Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nécropole des Géandes à Bourg-Saint-Andéol (Ardèche) dans le cadre du dolménisme en Bas-Vivarais

 | 
Bernard Gély
, 
Wolfgang Pape

Annexe. Approche de la population inhumée de la nécropole des Géandes à partir du matériel dentaire

Véronique Duplan

Texte intégral

1. Introduction

1La nécropole des Géandes a fait l’objet de recherches depuis plus d’un siècle et demi (supra chap. 2), cependant le matériel anthropologique recueilli n’avait à notre connaissance jamais été étudié. À ces anciennes collections est venu s’ajouter le matériel osseux et dentaire récolté lors des fouilles récentes de 2002 à 2008.

2Dans le cadre de l’étude des restes humains provenant des six dolmens de la nécropole, notre objectif a été de réaliser une approche de la population inhumée et des conditions de vie de celle-ci au moyen d’une étude paléo-pathologique et de l’estimation du nombre minimum d’individus (NMI) à partir du matériel dentaire mis au jour au cours des différentes fouilles.

3En effet, étant donné le différentiel de conservation entre les dents et les os dans les sépultures mégalithiques, ce matériel est le mieux conservé. En outre, pour certains dolmens des Géandes, seules quelques dents ont été conservées par les fouilleurs du passé.

2. Matériel odontologique

2.1. Généralités

  • 1 Je remercie vivement Mme S. Condemi et M. B. Foti pour leur soutien ; Mme L. Gambéri A. de C. du Mu (...)

4Ce matériel dentaire inédit, qui provient donc principalement des anciennes fouilles (Gilles vers 1960 ; Lucot de 1972 à 1979) ainsi que des fouilles récentes (Gély et Pape de 2002 à 2008), est conservé au Musée de Préhistoire d’Orgnac1.

5Il est composé de 1626 dents isolées et 22 dents sur mandibules. Soit au total 1531 dents permanentes et 117 dents temporaires pour les six dolmens de la nécropole.

6Ce matériel, souvent hors stratigraphie, est très inégalement réparti selon les dolmens (fig. 336) : les chambres funéraires étant vidées depuis longtemps, les dolmens les plus fournis sont donc ceux qui présentent des dépôts dans une antichambre (dolmen n° 1) ou dans un couloir colmaté (dolmens n° 4 et 5). De plus, on note également un échantillon dissemblable selon les dolmens. Ainsi, le dolmen n° 1 comporte de nombreuses dents isolées et quelques arcades dentaires, le n° 5 n’a livré que des dents isolées tandis que le n° 6 n’offrirait que deux fragments de mandibules.

Fig. 336 - Répartition par dolmen du matériel dentaire.

2.2. État de conservation

7Ce matériel dentaire présente un état de conservation relativement altéré, comme c’est souvent le cas dans les sépultures collectives mégalithiques.

8La plupart des dents présentent un état de conservation moyen (fêlures, légère érosion de la racine, cassure de l’apex, etc.) ou mauvais (couronne et/ou racine cassée, racine très érodée, émail abîmé, dent coupée en deux ou représentée uniquement par la couronne, etc.), directement lié à l’histoire taphonomique du site. En effet, les sols calcaires attaquent progressivement les dents en commençant par la racine. L’érosion du cément, qui débute souvent au niveau du collet, peut parfois donner un aspect de lésion carieuse ou entraîner une séparation nette de la couronne et de la racine. L’émail est assez peu touché sauf en cas de mauvaise qualité ou d’usure importante de la dent.

9L’état de conservation du monument, l’effondrement des dalles, son histoire récente, l’acidité des racines, le ruissellement, le gel, etc. ont également contribué à la dégradation de ce matériel (dents fracturées, éclatement amélaire, etc.).

2.3. Méthode d’étude

2.3.1. Estimation du NMI et détermination de l’âge au décès

10Dans ce travail, nous avons centré notre étude sur l’estimation du NMI et sur les atteintes des dents (usures, pathologies) afin d’avoir un aperçu du mode de vie et de l’état sanitaire des populations inhumées.

11Les dents, une fois triées et lavées, ont été identifiées suivant la nomenclature internationale. Afin de pallier les difficultés d’identification de ces dents usées et abîmées, l’ensemble du matériel a été revu une seconde fois avec des collègues dentistes (S. Thouvenin et E. Vernier). Les dents indéterminables ou identifiées mais dont l’état, trop fragmentaire, pouvait induire des erreurs n’ont pas été prises en compte dans notre inventaire. Quelques dents, en raison de leur état, n’ont pu être latéralisées en particulier des incisives mandibulaires.

12Afin d’alléger la publication, chaque type de dent a été noté de la manière suivante : I1, I2, Cs, Pm1, Pm2, M1, M2 et M3 pour les dents permanentes supérieures ; I1, I2, Ci, Pm1, Pm2, M1, M2 et M3 pour les dents permanentes inférieures. Le même système a été employé pour les dents temporaires (i1, i2, cs, m1, m2).

2.3.2. Estimation du NMI des immatures

13Le dénombrement des immatures (âgés de moins de 15 ans) a été réalisé à partir des dents isolées (dents temporaires et dents permanentes en germe ou en cours de calcification sauf la 3ème molaire) et des éventuelles arcades d’immatures. Après avoir estimé un âge pour chacune des dents isolées et pour les arcades (infra), les dents sont regroupées suivant les âges afin d’évaluer le nombre minimum d’immatures présents dans chaque classe d’âge.

14Dans le cas où des dents isolées et des arcades d’immatures sont présentes, le nombre de dents encore en place sur les arcades ainsi que le nombre d’alvéoles libres (i. e. dents isolées moins alvéoles vides) seront ajoutés au corpus des dents isolées selon chaque type de dent (Jagu 1986).

2.3.3. Détermination de l’âge des immatures

15Afin d’estimer l’âge des immatures à partir du matériel dentaire, plusieurs méthodes existent, élaborées à partir de populations actuelles d’âge et de sexe connus. Cependant, en contexte archéologique, leur application n’est pas toujours aisée suivant la nature et l’état du matériel.

16C’est pourquoi, après avoir passé en revue différentes méthodes, nous avons choisi dans un premier temps d’appliquer en parallèle deux méthodes : celles de Moorrees et al. (1963a ; 1963b) et de Ubelaker (1978). Cependant, la méthode de Moorrees et al., bien que facilitant l’enregistrement des données par l’emploi d’un codage pour les différents stades, s’est avérée mal adaptée à notre matériel : la mauvaise conservation de certaines dents temporaires ne permettant pas toujours d’attribuer un stade de calcification et l’absence de certaines dents au sein de la méthode pouvant entraîner une perte d’information supplémentaire pour un matériel déjà passablement réduit.

17Pour l’estimation de l’âge au décès des immatures, nous avons donc choisi d’utiliser la méthode d’Ubelaker qui propose des schémas d’arcades en coupe sagittale permettant de suivre l’évolution (maturation/éruption) de chaque dent au cours des âges donnés avec un intervalle de confiance et d’avoir une vision globale de la denture et des rapports entre les dents (occlusion, contacts proximaux).

18Dans notre étude, pour chaque dent isolée, temporaire ou permanente en évolution (sauf la 3ème molaire), nous avons relevé le stade de maturation dentaire, le degré d’usure et les facettes de contact proximal afin d’attribuer un âge ou une fourchette d’âge. L’ensemble des dents temporaires et permanentes appartenant aux immatures a ensuite été regroupés suivant les classes d’âge. Suivant la même méthode, l’estimation de l’âge des arcades d’immatures a été réalisée à partir des stades de maturation et d’éruption dentaire des dents temporaires et/ou permanentes présentes sur l’arcade ou représentées uniquement par des alvéoles.

2.3.4. Estimation du NMI des adultes

19Afin d’évaluer le NMI des adultes, nous avons choisi, lorsque cela était possible, de considérer la canine. En effet, Thouvenin (2008) a montré que la canine est la dent présentant le moins d’erreur en termes d’identification morphologique et qui permet donc d’évaluer assez bien le NMI. Comme pour les immatures, en présence de dents isolées et d’arcades dentaires, nous avons associé, pour chaque type de dent, les dents isolées et les alvéoles libres (Jagu 1986).

2.3.5. Détermination de l’âge au décès des adultes

20Une fois les dents calcifiées, l’âge des adultes est difficile à évaluer étant donné la grande variabilité de l’usure dentaire suivant les périodes, les populations et les individus. De plus, les dents des populations du Néolithique final et de l’âge du Bronze ancien présentent généralement une usure importante.

21Néanmoins, nous avons proposé, à titre indicatif, trois classes d’âge pour les dents adultes : jeune (dent non usée ou très peu), mature (atteinte de la dentine) et mature-âgé (usure importante). Pour les arcades d’adultes, l’âge a été évalué de la manière suivante : jeune (dents peu usées, M3 émergée et peu de pathologies), mature (usure moyenne, présence de pathologies et éventuelles pertes dentaires) et mature-âgé (usure importante, pathologies et pertes dentaires).

22Pour chaque dent, le stade d’usure a été relevé selon la méthode de Chaput (1967) qui note selon son intensité cinq stades d'usure :

  • 1 : facettes d'émail.

  • 2 : îlots dentinaires.

  • 3 : confluence des îlots dentinaires.

  • 4 : anneau d’émail périphérique à la dentine.

  • 5 : pulpe calcifiée.

23Nous ajoutons un stade supplémentaire (usure 5+) correspondant à une usure touchant une partie de la racine (fig. 337).

Fig. 337 - Schéma des stades d’usure d’après Chaput (1967), modifié.
De gauche à droite : 1 – Facettes d’émail ; 2 – Îlots dentinaires ; 3 – Confluence des îlots dentinaires ; 4 – Anneau d’émail périphérique à la dentine ; 5 – Pulpe calcifiée à son tour ; 5+ – Racine usée à son tour.

24L’étude de l’état sanitaire de ces populations a été réalisée sur la base de la présence et/ou absence de tartre, de caries, d'hypoplasie. Le type hypoplasie a également été pris en considération (en pits ou linéaire). Pour chacune de ces pathologies dentaires, la sévérité de leurs atteintes a été cotée (fig. 338). Enfin, au cours de cette étude, diverses observations ont également été relevées, notamment des variations morphologiques, des usures particulières, ou encore des traces laissant supposer qu’elles résultent de certaines activités, etc.

Fig. 338 - Cotation des pathologies.

3. Résultats

3.1. Dolmen n° 1

25L’essentiel du matériel provient des fouilles Lucot (1979), mais le tamisage du dolmen lors des fouilles depuis 2002 a également livré du matériel dentaire. Le dolmen n° 1 est le monument pour lequel le matériel odontologique est le plus important. Il comprend 1362 dents isolées, un fragment de maxillaire (n° inv. 2765) et huit fragments de mandibules dont trois (n° inv. 2761 ; 2762 ; 2767) sont quasi complètes et sont décrites séparément. Les dents présentes sur les cinq petits fragments de mandibules ont été associées à l'analyse des dents isolées. Il s’agit de 1372 dents isolées correspondant à 1275 dents permanentes et 97 temporaires.

3.1.1. Les dents des enfants du dolmen n° 1

26La mandibule n° 2767 est celle d’un sujet immature. Elle est sub-complète seul manque la zone de l’emplacement des incisives centrales et de l’incisive latérale gauche. Y sont associés quatre molaires temporaires (m1 et m2 droites ; m1 et m2 gauches) et des germes de dents définitives (I2d ; Cig ; M1 droite et gauche). Seules les m1 sont légèrement usées (stade 1). Toutes les molaires présentent quelques hypoplasies en pit. Les stades d’éruption dentaire des dents temporaires et de maturation dentaire des dents permanentes permettent d’envisager, suivant la méthode d’Ubelaker, un individu âgé de 4 ans (± 12 mois).

27Le maxillaire (n° inv. 2765), constitué d’un fragment du maxillaire et de la partie palatine côté droit, est celui d’un immature. Aucune dent n’est présente : alvéoles vides de la i2d, de la csd et de la m1d. La m2d n’est pas émergée. Les stades d’éruption dentaire des dents temporaires (Ubelaker 1978) montrent qu’il s’agit du maxillaire d’un enfant de 18 mois (± 6 mois).

28Les 97 dents isolées temporaires correspondent à des supérieures, les I et les C étant les dents les mieux représentées. En revanche, parmi les dents inférieures, ce sont les molaires (fig. 339).

Fig. 339 - Fréquence des dents temporaires isolées du dolmen n° 1 (n = 97).

29L’étude des dents temporaires et permanentes en évolution ainsi que des arcades d’immatures a permis d’estimer un nombre minimum de vingt-cinq individus âgés de moins de 15 ans (± 36 mois) d’après la méthode d’Ubelaker : un enfant de 18 mois (± 6 mois), dix enfants de 2 à 4 ans (± 12 mois), sept enfants de 5 à 7 ans (± 24 mois), six enfants de 8 à 12 ans (± 30 mois) et un individu de 12 à 14 ans (± 36 mois). Il s’agit d’un NMI très certainement sous-évalué : douze dents permanentes, mal conservées, n’ont pu être prises en compte, leur état ne permettant pas d’attribuer un stade de calcification.

30L’usure dentaire des sujets juvéniles est importante : la plupart des dents temporaires sont usées (78,79 % ; n = 99), principalement aux stades 1 à 3 (70,70 %). Seul un petit nombre de dents temporaires montre une usure importante : quatre incisives et quatre canines supérieures (stades 4 et 5).

31Chez les enfants, le tartre est très peu représenté (6,18 % des 97 dents temporaires).

32Cinq dents temporaires sur 97 présentent une carie : une i2 et une m2 ont une carie débutante, deux cs, une carie plus avancée (stade 2) et une m2 présente une carie mésiale et une carie radiculaire (stade 4).

33Un tiers des dents temporaires (38,63 % ; n = 88) montrent de l’hypoplasie, principalement sous forme de pits peu abondants (26/34). Sept dents montrent de l’hypoplasie en pits abondante et une i1 présente une bande d’hypoplasie (fig. 340, 341).

Fig. 340 - Hypoplasies des dents temporaires inférieures du dolmen n° 1 (nb dents).

Fig. 341 - Hypoplasies des dents temporaires inférieures du dolmen n° 1 (nb dents).

3.1.2. Les dents des adultes du dolmen n° 1

34La mandibule n° 2761 appartenant à un adulte est constituée du corps mandibulaire et du début des branches montantes. Elle présente cinq molaires encore en place et les alvéoles vides de toutes les autres dents. Les M1 (gauche et droite) présentent une usure importante (stade 5) ; les M2 (gauche et droite) une usure de stade 2 et la M3 droite, une usure débutante (stade 1). Il s’agit de la mandibule d’un adulte mature dont les M1 présentent un peu d’hypoplasie punctiforme et la M3, un peu d’hypoplasie linéaire et de tartre. La M2 droite présente une carie débutante dans la fossette de la face vestibulaire.

35La mandibule adulte n° 2762, composée du corps mandibulaire et du début de la branche montante côté gauche, ne présente qu’une M1 mal conservée et usée (stade 4) avec une légère hypoplasie en pit. Les alvéoles de toutes les autres dents sont présentes sauf celles des M3. L’usure de la M1 indique un adulte mature, cependant aucune M3 n’est émergée. Une agénésie ou un retard d’éruption est possible.

36Les 1189 dents permanentes des sujets adultes sont relativement bien distribuées sur chaque arcade : 45,08 % sont des dents supérieures et 54,92 %, inférieures. On observe cependant des variations dans la représentation selon le type de dent (fig. 342) : parmi les dents supérieures, le bloc incisivo-canin est le plus représenté par rapport aux Pm1 et aux M1 et M2. La distribution des dents mandibulaires, bien que plus homogène, présente également une surreprésentation des incisives et la M1 est la dent la moins représentée. Même en associant dents isolées et dents sur mandibules (ci-dessus), ce déséquilibre reste visible, notamment lorsque l’on compare la distribution observée avec celle que l’on devrait rencontrer dans une distribution normale (fig. 343). Cette différence est toujours présente mais uniquement pour les dents supérieures lorsque nous retirons du corpus les I, C et M1 peu usées pouvant appartenir à des juvéniles.

Fig. 342 - Fréquence des dents permanentes du dolmen n° 1 (n = 1186) (NB : 3 incisives mandibulaires, non identifiées, n’apparaissent pas dans le graphique).

Fig. 343 - Fréquence de chaque catégorie de dents permanentes du dolmen n° 1 (n = 1189) et comparaison avec une distribution normale.

37Le NMI de la population adulte, estimé à partir de la canine supérieure gauche, est de cinquante-trois individus. Les stades d’usure de cette dent nous permettent d’envisager dix-huit adultes jeunes (usure 0 et 1), vingt-six adultes matures (usures 2 et 3), sept adultes mature-âgés (usures 4 et 5) et deux d’âge indéterminé.

38Sur les sujets adultes, les dents sont très usées : 94,62 % de l’échantillon (n = 1152). Parmi les dents supérieures, les dents les plus usées sont la I1 (70,94 % des I1ont une usure de 3 à 5 +) dont un petit nombre (3,42 %) présente même une usure de la racine et la Pm2 (63,77 % pour une usure de 3 à 5). Plus de la moitié des I2, des Cs et des Pm1 ont une usure plus modérée (stades 1 à 2) et la plupart des molaires ont une usure du stade 1 à 3 (fig. 344). Parmi les dents inférieures, l’usure est plus homogène (73,69 % des dents aux stades 1 à 3) et l’usure la plus importante (stades 4 et 5) se rencontre principalement sur la M2, la I1 et la M1 (fig. 348).

Fig. 344 - Fréquence d’usure des dents permanentes supérieures du dolmen n° 1 (n = 521).

39Quinze dents permanentes antérieures montrent des traces d’abrasion pouvant résulter du frottement d’objets durs ou ligneux. Ces dents, dont tous les stades d'usure sont représentés (stades 1 à 5) sont surtout supérieures (9 I1 ; 3 I2, 1 Cs) et inférieures (1 I1 ; 1 Ci). Les 9 I1 sont toutes abrasées en face vestibulaire (fig. 345). Ces abrasions peuvent aller d’un léger amincissement de l’émail à une atteinte plus importante laissant voir la dentine par transparence, jusqu’à la disparition complète de l’émail. Quatre de ces incisives présentent des traces d’abrasion supplémentaires : trois d’entre elles montrent un sillon sur le bord occlusal dans le sens vestibulo-lingual, la dernière présente un sillon en face linguale au-dessus du cingulum dans le sens mésio-distal. Les incisives latérales présentent une encoche ou sillon en cannelure sur le bord occlusal dans le sens vestibulo-lingual (fig. 346). Les I2 montrent une atteinte localisée plutôt en partie distale et la I2 est abrasée côté mésial. La Cs montre un sillon en cannelure sur le côté mésial tandis que la Ci présente une usure occlusale importante côté distal sur laquelle se trouve une légère encoche dans le sens vestibulo-lingual (fig. 347). L’ensemble de ces dents permet d’évoquer la présence d’au moins neuf adultes (I1 non homologues) ayant vraisemblablement utilisé leurs dents dans le cadre d’activités régulières.

Fig. 345 - Une I1 abrasée (face vestibulaire).

Fig. 346 - Une I1 abrasée (vue occlusale).

Fig. 347 - Une Cs abrasée (vue occlusale). Sillon en cannelure et facette polie côté mésial.

Fig. 348 - Fréquence d’usure des dents permanentes inférieures du dolmen n° 1 (n = 631).

40Chez les dents adultes, 30,35 % (n = 1173) ont du tartre. Parmi celles-ci (fig. 349, 350) 72,13 % ont des dépôts minimes (stade 1). Comme attendu, le tartre est plus présent sur les dents inférieures mais, comme pour les supérieures, il y a peu de tartre (stade 1). Parmi les dents inférieures, les I, C et M3 sont les plus entartrées (stades 2 et 3).

Fig. 349 - Fréquence du tartre des dents permanentes supérieures du dolmen n° 1 (n = 532).

Fig. 350 - Fréquence du tartre des dents permanentes inférieures du dolmen n° 1 (n = 641).

41Chez les adultes, les caries représentent 7,85 % des dents permanentes (n = 1172) : les molaires supérieures, sont les plus touchées notamment la M2 et M3 (stade 1 à 4), puis ce sont les Pm et les I (stade 2). Parmi les dents inférieures, la M2 et la M3 présentent également le plus de caries, ensuite ce sont les Pm qui sont les plus touchées. Les caries les plus importantes (stade 4) se rencontrent sur les molaires et les prémolaires.

4252,58 % des dents permanentes (n = 1183) présentent de l’hypoplasie (fig. 351, 352). Il s’agit essentiellement d’hypoplasie punctiforme (78,30 % des dents permanentes hypoplasiques), sous une forme modérée. Lorsque les dents présentent une hypoplasie linéaire, elles présentent peu de bandes. Les dents supérieures plus touchées sont les incisives, les canines et la M1. Sur les dents inférieures, la M3 est la plus touchée, suivie de la canine, de la Pm2 et de la I1. La dent qui présente le plus de bandes hypoplasiques est la Ci.

Fig. 351 - Fréquence des hypoplasies des dents permanentes supérieures du dolmen n° 1 (n = 548).

Fig. 352 - Fréquence des hypoplasies des dents permanentes inférieures du dolmen n° 1 (n = 635).

43Une incisive latérale supérieure présente un cémentome sur sa racine.

44Un petit nombre de dents montre une variation morphologique. Ainsi, trois I2 ont une forme en pelle ; une canine temporaire présente une racine semi-bifide côté vestibulaire et une I2, une racine bifide ; une M1 présente un tubercule de Carabelli et un germe de M3, un tubercule antérieur ; une M3 présente une cuspide supplémentaire et un épaississement de la racine côté vestibulaire ; deux I1 et une I2 ont un sillon corono-radiculaire palatin vertical.

45Enfin, est à signaler que six dents sont brûlées : une I1 et un germe de M3, deux Pm2, une Ci et un germe de M2 pouvant appartenir à quatre individus dont un enfant d’environ sept ans. L’origine de cette crémation assez peu poussée reste conjecturale, une charbonnière moderne ayant été adossée au tumulus.

3.2. Dolmen n° 2

46Le matériel, relativement pauvre, provient uniquement des fouilles récentes : 38 dents isolées (37 permanentes et 1 canine supérieure droite temporaire) font partie de notre inventaire.

47Suivant la méthode d’Ubelaker, nous avons pu estimer, d’après le stade de calcification de la canine supérieure temporaire, la présence d’un enfant âgé de 4 à 7 ans (± 24 mois). Cette canine usée (stade 2) ne présente pas de tartre ni d’hypoplasie et n’est pas cariée.

3.2.1. Les dents des adultes du dolmen n° 2

48Les dents permanentes sont essentiellement supérieures (27/37). Toutes les dents ne sont pas représentées (absence de la M1, de la Ci, de la Pm2 et des M2 et M3), plus de la moitié (19/37) sont des incisives et les molaires sont peu nombreuses : deux M2, trois M3 et trois M1. Un nombre minimum de deux adultes matures a été estimé d’après la Cs. Ces adultes ont les dents usées (30/33 dents permanentes) principalement aux stades 2 et 3 ; les dents antérieures sont les plus usées et six incisives et une M1 ont une usure importante (stades 4 à 5). Les 11/36 dents permanentes présentent du tartre, principalement en dépôts minimes (9/11 dents) et plus d’un tiers des dents sont cariées (n = 37) mais avec une atteinte peu profonde, surtout dentinaire. Seule une M1 présente une carie atteignant la cavité pulpaire. Les dents permanentes montrent beaucoup d’atteintes hypoplasiques (24/36 dents), principalement sous forme de pits (16/24). De l’hypoplasie linéaire se rencontre également sur une I1, trois Pm2 et quatre molaires (8/24).

3.3. Dolmen n° 3

49Notre échantillon ne comporte que deux dents : une M1 avec beaucoup d’hypoplasie en pits et un peu de tartre et une M3 avec du tartre (stade 2) sans hypoplasie. Les deux dents présentent le même stade d’usure (îlots dentinaires). Elles correspondent au moins à un individu adulte mature.

3.4. Dolmen n° 4

50Lors des fouilles récentes, la totalité du matériel anthropologique n’a pu être recueilli étant donné les risques d’écroulement de la dalle de couverture (supra chap. 3).

51Le matériel dentaire, qui fait l'objet de cette étude, provient des fouilles de Lucot (1979) et des fouilles récentes. Il est composé de 85 dents permanentes isolées, d’une M3 sur un petit fragment de mandibule droite et de 8 dents temporaires isolées.

3.4.1. Les dents des enfants du dolmen n° 4

52Parmi les 8 dents temporaires, 7 sont supérieures. Celles-ci sont très peu usées, à l’exception d’une m2 (stade 2), d’une i1 et d’une cs (stade 3). Au moins cinq enfants (trois de 2 à 4 ans (± 12 mois), un de 6-7 ans (± 24 mois) et un âgé de 12 ans (± 30 mois) ont pu être estimés à partir des stades de maturation dentaire des dents temporaires et des germes de dents permanentes, suivant la méthode d’Ubelaker. Les enfants ne présentent pas de tartre ni de carie et seules une i1 et une i2 appartenant à deux enfants différents montrent de l’hypoplasie en pits.

3.4.2. Les dents des adultes du dolmen n° 4

53Les dents permanentes sont principalement des dents inférieures (62,79 %), notamment des incisives, des prémolaires et des molaires ; en revanche les canines sont peu nombreuses. S'agissant des dents supérieures, il y a surtout un déficit en incisives centrales.

54L’estimation du NMI d’après la Cs montre un nombre minimum de trois adultes, dont un jeune, un mature et un d’âge indéterminé. Cependant, ce nombre est certainement sous-évalué, les canines étant peu nombreuses.

55Les dents permanentes sont des dents usées (85,18 % des dents permanentes ; n = 81). Parmi les dents supérieures, la plupart ont une usure de stade 1 à 3 avec une prédominance des usures de stade 2. À la mandibule, les dents présentent surtout une usure peu importante : 31/52 dents permanentes usées aux stades 1 et 2. Les dents les plus usées sont les incisives et une Pm1.

56Près de la moitié des dents permanentes présente du tartre (n = 82), principalement en dépôts minimes (stade1) (30/82). Les dents inférieures sont les plus touchées, notamment les prémolaires et les incisives.

57Les adultes présentent peu de caries (5,95 % des dents permanentes ; n = 84), généralement peu profondes : une Ci et une Pm2 ont une carie débutante et une I2, une M1 et une M3, une carie de stade 2.

5846,84 % des dents permanentes ont des hypoplasies (n = 79), principalement sous forme de pits. Les dents supérieures, moins atteintes que les dents inférieures, montrent surtout de l’hypoplasie punctiforme prononcée. Parmi les dents inférieures, notamment les incisives et les prémolaires ont de l’hypoplasie punctiforme (17/51) et linéaire (10/51). Alors que la canine est souvent la dent la plus hypoplasiée, une seule canine (sur cinq) montre une bande d’hypoplasie.

3.5. Dolmen n° 5

59Le matériel dentaire, constitué de 121 dents isolées, provient principalement des fouilles Lucot (1979) mais également des fouilles récentes.

3.5.1. Les dents des enfants du dolmen n° 5

60Sept dents temporaires sont présentes dans notre échantillon (une i2, trois cs et une incisive inférieure et deux m2). L’étude des stades de maturation dentaire des dents temporaires et des dents permanentes en cours de calcification nous a permis, suivant la méthode d’Ubelaker, d’estimer un nombre minimum de six immatures : deux âgés de 2 à 4 ans (± 12 mois) ; deux de 5 à 7 ans (± 24 mois) et deux de 8 à 12 ans (± 30 mois). Cinq dents temporaires ont une usure de stade 1 à 3 et une cs présente même une usure très importante (stade 5). Les dents temporaires ne montrent pas de tartre ni d’hypoplasie et aucune dent n’est cariée.

3.5.2. Les dents des adultes du dolmen n° 5

61Parmi les 114 dents permanentes, les incisives et les canines sont très bien représentées contrairement aux molaires, notamment en comparaison avec ce qu’on devrait rencontrer dans le cas d’une distribution normale. Cette différence, que l’on retrouve même en excluant les I, C et M1 peu usées, est très marquée au maxillaire où les incisives sont nombreuses, la Pm1 et la M2 peu représentées et la M1 absente.

62Le nombre minimum d’adultes estimé à partir de la Ci est de sept individus : cinq adultes matures et deux adultes âgés.

63Les dents permanentes sont usées (95,15 % ; n = 103) mais il s’agit surtout d’une usure moyenne (75,72 % pour une usure de stade 1 à 3). Les dents les plus usées (stades 4 et 5) sont les incisives et les canines et très peu de molaires présentent une usure importante.

64Les dents permanentes adultes présentent sur la moitié d’entre elles du tartre (54,37 % des dents permanentes ; n = 103), mais en dépôts minimes (69,64 % des dents entartrées). Comme attendu, les dents inférieures sont les plus entartrées, notamment la Ci et les incisives.

65Douze dents permanentes sont cariées (11,65 % ; n = 103). Il s’agit surtout de caries peu profondes (8/12 dents cariées). Deux dents cariées, une M2 (stade 2) et une M3 (stade 3), comportent la même lésion carieuse.

6674,34 % des dents permanentes (n = 113) présentent de l’hypoplasie, principalement sous forme de pits (83,33 % des dents hypoplasiées) et les dents avec de l’hypoplasie linéaire ne présentent généralement qu’une seule bande.

67Une I1 montre un cémentome sur sa racine.

3.6. Dolmen n° 6

68Le matériel dentaire est composé uniquement de deux fragments de mandibules correspondant à deux individus différents. Ce matériel provient des fouilles Gilles vers 1960 mais il existe des incertitudes sur sa réelle appartenance au dolmen n° 6 (supra chap. 3). Des essais de remontage n’ont cependant pas permis de rattacher ces fragments au matériel d’un autre dolmen de la nécropole.

69La mandibule n° 1, fragmentaire, est représentée par l’angle goniaque côté gauche et le début de la branche montante. Trois molaires sont présentes : la M1, mal conservée, est usée (stades 3-4). Elle présente une bande d’hypoplasie linéaire et un peu de tartre ; la M2, également mal conservée, est un peu moins usée (stade 3) et présente un peu plus de tartre (stade 2). L’état de conservation de cette dent n’a pas permis d’étudier l’hypoplasie ; la M3, aussi usée que la M1, ne présente aucune hypoplasie mais un peu de tartre (stade 2). Le degré d’usure de la M3 permet d’envisager un adulte mature à mature-âgé.

70La mandibule n° 2 est un fragment composé du corps mandibulaire côté droit et du début de la branche montante. Sur cette mandibule, une racine de canine est enchâssée dans la mandibule. La Pm1 est peu usée (stade 1) et présente un peu de tartre. La Pm2 est usée (stade 3) et cariée (carie du collet côté distal). L’alvéole de la M1 est vide avec une légère alvéolyse. La M2, dont l’alvéole n’est pas totalement refermée, a été perdue ante mortem. La M3 n’est présente qu’à l’état de débris radiculaires. La perte de la couronne de la M3 et de la Ci peut être due à une destruction totale de la couronne (usure, carie…) ou bien plus vraisemblablement à la conservation en milieu calcaire où il est fréquent de rencontrer ce genre de cas (couronne séparée de la racine qui reste dans la mandibule). Compte tenu de l’éruption de la M3, de l’usure de la Pm2 et des pathologies, il s’agit d’un adulte âgé.

4. Discussion

71Au cours de notre étude, nous avons examiné le matériel provenant des six dolmens de la nécropole. Cependant, la disparité entre les divers échantillons nous a incité à mener une comparaison des résultats obtenus seulement pour les dolmens dont le matériel était suffisamment abondant : les dolmens n° 1 et 5. Nous avons exclu le dolmen n° 4 dont le matériel anthropologique a été recueilli partiellement et qui de surcroît, livre des traces d’utilisation à l’âge du Bronze récent.

72Bien que de très nombreux dolmens soient présents en Ardèche, les études anthropologiques sur ces sites sont peu nombreuses. Quatre monuments ardéchois, rattachés au Néolithique final-âge du Bronze ancien, proches chronologiquement et géographiquement, ont également fait l’objet d’une étude odontologique :

  • Le dolmen n° 2 du Pala à Chauzon (Raffier 1989 ; Billard 1990) où P. Raffier a estimé un NMI de 32 individus à partir de 623 dents isolées, deux mandibules et un fragment de maxillaire.

  • Le dolmen n° 1 des Campanes à Saint-Alban-Auriolles (Ravy et Clère 1990) dont le matériel, composé de 218 dents isolées et de huit fragments de mandibules, a permis à E. Ravy de dénombrer au moins 30 individus.

  • Le dolmen du Cros des Grenouilles à Berrias-et-Casteljau (Ravy et Clère 1993) étudié par E. Ravy où au moins 27 sujets sont représentés par 270 dents isolées.

  • Le dolmen n° 17 des Granges à Berrias-et-Casteljau (Lavergne 1974), site pour lequel l’auteur a estimé un nombre minimum de 129 individus à partir de 641 dents isolées.

73Ces études ne se sont pas toujours intéressées aux mêmes paramètres que la nôtre, ce qui a limité les comparaisons avec les résultats obtenus pour les dolmens n° 1 et 5.

4.1. Conservation des pièces

74Dans le cas des sépultures collectives mégalithiques, l’histoire taphonomique (remaniements, fouilles clandestines, agents chimiques, état du monument…) joue un rôle important sur la conservation des pièces (mandibules, nombre de dents) et sur l’état de conservation des dents. Une usure importante des dents et/ou la présence de caries, par exemple, ont pu également participer à la dégradation ou la disparition d’un certain nombre de pièces.

75Dans la nécropole des Géandes, on note une faible représentation des arcades en comparaison avec le nombre de dents isolées. Dans le dolmen n° 1, les seules arcades quasi-complètes concernent quatre sujets (trois mandibules et un maxillaire) pour un nombre minimum de soixante-dix-huit individus. Le dolmen n° 5 ne présente que des dents isolées. La faible représentation de ces pièces osseuses, qui est un fait relativement fréquent dans les dolmens, pose la question d’un prélèvement dès l’origine, d’une destruction chimique. Comme nous l'avons signalé, cela est sans doute dû aux conditions d'acidité du terrain.

76Concernant la distribution de chaque catégorie dentaire dans les dolmens 1 et 5 (X2 = 3,07 ; p < 0,05 ; non significatif), nous observons des indices de conservation importants pour les incisives et les canines et les molaires sont moins bien conservées (fig. 353). Dans ce cas là également, se pose la question d’un prélèvement ancien du crâne, les dents monoradiculées pouvant s’être détachées. La mauvaise conservation des molaires, quant à elle, peut résulter d’une destruction des molaires les plus usées ou cariées ou encore d’un prélèvement préférentiel des molaires, plus visibles, lors des récoltes anciennes.

Fig. 353 - Distribution et indices de conservation des dents permanentes (sauf germes) des dolmens n° 1 et 5.

77La nature et le nombre de pièces conservées, leur état de conservation ainsi que l’usure importante des dents ont pu entraîner des biais dus à l’échantillonnage au cours notre étude : ainsi, concernant le nombre minimum d’individus, il est donné à titre indicatif car le matériel présent dans la nécropole a été « sélectionné » par la taphonomie et les conditions de découvertes et de conservation du site ; les fréquences des caries ont été calculées à partir des dents restantes, sans possibilité d’évaluation des pertes ante et post mortem et l’hypoplasie n’a pu être évaluée lorsque les dents étaient mal conservées ou très usées.

4.1.1. Les immatures

78La part des immatures concerne 35,05 % de la population étudiée dans le dolmen n° 1 et 46,15 % de la population du dolmen n° 5 (X2 = 0,45 ; α = 0,5 ; non significatif). En nous référant aux autres sites, nous pouvons voir que la proportion d’immatures (âgés de moins de 15 ans) de ces deux dolmens est tout à fait dans les normes de la région avec une bonne représentation des enfants (37,5 % d’immatures au Pala, 63 % aux Campanes et même 69,77 % aux Granges).

79La plupart des immatures des dolmens n° 1 et 5 ont un âge au décès compris entre 2 ans (± 8 mois) et 12 ans (± 30 mois) et les âges extrêmes sont très peu représentés (un enfant de 18 mois (± 6 mois) et un enfant de 12 à 14 ans (± 36 mois) dans le dolmen n° 1). Aucun germe de dent d’individus âgés de moins de 1 an n’est présent. Leur absence ou leur faible représentation est un fait souvent rencontré dans les sépultures dolméniques. Ces germes, plus fragiles, ont pu disparaître ou bien ne pas être identifiés et collectés. Nous retrouvons cette caractéristique dans tous les autres dolmens sauf dans celui des Granges qui présente un nombre important d’immatures âgés de moins de 1 an (10/90 immatures).

4.1.2. Les adultes

80Un nombre minimum de cinquante-trois adultes pour le dolmen n° 1 et de sept adultes pour le n° 5 a été estimé à partir de la canine la plus représentée. À titre purement indicatif, étant donné l’importance des dents isolées dans ces deux sépultures, nous avons proposé une distribution des adultes à partir de l’usure de la canine selon trois classes d’âge : jeune (adolescents à partir de quinze ans et jeunes adultes), mature et mature-âgé. Dans le dolmen n° 5 comme dans le n° 1, les adultes matures sont les plus représentés. Cependant, dans le n° 1, le nombre important d’incisives très usées (28 I1 ; usure 5 et 5+) nous indique que le nombre minimum d’individus âgés (sept individus) est très certainement sous-évalué dans cette sépulture.

4.2. L’usure

81Chez les juvéniles, l’usure occlusale est importante (78,79 % des dents temporaires du dolmen n° 1 et six dents sur sept dans le dolmen n° 5). Cette fréquence de l’usure chez les enfants est un fait habituel dans ces populations et au Cros des Grenouilles (Ravy 1993), par exemple, l’usure peut représenter jusqu’à 100 % de dents temporaires usées.

82Chez les adultes, l’usure est également importante. Que ce soit dans le dolmen n° 1 ou le n° 5, l’usure concerne plus de 90 % des dents permanentes, avec des fréquences relativement proches pour les dents ayant une usure nulle ou limitée à l’émail (29,89 % et 25,24 %) ou très usées (22,10 % et 19,42 %). Les dents les plus usées sont les incisives, les canines et les 2èmes prémolaires. Il est intéressant de noter le faible nombre de molaires très usées alors que les dents antérieures montrent la présence d’individus âgés (usure 5, 5+). Il est possible que les molaires, plus altérées (avec d’éventuelles caries), aient moins résisté à l’action chimique des sols. Cette fréquence de l’usure des dents permanentes, que l’on rencontre dans la plupart des dolmens (75 à 90 % dans les dolmens des Campanes, du Cros des Grenouilles ou du Pala, selon Ravy 1990 et 1993 et Raffier 1989), est cohérente avec ce que l’on peut rencontrer au Néolithique final et à l’âge du Bronze ancien, étant donné la charge abrasive des aliments.

4.3. Le tartre

83Le tartre touche généralement peu les dents temporaires. Dans la nécropole, aucune dent temporaire n’est touchée dans le dolmen n° 5 et seulement 6,18 % des dents temporaires du dolmen n° 1 montrent du tartre, principalement en dépôts minimes (stade 1).

84Les dents permanentes sont plus entartrées (30,35 % pour le dolmen n° 1 et 54,37 % pour le dolmen n° 5, X2 = 11,12 ; p < 0,005, différence significative) mais il s’agit surtout de dépôts minimes (près de 70 % des dents entartrées). Les dents les plus entartrées sont les incisives mandibulaires, ce qui est logique étant donné la proximité des canaux salivaires.

85Parmi les autres sites, le dolmen du Pala présente une fréquence similaire à celle du dolmen n° 5 des Géandes (X2 = 1,92 ; p < 0,1 ; non significatif) et la fréquence de tartre dans la nécropole des Géandes semble importante comparée aux moyennes généralement observées, mais il faut tenir compte des nombreux biais dans l’observation de ce caractère (destruction chimique, manipulations…).

4.4. Les caries

86La fréquence de la carie sur la dent temporaire reste généralement faible, que ce soit dans le dolmen n° 1 (5/97 dents temporaires) et surtout dans le dolmen n° 5, où aucune dent n’est cariée, ou dans les autres sites de comparaison. Il s’agit généralement donc d’une maladie de l’adulte.

87En revanche, les adultes montrent plus d’atteinte carieuse : 7,85 % des dents permanentes du dolmen n° 1 sont cariées et 11,65 % dans le n° 5 (X2 = 1,5 ; p < 0,1 ; non significatif). Le taux légèrement plus important de caries dans le dolmen n° 5 est peut-être dû à l’absence de jeunes adultes dans ce monument. La lésion carieuse est généralement peu profonde (stade 2) sur la plupart des dents. Les molaires, en revanche, ont des lésions plus marquées (stade 4). Les faibles dépôts de tartre et le nombre peu important de caries vont dans le sens d’un état bucco-dentaire plutôt satisfaisant, même s’il faut rester prudent car les dépôts de tartre et les dents très cariées ont pu disparaître. La proportion de dents permanentes cariées dans les dolmens n° 1 et 5 est comparable avec celles que l’on retrouve au Pala ou aux Campanes (8 % environ selon Raffier 1989 ; Ravy 1990). Ce taux de carie chez les adultes correspond à ce que l’on rencontre habituellement dans les monuments de la région au cours du Néolithique final et de l’âge du Bronze ancien.

4.5. L’hypoplasie

88Concernant ce défaut de minéralisation, nous avons choisi de relever l’hypoplasie linéaire mais, également, l’hypoplasie qui s’est exprimée sous forme de pits à la fois chez les enfants et les adultes. Cependant, pour l’ensemble des sites de comparaison, les auteurs n’ont relevé que les dents présentant des stries d’hypoplasie et se sont peu intéressés à l’hypoplasie des juvéniles.

89Chez les immatures, nous avons pu observer, uniquement dans le dolmen n° 1, 43,18 % (n = 88) de dents temporaires avec de l’hypoplasie, ce qui est le signe d’un stress ayant pu survenir in utero ou vers la naissance (dents antérieures) ou au cours des 6-9 premiers mois après la naissance (molaires). Ce défaut de minéralisation s’exprime principalement en pits peu abondants et une seule dent présente une strie d’hypoplasie. On ne note aucune hypoplasie des dents temporaires dans le dolmen n° 5 mais l’échantillon est faible (sept dents temporaires). Dans les autres sites (dolmens des Campanes et du Pala), aucune strie d’hypoplasie chez les immatures n’est relevée mais au Pala, l’auteur décrit treize canines (13/32) présentant un « patch circulaire » pouvant s’apparenter à de l’hypoplasie punctiforme peu abondante.

90Les dents permanentes montrent une fréquence importante de dents hypoplasiées : 52,58 % (n = 1183) dans le dolmen n° 1 et 74,34 % (n = 113) dans le dolmen n° 5 (X2 = 5,2 ; p < 0,1 ; non significatif). Chez les adultes, il s’agit également principalement d’hypoplasie punctiforme (D1 : 41,17 % ; D5 : 61,95 %) et les dents montrant de l’hypoplasie linéaire ne présentent généralement qu’une seule bande. Ce défaut de minéralisation des dents peut être dû à différents facteurs au cours de l’enfance (maladies infantiles, fièvres éruptives, maladies infectieuses, carences nutritionnelles…). Il est intéressant de noter que la 3ème molaire présente également de l’hypoplasie, signe que le stress se prolonge au-delà de la prime enfance (10-12 ans). La fréquence d’hypoplasie linéaire entre les deux dolmens (D1 : 11,41 % ; D5 : 12,39 %) ne montre aucune différence significative (X2 = 0,076 ; α = 0,25) et semble conforme à ce que l’on peut rencontrer dans d’autres sites de la région (10,25 % dans le dolmen du Cros des Grenouilles (Ravy 1993) et 12 % aux Campanes (Ravy 1990). Seul le dolmen du Pala montre très peu d’atteinte hypoplasique : 4,31 % des dents permanentes (Raffier 1989).

4.6. Les anomalies

91Dans l’étude de la nécropole des Géandes, étant donné l’usure et la mauvaise conservation des dents, nous n’avons pas pu réaliser une étude systématique des variations morphologiques ; mais nous avons néanmoins indiqué si des incisives en pelle, des sillons corono-radiculaires, des tubercules supplémentaires ou des racines bifides étaient présents.

92Seul le dolmen n° 1 présente un petit nombre de variations morphologiques : trois I2 en pelle, un tubercule de Carabelli sur une M1, un tubercule supplémentaire sur une M3, une M3 avec une cuspide supplémentaire, trois incisives supérieures avec un sillon radiculaire et une I2 à racine bifide.

93Le nombre peu important de ces variations ne nous permet pas d’envisager une quelconque homogénéité de population, contrairement aux autres sites de comparaison, comme dans le dolmen du Pala par exemple où 25/73 incisives supérieures permanentes ont une morphologie en pelle ou 8/12 molaires temporaires montrent un tubercule de Carabelli (Raffier, 1989).

4.7. Les abrasions

94Nous avons pu observer, uniquement dans le dolmen n° 1, des traces d’abrasion sur les dents antérieures pouvant résulter de l’utilisation des dents dans le cadre d’activités régulières. Quinze dents (neuf I1, trois I2, une Cs, une I2 et une Ci), principalement des incisives supérieures, montrent trois sortes d’abrasion : une abrasion de la face vestibulaire de toutes les I1, des sillons en biais dans le sens vestibulo-lingual et un sillon mésio-distal sur la face linguale d’une I1. Parmi les sites de comparaison, seuls deux d’entre eux présentent des abrasions dentaires artificielles : le dolmen du Cros des Grenouilles où les auteurs signalent de nombreuses traces d’utilisation des dents en tant qu’outils et de la pratique du cure-dent, sans aucune précision et le dolmen du Pala où vingt-six dents (7,8 % des dents) sont abrasées. Cependant, cette abrasion, contrairement à celle du dolmen n° 1, concerne surtout une abrasion proximale, dite « en cure-dents » avec une prédominance des molaires supérieures atteintes.

95Le type d’abrasion présent dans le dolmen n° 1 (sillons occlusaux ou en face linguale) n’évoque pas une habitude sanitaire mais plutôt une utilisation des dents comme outils. De la même manière, l’abrasion des faces vestibulaires des I1 peut résulter du frottement d’éléments fibreux. Nous n’avons trouvé, pour comparaison, qu’un seul site ardéchois (dolmen de Reu Tort à Chauzon) dans lequel une I1 présentait ce type d’atteinte (Cornic 1983).

96Les dents de la nécropole des Géandes s’intègrent donc bien dans les échantillons de comparaison du Néolithique final-âge du Bronze ancien. L’état sanitaire de notre population des Géandes est relativement satisfaisant et, comme nous l’avons signalé à plusieurs reprises, est comparable notamment à celui du dolmen des Campanes étudié par E. Ravy (1990) et du Pala étudié par P. Raffier (1989). Notre analyse conforte les conclusions de ces auteurs sur l’état sanitaire dentaire au Néolithique final et au début de l’âge du Bronze, à savoir une usure importante des dents, peu de caries et peu de tartre et une présence importante d’hypoplasies linéaires.

5. Conclusion

97L’étude des dents isolées et des fragments de mandibules provenant des dolmens de la nécropole des Géandes nous a permis de réaliser une approche de la population inhumée et d’envisager certaines conditions de vie au Néolithique final et à l’âge du Bronze ancien. En effet, malgré l’état de conservation plutôt altéré du matériel dentaire, il a été possible de relever une bonne représentation des enfants, une usure dentaire importante chez les enfants et les adultes et une hygiène bucco-dentaire correcte avec peu de caries et des dépôts minimes de tartre.

98Nous avons aussi attiré l’attention sur l’habitude pour quelques adultes de se servir des dents comme d’un outil. Cette pratique, déjà évoquée durant cette période pour le dolmen de Reu Tort à Chauzon, se trouve confirmée par notre étude et pourrait avoir été présente également chez certains individus dans d’autres dolmens. L’usure des dents d’autres sites dolméniques demanderait d’être étudiée afin de vérifier si cette habitude était très répandue et si elle peut être mise en relation avec une activité particulière de ces populations.

99Notre étude a également montré des fréquences importantes d’hypoplasie chez l’adulte mais également chez l’enfant (dolmen n° 1) avec une prédominance de l’aspect punctiforme peu abondant. L’absence d’études ayant considéré ce type d’hypoplasie ne nous a pas permis de comparer ce résultat à d’autres populations de la région. Néanmoins, lorsque nous considérons uniquement l’hypoplasie linéaire, nos résultats montrent une conformité avec les moyennes observées dans la région, pour des populations ayant vraisemblablement subi des stress au cours de l’enfance (fièvres éruptives, carences alimentaires…) et se poursuivant parfois même au-delà de 12 ans et/ou pendant la période de gestation. Ceci rend compte des conditions de vie difficile de ces individus au cours de ces périodes.

100Enfin, il nous semble important de souligner que, comme c’est souvent le cas dans de nombreux dolmens, le matériel dentaire est le seul vestige suffisamment conservé pour travailler statistiquement.

101L’étude montre ici qu’il est possible, même pour les fouilles anciennes pour lesquelles beaucoup de données ne sont pas ou plus disponibles et au cours desquelles un tri ou une récolte sélective du matériel a pu avoir lieu, de tirer des informations, même de façon incomplète, et de compléter nos connaissances sur les conditions de vie de ces populations du passé.

Notes

1 Je remercie vivement Mme S. Condemi et M. B. Foti pour leur soutien ; Mme L. Gambéri A. de C. du Musée de Préhistoire d’Orgnac pour la mise à disposition du matériel et pour son accueil ; M. M. Billard pour les documents sur le dolmen du Pala et M. S. Thouvenin et Mme E. Vernier pour leur précieuse aide lors du second examen de la série dentaire.

Table des illustrations

Légende Fig. 336 - Répartition par dolmen du matériel dentaire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2868/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 337 - Schéma des stades d’usure d’après Chaput (1967), modifié.De gauche à droite : 1 – Facettes d’émail ; 2 – Îlots dentinaires ; 3 – Confluence des îlots dentinaires ; 4 – Anneau d’émail périphérique à la dentine ; 5 – Pulpe calcifiée à son tour ; 5+ – Racine usée à son tour.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2868/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 338 - Cotation des pathologies.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2868/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 339 - Fréquence des dents temporaires isolées du dolmen n° 1 (n = 97).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2868/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 340 - Hypoplasies des dents temporaires inférieures du dolmen n° 1 (nb dents).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2868/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 341 - Hypoplasies des dents temporaires inférieures du dolmen n° 1 (nb dents).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2868/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 342 - Fréquence des dents permanentes du dolmen n° 1 (n = 1186) (NB : 3 incisives mandibulaires, non identifiées, n’apparaissent pas dans le graphique).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2868/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 343 - Fréquence de chaque catégorie de dents permanentes du dolmen n° 1 (n = 1189) et comparaison avec une distribution normale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2868/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 344 - Fréquence d’usure des dents permanentes supérieures du dolmen n° 1 (n = 521).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2868/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 345 - Une I1 abrasée (face vestibulaire).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2868/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 346 - Une I1 abrasée (vue occlusale).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2868/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 347 - Une Cs abrasée (vue occlusale). Sillon en cannelure et facette polie côté mésial.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2868/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 348 - Fréquence d’usure des dents permanentes inférieures du dolmen n° 1 (n = 631).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2868/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 349 - Fréquence du tartre des dents permanentes supérieures du dolmen n° 1 (n = 532).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2868/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 350 - Fréquence du tartre des dents permanentes inférieures du dolmen n° 1 (n = 641).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2868/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 351 - Fréquence des hypoplasies des dents permanentes supérieures du dolmen n° 1 (n = 548).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2868/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 352 - Fréquence des hypoplasies des dents permanentes inférieures du dolmen n° 1 (n = 635).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2868/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 353 - Distribution et indices de conservation des dents permanentes (sauf germes) des dolmens n° 1 et 5.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2868/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

© Alpara, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540