Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nécropole des Géandes à Bourg-Saint-Andéol (Ardèche) dans le cadre du dolménisme en Bas-Vivarais

 | 
Bernard Gély
, 
Wolfgang Pape

Chapitre 7. Données anthropologiques et pratiques funéraires

Texte intégral

7.1. La nécropole des Géandes (avec la collaboration de V. Duplan)

7.1.1. Dolmen n° 1

1La collection Lucot au Musée d’Orgnac et nos propres récoltes comprennent de nombreux restes humains remaniés assez peu fragmentés dans l’ensemble. Des débris brûlés ont été retrouvés en surface dans le secteur où une charbonnière moderne recoupe le tumulus.

2Tous les étages du squelette semblent représentés mais, comme toujours, les dents sont mieux conservées, en particulier les incisives centrales supérieures, permanentes et déciduales (Ravy et Clère 1992-1993 : 11-18) (voir annexe). Les 1372 dents isolées ou parfois enchâssées dans des fragments de maxillaire permettent de dénombrer au minimum 78 individus, soit 53 adultes et 25 juvéniles.

7.1.2. Dolmen n° 2

3On ne dispose pratiquement d’aucun reste humain provenant du dolmen n° 2. En 2002, au pied du chevet et à l’entrée de la cella, des placages de sédiment épais de quelques centimètres constitué de cailloutis argileux brun sombre ont livré des dents humaines usées ou non (voir annexe), des phalanges et autres menus débris d’os humains remaniés : c’est l’image classique du matériel qui tient « dans une boîte d’allumettes » que l’on récolte aujourd’hui, dans les dolmens, suite à 150 ans de ravages.

4Au minimum, trois individus sont dénombrés, soit 2 adultes et 1 immature.

7.1.3. Dolmens n° 3 et 6

5La situation est pire encore pour les monuments n° 3 et 6. Pour ce dernier, on ne dispose que de deux fragments de mandibules d’adultes, dont on n’est même pas certains qu’ils proviennent bien de cette tombe (voir annexe).

7.1.4. Dolmen n° 4

7.1.4.1. Les fouilles anciennes dans la chambre funéraire

6Bien qu’il contienne encore des restes humains très fragmentés, le remplissage remanié de la chambre n’a pas été purgé intégralement pour des raisons de sécurité (risque d’écroulement). Sur la base des dents isolées, au moins 8 individus dont 5 juvéniles sont dénombrés, ce qui paraît peu par rapport au nombre de sépultures que devait abriter ce monument (voir annexe). Enfin, il n’y a pas d’os brûlé.

7.1.4.2. Les fouilles du couloir d’accès

7La présence de restes humains et de mobilier dans le comblement de ce couloir, qui était resté pratiquement intact avant notre intervention (fig. 325), renforce l’intérêt de cette découverte.

Fig. 325 - Dolmen n° 4 des Géandes ; vues verticales du couloir en cours de fouille et vidé de son comblement.

Méthodologie

8Les rares ossements recueillis sont plutôt de petites dimensions. Ils furent démontés au fur et à mesure de l’avancement de la fouille : les maintenir in situ s’est avéré impossible compte tenu en particulier de l’exiguïté du couloir et du risque réel de les voir s’infiltrer plus bas par les interstices des pierres du tumulus qui sont vides de sédiment.

Répartition des restes

• En coupe

9Le sédiment terreux de la partie supérieure du remplissage (couche 2) du couloir a livré quelques os humains remaniés (débris de crâne, phalange, diaphyses, dents) (fig. 137, 138).

10Les autres restes proviennent de la couche 4, coincés entre et sous les dalles du remplissage.

• En plan

11Ces restes humains étaient inégalement répartis sur 1,60 m de longueur, soit environ la moitié de la surface disponible. Sur le plan synthétique (fig. 326), trois zones sont observées.

12Au nord, côté chambre, dans la zone la plus riche, les ossements sont présents sur plusieurs niveaux de décapage. Ils sont abondants sur et immédiatement en retrait de la dalle percée qui marque le seuil de la chambre funéraire et le long de la murette du couloir.

Fig. 326 - Dolmen n° 4 des Géandes ; plan des restes humains du couloir.

13Au sud, les ossements plus espacés ne correspondent qu’à un seul niveau de décapage.

14Enfin, une grande zone centrale est dépourvue de vestige. Ce vide va de pair avec l’absence de dalle correspondant au plan de relevé le plus haut en altimétrie. On pourrait y voir le résultat d’une fouille ancienne ou plus vraisemblablement de remaniements survenus lors de la construction de la tour en pierre sèche qui surmonte le dolmen. La présence de débris de céramique vernissée a en effet été notée en surface dans ce secteur du tumulus.

Taphonomie et étude anthropologique préliminaire

15Dans l’ensemble, les restes humains sont très fragmentés, certaines fractures étant anciennes. Les surfaces corticales sont vermiculées sous l’effet de racines. À plusieurs reprises, seule la face sur laquelle reposait l’os a un aspect terreux. Enfin, comme pour les restes recueillis dans la cella, il n’y a pas d’os brûlé.

16Sur les 150 fragments osseux et débris recueillis, trois ou quatre individus sont dénombrés : un ou deux adultes, un adolescent entre 15 et 19 ans et un enfant âgé d’au moins 1,5 an à 2 ans. Aucune connexion, même lâche, n’est reconnue : la dispersion des restes paraît aléatoire. Un humérus droit d’adolescent était brisé en deux : la moitié proximale a été retrouvée nettement plus bas dans le remplissage, tête humérale dirigée vers le bas ! Il ne peut s’agir d’un déplacement naturel post-dépositionel, par gravité par exemple, car la densité du remplissage de dalle et les dimensions des interstices n’auraient pas permis une mobilisation de cette ampleur.

17Dans l’ensemble du couloir, la plupart des étages du squelette sont présents même si la partie haute est mieux représentée (crâne, vertèbres, côtes, scapula, bras). L’absence quasi complète de phalanges (une seule phalange de la main), d’os du carpe (le scaphoïde en particulier) et du tarse (le 1er métatarsien en particulier) contraste avec la situation ordinairement connue dans les sépultures néolithiques et dans les dolmens ardéchois en particulier. Il en est de même pour les dents (10) qui constituent généralement une part importante des restes recueillis. Anomalie supplémentaire : il ne s’agit que de dents postérieures. Concernant les vertèbres dont 2 cervicales, 5 thoraciques et 4 lombaires, on notera l’absence d’axis qui est pourtant résistant et favorable au dénombrement. Parmi les rares fragments de crânes (25 dont 5 débris de pariétaux), uniquement d’adultes, il n’y a pas non plus d’os pétreux, pourtant réputé être parmi les plus solides. L’absence de patella et de fémur confortent encore plus l’impression générale : il s’agit là du résultat d’un tri autre que naturel, l’intervention humaine devenant alors vraisemblable.

Interprétation

18À quelle(s) phase(s) d’utilisation du monument ces ossements se rattachent-ils ? Compte tenu de leur dispersion, de leur extrême fragmentation et de leur rareté, il ne s’agit pas de sépulture primaire bien que deux os (clavicula et scapula) puissent correspondre à une même épaule droite d’un adolescent et deux autres appartenir à un éventuel même avant-bras d’enfant. Dans l’ensemble, il s’agit d’os épars et d’un poinçon en os (fig. 140) et de débris de poterie introduits (fortuitement ?) lors du comblement destiné à condamner l’accès à la cella dont la dernière utilisation attestée date du début de l’âge du Bronze final (supra chapitre 3).

7.1.5. Dolmen n° 5

19La collection Lucot au Musée d’Orgnac et nos propres récoltes comprennent de rares restes humains fragmentés remaniés trouvés dans la chambre funéraire, en surface du tumulus ou dans le remplissage du couloir. Les 121 dents isolées, souvent usées, indiquent qu’au minimum 13 individus sont dénombrés, 7 adultes et 6 immatures (voir annexe).

20Dans le couloir, de rares esquilles d’os humains étaient à la base des fouilles anciennes. Elles ont été pour la plupart trouvées lors du tamisage de la couche gris-noir qui est remaniée et surtout localisée au sud des piliers qui marquent la limite entre « antichambre » et couloir.

7.2. Les pratiques funéraires en Ardèche pendant la Préhistoire récente

21Depuis le début du XIXe siècle, le nombre de découvertes de tombes préhistoriques ne cesse de croître. Mais la plupart ont été fouillées antérieurement à 1950, date du développement en France de nouvelles méthodes qui souvent tardèrent à être appliquées.

22L’archéologie funéraire permet aujourd’hui une approche des populations anciennes bien plus fructueuse qu’elle ne le fut autrefois. Les conceptions nouvelles (Chambon 2003 : 41-43) sont basées sur l’anthropologie morphologique qui s’intéresse à l’histoire du peuplement, sur la paléo-pathologie et la démographie, la taphonomie et l’anthropologie de terrain qui, par des méthodes de fouilles rigoureuses, aborde l’étude du milieu privilégié que représente une tombe.

7.2.1. Les ensembles funéraires

23Une nécropole est un lieu privilégié (en plein air, cavité artificielle ou non, construction en bois, en terre ou en pierres) (fig. 327) où des défunts sont regroupés, quel que soit le mode funéraire (sépulture individuelle, ossuaire, incinération, etc.) et les pratiques qui en découlent (Gély 1993 : 215).

Fig. 327 - Aven Meunier à Saint-Martin-d’Ardèche ; mobilier funéraire (fouilles René Gilles).

7.2.1.1. L’origine des tombes communautaires

24L’origine des sépultures collectives est encore discutée (par exemple, Zammit 1991 ; Chambon 2003 : 304). Pour certains, elle résulterait avant tout de facteurs économiques et sociaux, telle la structuration du terroir. Pour d’autres, elle serait la conséquence de contraintes sanitaires et démographiques destinées à enrayer d’éventuelles épidémies corollaires du rassemblement des vivants en agglomération toujours plus dense et de l’apparition de maladies infectieuses transmises par le bétail qui s’accroît et se diversifie.

7.2.1.2. Le « recrutement funéraire »

25L’explication la plus usuelle donnée à la présence de plusieurs corps dans un même sépulcre est de l’assimiler à un caveau familial. La recherche d’ADN mitochondrial fossile n’ayant pas encore été tentée dans le secteur concerné ici, ce lien familial, terme qui doit être pris ici au sens le plus large possible comme nous l’enseigne le comparatisme ethnographique, est toutefois en partie corroboré par l’existence de similitudes d’ordre ostéologique et de caractères odontologiques discrets sur les restes de plusieurs individus d’une même nécropole (Ravy et Clère 1990 : 25 ; Masset 1993 : 137). Ceci plaide en faveur de liens familiaux au moins entre certains défunts ; cela reflète aussi des règles matrimoniales sans doute assez strictes (Masset 1993 : 138-139). Enfin, l’hypothèse « familiale » ne permet de toute façon pas d’exclure l’existence de liens autres, bien plus complexes et plus variables au cours du temps qu’une simple filiation mais archéologiquement et anthropologiquement impossibles à mettre en évidence pour des périodes aussi anciennes (Leclerc 2007 : 71).

26Quoi qu’il en soit, toutes les classes d’âges sont attestées, adultes des deux sexes et, surtout, immatures qui représentent souvent plus de la moitié des défunts. L’estimation de l’âge au décès repose sur la connaissance des processus de croissance jusqu’à l’âge de 25 ans environ, et de sénescence au-delà. Chez les enfants jusqu’à 10-12 ans, la denture permet d’apprécier l’âge à quelques mois près. Au-delà, l’estimation est floue mais satisfaisante car elle s’appuie sur l’ossification des cartilages. Chez l’adulte, les résultats sont médiocres. Le constat général montre que, passé l’âge de 3 ou 4 ans, les enfants sont intégrés au monde des adultes, au moins dans celui des morts. Une sous-représentation chronique des très jeunes et surtout des nourrissons est toutefois flagrante. La destruction naturelle peut influer et on peut aussi avancer la non-reconnaissance par les fouilleurs des germes dentaires et des os en cours d’ossification. Quand les méthodes de fouilles ne sont pas en cause, suite à un tamisage systématique des sédiments à l’eau par exemple, on constate tout de même un déficit important : les sujets décédés avant un an devraient constituer de 20 à 25 % du total (Masset 1986 : 139). Il nous manquerait donc environ le quart de la population totale !

27Parallèlement au développement des sépultures collectives, la découverte de restes de nourrissons en habitat, véritables tombes ou corps simplement abandonnés sur les dépotoirs, conforte l’idée d’une exclusion des très jeunes individus. La présence occasionnelle de péri-nataux en nécropole ne contredit pas cette hypothèse puisqu’elle pourrait être liée à des femmes mortes avant terme.

7.2.1.3. Fonctionnement des sépultures collectives ; des exemples ardéchois

28Compte tenu de la rareté et de l’indigence des données fournies par les dolmens de la région, constat fait de longue date (Riquet 1970 : 157), plusieurs exemples seront basés sur des fouilles de grottes sépulcrales, un peu mieux loties en la matière.

29Plus que le nombre absolu, c’est la densité en restes humains qui est remarquable (fig. 328). Manifestement, on ne peut introduire une telle quantité de corps dans d’aussi petits volumes s’ils ne sont pas suffisamment décomposés. Le désordre apparent des os a souvent frappé l’imagination des archéologues. Il s’explique avant tout en comparant la superficie de ces nécropoles et le nombre de défunts représentés sachant que le corps d’un adulte en position contractée occupe 0,5 m². Par exemple, dans la grotte des Trépassés à Labastide-de-Virac (della Libera et Perrève 1980), ce rapport atteint 20 cm² par cadavre. Et c’est tout de même le double de ce qui est envisagé, par exemple, pour le dolmen n° 1 des Géandes (9 m² pour 70 à 80 individus).

Fig. 328 - Grotte des Ailes à Berrias-et-Casteljau ; plans des sépultures.

30Cette très forte densité plaide en faveur d’introductions successives de corps (sépulture primaire sans doute individuelle, avec ou sans viatique) qui remanient presque systématiquement les anciens cadavres plus ou moins décomposés. La présence de sépultures multiples, où plusieurs individus auraient été déposés en même temps, est bien entendu possible mais difficilement démontrable en l’état de la documentation. Cette contemporanéité reste de toute façon relative puisque la vitesse de décomposition est variable selon l’âge du défunt, le climat, etc.

31Les sépultures primaires où le squelette est resté en connexion anatomique permettent de connaître la position donnée aux cadavres lors des funérailles (corps assis ou accroupi, sur le dos, sur le flanc ou sur le ventre). Mais, très souvent, la lecture directe ne permet pas d’observer l’attitude initiale puisque des os peuvent être déplacés sous l’effet de la pesanteur (dépôt à l’air libre ou en milieu confiné tel un coffre), du poids des terres, des animaux nécrophages et du pourrissement des chairs. Ainsi, des connexions seront lâches ou détruites : faibles pour un corps couché sur le dos, ces modifications seront considérables pour un mort placé en position assise.

32La lenteur de la sédimentation naturelle — hormis pour les hypogées creusés dans des terrains friables — et l’absence de comblement volontaire laissent donc le champ libre aux interventions humaines posthumes sur des cadavres plus ou moins décomposés. Celles qui consistent à modifier l’aspect des restes osseux sont faciles à détecter, qu’il s’agisse de la décarnisation active des corps qui laisse des stries sur les os comme celles qui furent mises en évidence dans la grotte de Chironlong à Gras (Milanini 1999 : 111), de la crémation qui est également un moyen de se débarrasser rapidement des chairs et enfin, des ossements réellement ouvragés. Parmi ces derniers, il faut distinguer les trépanations chirurgicales, où le patient survécut et l’os se reforma, des extractions post-mortem afin d’obtenir des rondelles crâniennes perforées. Ces dernières sont souvent qualifiées d’amulettes (fig. 329) : un exemplaire ardéchois provient d’un des dolmens du Quartier du Plat ou du Prat à Orgnac (Ollier de Marichard 1882 : 13 ; Lavoinne et Parisi 1981 : 106 ; Polloni 2000 : 100), monument qui n’a pu être ré-identifié.

Fig. 329 - Grotte n° 2 de Peyroche à Saint-Alban-Auriolles ; rondelle crânienne perforée (âge du Bronze).

33Le second exemple de reste humain ouvragé mentionné dans la zone prospectée est une éventuelle incisive humaine percée provenant de la tombe n° 1 de Vausservières à Labastide-de-Virac (Barge 1982 : 205), objet qui n’a pas été dessiné et ne fut malheureusement pas retrouvé, pas plus que l’emplacement du monument monté en pierres sèches.

34Concernant la région prospectée et ses abords, élaborer des parures à partir de restes humains est une tradition tardive, de la fin de l’âge du Bronze moyen ou début du Bronze final (grotte des Buissières à Meyrannes ; grotte n° 2 de Peyroche à Saint-Alban-Auriolles). La rondelle crânienne publiée à tort dans la couche de l’âge du Bronze ancien de la grotte des Ailes à Berrias-et-Casteljau (Lhomme 1988) fut en fait trouvée hors-stratigraphie dans la grotte Nègre sur la même commune (renseignement M. Lhomme).

35Un autre type d’intervention posthume correspond aux modifications intentionnelles de l’ordre anatomique du squelette (Gély 1993 : 198). Il s’agit de restes humains que l’on retrouve isolés dans des structures dont la vocation funéraire n’est pas évidente ; ou d’ossements surnuméraires dans les tombes ; et enfin, de restes regroupés, qu’il s’agisse de véritable sépulture secondaire, où le corps s’est d’abord décomposé à l’extérieur avant d’être transféré définitivement dans la tombe, ou de rangements (réduction de corps et d’amas d’os) qui sont plutôt imputables à l’exiguïté des lieux. En effet, pour accueillir de nouveaux corps, le manque de place imposa des rangements ou plutôt des déplacements (Chambon 2008 : 91) d’os par catégories (« fagot » d’os longs) mais surtout par volumes puisque des objets de même encombrement peuvent y être mêlés : par exemple, une petite poterie entière retrouvée parmi une accumulation de calvaria (Lhomme 1988 ; Gély 1993 : 54 et 202) (fig. 328).

  • 1 Par contre dans l’Ain, quelques exemples paraissent probants (Gély 1993 : 200).

36Des vidanges partielles ou totales du niveau sépulcral sont souvent envisagées, en particulier lors des réutilisations protohistoriques des dolmens. Cet usage est en fait particulièrement difficile à mettre en évidence, même lors de fouilles rigoureuses. La grotte n° 2 des Truels à Millau (Aveyron) fut utilisée comme lieu de dépôt primaire des corps. Plusieurs mois ou années après, les cadavres ont été retirés et seuls sont restés dans la cavité des os des mains et des pieds ainsi que des dents. Les autres restes auraient été emportés puis déposés dans des dolmens avoisinants (Crubézy, Ludes et Poujol 2004 : 110-111). À ce jour, rien d’équivalent en Ardèche1 : un déficit des petits éléments squelettiques a toutefois été constaté dans le niveau inférieur (niveau 5b) de la grotte des Ailes à Berrias-et-Casteljau (Villien 1985 ; Gély 1993 : 200).

  • 2 Ce qui se retrouve ailleurs en Languedoc à l’âge du Bronze ancien (dolmen de Combe Marie à La Livin (...)

37Dans la zone prospectée, deux cas de crémation ont été signalés dans deux dolmens proches l’un de l’autre : Feuillet à Saint-Martin-d’Ardèche (Raymond 1900 : 196) et Colombier à Bidon (inédit, doc. Musée d’Orgnac) ; une pointe de flèche du dolmen du Pouza à Bidon est également brûlée (fig. 307). Ailleurs en Ardèche, quelques restes humains partiellement carbonisés furent retrouvés mêlés aux autres squelettes non brûlés. À plusieurs reprises, il s’agit de crémations tardives, protohistoriques (Perrève 1987-1988 : 37). Par contre, dans le dolmen n° 2 du Pala à Chauzon (Porte et Gély 1986), cela trahirait la présence de sépultures secondaires de l’âge du Bronze ancien : non seulement une atteinte préférentielle des crânes est constatée2, mais on constate également qu’il s’agit surtout de débris dont l’atteinte est postérieure à la dislocation de la calvaria puisque parfois seul l’endocrâne est noirci.

38Indépendamment du mode funéraire, la tête du défunt ou plutôt son crâne (fig. 330) est l’objet d’une attention particulière, ce que confirment les crémations, les os ouvragés et les restes épars trouvés dans les couches d’habitat. Tout ceci témoigne sans doute d’un égard particulier des Néolithiques mais aussi des fouilleurs qui souvent focalisent leur attention sur les têtes de mort au détriment des restes post-céphaliques (Arnal 1951 : 93 par exemple). L’absence ou le déficit de crânes sont parfois signalés dans les cavités d’Ardèche et des départements proches dès la fin du Néolithique moyen (Gély 1993 : 201). Un déficit de mâchoire et des dents correspondantes est constaté dans le niveau 5a-4 de la grotte des Ailes à Berrias-et-Casteljau (Villien 1985). Par contre, l’abondance de dents recueillies dans les dolmens montre que les squelettes n’étaient pas dépouillés, au moins initialement, de leur crâne.

Fig. 330 - Vue supérieure des crânes de la grotte des Jarres à Montréal (à gauche) et de celle du Chef à Vallon-Pont-d’Arc (à droite).

7.2.2. Peuplement en Ardèche de la fin du Néolithique au début de l’âge du Bronze

39Dans la région Rhône-Alpes, la fin du Néolithique moyen est une époque charnière qui voit l’abandon progressif de la plupart des coutumes funéraires antérieures (en particulier, les sépultures en fosses remblayées et l’usage de colorer les morts en rouge) et l’essor des sépultures collectives qui se maintiendront jusqu’au début de la Protohistoire, l’utilisation des lieux à des fins funéraires pouvant être encore plus tardive.

40Sur plus d’un millier de nécropoles (environ 180 cavités naturelles et 900 dolmens et sépultures collectives apparentées) du Bas-Vivarais et du nord du Gard rattachées à la période qui va de la fin du Néolithique au début de l’âge du Bronze, seules une cinquantaine livrent des informations d’ordre démographique (fig. 331).

Fig. 331 - Dénombrements démographiques disponibles pour l’Ardèche et le nord du Gard (31/12/2010).

41Globalement, le nombre d’individus recensés dans ces sépultures collectives, d’abord en cavités puis aussi en dolmens, augmente et culmine entre les 3e et 2e millénaires. Ces données qui sont extrêmement lacunaires, comme partout en France (Chambon 2003 : 33), ne permettent qu’une vague approche du peuplement puisque, non seulement l’estimation du nombre de défunts peut varier du simple au double selon la méthode employée (Bouville : 1978 ; Ravy et Clère 1994 : 12 ; Chambon 2003 : 228), mais que, souvent il n’y a pas eu de véritable étude anthropologique ou alors tellement sommaire.

7.2.3. Pérennité des lieux funéraires

42L’emploi durable des cavités est compréhensible puisqu’elles sont ancrées dans le paysage. Celles qui ont un usage uniquement sépulcral sont une composante essentielle des pratiques funéraires de la fin de la Préhistoire méridionale, alliant volume désiré à une protection efficace complétée si nécessaire par des constructions a minima (muret de blocs par exemple). L’absence en milieu souterrain de véritable coffre bien construit renforce ce constat (Gély 1993 : 206). Les cavités sélectionnées sont généralement peu propices à l’habitat en raison de l’exiguïté (les Ailes à Berrias-et-Casteljau, Mouskiff à Vallon-Pont-d’Arc) trop étroites et profondes, trop perchées (secteurs de la Coutelle et de Gaud dans les gorges de l’Ardèche) ou abruptes (avens). Toutefois, de vastes grottes accessibles et spacieuses peuvent être réservées momentanément aux sépultures : il s’agira alors de recoins et diverticules (puits funéraires de la grotte de Chironlong à Gras) mais aussi de galeries ou de salles principales (niveau sépulcral de l’aven Meunier à Saint-Martin-d’Ardèche) devenues malaisées, trop basses ou humides en fonction de l’évolution du remplissage et du porche (Gély 2008b : 220). Qu’en était-il de l’abri du Malpas à Saint-Marcel-d’Ardèche, la cavité sépulcrale la plus proche des Géandes ? (Chiron 1896).

  • 3 Les hypogées du Vaucluse et de la Drôme, creusés dans des sédiments friables, allient à la fois les (...)

43Par contre, on s’étonnera de la fréquentation prolongée d’un site funéraire en plein air — ici, surtout des dolmens. D’autres paramètres jouent mais sont plus difficiles à mettre en évidence. Les dolmens de notre région offrent un recrutement funéraire plus fourni (jusqu’à 150 individus dénombrés) que les cavités naturelles (au maximum 50) (fig. 331). Il ne s’agit absolument pas d’un biais taphonomique puisque le milieu souterrain des régions calcaires est bien plus favorable à la conservation des restes osseux que les caveaux construits hors-sol. Le comblement naturel des sépultures dolméniques est plus long à se mettre en place qu’en cavité3 : les conditions de conservation y sont donc mauvaises et souvent seuls les petits éléments du squelette et du mobilier sont conservés.

  • 4 Ces tombes d’adultes et d’enfants sont datées soit par la stratigraphie, soit par l’architecture ou (...)

44Ces espaces funéraires complexes sont donc utilisés sur une assez longue durée comme le suggèrent l’abondance des restes humains et surtout le mobilier puisque les datations 14C ne sont pas d’un grand secours (supra chapitre 1). Des dallages peuvent marquer une discontinuité lors de l’utilisation mais sans hiatus évident (Huchard et Arnal 1962 ; Gros 2006 : 67). Parfois, une lacune est signalée : par exemple, le mobilier chalcolithique ferait défaut entre ceux du Néolithique final et de l’âge du Bronze ancien qui sont superposés voire mêlés. Les exemples de sépulture individuelle où le défunt est dépourvu de viatique ou alors tellement indigent4 (Gély et le SCA 2006), incitent à être moins affirmatif quant à la réalité de ces hiatus.

45Globalement, on constate que plus le laps de temps d’utilisation de la sépulture collective est étalé, plus il y a de défunts représentés, ce qui suggère qu’il n’y a pas eu de vidange répétée des cellae, à l’inverse donc de ce qui est régulièrement signalé dans la littérature. Sur l’ensemble de la séquence, on trouve toutefois quelques nécropoles peu denses, ce qui, pour les dolmens, paraît plutôt lié aux dégâts occasionnés par les fouilles anciennes.

46Ce remue-ménage fréquent, voire constant, affecte donc les restes humains et la majorité des vestiges archéologiques dont la pertinence chrono-culturelle est de plus très relative, en particulier les pointes de flèches foliacées non pédonculées, les céramiques inornées et de profils simples et la plupart des éléments de parure : bref la quasi-totalité du mobilier rencontré ! Une stricte corrélation entre chronologie des dépôts funéraires et succession des cultures matérielles est illusoire dans notre région, mais malheureusement aussi, dans bien d’autres (par exemple, Salanova et Sohn 2007 : 79).

7.2.4. Essai de périodisation

  • 5 Correspond-elle aux sépultures en coffre pré-mégalithiques des régions limitrophes ?

47Quelques objets caractéristiques permettent cependant de tenter une périodisation de l’utilisation des nécropoles qui peut au moins être déclinée en phase initiale (c’est-à-dire antérieure au Néolithique final5), phase ancienne (soit le début du Néolithique final), phase moyenne (soit la seconde partie du Néolithique final qui, en Ardèche, est encore qualifiée de Chalcolithique auquel se greffe le mobilier campaniforme) et phase récente (la première moitié de l’âge du Bronze et un peu au-delà). Un découpage presque analogue est proposé pour les sépultures collectives françaises (Chambon 2003 : 342-343) et pour l’évolution du statut du mobilier funéraire dans le Bassin parisien (Salanova et Sohn 2007 : 88).

48Ici, chaque phase correspondrait à un laps de temps de l’ordre de 5 à 8 siècles (fig. 332) Sur la base de cette séquence, le mobilier de l’âge du Bronze final et du premier âge du Fer rencontré dans les nécropoles de la région (Ollier de Marichard 1876b : 556 ; Raymond 1900 : 225-226 ; Durand 2001 : 72) marque une phase tardive qui n’est pas prise en compte dans cette étude. Une ultime utilisation des chambres et surtout des tertres est attestée à la fin de l’Antiquité et à la période mérovingienne (supra chapitre 6).

Fig. 332 - Variation de la densité du recrutement funéraire selon les phases d’utilisation des nécropoles.
Légendes : blanc = 1 à 24 individus ; gris clair = 25 à 49 individus ; gris foncé = à partir de 50 individus (n° de site voir fig. 331).

  • 6 On n’a donc pas pris en compte les dolmens n° I et II de Balazuc (10 et 16 indiv. mini), le dolmen (...)

49Le tableau de la figure 332 (fig. 332) ne retient que les exemples où l’on a pu dénombrer les défunts ou tout du moins avancer un chiffre et proposer un champ chronologique6. Il montre que dans la plupart des dolmens, il y eut, non pas évacuation des vestiges antérieurs, mais plutôt superposition des dépôts. C’est du reste ce qui est envisagé dans plusieurs cavités sépulcrales.

50C’est donc cette accumulation polyphasée des zones funéraires qui, en encombrant progressivement les dolmens, explique qu’il a fallu multiplier les constructions pour accueillir de nouveaux cadavres.

Fig. 333 - Funérailles préhistoriques (aquarelle Jules Ollier de Marichard circa 1875) : il s’agit d’un dolmen des Divols à Beaulieu (hors de la zone prospectée).

Notes

1 Par contre dans l’Ain, quelques exemples paraissent probants (Gély 1993 : 200).

2 Ce qui se retrouve ailleurs en Languedoc à l’âge du Bronze ancien (dolmen de Combe Marie à La Livinières, Hérault) (Ambert et al. 1976).

3 Les hypogées du Vaucluse et de la Drôme, creusés dans des sédiments friables, allient à la fois les avantages du domaine karstique et la rapidité du remplissage : ils livrent des ensembles funéraires d’une rare richesse (Chambon 2003 : 222).

4 Ces tombes d’adultes et d’enfants sont datées soit par la stratigraphie, soit par l’architecture ou enfin le 14C.

5 Correspond-elle aux sépultures en coffre pré-mégalithiques des régions limitrophes ?

6 On n’a donc pas pris en compte les dolmens n° I et II de Balazuc (10 et 16 indiv. mini), le dolmen des Gélis à Banne (22 indiv.), le dolmen de Vogüé (55 indiv.) et le dolmen des Grangeasses à Courry (29 indiv.) (Billy 1968).

Table des illustrations

Légende Fig. 325 - Dolmen n° 4 des Géandes ; vues verticales du couloir en cours de fouille et vidé de son comblement.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2865/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende Fig. 326 - Dolmen n° 4 des Géandes ; plan des restes humains du couloir.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2865/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 327 - Aven Meunier à Saint-Martin-d’Ardèche ; mobilier funéraire (fouilles René Gilles).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2865/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Légende Fig. 328 - Grotte des Ailes à Berrias-et-Casteljau ; plans des sépultures.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2865/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Légende Fig. 329 - Grotte n° 2 de Peyroche à Saint-Alban-Auriolles ; rondelle crânienne perforée (âge du Bronze).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2865/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 330 - Vue supérieure des crânes de la grotte des Jarres à Montréal (à gauche) et de celle du Chef à Vallon-Pont-d’Arc (à droite).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2865/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2865/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 884k
Légende Fig. 331 - Dénombrements démographiques disponibles pour l’Ardèche et le nord du Gard (31/12/2010).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2865/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Légende Fig. 332 - Variation de la densité du recrutement funéraire selon les phases d’utilisation des nécropoles.Légendes : blanc = 1 à 24 individus ; gris clair = 25 à 49 individus ; gris foncé = à partir de 50 individus (n° de site voir fig. 331).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2865/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Légende Fig. 333 - Funérailles préhistoriques (aquarelle Jules Ollier de Marichard circa 1875) : il s’agit d’un dolmen des Divols à Beaulieu (hors de la zone prospectée).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2865/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 397k

© Alpara, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540