Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nécropole des Géandes à Bourg-Saint-Andéol (Ardèche) dans le cadre du dolménisme en Bas-Vivarais

 | 
Bernard Gély
, 
Wolfgang Pape

Chapitre 1. Le cadre de la zone d’étude

Texte intégral

1.1. Cadre géomorphologique

1Traversé par les gorges de l’Ardèche (fig. 1), le territoire étudié correspond pratiquement à la feuille Bourg-Saint-Andéol de la carte géologique au 1/50000e. Globalement, il est délimité au nord par les massifs calcaires du Serre de Barrès (667 m) et de la Dent de Rez (719 m), point culminant du Bas-Vivarais ; à l’est, par le sillon rhodanien ; au sud, dans le Gard, par le bassin d’Issirac et les gorges de la Cèze ; à l’ouest, par la dépression de Vallon-Pont-d’Arc et la vallée de l’Ibie (fig. 17).

Fig. 1 - Gorges de l’Ardèche au niveau de la grotte de Saint-Marcel.

2Ce domaine géographique est centré sur un vaste relief tabulaire situé entre 200 et 500 m (altitude moyenne de 350-400 m) et constitué par les calcaires du Barrémo-Bédoulien qui sont caractérisés ici par l’homogénéité que leur confère le faciès urgonien (Barth 2008 : 21).

3Une autre composante de ce plateau calcaire, souvent qualifié de gras ou grads, est son importante fracturation et sa karstification intense (Jaillet et al. 2008 : 28) : très perméable, il n’existe aucun cours permanent hormis l’Ardèche. Des ruisseaux temporaires surgissent parfois lors de fortes précipitations.

4Enfin, dans les secteurs fracturés, quelques dolines et bassins d’effondrement ont piégé les argiles de décalcification de la roche-mère – un sol rouge fersiallitique ou terra rossa – et constituent des zones bien plus fertiles (fig. 2).

Fig. 2 - Doline de Bidon.

1.2. Densité des sites du Néolithique final jusqu’à l’âge du Bronze en basse Ardèche

5Avec environ 1300 sites dont pratiquement 900 dolmens et sépultures apparentées, la basse Ardèche calcaire et sa bordure gardoise est un haut-lieu de la Préhistoire récente, la région étudiée ici étant particulièrement riche.

1.2.1. Aux abords des gorges de l'Ardèche et de l’Ibie

6Le semis est très dense aux abords des gorges de l’Ardèche et de l’Ibie : près de 200 occupations domestiques ou spécialisées en grottes (bergeries, carrières d’argile, cavités sépulcrales et sites d’art rupestre) ou de plein-air (villages, camps perchés, ateliers de taille du silex ou de façonnage de meules, dolmens, menhirs, etc.). À toutes époques, le peuplement humain est canalisé par la vallée de l’Ardèche et ses affluents.

7Cette densité maximale correspond également aux plateaux calcaires fortement karstifiés : la qualité conservatoire du domaine souterrain ardéchois n’est plus à démontrer. Les remplissages de grottes témoignent sur plusieurs millénaires des modifications du milieu naturel, en partie sous l’effet de l’activité de l’homme. Ces cavités sont souvent choisies pour leur situation entre biotopes complémentaires : terres arables pour les champs cultivés, pâturages pour les troupeaux, domaine forestier et bien sûr, milieu aquatique.

1.2.2. La vallée du Rhône

8Les terrasses fluviatiles de la vallée du Rhône et les limons éoliens pléistocènes accumulés en marge ont toujours été des terres attractives pour des populations de paysans puisqu’il s’agit de sols légers, favorables aux cultures céréalières.

9Des placages de lœss sont connus aux abords de la nécropole des Géandes : lieux-dits Pinet et combe des Journées à Bourg-Saint-Andéol et surtout Fontaynes à Saint-Marcel-d’Ardèche où est situé l’habitat néolithique le plus proche qui soit globalement contemporain des Géandes.

1.2.3. Le reste du territoire prospecté

10Sur le reste du territoire, la densité est variable. Sur les hauteurs, il s’agit surtout de sites mis au jour par l’érosion des sols (fig. 3). Ces témoignages relativement espacés de peuplement démontrent que les dernières grandes zones vides de la carte ne correspondent qu’à des lacunes de prospection des fonds de vallées qui sont remblayées par l’accumulation des terres issues des versants. Ces observations s’appliquent en particulier dans la partie septentrionale du territoire, sur les communes de Lagorce, Saint-Remèze et Saint-Montan dont les potentiels archéologiques sont sous-évalués.

Fig. 3 - Paysage de garrigue.

11La densité actuelle des sites est encore moindre sur les formations sédimentaires de la fin du Secondaire et du Tertiaire du secteur des communes de Salavas, Vagnas et Labastide-de-Virac, zones sableuses peu karstifiées où les processus d’érosion ont largement mis à mal les vestiges.

1.3. Cadre chrono-culturel

1.3.1. Cadre radio-chronométrique

12Une part importante des datations 14C disponibles pour cette séquence (fig. 4) est peu exploitable en raison d’un palier (circa 3300-2700 avant J.-C.) sur la courbe de calibration pour le troisième millénaire. Les chronologies proposées fluctuent d’un auteur à l’autre ; certains débuts ou fins de période peuvent varier de plusieurs siècles. Les dates extrêmes retenues pour chaque groupe culturel sont donc imprécises et induisent des contemporanéités qui n’ont peut-être eu aucune réalité et qui font l’objet d’interprétations divergentes.

Fig. 4 - Données radio-chronométriques de l’Ardèche et du nord du Gard.

13Sur la quarantaine de dates calibrées disponibles pour l’Ardèche et ses marges, une quinzaine paraissent offrir toutefois une relative précision, entre trois et cinq siècles. Six d’entre elles (Oulen, Mathe n° 2, Bruyères, Prével, Vésignié) concernent directement la zone étudiée.

1.3.2. Les groupes ou assemblages culturels régionaux

14Les notions d’espace et de cultures, ou plutôt d’assemblages culturels, sont archéologiquement indissociables. À partir de la fin du Néolithique et jusqu’au début de l’âge du Bronze, l’économie puis le rayonnement de certaines sociétés vont être progressivement modifiés par la métallurgie du cuivre (Gutherz et Jallot 2005 : 128). La recherche du minerai et ses multiples transformations induisent de nouveaux réseaux d’échanges.

15La nomenclature actuelle voudrait ne plus retenir le vocable de Chalcolithique pour désigner une période à part entière (Chambon 2003 : 23 ; Thirault 2004 : 52 ; Vital 2008 ; Jallot 2011) et l’assimile à la seconde partie du Néolithique final. Le Midi reste toutefois la région quantitativement la plus riche de France et la seule à avoir connu un véritable âge du Cuivre (Ambert 2008 : 301). Chalcolithique sera donc employé au sens méridional du terme puisque en Languedoc, Ardèche incluse, il demeure usité dans la plupart des publications récentes (par exemple, Coularou et al. 2008 ; Remicourt et Vaquer 2011 ; Boutin et Galant 2011).

1.3.2.1. Le Ferrières (3400-2600 ans avant J.-C.)

16La culture de Ferrières occupe l’Hérault, le Gard et l’Ardèche (fig. 5, 6) où de nombreux sites de plein air et en cavité sont fréquentés. Le pastoralisme domine l’économie. De rares et petits objets en cuivre apparaîtraient à la fin de cette période. Des contacts ou influences sont perçus en Massif central et jusque dans les Alpes (Rey et Thirault 1999 : 509). Une migration de population vers la Combe-d’Ain, dans le Jura, est même envisagée sur la base d’un lien très étroit entre le groupe de Clairvaux et la basse Ardèche au Ferrières ancien (Petrequin 1998 : 134 et 138).

Fig. 5 - Céramique Ferrières à décor de chevrons ; grotte du Pontiar à Vallon-Pont-d’Arc.

Fig. 6 - Céramique Ferrières à décor de cannelures ; grotte du Pontiar à Vallon-Pont-d’Arc.

1.3.2.2. Le Fontbouisse et le « Chalcolithique » ardéchois (2700-2200 avant J.-C.)

17La culture de Fontbouisse, bien implantée en Languedoc (fig. 7, 8), rayonne jusque dans les Cévennes, les Grands-Causses et le nord de la Provence (Buisson-Catil et al. 2004 : 252).

Fig. 7 - Céramique Fontbouisse à carène haute ; grotte du Pontiar à Vallon-Pont-d’Arc.

Fig. 8 - Céramique Fontbouisse à carène haute ; grotte de Chironlong à Gras.

18En Ardèche, les céramiques du Chalcolithique ardéchois, qui pourraient correspondre à une phase ancienne du Fontbouisse (Vital 2006 : 282), sont peu décorées à l’inverse du Fontbouisse baroque de la région d’Alès (Bordreuil 1995). On ne connaît ni hypogée ni grand village de plein-air aux maisons de pierres sèches comme ceux du Languedoc. Malgré tout, l’utilisation fréquente de grottes et de dolmens suggère une assez forte population. L’économie est encore basée sur l’agro-pastoralisme où les bovidés tiennent parfois une part importante (couche VI de la grotte Chazelles à Saint-André-de-Cruzières) (Favrie 2005) et aussi sur un modeste développement de la métallurgie du cuivre : scories, tuyères et creusets attestent d’un traitement sur les sites de plein-air de Beaussement à Chauzon et du Serre-de-Boidon à Grospierres (Montjardin 1992 ; Gros 2000). Enfin, à partir de 2400 avant J.-C. environ, des céramiques campaniformes sont parfois mêlées aux productions locales.

1.3.2.3. Les Bruyères

19En partie contemporain du Ferrières récent et du Fontbouisse ancien (Bordreuil 1998b : 339), le Néolithique type des Bruyères (fig. 9, 10) est bien représenté à l’aval des gorges de l’Ardèche, entre Cèze et Ardèche où se trouve le site éponyme à Saint-Julien-de-Peyrolas (Gard) (Gilles 1975). Jusqu’à ce jour, les séries attribuées à ce groupe sont toujours dépourvues d’objet métallique (rens. C. Beaume).

Fig. 9 - Vase à décor de barrettes verticales des Bruyères à Saint-Julien-de-Peyrolas.

Fig. 10 - Petit vase à anses « nasiformes » des Bruyères à Saint-Julien-de-Peyrolas.

1.3.2.4. Le Campaniforme (2400-2100 avant J.-C.)

20Le Campaniforme qui est scindé en 3 ou 4 stades successifs (Lemercier 2004 : 447), a une large extension en Europe occidentale. L’hypothèse d’une irruption dans nos contrées est toujours avancée à son sujet (Salanova et Sohn 2007 : 84-88). Dans la vallée du Rhône, il s’agirait d’une culture à part entière dont la tradition débordera sur l’âge du Bronze ancien (poterie à décor barbelé vers 2200-1900 avant J.-C.).

21À partir de 2400 avant J.-C., c’est-à-dire globalement contemporaines du Chalcolithique et/ou du Fontbouisse, les influences campaniformes qui atteignent l’Ardèche et le nord du Gard sont surtout marquées dans les sépultures par de petits récipients aux décors caractéristiques (fig. 11) et éventuellement, de menus objets de parure et des armes en cuivre (infra chap. 6). Concernant les trouvailles de plein-air, seul le site des Trémoulèdes à Cros-de-Géorand, en altitude puisqu’en haute Ardèche (fig. 305), pourrait correspondre à un véritable habitat campaniforme (Chomette 1989).

Fig. 11 - Fragment de tasse campaniforme, grotte du bord de l’Ardèche à Vallon-Pont-d’Arc.

1.3.2.5. L’âge du Bronze ancien (2100-1600 avant J.-C.)

22La notion même d’âge du Bronze a aujourd’hui beaucoup perdu de sa signification, ses caractéristiques techniques étant bien moins pertinentes (Brun 2007 : 116 ; Laporte et al. 2008). Par ailleurs, l’unité même de la Civilisation du Rhône est remise en question.

23En France, la phase la plus ancienne de l’âge du Bronze ancien serait issue du fonds des cultures locales antérieures : malgré l’essor d’une population de type brachycéphale (fig. 330) perceptible dès le Campaniforme (Simon 1998 : 73), il s’agirait plutôt d’un courant culturel et commercial axé sur la métallurgie. Mais l’usage du nouveau métal ne modifie pas beaucoup les anciennes traditions. Les habitats et les tombes sont aussi variés que le relief et les coutumes locales héritées de la fin du Néolithique le permettent. Provenant de Méditerranée, le colportage de coquillages marins utilisés comme parure s’intensifie et remonte la vallée du Rhône. Une certaine uniformisation des formes céramiques (fig. 12, 13) atténue progressivement les disparités antérieures (Buisson-Catil et Vital 2002).

24La fin de l’âge du Bronze ancien verra s’intensifier les influences d’Europe centrale : via la haute vallée du Rhône (infra chap. 6), elles atteindront le Languedoc vers 1850 ans avant J.-C.

Fig. 12 - Jarre biconique du Bronze ancien ; grotte du Déroc à Vallon-Pont-d’Arc (H : 47,5 cm).

Fig. 13 - Fragment de micro-tasse à anse du Bronze ancien de Castelvieil à Aiguèze (H : 3,5 cm).

1.3.2.6. Première phase de l’âge du Bronze moyen (1600-1500 avant J.-C.)

25L’âge du Bronze moyen est très peu connu en Ardèche : il s’agit surtout d’objets métalliques isolés ou en dépôt en liaison avec la déprise constatée en moyenne vallée du Rhône qui durera jusqu’au début de l’âge du Bronze final (Vital 1996 : 331 ; Berger et al. 2007 : 265-266). La première moitié de l’âge du Bronze moyen n’offrirait pas en Vivarais de rupture nette avec la fin de la phase précédente, hormis que des influences, cette fois non plus d’Europe centrale mais italiques, seraient attestées jusque vers 1600 avant J.-C.

1.4. Cadre environnemental de la fin de la Préhistoire en Ardèche et dans le nord du Gard

26Une quarantaine de sites livrent des données environnementales, souvent des bribes (fig. 14).

Fig. 14 - Données paléo-environnementales pour l’Ardèche et le nord du Gard (31/12/2011).

1.4.1. Les données sédimentologiques

1.4.1.1. Les données issues des cavités

27Il s’agit surtout de cavités au remplissage généralement peu dilaté. Les formations sédimentaires correspondant à la période concernée par cette étude sont situées dans la partie supérieure des séquences stratigraphiques. Elles furent donc amputées par les fouilles du XIXe siècle et du début du XXe, malheureusement sans grand bénéfice pour la recherche actuelle.

Les dépôts cendreux et caillouteux

28Souvent, la sédimentation naturelle est altérée par les activités des Néolithiques eux-mêmes : dans la plupart des cas, il s’agit de formations cendreuses plus ou moins indurées et mêlées aux éboulis. Sur la coupe stratigraphique de la grotte du Louoï à Vallon-Pont-d’Arc (Tscherter et Paillole 2006 : 68), ces cendres alternent avec des couches qualifiées au XIXe siècle de terre végétale. Plus rarement, c’est avec des fumiers et litières, par exemple dans la Baume de Ronze à Orgnac (Beeching et Moulin 1981 : 412-414). Dans la grotte de Saint-Marcel à Bidon, les rares éléments grossiers, des gravillons, auraient même été introduits par le piétinement des troupeaux (Gilles 1988 : 8, 9 et 16-17). À ce sujet et d’une manière plus globale, la présence récurrente d’éboulis dans les premières salles des cavités fréquentées par les Néolithiques pourrait être en grande partie imputable au va-et-vient du cheptel (Brochier et al. 1995 : 156). Enfin, dans la grotte n° 2 de Peyroche à Saint-Alban-Auriolles, les strates cendreuses et foyers du Ferrières et du Fontbouisse qui n’offraient aucune différence d’un point de vue sédimentaire, étaient encadrés par des débordements de la Beaume qui coule à une dizaine de mètres en contrebas (Combier 1963 : 330-335 ; Roudil et Saumade 1968 : 151) : un tel niveau de crue n’aurait plus jamais été atteint depuis.

29Quand les couches cendreuses font défaut, on ne parvient pas à percevoir de stratification, les colluvions argileuses et caillouteuses étant homogènes de haut en bas. Par exemple, dans l’abri de la Vésignée à Saint-Marcel-d’Ardèche, seuls les vestiges permettent de suivre les occupations successives (Beaume 1996 : 36-44).

30La grotte du Dôme à Berrias-et-Casteljau fait exception (Lhomme 1975 : 43-44 ; Combier 1977 : 579 ; Combier 1980 : 484) : un important dépôt stérile (c. 26) sépare les couches 28 et 27 (Néolithique récent ou final) de la couche 25 de l’âge du Bronze ancien. L’ampleur de cette formation détritique corrobore parfaitement l’intensité des phases de ruissellement repérées dans d’autres cavités et l’érosion quasi-systématique des sites de plein air.

Les phases de ruissellement et de carbonatation

31Dans certaines cavités, souvent sépulcrales, des phases parfois intenses de ruissellement participent non seulement au comblement rapide de l’accès aux réseaux profonds par un apport d’éboulis terreux, mais également accélèrent et amplifient la dislocation des squelettes. Une fois dispersés, la carbonatation vient sceller les dépôts archéologiques.

32Pour la période concernée, ces processus de carbonatation, qui sont toujours postérieurs au Néolithique final, semblent se produire à maintes reprises, surtout après l’âge du Bronze ancien. Certains sont encore plus tardifs, entre l’âge du Bronze final III/Hallstatt et le Moyen Âge (s.l.) : Combe Obscure à Lagorce (Roudil et Saumade 1991 : 46), aven des Novis à Vallon-Pont-d’Arc (Gély 2003 : 30) et Peyroche n° 2 à Saint-Alban-Auriolles (Combier 1963 : 330-335). La rareté des occupations antiques en contexte endokarstique ne permet pas pour l’instant d’affiner la chronologie de ces formations historiques.

1.4.1.2. Les données issues des sites de plein air

33Dans notre région, les habitats rupestres — c’est-à-dire blottis ou piégés dans les fissures du substrat calcaire – et en plein air, qu’il s’agisse d’occupations des terrasses alluviales ou des versants sont presque aussi nombreux que ceux en cavité. Seule une dizaine d’entre eux, auxquels s’ajoutent deux dolmens, livrent des données environnementales : les opérations d’archéologie préventive viennent progressivement pallier cette carence.

34À la fin du Néolithique final, la plupart des séquences témoignent d’accumulations de sédiments et de vestiges dans les dépressions du substrat, colluvions corollaires d’une érosion assez intense des sols, comme par exemple dans la région de Ruoms et Chauzon (Montjardin 1984 : 219).

35La déstabilisation des versants, qui était engagée avant le 3e millénaire (Saintot 2007), se poursuit pendant la Protohistoire comme en témoigne le comblement progressif des ravins de la région de Lachapelle-sous-Aubenas (Durand et al. 2005 : 52-53). De même, dans la vallée du Rhône, sur la terrasse de la Brégoule à Soyons, des vestiges de la fin du Néolithique, dont un élément de céramique campaniforme, sont en position secondaire, piégés dans le comblement d’une ravine (Beeching, Vital et Dal-Pra 1985 : 4 et 12). Enfin, l’assèchement progressif par atterrissement d’une zone palustre qui occupait un paléo-chenal du Rhône est mis en évidence à la fin de l’âge du Bronze ancien à Guilherand-Granges (Jacquet 2006 : 31).

1.4.2. Les données sur la faune sauvage

36Les données concernant la faune sauvage (grands et petits vertébrés et malacofaune) sont peu explicites. La part de la chasse dans l’alimentation devient réduite dès le Néolithique moyen mais comme partout en Languedoc, elle semble fortement varier d’un type d’occupation à l’autre.

37Faible en cavité (moins de 5 %) au Néolithique final dans les grottes de la Combe Obscure à Lagorce et de Saint Marcel à Bidon et dans l’abri de la Vésignié à Saint-Marcel-d’Ardèche (Crégut-Bonnoure in Gilles 1988 : 50 ; Helmer in Roudil et Saumade 1991 : 135 ; Beaume 1996 : 38), elle atteint 20 % sur l’habitat rupestre fontbuxien du Serre de Boidon à Grospierres (Poulain in Gros 2000 : 35), puis décroît à l’âge du Bronze (Héritier 1987 : 12).

Fig. 15 - Dolmen n° 1 du Pradinas à Bidon : deux vues latérales (1937).

38Le cortège faunique, dont une part non négligeable peut être intrusive (lapin, taupe et autres petits vertébrés fouisseurs ou cavernicoles), est toujours largement dominé par les espèces forestières (cerf, chevreuil, sanglier, etc.) et les carnivores (ours brun, loup, blaireau, renard, petits mustélidés, etc.). Les restes de ces espèces sont aussi exploités comme éléments de parure — surtout des dents percées (Barge 1982 : 20 et 102) (fig. 24) — et des gaines de haches et autres objets taillés dans du bois de cerf. Des taxons liés au milieu aquatique (castor, cistude, poissons) et une avifaune tout à fait classique pour notre région, complètent le tableau.

1.4.3. Les données sur l’environnement végétal

39Les données sur l’environnement végétal sont elles aussi très parcellaires (fig. 18).

Palynologie

40À plusieurs reprises des tests palynologiques sur différents sites n’ont pas donné de résultat exploitable en raison d’importantes perturbations, sans doute liées à la dynamique sédimentaire.

Macro-restes végétaux

41Concernant les macro-restes végétaux, la cueillette des glands (Quercus sp.) est attestée à plusieurs reprises aux Ferrières (Gilles 1988 : 41 ; Montjardin 1984 : 217) et surtout sur les habitats rupestres du Fontbouisse (Gros 1999 : 43 et 45 ; Gros 2000 : 31).

Anthracologie

42Les rares études anthracologiques menées font état d’espèces méditerranéennes (fig. 18). Dans la grotte de la Combe Obscure à Lagorce, la chênaie (chêne à feuilles caduques) redeviendrait dominante à partir de la transition Néolithique moyen-Néolithique final (c. 4) ; pour le buis, c’est l’inverse (Roudil et Saumade 1991 : 161). Le prunier Sainte Lucie et l’érable de Montpellier sont également présents sur tout l’ensemble supérieur de la séquence.

43Sur le site du Néolithique Ferrières de la Mathe n° 2 à Vallon-Pont-d’Arc, la dégradation de la chênaie s’amplifierait entre les deux phases d’occupation humaine, le couvert végétal devenant plus clairsemé (Saintot 2007 : 7).

44Les résultats obtenus sur ces deux sites importants semblent contradictoires mais reconstituer précisément les transformations du paysage végétal au cours du 3e millénaire reste très aléatoire.

« Les notions de facteur anthropique ou d’intensité de l’activité humaine sont trop vagues... En revanche, celle d’ancienneté de l’action humaine pour chaque site est importante. À ce titre, les facteurs temps et durée apparaissent comme des clefs essentielles pour l’explication anthropique du paysage, mais leur maîtrise est loin d’être simple sur la seule base des datations et de la stratigraphie » (Chabal 2003 : 303-304).

1.5. Bilan paléo-climatique

45Bien que très lacunaires, toutes ces données paléo-environnementales ardéchoises s’accordent assez bien avec celles des régions limitrophes que l’on peut donc extrapoler pour proposer une reconstitution — nécessairement simpliste et donc sujette à de constantes révisions — de l’évolution des climats et des paysages en Bas-Vivarais au cours du Sub-Boréal (fig. 16).

Fig. 16 - Cadre chronologique et climatique simplifié.

Fig. 17 - Carte géologique simplifiée du secteur des gorges de l’Ardèche : le plateau calcaire de l’Urgonien, faillé, occupe l’essentiel de l’espace.

  • 1 Parmi le bétail, la prédominance des troupeaux de moutons et de chèvres est une constante depuis le (...)

46Le climat de la période qui couvre la fin du Néolithique et le début de l’âge du Bronze paraît instable. Des alluvionnements et des colluvionnements importants sont constatés. De toute évidence, l’érosion des sols amorcée antérieurement, s’amplifie. Le couvert végétal dominé par la chênaie à chêne vert et buis est parfaitement en accord avec ces sols dégradés. Outre les précipitations — une phase de transgression est assez bien marquée dans les lacs alpins (Billaud et Marguet 1997 : 238 ; Billaud et Marguet 2007) — la pression agricole et pastorale1 autour des habitats doit avoir contribué à ces crises hydro-sédimentaires.

47L’âge du Bronze verrait d’abord une période de relative stabilité de plus d’un millénaire ; puis, à son extrême fin et au début de l’âge du Fer, une reprise de l’érosion marquerait une nouvelle péjoration climatique.

Fig. 18 - Données anthracologiques et carpologiques pour l’Ardèche et le nord du Gard.

Notes

1 Parmi le bétail, la prédominance des troupeaux de moutons et de chèvres est une constante depuis le Néolithique final jusqu’à l’âge du Bronze ancien en moyenne vallée du Rhône.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Gorges de l’Ardèche au niveau de la grotte de Saint-Marcel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2859/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 2 - Doline de Bidon.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2859/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 3 - Paysage de garrigue.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2859/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2859/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Légende Fig. 4 - Données radio-chronométriques de l’Ardèche et du nord du Gard.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2859/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 5 - Céramique Ferrières à décor de chevrons ; grotte du Pontiar à Vallon-Pont-d’Arc.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2859/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 6 - Céramique Ferrières à décor de cannelures ; grotte du Pontiar à Vallon-Pont-d’Arc.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2859/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 7 - Céramique Fontbouisse à carène haute ; grotte du Pontiar à Vallon-Pont-d’Arc.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2859/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 8 - Céramique Fontbouisse à carène haute ; grotte de Chironlong à Gras.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2859/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 9 - Vase à décor de barrettes verticales des Bruyères à Saint-Julien-de-Peyrolas.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2859/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 10 - Petit vase à anses « nasiformes » des Bruyères à Saint-Julien-de-Peyrolas.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2859/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 11 - Fragment de tasse campaniforme, grotte du bord de l’Ardèche à Vallon-Pont-d’Arc.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2859/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 12 - Jarre biconique du Bronze ancien ; grotte du Déroc à Vallon-Pont-d’Arc (H : 47,5 cm).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2859/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 13 - Fragment de micro-tasse à anse du Bronze ancien de Castelvieil à Aiguèze (H : 3,5 cm).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2859/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2859/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2859/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Légende Fig. 14 - Données paléo-environnementales pour l’Ardèche et le nord du Gard (31/12/2011).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2859/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Fig. 15 - Dolmen n° 1 du Pradinas à Bidon : deux vues latérales (1937).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2859/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 16 - Cadre chronologique et climatique simplifié.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2859/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 17 - Carte géologique simplifiée du secteur des gorges de l’Ardèche : le plateau calcaire de l’Urgonien, faillé, occupe l’essentiel de l’espace.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2859/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 18 - Données anthracologiques et carpologiques pour l’Ardèche et le nord du Gard.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2859/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 553k

© Alpara, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540