Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nécropole des Géandes à Bourg-Saint-Andéol (Ardèche) dans le cadre du dolménisme en Bas-Vivarais

 | 
Bernard Gély
, 
Wolfgang Pape

Chapitre 5. Analyse des données architecturales

Texte intégral

1Le piètre état des monuments (fig. 215) restreint considérablement l’exploitation des données issues des prospections. Les élévations fragiles (murs en pierres sèches des couloirs d’accès, gradins, etc.) la plupart du temps font défaut : il ne reste donc que la chambre et encore, généralement plus ou moins effondrée (fig. 216), ou pire, déjà redressée. Sans pouvoir l’évaluer réellement puisque nos prospections n’ont pas été assorties de sondage, il ne faut pas sous-estimer l’ampleur des modifications survenues au cours des réutilisations tardives de certains monuments. Par exemple, concernant celui du Pouza à Bidon, Léopold Chiron signalait trois dolmens, deux petits (à l’évidence des coffres comme on peut le vérifier sur un croquis inédit déposé à la conservation départementale de Pont-Saint-Esprit) situés de part et d’autre d’un grand dolmen (Chiron 1896 : 45) (fig. 306). L’architecture initiale de l’édifice principal est aujourd’hui incompréhensible, trop bouleversée par les inhumations du haut Moyen Âge attestées par les débris d’un vase en verre, une boucle de ceinture, etc. (infra chapitre 6).

Fig. 215 - Dolmen n° 1 de Fiouloune à Orgnac.

Fig. 216 - Dolmen de Cournarède à Orgnac ; plan et vue frontale.

2Depuis les origines de la recherche préhistorique, maintes classifications architecturales ont été proposées. Dans un premier temps, et bien qu’elle soit désormais controversée, nous nous réfèrerons à la dernière grande synthèse ayant abordé l’architecture des dolmens entre Languedoc et Centre-Ouest de la France (Chevalier 1984). Y sont présentés plus d’une centaine de monuments ardéchois et gardois et de nombreux plans précis mais au 1/100e !

Fig. 217 - Dolmen n° 1 des Planasses à Orgnac-l’Aven.

5.1. La chambre funéraire

3La chambre funéraire est souvent le seul élément architectural qui nous soit parvenu et encore, souvent ruiné ou modifié.

4Cette meilleure conservation tient non seulement à la robustesse des éléments constitutifs, le plus souvent de grandes dalles épaisses, mais aussi à la réelle stabilité donnée à cette partie de l’édifice par les bâtisseurs. Lorsque les orthostates sont insérés dans les fissures du substrat, ce qui est fréquent en Ardèche (Chevalier 1984 : 178) mais pas aux Géandes, la chambre même vidée reste debout. À l’inverse, les montants qui n’étaient pas assez ancrés ont été déchaussés par les fouilles anarchiques poussées bien au-delà du remplissage archéologique, comme par exemple pour le dolmen de la Forestière à Saint-Remèze (fig. 218) ou sous la pression naturelle. Sur d’autres, les talons des dalles latérales étaient trop courts pour être fermement engagés dans le tumulus et assurer ainsi un bon maintien comme par exemple pour le n° 2 des Œillantes à Barjac (fig. 219). Dans tous les cas, mais pas au même rythme, les chambres s’écroulent peu à peu comme des châteaux de cartes : avant qu’il ne soit trop tard, le seul remède consiste à les recombler (fig. 37).

Fig. 218 - Dolmen n° 1 de la Forestière à Saint-Remèze.

Fig. 219 - Dolmen n° 2 des Œillantes à Barjac ; aquarelle de Léon Alègre (1861) et plan.

Fig. 220 - Dolmen n° 4 des Œillantes à Barjac.

5.1.1. Les catégories de chambre funéraire

5Indépendamment des dimensions et de la conservation ou non des systèmes de fermeture et d’accès, deux catégories de chambre funéraire sont connues en Ardèche et dans le nord du Gard. Chacune à son tour peut être scindée en fonction des autres éléments architecturaux encore attenants.

5.1.1.1. Les chambres funéraires mégalithiques

6La catégorie la plus fréquente, plus de 95 %, est construite avec des grandes dalles. Deux longs supports latéraux sont maintenus écartés par le chevet. La chambre a donc un plan généralement rectangulaire (plus de 50 % des cas) (fig. 170) ou légèrement en trapèze et alors dans ce cas, plus étroit vers l’entrée (fig. 221). Ce pincement vers l’entrée s’est amplifié naturellement quand l’édifice n’était pas assez stable et qu’un montant latéral a ripé vers l’intérieur de la chambre, comme par exemple pour le dolmen n° 3 du Pié de l’Aigo à Aiguèze (fig. 176) ou le n° 5 des Géandes (supra chapitre 3).

Fig. 221 - Dolmen du Litchier à Saint-Remèze.
Il fait sans doute parti des monuments classés Monument Historique (dolmens des Bois de Malbosc).

7La couverture est assurée par une grande dalle qui ne déborde parfois que d’un seul côté. Cette architecture est reproduite à des milliers d’exemplaires dans le Midi de la France sans vraiment souffrir d’exceptions. En Ardèche, les chambres ainsi constituées seraient relativement plus larges que celles rencontrées sur les autres causses (Chevalier 1984 : 122 et 125).

Les dolmens dits caussenards et apparentés

8Les dolmens dits caussenards passent pour être abondants en Ardèche (par exemple Thévenot 1971 : 34 ; Mouyon 2000 : 50). Aux Géandes, les n° 2 et 6 en seraient.

9La littérature fait souvent un distinguo entre, d’une part, les formes simples où la cella était directement fermée par un alignement de blocs et de lauzes plantées (par exemples, Chevalier 1984 : planches 52 à 62 ; Laforgue 1989 : 14 ; Gros 1999 : 28 à 34) et d’autre part, les dolmens à vestibule où deux petites dalles fines insérées dans le tumulus et maintenues par celui-ci, prolongent la cella. Dans le secteur prospecté, suite à l’arasement généralisé des tertres, on ne parvient pas à les différencier, si cette distinction avait une réalité. Des modifications lors de réutilisations tardives qui ont sans doute eu lieu (fig. 187) viennent aussi brouiller la lecture du plan initial.

10Contrairement à ce qui a été dit, le n° 5 des Géandes qui est en bon état s’apparente plus à un dolmen caussenard de grande dimension et de plan plus complexe qu’à un dolmen languedocien. La différence de longueur entre les dalles latérales au niveau de la chambre renforce l’analogie (supra chapitre 3). La structure qui la prolonge est très courte : constituée de murettes limitées en amont et en aval par de petits pilastres (fig. 144), elle n’était, semble-t-il, ni couverte, ni sépulcrale (supra chapitre 3). Il s’agissait donc plutôt du dispositif dans lequel venait s’engager verticalement l’opercule qui barrait le passage.

Les dolmens dits languedociens et apparentés

11Les monuments dits languedociens (Arnal 1963a : 171 ; Chevalier 1984 : 31), ou encore dolmens à couloirs est-languedociens (Guilaine 2006 : 264), passent pour être un fait marquant du dolménisme du Midi, même si tous les auteurs ne s’accordent pas sur une seule et même définition.

  • 1 Par deux petites dalles pour le dolmen de Lamalou à Rouet (Hérault) (Chevalier 1984 : 45).

12La chambre mégalithique, de conception et de forme identiques aux dolmens précédents, hormis peut-être les dimensions, est complétée par une antichambre couverte1 dont les parois rectilignes sont montées en pierres sèches. Les boutisses qui la constituent sont imbriquées avec les éléments du tumulus. Ces antichambres participent donc à la stabilité des édifices et ont dû, à ce titre, être conçues dès le début de la construction. Le n o 1 des Géandes pourrait en être le seul représentant ardéchois qui soit encore assez bien conservé, bien qu’il ait été considéré comme caussenard mais aussi comme bas-rhodanien, et ce, par le même auteur (Chevalier 1984 : 84 et 192) !

13Il est probable que des dolmens ruinés correspondent aussi à ce type qui paraît relativement peu fréquent en Ardèche, le périmètre prospecté marquant la limite septentrionale de son aire.

  • 2 Dans son Album de dessins, Léopold Chiron l’appelle dolmen du Ranc de Banaste et sur un croquis enc (...)

14Le dolmen de la Plaine de Feuillet dit aussi de Fouguet2 à Saint-Martin-d’Ardèche (fig. 225) pourrait lui aussi être apparenté au type languedocien. En effet, l’entrée de la chambre est, là aussi, flanquée de piédroits qui ne sont pas directement adossés aux montants latéraux : ce jour d’une vingtaine de centimètres était sans doute comblé par une seule pile de pierres sèches. Cette pseudo-antichambre ridiculement courte permettait sans doute d’exploiter au mieux toute la protection qu’offrait la dalle de couverture qui devait atteindre les deux piliers d’entrée.

15La même architecture se retrouve sur le dolmen n° 1 du Seti d’Armand à Laval-Saint-Roman (fig. 222). Ces deux monuments, situés chacun sur une rive de l’Ardèche, ont bien d’autres points communs. Le n° 2 du Seti d’Armand, mal conservé, dispose lui aussi de petits piliers d’entrée (fig. 223).

Fig. 222 - Dolmen n° 1 du Seti d’Armand à Laval-Saint-Roman.

Fig. 223 - Dolmen n° 2 du Seti d’Armand à Laval-Saint-Roman.

Fig. 224 - Dolmen n° 5 du Seti d’Armand à Laval-Saint-Roman.

16Le dolmen B de la Plaine de Calais à Orgnac (fig. 226) pourrait également être rattaché au type languedocien. Sur le dolmen du Devès de Virac à Labastide-de-Virac, anciennement délabré (Ollier de Marichard 1882), un « menhir » de 2,25 m couché sur le tertre à l’est de la chambre, pourrait correspondre à un pilier. Par contre, la dalle naturellement échancrée signalée comme étant abattue à l’avant du dolmen n° 1 des Œillantes à Barjac (Dufraisse 2003-2004 : 67) n’est pas retenue puisqu’il s’agit en fait d’un banc du substrat mis à nu par les fouilles et l’érosion et jamais redressé.

Fig. 225 - Dolmen de Plaine de Feuillet à Saint-Martin-d’Ardèche ; plan et céramique campaniforme.

Fig. 226 - Dolmen B de la Plaine de Calais à Orgnac.

  • 3 « Deux pierres droites, isolées » (Rouchier 1861 : 142).

17Dans un carnet de notes, Jules Ollier de Marichard signalait à propos du dolmen de Champvermeil à Bidon (fig. 45) qui est assez proche du n° 1 des Géandes, que les fouilles effectuées à l’emplacement de petits menhirs3 situés vers l’entrée de la chambre ont montré

« … à 30 cm de profondeur, une large fosse remplie d’ossements humains mélangés à de nombreux fragments de poteries » (Tscherter et Paillole 2006 : 105).

18Ce qui peut correspondre à une antichambre dont il ne reste plus rien aujourd’hui. Un de ces piliers, figuré sur une gravure ancienne (fig. 335), soutenait la dalle de couverture qui était inclinée sur l’avant, ce qui rappelle l’observation faite à propos du dolmen de Feuillet à Saint-Martin-d’Ardèche (supra).

Les coffres

19Certaines sépultures collectives constituées de quatre dalles n’auraient jamais eu d’entrée latérale ni de couverture monolithique. Il s’agit surtout de tombes plus petites et plus récentes qui étaient autrefois automatiquement assimilées à d’authentiques dolmens, ce qui peut expliquer le nombre élevé de croquis regroupés dans l’Album de Chiron (1889). Celles qui ont été signalées dans le périmètre prospecté sont en mauvais état de conservation et sont intégrées à des nécropoles dolméniques comme, par exemple, les sépultures n° 6 et 7 des Clausasses à Larnas (fig. 277).

20La sépulture n° 1 de Fenno Morto à Laval-Saint-Roman (fig. 227), plus connue sous l’appellation de dolmen n° 7 de Laval (Raymond 1900 : 167-169), pourrait correspondre à ce type. Il s’agissait d’une structure constituée de dalles fines plantées au cœur d’un tumulus en très petit appareil. Mais ce dernier auteur signale que cette architecture « de peu de solidité » est semblable à celle de la tombe n° 2 qui est un dolmen tout à fait classique. L’état actuel de la structure ne permet plus de trancher. Le mobilier funéraire quant à lui se limite à une « pointe de javelot en silex finement retouchée » ce qui correspond bien à la période du Néolithique final-âge du Bronze ancien. Une pièce supposée analogue (fig. 278 chap. 6) provient d’un « tumulus » de Taysse à Gras (inédit, doc. musée d’Orgnac) qui n’a pas pu être relocalisé lors de nos prospections.

Fig. 227 - Dolmen n° 2 de Fenno Morto à Laval-Saint-Roman.

21Ces coffres auraient eu une toiture en lauzes ou un couvercle amovible en bois (Ollier de Marichard 1873 : 668 ; Laforgue et al. 1984 : 13 et 14). Cette hypothèse paraît difficilement démontrable (Clottes 1977 : 286 à 291) : la partie supérieure initiale des remplissages qui aurait permis de valider ou d’infirmer l’existence d’un tel système d’ouverture par le haut a toujours été détruite depuis le XIXe siècle.

5.1.1.2. Les chambres funéraires construites en petit appareil

22La seconde catégorie de chambres funéraires, nettement moins abondante que la précédente, est également connue en Languedoc et en Provence (Arnal 1963a : 39 ; Sauzade 1990 : 305 ; Bordreuil et al. 2006 : 283). Les parois latérales des cellae sont en partie ou en totalité montées en petit appareil.

Les dolmens dits bas-rhodaniens et sépultures apparentées

23Comme pour les dolmens languedociens, le périmètre prospecté marque la limite septentrionale de l’aire de diffusion de ces monuments qui, par leurs dimensions et leurs formes très variables, défient les lois de la typologie. De nombreux sous-types ont été créés (Bordreuil et al. 2006).

24Des sépultures faisant intervenir des dalles et des murets de pierres sèches ont été décrites dès les origines de la recherche préhistorique dans la région des gorges de l’Ardèche (Ollier de Marichard 1882 : 6 et 7). Ce même auteur signalait qu’au quartier du Grand Champ — aujourd’hui quartier du Fournet — à Bidon

« … d’autres sont construits en rond, les deux petites dalles du levant et du couchant sont reliées par un mur circulaire formé par des assises régulières de toutes petites lauzes très minces, brutes et admirablement étagées les unes sur les autres... » (Ibid. : 6 et 7).

25Il décrit aussi des structures de 8 à 9 m de long et 40 cm de hauteur. La présence de restes humains dans leur comblement, l’amenait à y voir des

« annexes pour y déposer de nouveaux corps lorsque le sarcophage principal était rempli » (Ollier de Marichard 1882 : 6).

  • 4 À la différence d’un pilier, un pilastre n’est pas un élément porteur.

26Il s’agirait soit d’antichambres en partie écroulées comme aux Clausasses à Gras (Bonhomme et Arnal 1963) (fig. 274 chap. 6) soit de couloirs condamnés avec de la terre contenant des os humains comme pour le n°4 des Géandes. Aucun ne nous est malheureusement parvenu (Chiron 1896 : 45) et le seul dolmen du Fournet actuellement recensé a une chambre mégalithique tout à fait classique (fig. 228).

Fig. 228 - Dolmen du Fournet à Bidon ; plan, vue latérale et anneaux en bronze.

27La sépulture de la Selve à Labastide-de-Virac, sur l’autre rive des gorges de l’Ardèche, était un dolmen bas-rhodanien. Elle n’a pas été retrouvée mais fut qualifiée de

« dolmen-tumulus… formé de deux petites dalles placées l’une aux pieds, l’autre à la tête. Un mur circulaire de petites dalles superposées les relie entre elles et forme le sarcophage de 3 m de longueur sur 2,20 m de largeur » (Ollier de Marichard 1876 : 556).

28Qu’en est-il du dolmen du Laour (fig. 195) sur la même commune ? Son authenticité en tant que sépulture collective est attestée par la présence de débris de restes humains et de vestiges (céramiques et éléments de parure) retrouvés à proximité de la dalle fichée, seul élément actuellement conservé (Laforgue 1970).

29Le dolmen n o 4 des Géandes dont le plan est simple par rapport aux autres dolmens bas-rhodaniens, est en fait le mieux conservé du secteur étudié. La chambre ovoïde est composée d’un chevet enserré par les murs latéraux constitués de boutisses montées en encorbellement (fig. 124), ce qui rappelle l’antichambre du n o 1 de la même nécropole. Comme dans la plupart des dolmens bas-rhodaniens de la rive droite du Rhône (Chevalier 1984 : 76 et 83), les parois sont asymétriques. Cette déformation volontaire a permis d’ajuster la forme de la cella aux dimensions de la dalle de couverture qui était peu débordante (supra chapitre 3). Enfin, au point bas d’un petit couloir parementé, l’entrée est flanquée de piliers échancrés à mi-hauteur.

30Les autres monuments bas-rhodaniens retrouvés sont ruinés de longue date. Il ne reste de certains qu’un chevet plus ou moins ogival (fig. 229, 230) encadré, dans le meilleur des cas, par deux ou trois rangs de plaques empilées (Raymond 1900 : 162 ; Arnal 1951 : 96). L’absence de fragment de grande dalle ayant correspondu à une table suggère que la couverture de certaines sépultures ne devait pas être monolithique, ce qui annonce alors les tombes en ruche (infra).

Fig. 229 - Dolmen n° 1 de Gantière à Aiguèze ; plan et vue latérale.

Fig. 230 - Dolmen n° 1 de Gantière à Aiguèze ; aquarelle de Léon Alègre 1861.

31Les plans anciens disponibles font état de constructions sophistiquées tel le système de fermeture à porte basculante du dolmen de Coste Rigaude à Saint-Gervais (fig. 231) que l’on ne parvient plus à discerner pour en garantir la véracité (Arnal 1963b : 17 ; Sauzade 1990 : 309).

Fig. 231 - Dolmen de Coste Rigaude à Saint-Gervais ; plan et cliché du système de fermeture en 1967.

Fig. 232 - Dolmen de Coste Rigaude à Saint-Gervais ; céramiques, éléments de parure, 2 alênes losangiques (n° 29 et 30) et outillage lithique.

Fig. 233 - Dolmen des Arredons à Saint-Remèze.

Fig. 234 - Dolmen des Arredons à Saint-Remèze ; éléments de parure et céramiques.

32Un fragment important de la dalle de couverture et un pilier sont matérialisés sur un plan du dolmen des Arredons à Saint-Remèze (Roudil 1963) (fig. 235, 236). Dans ce cas, l’entrée de la zone sépulcrale aurait alors été légèrement décentrée, comme celle du n° 4 des Géandes (supra chapitre 3).

Fig. 235 - Dolmen des Arredons à Saint-Remèze en 1954.

Fig. 236 - Dolmen des Arredons à Saint-Remèze en 1954.

33Les dolmens n° 1 et 3 des Clausasses à Gras (fig. 360 chap. 6) auraient disposé d’une courte antichambre et de piliers septaux ou pilastres4, ce dernier terme étant très peu employé (Audibert 1958a), qui scindaient la chambre en deux parts égales (Bonhomme et Arnal 1967 : 274-276). De plans complexes, ils furent rattachés soit aux dolmens bas-rhodaniens (Chevalier 1984 : 103 et pl. 34 et 35 ; Guilaine 2007 : 265), soit en sont exclus (Bordreuil et al. 2006 : 283) pour être alors affiliés aux monuments languedociens (Arnal 1963a : 175). Pour d’autres enfin, ils sont les deux à la fois (Sauzade 1990 : 315).

34L’architecture de l’éventuel dolmen n° 1 de Gantière à Aiguèze (Raymond 1900 : 161) est très particulière pour le secteur prospecté. L’énorme couverture repose sur de gros blocs disjoints et une saillie du substrat (fig. 229). Les parois de la chambre, qui aurait été très basse, étaient-elles complétées par des murets de pierres sèches insérés dans un tumulus dont il ne reste guère de trace ? S’il s’agit bien d’une sépulture, ce dont on peut douter, son architecture renvoie alors plutôt aux monuments de Provence orientale (Sauzade 1990 : 308 ; Sauzade 1998 : 296).

35Les dolmens n° 1 et 2 d’Issirac avaient autrefois été qualifiés d’hypogées puisqu’ils sont en partie creusés et en partie édifiés en calcaire oligocène très friable et que nulle trace de tumulus n’avait été remarquée (Raymond 1900 : 203 à 211). Seul le n° 2 a été retrouvé (fig. 237). Les descriptions publiées (Raymond 1900 : 203-210) de chacun d’eux ne sont pas très cohérentes avec, non seulement une inversion quant à l’orientation des principaux éléments, mais surtout une lecture erronée de l’architecture : chevet et piliers d’entrée furent interprétés comme des montants latéraux. Ce fut du reste le cas pour le dolmen n° 4 des Géandes tel que figuré dans l’Album de Léopold Chiron (fig. 60).

Fig. 237 - Dolmen n° 2 de la Plaine d’Arêne à Issirac.

Fig. 238 - Dolmen n° 2 de la Plaine d’Arêne à Issirac : éléments de parure.

36La profondeur des creusements des tombes d’Issirac fut sans doute surestimée (1,10 m pour le n° 1 et 1m pour le n° 2) : les dallages bien agencés qui marquent la base des dépôts sépulcraux correspondraient en fait au substrat calcaire en cours de détachement naturel, délitage précédé comme il se doit d’une couche d’argile de décalcification (… 23 cm de terre sans pierre ni fragment). Ce qui suggère au moins que ces sépultures furent installées dans des dolines.

37Enfin, le dolmen de Pijeaud à Saint-Nazaire, dont il ne reste plus grand chose, a été implanté dans un dépôt de lœss.

Les tombes en ruche

38Ces sépultures rares et parfois qualifiées de tholos ou tholoï ou encore de tombes ovales ont une répartition un peu plus vaste que celle des dolmens précédents (par exemple, Gros 1998 : 41). Mis à part le fait que les exemples ardéchois sont édifiés totalement hors-sol, ils ont aussi beaucoup d’analogies avec des tombes fontbuxiennes en fosses ovales appareillées de la région des costières de Nîmes (Bordreuil et al. 1991 : 159 ; Hasler et Noret 2006 : 182). Certains dolmens bas-rhodaniens du Gard précédemment décrits, à la fois creusés et construits (supra), font effectivement le lien entre toutes ces architectures.

  • 5 La tombe n° 2, elle aussi en pierres sèches, n’a livré que du mobilier protohistorique (SERAHV 1969 (...)

39Dans l’aire prospectée, à trois reprises, on peut envisager l’hypothèse de l’existence d’une chambre funéraire non mégalithique et d’une toiture de lauzes montées en encorbellement. La tombe piriforme n° 1 de Vausservières à Labastide-de-Virac5 (fig. 46) et le tumulus du Haut Darbousset à Bourg-Saint-Andéol n’ont pas été retrouvés (SERAHV 1969 : 5 ; Combier 1977 : 584 ; inédit, doc. SRA). Selon les anciens plans et notes disponibles, ils étaient déjà en très mauvais état de conservation entre 1950 et 1970.

40Seul le « tumulus » de Mayres dit aussi de la Plaine du Tay à Vallon-Pont-d’Arc (Roudil 1962 : 210) (fig. 239) a été retrouvé mais son piteux état ne permet pas d’en savoir beaucoup plus.

Fig. 239 - Dolmen de la Plaine du Tay à Vallon-Pont-d’Arc ; état actuel et mobilier funéraire, éléments de parure, céramique et outillage lithique.

41Dans les trois cas, le mobilier funéraire confirme qu’il s’agit bien de sépultures datant des mêmes périodes que les dolmens et non de tombes protohistoriques, ce qui n’exclut pas bien sûr des réutilisations tardives (infra chap. 6).

5.2. Limites d’une classification architecturale des chambres funéraires de l’ensemble dolménique de la région des gorges de l'Ardèche

42Tous les exemples précédents illustrent bien les difficultés rencontrées pour établir une classification architecturale trop stricte, au moins dans la zone prospectée qui est excentrée par rapport à l’ensemble dolménique du Midi de la France. On atteint là non seulement les limites de la typologie mais aussi, et peut-être surtout, les confins du dolménisme méridional (fig. 240) et des ensembles culturels afférents.

Fig. 240 - Carte des dolmens caussenards du Midi de la France (Chevalier 1984).

43Cette perméabilité évidente entre catégories qui aboutirait, si on le souhaitait, à une prolifération de sous-catégories, a souvent permis d’étayer des hypothèses de filiations ou d’influences réciproques entre les principaux types architecturaux. Ces esquisses de chronologies relatives ainsi établies furent interprétées à leur tour en terme de contacts, pas nécessairement pacifiques, entre groupes humains clairement différenciés les uns des autres (Ferrières, Fontbouisse, Treilles, etc.) sur la base de leur culture matérielle (Arnal 1963a : 62 ; Chevalier 1986 ; etc.), distinctions que tous les travaux actuels incitent à nuancer de plus en plus.

44L’exemple des dolmens dits bas-rhodaniens est éloquent. Ce type aux nombreux hybrides – y a-t-il même un prototype ? – passait d’abord pour être la phase ultime, abâtardie, du mégalithisme méridional (Arnal 1963a : 62). Il fut ensuite considéré comme chalcolithique (Audibert 1958b : 90) puis simplement comme récent puisque influencé par le type languedocien (Chevalier 1984 : 110). Pour certains, leur architecture et leur conception originales font obstacle à l’hypothèse d’une filiation avec les dolmens à chambre mégalithique et, par contre, les rapprocheraient du plan — mais pas des dimensions — des hypogées de Fontvieille (Arnal et Arnal 1988 : 132 et 146 ; Sauzade 1990 : 315). Enfin, pour d’autres, ce type de monument correspond à une phase ancienne du dolménisme occidental méditerranéen (Bordreuil et al. 2006 : 291).

45Nos fouilles et prospections apportent peu d’informations supplémentaires quant à leur datation (supra chapitre 3), mais font apparaître des similitudes évidentes quant à la conception du tumulus et du couloir du dolmen n° 4 avec les autres monuments des Géandes qui sont pourtant rattachés à deux autres types architecturaux.

46À notre avis, ces variantes viennent surtout de l’opportunisme des bâtisseurs, au moins dans la zone prospectée où l’impression générale est celle d’unité malgré de très rares particularités. L’œuvre des Néolithiques s’assujettit bien mal à la typologie qui se veut rigoureuse des préhistoriens ! L’ensemble dolménique centré autour des gorges de l’Ardèche peut donc être abordé dans sa globalité, sans automatiquement tenir compte des cas particuliers.

Fig. 241 - Dolmen n° 2 de la Plaine d’Aurelle à Bidon.

Fig. 242 - Dolmens de la Plaine d’Aurelle à Bidon (dessin Chiron 1889).

5.3. L’espace sépulcral

47Il s’agit bien entendu des cellae, mais aussi des antichambres qui abritent effectivement des sépultures et sans doute également des petits vestibules puisqu’ils prolongent directement certaines chambres funéraires (Chevalier 1984 : 144) comme pour le dolmen n° 2 des Géandes (supra chapitre 3).

5.3.1. Les dalles de la chambre funéraire

5.3.1.1. Montants latéraux

48Généralement, chaque paroi de la chambre est constituée d’une seule dalle placée sur chant. Lorsque l’extrémité visible, c’est-à-dire celle qui n’est pas engagée dans le tumulus, d’un montant latéral est trop irrégulière pour permettre un raccord favorable avec l’antichambre, comme par exemple pour le n° 1 des Géandes, les échancrures sont bouchées et complétées par des plaques de calcaire empilées.

49Pour le dolmen n° 1 du Seti d’Armand à Laval-Saint-Roman, ces murets qui complètent les irrégularités des montants latéraux prolongent aussi la chambre sur 20 cm et viennent contrebuter les piliers qui flanquent l’entrée (fig. 222). Une telle organisation est envisagée pour le dolmen de Feuillet à Saint-Martin-d’Ardèche (fig. 225). Ces dispositifs de pierres sèches rappellent donc, a minima, celui de l’antichambre du dolmen n° 1 des Géandes.

50Sur le dolmen de Costeplane à Lagorce (fig. 206), la tranche supérieure du montant latéral ouest et celle du chevet étaient trop irrégulières pour atteindre partout la dalle de couverture : ces jours étaient sans doute obturés par les lauzes enserrées dans le tumulus. Cela témoigne une fois encore de l’impossibilité d’établir un distinguo trop rigoureux entre chambres mégalithiques et celles en petit appareil.

51Lorsque la longueur des bancs rocheux disponibles le permet, les dalles dépassent nettement le fond de la chambre et s’ancrent dans le tumulus, ce qui améliore bien la stabilité de l’édifice, comme c’est le cas aux Géandes. Sur le dolmen n° 1 du Pié de l’Aigo à Aiguèze (fig. 174), le plan en H ainsi obtenu fit d’abord croire à l’existence de deux chambres funéraires adossées avec chevet commun (Raymond 1900 : 163). Parfois, les longueurs des talons d’un même monument sont nettement différentes par exemple, pour le dolmen du Terme Rouge à Aiguèze (fig. 204) : 45 cm à l’est et 10 cm à l’ouest : y a-t-il un lien avec l’ordre d’agencement des dalles de la cella ?

52Par contre, à plusieurs reprises dans la zone prospectée, les dalles employées sont courtes et les talons ne sont donc pas assez importants : la chambre s’effondre alors facilement. Ceci est particulièrement vrai pour les monuments situés en retrait de la rive droite de l’Ardèche, ceux de la nécropole des Œillantes à Barjac, par exemple, ou encore le dolmen n° 3 du Pié de l’Aigo à Aiguèze dont l’entrée se pince progressivement (fig. 176). Ce qui se retrouve aussi occasionnellement en rive gauche : dolmens de Falette et de Costeplane à Lagorce, dolmen du Cloget et Grand Paty à Bidon (fig. 170).

53Enchâsser les dalles latérales et éventuellement le chevet, dans les fissures du substrat était le seul moyen pour pallier ce manque de stabilité, ce qui fut fait par exemple pour le dolmen n° 6 du Pié de l’Aigo à Aiguèze (fig. 183) et quelques autres monuments (n° 1 de la Barthe, Litchier, Boudarel…).

54Enfin, parfois les dalles qui constituent les parois latérales sont volontairement décalées l’une par rapport à l’autre afin d’offrir une inégale longueur côté chambre : l’écart ainsi obtenu accueillera l’implantation soit du couloir d’accès (infra), soit du vestibule, comme pour le dolmen de Cros di Jho à Orgnac et celui de Micholière à Salavas (fig. 243, 244), soit le système de fermeture comme pour le dolmen n° 5 des Géandes (supra chap. 3).

Fig. 243 - Dolmen de Cros di Jho à Orgnac ; plan et vue de derrière le chevet et céramique.

Fig. 244 - Dolmen de la Micholière à Salavas.
Le mur en pierres sèches adossé au monument masque peut-être le couloir d’accès à la cella.

5.3.1.2. Chevet

55Dans la zone prospectée, le chevet est presque toujours constitué d’une dalle unique, généralement enserrée entre les dalles latérales de la chambre mégalithique ou plus rarement entre les murs de pierres sèches. Seul exemple probant qui s’écarte de ce schéma : le dolmen n° 2 de la Devèse à Barjac (fig. 248) dispose de deux dalles accolées complétées par des lauzes empilées qui colmatent les interstices. Les deux ou trois exemples de chevets débordants connus ici concernent uniquement des dolmens bas-rhodaniens gardois : n° 2 de la Plaine d’Arène à Issirac et Coste Rigaude à Saint-Gervais (fig. 231, 237) (Arnal 1963b ; Chevalier 1984 : pl. 31 à 33 ; Bordreuil et al. 2006 : 280).

56Par contre, le plan du dolmen des Arredons à Saint-Remèze publié autrefois est manifestement erroné (Roudil 1963 : 239). Sur deux clichés pris en 1954 (fig. 235, 236), on aperçoit bien la paroi occidentale du monument encore conservée sur environ 30 cm de hauteur environ : la dizaine d’assises de petites dalles sont plaquées contre la face interne du chevet et ne l’enserrent pas comme indiqué sur le plan publié. Ailleurs en Ardèche, un seul cas est recensé, celui du dolmen des Chazes à Saint-Germain (Devillard et al. 2003 : 56).

Régularisation des chevets

57Très souvent, une régularisation sommaire obtenue par chocs répétés a permis d’obtenir un contact satisfaisant entre les dalles des chambres mégalithiques et éviter ainsi d’avoir à colmater des interstices avec des lauzes empilées ou plantées sur chant (fig. 251). En Ardèche, le sommet du chevet atteint généralement la couverture, ce qui renvoie au dolménisme languedocien et se différencie des monuments des autres causses (Clottes 1977 : 300 ; Chevalier 1984 : 135). À ce sujet, l’exemple du dolmen de Champvermeil à Bidon est éloquent (supra chapitre 4).

58Les négatifs des éclats détachés sont alors visibles, le plus souvent sur les tranches du chevet (Pié de l’Aigo n° 1 à Aiguèze ; Aven de la Citerne au Garn) (fig. 174, 245).

Fig. 245 - Dolmen de l’Aven de la Citerne au Garn.
Le chevet a été franchement régularisé.

59Lorsque la qualité du calcaire employé s’y prête, cette mise en forme peut avoir été facilitée par un traitement thermique bien maîtrisé de la tranche des dalles avant leur érection : par expérimentation (Gély 2010 : 23), on est parvenu à régulariser l’arête d’un banc rocheux puisque les parties saillantes et en surplomb éclatent en priorité.

60Cette régularisation est même souvent poussée avec grand soin, preuve de son importance pour la stabilité et l’étanchéité des édifices. Un travail à la boucharde est attesté sur plusieurs chevets des Géandes (fig. 145), sur la plupart des dolmens bas-rhodaniens (fig. 237) et sur de nombreux autres monuments plus simples : Bridaliot à Lagorce, Cros di Jho et Dévence n° 1 à Orgnac, Micholière à Salavas, Pié de l’Aigo n° 1 à Aiguèze (fig. 246). En fait, on en retrouve un peu partout en Bas-Vivarais des exemples parfois spectaculaires (voir par exemple, Roudil et Bayon 2002 : 56 et 57) (fig. 51).

Fig. 246 - Dolmen de Bridaliot à Lagorce implanté sur un éboulis de versant.

Fig. 247 - Dolmen n° 1 de la Devèse à Barjac.

Fig. 248 - Dolmen n° 2 de la Devèse à Barjac.

61L’étude du dolmen n° 5 des Géandes montre que ce travail fastidieux vise moins à l’esthétique qu’au fonctionnel. Le côté naturellement plus favorable du chevet, et de ce fait le moins travaillé, fut utilisé en priorité. Par contre, il fallut franchement rectifier l’autre tranche pour permettre l’ajustage de l’angle nord-est. Étonnamment, une même logique se retrouve pour le chevet du dolmen n° 4, bien que les parois de la cella soient édifiées en pierres sèches. Ce bouchardage peut aussi affecter la dernière dalle latérale mise en place pour parfaire les contacts. Enfin, cette régularisation avait un autre avantage, a priori involontaire pour les bâtisseurs : atteindre la roche saine donna aux chevets, une fois dépourvus de leur couverture, une meilleure résistance aux intempéries que les autres dalles restées poreuses et fissurées.

Fig. 249 - Dolmen n° 3 de la Devèse à Barjac.

Fig. 250 - Dolmen n° 5 de la Devèse à Barjac.

Fig. 251 - Dolmen n° 4 de la Devèse à Barjac.

Forme des chevets

62La plupart des chevets sont toutefois laissés bruts ; les jours persistants à la base des montants de la chambre sont souvent colmatés avec une petite dalle, par exemple sur le dolmen n° 4 du Pié de l’Aigo à Aiguèze (fig. 177) ou une pile de plaques comme pour le dolmen n° 5 des Géandes (supra chapitre 3).

63Lorsque les chevets sont façonnés à grands enlèvements, c’est souvent en trapèze régulier (fig. 214) à sommet légèrement convexe. Cette forme est parfois très étroite et tend alors vers le rectangle : plusieurs cas sont recensés en rive droite des gorges, depuis le secteur d’Aiguèze, Le Garn, Laval-Saint-Roman et immédiatement au-delà de l’emprise prospectée, à Courry (Gard) (Lhomme 1999 ; Dufraisse 2003-2004 : 192).

64Toujours sur la rive gardoise de l’Ardèche, dans certains cas, le trapèze du chevet est nettement asymétrique, c’est-à-dire avec un chant incliné vers la chambre et l’autre quasi-vertical (fig. 192). Cette forme, qui est fréquente dans la région des causses centraux (Chevalier 1984 : 157), aurait un lien avec l’ordre d’assemblage des montants de la chambre funéraire, le montant sub-vertical étant placé en premier contre le chevet (Chevalier 1984 : 141 et 176). À notre avis, dans la zone prospectée, et en particulier, dans la nécropole du Pié de l’Aigo à Aiguèze (fig. 174), cela résulte bien de l’agencement des montants, mais c’est l’ordre inverse qu’il faut retenir (infra). D’autres exemples proviennent des nécropoles de la rive droite des gorges : dolmen du Cloget à Bidon et n° 2 du Plateau de Mézenc à Lagorce (fig. 187, 253).

Fig. 252 - Dolmen n° 5 et 6 de la Devèse à Barjac (aquarelles Léon Alègre 1861).

Fig. 253 - Dolmen n° 1 du Plateau de Mézenc à Lagorce.

65Plus rarement, les chevets peuvent être façonnés en ogive tronquée (dolmen de l’Aven de la Citerne au Garn, dolmen de La Barthe à Saint-Remèze, n° 1 du Pradinas à Bidon et n° 4 des Géandes) (fig. 245, 254) afin de donner une assise parfaite à la couverture. Cette volonté d’obtenir un ajustage de qualité conduit aussi parfois à régulariser la tranche supérieure des dalles latérales, au moins en partie, comme par exemple sur les dolmens n° 2 et 6 des Géandes.

Fig. 254 - Dolmen de la Barthe à Saint-Remèze.

Fig. 255 - Dolmen de la Barthe à Saint-Remèze ; outillage lithique et éléments de parure.

66La forme triangulaire du chevet du dolmen de la Plaine de Feuillet à Saint-Martin-d’Ardèche est très particulière (fig. 225). Son sommet naturellement en « pain de sucre » dépasse largement les montants latéraux, mais son point culminant fut quand même bouchardé et réduit, sans doute pour l’adapter à la forme de la couverture qui est aujourd’hui disloquée. Cette forme triangulaire qui dépasse les montants latéraux se retrouve sur le dolmen n° 1 du Séti d’Armand à Laval-Saint-Roman (fig. 222) qui offre beaucoup d’autres similitudes avec celui de Saint-Martin ; de même pour le dolmen B de la Plaine de Calais à Orgnac (fig. 226).

67Une telle proéminence du chevet par rapport aux autres dalles suggère soit que celle de couverture pouvait être échancrée et venait s’emboîter parfaitement, soit que son inclinaison était forte : reposait-elle alors partout sur les montants latéraux ? Si non, les jours devaient alors être bouchés par des lauzes du tumulus. En tout cas, cela suggère que la couverture était sélectionnée et sans doute déjà apportée à proximité du chantier pour pouvoir la mesurer et ajuster la construction en conséquence, comme pour le dolmen n° 4 des Géandes (supra chapitre 3).

5.3.1.3. Stabilité de la chambre funéraire

Inclinaison du chevet

68Le chevet de plusieurs monuments de la rive droite de l’Ardèche, qu’il soit régularisé ou non, penche en direction de la cella. Cette inclinaison est souvent un aléa de la dislocation de la chambre dont le plan se déforme comme un pantographe ; mais pour le dolmen n° 3 du Pié de l’Aigo à Aiguèze (fig. 176), elle résulte de l’ancrage initial de la dalle dans une fissure oblique du substrat. Il en serait de même pour le chevet du dolmen du Terme des Fades à Aiguèze-Laval-Le Garn (fig. 192) qui n’a pas vraiment souffert puisque son plan est resté parfaitement rectangulaire. Les talons des montants latéraux insérés dans le tumulus ont été suffisants pour maintenir l’édifice.

Renforts

69Une dalle supplémentaire a été appuyée sur le talon du montant latéral pour contrebuter le premier angle de la chambre du n° 1 des Géandes (supra chapitre 3).

70À l’extérieur de la chambre du dolmen n° 2 des Géandes, contre le talon de la dalle latérale ouest, trois petites pierres dressées participent au maintien du montant qui a été alors installé très tôt lors de la construction.

71Derrière la dalle de chevet du dolmen de Cros di Jho à Orgnac-l’Aven, trois petites dalles fichées (fig. 243) évoquent les « stèles », terme très peu approprié, repérées sur des monuments du secteur plateau de Labeaume / vallée du Chassezac / plateau de Lussas (Laforgue et Robert 1979 : 19 ; Ravy, Clère et Lhomme 1993 : 239). De même, une petite dalle adossée contre l’extérieur de la dalle latérale ouest du dolmen n° 2 du Pié de l’Aigo à Aiguèze (fig. 175) renforce l’angle constitué avec le chevet.

72Le dolmen de Micholière à Salavas (fig. 244) a la particularité de posséder deux dalles latérales occidentales plaquées l’une contre l’autre afin de prolonger la cella. L’hypothèse qu’il s’agisse d’un aménagement moderne, mettant en œuvre la couverture, ne peut toutefois pas être exclue.

73Les dalles qui constituent la chambre de trois dolmens de la nécropole des Œillantes à Barjac ne disposent pas de talons importants (fig. 219). Des dalles de renfort viennent donc conforter les édifices : derrière le chevet des n° 1 et 2 et contre la dalle latérale orientale du n° 6.

74Le problème de la stabilité du monument devait se poser de façon plus cruciale encore pour l’édification très progressive des chambres non mégalithiques. Un bloc a été planté à l’intérieur de la cella du n° 3 des Clausasses à Gras (Chevalier 1984 : pl. 34) (chap. 6), probablement pour participer au maintien du chevet tant que les parois n’étaient pas suffisamment élevées pour le caler.

75Cette déduction est confortée a contrario. En effet, certains monuments bas-rhodaniens de la rive droite ont des chevets débordants (supra) qu’il n’était pas nécessaire de maintenir lors de l’édification puisqu’ils furent implantés dans une dépression (Chevalier 1984 : 90) creusée au plus juste — c’est-à-dire de la longueur du chevet — dans les matériaux meubles ou friables : lœss, calcaire en plaquettes.

Ordre d’assemblage des montants de la chambre

76Aux Géandes, l’ordre d’assemblage des éléments constitutifs de la chambre funéraire est identique non seulement pour tous les monuments disposant d’une chambre mégalithique mais aussi, par déduction, pour le n° 4 qui est pourtant en partie édifié en pierres sèches. Le chevet est la première dalle mise en place et on poursuit toujours par l’angle nord-ouest, c’est-à-dire celui qui est en amont sur la pente naturelle du terrain. Les prospections n’ayant pas été assorties de sondage, même ciblé, il est délicat d’interpréter les observations. Certaines paraissent cependant significatives.

77Les données disponibles en rive gardoise sont assez nombreuses et évidentes. La dalle latérale occidentale du dolmen n° 3 du Pié de l’Aigo à Aiguèze (fig. 176) est beaucoup plus oblique contre le chevet que la dalle orientale qui a ripé vers l’intérieur de la cella. Ce qui rappelle exactement les observations effectuées aux Géandes quant aux modalités d’effondrement des chambres funéraires (supra chapitre 3) et suggère par conséquent un ordre d’assemblage identique, avec l’angle nord-ouest construit en premier.

78Toujours sur la même nécropole, la dalle latérale ouest du dolmen n° 5 (fig. 182) est très longue et dispose donc d’un talon important qui la stabilise parfaitement ; l’autre est courte et dépasse peu le chevet. La première est inclinée contre le chevet qui n’a pas été rectifié alors que la seconde est quasi-verticale. Là aussi, cela évoque bien les Géandes. Autre analogie avec le dolmen n° 1 en particulier : le substrat pointe au nord-ouest et immédiatement devant la dalle latérale orientale.

79La couverture du dolmen de la Combe du Loup à Aiguèze (fig. 256) a basculé sur la dalle latérale orientale comme pour le dolmen n° 3 des Géandes : l’angle nord-ouest était-il plus résistant ?

Fig. 256 - Dolmen de la Combe du Loup à Aiguèze.

80Un dernier exemple est celui du dolmen de l’Aven de la Citerne au Garn (fig. 245). Le monument est en mauvais état et seul l’angle nord-ouest de la chambre est conservé car il était plus solide. Que la tranche orientale du chevet ait été beaucoup plus régularisée que l’autre conforte cette hypothèse puisqu’aux Géandes le bouchardage est surtout destiné à permettre d’ajuster la seconde dalle latérale.

81Il y a peu d’exemples exploitables en rive gauche de l’Ardèche. L’état du dolmen n° 2 de Costemale à Lagorce (fig. 257) évoque l’effondrement et donc l’ordre de construction du n° 3 des Géandes, l’angle nord-ouest étant le plus solide. Par contre, sur d’autres monuments (Baume Quartière à Orgnac, Forestière et Litchier à Saint-Remèze) (fig. 258), c’est l’inverse, preuve s’il en fallait qu’on ne doit pas généraliser.

Fig. 257 - Dolmen n° 2 de Costemale à Lagorce.

Fig. 258 - Dolmen de Baume Quartière à Orgnac.

5.3.1.4. Couverture de la cella

82Au XIXe siècle, lorsque les dolmens étaient en meilleur état qu’aujourd’hui, Jules Ollier de Marichard insistait déjà sur la présence d’une table en employant le terme de dolmen couvert (1869 : 63). Léon Alègre lui, parlait de plate-forme. Léopold Chiron dans son Album donnait parfois les dimensions d’un Dessus (fig. 60).

83La table du dolmen de Champvermeil à Bidon (fig. 45-48) qui est très épaisse pèserait 8 tonnes. C’est la plus grande de l’aire prospectée encore conservée : elle mesure 3,50 x 3,40 m ; son épaisseur varie de 18 à 35 cm. Celle du n° 1 des Œillantes à Barjac est presque aussi imposante (3,50 x 2,50 x 0,40 m au maximum). La table du n° 2 de la même nécropole qui est brisée en trois (fig. 219) était encore plus grande (environ 4 x 2,60 x 0,40 m).

84De nombreux monuments sont aujourd’hui dépourvus de couverture mégalithique (fig. 259). Cette disparition paraît dans certains cas liée à la proximité d’habitats modernes où les dalles auraient été emportées. Cela résulterait aussi des fouilles anciennes qui abordaient les tombeaux par le haut, faisant éclater si nécessaire « le couvercle ». Cette absence résulte enfin des processus d’érosion. Des dalles à plat se disloquent facilement, surtout lorsque la roche est gélive (Meucci et al. 1992 : 40 et 41). Et effectivement, les tables encore conservées sont surtout dans l’aire du calcaire urgonien qui est très compact.

85La couverture, quand elle est conservée et qu’il ne s’agit pas d’une restauration, est souvent assurée par une seule grande dalle dont la tranche présente parfois de grands enlèvements, peut-être survenus lors de l’extraction (fig. 45, 260). Aucune n’est régularisée par bouchardage et la face la plus lisse est toujours dirigée vers l’intérieur de la cella. Le dessus des dalles de couverture, plus irrégulier puisqu’il était déjà météorisé avant d’être employé, devait certainement être masqué par les pierres du tumulus. En effet, la table du dolmen n° 2 des Géandes est très échancrée : l’érosion prononcée qui en résulte de la partie (le plus souvent antérieure) non protégée des dalles latérales, est assez caractéristique et se retrouve sur bien d’autres monuments, par exemple sur celui de l’Aven de la Citerne au Garn (fig. 245) ou sur le n° 2 de la Calade à Barjac (fig. 259). Il faut alors imaginer que des lauzes venaient compléter les manques de la couverture mégalithique et probablement la prolonger jusqu’à protéger le vestibule.

Fig. 259 - Dolmen n° 2 de la Calade à Barjac.

Fig. 260 - Dolmen de Champagnac à Vagnas.

Fig. 261 - Détails des encroûtements de calcite aux Géandes (à gauche) et dolmen de Beaume Quartière à Orgnac (à droite).

5.3.2. Remplissage de la cella

5.3.2.1. Évaluation du remplissage sépulcral dans la cella

  • 6 L’épaisseur des dépôts conservée atteint souvent 5-10 cm, rarement plus (Raymond 1900 : 168).

86« Une couche argileuse et pierreuse noirâtre de 40 cm d’épais… » fut décrite dans un dolmen des Géandes (Germain 1911 : 208-209). Cette épaisseur assez conséquente par rapport à ce que l’on connaît aujourd’hui en Ardèche6, comprenait non seulement les dépôts sépulcraux mais aussi le bourrage préalable pour maintenir verticaux les montants des chambres.

87Par exemple, le chevet du dolmen n° 3 du Pié de l’Aigo à Aiguèze (fig. 176) est bien plus étroit à la base qu’au sommet : il n’aurait jamais pu tenir sans être remblayé au moins sur 20 à 25 cm. De même pour le dolmen du Terme Rouge à Aiguèze dont le chevet est plus étroit à la base sur 40 cm de hauteur (fig. 204). Le dolmen de Bridaliot à Lagorce (fig. 246) est construit sur un éboulis naturellement dépourvu de terre : un bourrage devait donc être obtenu par un lit de pierrailles. D’une manière générale, lorsqu’ils ne sont pas coincés dans les fissures du substrat, il faut donc envisager un comblement entre 10 et 20 cm d’épaisseur pour caler efficacement la base des montants, ce qui réduit d’autant le volume destiné à recevoir les défunts.

88Sur la plupart des dolmens des Géandes et bien d’autres monuments construits en calcaire urgonien (fig. 45-48, 245), des plages de bourgeonnements de calcite sont visibles sur les faces internes au bas des principaux montants de la chambre. Leur présence va généralement de pair avec une différence de patine entre le bas des dalles qui est clair et carbonaté et le haut qui est plus gris et lisse (fig. 187).

89Cette carbonatation, antérieure à l’utilisation des bancs rocheux, s’observe sur presque toutes les plaques de calcaires qui jonchent le sol aux abords des monuments des Géandes. Cette formation préservée par le remplissage de la cella est parfois aujourd’hui le seul témoin, indirect, de l’ampleur initiale du dépôt archéologique.

5.3.2.2. Hauteur de la cella

90Aux Géandes où les monuments sont bien conservés, la hauteur de la cella oscillait entre 1,20 et 1,40 m au niveau du chevet, ce qui s’accorde avec la moyenne estimée des monuments ardéchois (Chevalier 1984 : 133). On devait donc se tenir courbé ou accroupi pour déposer les défunts : les contorsions qui nous furent imposées lors des levés des monuments en témoignent parfaitement (fig. 206).

5.3.3. Vestibule et antichambre

91Ces deux éléments architecturaux qui prolongent directement la chambre funéraire augmentent par conséquent le volume sépulcral proprement dit.

5.3.3.1. Vestibule

92La présence d’un vestibule est jugée caractéristique des dolmens caussenards. Dans l’ensemble, peu de monuments de la zone prospectée possèdent encore un court vestibule axial placé en épi à l’avant de la chambre comme pour le n° 2 des Géandes : par exemple, Combe du Loup et n° 1 de Pié de l’Aigo à Aiguèze, Baume Quartière à Orgnac, Micholière à Salavas, Bridaliot à Lagorce, n° 4 des Œillantes à Barjac (fig. 219). L’exemple du dolmen du Terme Rouge à Aiguèze (fig. 204) est unique : les dalles de prolongement sont engagées dans la chambre et non plaquées à l’extérieur comme à l’accoutumée. Ce dernier cas plaide pour que le niveau du sol sépulcral du vestibule ait bien été le même que celui de la cella, comme cela a été avancé (Chevalier 1984 : 144).

5.3.3.2. Antichambre

93La présence d’une antichambre qui ici est intégralement montée en petit appareil est réputée être spécifique aux dolmens languedociens. Ils sont rares dans la zone prospectée, le n° 1 des Géandes étant le mieux conservé.

94Sur le plan du dolmen n° 1 des Clausasses à Gras sont figurés des piliers septaux (Bonhomme et Arnal 1967) dont il ne reste rien pour en vérifier l’authenticité (fig. 274), comme ce fut le cas pour le système de fermeture sophistiqué (« porte à bascule ») du dolmen de Coste Rigaude à Saint-Gervais (Arnal 1963b : 17) : faut-il mettre en doute la fiabilité de la lecture du docteur Arnal ? Aurait-il eu tendance à sur-interpréter en extrapolant ses observations faites plus au sud en Languedoc où les monuments sont souvent bien plus complexes qu’ici ?

5.3.4. Volume sépulcral

95Le volume disponible variait du simple au double, de 3 à plus de 6 m3, et même le triple puisque le n° 1 des Géandes pouvait atteindre 11 m 3 avec son antichambre (fig. 262) : c’est le plus grand volume sépulcral estimé de la région prospectée. Par exemple, pour le dolmen bas-rhodanien de Coste Rigaude à Saint-Gervais, qui passe pour être très vaste (Arnal 1963b : 16), le volume sépulcral est de l’ordre de 7 à 8 m3.

Fig. 262 - Surfaces et volumes des zones sépulcrales des dolmens des Géandes.

Fig. 263 - Dimensions des tumulus des dolmens dans la zone prospectée.

96En prospection, on constate que des volumes de l’ordre de 4 à 6 m3 sont envisageables pour la plupart des cellae. Certains caveaux sont cependant nettement plus réduits. Les dalles latérales du dolmen de la Barthe à Saint-Remèze sont profondément enchâssées de 40 cm dans les fissures qui bordent un redan rocheux (fig. 255) : la cella est par conséquent très basse (80 cm), réduisant d’autant le volume disponible. Mais s’agit-il là du résultat d’un accident, d’un tassement ou de la construction initiale ? Pour le vérifier, nous ne sommes malheureusement pas parvenus à identifier cette tombe avec certitude parmi les croquis de l’Album de Chiron.

97La cella du dolmen n° 1 du Plano de Laouzen à Aiguèze était réellement peu volumineuse, moins d’un m3. La seule dalle latérale conservée qui n’est pas brisée mesure environ 1 m de hauteur hors tout (fig. 323). Sa tranche inférieure qui, irrégulière, devait être maintenue par un épais lit de terre ou de cailloux réduisant encore plus le volume disponible surtout que le chevet n’a que 50 cm de large !

98Sur la base de ce qui est constaté aux Géandes, les plus petits volumes correspondent à des dolmens caussenards. Le dolmen n° 5 du Seti d’Armand à Laval-Saint-Roman est minuscule (environ 60 x 70 cm !) : tout au plus, un enfant pouvait y être placé (fig. 224). Certaines tombes miniatures (n° 6 et 7 des Clausasses à Larnas) (fig. 277), souvent qualifiées de coffres ou caissons, pourraient être des tombes protohistoriques comme la tombelle hallstattienne de Liby à Bourg-Saint-Andéol non retrouvée à ce jour (Ollier de Marichard 1877 : 391).

99À l’inverse, on peut avancer que les chambres funéraires de grandes dimensions repérées en prospection correspondent plutôt à des tombes au plan initialement sophistiqué mais amputé depuis (Micholière à Salavas, Champagnac à Vagnas, etc.) (fig. 244, 260).

Fig. 264 - Dolmen n° 2 du Plateau de Mézenc à Lagorce.

Fig. 265 - Dolmen de Rivière à Lagorce.

5.3.5. L’entrée de la zone sépulcrale

100Quand l’état de conservation permet de le constater, l’entrée de la zone sépulcrale (cella et antichambre ou vestibule) correspond toujours à un rétrécissement : c’est même souvent la partie la plus étroite de l’édifice. C’est là que vient se greffer le couloir.

101Le passage peut être bordé par deux grands piliers, éventuellement échancrés à mi-hauteur, qui participent au soutien de la couverture mégalithique ou non, à la différence des piliers septaux ou pilastres connus dans la zone prospectée que d’après un plan ancien et peu probant du dolmen n° 1 des Clausasses à Gras.

102Bien plus souvent, le passage d’entrée est réduit par une ou deux petites dalles fines plantées perpendiculairement au grand axe de la chambre, par exemple sur les dolmens du Cloget à Bidon, n° 4 Pié de l’Aigo à Aiguèze et n° 2 de Fenno Morto à Laval-Saint-Roman (fig. 177). Un rapide survol bibliographique des monuments ardéchois et haut-gardois montre que l’ouverture est presque aussi souvent décentrée à droite qu’à gauche. D’autre part, plusieurs exemples s’écartent de ce modèle trop simpliste pour refléter toutes les variantes qui devaient exister.

103L’entrée du dolmen de la Combe du Loup à Aiguèze (fig. 256) était fermée par une mince dalle verticale devant laquelle venait une sorte de vestibule oblique constitué de deux autres petites dalles (Raymond 1900 : 164-165).

104Dans le dolmen n° 1 du Serre de Tourre à Vallon-Pont-d’Arc, l’entrée de la cella est entièrement bouchée par deux dalles fines et sans qu’il y ait trace d’un vestibule (fig. 272) : s’agit-il d’une modification tardive en liaison avec la tour qui le surmonte ?

105Une petite dalle isolée barre la moitié du passage à l’entrée ( ?) du dolmen de la Barthe à Saint-Remèze : le plan du monument (fig. 254) qui est très éclaté, sans dalles jointives, témoigne quand même d’un certain remaniement.

5.3.5.1. Porte

106On ne connaît pas en Ardèche de porte « en four » qui sont de toutes façons très rares dans le Midi de la France (Arnal 1963a : 51 et 184 ; Arnal et al. 1986 : 13 et 22).

107Par contre, les dolmens de type languedocien et bas-rhodanien disposent d’une porte flanquée de deux piédroits, souvent échancrés. Cette échancrure peut être naturelle ou non. Un seuil vient parfois compléter ce dispositif monumental. Ce dernier élément qui est jugé caractéristique des dolmens bas-rhodaniens (Sauzade 1990 : 307) existe effectivement sur le dolmen n° 4 des Géandes (fig. 129) et il est envisagé pour le n° 5 pourtant d’un autre style (supra chapitre 3). Enfin, on ne connaît pas de monument dit languedocien ou bas-rhodanien à pilier unique qui laisse un passage désaxé, ce qui aurait alors rappelé les dolmens caussenards comme, par exemple, le n° 4 du Pié de l’Aigo à Aiguèze ou celui de Cros di Jho à Orgnac (infra). Le seul exemple dans la zone prospectée, le dolmen des Arredons à Saint-Remèze (fig. 233, 234), n’est pas probant : compte tenu du délabrement du monument, l’existence initiale d’un second pilier ne peut pas être exclue.

5.3.5.2. Dimensions du passage

108Il n’y a pas de lien direct entre le style architectural du monument et les dimensions de l’entrée de la zone sépulcrale. Il y aurait au moins deux modules distincts sans que l’on perçoive les raisons de ce distinguo : les passages dont les dimensions voisinent autour de 45-60 cm et ceux beaucoup plus rares qui sont autour de 70-80 cm.

109Les portes des dolmens de style bas-rhodanien n° 2, 3 des Clausasses à Gras (fig. 276, 279), bordées par des piliers, étaient large d’environ 75 cm (Bonhomme et Arnal 1967 : 275) : de l’ordre de 50 cm pour le n° 2 d’Issirac (fig. 237). Celle du n° 4 de la même nécropole de style caussenard et donc dépourvu de piédroit, était lui aussi de l’ordre de 70 cm (Chevalier 1984 : pl. 34). Pour le n° 1 des Géandes, le passage disponible était quasi-circulaire, de 70 à 75 cm de diamètre au niveau des échancrures des piliers (fig. 70-72). Que ce passage soit à mi-hauteur, suggère que les parties haute et basse des piliers étaient masquées - au moins au niveau de l’entrée - par une toiture de lauzes et par le remplissage du couloir d’accès. Pour le n° 4 des Géandes, le goulet n’atteignait que 50 cm de large (supra chapitre 3), soit 20 cm de moins que le couloir d’accès qui le précède (fig. 126).

110Pour le dolmen de la Plaine de Feuillet à Saint-Martin-d’Ardèche (fig. 225), les piliers sont naturellement échancrés à mi-hauteur sur environ 10 cm, ce qui laisse une ouverture de 57 cm de diamètre. Le passage entre les piliers du dolmen de Coste Rigaude à Saint-Gervais (Arnal 1963 b : 17) (fig. 231) est de l’ordre de 50 cm.

111La dégradation du dolmen n° 2 des Œillantes à Barjac ne cesse de s’accroître. La dalle de couverture qui vient récemment de finir de se briser en deux laisse apparaître deux petites dalles fichées vers l’entrée de la chambre et espacées d’une cinquantaine de centimètres.

112Sur de nombreux dolmens dont l’entrée n’est pas flanquée de piliers, le passage est réduit entre 45 et 60 cm : environ 60 cm pour le n° 4 du Pié de l’Aigo à Aiguèze (fig. 177) ; 55 cm pour le n° 2 de Fenno Morto à Laval-Saint-Roman (fig. 227) ; 45 cm pour le n o 2 du Serre de Tourre à Vallon-Pont-d’Arc ; 55 cm pour Cros di Jho à Orgnac-l’Aven (fig. 243) ; 50 cm pour le Cloget à Bidon (fig. 187).

5.3.5.3. Système de fermeture

Les données issues de la fouille des Géandes

113La fouille du couloir du dolmen n° 4 a permis la mise au jour, pratiquement en place ce qui est rarissime, de l’opercule qui bouchait le passage vers la cella (fig. 127, 128). Cette fine dalle ogivale d’environ 40 kg et peu rectifiée avait donc été sélectionnée pour sa forme adéquate ; elle devait être maintenue verticale par un piquet comme cela est suggéré par la perforation naturelle du seuil (supra chapitre 3). Un système plus simple, « en guillotine » est envisagé pour le dolmen n° 5 (fig. 146) : la dalle aurait été insérée entre les deux paires de petits piliers dressés au point le plus étroit du couloir, à la jonction avec la cella. Enfin, on ne dispose d’aucune information pour les autres monuments de la nécropole.

Les données issues des prospections

114Dans tous les cas, le passage proprement dit pouvait être aisément fermé par un système mixte, ce qui serait fréquent en Ardèche (Chevalier 1984 : 127). Une dalle choisie pour sa forme naturelle, comme pour le dolmen bas-rhodanien de Plaine d’Arène à Issirac (Chevalier 1984 : pl. 33, 1) (fig. 237), devait être calée de l’extérieur par des pierres sèches facilement amovibles et/ou par un bourrelet de terre.

115Une mention spéciale est faite pour l’étonnante fermeture à bascule du dolmen de Coste Rigaude à Saint-Gervais (Arnal 1963b : 17 ; Sauzade 1990 : 309) (fig. 231). Le seul cliché disponible de ce système est peu explicite et il n’en reste pas suffisamment de traces pour en garantir la véracité.

5.4. L’espace non sépulcral

5.4.1. Tumulus

116Le tumulus représente à lui seul un élément architectural même si, pour les dolmens bas-rhodaniens et tombes apparentées, on ne parvient pas à dissocier son accumulation de la construction de la chambre funéraire.

117Généralement, dans le Midi de la France, il n’y a qu’un seul monument par tumulus (Chevalier 1984 : 53) : les rares exceptions qui nous concernent sont des mentions anciennes sujettes à caution. Par exemple, le dolmen du Pouza à Bidon fut décrit comme un dolmen triple (Chiron 1896 : 45) : il s’agit certainement de réutilisations mérovingiennes du tumulus comme en témoigne le mobilier découvert (Clément 2002) (infra chapitre 6). Il en va de même pour le dolmen double de la Plaine d’Aurelle figuré sur la planche 33 de l’Album de Chiron (fig. 242), les sépultures de cette nécropole ayant souvent été réutilisées pendant la Protohistoire.

118La petite structure en coffre aménagée dans le tumulus du dolmen n° 1 des Géandes avait été dessinée et décomptée comme un dolmen à part entière (Chiron 1896 : 48), ce qui n’est pas le cas, mais elle n’a pas pu être datée. Ailleurs en Ardèche, il n’y a pas non plus de cas avéré de tumulus abritant plusieurs dolmens, même si parfois deux chambres sont très proches, par exemple les dolmens n° 32 et 33 des Buissières à Saint-Paul-le-Jeune.

5.4.1.1. État de conservation des tumulus

119À l’inverse de l’espace sépulcral dont les vestiges archéologiques et anthropologiques ont toujours attiré les convoitises, le tumulus a rarement intéressé nos prédécesseurs hormis, pour les sépultures adventices.

120Tous les tumulus ont été érigés avec le calcaire local incluant parfois de la terre, ce qui a sans doute contribué à fragiliser la structure en donnant prise à l’érosion, au développement de la végétation et surtout aux pioches des paysans et charbonniers.

121D’une manière ou d’une autre, tous les tumulus fouillés et prospectés ont été réduits parfois jusqu’à disparaître comme on peut le constater sur des clichés anciens. Ils peuvent aussi être intégralement perturbés, simples amas de petits blocs calcaires anguleux en vrac maintes fois rechargés lors d’épierrages modernes (fig. 266).

Fig. 266 - Plan du dolmen de Goudar à Larnas.

122Enfin, des tours modernes constituées de pierres prélevées sur les tumulus, furent implantées sur certains dolmens (n° 4 des Géandes et n° 1 du Serre de Tourre à Vallon-Pont-d’Arc) (fig. 62).

5.4.1.2. Dimensions des tumulus

123La plupart des tumulus sont très arasés, ceux des dolmens n° 4 et 5 des Géandes étant les mieux conservés de la zone prospectée. À la périphérie du n° 5, mais également du n° 2 qui lui est très arasé, de petites dalles sont encore parfois empilées, vestiges de gradins ou autres agencements circulaires. La persistance de telles structures périphériques suggère que la hauteur de la plupart des tumulus a été réduite alors que, généralement, leur emprise au sol a moins souffert.

124Les tumulus sont souvent circulaires ou presque, surtout entre 7 et 12 m de diamètre (fig. 271) ce qui est usuel dans le Midi de la France (Chevalier 1984 : 52), et jusqu’à 20 m. Quand il ne s’agit pas d’un étirement naturel dans le sens de la pente du terrain, ils sont franchement ovales lorsque les monuments disposent d’une antichambre. Pour le n° 1 des Géandes, on ne parvient pas à dissocier les dalles du tumulus des boutisses qui constituent les parois de l’antichambre (supra chapitre 3). Avec environ 18 m de diamètre à la base, le n° 4 des Géandes occupe 250 m² au sol (fig. 119) correspondant à une accumulation de pierrailles estimée à 400 tonnes. Le tertre atteignait au moins la dalle de couverture dont on ignore si elle restait affleurante.

125Une étude statistique sommaire montre une différence entre la rive droite « gardoise » et la rive gauche « ardéchoise » des gorges de l’Ardèche. Le nombre de dolmens estimé dans la zone prospectée est de 301 dolmens dont 197 en rive gauche (soit 65 %) et 104 en rive droite (35 %) (fig. 267).

Fig. 267 - Comparaison du nombre et de l’état des tumulus entre la rive droite et la rive gauche de l’Ardèche.

126Les prospections ont permis de retrouver d’une manière ou d’une autre 93 dolmens en rive gauche, soit 47 % des tombes estimées sur cette rive, et 61 en rive droite, soit 59 % des tombes estimées sur celle-là. On serait donc tenté de croire, dans un premier temps, que l’état de conservation des dolmens est meilleur côté Gard. Que nos prospections dans le Gard aient bénéficié des inventaires de Léon Alègre (1862) et de Paul Raymond (1900) repris par J.-P. Roux (fig. 185) est possible. Ces décomptes incomplets sont bien plus sérieux que ceux des pionniers ardéchois, surtout que les travaux de Jules Ollier de Marichard furent destructeurs comme on le constate pour les communes ardéchoises de la rive droite. Pourtant, malgré ce déficit constaté pour la rive ardéchoise, il y a 46 tumulus encore mesurables en rive gauche et 28 en rive droite, soit environ la moitié des dolmens retrouvés sur chacune des rives. Il semblerait donc alors plutôt que l’état de conservation des tertres soit en fait à peu près équivalent sur chaque rive.

127Quoi qu’il en soit, les tumulus sont nettement plus grands en rive gauche de l’Ardèche ! Ce qui est vrai aussi bien pour les très grands tertres ayant plus de 15 m de diamètre minimal (4 exemples) que pour la catégorie ayant 10 m de diamètre au minimum. En rive droite, seul le dolmen du Terme des Fades est dans cette dernière catégorie contre 23 exemples en rive gauche. Ainsi, plutôt que de croire finalement que la conservation est meilleure en rive ardéchoise, ce qui n’est pas flagrant, il vaut mieux considérer que les tumulus de la rive gauche étaient effectivement bien plus vastes que leurs homologues de la rive gardoise.

128Il n’y a pas d’explication à cela, hormis peut-être que sur la rive droite les tumulus, ou plutôt ce qu’il en reste, étaient moins bien agencés ou d’un équilibre plus fragile, puisque dans l’aire du calcaire urgonien, ils étaient majoritairement constitués de blocs irréguliers. Le tumulus du dolmen n° 2 du Seti d’Armand à Laval-Saint-Roman (fig. 223) composé de dalles de 30 à 40 cm en moyenne fait exception. De même pour celui du dolmen de l’Aven de la Citerne au Garn (fig. 245). Par contre, cette observation ne s’applique pas aux monuments constitués avec du calcaire tertiaire qui se délite en plaques régulières comme ceux de la région d’Orgnac.

5.4.1.3. Organisation interne des tumulus

129Les tumulus des dolmens des Géandes sont bien conservés, « … tous sont construits sur d’énormes amas de pierres circulairement entassées… » (Ollier de Marichard 1869 : 43), ce qui autrefois les distinguait déjà des autres monuments ardéchois. Parce qu’ils sont malgré tout tronqués ou arasés, on a accès à l’état correspondant aux premières phases de leur élaboration. Quelle que soit l’architecture de la zone funéraire, la structure interne des tumulus est constituée de plaques calcaires posées à plat ou légèrement inclinées vers la périphérie et soigneusement agencées en écailles de poisson, ce qui permet de couper les joints et de limiter les tassements. Il ne s’agit pas d’un simple effondrement de la ceinture de la chambre comme cela est constaté en Aveyron (Bories 1998 : 230). Ici, en plus, on a souvent pris soin d’espacer les gros éléments. L’inclinaison plus forte au contact de la cella s’atténue progressivement. Cette organisation en écaille est nette derrière l’angle nord-ouest de la chambre funéraire du dolmen de l’Aven de la Citerne au Garn (fig. 245).

130Verticalement et latéralement, l’aspect du tumulus varie progressivement. Sur le n° 2 des Géandes, le gabarit des matériaux augmente en descendant vers la base de la structure ce qui garantit une meilleure stabilité à l’édifice. Cela témoigne aussi de la raréfaction des pierres volumineuses aux abords du chantier au fur et à mesure de son avancement. À l’inverse, localement sur le n° 1, les premières dalles sont assez petites et posées en tous sens afin de rattraper les irrégularités du substrat (fig. 85). Vient ensuite la disposition classique en écailles.

131Ces variations témoignent du soin apporté au travail et suggèrent que l’accrétion de la masse tumulaire s’est opérée lentement. Un alignement de quelques pierres sur chant marquerait une césure dans l’accumulation du tumulus du n° 4 (supra chapitre 3).

Emploi de terre

132Sur les dolmens n° 1 et 2 des Géandes, on ne peut pas à proprement parler d’architecture en pierres sèches puisque les interstices entre dalles et blocs du tertre sont soigneusement comblés de terre dépourvue de vestige archéologique et de reste humain. Elle était égalisée au fur et à mesure et il n’y a jamais de zone strictement terreuse correspondant au versement d’un couffin ; par contre, tous les interstices du tumulus du n° 1 ne sont pas comblés.

133À l’inverse, pour les n° 4 et 5 des Géandes, situés plus haut sur la pente, les tumulus les plus imposants de la nécropole sont uniquement constitués de pierrailles et ont donc mieux résisté aux assauts du temps, de la végétation et des hommes. On serait d’abord tenté d’en déduire qu’au 3e millénaire, le sol au sud du sentier actuel qui dessert la nécropole, était plus fourni en terre et qu’au nord, en remontant vers la crête, il y en avait encore puisque les n° 4 et 5 furent édifiés sur un sol terreux mais de moins en moins épais. Cette situation s’est évidemment amplifiée depuis. Aujourd’hui autour de ces deux derniers monuments, le substrat est soit dénudé, soit jonché de plaques détachées. Celles-ci, qui sont de dimensions respectables, auraient été employées pour la construction si elles avaient été accessibles, argument supplémentaire en faveur de leur enfouissement au Néolithique.

134L’emploi de terre dans le tumulus dépendrait donc avant tout de l’ampleur de la couverture sédimentaire aux abords de chaque tombe, mais pas seulement. Même s’il y en avait peu, il y en avait tout de même autour des dolmens n° 4 et 5. Peut-être que ce manteau terreux a été volontairement préservé autour des monuments afin de maintenir le terrain naturel en l’état, ceci en prévision du transport des grandes dalles. Un sol sec et dense dont les irrégularités sont gommées, permet un déplacement plus aisé, par exemple sans rail de bois et uniquement sur rondins avec leviers et cordes (Pédrosa 2008 : 276).

135L’utilisation de terre pour stabiliser les pierres du tumulus est rarement signalée dans le Midi de la France (Chevalier 1986 : 363). Dans le dolmen de Coste Rigaude à Saint-Gervais (Arnal 1951), la présence de nombreux galets de quartz formant une couche alternant avec les plaques de calcaire, ce qui n’est pas observable aujourd’hui sans sondage, suggère l’emploi d’alluvions anciennes pour construire le tumulus, bien qu’aucune formation quaternaire ne soit signalée aux abords immédiats du monument. Enfin, il est probable que les déblais extraits du creusement des cellae du dolmen de Pijeaud à Saint-Nazaire et de ceux d’Issirac ont été intégrés aux tumulus dont il ne reste aucune trace.

Existence d’un niveau archéologique antérieur à l’édification d’un dolmen

136À la base du tumulus du dolmen n° 1 des Géandes, un niveau archéologique marqué par des céramiques inornées et de l’outillage lithique a été atteint en sondage uniquement (chapitre 3). Sur la base techno-typologique du mobilier, une attribution au groupe des Bruyères est proposée. Les sépultures étant rattachées au Chalcolithique et à l’âge du Bronze ancien, un hiatus paraît donc probable entre ces deux occupations.

137L’existence d’un niveau archéologique antérieur à l’édification d’un monument avait déjà été signalée en Ardèche. Pour le dolmen du Méandre de Gen à Ruoms (Montjardin 1974) qui est hors de la zone prospectée, cette interprétation ne peut plus être retenue. Sous le dallage qui marque la base du remplissage funéraire, le niveau 4, c’est-à-dire la terra rossa, a livré des objets peu caractéristiques qui furent à l’époque attribués au Néolithique final puisque jugés plus anciens. Pourtant, ces éléments de parure ont été décrits dans le même article comme infiltrés depuis le niveau chalcolithique (Ibid. : 8), ce qui nous semble être plus vraisemblable.

138Plus proche des Géandes, le tumulus du dolmen de Champvermeil à Bidon est presque complètement arasé. Contre la dalle latérale orientale, la base du tertre caillouteux vient se raccorder à la pente naturelle. Ce cailloutis épais d’une dizaine de centimètres masque peut-être un niveau néolithique (s. l.) car deux débris de céramique à gros grains de dégraissant en proviennent. La présence de poteries y avait déjà été signalée au XIXe siècle par Jules Ollier de Marichard (Tscherter et Paillole 2006 : 105). Seul, un sondage permettrait de le vérifier.

139Enfin, dans les hypogées n° 1 et 2 d’Issirac et le dolmen C de la Plaine de Calais à Orgnac (Raymond 1900 : 205 et 209 ; Jeannet 1974 : 19-20), des éclats de débitage sont signalés dans le remplissage des tombes où ils seraient introduits fortuitement. En effet, les déchets de taille du silex sont nombreux autour de ces monuments en liaison avec la présence d’une matière première assez abondante libérée par le substrat. Les rares pièces plus élaborées que l’on peut y récolter attestent que cette exploitation remonte à la fin du Néolithique, sans doute la première moitié du 3ème millénaire, puisqu’elles sont antérieures aux sépultures qui livrent du Campaniforme pour l’une d’entre-elles (Plaine de Calais) ; pour la tombe n° 2 d’Issirac, l’exploitation serait antérieure à la première phase de l’âge du Bronze ancien ; le mobilier de la dernière est trop peu caractéristique pour en juger.

5.4.2. Couloir d’accès

5.4.2.1. Les données issues de la fouille des Géandes

140Dans l’axe ou presque, de l’entrée de certaines zones sépulcrales, on ne retrouve pas la disposition en écaille caractéristique des pierres des tumulus de la nécropole des Géandes.

  • 7 Cherchait-on à limiter le ruissellement qui aurait eu la conséquence d’ennoyer la cella ?

141Les tumulus des n° 4 et 5 sont mieux conservés que les autres : leurs hauteurs ne seraient tronquées que du tiers supérieur. On constate qu’au cours de l’accrétion du tumulus, une tranchée était réservée à l’emplacement prévu pour le couloir d’accès. Un radier de blocs y était ensuite implanté ; les saillants des pierres posées en tous sens étaient masqués avec de la terre et des gravillons pour former un sol de piétinement très perméable7 qui était en pente vers la cella du n° 4 et plus horizontal pour le n° 5.

142Les bords de la tranchée étaient ensuite parementés de plaquettes empilées laissant un passage qui avait entre 40 et 70 cm de large. Les parois dont la hauteur décroît en allant vers la périphérie du tumulus, sont divergentes à leur débouché qui s’effectue à mi-hauteur ou au tiers médian du flanc du tertre. Les débouchés qui sont dépourvus d’agencement monumental autre qu’un modeste alignement de courtes dalles épaisses sur chant, ont respectivement 1,20 et 1,60 m de large. Les couloirs ainsi créés atteignent respectivement entre 2,50 et 3 m de long, c’est-à-dire autant que les cellae qu’ils précèdent. Ces dimensions modestes, de l’ordre de la moitié par rapport aux grands monuments méridionaux du Languedoc, s’accordent bien avec celles des dolmens des Causses (Chevalier 1984 : 51). Enfin, on ne dispose d’aucune information pour savoir si ces couloirs, aux parements instables et bas, disposaient d’une couverture non mégalithique c’est-à-dire un empilement de lauzes qui, le cas échéant, pouvait être limité à l’entrée de la zone funéraire. Que les piliers qui flanquent l’entrée de certains monuments (supra) ne soient échancrés qu’à mi-hauteur pour faciliter le passage conforte aussi l’hypothèse d’une toiture venant masquer la partie haute des piédroits, la partie basse étant enchâssée dans le comblement du couloir d’accès.

143Bref, les similitudes entre les couloirs des dolmens n° 4, dit bas-rhodanien, et n° 5, plus caussenard que languedocien sont évidentes. Seule divergence minime, le débouché s’effectue plus ou moins haut sur le tumulus et par conséquent l’inclinaison du niveau de piétinement en direction de la zone sépulcrale et la longueur du couloir varient.

144Le tumulus du dolmen caussenard n° 2 est nettement plus érodé que les précédents. Son arasement des deux tiers a pratiquement supprimé toute trace d’un couloir qui était probablement en pente vers le vestibule. Seuls quelques blocs proches de la zone funéraire témoignent en effet de l’existence d’un radier analogue à ceux des deux dolmens précédemment décrits et donc d’un couloir incliné vers la cella : ces blocs ont été épargnés puisqu’ils étaient plus enfouis que les autres qui eux, furent emportés par l’érosion du tumulus.

145Le tumulus du dolmen n° 1 est non seulement arasé aux deux tiers mais de plus, une tranchée recoupe la partie frontale du monument (supra chapitre 3). Seules quelques dalles espacées les unes des autres et plantées pourraient évoquer soit le débouché évasé d’un couloir peut-être axial, soit le parement d’un gradin.

146L’éventuel resserrement qui marque l’entrée de la zone funéraire du n° 6 s’accorderait bien avec l’existence d’un petit couloir qui n’a volontairement pas été mis en évidence lors des fouilles afin d’épargner l’intégrité de ce monument.

147Enfin, le mauvais état de conservation du dolmen n° 3 n’a pas permis la moindre observation quant à l’existence ou non d’un couloir.

5.4.2.2. Les données issues des prospections

148Comme pour le dolmen précédent, la plupart des tumulus encore observables n’offrent plus aucune trace évidente de couloir. Il en est de même un peu partout en Ardèche (Laforgue et al. 1984 : 10 ; Ravy et Clère 1993 : 13 ; Gros 1998 : 28 à 30 ; Mouyon 2000 : 50 ; Roudil 2004 : 58). Pourtant, dans la zone prospectée, la présence de piliers marquant l’entrée de la zone sépulcrale augure de l’existence d’un couloir comme pour le dolmen de la Plaine de Feuillet à Saint-Martin-d’Ardèche et les n° 1 et n° 2 du Seti d’Armand à Laval-Saint-Roman (fig. 222, 223, 225).

149Souvent à l’avant de la chambre funéraire, on observe encore un ou plusieurs blocs plus gros que la moyenne ancrés dans ce qui reste du tumulus, ce qui évoque les radiers décrits aux Géandes. Par exemple, les dalles qui constituent le vestibule du dolmen n° 4 des Œillantes à Barjac viennent butter contre de gros blocs du tumulus et contre une remontée du substrat : le couloir était donc plus haut dans le tumulus et était sans doute oblique, en pente vers la cella. Mais comme toujours, l’absence de sondage limite la portée de ce genre d’observations.

150Bien que l’état des tombes construites en pierre sèche soit pitoyable, paradoxalement, la plupart offrent encore une amorce de couloir au contact de la zone funéraire (Chevalier 1984 : pl. 31 à 35 ; Bordreuil et al. 2006 : 287).

151Les plans antérieurs aux nôtres des dolmens n° 2 et 3 des Clausasses à Gras et Larnas (fig. 276, 279) montrent que les parties antérieures des tumulus étaient fortement érodées. Des couloirs courts et d’une largeur d’environ 50 cm furent décrits comme des escaliers sommaires descendant vers la cella (Bonhomme et Arnal 1967 : 273-275). C’est exactement l’image que donnerait le couloir du n° 4 des Géandes si le tumulus avait été amputé par l’érosion plus gravement qu’il ne l’est aujourd’hui. Les monuments bas-rhodaniens gardois disposent eux aussi de quelques vestiges de couloir : Plaine d’Arène à Issirac, Coste Rigaude à Saint-Gervais-lès-Bagnols et hors de la zone prospectée, dolmen de Coucouvèze à Saint-Laurent-la-Vernède.

152Le sentiment que les dolmens sans couloir étaient les plus fréquents en Ardèche était assez largement partagé jusqu’à présent (Arnal 1963a : 175 ; Chevalier 1986 ; Sauzade 1990 : 306). D’autant que, sur la base des travaux effectués en Languedoc méridional, on imaginait — à tort ici — que le couloir conduisait pratiquement de plain-pied depuis le pourtour du tumulus jusqu’à la zone funéraire : voir, par exemple, la restauration du dolmen n° 6 des Pins de l’Ismaël à Courry (Gard) (Dufraisse 2003-2004 : 197).

153Même si l’état de conservation des monuments de la zone prospectée ne permet pas d’être catégorique, il est en fait hautement probable que la plupart des dolmens et tombes apparentées disposaient d’un petit couloir d’accès – en fait, aussi long que la cella. Et par conséquent, la rareté supposée des dolmens à couloir très oblique ou coudé qui traduirait des influences lozériennes (Roudil 1962 : 235 ; Ayroles 1974 : 14 ; Chevalier 1984 : 118) doit être sérieusement relativisée. Cela concerne en particulier les monuments dont les dalles qui bordent la chambre sont nettement décalées en longueur l’une par rapport à l’autre, de l’ordre d’un tiers comme, par exemple, dans le dolmen de Goudar à Larnas (fig. 266).

5.5. L’ensemble des monuments

5.5.1. Plan d’ensemble des monuments

5.5.1.1. Les données issues des fouilles des Géandes

154Pour le dolmen n° 5 des Géandes, la recherche de symétrie est évidente. Le plan de la chambre est délibérément en trapèze et le couloir axial s’évase au niveau de son débouché sur le flanc du tumulus : l’ensemble est donc en forme de sablier, l’étroiture médiane correspondant au verrouillage de la zone funéraire (supra chapitre 3). Ici, le néologisme « étroiture » — pour ne pas dire « chatière » — est volontairement emprunté au domaine de la spéléologie afin de renforcer l’analogie avec les cavités sépulcrales (infra chapitre 7).

155Par contre, puisque leurs couloirs étaient probablement décalés par rapport à l’axe de la chambre, le dolmen n° 6 et le n° 2 des Géandes auraient un plan en « p », c’est-à-dire que le bord ouest du couloir était dans l’alignement exact de la paroi occidentale de la chambre dont l’angle nord-ouest avait été construit en premier (supra chapitre 3).

156Enfin, le plan en « R » du dolmen n° 4 correspond à l’association d’une chambre funéraire ovoïde et un couloir dont l’évasement est volontairement asymétrique. Bien qu’il soit irrégulier, le plan du monument rappelle celui en sablier du n° 5, avec une étroiture prononcée à la jonction couloir/chambre funéraire. Mais il évoque aussi le plan en « p » des dolmens n° 6 et 2 puisque les bâtisseurs ont aligné la paroi ouest de la cella et le bord du couloir correspondant.

5.5.1.2. Les données issues des prospections

157En prospection, compte tenu de l’arasement des tumulus, l’existence d’un couloir est rarement observée. La présence de dalles fines plantées verticalement, qui réduisent le passage, permet toutefois d’estimer que, par exemple, le dolmen du Cloget à Bidon et le n° 2 de Fenno Morto à Laval-Saint-Roman avaient un plan en « q » (fig. 187). À l’inverse, le n° 4 du Pié de l’Aigo à Aiguèze (fig. 178) aurait eu un plan en « p » et peut-être aussi le n° 4 des Clausasses et Cros di Jho à Orgnac.

5.5.2. Aménagements périphériques : péristalithes et gradins

5.5.2.1. Les plourouses

158La présence de pierres dressées fut signalée dès le XIXe siècle (Rouchier 1862 : 142 ; Ollier de Marichard 1882 ; Chiron 1896). On prêtait à ces plourousos (en français, les « pleureuses »), la fonction de marquer l’emplacement des veuves éplorées lors des funérailles ou lors

« des cérémonies de sacrifices humains auxquels on croit généralement dans nos montagnes » (Ollier de Marichard 1873 : 673).

159Une confusion évidente était faite entre les grands piliers qui marquent les entrées des zones sépulcrales et les petites dalles dressées à la périphérie des tumulus.

  • 8 Les vocables Peyro plantado ou Peyre fiche leur sont mieux appropriés.

160Progressivement, le terme s’appliquera même aux menhirs8 qui n’ont pourtant pas de vocation funéraire évidente. C’est du reste cette dernière définition qui est retenue dans le Dictionnaire franco-provençal (de Fourvières 1975 : 588).

5.5.2.2. Les données issues des fouilles des Géandes

161Comme toujours, l’érosion d’au moins un tiers des tumulus limite les observations. Les sondages ouverts en périphérie des dolmens n° 1, 2, 4 et 5 n’ont pas mis en évidence le moindre mur de soutènement ou semelle de fondation pour stabiliser la partie basse des ouvrages qui ont donc flué sur la pente. Même côté nord, où les tumulus sont mieux conservés puisque les chambres funéraires faisaient barrage, la transition entre calotte tumulaire et surface naturelle s’effectue sans limite nette.

162Par exemple, sur le dolmen n° 1, la masse caillouteuse se raccorde progressivement à la surface naturelle terreuse et pierreuse qui épouse la partie haute d’un décrochement du substrat. Sur le dolmen n° 5, quelques dalles presque verticales ou fichées à 45° sont irrégulièrement espacées les unes des autres. Leurs tailles très modestes montrent qu’au mieux elles participaient à de 2 ou 3 petits gradins en arc de cercle concentriques et discontinus. Ces rangs venaient agrémenter le tertre, au moins la façade de part et d’autre de l’entrée du couloir : le plus bas, à l’amorce du tumulus ; le deuxième à mi-hauteur c’est-à-dire à l’altitude de l’entrée du couloir ; le plus haut et donc le plus détérioré, aurait atteint la table de couverture. Y en avait-il un dernier pour ensevelir la dalle de couverture ? Nulle trace aujourd’hui, en tout cas.

163Sur le dolmen n° 4, de part et d’autre du débouché du couloir, quelques pierres plates volumineuses ou fichées correspondraient soit à des gradins érodés soit à de petits paliers, chaque rang de pierre étant étagé.

164Sur le dolmen n° 2, très arasé, la bordure sud-ouest du tertre est encore marquée par une pierre dressée qui est naturellement percée et associée à un empilement de petites dalles à plat : ce parement qui ne devait pas être très élevé recouvre la structure classique en écailles inclinées (fig. 109, 110).

5.5.2.3. Les données issues des prospections

165L’état de délabrement généralisé des monuments de la zone prospectée et l’absence de fouille nous privent de la plupart des informations. Trois gros blocs de part et d’autre de la chambre du dolmen n° 2 des Œillantes à Barjac semblent correspondre à un parement externe circulaire de 7 m de diamètre environ (Chevalier 1984 : 154) (fig. 219). Certaines grandes dalles trapues et redressées qui marquent le dolmen A de la Plaine de Calais à Orgnac bordaient-elles le monument ? Du reste il fut, semble-t-il, interprété au XIXe comme un cromlech (Ollier de Marichard 1873 : 6 ; supra chapitre 2).

166Ailleurs en Ardèche, des parements et murs concentriques sont rarement signalés : dolmen n° 1 des Contours à Grospierres (Gros 1971 : 6) ; n° 1 de Brahic (Chevalier 1984 : 152) ; n° 1 des Granges à Berrias-et-Casteljau (Lhomme 1978 : fig. 3).

5.5.3. Chantier de construction d’un dolmen

5.5.3.1. Emplacement

167Aux Géandes, l’emplacement sélectionné est toujours une petite éminence naturelle, de l’ordre d’un mètre au maximum : par exemple, un relief de calcaire plus compact épargné par l’érosion. En contrebas du décrochement et, par conséquent, plutôt au sud compte-tenu de la pente naturelle, le substrat est masqué par une couverture terreuse, aussi peu développée soit-elle. Et c’est précisément là que les constructions sont implantées.

168L’endroit idéal offre même, en outre, une dépression du substrat (fig. 206, 219) qui sera éventuellement purgée des blocs (et de la terre ?) (fig. 222) qui l’encombrent ou mieux encore, sera agrandie en prélevant une première dalle. Malgré l’absence de sondage, on constate dans plusieurs autres monuments de la zone prospectée que le fond de la chambre funéraire, qui a été souvent creusée par les fouilles anciennes bien au-delà des dépôts funéraires proprement dit, est plus bas en altitude que le substratum qui lui, affleure à la périphérie du tumulus. Cette volonté d’implanter le monument dans un léger creux est également signalée dans la zone de Balazuc (Mouyon 2000 : 50).

5.5.3.2. Construction

169Il est probable qu’au niveau des chambres funéraires, les bâtisseurs n’ont pas intégralement évacué la terre et les pierres pour faciliter l’ancrage des grandes dalles. En effet des clichés anciens montrent bien les plaques calcaires détachées du substrat et maintenues par l’argile rouge de décalcification. Les fouilles de quatre dolmens des Géandes ont révélé la présence de terre caillouteuse sous les tumulus. Il ne s’agit pas de déblais de creusement ou d’un apport volontaire, mais bien du sol naturel qui ne fut sans doute même pas aplani : c’est pour cela qu’un niveau archéologique antérieur au monument est conservé sous le tumulus du n° 1. On commençait alors par ériger l’angle nord-ouest de la chambre (chevet puis dalle latérale ouest) que l’on pouvait caler contre des aspérités du substrat et améliorer la stabilité avec des blocs et dalles supplémentaires (supra chapitre 3).

  • 9 Sur les plans, ces affleurements du substrat calcaire sont matérialisés par des petites croix de Sa (...)

170Pour la plupart des dolmens abordés ici, les tumulus sont très arasés voire ont disparu : cela permet de constater à la base du tertre et mêlés aux rares blocs encore conservés, la présence de chicots de calcaire qui pointent du substrat en retrait de la chambre (fig. 174-177)9. Cette observation effectuée ici à une vingtaine de reprises (fig. 219, 245, 251, 259), s’applique bien entendu à d’autres monuments ardéchois (Laforgue et al. 1984 : 14).

171L’accumulation du tumulus quasi-circulaire se fait simultanément à l’édification de la chambre et de l’antichambre quand il y en a une. Exploiter une éminence permet de réduire l’ampleur du travail, en particulier pour la partie nord-ouest du tumulus, tout en amplifiant l’aspect imposant du monument, d’autant que l’accès à la cella se faisait par le sud ou le sud-est. Ainsi, on peut estimer que le quart nord-ouest de certains tumulus était pour moitié naturel. D’autre part, en incorporant le dôme du substrat qui émerge immédiatement en retrait de la chambre, on améliore la solidité de ce quadrant du tertre par lequel transitera la dalle de couverture. Celle-ci devait déjà avoir été approchée du chantier pour réduire au maximum le risque de la briser lors d’un long transport. Expérimentalement, il a fallu une heure de travail à trente personnes pour tracter une dalle de calcaire de 4 tonnes sur 150 m ; le rôle du coordinateur pour guider la manœuvre s’est révélé être essentiel (Pédrosa 2008 : 276).

172Disposer de la table à proximité permet de pouvoir la mesurer et donc d’ajuster la surface à couvrir, ceci en particulier lorsque la chambre est construite en petits appareils : c’est pour cette raison que la cella du n° 4 des Géandes est asymétrique. La mise en place de cette dalle s’effectuait probablement via le versant nord-ouest du tumulus, adossé à la pente naturelle et donc le plus stable. On pouvait même faire une sorte de glacis (dolmen n° 5 des Géandes) pour faciliter l’ascension et la mise en place.

173Quatre dolmens dits bas-rhodaniens de la zone prospectée ont été en partie implantés dans une tranchée (Chevalier 1984 : 90) creusée sans doute au plus juste, dans un sédiment meuble (lœss, argile ou calcaire friable) : n° 1 et 2 d’Issirac, Coste Rigaude à Saint-Gervais et Pijeaud à Saint-Nazaire (supra). Les déblais ont été sans doute intégrés au tumulus. Enfin, on ne connaît pas les outils qui ont servi à fouir.

5.5.4. Carrière et zones de prélèvements des matériaux

174Tous les dolmens abordés en fouille et en prospection sont construits avec le calcaire local qui se détache naturellement soit en bancs assez épais ou en blocs, soit en plaques plus ou moins fines et friables (calcaire oligocène) qui jonchent le sol.

5.5.4.1. Les données issues de la fouille des Géandes

175Aux Géandes, les premières dalles peuvent avoir été déchaussées sur place ; les zones d’extraction des autres semblent se trouver dans les secteurs où la mise à nu du substrat était plus avancée et donc souvent au nord des dolmens, ce qui permet alors aussi de bénéficier de la pente naturelle pour faire glisser les dalles. Par contre, pour prélever la masse caillouteuse nécessaire au tumulus, on exploite au plus près sans toutefois creuser la terre qui masque par endroit le substrat autour des tombes.

5.5.4.2. Les données issues des prospections

176La présence de carrière à proximité de monuments a souvent été signalée (Arnal 1963a : 57-58 ; Clottes 1977 : 280 ; Jeannet 1974 : 18 ; Laforgue 1989 : 19 ; Chevalier 1984 : 54). D’autres exemples ont été retrouvés en prospection. Le dolmen du Fournet à Bidon (fig. 228) a été construit sur un redan rocheux qui domine un ravin. Une ou deux dalles, en cours de détachement naturel, ont été redressées pour édifier le premier angle de la chambre.

177La dalle de couverture du dolmen de Champvermeil à Bidon (fig. 45-47) semble avoir été prélevée à une cinquantaine de mètres au nord-ouest du monument, dans une zone où des bancs de calcaire épais propices sont mis à nu par l’érosion. Des blocs anguleux et erratiques pourraient correspondre à des rebuts d’extraction.

178Une grande dalle de couverture détachée est connue aux abords du dolmen de Cloget à Bidon. Brisée en trois, elle passe pour avoir été abandonnée lors de son transport (au Néolithique ?) : une observation plus attentive laisse plutôt penser qu’elle fut détachée sur place : son lien avec une construction mégalithique reste très hypothétique.

179Le menhir de Pié de Mounier à Aiguèze pèserait 10 tonnes. À 30 m environ au nord, la zone d’extraction du monolithe correspond à une profonde dépression du substrat. Un gros galet de granite utilisé en maillet en provient.

180Concernant le tumulus, le dolmen de Bridaliot à Lagorce (fig. 246) est implanté en contrebas d’un point culminant et de l’éboulis qui en dérive. L’apport des blocs a donc été facilité puisqu’il suffisait de les faire rouler plus bas sur la pente.

181À 2 m en retrait du tumulus du dolmen n° 1 de Costemale (ou Quartier d’Ajude) à Lagorce, une dépression ovale qui affecte le substrat pourrait correspondre à l’extraction d’une part des matériaux du tertre.

5.5.5. Orientations

182Ce paramètre a souvent été jugé important, voire primordial, dans les études antérieures et actuelles (Arnal 1963a : 43 ; Clottes 1977 : 277 ; Chevalier 1984 : 185 ; Chevalier 1986, 1999 ; Laforgue 1989 : 18 ; Sauzade 1990 ; Bordreuil 1998a : 151 ; Châteauneuf 2008/2009 : 121-125) pour tenter d’en déduire des interprétations chrono-culturelles. En fait, sur un même monument, plusieurs orientations pourraient être significatives sans que l’on parvienne à les hiérarchiser.

5.5.5.1. L’orientation du grand axe de la chambre funéraire

183Pour reconnaître le grand axe de la chambre funéraire, même lorsque le dolmen est ruiné, il suffit d’identifier soit le chevet soit un montant latéral.

184Comme partout en Bas-Vivarais, la quasi-totalité des monuments est allongée dans le sens de la pente du terrain, ce qui induit alors souvent une orientation approximativement nord-sud. Cette direction peut également être celle d’un réseau fissural qui affecte le substrat (dolmen de La Barthe à Saint-Remèze) (fig. 254). Hors de la zone prospectée, cela fut démontré pour les 30 dolmens de la nécropole de l’Abeille à Labeaume (Laforgue 1987 ; Devillard 1990) et pour bien d’autres : Méandre de Gen à Ruoms (Monjardin 1974), Cros des Grenouilles à Berrias-et-Casteljau (Ravy et Clère 1993 : 10) ; le Bois à Vogüé (Meucci et al. 1992 : 28-29). Par contre, ce n’est pas le cas aux Géandes puisque un recouvrement de terre masquait les fissures au niveau de l’emprise des monuments (supra chapitre 3).

5.5.5.2. L’orientation de l’entrée de la zone sépulcrale

185Souvent, l’entrée de la zone sépulcrale est dans le grand axe de la cella. Pour définir son orientation, il est donc nécessaire d’identifier au moins une paroi et le chevet. En Ardèche, ce dernier est le plus étroit des montants.

186Quand on peut le vérifier, l’orientation varie de ouest-sud-ouest à est-sud-est, soit presque 90°, mais avec une relative constance au sein de chaque nécropole. De telles variations ont parfois été interprétées comme preuves d’influences extra-régionales (Chevalier 1984 : 33, 75 et 114 à 119). Aux Géandes, les écarts sont minimes : cette orientation varie de 165 à 200 ° et n’a pas de lien évident avec le style architectural auquel se rattache chaque monument.

5.5.5.3. L’orientation du débouché du couloir d’accès

187Enfin, et peut-être surtout, les fouilles du dolmen n° 4 des Géandes montrent (supra chapitre 3) que l’orientation de l’ouverture vers le sud-sud-ouest de la chambre funéraire diffère nettement de celle de l’entrée du couloir qui est au sud-sud-est. La plupart des monuments ardéchois ne possédant plus de couloir, nous sommes donc privés de cette information qui pourrait avoir été symboliquement la plus forte puisque la moins soumise aux contraintes naturelles et architecturales.

5.5.6. Éclairage naturel de l’espace funéraire

188Dans tous les cas, placer l’ouverture globalement vers le sud permet de bénéficier d’un éclairage naturel de la partie obscure de la tombe, au moins pour l’entrée, surtout en hiver, quand le soleil est bas sur l’horizon. Des travaux récents conduits en Languedoc (rens. P. Ambert) suggèrent que l’orientation astrale de monuments attribués au Néolithique final Ferrières ne serait pas aléatoire et que leur édification semble plutôt avoir eu lieu en automne et en hiver.

189La recherche d’une plus grande luminosité dans la zone sépulcrale est plausible aux Géandes. À l’inverse des faces extérieures qui étaient déjà grises, puisque patinées quand les dalles furent agencées, les faces dirigées vers l’intérieur de la cella étaient lumineuses, de beige à brun clair, et le sont restées tant que les monuments disposaient d’une couverture efficiente. Cette observation pourrait s’appliquer à la plupart des dolmens dont les chambres sont construites avec du calcaire clair comme celui des Quatre Pierres à Lussas, mais pas obligatoirement à tous les monuments ardéchois. Par exemple, dans la région de Labeaume, où le calcaire compact du Kimméridgien est gris bleuté, c’est l’inverse puisque la pierre s’éclaircit lorsqu’elle se patine (fig. 35).

190Aux Géandes, une série de mesures prises au posemètre photographique (travaux Alain Dubouloz) montre qu’en automne avec un soleil direct, l’écart de luminosité entre une surface claire (ouverture à 19) et une surface patinée (ouverture à 13) atteint la valeur d’un diaphragme + 1/3 (fig. 268). Dans la pénombre d’une cella, un tel apport de luminosité, même s’il n’était pas aussi important, reste suffisamment perceptible à l’œil humain pour améliorer le rendement de l’éclairage artificiel utilisé (torche, lumignon, etc.).

Fig. 268 - Patine ocre ou grise des calcaires des Géandes.

5.5.7. Situation topographique des monuments

191Lorsqu’il n’est pas directement lié à la nature géologique du sol comme pour les hypogées et certains dolmens bas-rhodaniens qui sont tributaires du sédiment et roches friables dans lesquelles ils sont creusés, l’emplacement des sépultures correspond en général à des lieux peu propices à l’habitat.

192Plusieurs catégories aux limites assez floues sont proposées. Les trois premières, nettement plus fréquentes dans le Midi (Clottes 1977 : 277), offrent une vue assez étendue et un dolmen peut y être visible de loin quand il n’est pas noyé dans la végétation actuelle. Les deux autres catégories, plus rares et discrètes, sont proches de terres arables.

193L’emplacement le plus fréquent correspond à l’extrémité d’un plateau, légèrement en retrait de la rupture de pente ; par exemple, Feuillet à Saint-Martin-d’Ardèche, Fallette (fig. 205), Costeplane et Rivière à Lagorce et enfin Goudar à Larnas. Les plus spectaculaires mais exceptionnels sont le Chanet no 1 à Saint-Remèze et Bridaliot à Lagorce qui sont placés sur des promontoires rocheux (fig. 246) face à un superbe panorama.

194La situation à mi-pente d’un plateau incliné sans particularité notable aujourd’hui, est elle aussi usuelle. Bon nombre de dolmens appartiennent à cette catégorie qui n’est peut-être qu’une variante de la précédente. Par exemple, les dolmens dits de la Plaine de Malbosc à Saint-Remèze (fig. 254) et ceux des Géandes.

195L’utilisation d’un point culminant ou juste en dessous est nettement plus rare : Serre de Barrès à Saint-Remèze, Serre de Tourre no 2 à Vallon-Pont-d’Arc et éventuellement, dolmen du Terme des Fades situé au point de rencontre des communes gardoises d’Aiguèze, du Garn et de Laval-Saint-Roman. Depuis le dolmen des Costes à Saint-Remèze (fig. 196), la vision embrasse un vaste paysage qui offre plus d’une vingtaine d’autres dolmens.

196Une localisation vers le fond d’une combe est rare et uniquement reconnue en rive droite de l’Ardèche : Fiouloune no 1 et 2 (fig. 215), Planasses n o 1 et Cros di Jho à Orgnac, Pié de l’Aïgo no 5. La plupart se trouvent en fait sur le dernier plan rocheux avant le fond du ravin. Un tel positionnement se retrouve en Ardèche au-delà des limites de la région prospectée par exemple au Gour de Lestang à Chandolas (Cauvin 1965).

197Enfin, quelques dolmens sont à l’écart de toute accroche visuelle naturelle qui soit encore conservée de nos jours ; il est évident qu’un bel arbre ou une jolie source n’aurait laissé aucune trace. Il peut s’agir d’une petite plaine ou d’un petit plateau quasi-horizontal comme par exemple à Plaine-d’Aurelle n o 1 et Cloget à Bidon, Buissières à Larnas, Les Moyses et Clausasses no 1 à Gras ou encore Devès de Virac à Labastide-de-Virac, Aven de la Citerne au Garn, Terme Rouge et Combe du Loup à Aiguèze. Ce type d’emplacement n’avait pas été pris en compte dans les classifications antérieures (Clottes 1977 : 279 ; Chevalier 1984 : 159).

198Il est évident que ces catégories, si elles ont une réalité, se retrouvent mêlées pour deux monuments proches, par exemple pour les dolmens de La Calade/Serre du Fabre (fig. 270) ou la Devèse à Barjac ou aux Géandes.

Fig. 269 - Dolmen n° 1 de la Calade à Barjac : détail de la chambre.

Fig. 270 - Dolmen n° 1 de la Calade à Barjac.

5.6. Nécropoles dolméniques

199À première vue, de nombreux dolmens sont isolés comme celui du Cirque d’Estre à Vallon-Pont-d’Arc (fig. 190) mais avec un taux de destruction et de monuments non retrouvés qui avoisine 50 % (supra chapitre 4), la simple lecture de la carte actuelle des sites est biaisée. Parfois, ils vont par deux, comme pour la Font du Loup, la Lauze, Fiouloune et Dévence/Planasses dans le secteur d’Orgnac-Barjac ou sur l’autre rive de l’Ardèche, Chanet à Saint-Remèze et Serre de Tourre à Vallon-Pont-d’Arc. Plus souvent enfin, les dolmens sont groupés en nécropole assez évidente à percevoir sur le terrain, comme celles du Plateau de Mézenc à Lagorce (fig. 253) ou de Beauregard à Saint-Remèze ou encore Plaine d’Aurelle, Pié de l’Aigo, Œillantes, Calade, Devèse, etc. Ces groupements seraient une particularité ardéchoise (Chevalier 1984 : 163 ss.).

Fig. 271 - Dolmen n° 4 du Plateau de Mézenc à Lagorce.

200Point de départ de nos travaux, il convient de se demander pour les Géandes s’il s’agit là d’une seule nécropole composée aujourd’hui de 6 monuments ou alors de deux ensembles distincts, d’une part 1 nécropole de 5 sépultures accolées et, d’autre part, 1 dolmen isolé, le n° 1. Que l’on ait retrouvé d’un édifice à l’autre, y compris pour le n° 1, les mêmes principes régissant les détails de la construction, témoigne plus d’une communauté de pensée que de simples coïncidences ou de convergences.

Fig. 272 - Dolmen n° 1 du Serre de Tourre à Vallon-Pont-d’Arc.
Une tour moderne recouvre partiellement la chambre funéraire.

201En imaginant une végétation éparse, comme on a pu le déduire des données de fouilles (supra chapitre 3), il est probable qu’au 3e millénaire, on pouvait voir les 6 monuments d’un seul regard et même d’assez loin. Dans ce cas, il conviendrait alors pratiquement d’y intégrer celui de Champvermeil qui est situé à l’ouest du n° 1 et d’architecture certainement assez semblable mais trop modifiée pour le garantir. C’est aujourd’hui un dolmen proche de la nécropole. D’autres situés à l’est et au nord-est furent fouillés autrefois (Jules Ollier de Marichard et Léopold Chiron) et semblent être détruits puisque, jusqu’à présent, toutes les prospections sont restées vaines à leur sujet : leur authenticité est cependant garantie par du mobilier funéraire conservé au musée d’Orgnac. La nécropole au sens le plus large du terme pourrait alors être constituée d’une petite concentration correspondant aux cinq dolmens des Géandes n° 2, 3, 4, 5 et 6, prolongée de part et d’autre par un semis assez lâche de monuments, l’ensemble s’étirant du sud-ouest au nord-est.

Dispersion des dolmens au sein des nécropoles

202On ne perçoit pas de règle précise quant à la dispersion des dolmens au sein des nécropoles. Ni l’orientation, ni l’écart entre les tombes ne sont constants et tous les emplacements propices n’ont pas été exploités.

203Parfois, ils sont alignés : les 15 monuments de la Plaine d’Aurelle à Bidon suivent la ligne de crête qui borde une doline (fig. 241, 242). Quatre dolmens du Séti d’Armand (fig. 222-224) sont décrits le long d’une crête à Laval-Saint-Roman (Raymond 1900 : 165). Un alignement de 9 dolmens sur 1,5 km fut signalé à Costeplane à Lagorce (Ollier de Marichard 1882 : 12 ; Chiron 1896 : 51) mais ne peut être garanti car, jusqu’à présent, un seul monument a été retrouvé dans ce secteur (supra chapitre 3). De même pour les 3 dolmens du Ranc de Las Fados à Barjac (Lombard-Dumas 1893 : 53) qui correspondraient aux dolmens de La Calade (Serre de Fabre) (fig. 259).

204D’autres alignements sont connus en Ardèche (Serre de Bastel à Vogüé ; Lussas / Saint-Laurent-sous-Coiron ; Ranc d’Aven à Grospierres) (inédit doc. SRA ; Giraux 1912 ; Cornic 1998 : 12). Sur le plateau de Labeaume, il a été proposé que les zones de forte concentration — jusqu’à une trentaine de monuments à l’Abeille — soient en liaison avec d’anciens chemins (Laforgue 1989 : 13 et 19), ce qui n’aurait rien d’extravagant ; autre exemple, la nécropole des Buissières à Saint-Paul-le-Jeune qui est égrainée comme un chapelet.

205Aux Géandes, si l’hypothèse d’une distribution de part et d’autre d’une voie préhistorique devait être retenue, il faudrait alors imaginer que cet axe tomba en désuétude à la fin de l’âge du Bronze, puisque aucun mobilier de l’âge du Fer, de l’Antiquité ou du Moyen Âge n’en provient, à l’inverse des nécropoles proches (Darbousset à Bourg-Saint-Andéol, Fournet / Grand Champ et Plaine d’Aurelle à Bidon, Beauregard à Saint-Remèze, etc.) (infra chapitre 6).

206Enfin, bien qu’aucune connexion directe n’ait pu être vérifiée, les trois authentiques menhirs du secteur prospecté (supra chap. 2) sont proches de monuments ou d’une nécropole, proximité qui fut déjà signalée en Languedoc (Bordreuil 1998a ; D’Anna et Pinet 2006 : 593).

Notes

1 Par deux petites dalles pour le dolmen de Lamalou à Rouet (Hérault) (Chevalier 1984 : 45).

2 Dans son Album de dessins, Léopold Chiron l’appelle dolmen du Ranc de Banaste et sur un croquis encore plus ancien conservé au musée de Pont-Saint-Esprit, dolmen des Estraverses, appellation qui se retrouve pour des objets de la collection Vallentin du Cheylard à Montélimar.

3 « Deux pierres droites, isolées » (Rouchier 1861 : 142).

4 À la différence d’un pilier, un pilastre n’est pas un élément porteur.

5 La tombe n° 2, elle aussi en pierres sèches, n’a livré que du mobilier protohistorique (SERAHV 1969 : 14).

6 L’épaisseur des dépôts conservée atteint souvent 5-10 cm, rarement plus (Raymond 1900 : 168).

7 Cherchait-on à limiter le ruissellement qui aurait eu la conséquence d’ennoyer la cella ?

8 Les vocables Peyro plantado ou Peyre fiche leur sont mieux appropriés.

9 Sur les plans, ces affleurements du substrat calcaire sont matérialisés par des petites croix de Saint-André.

Table des illustrations

Légende Fig. 215 - Dolmen n° 1 de Fiouloune à Orgnac.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 216 - Dolmen de Cournarède à Orgnac ; plan et vue frontale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 217 - Dolmen n° 1 des Planasses à Orgnac-l’Aven.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 218 - Dolmen n° 1 de la Forestière à Saint-Remèze.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 219 - Dolmen n° 2 des Œillantes à Barjac ; aquarelle de Léon Alègre (1861) et plan.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 220 - Dolmen n° 4 des Œillantes à Barjac.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 221 - Dolmen du Litchier à Saint-Remèze.Il fait sans doute parti des monuments classés Monument Historique (dolmens des Bois de Malbosc).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 222 - Dolmen n° 1 du Seti d’Armand à Laval-Saint-Roman.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 223 - Dolmen n° 2 du Seti d’Armand à Laval-Saint-Roman.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 224 - Dolmen n° 5 du Seti d’Armand à Laval-Saint-Roman.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 225 - Dolmen de Plaine de Feuillet à Saint-Martin-d’Ardèche ; plan et céramique campaniforme.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 226 - Dolmen B de la Plaine de Calais à Orgnac.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Fig. 227 - Dolmen n° 2 de Fenno Morto à Laval-Saint-Roman.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 228 - Dolmen du Fournet à Bidon ; plan, vue latérale et anneaux en bronze.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 229 - Dolmen n° 1 de Gantière à Aiguèze ; plan et vue latérale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 230 - Dolmen n° 1 de Gantière à Aiguèze ; aquarelle de Léon Alègre 1861.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 231 - Dolmen de Coste Rigaude à Saint-Gervais ; plan et cliché du système de fermeture en 1967.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Légende Fig. 232 - Dolmen de Coste Rigaude à Saint-Gervais ; céramiques, éléments de parure, 2 alênes losangiques (n° 29 et 30) et outillage lithique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 233 - Dolmen des Arredons à Saint-Remèze.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 234 - Dolmen des Arredons à Saint-Remèze ; éléments de parure et céramiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 235 - Dolmen des Arredons à Saint-Remèze en 1954.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 236 - Dolmen des Arredons à Saint-Remèze en 1954.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 237 - Dolmen n° 2 de la Plaine d’Arêne à Issirac.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 238 - Dolmen n° 2 de la Plaine d’Arêne à Issirac : éléments de parure.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 239 - Dolmen de la Plaine du Tay à Vallon-Pont-d’Arc ; état actuel et mobilier funéraire, éléments de parure, céramique et outillage lithique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende Fig. 240 - Carte des dolmens caussenards du Midi de la France (Chevalier 1984).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 241 - Dolmen n° 2 de la Plaine d’Aurelle à Bidon.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 242 - Dolmens de la Plaine d’Aurelle à Bidon (dessin Chiron 1889).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 243 - Dolmen de Cros di Jho à Orgnac ; plan et vue de derrière le chevet et céramique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 244 - Dolmen de la Micholière à Salavas.Le mur en pierres sèches adossé au monument masque peut-être le couloir d’accès à la cella.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 245 - Dolmen de l’Aven de la Citerne au Garn.Le chevet a été franchement régularisé.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Fig. 246 - Dolmen de Bridaliot à Lagorce implanté sur un éboulis de versant.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Fig. 247 - Dolmen n° 1 de la Devèse à Barjac.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 248 - Dolmen n° 2 de la Devèse à Barjac.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 249 - Dolmen n° 3 de la Devèse à Barjac.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 250 - Dolmen n° 5 de la Devèse à Barjac.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 251 - Dolmen n° 4 de la Devèse à Barjac.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 252 - Dolmen n° 5 et 6 de la Devèse à Barjac (aquarelles Léon Alègre 1861).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 253 - Dolmen n° 1 du Plateau de Mézenc à Lagorce.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 254 - Dolmen de la Barthe à Saint-Remèze.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 255 - Dolmen de la Barthe à Saint-Remèze ; outillage lithique et éléments de parure.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 256 - Dolmen de la Combe du Loup à Aiguèze.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 257 - Dolmen n° 2 de Costemale à Lagorce.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 258 - Dolmen de Baume Quartière à Orgnac.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Fig. 259 - Dolmen n° 2 de la Calade à Barjac.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 260 - Dolmen de Champagnac à Vagnas.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Fig. 261 - Détails des encroûtements de calcite aux Géandes (à gauche) et dolmen de Beaume Quartière à Orgnac (à droite).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 262 - Surfaces et volumes des zones sépulcrales des dolmens des Géandes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 263 - Dimensions des tumulus des dolmens dans la zone prospectée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-51.png
Fichier image/png, 134k
Légende Fig. 264 - Dolmen n° 2 du Plateau de Mézenc à Lagorce.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 265 - Dolmen de Rivière à Lagorce.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 266 - Plan du dolmen de Goudar à Larnas.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 267 - Comparaison du nombre et de l’état des tumulus entre la rive droite et la rive gauche de l’Ardèche.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 268 - Patine ocre ou grise des calcaires des Géandes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 269 - Dolmen n° 1 de la Calade à Barjac : détail de la chambre.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 270 - Dolmen n° 1 de la Calade à Barjac.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 271 - Dolmen n° 4 du Plateau de Mézenc à Lagorce.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 272 - Dolmen n° 1 du Serre de Tourre à Vallon-Pont-d’Arc.Une tour moderne recouvre partiellement la chambre funéraire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2863/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 300k

© Alpara, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540