec localement une structure “en vagues” traduisant des phénomènes d’érosion par les courants de débordement. Les lits inférieurs sont épais de 5 à 20 cm et sont plus sableux que la couche limono-sableuse qui coiffe l’ensemble.

13 - Coupes réalisées sur le chantier avenue A. Max

14La coupe 3, proche du bras, présente deux structures superposées. A la base, une séquence épaisse de 30 cm à structure en vagues non parallèles avec surface de réactivation ; au sommet, une séquence de lits parallèles et quasi-horizontaux.

15Pour ce revêtement, la technique, dite "de l’image CM", confirme l’hypothèse selon laquelle ces sédiments sont des dépôts de crue (fig. 14). Des dépôts de sable caractéristiques de bancs ou de berges proches du cours d’eau alternent avec des dépôts plus fins (courants lents) caractéristiques de sommets de bancs ou d’une plaine d’inondation.

16La pétrographie et la morphoscopie de ces sédiments fins de recouvrement permettent de trancher en faveur d’une influence prépondérante de la Saône.

Le seul dépôt qui puisse avoir été mis en place par une crue du Rhône est une lentille sableuse rencontrée dans la partie est du chantier, à une quinzaine de centimètres au-dessus des galets (elle est caractérisée par une majorité de quartz translucides ou laiteux, par la rareté des grains oxydés, par des minéraux noirs abondants, par l’abondance des grains non usés à cassure fraîche, et enfin par la rareté des grains émoussés luisants).
L’essentiel du revêtement a donc été mis en place par la Saône, mais il a fallu, pour émettre cette hypothèse, dépasser le stade d’un examen visuel des lits qui sont tantôt rosés, tantôt gris ; ces alternances pourraient en effet laisser supposer une influence alternée de la Saône et du Rhône. En réalité, les lits de couleur rose à jaunâtre sont formés de dépôts issus de suspensions graduées ; leur couleur est due à la rareté du mica noir (évacué par lévigation), à la présence de quartz oxydé rose ou concrétionné et blanchâtre. Au contraire les lits sombres sont constitués de sédiments issus de suspensions uniformes ; les grains sont en général polyminéraux (destruction des arènes granitiques), ou constitués de mica noir, de quartz clair et peu usés.
Cette distinction illustre un principe connu qui est le triage des sédiments par les courants (enrichissement relatif des suspensions uniformes en mica noir, en grains polyminéraux) et la moindre usure des suspensions uniformes par rapport aux suspensions graduées. Ces remarques ont une importance méthodologique dans la mesure où les fouilles archéologiques peuvent mettre au jour des lits sédimentaires isolés et difficiles à interpréter en l’absence de structure : le recours à la granulométrie, à la pétrographie et à la morphoscopie peut éventuellement faciliter les interprétations.

14 - Image granulométrique CM des sédiments fins de Saint-Jean
La méthode de l’image CM permet de mettre en relation les variations de texture d’un sédiment, obtenue par l’analyse granulométrique, avec le processus de transport et de dépôt. Deux valeurs sont extraites de la courbe granulométrique :
- M, la médiane est la valeur du diamètre pour 50 % de l’échantillon ; elle définit la structure d’ensemble du dépôt.
- C, mesure la compétence maximale du courant ayant transporté les particules ; il correspond à la valeur du diamètre pour 99 % de l’échantillon. Ainsi, chaque échantillon est représenté par un point. La position de ce dernier sur l’image formée d’un nuage de points, détermine un mode de transport (plus ou moins turbulent) auquel est associé un mode de dépôt. A chaque type de dépôt, correspond une unité de la plaine alluviale : lône, plaine d’inondation, berge, chenal, etc...Cette méthode d’interprétation de la granulométrie des sédiments permet donc de reconstituer les unités morphologiques des milieux alluviaux fossilisés.

UN APPONTEMENT DE LA FIN DU PREMIER SIÈCLE AV. J.-C. (PÉRIODE 1)

17L’aménagement des berges du bras de la Saône correspond à la période 1.

18Des vestiges d’un aménagement des berges du bras de la Saône ont été découverts dans la partie ouest de l’îlot Tramassac, juste au pied de la colline de Fourvière et à 10 m sous la surface du sol actuel, soit à 160 m N.G.F. ; il s’agit d’une structure en chêne composée de pieux de section circulaire, d’environ 0,25 m de diamètre supportant un platelage de troncs équarris de section rectangulaire dont les dimensions sont de 0,25 m x 0,35 m en moyenne. L’analyse dendrochronologique a daté un premier groupe d’échantillons provenant des pieux et du platelage de 27 av. J.-C. ; un deuxième groupe, de même provenance, est daté de 8 av. J.-C. et un échantillon isolé de 18 ap. J.-C. (Arc. 87/R.109D). La possibilité de réemplois ne permet pas de trancher entre une construction d’un seul jet en 18 ap. J.-C., ou une construction précoce (27 av. J.-C.) suivie d’agrandissements et de consolidations. Cet appontement, dont les pieux portent des traces d’érosion dues au courant, peut être un quai aménagé ou une voie de circulation sur berge (fig. 15) ; elle atteste de toute manière un aménagement de la rive droite de la Saône pour un usage régulier.

15 - Plan des vestiges de la période 1

La confrontation des analyses du matériel céramique, à fin de datation, avec les résultats de l’étude dendrochronologique n’a pas pu être réalisée car le mobilier céramique, prélevé dans les niveaux sablonneux de l’aménagement des berges, constitue un échantillon trop mince pour permettre d’envisager une datation.

19La position des pieux permet de proposer l’existence d’un appontement dominant un plan d’eau dont le niveau moyen pourrait être proche de 159 m et sujet à d’amples fluctuations lors des crues. Le matériel fluviatile sableux dans lequel sont enfoncés les pieux pourrait témoigner d’un commencement du remblaiement du chenal sur sa marge ouest au début du Ier s. av. J.-C. (fig. 12 n° 2).

20Pour conclure sur cette période, il faut donc imaginer le paysage de la façon suivante : sur le sommet de la colline de Fourvière s’étendait la ville haute avec ses quartiers d’habitation, ses bâtiments administratifs, religieux et culturels ; l’habitat s’est également installé sur les pentes sud et ouest. Au pied de la colline, la Saône, large d’une centaine de mètres et profonde de 3 m, était longée par un appontement d’une longueur inconnue. Sur la rive gauche, les crues débordantes déposaient des lits de sable qui exhaussaient progressivement le vieux banc caillouteux de mise en place rhodanienne.

DU Ier AU IIIe SIÈCLE

LE COMBLEMENT DU BRAS DE LA SAÔNE (PÉRIODE 2)

21Le comblement du bras occidental de la Saône commença dès la fin du 1er s. ap. J.-C. et se poursuivit jusqu’à sa disparition totale à la fin du IIIe s. tandis que se mettait en place un bras oriental, à l’emplacement actuel du fleuve. Ce remplissage a laissé trois séquences sédimentaires.

LES PREMIERS REMPLISSAGES

22La première séquence, observée dans l’îlot Tramassac lors des interventions de sauvetage ponctuelles, a été repérée entre 156 et 161 m (fig. 12 n° 3). Elle est constituée, à la base, d’une importante couche très hétérogène qui correspond au dépôt de la charge de fond. La texture de cette couche prouve qu’à ce moment-là, le courant de la rivière était important ; en effet, ce niveau est constitué principalement de sédiments grossiers d’origine rhodanienne (galets du Rhône) sans doute remaniés par la Saône (la matrice des galets est formée de sable de Saône) (fig. 16 a). Ensuite, se déposèrent une succession de couches à granulométrie décroissante vers 161 m : sables grossiers, limons (fig. 16 b). Cette gradation vers le haut est le résultat d’une évolution du fonctionnement hydraulique qui se caractérise par des courants de plus en plus faibles. Des couches anthropisées enrichissent l’évolution naturelle du remplissage.

16 - Relevés schématiques des premiers remplissages du bras de la Saône, îlot Tramassac

La première phase active de ce remblaiement, constitué principalement de cailloutis, graviers et galets de diamètre moyen 8-10 cm (maximum : 20 cm) sur plus de deux mètres mérite une explication.
Il aurait été intéressant de faire une pétrographie des galets, mais les conditions de travail en sauvetage n’ont pas permis cette étude. Une hypothèse s’impose tout de même, pour expliquer cette masse caillouteuse.
Il semble que la Saône remaniait le matériel rhodanien du lit majeur, et que la part provenant du bassin de la Saône était faible. Plusieurs indices autorisent une telle interprétation :
• à l’aval de la Croix-Rousse, la pente du lit majeur, imposée par le Rhône, avoisine l °/oo ;
• jusqu’au 1er s. ap. J.-C., le contrôle des berges par l’homme devait être limité, si bien qu’une recharge latérale par érosion de berge était possible au détriment des dépôts caillouteux présents sur les rives du cours d’eau.

23Dans tous ces niveaux, le mobilier céramique était important, mais les conditions de travail n’ont permis qu’un ramassage en vrac : le matériel n’étant pas stratifié par rapport aux séquences sédimentaires, la datation proposée après l’étude de la céramique - deuxième moitié du Ie s. au début du IIe s. ap. J.-C -, englobe les deux phases de remblaiement (active et calme). Il est à noter que les céramiques observées dans ces phases de remblaiement ne présentent pas de bords “lavés”, c’est-à-dire usés par l’eau et les sédiments. Elles ont donc été piégées sans être “entraînées” par des flux hydriques. Il est probable que leur abondance exceptionnelle traduit déjà à cette époque la volonté de l’homme d’assainir cette zone en accélérant le processus naturel de remblaiement.

24Ce dépôt, qui entraîna un exhaussement du fond du lit, occasionna sans doute l’abandon du quai de la période 1 : les sédiments atteignent la cote 161 m N.G.F. environ et fossilisent l’appontement. Celui-ci ne remplissait plus sa fonction, qui n’aurait ainsi duré qu’un siècle (du début de notre ère au début du IIe s.).

LE RÉTRÉCISSEMENT DU BRAS PAR REMBLAIEMENT

25La deuxième séquence sédimentaire (fig. 12 n° 4) est composée d’une succession de niveaux sableux et limoneux qui traduisent un nouvel affaiblissement du courant. Le dernier niveau minéral est composé de sable grossier, ce qui constitue la manifestation d’un retour relativement violent du courant. L’ensemble est mis en place entre la deuxième moitié du IIe s. et la première moitié du IIIe s.

26Les observations effectuées dans l’îlot Tramassac (Tramassac VI) ainsi que l’étude du site de l’avenue A. Max et de la rue Carriès ont permis de préciser les phases sédimentaires entre 162 et 163-163,5 m N.G.F. Celles-ci correspondent à la fin du remplissage alluvial du bras de Saône et une évolution de l’île Saint-Jean.

17 - Coupe réalisée sur le chantier avenue A. Max

L’îlot Tramassac, cette séquence sédimentaire, qui se tient entre 162,80 et 163,50 m. est constituée d’une phase à lits sableux, dans lesquels le matériel céramique est toujours présent ; ces lits sont scellés par une phase fortement chargée en matière organique. L’alternance de plusieurs lits de sable grossier et de sable fin traduit une succession de phases de crue et de décrue ; cependant, la diminution de l’énergie fluviale se traduit par raffinement de la séquence vers le haut, par la plus grande régularité du litage subhorizontal à léger pendage vers l’est et, enfin, par la sédimentation de matière organique compacte sur une dizaine de centimètres d’épaisseur ; ceci démontre l’arrêt progressif des apports minéraux allogènes. L’absence de sédiments fins, tels les limons, entre les niveaux sableux et la couche organique, laisse penser à un arrêt relativement brutal du passage des crues. Ce phénomène pourrait être lié à une action humaine en amont, le barrage de ce bras d’eau permettant par exemple de stabiliser définitivement cet espace afin de l’occuper.
Au-dessus de la couche organique, un remblai argilo-sableux fut apporté volontairement afin d’assainir l’espace et de le rendre propice à une installation de longue durée.
Rue Carriès, la stratigraphie visible dans le secteur 1 révèle un pendage S.E.-N.O. sur l’emplacement de la berge d’un chenal résiduel comblé ultérieurement.
Avenue A. Max, la coupe 4 (fig. 17), la plus significative, est transversale au bras. Elle met en évidence un chenal résiduel près d’un mur (US 497) qui pourrait être interprété comme une digue. Ce chenal recoupe une série de couches à structure entrecroisée. Cette structure dénote l’alternance de phases à courants érosifs et de phases plus calmes avec accumulation (type fin de crue). Ces phases de remaniement et dépôt sont entrecoupées de périodes de répit hydrologique permettant la sédimentation de matière organique ; l’intercalation de minces lentilles sableuses dans ces derniers lits signale des phases mineures de reprise d’activité hydrodynamique.
La granulométrie des dépôts est d’une grande complexité, car une partie du remplissage semble avoir été réalisée par l’homme. La fouille archéologique de l’avenue A. Max a montré que le bâtiment le plus ancien du site a été construit sur une butte ; la couche sur laquelle il reposait a livré un lot de céramiques datables du troisième quart du IIe s. attestant la fréquentation de cet espace et probablement l’apport de remblais (Villedieu 1990). Il est possible que ces remblais expliquent la présence de couches caillouto-sableuses mêlées à des fragments de céramiques souvent roulés ; ces lits à inclusions grossières traduisent de toute façon l’intervention d’un courant violent, capable de remanier les matériaux les plus lourds et de leur conférer une structure de dépôt "naturel". Des apports successifs ont donc pu contribuer à remblayer le bras à partir du pied de l’escarpement de Fourvière ; le bâtiment le plus ancien aurait été construit dans la deuxième moitié du IIe s. sur les bords d’un chenal résiduel ; cependant, il n’est pas exclu que les courants de crue aient été capables d’éroder les matériaux grossiers de l’île, par effet de sapement latéral.

27Les observations sédimentologiques démontrent ainsi que, jusqu’à la fin du fonctionnement de ce chenal, le courant a gardé une vitesse suffisante pour remanier les alluvions (fig. 18), y compris des lits de galets : ce chenal a donc constitué un obstacle tardif à l’installation du bâti. Elles démontrent également que la séquence de remblaiement du bras s’est achevée entre le milieu du IIe s. et la première moitié du IIIe s. ap. J.-C. Le sommet des alluvions culmine à 163,50 m, sensiblement au même niveau que le banc Saint-Jean recouvert par des dépôts sablo-limoneux d’exhaussement. La couche organique observée dans l’îlot Tramassac souligne une dépression bien marquée, dans l’axe central du bras. A la fin du IIe s. ap. J.-C., le bras s’était rétréci à une cinquantaine de mètres de largeur. La circulation des courants de crue dans des chenaux résiduels ravinait le remblaiement en place sur une profondeur d’un mètre ; deux chenaux ont été observés, le long de l’île Saint-Jean et dans la coupe a de la rue Carriès (voir fig. 11). Il semble que la stratigraphie observée à l’est de la (coupe 9) rue Tramassac, mette en évidence le même micro-chenal que celui repéré rue Carriès.

18 - Coupe réalisée sur le chantier avenue A. Max

28Ainsi le bras situé entre Lourvière et l’île Saint-Jean a conservé tardivement un paysage de flaques résiduelles à l’étiage de la Saône : cette “lône” servait de dépotoir et pouvait être colonisée par quelques plantes aquatiques. Lors des crues et des hautes eaux, le bras doublait la Saône (cours principal) et assurait l’évacuation des eaux : un courant rapide nettoyait les fonds et reprenait les matériaux caillouteux et sableux. A la décrue les matériaux se redéposaient en provoquant un remblaiement progressif des chenaux résiduels.

29Sur les marges de cette dépression entaillée par les chenaux, les hommes commençaient à s’installer. D’une part, avenue A. Max, des bassins se déversaient dans le chenal résiduel qui fonctionnait encore, d’autre part, un bâtiment, repéré rue Carriès, est daté de la première moitié du IIIe s. ap. J.-C. La séquence sédimentaire repérée sur la coupe C (fig. 19) est en effet recouverte d’un remblai daté du milieu du IIe s., et enfin une maison repose sur des remblais de la fin du IIe s. au début du IIIe s. Ainsi, pendant cette phase où des chenaux résiduels de crue fonctionnaient épisodiquement, l’homme commençait à coloniser les marges de l’ancienne Saône à partir des deux rives relativement stabilisées.

19 - Coupe réalisée sur le chantier rue J. Carriès

LE COMBLEMENT DES CHENAUX RÉSIDUELS

30Des observations réalisées dans l’avenue A. Max, l’îlot Tramassac et la rue Carriès, permettent de rattacher des phases sédimentaires à la phase finale d’assèchement des chenaux résiduels (fig. 12 n° 5). En effet, l’étude du matériel céramique trouvé dans le remblaiement alluvial des chenaux montre que ceux-ci ont fonctionné jusqu’au début du IIIe s.

Avenue A. Max

31La coupe 4 permet d’observer le comblement du chenal-résiduel repéré sur ce site (fig. 17). Ce micro-chenal est rempli de sable grossier disposé en lits parallèles et incurvés ; son fond est constitué par une couche sablo-limoneuse sombre, très organique, riche en matériel archéologique de rebut.

32Le comblement progressif de ce chenal est résumé sur une coupe (fig. 20). La stratigraphie des alluvions permet de reconstituer le banc de galets (162,80 m) plongeant vers l’ouest sous les sables du chenal. L’exhaussement sablo-limoneux puis limoneux atteint une épaisseur de 1,20 m ; certains indices laissent penser que la séquence est à peu près intacte et qu’il n’y a pas eu d’importants décapages de surface. Le remplissage sableux du chenal est constitué de grains roulés sur le fond et atteint la cote 163,60 m N.G.F. ; son sommet est donc à une altitude voisine de celle du sommet de l’exhaussement limoneux. La juxtaposition à une altitude comparable de dépôts issus de processus de roulement et de dépôts plus anciens, issus de suspension, suggère qu’un aménagement a pu séparer les deux domaines, à savoir le bras encore actif et l’île, qui ne recevait plus de matériaux lors des crues.

33De fait, la coupe (fig. 20) montre entre autres, la présence d’un mur d’une largeur supérieure à 1 mètre à la base, construit en blocs de micaschiste liés par un mortier blanc-verdâtre désagrégé ; il s’avéra qu’il était ancré sur le banc de galets, après dégagement des sables de recouvrement. La face des blocs, tournés vers le chenal résiduel et dégagés du mortier originel, était enduite d’une pellicule d’argile noire d’origine apparemment aquatique. Cette argile a fait l’objet d’une étude complémentaire sur la recherche de restes de cladocères, qui sont des micro-crustacés considérés comme de bons descripteurs des conditions écologiques.

20 - Coupe interprétative réalisée sur le chantier avenue A. Max

Cette argile a livré une capsule céphalique de Biapertura affinis (chydoridae) parfaitement conservée. L’abondance est très faible pour la quantité de sédiment analysée (2 x 0,05cm3), mais peut cependant laisser supposer un léger courant, le caractère temporaire des eaux permettant l’installation et le développement de cette espèce.

34Par ailleurs, cette analyse a été effectuée sur deux échantillons de sédiments prélevés dans le chenal résiduel :

  • une argile à débris d’ossements et céramiques, de type dépotoir de fond de lône (éch. 1) ;

  • une argile limoneuse prélevée dans la couche archéologique 2 262 sous le bâtiment le plus ancien (éch. 2).

35Le premier échantillon a démontré que le biotope était aquatique une partie de l’année, si ce n’est toute l’année, et que les eaux étaient temporairement stagnantes. Le deuxième échantillon n’a pas livré de cladocères. Cette absence est probablement due à l’existence d’un courant trop vif.

36La technique utilisée est particulièrement adaptée à l’étude des bras morts et des lônes à faible courant ; on pouvait donc espérer obtenir des informations sur l’écologie du bras. En fait, l’analyse des sédiments a démontré que ce chenal résiduel a toujours servi de passage à des courants de crue rapides, même si l’écoulement avait un caractère temporaire.

Îlot Tramassac

37La coupe 9 dégagée (Tramassac III) entre 162 et 163 m N.G.F., montre une stratification entrecroisée formée de lits de sables plus ou moins grossiers, voire limoneux. Des niveaux très anthropisés s’intercalent entre les niveaux sableux ; ces derniers renferment eux-mêmes des tessons de céramique et des fragments de brique. Ces couches ont pu être ainsi datées de la seconde moitié du IIIe s. ap. J.-C. Sur le diagramme CM (voir fig. 14), la position des échantillons prélevés dans ces niveaux démontre que les sédiments ont été roulés et que d’autres plus fins ont été transportés en suspension graduée. Le courant est donc encore assez vif durant cette phase.

38La datation de ces niveaux nous conduit à les rattacher à la phase de comblement des micro-chenaux, même si la topographie ne nous permet pas de dire que nous sommes précisément dans l’un des chenaux résiduels.

Rue Carriès

39La coupe a (voir fig. 11) a révélé une stratigraphie au pendage N.-S., dans le sens de l’écoulement, mais aussi un léger pendage S.E.-N.O. qui pourrait correspondre au bord d’un chenal résiduel. Ce chenal est comblé par une série de niveaux anthropiques et de couches sableuses entre 162 et 163,20 m. Comme sur le site de Tramassac, l’analyse des échantillons confirme le passage d’un courant vif. Les sédiments étaient transportés essentiellement par roulement. Le remplissage de ce chenal résiduel est daté de la deuxième moitié du IIIe s. grâce au mobilier céramique des niveaux les plus profonds du sondage. L’espace occupé jusqu’alors par le bras de Saône devint propice à une installation humaine après l’apport d’un remblai d’assainissement.

La maison aux stucs

40Avant même son comblement final, un bâtiment fut construit sur la berge ouest de ce micro-chenal. En est conservé un mur, orienté sud-est/nord-ouest, construit en briques crues et recouvert d’enduits peints décorés ; les fragments de ces enduits ont été trouvés au pied du mur, face décorée contre terre. Le registre décoratif des peintures des parois et la hauteur déduite d’après ces mêmes décors et d’après les stucs de la corniche indiquent qu’il s’agit d’une pièce d’un bâtiment public ou d’une salle d’apparat d’une grande demeure privée (fig. 21). La fourchette chronologique donnée par l’étude du mobilier de l’ensemble des couches (remblai de préparation, sol et démolition) permet de dater la construction de ce bâtiment de la première moitié du IIIe s. et son abandon de la fin du IIIe s. Sa destruction semble correspondre à des modifications importantes dans ce secteur.

41Ces observations nous montrent que les chenaux résiduels ont fonctionné jusqu’à la première moitié du IIIe s., date à laquelle le remblaiement progressa pour conduire à un assèchement total. L’homme accéléra le processus de comblement de ce bras de la Saône par des apports de remblais. Cette stabilisation du terrain permit de l’investir à partir des berges en direction du talweg. La Saône avait alors adopté définitivement son tracé actuel.

21 - Relevé et restitution des enduits peints décorés de la "maison aux stucs". Situation de la "maison aux stucs" dans le chantier rue J. Carriès

UNE ORGANISATION DE L’ESPACE EN RELATION AVEC LE COMPLEXE EPISCOPAL (PÉRIODE 3)

42L’occupation extensive du site débute au IIIe s., date à laquelle le bras de Saône est définitivement comblé. Elle fait donc suite à une occupation plus sporadique, repérée rue Carriès et sur l’île Saint-Jean (Villedieu 1983).

43Pendant deux siècles (IVe - Ve s.), le sud-ouest du groupe épiscopal est habité sans interruption. Cette occupation s’accompagne de nombreux remaniements (trois phases de construction), mais il s’agit chaque fois de structures de facture soignée (constructions en pierres liées au mortier, sol de mortier de tuileau...) qui constituent pour nous autant de preuves de l’intégration de cet espace au groupe épiscopal.

44Dans la partie ouest du site, de la terre est apportée de manière à établir une terrasse relativement horizontale qui restera assez meuble. Des dalles de granite de gros module sont installées à son sommet, formant un niveau de voie (US 278) (fig. 22, 23). Au nord, les dalles sont toujours en place, mais masquées par un mur postérieur (US 892-895 - période 14).

22 - Voie coupée par le mur 209 et sa tranchée de fondation

45La création de cet axe de circulation nord-sud intervient dans un espace à l’abandon après la destruction de la “maison aux stucs” et des bâtiments de l’île Saint-Jean (Villedieu 1990, p. 26).

46La présence d’un aménagement de bordure de rue à l’ouest, et le fait que l’espace de circulation ait été repéré à l’ouest de la zone de fouille de la rue Carriès, permettent d’attribuer une orientation nord/sud à l’axe de cette voie. Par contre, l’installation postérieure d’un mur empêche de connaître son extension à l’est, et donc sa largeur. Le matériel extrait des remblais d’aménagement a été daté de la fin du IIIe s. ou du début du IVe s. par la présence de céramique luisante et d’une monnaie de la seconde moitié du IIIe s.

47Son utilisation semble se prolonger au moins jusqu’à la fin du IVe s. ; en témoignent trois monnaies de la seconde moitié de ce siècle découvertes sur le dallage (2 Constance II émis entre 346 et 361 et 1 Valentinien I émis entre 364 et 375).

48A. Audin avait déjà repéré ce niveau de voie en 1948 lors d’un sondage réalisé à l’angle des rues Tramassac et Laurent Mourguet, ainsi qu’en 1956 (Audin 1957) à l’occasion d’un nouveau sondage rue Tramassac.

23 - Plan des vestiges de la période 3

49A l’est de la voie, des couches de remplissage et d’assainissement ont été repérées. Les traces d’occupation sont très ténues : un tronçon de mur (US 1144) a été mis au jour.

50A l’extrémité est de la zone fouillée, des traces d’incendie et de démolition pourraient être les témoins d’une occupation, mais aucun vestige en place n’en donne la preuve. Parmi le mobilier retrouvé, la forte proportion de céramique luisante et la présence de sigillée africaine D situent ces niveaux dans la deuxième moitié du IVe s.

DU IVe AU VIe SIÈCLE

LE RÉAMÉNAGEMENT DE LA VOIE (PÉRIODE 4)

51L’Eglise de Lyon bénéficia d’un prestige particulier dû à l’ancienneté de l’implantation chrétienne dans cette ville et au rôle actif joué par l’évêque dès la fin du IIe s. pour évangéliser la Gaule. Ce prestige se manifeste dans les réalisations architecturales de l’Eglise de Lyon. Les fouilles archéologiques menées par J.-Fr. Reynaud attestent effectivement l’importance précoce du quartier épiscopal, "un quartier urbain où se trouvait l’un des groupes épiscopaux les plus anciens et les plus prestigieux de Gaule" (Reynaud 1979). Le baptistère Saint-Etienne fut construit dès le IVe s. Une lettre de Sidoine Apollinaire, datée de 469-470, mentionne la fin de la construction de l’ecclesia.

52A l’ouest du site de Tramassac, la voie nord/sud subit un réaménagement : une nouvelle surface (US 272) (fig. 24), exhaussée et constituée de blocs de calcaire et de galets, est installée sur un remblai. Le mobilier extrait de ce remblai (céramique estampée grise et fragments de lampes africaines de type Hayes II) assure une datation postérieure au début du Ve s. Cette nouvelle surface est très mal conservée. On a cependant la certitude qu’elle est orientée comme la précédente, parce qu’elle est longée par un mur (US 209) de même orientation. Sa fondation recoupe la frange orientale de la première voie. Sa maçonnerie, large d’un mètre, est en petit appareil très soigné ; moellons rectangulaires en assises régulières, liés avec un mortier blanc très dur. Sa largueur imposante et sa construction soignée suggèrent qu’il appartenait à un édifice important.

24 - Plan des vestiges de la période 4

53Une série de structures contemporaines a été mise au jour lors de la fouille de la rue Carriès. Il s’agit de murs présentant des caractéristiques homogènes : construction soignée, élevée sur des fondations larges avec ressaut, en petit appareil rectangulaire lié avec un mortier en couvre-joint. Trois murs délimitent une pièce ; un autre mur, plus à l’est, n’a pas pu être raccordé à cet ensemble, mais il faut souligner qu’il s’apparente au mur 209 mis au jour dans l’îlot Tramassac. L’étude du mobilier archéologique a permis de dater la construction de l’ensemble des structures du IVe s., leur démolition de l’extrême fin du IVe s. ou du début du Ve s. Aucun indice archéologique, mobilier ou immobilier, ne permet d’expliquer la fonction de ces bâtiments. Toutefois, la proximité de la résidence épiscopale et de la cathédrale conduit à suggérer que ces bâtiments pouvaient faire partie d’un ensemble complexe. Cet espace, entre une voie imposante (le long et à l’est d’un grand axe de communication nord-sud), le groupe cathédral et les thermes, semble bien être utilisé à la même époque pour compléter l’équipement monumental du complexe épiscopal, lequel comportait à la fois “églises, évêché, réfectoires, dispensaire, hospice” (Duchesne 1902, p. 399 ; Lesne 1910, p. 197 ; Villedieu 1990, p. 112)

54Dans la partie est de l’îlot Tramassac, des remblais contenant des matériaux de construction (briques, tuiles, mortier) et un sol en terre battue, attestent une occupation. Par contre, aucune structure contemporaine n’a été découverte. Le mobilier céramique présent dans ces couches (céramique estampée grise et bords à bandeau étroit en céramique commune sombre) suggère une datation dans la deuxième moitié du Ve s.

55Au centre du site, un espace sert de champ d’épandage à des bouchers ou des équarisseurs. Un dépotoir contenant une importante quantité d’os d’animaux a en effet été mis au jour. Il est daté de la fin du Ve s. par l’analyse du matériel céramique (forte proportion de céramiques luisantes, céramique estampée grise en plus grande quantité). L’analyse des restes osseux a permis de caractériser ce dépotoir de boucherie : 98 % des restes ont été attribués à des mammifères domestiques. Le rejet de ces restes de boucherie est organisé en grand épandage, dont la nature particulière tient à leur importance, car ils réunissent dans certains cas plusieurs milliers de restes. Le rythme de dépôt semble assez rapide. Il s’agit dans certains cas d’entassements d’os où le bœuf est prédominant. Il faut évidemment écarter l’hypothèse d’un dépôt lié à un seul habitat, il pourrait en revanche correspondre à la consommation d’une communauté entourant l’évêque.

L’HABITAT DU VIe SIÈCLE (PÉRIODE 5)

56Au VIe s., l’ensemble du terrain est nivelé avec un apport de remblais qui scelle le dépotoir de boucherie. Sur les remblais, s’installe un habitat dont il subsiste à l’est, un mur conservé sur toute sa longueur et des fragments de murs au sud et au nord ; le mur ouest a pour sa part entièrement disparu (fig. 25). Ces murs présentent un appareil irrégulier composé de moellons de calcaire, de blocs de schistes et de gros galets liés entre eux par un mortier sableux très altéré (fig. 26, 27).

57Le sol (US 1095) extérieur au bâtiment contient de nombreux éclats de pierre et de mortier blanc ; il correspond à un niveau de travail. Quant au sol d’occupation intérieur (US 1096), il semble avoir été confectionné en mortier blanc, comme l’attestent de nombreux lambeaux de mortier très décomposé. Le foyer 1099, contemporain de ce sol, se caractérise par une couche cendreuse bordée de terre rubéfiée.

58Le mobilier retrouvé dans le sol de travail et dans la tranchée de fondation du mur nord montre une augmentation des céramiques communes grises par rapport aux périodes précédentes. Cette observation et la position stratigraphique de l’habitat (postérieure au dépotoir de boucherie) permettent de le dater du VIe s.

59Dans la partie ouest du chantier, une autre structure a été mise au jour. Les traces en sont relativement ténues car il ne reste qu’une seule assise de fondation de deux murs. Par contre, la présence d’un sol et les traces de foyer à l’intérieur laissent penser qu’il s’agit d’un habitat.

60Entre ces deux structures d’habitat, des tronçons de murs (US 1122, 1123) ont été découverts. La fouille n’a pas permis de mettre en évidence les sols correspondants ; leur aspect (gros blocs de calcaire liés au mortier) empêche de les intégrer à la structure décrite précédemment et leur contemporanéité reste une hypothèse.

61Un dallage en blocs de calcaire (US 231), dénotant un nouveau niveau de voie, recouvre celui de la période 3. Il est aménagé avec un apport volontaire de remblais créant une surélévation de l’axe de circulation. Ce remblai a livré le même type de mobilier osseux que le dépotoir de boucherie, d’où il semble donc avoir été extrait.

25 - Plan des vestiges de la période 5

26 - Détail du mur est (US 1079)

27 - Détail du seuil (US 1079)

62L’aménagement de cette voie est ainsi contemporain ou antérieur à la construction de la structure d’habitat qui scelle le dépotoir de boucherie, soit du VIe s.

UN ABANDON PARTIEL DU SITE À LA FIN DU VIe SIÈCLE (PÉRIODE 6)

63Sur l’ensemble de l’espace fouillé, une grande quantité de couches témoigne de l’abandon et de la destruction des structures bâties. Ces niveaux contiennent de nombreux débris d’éléments de construction, tels que des fragments de tuiles, de briques, de blocs taillés.

64Dans la zone est, certaines couches présentent d’importantes marques de rubéfaction, témoins d’un incendie. Quant au matériel recueilli, le pourcentage élevé de céramique grise et la présence de bords à bandeaux placent cette démolition au seuil du Haut Moyen Age.

65A l’ouest, la voie (US 231) continue en revanche à être utilisée telle quelle, jusqu’au IXe s.

LES VESTIGES D’UN BÂTIMENT DE LA FIN DU VIe SIÈCLE (PÉRIODE 7)

66La période 7 correspond à un réaménagement du secteur avec une réorganisation complète de l’espace, à l’exception de la voie, maintenue en l’état.

67Sur les couches de démolition de la période 6, qui recouvrent une grande partie de l’espace fouillé, apparaissent de nouveaux vestiges de constructions avec, dans la partie est du site, une imposante maçonnerie (US 620), des couches d’occupation et, au centre, un sol en mortier de tuileau (US 1053) conservé sur une surface importante (fig. 28).

68La maçonnerie (US 620), axée nord/sud, présente dans ses fondations des éléments de réemploi (dalle de calcaire, chapiteau à feuille d’acanthe) ; les dernières assises sous le ressaut de fondation sont bien appareillées et montrent un parement régulier semblable à celui de l’élévation. Ce mur profondément ancré dans les couches antérieures semble avoir eu une fonction de soutènement de terrasse.

69Au centre, le sol en mortier de tuileau très compact (US 1053), d’une épaisseur variant entre 5 et 6 cm, repose sur un radier composé de galets, de pierres posées sur chant ou de blocs de calcaire (fig. 29). Bien qu’il ait été mis au jour sur une surface d’environ 10 m2, il n’a pas été possible, compte tenu des contraintes de la fouille, de vérifier sur le terrain sa contemporanéité avec certaines des maçonneries.

70Cependant ces deux structures (mur et sol), séparées de seulement 2 m (hiatus dans la fouille dû à la mise en place des parois moulées) et installées dans les mêmes niveaux, conduisent à supposer leur appartenance à un unique bâtiment.

71L’examen du mobilier céramique de cette période ne permet pas d’avancer de datations précises. Seule la position stratigraphique du sol (US 1053) situe la construction de ces structures à la fin du VIe s.

72L’analyse numismatique n’apporte pas d’éléments déterminants pour les datations, car les monnaies retrouvées dans ces niveaux sont du IIIe et du IVe s. ; cette présence de matériel résiduel antique se retrouve jusque dans les niveaux du XIXe s.

28 - Plan des vestiges de la période 7

29 - Sol en mortier de tuileau (US 1053)

73Les structures des périodes 3 à 7 dénotent donc la mise en place progressive d’un quartier urbain de l’Antiquité tardive, à proximité immédiate du groupe épiscopal. L’espace est structuré par une voie dallée nord/sud, au pied de la colline, qui, installée au tournant du IIIe et du IVe s., continuera à fonctionner jusqu’à l’époque moderne (avec un glissement progressif vers l’ouest).

74En l’absence de pont sur la Saône à la hauteur du quartier épiscopal, cette voie fut certainement l’axe de circulation principal du quartier, permettant de rejoindre des axes transversaux situés en amont et en aval (Reynaud 1990, p. 226). Le quartier bordé par la voie comprenait, entre autres, des bâtiments de service associés au groupe épiscopal. La fouille de l’avenue A. Max avait ainsi permis de repérer des thermes publics de cette époque. La nouvelle fouille a mis en évidence des vestiges de maçonnerie appartenant sans doute en bonne partie à des édifices importants, mais que l’on ne peut pas identifier précisément en raison de leur caractère très lacunaire.

75La trame urbaine paraît encore lâche au Ve s., puisqu’un espace vaste, libre, sert de dépotoir de boucherie, tandis qu’elle se resserre au siècle suivant.

76Le glissement vers le Haut Moyen Age s’amorce franchement à la période suivante, avec la disparition des modes de construction de type romain et l’apparition de bâtiments beaucoup plus précaires.

DU VIIe AU XIe SIÈCLE

77La lecture archéologique de l’îlot Tramassac présente les difficultés inhérentes aux sites urbains à stratification complexe : si la présence antique est nettement perceptible par ses structures et identifiable par son mobilier et si la même remarque peut être faite pour l’époque postérieure au XIIe s., les vestiges de l’époque intermédiaire, du VIIe au XIe s., restent par contre bien plus difficiles à caractériser. La méconnaissance due à une carence à la fois des archives écrites et des archives du sol, ainsi que l’absence d’éléments de comparaison, entraînent de grosses difficultés d’interprétation (périodes 8 à 13).

78Bien que la céramique commune antique ne soit pas toujours bien connue, celle d’importation constitue un traceur chronologique très appréciable. Pour le Haut Moyen Age, en revanche, celle-ci disparait. L’évolution de la culture matérielle est encore mal définie dans son ensemble par manque d’éléments comparatifs et reste donc difficile à cerner dans nos régions. Qui plus est, les couches du Haut Moyen Age contiennent toujours en quantité notable du mobilier résiduel plus ancien. A ce problème, il faut également ajouter celui de la stratification du site pour ces périodes où la lecture verticale du terrain est rendue parfois impossible, ne révélant aucune différence de structure, de texture et de couleur des couches. Face à ces deux problèmes majeurs, le travail comparatif de céramologie et d’analyse stratigraphique a été d’autant plus nécessaire et enrichissant pour percevoir les périodes d’occupation et apporter des datations.

79Le passage de l’Antiquité tardive au Haut Moyen Age, bien que progressif, est néanmoins manifeste et se révèle sur le site à travers divers éléments. Parallèlement aux structures pré-existantes qui continuent à être utilisées, comme par exemple le bâtiment de la période précédente, ainsi que l’axe de circulation, apparaît un nouveau type de construction aux techniques plus rudimentaires. Les maçonneries, qui étaient jusqu’alors liées au mortier, et dont les moellons taillés formaient des assises relativement régulières, sont désormais remplacées par des murs en pierres grossièrement équarries, liées à la terre (fig. 30). Les bâtiments, de petites dimensions, correspondent à des habitats plus précaires avec des sols en terre battue et des foyers aménagés à même le sol. Ce nouveau type d’architecture en pierres liées à la terre s’observe du VIIe au XIe s.

80Une succession de phases d’habitat est concentrée dans la partie ouest, alors que sur le reste de la zone fouillée, seules quelques traces témoignent d’une occupation. Les vestiges mis au jour montrent une absence d’évolution dans les techniques de construction pendant toute la période.

81Les matériaux de construction utilisés sont variés : les bases des murs sont constituées d’un mélange de galets du Rhône, de blocs de calcaire bruts ou grossièrement équarris, de blocs de schiste ou de granit, le tout de module variable. Les constructions présentent un appareil irrégulier, dont le parement est sommairement dressé, formé de blocs posés en laissant des interstices remplis par de la terre. Certaines structures, telle l’US 195, possèdent également un appareil hétéroclite où alternent des assises irrégulières et un appareil en arêtes de poisson.

82Les maçonneries ne sont conservées que sur deux ou trois assises, ce qui ne permet pas de projeter leur hauteur et encore moins l’aspect de la toiture. Il en est de même des matériaux de l’élévation, pour laquelle l’hypothèse la plus plausible reste l’élévation en pierre et en terre, sans que l’on puisse préciser leur mode de mise en volume ; ce sont les seuls matériaux retrouvés dans les démolitions.

30 - Détails des techniques et des matériaux de construction

31 - Plan des vestiges de la période 8

83Les vestiges d’habitat, mal conservés, parfois en limite de fouille, empêchent de connaître les dimensions des bâtiments. Seules deux des structures (périodes 12 et 13) sont conservées sur trois côtés et, dans l’hypothèse d’un habitat d’une seule pièce carrée, la surface est inférieure à 25m2 pour la période 12 et à 20m2 pour la période 13.

84La fonction de ces bâtiments est surtout attestée par les foyers aménagés directement sur le sol, parfois construits en matériaux de récupération (tuiles, briques) et délimités par des blocs de calcaire, mais le plus souvent la fouille a seulement mis au jour des aires mal délimitées de terre rubéfiée recouverte de cendres et de charbon de bois. Hormis les foyers, aucun élément du confort (puits, dépotoir...) n’a été découvert.

L’HABITAT MÉROVINGIEN (PÉRIODES 8 À 10)

85Durant les périodes 8 et 9, la voie (US 231) créée au VIe s. est toujours utilisée. Dans la partie est, trois fragments de murs ont été mis au jour. Deux d’entre eux sont parallèles et très rapprochés ; ils sont construits en moellons et en galets liés à la terre, tout comme le mur (US 638) un peu plus éloigné et orienté différemment des deux premiers. Le bâtiment de la période 7 (mur 620 et sol 1053) semble encore utilisé (fig. 31). Le mobilier peu abondant ne permet pas d’apporter une datation précise. Le pourcentage de céramique gallo-romaine, malgré une baisse sensible, reste encore très élevé, entre 65 à 69 %. Cependant la fragmentation de la céramique prouve que les niveaux en question ont subi un important brassage ; toutefois un nouveau type de céramique est utilisé avec des formes attribuables au Haut Moyen Age.

86Durant la période 10 qui couvre les VIIe et VIIIe s., une grande partie du site semble abandonnée, sauf à l’ouest où les vestiges d’un mur (US 257-258) et d’un foyer (US 259) témoignent d’une occupation. Ce mur est construit en bordure de la voie (US 231) qui a été réaménagée dans sa partie est ; elle mesure alors 2,50 m de large (fig. 32).

32 - Plan des vestiges de la période 9

87Le mobilier céramique conserve une part importante de matériel antique (entre 62 et 77 %) ; le reste du matériel, bien que mal connu, a pu être identifié par comparaison avec celui des fouilles de Saint-Laurent-de-Choulans (Reynaud 1981).

88Au centre du terrain, l’utilisation du bâtiment des périodes précédentes paraît difficile à préciser. Bien qu’aucune trace n’atteste son occupation, il est fort probable qu’il ait été utilisé jusqu’au IXe s., époque à laquelle il est détruit et percé par des fosses.

L’HABITAT CAROLINGIEN (PÉRIODES 11 ET 12)

89Une nouvelle structure d’habitat est construite dans la zone ouest (période 11) (fig. 33). Les fondations et la base des élévations des murs sud et est sont conservées. Deux niveaux de sol en terre battue, qui attestent l’occupation de cet habitat, ont été dégagés. Au sud de cette structure, un ensemble de dalles de calcaire jointives peut être interprété comme un sol de cour. Il est installé sur l’ancien axe de circulation. Pour les époques postérieures, nous savons que cet axe existe toujours, puisqu’il s’agit de la future rue Tramassac, mais décalé plus à l’ouest, au pied de la colline. Son déplacement pourrait donc s’effectuer dès cette époque.

33 - Plan des vestiges de la période 11

90Au centre du terrain, un fragment de sol en mortier blanc sur hérisson n’a malheureusement pas pu être interprété, de même qu’un élément maçonné situé en limite de fouille à l’est (Tramassac V) et pris dans les parois moulées du chantier. De forme arrondie, ce dernier pourrait être le parement externe d’une structure enterrée comme une glacière ou un dépotoir.

91Le mobilier céramique est encore pour une bonne part de type antique (jusqu’à 1/3 dans certains lots), mais des formes typiques attribuées aux IXe et Xe s. apparaissent également. Bien qu’aucun vase n’ait pu être reconstitué en entier, le mobilier étant très fragmenté, les éléments identifiables sont suffisamment nombreux pour établir une chronologie relative entre les différentes étapes de cette période.

92Durant la période 12 (fig. 34, 35), un réaménagement est réalisé dans la zone ouest du terrain. Une nouvelle construction est bâtie sur la précédente. L’espace occupé par cet habitat semble étendu, bien que la construction d’un mur durant la période 14 empêche de préciser son extension vers le nord (US 892-895).

34 - Plan des vestiges de la période 12

35 - Murs (US 898 et 910)

93Ces travaux provoquent une légère surélévation du terrain, qui entraîne du même coup l’aménagement d’un nouveau sol en dalles de calcaire (US 225) sur le précédent (US 230). Le mobilier reste semblable à celui de la période 11.

UNE NOUVELLE STRUCTURE D’HABITAT AU XIe S. (PÉRIODE 13)

94Preuve de la précarité de ce type de construction, la zone ouest est à nouveau réaménagée et une nouvelle habitation est construite, toujours en pierres liées à la terre, suivant une orientation différente ; elle est en partie conservée sur trois côtés. A l’intérieur du bâtiment, un foyer à même le sol en terre battue a été mis au jour (fig. 36, 37).

95A ce stade apparaît un nouveau type de céramique, caractérisé par sa glaçure parsemée et peu couvrante, déjà attesté à Lyon sur le site de Saint-Just dans les couches post-carolingiennes (Reynaud 1981) ; des fonds marqués et des formes typiques de l’époque antérieure continuent à exister. Cette caractéristique permet de situer cette période aux XIe et XIIe s.

36 - Foyer (US 217) en cours de fouilles

96Dans la partie est du terrain, où aucun niveau d’occupation postérieur au VIIe s. (période 9) n’a été décelé par la fouille, une construction rectangulaire de dimensions réduites (2 x 4,5 m) a été mise au jour (fig. 38). Construite en pleine terre et perçant les niveaux gallo-romains, cette dernière, bâtie en moellons de calcaire liés à la terre, présente un parement uniquement à l’intérieur. L’absence de mobilier et la texture des couches de comblement ne permettent pas de déterminer avec certitude sa fonction (dépotoir, fosse d’aisance ?).

97Le quartier sud-ouest du complexe épiscopal est donc habité en permanence du début du VIIe s. à la fin du XIe s. C’est également une époque où il n’y a pas de programme monumental dans ce secteur. La destination précise des bâtiments du Haut Moyen Age mis au jour n’apparaît pas clairement. La présence de foyers et d’un mobilier céramique abondant montre leur utilisation à des fins domestiques, mais le caractère rudimentaire des modes de construction et la faible superficie des “unités d’habitation” peut faire penser à des abris précaires et provisoires, liés, par exemple, à des chantiers de construction et édifices monumentaux. Si tel n’était pas le cas, les vestiges d’habitat de l’îlot Tramassac, situés à proximité de la cité épiscopale, montreraient le contraste très fort existant entre bâtiments publics (religieux) et habitat civil aux époques mérovingienne et carolingienne. On perçoit, en effet, une absence complète de volonté d’urbanisme et un tissu très lâche de maisons rudimentaires.

37 - Plan des vestiges de la période 13

38 - Structure rectangulaire

DU XIIe AU XVIIIe SIÈCLE

98Si les populations habitant ce quartier et leurs activités sont actuellement peu ou mal connues pour le Haut Moyen Age, la documentation textuelle permet de s’en faire une meilleure idée à partir du XIIe s.

99Deux groupes se côtoient, le monde ecclésiastique et le monde laïc séparés par le mur de l’enceinte canoniale, construit entre 1165 et 1180. De fait, à partir du XIIe s., l’occupation du site va subir de nombreuses transformations qui se manifestent sous plusieurs aspects. Une part importante de la problématique de la fouille était de déterminer où se situait la muraille de l’enceinte canoniale dans l’îlot Tramassac, secteur dans lequel son tracé reste le plus hypothétique, et de mettre en évidence les caractères archéologiques qui puissent traduire la différence de statut entre habitat canonial et habitat laïc.

100Le tènement situé dans la partie est de la fouille est en effet situé dans l’enceinte canoniale de Saint-Jean. C’est justement dans ce secteur qu’ont été mises au jour les traces d’occupation certainement les plus monumentales du site ; elles peuvent être attribuées à l’hôtel du Doyenné connu par des textes et des plans anciens.

101Parallèlement, à l’ouest, se développe un habitat laïc qui connaît la même croissance que le quartier avoisinant. Il convient de souligner que la limite occidentale de cet habitat est la rue Tramassac, qui conserve l’axe de la voie existant depuis l’Antiquité.

PÉRIODE 14

L’HABITAT EXTRA-MUROS

102Les fondations d’un bâtiment ont été mises au jour dans la partie sud-ouest. Repéré sur trois côtés, celui-ci présente des maçonneries liées au mortier. Un seuil (US 150) en place dans le mur ouest (US 173) marque l’emplacement d’une porte donnant accès directement à la rue Tramassac, pavée de galets disposés en “tête de chat” (US 269) (fig. 39,40).

103Au nord de cet habitat, une imposante maçonnerie (US 892/895) orientée est-ouest est construite en moellons de calcaire liés au mortier. Ce mur perfore des structures du Haut Moyen Age et prend assise sur le premier niveau de la voie antique (US 278). L’absence de relation avec d’autres structures ne permet pas de proposer une interprétation. On peut toutefois évoquer l’hypothèse d’un mur marquant une limite de propriété.

104A partir de cette époque, toutes les constructions (ou réaménagements) adopteront une forme rectangulaire et demeureront conditionnées par l’existence de Taxe de circulation. Ainsi, dès le XIIe s., le parcellaire se constitue, résultat progressif du morcellement des tènements. Une nuance doit être faite entre “bâti” et “parcelle”, car dans un premier temps, seul le bâti est discernable ; les limites de la parcelle, ou du moins les témoins de leur matérialisation, ont pu disparaître ; ils ne sont ni décrits, ni même mentionnés dans les textes. Le Plan scénographique de la ville de Lyon donne en revanche des exemples de clôtures : à l’extérieur du noyau urbain, plusieurs types coexistent (palissades en bois diverses, murailles...) alors que dans la ville, seuls de hauts murs sont représentés.

105Le mobilier céramique retrouvé dans le niveau de rue, contemporain de cet habitat, ainsi que le type de revêtement en “tête de chat”, permettent de dater ces aménagements du XIIe s. Quant à l’étude numismatique, elle n’a apporté aucun complément, l’ensemble des monnaies issues des couches de cette période étant résiduel ou illisible.

39 - Seuil (US 150) et niveau de rue (US 269)

40 - Plan des vestiges de la période 14 (Tramassac et Carriès)

106Entre le bâtiment et le mur d’enceinte continue à exister un vaste espace vide que l’on peut proposer d’identifier à des jardins contigus à l’hôtel du Doyenné, mentionné en 1419 (A. D. R. 10. G. 84. folio 33). Les seules structures repérées dans cet espace sont un puits (US 601 616) et une fosse-dépotoir (US 1020) (fig. 40).

107Le puits de section ovale mesure 2,30 m sur son axe le plus large et 1,40 m sur le plus étroit ; il est construit en gros blocs de calcaire bien appareillés. Arasé dans la partie supérieure, il est cependant conservé sur environ 4 m de profondeur. Peu de matériel identifiable a été sorti de la couche inférieure du puits ; cependant la présence de la moitié d’un cruchon en pâte rouge, décoré de bandes de barbotine moletées, permet de proposer une datation assez précise, soit la première moitié du XIIIe s. Cette forme est comparable au type 2A du mobilier retrouvé à Anse (au nord de Lyon) dans un silo du château des Tours (Vicard 1985). Elle présente le seul élément déterminant pour la chronologie de la construction du puits qui doit forcément être antérieure à cette époque ou contemporaine.

108Le dépotoir est installé dans une fosse de forme rectangulaire ; il contient une grande quantité de mobilier céramique qui correspond en majorité à de la vaisselle de qualité. Il a pu être daté de la fin du XIIIe s. et du début du XIVe s. Lui aussi est à rapprocher par ses formes du matériel céramique retrouvé à Anse dans les deux dépotoirs du château, avec cependant l’apparition de formes et décors nouveaux. A également été isolé au sein de cet ensemble un fragment de céramique du Proche-Orient.

109Parmi les fragments de verre, plusieurs formes ont été identifiées :

  • trois fragments appartiennent à des verres à tige creuse de type A (selon Foy 1989) (fig. 41) qui font leur apparition à la fin du XIIIe s. Le fragment de panse présente un décor de fines côtes lissées à chaud ; la tige et le pied (en forme de disque) sont décorés de côtes moulées en relief qui se terminent sur le pied en un mouvement circulaire.

  • deux goulots de gourde de type F, vert pâle, très altérés, ont un décor de cordon pincé sur le haut de la panse appliqué après soufflage.

41 - Verre à tige (A) et goulots de gourde (F)

110Situé entre les deux zones d’habitat, cet espace est difficile à interpréter. La fouille a prouvé qu’il est vierge de constructions depuis le VIe s. Le sol de tuileau construit au VIe s. a dû être réutilisé un certains temps avant d’être abandonné et recouvert par l’humus. La présence de quelques tessons de céramique qui se complètent, alors qu’ils proviennent de couches différentes, pourrait aussi s’expliquer par le brassage de la terre d’un jardin dans lequel des arbres ont été plantés ; les textes mentionnent ces plantations. Il est donc plausible de penser que cette description s’applique à cet espace. La découverte dans le dépotoir, de céramiques de luxe montre que, “terrain vague” ou jardin, les chanoines s’étaient déjà approprié cet espace situé hors de l’enceinte, ce qu’atteste l’étude des archives. Précisément à la même époque, l’hôtel est détenu non pas par un doyen, mais par un évêque (fig. 42). Guillaume de Thurey, doyen entre 1340 et 1356, conserve en effet après son accession à l’épiscopat et jusqu’à sa mort en 1365, l’usage de la maison qu’il avait acquise pendant son décanat (1343. A.D.R. 10.G.666), sans la céder à son successeur dans la fonction de doyen lors de sa résignation de charge ; son neveu Philippe de Thurey aurait ensuite repris cette maison et l’aurait occupée durant son propre épiscopat entre 1389 et 1415. Les mentions d’actes capitulaires sont insistantes sur ce point : “la maison qui fut autrefois à Philippe de Thurey” (1419 A.D.R. 10.G.84. f° 21v), “la maison du doyenné qui fut au défunt Seigneur Philippe de Thurey, archevêque” (1419. A.D.R.V10.G.84. f°28 et 33) etc.

42 - Les occupants successifs de l’hôtel du Doyenné

43 - Porte (US 577) avec un linteau en calcaire

L’HABITAT INTRA-MUROS

111A l’est, dans le secteur ecclésiastique, un important bâtiment est construit au cours de cette période. Ses maçonneries massives (d’environ 1 m) sont bien appareillées et liées au mortier. Les structures mises au jour se présentent de la façon suivante :

  • une pièce A, dont les murs ouest (US 582-588), nord (US 570-554) et est (US 771), conservés en élévation, délimitent une pièce dont l’accès se fait par une porte (US 577) installée dans le mur nord, (voir fig. 40). Le linteau, un arc surbaissé et les jambages sont en calcaire coquillier gris ; ils sont chanfreinés sur la face sud, la pierre étant taillée plus sommairement sur la face nord, sans décor (fig. 43). Deux degrés, toujours en calcaire coquillier gris, font communiquer la pièce A et un espace situé au nord (B). A l’ouest de la porte, dans le mur nord (US 570), un bouchage présentant une limite de mortier très nette pourrait correspondre à une fenêtre condamnée ultérieurement.

  • l’espace B, est limité à l’ouest par le prolongement (US 584) du mur ouest du secteur A (US 582-588). Ces murs présentent sur le parement ouest un enduit lissé de couleur brune. Une deuxième maçonnerie (US 585-586) vient doubler cette façade ouest et s’appuie sur l’enduit. Ces deux murs accolés parallèlement présentent un aspect massif : leur épaisseur est supérieure à 2 m. Cette maçonnerie (US 585-588), qui vient doubler le mur de la maison canoniale, est un vestige du rempart (fig. 44). La maison canoniale, hôtel du Doyenné, serait donc antérieure à 1165-1180, date supposée de la construction du rempart. Pour la pièce A, la présence d’une fenêtre, l’aspect de la porte (ouverture de façade), ainsi que l’enduit de la façade ouest permettent d’interpréter cette pièce comme un rez-de-chaussée. Le secteur B était un espace extérieur, sans doute une cour.

112Rue Carriès, a été mis au jour un mur orienté sud/nord qui présente un retour d’angle est/ouest dans la paroi sud de la tranchée. Ce mur est fondé sur le dallage de la voie gallo-romaine (période 3). Le parement intérieur est du mur, conservé sur cinq assises, est construit en appareil quadrangulaire lité, de facture assez grossière et lié au mortier. L’épaisseur du mur reste inconnue car l’emprise du chantier de génie civil ne s’étendait pas au-delà de cette maçonnerie. La confrontation de la localisation et du tracé de ce fragment de mur avec le parcellaire du quartier et les alignements de rue, permet de l’interpréter comme une partie du mur sud de l’enceinte et même de son angle sud-ouest, entre la rue Tramassac et la rue Carriès.

113Les vestiges du mur d’enceinte retrouvés le long de l’ancienne rue Carriès et dans l’îlot Tramassac contre l’hôtel du Doyenné permettent, en prolongeant leur axe respectif, d’établir un angle dans le tracé du mur d’enceinte à l’est de la rue. Cette supposition est confirmée par plusieurs sources archivistiques. Un texte de 1466 (A.D.R.10.G.836) précise qu’une maison (3, rue Carriès) se trouve “dans la ruelle allant de la rue du Gourguillon à la porte du Cloître de l’Eglise de Lyon appelée de Tiers (rue Carriès) jouxtant les murs du Cloître de ladite Eglise au Nord, la ruelle étant entre les deux”. Cette indication reprise plusieurs fois dans les textes postérieurs, établit que le mur d’enceinte constitue effectivement la façade de l’ancienne rue Carriès.

114Cette source est complétée par l’examen des plans anciens (A.M.L. 3.S.313, 3.S.477, 1.S.192) sur lesquels apparaît en effet une chicane dans le tracé ancien de la rue Carriès. D’une part, le corps de logis nord de la parcelle du Doyenné apparaît sur ces plans en saillie importante par rapport à l’alignement nord de cette rue. Cette façade principale du Doyenné se trouverait aujourd’hui au milieu de l’actuelle rue Carriès, à 5 m environ en avant de l’alignement nord des façades ; le bâtiment de l’hôtel du Doyenné fermait donc la rue Carriès en impasse.

44 - Mur d’enceinte (US 585, 588) et puits

115D’autre part, la présence d’une porte à cet endroit est mentionnée dans les textes dès 1395 (A.D.R. 10.G.840) : “Et d’abord la porte de Tyait, qui est contre la maison de l’Archevêque de Lyon (près de) la maison qu’habite Gilet d’Albon et qui mène au Gourguillon. La confrontation de ces documents avec le Plan scénographique permet de placer cette porte à l’est de la rue Carriès, contre l’hôtel du Doyenné et de supposer qu’elle s’ouvrait dans le tronçon est-ouest du mur d’enceinte, ce qui revient à modifier quelque peu le traçé proposé par Sachet (voir fig. 9) ; desservie par cette voie, elle ménage donc un passage sud/nord en chicane, débouchant à l’intérieur de l’enceinte sur une rue passant entre le Doyenné et la maison canoniale contiguë à l’hôtel d’Albon. Selon cette hypothèse, les dimensions évoqueraient plutôt une poterne, ce que confirme l’absence de figuration sur le plan d’une fortification pour cet accès.

PÉRIODE 15

L’HABITAT EXTRA-MUROS

Les maisons de la rue Tramassac

116De nouveaux bâtiments sont aménagés. Les murs, conservés en élévation, sont liés au mortier et présentent un appareil relativement irrégulier avec des matériaux hétérogènes (moellons de calcaire, schistes, galets du Rhône, briques...).

117La fouille a permis d’identifier deux parcelles accolées Tune à l’autre dont le découpage remonte vraisemblablement à la période précédente (fig. 45).

  • La parcelle D, au sud, allongée, est occupée par deux corps de bâtiments, l’un sur rue, l’autre en fond de parcelle, séparés par une petite cour. La maison sur rue est reconstruite sur les fondations de l’habitat précédent ; par contre la maison arrière est créée ex nihilo durant cette période.

  • La parcelle E, au nord, comporte deux pièces contiguës, l’une à l’ouest, l’autre à l’est, l’ensemble formant le bâtiment sur rue. Le reste de cette parcelle se trouve hors de l’emprise de la fouille.

118Au cours de cette période, un important remblai, témoin d’un exhaussement spectaculaire des niveaux de la rue (US 254), provoque la transformation des rez-de-chaussée en caves.

119Le large mur de la période 14 (US 892-895) est démonté par endroits jusqu’au niveau de la voie romaine sur laquelle ses fondations s’appuyaient afin d’en récupérer les pierres, comme l’atteste une large fosse.

120Les caves ne sont pas encore voûtées, mais seulement séparées des rez-de-chaussée par des planchers. Ce phénomène est attesté pour d’autres maisons de la rive droite de la Saône bien qu’il soit difficile de le constater, car l’épaisseur des voûtes installées ultérieurement couvre souvent les trous d’ancrage des poutres. L’accès aux caves s’effectue alors soit par une trappe et une échelle, soit par la cour intérieure de la parcelle E. Une ouverture (US 863), bouchée ultérieurement, relie entre elles les caves des bâtiments des deux parcelles.

121Suite à l’exhaussement du niveau de sol, chaque maison possède un sous-sol ; en fait, l’ensemble même de la parcelle est transformé en niveau de cave, sous la cour comme sous le bâti. Les niveaux de sol de ces espaces aménagés en sous-sol ne sont pas conservés ; ils ont été recreusés au XVIe s. lors de nouveaux aménagements. Il faut également ajouter que la fouille du niveau de rue (US 254) aménagé sur les couches de remblais n’a pas permis de mettre au jour un matériel qui permette de préciser les datations. En effet, l’ensemble des monnaies retrouvées dans les couches entre les niveaux de rue à cette période sont d’époque gallo-romaine ; ce matériel résiduel montre que ces couches sont un apport volontaire et non une accumulation de sédiments.

45 - Plan des vestiges de la période 15

122Dans les démolitions du XIXe s., plusieurs pierres taillées provenant des carrières des Monts d’Or ont été retrouvées ; ces éléments appartenaient à des jambages de portes et de fenêtres et certains d’entre eux étaient décorés de moulures prismatiques, utilisée du XIVe et XVIe s.

123Si l’on regroupe les données des périodes 14 et 15, on constate que l’habitat se développe dans un premier temps à l’intérieur d’un parcellaire peu divisé (fig. 46). Les transformations sont principalement dues aux différents jeux des acquisitions, partages, héritages, ventes. Ces changements laissent des traces visibles dans l’évolution des structures.

124L’évolution du tènement situé dans la partie ouest de la zone de fouille, ayant façade sur la rue Tramassac, est très révélatrice de l’évolution du parcellaire sur la rive droite de la Saône. En effet, jusqu’au milieu du XIVe s., ce tènement est rattaché à un autre situé plus au sud et doit s’étendre jusqu’au mur de clôture au nord (période 14). En 1303, date du premier texte d’archives exploitable, un seul propriétaire, Simon d’Albon, est mentionné pour l’ensemble. Ce n’est qu’en 1371 que ce tènement, appartenant toujours à la famille d’Albon, est divisé en trois parcelles ; deux d’entre elles sont situées dans l’emprise des fouilles à l’ouest (parcelles D et E).

46 - Schéma d’évolution du parcellaire D et E

125Le partage est réalisé dans le sens est-ouest afin que chaque parcelle ait un accès sur la rue Tramassac.

126A l’intérieur des parcelles, le bâti se densifie et adopte le plan type, soit deux corps de bâtiments séparés par une cour. A cette époque les descriptions faites dans les textes sont très succinctes ; il est fait mention de maisons “haute et basse” ou “haute, moyenne et basse”, c’est-à-dire comprenant deux à trois niveaux d’élévation. En 1475, la parcelle nord est décrite ainsi : “domum altam bassam cum curte et putheo” (A.D.R 10 G 988.46). En 1493, la même maison est dite “haute, moyenne et basse”. Un niveau supplémentaire a donc été créé entre 1475 et 1493. Quant à la parcelle sud, elle est dite “domum altam bassam” (A.D.R. 10 G 988.14) et comme la parcelle nord, “aulte, moyenne et basse” en 1493 (A.M.L. CC.5.27 vo).

47- Schéma des parcelles formant l’angle des rues, Carriès et Tramassac

Le tènement du 5 rue Carriès

127Le tènement situé 5 rue Carriès, à l’angle des rues Tramassac et Carriès, apparaît à la fin du XVe s. dans les textes d’archives. Ce sont les premières mentions écrites connues, ce qui ne signifie pas que les bâtiments apparaissent à cette époque. Après confrontation d’un terrier du XVe s. (terrier Guibert 1464-1500. A.D.R. 10.G.988) et d’un parangon de terriers anciens, en grande partie disparus (A.D.R. 10.G.1000), l’évolution de ce tènement peut être restituée (fig. 47).

128En 1466 (terrier Guibert), Etienne Durtières, potier d’étain, reconnaît trois parcelles jointives, soit un seul tènement sur lequel sont bâties plusieurs maisons : une maison haute et basse (1a), une autre maison haute et basse (1b), et enfin une troisième maison haute et basse qui fait “l’angle de la rue du Gourguillon et de la ruelle allant de cette rue à la porte du cloître” (1c) (fig. 48).

129En 1472, Jean de Roche, clerc de notaire, reconnaît la parcelle contiguë (2), soit une maison “haute et basse”, confinée à l’ouest par la maison d’Etienne Durtières et à l’est par les jardins du doyen.

48 - Vue d’ensemble des structures, rue Tramassac, depuis l’ouest

L’HABITAT INTRA-MUROS

130Dans la zone est de l’îlot Tramassac, les bâtiments intra-muros ne semblent pas subir de transformations quant à la distribution des espaces. Le phénomène de rehaussement des niveaux, observé rue Tramassac, n’est pas encore attesté à l’intérieur de l’enceinte.

131Le puits accolé au mur d’enceinte ne fonctionne plus en tant que tel dès le XVe s. L’imposante quantité de matériel retrouvée dans les couches de comblement montre qu’il est alors utilisé comme fosse d’aisance et dépotoir. En effet, la présence de pots intacts ou quasiment entiers sans ébréchures prouve qu’ils ont dû rencontrer une couche de matière organique qui atténuait le choc de la chute. De plus, les nombreuses couches de chaux dans le comblement attestent la nécessité d’assainir cet endroit.

132Pour cette période, allant de la fin du XIIIe au XVe s., les archives nous renseignent sur le bâtiment du Doyenné, même s’il n’existe aucune visite détaillée dans les textes de cette époque. Entre 1275 et 1419, cette maison semble avoir la prédilection des doyens, bien que le bâtiment ne soit pas officiellement dévolu à leur dignité (voir fig. 42). Il existe toutefois plusieurs exceptions, particulièrement entre 1356 et 1419, et ce n’est qu’en 1426 que l’hôtel est définitivement rattaché à la fonction de doyen. La maison est cependant en très mauvais état au milieu du XVe s., “en ruine en plusieurs endroits murs et toits” (10 G 96 f°253. 23 XII 1468). Elle a nécessité de la part du doyen G. de Montchenu, puis de son successeur, des réparations très onéreuses.

133A l’ouest de la muraille, au centre de l’îlot, un jardin est mentionné en 1419. Le puits transformé en dépotoir comporte plusieurs couches de comblement (US 711,710, 685, 679) qui présentent un intérêt considérable dû à la grande quantité et variété de matériel céramique et verre, retrouvé parfois intact (fig. 49). Dans les couches inférieures, le mobilier présente des éléments de vaisselle de table datés de la fin du XVe s. Quant aux couches supérieures du remplissage (US 685-679), elles ont pu être datées du XVIe s. par la présence de deux salières en faïence et de marmites à pâte grise et à anse coudée.

49 - Puits transformé en dépotoir

134Parmi les fragments de verre, plusieurs formes ouvertes ont été identifiées (fig. 50) :

  • des verres à pied sans décor (type C), moulés en une seule paraison et dont le pied est formé par resserrement de celle-ci ;

  • une coupe à pied tronconique (type C5), façonnée également en une seule fois, et dont le bord est ourlé et décoré d’un fdet bleu ;

  • des gobelets, moulés en une fois, décorés de pastilles en relief (type B2) ;

  • un verre à tige pleine ornée d’un bouton bleu, la coupe droite est couverte de frises de verre bleu rapportées (type D) ;

  • la typologie des formes fermées, ont été identifiées :

  • un col sans décor de bouteille à vin ou à liqueur (type G2) de forme allongée reposant sur une panse globulaire à fond concave ;

  • un col (type G2), orné d’un filet de verre rapporté après soufflage ;

  • un col évasé et un fond concave qui ont permis de déterminer un urinal (type G4). (A la fortune du pot 1990-1991 ; A Travers le verre 1989 ; Auger 1990).

135Dans ce même dépotoir, il faut également ajouter la découverte d’une grande quantité d’ossements d’animaux, parmi lesquels des éléments de squelettes de deux jeunes chiens, dont l’étude ostéologique a révélé des traces d’équarissage sur certaines parties, qui ont pu être opérées à des fins alimentaires ; bien que cette observation soit occasionnelle sur le site, la consommation de viande de jeunes chiens est bien attestée dans le monde médiéval. Parmi les autres ossements, les restes des trois principales espèces domestiques sont représentés en proportions presque équilibrées : d’après le poids de ces restes, le bœuf est l’espèce prédominante à plus de 60 %, suivi par ordre d’importance par le porc et les ovicapridés. L’analyse ostéologique a permis d’observer que dans ses lignes générales, la gestion des animaux domestiques semble fonctionner selon les règles perpétuées de siècle en siècle. Elle semble néanmoins évoluer dans le cas de chaque espèce vers un élevage de plus en plus spécialisé. La conservation de bovins adultes, voire séniles, s’accorde avec leur utilisation au travail, celle des ovicapridés adultes avec la production de lait et de laine, alors que le porc est exclusivement destiné à la boucherie. Il s’agit d’un élevage adapté aux divers besoins, qui tire le meilleur profit des produits animaux.

51 - Plan des vestiges de la période 16

PÉRIODE 16

136Cette période comporte des modifications à l’intérieur des parcelles de l’habitat laïc, rue Tramassac (fig. 51). Certaines circulations sont modifiées. Notamment l’ouverture reliant les caves des deux parcelles est condamnée par un bouchage en maçonnerie, et une nouvelle ouverture entre les deux caves de la maison sur rue de la parcelle Ε est aménagée ; les montants et le seuil (US 810) de cette porte sont en calcaire coquillier gris et l’arc de décharge est en briques liées avec un mortier de chaux. De plus un escalier en vis (US 524) en calcaire des Monts d’Or est construit ; il relie les différents niveaux des bâtiments de la parcelle Ε (fig. 52). Il repose sur un important blocage de maçonnerie qui sert à stabiliser l’ensemble, compte tenu de la masse et de la structure de l’escalier. Ce blocage perce toutes les couches antérieures jusqu’à l’arase supérieure du mur 892-895 (période 14).

52 - Escalier en vis de la parcelle E, rue Tramassac

137L’espace situé entre les deux bâtiments de la parcelle D est utilisé comme dépotoir à l’exclusion de sa partie sud, qui forme un passage entre les deux corps de logis. Le dépotoir, utilisé jusqu’au début du XVIIe s., a livré du matériel en très bon état, parmi lequel du verre dont l’éventail des formes va de la fin du XVe s. au milieu du XVIe s. On a retrouvé (fig. 53) :

  • un gobelet (type B) moulé en une seule paraison, un autre portant un décor de cordon pincé, rapporté à la base dont la panse est ornée de côtes moulées en relief ;

  • de nombreux verres à pied (type C) sans décor, un verre à pied (Type Cl) dont la panse porte un motif d’alvéoles moulé en relief, un verre (type C2) orné de plusieurs filets blancs rapportés, sur le haut de la panse ;

  • un bol hémisphérique (type G5), un urinal (type G4) et une aiguière (type G3) identifiée grâce à son bec verseur, son col et sa anse.

138Au milieu du XVIe s. apparaissent des verres à jambe creuse ovoïde (type E) parfois ornés de côtes parallèles en relief (type E1), des jambes moulées d’un décor de tête de lion (type E2) et des verres à jambe pleine, dite “balustre”, décorée de plusieurs boutons (type E3). La coupe de ces verres peut avoir la forme d’un calice, les parois sont parfois droites ou obliques.

139Le lot de céramiques, daté fin XVIe - début XVIIe s., contient de nombreux éléments de vaisselle culinaire à pâte grise et à anse coudée, ainsi que des éléments du type “service vert” qui sont très répandus dans la région à partir du XVIe s.

140Une nouvelle phase de remblaiement surélève le niveau de la rue (US 162) et les caves des maisons situées en bordure sont alors totalement enterrées.

141L’hôtel du Doyenné ne subit pas de transformations majeures et l’ancien puits continue à être utilisé comme dépotoir.

PÉRIODE 17

L’HABITAT EXTRA-MUROS

Les maisons de la rue Tramassac

142Le parcellaire de la zone fouillée extra-muros, rue Tramassac, reste tel qu’il est fixé depuis le XIVe s. Les archives apportent peu de renseignements. Un texte, du 7 novembre 1640, décrit la parcelle nord (E) en ces termes : “une maison contenant deux corps, une cour au milieu” (A.D.R 10 G 978 17) ; un autre texte, du 30 décembre 1684, qualifie l’ensemble “d’extrêmement vieux” (A.D.R. 10 G 974 76). Quant à la parcelle sud (D), la description du 6 décembre 1681 est très succincte : “maison haute moyenne et basse en plusieurs membres” (A.D.R. 10 G 993.8). Les modifications apportées durant le XVIe et le début du XVIIe s. concernent principalement les élévations des bâtiments. Durant cette période, l’ensemble des caves est voûté ; ces voûtes ont été installées en sous-œuvre avec un coffrage dont l’empreinte des planches est encore visible sur l’intrados des voûtes. Les pierres, en majorité des dalles de schiste, sont posées sur chant et liées au mortier (fig. 54).

143La construction de ces voûtes atteste une volonté de consolidation. Ce renforcement peut s’expliquer par un surcroît de charge à la base des murs provoqué par la surélévation des maisons, phénomène courant dès la fin du XVe s. et le début du XVIe s. L’épaisseur des voûtes (0,80 m) et leur ancrage en pendentif sur les murs latéraux provoquent un abaissement du plafond des caves, qui empêche de circuler debout ; aussi le sol est-il recreusé pour donner une hauteur convenable. Cette opération explique la disparition des niveaux d’occupation des caves des XIIIe - XVe s. et le fait que les fondations des murs soient très peu enfouies. Sur l’extrados des voûtes des caves, des remblais sont rapportés afin de niveler le sol et de constituer le plan de circulation du rez-de-chaussée. Plusieurs niveaux d’occupation successifs ont ainsi été mis au jour, ainsi que le soubassement d’un poêle (fig. 55).

54 - Voûte de la cave de la parcelle D, rue Tramassac

55 - Soubassement d’un poële, parcelle D, rue Tramassac

144La parcelle E subit d’autres modifications ; le mur nord de la maison sur rue est reconstruit et son axe est légèrement dévié (fig. 56). Il en résulte un léger rétrécissement de la parcelle qui oblige à remanier l’escalier. La forme arrondie est brisée et des marches de réemploi (US 511) sont posées sur les anciennes avec des reprises en blocage maçonné de manière à modifier la révolution de l’escalier. A ce stade, l’escalier n’est plus utilisable à tous les niveaux de la maison, mais seulement entre le rez-de-chaussée et la cave car l’espace laissé par ces transformations empêche une révolution normale de l’escalier. Un autre escalier a donc dû être construit pour accéder aux étages supérieurs depuis le rez-de-chaussée.

56 - Plan des vestiges de la période 17, caves et rez de chaussée

145Une ouverture surmontée d’un arc de décharge en briques est aménagée afin de permettre le passage depuis l’escalier vers les caves de la maison sur rue. Un placard a également été découvert dans l’épaisseur d’un mur, accolé au noyau de l’escalier. Ce placard est construit en dalles de calcaire à entroques, surmonté d’un arc de décharge de même nature. Une nouvelle porte (US 523) est percée dans la cage d’escalier et permet d’accéder aux caves par la cour intérieure. L’ouverture qui remplissait cette fonction est abandonnée et bouchée.

146Le matériel céramique retrouvé dans les couches d’occupation sur les extrados des voûtes permet de placer leur construction au début du XVIe s. A ce matériel, il faut aussi ajouter quatre monnaies de François 1er qui indiquent que ces constructions n’ont pu être réalisées avant son avènement en 1515. La présence d’un soubassement de poêle au rez-de-chaussée de la maison sur rue de la parcelle D est également un élément qui confirme ces datations.

Le tènement du 5 rue Carriès

147Le tènement se transforme et se subdivise ; les parcelles sont reconnues comme suit : la partie (la) du tènement est désolidarisée de l’ensemble et forme une nouvelle parcelle. Dès 1516, date à laquelle elle est vendue par Etienne Durtières, une partie de cette maison appartient à Antoine Laguille et sa femme A. Descorey et l’autre partie à P. Aimonet ; or ce dernier possède aussi les parcelles (1b) et (1c) (terrier Valentin). Ce n’est qu’à partir de 1547 que cette parcelle est définitivement indépendante de l’autre (terrier Tourveyon). Cette division est mentionnée dans un texte de 1619 (terrier Girinet) “une chambre, une arrière chambre, au premier étage avec les greniers dessus, lesdits biens sur le derrière et galerie qui fut des appartenances d’une maison située en rue de Gourguillon” ;

  • les parcelles (1b) et (1c) forment un seul ensemble avec une maison dite “haute, moyenneet basse” en 1545. La parcelle (2), où une maison “haute et basse” est attestée en 1472, est décrite en ces termes en 1548 : “une maison haute, moyenne et basse, jouxtant la rue de Tiers (rue Carriès) tendant du Gourguillon à la porte de Tiers

148L’ensemble a été entièrement remanié en façade en 1783 au moment où l’élargissement de la rue Carriès atteste une volonté d’aménager un système de voirie à l’intérieur d’un monde clos et de mettre en communication la rue Tramassac avec la Saône (A.D.R. 10 G 381 4) (fig. 57, 58).

L’HABITAT INTRA-MUROS

149Dans la zone intra-muros, le processus d’exhaussement des terrains déjà effectué dans la zone extra-muros se réalise progressivement.

150Le Plan scénographique (voir fig. 7) donne une image de l’hôtel du Doyenné et de l’enceinte à cette période. Cet Hôtel est formé de trois corps de bâtiment : le corps principal semble être celui qui ferme la rue Carriès en impasse et dont la façade principale donne sur la place Saint-Jean. Il est relié à Test à un autre bâtiment possédant une galerie de façade ; un troisième corps de logis (celui repéré en fouille) encore plus au sud en vis à vis du premier. A l’ouest, encadré par ces trois bâtiments, un espace non construit est clos à son extrémité ouest par le mur crénelé de l’enceinte capitulaire qui apparaît donc nettement à l’intérieur de l’îlot. Enfin, à l’ouest, de l’autre côté du mur crénelé, un espace vide est représenté qui correspond aux "jardins du Doyenné". Ces derniers sont séparés, des maisons de la rue Tramassac, à l’ouest, par les murs des bâtiments en fond de parcelles. Les jardins du Doyenné sont mentionnés comme confins orientaux dans chaque texte pour ces deux parcelles : en 1632, “jardin du Doyenné passage entre deux de matin” (A.D.R. 10 G 978.17) et en 1682, “le jardin du Doyenné court entre deux de matin” (A.D.R. 10 G 872.13).

151Un autre document, "l’anonyme" Fabriczy (fig. 59), confirme cette lecture du Plan scénographique : le dessin montre le quartier canonial vu de l’ouest, depuis les pentes de la colline ; au premier plan est représenté l’îlot Tramassac. L’enceinte crénelée apparaît nettement au milieu de cet îlot, avec des espaces vides à l’ouest (jardin) et à Test (cour). Tous ces éléments confirment l’interprétation des données de terrain sur l’îlot depuis les XIIe et XIIIe s. (période 14).

57, 58 - Relevé de la façade de l’immeuble situé à l’angle de la rue J. Carriès et de la rue Tramassac
Cet immeuble reste le seul témoin ancien encore en élévation dans cette rue, les autres ayant disparu à la suite d’un alignement réalisé au XIXe s.

59 - Le quartier canonial de Lyon vu du sud-ouest. Anonyme Fabriczy “Lyon”
Braune Feder - 20,5 x 28,5 cm.
STAATSGALERIE STUTTGART - Inv. Nr 5789, recto

PÉRIODE 18

L’HABITAT EXTRA-MUROS

Les maisons de la rue Tramassac

152Dans les deux parcelles D et E, des escaliers sont aménagés en façade, qui relient directement la cave à la rue. Des ouvertures sont percées dans les voûtes pour installer ces escaliers droits (fig. 60 à 61).

153Dans la parcelle D, l’escalier est construit contre le mur mitoyen où un corbeau est installé pour soutenir l’arc de décharge sous la voûte.

154Dans chaque parcelle, une pile est construite contre le mur de façade pour consolider les voûtes affaiblies. Ces transformations pourraient être liées, au moins pour la parcelle E, à un alignement de façade. Des mentions d’autorisation d’aligner, répétées à plusieurs reprises en 1682 et en 1685, en témoignent (A.M.L. DD 36-156 ; DD 47-135 ; DD 47-178).

60 - Escalier, placard et départ des voûtes (cassées), parcelle D, rue Tramassac

61- Plan des vestiges de la période 18, caves et rez de chaussée

“Estant comparu au Consulat Mesieurs Antoine Galliad (...) et Pierre Curnillon. notaire royal lesquels ont requis que mesure et allignement leur fussent donner pour un devons de maison qu’ils désirent reconstruire à neuf scize sur la rue du Gourguillon, après que les dits Sieurs Crollier et Hunet ont este commis députés par le Consulat pour voir les lieux et sur le raport par eux fait de la manière dont la dite maison devra estre allignée en suivans lallignement général... Batissants sur ladite rue Gourguillon les requérants allignerons en ligne droite à prendre depuis le repaire fixe marquée sur lenchant et encognure de la Maison du Sieur du Soleil maistre chandelier tournant de ladite rue Gourguillon entrée pisse truye jusque à autre repaire marquée sur lenchant et encognure de la Maison du Sieur Baumont tournant en rue de la Pionière ledit repaire estant reculée de sept pouces, le tout à la charge du recullement qui eschera et d’avertir le Voyer de la ville lors du décombrement des terres dudit bâtiment pour estre transportée par les entrepreneurs dans les lieux qui leur seront indiqué comme lorsque la première assise de pierre sera encore posée affin que le rez de chaussée soit donné commil doit estre, à la charge de faire aposer des chenec (chenaux) de fer blanc pour la conduite des eaux pluviales et de ne faire poser des cadettes sur rue qui excèdent plus d’un pied et demy en largeur et à fleur de pavé et que sur le tour recollement sera fait par lesdits Sieurs ou par ceux qui seront par eux commis et députés pour estre les contreventions au présent acte.”
(VI. 15, rue Tramassac. 31 décembre 1682. A.M.L. DD 36-156).

155Des monnaies ont été retrouvées dans les niveaux d’occupation de la cave de la parcelle D ; elles présentent une chronologie allant de la fin du XVIe s. (monnaie d’Henri IV, 1593) au milieu du XVIIIe s. (monnaie de Louis XV, 1740).

156Le dépotoir situé entre la maison sur rue et la maison sur cour de la parcelle D n’est plus utilisé ; il est scellé par un sol en carreaux de terre cuite destiné à assainir cet endroit. Ce sol présente un léger pendage nord-sud et une incurvation afin de faciliter l’évacuation des eaux sales ou des eaux de pluie (fig. 62).

62 - Passage entre les maisons est et ouest, parcelle D

Le tènement du 5 rue Carriès

157Les trois parcelles situées à l’angle des rues Tramassac et Carriès, ne semblent pas évoluer par rapport à la période précédente, et ce jusqu’en 1783. A cette date, un « permis de bâtir » demandé par le Sieur Portales, montre que ce dernier possède les parcelles (1 b et c) et (2) : “A Monsieur le juge Général seul voyer de la comté de Lyon, supplie le Sieur Portales Bourgeois de cette ville demeurant rue des trois maries, paroisse Sainte Croix, et a l’honneur de vous remontrer qu’il possède une petite maison scise rue des deux cousins dépendante de votre voierie, joignant du côté de soir une autre maison a lui appartenant et faisant l’angle septentrional et occidental des dittes rues. Son intention est de faire rebâtir ladite maison à la hauteur d’environ deux étages, il vous supplie de lui accorder les allignements necessaires à cet effet...” (A.D.R. 10.G.3814). L’état actuel de ces maisons est tel qu’il est décrit dans la réponse faite par le voyer. En effet, l’alignement sera exécuté et une façade “moderne” en retrait vient interrompre le rythme de la façade ancienne qui subsiste à l’ouest : “... permettons au Sieur Portales supliant de faire démolir et reconstruire la maison dont il s’agit sur la ligne de reculement tracé du dit plan ; ledit reculement, suivant le dit plan a été reconnu être, savoir à la tête du mur joignant au couchant la grande maison du supliant de deux pieds, et à l’autre tête dudit mur au matin joignant le mur de Cloture du jardin du Doyenné de vingt un pouce...” (A.D.R. 10.G.3814).

63 - Plan masse avec les alignements à exécuter - XVIIIe s. (A.M.L. 1 S. 192)

158Ce texte fait référence au plan d’alignement du quartier canonial de Saint-Jean dressé en 1770 (fig. 63), il confirme aussi la présence des jardins du doyen jusqu’au XVIIIe s.. La distribution intérieure même de ces maisons est reprise, avec l’aménagement d’un nouvel escalier contemporain de la reconstruction de ladite maison ; l’accès à cet escalier, qui dessert les maisons est et ouest, se fait par une porte réaménagée dans la façade ancienne de la maison ouest.

L’HÔTEL DU DOYENNÉ ET LES JARDINS

159Dans la partie est de la zone de fouille, le processus d’exhaussement se réalise progressivement. Le dépotoir est entièrement comblé et scellé par un remblai (US 604) dont le matériel est aux trois-quarts antique. Ce remblai scelle un remplissage dont les couches supérieures (US 678-679-685) sont datables du début du XVIe s.

160L’exhaussement progressif des niveaux et l’abandon du dépotoir sont vraisemblablement liés à une transformation importante du mode d’occupation de cette partie du site. En effet, les jardins du centre de l’îlot et l’hôtel du Doyenné sont dorénavant directement reliés. Le 21 février 1682 autorisation est donnée au doyen de faire démolir la muraille de la cour, jusqu’au terrain du côté du jardin, et de faire faire des grandes balustrades à la place de ladite muraille (A.D.R. 10.G.190.f° 35 et 10 G 56.289). Cette description est confirmée par un texte de 1737 : “ledit jardin ou parterre est séparé de ladite cour par une balustrade de fer tendant de vent à bize ; on monte de la cour en icelui par quelques marches pierre de taille”. Les demandes d’ouverture, portes ou fenêtres, dans la muraille sont rares jusqu’en 1650 et accordées à titre exceptionnel avec de nombreuses servitudes ; elles deviennent par la suite très nombreuses. La démolition de la muraille sur plusieurs mètres entre l’hôtel et le jardin en est un exemple.

161Au début du XVIIIe s. des visites ou devis renseignent assez précisément sur le plan et l’aménagement de l’hôtel. Déjà en 1683, un texte laisse à penser que l’intérieur était assez luxueux ; le doyen, qui a des difficultés de paiement, offre de “laisser audit Hôtel les tableaux et boisage” qu’il a fait faire (A.D.R. 10 G 56. 292). D’après B. Plongeron, (Plongeron 1974) le doyen du chapitre recevait annuellement 12 000 livres à la fin du XVIIe s. ; les autres dignitaires recevaient de 7 000 à 8 000 livres, les chanoines-comtes environ 3 000 et enfin les perpétuels 800 à 900 livres.

162L’étude comparée du plan masse (A.M.L. 1.S. 192) (voir fig. 63), du cadastre et du Bref de Vente des Biens Nationaux (1791) permet d’établir la surface de la parcelle et ses contours. Par ailleurs, une visite de 1737 (A.D.R. 10.G.670.) très détaillée, confrontée avec plusieurs autres descriptions beaucoup plus vagues (devis de réparation pour le Doyenné, 1742, (A.D.R. 10.G.670) pièce 3 ; bail de location, 1747, (A.D.R. 10.G.670) pièce 4 ; visite de maisons canoniales, 1760, (A.D.R. 10.G.671) permet de se représenter l’organisation générale de l’ensemble.

163Dans cette restitution (fig. 64), la surface des bâtiments à l’intérieur de la parcelle est supposée. Une partie du bâtiment 3, qui correspond à la maison A décrite dès la période 14, a pu être délimitée sur trois côtés (est, ouest et nord) ; cette pièce correspond à l’une des caves mentionnées “ayant un plancher au-dessus”. De même la cour 1 a pu être repérée d’après les vestiges archéologiques (espace B). Mais l’emprise de la zone de fouille ne s’étend pas en fait au-delà de ces deux espaces, cave et cour. Pour le reste de l’hôtel du Doyenné, seules des hypothèses peuvent être émises d’après les textes d’archives, sans possibilité de les comparer à la fouille.

164La visite de 1737 est le texte le plus riche en renseignements (voir encadré) :

  • L’hôtel du Doyenné comprend (outre le bâtiment situé au nord de la rue Mourguet et correspondant au “Petit Doyenné”) trois corps de bâtiment organisés autour d’une cour centrale et un quatrième au fond du jardin. L’entrée principale est située dans le bâtiment nord, face à la place Saint-Jean. L’accès aux étages des trois bâtiments se fait par un escalier en vis placé au sud-est de la grande cour. Le plan de type courant (maison avant et maison arrière séparées par une cour), adapté à un parcellaire laniéré repéré sur toute la rive droite de la Saône (par exemple rue Tramassac), n’apparaît donc pas pour l’hôtel du Doyenné, où se dessine d’après les reconstitutions, un plan en U. Les structures repérées en fouille correspondent à la cour centrale (l’espace B) et à une partie du bâtiment qui la ferme au sud (maison A).

165Toutes les pièces mentionnées ont été replacées sur le schéma de reconstitution ; leur surface est par contre totalement arbitraire. Cette demeure aristocratique comprend de nombreuses pièces d’habitation, plusieurs salles, une salle à manger, quatre chambres, “un petit appartement...” ; une chapelle est aussi mentionnée dans le bâtiment 3. De nombreuses dépendances sont associées : cuisines (une au rez-de-chaussée et une autre au premier étage), remise, serre, bûcher, écurie, fenière... ; l’ensemble est réparti sur trois niveaux (rez-de-chaussée, premier et deuxième étages) ; les combles sont occupés par des “grands greniers ou étendages et quelques galetas”.

64 - Hôtel du Doyenné : proposition de restitution

166Le texte donne des précisions sur le confort et la décoration : Dans la “grande cuisine” se trouvent “une grande cheminée de pierre de taille, four, potager et autres ajencements, le tout en bon état.” Au premier étage une autre cuisine, plus petite, a elle aussi sa cheminée, son évier et son potager. Une autre cuisine est mentionnée, au deuxième étage, dans un petit appartement (bâtiment 3) “avec une couche et pierre d’évier qui dégorgent leurs eaux à travers du mur par un cornet de fer blanc et qui aboutissent dans un entonnoir…

167D’après le texte de 1742 (A.D.R. 10.G.670), la salle à manger est richement décorée à la mode du XVIIIe s. : “les murs sont revêtus de boisages en menuiseries dont les panneaux sont remplis de treize tableaux d’histoire peints à l’huile, le lambris au-dessus est un compartiment d’ouvrage de menuiserie en sculpture.” Il mentionne également des latrines. Au premier étage, la galerie en arceaux de pierre de taille est “garnie de boisage et vitrage. ” Toujours au premier étage, au-dessus de la salle à manger, se trouve “une salle prenant jour sur la place Saint Jean par des grandes croisées à la française et garnies de leurs châssis papier et verre, et volets”.

168Ce texte de 1742, devis du sieur Roche architecte, mentionne à plusieurs reprises du “verre blanc d’Allemagne” pour les vitres des ouvertures. Les matériaux de construction utilisés sont la pierre de taille pour les cheminées, les escaliers et les encadrements de portes et fenêtres. Les revêtements muraux mentionnés sont principalement “l’enduit et plâtre” qui sont appliqués sur les pierres liées “avec des tuileaux et du bon mortier”, enfin, les toitures dont les charpentes sont recouvertes avec des tuiles de Verdun.

Extrait du texte concernant l’hotel du Doyenné
1737.
A.D.R. 10.G.670
Nous, Hector de LEVY précepteur de l’Eglise et Messire Alexandre de MONTJOUVENT chanoine de ladite Eglise, aussi Comte de Lyon, sçavoir faisons que ce jourd’hui troisième septembre mil sept trente sept, commissaires députés de notre chapitre par acte du 28 juin dernier au sujet de la visite, rapport et description de la maison et hôtel du Doyenné être faite par (...)
Les battimens consistent en quatre corps de logis, l’un à l’entrée faisant face sur la place Saint Jean du côté bize, le second en retour d’équerre au long d’une grande cour et jardin du côté de soir, et du côté de matin, sur une cour dépendante de l’hôtel du doyenné sur la cour dépendant de la maison canonialle de Monsieur le Comte de Chemé ; le troisième corps de bâtiment fait face sur ladite cour du côté de bize et se retourne d’équerre sur le susdit ; le quatrième corps de bâtiment est en face de soir sur un bosquet étant au fonds dudit jardin. Tout lesquels bâtiments nous avons visitté et examiné : premièrement dans le rez-de-chaussée qui consiste, sçavoir : dans le premier corps de logis, une remise sur rue en face de bize, laquelle nous avons trouvé en bon état, la principalle porte d’entrée dudit hôtel est pareillement en bon état, à la réserve que le mur au long de l’entrée du côté de matin est en partie écorchée, l’enduit et plâtre étant tombé d’environ une toize carrée. Dans la même entrée, aux murs des côtés de bize et soir, l’enduit et plâtre sont pareillement tombés aussy d’une toize quarrée dans les deux endroits.
Dans le même corps de bâtiments est une sale à manger dont les murs sont revêtus de boizages en menuiseries dont les panneaux sont remplis de treize tableaux d’histoire peints à l’huile, le lambris au-dessus est en compartiments d’ouvrage de menuiserie en sculpture. Ensuitte de ladite sale est une grande cuisine ayant une grande cheminée de pierre de taille, four, potager et autres ajancements, le tout en bon état. A l’angle de matin et vent de la cour est un grand escalier en vis pierre de taille qui sert pour monter au 1er et 2ème étage, à côté duquel est une porte qui conduit dans une cour par laquelle on descend dans deux grandes caves, l’une étant vout-tée en maçonnerie, et l’autre ayant un plancher au-dessus ; elles sont sous le troisième corps de logis dont on a parlé. De ladite cour, on passe à une troisième du côté de vent, de laquelle on entre dans une grande écurie du côté de soir, au-dessus de laquelle est une grande fenière ; quelques aix du plancher de ladite écurie sont rompues ainsi que le bas de la fermeture de la porte par laquelle on y entre ; dans lesdites deux cours sont environ trois ou quatre tombereaux de terre, platras et tuileaux qui les embarrassent. Sur le quatrième corps de logis, toujours au rez-de-chaussée, est une serre à former des orangers et un bucher attenant divisé en deux au moyen d’une cloizon planches, tendant de matin à soir, le tout étant en assez bon état. Nous sommes montés par le susdit escalier au premier étage, et par iceluy sommes entrés sur une galerie en arceaux pierre de taille garnie de boizage et vitrage au fonds de laquelle du côté de bize est une porte par laquelle on entre dans une sale prenant jour sur la place Saint Jean par des grandes croizées à la françoyse garnie de leurs chassis papier et verre, et volets, le tout en bon état à la réserve d’un traversier ou renvoi d’eau qui est pourri et rompu. A côté de ladite sale du côté de matin est une chambre ayant vue sur ladite place ; et au bout de lad. salle, du côté de soir est un escalier en marche pierre de taille qui lui sert de dégagement ; à côté d’iceluy, du côté de vent, est un petit cabinet vitré ayant vue sur la cour et sur ledit jardin, et un second cabinet au bout duquel est un escalier dérobé qui aboutit sur la rue des deux Couzins ; tout ce que dessus est en bon état, à la réserve d’une corruptin de l’angle des murs en face de bize et soir, laquelle règne du haut en bas : il parait qu’elle est depuis très longues années dans cet état et que lesdits murs ne suplombant point, cela est hors de péril ; cependant pour en ôter la déffectuosité, il conviendra la piquer, remailler et plâtrir du haut en bas.
Au long de lad. galerie sont trois chambres qui prennent leurs entrées par icelle et ont leurs jours sur la maison canonialle de Monsieur le Comte de Chemé : elles sont touttes en bon état. Au bout d’icelle, du côté du vent, est une petite pièce servant de cuisine : elle a sa cheminée, son évier et potager, le tout en bon état. Sur le troisième corps de logis est une grande sale basse élevée seulement de quelques marches au-dessus du rets-de-chaussée ; elle est accompagnée de quelques cabinets qui prennent le jour sur lad. cour et jardin de bize ; au-dessus desquels cabinets est un petit apartement qui prend aussy les jours du côtés de bize par lad. cour et jardin, tout lequel dessus nous a paru en bon état. A l’angle de vent et soir de lad. grande sale est un perron par lequel on entre dans une chambre étant dans le susdit corps de logis ; de ladite chambre, on entre de plein pied dans une seconde prenant jour du côté de matin sur la maison canoniale de Monsieur le Comte de Chemé, le tout en assez bon état. Au dit premier étage est aussi une chapelle prenant jour des côtés de matin et soir, laquelle est en bon état et descemment or une couche et pierre d’évier qui dégorgent leurs eaux à travers du mur par un cornet de fer blanc et qui aboutissent dans un entonnoir lequel est plein d’ordures, de cendre et de sable en sorte que les eaux n’ayant pas leurs vuidanges, elles purissent le couvert qui au-dessous (lequel il faudra repasser à tranchée ouverte, et changer les bois pourris) ; le surplus desd. petits appartemnts est en bon état. Sur le troisième et quatrième corps de logis dud. deuxième étage sont trois grands greniers ou étandages et quelques galetas. Au fond dud. jardin et bosquet est un petit pavillon couvert en forme de dôme qui est en bon état. A l’angle de bize et soir de lad. cour est un puits à eau claire ; led. jardin ou parterre est séparée de lad. cour par une balustrade de fer tendant de vent à bise ; on monte de la cour en iceluy par quelques marches pierre de taille.
Tous les couverts desd. bâtiments sont en thuiles creuses : les uns paraissent en bon état et aux autres parties des thuiles sont dérangées : il conviendra de les repasser et remanier, tout principalement du corps de logis du côté de bize étant sur l’entrée dud. hôtel, lequel il conviendra de repasser à tranchée ouverte et d’y fournir les thuiles qui pourront y manquer ; au mur de face du corps de logis depuis l’entrée en tendant à la rue des Deux Cousins, il y a une partie du mur de face dant l’enduit et le plâtre sont tombés, les joints même décharnés : il faudra le remailler avec des thuileaux et du bon mortier de chaux et de sable après avoir nettoyé et ratissé le mortier corrompu et qui tombent en farine ; après quoi on l’enduira et pla-trera, ce qui fera environ six toises quarrés ; et au surplus seront remaillés tous les trous qui se trouveront au mur dud. hôtel ainsi que les carreaux de verre qui se trouveront rompus(...)

L’ÉPOQUE CONTEMPORAINE

169L’enceinte avait certes déjà perdu son allure de forteresse, mais en 1791 la distinction “extra muros” et “intra-muros” disparaît totalement avec la vente des propriétés de l’Eglise comme Biens Nationaux. Tous les bâtiments vont peu à peu être intégrés au reste de la ville et cet ensemble que formait le quartier canonial va être l’objet d’une urbanisation intensive.

L’HÔTEL DU DOYENNÉ APRES SA VENTE COMME BIEN NATIONAL (PÉRIODE 19)

170Le 28 mai 1791, l’hôtel du Doyenné est vendu comme Bien National (Bref de vente ; A.D.R. 1. Q.327) :

On fait savoir que le vingt huit may mil sept cent quatre vingt onze, à deux heures de relevée et suivantes, il sera procédé à la vente, au plus offrant et dernier enchérisseur d’une maison ditte Le Doyenné, jardins et dépendances, appartenant à la Nation ci devant possédé par le Chapitre de Saint Jean dont la désignation suit.
Maisons et jardin dits du Doyenné ci devant possédé par le Chapitre de Saint Jean ayant environ vingt mille pieds carrés de superficie.
Confinés au Nord par la rue de l’Evéché et la rue des Deux Cousins sur une longueur de cent soixante trois pieds, au midy par la rue Pisse Truie sur une longueur de soixante et quinze pieds, à l’occident par les maisons Port
ales, Rival, et Sainte Luce, et à l’orient par deux maisons à la Nation l’une portant le n° 35 et l’autre le n° 37 ditte l’Archidiaconé.
La partie de Bâtiment sus confinée par la rue de l’Evéché porte le n°
 34. Elle comprend, à retz-de-chaussée des cuisines, offices, leurs dépendances, bûcher, deux escaliers, dont l’un est à limons suspendu, remises, une grande cour pavée en carreaux de pierres, et entourée d’un portique, un jardin fermé par une grille en fer et une pièce d’eau ou citerne dans ledit jardin.
Le premier étage forme quinze pièces dont douze à cheminée et plusieurs cabinets
 ; le second étage forme plusieurs chambres de maîtres et domestiques, cabinets et greniers.
Sous partie du rez-de-chaussée sont des caves.
Les constructions sur la rue Pisse Truie forme du côté d’occident, une écurie, fenil, cour et dépendances, du côté de midy, un bâtiment en location portant le n°
 40 et qui est composé de caves, retz-de-chaussée et deux étages au dessus.
L’adjudicataire ne jouira que précairement des vues, croisées, jours et chuttes d’eau, pris par les maisons sus désignées sur les deux autres maisons à la Nation qui les confinent côté d’orient…

171De nombreuses modifications sont réalisées après cette vente.

172La cave est voûtée (US 569) et un mur de cloison (US 572) est construit dessus. La porte donnant accès à la cour depuis la cave a été bouchée par un blocage de maçonnerie dans lequel est aménagé un soupirail. Enfin, le caisson rectangulaire située en avant de la même porte est utilisé comme dépotoir (fig. 65). La présence de cet aménagement installé depuis l’intérieur, non parementé à l’extérieur et situé dans la cour devant la porte, est difficilement explicable. De petite dimension, il a pu être installé dans la cour à la sortie de la pièce pour y ménager un accès (escalier ou échelle), à une période intermédiaire de l’exhaussement du sol comme l’attestent des illustrations anciennes (fig. 66).

65 - Plan des vestiges de la période 19, caves et rez de chaussée

66 - Maison avec un accès à la cave aménagé après exhaussement du sol

173Cette structure contenait une grande quantité de carreaux de poêle : en faïence blanche à décor bleu correspondant à une production lyonnaise du XVIIIe s. (US 602) et en faïence blanche du XIXe s. avec la base d’un poêle de forme arrondie (US 597).

174Un ensemble de verrerie du XIXe s. a aussi été découvert dans ce dépotoir, comprenant de nombreux verres à jambe pleine, dite “balustre” et des gobelets décorés de facettes en relief ; ces verres sont transparents, d’une épaisseur de 3 à 4 mm. Parmi les autres formes en verre, on trouve des bouteilles à vin et à champagne, une bonbonne de grande contenance, ainsi que divers petits objets, une salière-poivrière en verre transparent moulé, décorée de feuilles et de volutes, un bouton de porte moulé, transparent, un encrier moulé, décoré de lignes parallèles en relief, et une petite bouteille d’encre (fig. 67).

175Plusieurs centaines de tuiles vernissées noires ou vertes ont encore été extraites de ce même dépotoir indiquant que ce dernier a dû être comblé lors de travaux exécutés dans la maison du Doyenné.

176A l’ouest de la cave, là où étaient les jardins du Doyenné, une maison est construite, dont le niveau de cave a été mis au jour. Le mur s’appuie sur l’ancien mur d’enceinte qui est réutilisé. Un soupirail est installé dans le mur nord ; ce dernier est situé dans le même alignement que celui de l’hôtel du Doyenné. L’espace situé devant ces deux bâtiments, au nord, n’est toujours pas bâti comme en témoigne la présence des deux soupiraux. La parcelle de l’ancien hôtel du Doyenné va être entièrement restructurée à la suite de la percée de la rue du Doyenné : la partie est de la parcelle est préemptée par la Ville en 1825 (fig. 68).

177La partie est des bâtiments de l’hôtel du Doyenné se trouve donc sous la rue du même nom. A l’intérieur du nouvel îlot, la parcelle est restructurée en immeuble de rapport.

178La cour située devant les deux bâtiments permet de desservir l’intérieur de l’îlot depuis la rue du Doyenné. Vers 1846, le propriétaire de cette impasse propose de la céder à la Ville (A.M.L. Série 0. Impasse du Doyenné) :

“Rapport à Monsieur le Maire,
L’impasse à l’ouest de la rue du Doyenné située entre la rue des Deux Cousins, et la rue Saint Pierre le Vieux appartient totalement au Sieur Mory.
Sa largeur est de six mètres et sa longueur de 40 mètres environ : son extrémité orientale est située à peu près en face d’une nouvelle rue protégée ainsi qu’il résulte du plan ci-annexé.
Le Sieur Mory propose de céder cette impasse à la Ville sous les conditions énnoncées dans une lettre ci-jointe en date du 8 septembre 1845. Ces conditions sont très peu onéreuses pour la Ville, attendu qu’il faudrait pourvoir qu’à l’entretien du pavé et d’un réverbère…..
Par conséquent le soussigné est d’avis qu’il y a lieu à accepter la proposition du sieur Mory.
Lyon, le 4 février 1846. signé Cafrini.”

68 - Projet d’alignement pour la percée de la rue du Doyenné 1829 (A.M.L. 3 S. 313)

179Rue Jean Carriès, des immeubles sont construits à l’emplacement des jardins du Doyenné et de la partie nord de l’hôtel du Doyenné, qui respectent l’alignement donné au Sieur Portales par le voyer en 1783. De même, l’autre côté de la rue Carriès subit un alignement, ce qui élargit celle-ci considérablement.

180Jusqu’au XVIIIe s., seule la rue Tramassac permettait une communication entre les quartiers Saint-Georges (sud) et Saint-Paul (nord), de part et d’autre du quartier canonial. L’élargissement de la rue Carriès correspond déjà à une volonté d’aménager un système de voirie sclérosé par la présence d’un quartier fermé ; cette rue permet l’accès au nouveau pont de Saône par la rue de l’Archevêché et à la montée du Chemin Neuf percée par les Protestants en 1562. Cette politique se poursuit et en 1866 la percée de l’avenue Adolphe Max vient définitivement transformer le paysage à l’est de l’îlot. Les façades du début du siècle, sur la rue du Doyenné, se trouvent alors face à une perspective dégagée jusqu’à la Saône.

181Rue Tramassac, les deux parcelles étudiées sont occupées sans discontinuité jusqu’en 1874. Cette occupation est attestée par des niveaux de sols (dalles, tommettes...) et une amélioration des installations d’hygiène (fosse septique, canalisation, égout...). L’étude numismatique confirme une occupation des niveaux de caves des parcelles D et Ε jusque dans la seconde moitié du XIXe s. (monnaies de Napoléon III).

LA RESTRUCTURATION DE L’ÎLOT AU XIXe S. (PÉRIODE 20)

182A la fin du XIXe s., un véritable curage est réalisé, depuis la rue Tramassac jusqu’à l’ancienne parcelle du Doyenné, traversant ainsi tout l’îlot.

183En 1874, la liste des expropriations pour cause d’utilité publique est publiée. Les immeubles sont détruits et les caves remblayées avec les matériaux de la démolition (parcelles D et E).

184Le 8 août 1878, le funiculaire reliant Saint-Jean à Saint-Just est inauguré. La gare est bâtie au nord-est de l’îlot ; une cave est construite au centre de l’îlot dans les anciens jardins du Doyenné, pour y installer les pompes Jandin et autres machines utilisées pour faire fonctionner le funiculaire (fig. 69).

69 - Pompe Jandin

185Au XXe s., une deuxième ligne de funiculaire reliant Saint-Jean à Fourvière est créée, occasionnant la démolition d’autres immeubles rue Tramassac (la parcelle “la” est démolie) ; la gare est modifiée.

186Par ailleurs, des immeubles sont reconstruits le long de la rue du Doyenné, en 1843 au nord de l’impasse du Doyenné et en 1845 au sud de cette même impasse (fig. 70).

70 - Etat du parcellaire à la fin de la période 19. 7 juillet 1875 (A.M.L. serie 0)

Notes

5 Les datations sont données avec réserves, compte tenu de l’absence de références régionales.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende 11 - Localisations des sites fouillés et des observations géomorphologiques
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende 12 - Coupes interprétatives, étapes de remblaiement du bras de la Saône
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende 13 - Coupes réalisées sur le chantier avenue A. Max
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende 14 - Image granulométrique CM des sédiments fins de Saint-JeanLa méthode de l’image CM permet de mettre en relation les variations de texture d’un sédiment, obtenue par l’analyse granulométrique, avec le processus de transport et de dépôt. Deux valeurs sont extraites de la courbe granulométrique :- M, la médiane est la valeur du diamètre pour 50 % de l’échantillon ; elle définit la structure d’ensemble du dépôt.- C, mesure la compétence maximale du courant ayant transporté les particules ; il correspond à la valeur du diamètre pour 99 % de l’échantillon. Ainsi, chaque échantillon est représenté par un point. La position de ce dernier sur l’image formée d’un nuage de points, détermine un mode de transport (plus ou moins turbulent) auquel est associé un mode de dépôt. A chaque type de dépôt, correspond une unité de la plaine alluviale : lône, plaine d’inondation, berge, chenal, etc...Cette méthode d’interprétation de la granulométrie des sédiments permet donc de reconstituer les unités morphologiques des milieux alluviaux fossilisés.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende 15 - Plan des vestiges de la période 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende 16 - Relevés schématiques des premiers remplissages du bras de la Saône, îlot Tramassac
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende 17 - Coupe réalisée sur le chantier avenue A. Max
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende 18 - Coupe réalisée sur le chantier avenue A. Max
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende 19 - Coupe réalisée sur le chantier rue J. Carriès
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende 20 - Coupe interprétative réalisée sur le chantier avenue A. Max
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende 21 - Relevé et restitution des enduits peints décorés de la "maison aux stucs". Situation de la "maison aux stucs" dans le chantier rue J. Carriès
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende 22 - Voie coupée par le mur 209 et sa tranchée de fondation
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende 23 - Plan des vestiges de la période 3
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende 24 - Plan des vestiges de la période 4
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende 25 - Plan des vestiges de la période 5
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende 26 - Détail du mur est (US 1079)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende 27 - Détail du seuil (US 1079)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende 28 - Plan des vestiges de la période 7
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende 29 - Sol en mortier de tuileau (US 1053)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende 30 - Détails des techniques et des matériaux de construction
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende 31 - Plan des vestiges de la période 8
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende 32 - Plan des vestiges de la période 9
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende 33 - Plan des vestiges de la période 11
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende 34 - Plan des vestiges de la période 12
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende 35 - Murs (US 898 et 910)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende 36 - Foyer (US 217) en cours de fouilles
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende 37 - Plan des vestiges de la période 13
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende 38 - Structure rectangulaire
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende 39 - Seuil (US 150) et niveau de rue (US 269)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Légende 40 - Plan des vestiges de la période 14 (Tramassac et Carriès)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Légende 41 - Verre à tige (A) et goulots de gourde (F)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende 42 - Les occupants successifs de l’hôtel du Doyenné
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende 43 - Porte (US 577) avec un linteau en calcaire
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 44 - Mur d’enceinte (US 585, 588) et puits
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Légende 45 - Plan des vestiges de la période 15
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Légende 46 - Schéma d’évolution du parcellaire D et E
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Légende 47- Schéma des parcelles formant l’angle des rues, Carriès et Tramassac
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende 48 - Vue d’ensemble des structures, rue Tramassac, depuis l’ouest
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Légende 49 - Puits transformé en dépotoir
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende 50 - Verres
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende 51 - Plan des vestiges de la période 16
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Légende 52 - Escalier en vis de la parcelle E, rue Tramassac
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 53 - Verres
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende 54 - Voûte de la cave de la parcelle D, rue Tramassac
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Légende 55 - Soubassement d’un poële, parcelle D, rue Tramassac
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Légende 56 - Plan des vestiges de la période 17, caves et rez de chaussée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 57, 58 - Relevé de la façade de l’immeuble situé à l’angle de la rue J. Carriès et de la rue TramassacCet immeuble reste le seul témoin ancien encore en élévation dans cette rue, les autres ayant disparu à la suite d’un alignement réalisé au XIXe s.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende 59 - Le quartier canonial de Lyon vu du sud-ouest. Anonyme Fabriczy “Lyon”Braune Feder - 20,5 x 28,5 cm. STAATSGALERIE STUTTGART - Inv. Nr 5789, recto
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Légende 60 - Escalier, placard et départ des voûtes (cassées), parcelle D, rue Tramassac
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Légende 61- Plan des vestiges de la période 18, caves et rez de chaussée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende 62 - Passage entre les maisons est et ouest, parcelle D
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 63 - Plan masse avec les alignements à exécuter - XVIIIe s. (A.M.L. 1 S. 192)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende 64 - Hôtel du Doyenné : proposition de restitution
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende 65 - Plan des vestiges de la période 19, caves et rez de chaussée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende 66 - Maison avec un accès à la cave aménagé après exhaussement du sol
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 67 - Verres
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende 68 - Projet d’alignement pour la percée de la rue du Doyenné 1829 (A.M.L. 3 S. 313)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Légende 69 - Pompe Jandin
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Légende 70 - Etat du parcellaire à la fin de la période 19. 7 juillet 1875 (A.M.L. serie 0)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2888/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© Alpara, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access