Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Tricastin romain : évolution d'un paysage centurié

 | 
François Favory

Préface

François Favory

Texte intégral

1Cette monographie sur le Tricastin romain, structuré par la centuriation renseignée par le cadastre B affiché à Orange (Vaucluse), capitale de la colonie romaine, Colonia Iulia Firma Secundanorum Arausio, prend place dans une longue série de publications, ouvrages et articles de revue, consacrées à la géographie historique de cette région de la moyenne vallée du Rhône et de son peuple antique, les Tricastins, et à la centuriation B qui embrasse leur territoire de ses limites à partir de l’époque triumvirale.

  • 1 Understanding natural and anthropogenic causes of soil degradation and desertification in the medit (...)

2L’ouvrage est en chantier depuis la fin du programme européen Archaeomedes I (1992-1994)1, qui a permis à un collectif d’archéologues et d’historiens d’enquêter sur le fonctionnement de la centuriation B attestée par les fragments de marbre retrouvés à Orange et identifiée au sol depuis l’ouvrage pionnier d’André Piganiol (Piganiol 1962) et depuis l’étude, non moins pionnière, de Gérard Chouquer qui en a publié la cartographie complète (Chouquer 1983). L’étude de la centuriation B a mobilisé par ailleurs des historiens (Oliver 1966 ; Boisse 1968 ; Pelletier 1976 ; Salviat 1977 ; 1985 ; 1986 ; Bois 1993 ; Ode 1995a et 1996), des épigraphistes (Chastagnol 1995 ; Christol et al. 1998 ; Christol 1999 ; Saumagne 1965 ; Arnaud 2003 ; Christol 2006 ; Christol 2010), des archéologues (Bel et Benoit 1986 ; Leyraud et Meffre 1989 ; Bel et Odiot 1993 ; Meffre 1993 ; Bellet et al. 1994 ; Boissinot 1997 ; 2001 ; Boissinot et Roger 2003 ; les travaux de C. Jung) et des géoarchéologues (Poupet 1994 ; Berger 2000 ; 2003 ; Berger et al. 1997a et b ; Berger et Jung 1996 ; Berger et Jung dir. 1999), des prospecteurs aériens (Monguilan 1983 ; 1994), des archéomorphologues et des archéogéographes (Chouquer 1983 ; 1994 ; Bel et Benoit 1986 ; Chartier 1996 ; Jung 1999 ; 2003 ; 2009), des géographes et des géomaticiens (Meffre et Ballais 1996 ; Tounsi et al. 1997).

3Il avait été décidé, à l’issue du programme Archaeomedes I, de publier in extenso le rapport consacré au Tricastin romain, au fonctionnement et à l’évolution des limites de la centuriation B, du parcellaire isocline avec ces limites, ses limites, ses systèmes de drainage et d’irrigation, les sols structurés par le réseau des limites antiques et leur usage dans les contrats de location proposés par la colonie d’Orange sur les terrains relevant de son autorité et attestés par les inscriptions du cadastre B (van der Leeuw 1995 : ch. 12 à 15, 215-296). Après le programme Archaeomedes I, le travail d’enquête a bénéficié d’une intensification de la recherche dans le cadre du doctorat de Cécile Jung, soutenue brillamment à l’université de Tours, en 1999 (Jung 1999). Cette thèse consacrée à la morphogenèse, aux fonctions et à l’évolution de la centuriation B d’Orange et à un essai de restitution diachronique des paléopaysages du Tricastin (Drôme-Vaucluse), a pu tenir compte des diagnostics, sondages et fouilles réalisés dans le cadre de l’opération archéologique de grande ampleur conduite de 1996 à 1998, le long du tracé de la ligne ferroviaire à grande vitesse Méditerranée (Ferdière, Bel, Leveau dir. 2001 ; Collectif 2002). Durant cette opération spectaculaire, Cécile Jung a formé avec Jean-François Berger, géoarchéologue, un groupe d’intervention réputé sur la thématique des fossés (Berger et Jung 1996 ; Berger et Jung dir. 1999). Ce fut l’occasion de conduire des investigations approfondies sur l’aménagement des fossés inscrits dans la trame centuriale et d’esquisser une histoire de l’évolution d’un paysage sous influence. Cécile Jung trouve ainsi, dans cet ouvrage, un espace éditorial qui rend justice à son travail inédit dont certains résultats ont déjà été présentés ailleurs (Jung et Odiot 1999 ; Jung, Odiot et al. 2001 ; Jung 2001 ; Jung 2003 ; Jung 2009).

4Cet ouvrage est un hommage posthume au travail érudit, fondateur et innovant, d’André Piganiol qui a pu, avec le concours du chanoine Joseph Sautel, décédé en 1955, et auquel il a dédié son ouvrage de 1962, démêler les énigmes des premiers fragments épigraphiques du dossier cadastral d’Orange, connus et étudiés depuis 1856, grâce aux découvertes archéologiques réalisées dans le sous-sol d’Orange dans les années 1949 à 1955.

5Il est un hommage à tous les chercheurs qui ont manifesté et continuent de manifester leur intérêt pour ce monument épigraphique et planimétrique exceptionnel. Leurs noms ont déjà été donnés plus haut et apparaissent dans la bibliographie donnée en fin d’ouvrage.

6Il est un hommage à l’action résolue de Sander van der Leeuw, alors professeur à l’université de Cambridge, qui a inscrit l’étude du Tricastin romain comme un dossier majeur du programme Archaeomedes I.

7Je profite de la place qui m’a été assignée par le collectif des chercheurs dans la coordination de cet ouvrage pour rendre un hommage appuyé et amical à l’équipe qui n’a cessé, depuis les années 80, de déployer son activité archéologique et archéogéographique sur le Tricastin romain et médiéval. Thierry Odiot a su mobiliser de jeunes chercheurs et leur transmettre la passion qui est un des ressorts les plus féconds pour mener à bien une recherche. Thierry Odiot a su, aussi, solliciter le concours des chercheurs du Centre de recherches d’Histoire ancienne de l’université de Besançon et impliquer Gérard Chouquer dans l’étude des centuriations renseignées par les documents cadastraux d’Orange. Depuis, Gérard Chouquer n’a jamais cessé d’interroger les documents épigraphiques archivés à Orange et de tenter de leur donner une assise géographique, contribuant ainsi à donner une ampleur territoriale inédite à la centuriation B comme à la centuriation A, à cheval sur le territoire de la colonie romaine d’Arles et sur celui de plusieurs oppida latina : Avignon, Cavaillon, Glanum, Ugernum.

  • 2 Appel d’offre 1994, projet porté par F. Favory au nom du Centre de recherches archéologiques du CNR (...)

8Cécile Jung a entrepris et conduit à son terme la thèse de doctorat que j’ai évoquée plus haut, et, parallèlement, s’est investie dans l’exploitation des traitements d’images satellitaires réalisés dans le cadre d’un projet soumis par l’équipe dans le cadre du Programme Télédétection du Département SHS du CNRS « Paléo-réseaux, aménagements hydrauliques anciens et niveaux d’humidité de la région de Montélimar » (1995-1996 : Tounsi et al. 19972).

  • 3 Paysages du grand domaine et normes agronomiques de Caton à Pline l’Ancien. Représentations de l’es (...)

9Marie-Pierre Zannier, doctorante à l’université de Franche-Comté lorsque se réalisait le programme Archaeomedes, a accepté, parallèlement à la préparation de sa thèse sur les agronomes latins3, de dépouiller l’Histoire Naturelle de Pline l’Ancien (I er siècle de notre ère) et a constitué un corpus de près de 150 fiches, correspondant à autant d’énoncés dont elle a exploité les informations selon une grille de lecture thématique qu’elle a établie. Ce travail a été appliqué ensuite, partiellement, au De re rustica de Columelle. Cet ouvrage lui donne l’occasion de publier un travail encore inédit qui a servi à l’équipe du Tricastin romain pour établir une typologie agronomique des sols selon la représentation qu’en livrent Columelle et Pline l’Ancien, deux auteurs qui ont vécu durant le siècle où ont été gravés les marbres d’Orange et où ont été pratiqués les tarifs de location des terres publiques de la colonie d’Orange. Cette enquête a permis de confirmer et de prolonger l’approche esquissée par Thierry Odiot dès le début des années 90 (Odiot 1993 ; 1994a ; 1994b).

10Pascale Sarazin a réalisé le Système d’Information Géographique qui a déjà livré des résultats pour illustrer cet ouvrage et qui constitue désormais un outil de recherche incomparable pour les travaux à venir. Elle a en outre, dans le cadre d’un Projet d’Activité Scientifique accordé par l’INRAP, mis en forme et homogénéisé l’illustration de l’ouvrage.

11Benoît Ode a mené un travail de maîtrise sur l’occupation du défilé de Donzère durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, et réalisé des opérations de prospections et de sondages sur plusieurs sites de hauteur de l’Antiquité tardive, en particulier les castra des Ve-VIe siècles de Saint Saturnin à Donzère et de Château Porcher à Châteauneuf-du-Rhône (Ode 1995 a ; Ode 1999 ; Ode et Odiot 2001).

12Il importe de remercier Anaïs Roumegous et Jean-Marc Mignon qui ont accepté, avec générosité, alors même qu’ils avaient la lourde tâche de rédiger la Carte Archéologique du Vaucluse, de nous communiquer leurs notices pour la partie tricastine de ce département. Nous saluons également la généreuse compréhension de Marise Woehl, conservatrice du musée d’Orange, qui nous a accueillis pour une séance de travail dans le lieu où sont conservés et, pour la plupart affichés, les fragments des marbres des trois cadastres identifiés par André Piganiol et le chanoine Joseph Sautel. Ces remerciements ne seraient pas complets sans un hommage appuyé aux conservateurs et aux cellules chargées de la carte archéologique des services régionaux de l’archéologie des régions Provence-Alpes-Côte d’Azur, Rhône-Alpes et Languedoc-Roussillon, qui nous ont offert les couches d’information nécessaires à l’élaboration du système d’information géographique (SIG). Nous tenons aussi à remercier Philippe Thirion †, de la direction régionale des Affaires culturelles de Rhône-Alpes, qui suit le dossier avec attention depuis bien des années. Enfin, nous devons témoigner notre gratitude à l’Association de liaison pour le patrimoine et l’archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne (ALPARA), qui a accepté, sur la recommandation de la conservatrice régionale de l’Archéologie de Rhône-Alpes, Anne Le Bot-Helly, d’accueillir notre ouvrage dans la collection des Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes.

13Comme on l’aura vérifié, cette entreprise scientifique et éditoriale est une bonne illustration de la fécondité du partenariat interinstitutionnel entre acteurs de l’archéologie métropolitaine, puisque cette équipe regroupe deux archéologues du Ministère de la Culture, Benoît Ode et Thierry Odiot, deux archéologues de l’INRAP, Cécile Jung et Pascale Sarazin, un chercheur du CNRS, Gérard Chouquer, une post-doctorante, Marie-Pierre Zannier et un universitaire, moi-même.

14Cet ouvrage complète et synthétise une série de publications rédigées par les membres de notre équipe éditoriale depuis les années 90, voire des travaux encore inédits comme je l’ai déjà signalé. Son objet est l’étude de la centuriation documentée par les fragments du cadastre B qui était affiché, avec deux autres cadastres, dans un bâtiment officiel de la ville coloniale d’Orange partiellement exploré par le chanoine Joseph Sautel (Piganiol 1962, 9-19). Il ne s’agit pas de reprendre le dossier de l’empreinte planimétrique de la centuriation, déjà analysée et publiée par Gérard Chouquer (Chouquer 1983 ; 1994 ; cf. Meffre et Ballais 1996). L’objectif, ici, est de croiser cette information planimétrique avec les vestiges archéologiques révélés par les fouilles effectuées lors des investigations du chantier archéologique du TGV Méditerranée ou à l’occasion de chantiers plus réduits. Cette enquête porte à la fois sur les vestiges de limites, sur le processus de réification des limites établis par les arpenteurs, sur le parcellaire gallo-romain isocline avec ces limites, sur l’articulation entre la centuriation et l’habitat rural. L’objectif est aussi de discuter les hypothèses récentes sur des détails épigraphiques et sur la localisation problématique de certains fragments.

15Dans le prolongement de la synthèse publiée en 2001 (Chouquer, Favory 2001, ch. 11, 217-235), G. Chouquer poursuit sa réflexion sur l’opération ou les opérations d’assignations effectuée dans le cadre de la déduction coloniale décidée par le triumvir Octave et sur l’emprise territoriale de ces assignations qui ont donc, selon son hypothèse, concerné un ensemble de territoire entre Arles et Montélimar, dont ceux des Helviens, des Cavares, des Voconces et des Tricastins, entre Orange et Montélimar.

16En outre, l’ouvrage revient sur le fonctionnement agraire et hydraulique de la centuriation B, envisagé dans la longue durée, dans une approche fortement documentée par les découvertes archéologiques et par les analyses paléo-environnementales. Une attention particulière est portée sur le dossier des locations de terres de la colonie d’Orange, pour lesquelles l’épigraphie du cadastre B livre les superficies mises en location, les tarifs, variables, pratiqués par la colonie et le montant dû par les locataires dont le nom est mentionné (Odiot 1993 ; 1994 ; Berger et al. 1997a ; Favory 2004). Enfin, l’ouvrage synthétise les données sur le système de peuplement de l’espace centurié et son évolution jusqu’au Moyen Âge, parallèlement à l’évolution du système centurié dont on interroge les formes et les facteurs de pérennisation, résilience et de dégradation.

  • 4 Sauf aux yeux d’aventuriers comme Lionel Decramer dont on s’étonne que les publications hasardeuses (...)

17Le débat sur les cadastres affichés à Orange est loin d’être clos, comme viennent de le rappeler Pascal Arnaud (2003) ou Michel Christol (2006). On s’interroge encore sur l’affichage à Orange de trois cadastres couvrant un immense espace, entre Montélimar et Arles, sur l’identité des colons assignés dans cette vaste opération et sur la chronologie des limitations elles-mêmes. Si l’emprise géographique des centuriations A et B ne fait plus problème4, la localisation de la centuriation C continue de susciter des propositions contradictoires. Du moins, la centuriation B est-elle solidement ancrée dans la région du Tricastin : l’archéologie a confirmé les hypothèses archéomorphologiques et contribué à meubler un document cadastral à la fois riche et frustrant. On considérera donc cet ouvrage comme une étape dans une recherche en mouvement.

François Favory
Décembre 2010

Notes

1 Understanding natural and anthropogenic causes of soil degradation and desertification in the mediterranean basin, dirigé par Sander van der Leeuw, professeur à l’Université de Cambridge : Contrat EV5V-0021, au titre de la Direction Générale XII de la Commission des Communautés Européennes — Science, recherche et développement, Programme Environnement (IV. 3 Désertification des régions méditerranéennes).

2 Appel d’offre 1994, projet porté par F. Favory au nom du Centre de recherches archéologiques du CNRS (USR 708 Valbonne), en partenariat avec l’URA 1518 Géosystèmes, Laboratoire d’Analyse spatiale de l’Environnement, université de Brest.

3 Paysages du grand domaine et normes agronomiques de Caton à Pline l’Ancien. Représentations de l’espace et « bonne mesure », Université du Maine, 2007 : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00256683/fr/

4 Sauf aux yeux d’aventuriers comme Lionel Decramer dont on s’étonne que les publications hasardeuses puissent être accueillies dans des revues et ouvrages à comité de lecture (Decramer et al. 2003 ; Decramer, Lapierre 2005 ; Decramer et al. 2006 ; contra, Chouquer 2008, 208-209).

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540