Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nécropole des Géandes à Bourg-Saint-Andéol (Ardèche) dans le cadre du dolménisme en Bas-Vivarais

 | 
Bernard Gély
, 
Wolfgang Pape

Chapitre 2. Dolménisme et mégalithisme dans la moyenne vallée du Rhône

Texte intégral

2.1. Terminologie architecturale

1On fera ici état des principaux termes employés dans ce travail et non l’inventaire de tous ceux, souvent ambigus ou galvaudés (Giot 1990 : 252) qui furent utilisés depuis le XIXe pour décrire les monuments méridionaux.

2Nous conserverons le terme de dolmen, et ce malgré la multiplicité des variations architecturales rencontrées ou supposées. En effet, selon certains (par exemple, Chambon 2003 : 18-19), ce vocable tomberait en désuétude au profit du terme générique de « sépulture collective ». Pourtant un distinguo nous paraît essentiel : les édifices construits étaient visibles dans le paysage ce qui leur conférait une valeur sociale que les cavités sépulcrales, bien plus discrètes, n’avaient semble-t-il pas, même si ces deux sortes de sépultures pouvaient connaître des modes de gestion assez proche.

3Pour parler de dolmens, on préfèrera le terme de dolménisme à celui de mégalithisme. En effet, ce dernier fait référence à un mode de construction : il a donc un sens générique puisque, outre les dolmens qui sont des sépulcres pour la plupart mégalithiques, il inclut d’autres monuments à priori non funéraires (menhirs, statues-menhirs, cromlechs, etc.) dont certains sont protohistoriques voire plus récents encore.

4À l’inverse, le terme dolménisme ne concerne que des sépultures collectives datées, dans le sud de la France, de la période qui s’étend du Néolithique final (s. l.) jusqu’à l’âge du Bronze ancien et dont certaines peuvent être partiellement ou totalement construites en petit appareil.

2.1.1. Glossaire des matériaux employés

5Les bancs rocheux, plaques et plaquettes (fig. 19), correspondent aux matériaux — ici, dans la zone prospectée, des calcaires — lorsqu’ils sont encore in situ. Dès leur emploi dans la construction, on utilisera alors les termes de dalles, « dallettes » et lauzes dont les fonctions varient selon leur épaisseur et leur régularité.

Fig. 19 - Champs de pierrailles aux abords du dolmen n° 4 des Géandes.

6Les termes de face inférieure généralement régulière et face supérieure, qui au contraire est marquée de cuvettes de dissolution (kameritzas) (Salomon 2006 : 42), font référence aux bancs rocheux avant qu’ils soient redressés. Ceux de face interne et externe font référence aux dalles lorsqu’elles constituent la chambre funéraire.

7Sur la tranche des dalles, le plan de fracture qui est artificiel (cassure plus ou moins orthogonale résultant d’une extraction) mais pas forcément intentionnel (bris survenu lors du transport), s’oppose à celui de bord naturel (chant du banc rocheux) qui est souvent érodé, météorisé et donc biseauté.

2.1.2. L’espace sépulcral du monument

8La chambre funéraire est constituée soit par des dalles redressées, soit par des murs de pierres sèches ; elle est généralement coiffée par une dalle de couverture.

9Plus rarement, la couverture est intégralement en pierres sèches ; la tombe est alors parfois qualifiée de tombes en ruche, tholos. Par ce procédé technique délicat, on obtient une fausse voûte par élévation des murs qui sont montés en encorbellement. Bien entendu, compte tenu de la fragilité de ces édifices, aucun ne nous est parvenu intact.

10Les montants ou orthostates correspondent aux grandes dalles qui constituent les parois de la chambre funéraire. Le talon des montants latéraux est la partie enchâssée dans le tumulus au-delà de la chambre funéraire pour assurer la stabilité de l’édifice.

11Une dalle surnuméraire, également enfouie dans le tumulus, peut venir renforcer la structure de la chambre funéraire par l’extérieur. Parfois, derrière le chevet, une ou plusieurs petites dalles plantées participent aussi à la stabilité lors de l’édification très progressive du monument. Dans la littérature, ces renforts modestes furent parfois qualifiés abusivement de stèle.

12Le chevet est la dalle qui marque le fond de la chambre funéraire. C’est souvent la première à avoir été redressée et, parfois même, le seul montant mégalithique du monument. Il est soit enserré par les dalles latérales ou les parois de pierre sèche, soit à l’inverse, il est débordant, ce qui est très rare en Ardèche.

13Une dalle de couverture ou table coiffe généralement la chambre funéraire. Le terme de couvercle, parfois utilisé dans d’autres publications, n’est pas approprié car ici, en aucun cas, cette dalle n’était soulevée pour introduire les défunts.

14La cella ou caveau est la principale partie interne de l’espace funéraire dédiée aux sépultures proprement dites ; son volume est nécessairement plus réduit que celui de la chambre puisque la base des principaux montants qui la constituent est enfouie pour le maintien de la structure.

15Dans le Midi de la France, la cella est souvent précédée d’un petit vestibule constitué par deux dalles fines qui chacune prolonge un montant latéral. Cette courte avancée qui pouvait également être sépulcrale possédait sans doute une couverture non mégalithique constituée de dalles.

16Plus rarement, la cella est prolongée par une antichambre qui abrite des sépultures. Elle peut être soit mégalithique (dalles dressées mais pas d’exemple ardéchois), soit constituée de parois de boutisses montées en encorbellement, soit mixte.

17La cella, avec ou sans antichambre, avec ou sans vestibule, dispose d’un système de fermeture dont on ne retrouve pas ou peu d’éléments (blocs alignés et/ou dalles sur chant, etc.). Quand on peut le vérifier, cette fermeture était implantée à l’endroit le plus resserré du monument.

18Sur les dolmens dits languedociens et bas-rhodaniens, d’architecture complexe, l’entrée proprement dite de la partie sépulcrale est matérialisée par deux piliers ou piédroits non jointifs et souvent échancrés à mi-hauteur : ils ont pratiquement la même hauteur que les montants latéraux et devaient donc supporter la couverture, ce qui les différencie des petites dalles simplement fichées pour réduire le passage et autres pilastres ou piliers septaux. En Ardèche, cet encadrement peut être complété par un seuil mais jamais par un linteau. Enfin, une dalle fine amovible sert d’opercule pour fermer le passage réduit à un simple hublot.

19Enfin, de petites tombes constituées par quatre dalles placées sur chant sont souvent qualifiées de coffre, ciste ou plus rarement tombelle ou caisson. En Ardèche, la plupart sont manifestement plus récentes que les dolmens proprement dits et sortent donc du cadre de cette étude.

Fig. 20 - Carte communale des dolmens de l’Ardèche.

2.1.3. L’espace non sépulcral du monument

20Le tumulus ou tertre correspond à la masse de blocs et/ou de petites dalles parfois jointoyées de terre, accumulées — dans notre région, en calotte — autour de la partie sépulcrale du monument. Il est parfois impossible de dissocier l’accumulation du tumulus de la construction de la chambre funéraire (dolmen dit bas-rhodanien) ou de l’antichambre (dolmen dit languedocien).

21Le couloir d’accès qui s’amorce au front du tumulus permet d’accéder à la partie sépulcrale du monument. Il est plutôt bordé de parements composés de panneresses indépendantes de la masse du tumulus. La résistance aux pressions latérales était donc très faible.

22Ce couloir est souvent désaxé par rapport à l’entrée de la zone sépulcrale, soit vers la droite soit vers la gauche, ce qui donne alors aux monuments un plan en « q » ou en « p » ou en « R ».

23Les plourouses sont des petites pierres fichées dans la masse du tumulus ; leurs dimensions très modestes excluent qu’elles aient dépassé de la calotte tumulaire initiale. Ce terme a aussi autrefois été employé à propos des grands piliers d’entrée des zones sépulcrales voire des menhirs.

24Les péristalithes sont des petites dalles disposées sur chant vers la périphérie du tumulus où elles participent à des sortes de gradins concentriques, surtout présents sur la façade du monument, de part et d’autre du couloir.

25Enfin, pour mémoire, lors des prospections, certains clapas ou pierriers modernes ont été inventoriés puisqu’ils pourraient recouvrir d’authentiques monuments.

2.2. Le dolménisme dans la moyenne vallée du Rhône

26Quatre zones dolméniques sont distinguées en Rhône-Alpes.

2.2.1. Le dolménisme du Massif central

27Malgré le faible nombre de dolmens auvergnats auxquels se rattachent des sépultures sous chaos de blocs (Déchelette 1895 : 45), le peu de caractères conservés de leur architecture et la pauvreté du mobilier connu, on retiendra l’existence de plusieurs influences pour le dolménisme du Massif central (Auvergne, haute Ardèche et Loire) (Gautrand-Moser et Moser 1992 ; Daugas 2002 : 235) (fig. 21). Il apparaîtrait au Néolithique final ou même avant ; l’utilisation des chambres et du tumulus perdure jusqu’à l’âge du Fer. Des allées couvertes trouveraient leurs origines dans le Bassin parisien (Ayroles et al. 1975 ; Surmely et Liabeuf 1998 : 40). En effet, le courant occidental des monuments angoumoisins, longs et complexes, n’atteint pas la région Rhône-Alpes (Arnal 1963a : 175 ; Chevalier 1984 : 238).

Fig. 21 - Dolmen en granit de Chabot à Colombier-le-Jeune (Ardèche).

2.2.2. Le dolménisme des Alpes

28Les monuments de Savoie et de Haute-Savoie pourraient se rattacher au dolménisme des régions montagneuses limitrophes (Franche-Comté et Gapençais en France, Valais en Suisse et Val-d’Aoste en Italie). Il s’agit de chambres rectangulaires dont les côtés sont composés de plusieurs grandes dalles (fig. 22). Un pavage et un dallage complètent parfois le tumulus quand il existe encore. Le plan complexe de certains témoignerait de modifications de l’état initial, comme cela est proposé pour le Tombeau du Général à Verna (Isère) (Bocquet 1976).

Fig. 22 - Dolmen en gneiss de la Cave aux Fées à Saint-Cergues (Haute-Savoie).

2.2.3. Le dolménisme de Provence

29La seule sépulture drômoise, à Montbrison-sur-Lez, qui pourrait être rattachée au dolménisme est mal conservée. Elle n’est pas apparentée aux monuments bas-rhodaniens du Vaucluse, mais évoque plutôt certains dolmens à couloir de Provence orientale. Le mobilier renvoie à la première phase de l’âge du Bronze ancien. Enfin, on rappellera simplement l’existence des hypogées entièrement creusés de la Drôme et du Vaucluse et ceux de la région de Fontvieille (Bouches-du-Rhône) qui sont en partie bâtis et font ainsi le lien avec le dolménisme méridional (Sauzade 1998 : 295).

2.2.4. Le dolménisme du Bas-Vivarais

30Les dolmens du sud de l’Ardèche et du nord du Gard se rattachent géographiquement au complexe dolménique du Midi de la France qui, avec plus de 3000 tombes, est le plus important d’Europe par le nombre (Sauzade 1990 : 305). Globalement, ces petits monuments, plus récents que les premiers dolmens atlantiques, ont de nombreux caractères architecturaux communs ; cependant certaines tombes bâties en petit appareil se démarquent quelque peu de l’ensemble.

2.3. Les autres mégalithes de l'Ardèche et l’art néolithique

2.3.1. Les autres mégalithes de l'Ardèche

2.3.1.1. Les cromlechs

31Aucun cromlech ou cercle de pierres dressées n’est connu avec certitude en Ardèche malgré les assertions d’érudits du XIXe siècle qui en signalaient un de « … 8 m de diamètre et un peu aride » (sic) au Pradinas à Saint-Marcel-d’Ardèche (ou Bidon ?) et un au Plan de Calet à Orgnac-l’Aven (Ollier de Marichard 1882 : 7).

32Ce dernier exemple illustre bien la grande confusion qui règne généralement autour des mentions anciennes. En 1869, Jules Ollier de Marichard mentionne d’abord

« un magnifique cercle de pierre au Plan de Calet… qui serait au cœur d’un déploiement de dolmens ».

33Dans sa classification des monuments préhistoriques, il publiera ensuite la gravure d’une sorte de cercle discontinu de dalles rectangulaires sur chant (Ollier de Marichard 1873 : 669) avec la légende laconique suivante : Monument mégalithique de l’Ardèche. Cette structure est en tout cas bien distinguée des dolmens et autres tumuli-dolmens et allées couvertes. Enfin, sur une carte dressée en 1888 par ce même auteur (Tscherter et Paillole 2006 : planche hors-texte), seule une enceinte est pointée à cet emplacement. L. Chiron précise ensuite :

« … cromlech de 8 m de rayon et formé de grandes dalles de 1m 25 de hauteur, fichées de champ » (Chiron 1896 : 52).

34Aujourd’hui, la périphérie du tumulus du dolmen A de la Plaine de Calais à Orgnac (fig. 34) est vaguement marquée par des dalles dressées qui évoquent les descriptions anciennes. Si cette hypothèse s’avérait exacte, la présence de céramiques kaolinitiques suggère alors que la structure initiale a été remaniée assez récemment.

2.3.1.2. Les menhirs

35Les menhirs sont considérés comme les proches cousins des dolmens. Dans la région, bien qu’ils ne soient donc pas a priori funéraires, ils sont quand même aux abords immédiats de monuments ou mieux, d’une nécropole. Leur âge exact reste impossible à définir précisément.

36L’Ardèche méridionale est pauvre, 3 ou 4 exemples authentiques dont celui de la Peyre Plantado à Bidon (fig. 36) qui fut redressé vers 1930 (Gilles 1994) ; il est à proximité du dolmen du Colombier (fig. 37). Le menhir abattu du Pié de Mounié à Aiguèze à la sortie des gorges de l’Ardèche (Raymond 1900 : 178) mesure 4,56 m ; en partie médiane du monolithe, les tranches et la surface aujourd’hui supérieure furent régularisées par bouchardage. Avec celui de Lussan (plus de 5 m), situé hors zone prospectée, leurs dimensions les rendent exceptionnels pour la région (D’Anna et Pinet 2006 : 590). Un autre menhir abattu (2,75 m), difficile à observer intégralement puisque à moitié enfoui, est à proximité du dolmen du Terme des Fades à Laval-Saint-Roman (Bordreuil 1998a : 145).

37D’autres ont été signalés dans la littérature mais n’ont pas été retrouvés ou sont douteux quant à leur ancienneté, comme celui de Saint-Alexandre (Raymond 1900 : 179) ou le n° 2 de Mounié à Aiguèze localisé sur une carte de l’abbé Roux (fig. 185 chap. 4). Enfin, celui de Bois Sauvage à Lagorce dessiné par Jules Ollier de Marichard est une formation naturelle.

Fig. 23 - Mobilier de quelques dolmens de Lagorce (Jules Ollier de Marichard 1869) (Chadenède, Charnier, Costeplane).

Fig. 24 - Éléments de parures des dolmens de Vallon-Pont-d’Arc ; métapodes de lapins et dents percés (collection Jules Ollier de Marichard).

Fig. 25 - Mobilier des dolmens et tumuli d’Ardèche méridionale (Jules Ollier de Marichard 1869).

2.3.2. La statuaire mégalithique et l’art néolithique en Ardèche

2.3.2.1. La statuaire néolithique en Ardèche

38La statuaire mégalithique est une composante majeure de cet art de la fin du Néolithique qui reste énigmatique puisque très codifié ; elle témoigne de la forte spiritualité de ces sociétés paysannes entre 3200 et 1900 av. J.-C. dans le Midi de la France (D’Anna et Pinet 2006).

39Les représentations humaines y occupent une place de choix ; les visages stylisés sont souvent sculptés (par gravure et piquetage) aveugles et muets c’est-à-dire sans yeux ni bouche, mais peut-être étaient-ils peints ? Des traces rougeâtres sont signalées sur la stèle de Lagorce (Gros et al. 1977-1978 : 3).

40Certaines sont à l’évidence des figurations féminines puisque les seins sont matérialisés. D’autres, par déduction, seraient masculines mais les organes sexuels ne sont jamais indiqués : les corps semblent vêtus. Bien que ces figures monumentales soient par nature érigées, on ne connaît pas dans notre région de statue ou de stèle 1 dont la forme soit manifestement phallique, alors que les exemples évidents ne manquent pas en Europe. Plusieurs découvertes hors de l’aire abordée ici montrent que des représentations ont, par exemple, d’abord été féminines avant d’être virilisées par suppression des seins ou ajout d’une arme ; dans d’autres cas, il s’agit de l’inverse (Jallot et Sénépart 2008 : 240-241). Enfin, à plusieurs reprises, ces idoles sont retrouvées fracturées en deux et réemployées : un bris intentionnel à la fin du Néolithique marquerait un changement dans les mentalités ou les cultes. L’analogie avec ce qui est connu dans les Alpes au Campaniforme (Lemercier 2004 : 391) est évidente.

  • 1 Les statues-menhirs sont ouvrées sur les deux faces, à l’inverse des stèles.

41Dans la région des gorges de l’Ardèche, deux cavités (aven Meunier et grotte du Serre des Fourches) ont livré trois stèles (Huchard et Thévenot 1971 ; Gros, Leclerc et Ollier de Marichard 1977-1978). Dans l’aven Meunier, comme dans la grotte de la Sartanette (Remoulins, Gard), une relation entre la présence de ces idoles (fig. 41) et celle de sépultures datées de la fin du Néolithique a été envisagée mais n’est pas certaine, puisque dans les deux sites, les statues n’étaient plus en place lors de leur découverte (Beaume 2007 : 15 et 16). L’analogie entre ces deux sites est renforcée par la présence, dans les deux cas, de pierres à cupules trouvées à proximité des représentations. Ce lien étroit avec le monde des morts qui n’est plus à démontrer, par exemple, dans les hypogées du Bassin parisien (sculptures féminines sur les parois des chambres funéraires), ne doit pas être extrapolé systématiquement aux autres régions. Qu’il s’agisse de divinités, d’ancêtres ou de héros veillant sur les défunts ou les vivants, leur rôle ostentatoire est évident.1

2.3.2.2. L’art schématique

42L’art schématique qui fleurit au début du 3e millénaire avant notre ère, se poursuit au cours de l’âge du Bronze : il est donc contemporain du courant dolménique qui couvre l’Ardèche et le Gard. Peu figuratif, cet art se caractérise par un schématisme accentué où hommes et animaux sont réduits à l’extrême et deviennent de véritables pictogrammes. Il convient d’y adjoindre le corpus des décors des céramiques (fig. 14 à 20), bijoux et armes de bronze.

43Cette forme d’expression est surtout rupestre : peintures et gravures localisées sur les parois naturellement éclairées d’abris peu profonds ; mais des cavités sépulcrales profondes peuvent également être décorées (Courtin 1959).

44Aux Géandes, comme un peu partout en Bas-Vivarais, bien que les faces des dalles dirigées vers la cella soient très lisses et claires et bien que souvent le chevet soit régularisé en ogive par bouchardage (fig. 237), aucune peinture ni gravure ancienne n’a été détectée dans un dolmen.

2.4. Historique des recherches sur le dolménisme de l’Ardèche et du nord du Gard

45Les recherches qui ont abordé le dolménisme de l’Ardèche et du nord du Gard (fig. 42) se regroupent en trois grandes phases.

2.4.1. Les pionniers (début XIXe - première moitié du XXe siècle)

46Depuis le début du XIXe siècle jusqu’à la veille de la Deuxième Guerre Mondiale, soit plus d’un siècle, globalement, tout le Bas-Vivarais et le nord du Gard sont abordés ; le secteur des Vans-Saint-Alban-Joyeuse, principale concentration de monuments du département, et celui des gorges de l’Ardèche exercent déjà une forte attraction (Carrière 1912 : 22).

47Il s’agit bien entendu de fouilles trop hâtives. La pratique qui consistait à éventrer le tumulus par le haut pour atteindre la chambre funéraire, quitte à fracturer la table de couverture, témoigne du remarquable état de conservation de nombreux tertres et donc des monuments, jusqu’à cette époque : il faut malheureusement en conclure que la plupart des dégâts subis par les dolmens sont imputables aux seuls archéologues !

  • 2 En fait sous tumulus ouvert.

48La classification utilisée alors par Jules Ollier de Marichard (fig. 26) fut employée dès l’inventaire de 1864 (Soulier 1998 : 14). Basée sur la distinction entre dolmens sur, sous et dans2 tumulus (Ollier de Marichard 1882 : 3 et 5), elle illustre simplement l’état des monuments à l’époque : quand le tertre était déjà très arasé, le dolmen paraissait sur le tumulus. Quand le tertre avait été cratérisé avant la venue de Jules Ollier de Marichard et les déblais rejetés en couronne autour de la chambre, le dolmen se trouvait dans le tumulus. Enfin, quand le tertre était encore bien conservé dans sa forme première, « intact », le dolmen se trouvait alors sous le tumulus. Malheureusement, il ne donne aucune information quant à fréquence de chacun de ces états.

Fig. 26 - Typologie des dolmens (Jules Ollier de Marichard 1873).

49Ce même auteur les date aussi selon leur aspect architectural, ce qui est déjà plus proche de la réalité :

« On doit les diviser en deux catégories et les reporter à deux périodes distinctes : les dolmens à la période préceltique qui correspond à l’âge de la pierre polie, les tumuli-dolmens et tumuli-galgals à la période celtique qui commence avec l’âge du Bronze » (Ollier de Marichard 1869 : 43).

50Les autres acquis scientifiques se résument, dans le meilleur des cas, à des énumérations non-exhaustives d’objets extraits, listes devenues peu ou pas exploitables. On dispose exceptionnellement de photographies de bonne qualité, en particulier les clichés d’Ernest Chantre conservés au Musée d’Archéologie de Nîmes, mais peu ou pas légendées ou encore de maquettes très fidèles (Chantre 1900 : 27) comme celles qui sont toujours conservées au Muséum de Lyon.

51Il s’agit aussi de véritables recensements mais souvent trop confus à notre goût. Le célèbre Inventaire des Monuments mégalithiques de la France engagé en mars 1876 (Tscherter et Paillole 2006 : 115) signalait près de 320 dolmens en Ardèche. L’estimation entre 500 et 600, d’abord avancée par Jules Ollier de Marichard avait été revue à la baisse, à tort on le sait aujourd’hui (Gros 1998 : 44). Cet inventaire national ordonné par le ministre de l’Instruction publique (Soulier 1998 : 14-16) devait aboutir entre 1889 et 1910 au classement au titre des Monuments Historiques d’une vingtaine de dolmens, dont ceux des Géandes et celui, très proche, de Champvermeil à Bidon (fig. 45-48). Depuis, une telle campagne de protection réglementaire n’a plus jamais eu lieu en Ardèche ni dans le Gard.

52Souvent, des restaurations furent menées, malheureusement sans qu’une trace écrite ne nous parvienne. En 1900, il ne restait qu’une centaine de monuments encore debout — et non pas intacts — (Chantre 1900 : 13). Ce chiffre est nettement inférieur à celui que l’on obtient aujourd’hui, argument supplémentaire pour penser qu’un bon nombre furent redressés entre temps.

53Le récit du transport du dolmen de Laval-Saint-Roman, offert par la commune, et sa reconstruction navrante (fig. 115, 116 chapitre 4) à Pont-Saint-Esprit est là-aussi explicite (Raymond 1900 : 166-167). Les archives de Jules Ollier de Marichard contiennent deux esquisses du dolmen du Charnier à Lagorce (fig. 30) ; l’une montrant le monument tel qu’il est encore aujourd’hui, c’est-à-dire décoiffé ; la seconde, tel que l’archéologue l’imaginait une fois restauré (Tscherter et Paillole 2006 : 119), ce qui n’a jamais été fait. Enfin, pour limiter l’action des agents atmosphériques sur la roche, l’idée de stabiliser les montants par imprégnation de silicate fut avancée mais jamais réalisée, faute de finance semble-t-il (Chantre 1900 : 27).

Fig. 27 - Outillage lithique des dolmens de l’Ardèche. Le mobilier ne correspond pas au titre mentionné sur le carton qui a été réemployé.

Fig. 28 - Carte des gorges (Jules Ollier de Marichard 1867). Les dolmens des Géandes y sont peut-être indiqués.

Fig. 29 - Carte des sites archéologiques des gorges de l’Ardèche où quelques dolmens sont indiqués (Jules Ollier de Marichard 1888).

Fig. 30 – a : dolmen n° 2 des Terres du Charnier à Lagorce ; b : hypothèse de restauration.

Fig. 31 - Dolmen n° 2 des Terres du Charnier à Lagorce. Vue générale et latérale.

Fig. 32 - Dolmen n° 2 des Terres du Charnier à Lagorce.

  • 3 Son recueil de lavis intitulé Monuments celtiques du Gard (1861), conservé à la médiathèque de Bagn (...)

54Parmi les savants qui ont parcouru le secteur qui nous concerne plus particulièrement, on retiendra les observations archéologiques — mais pas les assertions anthropologiques — de Jules Ollier de Marichard (1824-1901) (fig. 33), Léon Alègre (1813-1884) qui fut un précurseur gardois trop peu connu des Ardéchois3, puis Léopold Chiron (1845-1916), et enfin Paul Raymond (1859-1944). Les collections et les archives de ces pionniers sont généralement dispersées dans toutes les métropoles régionales proches (Gély et Ogel 1997 : 57 ; Bordreuil 1998 : 145) et des capitales plus lointaines (Paris, Londres, Saint-Petersbourg). Seules des bribes consternantes, aussi savoureuses soient-elles, nous parviennent. Le cas du fonds « Jules Ollier de Marichard » est emblématique (Clément et Gély 2005 ; Tscherter et Paillole 2006).

Fig. 33 - Jules Ollier de Marichard nettoyant un crâne d’ours.

55Comme partout en Europe occidentale, la plupart des objets recueillis et par conséquent les monuments qui les ont livré, furent d’abord attribués aux Celtes et aux Celtibères (Alègre 1861 ; Beaumefort 1863 ; Ollier de Marichard 1867) puis à une seule et même population migratrice pré-celtique, un mystérieux Peuple des dolmens (Bertrand 1867 ; Bonnard 1902 : 41), brachycéphale de surcroît (Raymond 1900 : 196). Des utilisations tardives évidentes sont toutefois bien perçues.

56À partir de 1886, sous l’impulsion de P. Salmon, les dolmens de France sont rattachés — judicieusement pour notre région — à la troisième période du Néolithique, qualifiée de Carnacéen. Ce terme, avec la civilisation qui le précède, le Chasséo-Robenhausien, tombera peu après en désuétude (Déchelette 1908 : 332-337). Par la suite, pour désigner un stade équivalent à notre « Néolithique final-Chalcolithique », se succéderont l’éphémère Cébennien d’E. Chantre, puis le Durfortien de A. Jeanjean. Ce dernier vocable repris par le Dr. Paul Raymond (1900 : 193) n’aura pas plus de succès. De même, pour la Civilisation des pasteurs des plateaux chère au Colonel Louis (1938) qui perdurera dans la terminologie de l’après-guerre, parfois en filigranes (Arnal 1963a : 194 et 224 ; Roudil 1963 : 239 ; Gilles 1975 : 13). Un peuple de Pasteurs mégalithiques du plateau urgonien sera même tardivement évoqué (Thévenon et al. 1967) !

57Quoi qu’il en soit, la pertinence de tous ces travaux ardéchois est globalement admise par la communauté scientifique. Dans le Manuel de Joseph Déchelette, ouvrage de référence pour des générations d’archéologues européens, c’est l’illustration du dolmen de La Laouzo (aujourd’hui La Lauze) à Orgnac, empruntée à Jules Ollier de Marichard (fig. 168 chap. 4), qui personnifie les monuments du Midi de la France (Déchelette 1908 : 404). Ce choix est du reste assez paradoxal : sa table de couverture paraît vacillante car difficilement supportée par des montants latéraux très inclinés maintenus par les blocs du tumulus. Un autre choix parmi les gravures disponibles (Tscherter et Paillole 2006 : 114) aurait été bien plus représentatif. Enfin, et cela est plus triste, ce dolmen, après avoir dans un premier temps été dépouillé de sa couverture (della Libera 1971 : 46), fut intégralement détruit dans l’hiver 1986-1987 lors de travaux de reboisement.

Fig. 34 - Dolmen A de Calais à Orgnac. À la périphérie, les dalles dressées évoquent « un cromlech ».

2.4.2. La seconde moitié du XXe siècle

58La deuxième période est marquée par la Loi de 1941 sur les fouilles archéologiques. Sous l’impulsion des recherches fondamentales de Jean Arnal (1907-1987) (fig. 35) dont la thèse sur les dolmens de l’Hérault fut soutenue en 1953 (Arnal 1963a) et qui publia plusieurs monuments bas-rhodaniens de la zone par nous prospectée (Coste Rigaude à Saint-Gervais et les Clausasses à Gras et Larnas) (Arnal 1963b ; Bonhomme et Arnal 1967) (fig. 232 chapitre 5, fig. 275 chapitre 6), on constate une augmentation notable de véritables fouilles qui seront peu à peu soumises au contrôle de l’État dès que les structures administratives et scientifiques des circonscriptions archéologiques furent mises en place et, surtout, dès que les directions des antiquités préhistoriques furent étoffées en personnel.

Fig. 35 - Jean Arnal dans un dolmen de la nécropole de l’Abeille à Labeaume (circa 1975).

59La plupart du temps, il s’agissait de sauvetages urgents : les pillages et les menaces de destruction induites par les aménagements ruraux et, surtout, par le développement assez anarchique du tourisme (par exemple, Laforgue et Béal 1971 ; Gros 1998 : 35) s’étaient fortement amplifiés ces années-là. De plus, l’usage de déplacer et reconstruire les dolmens pour les « épargner » s’est maintenu jusque vers 1970, ceux du Pradinas et de la Barthe/Marzal près des gorges de l’Ardèche en sont de tristes exemples.

60La documentation et les collections issues de ces opérations, longtemps conservées par les fouilleurs, surtout des bénévoles et désormais quelques professionnels (surtout CNRS et ministère de la culture), rejoignent progressivement les collections publiques : principalement les musées d’Alès et de Pont-Saint-Esprit dans le Gard, et pour l’Ardèche, ceux des Vans et Soyons et, surtout à partir de 1987, celui d’Orgnac-l’Aven qui dispose à ce jour du mobilier de près de 250 dolmens.

61Ces recherches de terrain ciblées sur des terroirs (zone d’Orgnac ou de Lussas, plateau de Rosières-Labeaume, Grospierrois, secteur de Ruoms-Chauzon, etc.) ont abouti à des articles synthétiques, voire à de véritables monographies régionales (Saumade 1987). Des diplômes universitaires thématiques (éléments de parure, âge du Bronze, architecture, démographie, paléo-pathologie, etc.) ont précisé le cadre chrono-culturel des remplissages initiaux des chambres funéraires, des phases de réutilisation et aussi des sépultures adventices quand il y en a. Malheureusement le plus souvent, les fouilles pionnières avaient déjà amputé les dépôts sépulcraux.

62Un point très positif toutefois pour l’Ardèche, dont peu de départements peuvent se glorifier : la parution régulière de revues spécialisées sur la Préhistoire régionale, en particulier le Bulletin de la Société d’Études et de Recherches Archéologiques et Historiques de Vagnas, les Cahiers du Grospierrois, Études préhistoriques puis enfin Ardèche Archéologie, a permis la publication de la quasi-totalité des principales fouilles et études architecturales ou anthropologiques effectuées pendant ce demi-siècle.

63Comme pour la période initiale, une énergie particulière fut à nouveau portée sur le dénombrement des monuments. Un recensement départemental fut engagé par Serge Nikitine, mais non abouti compte-tenu de l’ampleur de la tâche et de la faiblesse des moyens engagés ; des plaques métalliques furent (malheureusement) apposées sur certains monuments à cette occasion.

Fig. 36 - Menhir de Bidon relevé vers 1930. Un autre menhir est situé à Aiguèze.

64C’est à partir de 1985 que, sous l’égide de Maurice Laforgue (1922-1992) (Laforgue 1986 ; Laforgue et Devillard 1993), la Fédération Ardéchoise de Recherche Préhistorique a repris l’inventaire systématique initié depuis 1965 par la Société Préhistorique de l’Ardèche. Il s’agissait alors de produire le volume sur l’Ardèche dans la collection, interrompue depuis, des Inventaires des Mégalithes de la France. C’est dans ce cadre que René Gilles (1910-1992) a établi les fiches des Géandes (infra chap. 3) et d’autres dolmens concernés par cet ouvrage.

65À ce jour, on estime à plus de 800 monuments le nombre de dolmens en Ardèche qui est ainsi un département des plus fournis de France (fig. 20). L’exposition Mémoire des garrigues leurs fut consacrée au musée de Préhistoire d’Orgnac-l’Aven (Ogel et Prud’homme 2000) ; c’est le dolmen n° 1 du Chanet à Saint-Remèze qui agrémentait la couverture du catalogue (fig. 50). Le nord du Gard quant à lui, en abriterait près de 95 (Bordreuil 1998a : 135).

2.4.3. Aujourd’hui

66À partir de 2000, parallèlement à la poursuite de l’inventaire et à sa numérisation, un autre type d’opération est mené par des associations, des collectivités et même des particuliers.

67Sous réserve de l’obtention de l’autorisation du propriétaire des terrains et après prescriptions techniques et scientifiques du service d’archéologie, il s’agit de maintenir les chambres funéraires par un comblement plus ou moins complet à l’aide de blocs agencés (fig. 37).

Fig. 37 - Dolmen du Colombier à Bidon après remblaiement pour le stabiliser.

68Ces travaux de stabilisation sont souvent accompagnés d’un débroussaillage minimal et d’un éventuel dispositif d’information par panneaux. Le but est d’inscrire les monuments dans des circuits de randonnées pédestres axés sur la découverte du patrimoine naturel et culturel. De tels itinéraires fleurissent depuis une vingtaine d’années maintenant.

Fig. 38 - Dolmen du Colombier à Bidon.

Fig. 39 - Dolmen du Colombier à Bidon ; éléments de parure.

69Compte tenu de leur état et de l’ampleur des travaux, il a fallu véritablement démonter puis redresser certains dolmens (Gély 2010). En effet, pendant quatre décennies et malgré le plaidoyer de Jean Arnal (1963a : 231-233) et ses émules, la cella une fois fouillée était trop souvent abandonnée vide ou alors était recreusée par les pillards. Les monuments, qui avaient déjà péniblement survécu aux fouilles du XIXe, voyaient redémarrer les destructions par effondrement et éclatement des dalles. En effet, sur la plupart des dolmens dont les chambres sont construites en redressant des bancs calcaires, dès la disparition de la protection qu’offre la couverture, les montants se désagrègent assez vite selon leur dureté : les dolmens des Géandes en offrent des exemples évidents.

Fig. 40 - Tumulus n° 1 de Vausservières à Labastide-de-Virac ; mobilier funéraire.

Fig. 41 - Stèle de l’aven Meunier à Saint-Martin-d’Ardèche (H. : 165 cm, 320 kg).

70Afin de disposer d’une documentation iconographique de premier choix sur certaines nécropoles, les Granges à Berrias-et-Casteljau et les Buissières à Saint-Paul-le-Jeune par exemple (fig. 51), des levés par « laser-grammétrie 3D » ont été commandés à des cabinets de géomètres professionnels. On obtient ainsi une archive tridimensionnelle dense de chaque monument et de son environnement immédiat, à raison d’un point tous les centimètres. Une telle précision s’avèrera utile, puisque les tumulus n’ont généralement pas été suffisamment pris en compte dans les levés antérieurs qui, focalisaient sur les chambres funéraires. Or celles-ci, fouillées depuis le XIXe siècle, sont souvent déstabilisées et effondrées sur elles-mêmes, ou pire encore, ont été redressées sans précaution. Seules des fouilles minutieuses et une relecture critique des rares documents disponibles permettent aujourd’hui de mettre en évidence ces remaniements comme, par exemple, pour le dolmen n° 1 des Géandes. Ainsi, les tumulus, quand ils existent, conservent ou scellent toujours des informations archéologiques précieuses, peut-être les dernières.

Fig. 42 - Tableau chronologique des recherches dolméniques en Ardèche et dans le nord du Gard.

Fig. 43 - Dolmen A de Calais à Orgnac.

71Enfin, avec le développement de l’archéologie préventive depuis une quinzaine d’années, des opérations concernent peu ou prou les dolmens ardéchois et leur environnement proche. Une campagne de sondages menée sur 1 ha environ dans une doline aux Lauzières à Labeaume s’est révélée être négative, ce qui permet au moins d’écarter l’hypothèse de l’existence d’un habitat implanté au cœur de la nécropole sur les terres arables (Jallet 2007 : 37).

Fig. 44 - Dolmen de Champvermeil à Bidon.

Fig. 45 - Dolmen de Champvermeil à Bidon vers 1896.

Fig. 46 - Dolmen de Champvermeil à Bidon en 1950.

Fig. 47 - Dolmen de Champvermeil à Bidon avant restauration vers 1954.

Fig. 48 - Dolmen de Champvermeil à Bidon, état actuel.

Fig. 49 - Dolmen n° 1 du Chanet à Saint-Remèze ; plan et mobilier (coll. Raymond).

Fig. 50 - Dolmen n° 1 du Chanet à Saint-Remèze.

Fig. 51 - Restaurations de dolmens :
a et b : dolmen n° 1 de Buissières à Saint-Paul-le-Jeune.
c et d : dolmen n° 9 du Ranc de Figères à Labeaume (à noter la grande régularité du chevet qui a été rectifié).
e : dolmen n° 1 de Font Méjanne à Saint-Alban-Auriolles.

Notes

1 Les statues-menhirs sont ouvrées sur les deux faces, à l’inverse des stèles.

2 En fait sous tumulus ouvert.

3 Son recueil de lavis intitulé Monuments celtiques du Gard (1861), conservé à la médiathèque de Bagnols-sur-Cèze (Gard), présente 20 dolmens et un menhir de la zone prospectée ; le texte, bien qu’assez précis, n’est malheureusement pas à la hauteur des illustrations.

Table des illustrations

Légende Fig. 19 - Champs de pierrailles aux abords du dolmen n° 4 des Géandes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 20 - Carte communale des dolmens de l’Ardèche.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 21 - Dolmen en granit de Chabot à Colombier-le-Jeune (Ardèche).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 22 - Dolmen en gneiss de la Cave aux Fées à Saint-Cergues (Haute-Savoie).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 23 - Mobilier de quelques dolmens de Lagorce (Jules Ollier de Marichard 1869) (Chadenède, Charnier, Costeplane).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 24 - Éléments de parures des dolmens de Vallon-Pont-d’Arc ; métapodes de lapins et dents percés (collection Jules Ollier de Marichard).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 25 - Mobilier des dolmens et tumuli d’Ardèche méridionale (Jules Ollier de Marichard 1869).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 26 - Typologie des dolmens (Jules Ollier de Marichard 1873).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 27 - Outillage lithique des dolmens de l’Ardèche. Le mobilier ne correspond pas au titre mentionné sur le carton qui a été réemployé.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 28 - Carte des gorges (Jules Ollier de Marichard 1867). Les dolmens des Géandes y sont peut-être indiqués.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Fig. 29 - Carte des sites archéologiques des gorges de l’Ardèche où quelques dolmens sont indiqués (Jules Ollier de Marichard 1888).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Fig. 30 – a : dolmen n° 2 des Terres du Charnier à Lagorce ; b : hypothèse de restauration.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 31 - Dolmen n° 2 des Terres du Charnier à Lagorce. Vue générale et latérale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 32 - Dolmen n° 2 des Terres du Charnier à Lagorce.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 33 - Jules Ollier de Marichard nettoyant un crâne d’ours.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 34 - Dolmen A de Calais à Orgnac. À la périphérie, les dalles dressées évoquent « un cromlech ».
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 35 - Jean Arnal dans un dolmen de la nécropole de l’Abeille à Labeaume (circa 1975).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 36 - Menhir de Bidon relevé vers 1930. Un autre menhir est situé à Aiguèze.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 37 - Dolmen du Colombier à Bidon après remblaiement pour le stabiliser.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 38 - Dolmen du Colombier à Bidon.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 39 - Dolmen du Colombier à Bidon ; éléments de parure.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 40 - Tumulus n° 1 de Vausservières à Labastide-de-Virac ; mobilier funéraire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 41 - Stèle de l’aven Meunier à Saint-Martin-d’Ardèche (H. : 165 cm, 320 kg).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
Légende Fig. 42 - Tableau chronologique des recherches dolméniques en Ardèche et dans le nord du Gard.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 924k
Légende Fig. 43 - Dolmen A de Calais à Orgnac.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 44 - Dolmen de Champvermeil à Bidon.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 45 - Dolmen de Champvermeil à Bidon vers 1896.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 46 - Dolmen de Champvermeil à Bidon en 1950.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 47 - Dolmen de Champvermeil à Bidon avant restauration vers 1954.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 48 - Dolmen de Champvermeil à Bidon, état actuel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 49 - Dolmen n° 1 du Chanet à Saint-Remèze ; plan et mobilier (coll. Raymond).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 50 - Dolmen n° 1 du Chanet à Saint-Remèze.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 51 - Restaurations de dolmens : a et b : dolmen n° 1 de Buissières à Saint-Paul-le-Jeune.c et d : dolmen n° 9 du Ranc de Figères à Labeaume (à noter la grande régularité du chevet qui a été rectifié).e : dolmen n° 1 de Font Méjanne à Saint-Alban-Auriolles.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2860/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 878k

© Alpara, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540