Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nécropole des Géandes à Bourg-Saint-Andéol (Ardèche) dans le cadre du dolménisme en Bas-Vivarais

 | 
Bernard Gély
, 
Wolfgang Pape

Préface

Jean Clottes

Texte intégral

1Parmi les vestiges archéologiques parvenus jusqu’à nous, les dolmens, avec les peintures et gravures des grottes ornées, constituent l’un des témoignages les plus spectaculaires des croyances, des activités et des réalisations humaines pendant la Préhistoire, dans leur cas durant une Préhistoire relativement récente.

2Se trouvant encore à l’endroit précis où ils furent bâtis, il est loisible, avec les méthodes des recherches modernes, d’étudier avec une grande précision les choix qui présidèrent à leur érection dans le paysage, mais également les étapes et les moyens de leur construction, l’évolution de leur utilisation, et, dans les meilleurs des cas, la nature des sépultures, leur succession et les dépôts funéraires qui les accompagnaient. Ces dolmens devraient donc se révéler, idéalement, un terrain de recherche particulièrement attractif et riche de connaissances potentielles sur les peuples qui les érigèrent entre le Néolithique récent/Chalcolithique et le Bronze ancien.

3Les chercheurs de trésors et les pillards ont toujours existé, hélas. Néanmoins, pendant quelques millénaires, ces tombes collectives, à l’instar de nos cimetières, furent protégées par le respect souvent superstitieux dont elles étaient l’objet. À partir surtout du XIXe siècle, leur visibilité les désigna comme des lieux de fouille privilégiés pour les premiers archéologues et les innombrables amateurs friands d’objets mobiliers destinés à grossir leurs collections. Le respect se perdit avec les histoires et l’aura qui les entouraient. L’intensification de l’agriculture, les défrichages à grande échelle et l’urbanisation entraînèrent alors des destructions massives. Ce phénomène, connu à l’échelle de l’Europe, ne pouvait épargner la basse Ardèche, sujet de l’ouvrage présenté ici.

4Les dolmens, d’Ardèche ou d’ailleurs, illustrent particulièrement bien la dégradation accélérée de notre patrimoine archéologique : comme il s’agit de monuments visibles, on en conserve souvent des mentions ou des témoignages anciens dans la littérature, même s’ils furent par la suite détruits. En conséquence, nous avons avec eux une bien meilleure idée de ce qui a disparu en un siècle ou deux qu’avec les sites d’occupation préhistoriques ou même avec les simples tumuli, moins apparents, et qui eux ne laissent généralement pas la moindre trace dans les écrits anciens. Le résultat est d’évidence consternant. De nombreux exemples en sont donnés dans l’ouvrage. Recenser et étudier ce qui subsiste est donc un devoir pressant.

5C’est pourquoi on saluera comme il convient la parution de ce riche volume. Comme il est dit dans le texte, c’est « la première fois dans le Midi de la France qu’on aborde une nécropole dolménique simultanément dans sa globalité ». Les six dolmens intensément étudiés, dans une « approche qui se veut exhaustive », sont replacés dans le contexte de la basse vallée de l’Ardèche et du département lui-même qui compte environ 800 dolmens, c’est-à-dire qui arrive au deuxième rang national, après celui de l’Aveyron, et avant celui du Lot. À ce propos, comment ne pas regretter l’interruption et l’abandon déjà anciens de la collection des Suppléments de Gallia Préhistoire sur Les Mégalithes de la France. Imagine-t-on la somme de connaissances dont nous disposerions si tous les monuments des départements concernés en France avaient été recensés et publiés comme se proposait de le faire cette collection en ses lointains débuts ?

6Un travail comme celui-ci supplée en partie l’un de ces manques. Il corrige de nombreuses erreurs, des doublons et des fausses attributions et il étudie une nécropole complète, ou du moins ce qu’il en reste, sous tous ses aspects, avec un souci de la précision dans le détail et une modestie auxquels on rendra hommage. Parmi d’autres remarques importantes, par exemple sur l’architecture des monuments, on notera l’opportunisme des bâtisseurs et leur adaptation au terrain, ainsi que les influences relevées avec des régions voisines. Les possibilités des méthodes modernes de datation sont systématiquement mises à contribution. En revanche, les limites sont vite atteintes dans l’étude des inhumations en raison des fouilles du passé, souvent désordonnées et toujours trop hâtives. Il en ressort toutefois nombre de détails qui permettent de se faire une idée, forcément trop limitée et encore floue, des préoccupations des gens, de la nature et du devenir des inhumations, des dépôts funéraires.

7Ce bilan approfondi et synthétique d’une grande aire dolménique, effectué à l’occasion de la fouille approfondie d’une nécropole, devrait servir de modèle dans d’autres régions. Ce n’est qu’ainsi que les nombreuses brumes qui entourent encore ce phénomène si particulier, qui dura relativement peu à l’échelle de la Préhistoire, pourront quelque peu se dissiper.

Auteur

© Alpara, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540