Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Tricastin romain : évolution d'un paysage centurié

 | 
François Favory

Chapitre 3. Construction du réseau B d’Orange et réseau de communications

Cécile Jung

Texte intégral

3.1. Le réseau de communications

1Le réseau centurié B d’Orange s’inscrit dans un paysage structuré par un certain nombre de voies reliant les centres de peuplements à plus ou moins longue distance.

2Sur les marbres, seule l’une d’entre elles, est représentée : il s’agit de la voie d’Agrippa qui relie Lyon à la mer Méditerranée et qui semble avoir joué un rôle important dans la répartition des terres assignées de la centuriation puisqu’en se superposant pratiquement au cardo maximus, dans la plaine du Tricastin, elle pourrait délimiter les terres rendues aux Tricastins de celles données au vétérans (cf. chap. 2.2.3. et 4.1.).

3Si le document épigraphique ne fait écho que de cette voie d’Empire, il ne semble cependant pas inutile d’essayer de restituer la forma au sein du maillage de voies. Celui-ci relève d’une autre logique : celle des dessertes locales et régionales que complète pour partie le réseau centurié.

4Grâce à une analyse morphologique du réseau viaire, à partir de divers documents planimétriques, nous avons pu appréhender le système de chemin de manière plus globale, depuis l’étude fine de la voie d’Agrippa jusqu’à la mise en évidence d’un réseau de voies probablement antiques. Ce réseau viaire est constitué de nombreux itinéraires locaux ou régionaux qui permettent de raisonner sur les relations qu’entretiennent les centres de peuplements entre eux et de cerner les couloirs de circulations les plus importants.

3.1.1. Une voie fluviale : le Rhône

5Il constitue un axe de circulation nord-sud privilégié durant l’Antiquité comme le montrent les études archéologiques et géoarchéologiques qui concernent les dynamiques territoriales et fluviales liées à ce cours d’eau (Leveau dir. 1999). Il semble que, durant l’Antiquité, le fleuve présente entre Lyon et la mer un régime fluvial relativement régulier avec un chenal bien incisé qui facilite la navigation (Provansal et al. 1999). On note, cependant, une reprise de l’activité hydrique entraînant des taux de sédimentation élevés et un exhaussement du plancher fluvial dans la moyenne vallée du Rhône, entre la fin du Ier siècle et la fin du IIIe siècle de notre ère. La multiplication des crues et le changement de style fluvial présentent une contrainte certaine pour les agglomérations riveraines, mais celles-ci s’en accommodent en aménageant les berges ou en exhaussant les sols d’habitation (cf. Arles, Vienne, Saint-Romain-en-Gal). L’intérêt que présente la présence du fleuve pour ces villes est largement supérieur aux contraintes qu’il véhicule.

6Outre le développement de centres urbains en contact avec le Rhône, la navigation fluviale est également perçue par les matériaux (pierre du Midi, marbre de Carrare, lingots de métal issus de la Montagne Noire) et les produits importés (amphores vinaires et à huile) que l’on retrouve dans ces agglomérations (Christol et Fiches 1999). La présence régulière d’ateliers de potiers en bordure du fleuve atteste aussi le débouché commercial que pouvait offrir le Rhône. Enfin, les monuments à caractère votif ou funéraire qui jalonnent le cours du fleuve illustrent eux aussi l’importance de cette voie d’eau dans la circulation des biens et des personnes et la mise en scène du paysage.

7Les sites de Donzère et de Viviers sont deux agglomérations antiques installées à proximité immédiate du Rhône, à des endroits assez stratégiques pour que leur activité fluviale ne laisse que peu de doute. Viviers, probable port d’Alba, est installé à l’entrée nord du Défilé de Donzère, et Donzère immédiatement au sud ; le courant y est assez violent pour que l’on suppose des ruptures de charge. Le port de Donzère est attesté par les textes au haut Moyen Âge, et l’hypothèse de son fonctionnement dès le Ier siècle ap. J.-C., en particulier pour l’acheminement du vin tricastin, a été avancée (Odiot 1994). Le site de Bourg-Saint-Andéol, sur la rive droite, correspond à une autre agglomération secondaire, dont la situation de carrefour routier au bord du Rhône et à proximité immédiate de hauts-fonds, nous incite à penser que son activité devait être fortement liée aux flux terrestres et fluviaux, même si aucun indice ne confirme la présence d’un port.

3.1.2. Les grandes voies de la rive droite du Rhône

8Même si la présente étude a pour objet le Tricastin, il importe toutefois de prendre en compte le réseau viaire de la rive droite qui participe à la structuration des réseaux de communication.

9La voie des Helviens, dite Voie d’Antonin en raison de la vingtaine de bornes milliaires dédiées à cet empereur, est la principale voie de communication de la rive droite du Rhône au Haut Empire. Elle suivait, depuis le Nord, la rive droite du Rhône avant de bifurquer vers Alba à la hauteur du Teil (Napoli et Rebuffat 1992 ; Dupraz et Fraisse 2001 : 84). Après Alba, elle se dirigeait vers Nîmes par l’intérieur des terres, elle n’a donc pas beaucoup d’influence sur le réseau de la plaine tricastine. Cette voie semble peu à peu déclassée au cours de l’Antiquité tardive au profit de la voie dite « Voie de la rive droite » ou « Voie de Valérien » (fig. 18, n° 1).

10La voie dite de Valérien est la voie qui bifurque de la précédente au niveau du Teil pour rejoindre Laudun (Gard) via Viviers et Bourg-Saint-Andéol, en suivant au plus près du Rhône (approximativement le tracé de l’actuelle RN 86) (fig. 18, n° 1). L’origine très ancienne de cet itinéraire est indéniable, d’une part en raison des nombreux oppida qui jalonnent son tracé, et d’autre part en raison de la topographie. L’ancienne Helvie étant une région au relief très marqué, le tracé d’une voie terrestre nord-sud, parallèle au Rhône, est fortement contraint entre les piémonts et le fleuve. La densité de sites gallo-romains connus le long de cet itinéraire est particulièrement élevée. Si la topographie et la proximité du Rhône explique cet état, la taphonomie complète l’explication de cette densité : les sites étant essentiellement situés en rebord de terrasse, ou sur des coteaux, les faibles recouvrements ont facilité la détection des sites. On observe qu’au cours des IIIe et IVe siècles l’occupation reste assez dense et que certains sites semblent même prospérer. Le dynamisme de cet axe, parallèlement à l’attractivité du Rhône, pourrait être à l’origine du déclassement d’Alba au profit de Viviers comme chef-lieu des Helviens dans la seconde moitié du Ve siècle.

11La voie dite de Maximien est la voie qui menait d’Alba à Bourg-Saint-Andéol par le plateau de Gras. Grâce aux titulatures mentionnées sur les milliaires trouvés le long de ces deux derniers itinéraires, on sait que la puissance publique a investi dans l’aménagement de ces voies entre le dernier quart du IIIe siècle et le premier quart du IVe siècle, signe supplémentaire de l’essor des deux agglomérations de Viviers et de Bourg-Saint-Andéol.

3.1.3. Un axe majeur sur la rive gauche du Rhône : la voie d'Agrippa

12La voie d’Agrippa constitue la principale voie terrestre nord-sud. Entre Valence et Orange, elle reprend probablement le tracé d’un itinéraire plus ancien évoqué par Strabon (IV, I, 11) qui passait par Arausio, Aeria (oppidum de Barry ?) et Valentia. Le tracé de la voie d’Agrippa est connu dans ses grandes lignes grâce aux travaux de Florian Vallentin (Vallentin 1880). Cet érudit a déduit son tracé en recensant les milliaires trouvés sur la rive gauche du Rhône et en identifiant les mutationes citées par les itinéraires antiques – Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem (ou Itinéraire Hiérosolymitain), Cosmographie de l’Anonyme de Ravenne, Table de Peutinger – avec des lieux-dits actuels.

3.1.3.1. De Valence à Orange

13Entre Valence et Orange, les itinéraires indiquent cinq stations : Umbenno (Les Battendons, commune d’Étoile), Bantiana (Banse, commune de Saulce), Acunum (Montélimar), Novem Craris (Le Logis de Berre, commune des Granges-Gontardes), Senomagos/Ad Letoce (Saint-Pierre de Sénos, commune de Bollène et le franchissement du Lez à Bollène). L’Itinéraire Hiérosolymitain précise que seule Acunum serait une mansio, les autres correspondraient à des mutationes. Neuf milliaires ont été retrouvés le long de la voie entre Valence et Orange, le plus ancien est dédié à Tibère (CIL XVII, 165), les autres concernent des empereurs du IIe au IVe siècle : Antonin le Pieux (CIL XVII, 161), Aurélien (CIL XVII, 160 ; 164), Constantin (CIL XVII, 163 ; 166) et Dalmatius (CIL XVII, 163a). Cl. Boisse qui s’est également intéressé au tracé de la voie d’Agrippa, signale la découverte de bornes anépigraphes, entre Malataverne et le Logis de Berre. Elles sont distantes entre elles d’un mille et pourraient d’après lui pérenniser l’emplacement d’anciens milliaires (Boisse 1968 : 106-116 et 153-156). On remarque que si le tracé de la voie d’Agrippa est connu dans ses grandes lignes sur l’ensemble de son parcours, grâce à l’identification de la plupart des stations qui la jalonnent, il n’en va pas de même en ce qui concerne le détail de son itinéraire. En effet, la grande majorité des auteurs ayant représenté le tracé de cette voie ont relié en ligne droite les stations connues : la carte dressée par Jacques Sautel dans la Carte archéologique de la Gaule romaine du département de la Drôme en est un parfait exemple (Sautel et al. 1957). Aussi l’ensemble du tracé de cette voie a été repris et discuté en détail (Jung 2009). Nous n’exposerons dans le cadre de ce volume que le tracé que nous avons retenu (fig. 14, 15, 17).

3.1.3.2. De Montélimar (Acunum) au Logis de Berre (Novem Craris)

14À Montélimar, on situe traditionnellement la voie d’Agrippa à l’emplacement de la Grande Rue, où, lors de travaux effectués au début du siècle, des dalles de cette chaussée antique auraient été découvertes (Sautel 1957 : 39). Cette rue nord-sud relie la porte Saint-Martin, au nord, à la porte d’Aygu, au sud. Au nord de la porte Saint-Martin, les vestiges de la voie d’Agrippa bordée d’un aqueduc ont été reconnus par Cl. Boisse en 1961. Au sud de la porte d’Aygu, autour de l’ancienne église de Notre Dame d’Aygu, une nécropole du Bas-Empire et du haut Moyen Âge a été mise en évidence lors de fouilles, ce qui laisse supposer la proximité du passage de la voie.

15Le passage exact de la voie d’Agrippa à la périphérie sud de Montélimar n’est pas aisé à attester, cette zone étant désormais totalement urbanisée. Il semblerait, d’après ce que l’on peut connaître du tracé de la voie plus au sud, qu’il faille chercher son passage à proximité de l’Ancienne Grande Route ou Chemin de Montélimar à Saint-Paul-Trois-Châteaux, désignés ainsi sur le cadastre napoléonien et aujourd’hui rebaptisée départementale 206 (fig. 14). Plus au sud, un chemin vicinal suit le piémont des collines d’Allan à la hauteur de la courbe de niveau des 125 m. Sur les cartes à 1/20 000, ce chemin était en activité jusqu’au ruisseau de la Riaille. Les vestiges archéologiques donnent corps à cette hypothèse. Ainsi, dans les années 1960, M.-C. Latarche a fouillé, lors des travaux liés à la construction de l’autoroute A7, au niveau du franchissement de la Riaille, un bâtiment de 22 m x 7,5 m bordé d’une voie, qu’il a identifiée comme étant la voie d’Agrippa (Leglay 1971 : 434).

Fig. 14 - Report du tracé de la voie d’Agrippa entre Montélimar et le torrent de la Riaille sur la carte IGN à 1/20 000 (Jung 2009).

16Sur la rive sud de la Riaille, dans le prolongement de la fouille de M.-C. Latarche, la lecture des photographies aériennes et des cartes antérieures aux travaux de l’autoroute révèle une continuité du tracé vers le sud. Sur les missions aériennes (et plus particulièrement sur le cliché n° 3167, mission 23SF351), on suit, sur près de trois kilomètres, la voie fossile (Salviat 1985, Jung 1999). La voie empruntait ensuite l’étroite vallée de pénétration des Boisniers pour aboutir au Logis de Berre (Novem Craris).

3.1.3.3. Du Logis de Berre (Novem Craris) à Saint-Pierre de Sénos (Senomagos)

17La question du passage de la voie d’Agrippa au niveau du Logis de Berre pose certaines interrogations (Jung 2009). Les documents planimétriques, épigraphiques, les sondages archéologiques et les sources écrites montrent que plusieurs tracés sont possibles (fig. 15). Il faut probablement imaginer que le franchissement des massifs bornant la plaine du Tricastin au nord devait être multiple (par le plateau des Echirouzes mais également par Donzère et Châteauneuf-du-Rhône). Les différents itinéraires ne passent donc pas forcément par le Logis de Berre. Plus au sud, la voie d’Agrippa est pérennisée par la départementale D 158 qui présente un tracé rectiligne remarquable (fig. 16).

Fig. 15 - Report du tracé de la voie d’Agrippa dans le secteur du Logis de Berre, sur la carte IGN à 1/20 000 (Jung 2009).

Fig. 16 - Cliché aérien de la voie d'Agrippa pérennisée par la D. 158 au sud du Logis de Berre (cliché Odiot).

3.1.3.4. De Saint-Pierre de Sénos (Senomagos) à Orange (Arausio)

18À Saint-Pierre de Sénos, au niveau de l’église du village, la voie d’Agrippa bifurque en direction du sud-est. On suit encore son tracé, sous la forme d’un chemin communal appelé La Levade, du fait de la morphologie de sa chaussée, en ressaut par rapport au niveau du sol naturel. Il file ensuite en droite ligne vers le Lez, laissant à l’ouest la ville de Bollène (fig. 17). Son tracé est plus délicat en ce qui concerne l’ascension du massif d’Uchaux, mais la présence d’un site important autour de la chapelle Saint-Didier, près du lieudit Désoulières. L’itinéraire se suit en pointillé sur les cartes à 1/20 000 jusqu’à Hauteville, où les marbres du cadastre B attestent son passage. La route départementale D 11, au niveau du lieu-dit La Galle jusqu’à l’arc de triomphe d’Orange, pérennise son tracé.

Fig. 17 - Report du tracé de la voie d’Agrippa entre Bollène et Orange sur la carte IGN à 1/20 000 (Jung 2009).

19La compilation de l’ensemble des données sur la voie d’Agrippa permet dorénavant d’avoir une vision assez précise de son tracé entre Montélimar et Orange. Les données archéologiques sont malheureusement trop rares pour attester certaines des hypothèses émises sur la restitution précise de certains de ses tronçons et pour approfondir les questions ayant trait à sa matérialisation. Les quelques sondages réalisés sur la voie montrent en effet que sa construction varie fortement selon que l’on se trouve à proximité d’une agglomération ou en pleine campagne.

3.1.4. Le réseau de voies secondaires

3.1.4.1. Présentation de la méthode régressive

20La méthode d’analyse à partir de laquelle nous avons travaillé pour mettre en évidence un réseau de voies secondaires est celle exposée par Eric Vion (Vion 1989). Celui-ci propose de raisonner sur le réseau routier dans son ensemble, plutôt que sur une compilation forcément lacunaire de tronçons reconnus comme anciens. Il démontre que, tout comme les parcellaires, les réseaux routiers sont dépositaires d’une longue histoire et sont constitués de différentes strates historiques qu’il faut savoir interpréter. Il définit pour commencer trois niveaux de voirie, le réseau local, à l’échelle de la commune, le réseau régional et le réseau supra-régional puis il propose de repérer des anomalies à l’intérieur du réseau local. Celles-ci se distinguent à l’intérieur de cet ensemble qui rayonne autour du centre de peuplement communal puisqu’elles ne participent pas à cette logique et semblent s’accorder avec un réseau supra-local qui serait tombé en désuétude. Par ailleurs, l’auteur insiste sur l’intérêt de traiter un vaste territoire qui permet d’embrasser plusieurs agglomérations importantes afin de mettre en évidence le rôle de la dynamique politique et économique des différents centres de peuplement dans la constitution et la destitution des itinéraires.

21Son analyse, qu’il a fortement étayée par une étude archivistique poussée, est surtout axée sur le réseau routier du Moyen Âge et son évolution, alors que les périodes plus anciennes ne sont que très peu abordées. Si l’on reprend rapidement les bases de sa démarche morphologique, il faut, à l’intérieur du cadre communal, où les chemins convergent vers le village et forment ce que l’auteur appelle le réseau local, repérer ceux qui ne s’inscrivent pas dans cette logique et constituent des anomalies qu’il faut relever et analyser.

22Eric Vion montre que, dans le canton de Vaud (Suisse) où il a pratiqué son étude, la grande majorité de ces anomalies sont à mettre en relation avec un réseau régional, déjà en grande partie désuet dans les premières mentions qu’il en a. Elles présentent, pour la plupart, la même orientation que le tracé bien attesté d’un itinéraire et en constituent un doublet.

23La méthode du tri morphologique des réseaux routiers et les résultats proposés par Eric Vion posent un certain nombre de questions, comme la date de création des habitats groupés et celle de la mise en place du réseau routier local. Eric Vion voit leur constitution à partir du haut Moyen Âge (IXe-Xe siècles), lorsque l’on passe d’un habitat dispersé à un habitat groupé.

24S’il l’on part du postulat que l’Antiquité présente une occupation du territoire plus essaimée qu’au Moyen Âge, il ne faut cependant pas minimiser le rôle important des agglomérations « secondaires » antiques, relais indispensables dans l’économie rurale entre la villa et la ville. En Tricastin et Valdaine on en dénombre un certain nombre comme l’illustre la figure 18.

25Les résultats du programme Archaeomedes ont bien montré la rétractation, dès le IIIe siècle de notre ère, de l’habitat dispersé en Tricastin et Valdaine et l’émergence de pôles importants, parfois constitués par l’agglomération de plusieurs habitats (Archaeomedes 1998). Certains de ces pôles coïncident avec les centres de peuplement communaux actuels et devaient être, dès l’Antiquité, au cœur d’un réseau routier local. Aussi, est-il parfois très délicat de distinguer le réseau viaire local antique de celui des périodes plus récentes et par conséquent de déterminer quelles en sont les anomalies. L’analyse régressive du réseau routier telle que la propose Eric Vion peut donc présenter des limites certaines, si elle s’appuie uniquement sur les schémas traditionnels concernant la dynamique et la morphologie de l’habitat, qui sont désormais discutés. Il faut donc tenir compte de ces habitats groupés anciens dans l’étude du réseau antique, même s’ils demeurent encore, dans une certaine mesure, méconnus.

26Malgré toutes ces mises en garde, les résultats du tri morphologique semblent pertinents dans des régions où la carte archéologique est bien documentée, comme c’est le cas pour le Tricastin. Il est assurément plus confortable de disposer d’une carte archéologique bien fournie pour pouvoir donner corps aux propositions de datation d’une voie ou d’un réseau de voies. S’il paraît audacieux de dater un chemin en s’appuyant uniquement sur la datation de quelques sites localisés le long de son tracé, ceci semble plus acceptable si cette hypothèse s’appuie sur un corpus étoffé. Aussi, lorsque l’on observe un chapelet de sites antiques le long d’un itinéraire, on peut supposer leur fonctionnement synchrone.

27Il faut également rappeler que la datation des sites pour la période médiévale est souvent établie exclusivement à partir des mentions que l’on peut en avoir. Cependant, ces datations peuvent parfois être soumises à caution puisque les prospections thématiques réalisées par Christine Ronco sur le canton de Grignan ont montré que les prieurés de cette microrégion, mentionnés autour du XIIe siècle étaient, en grande majorité, implantés sur ou aux abords de sites fonctionnant dès le Bas-Empire.

28Il faut enfin souligner que la méthode du tri morphologique est efficace dans les zones de plaine, où la topographie ne contraint pas le passage des chemins et offre de multiples possibilités. Dans les zones montagneuses, les agglomérations, comme les voies, se placent de tous temps dans les couloirs naturels de circulation, et les strates historiques de la constitution des réseaux routiers sont, dans ces contextes-là, très difficiles à percevoir.

29Même si ce principe de restitution des réseaux routiers anciens peut présenter des limites dans certains cas (zones de reliefs accentués, zones où la carte archéologique est mal documentée ou encore dans le cas où le centre communal est déjà en activité durant l’Antiquité), il n’en demeure pas moins pertinent dans son ensemble. Pris individuellement, certains tronçons ne sont probablement pas « authentiques », et seuls les sondages archéologiques pourraient confirmer les hypothèses, mais cette méthode, comme se plaît à l’écrire Eric Vion, ne veut pas induire un raisonnement sur une compilation de linéaments reconnus comme anciens, mais sur un réseau de chemins.

3.1.4.2. Les résultats de l’analyse morphologique des réseaux routiers

  • 1 Ce travail est présenté ici de façon synthétique, il est plus développé dans l’article de Jung 2009 (...)

30De nombreux linéaments, en discordance avec le réseau routier moderne, ont été mis en évidence dans le bassin de Montélimar et le Tricastin (Jung et Odiot 2000 ; Jung 2009). Il s’agit, soit de tronçons de voies qui correspondent au maillage de la centuriation B d’Orange, soit de linéaments qui pérennisent des itinéraires probablement actifs dès l’Antiquité. Le travail d’analyse a été réalisé à partir des cartes d’état-major de Montélimar et d’Orange, levées en 18671.

31• Les relations nord-sud se déclinent en deux groupes principaux : les itinéraires empruntant la vallée du Rhône et ceux de l’arrière-pays. On peut mentionner également les chemins désenclavant Saint-Paul-Trois-Châteaux.

32- En vallée du Rhône, il s’agit de la voie d’Agrippa (fig. 18, n° 9) et des diverticules rencontrés à chaque franchissement de relief (fig. 18, n° 2, n° 3). Ceux-ci sont bordés par d’importants sites archéologiques antiques et du haut Moyen Âge (cf. 4.1.2.3.), qui donnent corps à leur fonctionnement dès l’Antiquité. On peut ajouter à cette liste la voie retrouvée à Surel (fig. 18, n° 12), sur la commune de Pierrelatte qui a fait l’objet d’observations en coupe et en plan sur plusieurs centaines de mètres, lors des travaux archéologiques sur le TGV-Méditerranée (Henry et Linossier 1997 ; Berger et Jung 1999 ; Henry 2002 ; Jung 2009). Cette voie large de 5 à 10 m, que l’on peut poursuivre par des tronçons de chemins encore actifs sur les cartes anciennes a pu servir de diverticule à la voie d’Agrippa entre Donzère et les abords de Saint-Pierre de Sénos.

33Sur la rive droite du Rhône, la présence de milliaires retrouvés à Cruas, Meysse Rochemaure, le Teil, Viviers et Bourg-Saint-Andéol, attestent le tracé de la voie romaine de la rive droite du Rhône (bornage d’Antonin et bornage de Valérien), reprenant dans ses grandes lignes la RN 86 (fig. 18, n° 1).

34- L’arrière-pays présente également un réseau de chemins permettant des relations entre les bassins de la Valdaine et de Valréas, de Vaison ou d’Orange. L’itinéraire n° 4 permet de joindre Grignan à la vallée du Rhône, au nord de Montélimar. Les chemins n° 5, n° 6 et n° 7 relient le nord du bassin valdainais à la vallée de la Drôme.

35Les relations entre la cité de Vaison et celle de Saint-Paul-Trois-Châteaux sont illustrées par l’itinéraire n° 13, jalonné par de nombreux sites antiques.

36Le chemin nord-sud n° 8, dans la partie est de la zone d’étude, correspond au chemin protohistorique repéré par G. Chapotat (Chapotat 1981) (fig. 18). Il constitue, aux yeux de l’auteur, un axe important dans l’économie protohistorique du sud-est de la Gaule. Cette voie, à l’écart du fleuve, emprunte l’arrière-pays drômois, en passant par Romans, Chabeuil, Crest où elle rejoint la voie des Alpes par le col de Cabre (Valence, Die, Luc-en-Diois, Gap). Durant l’Antiquité, il faut probablement envisager son rôle dans une desserte locale à régionale, avec des tronçons plus actifs que d’autres.

37- Les voies désenclavant Saint-Paul correspondent aux itinéraires n° 10 et n° 11. Le premier relie l’agglomération à la vallée de la Berre. Cet axe, pérennisé par la départementale D133, emprunte une petite vallée de pénétration jalonnée par des sites antiques.

38L’itinéraire n° 11 correspond à la jonction de Saint-Paul-Trois-Châteaux avec la voie d’Agrippa (fig. 18) au niveau du Logis de Berre (Novem Craris), au nord, et de Saint-Pierre de Sénos (Senomagos), au sud.

Fig. 18 - Report des itinéraires présumés antiques dans le bassin valdainais et des sites d’habitat et funéraires répertoriés dans la Carte Archéologique Nationale.

Source : Google Earth, images satellitaires des 3 sept. 2003 et 5 mars 2006. © 2010 Tele Atlas, image © 2010 IGN-France, image © 2010 DigitalGlobe, Jung et Sarazin del.

39Le tronçon nord de ce chemin a été photographié par Thierry Odiot lors de prospections aériennes près du Logis de Berre (fig. 19). L’orientation de ce segment de voie, légèrement en diagonale par rapport au tracé nord-sud de la voie d’Agrippa, marque sa direction vers Saint-Paul-Trois-Châteaux. Un sondage archéologique a été réalisé sur ce tronçon fossile au lieu-dit Les Escombes (Jung 1995 ; Jung 2009). La chaussée, bordée par de puissants fossés, présente une largeur de 6 m, soit 20 pieds, et le mobilier archéologique associé à ces niveaux de fonctionnement est antique.

Fig. 19 - Cliché aérien de la voie fossile reliant Le Logis de Berre à Saint-Paul-Trois-Châteaux (cliché Odiot).

40• Les relations est-ouest sont associées, soit à des vallées, soit à des grands axes traversant en diagonale les bassins précédemment décrits.

41- Dans le bassin valdainais, deux itinéraires importants ont été repérés. Le premier relie la haute vallée du Jabron à la vallée du Rhône et à la voie d’Agrippa (fig. 18, n° 14). De nombreux sites antiques jalonnent cet itinéraire. Deux sondages ont été réalisés sur cette voie. Ils attestent une construction et un entretien très soignés de cette large chaussée ; ainsi note-t-on la présence de recharges successives. La présence d’ornières observées dans le sondage des Bardes (Bonlieu) attestent le passage de charrois (Berger et Jung dir. 1999 ; Jung 2009). La pérennité de ce chemin dans le paysage actuel, indique l’importance probable qu’il a tenue dans la desserte et l’économie locale.

42L’itinéraire n° 15 correspond au chemin appelé Gontardin ou Costardin, dans les textes médiévaux et modernes. Il traversait le bassin de la Valdaine depuis Montélimar jusqu’à Manas, à l’est. Les prospections menées par Michelle Bois dans les collines séparant le bassin de Montélimar de la vallée de la Drôme semblent attester son prolongement en direction de l’agglomération d’Aouste-sur-Sye, mansio le long de la voie des Alpes par le col de Cabre (Bois 1993, 25). Une opération archéologique du TGV-Méditerranée sur la commune de Bonlieu, au lieu-dit Les Hayes, permit de recouper le chemin antique et médiéval en contrebas de la voie actuelle (Vermeulen 1997b ; Vermeulen 2002 a et b).

43- Dans la plaine de Pierrelatte, on observe une série de chemins qui viennent au contact du Rhône sur des points de hauts-fonds (fig. 18) repérés sur les cartes de batellerie du XIXe siècle (Poinsart 1992). Ceux-ci ont pu correspondre à des franchissements à gué du fleuve, ce que les itinéraires repérés par l’analyse morphologique semblent corroborer.

44L’itinéraire n° 19 correspond à un chemin reliant le Rhône, au niveau de l’agglomération antique de Bourg-Saint-Andéol, à la mutatio de Novem Craris (Logis de Berre) sise le long de la voie d’Agrippa et au débouché de la vallée de la Berre (fig. 18). On peut prolonger son tracé par l’itinéraire n° 21 qui longe cette rivière avant de desservir Grignan puis le Pègue (pagus Aletanus). L’itinéraire n° 21 a pu également emprunter la haute vallée du Lez, en direction de l’oppidum des Aures, (Roche-Saint-Secret) et de la probable agglomération antique de Dieulefit.

45L’itinéraire n° 20 relie l’oppidum du Moulon, sur la rive drômoise, à celui de Saint-Étienne-de-Dion, dominant Saint-Just-d’Ardèche, sur la rive ardéchoise (fig. 18). Cet itinéraire devait certainement fonctionner durant la protohistoire, puisqu’il joint deux centres de peuplement de l’âge du Fer et a certainement perduré durant l’Antiquité. Les sites du Haut-et du Bas-Empire connus le long de ce chemin permettent en effet de l’envisager.

46L’itinéraire n° 23 correspond à un grand axe nord-est/sud-ouest reliant de la rive nord de la vallée de l’Ardèche à Grignan (fig. 18). Il passe par Saint-Pierre de Sénos (Senomagos), puis emprunte alors la vallée du Lauzon en desservant un très important site antique et proto-médiéval au lieu-dit « Chabrières », sur la commune de Bollène. Cette voie a dû revêtir une certaine importance durant le Moyen Âge au vu des nombreux sites médiévaux qui la jalonnent ou qui se situent à proximité. On peut repérer un doublon à cet itinéraire passant par la vallée du Lez (fig. 18, n° 24)

47L’itinéraire n° 26 correspond à la voie reliant Saint-Paul-Trois-Châteaux à Bourg-Saint-Andéol (fig. 18). Pour ce faire, il emprunte deux voire trois des decumani de la centuriation B d’Orange (le 10e, le 11e, et le 12e).

3.1.4.3. Conclusion sur le réseau viaire secondaire

48La méthode du tri morphologique fait ressortir un véritable réseau de chemins qui paraissent pour la plupart fonctionner durant l’Antiquité. On peut désormais raisonner non pas uniquement sur une voie publique ou militaire connue par les textes et les inscriptions mais également sur un ensemble d’itinéraires jouant un rôle dans des liaisons interprovinciales, ou le plus souvent régionales, voire locales. Ces dernières sont renforcées par le réseau de communication offert par les chemins centuriaux et que nous présenterons plus loin. Cette trame de communications terrestres permettant des échanges denses et variés (choix de différents itinéraires en fonction des charges à transporter) doit être complétée par l’axe de circulation fluvial du Rhône. Ce fleuve, malgré la force de son courant, était très usité pour le commerce des denrées. La fréquentation navale du Rhône durant l’Antiquité est peu documentée mais les données pour la période médiévale montrent son importance pour le transport du sel, du bois, des céréales et des tuiles.

49Le relevé des comptes journaliers du péage de Baix en 1448-1450 montre la régularité des passages au fil des ans (autour de 130 bateaux), mais sur une période comprise de mars à novembre (Denel 1970, 290). Par ailleurs, les compagnies de haleurs sont très répandues à la même époque le long de la vallée du Rhône, le halage se faisant exclusivement par traction humaine « halage au col » jusque vers la fin du XVe siècle (Rossiaud 1978 ; 2007).

50La densité du réseau viaire mis en évidence par l’analyse morphologique montre qu’il était possible d’avoir recours à différents itinéraires pendant les périodes où le Rhône était difficilement navigable (variations saisonnières) et de maintenir de façon constante un flux intense de relations commerciales.

51Les nombreuses traces d’un réseau routier ancien relevé en Tricastin et Valdaine laissent entrevoir des échanges importants entre les cités de Vaison, Saint-Paul, Orange, Valence ainsi qu’avec les vallées du Rhône et de la Drôme.

52Pour l’arrière-pays Tricastin, J.-Cl. Mège a montré par ailleurs l’influence de Vaison sur le pagus Alteneus, associé au site du Pègue. La présence dans le bassin de Valréas de marqueurs cultuels caractéristiques de la cité des Voconces indique son rayonnement sur ce secteur (Mège 1986).

53La carte des itinéraires met en évidence les points d’attraction du réseau routier (fig. 18).

54- Pour le Tricastin, la haute vallée du Lez, au niveau de la commune de Montbrison constitue le passage obligé pour rejoindre l’oppidum des Aures (Roche-Saint-Secret), et Dieulefit, probable agglomération secondaire antique. Le pont en ruine sur le Lez, au niveau de Montbrison, correspond à un aménagement antique (Mège 2011). Cette infrastructure, peu commune dans cette région, montre l’importance de ce franchissement. Le faisceau d’itinéraires convergeant vers ce point témoigne également du rôle économique qu’a joué la haute vallée du Lez. Cette vallée qui mène à Dieulefit permet ensuite, en passant par le col de la Chaudière, de regagner la vallée de la Drôme, à la hauteur de Saillans (mutatio Darentiaca sur la voie des Alpes, Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem), non loin de la cité romaine de Die.

55Le village du Pègue semble aussi attirer à lui les chemins anciens. Le puissant oppidum de l’âge du Fer dominant le village actuel du Pègue, est peu à peu délaissé au cours de l’Antiquité. L’habitat et le centre administratif et religieux paraissent se déplacer vers le village actuel. La dédicace épigraphique trouvée à Taulignan concernant un édile du pagus Alteneus atteste l’existence d’une agglomération importante dans le secteur. Le vocable de Notre Dame d’Auton, église du Pègue, rappelant le toponyme antique ainsi que les nombreuses découvertes archéologiques effectuées dans le village, forment un faisceau de présomptions pour identifier le Pègue comme le chef-lieu du pagus. On comprend mieux, alors, son rôle dans la constitution du réseau routier.

Fig. 20 - Morphologie des voies retrouvées en sondage (Jung 1999).

56Le statut de Grignan est plus délicat à définir. Quelques découvertes fortuites attestent la présence d’un habitat antique que l’on ne peut définir par ces seuls vestiges sporadiques. Cette agglomération semble cependant jouer très tôt un rôle important dans la constitution des itinéraires anciens de l’arrière-pays Tricastin.

57- Dans le bassin de Montélimar, les pôles attractifs structurant le réseau routier sont essentiellement Montélimar, la vallée de la Drôme, et la vallée du Rhône en direction de Valence et d’Alba. En effet, on y constate la présence de linéaments qui se dirigent à la hauteur de Montélimar vers le Rhône. En face, la vallée de l’Escoutay mène à la cité helvienne d’Alba où de nombreux milliaires ont été retrouvés (Napoli et Rebuffat 1992 ; Dupraz et Fraisse 2001 : 84).

3.1.5. Les voies de la centuriation recoupées sur le terrain

58Les vestiges de voiries centuriales retrouvés et étudiés lors des opérations archéologiques du TGV correspondent à des limites du réseau ou à des limites internes de centurie.

59On ne présentera pas de façon précise chacune d’elles, leurs caractéristiques principales sont reportées sur le tableau de la figure 20 (fig. 20).

60On constate que les axes les plus fréquemment trouvés sont les decumani. Ce phénomène est en grande partie dû au biais induit par le tracé du TGV et qui recoupe forcément plus d’axes est-ouest que d’axes nord-sud du cadastre. Néanmoins, on remarque, grâce aux analyses archéogéographiques effectuées sur la plaine du Tricastin que, dans la plupart des secteurs, les axes est-ouest de la centuriation B d’Orange sont les mieux conservés. Ils jouent en effet un rôle plus important dans l’évacuation des eaux de ruissellement vers le Rhône, le Lez ou le Lauzon.

61Les opérations de terrain réalisées sur le tracé du TGV-Méditerranée et les analyses archéogéographiques permettent quelques remarques sur la conservation et la matérialisation des limites de centurie du cadastre B d’Orange. La confrontation de la grille théorique des axes de la centuriation à celle des vestiges de ces limites étudiés sur le terrain ou visibles sur les documents planimétriques, entre la rivière du Jabron et le village de Mondragon, est instructive (fig. 21).

Fig. 21 - Pérennité des axes cadastraux (Jung 1999).

62Ce tableau montre que sur les 60 axes théoriques du cadastre B d’Orange recoupés par le tracé du TGV la plupart n’ont pas été identifiés lors des sondages (seuls 23 % de ces axes ont été reconnus sous forme des fossés ou de chemins antiques). Ce faible pourcentage s’explique de différentes manières et doit être pondéré. On s’aperçoit en effet que près des deux tiers des axes de la centuriation (63 %) sont encore visibles dans le découpage du paysage actuel de part et d’autre du transect ferroviaire, ce qui relativise le chiffre des axes disparus ou non retrouvés sur le tracé du TGV.

63Ceux-ci n’ont malheureusement pas pu toujours être sondés (30 % des axes) en raison de problèmes pratiques. Il s’agissait de dédommagements complexes entre différents propriétaires, de la présence de réseaux souterrains situés en limite de parcelles interdisant les sondages mécaniques, de l’activité maintenue des chemins, ou de types de culture (vignes, vergers) sur lesquelles la possibilité de sondages était limitée à des endroits très précis.

64Le pourcentage des limites non retrouvés, lors des sondages réalisés à leur emplacement théorique (37 %) peut également être nuancé par la méthode même d’investigation de diagnostic. En effet, les sondages systématiques réalisés alors étaient pour la plupart très courts (4 à 6 m) et effectués généralement tous les 30 m, surtout dans les secteurs à fort recouvrement sédimentaire. Ce maillage de tranchées peut facilement passer à côté d’un axe de centuriation. Les décapages extensifs réalisés lors des opérations de fouille ont d’ailleurs permis de mettre au jour un certain nombre de ces limites de centurie non décelées lors des diagnostics (cf. Mondragon, les Ribauds ; Lapalud, les Girardes). Il en va de même avec d’autres structures linéaires, comme le chemin Gontardin, découvert lors des décapages effectués sur le site des Hayes, ou d’un certain nombre de fossés centuriaux découverts lors des évaluations ou des fouilles et qui n’avaient pas été perçus au cours de la première phase d’investigation.

65Aussi le pourcentage des axes recoupés lors des opérations archéologiques doit être relativisé et largement pondéré par celui que donne l’analyse archéogéographique.

3.1.5.1. La construction des voies : préceptes et réalités

3.1.5.1.1. La largeur des chaussées

66Quelques textes antiques nous donnent des indications sur les largeurs préconisées pour les différentes voies.

67D’après la loi des XII tables, émise au Ve siècle av. J.-C., les voies militaires doivent avoir 8 pieds (soit ± 2,40 m) dans les parties droites et 16 (soit ± 4,70 m) dans les tournants.

68L’actus, c’est-à-dire le chemin vicinal, est large de 4 pieds (soit ± 1,2 m) ; le privatum iter, c’est-à-dire le chemin privé, présente une largeur de 2 pieds (soit ± 0,6 m) ; enfin la semita, la sente, correspond à un sentier large d’1 pied, soit ± 0,3 m.

69La loi d’Auguste citée par Hygin, dans la Constitutio limitum, donne des indications sur la largeur des cardines et des decumani. Le decumanus et le cardo maximus doivent avoir respectivement 40 et 20 pieds (soit 11,8 m et 5,9 m), les autres decumani et cardines seulement 8 pieds de large (soit 2,4 m). Par ailleurs Hygin donne d’autres mesures concernant la largeur des chemins dans son De limitibus. Les grands axes centuriés devant avoir 30, 15 ou 12 pieds de large (soit 8,8 m, 4,4 m et 3,5 m) et les autres axes 8 pieds.

70Pline l’ancien, dans l’Histoire naturelle, XVII, 13, évoque la largeur des chemins structurant les vignes :

  • 2 Vineas limitari decumano 18 pedum latitudinis ad contrarios vehiculorum transitus aliisque traversi (...)

71« Il faut que les vignobles soient bornés par un decumanus large de 18 pieds de manière à permettre à deux chariots de s’y croiser ; d’autres chemins transversaux de 10 pieds de large doivent être tracés par le milieu des jugères, ou, si le vignoble a une grande étendue, ces chemins transversaux auront la même largeur que le decumanus. En tout cas, il faut faire un sentier de cinq en cinq, de manière à limiter chaque perchée au cinquième échalas ».2

72Sur le terrain, on constate que, la plupart du temps, les préceptes donnés par les auteurs antiques ne sont pas suivis. Le tableau de la figure 20 récapitule les mesures et les observations que l’on a pu effectuer sur les voies fouillées et montre la variabilité de la largeur des différents axes recoupés.

73Pour les axes centuriaux principaux (decumani), deux groupes se dégagent : autour de 2,5-3 m (soit 9-10 pieds : 4 occurrences sur 8) et autour de 4-4,5 m (soit 13-15 pieds : 3 occurrences sur 8). Le premier groupe se rapproche des prescriptions antiques, qui préconisaient une largeur de 8 pieds (2,4 m) pour ces axes.

74Le decumanus DD 8 retrouvé à Saint-Paul-Trois-Châteaux présente des dimensions atypiques par rapport aux autres axes centuriaux et se rapproche plutôt des dimensions des voies régionales. On a vu cependant son statut particulier : il permettait de relier, via le decumanus DD10, Saint-Paul à Bourg-Saint-Andéol et, d’autre part, il constitue l’un des axes principaux d’entrée dans l’agglomération romaine, bordé par la nécropole du Valladas.

75Les chemins est-ouest servant de limites à l’intérieur d’un vignoble, découverts à Lapalud, les Devès, présentent une largeur bien inférieure à celle énoncée par Pline l’Ancien. En effet, il s’agit de chemins dont la surface de roulement présente une largeur d’1,30 m. En revanche, la voie retrouvée sur le site du Pont de la Pierre à Bollène, large de 3,5 m présente des dimensions bien supérieures à celles des chemins de dessertes (Alfonso et Cossalter 1996 ; Alfonso 2002).

76Les voies à vocation régionale ou micro-régionale présentent encore une plus grande variété de largeur de chaussée. En effet, on observe des largeurs comprises entre 2 et 7 m (soit 7 et 30 pieds). On se rend compte que la voie d’Agrippa, recoupée il y a quelques années sur la commune de Bollène et sur celle des Granges-Gontardes, n’est guère plus large que les autres voies desservant les habitats locaux.

77On voit que la largeur des voies est très variable suivant les contextes paysagers et leur rôle économique et politique. La monumentalité du 8e decumanus à Saint-Paul-Trois-Châteaux, bordé par la nécropole et ses monuments, n’est induite que par une volonté manifeste d’étaler la puissance romaine et de théâtraliser l’entrée de la cité latine (Bel et Benoit 1986). La voie d’Agrippa citée par les itinéraires routiers comme l’itinéraire le plus usité pour se déplacer le long de la vallée du Rhône présente néanmoins des dimensions modestes (5 m de large) dans les contextes ruraux dans lesquels elle a été recoupée.

3.1.5.1.2. La construction des voies

78Les voies étudiées présentent la plupart du temps une construction très sommaire. Il s’agit d’une vague recharge de graviers ou de galets et rarement, de blocs de pierres calcaires. Seules les voies micro-régionales ou régionales présentent plusieurs recharges successives. Celles-ci attestent généralement l’entretien de la chaussée ou parfois un soin particulier dans la construction de la bande de roulement.

79La grande majorité des axes centuriaux recoupés lors des sondages ne sont en revanche constitués que d’une unique recharge. La seule marque d’entretien de ces chemins est visible dans le curage des fossés qui les jouxtent.

80Le plus souvent, on constate que les chaussées des différentes voies ne sont pas construites et utilisent, dès que l’occasion se présente, le substrat compact et drainant des anciennes terrasses du Rhône comme bande de roulement. Ainsi les chemins construits, que l’on a pu décaper, ne sont matérialisés que dans les points dépressionnaires, où les problèmes d’humidité sont plus fréquents et nécessitent un aménagement spécifique de la bande de roulement.

81Ces constructions ponctuelles des voies ne concernent pas uniquement les chemins secondaires mais également les voies principales. Ainsi la voie d’Agrippa, au niveau du plateau des Echirouzes, ne présentait pas de surface de roulement construite. Le même type d’observation a été effectué sur la voie Domitienne, lors de la phase de sondages systématiques sur la commune de Redessan (Gard) (Escalon et al. 1996). Au lieu-dit Chemin romain, la voie Domitienne est encore matérialisée sous la forme d’un chemin de terre rectiligne qui prolonge vers l’est, l’axe actuel de la route Nîmes-Beaucaire. Le tracé antique se situe juste au sud du chemin actuel. La bande de roulement, large de 5 m, est constituée par le substrat de galets dans lequel sont inscrites des traces d’ornières.

82La matérialisation des routes n’est donc pas uniforme. Celles-ci sont véritablement construites dans les zones humides ou inondables ou à proximité et à l’intérieur des agglomérations qu’elles traversent. Sur les affleurements des terrasses rhodaniennes et sur les plateaux, elles correspondent, le plus souvent, à des chemins de terre éventuellement encadrés par des fossés. Pierre Sillières souligne également cette hétérogénéité dans la construction des voies romaines d’Espagne et insiste sur l’importance et la fréquence des chemins de terre que l’archéologie a du mal à mettre en évidence (Sillières 1990 : 566-573 ; 651).

83On remarque presque systématiquement la présence d’un ou deux fossés bordant la chaussée. Ils servent à l’écoulement des eaux de ruissellement. Aucun chemin creux, comme il est fréquent d’en trouver en Languedoc, n’a été mis en évidence en Tricastin, ni en Valdaine.

84Rares sont les voies sur lesquelles nous avons pu observer des ornières. À Mondragon, Saint-Jean, et à Bonlieu, les Bardes, on distingue quatre ornières juxtaposées. À Mondragon, il est difficile de comprendre comment elles fonctionnent puisque l’entraxe entre les différentes ornières varie entre 1,45 m, pour les plus proches et 1,9 m pour les plus éloignées. Cependant, une partie de la voie a été arasée lors du décapage, ce qui entraîne une lacune dans l’information. À Bonlieu, les entraxes présentent un écartement de 1,3 et de 1,48 m. Ces mesures s’accordent relativement bien avec celles couramment rencontrées durant l’Antiquité. En effet en Gaule, Espagne, Italie et Afrique, l’écartement entre les ornières est compris généralement entre 1,45 et 1,47 m. En Italie, on trouve également des mesures comprises entre 1,35 et 1,37 m (Sillières 1990 : 626 ; Quilici et Quilici Gigli 1999).

3.1.5.2. Confrontation de la répartition spatiale du peuplement avec les axes du réseau B d’Orange et le réseau viaire

3.1.5.2.1. Les données

85De premières observations sur la position des sites antiques au sein du réseau centurié ont été réalisées par Th. Odiot (Odiot 1994). Ce dernier avait alors calculé le pourcentage des sites antiques installés à des points particuliers de la centuriation (sites bordant les limites, sites installés aux croisements de limites, sites situés au centre de la centurie, sites placés au milieu d’un limes de centurie).

  • 3 Dans le chapitre 4.1., les résultats des calculs livrés divergent de ceux de ce chapitre puisque le (...)

86Ce travail a été repris en 1999 dans le cadre d’une thèse en élargissant l’aire géographique à l’ensemble de la plaine du Tricastin, la plaine d’Avril, les hautes terrasses d’Allan et la plaine alluviale au sud de Montélimar (Jung 1999). L’analyse a porté sur l’ensemble des sites implantés entre la période augustéenne et la fin du IIe siècle, soit 127 sites. La masse du corpus est similaire à celle de Th. Odiot (144 sites), qui concernait une aire géographique pourtant plus restreinte mais prenait en compte des sites mal datés (sites ne livrant que des tegulae, sans autre élément permettant de sérier la datation) et les nécropoles. Ici, l’ensemble des sites est bien calé chronologiquement et ne correspond qu’à des sites d’habitat ou de production agricole, ce qui permet de raisonner plus particulièrement sur le rôle économique qu’a pu jouer le réseau centurié. D’autre part, les sites paraissant sans lien avec le réseau centurié sont fréquemment en relation avec un des itinéraires mis en évidence par l’analyse morphologique. Les occurrences et les pourcentages sont calculés par rapport au nombre total des sites et sont présentés en bas de tableau ; ils pondèrent les résultats concernant l’absence de lien entre établissement et réseau centurié3.

87Les résultats calculés toutes périodes confondues montrent une bonne relation entre les sites et le réseau centurié (fig. 22). 62 % de l’effectif des sites dénote une position privilégiée à l’intérieur de la centurie (le long d’un limes, d’un axe diagonal, au croisement de limites ou au milieu de la centurie). 38 % des sites ne paraissent pas avoir de rapport particulier avec le réseau centurié.

Fig. 22 - Tableaux montrant les liens qu'entretiennent les sites avec le réseau centurié et les itinéraires routiers, issus de l'analyse morphologique, durant les deux premiers siècles de notre ère.

88Mais 42 % de ces sites, n’ayant pas de lien apparent avec la centuriation, jouxtent un des itinéraires mis en évidence lors de l’analyse morphologique des réseaux routiers. De la même façon, il faut souligner que 5 sites mentionnés comme liés à un cardo se trouvent le long de la voie d’Agrippa ou le long de la route reliant Donzère à Montélimar (n° 3 fig. 18), qui se confondent par endroit avec le tracé de kardines de la centuriation. Ces sites sont donc également à verser au compte des sites implantés le long de voies régionales ou interprovinciales (au total : 31 sites soit 24 % de l’effectif).

  • 4 Les sites jouxtant à la fois un decumanus et une voie régionale, lorsque celle-ci présente une dire (...)

89Toutes périodes confondues, les sites se répartissent assez bien le long des limites de façon égale4.

90En revanche, les implantations aux croisements des axes du réseau ou au milieu d’une centurie apparaissent comme anecdotiques. Les résultats que nous apportons aujourd’hui sont globalement similaires à ceux de Th. Odiot. Cependant, nous pouvons dorénavant expliquer l’implantation d’une partie des sites n’ayant pas de relation avec le réseau, ce sur quoi s’interrogeait le chercheur (Odiot 1994 : 94-95).

91On remarque des résultats différents lorsque l’on procède à une analyse par période. Nous avons découpé le corpus en 4 intervalles, qui correspondent à des phases différentes dans la dynamique du peuplement du Tricastin, telle que l’on peut l’analyser aujourd’hui (fig. 22).

92- La première phase concerne les établissements pré-augustéens et augustéens, peu nombreux (15 sites) et implantés majoritairement au sud du Xedecumanus (fig. 23).

93La deuxième phase correspond aux implantations précoces du début du Ier siècle (38 sites), où l’on voit s’amorcer une expansion de l’habitat. Celui-ci est encore le plus souvent au sud du Xe decumanus et en périphérie des centres de peuplement (Saint-Paul-Trois-Châteaux, le Logis de Berre, Donzère et Montélimar).

94La troisième phase concerne les sites implantés dans la seconde moitié du Ier siècle (55 sites). C’est au cours de cette période que les créations de sites sont les plus nombreuses. Ceux-ci se développent essentiellement au nord du Xe decumanus, sur les hautes terrasses d’Allan et dans la plaine d’Avril (expansion vers le nord et dans les plaines intérieures) (fig. 23).

Fig. 23 - Les grandes phases de la dispersion de l’habitat (Jung 1999, d’après Odiot 1994).

95La quatrième période correspond aux sites créés durant le IIe siècle. Ceux-ci sont peu nombreux (19 sites) et sont implantés pour la plupart au tout début du IIe siècle. Ils se développent essentiellement dans le nord de la plaine du Tricastin et à l’ouest du cardo maximus, sur les collines.

96- 53 % des sites implantés dans la deuxième moitié du Ier siècle av. J.-C. sont en relation directe avec le cadastre B d’Orange. Ils se situent la plupart du temps le long, ou à proximité immédiate des limites du réseau ou sont implantés le long d’un des aménagements en diagonale par rapport au cadastre. On remarque que 4 sites, soit 27 % de l’effectif, se situent le long de la voie d’Agrippa ou de la voie reliant Saint-Paul-Trois-Châteaux au Logis de Berre. Les sites bordant la voie d’Agrippa sont les mutationes Senomagos et Novem Craris et le site des Brugières (Roussas), dont la superficie et la position à l’intersection de plusieurs chemins montrent qu’il s’agit probablement d’un important relais pour l’économie locale.

97- La première moitié du Ier siècle ap. J.-C. montre une forte corrélation entre les sites et le réseau centurié. En effet, 66 % des sites sont positionnés à des points précis de la centuriation (fig. 22). La plupart se trouvent le long des limites (58 % de l’effectif) et quelques-uns au centre de la centurie. Les sites ne présentant pas de rapport avec le réseau centurié (13 sites) sont souvent en relation avec un itinéraire mis en évidence par l’analyse morphologique (5 sites, soit 13 % de l’effectif total). Ces chiffres soulignent l’importance du critère économique de l’implantation du site. En effet, plus de 70 % des établissements sont implantés à proximité d’un axe de circulation jouant probablement un rôle dans les échanges commerciaux régionaux.

98- La deuxième moitié du Ier siècle correspond à la phase de création maximale de sites et présente une dynamique un peu différente de la précédente (fig. 22). Seuls 56 % des sites sont en relation directe avec le réseau, dont 51 % avec un limes. 18 % des sites sont liés à un des itinéraires précédemment décrits.

  • 5 Les mêmes observations sont réalisées sur l’ensemble de la base Archaeomedes concernant différentes (...)

99Le réseau centurié paraît jouer un rôle moins structurant dans l’implantation des sites. La multiplication de ceux-ci peut l’expliquer. Ces implantations massives correspondent, le plus souvent, à des établissements qui ne perdurent pas au-delà du IIe siècle. En effet, 64 % de l’effectif disparaît à la fin du IIe siècle Ces sites périclitant rapidement sont identifiés comme de probables annexes agraires, par leur taille et l’absence de matériaux de construction luxueux5. Ils ont donc peut-être été érigés en fonction des besoins de production, sans un véritable plan de développement. On note aussi que 91 % des sites qui perdurent sont positionnés, soit le long des axes du réseau, soit le long de chemins présumés antiques.

100- Les implantations du IIe siècle sont peu nombreuses (19 sites) mais montrent une forte adéquation avec le réseau centurié : 68 % des sites jouxtent un limes ou un axe en diagonale par rapport au réseau (fig. 22). Par ailleurs, 21 % des sites bordent un des itinéraires présumés antiques. On voit donc une forte corrélation entre les implantations de sites et le réseau de communications (près de 90 % de l’effectif).

101L’ensemble de ces résultats illustre la forte adéquation entre l’implantation des sites et le réseau centurié ou le réseau routier présumé antique. Mais ils ne révèlent pas une importance plus grande des decumani sur les cardines ou inversement, les différences de pourcentage ne paraissant pas significatives. Il est donc délicat à partir de ces seules données de définir une géographie des échanges commerciaux.

102En revanche, les analyses montrent que la voie d’Agrippa ne structure pas le maillage d’établissements ruraux antiques. Ceux-ci sont très rarement en lien avec cet itinéraire (7 sites, soit 5 % de l’effectif). Ces derniers correspondent soit à des relais le long de l’itinéraire (mutationes du Logis de Berre et de Saint-Pierre de Sénos, établissement de la Riaille), soit à de rares établissements ruraux de taille importante implantés à la croisée de chemins, comme le site des Brugières, (Roussas). Ces sites servent de relais entre les centres de productions et les échanges commerciaux à longue distance. Th. Odiot insiste d’ailleurs sur la place des agglomérations secondaires dans la dynamique de peuplement de la plaine (cf. chapitre 4.1.).

3.1.5.2.2. Les préceptes des auteurs romains

103Dans la plaine du Tricastin, la répartition spatiale des sites, le plus souvent à l’écart des voies militaires, s’accorde avec les prescriptions de la littérature latine. Ainsi Columelle (I, 5) écrit qu’

  • 6 Nec paludem quidem vicinam esse oportet aedificiis ; nec juctam militarem viam (…) Haec autem praet (...)

« une ferme ne doit pas être non plus située près d’un marais ou d’une route militaire. (…). Le voisinage d’une grande route n’est pas non plus favorable à l’emplacement d’une ferme, tant à cause des dégâts que les voyageurs peuvent faire aux récoltes, qu’à cause des visites fréquentes dont on est incommodé. Pour éviter tous ces inconvénients, il ne faudra bâtir la métairie ni sur un grand chemin, ni dans un endroit pestilentiel… »6

104En revanche, plusieurs sources antiques soulignent l’importance de la présence d’une voie carrossable, qui offre des débouchés pour le commerce des denrées. Il semble que l’on retrouve cette situation lorsque l’on analyse la répartition spatiale des sites par rapport au réseau centurié et routier régional.

105Caton note à propos de l’implantation d’une villa :

  • 7 Si poteris, sub radice montis siet, in meridiem spectet, loco salubri. Operariorum copia siet bonum (...)

« Si possible qu’elle soit au pied d’une colline, qu’elle soit exposée au midi, dans un endroit salubre. Qu’il y ait abondance de main-d’œuvre et un bon abreuvoir ; qu’il y ait à proximité une ville importante ou la mer ou un cours d’eau où circulent des bateaux, ou une bonne route fréquentée »7 (De l’agriculture 1, 3).

106Varron écrit, à propos du voisinage du domaine :

  • 8 Relinquitur altera pars, quae est extra fundum, cuius appendices et uehementer pertinent ad cultura (...)

« Reste une seconde partie, qui est en dehors du domaine, car la région attenante importe, et grandement, à la culture de celui-ci, à cause du voisinage. Elle se divise en autant d’espèces : si les environs sont peu sûrs ; s’ils sont tels qu’il n’y ait pas intérêt à y exporter nos produits, où à y importer de là les choses dont nous avons besoin ; en troisième lieu, si les routes et les cours d’eau, nécessaires au transport, ou bien n’existent pas ou bien ne sont pas en état (…) »8 (Res Rusticae, I, 16,1).

  • 9 Eundem fundum fructuosiorem faciunt vecturae, si viae sunt que plaustra agi facile possint, aut flu (...)

« Ce qui augmente encore le revenu du domaine, ce sont les transports, s’il existe des routes où les chariots puissent circuler facilement ou des cours d’eau à proximité, où l’on puisse naviguer : car c’est par ces deux moyens, nous le savons que beaucoup de choses sont portées au dehors ou au dedans des propriétés »9 (Ibid., I, 16, 6).

107Palladius précise :

  • 10 Viae malitia aeque et voluptatis et utilitatis adversa est (R. Martin, 1976).

« Une route en mauvais état est l’ennemie de l’agrément aussi bien que du profit »10 (Traité d’agriculture, I, 6, 7).

108Columelle indique :

  • 11 Trad. Saboureux de la Bonnetterie 1844. Multum conferre agris iter commodum : primum, quod est maxi (...)

« Les bonnes routes sont d’une grande utilité pour une terre ; d’abord et principalement par rapport aux voyages du maître, qui se rendra toujours avec autant de plaisir à sa terre, qu’il n’aura point à craindre les incommodités d’une route difficile ; secondement par rapport à l’exportation et l’importation, puisque les bonnes routes augmentent le prix des fruits qu’on emporte, et diminuent celui des denrées qu’on veut faire rentrer à la métairie. Car plus la communication est facile moins il y a de frais de transport. De plus : les frais de voyage seront moins considérables, surtout si l’on fait la route sur des bêtes de louage, ce qui est toujours moins coûteux que d’avoir à entretenir des attelages à soi. Enfin les esclaves qui auront à accompagner le maître auront plus de facilité pour le suivre à pied »11 (De l’agriculture, I, III, 3).

3.1.6. Conclusions sur le réseau viaire antique

109L’analyse morphologique des réseaux routiers nous a permis de faire apparaître des éléments de la voirie actuelle qui n’avaient jusqu’à présent, pour la plupart, aucune dimension historique particulière. De plus, l’analyse du réseau sur une microrégion permet également de relier des tronçons de voies et de les mettre en connexion les uns avec les autres. Ceux-ci prennent alors une dimension d’itinéraire local et permettent une réflexion sur les liaisons au niveau de la microrégion. Ainsi, pouvons-nous désormais définir des itinéraires actifs entre les différentes cités antiques (Orange, Saint-Paul-Trois-Châteaux, Vaison, Alba ou Valence) mais également entre l’arrière-pays et la vallée du Rhône. Ces itinéraires mis en évidence par l’analyse morphologique du réseau routier, fonctionnent a priori durant l’Antiquité comme semblent l’attester les sites antiques qui les jalonnent, et comme le montrent aussi les sondages ou les fouilles archéologiques réalisés sur certains d’entre eux. Ces différentes approches croisées (morphologiques et archéologiques) permettent donc désormais de travailler et de raisonner non plus seulement sur une voie de l’Empire romain, connue de tous, (la voie d’Agrippa), mais sur un réseau de voies et d’itinéraires d’origine probablement antique.

110L’analyse du réseau de chemins dans son intégralité est une donnée nouvelle en archéologie spatiale. En effet, jusqu’à présent, l’étude du réseau viaire était limitée à celles des voies principales, connues par l’épigraphie, les textes ou les découvertes fortuites et peu intégrée dans le discours global sur la dynamique du peuplement (cf. études micro-régionales dans Favory et Fiches 1994). Lors du programme Archaeomedes, la totalité de la voirie actuelle (autoroutes et contournements routiers récents exceptés) a été prise en compte dans l’analyse archéologique du peuplement. Les calculs statistiques laissent transparaître la forte adéquation entre les sites et le réseau routier qui les dessert et surtout le rôle de ce réseau dans la pérennisation des établissements ruraux. On s’aperçoit en effet que plus un habitat perdure, plus il est en mesure de tisser son propre réseau de dessertes (Archaeomedes 1998), ce qui lui permet également de pouvoir bénéficier au mieux de la circulation des produits. De fait, on pourrait alors considérer que le réseau viaire actuel est un empilement de strates successives dont la plupart ont une origine antique. Ce raisonnement est probablement juste lorsque l’on traite statistiquement un important corpus de sites, comme c’est le cas dans le programme Archaeomedes II, qui prend en compte 2155 sites sur une période chronologique longue (de la Protohistoire à la fin du Moyen Âge). Il faudrait, dans un second temps, affiner l’analyse en prenant en compte le réseau tiré de l’analyse morphologique, ainsi que les axes de centuries matérialisés sous forme de chemin pour mesurer le poids de ces axes de circulation par rapport à l’ensemble du réseau routier. Déjà, leur imbrication intime avec les sites archéologiques permet de confirmer l’importance de ces itinéraires dans les échanges économiques.

111Les sites majeurs du Tricastin sont implantés à proximité de carrefours de voies qui sont constitués par des axes présentant une portée régionale et des axes ayant un rôle dans la desserte locale (axes du cadastre B d’Orange). La voie d’Agrippa dessert des agglomérations d’importance variée, des chefs-lieux de cités (Valence, Orange) ou des agglomérations secondaires comme le Logis de Berre (Novem Craris : agglomération dès le Ier âge du Fer et mutatio de la voie d’Agrippa), qui structurent autour d’elles un certain nombre de sites antiques et servent de relais dans l’économie locale. On remarque par ailleurs que le rôle de la voie d’Agrippa dans la structuration de l’habitat dispersé est anecdotique, voire inexistant. Ces mêmes observations sont faites sur d’autres voies de l’empire (voie Domitienne, travaux de R. Agache sur la Champagne…).

112L’étude archéologique des réseaux viaires et la multiplicité des observations réalisées dans le Tricastin et la Valdaine permettent d’appréhender la matérialisation des chemins et de se rendre compte de la grande diversité dans la construction de ces voies. La voie ne doit plus être considérée comme une entité monolithique qui présente le même aspect en tout point de son parcours. Sa réalité est polymorphe, tantôt elle se présente comme un chemin de terre, non aménagé, tantôt comme une route construite, bordée de fossés. On remarque alors l’importance du milieu physique (dépressions humides, terrasses gravillonneuses, paléo-dépressions…) et du contexte géographique et politique (abords d’une agglomération, pleine campagne) dans la construction et la matérialisation de la voie.

3.2. Construction du réseau B d’Orange à la lumière des analyses morphologiques et archéologiques

113Outre les voies qui matérialisent un certain nombre d’axes de centuries ou de subdivisions de celles-ci, on note également la présence de nombreuses limites parcellaires, matérialisées la plupart du temps par des fossés, et qui complètent le dispositif du réseau centurié. On note des différences dans le découpage de ce parcellaire selon les secteurs de la plaine du Tricastin.

3.2.1. Le découpage parcellaire et les types de sol : l'étude d'Alain Chartier

114Le travail d’Alain Chartier sur le découpage parcellaire de 19 centuries assignées en totalité dans la plaine de Pierrelatte a permis de mettre en évidence le lien qui existait entre le découpage et la forme des champs, observés sur le cadastre napoléonien et la couverture pédologique actuelle (Chartier 1996 : 88-89). L’étude des formes du parcellaire fait ressortir deux grands modes de découpage. Certains secteurs présentent un parcellaire très laniéré, constitué par de grandes bandes de terre nord-sud et est-ouest. Ailleurs, on observe des parcelles plus ou moins carrées et plus trapues qui donnent une impression de « marqueterie ». Ces deux types de découpage présentent une forte adéquation avec les sols qu’ils structurent (fig. 24). Ainsi, le parcellaire laniéré, qui contribue au drainage des terres, se développe sur les sols de type III, sols médiocres et lourds (cf. infra, 4.2.) ; alors que l’autre découpage parcellaire structure préférentiellement les sols de type I et II (sols légers et caillouteux à bon drainage interne et sols bruns de texture légère), qui nécessitent moins d’aménagements spécifiques de drainage.

Fig. 24 - Interprétation du parcellaire de la plaine tricastine en relation avec la nature des sols dans le cadre de la centuriation B d'Orange (Chartier 1996).

3.2.2. Analyses d'image et métrologie du parcellaire

3.2.2.1. Traitements d’image et secteurs choisis

115Des traitements métrologiques ont été réalisés, en collaboration avec Daniel Charraut du laboratoire d’optique de Besançon, en différents secteurs de la centuriation B d’Orange afin d’observer quelles périodicités rythment le découpage parcellaire relevé sur les photographies aériennes de 1946, à partir desquelles nous avons travaillé (Jung 2003).

116Cinq secteurs ont été choisis pour l’analyse en fonction de leur situation géographique et morphopédologique différenciée au sein du Tricastin (fig. 25). L’étude archéologique et sédimentologique de la plaine de Pierrelatte montre en effet qu’elle est composée de différentes unités morphopédologiques, ayant subi des évolutions pédosédimentaires différentes (cf. supra chapitre 1). Certaines de ces évolutions sont encore très importantes au cours des périodes historiques, et ont pu influer sur le mode d’organisation du parcellaire.

Fig. 25 - Localisation des zones testées pour l’analyse des périodicités du découpage parcellaire de la centuriation B d’Orange (Jung).

117Nous avons donc choisi le secteur d’Allan situé sur les hautes terrasses du Rhône ; le secteur de Pierrelatte situé dans le lit majeur Holocène du Rhône ; le secteur des Girardes sur l’interfluve de la plaine ; le secteur des Bartras localisé dans les dépressions occidentales et le secteur des Brassières sur le cône de déjection du Lez-Lauzon.

118En pratique, les traitements numériques ont été réalisés à partir des calques d’interprétation sur lesquels le parcellaire orienté selon la centuriation avait été relevé. Il s’agit en l’occurrence de limites actives et parfois de limites fossiles relevées sur les photographies aériennes. La première étape de filtrage de l’image a donc été réalisée manuellement. Le traitement numérique, en collaboration avec D. Charraut, a concerné la mise en évidence des périodicités au sein du découpage parcellaire.

3.2.2.2. Les résultats

119Les résultats obtenus sur les cinq secteurs analysés permettent de mettre en évidence une certaine hétérogénéité dans la métrique du découpage parcellaire (Jung 1999 et Jung 2003).

120Dans certaines zones, le parcellaire présente des périodicités qui paraissent basées sur la métrologie romaine (secteurs d’Allan et de Pierrelatte). Celles-ci se rapprochent soit des valeurs de l’actus et de ses multiples, soit de multiples de l’actus correspondant à des fractions de centurie.

121Sur le secteur d’Allan, les divisions correspondraient soit à des fractions par 5 ou 10 de la centurie, soit à des fractions par 4, 6, 8, 12. Sur Pierrelatte, les divisions de centurie les plus courantes sont par 8, 14, 16 et par 5, 10, et 20 (soit l’actus). Ce type de calcul a été réalisé sur la centuriation dite de Sextantio-Ambrussum, en Languedoc. Des résultats similaires au niveau des subdivisions de la centurie ont été mis en évidence (Charraut et Favory 1993 : 45 ; Favory 1997 : 232). De la même façon, les analyses réalisées sur les centuriations tunisiennes montrent également la diversité des mesures des parcelles à l’intérieur d’une centurie, basée sur des multiples du jugère et de l’actus (Trousset 1977 ; 1994). Les analyses réalisées sur les hautes terrasses d’Allan ou sur l’ouest de Pierrelatte permettent d’appréhender la diversité des divisions du parcellaire au sein de la centurie et montrent non seulement la permanence de l’impact de la centuriation dans l’orientation des limites parcellaires actuelles (phénomène d’isoclinie), mais également dans son organisation et de son découpage.

122Sur les secteurs des Bartras et des Girardes, la permanence du découpage antique est moins marquée. Quelques mesures renvoient à une métrologie gallo-romaine (cf. les limites parcellaires est-ouest sur le secteur des Bartras), mais les résultats sont moins probants. La topographie semble avoir joué un rôle important dans l’agencement des limites parcellaires.

123Le secteur de Bollène-la Croisière, où le découpage parcellaire est très laniéré, montre, en revanche, une métrologie qui paraît plus influencée par des valeurs modernes qu’antiques.

124La diversité de ces résultats montre que le choix des zones tests basé sur des critères d’évolution morphopédologique différenciée est très pertinent. Elle paraît déterminante dans l’agencement spécifique du parcellaire de chacun des secteurs et surtout dans la permanence plus ou moins marquée du découpage antique. D’une manière assez logique, la stabilité sédimentaire favorise la permanence du découpage parcellaire alors que les phénomènes d’alluvionnement récurrents le désorganisent.

125Ainsi, sur les zones stables des temps historiques (Allan, Pierrelatte), les valeurs ayant trait à une métrologie romaine sont très fréquentes et semblent encore rythmer le découpage parcellaire de ces secteurs.

126Dans les zones où l’écoulement des eaux est particulièrement délicat (secteur des Bartras), le découpage parcellaire se plie aux exigences du terrain, les limites orientées sont moins nombreuses et l’analyse des périodicités n’est pas probante. Le choix de l’implantation des limites parcellaires est déterminé ici par une autre logique que celle de l’isoclinie à une grille préétablie. Elle est induite alors par les éléments orohydrographiques (cf. infra chapitre 3.2.5). Enfin, dans les zones à dynamique sédimentaire active, la pérennité de la centuriation se traduit essentiellement par celle de l’orientation du parcellaire. Effectivement, l’ensemble du parcellaire reprend l’orientation de la centuriation mais la métrologie de celui-ci renvoie à des unités de valeur qui peuvent s’apparenter à des unités modernes plutôt qu’antiques.

127L’analyse métrologique envisagée conjointement à celle de la dynamique sédimentaire des secteurs étudiés permet, semble-t-il, de guider le choix des zones sur lesquelles on peut pratiquer ces calculs en ayant de fortes chances de raisonner sur un parcellaire ayant peu évolué depuis sa création. Cet éclairage permet également de donner un poids relatif aux résultats qui dérivent des calculs métrologiques. On peut en effet admettre que les valeurs révélées par le traitement de périodicités dans des zones sédimentaires stables ont de fortes chances de correspondre à des mesures romaines. En ce qui concerne la valeur des périodicités, on constate également des variations entre les différents secteurs. Des remarques similaires à celles effectuées par Alain Chartier peuvent être émises sur l’adéquation entre le découpage parcellaire et la nature des sols, ou plus précisément entre le découpage parcellaire et le type d’écoulement hydrique qu’il faut gérer. En effet, dans le secteur de Bollène, La Croisière, on remarque un fort laniérage du parcellaire avec des rythmicités présentant de faibles valeurs (inférieures à 30-40 m).

128Or, la couverture pédologique actuelle correspond à des sols bruns calcaires alluviaux présentant une fraction sableuse qui induit une assez bonne perméabilité de ces sols et des engorgements limités. Le découpage de ce secteur ne répond donc pas à des problèmes d’hydromorphie des sols. En revanche, les alluvionnements répétés du Lez et du Lauzon sur l’ensemble de cette zone ont probablement conduit les communautés agraires à mettre en place un réseau de drainage performant. On s’aperçoit en effet qu’un certain nombre de ces limites parcellaires correspondent à des fossés.

129L’organisation parcellaire du secteur de Bollène, les Bartras, met en évidence des périodicités dont les valeurs les plus fréquentes, pour les limites est-ouest, sont réduites (10-45 m), les valeurs supérieures étant des multiples de ces dernières. L’importance de l’écoulement des eaux et le rabattement de la nappe déterminent certainement la morphologie du parcellaire. On voit d’ailleurs l’importance des axes nord-est/sud-ouest qui permettent l’écoulement des eaux en dehors de la dépression.

130Sur les hautes terrasses rhodaniennes (Allan), les valeurs des périodicités les plus courantes sont nettement plus élevées (55-150 m). Le bon drainage naturel des sols et la présence du cours de la Riaille servant d’exutoire naturel, peuvent expliquer ces grandes valeurs.

131Enfin, dans le secteur de Pierrelatte où la métrologie romaine est encore bien présente, les valeurs des périodicités sont moyennes (entre 40 et 80 m). Les sols bruns alluviaux présentent un drainage naturel satisfaisant, qui ne nécessite pas une division du parcellaire très importante. A. Chartier (1996) a déjà souligné que le parcellaire présentait une marqueterie d’unités quadrangulaires ramassées, par rapport au parcellaire laniéré qui se développe sur les sols lourds et mal drainés naturellement.

3.2.3. Proposition de modélisation du fonctionnement global du réseau dans la plaine du Tricastin

132Un schéma général du fonctionnement du réseau dans la plaine du Tricastin, à valeur de modèle, a été proposé par Gérard Chouquer d’après ses observations archéomorphologiques (Chartier et al. 1995 : 288-289) (fig. 26). Il montre l’importance de certains decumani et axes diagonaux par rapport à la centuriation dans le drainage des eaux de la plaine vers le Rhône. Il souligne également l’importance du 10e decumanus qui aurait servi de collecteur et d’exutoire principal des eaux du nord de la plaine jusqu’à Saint-Paul-Trois-Châteaux. Si les grandes lignes de ce schéma restent valides, les nouveaux apports sur le fonctionnement morphodynamique de la plaine permettent de l’enrichir et de le corriger dans certains cas. Par ailleurs, l’analyse des images Landsat ainsi que la multiplication des opérations archéologiques sur les fossés et les décapages extensifs nous aident à appréhender la hiérarchie du réseau fossoyé, à saisir le sens des écoulements hydriques et à enrichir la chaîne du fonctionnement du réseau de drainage en mettant en évidence des exutoires intermédiaires entre le réseau centurié et le Rhône.

Fig. 26 - Schéma général du fonctionnement de la centuriation B d'Orange dans la plaine du Tricastin (Chouquer 1995).

3.2.3.1. Paléotopographie de la plaine du Tricastin

133La plaine de Pierrelatte, comme nous l’avons déjà souligné, présente une série de paléovallonnements hérités de la morphogenèse du Tardiglaciaire. Même si cette paléotopographie s’atténue et tend à s’effacer au cours des siècles, elle est encore sensible dans le paysage actuel et contraint les écoulements hydriques de la plaine. Les unités morphopédologiques mises en évidence dans le Tricastin, découlent en grande partie de cette paléotopographie.

134Ainsi, la partie est de la plaine forme une vaste dépression depuis la commune de La Garde-Adhémar jusqu’au nord de Bollène (fig. 25 et 27, unité 3). Si actuellement, la différence de niveau entre le centre de la cuvette et le secteur central de la plaine n’est que de 1 à 2 m, cette dénivellation est suffisante pour engorger les sols du secteur dépressionnaire et poser des difficultés pour l’évacuation des eaux.

135Le secteur central de la plaine (fig. 25 et 27, unité 1) forme, à certains endroits, une légère saillie par rapport aux terrains environnants et peut empêcher ou rendre délicat l’écoulement est-ouest des eaux vers le Rhône depuis la partie est de la plaine. En revanche, cette position topographique permet un drainage naturel de ses sols relativement efficace.

136La partie occidentale de la plaine présente une légère pente en direction du Rhône, et les paléochenaux ou les chenaux en voie de colmatage sont autant d’exutoires naturels où les fossés se déversent.

137Au sud de la plaine, le cône de déjection du Lez et du Lauzon (fig. 25 et 27, unité 4) forme un bourrelet sur la rive gauche du cours du Lauzon et bloque l’écoulement des eaux vers cette zone. Le Lauzon, qui traverse la plaine en diagonale, constitue donc l’exutoire naturel de l’ensemble des eaux venant du nord. Le drainage des eaux à l’intérieur du cône de déjection s’effectue donc suivant la ligne de partage des eaux, en direction du Lauzon, du Rhône ou du Lez.

3.2.3.2. La fonction de drainage des axes obliques à la centuriation et des decumani

138La prise en compte de l’ensemble de ces données nous permet donc de dresser un schéma plus complet du fonctionnement du réseau centurié dans la plaine de Pierrelatte (fig. 27), que nous allons présenter en détail depuis le nord vers le sud en nous concentrant essentiellement sur le drainage de la zone dépressionnaire située à l’est de la plaine.

Fig. 27 - Drainage de la plaine du Tricastin attesté par les axes de la centuriation romaine (Jung 1999).

139Dans la zone du piémont des collines du Tricastin, l’afflux temporaire des eaux de ruissellement a conduit à créer des systèmes de protection et d’évacuation de l’eau. Le principe est de repérer les arrivées d’eau et de favoriser leur écoulement par la création de drains en oblique dans la centuriation, dans le sens de la pente. Il est intéressant de noter que ces axes s’échelonnent de manière régulière du nord au sud, selon la métrologie de la centuriation B d’Orange. Chacun d’entre eux coupe la voie d’Agrippa au niveau du passage théorique des decumani de la centuriation antique. Le phénomène se répète quatre fois du nord au sud.

3.2.3.2.1. Le secteur de la Berre et des collines de la Garde-Adhémar

140Au débouché de la Berre, l’afflux d’eau est considérable en période de crue. Le chenal naturel d’évacuation de la Berre, probablement régularisé au cours de l’Antiquité, comme le montre le plan cadastral de 77 ap. J.-C., a peut-être été doublé par un système drainant situé au sud, sur la rive gauche de la rivière. En effet, une prise d’eau semble située en amont du Logis de Berre, afin de protéger l’agglomération de Novem Craris. L’eau est ensuite canalisée vers le Chemin du Loup. Ce chemin actuel pérennise certainement le tracé d’un fossé d’évacuation antique. Cet axe draine les eaux en direction du cardo VK 1 et de paléochenaux qui ont pu être utilisés en complémentarité. Le chemin du Loup est également articulé avec le decumanus DD 18, dont Th. Odiot a mis la trace fossile en évidence (fig. 28, 29). Ce decumanus permet de rejeter l’eau en aval dans la Berre. Ces observations tendent à démontrer qu’une partie des eaux provenant de la vallée de la Berre a été dérivée vers le sud-ouest, afin de protéger l’agglomération antique de Novem Craris et la traversée de la Berre par la voie d’Agrippa. Le dessin rectiligne de la Berre sur les marbres d’Orange pourrait également illustrer la canalisation de ce cours d’eau.

Fig. 28 - Révélation du XVIIIedecumanus dans le secteur du Logis de Berre (cliché Odiot).

141À la latitude du decumanus DD 17, et du château de Chartroussas, il a fallu canaliser l’afflux d’eau issu d’un petit talweg creusé dans les collines de La Garde-Adhémar. Celui-ci concentre les eaux de ruissellement, comme le montrent les traces fossiles visibles sur les photographies aériennes. Un système de drainage a été mis en place afin de canaliser ces eaux et de protéger la voie antique de Saint-Paul-Trois-Châteaux au Logis de Berre, repérée et fouillée à l’est de la départementale D 158. Le decumanus DD 17, réifié sur environ 450 m, est dévié vers le sud-ouest, immédiatement après son croisement avec la route D. 158, qui correspond probablement à la voie d’Agrippa. Le drain est ensuite repérable sur un peu plus d’un kilomètre et était encore actif sur les missions de 1947 (fig. 29). Ce système a été doublé par une série de fossés de protection de la voie antique allant à Saint-Paul-Trois-Châteaux. Effectivement, la voie observée en sondage est bordée par de puissants fossés, mais on voit également sur les clichés aériens d’autres traces de fossés qui la longent à l’est. Ils servent probablement à conduire les eaux vers le sud, le long du piémont, en direction du drain oblique suivant.

Fig. 29 - Interprétation du parcellaire dans le secteur du Logis de Berre (Chouquer, Jung 1996).

142À la latitude du decumanus DD 15, en effet, on repère un nouveau système drainant organisé selon le même principe que le précédent (fig. 29) et encore actif sur les missions aériennes de 1947. Le tronçon du decumanus DD 15 est matérialisé, d’après les photographies aériennes, sous la forme d’un fossé entre la voie allant à Saint-Paul-Trois-Châteaux et la voie d’Agrippa. Il participe au drainage de ce secteur conjointement avec le drain oblique. Le système évacue les eaux provenant des pentes de la Garde-Adhémar vers le decumanus DD 14 et vers des paléochenaux servant de veines d’eau et évacuant les eaux vers le sud. La trace fossile du decumanus DD 14 a été photographiée non loin de son articulation avec le drain oblique par Jean Vaquer, au lieudit la Jacotte, et se présente sous la forme d’une voie bordée par des fossés doublés au nord (fig. 30).

Fig. 30 - Révélation du XIVedecumanus au lieu-dit La Jacotte (cliché Vaquer).

143Enfin, à la latitude du decumanus DD 14, à la sortie du vallon de Magne, un autre drain oblique a été créé, qui favorise l’écoulement vers le sud-ouest. On peut suivre son tracé sur plus de trois kilomètres, jusqu’au point où il se jette dans le 10e decumanus, à hauteur du château de Faveyrolle. Son tracé est perturbé au niveau du canal de Donzère-Mondragon et de l’adjonction au canal de Conti, au nord du site de Surel. Le decumanus DD 10 draine les eaux vers le Rhône. Ce decumanus, contrairement à ce qui a pu être écrit jusqu’à présent ne draine que les eaux venant depuis le nord de son tracé.

3.2.3.2.2. Des axes remarquables

144Le chemin qui traverse la plaine en diagonale et relie l’oppidum du Moulon et Novem Craris à la rive ardéchoise a pu également constituer un collecteur pour les eaux de ce secteur. Il s’articule effectivement avec le chemin du Loup et avec le système de drainage oblique situé au niveau du decumanus DD 17, qui draine une partie des eaux provenant des versants de la colline de La Garde-Adhémar. Le chemin transversal s’articule également, en aval dans la partie centrale de la plaine avec plusieurs decumani, notamment DD 14 et DD 13, encore actifs dans le parcellaire de 1947 et mis en évidence par des photographies aériennes à basse altitude (fig. 29). Une partie de l’eau est donc évacuée par ces drains est-ouest vers le Rhône. Au sud-ouest de Pierrelatte le tronçon se poursuit et est bordé encore actuellement par un profond fossé, appelé « Petite Berre ». Sur les images satellitaires, il forme un trait rectiligne épais et sombre qui dénote une saturation en eau (fig. 31). La forme rectiligne de cette révélation permet d’envisager la présence d’un aménagement anthropique plutôt qu’un cours d’eau naturel. Il est cependant probable que l’on soit en présence de la régularisation d’un écoulement naturel. Ce drain permet l’évacuation d’une partie des eaux du centre de la plaine vers le Rhône.

Fig. 31 - Révélation d’un tracé rectiligne correspondant à un itinéraire reliant l’oppidum du Moulon à celui de Saint-Étienne de Dion et participant au drainage de la plaine du Tricastin au sud de Pierrelatte (traitement images Landsat : Tounsi et Vinolas del.).

145Un autre axe oblique, repéré sur près de 5 km jusqu’à un ancien bras du Rhône, prend le relais d’un drain repéré au niveau du 14e decumanus, à la sortie du vallon de Magne, et draine une grande partie des eaux pluviales (fig. 27, 29). Son tracé est encore bien lisible dans le parcellaire de 1947 ou sous forme fossile. Cet aménagement semble antérieur au parc du château de Faveyrolle, dont les premières mentions remontent au XVe siècle Quelques sites mis en évidence par Th. Odiot se trouvent à proximité de cette grande diagonale.

146La grande transversale est-ouest, reliant Saint-Paul-Trois-Châteaux au Rhône, constituée par les decumani DD 8, DD 9 et DD 10, articulés entre eux par une série de baïonnettes a certainement constitué un axe de circulation privilégié entre l’agglomération tricastine et Bourg-Saint-Andéol. Cet axe n’a, en revanche, pas pu permettre, au regard des courbes de niveau, le drainage des eaux depuis l’agglomération romaine vers le Rhône. Le drainage des abords de Saint-Paul s’opère plus certainement par le sud.

147La zone située au nord du decumanus DD 10 est donc drainée par la voie d’Agrippa, la voie de Saint-Paul-Trois-Châteaux au Logis de Berre et une série de drains obliques qui évacuent les eaux en dehors de la zone dépressionnaire en aval en direction des decumani du cadastre, qui peuvent alors les drainer vers le Rhône (fig. 27, 29). À l’ouest de Pierrelatte, tous les axes des decumani sont encore visibles sur certains tronçons, dans le découpage parcellaire du XXe siècle et la plupart d’entre eux a été visualisée lors de prospections aériennes sous la forme de voies flanquées de puissants fossés.

3.2.3.2.3. Articulation des decumani et de la voie d’Agrippa pour le drainage des eaux

148La canalisation des eaux dans les fossés de la voie d’Agrippa se scinde en deux parties. Entre le Logis de Berre et le Serre des Rabastes, qui correspond à une terrasse pléistocène relique plaquée sur un substrat calcaire, l’écoulement des eaux est repris par les drains obliques dans la centuriation. Le Serre des Rabastes forme un léger dénivelé d’environ 3 m qui empêche les eaux piégées dans les fossés de s’écouler vers le sud. Le drainage de ce petit amphithéâtre de collines s’effectue en direction du drain oblique qui évacue les eaux vers le 10e decumanus. En aval de ce relief, la voie sert à nouveau de drain et canalise les eaux en direction du sud.

149Le decumanus DD 9 récupère une partie des eaux au niveau de la voie d’Agrippa et les draine vers l’est jusqu’aux cardines UK 1 et surtout UK 2 (fig. 27). Ce dernier est positionné en amont de la zone centrale de la plaine qui forme un interfluve et rend difficile, à certains endroits, l’écoulement des eaux vers l’ouest. Ce cardo, jalonné par des sites antiques, est encore visible sur plus de 5 centuries. Il se jette dans le decumanus DD 4 qui draine les eaux en direction d’un ancien bras du Rhône, que l’on distingue encore aujourd’hui sous l’appellation Berre des Barrinques et que la carte de Cassini indique comme le ruisseau de Réalet. Ce paléochenal est encore très marqué sur les images satellitaires.

3.2.3.2.4. Le secteur sud de la plaine du Tricastin

150Le sud de la dépression est drainé, à partir de Saint-Paul-Trois-Châteaux, par la Roubine et le Lauzon dans lequel elle se jette. Ces deux émissaires constituent des drains privilégiés pour conduire les eaux en dehors de la dépression (fig. 27). Un important aménagement de canalisation de l’eau a été mis en évidence lors de prospections aériennes effectuées par J. Vaquer à Lapalud, La Meunière. Il se compose d’un large fossé central de plus de trois mètres de large, flanqué par d’autres fossés au sud et au nord qui semblent border une voie, au sud (fig. 32). Cet aménagement orienté sur la centuriation romaine ne correspond pas à l’emplacement d’un decumanus mais est situé à ± 165 m au nord du decumanus DD 1. L’ampleur de cet aménagement montre qu’il a dû jouer un rôle important dans l’évacuation des eaux en direction de l’ancien bras du Rhône situé à un peu plus d’1 km à l’ouest.

Fig. 32 - Révélation aérienne de fossés orientés selon la centuriation B d'Orange, et d'un enclos jouxtant cet aménagement à Lapalud, La Meunière (cliché Vaquer).

151Au sud du Lauzon, dans le cône de déjection du Lauzon et du Lez, les decumani servent encore de collecteurs principaux pour conduire l’eau en direction du Lauzon, du Lez ou du Rhône. Les sondages réalisés à Mondragon, Le Duc, montrent justement la hiérarchie du réseau fossoyé avec des axes nord-sud qui se jettent dans le decumanus qui draine les eaux en direction du Lez.

3.2.3.3. Conclusions

152Le schéma général du fonctionnement de la plaine du Tricastin permet de montrer l’importance des decumani dans le drainage des eaux de la plaine. Leur rôle fondamental par rapport aux cardines permet de comprendre la différence dans le pourcentage de révélations de ces structures par rapport à leurs orthogones, et leur matérialisation sous forme de fossés ou de voies flanqués de fossés.

153Ce schéma met en évidence l’importance des aménagements particuliers qui correspondent à une série de drains en oblique par rapport à la trame générale et réalisés afin de rendre le réseau centurié performant dans la gestion des eaux de la plaine.

154Ce schéma montre également la bonne adéquation entre les axes centuriaux et les cours d’eau naturels qui permettent, dans un second temps, l’écoulement des eaux sur de plus longues distances en direction du Rhône, maillon final de la chaîne de drainage. Le même type d’observation peut être fait sur les hautes terrasses d’Allan où la centuriation est encore très bien conservée. On remarque également l’imbrication entre les fossés orientés sur la centuriation et les cours d’eau (Riaille, ruisseau de la Chaussée).

155Ces agencements spécifiques intégrés à la trame générale de la centuriation démontrent la forte dévolution des limites comme outils d’aménagements agraires. On peut émettre l’hypothèse que le réseau a été mûrement réfléchi avant d’être implanté par les agrimensores. À une démarche politique et fiscale, est intégré un outil de gestion des eaux et de protection des sols et des cultures. Cette fonction agraire peut expliquer en partie la réussite de l’ouvrage et sa pérennisation.

156On ne peut pas prouver l’antiquité de l’ensemble de ces éléments de drainage. La relation que les nombreux sites antiques entretiennent avec ce système n’est effectivement pas suffisante pour avérer la romanité de ces aménagements. En revanche, l’articulation directe de ces drains avec les axes de la centuriation et avec des linéaments antiques attestés par les opérations archéologiques est un argument de poids pour le calage chronologique de ces aménagements durant l’Antiquité.

3.2.4. Matérialisation du réseau à travers les données archéologiques

3.2.4.1. Les fossés, les voies et les haies

3.2.4.1.1. Matérialisation du réseau

157Les observations archéologiques réalisées lors des sondages, des fouilles et de l’analyse archéomorphologique sur les éléments constitutifs de la centuriation B d’Orange montrent l’importance des structures fossoyées dans la matérialisation des limites parcellaires et des axes du réseau. En effet, en Valdaine et dans la plaine du Tricastin, plus de cinquante fossés orientés selon la centuriation ont été recoupés et étudiés. La mise en évidence de voies liées au réseau est moins fréquente ; ces dernières sont généralement liées à la matérialisation d’un axe de centurie. Ainsi, lors des travaux archéologiques, sur les douze voies centuriales retrouvées en fouille, neuf correspondent à des axes de centuries. Par ailleurs, les photographies aériennes ont permis également de repérer onze axes de centuries matérialisés par une voie.

158Il faut cependant rappeler que l’identification des voies est parfois délicate sur le terrain. Sur certains sites, comme ceux de Saint-Jean (Mondragon), Les Devès et Les Girardes (Lapalud), les voies recoupées et décapées ne sont repérables que dans les paléotalwegs où leurs chaussées sont construites. Ces mêmes structures deviennent invisibles dans les secteurs où la terrasse rhodanienne affleure et présente un substrat suffisamment compact pour ne pas avoir besoin d’édifier une bande de roulement. On comprend dès lors aisément combien la localisation du sondage est importante lors des prospections préliminaires et combien la prise en compte des paléoreliefs est fondamentale dans les opérations de diagnostic archéologique.

159Si les voies et les fossés sont les structures les plus communes et les plus facilement identifiables dans le bornage des terres, il faut néanmoins préciser que des haies ont également pu servir de limites parcellaires.

160Des photographies aériennes prises par Th. Odiot montrent des alignements de trous de plantation, orientés sur la centuriation B d’Orange dans la plaine de Pierrelatte (fig. 33). Sur le site des Girardes, dans la zone du paléochenal, nous avons également mis en évidence une série de fosses de plantations d’arbres qui succède à la matérialisation d’une limite fossoyée. Enfin, le développement spontané d’une végétation arbustive à l’intérieur des fossés lorsque ceux-ci ne sont plus entretenus est un fait couramment observé. Les niveaux supérieurs des remplissages des fossés correspondent le plus souvent à des niveaux très organiques, humifères, qui montrent une phase d’eutrophisation dans le fonctionnement de la structure. Selon les analyses anthracologiques, les fossés sont alors colonisés par des espèces ligneuses, comme le prunus, le figuier ou le chêne. Les résultats des analyses malacologiques indiquent également la présence d’un milieu fermé et hygrophile (Berger, Jung dir. 1999).

Fig. 33 - Révélation d’une haie fossile orientée selon la centuriation B d’Orange, et du XIVedecumanus au lieu-dit Haute Bourgogne à Pierrelatte (cliché Odiot).

161Comme nous l’avons souligné, la matérialisation de l’ensemble de la centuriation présente un caractère très hétérogène. Les limites et les limites internes de la centurie peuvent être matérialisés sous différentes formes (voies, fossés, haies, bornes…). Les travaux de terrain et les relevés à partir des documents planimétriques que nous avons réalisés sur la plaine du Tricastin démontrent l’importance quantitative des decumani par rapport aux cardines. Ils mettent également en avant la polymorphie d’un même axe, ce qui rend difficile les hypothèses sur une hiérarchie des axes entre eux.

3.2.4.1.2. Fréquence des decumani et matérialisation des limites

162Les tableaux fig. 34 et fig. 35 montrent que les axes centuriaux les plus fréquemment retrouvés sont les decumani. On pourrait imputer cette différence au biais induit par le tracé du TGV qui, traversant le secteur du nord au sud, recoupe plus de decumani que de cardines. Il semble qu’il n’en soit rien. En effet, on remarque que ce sont également les axes les plus souvent mis en évidence lors des prospections aériennes, de l’analyse des clichés aériens verticaux ou des autres interventions archéologiques. Cette différence dans la matérialisation des axes centuriés paraît donc significative et son importance est telle que l’on doit la prendre en compte dans l’analyse du fonctionnement global de la centuriation dans la plaine du Tricastin et la Valdaine que l’on va présenter plus loin.

163Le premier tableau (fig. 34) montre que les axes de centuries sont le plus souvent matérialisés par des voies qui sont, dans la plupart des cas, bordées de fossés. Les proportions sont similaires en ce qui concerne les decumani ou les cardines. Cette matérialisation majoritaire des limites sous forme de voie s’accorde tout à fait avec les préceptes dictés par les textes antiques (Loi d’Auguste, Hygin, Pline l’Ancien), qui préconisent la construction de chemins pour les axes du réseau. Nous avons montré, en revanche, que la largeur des chaussées n’est pas, la plupart du temps, conforme aux normes préconisées dans les textes antiques. Les observations archéologiques concernant la matérialisation des axes du réseau centurié, témoignent de la polymorphie que peut présenter un même axe tout au long de son tracé (fig. 35). Ainsi, il peut correspondre à une voie à un endroit puis, plus loin, à un simple fossé et, ailleurs, à une haie.

Fig. 34 - Matérialisation différenciée des limites de la centuriation B d’Orange (Jung 1999).

Fig. 35 - Matérialisation des axes de la centuriation B d’Orange (Jung 1999).

164Au moins trois exemples en Tricastin nous montrent le changement de forme d’un limes suivant l’endroit où l’on réalise l’observation :

  • Sur la commune de Bollène le decumanus DD 3 correspond à un canal d’irrigation de taille importante (site des Bartras). Celui-ci se désolidarise ensuite du tracé du decumanus pour bifurquer vers le sud. Le decumanus n’est alors plus matérialisé sous une forme perceptible par les investigations archéologiques. Sur le site des Girardes, situé 700 m plus à l’est sur la commune de Lapalud, on le retrouve sous la forme de deux fossés de taille réduite et très arasés, qui n’ont aucun rapport avec la précédente structure.

  • Le cardo CK 4 présente de nombreuses formes tout au long de son tracé. Sur la commune d’Allan, il est matérialisé par une voie bordée de fossés au lieu-dit Aubépines. Au lieu-dit Champagnole, deux centuries plus au sud, il correspond à un fossé situé à proximité du ruisseau de la Chaussée dans lequel il se jette et qui sert à drainer une zone humide localisée en amont (secteur des Pêchers). Ce cardo n’est matérialisé ni par une voie, ni par un fossé à hauteur de Saint-Paul-Trois-Châteaux. Le rempart ouest de la ville antique reprend son orientation, mais il est situé 20 m plus à l’est que son emplacement théorique. La fouille de la nécropole du Valladas n’a pas permis de le mettre en évidence. Néanmoins, le mausolée situé non loin du carrefour théorique entre le cardo CK 4 et le decumanus DD 8, pourrait avoir servi à borner ce croisement (Bel et Benoît 1986 : 98). Au sud du Valladas, le chemin de la Valette pérennise cet axe, jusqu’au chemin reliant Saint-Paul-Trois-Châteaux à Saint Pierre de Sénos (Senomago). La polymorphie de cet axe peut donc s’expliquer par une fonction différenciée suivant les secteurs traversés.

  • Le decumanus DD 8 recoupé à l’entrée de Saint-Paul-Trois-Châteaux, sur le site du Valladas, correspond à une voie monumentale bordée par une nécropole. Quelques kilomètres plus à l’ouest, à Pierrelatte, La Bézarde, ce même axe est matérialisé par un modeste fossé.

165Les exemples d’Allan et de Saint-Paul-Trois-Châteaux montrent comment un même axe peut présenter des formes différentes. Ce constat révèle le caractère périlleux d’un exercice consistant à déduire un rythme caractéristique régissant la centuriation et conduisant à une hiérarchisation des limites. La proposition pour la centuriation B d’Orange, d’un rythme basé sur un saltus regroupant 4 x 4 centuries, qui a été émise il y a quelques années par G. Chouquer, est à réexaminer (Chouquer 1994 : 60). Pour établir cette hypothèse, l’auteur s’était appuyé sur des observations morphologiques et archéologiques. Premièrement, l’analyse archéomorphologique montre systématiquement la pérennité de ces axes dans le parcellaire actuel, ce qui peut indiquer leur importance certaine dans le réseau antique. Par ailleurs, la fouille du Valladas met en évidence la monumentalité du decumanus DD 8 et la présence de la nécropole à proximité du croisement du decumanus DD 8 et du cardo CK 4 souligne l’importance de ce carrefour. Ces différents éléments permettent à G. Chouquer d’attester l’importance de ces limites et leur rôle particulier dans la structuration du réseau.

166Néanmoins, on peut à présent noter que le decumanus DD 8 et le cardo CK 4 sont, en dehors du site du Valladas, des axes qui ne revêtent aucun caractère particulier. Il est donc délicat d’extrapoler ou de généraliser une observation ponctuelle à l’ensemble d’un système. Le caractère prestigieux et la monumentalité du decumanus du Valladas est plus certainement à rapprocher d’une mise en scène liée à l’entrée dans l’agglomération romaine. Nous avons d’ailleurs déjà souligné ce phénomène en ce qui concerne la matérialisation des voies, nettement plus soignée aux abords des habitats groupés qu’en contexte rural.

167La multiplicité des observations archéologiques sur les réseaux centuriés permet ainsi d’assouplir les schémas théoriques que l’on pouvait proposer jusqu’à présent. On s’aperçoit également que les préceptes fournis par les manuels d’arpentage sont en partie suivis, mais que de grandes libertés sont également prises au cas par cas sur le terrain.

3.2.4.2. Les autres éléments marquant la présence ou le carrefour de limites

168Les opérations archéologiques réalisées sur le Tricastin, qu’il s’agisse de celles liées au tracé du TGV Méditerranée ou de celles réalisées antérieurement, permettent d’envisager d’autres types de marqueurs au sol matérialisant les limites de parcelles ou les limites de la centuriation. Il s’agit de bornes ou d’éléments liés au bornage. Ces identifications reposent sur la position particulière de ces structures au sein du découpage centurié, ou sur leur nature.

  • 12 Ces textes, agrémentés de vignettes, traitent des différents types de bornage pratiqués durant l’An (...)

169La plupart de ces éléments, apparus anodins dans les rapports de fouille, méritent un nouvel éclairage. Lorsqu’on les confronte aux témoignages spécifiques des arpenteurs sur le bornage dans le monde romain12, on se rend compte en effet de l’importance de leur rôle dans la construction du paysage. Nous avons regroupé les éléments selon leur type : borne ou dépôt sous-jacent, et nécropole ou édifice funéraire.

3.2.4.2.1. Les indices de bornes

  • 13 Six d’entre elles sont localisées à l’emplacement d’une moitié de centurie, deux pourraient marquer (...)

170J.-Cl. Leyraud et J.-Cl. Meffre ont mis en évidence la présence de vingt bornes liées à la centuriation B d’Orange sur la commune de Sainte-Cécile-les-Vignes (Leyraud et Meffre 1989 : 148). Ces bornes anépigraphes ne sont pas datées, attribuées par les auteurs aux périodes médiévale ou moderne. Sept d’entre elles sont situées à l’intersection de limites du réseau B d’Orange. Les autres sont situées le long des axes centuriés13. Elles paraissent donc indiquer certaines divisions internes des centuries situées sur la commune de Sainte-Cécile-les-Vignes, et pérennisent, sans doute en partie le découpage antique.

171Des observations similaires ont été faites par Didier Hote sur la plaine d’Avril (communes de Saint-Restitut et Suze-la-Rousse). Celui-ci a mis en évidence deux bornes, non datées, dont l’une se trouve le long du decumanus DD 5, à l’emplacement d’un site antique (Hote 1987 : 25-27).

172Les autres sites présentés ci-dessous n’ont pas révélé directement de bornes de pierre, mais la présence de différents éléments comme des dépôts céramiques ou des éléments funéraires, à l’emplacement de limites ou de subdivisions de la centurie, permet d’envisager leur attribution au bornage du territoire.

  • 14 Responsable d’opération Christine Ronco (Blaizot et al. 1997).
  • 15 Siculus Flaccus La 140, 15-19 = Th 104, 18 – 105, 1 : « … En réalité, puisque cela a été laissé au (...)

173Le site de Saint-Romain sur la commune d’Espeluche14 situé dans la centurie DD 39-CK 7 a livré un fossé, orienté selon la centuriation, situé à 320 m au sud du decumanus DD 39, (soit 9 actus). Un dépôt de céramique constitué de deux sigillées Drag 33, placées l’une sur l’autre, a été retrouvé dans le colmatage terminal de ce fossé (Blaizot et al. 1997). Ce dépôt de matériel pourrait correspondre à l’emplacement d’une borne aujourd’hui disparue. Les manuels d’arpentage attestent la pratique du dépôt de céramique (Siculus Flaccus, Faustus et Valerius)15, souvent associé à des charbons de bois, que l’on place sous les bornes afin de marquer leur présence en cas de litige suite à la disparition ou au déplacement de la borne. Néanmoins, il faut noter que les arpenteurs précisent que la céramique est pilée ou fragmentée, ce qui n’est pas le cas ici. Ce dépôt se situe à 80 m à l’ouest du cardo CK 7 (soit à 270 pieds). Cette mesure correspond à la localisation de certaines bornes intermédiaires (Favory et Gonzales et al. 1996, 212). La vignette 325 illustrant le texte attribué aux auteurs Vitalis et Arcadius signale qu’une borne isolée, dite « de course », marque, dans ce texte, soit un trifinium (division de la centurie par tiers, carrefour de trois limites), soit un quadrifinium (division de la centurie par quart, carrefour de quatre limites) et indique une distance de 270 pieds jusqu’au prochain carrefour de limites (Favory et Gonzales 1996 : 212). Il se peut que ces vestiges reflètent ce type de bornage.

174Sur le site de Mondragon, Le Chêne, le decumanus SD 4 est matérialisé par un fossé (Alfonso 1996 : 63). Le remplissage de ce fossé présentait, à l’emplacement du sondage un matériel céramique très riche, daté de la fin du Ier siècle ap. J.-C. : un véritable tapis de tessons, cassés sur place et mélangés à des charbons de bois en abondance. Par la suite, une inhumation, mal calée chronostratigraphiquement, a été mise en évidence dans ce même sondage dans la partie supérieure du remplissage du decumanus. Ces différents éléments sont situés à ± 230 m à l’ouest du cardo UK 3, soit à un tiers de centurie. La présence de ce mobilier céramique fragmenté mélangé à des charbons rappelle les dépôts associés aux bornes, décrits par certains arpenteurs dans leurs traités (cf. Siculus Flaccus, Faustus et Valerius, note précédente). L’implantation par la suite d’une tombe au même emplacement, renforce le caractère distinctif, sinon sacré, de cet endroit.

  • 16 Responsable d’opération Guy Alfonso (Alfonso 1996).
  • 17 Vitalis et Arcadius, La 344, 25-28 : « Les bornes lagunaris ou orcularis, c’est-à-dire cruche ou am (...)

175Enfin, un autre dépôt céramique est connu sur le site de Bollène, Pont de la Pierre 116. Il s’agit d’une amphore à huile hispanique de type Dressel 20 (Alfonso 1996 : 19 et Alfonso 2002), conservée sur 25 cm de hauteur. Cette amphore est placée le long d’un mur bordant une voie centuriale située à 232 m au sud du decumanus SD 2, soit au tiers de centurie. La datation de la voie et des murs l’encadrant indique un fonctionnement dans le courant du IIe siècle, qui peut s’accorder avec celle de l’amphore (Ier-IIIe siècles). Les traités d’arpentage signalent l’utilisation de récipients céramiques de ce type pour le marquage des limites internes à la centurie (Vitalis et Arcadius17). Certains textes précisent que ces bornes sont régulièrement espacées tous les 53, 150 ou 355 pieds (Favory et Gonzales 1996, 210). Ici, l’amphore se situe à 29,5 m à l’ouest du cardo UK 2, soit à 100 pieds de celui-ci. L’archéologie a également vérifié l’utilisation d’amphores comme marques de limite dans d’autres régions de la Narbonnaise (Mauné 1992 : 314 ; Mauné 1994 : 67 ; Vidal et Petitot 2003 : 90-91).

3.2.4.2.2. Les nécropoles ou les édifices funéraires

  • 18 Livre de Dolabella, La 303, 12-17 : « … Et c’est ainsi que tu reconnais les limites marquées par de (...)

176Il est probable que la voie le long de laquelle a été retrouvée l’amphore du site du « Pont de la Pierre 1 » délimite un possible ensemble funéraire. Celui-ci est constitué de différents éléments datés entre le début du Ier siècle et le IIIe siècle (Alfonso et Cossalter 1996 et Alfonso 2002). Deux incinérations datées de Claude/Néron constituent la première phase d’occupation du site. Dans un deuxième temps, un petit monument quadrangulaire aux murs plaqués de pilastres est édifié à l’emplacement d’une des deux incinérations et un puits est créé. Les archéologues ont retrouvé une stèle funéraire dans le colmatage de ce dernier (Alfonso et Cossalter 1996 et Alfonso 2002). Ces différents éléments plaident en faveur d’un site à vocation funéraire. Le livre de Dolabella indique ainsi qu’il est d’usage d’installer des amphores à proximité d’une sépulture pour indiquer une limite de propriété18.

177À Allan, Grange Neuve 2, la présence de plusieurs incinérations en ligne, à l’emplacement du decumanus DD 35, peut également signaler un bornage. Ces incinérations datées du IIe siècle de notre ère sont peut-être antérieures à l’édification de la voie centuriale qui marque le passage du 35e decumanus (Ferber 2002). Elles auraient, dans ce cas, pu servir de bornes pour la matérialisation de l’axe centurié.

178Enfin, sur le site de Lapalud, les Girardes (Boissinot et Roger 2003), trois nécropoles ont été identifiées et paraissent jouer un rôle important dans le marquage des limites internes de la centurie. Chacune se trouve à l’emplacement de subdivisions particulières de la centurie. Ainsi, une des nécropoles a été mise en évidence à l’intersection du cardo UK 2 et du decumanus DD 3. Ce dernier est matérialisé par deux fossés, mais aucune trace du cardo n’a été retrouvée au cours de l’opération ; la nécropole a donc pu servir à matérialiser cet emplacement. Une nécropole à inhumations, datée des IIIe-IVe siècles est établie le long d’une limite fossoyée située à 140 m à l’ouest du cardo, soit 1/5e de centurie. Enfin, une nécropole à incinérations, datée de la deuxième moitié du Ier siècle ap. J.-C. se situe au niveau de la moitié de centurie par rapport au decumanus et au niveau du 1/5e de centurie par rapport au cardo. L’implantation de ces trois nécropoles n’est donc sans doute pas innocente et pourrait découler d’une logique spatiale, chacune d’entre elles servant de marqueur dans l’espace rural.

179Il faut également ajouter à cette liste le site du Valladas à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Bel et Benoît 1986), où un mausolée pourrait avoir pérennisé le carrefour entre le decumanus DD8 et le cardo CK4. Rentrent également en compte les observations réalisées par Joël-Claude Meffre (Meffre 1993 : 382-383) sur les communes de Sainte-Cécile-les-Vignes et de Camaret. Ce chercheur a mis en évidence deux sites funéraires liés au passage d’un decumanus. Sur le site de Ratavoux, une inscription donne la distance qui sépare l’enclos funéraire du decumanus DD21 (25 pieds) et l’étendue frontale de celui-ci (35 pieds). Ces différents exemples montrent là encore que le bornage est régulièrement associé à la présence de sépultures.

  • 19 Texte publié par F. Blume, K. Lachman et A. Rudorff et dont François Favory a donné une traduction (...)

180D’après le corpus de sites décrits ci-dessus et la fréquence des exemples rencontrés, il semblerait donc qu’il faille reconnaître ces zones funéraires comme de réels points structurants du paysage. Associés au passage d’un limes du cadastre ou servant à marquer une limitation interne (Lapalud, les Girardes), nécropoles et édifices funéraires se voient dotés d’un rôle à la fois commémoratif et cadastral. Cette pratique est évoquée sous Tibère dans l’Édit sur les tombeaux19 qui énumère les différentes fonctions des tombeaux dans le bornage d’un territoire et en particulier comme marqueur dans l’arpentage interne à la centurie.

3.2.4.3. Conclusion

181Ces observations, réalisées sur les différents sites étudiés lors des travaux archéologiques récents, permettent de mettre en évidence la multiplicité des formes que revêtent les marqueurs du découpage centurial en Tricastin (fossés, voies, haies, bornes, sépultures). Ces résultats s’accordent très bien avec les textes d’arpentage, témoins majeurs de la diversité du système de bornage des limites et des limites internes de la centurie mis en œuvre durant l’Antiquité : bornes de pierre, éléments végétaux, monuments, sépultures, éléments orohydrographiques, murs, objets céramiques, fossés ou chemins. Ces différents bornages ont des significations bien précises d’après les textes et les vignettes. Certains marquent ainsi la position d’une division particulière de la centurie, d’autres indiquent la présence d’une source, d’une nappe d’eau ou d’une citerne, d’autres encore renseignent sur la présence d’un bornage intermédiaire situé non loin. La plupart des données relatives au bornage, mises en évidence sur le terrain, lors des opérations archéologiques du TGV-Méditerranée, correspondraient à ce principe de division particulière de la centurie. La polymorphie dans la matérialisation de la centuriation peut, dans une certaine mesure, expliquer la disparition de certaines limites centuriales ou de tronçons de limites, dont la matérialisation, plus légère, n’aurait pas survécu dans le temps.

3.2.5. Essai d'explication des absences localisées du réseau

182Les nombreuses observations archéologiques réalisées sur ce vaste espace centurié nous a permis d’identifier des zones où les vestiges de ce réseau sont très nombreux sur le terrain, et d’autres où ils sont beaucoup plus clairsemés.

183Ainsi, le sud de la plaine du Tricastin, entre Mondragon et Lapalud, a montré une richesse extraordinaire de structures fossoyées orientées sur le réseau B. Les decumani ont été à chaque fois identifiés lors des sondages ou des évaluations. En revanche, le centre de la plaine du Tricastin jusqu’aux hautes terrasses d’Allan n’a pas livré beaucoup de vestiges fossiles de la centuriation ; au nord du Jabron, un seul fossé orienté sur le cadastre B a été retrouvé.

184Cette différenciation peut être analysée de plusieurs points de vue : il peut s’agir d’un problème de taphonomie des parcellaires, d’investigation archéologique moins approfondie dans ces secteurs ou bien d’une réelle variation dans l’aménagement du territoire qu’il faut chercher à analyser et comprendre.

3.2.5.1. Taphonomie des parcellaires

185Les processus taphonomiques sont très importants à prendre en compte pour comprendre la conservation différenciée des limites parcellaires. En effet, on note une très forte hétérogénéité de leur conservation en fonction des unités de paysages dans lesquelles elles se développent et des dynamiques sédimentaires auxquelles elles sont soumises.

186Les versants qui correspondent à des zones d’érosion particulièrement forte ainsi que les cônes de déjection où l’on observe une forte activité sédimentaire sont des unités de paysage dans lesquels les structures fossoyées sont malmenées. Dans le premier cas, ces structures sont très arasées et, seules, d’éventuelles racines de fossés sont perceptibles. Dans le second cas, on observe une torrentialisation des fossés situés dans l’axe d’écoulement des eaux de ruissellement. Ceux-ci se transforment en chenaux et ne se distinguent des chenalisations « naturelles » uniquement si la « racine » du fossé est encore visible.

187Dans certaines zones relativement planes, des alluvionnements abrasifs tronquent régulièrement la partie supérieure des séquences sédimentaires (secteur de Lapalud). Ces phénomènes peuvent également faire disparaître les structures fossoyées peu profondes. Sur le site des Girardes, certains fossés sont conservés uniquement aux endroits où le terrain forme une légère dépression qui a piégé et protégé la structure archéologique.

188Dans les secteurs de stabilité sédimentaire sur lesquelles se développent les sols fersiallitiques (centre de la plaine de Pierrelatte, hautes terrasses rhodaniennes, interfluve Roubion-Jabron), les fossés sont soumis depuis des millénaires à la répétitivité des travaux aratoires qui tronquent ou gomment la partie supérieure des structures. Si le fossé est creusé peu profondément, comme c’est souvent le cas dans ces contextes, il peut alors totalement disparaître. La majorité des fossés retrouvés autour de Pierrelatte ne sont conservés que sur une dizaine voire une vingtaine de centimètres, la partie supérieure du creusement ayant disparu ou se confondant avec la terre végétale.

189Les phénomènes taphonomiques, auxquels sont soumises les limites parcellaires de la centuriation, peuvent donc expliquer, en partie, l’hétérogénéité des vestiges archéologiques retrouvés sur l’ensemble du tracé du TGV.

3.2.5.2. L’hétérogénéité des investigations archéologiques et les problèmes de lecture stratigraphique

190On peut également expliquer le corpus relativement restreint des structures fossoyées retrouvées dans le centre de la plaine du Tricastin et la Valdaine par le fait que certains secteurs n’ont pas ou peu été sondés. Ainsi, une partie des terres au sud de Pierrelatte, mitées par des hectares de serres, n’a pas été étudiée. Il en est de même pour certains secteurs de la Valdaine (la commune de Sauzet par exemple), en raison de problèmes d’accessibilité au terrain. En revanche, la partie nord du Vaucluse, où beaucoup de structures ont été mises au jour, correspond à un secteur où se sont déroulées de nombreuses évaluations et fouilles extensives qui ont permis de travailler sur des réseaux de fossés développés (sites des Brassières, des Girardes, des Ribauds, etc.).

Dynamique sédimentaire

191Dans les zones où l’activité sédimentaire est soutenue et entraîne des dépôts alluviaux importants (cône de déjection du Lez-Lauzon, plaine d’Orange), les fossés antiques sont recouverts par plusieurs mètres de sédiments. Dans ces secteurs, plus longs à sonder en raison de l’importance des sédiments à évacuer, les sondages ont été plus espacés.

192Il faut ajouter à ces difficultés la présence de la nappe phréatique qui, parfois très haute, a souvent empêché la bonne lisibilité des structures. De plus, les battements de la nappe phréatique provoquent le développement de phénomènes d’oxydo-réduction qui uniformisent la coloration des sédiments et gênent l’identification des structures fossoyées. Cependant, la présence récurrente de fossés orientés selon la centuriation dans les sondages réalisés de ces secteurs témoigne d’un développement tout particulier de ces structures.

Accessibilité des terrains

193Dans le secteur d’Allan, où les analyses archéomorphologiques montrent une conservation exceptionnelle de la centuriation, les vestiges archéologiques de cette organisation paysagère ont paradoxalement été peu nombreux. Cela s’explique par l’absence de sondages sur les limites parcellaires et les chemins encore actifs, en raison de problèmes pratiques d’accessibilité de ces endroits. Les limites pérennes de la centuriation recouvrent probablement des limites plus anciennes, comme le montrent les nombreuses observations de cet ordre que nous avons pu faire ailleurs.

Bornage léger ou bornage théorique

194Les zones où l’information archéologique est restreinte peuvent correspondre à des secteurs ou l’arpentage a été matérialisé de façon différente (haies, bornes) plus difficile à mettre en évidence lors des opérations archéologiques. En effet, comme on l’a précisé plus haut, l’essentiel des structures avérées, marquant la présence du réseau centurié, est constitué par des fossés et des chemins. L’hypothèse de bornes est parfois envisagée, mais elle reste relativement anecdotique. Cependant, il faut imaginer que certains secteurs ont pu subir une opération d’arpentage qui s’est uniquement exprimée par la pose de bornes sans une matérialisation plus complète. Ces secteurs ne livrent aujourd’hui que peu de traces de leur organisation initiale et apparaissent comme des zones « exceptées » ou non structurées par la centuriation.

Absence totale ou zone exceptée

195On peut imaginer, au sein de la centuriation, des zones soustraites à celle-ci. Il s’agit des domaines concédés et exceptés, caractérisés par Hygin l’Arpenteur dont le texte est illustré par des vignettes significatives (Chouquer et Favory 2001 : 177 ; cf. fig. 184 et 185 = Th fig. 123 et 124 ; fig. 196 a et b = Th fig. 135 a et b). Il s’agit soit de terres données en pleine propriété à un personnage et libres de toute tutelle de la collectivité territoriale où elles se trouvent, soit de terres laissées à leur ancien propriétaire et placées dans la juridiction de la collectivité territoriale. Ce domaine interrompt le réseau centurié et peut être organisé de façon totalement différente de la trame de la pertica. Dans le cas du réseau B d’Orange, les marbres conservés ne nous livrent cependant pas ce type d’exemple.

Contraintes oro-hydrographiques

196L’orientation de la centuriation B d’Orange correspond dans ces grandes lignes à celle de la vallée du Rhône dans laquelle elle s’inscrit.

197L’interaction qui lie la topographie avec le découpage parcellaire est sans conteste, et l’on observe aisément les effets déstructurants que le relief a pu jouer localement au sein d’un réseau bien identifié et conservé par ailleurs. Au sein du réseau centurié B d’Orange, on remarque des zones où le découpage parcellaire s’organise selon une orientation divergente. Le secteur nord de la plaine du Tricastin en est un bon exemple (fig. 36). Les alentours de Donzère présentent en effet une orientation totalement différente de celle du reste du réseau. G. Chouquer et Th. Odiot en avaient les premiers fait la remarque (Chouquer 1994 ; Odiot 1996). Ils avaient identifié ce parcellaire, orienté à NG -13° 30’O, avec le finage de la villa viticole du Molard, située dans cette zone et reprenant cette même orientation. Ce parcellaire, d’après les auteurs, se serait développé dans une zone où la centuriation ne serait pas matérialisée (zone exceptée).

Fig. 36 - Impact de l’oro-hydrographie dans la déstructuration du réseau B d’Orange (Jung 2001).

  • 20 J’emprunte ce terme à F. Favory, qui a proposé ce mot pour qualifier les éléments linéaires qui str (...)

198Cependant, les rares marbres du cadastre concernant ce secteur montrent que leurs terres étaient assignées et que la centuriation a donc sans doute été, à un moment donné, matérialisée sur le terrain avant d’être supplantée par cette autre organisation locale du parcellaire. On s’aperçoit que la ligne de relief donnée au nord-est par les hautes terrasses pléistocènes du Rhône et les collines calcaires dominant Donzère, la zone de débordement du Rhône, à l’ouest, et le cours de la Berre, au sud, forment un secteur fortement modelé et contraint par les réseaux oro-hydrographiques. Les voies (RD 541 et chemin communal) qui longent les coteaux et relient deux agglomérations secondaires antiques (le Logis de Berre et Donzère), reprennent la même orientation que le parcellaire divergeant. Ces axes, dont l’orientation est induite par la topographie, ont probablement servi à tour de rôle de « morphogènes »20 dans l’organisation de ce secteur et ont certainement contribué à la déstructuration des axes centuriés. On peut proposer une autre hypothèse et considérer que ce réseau très localisé a très vite supplanté la centuriation B, mal intégrée aux contraintes géographiques et physiques de ce secteur (Jung 2001).

3.2.5.3. Conclusion

199Comme on le constate, les causes de la disparité des informations archéologiques sur la matérialisation du réseau B d’Orange sont nombreuses. Il est clair que la principale est liée à la taphonomie des vestiges archéologiques, très malmenés dans les secteurs à faible recouvrement sédimentaire. Cependant ces secteurs livrent de nombreuses limites actives qui s’organisent selon la trame centuriée et qui rappellent son existence. Les données archéologiques sont alors suppléées par les données livrées par l’analyse archéogéographique.

Notes

1 Ce travail est présenté ici de façon synthétique, il est plus développé dans l’article de Jung 2009 publié dans le n° 42 de la R.A.N.

2 Vineas limitari decumano 18 pedum latitudinis ad contrarios vehiculorum transitus aliisque traversiis limitibus denum pedum distingui per media iugera aut, si maior modus sit, totidem pedum cardine quot decumano limitari semper vero quintanis semitari, hoc est ut quinto quoque palo singulae iugo paginae indudantur. (J. André, 1964).

3 Dans le chapitre 4.1., les résultats des calculs livrés divergent de ceux de ce chapitre puisque le corpus du chapitre 4 ne concerne que la plaine du Tricastin. On note néanmoins que les tendances sont les mêmes.

4 Les sites jouxtant à la fois un decumanus et une voie régionale, lorsque celle-ci présente une direction générale nord-sud, peuvent marquer un point précis dans le paysage. Ils ont donc été retenus dans le corpus des sites le long d’un limes plutôt que dans celui des sites bordant une voie. Le même raisonnement a été tenu pour les axes cardinaux et les voies est-ouest.

5 Les mêmes observations sont réalisées sur l’ensemble de la base Archaeomedes concernant différentes régions de la moyenne et basse vallée du Rhône (Archaeomedes 1998), avec des décalages dans le temps.

6 Nec paludem quidem vicinam esse oportet aedificiis ; nec juctam militarem viam (…) Haec autem praetereuntium viatorum populationibus, et assiduis devertentium hospitiis infestat rem familiarem. Propter quae censeo ejusmodi vitare incommoda, villamque nec in via nec pestilenti loco… (édition Nisard 1844) (traduction Saboureux de la Bonnetterie 1844).

7 Si poteris, sub radice montis siet, in meridiem spectet, loco salubri. Operariorum copia siet bonumque aquarium ; oppidum validum propre siet aut mare aut amnis qua naves ambulant, aut via bona celebrisque (Goujard 1975).

8 Relinquitur altera pars, quae est extra fundum, cuius appendices et uehementer pertinent ad culturam propter adfinitatem. Elus species totidem : si uicina regio est infesta, si quo neque fructus nostro exportare expediat neque inde quae opus sunt adportare, tertium si uiae aut fluuii, qua portetur, aut non surit aut idonei non sunt (…) (J. Heurgon, 1978).

9 Eundem fundum fructuosiorem faciunt vecturae, si viae sunt que plaustra agi facile possint, aut flumina propinqua qua navigari possit, quibus utrisque rebus evehi atque inuehi multa ad praedia scimus (J. Heurgon, 1978).

10 Viae malitia aeque et voluptatis et utilitatis adversa est (R. Martin, 1976).

11 Trad. Saboureux de la Bonnetterie 1844. Multum conferre agris iter commodum : primum, quod est maximum, ipsam praesentiam domini, qui libentius commeaturus sit, si vexationem viae non reformidet. Deinde ad invehenda et exportanda utensilia quae res frugibus conditis auget pretium, et minuit impensas rerum invectarum, quia minoris adportentur eo, quo facili nisu perveniatur. Nec nihil esse etiam parvo vehi, si conductis iumentis iter facias, quod magis expedit, quam tueri propria. Servos quoque qui secuturi patrem familias sint, non aegre iter pedibus ingredi.

12 Ces textes, agrémentés de vignettes, traitent des différents types de bornage pratiqués durant l’Antiquité, de la signification et de la fonction des diverses bornes que l’on peut trouver et de la métrologie qui régit leur emplacement. Ils ont été récemment traduits et analysés par l’équipe du GDR 954 CNRS (Favory, Gonzales et Robin 1994 ; Favory, Gonzales et al. 1995 ; 1996 et 1997).

13 Six d’entre elles sont localisées à l’emplacement d’une moitié de centurie, deux pourraient marquer le tiers de centurie, une le quart de la centurie et deux le sixième.

14 Responsable d’opération Christine Ronco (Blaizot et al. 1997).

15 Siculus Flaccus La 140, 15-19 = Th 104, 18 – 105, 1 : « … En réalité, puisque cela a été laissé au bon vouloir de chacun, sous certaines bornes, rien n’a été déposé, mais sous d’autres nous trouvons des cendres, des charbons, ou des débris de poteries ou de verre, des pièces qu’on y a jetées, ou de la chaux ou du plâtre. » (Clavel-Lévêque et al., 1993 : 23-24, phrase 54). Faustus et Valérius La 308, 3, 5 :… Et nous avons enfoui à l’intérieur de ces derniers des charbons, des cendres et de la terre cuite pilée… (Favory, Gonzales et Robin 1994 : 223, phrase 73).

16 Responsable d’opération Guy Alfonso (Alfonso 1996).

17 Vitalis et Arcadius, La 344, 25-28 : « Les bornes lagunaris ou orcularis, c’est-à-dire cruche ou amphorette, sont distantes de 53 pieds si l’intervalle est plus important, on aura 150 pieds et si c’est plus, 355 ; et si ce n’est pas ainsi, ce sera conforme à l’usage de la région.… » (Favory, Gonzales et Robin 1996 : 210, phrase 41).

18 Livre de Dolabella, La 303, 12-17 : « … Et c’est ainsi que tu reconnais les limites marquées par des sépultures ou des tombeaux : là où passent les lignes entre les possessions, tu trouves, à côté de la sépulture, soit du buis, soit des cendres ou bien des marmites ou encore des jarres brisées même intactes. Pour savoir si la sépulture fait limite, tu cherches à cinq pieds d’elle ou bien tu retournes le sol avec un araire ; et si tu trouves ces signes, c’est que la sépulture fait limite… » (Favory, Gonzales et Robin 1994 : 220, phrases 22-23).

19 Texte publié par F. Blume, K. Lachman et A. Rudorff et dont François Favory a donné une traduction inédite, reproduite ci-après : « … certains sont bâtis dans les champs, qui (i. e. ces tombeaux) conservent des segments de limites conformément à un système durable : ils sont disposés pour servir de mesure pour l’arpentage, de plus les bornes de pierre placées auprès d’eux leur confèrent un caractère distinctif incontestable ; il est clair que ces bornes ne visent ni la garantie ni le système des limites qui concernent la mesure agraire plus grande (i. e. les limites de centurie ?)… »

20 J’emprunte ce terme à F. Favory, qui a proposé ce mot pour qualifier les éléments linéaires qui structurent un paysage dans la longue durée, au-delà de leur fonctionnement propre (Favory 1988 : 25 ; 1997 : 221).

Table des illustrations

Légende Fig. 14 - Report du tracé de la voie d’Agrippa entre Montélimar et le torrent de la Riaille sur la carte IGN à 1/20 000 (Jung 2009).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2835/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1020k
Légende Fig. 15 - Report du tracé de la voie d’Agrippa dans le secteur du Logis de Berre, sur la carte IGN à 1/20 000 (Jung 2009).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2835/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 16 - Cliché aérien de la voie d'Agrippa pérennisée par la D. 158 au sud du Logis de Berre (cliché Odiot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2835/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 17 - Report du tracé de la voie d’Agrippa entre Bollène et Orange sur la carte IGN à 1/20 000 (Jung 2009).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2835/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1020k
Légende Fig. 18 - Report des itinéraires présumés antiques dans le bassin valdainais et des sites d’habitat et funéraires répertoriés dans la Carte Archéologique Nationale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2835/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Légende Fig. 19 - Cliché aérien de la voie fossile reliant Le Logis de Berre à Saint-Paul-Trois-Châteaux (cliché Odiot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2835/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 20 - Morphologie des voies retrouvées en sondage (Jung 1999).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2835/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende Fig. 21 - Pérennité des axes cadastraux (Jung 1999).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2835/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2835/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 22 - Tableaux montrant les liens qu'entretiennent les sites avec le réseau centurié et les itinéraires routiers, issus de l'analyse morphologique, durant les deux premiers siècles de notre ère.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2835/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 23 - Les grandes phases de la dispersion de l’habitat (Jung 1999, d’après Odiot 1994).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2835/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Fig. 24 - Interprétation du parcellaire de la plaine tricastine en relation avec la nature des sols dans le cadre de la centuriation B d'Orange (Chartier 1996).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2835/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Légende Fig. 25 - Localisation des zones testées pour l’analyse des périodicités du découpage parcellaire de la centuriation B d’Orange (Jung).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2835/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 26 - Schéma général du fonctionnement de la centuriation B d'Orange dans la plaine du Tricastin (Chouquer 1995).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2835/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 27 - Drainage de la plaine du Tricastin attesté par les axes de la centuriation romaine (Jung 1999).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2835/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende Fig. 28 - Révélation du XVIIIe decumanus dans le secteur du Logis de Berre (cliché Odiot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2835/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 29 - Interprétation du parcellaire dans le secteur du Logis de Berre (Chouquer, Jung 1996).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2835/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 30 - Révélation du XIVe decumanus au lieu-dit La Jacotte (cliché Vaquer).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2835/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Fig. 31 - Révélation d’un tracé rectiligne correspondant à un itinéraire reliant l’oppidum du Moulon à celui de Saint-Étienne de Dion et participant au drainage de la plaine du Tricastin au sud de Pierrelatte (traitement images Landsat : Tounsi et Vinolas del.).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2835/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 32 - Révélation aérienne de fossés orientés selon la centuriation B d'Orange, et d'un enclos jouxtant cet aménagement à Lapalud, La Meunière (cliché Vaquer).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2835/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 33 - Révélation d’une haie fossile orientée selon la centuriation B d’Orange, et du XIVe decumanus au lieu-dit Haute Bourgogne à Pierrelatte (cliché Odiot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2835/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 34 - Matérialisation différenciée des limites de la centuriation B d’Orange (Jung 1999).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2835/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 35 - Matérialisation des axes de la centuriation B d’Orange (Jung 1999).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2835/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Légende Fig. 36 - Impact de l’oro-hydrographie dans la déstructuration du réseau B d’Orange (Jung 2001).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2835/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 601k

Auteur

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540