Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nécropole des Géandes à Bourg-Saint-Andéol (Ardèche) dans le cadre du dolménisme en Bas-Vivarais

 | 
Bernard Gély
, 
Wolfgang Pape

Chapitre 4. La prospection thématique

Texte intégral

1Parallèlement aux fouilles proprement dites, une prospection a été engagée sur les monuments funéraires gardois et ardéchois recensés autour des gorges de l’Ardèche, c’est-à-dire entre les vallées de la Cèze et de l’Ibie, le cours du Rhône et le massif de la Dent de Rez.

4.1. Objectifs

2Plus qu’une recherche de nouvelles sépultures, il s’agissait d’abord de retrouver celles déjà signalées, de vérifier leur authenticité et la fiabilité des documents disponibles. Il apparaissait en particulier que les plans des tumulus, quand ils existaient, étaient souvent trop schématiques.

  • 1 Sauf pour le dolmen n° 2 du Pié de l’Aigo à Aiguèze qui était enfoui sous les déblais de l’élargiss (...)

3Établir une fiche descriptive standardisée a permis de comparer les monuments entre eux. Il convenait aussi d’identifier dans l’architecture directement visible, c’est-à-dire sans sondage1, des points communs ou des différences évidentes avec les dolmens des Géandes. Enfin, on a recherché aux abords les lieux possibles d’extraction et d’emprunt des matériaux, en particulier les grandes dalles de calcaire.

4.2. Recherches dans les archives

4.2.1. Les informations publiées et inédites

4Les informations publiées et inédites — dans ce cas souvent orales — étaient éparpillées. Les documentations des services régionaux d’archéologie de Languedoc-Roussillon et de Rhône-Alpes (fig. 169) et celles de la médiathèque de Bagnols-sur-Cèze et des musées régionaux (Pont-Saint-Esprit, Nîmes, Montpellier, Alès, Les Vans et surtout Orgnac) en abritent toutefois la part essentielle.

Fig. 168 - Dolmen n° 1 de La Lauze à Orgnac (dessin Jules Ollier de Marichard circa 1880).

29 et 30 : coffres mégalithiques du Grand Paty à Bidon ;
31 à 36 : ciste sous tumulus du Grand Paty à Bidon (d’après Polloni, 2000).

Fig. 169 - Dolmen du Grand Paty à Bidon.
Ci-dessus, feuille d’inventaire du colonel Louis - 1957 ; en haut élément de parure.

Fig. 170 - Dolmens du Grand Paty à Bidon.

5Mentionnons en particulier les archives de Léon Alègre (fig. 171), Jules Ollier de Marichard, Léopold Chiron (fig. 172), Paul Raymond (fig. 181), l’Abbé J.-P. Roux (fig. 185), U. Thévenon, H. Saumade, S. Nikitine, etc.

Fig. 171 - Dolmens du Gard (dont nécropole du Pié de l’Aigo à Aiguèze) ; aquarelles Léon Alègre (1861).

Fig. 172 - Dolmen de Vésigné à Bidon ; outillage lithique et éléments de parure ; en haut à gauche dessin Léopold Chiron (1889).

Fig. 173 - Dolmens du Gard ; plans Léon Alègre (1861).

6Par contre, le fonds Glory, auquel il est toujours difficile d’accéder, n’a pas pu être exploité bien qu’il laisse espérer des trouvailles intéressantes, si l’on en juge par la qualité du relevé du dolmen n° 2 de Mounier à Aiguèze (Bergounioux et Glory 1943 : 360) qui est appelé aujourd’hui n° 4 du Pié de l’Aigo (fig. 179). Il en est de même pour les archives de Y. Chevalier, dont la thèse sur l’architecture des dolmens méridionaux reste un document fondamental pour ce qui nous concerne.

7D’autres données ponctuelles nous sont parvenues plus tard, au compte-goutte, tandis que notre travail avançait sur le terrain, parfois même tardivement, comme pour le dolmen de Darboussières à Lagorce qui ne fut signalé qu’en 2009 ou pour le mobilier de la tombe du Haut Darbousset à Bourg-Saint-Andéol déposé au SRA Rhône-Alpes en 2010 (fig. 294).

  • 2 La bibliographie de la Préhistoire ardéchoise est consultable au musée d’Orgnac.

8Avant d’entamer les prospections proprement dites, la totalité de la littérature et des travaux universitaires avait été dépouillée2 ainsi que les soixante-deux fiches d’inventaire de la FARP existantes pour ce secteur de l’Ardèche (supra chapitre 2).

9Dans l’ensemble, des manques et disparités étaient évidents : appellation du monument et attribution de commune divergente, localisation erronée, descriptions de l’architecture et du mobilier non concordantes, etc.

10Certains dolmens ont tout simplement été rayés de notre liste : mégalithe (en fait un pseudo-menhir) de Saint-Alexandre signalé comme dolmen (Goury 1991) ; dolmen de Leprince à Gras (Bordreuil et al. 2003 : 33) qui s’avère en fait être la sépulture à ciste sous tumulus de Las Gras à Lavilledieu (Barge 1982 : 206). De même pour le tumulus de Montredon à Gras (collection Rouvière au Musée d’Orgnac, n° 1987-03) qui est en fait le dolmen E du Plateau des Grads de Lanas (Ayroles 1974 : 17, note infra-paginale n° 1).

11On ne peut pas se prononcer pour la dalle isolée de la Deivière au Garn (Dufraisse 2003-2004 : 231) qui est incluse dans un mur cimenté ou celle des Buissières à Larnas qui marque une limite de parcelle. Quant à la Pierre-à-sacrifice de Vagnas, il s’agit d’une formation naturelle.

12Notre connaissance du secteur a permis de supprimer des doublons — mais certainement pas tous — et d’identifier des monuments au nom pourtant peu discriminant tel le dolmen de Bidon de Léopold Chiron (Chiron 1896 : 45) puisqu’il y a encore aujourd’hui 26 tombes sur cette commune ! Il s’agit en fait du dolmen du Cloget qui est effectivement très proche du village (fig. 187) et dont le plan, description, orientation et vestiges recueillis concordent.

13Le dolmen de la Bartre signalé à Laval-Saint-Roman (Chevalier 1984 : pl. 99) doit être retiré des listes puisqu’il s’agit en fait du dolmen n° 1 du Pié de l’Aigo à Aiguèze (fig. 174).

Fig. 174 - Dolmen n° 1 du Pié de l’Aigo à Aiguèze.

Fig. 175 - Dolmen n° 2 du Pié de l’Aigo à Aiguèze ; profils et plan de la fouille.

Fig. 176 - Dolmen n° 3 du Pié de l’Aigo à Aiguèze.

14Les trois dolmens des Bois de Châmes (Escoutay-Tendil 1957 : 15), commune désormais rattachée à celle de Vallon-Pont-d’Arc, sont connus aujourd’hui mais chacun sous une appellation spécifique : dolmen du Cirque-d’Estre et n° 1 et 2 du Serre-de-Tourre (fig. 190, 191). De même pour les tombes de Saint-Remèze qui furent classées au titre des Monuments Historiques sous le nom de dolmens du Bois de Malbosc (fig. 194).

15L’ensemble du mobilier funéraire significatif recueilli dans les dolmens situés dans notre rayon d’action et conservé au musée d’Orgnac, a été dessiné à cette occasion, soit près de 400 objets toutes natures et périodes confondues, ce qui permit de ré-identifier avec certitude certaines sépultures. Pour d’autres, nos efforts sont restés vain. Par exemple, bien que probable, nous ne pouvons pas garantir que le dolmen de la Lauze signalé à la fois à Bidon et au Garn (Barge 1982 : 202 et 225) ne soit en fait celui d’Orgnac (Déchelette 1908 : 404), comme cela fut déjà envisagé (Arnal et al. 1974 : 37).

  • 3 Il est possible que les objets manquants dans la collection Gilles (2 boutons de Durfort et alêne l (...)

16Certaines recherches auprès des musées et instituts sont restées vaines, comme pour la collection Penel qui comportait en particulier du mobilier du dolmen du Pouza à Bidon et qui était autrefois conservée à Saint-Étienne (Loire) ou pour les restes humains de la collection Jules Ollier de Marichard, offerts autrefois à la Société d’Anthropologie de Paris (Ollier de Marichard 1882 : 12, note infra-paginale). Enfin, des collections privées qui recèlent du mobilier dolménique nous sont restées closes (collections P. et A. Huchard à Saint-Just et Saint-Julien-de-Peyrolas3, de Serres à Saint-Martin-d’Ardèche pour les plus pénalisantes). Pour d’autres au contraire, il nous a été fait bon accueil comme ce fut le cas pour la collection Vallentin du Cheylard à Montélimar (fig. 11).

4.2.2. Autres fonds documentaires exploités

17Le célèbre dolmen indivis du Terme des Fades à la jonction des communes d’Aiguèze, de Laval-Saint-Roman et du Garn, est un parfait exemple de l’utilisation d’un édifice comme point de repère lors de l’établissement du cadastre (fig. 192). Il en est de même pour les dolmens n° 3 et 4 des Clausasses (fig. 274) qui sont ensevelis par le mur de pierres sèches qui limite les communes de Gras et Larnas.

18L’Unité Territoriale du Bas-Vivarais-Cévennes dispose de plans d’aménagement forestiers et de bornage des bois sous tutelle de l’ONF établis vers 1870. Des correspondances entre anciens et nouveaux toponymes ont pu ainsi être établies, mais aucun monument n’est sorti de l’oubli, seuls les plus classiques étant parfois indiqués. Rien non plus sur les feuilles du cadastre napoléonien consultées au coup par coup, hormis le menhir de Grosse Pierre à Bidon (fig. 36).

19Les tentatives de repérage à partir de vues aériennes de l’IGN ne furent guère concluantes : seules quelques tombes déjà bien connues ont été repérées. La difficulté vient surtout de l’impossibilité de différencier les formations naturelles et les pierriers éventuellement positifs. C’est le cas du soi-disant quatrième dolmen de la Calade à Barjac qui est pourtant pointé sur la carte IGN.

20D’autres véritables monuments sont localisés assez correctement sur ces cartes au 1/25000e, par exemple le n° 4 du Pié de l’Aigo à Aiguèze (fig. 177).

Fig. 177 - Dolmen n° 4 du Pié de l’Aigo à Aiguèze.

Fig. 178 - Dolmen n° 4 de Pié de l’Aigo à Aiguèze ; mobilier lithique et éléments de parure.

21Enfin, les principaux dolmens gardois et ardéchois, dont les Géandes, sont régulièrement signalés sur internet, mais les commentaires qui les accompagnent sont souvent affligeants. Comme de nombreux sites archéologiques, ils sont aussi victimes du geocaching — la chasse au trésor du XXIe siècle — qui induit de nombreux grattages et remaniements à l’instar de ceux dus aux pillages à l’aide de détecteur à métaux qui prolifèrent ces dernières années.

4.3. Travaux de terrain

4.3.1. Difficultés rencontrées à prospecter

22Mener une prospection dans la garrigue ardéchoise est une opération toujours difficile puisque le terrain est le plus souvent extrêmement touffu et parfois très accidenté (fig. 196). Sauf exception, nous avons donc renoncé dès le début à prospecter systématiquement de grands espaces réputés dépourvus de dolmen. Notre but principal était de retrouver ceux qui étaient déjà connus : cette seule entreprise s’est révélée être ardue, même avec l’aide de nos prédécesseurs.

23Les indications concernant l’emplacement, les coordonnées Lambert en particuliers, étaient le plus souvent inexactes. Bien des chercheurs étaient parfaitement aptes à se repérer sur le terrain mais nettement moins à l’aise pour effectuer un pointage précis sur fond topographique au 25 000e ou pire au 50 000e ! Quant aux cartes du XIXe (fig. 28), elles semblent être presque intuitives. Il est vrai qu’à cette époque, une localisation exacte ne devait pas paraître nécessaire : l’exploitation permanente de la plupart des forêts maintenait clairsemé le couvert végétal et les tombeaux étaient donc visibles de loin comme on peut le constater sur les photographies anciennes (fig. 45-47). Cette observation ne s’applique pas à tous les secteurs du Bas-Vivarais puisque certains bois ont toujours été jugés quasi-impénétrables : leur emprise est sommairement figurée sur une carte de Jules Ollier de Marichard (Tscherter et Paillole 2006 : 126) (fig. 28) et cela explique de tout temps la part importante de découverte qui revient aux gardes forestiers. On peut passer à quelques mètres des restes d’un dolmen pourtant à proximité d’un chemin sans les voir et ce, même s’il a été fouillé assez récemment (fig. 195). Un périlleux essai de détection en ULM avait été testé avant nous (Devillard et al. 2003 : 57), mais sans succès.

24À ces difficultés s’ajoutent de réelles modifications du maillage des chemins et sentiers, et surtout l’abandon de certains toponymes qui ont été remplacés par d’autres. Exemple parmi tant d’autres, la même nécropole d’Aiguèze (fig. 179, 185) fut intitulée soit ou Pé de l’Aïgo (Lombard-Dumas 1893), Piédelègue (Chiron 1889), Pié de Mounier (Bergounioux et Glory 1943), La Bartre (Chevalier 1984) ou enfin aujourd’hui, Pié de l’Aigo. Pire encore, lorsque les toponymes ont seulement migrés. Sur des cartes postales, le dolmen n° 1 du Pradinas ou de Salivaud à Bidon (fig. 15) fut baptisé tour à tour, dolmen de Saint-Marcel, dolmen du Grand Massif à Saint-Marcel-d’Ardèche (Issartel 2008 : 304), dolmen de Champvermeil (Tscherter et Paillole 2008 : 111), ce qui est une erreur manifeste et enfin, dans un ouvrage sur la Préhistoire européenne, « Tombe mégalithique de la Forêt des Géants, entre Saint-Marcel et Bidou » (sic) (De Laet 1967 : 101, fig. 140).

Fig. 179 - Dolmen n° 4 du Pié de l’Aigo à Aiguèze (relevé A. Glory circa 1940) (Bergougnioux et Glory 1943).

Fig. 180 - Dolmen n° 6 du Séti d’Armand à Laval-Saint-Roman, reconstruit à Pont-Saint-Esprit.

Fig. 181 - Docteur Paul Raymond, un fondateur de la Société préhistorique française.

Fig. 182 - Dolmen n° 5 du Pié de l’Aigo à Aiguèze.

Fig. 183 - Dolmen n° 6 du Pié de l’Aigo à Aiguèze.

Fig. 184 - Dolmen n° 7 du Pié de l’Aigo à Aiguèze.

Fig. 185 - Détail d’une carte manuscrite du secteur d’Aiguèze, Laval-Saint-Roman et Le Garn par J.-P. Roux, vers 1950, où de nombreux dolmens et un menhir sont localisés assez précisément.

25Un dernier cas mérite d’être mentionné. Le dolmen n° 8 de Laval-Saint-Roman est intitulé aujourd’hui n° 2 de Fenno Morto (en français, Femme morte) : selon nous, cette nouvelle appellation provient du fait que Paul Raymond y voyait la sépulture d’une petite femme âgée (Raymond 1900 : 169-170). Fallait-il le savoir ! Sauf exception, et contrairement aux Géandes, nous avons donc si possible retenu les vocables les plus récents.

26Des aléas plus anecdotiques sont venus compliquer les prospections. Certaines années, les pluies diluviennes d’automne, les fameux épisodes cévenols des météorologistes, ont retardé le travail, les chemins et les pistes étant impraticables. Un épais brouillard a rendu l’orientation dans la garrigue impossible pendant bien des jours. Par beau temps, sur le plateau de Mézenc, des nuées de mouches nous ont tourmenté. Ce fléau dû à la réintroduction de vaches de race Aubrac pour maintenir le paysage traditionnel (Van Lierde 2008 : 627) n’a finalement été écarté que par un violent mistral qui fut pire à supporter.

Fig. 186 - Carte des sites préhistoriques de Lagorce (Pierre Ollier de Marichard, circa 1981).

Fig. 187 - Dolmen du Cloget à Bidon (les petites dalles qui réduisent l’entrée ont été ré-alignées après la fouille de 1988).

Fig. 188 - Dolmen du Cloget à Bidon ; éléments de parures.

Fig. 189 - Dolmen du Cloget à Bidon : mobilier lithique et métallique et élément de parure.

Fig. 190 - Dolmen du Cirque d’Estre à Vallon-Pont-d’Arc.

  • 4 Mais pas toujours : puisque nous avions retrouvé son chien perdu, un maître reconnaissant nous a co (...)

27Chasseurs et gibiers ont aussi occasionné bien des tracas4. Dans les bois, la peur est grande en période de chasse : en raison de l’Ouverture, un propriétaire prêt à nous conduire jusqu’à des dolmens sur sa propriété a remis cette visite au printemps suivant. Peu de temps avant, un accident mortel s’était effectivement produit à proximité de nos lieux d’intervention.

28Enfin, comme dans toute entreprise humaine, sans une part de chance et de hasard, les prospections n’auraient jamais été couronnées de tant de succès. Mais notre joie suscitée par toutes ces redécouvertes n’a pas toujours été partagée par certains locaux qui les traquaient en vain depuis bien des années.

Fig. 191 - Dolmen n° 2 du Serre de Tourre à Vallon-Pont-d’Arc. Le monument a été recouvert par un coupe-vent.

Fig. 192 - Dolmen du Terme des Fades à Aiguèze / Le Garn / Laval-Saint-Roman.

Fig. 193 - Dolmen du Terme des Fades à Aiguèze / Le Garn / Laval-Saint-Roman.

Fig. 194 - Dolmen n° 1 (dessin a) et n° 2 (dessin b et photos) du Chanet à Saint-Remèze ; dessins Léopold Chiron (1889).

Fig. 195 - Dolmen du Laour / Les Crottes à Labastide-de-Virac (clichés des fouilles M. Laforgue en 1970 et état actuel) ; éléments de parures et céramiques (fouilles Laforgue).

4.3.2. Géolocalisation des monuments

29L’emploi d’un GPS facilite aujourd’hui la localisation précise des monuments dans ce labyrinthe végétal. En prenant ces coordonnées à plusieurs reprises, si la réception est suffisante c’est-à-dire sans qu’un rideau d’arbres ou des collines ne fassent écran, la précision en abscisse et ordonnée est de ± 5 m, ce qui d’après notre expérience s’avère suffisant pour ce travail. Par contre, pour l’altitude, l’écart peut atteindre 20 m et la mesure affichée diffère nettement de celle déduite de la lecture d’une carte au 1/25000e, ce qui est un réel handicap.

4.3.3. Levé du monument

30La technique employée est volontairement simple pour être rapidement mise en œuvre par trois personnes et surtout pour éviter un charroi trop important puisque pour accéder aux monuments, il faut parfois jusqu’à une heure de marche pénible. Un axe de référence installé selon la longueur du monument passe au-dessus de la dalle de couverture ou du point le plus haut conservé (fig. 196). Cette technique fut testée sur le dolmen n° 3 des Géandes qui n’a pas fait l’objet de fouille.

Fig. 196 - Dolmen des Costes à Saint-Remèze. État actuel et situation en bord de falaise, sur un promontoire.

31Il était souvent plus rationnel de faire un nouveau levé que de corriger l’ancien, surtout quand la chambre funéraire disloquée est réduite à un chaos de blocs (fig. 197), ce qui est souvent le cas. Le nouveau plan est établi au 1/50e. Les limites du tumulus authentique ou de la structure moderne qui le recharge (le plus souvent un pierrier mais aussi un mur du parcellaire comme aux Clausasses à Gras/Larnas) (fig. 276) y sont matérialisées ainsi que les blocs principaux, c’est-à-dire les plus volumineux ou ceux qui sont ancrés profondément et les fragments de dalles. Enfin, les altitudes relatives sont indiquées sur deux axes orthonormés et un ou deux profils viennent préciser les élévations.

Fig. 197 - Dolmen du Barrelet / Terre Longue à Bidon.

32Les alentours immédiats de certains dolmens jugés plus significatifs ou simplement plus accessibles ont été cartographiés en courbes de niveau, jusqu’à une centaine de points, au moyen d’un GPS et de contorsions spectaculaires dans les fourrés.

Fig. 198 - Dolmen du Barrelet / Terre Longue à Bidon : mobilier lithique et éléments de parure ; croquis (en bas à droite) selon Léopold Chiron 1896.

4.3.4. Fiche d’inventaire

33Une fiche descriptive normalisée vient compléter la documentation graphique et photographique. Elle permet de décrire l’état actuel du monument, sa situation, son emplacement et son environnement immédiat. Les détails architecturaux y sont consignés.

4.4. Validité des données issues des prospections

4.4.1. Dénombrement des monuments

34Le nombre de dolmens et sépultures apparentées retrouvés aux abords des gorges de l’Ardèche était initialement envisagé à une cinquantaine. Après cinq années de prospection, on atteint le chiffre de 154, nord du Gard inclus (fig. 199).

Fig. 199 - Inventaire par communes de la zone prospectée (légende : D = dolmens ; T = tumulus ; M = menhir).

35Parmi les nouveaux, certains monuments étaient ignorés de la littérature et des archives, par exemple Les Moyses à Gras (fig. 200) qui est presque intégralement rechargé par un tertre moderne. Certains se limitent à une dalle isolée équivoque. Ou encore, à un monticule de pierres prometteur dont la situation topographique est conforme à celles d’authentiques dolmens (par exemple, Les Côtes à Larnas) et ayant un aspect ancien puisque la chape supérieure de cailloux est émiettée. Ces pierriers pourraient donc contenir une tombe parfaitement masquée ou déjà entièrement détruite. Seule, l’ouverture d’un sondage résoudrait l’énigme. Quelle que soit leur ancienneté réelle, la plupart des tertres enregistrés étaient jusque-là ignorés de la littérature, ce qui représente un enrichissement de la carte archéologique.

Fig. 200 - Dolmen des Moyses à Gras enfoui sous des pierriers modernes.

  • 5 Ce terme, qui désigne aujourd’hui un bras mort du Rhône, paraît incongru pour un plateau calcaire. (...)

36À ces monuments, désormais bien identifiés sur le terrain, viennent s’ajouter plus d’une centaine (149) qui sont attestés d’une manière ou d’une autre, mais se dérobent toujours, par exemple le dolmen n° 1 d’Issirac ou celui du Champel à Labastide-de-Virac, bien que l’on soit retourné sur place avec la dernière personne ayant atteint et décrit le monument (fig. 290). Certains manquants à l’appel n’ont peut-être jamais existé, l’imagination des anciens ayant pris le dessus. D’autres sont réels puisqu’on dispose de mobilier funéraire ou d’une illustration mais ont été détruits depuis le XIXe siècle : (La Lône5, à Saint-Marcel-d’Ardèche, Pinet à Bourg-Saint-Andéol ; Lauze no 1 et Planasses no 2 à Orgnac, etc.). Certains ont servi de carrière pour construire des maisons ou l’entretien des routes (Chiron 1896 : 44 ; Raymond 1900 : 166). Enfin, il peut s’agir de doublon déjà identifié sous une appellation plus moderne et parfois même situé sur une autre commune que celle initialement indiquée. Par exemple, le dolmen Delta signalé en 1965 comme étant éventuellement au Garn s’avère être le dolmen n° 4 du Pié de l’Aigo à Aiguèze (fig. 177). C’est probablement le cas du dolmen de Saint-Vacôme dit aussi du Mas Lozard à Barjac dont l’authenticité est garantie par le mobilier déposé au musée des antiquités nationales (Barge 1982 : 218) (fig. 312) mais ce lieudit n’apparaît ni sur le cadastre ni dans les archives paroissiales : par recoupement, il s’agirait d’un dolmen des Œillantes, nécropole la plus proche du Mas Lozard.

Fig. 201 - Dolmen n° 1 du Pradinas à Bidon vers 1940.

Fig. 202 - Dolmen n° 1 du Pradinas à Bidon (état actuel), vue latérale.

Fig. 203 - Dolmen n° 1 du Pradinas à Bidon ; éléments de parure et lame retouchée.

37Il est probable qu’il reste des monuments à trouver dans la zone étudiée. L’expérience incite en effet à la plus grande prudence. Quand il ne s’agissait pas de formation rocheuse naturelle (Combe de Sentouze à Aiguèze), de dalles isolées (Combe de Reynaud à Aiguèze) ou alignées (lieu-dit Fenno Morto à Laval-Saint-Roman), de clapas, de four à chaux non éventrés (Four du Priou à Barjac) ou de capitelles effondrées ou reconstruites, de véritables dolmens étaient repérés par des chasseurs, bûcherons, spéléologues et autres « coureurs de garrigue » et par eux seuls. Ni écrit, ni photographie, ni matériel archéologique n’était connu des archéologues bien que ces tombes soient faciles à atteindre… une fois informé de leur existence.

38Un des meilleurs exemples est le dolmen du Terme Rouge à Aiguèze. Ce monument, assez important et relativement bien conservé (fig. 204), a toujours été ignoré des chercheurs, même locaux. Après sa découverte, il s’avère que les chasseurs pourtant maintes fois interrogés, le connaissaient mais il faisait tellement partie de leur environnement habituel qu’ils omettaient de nous en parler.

Fig. 204 - Dolmen du Terme Rouge à Aiguèze ; plan et vue générale (à gauche) ; détail des dalles du vestibule placées à l’intérieur de la cella (à droite).

4.4.2. Exemple de la commune de Lagorce

39Elle marque la limite nord-ouest de l’aire prospectée. Un compte-rendu de la recherche sur les mégalithes ardéchois faisait état (Devillard 2000 : 75) de 31 monuments signalés par Pierre Ollier de Marichard, arrière-petit fils de Jules, décédé depuis. Et effectivement, sur la base de la littérature ancienne (Ollier de Marichard 1882 ; Chiron 1896 : 50), nous disposions pour commencer notre enquête d’informations exploitables pour 25 véritables dolmens et 5 tertres.

40F. Boichut nous a procuré une carte de la commune, antérieure à 1985 puisqu’elle fut présentée à cette date dans une exposition à Lagorce (Montjardin 1998 : 198) : 29 dolmens y étaient matérialisés par Pierre Ollier de Marichard. La divergence avec notre décompte semblait minime, mais en y regardant de plus près, il est apparu que seuls 13 des nôtres s’y retrouvaient et qu’à l’inverse, il y en avait au moins autant de supplémentaires !

41Une telle différence peut s’expliquer par une cartographie déficiente, ce qui est évident pour d’autres sites pointés sur ce document et parfaitement localisés sur le terrain, par exemple la grotte de la Pécoulette. Ceci est donc vraisemblable pour le dolmen indiqué au Saut du Loup : il est probable qu’il s’agisse de celui désormais connu sous le nom de La Fallette (fig. 205).

Fig. 205 - Dolmen de la Fallette à Lagorce.
Le tumulus a été amputé par une piste.

42Cette carte n’est pas qu’une simple compilation de mentions anciennes. Des monuments ignorés de la littérature sont en effet pointés. En certains endroits, Pierre Ollier de Marichard a inscrit un nombre différent de celui de son bisaïeul. Par exemple, Jules décrivait 9 dolmens à Costeplane (lieu-dit qui dans la littérature est parfois attribué à la commune de Saint-Remèze), 5 sont indiqués par Pierre et nous n’en connaissons qu’un seul (fig. 206) ! Il se peut même que le toponyme donné par Jules Ollier de Marichard ne corresponde plus au lieu-dit actuel car il évoquait alors « … une plaine à demi-boisée dominant la rivière d’Ibie… », ce qui n’est pas du tout ce que l’on constate aujourd’hui depuis notre dolmen.

Fig. 206 - Dolmen de Costeplane à Lagorce ; plan et vues de la chambre et du tumulus.

Fig. 207 - Dolmen de Costeplane à Lagorce ; vue et éléments de parure.

43Il semble donc qu’une part de ces tombes surnuméraires existe bien. Mais lesquelles ? Sur le terrain, nos prospections ciblées sur ces nouveaux secteurs (côte 310 à Chambon, Grand Chambon) sont restées vaines alors que des poignards en bronze dont les moulages sont conservés au Musée Crozatier du Puy-en-Velay (Clément et Gély 2005 : 45) provenaient des dolmens des Bois-d’Hugon, appellation ancienne correspondant à ce secteur de l’Ibie (rens. P. et S. Leroux). De même pour les dolmens de la Plaine de l’Aiguille.

44Le cas des dolmens de Boudarel est typique de la confusion qui règne. Sur une carte, Jules Ollier de Marichard indique deux dolmens (Tscherter et Paillole 2006, pl. hors-texte) et trois sur une autre. Un seul monument est pointé sur la carte de Pierre Ollier de Marichard, mais deux furent signalés dans un carnet de notes de H. Saumade conservé à Orgnac. Dans son compte-rendu de visite du 21 Juillet 1956, il notait « deux dolmens situés à gauche de la route menant de Vallon-Pont-d’Arc à Saint-Remèze, au-dessous du mont Mezin », ce qui représente 8 km à vol d’oiseau ! Malgré cela, les deux furent retrouvés (fig. 208, 209), s’il s’agit bien des mêmes, ce dont on ne peut être certain !

Fig. 208 - Dolmen n° 1 du Boudarel à Lagorce.

Fig. 209 - Dolmen n° 2 du Boudarel à Lagorce ; plan, coupe et élément de parure en coquillage.

45En l’absence de toute autre archive, nous avons superposé la carte manuscrite de Lagorce à la feuille au 1/25000e. Les fortes déformations des tracés des rivières et des routes montrent que Pierre Ollier de Marichard avait utilisé un autre type de projection. Même les emplacements où des dolmens nous sont connus sont très éloignés de leur position réelle. Quoi qu’il en soit, il manquerait 27 monuments sur la seule commune de Lagorce !

4.4.3. La densité

46Ainsi, sans prendre les chiffres anciens à la lettre, il n’y a aucune raison de les contester globalement en les déclarant, une fois pour toute, fantaisistes et à chercher ainsi à minimiser l’ampleur des destructions. Des taux aussi effroyables de perte sont malheureusement connus. Par exemple, en Allemagne du nord, dans le canton d’Uelzen au sud de Hambourg, le nombre de tombes mégalithiques s’est dramatiquement réduit en un siècle (Masset 1993 : 19). En 1846, il en existait encore 129 « intactes » et 90 endommagées ; en 1946, il n’y en avait plus que 17 dégradées ! Et là, l’érosion naturelle ne peut être incriminée puisque ces monuments n’étaient pas constitués de dalles calcaires friables mais d’énormes blocs de granite très résistant. Tout compte fait, un nombre initial, c’est-à-dire au XIXe siècle, de l’ordre de 300 dolmens et sépultures apparentées est donc hautement probable dans la zone des gorges de l’Ardèche.

4.4.4. État de conservation des monuments

47Evidemment, aucun dolmen n’est intact et tous ne sont pas dignes d’illustrer des cartes postales (fig. 195) ! Les publications anciennes insistent déjà sur ce mauvais état général :

« Dans le canton de Bourg-Saint-Andéol (…) un grand nombre de ces monuments sont privés de table ; à d’autres les pierres manquent totalement, il n’y a plus que l’emplacement… » (Chiron 1896 : 43).

48Les précieuses fiches d’inventaire de la FARP, qui bien souvent constituent les seules archives disponibles, prouvent que la situation s’est aggravée depuis une trentaine d’années. Les monuments gardois ne sont pas plus épargnés. La table de couverture du dolmen n° 2 des Œillantes à Barjac a éclaté entre 2007 et 2008. Aucun acte de vandalisme n’est à incriminer ici : elle s’est brisée en deux sous son propre poids (fig. 219). Seul avantage minime : on a maintenant une vision de l’intérieur de la chambre funéraire, mais le plan n’en est guère plus compréhensible.

Fig. 210 - Dolmen des Cigeailles à Salavas ; poignards en silex (coll. Cazalis de Fontdouce).

Fig. 211 - Dolmen des Cigeailles à Salavas.

Fig. 212 - Dolmen n° 1 de la Font du Loup à Orgnac.

49L’exemple du dolmen n° 1 des Clausasses à Gras (fig. 274) illustre bien l’intensité des dégâts. Sa chambre et son antichambre étaient en grande partie construites en petit appareil. Le plan le plus ancien disponible a été publié en 1967 (Bonhomme et Arnal 1967 : 275) mais la fouille était antérieure (vers 1955). En 1970, ce monument est signalé comme étant presque détruit. En 2006, nous n’avons pu identifier son emplacement que par la présence de débris d’os humains éparpillés à proximité d’un vaste cratère où gisent quelques lauzes dont certaines présentent des traces de mortier, vaine tentative de stabilisation !

4.4.5. Restaurations des chambres funéraires

50Il paraît effectivement évident que bon nombre de dolmens de la zone prospectée ont été modifiés (fig. 191), surtout ceux qui passent pour être « typiques » ou, plus prosaïquement, ceux qui sont accessibles. Par exemple, le dolmen no 2 de la Font du Loup à Orgnac fut recoiffé après 1988 ; son voisin aurait subi le même sort (fig. 213) antérieurement.

Fig. 213 - Dolmens n° 1 et 2 de la Font du Loup à Orgnac.
En haut, dessin n° 1 de Jules Ollier de Marichard circa 1880.

Fig. 214 - Dolmen n° 2 de la Font du Loup à Orgnac.

51La maçonnerie du dolmen bas-rhodanien de Coste-Rigaude à Saint-Gervais (fig. 231) fut en grande partie remontée après la fouille, mais ce qui subsiste de la base permet quand même d’apprécier la qualité des joints et la régularité des assises (Chevalier 1984 : 78).

52Le célèbre dolmen de Champvermeil (fig. 44-48) à Bidon, classé Monument Historique le 21 mars 1910, fut redressé à plusieurs reprises. Bien que situé sur la commune de Bidon, sa notoriété lui valut d’être restauré avant 1950 aux frais de la commune de Bourg-Saint-Andéol et d’être représenté sur la fontaine dédiée à Dona Vierna.

53La dernière intervention connue (fig. 45-47) consista à cimenter la dalle latérale ouest cassée en deux qui menaçait de s’écrouler depuis longtemps (Chantre 1900 : 21). Dans la chambre qui est vidée, le substratum affleure à l’entrée : l’extrémité du montant brisé fut donc redressée et appuyée contre ce substrat, ce qui a réduit l’entrée de la cella dont le plan est ainsi devenu franchement en trapèze. D’autre part, pour compenser ces modifications, il fallut accentuer l’inclinaison de la couverture qui ne repose donc plus sur le chevet comme cela devait être à l’origine. Un tel jour est architecturalement anachronique en contexte ardéchois, alors qu’il est fréquent sur les grands causses (Chevalier 1984 : 135), avec tout ce que cela induit d’arguties archéologiques ! Enfin, un fragment de la couverture (ou un pilier ?) tombé à l’avant du monument fut malheureusement évacué.

54Le dolmen des Arredons à Saint-Remèze (fig. 234) qui est surtout construit en petit appareil, était déjà éreinté par les fouilles anciennes et les recharges du tumulus. Ici, il ne s’agit pas de restaurations menées à grands frais, mais de modifications réitérées, diffuses et peu judicieuses qui, sous couvert de louables intentions, ont défiguré le monument en oblitérant — dans le meilleur des cas — ce qui reste de l’original, à l’exception du chevet monumental.

55Certains monuments ont été intégralement modifiés. Le dolmen n° 6 du Seti d’Armand à Laval-Saint-Roman, offert à Paul Raymond, a été emporté et reconstruit dans sa propriété à Pont-Saint-Esprit (Raymond 1900 : 166-167). Les raisons invoquées pour justifier ce déménagement ne sont guère que de mauvais prétextes : après avoir vanté l’état de ruine de l’édifice, l’auteur affirme l’avoir

« fait transporter afin de faciliter l’étude des monuments mégalithiques dans un cadre plus abordable et au milieu des spécimens de la paléoethnologie de la région ».

56Quand on voit le plan du monument une fois reconstruit (fig. 180), la plaisanterie est d’autant plus douteuse qu’elle émane d’un fondateur de la Société préhistorique française ! Et plus grave encore, l’emplacement initial n’a même pas pu être retrouvé.

57Le dolmen n o 2 de la Barthe à Saint-Remèze, lui non plus, n’est pas à sa place réelle. Il y a plusieurs décennies, il fut déplacé de quelques centaines de mètres vers le nord pour le présenter sur le parking du site touristique de l’aven Marzal.

58Son lieu d’origine exact fut également recherché en vain. Quant à son aspect original, un croquis sommaire de l’Album de Chiron avec la légende D. de Barte ou Barle (fig. 306) montre une chambre funéraire érodée et sans couverture, à l’inverse du dolmen tel qu’il est reconstruit aujourd’hui !

59Le dolmen no 1 du Pradinas ou de Salivaud (Chantre 1900 : 21) à Bidon fut intentionnellement détruit, à la dynamite selon la rumeur, puis reconstruit en 1968 avec force béton sur son lieu d’origine, mais sans tenir compte ni du plan ni des dimensions initiales qui étaient pourtant à peu près connus par des clichés anciens (fig. 15, 201, 202). La dalle de chevet fut même utilisée comme montant latéral.

60Enfin, souvent, on ne dispose d’aucune information écrite ou orale au sujet de ces atteintes qui peuvent remonter à la fin du XIXe siècle et qui, pour la plupart, sont peu évidentes à percevoir, même pour des yeux aguerris. Seules des fouilles permettent de distinguer le vrai du faux, comme pour le dolmen n° 1 des Géandes.

Notes

1 Sauf pour le dolmen n° 2 du Pié de l’Aigo à Aiguèze qui était enfoui sous les déblais de l’élargissement d’une piste forestière et qui a fait l’objet d’une demande spécifique auprès du SRA Languedoc-Roussillon.

2 La bibliographie de la Préhistoire ardéchoise est consultable au musée d’Orgnac.

3 Il est possible que les objets manquants dans la collection Gilles (2 boutons de Durfort et alêne losangique du dolmen n° 1 des Géandes) (supra chapitre 3) soient en fait conservés dans ces collections.

4 Mais pas toujours : puisque nous avions retrouvé son chien perdu, un maître reconnaissant nous a conduit au dolmen n° 1 du Séti d’Armand à Laval-Saint-Roman !

5 Ce terme, qui désigne aujourd’hui un bras mort du Rhône, paraît incongru pour un plateau calcaire. Ici, il dériverait en fait de laone qui désigne des terrasses plantées en vigne dans le secteur de Saint-Remèze. Selon la carte de Chiron (supra chapitre 2), ces trois monuments étaient alignés dans les Bois-de-Trignan, au sud-est de la chapelle Saint-Sulpice.

Table des illustrations

Légende Fig. 168 - Dolmen n° 1 de La Lauze à Orgnac (dessin Jules Ollier de Marichard circa 1880).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende 29 et 30 : coffres mégalithiques du Grand Paty à Bidon ; 31 à 36 : ciste sous tumulus du Grand Paty à Bidon (d’après Polloni, 2000).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 169 - Dolmen du Grand Paty à Bidon.Ci-dessus, feuille d’inventaire du colonel Louis - 1957 ; en haut élément de parure.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 170 - Dolmens du Grand Paty à Bidon.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 171 - Dolmens du Gard (dont nécropole du Pié de l’Aigo à Aiguèze) ; aquarelles Léon Alègre (1861).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 172 - Dolmen de Vésigné à Bidon ; outillage lithique et éléments de parure ; en haut à gauche dessin Léopold Chiron (1889).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende Fig. 173 - Dolmens du Gard ; plans Léon Alègre (1861).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 174 - Dolmen n° 1 du Pié de l’Aigo à Aiguèze.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 175 - Dolmen n° 2 du Pié de l’Aigo à Aiguèze ; profils et plan de la fouille.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 176 - Dolmen n° 3 du Pié de l’Aigo à Aiguèze.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 177 - Dolmen n° 4 du Pié de l’Aigo à Aiguèze.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 178 - Dolmen n° 4 de Pié de l’Aigo à Aiguèze ; mobilier lithique et éléments de parure.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 179 - Dolmen n° 4 du Pié de l’Aigo à Aiguèze (relevé A. Glory circa 1940) (Bergougnioux et Glory 1943).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Fig. 180 - Dolmen n° 6 du Séti d’Armand à Laval-Saint-Roman, reconstruit à Pont-Saint-Esprit.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 181 - Docteur Paul Raymond, un fondateur de la Société préhistorique française.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 182 - Dolmen n° 5 du Pié de l’Aigo à Aiguèze.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 183 - Dolmen n° 6 du Pié de l’Aigo à Aiguèze.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 184 - Dolmen n° 7 du Pié de l’Aigo à Aiguèze.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 185 - Détail d’une carte manuscrite du secteur d’Aiguèze, Laval-Saint-Roman et Le Garn par J.-P. Roux, vers 1950, où de nombreux dolmens et un menhir sont localisés assez précisément.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Légende Fig. 186 - Carte des sites préhistoriques de Lagorce (Pierre Ollier de Marichard, circa 1981).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 187 - Dolmen du Cloget à Bidon (les petites dalles qui réduisent l’entrée ont été ré-alignées après la fouille de 1988).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 188 - Dolmen du Cloget à Bidon ; éléments de parures.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 189 - Dolmen du Cloget à Bidon : mobilier lithique et métallique et élément de parure.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Fig. 190 - Dolmen du Cirque d’Estre à Vallon-Pont-d’Arc.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 191 - Dolmen n° 2 du Serre de Tourre à Vallon-Pont-d’Arc. Le monument a été recouvert par un coupe-vent.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 192 - Dolmen du Terme des Fades à Aiguèze / Le Garn / Laval-Saint-Roman.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 193 - Dolmen du Terme des Fades à Aiguèze / Le Garn / Laval-Saint-Roman.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 194 - Dolmen n° 1 (dessin a) et n° 2 (dessin b et photos) du Chanet à Saint-Remèze ; dessins Léopold Chiron (1889).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Fig. 195 - Dolmen du Laour / Les Crottes à Labastide-de-Virac (clichés des fouilles M. Laforgue en 1970 et état actuel) ; éléments de parures et céramiques (fouilles Laforgue).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Légende Fig. 196 - Dolmen des Costes à Saint-Remèze. État actuel et situation en bord de falaise, sur un promontoire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende Fig. 197 - Dolmen du Barrelet / Terre Longue à Bidon.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Fig. 198 - Dolmen du Barrelet / Terre Longue à Bidon : mobilier lithique et éléments de parure ; croquis (en bas à droite) selon Léopold Chiron 1896.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Fig. 199 - Inventaire par communes de la zone prospectée (légende : D = dolmens ; T = tumulus ; M = menhir).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Fig. 200 - Dolmen des Moyses à Gras enfoui sous des pierriers modernes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 201 - Dolmen n° 1 du Pradinas à Bidon vers 1940.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 202 - Dolmen n° 1 du Pradinas à Bidon (état actuel), vue latérale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 203 - Dolmen n° 1 du Pradinas à Bidon ; éléments de parure et lame retouchée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 204 - Dolmen du Terme Rouge à Aiguèze ; plan et vue générale (à gauche) ; détail des dalles du vestibule placées à l’intérieur de la cella (à droite).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Fig. 205 - Dolmen de la Fallette à Lagorce.Le tumulus a été amputé par une piste.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 206 - Dolmen de Costeplane à Lagorce ; plan et vues de la chambre et du tumulus.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende Fig. 207 - Dolmen de Costeplane à Lagorce ; vue et éléments de parure.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 208 - Dolmen n° 1 du Boudarel à Lagorce.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende Fig. 209 - Dolmen n° 2 du Boudarel à Lagorce ; plan, coupe et élément de parure en coquillage.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 210 - Dolmen des Cigeailles à Salavas ; poignards en silex (coll. Cazalis de Fontdouce).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 211 - Dolmen des Cigeailles à Salavas.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 212 - Dolmen n° 1 de la Font du Loup à Orgnac.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 213 - Dolmens n° 1 et 2 de la Font du Loup à Orgnac.En haut, dessin n° 1 de Jules Ollier de Marichard circa 1880.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Légende Fig. 214 - Dolmen n° 2 de la Font du Loup à Orgnac.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2862/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 184k

© Alpara, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540