Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nécropole des Géandes à Bourg-Saint-Andéol (Ardèche) dans le cadre du dolménisme en Bas-Vivarais

 | 
Bernard Gély
, 
Wolfgang Pape

Préfaces

Jean-François Marguerin et Olivier Pévérelli

Texte intégral

1L'Ardèche est aujourd'hui mondialement connue pour la « grotte ornée du Pont d’Arc, dite Grotte Chauvet », chef d’œuvre de l'art pariétal préhistorique. On ignore bien souvent qu'elle cache aussi un patrimoine majeur concernant la fin de la Préhistoire et le début de la Protohistoire, grâce à la présence de très nombreux dolmens, sépultures monumentales collectives, attribués aux dernières phases du Néolithique et au début de l'âge du Bronze, entre 2700 et 2000 av. J.-C. Avec plus de 800 monuments recensés, l'Ardèche fait partie des départements les mieux pourvus. Pourtant l'étude de ce patrimoine, bien qu'elle ait été un objet majeur de la recherche archéologique locale depuis le XIXe siècle, restait très morcelée, souvent limitée à un monument, plus rarement à quelques-uns. Cet ouvrage présente l'avantage de proposer une synthèse, qui offre des allers retours permanents entre différentes échelles d'analyse de ce patrimoine, entre différentes grilles de lecture de ces monuments, entre leur environnement et le mobilier qui en provient.

2À l'origine du projet, la fouille de six dolmens classés Monuments Historiques en 1889, anciennement vidés de leur contenu funéraire, avant une phase de restauration et de mise en valeur, a permis de connaître leur mode de mise en œuvre, leur architecture et leur fonctionnement, d'approcher la durée de leur utilisation et leur situation dans un paysage proche mieux défini. Une deuxième échelle de lecture, basée sur plus de 300 monuments reconnus, visités et souvent relevés, dans le Vivarais méridional lors d'une vaste campagne de prospection et de synthèse des données existantes, confirme la densité et la variété de ces vestiges, mais aussi leur liens de parenté évidents. Enfin, la mise en perspective à l'échelle nationale de ces monuments et des connaissances acquises sur les cultures en place à cette période permet de leur donner une importance significative dans la définition du cadre chrono culturel national.

3On découvre, grâce à l'occupation continue de cette nécropole, l’existence de groupes humains stables, qui durant six à sept siècles, au cours du 3e millénaire avant J.-C., ont façonné sur ce léger relief du paysage des sépultures collectives monumentales, construites en tirant le meilleur profit de la configuration du terrain. Ces agriculteurs pasteurs sont au croisement de nombreuses influences, comme en témoigne la variété des types architecturaux utilisés, languedocien, caussenard, bas-rhodanien, et des cultures représentées par les éléments mobiliers retrouvés. Riche de ces nouveaux enseignements, l'archéologie ardéchoise peut aujourd'hui poursuivre sa réflexion et apportera sans doute dans les années à venir les réponses attendues aux questions ouvertes par ce travail.

4Cette étude, dont on soulignera qu'elle a reposé sur l'action d'équipes de recherches franco-allemandes, soutenue par le Ministère de la Culture et de la Communication et le Conseil général de l'Ardèche, validée et encouragée par les instances scientifiques en charge de la recherche archéologique, atteste de l'importance de ce patrimoine, aujourd'hui discret et vulnérable lorsqu'il se dissimule dans la garrigue ardéchoise. Les dolmens des Géandes, bien que privés de leur contenu central, les sépultures, ont transmis la mémoire de leur mise en œuvre et conservé la mémoire du milieu dans lequel ils ont été édifiés. Gageons que leur restauration, désormais engagée sous la maitrise d'ouvrage de la commune de Bourg-Saint-Andéol leur rende la visibilité qui leur manquait et permette à l'avenir de voir se développer ce volet important de l'histoire du Vivarais méridional.

Jean-François Marguerin,
Directeur régional des Affaires Culturelles de Rhône-Alpes

*

5L’Ardèche possède plus de 800 dolmens, dont la densité dans le sud du département est remarquable. Longtemps oubliés, parfois maltraités au cours des temps, ces monuments sont le témoignage du peuplement néolithique.

6Depuis une dizaine d’années, le Conseil général contribue à l’étude de ce patrimoine, en relation avec son milieu et son environnement géographique. Il s’engage par ailleurs aux côtés de l’État à soutenir les collectivités locales fédérées autour de la protection et la valorisation de leurs dolmens.

7C’est pourquoi il nous est particulièrement agréable de contribuer à l’édition de cette synthèse très documentée concernant la nécropole dolménique des Géandes, ensemble remarquable et cohérent situé sur la commune de Bourg-Saint-Andéol.

8La politique culturelle du département, dont le territoire et les paysages sont marqués par la Préhistoire, vise à sortir ce passé monumental de l’oubli, à le protéger et à le valoriser tout en contribuant à la recherche archéologique. La sensibilisation de la population locale à ce patrimoine offre conjointement des perspectives de médiation et d’ouverture au tourisme culturel.

Olivier Pévérelli,
Conseiller général délégué à la culture et au patrimoine

© Alpara, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter