Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nécropole des Géandes à Bourg-Saint-Andéol (Ardèche) dans le cadre du dolménisme en Bas-Vivarais

 | 
Bernard Gély
, 
Wolfgang Pape

Conclusion générale

Texte intégral

1Aux Géandes, la destruction ancienne des remplissages, à l’exception de celui du couloir du dolmen n ° 4, imposa de se consacrer avant tout au bâti, champs d’étude qui se rattache ici directement à l’archéologie funéraire. Les édifices les mieux conservés possédaient encore leur couloir d’accès parementé, plus ou moins court et plus ou moins incliné vers la cella, et les traces fugaces de petits gradins concentriques agencés à la périphérie du tertre ou tout du moins, au front. Des démontages ciblés dans la masse des tumulus ont donné une vision chronologique assez fine mais trop partielle des étapes et modalités de chaque construction.

2La conduite simultanée des travaux sur les six monuments a permis d’établir des comparaisons immédiates sans avoir à passer par le filtre des plans et clichés photographiques et surtout par celui de la mémoire, comme cela se produit généralement quand les fouilles sont échelonnées dans le temps. Tous les édifices, quel que soit leur style architectural, témoignent d’une même logique de construction, fruit selon nous d’une relative proximité temporelle entre eux, au moins lors de leur édification. La principale utilisation de la nécropole est centrée sur une période entre 2700-2600 et 2100-2000 av. J.-C., soit sept à huit siècles au maximum et peut-être même moitié moins. Enfin, une occupation antérieure à l’édification du dolmen n ° 1 a été mise en évidence à la base de son tumulus. Elle semble être non funéraire. Le mobilier archéologique rattache ce niveau au Néolithique des Bruyères qui est bien représenté régionalement. En dépit de notre souhait, cette observation de première importance pour la connaissance du dolménisme du Midi de la France ne fut pourtant pas exploitée à sa juste valeur, c’est-à-dire sur une grande surface, ce qui en limite considérablement la portée. Cette découverte corrobore tout de même le fait que le Bruyères est antérieur à un Chalcolithique ancien.

3Suite aux prospections et recherches en archives, on peut désormais avancer un nombre initial autour de 300 monuments aux abords des gorges de l’Ardèche. La moitié d’entre eux a été retrouvée sur le terrain. Tous sont inventoriés et documentés d’une manière homogène et ce, pour la première fois depuis 150 ans. Ils ont tous été fouillés depuis le XIXe siècle et sont déstabilisés et effondrés ou, pire encore, ont été redressés sans précaution. Seules des fouilles minutieuses et une relecture critique des rares documents disponibles permettent aujourd’hui de mettre en évidence ces remaniements comme, par exemple, pour le n ° 1 des Géandes. Les tertres, quant à eux, sont souvent très arasés, voire ont fini par disparaître.

4Le plan initial de la plupart des dolmens régionaux a donc été dans le meilleur des cas, amoindri par ablations successives. Les chambres funéraires, avec ou sans antichambre ou vestibule conservés, offrent aujourd’hui une relative et sans doute factice homogénéité de formes et de plans. Au stade de dégradation où en sont la plupart des monuments, il paraît vain d’y chercher à retrouver le moindre dispositif sophistiqué s’il n’a pas eu une importance réelle dans le maintien général de la structure.

5Malgré ou plutôt grâce à son ambiguïté, le terme de style architectural est plus approprié que celui de type qui renvoie à des catégories temporelles et géographiques trop rigides. Certes, on parvient à discerner en Ardèche des dolmens de tradition plutôt bas-rhodanienne ou languedocienne ou caussenarde — cette dernière étant nettement la plus commune — mais surtout ces styles cohabitent et s’influencent. Ils semblent, en tout cas, ne refléter ni hiérarchisation des édifices ni frontière chrono-culturelle : ici, il convient donc de ne pas leur donner trop d’importance. L’ensemble dolménique réparti autour des gorges de l’Ardèche peut donc être abordé comme un tout.

6Dans l’aire prospectée, les nuances repérées dans l’architecture d’un dolmen à l’autre sont assez peu discriminantes, au même titre que l’orientation astrale des édifices. Aux Géandes, l’ordre de mise en place des principaux montants de la chambre funéraire se répète d’un monument à l’autre et ce, quel que soit leur style : il s’agit plutôt de réponses aux exigences du terrain et des matériaux disponibles dans un rayon proche. Dans la zone étudiée, les méthodes de construction sont là aussi tributaires du contexte naturel et des contraintes mécaniques du calcaire employé.

7Tout cela témoigne d’un manque d’orthodoxie et d’une bonne dose d’opportunisme de la part des bâtisseurs qui à toute occasion, tout en préservant l’aspect ultime que devait avoir une tombe monumentale digne de ce nom, adaptaient leurs constructions aux caprices du terrain et à la variété des matériaux locaux. Ce savoir vernaculaire et empirique devait être bien ancré dans la mentalité des bâtisseurs.

8Ces tombes étaient érigées une bonne fois pour toutes. En effet, malgré l’augmentation progressive du nombre de défunts au cours des siècles, il n’y a pas d’agrandissement des sépulcres dont l’architecture originelle n’est jamais été affectée par des désordres importants, hormis les atteintes survenues à la fin de la Protohistoire et aux périodes modernes qu’il n’y a pas lieu de prendre en compte dans le cadre de cette étude. On préférait donc, semble-t-il, alléger les effectifs par une gestion assez simple et vigoureuse de l’espace : toutes ces opérations (rangements réitérés et délibérés ou non, ou plus rarement évacuation des restes humains antérieurs) visaient à gagner de la place ce qui a prolongé la durée du caveau. L’hypothèse souvent avancée qu’il y ait eu à l’âge du Bronze ancien une vidange quasi-complète des dépôts antérieurs avant ré-utilisation des sépultures collectives dolméniques doit être sérieusement modulée (supra chap 7). En fait, on multipliait surtout les réceptacles, les dernières constructions remontant alors probablement au début de l’âge du Bronze ancien qui est une phase très bien représentée en Ardèche. Ainsi, au rythme de la juxtaposition graduelle de sépultures, de petites nécropoles se constituaient peu à peu.

9Le plus souvent, les auteurs s’accordent à rattacher plusieurs monuments à une seule et même nécropole lorsqu’ils sont à proximité les uns des autres, c’est-à-dire en contact visuel ou presque. Et ce, sans qu’il y ait toujours d’unité topographique ou architecturale entre eux et indépendamment de la chronologie intrinsèque des dépôts de chaque tombe, ce qu’on parvient rarement, il est vrai, à évaluer par manque de mobilier funéraire qui nous soit parvenu. À cette définition pour le moins évasive, les travaux engagés aux Géandes permettent d’ajouter un élément objectif : une même logique a guidé les travaux et étapes de construction — et les systèmes d’accès quand ils sont indemnes — de chaque dolmen et ce, fait capital, en dépit de leur style architectural final.

10Ces nécropoles intègrent donc plusieurs dolmens et sépultures apparentées mais aussi à l’occasion, des cavités sépulcrales qui sont toutefois moins nombreuses. Ce maillage de sépultures relativise la notion d’isolement qui était déjà bien fragilisée par le taux élevé de disparition des monuments depuis le XIXe siècle.

11L’exemple des gorges de l’Ardèche situées au cœur d’une région à forte tradition dolménique mais où abondent les grottes confirme l’impact des paysages sur les coutumes funéraires. Ainsi, la distinction entre dolmens et cavités sépulcrales paraît plus liée à l’environnement naturel immédiat qu’à une véritable divergence de mentalités. La loi du moindre effort semble appliquée et il n’y a donc pas d’opposition fondamentale entre ces deux types de tombe : leur utilisation pourrait même être complémentaire par certains aspects comme le suggèrent les nuances perçues quant au mobilier (abondance ou au contraire rareté de pointes de flèche ou de certaines variétés de parure) rencontré respectivement dans les unes ou dans les autres.

12La notion de temps et de durée est inhérente aux sépultures collectives en général et au dolménisme en particulier : leur utilisation couvrait un long laps de temps, avec ou sans hiatus détecté. En Ardèche, quatre phases sont décelées : la période initiale ne concerne que des cavités. Les dolmens ont été construits et utilisés lors des trois suivantes. Très globalement, la phase ancienne correspond au début du Néolithique final ; la phase moyenne à la seconde partie du Néolithique final qui reste toujours qualifiée de Chalcolithique en Languedoc ; la phase récente équivaut au début de l’âge du Bronze. Mais tout concourt aujourd’hui à rendre cette périodisation malaisée à percevoir dans le détail.

13Le mobilier associé aux squelettes n’est pas d’un grand secours : pour la plupart, il est non seulement commun à l’échelle du Midi de la France mais pérenne entre le 3e et le 2e millénaire et, parfois, plus largement encore. La succession même des assemblages matériels de cette période est mal calée puisque le cadre radio-chronologique est flou et le restera. La chrono-typologie du vaisselier méridional, malheureusement surtout non décoré, de la fin du Néolithique est mal établie et mal raccordée d’un secteur géographique à l’autre. Cette nébuleuse, toutes natures de mobilier confondues, est en constante relecture d’un auteur à l’autre : tous s’accordent cependant à reconnaître une relative spécificité ardéchoise.

14D’autre part, les sépultures collectives qui, par définition, n’étaient pas des ensembles clos, étaient de plus dépourvues de comblement volontaire dans les zones sépulcrales. L’existence pourtant hautement probable de hiatus au cours de leur longue utilisation reste mal étayée du simple fait des brassages réitérés des dépôts, au moins sur les axes de circulation, c’est-à-dire la quasi-totalité de la surface disponible dans les monuments et dans la plupart des grottes sépulcrales. Bien qu’elle soit pourtant évidente au travers de l’étude des tombes individuelles bien identifiées et en cavités, la fréquence de défunts dépourvus de viatique ou alors tellement indigent, est toujours sous-estimée pour l’interprétation des ensembles funéraires complexes.

15Par ailleurs, les remplissages sépulcraux attestent davantage d’une accumulation progressive de défunts et de leurs offrandes plutôt que de vidanges régulières des dépôts, comme on l’affirme généralement sans le démontrer. Pour couronner le tout, l’ampleur des dégâts imputables aux XIXe et XXe siècles a fini de brouiller la perception de toutes les subtilités du désordre initial qui découlait du véritable fonctionnement de ces sépultures collectives.

16On ne dispose en définitive que de très peu d’informations concernant les pratiques funéraires. Avant tout, le mobilier dans les sépultures collectives de la région est généralement mêlé aux restes humains et a donc été brassé. Dans certains cas, la présence d’un viatique individuel témoignerait de l’idée d’un voyage dans l’au-delà. À l’inverse, des dépôts symboliques furent enfouis au parvis de la cella, secteur plus calme de la grotte ou du dolmen : ces offrandes paraissent alors plus dédiées au sépulcre qu’aux défunts eux-mêmes.

17Les dolmens et cavités sépulcrales fonctionnent comme des sarcophages favorisant les processus naturels de décharnement sans qu’il y ait nécessairement d’intervention humaine pour les accélérer ; la quasi-absence de restes humains brûlés dans nos dolmens semble être significative à ce sujet. Cette destruction rapide des chairs autorisait alors toutes sortes de manipulations posthumes dont la récupération de reliques ou de trophées. Mais, globalement, le cadavre, une fois rendu à l’état d’os maintes fois brassés, devient anonyme, d’autant plus que le sépulcre est désormais écarté du domicile du vivant. Conserver pieusement des restes bien identifiés ou au contraire les rendre anonymes sont des gestes qui renvoient aux notions de mort bénéfique et de mort maléfique, mentalités largement répandues dans toutes les sociétés traditionnelles.

18A-t-on voulu minimiser les écarts sociaux ? La multiplication des tombes communautaires à la fin du Néolithique ne doit cependant pas masquer un événement majeur, à savoir l’affichage du statut de certains défunts qui paraissent mieux dotés. Cette complexification qui annonce l’émergence des civilisations protohistoriques n’implique pas que ces sociétés néolithiques fussent hiérarchisées ou inégalitaires.

19Les données anthropologiques et démographiques disponibles en Ardèche et dans le nord du Gard, extrêmement lacunaires, restent malgré tout le seul moyen d’aborder l’essentiel quand on s’intéresse à des sépultures, à savoir les défunts. La plupart du temps et surtout dans les dolmens, l’état des restes humains ne permet guère que d’esquisser un dénombrement — de quelques dizaines d’individus à plus d’une centaine — et de quantifier la présence d’adultes et d’immatures. Comme toujours, on constate un déficit chronique des enfants en bas âge. En effet, bien que les territoires des vivants et des morts soient désormais distincts, des tombes, surtout d’enfants, sont parfois encore enfouies dans l’habitat, surtout dans les grottes qui abriteraient des séjours plus éphémères (bergeries et autres activités spécialisées) que les villages de plein air.

20La population représentée dans les dolmens est nettement plus abondante (jusqu’à 150 défunts dénombrés) que celle en cavité naturelle. On comprend aisément l’emploi durable de véritables dolmens — sous-entendu mégalithiques — qui résisteront plus longtemps qu’une simple construction en pierre sèche. Pour les grottes, pourtant tout autant sinon plus ancrées dans le paysage que les monuments, cela est moins compréhensible. Les édifices étaient-ils plus proches des villages de plein air qui furent eux-mêmes plus densément et durablement habités que les cavités occupées à des fins occasionnelles ?

21La persistance de zones consacrées à la mort, peut-être liée à un caractère sacré des lieux, suggère en tout cas une permanence de population attachée à un terroir dont l’exploitation paraît immuable. À l’inverse, l’abandon d’une sépulture collective ou la construction ex nihilo d’une nouvelle serait alors le reflet d’une dynamique démographique : des variations géographiques et historiques du peuplement ont nécessairement eu lieu au cours du millénaire et demi que couvre le dolménisme méditerranéen.

22Une synthèse des rares données environnementales disponibles en Ardèche et dans le nord du Gard pour la fin du Néolithique a été établie à l’occasion de cette étude. Elle constitue un cadre de référence d’attente pour la bordure occidentale de la moyenne vallée du Rhône jusqu’à ce qu’un véritable programme de recherche soit engagé sur ce sujet. Ces informations concernent surtout le domaine karstique, si dense en Ardèche et dans le nord du Gard : il est favorable à l’accumulation et la conservation des remplissages naturels et archéologiques qui témoignent sur des millénaires des modifications du milieu naturel et des activités humaines.

23Cette synthèse a permis d’aborder sommairement l’aspect des paysages et l’état de la couverture sédimentaire, paramètres essentiels pour essayer d’évaluer les possibilités d’approvisionnement en matériaux de construction (terre, blocs, dalles, etc.) pour les dolmens et, par là même, expliquer leur relative diversité architecturale. L’ambiance générale est celle de plateaux calcaires aux sols de plus en plus maigres et bien distincts des terres favorables aux cultures céréalières. Dans le Laoul, lorsque les dolmens des Géandes s’agrègent progressivement en nécropole, on serait encore assez tôt dans les processus de dégradation du sol. La déforestation ici est antérieure et le couvert végétal maintenu bas par les troupeaux paraît réduit à une lande pâturée où de nombreux bancs de calcaire commencent d’affleurer.

24Le décollage démographique envisagé à la fin du Néolithique en Languedoc entraînerait la multiplication de petits noyaux d’habitats. L’espace rural dont on ignore à peu près tout entre les zones mises en valeur, paraît être organisé en terroirs scindés en fonction de leur éloignement de l’habitat, ce qui permettait de profiter au mieux de la variété des ressources.

25Les dolmens ardéchois ont demandé sans doute des travaux importants mais qui restent tout à fait modestes en regard, par exemple, des grands sites funéraires de la façade atlantique. Leur caractère monumental, aussi minime soit-il, est amplifié par leur placement destiné à accrocher le regard et les mettre en majesté. Souvent en hauteur, mais rarement au point culminant ce qui facilite le transport des matériaux volumineux, ils étaient visibles d’assez loin, la végétation actuelle faisant dorénavant écran.

26Cette exposition ostentatoire contraste avec la discrétion des cavités naturelles utilisées à la même époque à des fins funéraires : les dolmens auraient donc eu une valeur sociale supplémentaire que les nécropoles souterraines n’avaient pas. Balisaient-ils la limite de finage ? Bordaient-ils des lieux de passage entre les territoires ? En tout cas, aux Géandes, ces édifices marquent l’appropriation du paysage là où les champs semblaient faire défaut. En tout cela, les dolmens sont une bonne illustration des liens qui unissaient ces populations néolithiques aux paysages de la région des gorges de l’Ardèche.

27« Comme des troupeaux de moutons, les mégalithes montent les ondulations des collines… » (Arnal 1963a : 173) où ils furent érigés bien sûr pour le repos et le respect des défunts mais aussi, et peut-être surtout, pour la quiétude et le bénéfice des vivants. Eternelle ambivalence du sacré !

28L’architecture de cette multitude de tombeaux reposait sur un équilibre entre des principes d’utilité, de solidité et de beauté. De ce point de vue, les dolmens des Géandes, qui sont les mieux préservés du secteur étudié, méritent pleinement leur titre de Monuments historiques. Mais le XIXe siècle, qui vit l’essor de l’archéologie préhistorique, fut fatidique à ces témoins évidents de la spiritualité des communautés de bergers et de paysans de la fin du Néolithique.

Fig. 335 - Dolmen de Champvermeil à Bidon : esquisse Jules Ollier de Marichard circa 1860.

Table des illustrations

Légende Fig. 335 - Dolmen de Champvermeil à Bidon : esquisse Jules Ollier de Marichard circa 1860.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2867/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 99k

© Alpara, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540