Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Tricastin romain : évolution d'un paysage centurié

 | 
François Favory

Avertissement

Thierry Odiot et Pascale Sarazin

Texte intégral

Cadastre B - Détails de la plaque IV D, fragments 206 et 209 (Piganiol 1962, p. 242-243, fig. 27) et de la plaque III F, fragment 175 (Piganiol 1962, p. 208-209, fig. 24).

1Tout semble avoir été écrit sur les documents cadastraux de la centuriation B d’Orange depuis leur publication par André Piganiol (Piganiol 1962). Le but de cet ouvrage est de présenter les avancées des équipes qui ont travaillé sur cet objet archéologique pendant les dernières décennies. Grâce aux acquis technologiques de l’archéologie, différentes approches ont été testées et utilisées. Il est donc normal, à la suite de ces expériences et avec l’exploitation d’un SIG, que les données aient été retravaillées avec cet outil.

2Il convient tout d’abord de repartir de l’ouvrage fondateur d’André Piganiol, qui garde toute sa pertinence et que nous avons souhaité reprendre. En effet, dans la littérature postérieure apparaît un certain nombre de contradictions sur la localisation de telle ou telle centurie, ou tel ou tel type de sols. Une partie de ces discordances s’explique parfois par des erreurs d’ordre typographique, dans l’ouvrage d’André Piganiol, qui rendent parfois difficile l’identification des centuries. Sans vouloir être exhaustifs, nous tenons à signaler les cas suivants :

  • p. 162, le fragment 110 où apparaît deux fois la centurie DD VII CK V avec des informations contradictoires : toutefois la centurie fautive ne comporte pas d’indication sur le statut des terres.

  • De même, p. 165, le fragment 115 où la centurie DD VI CK XII est mentionnée une première fois avec raison, mais, à la seconde mention, il faut restituer DD V CK XII, dont le statut des terres est identique.

  • p. 170, le fragment 120, où il faut lire DD XI CK XI au lieu de DD XII CK XI, dont le statut des terres est identique.

  • p. 186, le fragment 141 où apparaît deux fois la centurie DD XXI CK XIV : il faut lire en premier lieu DD XXI CK XIII.

  • p. 209, le fragment 175, où il faut lire, dans un premier temps, centuries SD I VK VII et DD I VK VII (et non VK VIII). Dès lors, c’est la mention de cette centurie à la p. 248 (fragment 209), qui est fondée.

  • Notons aussi que DD I VK VII apparaît aussi dans le fragment 208, la centurie concernée est à cheval sur les deux plaques.

  • p. 213, le fragment 176 où, à propos de la centurie DD IV VK VI, il faut lire le nom de l’adjudicataire Firminus qui est mentionné aussi en DD II VK IV (page 212, fragment 175), et non pas en DD II VK II.

  • p. 231, le fragment 194, où il convient de lire DD XVII VK I au lieu de DD XVII VK II, ce qui ne change pas le statut des terres.

  • DD XVI CK I est présent dans les fragments 192, p. 228, et 196, p. 232. Il s’agit bien de la même centurie, à cheval sur la jonction de deux plaques : nous l’avons éliminée du tableau (fig. 55) pour le fragment 192.

  • p. 209, fragment 175, tout comme p. 245, fragment 206, est mentionnée la centurie SD I VK VII : cette centurie est à cheval sur les deux plaques, et elle est une des rares centuries à comporter quatre locataires dont le nom est connu.

  • p. 244, fragment 206, où il faut lire SD II VK VIII au lieu de SD II VK IX.

  • Enfin il convient d’insister, plus encore que ne le fait André Piganiol, sur les centuries du fragment 209, p. 247-248, fig. 27. En effet, dans les coordonnées géographiques, on trouve d’est en ouest (de bas en haut) deux lignes de centuries marquées : SD II VK IX notées successivement VK VIIII et VK IX. Si l’on suit la logique de numérotation des centuries, on devrait lire : SD I VK VIIII SVB, puis, sur la rangée suivante, SD II VK X. André Piganiol signale ici la présence de subsécives (ce qui expliquerait que les centuries n’ont pas la dimension normale). On peut aussi imaginer une erreur de numérotation du graveur.

3Cette énumération fastidieuse est essentielle si l’on veut à la fois utiliser les données d’André Piganiol et aller plus avant dans l’analyse des documents épigraphiques.

4Tout aussi importante est la localisation géographique des fragments concernés et la restitution du réseau. Le Centre de recherche d’histoire ancienne de Besançon, à la fin des années 70 et au début des années 80, a essayé de rationaliser et d’objectiver la recherche sur les cadastres antiques. Daniel Charraut, Gérard Chouquer, Monique Clavel-Lévêque et François Favory ont mis au point et appliqué à de multiples territoires, la méthode de filtrage optique des photographies aériennes de l’IGN. En ce qui concerne la centuriation B d’Orange, Gérard Chouquer a réussi, à partir des travaux d’André Piganiol, à caler géographiquement la grille des limites théoriques de la centuriation et, avec l’aide de l’IGN, a procédé, en 1990, à l’impression en noir et blanc, à 1/25 000, de 28 cartes comportant l’extension de cette grille sur un fond de carte IGN (1964-1971).

5Bien avant l’impression de ces cartes, mais ensuite avec leur concours, une prospection au sol s’est déroulée de façon régulière de 1983 à 1992 avec, chaque année, une opération lourde, d’une durée d’une semaine, dans le cadre de projets d’action éducative (Ministère de l’éducation nationale, collèges d’Aubenas et de Villefranche-sur-Saône). Cette prospection s’est effectuée sur un front de 150 m, avec un maillage de 5 m en terrain découvert et un maillage de 10 m en terrain boisé. Au total, 5 900 ha ont été couverts. Le matériel, après lavage et marquage, a été étudié (tri, comptage, propositions de datation). Sur chaque site repéré, le ramassage s’est effectué, par carrés de 5 x 5 m, dans le but de fournir, le cas échéant, une image relative de son organisation. L’enregistrement des données était basé sur l’utilisation des fiches/dossiers mises au point au sein de l’équipe des programmes H 11, puis H 13, de la sous-direction de l’archéologie du ministère de la Culture, « Occupation des sols à l’époque romaine en Narbonnaise ».

6Parallèlement, échelonnée sur huit années (de 1985 à 1993), une prospection aérienne s’est déroulée de façon systématique à partir de l’aérodrome de Pierrelatte. Louis Monguilan a eu la gentillesse de former Thierry Odiot aux rudiments de la prise de vue oblique. Le territoire étudié a été découpé selon un maillage de 300 m. Le plan de vol ainsi conçu permettait de passer deux fois sur le même axe. Les vols se sont effectués à toutes les saisons, afin de profiter des différentes possibilités de lecture dues aux changements thermiques et hydrométriques. Chaque site ou structure de parcellaire étant ensuite reporté sur les assemblages cadastraux à 1/5 000, puis reporté sur la carte IGN à 1/25 000. Toutes les traces notées ont ensuite été vérifiées au sol. Près de 500 clichés ont été pris et ont permis de compléter des plans de sites et de révéler la présence du réseau B d’Orange, tant dans ses kardines et decumani que dans ses limites internes.

7Nous avons choisi de transférer les informations disponibles sur un système d’information géographique (SIG) pour publier les clichés marquant la centuriation tout en restituant leur géolocalisation, ainsi que pour l’élaboration ou la reprise de certaines illustrations de l’ouvrage. Cet outil a permis d’homogénéiser le système de coordonnées des plans présentés dans l’ouvrage, c’est-à-dire le système Lambert III. Dans ce but, grâce à l’aide des services régionaux de l’archéologie de Provence-Alpes-Côte d’Azur et de Rhône-Alpes (que nous tenons vivement à remercier), des données permettant de construire un SIG ont été disponibles dès l’origine du projet.

  • 1 UMR 8167 Orient et Méditerranée - Monde byzantin, chercheur invité.

8Un atlas interactif réalisé par M. Ben Jeddou1 et Pascale Sarazin présente les nouvelles couches du SIG. Il est consultable en ligne à l’adresse : http://tricastin-romain.univ-fcomte.fr.

9Le cadre d’étude du SIG présenté couvre une superficie de 4 000 km 2 répartis sur quatre départements, à la jonction de trois régions administratives. Les données n’étant pas homogènes sur l’ensemble de la zone d’étude, plusieurs cadres de réflexion ont été adoptés pour des présentations à différentes échelles.

10Les lignes de la grille « théorique » de la limitatio ont été repositionnées sur le SIG. Cette grille est orientée à N. 3, 40° Est (nord géographique Lambert) et les centuries ont une dimension de 707,70 mètres. La méthode informatique utilisée s’appuie sur le SCAN25 de l’IGN et consiste à reporter le plus rigoureusement possible plusieurs axes imprimés sur chaque feuille des cartes IGN à 1/25 000, puis à tester les séquences horizontales et verticales d’un maillage de plus en plus fin. Les polygones, conformes à la grille de la centuriation B d’Orange, forment des centuries qui ont des attributs se rapportant aux lignes « décumanes » et « cardinales » comme sur les fragments de marbre retrouvés : la zone au nord du decumanus maximus est appelée dextra decumanum et notée DD, et celle au sud sinistra decumanum, notée SD. La zone à l’ouest du cardo maximus est appelée ultra kardinem, notée VK, et la zone à l’est est appelée citra kardinem, notée CK). Cette méthode a permis de vérifier la cohésion entre les feuilles et la grille proposée dans les illustrations est fidèle à la grille théorique qui fut utilisée tout au long de la réflexion. Chaque polygone représentant les centuries a été renseigné par de multiples attributs concernant les statuts des terres selon la relecture de l’ouvrage d’André Piganiol réalisé par Thierry Odiot entre les années 1980 et 2000 (cf. Odiot 1993, 1994a et 1994 b).

11La carte des sols correspond à une classification de la carte pédologique décrite intégralement dans le chapitre IV.

12La carte des sites archéologiques présentée ici est le fruit d’une dizaine d’années de recherches dans le cadre du programme de recherche H13, puis H11 du ministère de la Culture : Occupation des sols à la période romaine en Tricastin. Elle a été conçue comme un instrument permettant d’aborder le problème de l’organisation du milieu rural durant le Haut Empire. Plus tard, au sein du programme Archeomedes (1992-1994), les sites ont été vérifiés sur le terrain, les datations affinées et certains secteurs complétés. Le tracé des voies de communication correspond au travail de publication de Cécile Jung réalisé à partir de la carte de l’État-Major de 1906 et récemment revu sur la base de la carte à 1/25 000 de l’IGN (Jung 1999).

13En intégrant des données analogiques disponibles dispersées comme l’emplacement des lieux visibles sur les photographies aériennes, le SIG a permis de reprendre le raisonnement d’anciens travaux de recherche. Cet outil existe maintenant comme un système de gestion de base de données spatialisée, réalisé par Pascale Sarazin sous ArcGIS (CEPAM, UMR 7264, Nice). Il sera remis, lors de la publication, à chacun des SRA concernés et mis à la disposition des chercheurs.

Notes

1 UMR 8167 Orient et Méditerranée - Monde byzantin, chercheur invité.

Table des illustrations

Légende Cadastre B - Détails de la plaque IV D, fragments 206 et 209 (Piganiol 1962, p. 242-243, fig. 27) et de la plaque III F, fragment 175 (Piganiol 1962, p. 208-209, fig. 24).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2831/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 644k

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540