Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Tricastin romain : évolution d'un paysage centurié

 | 
François Favory

Chapitre 1. Introduction géographique et historique

Cécile Jung et Thierry Odiot

Texte intégral

1.1. Cadre général, hydrographie et ressources

1La façade rhodanienne du Tricastin, le bassin de Montélimar et la plaine d’Orange se situent en moyenne vallée du Rhône, en limite septentrionale de l’aire méditerranéenne.

1.1.1. La vallée du Rhône

2La moyenne vallée du Rhône, entre Vienne (Isère) et Pont-Saint-Esprit (Gard), présente une alternance de zones où le fleuve est enserré dans une vallée étroite, et d’autres où il a pu divaguer et former des plaines alluviales. Si la rive droite est très vite limitée par les contreforts du Massif Central, au nord de Cruas (Ardèche), et par les massifs calcaires, au sud, la rive gauche fait place à une succession de plaines et de bassins alluviaux formés par le Rhône et les rivières affluentes préalpines. Ainsi, entre Valence et Orange, se développent la plaine valentinoise, le bassin valdainais, la plaine de Pierrelatte et la plaine d’Orange, séparés entre eux par des massifs calcaires épigéniques (collines de Marsanne, Robinet de Donzère, massif d’Uchaux) (fig. 1, fig. 2).

Fig. 1 - Cadre général de la moyenne vallée du Rhône.

Fig. 2 - Cadre du projet du système d’information géographique.

3Le Rhône fait partie des grands cours d’eau européens et son régime hydrique a de tout temps impressionné ses observateurs. Dès l’Antiquité, il est décrit par les auteurs (Polybe, Tite-Live, Silius Italicus, entre autres) comme un fleuve dangereux et sauvage aux confins de l’aire civilisée. Plus tard, les récits des voyageurs médiévaux et modernes (Guy de Basoche, Madame de Sévigné…) évoquent également sa redoutable force. Il est vrai que la déclivité du Rhône, entre Valence et Pont-Saint-Esprit, qui varie entre 0,76 et 0,80 m par kilomètre, est la plus importante des grands cours d’eaux européens. En effet, la Saône ou le Rhin en aval de Strasbourg, par exemple, présentent une déclivité de 0,04 m/km, et la Loire, une déclivité de 0,10 m/km. Cette forte pente donne au fleuve un débit torrentiel (Bethemont 1972 : 88). Celui-ci est amplifié saisonnièrement par les crues alternées ou concomitantes du fleuve et de ses affluents. Au printemps, la fonte des neiges gonfle les eaux du Rhône et de l’Isère (régime alpin). Elle peut se conjuguer aux fortes précipitations méditerranéennes, qui donnent un caractère dévastateur aux affluents du sud de la zone, au printemps et à l’automne. Ces facteurs combinés provoquent régulièrement de fortes crues, qui inondent largement les basses plaines alluviales et entraînent des modifications dans le cours du fleuve jusqu’à perturber fortement la navigation des sociétés anciennes (Denel 1970 : 290).

4En plus de sa forte déclivité, le Rhône franchit également des seuils (à Cruas, au Robinet de Donzère et à la hauteur de Mondragon-Mornas) qui accentuent localement la pente du profil en long du fleuve. En aval de ses accidents topographiques, son cours s’élargit et développe un lit majeur qui peut être large de plusieurs kilomètres et où l’on observe de nombreuses métamorphoses fluviales. La carte de Cassini illustre d’ailleurs le cours en tresse du Rhône en aval des défilés (fig. 3, fig. 7).

Fig. 3 - Localisation de la zone étudiée sur la carte de Cassini (Cassini 1779, archives IGN).

5Avant les aménagements de son cours, commencés au XVIIIe siècle, le lit mineur du Rhône pouvait donc évoluer à chaque saison de façon radicale. Ainsi, les archives modernes de Donzère mentionnent, au niveau de cette agglomération, de nombreux conflits entre les riverains, relatifs à l’appropriation de telle ou telle île du Rhône ou à la perception de l’impôt sur des terres emportées par les « divagations du fleuve » (Peloux 1994).

6La largeur du lit du Rhône et la force de son courant font apparaître ce fleuve, difficilement franchissable, comme une limite forte dans les communications est-ouest. C’est aujourd’hui une frontière administrative qui sépare les départements de l’Ardèche et du Gard de leurs pendants sur la rive gauche la Drôme et le Vaucluse. Cette image de frontière paraît correspondre à une réalité relativement récente. En effet si, en 1867, sur la carte d’état-major, seuls huit ponts le traversent entre Valence et Pont-Saint-Esprit, la présence de nombreux bacs tempère l’impact de la rareté des points de passage maçonnés. Par ailleurs, les données sur les limites politiques, juridiques ou religieuses préromaines, romaines, médiévales et modernes qui franchissent constamment le fleuve, permettent de relativiser cette image d’obstacle et de limite géographique. Enfin, les données que l’on possède sur le réseau routier antique attestent aussi l’importance des relations entre les deux rives et incitent également à envisager la vallée comme un espace cohérent.

1.1.2. Les affluents du Rhône

7Les affluents du Rhône qui concernent notre aire d’étude présentent un régime méditerranéen au débit très variable. Ces rivières et torrents, presque à sec l’été, peuvent avoir des débits exceptionnels lors de pluies abondantes et provoquer des crues dévastatrices. On peut citer pour mémoire, la crue du Lez d’octobre 1993, qui a inondé la ville de Bollène sous plusieurs mètres d’eau. Il présentait alors un débit de 650m3/s, soit 100 fois plus que son débit courant. Ce type de régime hydrique provoque des déplacements importants de charges sédimentaires qui forment de puissants cônes de déjection. On remarque d’ailleurs que la constitution des cônes de déjection des affluents du Rhône peut contribuer à repousser le Rhône contre les collines du Vivarais. On l’observe surtout à la hauteur de la confluence Rhône-Drôme (fig. 1).

Le Roubion

8Il prend sa source au-dessus de la commune de Bouvières (Drôme) et traverse le bassin de Montélimar (Drôme) par les communes de Bourdeaux, Soyans, Pont de Barret, Charols, Cléon-d’Andran, Saint-Gervais, Bonlieu, La Laupie, Sauzet, et Montélimar avant de se jeter dans le Rhône après un parcours de 67 km (fig. 2). La largeur moyenne de son lit mineur est de 86 m, son débit ordinaire est de 6 m3 /s, mais il peut atteindre exceptionnellement 1 800 m3/s (Brun-Durand 1891 : 318).

Le Jabron

9Le Jabron prend sa source au-dessus de Dieulefit (Drôme). Son cours, sur les communes de Poët-Laval et Souspierre, est encaissé entre les collines calcaires circonscrivant le bassin valdainais. Puis sa vallée s’élargit à partir de la Bégude-de-Mazenc où il entre dans le bassin de Montélimar. Il traverse les communes de Châteauneuf-de-Mazenc, Puygiron, la Bâtie-Rolland, Espeluche et Montélimar, où il vient unir ses eaux à celles du Roubion avant de se jeter dans le Rhône (fig. 2). Son parcours est de 37 km, la largeur moyenne de son lit mineur de 40 m, son débit ordinaire de 2,5 m3 /s et extraordinaire de 503 m3/s (Brun-Durand 1891 : 181).

La Riaille

10Elle prend sa source sur la commune d’Allan (Drôme), traverse celle de Rac et de Châteauneuf-du-Rhône où elle se jette dans le Rhône après un parcours de 10 km (fig. 2). La largeur moyenne de son lit mineur est de 14 m, son débit ordinaire de 0,5 m3 /s et l’extraordinaire de 140 m3/s (Brun-Durand 1891 : 301).

La Berre

11Elle prend sa source entre Taulignan et le village de Salles-sous-Bois. Son parcours s’établit au pied des collines de la Valdaine sur les communes de Grignan et Chantemerle-les-Grignan, puis il s’encaisse entre les collines calcaires de la Valdaine et les hautes terrasses rhodaniennes au nord et le plateau de calcaire miocène de Rouvergue et les collines de la Garde-Adhémar, au sud. Son dernier tronçon traverse la plaine de Pierrelatte avant de se jeter dans le Rhône, entre Donzère et Pierrelatte (fig. 2). Son parcours total est de 26 km, la largeur moyenne de son lit mineur de 20 m, son débit ordinaire de 0,46 m3 /s et extraordinaire de 144 m3/s (Brun-Durand 1891 : 35).

Les Echaravelles

12Le torrent des Echaravelles prend sa source sur la commune de la Garde-Adhémar (Drôme) avant de traverser les communes de Saint-Paul-Trois-Châteaux, de Pierrelatte, et de Bollène où il se jette dans le Lauzon. Ce torrent est qualifié d’impétueux et de nombreux procès sur son cours, le détournement de celui-ci, les dégâts qu’il occasionne et l’entretien de son lit rythment l’histoire locale durant toute la période moderne.

Le Lauzon

13Il prend sa source à Montségur (Drôme), passe à Solérieux, contourne Saint-Restitut et traverse la commune de Bollène à la hauteur de Saint Pierre de Sénos, puis celle de Lapalud où il reçoit les eaux de la Roubine et des Echaravelles. Il se jette dans le Rhône sur la commune de la Motte-du-Rhône, en aval de Pont-Saint-Esprit (fig. 2). Son parcours est d’environ 30 km, sa largeur moyenne de 6,5 m, son débit ordinaire de 0,5 m3 /s et extraordinaire de 74 m3/s (Brun-Durand 1891 : 192). Ses crues sont souvent concomitantes de celles du Lez et peuvent être très violentes comme l’indiquent les nombreux dégâts matériels recensés dans les archives de Bollène (murs arrachés, routes coupées plusieurs jours, digues emportées…).

Le Lez

14Il prend sa source dans la montagne de la Lance et traverse le bassin de Valréas. Son bassin versant est de 450 km2. Son débit ordinaire est compris entre 6 et 10 m3/s, mais cette rivière, qui présente un comportement de cours d’eau méditerranéen, peut se transformer en véritable torrent très rapidement, surtout en septembre, lors de fortes pluies. Entre Suze-la-Rousse et Bollène, son cours forme des méandres. À Bollène, il entre dans le sud de la plaine du Tricastin, où il forme un vaste cône de déjection qui entraîne d’épais recouvrements durant tout l’Holocène. Il se jette dans le Rhône entre Mornas et Mondragon après un parcours de 67 km (fig. 2).

L’Aigues

15L’Eygues (ou Aigues dans le Vaucluse) prend sa source dans les Hautes-Alpes au pied de la montagne de Peylan, la partie amont de son cours délimite le Diois au Nord, et les Baronnies au sud. À Nyons (Drôme), elle quitte le domaine montagnard avant d’arriver dans la plaine d’Orange et de se jeter dans le Rhône au niveau de l’Île de la Piboulette sur la commune de Caderousse (Vaucluse), après un parcours de 114 km. Son bassin versant est de 450 km2. Le régime de cette rivière est méditerranéen, tout comme les autres affluents du Rhône précédemment présentés. Au niveau d’Orange, son débit moyen est de 3 m3 /s, mais il peut atteindre 110 m3/s lors de forts épisodes de crue.

16Le territoire étudié est riche en eau. Le Rhône et ses affluents drainent les apports des massifs avoisinants. L’approvisionnement en eau dans les nappes phréatiques et les différentes résurgences n’a jamais réellement posé de problème à leurs utilisateurs pour autant que les textes médiévaux et modernes y fassent allusion. Tout au plus, quelques sources se sont taries lors de longues périodes de sécheresse ou lors de tremblements de terre, comme en 1782, ou encore lors de grands travaux (nouvelle route nationale, par exemple).

1.1.3. La plaine du Tricastin

17Cette plaine de plus de 500 km2, sur laquelle porte plus particulièrement notre étude, présente une altitude comprise entre 56 m au nord et 40 m au sud. Elle est nettement circonscrite géographiquement puisqu’elle est bornée :

  • à l’ouest, par le Rhône qui coule au pied des collines calcaires du bas Vivarais (Ardèche) ;

  • au nord, par le défilé de Donzère, massif calcaire qui culmine à 335 m et par les hautes terrasses pléistocènes du Rhône ;

  • au sud, par le défilé de Mondragon-Mornas constitué par le massif calcaire d’Uchaux qui domine la plaine à 230 m ;

  • à l’est, par une série de collines et de plateaux calcaire miocènes s’élevant entre 100 et 300 m, et qui la séparent de la dépression de Valréas.

18Les cartes topographiques et géologiques représentent cette plaine comme une unité géomorphologique et topographique homogène, composée, en majeure partie, par des alluvions holocènes (Fz), entourées par une couronne d’alluvions plus anciennes (Würm récent (Fy3b)) (fig. 4). La lecture de la carte pédologique à 1/25 000 réalisée par M. Bornand (Bornand 1967) et par R. Bouzigues (Bouzigues et Bornand 1971) permet, en revanche, d’identifier une mosaïque d’unités pédologiques distinctes (fig. 5) dont l’origine est difficile à comprendre sur la base des données géologiques (Berger, Jung dir. 1999).

Fig. 4 - Confrontation des données archéologiques avec celles de la carte géologique.

Fig. 5 - Carte pédologique du secteur Allan-Châteauneuf-du-Rhône.

19Un travail géoarchéologique à partir des sondages archéologiques et des fouilles effectués dans le cadre de l’opération archéologique du TGV-Méditerranée, ont permis d’entrevoir le fonctionnement morphopédologique de cette unité géographique (Berger et al. 1997b ; Tounsi et al. 1997).

20Les 200 séquences sédimentaires étudiées ont en effet révélé une paléotopographie plus prononcée que ne pouvait le laisser présager le paysage actuel (fig. 6). Il apparaît que l’évolution holocène de la basse plaine du Tricastin est sous la dépendance du Rhône dans sa partie occidentale, et de ses affluents préalpins à dynamique torrentielle dans sa partie orientale. La partie centrale apparaît comme un îlot (interfluve) qui ne subit pas ou peu les modifications hydrologiques holocènes (Berger et al. 1997b : 163).

Fig. 6 -
a : Spatialisation des unités morphopédologiques de la basse plaine alluviale du Tricastin d'après la composition colorée de l'image Landsat TM du 23-03-94, canaux 5-4-3.
b : Impact de l'évolution géomorphologique sur la conservation des parcellaires historiques et des gisements archéologiques dans la plaine du Tricastin.

  • 1 Les traitements d’images ont été effectués à partir de scènes Landsat Thematic Mapper. L’imagerie L (...)

21Par ailleurs, le recours à la télédétection1 et à la photo-interprétation a également mis en évidence l’hétérogénéité de la couverture pédologique de la plaine en s’appuyant sur la disparité des indices de réflectance des sols. La composition colorée de l’image Landsat TM, acquise en mars (23-03-95), et projetée dans les canaux TM5 (visualisé dans le rouge), TM4 (visualisé dans le vert) et TM3 (visualisé dans le bleu), permet de très bien identifier et de spatialiser les différentes unités morphopédologiques, qui se développent dans la plaine du Tricastin (fig. 6). Ces observations couplées avec celles issues des sondages systématiques effectués sur le tracé du TGV-Méditerranée permettent de saisir le fonctionnement et l’évolution pédosédimentaire de la plaine durant tout l’Holocène.

  • 2 Une 7ème unité est référencée sur la figure : il s’agit de hautes terrasses et plateaux calcaires à (...)

22Six unités morphopédologiques ont été individualisées sur l’ensemble de la plaine tricastine (Tounsi et al. 1997, Berger et al. 1997a) (fig. 6)2 :
La première (1) apparaît dans des colorations claires qui indiquent une forte réflectance des sols et une faible teneur en eau de ces secteurs. Elle est en effet constituée par les affleurements de la terrasse würmienne du Rhône (au centre de la plaine : 1a) ou des terrasses rissiennes et mindeliennes qui bordent la plaine au nord (1b) sur lesquels se sont développés des sols fersiallitiques. Ces secteurs sont restés stables durant tout l’Holocène.
La seconde unité (2) apparaît sur la composition colorée de coloration claire : brun clair à vert qui témoigne d’une bonne réflectance et donc de sols plutôt drainants et constitués par des particules plus ou moins grossières. Cette entité, d’après les sondages archéologiques, correspond au cône détritique de la Berre formé depuis le Tardiglaciaire jusque durant l’Antiquité. Ce secteur a subi durant toute cette période une forte activité sédimentaire (l’accrétion sédimentaire holocène atteint jusqu’à 4 m). Depuis l’Antiquité ce secteur connaît une certaine stabilité et des sols bruns calcaires s’y développent.
La troisième unité s’identifie nettement sur la composition colorée par une coloration sombre qui caractérise un milieu humide. Il s’agit de la dépression qui se trouve à l’est de la plaine (3a) et de celles des cuvettes de Saint-Paul-Trois-Châteaux (3b). Ces dépressions ont connu une forte activité sédimentaire durant l’Holocène ancien jusqu’à la fin de la Protohistoire, date à partir de laquelle les apports sédimentaires sont devenus minimes. Sur le terrain, les sols argileux gris à gley de profondeur qui se développent dans ces secteurs attestent pleinement cette hydromorphie.
La quatrième unité apparaît sur la composition colorée avec une coloration très claire qui témoigne de la forte réflectance des sols. Cette coloration est proche de celle des hautes terrasses du Rhône et indique probablement des niveaux très sableux à caillouteux drainant très facilement les eaux de pluie. Cette unité correspond, au nord, au cône détritique historique de la Berre (4a) et, au sud, au cône détritique holocène du Lez et du Lauzon (4b). Les observations réalisées sur le terrain permettent de mieux caractériser ces secteurs qui connaissent une activité sédimentaire très importante, avec des sols en permanence rajeunis par des recouvrements sédimentaires ou des troncatures. La puissance des recouvrements sédimentaires historiques est très importante (1,5m à 4m selon les secteurs).
La cinquième unité morphopédologique située le long du Rhône (5) apparaît dans des colorations sombres qui témoignent de l’engorgement des sols. Il s’agit du lit majeur du Rhône où les sols alluviaux jeunes présentent une forte activité sédimentaire dont témoignent les nombreux paléocours identifiables sur l’image satellitaire.
La sixième unité est identifiée sur la composition colorée par des tons bleu clair qui indiquent un bon drainage de ces sols et la proximité du substrat graveleux qui induisent une forte réflectance. Cette unité correspond à l’ancien lit majeur du Rhône (6). Une série de paléochenaux peu profonds entaille la terrasse würmienne. On observe une activité sédimentaire durant l’Holocène ancien jusqu’à l’Âge du Bronze avec le comblement de ces chenaux et une reprise récurrente de leur activité (Brochier 1997). À partir de l’Antiquité, les dépressions sont presque totalement colmatées et la paléotopographie est en grande partie gommée.

23L’identification de ces unités morphopédologiques distinctes montre combien la basse plaine alluviale du Tricastin ne peut être considérée comme un ensemble homogène, présentant une même évolution pédosédimentaire. Cette hétérogénéité de l’histoire et de l’évolution pédosédimentaire au sein de ce même espace implique que l’information archéologique n’est pas fossilisée de la même manière dans les différents secteurs de la plaine et nous verrons plus loin l’importance de cette prise de conscience dans la compréhension du fonctionnement du réseau centurié et de la taphonomie des vestiges archéologiques.

Les hautes terrasses quaternaires du Rhône (entre le Jabron et les Granges-Gontardes)

24Il s’agit des terrasses rissiennes et mindeliennes du Rhône qui se développent sur la commune d’Allan (fig. 2, 5 et 6). Les sols rouges argileux fersiallitiques sont ici encore bien préservés, souvent épais et témoignent de la relative stabilité de cette vaste terrasse, au cours de l’Holocène. Cette unité morphopédologique s’apparente à l’unité 1 de la plaine du Tricastin.

25Sur le plateau de Bondonneau, des placages de loess se sont déposés sur la terrasse alluviale. Des polygones de cryoturbation, que l’on observe très bien sur les photographies aériennes, sillonnent ce secteur. Au pied de la colline de Notre-Dame de Montchamp ou de Montceau, on observe très peu de colluvionnements, ce qui prouve que ces reliefs n’ont pas été soumis à une forte érosion. Ce fait s’explique par la lithologie même du substrat (calcaire barrémo-bédoulien) résistant à l’érosion et par la probable présence d’un couvert végétal permanent sur ces reliefs, qui protège les sols des attaques érosives.

Les collines et plateaux du défilé de Donzère

26Elles séparent le bassin de Montélimar de la plaine de Pierrelatte et forment un verrou sur la vallée du Rhône, appelé communément le robinet de Donzère (fig. 1). Ces collines sont constituées par un massif karstique urgonien où de nombreux habitats sous roche et en grotte ont été identifiés sur l’ensemble du défilé (Vital 1990). Ils sont occupés essentiellement durant l’Âge du Bronze et l’Antiquité tardive. Les sols se développant sur ces plateaux sont des sols calcaires bruns peu épais qui, lorsqu’ils ne se trouvent pas sur une pente, présentent une bonne stabilité structurale.

La basse plaine alluviale holocène du Rhône entre Châteauneuf-du-Rhône et Montélimar

27Son fonctionnement peut s’apparenter à celui de la plaine de Pierrelatte (fig. 1). On retrouve des zones à forte activité alluviale, en bordure du Rhône et de la Riaille, avec d’importants alluvionnements, ce qui rappelle l’unité 5 de la plaine de Pierrelatte. La zone centrale correspond à l’ancien lit majeur du fleuve, et présente les mêmes caractéristiques que l’unité 6 de la plaine de Pierrelatte. La présence de sols rouges fersiallitiques indique une stabilité sédimentaire d’une partie de la plaine qui rappelle l’unité 1 de la plaine du Tricastin. La zone en contrebas des hautes terrasses rissiennes d’Allan est constituée de cuvettes hydromorphes dont le fonctionnement s’apparente à l’unité 3 présentée plus haut.

1.1.4. Les matières premières

28L’étude de la carte géologique a permis de faire l’inventaire des matières premières affleurantes dans le secteur étudié. Les gisements les plus faciles d’accès ont été localisés ce qui a permis de repositionner chaque site dans son environnement géologique.

Les calcaires du Secondaire

29L’urgonien : il s’agit d’un calcaire blanc très dur, qui forme le défilé de Donzère, le massif du Moulon à Roussas et le rocher de Pierrelatte. Il donne une excellente chaux et peut être taillé sous la forme de moellons pour les constructions. Scié et poli, il a un aspect marmoréen, mais cette utilisation n’est pas attestée dans l’Antiquité.

Les calcaires tertiaires

30Les calcaires miocènes : le plus connu est le calcaire molassique de Saint-Paul-Trois-Châteaux, mieux connu sous le nom de pierre du Midi. Les exploitations antiques de Saint-Paul-Trois-Châteaux sont les carrières les plus septentrionales actuellement connues. Ce calcaire peut donner une bonne chaux, mais il est surtout apprécié pour sa facilité de travail. Il se sculpte facilement. L’utilisation de ce type de matériaux est attestée à Lyon et à Vienne depuis la période augustéenne. Au nord du plateau, à Bois Redon, J.-J. Dufraigne a identifié une carrière à ciel ouvert datée du Haut Empire (Dufraigne 1998). Dans un faciès plus gréseux, il est attesté comme pierre meulière dans le Vaucluse, sur l’oppidum de Barry, à l’ouest du château médiéval.

Les galets

31Ils proviennent de la terrasse villafranchienne du Rhône. Ils sont utilisés comme radiers ou comme sols (calades), comme matériau de remplissage de drains ou encore comme moellons.

Les graviers

32La plupart peuvent être extraits de la moyenne terrasse du Rhône (Riss). Leur utilisation est attestée dans la constitution de sols et de mortiers, bétons, etc.

Les sables

33On peut les extraire dans les terrasses récentes du Rhône ou dans les niveaux burdigaliens de Saint-Paul-Trois-Châteaux.

Les argiles

34Ce sont les argiles pliocènes (marnes plaisanciennes) qui sont le mieux adaptées à la production des céramiques. Elles ont été exploitées à Bollène, au Logis de Berre, à Roussas et à Saint-Paul-Trois-Châteaux.

La calcite

35Elle est exploitable en filons dans le kartz du défilé de Donzère. Elle est utilisée comme dégraissant dans la fabrication des tuiles, des briques et des dolia.

Le minerai de fer

36Il est présent à Roussas où il a été exploité durant l’Antiquité (site n° 57, fig. 41). Il se trouve au contact du Crétacé et de l’Éocène sous la forme de nodules ferrugineux. De nombreux sites prospectés ou fouillés ont livré des traces de minerais à l’état brut, alors qu’ils étaient en dehors de la zone d’affleurement géologique.

Les roches volcaniques

37Les gisements les plus proches de ce type de matériaux se trouvent en Ardèche, dans le massif du Coiron. Le basalte est traditionnellement utilisé pour la fabrication des meules. Mis à part les meules et quelques galets du Rhône, utilisés comme tels dans des constructions, un seul cas d’utilisation de matériaux volcaniques est attesté dans le secteur étudié : sur le site du Molard, à Donzère (site n° 15, fig. 41), de la pouzzolane est mêlée à de la chaux pour la constitution d’un terrazzo.

1.2. Cadre historique

38Cette présentation n’est qu’une synthèse rapide, plus largement développée dans le chapitre suivant (Cf. G. Chouquer, chapitre 2).

1.2.1. Le Tricastin avant la conquête

39Par hypothèse, nous admettons que le secteur étudié est situé dans la zone d’influence des Tricastins. Ces derniers étaient implantés dans la moyenne vallée du Rhône, antérieurement à Bellovèse, celte mythique dont le passage est attesté dans le sud de la France, par les auteurs antiques (Tite-Live 5, 34, 5). L’ethnonyme Tricastin est considéré comme étant d’origine celtique, ce qui laisse penser que ce peuple appartenait à une vague antérieure à l’expansion citée par les historiens.

40Plusieurs auteurs antiques ont évoqué les Tricastins : Tite-Live, 5, 34, 5 et 21, 31, 9 ; Pline l’Ancien, N.H., 3, 36 ; Silius Italicus, Punica, 3, v. 466 sq. ; Ptolémée, 2, 10, 7 ; Ammien Marcellin, 15, 10, 11 (Barruol 1969, 247). Malgré la relative abondance des sources, il est difficile de cerner les limites politiques des Tricastins. C. Boisse (Boisse 1968) et G. Barruol (Barruol 1969) ont abordé ce problème sans parvenir aux mêmes conclusions. Toutefois l’un et l’autre attribuent la ligne des coteaux de la Garde-Adhémar aux Tricastins. En revanche, leurs avis divergent sur les occupants de la plaine de Pierrelatte : C. Boisse considère ce secteur comme tricastin ; G. Barruol le restitue aux Cavares qui posséderaient ainsi une bande continue de terrains le long du fleuve, du sud d’Orange à Montélimar. L’étude du problème général des frontières du Tricastin a été reprise par G. Chouquer (Chouquer 1983). A la lecture des fragments du cadastre B d’Orange, où la mention « rendue aux Tricastins » n’apparaît qu’à l’est du cardo maximus et au nord du decumanus maximus, G. Chouquer propose une nouvelle interprétation. Selon lui, la région à l’ouest du cardo maximus appartenait anciennement aux Tricastins, mais le territoire leur fut enlevé pour mettre en place de nouvelles assignations pour les colons d’Orange. Depuis sa position a évolué (cf. chapitre 2).

41La difficulté de cet exercice de géographie historique est peut-être due en partie à la recherche d’une vision trop « moderne » du territoire et entachée d’un a priori sur les États-nations et, d’autre part, à la longue chronologie envisagée. Peut-on imaginer une fixité des confins sur plusieurs siècles dans la vallée du Rhône, sachant que le fleuve est mouvant et que d’important mouvements de populations et d’armées ont eu lieu ?

42Malgré tout, par défaut, et en reprenant les hypothèses de G. Barruol, nous considérerons que la zone d’influence de ce petit peuple occupait :

  • au nord, la plaine de Montélimar, aux confins de la cité de Valence, avec les oppida de Pont-de-Barret et Eyzahut (Drôme) (fig. 7) ;

    • 3 Sur l’oppidum de Saint Saturnin et dans les grottes de Donzère, des niveaux d’occupation du Ve sièc (...)
    • 4 L’oppidum du Moulon est constitué par cinq enceintes concentriques délimitant une surface d’environ (...)

    dans la partie centrale, les sites perchés de Saint Saturnin (Donzère)3, le Moulon (Roussas)4 et l’oppidum de Barry, capitale du peuple (fig. 7) ;

  • sur les marges, à l’est, les oppida de la Roche-Saint-Secret et du Pègue sont attribués aux Voconces, mais Suze-La-Rousse, Chamaret, Curnier (Montségur-sur- Lauzon), le Château (Grignan) et Beauregard (Grignan) sont tricastins (fig. 7).

43Dans ce cadre territorial flou, l’archéologie nous permet de connaître quelques sites du premier âge du Fer (fig. 7). À Saint-Paul-Trois-Châteaux, dans ce qui deviendra la capitale de la cité antique, la découverte, en 1987, du site de L’Esplan permet d’attester une occupation dans le courant du VIe avant notre ère (Odiot, Bel et Bois 1992). A proximité, le dossier comprend aussi une tombe du VIe siècle avant notre ère à Saint Pierre de Sénos au pied de l’oppidum de Barry (84). Non loin, sur la commune de Bollène, le site des Ponsardes, difficile à interpréter, découvert lors des travaux du TGV-Méditerranée est contemporain (Toledo i Mur 2002). Le corpus des sites de cette période est donc bien restreint et indique plus l’absence de recherche systématique que l’absence d’occupations.

Fig. 7 - Occupation protohistorique.

44Pour la période précédant la conquête, les informations ne sont guère plus abondantes. Les textes mentionnent peut-être Barry où G. Barruol (1972) voit l’emplacement d’Aeria, mentionnée par Apollodore au IIe siècle av. J.-C. (Chroniques, IV, frgt. 24). Strabon situe en effet cette ville « aérienne » en pays cavare, sur une montagne dominant la vallée du Rhône (Géographie, IV, 1,11) et Pline mentionne son statut d’oppidum de droit latin à l’époque d’Auguste (III, 36), en même temps que celui d’Augusta Tricastinorum.

  • 5 Découvert en 1848, il pèse 49 kg et a été déposé au Musée Calvet en 1853 : CIL XII, 5700 ; Laubenhe (...)

45Quel que soit son nom antique, l’oppidum de Barry apparaît comme l’un des sites majeurs du Sud-Est de la France (Odiot 1991) (fig. 7). Il est situé en limite sud-ouest du territoire attribué aux Tricastins durant la période gallo-romaine. Implanté sur le rebord méridional du massif de Saint-Restitut, qui domine la plaine de Pierrelatte, il contrôle l’accès vers l’intérieur des terres par les vallées du Lez et du Lauzon. La grande superficie de Barry (44 ha), le plan de ses remparts, renvoient aux modèles du nord de la France plutôt qu’à ceux du Midi. L’étude de 500 monnaies trouvées sur le site et provenant d’une collection privée aujourd’hui disparue, montre la place prépondérante de Marseille dans le numéraire local (Gentric 1981). Les émissions de Gallia Comata sont aussi représentées, en particulier celles des peuples situés en direction du Val-de-Loire (Arvernes, Bituriges, Turons). Cette présence de numéraire septentrional est peut-être en rapport avec la circulation de certaines marchandises comme l’étain. La découverte sur le site d’un lingot en plomb estampillé SEGUSIAVIC5 confirme l’importance commerciale de l’oppidum. On peut se demander dans quelle mesure ce site n’a pas joué un rôle important dans la circulation des céramiques et amphores italiques en direction du Massif Central et dans l’acheminement des produits de retour : en effet, face à Barry, sur la rive droite du Rhône, des prospections ont mis en évidence l’existence d’un site de l’âge du Fer : Saint-Just-d'Ardèche, les Plantades, qui a livré plusieurs centaines de tessons de céramique campanienne, et un lot abondant d’amphores italiques (Odiot 1992). A 5,5 km au nord de ce site de confluence entre Rhône et Ardèche, l’oppidum de Saint Étienne de Dion (Saint-Marcel-d'Ardèche) répond, sur la rive droite du fleuve, au site de Barry.

46Parmi les autres villes mentionnées par les sources écrites, il faut évoquer Durio, ville cavare (Strabon IV, 1, 11). On la situe généralement sur le plateau de Géry, à Montélimar, mais les prospections n’ont pas permis de confirmer cette hypothèse. Toutefois, sur la partie sommitale de la colline, le château des Adhémar empêche toute possibilité de lecture du sol. Au pied de cette colline, on notera cependant qu’un important lot de céramiques campaniennes a été découvert dans le centre de la ville (collection Lambert). Durio, comme Novem Craris plus au sud et Senomago, au pied de Barry, seraient alors à considérer comme des habitats de plaine. Durio prendrait ensuite le nom d’Acusio : elle est mentionnée comme colonia par Ptolémée (2, 10, 8). Le statut de colonie n’est cependant attesté par aucun autre texte. Le nom d’Acusio apparaît sous les formes Acuno ou Acunum dans les itinéraires antiques.

47Cet inventaire rapide des sites de hauteur ne doit pas masquer notre méconnaissance des sites de plaine (fig. 7). Outre le site de Senomago au pied de l’oppidum de Barry et de Durio, peut-être lui aussi au pied d’un oppidum, un seul site de plaine important est connu.

48Le Logis de Berre, sur la commune des Granges-Gontardes (26), a fait l’objet de multiples campagnes de fouilles dirigées par l’abbé Boisse et C. Boisse. Les données n’ont cependant pas fait l’objet d’une publication synthétique. Une occupation de la fin du premier âge du Fer (amphore massaliote, céramique attique, céramique « grise monochrome », pseudo-ionienne) et de la fin du second âge du Fer (monnaies celtiques et massaliotes) est attestée. L’occupation du site se poursuivrait ensuite et le site du Logis de Berre apparaît dans les itinéraires antiques sous le nom de Novem Craris (mutatio).

49Les sites de plaine, outre ceux situés au pied des oppida, restent rares, mais l ‘ opération archéologique préalable à la construction du TGV Méditerranée a légèrement complété le corpus. A Pierrelatte, au lieu-dit Pignedores, une observation lors de sondages montre l’existence, à 1,70 m de profondeur, d’un niveau livrant de la céramique commune non tournée et un fond de céramique campanienne à palmette (fig. 7). Plus au sud, aux Brassières, sur la commune de Mondragon, Ch. Vermeulen a identifié un habitat du second âge du Fer protégé de palissades, qui suggère l’existence des fermes indigènes dans la plaine (Vermeulen 1997a ; Vermeulen 2002) (fig. 7). Ici encore, l’abondance des biais taphonomiques rend difficile la lecture d’un paysage protohistorique.

1.2.2. Le transfert des capitales

La capitale primitive

50L’approche historique et la densité des vestiges rencontrés sur l’oppidum de Barry permettent de lui attribuer le statut de capitale primitive des Tricastins. Quatre noms sont associés à cette fonction : tout d’abord Senomago, Aeria, Noiomagos, puis Augusta Tricastinorum, l’ultime développement de cet ensemble (Barruol 1972). Nous aurions ainsi un site de hauteur et un site de plaine (Senomagos), Saint Pierre de Sénos. La continuité de l’occupation du site après la conquête, l’abondance des découvertes épigraphiques et monétaires pour le Haut-Empire montrent l’importance de cet habitat groupé qui continue d’être occupé même après la création d’Augusta Tricastinorum.

La capitale gallo-romaine

51Au début de la période augustéenne, le centre politique des Tricastins se déplace. La cité (Augusta Tricastinorum, Saint-Paul-Trois-Châteaux), ne semble pas être une création ex nihilo, car quelques indices attestent une occupation antérieure (Odiot, Bel et Bois 1992 : 23). Elle est dotée à la période augustéenne d’un rempart délimitant une superficie de 40 ha. Les diverses inscriptions découvertes sur la commune de Saint-Paul-Trois-Châteaux et les nécropoles l’entourant montrent l’importance de la vie économique de la cité des Tricastins durant le Haut-Empire. Ainsi, pendant cette période, les campagnes avoisinantes révèlent aussi une plus grande densité d’occupation (Odiot, Bel et Bois 1992).

1.3. Structuration du paysage avant la conquête

52Le transect réalisé lors de l’opération TGV Méditerranée n’a pas permis de compléter notre lecture du paysage avant la mise en place du réseau centurié. Dans la plaine de Pierrelatte, aucune trace archéologiquement observable d’agriculture ou d’aménagement du terroir, sous la forme de limites parcellaires, n’a été repérée. Toutefois, les rares sites découverts montrent la présence d’habitats dispersés et donc une forme d’occupation de la plaine. Cette absence de témoins archéologiques factuels n’est pas en soi révélatrice d’une absence de mise en valeur ou d’exploitation. Dans la mesure où les piémonts et les reliefs ont fait l’objet de peu d’opérations archéologiques, le territoire agricole exploité avant la conquête n’est pas plus connu. Il ne faut donc pas utiliser l’absence de traces de mise en valeur de la plaine pour reléguer le territoire des Tricastins sur les collines et exploiter ainsi les données des marbres d’Orange au-delà de l’information livrée (cf. Chouquer chapitre 2). De même, cette absence n’est pas plus un argument pour attribuer aux Cavares la plaine de Pierrelatte. En effet, ce raisonnement circulaire n’explique pas mieux l’absence de traces de mise en valeur agricole antérieures à la période augustéenne. Les réseaux viaires désormais bien connus (cf. Jung chapitre 3), la présence de petits habitats intercalaires (fermes indigènes ?), quelques ensembles funéraires montrent surtout que les méthodes d’approche de ce territoire n’ont pas été adaptées à l’objet de la recherche. C’est tout un pan de l’histoire agraire qu’il reste à écrire dans ce secteur, sans a priori, en questionnant de nouveau le terrain.

Notes

1 Les traitements d’images ont été effectués à partir de scènes Landsat Thematic Mapper. L’imagerie Landsat TM présente l’avantage d’avoir 7 bandes spectrales différentes : 3 dans le visible (TM1 à 3), 1 dans le proche infrarouge (TM4), 2 dans le moyen infrarouge (TM5 et 7) et 1 dans le moyen infrarouge thermique (TM 6). Ces canaux permettent de travailler sur l’identification des types de végétation, des types de sol ou de la teneur en eau des sols, mais la résolution spatiale est seulement de 30 m.
Le travail de télédétection a été mené dans le cadre d’une ATP coordonnée par François Favory sur les apports de la télédétection à l’archéologie. L’équipe était constituée par Jean-François Berger, Gérard Chouquer, François Favory, Cécile Jung, Thierry Odiot, Sander van der Leeuw. Les traitements d’image ont été effectués par Ibtissem Tounsi au laboratoire Géosystèmes, URA 1518 du CNRS (Brest).

2 Une 7ème unité est référencée sur la figure : il s’agit de hautes terrasses et plateaux calcaires à placages lœssiques. Ces dernières ne concernent pas la plaine du Tricastin, mais les reliefs ardéchois situés de l’autre côté du Rhône.

3 Sur l’oppidum de Saint Saturnin et dans les grottes de Donzère, des niveaux d’occupation du Ve siècle av. n. è. ont été observés dans le défilé de Donzère (grotte de la Chauve-Souris en particulier) (Vital 1990). Ces grottes sont dominées par le site de hauteur fortifié « en appui sur à-pic » de Saint Saturnin qui a livré en prospection des tessons d’amphores italiques. Cet oppidum dont l’enceinte de pierre sèche est fermée à l’est par une levée de terre percée d’une porte, couvre une superficie de 10 ha.

4 L’oppidum du Moulon est constitué par cinq enceintes concentriques délimitant une surface d’environ 40 ha (Sergent 2009). Bien que, par sa typologie, il se rapproche des enceintes de Gaule méridionale, sa surface maximale, au moment de l’utilisation de la plus grande enceinte, est nettement supérieure aux plus grands sites de ce type. L’occupation du site est mal datée : seules quelques céramiques évoquent le tout début de l’âge du Fer. Mais des séries céramiques ont permis à F. Sergent (Sergent 1998 : 80-81) d’attester une occupation durant la période républicaine (Campanienne) et aux second et troisième siècles de notre ère).

5 Découvert en 1848, il pèse 49 kg et a été déposé au Musée Calvet en 1853 : CIL XII, 5700 ; Laubenheimer 1973 : 128-129, 193, 197-198 ; Espérandieu 1899 : 266, n° 255.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Cadre général de la moyenne vallée du Rhône.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2832/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 2 - Cadre du projet du système d’information géographique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2832/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende Fig. 3 - Localisation de la zone étudiée sur la carte de Cassini (Cassini 1779, archives IGN).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2832/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 4 - Confrontation des données archéologiques avec celles de la carte géologique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2832/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 5 - Carte pédologique du secteur Allan-Châteauneuf-du-Rhône.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2832/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 6 -a : Spatialisation des unités morphopédologiques de la basse plaine alluviale du Tricastin d'après la composition colorée de l'image Landsat TM du 23-03-94, canaux 5-4-3.b : Impact de l'évolution géomorphologique sur la conservation des parcellaires historiques et des gisements archéologiques dans la plaine du Tricastin.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2832/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Légende Fig. 7 - Occupation protohistorique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2832/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 441k

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540