Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nécropole des Géandes à Bourg-Saint-Andéol (Ardèche) dans le cadre du dolménisme en Bas-Vivarais

 | 
Bernard Gély
, 
Wolfgang Pape

Chapitre 3. La nécropole des Géandes

Texte intégral

3.1. Localisation

1Les six dolmens de la nécropole des Géandes sont dans les bois communaux du Laoul ou Louol (Ollier de Marichard 1869 : 46) qui correspondent à l’extrémité orientale du plateau de Saint-Remèze, au lieu-dit actuel Plaine ou Bois des Géantes (fig. 52). Ils sont disposés sur une distance de 750 m environ, de part et d’autre d’un chemin carrossable orienté nord-ouest/sud-est. Le monument n° 1 est un peu isolé ; les autres (n° 2 à 6) sont plus proches les uns des autres, dans un rayon de 150 m.

Fig. 52 - Vue aérienne du secteur de la nécropole.

3.2. Situation topographique

2La nécropole est disposée sur un plateau calcaire en pente vers le sud (fig. 53). Au nord, l’altitude est de 400 m ; 4 km plus loin vers le sud, elle est de 200 m, soit 5 % de dénivelé en moyenne. Les dolmens ont été érigés en position médiane, là où la pente est plus forte, environ 8 %.

Fig. 53 - Plan de la nécropole.

3Dans le détail, la situation est complexe comme on peut le voir sur les photos aériennes. Le causse est compartimenté par une série de petites et parfois profondes fissures parallèles orientées nord-sud. Tous les dolmens se trouvent entre les deux principaux ravins, la Combe de Verre à l’est et la Combe des Journées à l’ouest. La présence de ce réseau fissural (fig. 54) dont les bâtisseurs néolithiques ne pouvaient ignorer l’existence, au moins pour les plus profondes, doit avoir influé sur la distribution des monuments.

Fig. 54 - Grande fissure du substrat vers le dolmen n° 6.

3.3. Historique des recherches sur la nécropole des Géandes

4Les recherches successives qui furent menées sur la nécropole des Géandes sont représentatives de l’histoire des travaux en matière de dolménisme, non seulement en Ardèche mais également dans le nord du Gard, puisque souvent les mêmes chercheurs y ont opéré.

5Les dolmens sont fouillés depuis longtemps comme l’attestent les cellae vidées de leur remplissage funéraire. Certains furent restaurés, le n° 1 en particulier.

6L’imprécision des recherches anciennes et la multiplication des inventaires depuis le XIXe siècle ne permettent pas toujours l’identification des monuments dont on possède un croquis ou une description (fig. 55). À l’instar de Jean Arnal,

« ... il faut assimiler une publication d’une certaine importance à un testament. Tous deux annulent les dispositions précédentes » (Arnal 1963a : 3).

7Seule la numérotation récente sera donc dorénavant employée.

Fig. 55 - Correspondance entre les numérotations employées dans les inventaires successifs.

3.3.1. Le XIXe siècle

3.3.1.1. Les premières mentions

8Le texte le plus ancien disponible sur la nécropole est conservé aux archives municipales de Bourg-Saint-Andéol ; il daterait de 1837. C’est un rapport très révélateur, mais malheureusement non illustré, sur les monuments de Bourg-Saint-Andéol. Le géomètre Bonnefont y décrit

« … quatre tombeaux de druides constitués de quatre grottes faites de pierres plates posées de côté et couver tes par une beaucoup plus grande. Ces tombeaux sont connus des habitants de la région sous le nom de Géandes ».

9Il pourrait s’agir des dolmens n° 2, 3, 5 et 6, ce dernier possédant encore à l’époque sa table de couverture comme on le constate sur un croquis plus tardif de Léopold Chiron (infra).

10Bien qu’une mention sous le terme d’Argenteiros daterait de 1820 (Mazon 1906 : 11), nous retiendrons le vocable plus connu de Géandes et cette orthographe. En Ardèche, ce terme paraît surtout spécifique du secteur de Bourg-Saint-Andéol sous la forme Jayandos (Ibid. : 11 et 19), mais on le retrouve en limite du département, à Barjac (Gard), sous la version Juiantes ou Juillantes francisée en Œillantes (Alègre 1861 ; Lombard-Dumas 1893 : 52-53).

11Occasionnellement utilisé ailleurs dans le Midi de la France, mais cette fois au masculin (Clottes et Maurand 1983 : 89), Géant est en fait employé non seulement dans toute la France — Gargantua est souvent mis à contribution — mais également dans toute l’Europe occidentale (Chevalier 1984 : 110).

12La sagacité du géomètre Bonnefont va jusqu’à reconnaître qu’il s’agissait bien là de sépultures, ce qui à l’époque n’était pas encore admis de tous. Selon Mazon par exemple,

  • 1 Un autre terme employé, oustaou de las fades — la maison des fées — (Ollier de M. 1873 : 3) se retr (...)

« c’est du côté de Bourg-Saint-Andéol que nous vîmes pour la première fois (vers 1838) un de ces monuments, et nous n’oublierons jamais l’impression ressentie à sa vue… L’abbé qui était avec nous et les grands du collège entourèrent le monument d’un air important, et l’un d’eux expliqua que c’était une jaiande, c’est-à-dire un tombeau de géant. Un autre déclara que c’était une baoumo1 de los fados (en français, une grotte des fées). Enfin, l’abbé soutint doctoralement que c’était un autel des druides, sur lequel on faisait autrefois des sacrifices humains, et nous montra même certaines dépressions de la pierre qui n’étaient autres, selon lui, que des traces des rigoles par lesquelles coulait le sang des victimes » (Mazon 1906 : 20).

3.3.1.2. Jules Ollier de Marichard (1824-1901)

13Jules Ollier de Marichard signale que les premières fouilles furent menées aux Géandes par l’abbé A. Paradis et sans doute aussi par M. Thibon (Ollier de Marichard 1869 : 43 ; 1882 : 6) au début de la seconde moitié du XIXe siècle. Aucune trace écrite ni collection ne paraît conservées.

14Ce même auteur étudie lui-même à partir de septembre 1867 la vingtaine de dolmens repérés entre Bidon et Bourg-Saint-Andéol :

« toute cette vaste étendue de bois et de rochers dénudés, est désignée sous le nom de Jayandes, à cause des nombreux Dolmens et Tumuli qui se rencontrent à chaque pas depuis St-Marcel jusque dans la forêt de Laoul, dépendante de la commune du Bourg-St-Andéol » (Ollier de Marichard 1872 : 94).

  • 2 Vade-mecum n° 1 ; Archives départementales de l’Ardèche, fonds Mazon, doc. n° 52-7-239.

15Dans le carnet de voyage qu’il rédige lors de l’Excursion géologique et archéologique du 21 mai 1871 de Lodève à la Vacquerie2, Jules Ollier de Marichard mentionne également les Jayandes du Pradinas de Saint Marcel d’Ardèche, ce qui occasionnera par la suite maintes confusions avec les Géandes de Bourg-Saint-Andéol.

16Certains monuments sont aujourd’hui détruits, ceux de Pinet par exemple. D’autres sont actuellement répertoriés sous d’autres dénominations ou cadastrés sur le territoire de la commune de Bidon.

17On ne parvient pas à localiser la nécropole des Géandes avec certitude sur les deux Cartes archéologiques du Vivarais que Jules Ollier de Marichard publia en 1869 puis 1873 (fig. 28, 29). Le fond employé pour la plus ancienne est celui de la carte de Cassini levée en 1772 sur laquelle on se repère facilement grâce, en particulier, aux méandres de l’Ardèche. Bizarrement, le second document, pourtant plus récent, est beaucoup plus imprécis. Sur deux autres cartes longtemps restées inédites (Tscherter et Paillole 2006 : 126 et cartes hors-texte), il pointe trois dolmens. Sur la deuxième carte de 1888 il note en plus Jayandes de Champvermeil, lieu-dit très proche des Géandes.

  • 3 Jules Ollier de Marichard (1882 : 6) signale respectivement 16 et 8 tombes à chaque lieu-dit.

18La nécropole n’est pas non plus signalée sur la carte du Guide de Joanne publié en 1878, document qui, il est vrai, ne comporte pour toute l’Ardèche que deux groupes de tombes situés dans la commune de Bidon proche des Géandes, à savoir ceux de Champvermeil et du Grand Champ3. Concernant ce dernier emplacement, on ne connaît aujourd’hui que le dolmen désigné sous le nom de Fournet (fig. 228).

19Le recensement des sépultures primitives, dolmens et tumuli de l’Ardèche engagé en 1876 ne parvient pas à démêler cet écheveau qui, un siècle et demi plus tard, paraît définitivement embrouillé !

  • 4 Il ne s’agit pas des monuments de la plaine d’Aurelle car ce lieu-dit est clairement stipulé sur ce (...)

20Dans tous les cas, Jules Ollier de Marichard regrette la pauvreté des tombes en mobilier puisqu’elles étaient déjà violées. Sur la planche XII de sa publication de 1869 (fig. 25), sont dessinées trois pointes de flèche foliacées provenant des dolmens de la plaine4 des jayandes de Bidon et Saint-Remèze. Une perle biconique allongée probablement en cuivre dont le dessin est resté inédit (fig. 56) proviendrait des Jayandes. Une dizaine d’objets et moulages de pièces issus de ses recherches (pointes de flèche, haches et hachettes polies et des éléments de parure) ont été vendus pour certains avant 1890 et sont aujourd’hui conservés au musée Crozatier au Puy-en-Velay (Haute-Loire) (Clément et Gély 2005) (fig. 57). D’autres sont au Muséum de Lyon (Barge 1982 : 202 ; Tscherter et Paillole 2006 : 179) (fig. 87) ou encore, dans le musée de la Société d’Archéologie de Montpellier. Certains vestiges sont significatifs mais on ne parvient jamais à identifier de quel monument ils proviennent, voire même s’il s’agit bien de cette nécropole puisque, rappelons-le, le terme de jayande fut employé jusque vers 1930 comme synonyme de dolmen ou pire encore, comme un lieu-dit.

Fig. 56 - Perle biconique en cuivre (dessin sans échelle de Jules Ollier de Marichard).

Fig. 57 - Parures des dolmens des Jayandes de Bourg-Saint-Andéol (collection Jules Ollier de Marichard).

21Comme à l’accoutumée, préférant le pittoresque à la rigueur scientifique, Jules Ollier de Marichard ne publia en 1882 qu’une lithogravure du dolmen n° 3 (fig. 114), ruiné de longue date ! Le croquis original daté du 15 mai 1871 (Tscherter et Paillole 2006 : 105) est, à ce jour, la plus ancienne illustration rattachée à la nécropole des Géandes telle que définie aujourd’hui.

22D’une manière générale, il paraît évident que pour Jules Ollier de Marichard, les monuments du secteur compris entre Vallon-Pont-d’Arc et Bourg-Saint-Andéol n’avaient qu’un intérêt mineur. Par exemple, dans une correspondance adressée en 1887 à la Société de Géographie de Lyon (Ibid. : 218), où il vante pourtant les curiosités naturelles et archéologiques ardéchoises, il ne les mentionne même pas alors qu’il insiste sur l’importance des cavités des gorges de l’Ardèche.

23Malgré ces avatars et cette confusion, l’intérêt patrimonial de ces sépultures est reconnu puisque le groupe de dolmens situé au lieu-dit des Joyandes qui est propriété de la commune de Bourg-Saint-Andéol, sera classé au titre des Monuments Historiques, le 27 décembre 1889.

3.3.1.3. Léopold Chiron (1845-1916)

24Dès 1895, Léopold Chiron (fig. 58) publia sommairement le résultat de ses recherches pour 7 dolmens, proches les uns des autres : ils constituent la nécropole qui nous concerne ici. Il en donne les dimensions, parfois contradictoires d’un document à l’autre, et une liste non exhaustive des vestiges recueillis (Chiron 1896 : 46).

Fig. 58 - Plaque à la mémoire de Léopold Chiron.

25Certaines pièces fixées sur cartons furent remises par S. Nikitine en 1987 au Musée d’Orgnac lors de sa création. Les clichés photographiques des planches d’objets de la collection Léopold Chiron, malheureusement fanés mais légendés par Léopold Chiron lui-même, ce qui leur confèrent un grand intérêt, sont à la conservation départementale du Gard à Pont-Saint-Esprit. Une partie des négatifs sur plaques de verre qui y correspondent sont à Saint-Marcel-d’Ardèche (Goury 1997 : 48) ; y figure une planche d’un dolmen dit des Géandes bois de Bourg Saint Andéol (Tscherter et Paillole 2008 : 110) dont le mobilier n’apparaît sur aucun inventaire connu (fig. 59), preuve sans doute que Léopold Chiron continua par la suite à étudier ces sépultures.

Fig. 59 - Mobilier d’un dolmen des Géandes et des dolmens du Pradinas (collection Léopold Chiron).

26Outre les 7 précédents (fig. 60, 61), quatre autres coffres furent esquissées par Léopold Chiron sur la planche 28 d’un album de dessin daté de 1889 (fig. 167) ; il pourrait s’agir des Jayandes de Bidon signalées antérieurement par Jules Ollier de Marichard. L’original de ce recueil relié est à la conservation départementale du Gard. Son intitulé exact est Album contenant le dessin des principales grottes et dolmens du Bas-Vivarais ; dimensions, orientation et objets trouvés dans ces grottes, dolmens, etc. Ces objets font partie de la collection Chiron, Instituteur à Saint Just. Des planches avaient malheureusement été détachées autrefois mais des photographies de cavités y furent annexées en sus.

Fig. 60 - Quatre dolmens des Géandes (n° 2, 4, 1 et 1 bis) Léopold Chiron (1889).

Fig. 61 - Trois autres dolmens des Géandes (n° 6, 3 et 5) Léopold Chiron (1889).

  • 5 Quel dommage que Léopold Chiron n’eût la patte d’un Jules Ollier de Marichard ou d’un Léon Alègre !
  • 6 S’y ajoutent douze porches de grottes et abris, le menhir de Bidon et une capitelle.

27Au Musée d’Orgnac, un second exemplaire de cet album rédigé de la main de Léopold Chiron lui-même, mais cette fois non relié, est heureusement presque intact. Y figurent des dessins établis à partir de photographies (d’Ernest Chantre ?) ou de simples croquis bien moins explicites. Malgré la piètre qualité de la majorité des dessins5, cela représente quand même une documentation de première importance pour ce qui nous concerne puisque sur les 138 dolmens6 esquissés, 97 sont dans la zone prospectée, sachant que le n° 2 des Géandes y est représenté deux fois.

28Enfin, il existe une copie manuscrite posthume de cet Album qui est conservée dans la bibliothèque du Musée d’Archéologie Nationale de Saint-Germain-en-Laye (fonds Paul Raymond, tiré-à-part n° 21269) ; de moins bonne facture que l’original, cette copie comporte des erreurs de transcription. Plusieurs photocopies de cette dernière version circulent aujourd’hui.

29Sur la carte d’État-Major (feuille d’Orange au 1/80000e, tirage de 1886) dite de Léopold Chiron, dont l’original est également à la conservation départementale du Gard, 16 tombes sont pointées au lieu-dit bois des Gaudes, sans grande précision comme pour la plupart des autres sites indiqués. Certains symboles pi correspondant aux dolmens sont tracés à l’encre rouge, d’autres au crayon sans que l’on connaisse la raison de ce distinguo. Comme pour l’Album, des copies posthumes de cette carte circulent. Par exemple, sur celle qui servit à illustrer la couverture du n° 15 de la revue Études Préhistoriques, la commune d’Orgnac est déjà baptisée Orgnac-l’Aven : or, la célèbre cavité qui donnera son nom, n’a été découverte qu’en 1935, soit 19 ans après la disparition de Léopold Chiron !

3.3.2. La première moitié du XXe siècle

30En 1900, le chiffre d’une vingtaine de tombes, déjà avancé par Jules Ollier de Marichard, est repris dans le Nouvel inventaire des monuments mégalithes dans le bassin du Rhône ; le dolmen n° 5 paraît y être décrit (Chantre 1900 : 13 et 21). Par contre, le nombre de 13 monuments — y compris celui de Bois-Sorbier qui est aussi à Bourg-Saint-Andéol — est donné dans l’article sur les mollusques utilisés comme éléments de parure provenant des fouilles de Léopold Chiron (Germain 1911 : 207 et 210).

31Le Dr Paul Raymond a surtout œuvré dans le Gard et les gorges de l’Ardèche (Tscherter et Paillole 2008 : 112) mais on ignore s’il a travaillé sur cette nécropole. C’est sans doute à cette époque aussi qu’il faut rattacher la restauration de la chambre funéraire du dolmen n° 1, modification qui est de toute façon postérieure à 1889, date du croquis de l’Album de Léopold Chiron, puisque la dalle latérale orientale y était encore figurée abattue.

3.3.3. La seconde moitié du XXe siècle

32Pour la suite, on ne peut reconstituer la succession des recherches (E. Franc-Prat et C. et G. Bonhomme vers 1950, P. et A. Huchard et R. Gilles vers 1960, etc.) dont aucun résultat ne fut publié sauf le dessin de trois objets chronologiquement très significatifs extraits du dolmen n° 1 : deux boutons de Durfort et une alêne losangique en bronze (Gilles 1994 : 40) (fig. 93). Le marquage à la peinture verte qui souille certains monuments daterait de cette période (inventaire mené par S. Nikitine vers 1960 ?).

33La construction d’une ligne électrique vers 1970 puis des travaux forestiers amenèrent un regain d’activité, en particulier pour le pointage précis des tombes, ceci afin de les épargner : depuis la déprise agricole vers 1950, le repérage des dolmens est désormais très difficile dans ces bois devenus impénétrables.

34Un catalogue photographique de vues générales et de détails architecturaux fut réalisé en 1971 par R. Gilles et J.-L. Porte (Combier 1977 : 578).

35En 1972 puis 1979, H. et I. Lucot ont établi le plan de cinq monuments (fig. 55) et tamisé l’antichambre du n° 1 ; ils fouillèrent aussi une partie du couloir du n° 5 et son « antichambre » qui fut restaurée à cette occasion.

36En 1977 et 1980, une série de clichés fut réalisée lors d’excursions annuelles des membres de la SERAHV (Béal 1980 : 2 ; Laforgue 1981 : 1).

37En 1976 et 1977, dans le cadre d’une thèse sur l’architecture dolménique du sud de la France, Y. Chevalier dessine les plans des n° 1, 2 et 4 (Chevalier 1984 : pl. 33 et 50 ; Chevalier 1986 : 369). Des vestiges issus des fouilles anciennes sont conservés dans des musées et instituts ou chez des particuliers ; ils ont été répertoriés à l’occasion d’articles et de travaux universitaires, traitant des parures préhistoriques (Arnal et al. 1974 ; Barge 1982 : 202 ; Polloni 2000 : 88).

38Enfin, six fiches furent réalisées par R. Gilles en 1987 et 1988 pour l’inventaire des mégalithes mené par la Fédération Ardéchoise de Recherches Préhistoriques. Il ne reprit pas sa propre numérotation établie vingt-cinq ans plus tôt (fig. 55), mais utilisa celle employée par l’Office National des Forêts.

39Ces plans n’ont pas pu être utilisés directement pour nos fouilles puisqu’il y avait jusqu’à 15 % d’écart avec les dimensions des principaux éléments architecturaux. Ces différences qui sont suffisamment minimes pour permettre l’identification sans conteste du monument, existent sur la plupart des fiches d’inventaire de dolmen établies par la FARP. Elles proviennent de la juxtaposition sur un unique plan, de mesures prises pour certaines au bas des dalles, pour d’autres à mi-hauteur, ou plus souvent encore au sommet de la chambre funéraire.

3.4. Les recherches menées de 2002 à 2008

40Après une interruption des travaux de terrain sur les dolmens ardéchois pendant plus d’une décennie et en prévision d’une opération de restauration des monuments et de mise en valeur de la nécropole, il convenait d’aborder l’architecture des six dolmens et leur environnement immédiat. L’équipe franco-allemande était composée d’étudiants en archéologie des Universités de Freiburg (Allemagne) et Montpellier (France). La cartographie générale du site a été établie par la société ATM 3D.

41Enfin, une opération de prospection a été conduite par la même équipe d’archéologues sur les autres monuments connus ou signalés sur les rives ardéchoises et gardoises des gorges de l’Ardèche ou découverts à cette occasion.

42Les quatre principaux monuments (n° 1, 2, 4 et 5) ont été abordés, parfois intégralement (chambres, couloirs et tumulus, relevé pierre à pierre au 1/20e des décapages, des coupes et des élévations, topographie et profil au 1/100e des tumulus dans leur environnement immédiat, tamisage des déblais, description et photographies de l’architecture et de chaque élément imposant, etc.). Des sondages ont été ouverts à la périphérie des tumulus. Les dolmens n° 3 et 6 ont uniquement fait l’objet d’observations après décapage superficiel des tumulus (plan de la cella et du système d’entrée, estimation des limites du tumulus, etc.).

43Une campagne de prise de vues aériennes de la nécropole, nécessaire pour la compréhension globale du site, s’est révélée être délicate à réaliser. La présence de la ligne électrique à très haute tension qui frôle le dolmen n° 1 empêche un survol à basse altitude et une vision plus élevée aurait nécessité un vol à une altitude interdite puisque dans un couloir aérien militaire.

3.5. Témoignages d’activités médiévales et modernes sur la nécropole

3.5.1. Les vestiges archéologiques des périodes historiques

  • 7 Le champ de tir de Champvermeil servit de 1895 jusqu’à 1918 (Issartel 2008 : 310).

44Trouvés à la surface actuelle des tumulus des dolmens ou à proximité immédiate, des vestiges (céramiques kaolinitiques vernissées, pipes en terre, clous en fer forgé, boucle de ceinture en bronze, fer à cheval, projectile de guerre7, etc.) témoignent de fréquentations des lieux au XIXe et début du XXe siècle.

45Par contre, l’absence d’objets de la période mérovingienne (accessoires de vêtement et parure, etc.) alors qu’il en fut trouvé, autrefois dans plusieurs dolmens et tombes apparentées proches des Géandes (Pouzat à Bidon, Cabusset, Chanet n° 1, Arbre Rond et Beauregard à Saint-Remèze) (Clément 2008 b : 225) plaide pour qu’il n’y ait pas d’utilisation des lieux à des fins funéraires au haut-Moyen Âge. Il y a-t-il un lien avec le fait que la nécropole est à l’écart de l’itinéraire de la voie antique dite de Maximien (Dupraz et Fraisse 2001 : 84) ? Doit-on alors rattacher le petit coffre repéré dans le tumulus du dolmen n° 1 à une période encore plus récente ?

3.5.2. Les structures modernes (XIXe et première moitié du XXe siècle)

46Plusieurs structures se rattachent aux activités pastorales et forestières modernes.

« Le département de l’Ardèche (…) pendant les trois premiers quarts du XIXe, va connaître un apogée démographique et, à beaucoup d’égards également, un apogée économique (…) malgré les interdictions officielles, l’assaut contre les bois ne se ralentit pas (…) la surface agricole utile arrive à couvrir près de 60 % du sol » (Bozon 1974 : 175-176 ; Issartel 2008 : 304).

47Avant tout, on notera l’absence de mur de parcellaire aux abords immédiat de la nécropole alors qu’il en existe plus au sud en bordure de la route départementale.

3.5.3. La tour de pierres sèches

48La fameuse tour qui donne son nom au dolmen n° 4 (gran Qinché ou la Tour) (fig. 62) est une sorte de podium quadrangulaire avec marches prises pour moitié dans l’épaisseur du côté sud puis débordantes au bas de l’édifice ; un important contrefort vient la soutenir à l’ouest.

Fig. 62 - Dolmen n° 4 des Géandes ; tour et contrefort.

49Depuis la plate-forme sommitale, la vue porte loin dans la vallée du Rhône. Vers l’est, du Vercors (Drôme) jusqu’aux Dentelles-de-Montmirail et le Mont-Ventoux (Vaucluse) ; vers le sud, bien au-delà de la confluence Rhône-Ardèche ; vers l’ouest jusqu’au Mont Bouquet (Gard).

50La construction ne doit guère remonter qu’à la fin du XIXe siècle car elle n’est pas mentionnée par Jules Ollier de Marichard qui décrit pourtant d’autres structures vernaculaires. Un premier état de la construction est esquissé en 1889 sur un croquis de la planche 30 de l’Album de Léopold Chiron (fig. 60 : au milieu de la planche 30 de l’Album) qui précise « hauteur des pierres qui sont sur la table en gradins, 3 m ». La dépression due au tassement du remplissage du couloir d’accès à la cella fut sans doute remblayée à cette époque.

51Bien que cet édifice ait intrigué un grand nombre d’archéologues et érudits locaux (faisant couler moins d’encre que de salive !), il fallut attendre 1987 pour que R. Gilles en effectue le seul levé précis disponible. Construite en pierres sèches et maintes fois modifiée, cette tour mesure aujourd’hui 3 m de hauteur et 2,50 m de longueur. L’ensemble représente près de 17 m3 de pierrailles prélevées à même le tumulus. De telles constructions qui profitent d’un dolmen, sont connues en Ardèche (fig. 272) et, par exemple, dans l’Hérault (Arnal 1963 a : pl. I et IV). D’autres tours sans lien avec un monument funéraire évident sont enfin repérées dans le bois des Géandes.

3.5.4. Les abris de bergers et clapas

  • 8 Ces deux monuments ont été régulièrement confondus.

52L’utilisation par les bergers des chambres funéraires comme abri est attestée à plusieurs reprises en Ardèche. Le dolmen de Champvermeil à Bidon (fig. 47) était réputé pouvoir contenir huit ou dix personnes alors que son voisin8, de Pradinas (fig. 15), entre Bidon et Saint-Marcel ne peut en abriter que deux ou trois ; des conflits entre utilisateurs sont même rapportés (Mazon 1906 : 11 et 16). L’illustration la plus ancienne dont on dispose pour la nécropole des Géandes est une aquarelle de Jules Ollier de Marichard montrant le dolmen n° 3 déjà effondré et désigné comme « Abris des bergers » (fig. 114).

  • 9 Il relate p. 323 que les cabanes de bergers sont mobiles « Dans le parc..., au retour du pastis sur (...)

53Cette utilisation en cabane semble assez récente puisque Olivier de Serres n’en fait pas mention9 dans son Théâtre d’agriculture (1605), mine d’informations sur les pratiques agro-pastorales au XVIIe. Sans les nommer, il décrit pourtant (p. 67) les clapas, autre terme couramment employé pour désigner les tumulus dans le Midi de la France.

54Comme pour les murs de parcellaire, il n’y a pas de clapas à proximité immédiate des Géandes.

3.5.5. Autres aménagements

55D’autres aménagements modernes existent ; certains auraient été abusivement interprétés comme coffres, ce qui expliquerait le nombre élevé de tombes inventoriées autrefois (Chiron 1889).

56Par exemple, prise dans un pierrier très aéré, l’assise d’une sorte de couloir constitué de pierres sèches et grands blocs, se trouve au nord du dolmen n° 1. Elle paraît être signalée comme étant

« une galerie couverte reliant plusieurs dolmens, le tout entièrement détruit » (Chiron 1896 : 49).

57Une structure ronde (4 à 5 m de diamètre) se trouve au sud-est du dolmen n° 4. Plus au sud encore, deux fissures du substratum sont très proches l’une de l’autre. Sur 50 cm de profondeur, elles ont été vidées de leur remplissage de plaques et blocs calcaires qui furent entassés au pourtour donnant ainsi un plan quadrangulaire à l’ensemble. Au sud-est du dolmen n° 5, des pierres sèches redressées et empilées constituent une sorte d’arc de cercle au niveau d’un décrochement du substrat. Ces derniers aménagements évoquent les coupes-vents des bergers (Raimbault et Rouchouse 2008 : 430) et des postes de chasse.

58Enfin, vers le dolmen n° 6, d’importantes fissures du substrat sont en partie bouchées de cailloux et de dalles pour faciliter le passage. S’agit-il de l’allée couverte de 17 m de long décrite autrefois (Vaschalde 1874 : 189) ?

3.5.6. Carrières de dalles

59À 100 m environ au nord du dolmen n° 1, des bancs calcaires épais ou moyens affleurent. Une dalle cassée en cours d’extraction est calée par une pierre ayant servi de coin pour la déchausser. Par comparaison avec celles qui sont observées sur les tables de couverture de certains dolmens et que l’on peut attribuer aux carriers préhistoriques ou au transport, les cassures paraissent ici trop fraîches pour remonter au Néolithique ; elles renvoient donc plutôt aux activités du XIXe siècle.

60Aux alentours, la garrigue masque les traces d’autres zones d’extraction potentielles qui se repèrent grâce aux échancrures sur les rangs de calcaire et par la présence de débris de bancs, rebuts qui font défaut dans les secteurs non exploités. Ces zones non jointives couvrent une grande aire et laissent penser qu’il fut extrait bien plus de dalles qu’il n’aurait été nécessaire pour ériger toute la nécropole ! Cette abondance plaide donc pour que cette activité relativement intense soit moderne. Aurait-elle alors supprimé des traces d’extraction néolithique ?

3.5.7. Les charbonnières

61Enfin, une charbonnière avait été adossée au dolmen n° 1 pour gagner de la hauteur et du volume de terre. Son exploitation entraîna l’amputation des deux tiers supérieurs du tumulus. Un clou en fer marquait la base du lit charbonneux épais de 10 cm reposant sur le substrat. Une autre charbonnière est visible entre les monuments n° s 2 et 5. Très nettes, ces structures sont très récentes.

3.5.8. Aujourd’hui

62Il n’y a pratiquement plus d’activité forestière hormis l’exploitation artisanale des coupes de bois de chauffe ; une borne fichée dans le tumulus du dolmen n° 4 marque la croisée de quatre parcelles forestières. Mais ce secteur de garrigue, situé entre les grands réseaux karstiques de la grotte de Saint-Marcel et la rivière souterraine de Tourne, est parcouru par les spéléologues en quête d’éventuels avens, prospections qui aboutissent au bouleversement de la couverture caillouteuse, phénomène amplifié par le remue-ménage constant des sous-bois par les hardes de sangliers qui désormais prolifèrent, par les chasseurs qui les traquent… et par les curieux.

3.6. Le dolmen n° 1 (avec la contribution de A. Hanöffner et L. Siftar)

3.6.1. Localisation

63Situé à l’écart des cinq autres, c’est le premier monument rencontré en venant du sud (n° 1 de la fig. 53) ; son tumulus marque la bordure gauche du chemin carrossable (fig. 63).

Fig. 63 - Dolmen n° 1 des Géandes ; vue aérienne.

3.6.2. Historique des recherches

3.6.2.1. Les travaux anciens et état de conservation du monument

64La chambre a été fouillée à la fin du XIXe siècle. Les dessins et clichés anciens publiés ou conservés au Musée d’Orgnac permettent de retracer certaines étapes de la destruction du monument par la succession des fouilles hâtives et des travaux de restauration, globalement peu judicieux.

65Sur le croquis de Léopold Chiron (fig. 60) qui est le document le plus ancien disponible (1889), la dalle latérale orientale est manifestement abattue. Pourtant, elle est figurée redressée sur les relevés effectués à partir de 1972. De plus, alors que les autres dalles qui constituent la chambre funéraire sont aujourd’hui fissurées et en mauvais état de conservation, la tranche supérieure de la dalle latérale orientale paraît saine. On ne dispose d’aucune information vérifiable sur la restauration de cette façade de la chambre : c’est aussi le cas pour un grand nombre de dolmens ardéchois.

66La partie antérieure du monument a également subi des modifications. Après avoir été déchaussé, le pilier d’entrée oriental a été replanté mais avec un décalage par rapport à l’emplacement initial : il n’est plus adossé à la paroi de l’antichambre, comme cela se vérifie sur l’autre pilier qui, lui, est resté en place.

67Les empilements de pierres sèches qui bordent l’antichambre ont aussi été en grande partie reconstitués entre 1960 et 1970. Par chance, on parvient à identifier ces recharges. En effet, les petites dalles qui correspondent à l’état initial sont émoussées et patinées et ont été stabilisées avec de la terre dépourvue de vestige. Aujourd’hui, elles ne sont conservées que sur quatre rangs à l’ouest, soit moitié moins que ce qui était figuré précédemment (Chevalier 1984 : pl. 50, 1).

68À l’inverse, les assises ajoutées ont des arêtes vives et claires : elles ont été stabilisées, côté tumulus, avec des déblais contenant des os humains et des éléments de parure remaniés par les fouilles anciennes. Enfin, on s’était raccordé arbitrairement à la petite dalle qui prolonge le montant latéral oriental, sans prendre en compte qu’il était en cours d’affaissement. Tout ceci ovalise aujourd’hui le plan de l’antichambre, mais certains relevés antérieurs (Y. Chevalier plan de 1976 ; R. Gilles plan de 1987) ne s’y étaient pas laissé prendre.

69Enfin, à l’avant du dolmen, une tranchée qui a détruit le couloir, se prolonge à l’est dans le tertre. Un tas de déblais tamisés extraits de la chambre et de l’antichambre se remarque au nord-ouest du tumulus ; il correspondrait aux fouilles Lucot vers 1972.

3.6.2.2. Les travaux récents

70De 2002 à 2005, le dolmen a été intégralement décapé et relevé au 1/20e (fig. 64). Trois sondages ont été conduits dans la masse du tumulus. Un autre, plus réduit, a été ouvert aux abords du monument et une tranchée a prolongé le sondage n° 2. Chacun a permis d’étudier le tumulus ainsi que la formation sédimentaire sous-jacente, qu’elle soit à cet emplacement, archéologique ou non.

Fig. 64 - Dolmen n° 1 des Géandes ; plan général et localisation des 3 sondages.

3.6.3. Environnement géologique immédiat et situation topographique

71Comme partout sur la nécropole, le terrain est en légère pente vers le sud-est. Au sud du monument, deux petites saillies rocheuses qui émergent du sol devant le pilier oriental, témoignent d’une remontée ponctuelle du socle. Deux autres, arrachées par les fouilles anciennes, gisent aujourd’hui sur le tumulus. Dans le quart nord-ouest du tumulus, le sondage n° 3 a dégagé un ressaut du substratum très déchiqueté contre lequel le dolmen était pratiquement adossé, facilitant ainsi le maintien — et peut-être l’extraction — des premières dalles.

Les carrières d’extraction des matériaux

  • 10 Il s’agit avant tout d’une altération héritée : diaclases, amorces de fissures, etc.

72Trois qualités de calcaire furent utilisées pour la construction de la chambre mégalithique. Le fragment de table de couverture qui a un grain très dense et lisse, ne présente aucun défaut. Le chevet et les montants latéraux par contre sont érodés10 et fissurés, moins compacts. Enfin, les deux piliers d’entrée sont beaucoup plus fins que les autres dalles.

73Cette diversité se retrouve aisément autour du dolmen. Immédiatement au nord du chemin carrossable qui borde le tumulus se trouve un secteur qui n’est pas spécialement pierreux : les strates calcaires assez fines évoquent celles qui furent employées pour les piliers d’entrée.

74Les petites dalles accumulées pour édifier le tumulus présentent souvent de petites plages carbonatées qui indiquent que ces pierres gisaient en surface puisque cet encroûtement ne semble pas se produire ou se conserver en pleine terre. Étant plus nombreuses dans la partie orientale du tertre, on peut en conclure que ces plaques ont été prélevées plus bas sur la pente, dans la zone adjacente au monument qui est aujourd’hui presque épierrée sur 100 m² environ.

75Par contre, à l’ouest du tumulus, le sondage n° 2 (fig. 65) a été prolongé sur une dizaine de mètres pour assurer la jonction avec une surface limoneuse d’environ 10 m de diamètre. Sans pierre apparente, elle aurait pu correspondre à une seconde zone d’emprunt de matériaux.

Fig. 65 - Dolmen n° 1 des Géandes ; sondage 2 ; plan et profil n° 1.

76Il s’agit en fait d’une dépression où est piégée une épaisseur de 20 cm de colluvions lœssiques qui masquent le substratum calcaire dont le toit est délité. Les deux lits de plaques naturellement détachées qui s’y trouvent encore n’ont donc pas été prélevés pour édifier le tumulus, preuve qu’au Néolithique, ces pierres étaient enfouies et invisibles.

3.6.4. L’architecture du monument

77Le dolmen n° 1 possède une chambre mégalithique prolongée par une antichambre parementée (fig. 66). Il est apparenté au type languedocien. L’antichambre s’ouvre vers le sud-sud-ouest, orientation qui ne correspond pas à celle du réseau (nord-ouest / sud-est) de diaclases visibles à quelques mètres en retrait du monument. Dans le sondage n° 3, il est même apparu que l’angle nord-ouest de la chambre a été installé pratiquement contre un décrochement du substrat, sans toutefois que la dalle occidentale ne s’appuie directement sur celui-ci. L’axe de l’ouverture de la chambre et de l’antichambre est donc délibérément orienté vers le sud-sud-ouest.

Fig. 66 - Dolmen n° 1 des Géandes ; plan de la cella et antichambre (état restauré).
a : emplacement initial du pilier.
b : amorce du couloir.

3.6.4.1. La chambre funéraire

78Elle mesure 2,25 m de long et 1,65 m de large contre le chevet. Vidée depuis longtemps de son remplissage, elle est constituée de grandes dalles sur chant qui étaient installées à même le substratum : la couche terreuse repérée à la base du tumulus a probablement été creusée et évacuée, au moins au niveau des principaux montants de la chambre.

Le chevet

  • 11 La densité retenue pour le calcaire massif local est de 2,5.

79Il mesure 1,62 x 1,58 x 0,20 m d’épaisseur. Il pèse plus d’une tonne11. Sa forme a été régularisée en trapèze comme pour les dolmens n° 2 et 5, mais ici, l’angle nord-est est érodé.

80Une petite pierre lancéolée repérée en 1976 (Chevalier 1984 : pl. 50) colmate par l’extérieur le vide entre la base du chevet et celle de la dalle latérale ouest qui n’ont pas été régularisées (fig. 67). Sur 45 cm de hauteur environ, la base du chevet n’a pas la même patine que la partie haute de la dalle (fig. 68), ce qui pourrait témoigner de l’épaisseur du remplissage archéologique initial de la cella. En effet, dans un article sur les fouilles de Léopold Chiron « une couche argileuse et pierreuse noirâtre de 40 cm d’épaisseur » est signalée dans un dolmen (Germain 1911 : 208-209) ; dans un autre, elle n’atteignait déjà plus que 5 cm.

Fig. 67 - Dolmen n° 1 des Géandes ; angle inférieur occidental de la cella.

Fig. 68 - Dolmen n° 1 des Géandes ; élévation du chevet.

La dalle latérale ouest

81Elle a été inclinée volontairement pour être plaquée contre la tranche du chevet trapézoïdal : la chambre funéraire avait donc aussi une section en trapèze ce qui accroît la stabilité de l’édifice. La dalle mesure 2,60 x 1,40 x 0,25 à 0,40 m. Elle pèse pratiquement trois tonnes. La surface la plus régulière est placée vers l’intérieur de la chambre ; cette observation se répètera pour les autres monuments de la nécropole. Les deux faces présentent encore des plages de bourgeonnement de calcite, formation qui s’observe généralement sur les parties protégées des bancs de calcaire in situ lorsqu’ils sont en cours de détachement par l’érosion. Cette dalle qui était bistre à l’origine et non gris terne, puisque cette patine résulte de l’exposition aux intempéries, n’était donc pas le premier banc rocheux accessible pour les carriers.

82Par ailleurs, l’état d’altération du chant de la dalle varie : le bord naturellement corrodé est dirigé vers l’antichambre et vers le haut, alors que le talon qui est pris dans la masse du tumulus au-delà du chevet correspond à une cassure franche, avatar de l’extraction ou du transport.

83Enfin, la partie arrière de la dalle latérale ouest, au contact avec le chevet, est encore aujourd’hui en bon état de conservation, preuve supplémentaire de l’existence d’une couverture à cet emplacement au XIXe siècle mais antérieurement au croquis de Léopold Chiron (1889).

La dalle de renfort

84À l’extérieur du coffre, contre l’angle nord-ouest de la chambre, une dalle placée sur chant a été dégagée dans le sondage n° 3. Aussi épaisse que le chevet (22 cm), elle s’est entièrement disloquée (fig. 69). Ce soutènement qui était initialement incliné, puisque appuyé contre le talon de la dalle latérale ouest, était destiné à renforcer la solidité de cet angle que l’on souhaitait manifestement très stable.

Fig. 69 - Dolmen n° 1 des Géandes ; sondage 2 ; dalle surnuméraire brisée dans l’angle nord-ouest.

La façade orientale

85Tout le flanc oriental de la chambre ayant été restauré, les informations suivantes sont données sous réserves.

86La dalle latérale mesure actuellement 1,90 x 1,00 x 0,20 m. Bien qu’elle soit nettement plus basse que l’autre dalle, elle cède à nouveau sous la pression des terres du tumulus et bascule vers l’intérieur de la chambre. La face la plus lisse est dirigée vers l’intérieur de la chambre.

87Une dalle plus fine (100 x 100 x 10 cm), placée en chevauchement, la prolonge sur 50 cm pour rattraper l’écart entre les longueurs des deux grandes dalles. Cette modification dénature l’état initial du monument en évoquant l’architecture d’un vestibule de dolmen de type caussenard, preuve supplémentaire du peu de pertinence des restaurations effectuées.

La table de couverture

88Elle est absente, mais les débris d’un banc calcaire très compact visibles sur le tumulus et dans l’antichambre pourraient en provenir. Un troisième fragment, le plus gros (1,70 x 1,20 x 0,20 m, soit une tonne), était déjà indiqué sur le croquis de Léopold Chiron dans la chambre funéraire où il chevauchait l’extrémité de la dalle orientale lorsque celle-ci était encore abattue (fig. 70).

Fig. 70 - Dolmen n° 1 des Géandes ; dalle de couverture basculée dans l’antichambre.

89Déplacé, il est désormais couché au centre de l’antichambre. Cet élément est aujourd’hui beaucoup trop petit par rapport à la surface qu’il fallait couvrir. Il fut sans doute fracturé pour accéder aux sépultures, comme il était d’usage au XIXe siècle.

3.6.4.2. L’antichambre

90Elle est vidée de son remplissage archéologique ; son aspect et le plan initial ont eux aussi été modifiés par des restaurations modernes successives.

Description de l’antichambre

91L’antichambre qui mesure environ 2,60 x 2 m, est légèrement plus longue et large que la chambre funéraire. Elle avait à l’origine un plan quasi rectangulaire. Elle est limitée par des rangs de pierres sèches qui prolongent directement les dalles latérales de la chambre. Il ne s’agit pas d’un parement construit indépendamment du tumulus mais de boutisses soigneusement empilées et prises dans la masse. Cette technique, qui a également été employée pour monter la chambre du dolmen n° 4, laisse supposer que l’élévation des parois était assez conséquente, peut-être en encorbellement : l’antichambre était-elle ainsi couverte ?

92Le muret occidental qui est mieux conservé, vient buter au sud contre le revers du pilier d’entrée qui est resté in situ. Au nord, côté chambre funéraire, les pierres sèches viennent compléter une échancrure naturelle qui affecte l’extrémité de la dalle latérale ouest : celle-ci, plus courte à la base qu’au sommet, vient donc s’appuyer sur les éléments de l’antichambre. L’existence à l’origine de dalles septales dressées au sortir de la chambre et abattues au XIXe siècle est peu probable ou alors elles n’étaient pas prises dans le tumulus mais adossées aux montants latéraux.

Le sondage n° 2

93Ouvert dans le flanc ouest du tumulus au niveau de la jonction chambre / antichambre, il montre qu’il n’y a pas de césure dans l’organisation interne du tumulus. Le monument n’a donc pas été élaboré en deux phases : la première avec une chambre mégalithique simple ; la seconde correspondant à un doublement de l’espace funéraire par ajout d’une antichambre en pierres sèches. Par conséquent, l’hypothèse séduisante d’une évolution de l’architecture, faisant passer d’un dolmen simple à un dolmen au plan complexe, ici ne tient pas. Cette hypothèse est également contrariée par le fait que le tumulus, tel qu’il apparaît aujourd’hui, est quasi-circulaire et non ovale comme cela aurait pu être si la partie sépulcrale du dolmen avait doublé par rapport à son plan initial sans élargir considérablement le tumulus.

La couverture de l’antichambre

94On ne dispose d’aucune donnée quant à la couverture de l’antichambre bien qu’il soit probable qu’il y en avait une.

Les piliers d’entrée

95L’entrée de l’antichambre est flanquée de pieds-droits étroits plantés perpendiculairement à l’axe du monument (fig. 74). Ils sont matérialisés sur tous les dessins et relevés disponibles sauf sur le plus ancien puisque Léopold Chiron n’a pas du tout figuré l’antichambre (Chiron 1889). En partie éclatés par le gel, il leur manque aujourd’hui entre 40 et 50 cm pour avoir la même hauteur que le chevet. Comme pour les montants de la chambre, les faces dirigées vers l’intérieur du dolmen étaient sans doute les plus claires comme l’indique la présence de bourgeonnements de calcite (fig. 71).

Fig. 71 - Dolmen n° 1 des Géandes ; piliers d’entrée vus depuis le sud.

96Le pilier oriental (75 x 130 x 18 cm, soit près de 400 kg) qui a autrefois été déplacé d’environ 20 cm, devait à l’origine être calé contre deux petits ressauts du substratum. À l’inverse, le pilier occidental (85 x 124 x 20 cm, soit environ 500 kg) est bien en place, adossé à ce qui reste de la paroi de l’antichambre (fig. 72, 73).

Fig. 72 - Dolmen n° 1 des Géandes ; piliers d’entrée en vue interne ; au premier plan, un fragment de la dalle de couverture.

Fig. 73 - Dolmen n° 1 des Géandes ; relevés recto et verso des piliers d’entrée.

97Les deux pieds-droits sont espacés et naturellement échancrés à mi-hauteur, ce qui témoigne de l’efficacité des bâtisseurs dans leur quête de matériaux. Si l’on considère l’emplacement original du pilier oriental, le passage était quasi circulaire, de 70 à 75 cm de diamètre.

98Cette sorte de hublot est connue sur le dolmen n° 4 et sur celui de Feuillet à Saint-Martin-d’Ardèche.

3.6.5. Le couloir d’accès

99Il était situé plus haut dans la masse du tumulus qui est arasé aux deux tiers.

3.6.5.1. Description

100Il n’en reste plus rien sauf peut-être une petite pierre placée perpendiculairement à la base du pilier ouest : elle est donc nettement au-dessous du niveau de circulation envisagé.

101Compte tenu du mauvais état de conservation, on ignore également l’orientation du débouché du couloir : cet axe n’était pas forcément identique à celui de l’antichambre comme on peut le constater sur le dolmen n° 4. Par conséquent, sa longueur reste inconnue.

102Enfin, jusqu’en 1976, à 1,20 m dans l’axe de l’entrée de l’antichambre, une dalle fine émergeait de 60 cm environ du sol. Brisée et déplacée depuis, elle mesure encore 62 x 90 x 8 cm. Une seconde, plus petite, a été mise en évidence dans le sondage n° 1.

3.6.5.2. Le niveau de circulation

103On peut envisager que le niveau de circulation néolithique correspondait presque au bas du hublot comme le suggère la différence d’altération entre le sommet et la base des piliers.

104En effet, par comparaison avec le dolmen n° 1 du Seti d’Armand à Laval-Saint-Roman, qui présente également deux piliers (fig. 222), il fallait descendre une petite marche pour accéder à l’intérieur de la tombe.

3.6.6. Le tumulus

105Le tumulus qui est assez net, mesure actuellement environ 14 x 11 m, mais partout, le cailloutis libre déborde sur près d’un mètre (fig. 74). Nulle fondation ni puissante structure de maintien avec péristalithes ou ceinture continue de gradins, par exemple, n’a pu être détectée.

Fig. 74 - Dolmen n° 1 des Géandes ; partie orientale du tumulus avant la fouille.

106Bien que localement rehaussé par des déblais extraits de la chambre et de l’antichambre, le tumulus n’atteint que 70 cm de hauteur environ. Partout, il est donc au moins amputé des deux tiers. Il s’agirait de l’action conjuguée de tassements anciens localisés et d’une ablation récente généralisée. On peut toutefois effectuer des observations quant à la structure interne au pourtour de la chambre funéraire.

3.6.6.1. La partie orientale du tumulus

Généralités

107À l’est, où la calotte tumulaire est la plus tronquée, l’organisation interne paraît peu élaborée et aucun sondage n’y a été engagé (fig. 75). L’aspect chaotique a plusieurs origines. Il tient au basculement puis au redressement de la dalle latérale orientale de la chambre (supra). Le soutirage dans le sens de la pente naturelle du substratum a également désorganisé le tumulus. Enfin, l’accumulation de déblais terreux et de recharges modernes de pierrailles à la périphérie du tertre brouillent la vision.

Fig. 75 - Dolmen n° 1 des Géandes ; tumulus décapé vu depuis le sud-est.

La structure annexe

108Une fouille ancienne a détruit le cœur d’une aire limitée par quelques pierres dressées non jointives ; leurs points culminants montrent que cette structure disloquée pouvait, à l’origine, émerger du tumulus ou du moins affleurer.

109Elle mesure 2,50 m du nord au sud et 1,50 m de large et n’a livré aucun vestige (fig. 76). Il s’agirait du coffre n° 4 de Léopold Chiron (fig. 61) (Chiron 1896 : 48). Cette structure et la chambre funéraire du dolmen n° 1 sont en effet figurées de conserve dans l’Album de dessins, partageant une seule et même légende, ce qui conforte l’hypothèse qu’elles sont toutes les deux dans le même tertre. L’absence de couverture, les dimensions et l’orientation correspondent, mais l’esquisse est trop sommaire pour être reconnue avec certitude.

Fig. 76 - Dolmen n° 1 des Géandes ; structure annexe en cours de dégagement (dolmen n° 1 bis).

110Sa fonction et son ancienneté restent énigmatiques. Léopold Chiron n’y signale aucun vestige. Il pourrait s’agir d’une sépulture adventice tardive fermée aux deux extrémités, sorte de « tombelle ou ciste » analogue à celles signalées au Pouzat à Bidon où

« le grand dolmen est au milieu et de chaque côté se trouve un petit dolmen » (Chiron 1896 : 45).

3.6.6.2. La partie méridionale du tumulus

111Au sud, le sondage n° 1 (2 x 3,5 m) a été ouvert dans le tumulus qui est presque entièrement détruit par une ancienne tranchée de fouille.

Fig. 77 - Dolmen n° 1 des Géandes ; sondage 1 ; profil ouest.

  • 12 Et peut-être également, si l’on se réfère aux observations effectuées pour le n° 4, du couloir qui, (...)

112Préservée sous les déblais riches en restes humains (couche 1) extraits de la cella et de l’antichambre12, la couche 2 correspond au tumulus proprement-dit (fig. 86). Les premières pierres qui correspondaient autrefois (vers 1960 ?) à la surface du tumulus sont comme toujours très fragmentées. Ensuite, les dalles calcaires sont toutes régulièrement inclinées vers le sud et mêlées de terre brun-gris plus ou moins sableuse, ce qui évoque clairement la structure du tumulus du dolmen n° 2 et non pas celle d’un radier de couloir, comme celui du dolmen n° 4.

113Seule une petite dalle parfaitement verticale émerge du tumulus dans son état actuel : elle devait être incluse dans la masse originelle et/ou correspondre à une structure telle une sorte de marche proche du débouché du couloir, mais pas directement associée. Dépourvue de calage, sa base repose dans une légère dépression qui affecte le sommet de la formation terreuse sous-jacente (couche 3). Avec une seconde dalle fichée qui avait été signalée dans les parages, elles évoquent l’existence de petits gradins : ces éléments architecturaux ont été mieux perçus sur le dolmen n° 5.

Fig. 78 - Dolmen n° 1 des Géandes ; sondage 2 ; structure du tumulus au contact de l’antichambre.

  • 13 Confirmé par un test à l’acide chlorhydrique.

114La couche 4, c’est-à-dire le terrain naturel, est assez plastique et épaisse de 20 cm environ. Cette argile de décalcification13 de couleur rougeâtre à franchement rouge (terra rossa) renferme des petites plaques de calcaire reposant à plat, aux arêtes émoussées et farineuses, d’aspect identique aux dallettes utilisées pour l’antichambre. Les mêmes observations ont été faites dans tous les sondages ouverts sur le dolmen n° 1, mais également sur les nos 2 et 5. Le sommet de la couche, légèrement plus sombre, est marqué par des vestiges archéologiques (couche 3).

3.6.6.3. Les parties occidentale et septentrionale du tumulus

115À l’ouest, les matériaux accumulés n’ont pas été naturellement évacués dans la pente puisque la chambre funéraire faisait barrage. Pourtant la limite exacte du tumulus est difficile à repérer, non seulement en raison de la présence d’une ancienne charbonnière, mais aussi parce que la calotte tumulaire se raccorde progressivement à la surface naturelle pierreuse et terreuse qui elle-même épouse la partie haute d’un décrochement du substratum.

116Deux sondages contigus (n° 2 et n° 3) y ont été engagés successivement. Le sondage n° 2 a été ouvert dans le flanc ouest du tumulus, à l’articulation entre la chambre funéraire constituée de grands montants et l’antichambre limitée par des pierres sèches empilées. Il a surtout donné des informations sur la structure interne du tumulus et l’horizon archéologique (c. 3) sous-jacent.

117Le sondage n° 3 a été implanté en retrait de l’angle nord-ouest de la chambre (fig. 79) : le substratum est rapidement apparu et les observations ont concerné la première étape de construction de la chambre et l’état du terrain avant l’édification du dolmen.

Fig. 79 - Dolmen n° 1 des Géandes ; décapage derrière le chevet.

118Dans les deux sondages, on constate que le tumulus n’est pas un amoncellement de blocs plus ou moins en vrac comme on le constate pour la plupart des dolmens ardéchois ruinés, mais au contraire, qu’il a été construit très soigneusement.

119Contre la dalle latérale et le chevet, sur une bande de 50 à 80 cm de largeur, à la base du tumulus, les premières petites dalles sont soit quasi verticales soit presque horizontales, ceci afin de rattraper les irrégularités du sol (fig. 80). Puis, les rangs supérieurs sont composés de lits de pierres inclinées vers la périphérie du tumulus et régulièrement disposées en écaille à partir de la chambre, en ayant soin d’espacer les plus gros éléments qui ne sont jamais au contact les uns des autres. Ce principe général se retrouvera sur les autres dolmens de la nécropole. Enfin, à l’inverse de ce qui a été observé dans le quart sud-est du tumulus diamétralement opposé, la plupart des pierres ne présentent pas d’encroûtement de calcite.

Fig. 80 - Dolmen n° 1 des Géandes ; calage derrière le chevet ; plan schématique.

120Les pierres du tumulus sont jointoyées avec de la terre grisâtre (et non brune ou rougeâtre) et caillouteuse, ce qui s’observe sur les décapages (fig. 81) et sur les profils (fig. 65). Il n’y a jamais d’interstice à moitié comblé et à moitié vide (fig. 82), ce qui témoigne bien que, dans aucun cas, il ne s’agit de sédiment infiltré ou que les vides correspondent à une érosion. Enfin, certains vides renferment des tests de gastéropodes modernes fouisseurs (Cyclostoma elegans, Clausilia) : ces coquilles intrusives peuvent s’observer à tout niveau dans le tumulus.

Fig. 81 - Dolmen n° 1 des Géandes ; sondage 2 ; structure du tumulus.

Fig. 82 - Dolmen n° 1 des Géandes ; sondage 2 ; coupe du tumulus.

121Verticalement et latéralement, l’aspect du tumulus varie progressivement. Par exemple, l’angle nord-ouest (sondage n° 3) aurait fait l’objet de plus d’attention, ce qui se retrouvera pour le dolmen n° 5. Ici, il paraît plus terreux, les interstices étant très bien colmatés sauf au contact de la grande dalle de renfort oblique, suite à la dislocation de cette dernière. Toutes ces variations témoignent du soin apporté au travail et suggèrent aussi un rythme d’accumulation très progressif de la masse tumulaire.

122Sur les profils nord et sud du sondage n° 2 (fig. 83), la couche 4 correspondant au terrain naturel disparaît avant d’atteindre la chambre funéraire et l’antichambre. Cette observation semble confirmer l’hypothèse que lors de la construction du monument, l’emplacement de la chambre a été en partie ou totalement nettoyé. À l’inverse, l’emprise du tumulus n’a pas été aplanie préalablement, ce qui a préservé le niveau archéologique (couche 3) sous-jacent.

Fig. 83 - Dolmen n° 1 des Géandes ; sondage 2 ; les deux profils.

123Dans le sondage n° 3, à l’exception d’une étroite bande le long du chevet et de la dalle latérale, le substrat est rapidement apparu sur toute la surface (fig. 84). Il forme un dôme dont le toit est nettement plus haut que dans les autres sondages et, surtout, que dans la chambre funéraire. On ne parvient pas à y voir d’éventuelle trace d’aménagement. Il est hérissé de lames rocheuses naturellement inclinées en direction de la chambre funéraire. À leurs bases, les interstices sont comblés d’argile de décalcification stérile correspondant à la couche 4 qui ici, est résiduelle.

Fig. 84 - Dolmen n° 1 des Géandes ; sondage 3 ; coupe 3 (relevé de terrain).

3.6.7. Le niveau archéologique

Description

124Alors que, sur la base de ce qui est observé dans les sondages, la terre qui participe au tumulus est dépourvue d’artefact de quelque nature que ce soit, un horizon archéologique se trouve à l’interface entre tumulus et terrain naturel, position stratigraphique vérifiée dans les sondages n° 1 et 2. Ce sol aux limites diffuses (fig. 77, 83) est marqué par une nuance de couleur, plutôt un brun-rouge qui le différencie du rouge franc de l’argile de décalcification.

Fig. 85 - Dolmen n° 1 des Géandes ; schéma de construction du dolmen.

125Le lit d’objet est difficile à suivre compte tenu de la rareté des vestiges et de leurs petites dimensions (fig. 86). La forte densité en pierres rend également le décapage quasi impossible sur des surfaces aussi restreintes que des sondages.

Fig. 86 - Dolmen n° 1 des Géandes ; plan des vestiges de la couche 3 des sondages n° 1 et 2.

126Pour les mêmes raisons et puisqu’il ne s’agit pas d’un faciès sédimentaire particulier, il est peu observable en coupe. Globalement, il s’incline vers l’est et le sud, comme la couche naturelle sous-jacente (c. 4) qui épouse elle-même la déclivité du substratum.

127Sur toute la surface sondée, soit 30 m² environ, l’absence d’os humain et d’objet de parure permet d’exclure l’hypothèse qu’il s’agisse de mobilier extrait d’un remplissage sépulcral. Cet horizon est marqué par quelques silex dont deux grandes lames recueillies dans le sondage proche du débouché (théorique puisque détruit) du couloir d’accès. Il s’agit surtout de petits débris de céramique non décorée ; ils sont de plus en plus rares en allant vers le nord, un seul ayant été repéré dans le sondage n° 3 où la couche archéologique est résiduelle.

128L’absence de charbon et de reste faunique, du moins dans les sondages, ne permettra pas de préciser l’âge de cet horizon qui doit s’étendre sous toute l’emprise du tumulus mais pas ou plus au-delà : un sondage ouvert dans une aire terreuse et peu caillouteuse à une dizaine de mètres au sud du dolmen et la tranchée qui prolonge le sondage n° 2 vers l’ouest jusqu’à une dépression (fig. 65) n’ont pas livré de vestige.

129On ne parvient donc pas à savoir si cette occupation du site est nettement antérieure ou quasi contemporaine de l’édification du monument dont l’âge reste lui-même imprécis puisque les fouilles anciennes nous ont privé des dépôts funéraires.

3.6.8. Le mobilier funéraire

3.6.8.1. Le mobilier funéraire des fouilles anciennes

130On prendra aussi en compte ici le mobilier remanié trouvé à partir de 2002 en surface du tumulus et dans les déblais des fouilles anciennes.

131On ne peut pas exclure que certains objets recueillis autrefois dans la tranchée qui recoupe le couloir soient issus du niveau archéologique mis en évidence sous le tumulus, bien qu’ils ne furent pas repérés comme tels. Ceci, en particulier, pour les céramiques, l’outillage lithique et un fragment de poinçon. Par contre, sur la base de ce qui a été observé lors des sondages récents, il est probable que les éléments de parure proviennent réellement des dépôts sépulcraux de la chambre et de l’antichambre.

132La cella a été vidée à la fin du XIXe siècle ; Léopold Chiron n’y mentionne déjà plus aucun objet (Chiron 1889 et 1896 : 48). Au Muséum de Lyon (Barge 1982 : 202), une infime partie de la collection de Jules Ollier de Marichard (Tscherter et Paillole 2006 : 179) (fig. 87) doit en provenir puisqu’il y a d’évidentes analogies avec les éléments de parure recueillis vers 1960 par R. Gilles (fig. 88, 89) lors du tamisage des déblais de cette tombe : vertèbres de poisson et surtout petites perles discoïdes obtenues en sciant un cylindre de « jayet ou schiste » vert-gris (Barge 1982 : 363). Les vertèbres sont naturellement perforées mais ici, elles ont été travaillées puisque les bords anguleux des corps vertébraux sont émoussés et régularisés (Barge 1982 : 106 et 203), ce qui ne permet plus la détermination spécifique ; il s’agirait d’espèces d’eau douce.

Fig. 87 - Dolmen n° 1 des Géandes ( ?) ; éléments de parure (collection Jules Ollier de Marichard au Muséum de Lyon).

Fig. 88 - Dolmen n° 1 des Géandes ; éléments de parure des fouilles anciennes.

Fig. 89 - Dolmen n° 1 des Géandes ; éléments de parure et céramiques des fouilles anciennes et déblais remaniés.

133À l’inverse de la série précédente, les objets de la collection Bonhomme (Barge 1982 : 202) sont mentionnés ici sous réserve puisqu’ils pourraient aussi provenir du dolmen n° 4. L’intégration d’une architecture en pierres sèches qui leur est commune, l’antichambre pour le n° 1 et la cella pour le n° 4, a dû participer à cette confusion. Plusieurs courriers déposés dans la documentation du service régional de l’archéologie confirment l’intérêt que portaient E. Franc-Prat et C. Bonhomme à ce dernier monument.

  • 14 En 1989, R. Gilles précisait à l’un d’entre nous (WP) qu’un bouton provenait des déblais du dolmen (...)
  • 15 Un cliché de la collection Chiron conservé au Musée de Pont-Saint-Esprit montre qu’une autre alêne (...)
  • 16 Sont-ils dans une collection privée inaccessible ?

134Une perle biconique en plomb, deux petits boutons14 en calcaire de type Durfort et une alêne losangique en bronze15 ont été décrits (Barge 1977 : 64 ; Barge 1982 : 202 ; Gilles 1994 : 41). Ces objets chronologiquement significatifs (fig. 93) n’ont malheureusement pas été retrouvés16 lors du transfert de la collection Gilles vers le Musée d’Orgnac. Par contre, d’autres éléments de parure signalés dans cette collection (Barge 1982 : 202) comme étant du dolmen n° 1 proviennent en fait du n° 5 et du n° 6.

135On ne dispose pas d’information précise quant à la provenance exacte des débris de céramiques recueillis antérieurement à notre intervention.

136Dans la collection Gilles, le bord d’un fin récipient à profil légèrement sinueux (fig. 89 n° 3) évoque celui d’un gobelet campaniforme inorné dans sa partie supérieure, ce qui dans ce cas, serait alors peu fréquent pour le sud de la France puisque généralement le registre des motifs engage toute la partie haute des récipients décorés. Sans que nous en ayons la certitude, il est probable que ce tesson provienne effectivement du dolmen n° 1. Malheureusement, les cassures comme les surfaces sont altérées et aucun raccord n’a pu être obtenu avec d’autres fragments.

137La série des fouilles Lucot — pour la majeure partie issue de l’antichambre — correspondrait à deux ou trois récipients de taille moyenne. Parmi la quarantaine de débris de céramique, un petit fragment de panse porte au moins une ligne de chevrons estampés sur pâte fraîche de tradition campaniforme (fig. 89 n° 1).

138Le mobilier est surtout constitué d’éléments de parure et d’outillage lithique assez abondant et de belle facture (pointes de flèches, grandes lames peu ou pas retouchées, etc.) (fig. 91). Un petit tube de bronze (fig. 89) sans grande particularité renvoie à l’âge du Bronze (s.l.) qui correspond à l’utilisation ultime de la sépulture. Deux prémolaires d’un petit ruminant (ovis ou capra) ont aussi été trouvées.

139Enfin, sur la surface actuelle du tumulus et le remplissage de l’antichambre, des galets de quartzite et fragments ont été recueillis à plusieurs reprises. La périphérie de l’un d’entre eux présente des stigmates de chocs (fig. 283), les autres sont simplement cassés. La présence de ces pièces, ici comme sur les autres dolmens, ne paraît pas fortuite et doit correspondre au travail de mise en forme observé sur certains éléments architecturaux des monuments.

3.6.8.2. Interprétations chrono-culturelles pour la zone sépulcrale

140Toutes collections confondues, le mobilier extrait de la chambre et de l’antichambre (et du couloir ?) comprend un grand nombre d’éléments de parure de nature et de forme diverses. L’industrie lithique et les céramiques sont également abondantes, mais on ne peut exclure que certains outils proviennent en fait du niveau archéologique sous-jacent.

141Les 18 pointes de flèche bifaciales sont de formes diverses (fig. 90, 91) : 12 foliacées dont une pistilliforme, 5 losangiques et sub-losangiques dont 2 à base en écusson et une triangulaire à pédoncule. Les formes plus complexes renvoient au Chalcolithique et au début de l’âge du Bronze ancien (Saintot 1998 : 204 ; Briois 2005 : 306).

Fig. 90 - Dolmen n° 1 des Géandes ; mobilier lithique des fouilles anciennes et déblais remaniés.

Fig. 91 - Dolmen n° 1 des Géandes ; mobilier lithique et industrie osseuse (encadré) des fouilles anciennes et déblais remaniés.

142Un segment de cercle en silex (fig. 91) renvoie plutôt à l’âge du Bronze ancien.

143Parmi la céramique (fig. 89) des collections Gilles, un fragment du bord d’un gobelet inorné pourrait être campaniforme, mais sa provenance exacte n’est pas garantie. Par contre, dans la collection Lucot, le décor de type R1 ou R2 renvoie vraisemblablement au début de l’âge du Bronze ancien comme le suggèrent les comparaisons établies avec deux cavités gardoises des gorges du Gardon : grotte Gourtaure à Sainte-Anastasie et Sartanette à Remoulins (Lemercier 2004 : 217 à 219 et 236-237).

144Les éléments de parure (fig. 87-89) en coquillage (Pecten monoforé, Columbella et Dentalium) (Barge 1982 : 92) renvoient aussi au Chalcolithique récent ou à l’âge du Bronze ancien.

145Les vertèbres de poissons qui sont des éléments de parure rares en Languedoc et en Provence (Sauzade 1983 : 76), se retrouvent généralement en contexte Chalcolithique-âge du Bronze ancien : dolmen n° 1 du Pala à Chauzon ; niveau 3b du dolmen du Méandre de Gen à Ruoms ; grotte du Pontiar à Vallon-Pont-d’Arc ; dolmen du Pouza à Bidon ; dolmen du Cloget à Bidon (Montjardin 1974 : 12 ; Barge 1982 : 106 ; Polloni 2000 : 86) (fig. 307).

146Le fragment de pendeloque en griffe en os (fig. 87) de la collection Jules Ollier de Marichard serait plutôt « chalcolithique » (Barge 1982 : 202 et 216).

147Les boutons du type Durfort (fig. 93) sont généralement attribués au Néolithique final ou au Chalcolithique (s.l.) (Gutherz et Hugues 1980 : 23 ; Barge 1982 : 194. Cette dernière attribution est ici la plus vraisemblable.

Fig. 92 - Dolmen n° 1 des Géandes ; céramiques et mobilier lithique du niveau 3.

Fig. 93 - Dolmen n° 1 des Géandes (alêne losangique et deux boutons) et mobilier de l’habitat perché de Castelviel à Aiguèze.

148Parmi les objets métalliques, l’alêne losangique (fig. 93), probablement en bronze, est caractéristique des contextes funéraires de la phase ancienne de l’âge du Bronze ancien en Languedoc.

149Les perles en plomb, tous types confondus, sont connues en Languedoc depuis le Néolithique final jusqu’à l’âge du Bronze ancien, avec une grande fréquence pendant la seconde moitié de la séquence (par exemple, Montjardin 1974 : 12).

150En résumé, l’ensemble de ce mobilier se rattacherait à la fin du Chalcolithique ou au Campaniforme s’il existe ici, et surtout au début de l’âge du Bronze ancien.

3.6.8.3. Le mobilier de l’horizon archéologique (fouilles 2002/2005)

151Les objets proviennent de la couche 3 des trois sondages ouverts au sud, à l’ouest et au nord-ouest du tumulus.

3.6.8.3.1. Répartition du mobilier

152Sur la base d’une trentaine de m2 fouillés, les vestiges les plus abondants, en meilleur état de conservation et de nature plus variée (grandes lames et éclats de silex, céramique fine écrasée sur place) se trouvaient vers le sud du tumulus, c’est-à-dire proche de ce qui sera le couloir du monument. À l’ouest et surtout au nord-ouest, il ne s’agit que de très rares tessons érodés de petites dimensions et de débris de silex.

Description du mobilier
Les céramiques (avec la collaboration de C. Beaume)

153L’ensemble est très érodé et fragmenté (fig. 92). Les surfaces encore en bon état sont régulières et lustrées. La couleur ocre rouge est très uniforme sur tout le mobilier. Le dégraissant, visible uniquement sur quelques cassures fraîches, est plutôt abondant, calciteux, fin (< 0,2mm). De rares graviers sont visibles dans la pâte mais n’apparaissent pas en surface.

154Les quelques 150 tessons proviennent de vases à paroi souvent fine et bien montée, de diamètre entre 10 et 20 cm. Les formes, hormis les fausses carènes et carènes douces, montrent des vases à bord droit ou globalement rentrant. La plupart des bords sont simplement arrondis mais quelques-uns sont retroussés ou à profil en S. Les préhensions sont absentes hormis un départ de languette allongée et l’amorce d’une « anse en bobine » qui est un bon marqueur typo-chronologique dans la région. Enfin, il n’y a pas d’élément correspondant à un fond plat.

155L’ensemble très homogène correspondrait à une même période. L’absence de décor, de lustrage noir, de bord aplati et de fond plat permet d’exclure toute attribution à l’âge du Bronze. Le plus probable est qu’il s’agisse de vases équivalents à un Fontbouisse sans décor, ce qui est compatible avec les critères retenus pour le groupe des Bruyères (Gilles 1975 : 6-9 ; Beaume 1996 : 41-43). Pour l’instant difficilement datables (entre 3000 et 2200 av. J. -C.), les sites les plus caractéristiques de ce groupe en Ardèche sont effectivement à proximité des Géandes.

L’outillage lithique

156Ce niveau a également livré quelques éclats et débris de silex d’origine locale et deux lames, l’une à retouches latérales continues en barre de chocolat, l’autre peu retouchée. D’autres exemplaires dans la collection Lucot pourraient également provenir de cet horizon archéologique ignoré jusque-là (fig. 91). La présence de ces grandes lames épaisses retouchées s’accorde bien avec une attribution de ce niveau au groupe des Bruyères (Gilles 1988). En Languedoc, la fréquence des grandes lames, retouchées ou non, diminue nettement avec la mise en place du complexe campaniforme (Vaquer, Rémicourt et Vergély 2006).

Interprétation

157La couche 3 n’a livré ni élément de parure ni reste humain ce qui permet d’exclure que les vestiges lithiques et céramiques recueillis correspondent à une vidange partielle du remplissage sépulcral lors d’une modification du monument. Il ne s’agit pas non plus d’un reliquat du comblement du couloir d’accès comme pour le dolmen n° 4, puisque les débris de céramique trouvés dans les sondages ouverts dans la partie ouest du tumulus montrent que ce niveau archéologique n’est pas strictement lié à ce qui sera ensuite l’entrée du monument. Il s’agit donc bien d’un sol initial marqué par du mobilier archéologique.

158L’absence de charbon de bois et de faune empêche de dater directement cette occupation qui est probablement antérieure au monument puisque au nord, elle aurait déjà subi une érosion avant l’accumulation du tumulus : sur la base du mobilier recueilli autrefois dans la chambre et l’antichambre, tout converge pour une datation anté-campaniforme, ce qui s’accorde avec la proposition d’une attribution au groupe des Bruyères.

Comparaisons

159L’existence d’un niveau archéologique antérieur à l’édification d’un dolmen avait déjà été signalée en Ardèche, dans le dolmen du Méandre de Gen à Ruoms (Montjardin 1974), mais ne doit plus être retenue. Sous le dallage qui marque la base du remplissage funéraire de ce dolmen, le niveau 4, c’est-à-dire la terra rossa, a livré quelques objets peu caractéristiques attribués alors au Néolithique final. Pourtant, ces pointes de flèche et éléments de parure (Ibid. : 15, note infra-paginale n° 6) furent jugés comme infiltrés depuis le niveau 3 chalcolithique (Ibid. : 8).

160Plus proche des Géandes, le tumulus du dolmen de Champvermeil à Bidon est presque complètement arasé. Contre la dalle latérale orientale, la base du tumulus caillouteux vient se raccorder à la pente naturelle. Ce cailloutis épais d’une dizaine de centimètres masque peut être un niveau néolithique (s.l.) car deux débris de céramique à gros grains de dégraissant en proviennent. Seul, un sondage permettrait de le vérifier. La présence de poteries avait déjà été signalée au XIXe siècle par Jules Ollier de Marichard (Tscherter et Paillole 2006 : 105).

3.7. Le dolmen n° 2

3.7.1. Localisation

161Il est situé à gauche du sentier (n° 2 de la fig. 53) qui depuis le chemin carrossable permet d’accéder à trois autres dolmens.

3.7.2. Historique des recherches

3.7.2.1. Les travaux anciens et état de conservation du monument

162Le tumulus est arasé et la cella vidée de longue date (Chiron 1896 : 48). Ce même auteur a laissé deux croquis qu’il effectua sans doute à partir de photographies (fig. 60).

163Depuis la campagne photographique menée en 1971 (Combier 1977 : 578) et celle de 1978 (Béal 1980 : 2), l’intérieur de la cella a été à nouveau bouleversé. À l’arrière du chevet, de gros blocs de calcaire ont été accumulés autrefois (fig. 95) ; progressivement, la dalle de chevet cède sous la pression de ces recharges modernes. Là où ils ne bénéficient pas de couverture mégalithique, les montants latéraux sont fragilisés et tronqués par l’action de l’eau et du gel. Malgré tout, l’architecture de ce dolmen a peu souffert depuis plus d’un siècle comme on peut le constater sur un cliché de la fin du XIXe siècle (fig. 94) et les relevés anciens disponibles.

Fig. 94 - Dolmen n° 2 des Géandes (Léopold Chiron 1896).

Fig. 95 - Dolmen n° 2 des Géandes avant la fouille ; depuis le sud-ouest et derrière le chevet.

3.7.2.2. Les travaux récents

164À partir de 2002, la chambre et son pourtour ont été abordés et fouillés sur 25 m² (fig. 96). Plusieurs coupes stratigraphiques ont été levées et la topographie de l’ensemble du tumulus a été établie au 1/20e.

Fig. 96 - Dolmen n° 2 des Géandes ; plan général.

3.7.3. Environnement géologique immédiat

165Comme partout sur la nécropole, le terrain est en légère pente vers le sud-est (fig. 97). Au sud du monument, le terrain est jonché de pierrailles identiques à celles qui furent employées pour le tumulus. Au nord-ouest, le substratum déchiqueté est mis à nu par l’érosion. Comme pour le précédent, ce dolmen fut donc installé à la jonction entre le substrat lapiazé, ce qui a dû faciliter l’extraction des premiers montants, et des aires potentielles de prélèvement des petits matériaux. Pourtant, on ne voit ici ni zone épuisée, ni carrière de grandes dalles.

Fig. 97 - Dolmen n° 2 des Géandes ; vue aérienne.

3.7.4. L’architecture du monument

166C’est un dolmen de type caussenard. La cella s’ouvre vers le sud (fig. 95), orientation différente de celle du réseau de diaclases (O-N-O 290 °) visible à proximité.

3.7.4.1. La chambre funéraire

167La chambre funéraire émerge de 60 cm du tumulus et mesure 2,00 x 1,60 x 1,50 m. Avec le vestibule qui la prolonge, elle atteint 2,80 cm de long (fig. 98, 99).

Fig. 98 - Dolmen n° 2 des Géandes ; plan de détail de la chambre.
a : aven.
b : dalle de couverture.
c : blocs de calage.

Fig. 99 - Dolmen n° 2 des Géandes ; coupe de la chambre avec élévation du chevet.

168En retrait de la chambre, les talons des dalles latérales dépassent le chevet d’environ 60 cm ce qui améliore la stabilité et l’étanchéité de l’édifice.

Le chevet

169La dalle de chevet (1,60 m à la base et 0,90 m au sommet x 1,40 m x 0,15 m) fut soigneusement régularisée en forme de trapèze pour permettre un ajustage presque parfait avec la table de couverture et les montants latéraux qui sont donc légèrement inclinés. Dans l’angle inférieur nord-ouest de la chambre, il fallut quand même combler un petit jour avec quelques pierres empilées ; une autre est insérée à mi-hauteur de l’angle nord-est pour parfaire le calage.

170Au sommet du chevet, des écrasements et de petits éclatements sans gravité sont survenus lors de la mise en place de la couverture.

171Alors que la surface externe est irrégulière et corrodée, la face interne est lisse : au centre, une profonde cupule naturelle ovale (3 x 2 x 3 cm) dont les bords sont usés mais non patinés.

172La base du chevet repose sur le substratum. Les fouilles anciennes ayant surcreusé le fond de la cella, on n’a pas la certitude que cette dalle fut engagée dans une gouttière aménagée. La partie inférieure du chevet, sur 25 cm de hauteur, a une patine bien différente de celle de la partie haute de la dalle : la limite assez nette entre ces deux teintes correspond probablement au niveau atteint à l’origine par le remplissage terreux de la cella, observation également faite pour d’autres monuments de la nécropole.

La dalle latérale occidentale

Description

173Elle mesure 2,60 x 1,48 x 0,20 m. La partie externe est météorisée alors que la face interne est très régulière et concrétionnée, ce qui correspond à la face inférieure du banc calcaire in situ avant extraction.

174La tranche supérieure de la dalle, bien conservée sous la table de couverture, est vive et anguleuse et n’a pas été épannelée, elle correspond au plan d’une fracture lors de l’extraction ou du transport. À l’inverse, sa base irrégulière correspond à la partie météorisée du banc. L’avant de cette dalle latérale, qui s’effile progressivement, repose sur un gros bloc de calcaire disposée pour compenser une légère dépression du substratum comblée d’argile : la coupe stratigraphique relevée à l’avant de la chambre (fig. 101) montre que les fouilles anciennes ont atteint cette argile stérile sans toutefois la supprimer partout complètement. Par exemple, au cœur de la chambre funéraire, une seconde dépression plus importante est apparue à la base de l’argile de décalcification. Il est évident que lors de l’utilisation de la sépulture, elle n’était pas visible (fig. 98 n° a).

Fig. 100 - Dolmen n° 2 : cella et vestibule en vue latérale.

Fig. 101 - Dolmen n° 2 des Géandes ; coupe à l’entrée de la cella.

175À l’arrière, contre le chevet, la dalle latérale est insérée dans une saignée conservée sur 6 cm de profondeur et qui, elle, fut creusée aux dépens de la partie friable du substratum.

Pierres de calage

176À l’extérieur de la chambre, contre le talon de la dalle latérale ouest, trois petites pierres dressées sont enchâssées dans le tumulus (fig. 102) ; la plus grosse atteint 30 x 15 cm. Elles participent au maintien du montant qui fut installé très tôt lors de la construction.

Fig. 102 - Dolmen n° 2 des Géandes ; renfort contre la dalle latérale ouest.

La dalle latérale orientale

177Elle mesure 2,50 x 1,50 x 0,20 m. Il est probable que le banc rocheux utilisé était naturellement entièrement détaché puisque d’une part, on ne distingue pas de zone pouvant correspondre à une fracture d’extraction et que d’autre part, les deux faces sont corrodées et concrétionnées à la fois, la face interne étant toutefois sensiblement plus régulière. La tranche supérieure de cette dalle a été régularisée.

178Pour la mettre de niveau avec l’autre dalle latérale, l’avant repose sur un calage de terre et de petites dalles de calcaire ; l’arrière est au contact du substratum qui ne paraît pas avoir été aménagé. Ainsi, comme pour le dolmen n° 1, l’angle nord-est de la chambre, qui est moins solide que l’autre, a été bâti en second. Malgré cela, cette dalle n’a pas bougé : le plan en trapèze de la chambre, plus étroit vers l’entrée, correspond donc bien à l’état initial.

La table de couverture

179Elle est massive et débordante. Irrégulière puisque naturellement échancrée (fig. 103), elle mesure 1,80 x 2,45 x 0,30 m pèse presque 3 tonnes ! Nulle part sur les tranches, on ne distingue de fracture ayant pu survenir lors de l’extraction : il est donc possible que, comme la dalle latérale orientale, elle était naturellement détachée du substratum.

Fig. 103 - Dolmen n° 2 des Géandes ; détail de l’échancrure de la dalle de couverture.

180La face dirigée vers l’intérieur de la chambre est lisse, régulière et carbonatée. Placée très en retrait puisqu’elle s’appuie sur les talons des dalles latérales, elle ne couvre pas toute la chambre. Les échancrures prononcées dues à la dissolution qui affecte la partie antérieure de chaque montant latéral prouvent bien que cette couverture n’était pas partout efficiente. On ne peut pas écarter l’hypothèse d’une modification du monument antérieure à 1889, date de l’illustration dans l’Album de Léopold Chiron qui est le plus vieux document disponible. Cette perte de surface utile de la dalle de couverture, qui correspond à un retrait de 70 cm environ, n’aurait pas permis, de toute façon, de couvrir intégralement la chambre : un complément avec une seconde grande dalle ou plus vraisemblablement avec plusieurs lauzes était nécessaire.

3.7.4.2. Le vestibule

181Comme souvent en Ardèche, la chambre est prolongée sur 80 cm par deux petites dalles fines ; chacune d’elles chevauche son montant latéral par l’extérieur (fig. 104).

Fig. 104 - Dolmen n° 2 des Géandes ; vestibule en vue verticale.

182Elles sont très érodées, surtout la dalle ouest qui est plus longue de 45 cm que son homologue. Cette dernière, dont la face interne est lisse et concrétionnée, repose à l’avant sur l’argile caillouteuse et à l’arrière sur le même calage que la dalle latérale qu’elle prolonge.

183La nette différence de longueur entre les deux dalles de ce vestibule laisse supposer qu’à l’origine une troisième dalle (aujourd’hui disparue suite aux fouilles anciennes) était perpendiculaire à la dalle orientale et réduisait le passage. L’entrée — et son probable couloir — qui était décalée par rapport à l’axe de la chambre, donnait ainsi au monument un plan en « p ».

184Enfin, il est probable que des grandes lauzes venaient couvrir ce vestibule axial et compensaient l’échancrure qui affecte la dalle de couverture.

3.7.4.3. Le tumulus

Description en plan

185Aujourd’hui ovale (fig. 96), il atteint 11 m dans le sens nord-sud pour une largeur de 8 m au maximum.

186Le tumulus est amputé des deux tiers de sa hauteur (fig. 105). Il est mieux marqué au sud, jusqu’à 0,70 m de hauteur environ, puisque rehaussé par les déblais des fouilles anciennes. Derrière la chambre funéraire, au nord, il se raccorde aujourd’hui progressivement à la pente naturelle. Sa limite, qui reste floue, correspondrait à trois dalles obliques qui émergent de la pierraille environnante ; elles sont inclinées vers l’extérieur de la calotte tumulaire, à l’inverse donc du pendage naturel.

Fig. 105 - Dolmen n° 2 des Géandes ; topographie du tumulus.

L’organisation interne du tumulus

187Puisque le tumulus est très arasé, on a directement accès à l’état correspondant aux phases initiales de son élaboration. La structure interne paraît mieux conservée ou plus sophistiquée sur la moitié méridionale. Les fouilles y furent menées par décapages complétés par deux sondages, l’un au sud (n° 1) étiré dans l’axe de la chambre funéraire (fig. 106), l’autre (n° 2) perpendiculaire à la dalle occidentale du vestibule. Quand elle n’est pas remaniée, la structure du tumulus est constituée de petites dalles inclinées et disposées en écailles. Cette inclinaison qui est plus forte au contact des montants latéraux de la chambre s’amortit progressivement vers la périphérie.

Fig. 106 - Dolmen n° 2 des Géandes ; sondage n° 1 dans l’axe de la chambre.

188Il a fallu 7 niveaux de décapage pour atteindre le substratum. Sous la chape de pierres qui se trouvent aujourd’hui en surface, le gabarit des matériaux employés augmente (fig. 107) : plus on descend dans la masse du tumulus, plus les éléments sont gros. L’accumulation des plus lourds à la base de la structure garantissait sans doute une meilleure stabilité à l’édifice. Cela témoignerait également de la raréfaction progressive des blocs volumineux aux abords du chantier au fur et à mesure de l’accumulation du tumulus. Ce processus a dû être amplifié par l’éclatement naturel des pierres du dessus puisqu’elles ont été exposées aux intempéries.

Fig. 107 - Dolmen n° 2 des Géandes ; sondage 2 ; blocs plus massifs à la base tumulus.

189Les dalles sont posées au contact les unes des autres et les interstices sont soigneusement comblés avec de la terre brunâtre qui était égalée au fur et à mesure : aucun vide n’ayant été laissé entre les pierres, ce tumulus est beaucoup plus terreux que celui du dolmen n° 1. Mais, comme précédemment, il n’y a pas de zone strictement terreuse ayant pu correspondre, par exemple, au versement du contenu d’un couffin.

190Comme pour le dolmen n° 1 (et les n° 3 et 6 ?), cette profusion de terre explique en partie l’ablation de la partie supérieure du tumulus qui était très vulnérable.

Existence d’un couloir d’accès ?

191Dans le sondage n° 1, sur près d’un mètre de longueur à l’avant du vestibule, on ne retrouve pas la disposition en écaille caractéristique des tumulus de la nécropole.

192De grandes pierres sont placées un peu dans tous les sens, à plat ou inclinées vers l’intérieur de la chambre (fig. 108), parfois convergentes, mais jamais sur chant. Plusieurs d’entre-elles sont brisées en deux sur place. L’hypothèse d’y voir les déblais du creusement destiné à implanter les premiers montants de la chambre funéraire et du vestibule est peu probable : d’une part, l’emplacement de la chambre ne fut pas nettoyé intégralement de son remplissage terreux naturel ; d’autre part, le module des blocs du tertre est nettement supérieur à celui des petites plaques encore visibles in situ à la base du remplissage de la chambre. Il s’agirait d’un apport rapide dans le tumulus ce qui évoque alors l’aspect du radier du couloir du dolmen n° 4.

Fig. 108 - Dolmen n° 2 des Géandes ; sondage 2 ; profil ouest-est.

193L’existence d’un couloir, déjà perceptible dans l’organisation du vestibule, semble se confirmer. Sa longueur initiale reste inconnue.

Aménagements périphériques et pierres dressées

194Presque partout, la transition entre calotte tumulaire et surface naturelle s’effectue sans limite nette : compte-tenu de l’arasement du tumulus, il manque pratiquement toute la bordure initiale.

195Au sud-est, de petites dalles disposées à plat, marqueraient quand même la limite orientale du tumulus. À proximité, des pierres sont plantées. Au sud-ouest, la bordure actuelle du tertre est marquée par une pierre dressée naturellement percée (fig. 109). Elle est associée à un empilement de dalles à plat qui recouvrent la structure classique en écailles inclinées. Dépourvue d’assise, cette sorte de parement ne devait pas être élevée : une hauteur de l’ordre du mètre est envisageable par référence aux murets des couloirs des dolmens n° 4 et 5. On ne peut donc pas exclure ici l’hypothèse de l’existence d’un petit gradin bordant le tumulus. Au sud (fig. 110), vers la périphérie du tertre, trois petites pierres sont dressées : deux sont presque accolées et toutes reposent sur le substratum ou dans la couche caillouteuse qui en dérive. La présence de pierres fichées fut signalée en 1873 et 1882 par Jules Ollier de Marichard. Moins fréquentes ici et moins régulièrement disposées que cet auteur ne le figurait (Ollier de Marichard 1873 : 667), elles marquent vaguement la périphérie de la partie antérieure du tumulus, c’est-à-dire qu’elles sont plutôt en liaison avec l’entrée du monument. Disposées par paire, elles ne sont pas toutes placées sur la même courbe de niveau, ni à égale distance de la chambre : entre 3,30 et 3,50 m à l’ouest, entre 2 et 2,50 m à l’est, 2 m au nord-ouest et 4,30 m au sud.

Fig. 109 - Dolmen n° 2 des Géandes ; sondage 2 ; au premier plan « plourouse » percée.

Fig. 110 - Dolmen n° 2 des Géandes ; « plourouses » dans la partie médiane du sondage.

196De dimensions très modestes, leurs sommets correspondent toujours à de vieilles surfaces qui ne furent donc ni brisées ni érodées récemment. Elles étaient donc certainement incluses dans la masse de pierre et ne participaient en rien à la stabilité de l’ensemble, ni même à celle de son contour. Il ne s’agit pas non plus de stèles dressées émergeant du tumulus. Une fonction symbolique n’est donc pas recevable. Dans le meilleur des cas, elles ont pu servir à borner la surface et à baliser le chantier de construction. L’une d’elles a d’ailleurs été mise en évidence dans le sondage sud, dans l’axe de la chambre.

Le terrain naturel sous le tumulus

197Le sondage n° 1 a été prolongé sur 3 m au-delà des limites actuelles du tumulus. Partout, le terrain naturel se présente de façon cohérente. De bas en haut et du sud vers le nord, il y a d’abord le substratum proprement dit, puis un lit de plaques détachées du substrat mais restées in situ et, enfin, sous la surface, un niveau de menus fragments correspondant à l’émiettement des pierres sous-jacentes. Dès qu’elle est dégagée, cette structure naturelle se disloque très vite, en quelques jours. Il est donc évident qu’au Néolithique, tout cela était scellé par une couche terreuse qui masquait ces plaques qui ne n’étaient pas prélevées pour édifier le tumulus.

3.7.5. Le mobilier archéologique

198Ce monument est lui aussi construit sur une couche terreuse qui, à l’inverse du dolmen n° 1, est dépourvue de vestige archéologique, du moins dans la partie frontale de l’édifice.

3.7.5.1. Les fouilles anciennes

199Dans la cella, Léopold Chiron mentionne avoir trouvé une coquille percée et un couteau de silex (Chiron 1896 : 48). Dans son Album de dessins, il signale aussi quatre perles. Pour la coquille, une erreur de transcription dans la copie posthume de cet Album indique aiguille.

200Sur deux photographies inédites visibles à la conservation du Gard à Pont-Saint-Esprit, en sus de la lame irrégulière et de trois des perles déjà mentionnées, Léopold Chiron aurait également trouvé une grosse pointe de flèche brisée et une plus fine losangique ainsi qu’un Conus mediterraneus percé par abrasion de l’apex. Cette pièce n’apparaît pourtant pas dans la liste des coquillages déterminés par Léon Germain (1911 : 209). Ceci pose une fois encore le problème de la fiabilité de la provenance du mobilier des premières recherches.

201Enfin, dans la collection Léopold Chiron au musée d’Orgnac se trouvent d’autres objets dont des pointes de flèches, le Conus déjà signalé et une petite perle discoïde en test (fig. 111).

Fig. 111 - Dolmen n° 2 des Géandes ; éléments de parure, outillage lithique et céramiques des fouilles anciennes et déblais remaniés.

3.7.5.2. Les travaux récents

202Les rares éléments de parure, tessons de céramique, débris d’objets métalliques et menus restes humains recueillis à partir de 2002 proviennent de la cella (placage de cailloutis argileux brun sombre au pied du chevet sur quelques centimètres d’épaisseur) et surtout de la surface actuelle du tumulus qui est très arasé, en particulier dans l’axe de la cella : il s’agit à l’évidence d’objets provenant de déblais extraits autrefois.

3.7.5.3. Interprétations chrono-culturelles

203La plupart du mobilier (outillage lithique, perles) ne donne pas d’information précise quant à la chronologie des dépôts funéraires.

204Parmi les éléments de parure, ceux qui sont élaborés sur ou à partir de coquillages marins (Dentalium, Conus percé par abrasion et perle discoïde en test) (fig. 111) (Barge 1982 : 88 ; Lemercier 2004 : 389) renvoient plutôt au début de l’âge du Bronze ancien.

205La céramique inornée, dont un fragment de carène douce, est assez fine ; la pâte est sombre. Les débris qui pourraient correspondre à un seul récipient sont érodés et souvent les grains de dégraissants ont été expulsés. L’ensemble renvoie plutôt sur l’âge du Bronze.

206Un seul fragment de panse est orné au niveau d’une légère carène d’incisions régulières et obliques. Non limitées par un sillon horizontal, elles sont imprimées à la roulette jusqu’au 2/3 de l’épaisseur de la pâte brun rougeâtre dont la surface devait être lissée. Une attribution à l’âge du Bronze récent, vers 1400-1300 av. J.-C. est probable ; des similitudes sont notées avec des décors de type Saint-Vérédème (Roudil 1972 : pl. 67 ; Vital 1990 : 37, fig. 12).

207Enfin, comme sur les dolmens n° 1 et 4, les fragments de galets de quartzite dont un véritable chopper réutilisé comme coin (fig. 283), sont plutôt en relation avec la phase de construction du monument : ils ont pu servir à régulariser par bouchardage les arêtes du chevet.

3.8. Le dolmen n° 3

3.8.1. Localisation et historique des recherches

3.8.1.1. État de conservation du monument

208Situé à 70 m au nord du précédent (n° 3 de la fig. 53), il est en partie effondré sur lui-même et partiellement enfoui sous des empilements modernes de petites plaques de calcaire (fig. 112, 113). D’après une illustration ancienne, il est dans cet état depuis au moins 1871 et aurait servi d’abri de berger (Ollier de Marichard 1882, pl. h-t. ; Tscherter et Paillole 2006 : 105) (fig. 114) comme souvent à l’époque. Seule, l’érosion du tumulus s’est amplifiée depuis. Le remplissage a été vidé jusqu’au substrat et les trois montants de la chambre sont déchaussés.

Fig. 112 - Dolmen n° 3 des Géandes ; vue de face.

Fig. 113 - Dolmen n° 3 des Géandes ; vue depuis ouest.

Fig. 114 - Dolmen n° 3 des Géandes ; aquarelle de Jules Ollier de Marichard, 1871.

3.8.1.2. Les travaux récents

209Il n’a fait l’objet d’aucune fouille ni sondage, puisque dans le projet de l’opération de restauration et de mise en valeur de la nécropole, il est prévu de le stabiliser et de le présenter en l’état afin d’illustrer l’histoire des recherches dolméniques et le folklore qui s’y rattache. Seul, un levé en courbes de niveau du tumulus a été effectué, d’autant qu’il est dangereux de se glisser entre les dalles qui menacent de s’effondrer. De plus, en prévision des prospections, une méthode simple pour dresser plans et profils y a été mise au point.

3.8.2. Les carrières d’extraction des matériaux

210Comme pour le précédent, ce dolmen fut installé à la jonction entre un substrat très fissuré et des aires potentielles de prélèvement de petits matériaux (fig. 116). La plus proche est à une vingtaine de mètres à l’est de la chambre. Il s’agit d’une surface de 100 m² environ qui semble appauvrie en petites dalles libres qui auraient donc été emportées pour édifier le tumulus. Elle est par contre jonchée d’un petit cailloutis qui évoque le matériau piétiné des sentiers.

Fig. 115 - Dolmen n° 3 des Géandes ; coupe et plan (tumulus schématique).

Fig. 116 - Dolmen n° 3 des Géandes ; vue aérienne.

211Le banc rocheux qui affleure sur la partie haute de l’aire épierrée présente une importante encoche de 4,30 m de long et d’environ 1,20 m de large qui pourrait correspondre à l’empreinte de la dalle latérale orientale. Cette carrière avait déjà été repérée par nos prédécesseurs (Chevalier 1984 : 156). Enfin, trois fragments de galets de quartzite, dont un qui présente des traces de percussion, ont été recueillis en surface (fig. 283).

3.8.3. Le monument

212Malgré son piètre état, on reconnaît un dolmen de type caussenard dont la chambre s’ouvre vers le sud-sud-est ; en effet, nulle part dans la partie antérieure du tumulus on ne perçoit de dépression ayant pu correspondre à une éventuelle antichambre. On retrouve les mêmes principes architecturaux que dans les autres monuments de la nécropole. Le côté oriental de la chambre, qui une fois encore était moins stable puisque bâti en second, est effondré. Compte tenu de l’état général du dolmen et du tumulus en particulier, on ne retrouve aucune trace d’un éventuel vestibule ou du système d’accès.

3.8.3.1. La chambre funéraire

213La chambre funéraire (fig. 115) émerge du tumulus de 80 cm ; elle mesure 180 x 140 x 120 cm au niveau du chevet. Son remplissage a été entièrement vidé. À l’aplomb du chevet, le substrat présente un décrochement de 15 à 20 cm de profondeur : il s’agit peut-être de l’empreinte d’un montant — et alors sans doute le chevet — directement prélevé sur place.

Le chevet

214Régulier (160 à la base x 130 x 15 cm, soit 800 kg), il est encore parfaitement maintenu en place bien que le monument s’effondre. La base qui est irrégulière correspond à la partie qui était à l’origine masquée, plantée dans le sol. À l’inverse, la tranche supérieure qui correspond à une cassure devait permettre un bon ajustage avec la couverture.

La dalle latérale occidentale

215Elle mesure 270 x 140 x 15 cm, et pèse 1,4 tonne. Elle est restée bien en place puisque son talon est engagé de 80 cm dans le tumulus. La tranche supérieure et la tranche sud sont météorisées et la face interne est carbonatée.

La dalle latérale orientale

216L’autre dalle, plus petite et épaisse (210 x 125 x 18 cm soit 1 tonne), a ripé vers l’intérieur de la chambre. La tranche inférieure, irrégulière, était à l’origine enfouie. Comme sur la précédente, la tranche supérieure et la tranche sud sont météorisées et la face interne est carbonatée.

La table de couverture

217Elle mesure 290 x 180 x 30 cm et pèse presque 4 tonnes. Elle est aujourd’hui basculée sur l’avant. Vues ses dimensions, elle couvrait bien la chambre funéraire, mais pas l’éventuel vestibule. Au nord et à l’est, les bords correspondent à des cassures franches survenues à l’extraction ou lors du transport, alors que les deux autres bords sont météorisés, naturels.

3.8.3.2. Le tumulus

218Le tumulus quasi-circulaire, de 10 x 8 x 0,80 m environ, est arasé aux deux tiers : était-il terreux comme celui du n° 2 ? Il paraît installé au contact du substratum mais l’existence d’une couche terreuse résiduelle antérieure à l’édification reste toutefois possible. Il est mieux marqué au sud, puisque rehaussé par l’accumulation des déblais anciens. À l’ouest, 2 m à l’avant de la chambre funéraire, des blocs et dalles sont profondément ancrés au sommet de ce qui reste du tertre ; ils évoquent le radier d’un couloir d’accès qui aurait été coudé ou décentré. D’autres blocs marqueraient sa limite nord-ouest. Enfin, la dalle latérale orientale ayant ripé vers l’intérieur de la chambre, la structure en écailles du tumulus est bien visible.

3.8.4. Le mobilier archéologique et interprétations chrono-culturelles

219Rien ne permet de préciser la chronologie de l’utilisation funéraire du monument dont la cella est vidée de longue date. Dans la collection Léopold Chiron conservée au Musée d’Orgnac (fig. 117), les fragments d’une lame et d’un poignard en silex sont fixés sur le même carton que d’autres pièces attribuées au dolmen n° 6 selon notre numérotation. Trois perles en proviendraient aussi.

Fig. 117 - Dolmen n° 3 ou n° 6 des Géandes ; outillage lithique et éléments de parure des fouilles anciennes.

3.9. Le dolmen n° 4

3.9.1. Localisation

220C’est le dolmen le plus septentrional du groupe (n° 4 de la fig. 53) et, par conséquent, celui qui est situé le plus haut sur la pente. Il n’est pas placé sur une éminence particulière mais une fois édifié, il devient lui-même le point culminant, ce qui explique l’implantation ultérieure à même la table de couverture d’une tour moderne qui lui donne sa notoriété (fig. 62).

Fig. 118 - Dolmen n° 4 des Géandes ; couloir et tour.

Fig. 119 - Dolmen n° 4 des Géandes ; plan général.

3.9.2. Historique des recherches

3.9.2.1. État de conservation du monument

221Comme pour les autres, la chambre a été fouillée au XIXe siècle. Bien qu’il serve de repère avec sa tour, il ne semble pas être mentionné en 1837 dans le rapport du géomètre Bonnefont.

222Sur le croquis réalisé en 1889 par Léopold Chiron qui est la plus vieille illustration disponible (fig. 60), le monument émerge déjà légèrement du tumulus qui a été écrêté pour édifier la fameuse tour. La couverture n’était brisée qu’en deux parties et les piliers d’entrée supportaient encore un des fragments, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui.

223Trois relevés ultérieurs (H. et I. Lucot, Y. Chevalier et R. Gilles) montrent que l’état du monument ne s’est pas trop dégradé, hormis le basculement d’un fragment de la couverture dans la chambre.

224Avant notre venue, le tumulus était constellé de petits cratères correspondant aux passages de détecteurs à métaux ; plusieurs fouilles clandestines ont dégagé l’arrière du sommet du chevet et à l’est, un alignement de dalles sur chant. Deux zones perturbées sur le flanc sud du tumulus témoignent de tentatives pour localiser le couloir d’accès dans l’axe de la porte de la chambre funéraire. Par chance, le couloir est déjeté vers l’est ; une troisième fouille clandestine en a quand même affectée le débouché sur 1 m².

Les travaux récents

225À partir de 2002, la chambre funéraire et son pourtour immédiat ont été étudiés et levés au 1/20e. La topographie générale du tumulus a été réalisée au 1/50e. Le remplissage remanié de la cella n’a été que partiellement extrait puisqu’un fragment de la table qui menace de s’écrouler repose sur ce dépôt remanié. Le décapage manuel n’a concerné que la partie frontale de l’édifice, le reste du tumulus étant visiblement trop perturbé.

226Le couloir d’accès a été fouillé et levé au 1/10e. Son existence avait été pressentie avant notre intervention (Chevalier 1984 : pl. 33) mais par chance, il était resté presque intact.

3.9.3. L’environnement géologique immédiat et les carrières d’extraction des matériaux

3.9.3.1. À l’emplacement de la chambre funéraire

227Les parois de la chambre et la dalle de chevet reposent directement sur le substratum, au niveau d’une fissure qui traverse la cella d’est en ouest et dont la lèvre sud fait un palier (fig. 121) ; l’autre bord devait correspondre au banc rocheux qui fut redressé pour servir de chevet. Au centre de la chambre se trouve le départ d’un petit aven qui n’était pas intégralement comblé de terre.

3.9.3.2. À la périphérie du monument

228Le sol est naturellement jonché de pierrailles. Le calcaire est ici plus gréseux que celui rencontré autour des autres monuments : ce glacis est épais de 10 à 15 cm en moyenne. Aucune aire n’est véritablement épuisée, mais immédiatement au sud du tumulus, le secteur qu’emprunte le chemin actuel est en partie épierré ce qui laisse entrevoir des bancs rocheux compacts facilement exploitables si l’on avait voulu construire un dolmen à chambre mégalithique. Ainsi, l’emploi de pierres sèches pour monter la chambre ne résulte pas de l’absence de grande dalle à proximité du chantier. Enfin, à l’est, des bancs rocheux fins correspondent au gabarit des piliers de la porte du monument.

3.9.4. L’architecture du monument

229Le montage en pierres sèches des murs latéraux de la cella le distingue des autres monuments de la nécropole. Il s’agit donc d’un dolmen bas-rhodanien dont le plan est irrégulier comme souvent pour ce type d’architecture (Chevalier 1984 : 76) (fig. 120). L’entrée de la chambre est orientée au sud et le couloir d’accès s’ouvre vers le sud-sud-est. Cette différence, qui n’est pas soumise à des contraintes naturelles telles une remontée du substratum ou l’orientation du réseau de diaclases (ici, N-O 330°), est volontaire et pourrait donc être symbolique.

Fig. 120 - Dolmen n° 4 des Géandes ; profil synthétique nord-sud du monument.

3.9.4.1. La chambre funéraire

230Son plan correspond à un ovale tronqué allongé dans le sens nord-sud ; l’entrée est décentrée (fig. 121). Les dimensions internes à la base des parois (2,50 x 2 x 1,75 m) sont différentes de celles fournies par Léopold Chiron (2,80 x 1,50 x 1,10 m) : ce dernier avait sans doute pris les mesures vers le sommet de la voûte, mais d’une manière générale, on ne peut guère se fier aux dimensions données par cet auteur qui, par exemple, a laissé deux croquis du dolmen n° 2, chacun avec des mesures différentes.

Fig. 121 - Dolmen n° 4 des Géandes ; plan de la chambre funéraire.
a : aven.
b : remplissage sépulcral remanié.
c : pilier renversé.
d : seuil.
e : opercule.

Le chevet

231Le chevet (140 à la base x 160 x 20 cm, soit 1 tonne) semble avoir été extrait sur place en redressant un banc calcaire, créant ainsi le décrochement qui s’observe dans la chambre. La dalle a été calée contre ce redan rocheux artificiellement créé et non insérée dans une faille comme cela fut mentionné autrefois (Chevalier 1984 : 92).

232Le chevet a été mis en forme par chocs sur la tranche orientale. Le sommet, qui est cintré, a été régularisé par bouchardage (fig. 122, 123). Ce travail permet un ajustage parfait entre les principaux éléments constituant la chambre. À l’inverse, le bord ouest et la base du chevet sont bruts (fig. 125) : la même observation sera également faite pour le dolmen n° 5.

Fig. 122 - Dolmen n° 4 des Géandes ; sommet du chevet régularisé par bouchardage.

Fig. 123 - Dolmen n° 4 des Géandes ; élévation du chevet.

233Le chevet et les parois qui l’enserrent reposent soit sur le substratum à l’ouest, soit sur un film de terre et de plaquettes calcaires à l’est. À l’ouest, la dalle est amenée au contact du substrat, alors qu’il a fallu laisser de la terre pour la stabiliser de l’autre côté.

234Le fait que le bord ouest du chevet ait été laissé brut et amené jusqu’au contact du substrat suggère que l’on a commencé par bâtir la partie occidentale de la chambre.

235La face interne de la dalle est légèrement bombée et sombre alors que les boutisses des murs latéraux sont restés clairs : la face visible du chevet était-elle déjà patinée et donc en partie hors sol lors de sa mise en œuvre ? Des bourgeonnements de calcite visibles sur les 50 cm inférieurs ont sans doute été préservés de l’érosion par un remplissage. Il y avait bien sûr le niveau sépulcral proprement dit, mais il est aussi vraisemblable que le fond de la chambre a été comblé artificiellement de pierrailles pour maintenir le chevet vertical et ne pas le voir ripper du pied, ce qui réduisait d’autant le volume dédié aux défunts : environ 2,50 x 2 x 1,30 soit environ 6,5 m3.

Les parois de la chambre funéraire

236Pour former les parois de la chambre, des longues et fines plaques de calcaire gréseux sont disposées en boutisse (fig. 124). Ce système qui enserre le chevet (fig. 125), qui n’est donc pas débordant, engage peu ou pas les piliers d’entrée de la chambre. La chambre, mieux conservée à l’ouest, est haute de 1,65 m, soit trente rangs superposés. Les mesures fournies autrefois par Y. Chevalier (1984 : 80) correspondent à l’autre paroi. Les parois sont en « faux encorbellement » qui commence pratiquement à 1 m de hauteur : le dévers atteint encore 15 cm au sommet de la voûte.

Fig. 124 - Dolmen n° 4 des Géandes ; mur oriental de la cella.

Fig. 125 - Dolmen n° 4 des Géandes ; angle inférieur ouest de la cella.

237L’aspect des pierres utilisées ici diffère nettement de celles qui sont utilisées pour le parement du couloir d’accès. Les plus longues, qui sont régulièrement disposées parmi les éléments plus fins, mesurent 1 m de long environ et entre 40 et 60 cm de large, 2 à 3 cm d’épaisseur, plus rarement de 6 à 8 cm : leur sélection fut donc très rigoureuse. Les bords visibles depuis la chambre sont arrondis, les arêtes émoussées, à l’inverse donc de celles du couloir qui sont restées vives. Il ne s’agirait pas là d’un choix des bâtisseurs mais simplement d’un état selon l’intensité de la corrosion. L’absence de remplissage sur pratiquement toute la hauteur de la chambre ou à l’inverse, l’existence d’un comblement délibéré du couloir suffisent à expliquer cette différence. Il n’est pas exclu que le milieu très particulier induit par la putréfaction des cadavres a aussi joué un rôle.

238La qualité et la précision de l’agencement et de l’empilement des dalles diffèrent aussi. Le travail effectué dans la chambre paraît nettement plus sophistiqué — les dalles y forment des courbes horizontales et verticales parfaites — que dans le couloir dont les parois, pourtant moins élevées, ont fléchi sous la poussée du tumulus. Il est évident que le parfait maintien des parois de la chambre était assuré par la pression énorme exercée par la table du dolmen, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui : on peut donc craindre une accélération de l’effondrement de cette structure.

L’entrée de la chambre funéraire et son système de fermeture

239Bordée par deux piliers, l’entrée est décalée vers le sud par rapport à l’axe de la cella.

• Le pilier occidental

240Il est cassé à mi-hauteur ; son sommet arrondi comme celui du chevet est coincé sous un fragment de table de couverture qui l’a emporté dans sa chute. Le pilier mesure donc au moins 110 x 80 x 16 cm, soit un poids de 350 kg ; sa base, solidement ancrée dans une dépression du substratum, est calée par de petits blocs comme devait l’être celle du chevet.

• Le pilier oriental

241Son sommet est écrêté par l’érosion, mais il mesure encore 1,50 m de hauteur ; sa base est enfouie plus profondément que celles des murettes du couloir d’accès. Comme sur l’autre pilier, la face interne est concrétionnée et assez claire : il s’agit de la partie inférieure d’un banc calcaire. La dalle est échancrée à mi-hauteur : compte tenu de l’érosion, on ne voit pas de stigmate d’une mise en forme par percussion. Quoi qu’il en soit, avec l’autre pilier, il laissait libre un passage de 50 cm de large, sorte de goulet qui réduisait le passage puisque le couloir mesure ici 70 cm de large (fig. 126).

Fig. 126 - Dolmen n° 4 des Géandes ; couloir incliné vers le goulet d’entrée de la cella.

• L’opercule

242Une fine dalle ogivale (77 x 55 x 10 cm) d’environ 80 kg, non régularisée ou alors très sommairement, bouchait ce passage (fig. 127). Repérée dès 1972 par H. Lucot, elle était plaquée à l’origine contre la face externe du pilier oriental. Suite aux affouillements opérés depuis la cella, cet opercule avait légèrement basculé en arrière avant d’être retenu par le remplissage qui colmatait le couloir (fig. 128). Sa face externe, retrouvée dessous, est blanche et crayeuse comme les pierres du tumulus quand il n’y a pas de sédiment infiltré. À l’inverse, sa face interne, retrouvée dessus, est maculée de terre brun-clair qui caractérise le nivellement moderne du sommet du remplissage du couloir.

Fig. 127 - Dolmen n° 4 des Géandes ; dalle-opercule en place.

Fig. 128 - Dolmen n° 4 des Géandes ; opercule maintenu par le remplissage du couloir.

• Le seuil
  • 17 Elle a été conservée in situ et n’a donc pas été dessinée intégralement.

243À l’amorce du couloir et à la base de son remplissage, une pierre faisant seuil est en butée contre la face extérieure des deux piliers (fig. 129). C’est une belle dalle disposée à plat et régularisée par percussion17. Elle est naturellement percée vers le centre : on peut envisager qu’un bâton y était engagé pour maintenir vertical l’opercule. Une seconde dalle la prolonge côté couloir et passe également sous la base des murettes de parement.

Fig. 129 - Dolmen n° 4 des Géandes ; dalle de seuil, naturellement percée, en vue verticale.

La dalle de couverture

244Le fragment le plus imposant a basculé dans la chambre. Le deuxième gît sur le tumulus ; un troisième disparaît sous la tour et d’autres débris furent récemment ré-employés pour l’escalier de la tour (fig. 130).

Fig. 130 - Dolmen n° 4 des Géandes ; fragments de la couverture effondrée.

245Reconstituée, elle correspond globalement à un trapèze dont la grande base était sur le chevet de la chambre. Elle mesurait 2,80 x 2,70 x 0,20 m, et pesait pratiquement 2 tonnes. Les bords observables sont corrodés et ne correspondent pas à des fractures survenues lors de l’extraction. La face dirigée vers l’intérieur de la chambre est concrétionnée et claire ; il s’agit donc de la face inférieure du banc calcaire avant prélèvement.

246Compte tenu de la hauteur des piliers d’entrée et du chevet, cette couverture reposait presque horizontalement (fig. 120). Elle parvenait juste à coiffer la chambre, sans débordement dans le sens nord-sud, ce qui est bien visible sur le croquis de Léopold Chiron (fig. 60). Il est évident que l’asymétrie prononcée du plan de la cella est induite par la forme initiale de cette dalle. Elle devait donc déjà être approchée du chantier pour la mesurer avec précision et adapter le plan de la chambre en conséquence.

247D’autre part, il est probable que la table, une fois mise en place sur la chambre, était peu ou pas enfouie sous des recharges de pierres. En effet, la tour moderne qui surmonte le dolmen correspond à une accumulation d’environ 17 m3 de pierrailles, soit entre 1 500 et 2 000 petites dalles, ce qui n’équivaut guère qu’au prélèvement de la première chape du sommet du tumulus.

3.9.4.2. Le tumulus

248Bien qu’épierré par la construction de la tour, il est toujours imposant. Implanté sur une zone terreuse, il occupe 250 m² au sol (fig. 119, 120). Son diamètre passe de 18 m environ à la base à 7 m au sommet actuel. Il atteint encore 1,70 m de hauteur en retrait du chevet. Une fois les volumes du couloir et de la chambre déduits, soit presque 10 m3, le tumulus correspondrait à une accumulation de 200 m3 de pierrailles soit une masse conservée estimée à 400 tonnes : la densité retenue ici est d’environ 2 puisqu’il faut tenir compte des interstices entre les plaques.

Organisation du tumulus

249Il a été étudié en détail sur 60 m² environ, de part et d’autre du couloir d’accès (fig. 131). Ailleurs, la surface est soit trop bouleversée par des fouilles clandestines, soit épierrée pour les besoins de la tour qui occulte 8 m² du sommet du tumulus.

Fig. 131 - Dolmen n° 4 des Géandes ; vue verticale du décapage du tumulus et couloir en cours de dégagement.

250La calotte tumulaire est constituée de dalles plus massives (en moyenne 10 x 50 x 30 cm) que celles qui sont visibles dans la cella.

251Ces dalles sont classiquement disposées en écaille à partir des parois de la chambre funéraire et n’ont pas été jointées avec de la terre. Dans la partie supérieure du tumulus, un colmatage accidentel des interstices a pu s’effectuer par migration des brisures qui résultent de l'émiettement du calcaire gréseux sous l’action des intempéries et du piétinement.

252De même, à la base du remplissage du couloir d’accès, les interstices entre les premiers rangs de blocs du tumulus proprement dit étaient en partie remplis par du sédiment intrusif ayant migré depuis le comblement du couloir sous les effets conjugués du ruissellement et de l’activité biologique. Les pierres n’étaient pas intégralement emballées et, plus bas encore, les interstices étaient restés parfaitement vides, preuve de l’excellent état de conservation du monument qui, on le voit une fois encore, a peu souffert des effets du tassement. Les longues et fines plaques qui participent aux murettes du couloir et aux parois de la cella, le confirment : elles ne furent que rarement brisées par la pression.

253Nulle part dans le tumulus, on ne parvient à observer de structure parfaitement interprétable. À l’est, une fouille clandestine avait dégagé un court alignement de pierres sur chant qui n’a livré aucun vestige. N’ayant pas bouleversé l’organisation interne du tumulus, il paraît synchrone de son accumulation et pourrait alors correspondre à une stase au cours de son édification.

254Au sud, on devine de part et d’autre du débouché du couloir un léger moutonnement marqué çà et là de pierres plates volumineuses ou fichées : il pourrait s’agir de petits gradins érodés. On peut aussi imaginer un système intégralement en palier où les rangs de pierre sont étagés. En tout cas, il s’agissait d’un habillage tout à fait superficiel, ce que confirme l’absence de bordure bien marquée à la périphérie du tumulus. En effet, les dalles y reposaient, non pas directement sur le substratum, mais sur un sédiment terreux et caillouteux sans qu’il y ait eu la moindre fondation.

255Enfin, une tranchée en berceau était réservée à l’emplacement prévu pour le couloir d’accès.

3.9.4.3. Le couloir d’accès à la cella

256Un détail indiqué en pointillés sur un plan par Y. Chevalier suggère que l’axe du couloir avait été perçu en 1976. Malgré cela, il était resté pratiquement intact. La présence de restes humains et de mobilier dans son comblement renforce l’intérêt de la découverte.

Description du couloir

257Aménagé au travers du tumulus, le couloir est nettement asymétrique, ce qui donne un plan en R à l’ensemble du monument (fig. 132). Incliné vers la cella, il est court : à peine plus de 3 m de long, soit presque autant que la chambre funéraire. Il est large de 70 cm au contact de la chambre où les murets qui le bordent s’appuient sur les piliers d’entrée. Il s’évase et atteint 1,20 m de large : son débouché qui est assez haut sur le flanc du tumulus, a été endommagé sur 1 m² par une fouille clandestine.

Fig. 132 - Dolmen n° 4 des Géandes ; vue verticale du couloir dégagé et de la cella.

• Les parois du couloir d’accès

258À l’inverse de la chambre funéraire, l’absence de couverture mégalithique pour le couloir n’a pas contrarié la déformation ponctuelle des parois sous la pression latérale du tumulus et ce, malgré son comblement pour condamner l’accès à la tombe.

• La paroi orientale du couloir

259Cette paroi, qui mesure 3,50 m de longueur totale, est composée de deux appareils distincts.

260Au nord, depuis la chambre funéraire et sur 2,20 m de long, il s’agit d’une murette assez régulière malgré les déformations survenues depuis. Contre le pilier d’entrée de la cella, ce parement est encore constitué par treize rangs de panneresses superposées sur 85 cm de haut (fig. 133). À l’origine, ces plaques devaient atteindre la base de la table de couverture, soit 1,30 m au maximum. Compte tenu de sa fragilité, un tel empilement devrait être régulièrement entretenu et sans doute le couloir était-il remblayé entre les inhumations.

Fig. 133 - Dolmen n° 4 des Géandes ; relevé de la paroi orientale du couloir.

261La base de cette murette repose sur les deux grandes dalles plates horizontales qui marquent le seuil de la chambre. En allant vers le débouché du couloir, la hauteur du muret décroît — il n’a plus que huit rangs — et sa base remonte progressivement par petits paliers courts.

262Au sud, l’autre appareil correspond sur 1,60 m de longueur au débouché du couloir proprement dit et au raccord avec le tumulus. Il s’agit de cinq dalles épaisses et irrégulières placées sur chant en deux rangées parallèles : plus étroites à la base qu’au sommet, elles sont maintenues par un sédiment détritique chargé en résidus désagrégés des plaques de calcaire quand on les manipule sans précaution : il ne devait pas en manquer aux abords du chantier !

263La première rangée est composée de deux pierres plaquées contre le bord de la tranchée de fondation du couloir. La pierre la plus fine sera même scellée par l’extrémité de la murette de panneresses décrite précédemment, ce qui conforte l’hypothèse qu’il ne s’agit pas d’une rectification tardive mais bien que le couloir a été conçu comme cela initialement.

264La seconde rangée qui masque intégralement la précédente constitue le parement du couloir proprement dit (fig. 134). Elle comprend trois dalles assez grosses. Leurs parties supérieures n’étant pas brisées récemment, elles émergeaient peu ou pas du tumulus. Ces observations annoncent exactement l’organisation du couloir du dolmen n° 5. Ces dalles se chevauchent et leur mise en place s’est effectuée à rebours à partir du nord : la première pierre, la plus volumineuse, est venu masquer les trente derniers centimètres de la murette décrite précédemment.

Fig. 134 - Dolmen n° 4 des Géandes ; détail des dalles plantées à l’entrée du couloir.

• La paroi occidentale du couloir

265Au nord où le contact avec le pilier de l’entrée de la chambre est bouleversé par le basculement de ce dernier, le muret est dans l’alignement de la paroi occidentale de la cella.

266La structure du muret est analogue à celle de la paroi orientale. Ici, la remontée progressive vers le sud de la base par paliers est encore plus évidente (fig. 135).

Fig. 135 - Dolmen n° 4 des Géandes ; relevé de la paroi occidentale du couloir.

267Par contre, on ne retrouve pas le prolongement de dalles sur chant. Seule, à l’extrémité sud de la murette, une pierre étroite et dressée émerge — et émergeait ? — du tumulus (fig. 136). Comme les dalles lui faisant face, elle est plantée dans le remplissage caillouteux de la base du couloir. Elle repose sur l’une des pierres du calage faisant verrou. Immédiatement au-delà de cette plourouse, on trouve le bord de la tranchée de fondation du couloir : d’autres pierres faisant parement ont-elles été arrachées ? Cette hypothèse sera retenue pour le dolmen n° 5 où ces éléments font clairement défaut.

Fig. 136 - Dolmen n° 4 des Géandes ; pierre plantée dans le remplissage du couloir à l’extrémité de la paroi ouest.

• Le comblement du couloir

268Dix niveaux de décapages ont été nécessaires pour dégager ce comblement.

• En coupe

269Dans le couloir, les coupes transversales AB et CD, proches de la cella, offrent la même séquence sur 50 cm de haut, avec des variations dans l’ampleur de chaque formation.

270La stratigraphie synthétique se résume ainsi de haut en bas (fig. 137, 138) :

  • Couche 1 : niveau de dalles inclinées vers la chambre ; rares blocs lapiazés et plaquettes.

  • Couche 2 : sédiment terreux ; une phalange humaine (coupe CD) isolée, remaniée.

  • Couche 3 : cailloutis (3a), dalles (3b) et gravillons (3c).

  • Couche 4 : sédiment argileux et caillouteux plus sombre ; à la base, sur la coupe AB et juste à l’avant, des débris d’os humains ; tessons de l’âge du Bronze à l’entrée du couloir.

  • Couche 5 : niveau stérile de débris de calcaires plaqués contre les murets du couloir.

  • Couche 6 : grandes dalles inclinées vers la chambre funéraire.

Fig. 137 - Dolmen n° 4 des Géandes ; coupe AB du couloir (voir plan fig. 326).

Fig. 138 - Dolmen n° 4 des Géandes ; coupe CD du couloir (voir plan fig. 326).

271Trois ensembles sont perçus. Pour la partie inférieure du remplissage, il s’agit d’un bourrage délibéré de dalles (c. 6) recouvert par un matériau détritique (c. 5) qui est uniquement conservé contre les parements du couloir car il est recoupé par la formation suivante. Par analogie avec ce qui sera observé pour le dolmen n° 5, il constituait la base du niveau de piétinement du couloir et contribuait également au maintien de ses parements.

272La partie moyenne de la séquence correspond à un apport polyphasé venu obstruer l’accès à la cella. Il s’agit d’abord d’un lit d’argile caillouteuse (c. 4) qui a entre 20 et 25 cm d’épaisseur et recoupe la couche précédente jusqu’au contact avec la couche 6. Ensuite, la couche 3 lessivée qui marque une dernière utilisation de la cella à l’âge du Bronze et l’abandon de la sépulture, est constituée de dalles mêlées au cailloutis gravillonneux. C’est sans doute à ce moment que les parements du couloir qui n’étaient plus entretenus ont cédé par endroits. Enfin, un nouvel apport, cette fois-ci sans doute moderne (c. 2 et 1) vient combler la dépression due au tassement du remplissage ancien ; constitué de terre, de dalles et petits blocs lapiazés, il permet d’accéder sans difficulté à l’escalier de la tour.

273Une troisième coupe transversale (EF) montre que, à la jonction entre chambre et couloir, la partie supérieure du remplissage est perturbée suite au basculement d’un pilier et de fouilles clandestines.

274La couche 5, qui constitue plus au sud le sol de piétinement, est ici plus épaisse et résulte d’une accumulation progressive : il s’agit peut-être d’un bouchon destiné à maintenir en place l’opercule de la porte de la chambre. Cette couche, qui n’a livré aucun vestige, est recoupée intégralement jusqu’au sommet du dallage faisant seuil, par la couche 4 qui elle, a livré des restes humains et du mobilier (remaniés ?).

• En plan

275La base des murets et parements de dalles est donc stabilisée par un bourrage de pierres, souvent inclinées en direction de la chambre funéraire ou plus rarement sur chant. Trois d’entre elles (deux posées à plat et maintenues écartées par la plus petite enfoncée faisant coin) verrouillent la jonction entre murets et parement de dalles. Ceci démontre que l’aspect peu organisé du bourrage ne résulte pas d’une dislocation de la structure par tassement naturel postérieurement à sa mise en place, mais bien de l’état initial de la base du comblement du couloir. Cet ensemble de pierres volontairement mal agencées est jointoyé avec un blocage de petits débris de calcaire dépourvu de terre. Ce sol de piétinement granuleux devait être nivelé en pente douce pour venir se raccorder aux deux dalles faisant seuil à l’entrée de la cella.

276Les pierres qui participent au comblement proprement dit du couloir, c’est-à-dire la partie moyenne du remplissage (c. 3b), sont de grandes dalles. Les premières sont sommairement empilées à même le sol de piétinement du couloir qui est en pente en direction de l’entrée de la chambre funéraire. Cette inclinaison prise par conséquent par l’ensemble des dalles du remplissage du couloir contraste avec les pierres du tumulus proprement dit qui, elles, sont placées à l’horizontale voire en légère pente vers la périphérie du monument.

277De même, à l’inverse du tumulus et du sol de piétinement qui sont dépourvus de terre, le colmatage entre les dalles est terreux. La présence de cette terre permet d’écarter l’hypothèse que cette partie du remplissage du couloir soit le résultat de l’effondrement d’une éventuelle couverture en lauzes ou de la partie supérieure des murets qui bordent le couloir : il s’agit bien d’un apport délibéré destiné à condamner la sépulture.

278Par la suite seulement, une partie infime de cette terre et des vestiges qu’elle contient seront entraînés un peu plus bas dans le véritable tumulus par le ruissellement et l’activité des racines et des gastéropodes fouisseurs modernes (Pomatias elegans Müll.) dont on retrouve les coquilles et opercules. La présence d’une prémolaire de renard et d’un coxal de lapin plaident aussi pour l’existence d’un terrier entre les pierres du colmatage du couloir. Par contre, l’absence de micro-vertébrés, rongeurs et reptiles en particulier, est étonnante puisque la nature caillouteuse du tumulus et du remplissage du couloir aurait dû être favorable à leur intrusion.

3.9.5. Le mobilier archéologique

279Ce monument est lui aussi construit sur une couche terreuse qui, là où elle a été sondée, est dépourvue de vestige archéologique.

3.9.5.1. Les fouilles anciennes dans la cella et déblais

280Parmi les objets de la collection Bonhomme (Barge 1982 : 202) qui sont mentionnés ici, sous réserve puisqu’ils pourraient également provenir du dolmen n° 1, se trouvent des éléments de parure en coquillage (perle discoïde en test et dentales) qui renvoient plutôt sur le début de l’âge du Bronze ancien.

281Toujours pour la cella, le tamisage des déblais des fouilles anciennes n’a pas été terminé pour des raisons de sécurité. Parmi le mobilier recueilli (fig. 139) (perles, extrémité distale d’un radius de lapin dont la cassure présente des traces de polissage et débris de galet de quartzite), des fragments de deux céramiques fines à décor de cannelures horizontales externes se rattachent à l’âge du Bronze récent (fig. 141). Un troisième petit récipient (bord plat sur carène douce) qui évoque les formes rencontrées dans le n° 5, pourrait dater du Néolithique final-Chalcolithique.

Fig. 139 - Dolmen n° 4 des Géandes ; parures des fouilles anciennes et déblais remaniés.

3.9.5.2. Les fouilles récentes

Sur le tumulus

282Plusieurs galets de quartzite entiers ou fragmentés ont été recueillis sur la surface actuelle du tumulus, l’un d’eux étant pris dans la masse. La tranche d’un autre qui provient de la périphérie du tertre est vaguement piquetée, ce qui rappelle les observations faites pour les dolmens n° 1 et 2.

283Parmi les débris de céramique érodés, un fragment de cordon à décor digité légèrement pincé (fig. 141 n° 3) provient des abords de l’entrée du couloir. L’aspect de la pâte et ce type de décors qui est fréquent à l’âge du Bronze ancien, se maintiennent pour les gros récipients jusqu’à l’âge du Bronze récent (Gilles 1988 : 23 ; Vital 1990 : 64 ; Gros 1997 : 32).

Le mobilier des fouilles du couloir

284La partie supérieure du remplissage du couloir a livré quelques restes humains, deux débris de céramique protohistoriques dont un bord épaissi par ajout de pâte sur une face (fig. 141) et deux tessons modernes, vernissés. La couche 2 est donc remaniée. Plus bas, dans le remplissage caillouteux et argileux (couche 4) vers l’entrée du couloir, un petit fragment de bord plat dont la piètre facture évoque une grosse jarre ou urne fruste protohistorique.

Fig. 140 - Dolmen n° 4 des Géandes ; poinçon en os (face externe) du couloir.

Fig. 141 - Dolmen n° 4 des Géandes ; céramiques des fouilles anciennes et déblais remaniés.

285De rares vestiges proviennent de la couche 4 où, comme les restes humains (infra), ils étaient coincés entre et sous les dalles du remplissage : débris de céramique inornée, et dans le secteur le plus riche en ossements humains, un poinçon sur métapode de petit ruminant (fig. 140). Retrouvé brisé (fig. 326 n° 11), comme la plupart des restes humains du couloir, il confirme que tous ces vestiges n’étaient plus en position initiale, mais avaient été bouleversés et introduits fortuitement lors du comblement du couloir.

3.10. Le dolmen n° 5

3.10.1. Localisation

286Situé vis-à-vis des dolmens n° 2 et 3 (n° 5 de la fig. 53) c’est le monument le plus spectaculaire de la nécropole.

3.10.2. Historique des recherches

3.10.2.1. État de conservation du monument

287La chambre a été vidée antérieurement aux travaux de Léopold Chiron. Il parait être signalé au début du XXe siècle comme étant le mieux conservé de la nécropole (Chantre 1900 : 21) mais la description est trop imprécise pour garantir qu’il s’agisse bien de ce monument.

288Aujourd’hui, sous la poussée de la masse du tumulus, le bord ouest du chevet s’écaille et se fissure. La table de couverture est brisée en quatre. Les deux principaux fragments sont encore en place ou presque ; un débris gît au bas du tumulus ; le dernier n’a pas été retrouvé : est-il enfoui dans le sondage mené autrefois dans le tumulus en retrait de la chambre ?

Fig. 142 - Dolmen n° 5 des Géandes ; levé du tumulus.

289Le tumulus a été tronqué par épierrages successifs. Dans son Album de dessins, Léopold Chiron figurait déjà une accumulation de pierres rapportées sur la table de couverture (fig. 61), usage qui s’est maintenu jusqu’à nos jours : lors de notre intervention, un nouveau tas accumulé par des inconnus venait obturer la principale cassure qui affecte cette dalle.

290Vers 1960, R. Gilles avait dégagé le débouché du couloir d’accès. En 1972, puis 1979, H. et I. Lucot ont fouillé la partie antérieure de la chambre jusqu’au début du couloir (Lucot 1979 ; Combier 1980 : 483). L’antichambre a été restaurée à cette occasion : les petites dalles qui flanquent l’entrée de la chambre ont été disposées perpendiculairement à l’axe de circulation, en dépit de leur position initiale.

291Enfin, au sud-ouest, où le sentier d’accès débouchait avant notre venue, la masse du tumulus est amoindrie par la circulation répétée des visiteurs dont le piétinement a déstabilisé les dalles et amplifié leur fragmentation.

3.10.2.2. Les travaux récents

292En 2002-2004, le levé pierre à pierre du monument au1/20e a été effectué, soit plus de 160 m 2 (fig. 143). Seule la partie frontale du tumulus a été dégagée sur 90 m².

293Le couloir a été re-dégagé et à la base du remplissage remanié, la fouille a fini d’exploiter les formations en place. Enfin, deux sondages, au sud-ouest et au nord respectivement de 10 et 8 m² environ, ont été ouverts à la périphérie du tumulus pour chercher — en vain — à mettre entre autres en évidence un éventuel système de soutènement.

3.10.3. Environnement géologique immédiat et carrières d’extraction des matériaux

294À une quinzaine de mètres au sud du tumulus, au cœur d’une zone où le substratum est à nu, une dalle fine (160 x 60 x 10 cm) et naturellement détachée évoque celles employées pour les piliers de l’antichambre. Ailleurs, autour du monument, le sous-bois est jonché de pierrailles identiques à celles qui furent employées pour le tumulus, mais aucune autre aire n’est manifestement épierrée.

295Les matériaux employés pour le tumulus ont donc été pris bien au-delà du pourtour immédiat du dolmen alors que les pierrailles les plus proches, rendues aujourd’hui visibles par l’érosion, étaient à l’époque enfouies.

3.10.4. L’architecture du monument

296C’est un dolmen dont la chambre et le couloir s’ouvrent presque plein sud (fig. 143), ce qui ne correspond pas à l’orientation (N-E 40°) du réseau principal de diaclases visibles à proximité.

Fig. 143 - Dolmen n° 5 des Géandes ; plan général.

3.10.4.1. La chambre funéraire

297Elle est enfouie au plus épais du tumulus ; elle mesure 3,20 m de long et 0,80 m de large à l’entrée et presque 2 m au niveau du chevet. Son plan (environ 4,5 m²) (fig. 144) et sa section sont en trapèze ce qui conforte la stabilité de l’édifice et explique son bon état. Son remplissage a été vidé depuis longtemps.

Fig. 144 - Dolmen n° 5 des Géandes ; plan de la chambre et du couloir.
a : pierre de calage.
b : murette de l’antichambre.
c : radier de la base du couloir.
d : céramique.

Le chevet

298Plus fin que les autres montants, il mesure 180 x 160 x 30 cm à la base, soit un poids d’environ 2 tonnes La face interne à la chambre est régulière et calcitée. Il s’agit donc bien de la face inférieure du banc calcaire avant extraction. Comme pour les dolmens précédents, sa forme en trapèze favorise le contact avec les dalles latérales plaquées contre lui (fig. 145).

Fig. 145 - Dolmen n° 5 des Géandes ; dalle de chevet.

299La tranche ouest du chevet, la plus fine (17 cm) correspond à une fracture vive et en charnière survenue lors de l’extraction ou du transport. Dans l’angle nord-ouest de la chambre, où l’ajustage avec la dalle latérale était suffisant puisque le banc rocheux s’y prêtait mais imparfaitement, quelques pierres de calage furent insérées.

300Par contre à l’est, le banc rocheux initial devait être trop irrégulier : il fut donc régularisé par bouchardage pour obtenir un ajustage, cette fois-ci parfait. Il en est de même pour le contact avec la dalle de couverture.

301Enfin, la base du chevet qui n’a pas été retaillée, puisqu’elle était enfouie, est irrégulière et n’appuie qu’en deux points sur le substratum qui se délite. Partout ailleurs s’intercale donc une fine couche d’argile sombre et caillouteuse. Des plaquettes empilées et une petite dalle sur chant colmatent le vide important à la base des montants.

La dalle latérale occidentale

302Elle mesure 3,90 x 1,35 m. Son épaisseur décroît de 36 cm à l’avant et 22 cm à l’arrière où elle dépasse le chevet de 50 cm. La face dirigée vers l’intérieur de la chambre est lisse mais plus corrodée que l’externe qui est légèrement calcitée et correspond donc à la face inférieure du banc rocheux avant l’extraction. Enfin, la tranche supérieure est météorisée, donc naturelle.

La dalle latérale orientale

  • 18 Chacune doit peser entre 3,5 et 4 tonnes.

303Elle est plus grande (420 x 140 x 26 cm)18 et plus érodée que la précédente. Elle fut pourtant délibérément placée en retrait d’au moins 73 cm à l’arrière du chevet pour que la partie qui participe à la chambre soit plus courte d’une quarantaine de centimètres que la dalle occidentale. Cette différence est compensée par l’antichambre, ce qui évoque les dolmens caussenards n° 2 et 6.

304À cette extrémité de la dalle, un décrochement important du sol a été rattrapé avec une pierre épaisse mise à plat. Malgré cela, la dalle latérale ripe et pivote vers l’intérieur de la chambre depuis qu’elle a été vidée de son remplissage au XIXe siècle : il est probable qu’il manque désormais un ou plusieurs autres éléments (« verrou ») qui participaient à son maintien. Enfin, la face interne très régulière indique que cette dalle pourrait provenir du même banc que le chevet.

La table de couverture

305Brisée en plusieurs morceaux dont deux sont pratiquement encore en place, elle mesurait à l’origine environ 3,20 x 1,70 x 0,30 m. Son poids initial est estimé à 3,5 tonnes La face interne à la chambre est assez tourmentée. Indépendamment des cassures manifestement récentes repérées à l’avant et à l’arrière, la tranche orientale correspond à un plan de fracture survenue lors du transport ou de l’extraction alors qu’à l’ouest le bord naturel est météorisé.

306On ignore la forme exacte et la position initiale de cette table, mais il est évident qu’elle parvenait tout juste à coiffer la chambre, sans véritable débordement. Son inclinaison devait être assez forte, entre 3 et 5 %, puisque le sommet du chevet qui la supportait émerge de plusieurs centimètres au-dessus des autres montants de la chambre qui, eux-mêmes, sont légèrement inclinés vers l’entrée de la chambre.

3.10.4.2. Le système de fermeture ou « antichambre »

Description

307Cette structure a été mise en évidence en 1979 puis reconstituée à cette époque (Lucot 1979), mais la zone au contact de la chambre funéraire avait déjà souffert des fouilles antérieures. Les documents anciens disponibles sont peu explicites (fig. 146) et les observations directes sont désormais partielles.

Fig. 146 - Dolmen n° 5 des Géandes ; paroi occidentale de l’antichambre.
L’opercule devait être inséré entre les deux dalles verticales (cliché 1979).

308« L’antichambre » est très courte : 70 cm à l’ouest et 1 m à l’est. Cette différence de 30 cm compense l’écart entre les extrémités des dalles latérales. L’antichambre n’était pas protégée par la table de couverture : elle se réduit donc à un simple goulet, légèrement plus large au contact de la chambre qu’en direction du couloir (50 et 40 cm) qui la prolonge vers le sud.

309Chaque extrémité du passage est clairement marquée : au contact de la chambre funéraire, deux dalles dressées dont le sommet n’atteignait pas la surface du tumulus ; côté couloir, deux véritables petits piliers très érodés aujourd’hui, ils devaient émerger du tumulus à l’origine. Le plus massif est placé à l’est : il mesure encore 110 x 95 x 13 cm, soit environ 300 kg ; bien que sa base soit enfouie sur presque 50 cm, il a quand même été déstabilisé par les fouilles anciennes et bascule vers le nord. Son homologue placé à l’ouest, pourtant moins solidement ancré (20 cm), n’a pas bougé.

310Les parois proprement dites du passage sont constituées par un parement de pierres sèches conservé uniquement sur quelques centimètres de hauteur. À l’origine, il était rectiligne et atteignait au moins une quarantaine de centimètres de haut.

Interprétation

311Cette antichambre, s’il faut conserver ce terme, est plutôt une sorte de verrou qui aurait permis l’installation d’une fermeture amovible, système qui n’a pas été retrouvé, même lors des fouilles Lucot. Un cliché pris à cette occasion depuis la chambre montre en effet qu’il n’y avait pas de dalle destinée à fermer le passage côté couloir (fig. 147). S’il y avait un opercule comme pour le dolmen n° 4, il devait alors être inséré entre les deux paires de petits pilastres, secteur du monument qui avait été perturbé par les fouilles antérieures à 1979.

Fig. 147 - Dolmen n° 5 des Géandes ; absence d’opercule devant le remplissage du couloir (cliché 1979).

312Sur un relevé non daté de R. Gilles, un « sol dallé » est mentionné — mais non figuré — vers cet emplacement. Comme pour le dolmen n° 4 (fig. 129), on peut envisager l’existence, à l’entrée de la chambre, d’un seuil qui aurait maintenu écartés les deux montants latéraux. Dès l’arrachement de cet élément par les fouilles anciennes, la dalle latérale orientale a commencé de pivoter vers l’intérieur de la chambre.

3.10.4.3. Le couloir d’accès

Description

313Ouvert vers le sud, ce couloir axial de 2,50 m de long, ne débouche pas au plus bas du tumulus mais pratiquement à mi-hauteur. Plus étroit côté chambre (40 cm), il s’évase largement et atteint 1,60 m à l’entrée, ce qui donne un plan en sablier très régulier à l’ensemble chambre-couloir, le point de symétrie correspondant au passage le plus étroit de l’antichambre, ce qui conforte l’hypothèse précédente qu’il y ait bien eu là le système de fermeture de la cella.

Les parements du couloir

314Les parements du couloir sont organisés de deux façons. Depuis l’antichambre et sur 1,75 m de long, il s’agit d’assises de dalles à joints alternés. Il est conservé à l’ouest, sur douze rangs, soit 85 cm de haut (fig. 148). À l’est, où l’alternance entre les assises est moindre voire nul, un coup de sabre enlève la cohésion du mur et la première des cinq piles a basculé (fig. 144).

Fig. 148 - Dolmen n° 5 des Géandes ; relevé de la paroi ouest du couloir.

Fig. 149 - Dolmen n° 5 des Géandes ; relevé de la paroi est du couloir.

315L’organisation du dernier mètre de parement restant n’est conservée qu’à l’est (fig. 150). Il s’agit de blocs dressés mis parfois en deux rangées parallèles. Les points culminants des quatre principaux éléments qui ne sont pas brisés puisqu’ils sont fortement météorisés, décroissent régulièrement vers le sud sans faire d’escalier. Cet alignement qui s’arrondit se raccorde au bord du tumulus. Ces dernières observations induisent que le tumulus était en calotte.

Fig. 150 - Dolmen n° 5 des Géandes ; extrémité sud de la paroi orientale constituée de pierres sur chant.

316Enfin, à l’ouest, une échancrure correspond à l’emplacement d’éléments analogues aux précédents mais qui furent arrachés lors de fouilles anciennes.

Le niveau de piétinement

317À proximité des piliers qui marquent l’entrée de l’antichambre, la base irrégulière de chaque muret de parement du couloir repose sur un radier caillouteux accumulé assez anarchiquement (fig. 151). Suite aux fouilles antérieures, il n’est conservé que sur un quart de mètre carré. Le sommet pointu de certains blocs qui émergent devait sans doute être masqué au Néolithique par de la terre nivelée. Aujourd’hui, un placage résiduel de sédiment brunâtre livre quelques vestiges archéologiques qui ne sont pas remaniés ; ce sédiment tranche sur le rouge de la couche de décalcification qui marque la base de la séquence. Le sommet des blocs pointus pourrait donc correspondre approximativement au niveau de piétinement préhistorique (fig. 152).

Fig. 151 - Dolmen n° 5 des Géandes ; blocage à la base du couloir épargné par les fouilles anciennes.

Fig. 152 - Dolmen n° 5 des Géandes ; blocage à la base du remplissage du couloir vue depuis la cella.

La couche de condamnation du couloir

318Ce remplissage qui initialement atteignait le haut des piliers du couloir (fig. 153), était presque déjà totalement amputé avant notre venue. La description sera donc faite à partir d’archives (Lucot 1979).

Fig. 153 - Dolmen n° 5 des Géandes ; remplissage du couloir (cliché 1979).

319De haut en bas, il s’agissait d’abord de terre noire caillouteuse qui livrait quelques vestiges, ce qui renvoie à la description du remplissage archéologique des chambres funéraires (Germain 1911). Il s’agirait donc de déblais extraits de la chambre au XIXe siècle. Le comblement était ensuite surtout constitué de plaquettes de calcaire peu ou pas organisées. Leur pendage était d’ouest en est au sommet du remplissage, puis d’est en ouest. L’ensemble présentait aussi une certaine déclivité vers le sud. Malgré l’imprécision de la description, cela évoque l’organisation reconnue dans le couloir du dolmen n° 4.

Le terrain naturel sous le tumulus

320L’entrée du couloir est une zone qui avait déjà été en partie fouillée et sommairement décrite par René Gilles. Directement sous la base des parements du couloir, des dalles de calcaire forment une sorte de parvis. Les interstices qui sont comblés par l’argile de décalcification de cou leur brun rouge n’ont livré aucun vestige archéologique.

321Il ne s’agirait en fait que de plaques détachées du substrat qui se désagrège et reposant naturellement à plat comme cela s’observe dans les deux sondages et dans la cella.

322En particulier, le profil nord du sondage n° 1 montre que le tumulus n’a pas été accumulé directement sur le substratum puisqu’une couche argileuse s’intercale. Elle est riche en plaques de calcaire détachées du substrat ou en cours de détachement. Comme pour les dolmens n° 1, 2 et 4, il s’agit donc du terrain naturel scellé par le tumulus.

3.10.5. Le tumulus

323Le tumulus est aujourd’hui quasi circulaire (12 m x 1,60 m de hauteur environ) malgré son étirement dans le sens de la pente naturelle sur près d’un mètre supplémentaire en direction du sud-est. Uniquement constitué de pierrailles (fig. 143), bien qu’il soit installé sur une zone terreuse, son aspect diffère selon les secteurs considérés.

324À l’est (fig. 154), la structure interne est rendue chaotique par le soutirage dans le sens de la pente et le début du basculement de la dalle latérale. Au nord et à l’ouest, quand il n’est pas éventré ou épierré, le tumulus est mieux conservé, il affleure toujours le sommet du montant occidental de la chambre funéraire, mais déjà plus la table de couverture qui est donc hors-sol.

Fig. 154 - Dolmen n° 5 des Géandes ; partie orientale du tumulus.

325Comme toujours sur la nécropole, le tumulus est une accumulation de pierres posées à plat ou légèrement inclinées et disposées en « écailles de poisson ». Au sud-ouest, cette organisation est très nette jusqu’au débouché du couloir.

326Quelques dalles presque verticales ou plus souvent fichées à 45° sont irrégulièrement espacées les unes des autres (fig. 155). Il s’agirait des fameuses plourousos mentionnées autrefois (Ollier de Marichard 1882) et déjà décrites sur les autres monuments de la nécropole. Leur taille très modeste ne permet pas de leur attribuer la moindre contribution à la solidité de l’édifice. Au mieux, ici, elles participeraient à de petits gradins en arc de cercle, concentriques et discontinus.

Fig. 155 - Dolmen n° 5 des Géandes ; détail de la partie ouest du tumulus ; des petites dalles sont redressées.

327Au plus bas de la pente, en limite ouest du tertre, six dalles posées de chant et alignées correspondraient au parement du premier gradin établi à l’amorce du tumulus.

328Un peu plus haut sur le tertre, quelques dalles mises en épi marqueraient un deuxième gradin construit à la même altitude que l’entrée du couloir proprement dite.

329La présence d’un troisième rang est encore plus hypothétique. Son existence est suggérée par la hauteur initiale des piliers qui flanquent l’entrée de l’antichambre. Cet éventuel gradin aurait permis d’atteindre (et d’ensevelir ?) la couverture mais aurait été détruit par les épierrages successifs.

3.10.6. Le mobilier archéologique

3.10.6.1. Les fouilles anciennes et les travaux récents

330La cella est vidée de longue date et Léopold Chiron n’y signalait déjà aucun vestige (Chiron 1896 : 48). Les travaux plus récents (1960-1980) ont concerné le remplissage de l’antichambre et du couloir qui devaient encore être intacts vers 1960. Le mobilier recueilli lors de notre intervention (2002-2003) provient surtout des déblais anciens et du pourtour du monument. L’ouverture de sondages a révélé une couche terreuse stérile à la base du tumulus.

3.10.6.2. Le mobilier funéraire ; interprétations chrono-culturelles

331Comme souvent, la plupart du mobilier manifestement (perles, dents percées, bel outillage lithique) n’est pas précisément datable, du Néolithique final à l’âge du Bronze ancien. Seule, une éventuelle base de pendeloque réalisée sur émail provient de la cella ; ce type d’objet pourrait être rattaché au Chalcolithique (Barge 1982 : 116).

332Lors de nos travaux et dans la collection Gilles, quelques fragments de céramique étaient à la base des fouilles anciennes, pratiquement à l’entrée du couloir. Ils correspondent tous à un même petit vase galbé et à petit bouton plat sur une carène douce (fig. 156, milieu). Ce type de récipient d’environ 19 cm de diamètre et dont la surface est brunie, est assez classique dans le vaisselier du « Chalcolithique ardéchois » (s.l.).

Fig. 156 - Dolmen n° 5 des Géandes ; industrie lithique et céramiques des fouilles anciennes et déblais remaniés.

333Toujours dans le couloir, à proximité des petits piliers qui marquent l’entrée de l’antichambre, une perle biconique allongée (fig. 157) en métal cuivreux très oxydé était à l’interface entre déblais grisâtres et reliquat de couche brunâtre qui marquerait le niveau de piétinement préhistorique. Sa présence permet au moins d’écarter l’hypothèse d’une attribution de l’ensemble de ce mobilier au Néolithique de type Bruyères, « groupe culturel » qui jusqu’alors est toujours dépourvu d’objet métallique.

Fig. 157 - Dolmen n° 5 des Géandes ; éléments de parure des fouilles anciennes et déblais.

334Enfin, comme sur les autres monuments, deux outils sur galet de quartzite (un chopper et un palet dont le pourtour est abrasé) ont été recueillis hors-stratigraphie.

3.11. Le dolmen n° 6

3.11.1. Localisation

335Situé à 70 m à l’est du chemin carrossable qui dessert la nécropole, il est plus proche du dolmen n° 1 (fig. 64 n° 6). C’est aujourd’hui le dernier monument retenu pour cette nécropole, mais la littérature ancienne en mentionnait d’autres (fig. 167).

3.11.2. Historique des recherches

3.11.2.1. État de conservation du monument

336On dispose de très peu d’informations sur ce monument qui est aussi dénommé dolmen de Lunel par R. Gilles, du nom du chasseur de truffes qui lui en avait signalé l’existence. La cassure caractéristique de la dalle latérale orientale permet de l’identifier parmi les croquis de l’Album de Léopold Chiron : en 1889, il possédait encore sa table, ce qui n’est plus le cas.

337Il est assez représentatif du piètre état dans lequel se trouve la plupart des monuments ardéchois : vidé et dépourvu de couverture, son chevet cède peu à peu sous la pression du tumulus et des recharges de pierrailles modernes.

3.11.2.2. Les travaux récents

338Il n’est pas prévu de présenter ce monument dans le cadre de la mise en valeur de la nécropole ; par souci de protection, le tumulus qui offre sans doute encore un potentiel archéologique important (couloir d’accès ?) n’a pas été déboisé. Seuls furent dégagés la chambre et ses abords dont le système d’entrée qui ont été levés au 1/20e selon la méthode mise au point pour les prospections.

3.11.3. Environnement géologique immédiat et carrière d’extraction des matériaux

339À une vingtaine de mètres au nord-est, une grande zone dénudée adjacente à un ravin laisse apparaître des dalles épaisses en cours de détachement naturel. Le réseau principal de fissures, parfois profondes de plusieurs mètres et entrecroisées, est orienté est-ouest (NE 30°) ; on a pu prélever ici les principaux éléments du dolmen (fig. 159).

Fig. 158 - Dolmen n° 6 des Géandes ; cella avant fouille.

Fig. 159 - Dolmen n° 6 des Géandes ; carrière et bancs rocheux.

3.11.4. L’architecture du monument

340C’est un petit dolmen de type caussenard à vestibule sans doute axial ouvert au sud-sud-ouest (fig. 160).

Fig. 160 - Dolmen n° 6 des Géandes ; plan de la chambre et du vestibule.

3.11.4.1. La chambre funéraire

341La chambre mesure 2,30 x 1,20 m à l’entrée et 1,80 m contre le chevet. Le plan initial était donc en trapèze.

Le chevet

342Deux fois plus fin (128 x 112 au minimum x 15 cm, soit 500 kg) que les autres montants, il s’effondre progressivement et s’écaille (fig. 161, 162) ; malgré cela, le contact avec les dalles latérales est bon, en particulier avec le montant oriental (fig. 163), ce qui rappelle l’observation faite pour le dolmen n° 2 qui est du même type architectural.

Fig. 161 - Dolmen n° 6 des Géandes : élévation du chevet.

Fig. 162 - Dolmen n° 6 des Géandes ; le chevet s’écaille.

Fig. 163 - Dolmen n° 6 des Géandes ; cella depuis le sud-ouest.

Les dalles latérales

343De dimensions équivalentes, elles pèsent chacune plus d’une tonne. Parfaitement plaquées contre le chevet, elles le dépassent de 60 cm, ce qui a favorisé le maintien de la structure.

344La dalle orientale mesure 217 x 113 x 20 cm. Elle est fissurée en trois et une fracture à l’avant visible sur le croquis de Léopold Chiron (fig. 61) témoigne sans doute d’un bris lors de l’extraction ou du transport. La dalle occidentale, plus longue, mesure 225 x 120 x 20 cm. Enfin, puisqu’elles disposaient d’une couverture jusqu’à la fin du XIXe siècle, les tranches supérieures sont bien moins altérées à la jonction avec le chevet que sur l’avant. Seule la dalle orientale présente des traces de bouchardage.

La table de couverture

345Sur le croquis de Léopold Chiron en 1889 (fig. 61), elle est débordante et régulière et atteint 2 m de long. Aujourd’hui, deux fragments non raccordables gisent en surface du tumulus.

3.11.4.2. Le vestibule

346Chaque montant latéral est prolongé de 30 et 50 cm par une fine dalle mise en chevauchement.

347À l’ouest, la plaque mieux conservée (65 x 18 cm) est coincée entre une remontée du substratum et le montant de la chambre. À l’est, la plaque est très arasée mais nettement plus longue (100 x 18 cm), ce qui a permis de rattraper la différence de longueur entre les montants de la chambre. À l’avant, la présence d’une autre plaque perpendiculaire à la précédente pourrait correspondre à l’amorce d’un rétrécissement du passage (fig. 164) ce qui suggèrerait alors que le vestibule est prolongé par un petit couloir, l’ensemble du monument ayant alors un plan en « p » comme celui du dolmen n° 2.

Fig. 164 - Dolmen n° 6 des Géandes ; cella et vestibule depuis le sud.

3.11.4.3. Le tumulus

348Sans doute installé à même le substratum, il mesure environ 9 x 6 m pour une hauteur conservée de 60 cm. Il est donc arasé d’au moins deux tiers. La partie antérieure est rechargée par les déblais des fouilles de la chambre. À l’arrière (fig. 166) et le long de la chambre funéraire, comme pour les autres monuments, on retrouve d’abord un système de plaquettes obliques disposées en écailles, puis d’autres posées à plat associées à une dalle fichée.

3.11.5. Le mobilier archéologique et interprétations chrono-culturelles

349Il est impossible de corréler le mobilier simplement signalé dans les publications anciennes (Chiron 1889 et 1895-1896 ; Barge 1982 : 202) avec les rares objets conservés au Musée d’Orgnac (fig. 165). L’âge de Bronze est attesté mais rien ne permet donc de proposer une chronologie précise de l’utilisation de ce monument.

Fig. 165 - Dolmen n° 6 des Géandes ; mobilier des fouilles anciennes et déblais remaniés.

Fig. 166 - Dolmen n° 6 des Géandes ; tumulus derrière le chevet ; vue verticale.

3.12. Projet de restauration des monuments et de mise en valeur de la nécropole

350Ce projet est mené par la commune de Bourg-Saint-Andéol, propriétaire des dolmens, avec l’appui de la DRAC Rhône-Alpes (service de l’archéologie et conservation des Monuments Historiques). Il vise avant tout au maintien de l’architecture des monuments. En effet, comme pour l’ensemble des dolmens ardéchois, leur destruction par les fouilles clandestines, par une fréquentation touristique anarchique ou simplement par effondrement et éclatement sous l’action naturelle, s’amplifie.

351L’intervention archéologique préliminaire a dressé le bilan des connaissances et permet désormais d’orienter les travaux de restauration, en particulier pour tout ce qui concerne l’organisation des tumulus et des systèmes d’accès à la chambre funéraire et, occasionnellement, la présence de structure annexe. Les travaux de restauration visent à intervenir sur chaque monument en tenant compte des particularités de chacun et à offrir une présentation différente pour deux monuments analogues.

352Le dolmen n° 1 dont l’architecture est complexe, a été particulièrement endommagé par les fouilles anciennes. Premier monument rencontré quand le visiteur arrive, il sera présenté sous forme d’un « écorché ». Il servira d’appui aux explications concernant la terminologie architecturale et le cadre chrono-culturel et environnemental dans lequel s’insère le dolménisme ardéchois en général et la nécropole en particulier.

Fig. 167 - Autres dolmens des Géandes non retrouvés ; illustration du bas, dolmens du Fournet à Bidon (Chiron 1889).

353Le dolmen n° 3, presque entièrement effondré et architecturalement identique au n° 2 qui est encore debout, ne sera pas redressé puisqu’une lithogravure montre qu’il est dans cet état depuis le XIXe siècle ; maintenu en l’état après remblaiement, il se prête à l’évocation de l’histoire des fouilles des XIXe et XXe siècles et au folklore attaché aux dolmens.

354Trois autres dolmens (n° 2, 4 et 5) seront véritablement restaurés sur la base des données récentes issues des fouilles (gradins sur le tumulus, couloir d’accès à la zone funéraire, système de fermeture, etc.). Ils permettront également d’aborder les principales étapes de construction des édifices (sélection des matériaux, transport et mise en œuvre des grandes dalles…) et les principaux styles architecturaux.

355Enfin, le dolmen n° 6, qui possède tous les grands principes architecturaux repérés sur les autres dolmens de la nécropole, se prêterait à une opération d’archéologie expérimentale, pour d’une part, reconstituer le tumulus et le couloir selon les procédés mis en évidence ailleurs et d’autre part, réinstaller une nouvelle dalle de couverture en la prélevant dans une zone dénudée proche où les autres dalles furent sans doute déjà extraites. Tout ceci en employant bien sûr des moyens et des méthodes susceptibles d’être en usage au 3e millénaire.

Notes

1 Un autre terme employé, oustaou de las fades — la maison des fées — (Ollier de M. 1873 : 3) se retrouve à Aiguèze (Gard) avec le dolmen du Terme des Fades (fig. 192).

2 Vade-mecum n° 1 ; Archives départementales de l’Ardèche, fonds Mazon, doc. n° 52-7-239.

3 Jules Ollier de Marichard (1882 : 6) signale respectivement 16 et 8 tombes à chaque lieu-dit.

4 Il ne s’agit pas des monuments de la plaine d’Aurelle car ce lieu-dit est clairement stipulé sur cette même planche.

5 Quel dommage que Léopold Chiron n’eût la patte d’un Jules Ollier de Marichard ou d’un Léon Alègre !

6 S’y ajoutent douze porches de grottes et abris, le menhir de Bidon et une capitelle.

7 Le champ de tir de Champvermeil servit de 1895 jusqu’à 1918 (Issartel 2008 : 310).

8 Ces deux monuments ont été régulièrement confondus.

9 Il relate p. 323 que les cabanes de bergers sont mobiles « Dans le parc..., au retour du pastis sur le soir, joignant lequel parc aura le berger sa petite cabane ou loge, portative ou roulate sur des roues, pour la remuer tous les jours avec le parc où il couchera les nuicts pluviales, ou trop froides... ».

10 Il s’agit avant tout d’une altération héritée : diaclases, amorces de fissures, etc.

11 La densité retenue pour le calcaire massif local est de 2,5.

12 Et peut-être également, si l’on se réfère aux observations effectuées pour le n° 4, du couloir qui, ici, a été intégralement détruit par la tranchée.

13 Confirmé par un test à l’acide chlorhydrique.

14 En 1989, R. Gilles précisait à l’un d’entre nous (WP) qu’un bouton provenait des déblais du dolmen n° 1, mais sans mentionner le second.

15 Un cliché de la collection Chiron conservé au Musée de Pont-Saint-Esprit montre qu’une autre alêne losangique a été trouvée dans cette nécropole, sans que l’on sache dans quel dolmen.

16 Sont-ils dans une collection privée inaccessible ?

17 Elle a été conservée in situ et n’a donc pas été dessinée intégralement.

18 Chacune doit peser entre 3,5 et 4 tonnes.

Table des illustrations

Légende Fig. 52 - Vue aérienne du secteur de la nécropole.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 53 - Plan de la nécropole.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 54 - Grande fissure du substrat vers le dolmen n° 6.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 55 - Correspondance entre les numérotations employées dans les inventaires successifs.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 56 - Perle biconique en cuivre (dessin sans échelle de Jules Ollier de Marichard).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 57 - Parures des dolmens des Jayandes de Bourg-Saint-Andéol (collection Jules Ollier de Marichard).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 58 - Plaque à la mémoire de Léopold Chiron.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 59 - Mobilier d’un dolmen des Géandes et des dolmens du Pradinas (collection Léopold Chiron).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 60 - Quatre dolmens des Géandes (n° 2, 4, 1 et 1 bis) Léopold Chiron (1889).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 61 - Trois autres dolmens des Géandes (n° 6, 3 et 5) Léopold Chiron (1889).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 62 - Dolmen n° 4 des Géandes ; tour et contrefort.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 63 - Dolmen n° 1 des Géandes ; vue aérienne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 64 - Dolmen n° 1 des Géandes ; plan général et localisation des 3 sondages.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Légende Fig. 65 - Dolmen n° 1 des Géandes ; sondage 2 ; plan et profil n° 1.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 66 - Dolmen n° 1 des Géandes ; plan de la cella et antichambre (état restauré).a : emplacement initial du pilier.b : amorce du couloir.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 67 - Dolmen n° 1 des Géandes ; angle inférieur occidental de la cella.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 68 - Dolmen n° 1 des Géandes ; élévation du chevet.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 69 - Dolmen n° 1 des Géandes ; sondage 2 ; dalle surnuméraire brisée dans l’angle nord-ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 70 - Dolmen n° 1 des Géandes ; dalle de couverture basculée dans l’antichambre.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 71 - Dolmen n° 1 des Géandes ; piliers d’entrée vus depuis le sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 72 - Dolmen n° 1 des Géandes ; piliers d’entrée en vue interne ; au premier plan, un fragment de la dalle de couverture.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 73 - Dolmen n° 1 des Géandes ; relevés recto et verso des piliers d’entrée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 74 - Dolmen n° 1 des Géandes ; partie orientale du tumulus avant la fouille.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 75 - Dolmen n° 1 des Géandes ; tumulus décapé vu depuis le sud-est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 76 - Dolmen n° 1 des Géandes ; structure annexe en cours de dégagement (dolmen n° 1 bis).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 77 - Dolmen n° 1 des Géandes ; sondage 1 ; profil ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 78 - Dolmen n° 1 des Géandes ; sondage 2 ; structure du tumulus au contact de l’antichambre.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 79 - Dolmen n° 1 des Géandes ; décapage derrière le chevet.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 80 - Dolmen n° 1 des Géandes ; calage derrière le chevet ; plan schématique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 81 - Dolmen n° 1 des Géandes ; sondage 2 ; structure du tumulus.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 82 - Dolmen n° 1 des Géandes ; sondage 2 ; coupe du tumulus.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 83 - Dolmen n° 1 des Géandes ; sondage 2 ; les deux profils.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 84 - Dolmen n° 1 des Géandes ; sondage 3 ; coupe 3 (relevé de terrain).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 85 - Dolmen n° 1 des Géandes ; schéma de construction du dolmen.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 86 - Dolmen n° 1 des Géandes ; plan des vestiges de la couche 3 des sondages n° 1 et 2.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 87 - Dolmen n° 1 des Géandes ( ?) ; éléments de parure (collection Jules Ollier de Marichard au Muséum de Lyon).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 88 - Dolmen n° 1 des Géandes ; éléments de parure des fouilles anciennes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 89 - Dolmen n° 1 des Géandes ; éléments de parure et céramiques des fouilles anciennes et déblais remaniés.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 90 - Dolmen n° 1 des Géandes ; mobilier lithique des fouilles anciennes et déblais remaniés.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 91 - Dolmen n° 1 des Géandes ; mobilier lithique et industrie osseuse (encadré) des fouilles anciennes et déblais remaniés.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Fig. 92 - Dolmen n° 1 des Géandes ; céramiques et mobilier lithique du niveau 3.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Fig. 93 - Dolmen n° 1 des Géandes (alêne losangique et deux boutons) et mobilier de l’habitat perché de Castelviel à Aiguèze.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 94 - Dolmen n° 2 des Géandes (Léopold Chiron 1896).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 95 - Dolmen n° 2 des Géandes avant la fouille ; depuis le sud-ouest et derrière le chevet.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 96 - Dolmen n° 2 des Géandes ; plan général.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Fig. 97 - Dolmen n° 2 des Géandes ; vue aérienne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 98 - Dolmen n° 2 des Géandes ; plan de détail de la chambre.a : aven.b : dalle de couverture.c : blocs de calage.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 99 - Dolmen n° 2 des Géandes ; coupe de la chambre avec élévation du chevet.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 100 - Dolmen n° 2 : cella et vestibule en vue latérale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 101 - Dolmen n° 2 des Géandes ; coupe à l’entrée de la cella.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 102 - Dolmen n° 2 des Géandes ; renfort contre la dalle latérale ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 103 - Dolmen n° 2 des Géandes ; détail de l’échancrure de la dalle de couverture.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 104 - Dolmen n° 2 des Géandes ; vestibule en vue verticale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 105 - Dolmen n° 2 des Géandes ; topographie du tumulus.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 106 - Dolmen n° 2 des Géandes ; sondage n° 1 dans l’axe de la chambre.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 107 - Dolmen n° 2 des Géandes ; sondage 2 ; blocs plus massifs à la base tumulus.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 108 - Dolmen n° 2 des Géandes ; sondage 2 ; profil ouest-est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 109 - Dolmen n° 2 des Géandes ; sondage 2 ; au premier plan « plourouse » percée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 110 - Dolmen n° 2 des Géandes ; « plourouses » dans la partie médiane du sondage.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 111 - Dolmen n° 2 des Géandes ; éléments de parure, outillage lithique et céramiques des fouilles anciennes et déblais remaniés.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 112 - Dolmen n° 3 des Géandes ; vue de face.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 113 - Dolmen n° 3 des Géandes ; vue depuis ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 114 - Dolmen n° 3 des Géandes ; aquarelle de Jules Ollier de Marichard, 1871.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Fig. 115 - Dolmen n° 3 des Géandes ; coupe et plan (tumulus schématique).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 116 - Dolmen n° 3 des Géandes ; vue aérienne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 117 - Dolmen n° 3 ou n° 6 des Géandes ; outillage lithique et éléments de parure des fouilles anciennes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 118 - Dolmen n° 4 des Géandes ; couloir et tour.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 119 - Dolmen n° 4 des Géandes ; plan général.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 120 - Dolmen n° 4 des Géandes ; profil synthétique nord-sud du monument.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 121 - Dolmen n° 4 des Géandes ; plan de la chambre funéraire.a : aven.b : remplissage sépulcral remanié.c : pilier renversé.d : seuil.e : opercule.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 122 - Dolmen n° 4 des Géandes ; sommet du chevet régularisé par bouchardage.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 123 - Dolmen n° 4 des Géandes ; élévation du chevet.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 124 - Dolmen n° 4 des Géandes ; mur oriental de la cella.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 125 - Dolmen n° 4 des Géandes ; angle inférieur ouest de la cella.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 126 - Dolmen n° 4 des Géandes ; couloir incliné vers le goulet d’entrée de la cella.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 127 - Dolmen n° 4 des Géandes ; dalle-opercule en place.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 128 - Dolmen n° 4 des Géandes ; opercule maintenu par le remplissage du couloir.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 129 - Dolmen n° 4 des Géandes ; dalle de seuil, naturellement percée, en vue verticale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 130 - Dolmen n° 4 des Géandes ; fragments de la couverture effondrée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 131 - Dolmen n° 4 des Géandes ; vue verticale du décapage du tumulus et couloir en cours de dégagement.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 132 - Dolmen n° 4 des Géandes ; vue verticale du couloir dégagé et de la cella.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 133 - Dolmen n° 4 des Géandes ; relevé de la paroi orientale du couloir.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 134 - Dolmen n° 4 des Géandes ; détail des dalles plantées à l’entrée du couloir.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 135 - Dolmen n° 4 des Géandes ; relevé de la paroi occidentale du couloir.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 136 - Dolmen n° 4 des Géandes ; pierre plantée dans le remplissage du couloir à l’extrémité de la paroi ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 137 - Dolmen n° 4 des Géandes ; coupe AB du couloir (voir plan fig. 326).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 138 - Dolmen n° 4 des Géandes ; coupe CD du couloir (voir plan fig. 326).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 139 - Dolmen n° 4 des Géandes ; parures des fouilles anciennes et déblais remaniés.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 140 - Dolmen n° 4 des Géandes ; poinçon en os (face externe) du couloir.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 141 - Dolmen n° 4 des Géandes ; céramiques des fouilles anciennes et déblais remaniés.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 142 - Dolmen n° 5 des Géandes ; levé du tumulus.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 143 - Dolmen n° 5 des Géandes ; plan général.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Légende Fig. 144 - Dolmen n° 5 des Géandes ; plan de la chambre et du couloir.a : pierre de calage.b : murette de l’antichambre.c : radier de la base du couloir.d : céramique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 145 - Dolmen n° 5 des Géandes ; dalle de chevet.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 146 - Dolmen n° 5 des Géandes ; paroi occidentale de l’antichambre.L’opercule devait être inséré entre les deux dalles verticales (cliché 1979).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 147 - Dolmen n° 5 des Géandes ; absence d’opercule devant le remplissage du couloir (cliché 1979).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 148 - Dolmen n° 5 des Géandes ; relevé de la paroi ouest du couloir.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 149 - Dolmen n° 5 des Géandes ; relevé de la paroi est du couloir.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 150 - Dolmen n° 5 des Géandes ; extrémité sud de la paroi orientale constituée de pierres sur chant.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 151 - Dolmen n° 5 des Géandes ; blocage à la base du couloir épargné par les fouilles anciennes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 152 - Dolmen n° 5 des Géandes ; blocage à la base du remplissage du couloir vue depuis la cella.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 153 - Dolmen n° 5 des Géandes ; remplissage du couloir (cliché 1979).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 154 - Dolmen n° 5 des Géandes ; partie orientale du tumulus.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-104.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 155 - Dolmen n° 5 des Géandes ; détail de la partie ouest du tumulus ; des petites dalles sont redressées.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-105.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 156 - Dolmen n° 5 des Géandes ; industrie lithique et céramiques des fouilles anciennes et déblais remaniés.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-106.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 157 - Dolmen n° 5 des Géandes ; éléments de parure des fouilles anciennes et déblais.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-107.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 158 - Dolmen n° 6 des Géandes ; cella avant fouille.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-108.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 159 - Dolmen n° 6 des Géandes ; carrière et bancs rocheux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-109.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 160 - Dolmen n° 6 des Géandes ; plan de la chambre et du vestibule.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-110.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 161 - Dolmen n° 6 des Géandes : élévation du chevet.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-111.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 162 - Dolmen n° 6 des Géandes ; le chevet s’écaille.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-112.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 163 - Dolmen n° 6 des Géandes ; cella depuis le sud-ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-113.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 164 - Dolmen n° 6 des Géandes ; cella et vestibule depuis le sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-114.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 165 - Dolmen n° 6 des Géandes ; mobilier des fouilles anciennes et déblais remaniés.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-115.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 166 - Dolmen n° 6 des Géandes ; tumulus derrière le chevet ; vue verticale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-116.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 167 - Autres dolmens des Géandes non retrouvés ; illustration du bas, dolmens du Fournet à Bidon (Chiron 1889).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2861/img-117.jpg
Fichier image/jpeg, 127k

© Alpara, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540