Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lyon Saint-Jean, les fouilles de l'îlot Tramassac

 | 
Catherine Arlaud
, 
Joëlle Burnouf
, 
Jean-Paul Bravard
, 
et al.

Première partie. Fragments d’un paysage urbain

Texte intégral

1Le géographe moderne Vidal de la Blache écrivait : "en déposant latéralement alluvions, en formant une série d’îles leurs destinées à se souder, les deux fleuves, le Rhône et la Saône, ont circonscrit un berceau de ville". Il voulait montrer que le site de Lyon bénéficiait autant de ce double fossé dessiné par les deux fleuves que de l’acropole de Fourvière vantée par Strabon, son antique prédécesseur. Ces deux visions reflètent une tendance générale de l’évolution de la topographie urbaine de Lyon.

2Nous intéresse ici le centre médiéval, coincé entre les pentes escarpées de Fourvière et les berges de la Saône, et dominé par la silhouette imposante de la cathédrale Saint-Jean. L’archéologie montre les vicissitudes de son développement, dans une zone encore inhospitalière au début de notre ère, le long d’une rivière au cours encore très fluctuant, qui n’est rejetée que progressivement à son emplacement actuel. D’abord lieu d’installations dispersées sur les rives du bras de la rivière, le quartier n’est réellement urbanisé qu’au IIIe s. Il devient le centre de la ville dès le IVe s., alors que la cité du Haut Empire, au sommet de Fourvière, périclite et que ses édifices publics sont transformés en carrières de pierre. Une des raisons de cette expansion est peut-être la volonté des autorités ecclésiastiques d’élire un nouveau lieu pour l’établissement des édifices du culte chrétien. L’originalité de l’urbanisation de la rive droite de la Saône entre l’Antiquité tardive et le XIIIe s. vient en effet de ce que, contrairement à d’autres villes comme Metz ou Strasbourg, le groupe cathédral du IVe s. n’a pas choisi de s’installer sur le site de l’ancienne civitas, dans le palatium ou le castrum antique, mais sur un site, non pas vierge, mais peu ou pas urbanisé, au moment où l’espace disponible devient plus vaste par le rattachement de l’ancienne île Saint-Jean à la terre ferme.

3La prééminence du quartier Saint-Jean se prolonge et se fortifie tout au long du Moyen Age, alors que les archevêques, qui consolident aussi leur pouvoir temporel, s’entourent d’une véritable cité ecclésiastique. La puissance du pouvoir archiépiscopal s’affiche par la reconstruction de la cathédrale à partir du début du XIIe s. et, au cours du même siècle, par l’édification du mur de l’enceinte clôturant le quartier canonial, qui devient une véritable ville dans la ville.

4A partir de la fin du Moyen Age, le pouvoir ecclésiastique n’est plus, loin s’en faut, le principal moteur du développement de la ville qui, comme beaucoup d’autres dans l’Occident médiéval, connaît une croissance polycentrique. L’évolution de la physionomie du quartier est alors largement soumise à la multiplication des initiatives individuelles. L’enceinte est disloquée au gré des mutations de propriétés et des reconstructions, les spécificités de la cité ecclésiastique s’estompent progressivement. Les aménagements urbains affectent de nouveaux quartiers, surtout dans la Presqu’île. Au XVIIIe s., l’habitat de Saint-Jean est déjà fortement délabré et sans doute dans un état assez proche de celui que l’on pouvait encore observer au milieu du XXe s., malgré quelques reconstructions ponctuelles.

PROBLÉMATIQUE ET HISTORIOGRAPHIE

5Ce quartier de Lyon a déjà fait l’objet de nombreuses observations archéologiques comme le montre l’inventaire dressé par F. Villedieu (1990, p. 139-144). On retiendra en particulier quelques opérations importantes : celle du groupe cathédral (Reynaud 1977), plus au sud celle de la rue de la Quarantaine (Jacquin 1981), et de Saint-Laurent-de-Choulans (Reynaud 1985) et enfin, celle de l’avenue Adolphe Max (Villedieu 1990). Il convient d’ajouter la fouille récente (1992) de la place Benoît Crépu, menée par V. Monnoyeur, qui a apporté de nouvelles données sur l’occupation de l’Antiquité tardive, ainsi que l’étude de la Maison de la Chamarerie (Mounier 1986, Arlaud-Rolland 1990).

6Pour ce qui est de la topographie ancienne de ce secteur et du tracé suivi par la Saône durant l’époque antique, A. Audin se risque à une hypothèse au vu d’observations archéologiques : “D’importants travaux entrepris en 1957 pour la construction de l’immeuble n° 3 rue Tramassac ont révélé l’existence d’un bras d’eau qui longeait à l’orient le tracé des actuelles rues du Boeuf et Tramassac. Ce bras, c’est l’évidence, se détachait de la Saône au fond du golfe du Change pour la rejoindre à mi-chemin entre Saint-Jean et Saint-Georges, là où le frère Benoît a vu, à l’occasion des travaux, une énorme masse de remblais...” (Audin 1959). Ainsi, ces sondages ont conduit A. Audin à situer le passage d’un bras de la Saône directement au pied de la colline, délimitant à l’est une île que nous appelons l’île Saint-Jean (fig. 6).

7Les fouilles ont donné l’occasion de multiplier les observations sur la structure d’une partie de l’île et sur le remplissage alluvial de cet ancien chenal, dont l’existence est confirmée, au moins pour la fin de l’Antiquité. Il est en effet possible de préciser la géométrie du chenal originel de la Saône elle-même et les étapes de son comblement progressif par les eaux et par les hommes à l’époque antique.

8L’étymologie du mot “Tramassac” a suscité beaucoup d’interprétations, parfois franchement fantaisistes. Les noms anciens sont : Retro-Marsal, Tres Marsas, Trans Marsas, Tres Marsal. Certains ont voulu lire Retro marsam, soit “derrière la masse du temple dédié à Mars”, d’autres avec Tres Marsas, ont lu “Trois Massacre”, etc. Dans un dictionnaire de vieux français (Niemeyer s. d.) deux mots ont retenu notre attention, mara (masra, marage) qui signifie marais, marécages et mansus (massa, massage) qui signifie soit l’ensemble des terres équivalant à un manse, soit une demeure, soit enfin un domaine.

6 - Schéma de la mise en place du site

9L’installation, au Haut Moyen Age, du groupe épiscopal (Reynaud 1977) sur la rive droite de la Saône actuelle, est une preuve du dynamisme du quartier à cette époque. Dans la région lyonnaise, ce sont les fouilles des édifices religieux et des nécropoles (Reynaud 1981 et 1986), croisées avec une relecture des textes anciens, qui ont fait progresser les connaissances. Lyon a eu des évêques d’envergure, personnalités autant politiques que religieuses, qui ont donné à la ville un rayonnement dépassant largement la région. Ce rayonnement se traduit dans le paysage urbain par une architecture religieuse de prestige. Comme ils sont mis en œuvre par des ecclésiastiques, les textes ne fournissent en revanche aucun détail sur l’habitat civil associé, que seule l’archéologie permet d’appréhender.

10La ville connaît, au cours des VIIe et Ville s., une instabilité politique et religieuse (Février 1986). Toutefois, l’Eglise de Lyon reste le principal pouvoir. La source écrite la plus précise concernant cette époque est le Bref de Leidrade (813). Evêque de Lyon à la fin du Ville s. et au début du IXe s., Leidrade est mandaté par Charlemagne afin de restructurer le diocèse. De fait, il fut fort entreprenant, puisque ce texte énumère une longue liste de constructions et reconstructions d’églises.

  • 2 Nous n’utiliserons pas le terme habituel “cloître”, trop ambigu pour désigner l’ensemble des bâtime (...)

11A partir du XIIe s., la documentation écrite plus abondante permet de se faire une meilleure idée de l’occupation de la rive droite de la Saône. Elle reste à dominante ecclésiastique ; les chanoines, comtes de Lyon, détiennent tous les pouvoirs. Cet état de fait continuera après l’obtention d’une charte d’affranchissement de la ville en 1320. L’enceinte canoniale2 de Saint-Jean, construite au XIIe s., est le reflet de cette puissance ; elle enferme le groupe cathédral et tous les bâtiments liés à la vie d’une communauté d’ecclésiastiques. Le tracé de la muraille est connu par les textes, les représentations graphiques, quelques vestiges encore en élévation, et les fouilles archéologiques (Reynaud 1977 et 1981). La partie sud-ouest (c’est-à-dire l’emprise des zones de fouilles de Tramassac-Carriès) n’avait pu être observée, aussi le tracé donné par certains auteurs (Sachet 1914) restait-il hypothétique.

12C’est dans le cadre de cette problématique très diversifiée qu’est intervenue la fouille. Son emprise permettait à l’évidence de saisir l’évolution des berges de la Saône et de leur occupation, de vérifier le tracé de la muraille, ainsi que l’effet de cette “frontière” sur l’évolution de l’habitat extra et intra-muros.

QUAND LA SAÔNE COULAIT AU PIED DE LA COLLINE DE FOURVIÈRE

13C’est de manière récente que les contraintes de l’environnement sont prises en compte dans les interprétations archéologiques. En milieu fluvial, les interactions homme-nature sont particulièrement complexes à analyser du fait de la mobilité spatiale des cours d’eau et de leur activité fluctuante. Les réponses humaines à cette instabilité, comme les réactions des organismes fluviaux aux interventions anthropiques, sont aléatoires et subissent un décalage temporel fréquent. Cette approche doit conduire les historiens à interpréter les lieux d’occupation d’une manière moins mécaniste que cela a pu être fait dans le passé (Bravard et alii 1989).

14A Lyon, le développement de la ville présente des caractères différents selon les quartiers, et l’appropriation par l’homme de ce milieu ingrat est l’objet d’une histoire complexe, depuis la protohistoire ancienne (Vaise) jusqu’à la “chenalisation” du Rhône au XIXe s.

15L’étude géomorphologique du quartier Saint-Jean, menée lors des fouilles archéologiques de l’avenue A. Max, de la rue Carriès et de l’îlot Tramassac, a permis de reconstituer le paléoenvironnement du site et de confirmer l’hypothèse avancée par Ph. Russo et A. Audin (Russo et alii 1961). Il s’avère en effet que la Saône coulait au pied de la colline de Fourvière au Ier s. av. J.-C. (fig. 6).

16Le témoignage, encore partiel, de l’archéologie ne fait pas remonter l’installation humaine dans la plaine alluviale du Rhône à une époque antérieure au Ier s. avant J.-C.. L’expansion de l’habitat gallo-romain dans la plaine pourrait au demeurant s’inscrire dans la logique simple d’une croissance urbaine à la recherche d’espaces plans faciles à urbaniser.

17Le sous-sol de la plaine lyonnaise est loin d’avoir livré tous ses secrets, mais l’absence de vestiges plus anciens, remontant au Néolithique ou à l’Age du Bronze, ne laisse pas de surprendre tant leur présence est généralisée dans la plaine de la Saône. L’idée vient alors que cette plaine, aire de confluence mythifiée par l’Histoire, est à peine plus ancienne que l’installation antique : il est très probable qu’au premier Age du Per un Rhône puissant, chargé d’alluvions caillouteuses, et soumis à des crues brutales, a occupé l’étendue de la plaine alluviale ; il a exhaussé son lit, alluvionné les sites actuels de la presqu’île et de Saint-Jean et repoussé la Saône contre le coteau de Fourvière. Jamais, sans doute, le paysage de “brotteaux” n’a dû connaître pareille extension, mêlant les îles caillouteuses brièvement exhaussées par les limons de débordement aux bras courants et aux lônes dans un paysage de vastes saulaies couchées par les crues. Les troncs d’arbres extraits des alluvions datent cette phase de paroxysme qui a oblitéré toute trace d’ancienne occupation.

18Sur plusieurs grands cours d’eau d’Europe, une phase de rémission est ensuite attestée et correspond chronologiquement aux premiers siècles de l’expansion romaine : les crues diminuent de fréquence et d’intensité, les rivières creusent leur lit et simplifient leur tracé. C’est dans un environnement plus amène que l’homme a pu conquérir la plaine et bâtir les cités fluviales de la vallée du Rhône (Macé et alii 1991).

19Le confluent du Rhône et de la Saône, “berceau” de la ville, serait ainsi un état transitoire de la vie des deux fleuves, saisi par les hommes aux premiers siècles de notre ère et maintenu face aux vicissitudes hydrologiques du Moyen Age et de l’époque moderne.

20Sur la rive droite de la Saône, qui coulait au début de l’ère au pied de la colline de Fourvière, un appontement fut découvert lors de la fouille. Il permettait l’usage de l’étroite bande de terre localisée au contact de la berge et du versant (Archeolabs a fourni les dates dendrochronologiques de 27 av. J.-C., 8 av. J.-C., 18 ap. J.-C.). Parallèlement, un second bras de la Saône se met en place à 150m plus à l’est. Peu après le milieu du Ile s. ap. J-C., un habitat gallo-romain s’installe dans la partie ouest de l’île que délimitent ces deux bras (Villedieu 1990). Dans le courant de la première moitié du IIIe s., le bras de Saône entre l’île Saint-Jean et la colline est comblé progressivement et l’espace ainsi dégagé est colonisé par l’homme (rue Carriès), en même temps que l’est de l’île Saint-Jean (Villedieu 1990). Les derniers micro-chenaux actifs en temps de crue fonctionnèrent jusqu’à la fin du IIIe s. A partir de l’Antiquité tardive (extrême fin du IIIe s.-début du IVe s.), on peut raisonnablement considérer que la surface utilisable pour l’habitat sur la rive droite de la Saône est en place ; ce secteur devient donc urbanisable. L’intervention humaine a désormais suffisamment stabilisé le cours de la rivière pour qu’il se maintienne au même emplacement jusqu’à nos jours.

LE DÉVELOPPEMENT D’UN QUARTIER URBAIN

21Contrairement à l’habitude, le chantier de Tramassac a livré une épaisse sédimentation archéologique pour cette période charnière du premier Moyen Age. Elle permet de mieux appréhender la mise en place de l’habitat à la périphérie du groupe cathédral, au pied de l’escarpement de Fourvière. L’étude de la succession des aménagements et du mobilier associé permet de proposer une périodisation culturelle fondée sur la qualité du bâti qui fait apparaître deux phases, la première s’achève au VIe s., la seconde au XIe s.

22- De la fin du IIIe s. au début du VIe s., est mis en place au pied de la colline un grand axe de circulation, dont le tracé est repris par la rue Tramassac (nous emploierons les noms actuels des rues afin d’éviter toute confusion). De vastes bâtiments lui sont associés, qu’il faut vraisemblablement rattacher au groupe épiscopal, la domus ecclesiae, mentionnée par Grégoire de Tours, en raison de la ressemblance des modes de construction. Leur utilisation s’arrête au XIe s. ; l’ensemble du terrain continue à être occupé, mais sans “grande architecture”. La documentation écrite nous apprend que l’évêque Leidrade (Coville 1928) entreprend la reconstruction des bâtiments de la domus ecclesiae, sans indication d’emplacement. Ce n’est vraiment qu’avec la construction du palais épiscopal par l’archevêque Humbert (1070-1076) que la localisation de la résidence de l’évêque sur le bord de Saône est certaine. Il en reste d’ailleurs des vestiges dans le palais épiscopal actuel (Guigue 1867).

23Il est très tentant de voir dans les constructions découvertes à Tramassac des bâtiments du premier complexe épiscopal. On observe que l’espace fouillé, occupé pendant tout le Haut Moyen Age, reste une grande parcelle jusqu’au début du XIIe s., lorsqu’est construite l’enceinte canoniale. C’est à l’est de ces terrains qu’est bâti l’hôtel du doyen qui succède à cet emplacement à la maison de l’évêque Aulam veteram reedificavit (Guigue 1867). Ce qui nous incite à penser que le premier palais épiscopal était plutôt au pied de la falaise de Fourvière que sur les bords de la Saône. L’espace resté libre au coeur de l’îlot dépendait du doyen jusqu’à la fin du Moyen Age

24Nous proposons donc le schéma d’évolution suivant :

  • au Ve s. est construit un premier grand bâtiment situé le long de la voie ; à la fin du VIe s., lui succède un autre grand bâtiment de même nature, mais situé plus à l’est, qui est utilisé jusqu’au IXe s. La qualité du bâti permet de proposer, en relation avec la morphologie du parcellaire postérieur et sa dévolution juridique, que ces constructions successives pourraient appartenir aux différents états des palais épiscopaux du premier Moyen Age (première résidence de l’évêque).

  • à l’ouest de l’espace, du VIIe à la fin du XIe s., de nouvelles constructions, utilisant la pierre et la terre, se succèdent au même emplacement. Six états du bâti ont été étudiés pour une épaisseur de sédimentation d’un mètre. La découverte de ces niveaux du Haut Moyen Age prouve que l’occupation du site ne connaît pas de hiatus.

  • 3 Les fouilles de la place des Célestins (Arlaud 1992), située sur la Presqu’île à Lyon, en face du q (...)

25L’étude des niveaux d’occupation de Tramassac est donc fondamentale pour la connaissance de l’habitat urbain de cette époque qui reste encore limitée, comme le souligne M. Fixot : “des formes des maisons urbaines nous ignorons à peu près tout, sinon qu’il en existait à étage, ce que signale Grégoire de Tours à Angers où l’une d’elles, qui était une demeure aristocratique, comptait au moins trois niveaux. Dans les zones suburbaines, les formes des habitats ont pu être encore plus diverses qu’elles ne l’étaient à l’intérieur des remparts, depuis la simple cabane de type rural jusqu’à la domus suburbaine” (Fixot 1980, p. 523-524). La fouille a montré que des structures antiques continuent à être utilisées, tandis que des bâtiments nouveaux sont construits selon d’autres techniques propres au Haut Moyen Age. Surtout, elle a permis d’individualiser des unités d’habitation. Celles-ci ressemblent à la “maison élémentaire” dont J. Chapelot et R. Fossier donnent la définition (Chapelot 1980, p. 222), bien que leur étude porte sur la maison rurale. Cette maison comporte une seule pièce contenant un emplacement pour le feu et semble être une forme classique entre le Ve et le XIe s., bien qu’on puisse en retrouver des survivances à des dates plus récentes. Toutefois, les structures mises au jour dans l’îlot Tramassac ne reproduisent pas le schéma désormais bien connu en milieu rural pour ces périodes, celui de maisons excavées. Ici les fondations et les matériaux des couches de démolition permettent d’imaginer des élévations en pierre ou en terre. Quant à la toiture, aucun indice ne permet d’émettre d’hypothèse sur sa nature. D’autres fouilles, réalisées à Lyon depuis, ont permis de corroborer les observations faites sur le site de Tramassac3.

26Les structures d’habitat du Haut Moyen Age conservées diffèrent totalement des constructions gallo-romaines et ne répondent, semble-t-il, à aucun “schéma d’urbanisme” (tel qu’on peut le concevoir aux périodes antérieures ou postérieures). Si des bâtiments antiques sont conservés, les nouvelles implantations s’effectuent sans volonté de respecter les anciens alignements. Hasard ? Exploration trop limitée ? Certes, d’autres fouilles archéologiques sont nécessaires pour infirmer ou vérifier si les caractéristiques de ce site peuvent être étendues à son environnement, mais ici la négation des traditions romaines est évidente à partir du VIe s. ; la réutilisation de structures gallo-romaines est le seul prolongement qui existe, sans réelle volonté non plus de les sauvegarder. Cette réutilisation est aussi notée par F. Villedieu pour les fouilles de l’avenue A. Max (située à proximité immédiate de l’îlot Tramassac) à partir du VIIe s. Ce constat est fait sur nombre d’autres sites, mais quelquefois moins tardifs, comme à Poitiers, où les fouilles de l’ancien évêché ont montré “un recul des traditions romaines dès le IIIe s.” (Le Masne de Clermont 1987, p. 162). A Fréjus, P.-A. Février note "que les continuités urbaines ne s’observent que en ce qui concerne le cadre monumental ou ses dépendances" (Février 1986). M. Fixot souligne avec un “contre-exemple” cet état de fait constant lors des fouilles du palais épiscopal d’Aix-en-Provence. “...c’est l’indice archéologique, rare pour les régions méridionales, d’une conservation du tissu urbain antique, ou au moins de certaines parties de celui-ci” (Fixot 1988).

DEUX MONDES : DANS LES MURS ET HORS LES MURS

27Deux modes d’occupation du sol, intra et extra muros, vont coexister : celui du quartier canonial à l’est du mur d’enceinte et celui du quartier laïc à l’ouest.

DONNÉES HISTORIQUES

28Au XIIe s., le paysage politique se complique. Le pouvoir impérial est très théorique. La noblesse locale est peu encline à une alliance germanique. L’empereur s’efforce de pallier ces problèmes en essayant d’entretenir un équilibre entre les puissances locales et en jouant sur le caractère provisoire de la puissance de l’archevêque. Cette politique passive aboutit à un échec entériné par la Bulle d’Or de 1157. Dans ce texte, Frédéric Barberousse fait concession à l’archevêque "du corps entier de la cité de Lyon et de tous les droits régaliens établis dans l’archidiocèse à l’est de la Saône, à l’intérieur et à l’extérieur de cette ville".

29Par ailleurs, les conflits locaux ne font qu’aggraver la situation. D’une part, les Beaujeu s’imposent dans la région qui correspond à peu près au nord du département du Rhône et ils entrent en conflit avec le pouvoir de l’archevêque dont la principauté s’étend aussi sur cette région. D’autre part, les comtes de Forez briguent le comté de Lyon et n’hésitent pas à recourir à l’engagement armé contre les archevêques. La bataille d’Yzeron en 1158, gagnée sur le terrain par les comtes de Forez, est déjà perdue politiquement pour eux en raison de l’appui apporté à l’archevêque par l’empereur Frédéric Barberousse. La complexité de la situation politique se traduit par le flou juridique délibéré du texte de la Bulle d’Or.

30L’accord n’est définitif qu’avec le traité de Montbrison en 1173, où l’Eglise de Lyon renonce à ses biens dans le bassin de la Loire, tandis que le comte de Forez lui cède le titre de “comte de Lyon” et tous les droits sur le Lyonnais. Prince d’Empire, l’archevêque possède tous les droits régaliens ; il est alors quasi indépendant.

31Jusqu’en 1312, la prospérité provoque le développement d’une bourgeoisie marchande à Lyon. Les conflits entre les pouvoirs économiques et politiques conduisent cette nouvelle classe sociale à se rebeller avec violence contre le carcan épiscopal pour conquérir son indépendance.

32Les premiers accords entre la communauté des bourgeois et les archevêques interviennent entre 1193 et 1206. Malgré cela, plusieurs insurrections éclatent au XIIIe s. contre le pouvoir de l’archevêque. En 1269, la révolte est tellement violente qu’elle oblige les chanoines à quitter le quartier canonial et à se replier sur la colline de Saint-Just.

33Le XIVe s. marque un tournant décisif dans les rapports entre la communauté urbaine et son suzerain par l’intervention et la montée de pouvoirs nouveaux. Le roi de France, profitant d’une nouvelle insurrection en 1310, prend possession de la ville en 1312 par le traité de Vienne. La ville de Lyon acquiert enfin son autonomie administrative en 1320.

34En définitive, au terme de cette période de stabilisation, le pouvoir effectif de l’Eglise de Lyon se traduit par une assise foncière importante et territorialement très regroupée (une cinquantaine de châtellenies, ainsi que d’importantes possessions à Lyon même), un pouvoir amputé des droits régaliens et une autorité seigneuriale sur Lyon.

35Mais cette puissance est quantitativement et qualitativement restreinte par rapport à ce qu’elle était au XIe s. A partir du XIVe s., l’Eglise de Lyon se confrontera à deux pouvoirs rivaux, l’administration royale (sénéchaussée) et l’administration communale.

LE QUARTIER CANONIAL DE SAINT-JEAN

36Dans ce contexte, l’enceinte canoniale est le reflet de la puissance réelle de l’Eglise de Lyon. Elle en est à la fois le symbole et le centre vital, puisqu’elle regroupe toutes les institutions spirituelles, juridiques et administratives (résidence du chapitre, sanctuaires, cours de justice, prisons, etc.).

LE CHAPITRE DE L’EGLISE DE LYON

37Constitué depuis l’époque carolingienne (selon un témoignage de l’évêque Leidrade), il est réorganisé au début du XIIIe s. par Renaud de Forez, à l’origine sans séparation des pouvoirs entre le chapitre et l’Archevêque, afin que la souveraineté comtale reste une. Trente-deux chanoines se partagent les revenus du patrimoine foncier, dans le cadre des obéances et des mansions (système qui élimine le risque des ambitions personnelles ou familiales sur un territoire précis). A la mort de Renaud de Forez, le chapitre se désolidarise complètement de l’archevêché, lui laissant l’exercice de la justice et l’autorité sur la ville de Lyon et se réservant l’administration des biens extérieurs à la ville, ainsi que la totale propriété du quartier canonial, protégée par des lettres d’immunité du roi de France. Chaque chanoine est théoriquement astreint à partager son temps entre son obéance et sa résidence (selon un régime de vie communautaire souple en logements individuels) à l’intérieur de l’enceinte.

38Le chapitre s’est donc constitué comme un monde clos qui s’affirme par la construction d’un rempart. Symbole de cette séparation, de l’isolement du monde ecclésiastique et de son pouvoir, cette muraille est érigée durant l’épiscopat de Guichard de Pontigny (1165-1180) : ...Eodem presidente, ambitus murorum claustri ceptus et consommatus est…” (Guigue 1867, p. 121-122). Ce mur d’enceinte, au rôle défensif, enferme tous les bâtiments appartenant au chapitre et à l’archevêché. Cette apparence de château-fort apparaît dans un texte de 1418 : “...de tout temps, le chapitre a eu un cloître en forme de château, auquel était le portail de Porte-Froc construit pour sa défense et celui de la ville...” (Sachet 1914). Cette forteresse est maintenue coûte que coûte du XIIe au XVIe s. ; des mentions dans les textes traduisent cet état de fait durant toute la période : limitation du nombre des ouvertures dans la muraille, entretien assidu des murs et des huisseries, enfin fermeture des portes la nuit.

7 - Détail du Plan Scénographique de la Ville de Lyon.
Ce célèbre plan est une représentation minutieuse de Lyon au milieu du XVIe s. Il s’agit d’un plan qui concilie la géométrie et la perspective ; vue cavalière ou "portait" de la ville, ce document iconographique, fournit une somme exceptionnelle d’informations. Le commanditaire de l’édition ainsi que la date exacte de sa fabrication restent inconnus. Il est conservé aux Archives Municipales de Lyon (A.M.L.1.S.165). Dans le détail reproduit ci-contre, l’enceinte canoniale est bien visible.

39A partir du XIVe s., l’enceinte prend une valeur de symbole dans la lutte entre la commune des bourgeois et l’Eglise de Lyon, et même dans le rapport de force entre le chapitre et l’archevêque. Refusant l’existence de ce nouveau pouvoir politique, les chanoines s’enferment dans leur microcosme.

40Ce monde clos se veut uniquement ecclésiastique : des ordonnances répétées au cours des XIVe et XVe s. interdisent le port de l’habit séculier dans le quartier canonial, de même que l’accès des laïcs et à plus forte raison l’installation de marchands (qui en 1550 obtiennent uniquement le droit d’appuyer leurs boutiques au mur extérieur du cloître).

41D’un point de vue juridique, depuis les accords avec Philippe le Bel (1307), le quartier canonial est le support territorial des droits du chapitre : sous l’autorité du chamarier, il dispose de sa propre police (assurée par le corps des coponiers) et du droit, entre autres, d’assurer la garde et le guet en cas de danger. Surtout il possède la justice haute, moyenne et basse, dans une juridiction centrée sur le quartier canonial, mais dont les limites en débordent largement (particulièrement au sud : près de 200 m).

LE TRACÉ DU MUR D’ENCEINTE DU QUARTIER CANONIAL

42La vision la plus éloquente du tracé de la muraille est donnée par le Plan scénographique de la ville de Lyon, exécuté entre 1558 et 1561 (fig. 7). Comme l’écrit B. Chevallier : “...la vue cavalière... exprime bien le paysage urbain dans toutes ses dimensions, réelles et imaginaires...” (Chevallier 1981).

43Le tracé de l’enceinte capitulaire, disparue depuis la fin du XIXe s., est encore très repérable dans le parcellaire actuel (fig. 8). Il se présente sous la forme d’un quadrilatère de 185 x 175 m environ accolé à la Saône.

44La clôture est représentée encore complète sur le Plan scénographique et mentionnée à maintes reprises dans les textes d’archives. Elle est bornée côté ville par une muraille continue d’imposantes dimensions, crénelée à son sommet. A. Steyert propose un mur de 1,65 m de largeur sur 6 m de hauteur (Steyert 1899, p. 361). Un texte de 1628, décrivant la même muraille à l’ouest de la Porte Froc, donne des dimensions sensiblement différentes : ...icelle vieille muraille ayant d’épaisseur dans oeuvre 5 pieds et 4 pouces (1,80 m) et d’hauteur à l’endroit de ladite maison 24 pieds (8,16 m)...” (A.D.R. 10.G.595). La muraille proprement dite suivrait le tracé de la rue de la Bombarde (nord), puis de la rue Tramassac (ouest), jusqu’à la rue Carriès, d’où elle traverserait “l’îlot Tramassac”, rejoignant ensuite l’ancienne rue Mourguet (sud) qui descend jusqu’à la Saône (Sachet 1914) (fig. 9). Elle est apparemment absente le long de la Saône où elle est remplacée par un front de maisons canoniales dans lequel s’enclave le port Saint-Jean.

8 - Le secteur de l’enceinte canoniale, avec le cadastre de 1830 et celui d’aujourd’hui

45Le rempart est percé de 6 portes assez régulièrement réparties sur son pourtour et dont une seule est fortifiée ; elle est flanquée de deux tours quadrangulaires dissemblables.

46En 1562, le mur d’enceinte est partiellement détruit par les Protestants, et, même si le chapitre s’acharne à relever et à conserver l’apparence de cette muraille, de nombreux textes attestent sa dégradation. Les laïcs commencent à s’implanter à l’intérieur du quartier canonial, monde qui leur était jusque-là refusé. Ce mouvement ne cesse de s’amplifier, comme le montrent les nombreux baux de location à des laïcs au XVIIe s., et l’installation d’échoppes dans les rues, puis dans les maisons canoniales au XVIIIe s. De nombreuses portes à usage privé sont percées dans la muraille, surtout après 1650, alors que les grandes portes ne sont plus réparées depuis 1562. La construction d’un pont sur la Saône en 1634 établit également un contact permanent avec l’extérieur.

9 - Tracé du mur d’enceinte du chapitre de Saint-Jean restitué par A. Sachet (Sachet 1914)
1. Manécanterie - 2. Maison des clergeons - 3. Auditoire de la justice du comté - 4. Cour de l’Archevéché - 5 et 6. Dépendances de l’Archevéché - 7. Auditoire de la justice de l’Archevéché - 8. Prisons de l’Archevéché - 9. Palais de l’Archevéché - 10. Chapelle de l’Archevéché -11. Officialité - 12. Place de la fonderie des cloches - 13. Prébendes de Semur - 14. Manillerie de Sainte-Croix - 15. Custoderies de Sainte-Croix - 16. Loges des ouvriers - 17. Hôtel de la Précenterie - 18. Hôtel d’Albon - 19. Maison canoniale - 20. Hôtel du Doyenné-21. Hôtel de l’Archidiaconné - 22. Hôtel de la grande Sacristie - 23. Hôtel de la grande Custoderie - 24. Hôtel de la Chamarerie.

47Le tracé du mur de l’enceinte que nous proposons pour notre part a été établi d’après l’analyse de plusieurs types de sources, confrontées au tracé donné par le Plan scénographique. Des tronçons du mur ont été découverts lors de fouilles archéologiques (Reynaud 1979) ou repérés en élévation, ainsi le mur nord de la maison du Chamarier (Mounier 1986 ; Arlaud-Rolland 1990). Les photos anciennes montrent cette muraille conservée en élévation rue Tramassac (fig. 10), et détruite lors de la “catastrophe de Fourvière” en 1930 (Louvet 1981, p. 73).

48Au sud-ouest du quartier canonial, c’est-à-dire à l’intérieur de l’îlot Tramassac, deux tracés ont été proposés : certains historiens englobent les jardins du Doyenné dans le quartier canonial, comme B. Vermorel (A.M.L. 37-II), alors que d’autres, comme A. Sachet, placent ces mêmes jardins à l’extérieur. La première démarche peut s’expliquer par une confusion avec les limites de la juridiction du chapitre, qui ne respectent pas exactement celles du mur de clôture du quartier canonial (A.D.R. 10 G 615 et 614). A cet endroit précisément, les jardins du Doyenné font partie de la juridiction du chapitre, ce qui ne signifie pas forcément qu’ils sont à l’intérieur de l’enceinte canoniale. La fouille a confirmé l’existence d’un angle de l’enceinte. Ses deux cotés ; nord/sud et est/ouest ont en effet été repérés, l’un dans l’îlot Tramassac, l’autre dans l’axe de la rue Carriès.

10 - Le mur de l’enceinte rue Tramassac (Cliché Y. Louvet) (Louvet et Perraudin 1981)

L’HABITAT MÉDIÉVAL

49L’opportunité de l’opération archéologique réalisée dans la partie occidentale du quartier Saint-Jean a permis de percevoir ce que F. Verhaeghe (Verhaeghe 1991) appelle “la troisième composante essentielle du monde urbain médiéval...., l’espace civil” et de comprendre le rôle du quartier canonial comme moteur de la dynamique urbaine à l’extérieur de l’enceinte, au moment des luttes politiques entre l’archevêque et le comte de Forez.

  • 4 Thèse en cours. L’habitat civil à Lyon, histoire et archéologie (rive droite de la Saône et Presqu’ (...)

50Les informations recueillies ont pu être croisées avec celles rassemblées en d’autres points de la rive droite de la Saône4 et permettent de confirmer des hypothèses quant à la mise en place du parcellaire, le lotissement du quartier, la maison (matériaux, techniques de construction, organisation de l’espace domestique, implantation des bâtiments dans la parcelle, bâtiments annexes) ainsi que sur les composantes de l’espace civil public : la rue, l’approvisionnement en eau etc.

51L’existence de la muraille introduit une rupture dans l’évolution du bâti du quartier. A l’extérieur, se met en place un mode de gestion de l’espace où se développe l’habitat civil. Il s’est d’abord développé à l’intérieur de vastes tènements appuyés sur la rue dont l’origine du découpage est encore mal définie. Le morcellement de ces tènements sous la contrainte des partages et des ventes aboutit à la mise en place d’un parcellaire en longues bandes étroites, dit “en touches de piano”. A l’intérieur, des maisons particulières sont construites dans le périmètre proche de la cathédrale sur de grandes parcelles, comme l’hôtel du Doyenné qui ne respectent pas les orientations du Haut Moyen Age.

52Le bâti se densifie et adopte le plan type connu sur la rive droite de la Saône pour les constructions des XVe et XVIe s., à savoir deux bâtiments séparés par une cour. A l’intérieur de celle-ci, un escalier en vis permet l’accès à la maison sur rue comme à la maison sur cour par un système de galeries reliant les deux à chaque étage. Dans les textes, les mentions de “maison haute et basse” ou “haute, moyenne et basse”, indiquent deux à trois niveaux d’élévation.

53Entre le XIIe s. et le XVe s., l’ensemble du quartier connaît un exhaussement de 1 à 2 m selon les endroits, pour lequel il est actuellement difficile de proposer une explication plausible. Il est cependant possible de formuler trois hypothèses : soit il s’agit d’un remblaiement à mettre en relation avec la construction du mur du cloître (mais, dans ce cas-là, comment expliquer qu’aucune pente ne soit perceptible à la fouille, ni aucun talus contre ledit mur ?), soit il s’agit d’un amoncellement dû à une occupation intense et aux transformations du bâti qui y sont liées, soit il faut le mettre en relation avec des phénomènes hydrologiques liés au “petit âge glaciaire” des XIVe et XVe s.

54Quelle que soit son origine, le phénomène déjà constaté dans ce quartier (Arlaud 1983) a été vérifié dans d’autres villes, comme à Tours sur des maisons des XIIe et XIIIe s. : “...zone d’occupation constante depuis l’Antiquité, le sol s’est exhaussé et les rez-de-chaussée se sont enterrés et sont devenus des premiers étages de caves...” (Catalogue d’exposition Tours 1980, p. 26). Des éléments comme un seuil dans un mur de façade arasé (au niveau du sol des caves actuelles) et l’accumulation des niveaux d’occupation sont les témoins de cette surélévation du niveau de sol à Tramassac. Les caves ont par la suite été voûtées, sans doute pour supporter un surcroît de charge dû aux constructions d’étages supplémentaires. Pour rétablir une hauteur suffisante (une voûte a environ 0,80 à 1 m d’épaisseur), le sol de la cave est creusé ; ceci explique d’une part le hiatus qui existe dans la chronologie des sols, et d’autre part, l’absence, jusque-là énigmatique, de fondations pour les maisons qui ont été étudiées dans ce quartier.

LE DÉMANTÈLEMENT DU QUARTIER CANONIAL

55L’ensemble du quartier canonial est vendu comme Bien National à la Révolution, maison par maison. Son emplacement devient l’objet d’une urbanisation intensive afin de l’intégrer au reste de la ville : la percée de la rue du Doyenné, puis de l’avenue A. Max, l’élargissement de la rue de la Brèche et de la rue Carriès en sont quelques exemples.

56Nombre de maisons canoniales sont démolies et reconstruites ; certaines à cause de l’alignement des façades et des percées à travers la ville, d’autres parce qu’elles ne correspondent pas aux critères d’urbanisme ni aux besoins de cette époque. A la place des demeures ecclésiastiques, des maisons de rapport sont construites ou aménagées avec boutique sur rue au rez-de-chaussée.

57L’ensemble de la rive droite de la Saône subit par la suite de nouvelles transformations avec la création de la gare Saint-Paul et de ses accès, la construction de deux lignes de funiculaires depuis Saint-Jean, l’aménagement des quais de Saône et la construction des ponts. Malgré cela, ce quartier est en déclin durant le XIXe s. et une grande partie du XXe s. jusqu’à la publication de la loi Malraux sur les secteurs sauvegardés. Celle-ci marque un tournant en matière de protection du patrimoine et se traduit par un intérêt croissant pour ce quartier ancien qui conduira bientôt à sa restauration.

Notes

2 Nous n’utiliserons pas le terme habituel “cloître”, trop ambigu pour désigner l’ensemble des bâtiments ecclésiastiques, mais “enceinte canoniale” ou quartier canonial.

3 Les fouilles de la place des Célestins (Arlaud 1992), située sur la Presqu’île à Lyon, en face du quartier Saint-Jean, ont permis de mettre au jour des niveaux contemporains et des structures identiques à celles décrites dans le présent volume. L’étude détaillée de ce site permettra d’établir des comparaisons et peut-être de faire évoluer la problématique propre à cette époque.

4 Thèse en cours. L’habitat civil à Lyon, histoire et archéologie (rive droite de la Saône et Presqu’île). C. Arlaud, sous la direction de J.-M. Pesez.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2886/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende 6 - Schéma de la mise en place du site
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2886/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende 7 - Détail du Plan Scénographique de la Ville de Lyon.Ce célèbre plan est une représentation minutieuse de Lyon au milieu du XVIe s. Il s’agit d’un plan qui concilie la géométrie et la perspective ; vue cavalière ou "portait" de la ville, ce document iconographique, fournit une somme exceptionnelle d’informations. Le commanditaire de l’édition ainsi que la date exacte de sa fabrication restent inconnus. Il est conservé aux Archives Municipales de Lyon (A.M.L.1.S.165). Dans le détail reproduit ci-contre, l’enceinte canoniale est bien visible.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2886/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende 8 - Le secteur de l’enceinte canoniale, avec le cadastre de 1830 et celui d’aujourd’hui
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2886/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende 9 - Tracé du mur d’enceinte du chapitre de Saint-Jean restitué par A. Sachet (Sachet 1914)1. Manécanterie - 2. Maison des clergeons - 3. Auditoire de la justice du comté - 4. Cour de l’Archevéché - 5 et 6. Dépendances de l’Archevéché - 7. Auditoire de la justice de l’Archevéché - 8. Prisons de l’Archevéché - 9. Palais de l’Archevéché - 10. Chapelle de l’Archevéché -11. Officialité - 12. Place de la fonderie des cloches - 13. Prébendes de Semur - 14. Manillerie de Sainte-Croix - 15. Custoderies de Sainte-Croix - 16. Loges des ouvriers - 17. Hôtel de la Précenterie - 18. Hôtel d’Albon - 19. Maison canoniale - 20. Hôtel du Doyenné-21. Hôtel de l’Archidiaconné - 22. Hôtel de la grande Sacristie - 23. Hôtel de la grande Custoderie - 24. Hôtel de la Chamarerie.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2886/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende 10 - Le mur de l’enceinte rue Tramassac (Cliché Y. Louvet) (Louvet et Perraudin 1981)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2886/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

© Alpara, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access