Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lyon Saint-Jean, les fouilles de l'îlot Tramassac

 | 
Catherine Arlaud
, 
Joëlle Burnouf
, 
Jean-Paul Bravard
, 
et al.

Introduction

Texte intégral

1 - Vue du quartier Saint-Jean avec l’îlot Tramassac et la rue Jean Carriès

(Cliché Semaly, J. Rutter)

1Le chantier de l’îlot Tramassac-Carriès représente la troisième grande fouille archéologique de sauvetage ouverte dans le quartier Saint-Jean à Lyon, après celles de l’ensemble cathédral (Reynaud 1977) et de l’avenue Adolphe Max (Villedieu 1990).

2La fouille de l’avenue Adolphe Max, liée au même programme de construction du métro que celle de l’îlot Tramassac, a déjà permis de préciser considérablement cette histoire, reconstituable jusqu’alors seulement par les textes et par des observations archéologiques demeurées ponctuelles, à l’exception de la fouille, encore inédite, de l’ensemble cathédral.

3L’îlot Tramassac se situe sur la rive droite de la Saône au pied de la colline de Fourvière (fig. 1, 2). Il est limité par la rue Mourguet au sud, la rue Tramassac à l’ouest, la rue Carriès au nord et la rue du Doyenné à Test. La quasi totalité des bâtiments de cet îlot a été reconstruite depuis la fin de l’Ancien Régime. L’installation des gares des funiculaires en particulier, a conduit au “curage” d’une bonne partie de sa surface. Bien que l’on se situe au coeur du Lyon médiéval, le problème de l’étude archéologique des bâtiments en élévations ne s’est pas posé, sinon pour l’immeuble situé à l’angle de la rue Jean Carriès, rescapé du réalignement de façade amorcé au XVIIe s., et qui est en cours de réhabilitation aujourd’hui.

2 - Situation du chantier dans Lyon

4Ce chantier pouvait-il apporter des données originales à la connaissance de l’évolution de la physionomie du quartier Saint-Jean et plus généralement, à l’histoire de Lyon ? La question devait être posée, la position de l’îlot étant en effet “stratégique” à plusieurs égards.

5Il est d’abord situé à un emplacement où l’historiographie lyonnaise localise traditionnellement un ancien bras de la Saône, mis en évidence par A. Audin. La fouille devait donc permettre de préciser le tracé et la chronologie du comblement de la rivière et, partant de là, celle de la première urbanisation de l’Antiquité tardive. C’était aussi l’occasion d’étudier un secteur de la ville occupé pendant le Haut Moyen Age, période encore très peu documentée par l’archéologie.

6Enfin, le fait que son emprise fut à cheval sur l’enceinte canoniale devait permettre d’étudier parallèlement l’évolution de l’habitat “noble” du chapitre, intra-muros, et celui d’un quartier laïc, plus modeste, adjacent, extra-muros.

  • 1 SEMALY : Société d’Economie Mixte du Métropolitain de l’Agglomération Lyonnaise.

7A la suite des sondages exécutés en 1982 par le Service archéologique municipal de la ville de Lyon (Becker 1982), une convention signée par le Service régional de l’archéologie et le maître d’ouvrage, la SEMALY1 prévoyait des fouilles archéologiques à l’intérieur de l’îlot, emplacement de l’ancienne gare des funiculaires desservant les quartiers de Saint-Just et Fourvière. A cet endroit étaient en effet prévus la “descenderie” et l’échangeur de la ligne D du Métro. Les fouilles archéologiques ont été fractionnées à l’intérieur de cet îlot pour satisfaire aux exigences du chantier de génie civil et pour répondre aux contraintes de circulation du funiculaire. Le chantier de l’îlot Tramassac a été ouvert le 2 mai 1984 et s’est terminé en juin 1986 ; il a duré en tout 12 mois répartis sur deux ans. Le travail a été rendu difficile par son échelonnement, il y a eu pas moins de huit interventions, six sur l’emplacement du puits de la descenderie Saint-Jean, une sur une large tranchée occupant l’ensemble de la rue Jean Carriès et une sur un immeuble déclaré “en péril” à cause des travaux, toujours rue Jean Carriès (fig. 3). Ce morcellement de la fouille a compliqué à l’extrême, non seulement le travail de terrain, mais aussi le raccordement des données. La fouille de certaines zones a dû être répartie sur plusieurs interventions successives, de plus en plus profondes, comme Tramassac I et IV ou Tramassac II, IV et VI. Par ailleurs, un certain nombre de travaux connexes ont perturbé le terrain et l’ont amputé d’une surface importante.

3 - Emprise des différentes fouilles dans l’îlot Tramassac

8Le calendrier des différentes interventions a été le suivant (fig. 4) :

  • Tramassac I, de mai à septembre 1984, sur une surface de 100 m2 ;

  • Rue Carriès, sauvetage urgent du 15 février au 4 avril 1985, sur une surface de 250 m2 ;

  • Tramassac II, surveillance de travaux en juillet 1985 ;

  • Tramassac III, du 15 juillet au 15 septembre 1985, sur une surface de 150 m2 ;

  • Tramassac IV, janvier et février 1986, sur une surface de 150 m2 ;

  • Tramassac V, du 15 avril au 20 juin 1986, sur une surface de 200 m2 ;

  • Tramassac VI, surveillance de travaux entre septembre et novembre 1986 ;

  • 5, Rue Carriès, sauvetage urgent, une semaine.

4 - Les interventions successives sur le chantier Tramassac

9Puis l’équipe de publication a été mise en place sous la direction de J. Burnouf ; elle comprenait sept personnes, deux archéologues (C. Arlaud, J.-M. Lurol), une dessinatrice (C. Plantevin), une géomorphologue (A. Vérot-Bourrély), deux céramologues (G. Ayala et B. Macari-Poisson) et une archiviste (M.O. Mandy). On s’est efforcé d’impliquer, dans l’étude, des spécialistes des sciences environnementales, en particulier, la paléoostéologie, la dendrochronologie et la géomorphologie, afin de conduire une analyse des rapports de l’homme et de son milieu. Cette collaboration a donné lieu à diverses participations à des colloques, communications, tables rondes et séminaires

10Le chantier de Tramassac correspond à une fouille urbaine sur un site à stratification complexe et continue, depuis l’état naturel initial antérieur à la première occupation (fin du Ier s. av. J.-C.) jusqu’à la dernière transformation à la fin du XIXe s. en gare du funiculaire, ce qui représente par endroits presque 10 m de puissance d’accumulation de sédiments archéologiques.

11Les résultats sont présentés en trois parties :

  • La première rassemble de manière synthétique les acquis de la fouille, interprétés et replacés dans le cadre général, géographique et historique, de Lyon, avec une attention particulière portée à la reconstitution de la topographie de la ville médiévale.

  • La deuxième expose en détail la chronologie de l’occupation du sol sur l’emprise fouillée. Les résultats sont présentés par période (fig. 5). La “période” correspond à une étape homogène de la vie du site sur le plan culturel. Ce découpage en périodes, fondé sur des observations archéologiques, est donc indépendant des schémas historiques traditionnels.

  • Enfin, la troisième partie rassemble des études spécialisées dont l’originalité et la richesse de leurs conclusions méritaient une présentation particulière. La sélection de ces contributions a été faite en fonction de deux critères, d’une part l’apport original de l’étude dans son ensemble - même si les résultats ont été utilisés et intégrés dans le corps du texte - et d’autre part le caractère inédit des résultats. Les études ou parties d’études ayant déjà fait l’objet de publications ont été écartées afin de ne pas alourdir l’ouvrage par des redites. Les études strictement techniques ou les simples identifications ont été directement intégrées dans l’exposé des résultats.

12Il est important de préciser un trait original de ce gisement : eu égard au volume fouillé, la quantité du mobilier archéologique est peu importante. En particulier, on observe l’absence totale de mobilier métallique (toutes catégories confondues) et la faible représentation du mobilier céramique complet pour certaines périodes. Les seuls endroits où des lots ont pu être mis au jour sont les milieux clos (dépotoirs). Ils ont été traités comme le requiert ce mode de gisement. Le mobilier céramique a permis d’établir une chronologie fine, en particulier pour les périodes encore mal connues à Lyon de l’Antiquité tardive et du Haut Moyen Age. Le feuilletage des couches archéologiques, leur fouille fine et l’enregistrement rigoureux ont permis de faire l’étude détaillée de ces lots et de repérer des traceurs encore inconnus jusque-là.

5 - Les périodes mises en évidence par l’archéologie

Notes

1 SEMALY : Société d’Economie Mixte du Métropolitain de l’Agglomération Lyonnaise.

Table des illustrations

Légende 1 - Vue du quartier Saint-Jean avec l’îlot Tramassac et la rue Jean Carriès
Crédits (Cliché Semaly, J. Rutter)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2884/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende 2 - Situation du chantier dans Lyon
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2884/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende 3 - Emprise des différentes fouilles dans l’îlot Tramassac
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2884/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende 4 - Les interventions successives sur le chantier Tramassac
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2884/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende 5 - Les périodes mises en évidence par l’archéologie
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2884/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 256k

© Alpara, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access