Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Tricastin romain : évolution d'un paysage centurié

 | 
François Favory

Résumés

Texte intégral

Résumé

1L’ouvrage livre les résultats d’une recherche pluridécennale et pluridisciplinaire sur le Tricastin antique et sur la centuriation qui en a structuré les campagnes dès la fin de la République romaine.

2Cette centuriation est attestée par les documents cadastraux de la colonie d’Orange, sous le nom de Cadastre B, le moins lacunaire des trois plans cadastraux identifiés par le chanoine J. Sautel et A. Piganiol qui en a assuré l’édition scientifique en 1962.

3L’ouvrage s’ouvre par une présentation géographique, géologique et pédologique du Tricastin, proposée par Cécile Jung et Thierry Odiot et complétée par une présentation synthétique de son évolution avant et après la conquête romaine, qui aborde la question du déplacement de la capitale des Tricastins de l’oppidum du Barry à Saint-Paul-les-Trois-Châteaux.

4Il se poursuit par une enquête sur le plan cadastral B de la colonie d’Orange et son insertion dans le dossier des documents cadastraux retrouvés dans le sous-sol de la ville, dont Gérard Chouquer rappelle le contexte historique, celui de la reprise en main vigoureuse, par Vespasien, de la fiscalité de l’État et des cités, italiennes et provinciales, perturbée entre autres par l’occupation illicite des biens publics et le non-versement du vectigal. Dans le cas de la colonie romaine d’Orange, il s’agit des terres de l’ager publicus concédées à la cité et qu’elle loue à des particuliers, mentionnés sur les plans cadastraux, selon un taux variable et pour des superficies également très variables. Gérard Chouquer aborde la question de la coexistence de trois centuriations liées à l’installation des vétérans de la légion II Gallica et de leur emprise spatiale, entre Montélimar et les Alpilles, ce qui pose de redoutables problèmes d’interprétation. Le Tricastin indigène, quadrillé par la centuriation B de la colonie romaine, est interprété comme une préfecture au sens gromatique du terme, c’est-à-dire un territoire confisqué pour compléter l’installation des colons romains que ne peut pas accueillir le territoire initialement prévu.

5La recherche a porté sur les vestiges de cette centuriation, à la fois sous leur forme archéologique, révélés par les fouilles réalisées sur le tracé de la ligne TGV Méditerranée, et sous leur forme archéogéographique, dans leur influence sur le tracé des voies, des cours d’eau rectifiés, des canaux et fossés de drainage et des limites parcellaires. L’ouvrage permet de publier une partie des résultats obtenus par Cécile Jung dans le cadre de sa thèse de doctorat sur l’impact de la centuriation dans le paysage, de l’Antiquité à nos jours. Parallèlement, elle propose une cartographie de la voirie antique desservant le Tricastin et des lieux de peuplement.

6La recherche a concerné aussi les formes de l’habitat gallo-romain, repéré par prospections aériennes, prospections au sol et fouilles archéologiques. L’ouvrage offre une synthèse détaillée sur l’évolution du système du peuplement durant l’Antiquité, en mesurant l’impact des assignations coloniales (Thierry Odiot) et en examinant les changements enregistrés dans l’habitat durant l’Antiquité tardive (Benoît Ode). Cette approche est étayée par une enquête sur les contrats de location renseignés par l’épigraphie du cadastre B d’Orange (François Favory et Thierry Odiot), par une étude archéologique et géoarchéologique de la mise en valeur des terres, où sont explorées les techniques de drainage et d’irrigation (Cécile Jung) et, pour finir, par un bilan des connaissances sur le système de culture, éclairé par les témoignages archéologiques sur les établissements viticoles et les marques de la viticulture et sur les autres productions agricoles (Cécile Jung et Thierry Odiot).

7L’ouvrage se clôt par une approche archéogéographique de l’évolution du paysage centurié, qui s’interroge sur les formes de pérennisation du cadre morphologique de la centuriation B et de son impact sur le paysage actuel, par tout un ensemble de processus qui assurent la transmission des formes et des orientations antiques. Il est souligné que si les formes se lèguent dans la très longue durée, le fonctionnement du réseau centurié perd sa légitimité cadastrale, fiscale et foncière durant l’Antiquité même (Gérard Chouquer). Cette étude historique est complétée par une analyse archéogéographique qui porte sur les processus de restructuration du réseau de drainage mis en place dans le réticulé des limites de la centuriation et sur l’évolution des trames parcellaires, en liaison avec les contraintes sociales et environnementales qui ont affecté sa structure et son fonctionnement (Cécile Jung). Cette dynamique conduit Gérard Chouquer à interroger les modalités mêmes de la transmission qui livrent un paysage aujourd’hui plus ou moins soumis à une logique structurante héritée de l’Antiquité, où l’archéologie peut prouver, dans certains cas, une filiation concrète et, dans d’autres, son absence : la transmission n’est pas analogique, mais terriblement instable, et la trame antique agit comme inspiratrice de la toujours active construction paysagère.

Summary

8This publication gives the results of a multidisciplinary research carried out over decades about the Tricastin region and the centuriation that has structured its countryside since the end of the Roman republic.

9This centuriation has been proven by cadastral records of the colony of Orange, under the name of Cadastre B. It is the most complete amongst three cadastral plans identified by canon J. Sautel and A. Piganiol who took care of its scientific publication in 1962.

10This work begins with a geographical, geological and pedological overview of the Tricastin region suggested by Cécile Jung and Thierry Odiot. It is completed by a synthetic overview of its evolution before and after the Roman conquest, broaching the issue of the displacement of the capital city of Tricastin from the Oppidum of Barry to Saint-Paul-Trois-Châteaux.

11It is followed by an inquiry on cadastral plan B and its place amongst cadastral records found in the subsoil of the city. Gérard Chouquer recalls its historical context: Vespasian taking over the tax system for the State and for Italian and parochial cities, disturbed by the illicit occupation of public welfare and the non-payment of vectigal. In the case of the Roman colony of Orange, this problem arises with ager publicus land conceded to the city and rented to individuals mentioned on cadastral plans, following variable rates and for different areas. Gérard Chouquer treats the issue of the coexistence of three centuriations linked with the installation of Legion II Gallica veterans and their space hold between Montélimar and the Alpilles. This issue leads to important interpretation problems. The indigenous Tricastin region, squared by Centuriation B, is interpreted as a prefecture in a gromatic sense, that is to say, a territory that was confiscated in order to complete the installation of Roman settlers who could not be welcomed on the initially-planned territory.

12This research is about the remains of this centuriation in their archeological form, revealed by excavations on the site of TGV Méditerranée line and in their archeogeographical form through their influence in the tracing of roads, corrected river streams, draining ditches and channels, and parcel limits. This work publishes a part of the results obtained by Cécile Jung for her PhD thesis on the impact of the centuriation on landscape, from Antiquity to modern days. At the same time, a mapping of the antic road system serving Tricastin region and settling areas is given.

13This research also related to Gallo-Roman housing forms, through aerial and ground surveys and excavations. This publication gives a detailed synthesis on the evolution of the populating system during Antiquity, by measuring the impact of colonial assignation of land (Thierry Odiot) and examining changes in housing during Late Antiquity (Benoît Ode). This approach is supported by an inquiry on renting contracts through the epigraphy of cadastral plan B (François Favory and Thierry Odiot), through an archeological and geoarcheological study on the development of land exploring the drainage and irrigation techniques (Cécile Jung), and finally, through a report of knowledge on the cultivation system, enlightened by an archeological testimony on wine establishments and on traces of viticulture and other farming productions (Cécile Jung and Thierry Odiot).

14This publication ends with an archeological approach of the evolution of landscape due to centuriations. The issue of how the morphological frame of centuriation B has become durable is brought up. The impact of centuriation B on landscape went through a variety of processes assuring the transmission of antic forms and orientations. It can be noted that, while forms are passed on over a very long period, the centuriation network loses its tax, property and cadastral legitimacy during Antiquity (Gérard Chouquer). This historical study is completed by a an archeogeographical analysis about the restructuration process of the draining network and about the evolution of parcel framework linked with social and environmental constraints that affected its structure and its functioning (Cécile Jung). Gérard Chouquer raises the issue of transmission modes that lead to present landscapes subjected to a pattern passed on from Antic times. In some cases, archaeology can prove a direct derivation, and in other cases the absence of filiation. Transmission is not analogical but it is highly instable and the antic framework acts as an inspiration for a landscape construction that is still undergoing.

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540