Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Tricastin romain : évolution d'un paysage centurié

 | 
François Favory

Préfaces

Texte intégral

1Ce nouveau volume des DARA consacré au cadastre B d’Orange présente les résultats d’une recherche représentative, par bien des aspects, des profondes mutations que connaît la démarche archéologique.

2Tout commença en 1949 et 1950 lorsque des centaines de fragments de marbre gravés furent mis au jour à Orange. Très rapidement, il apparut que ces débris permettaient de recomposer l’image, gravée sur des plaques de marbre, de trois des réseaux parcellaires — des centuriations — créés par Rome dans la vallée du Rhône. La découverte se révélait exceptionnelle ; si, grâce à leur structure quadrillée très régulière, plusieurs centuriations avaient déjà été détectées en différents points de l’empire, leur fonctionnement demeurait désespérément mal connu. Pour la première fois un document graphique décrivait le détail de la structuration de vastes territoires confisqués aux populations indigènes et remodelés autoritairement. Sur ces tables étaient dessinés le quadrillage et ses divisions parcellaires, les principaux éléments topographiques, ainsi que les coordonnées de chaque carré. Il semblait donc au premier abord — sinon aisé — du moins possible de localiser précisément l’emprise des différents réseaux. En réalité, comme souvent, ce travail d’identification des 450 fragments recueillis se révéla plus ardu que prévu et se poursuit encore de nos jours.

3La première publication, datée de 1962 et qui demeure le socle de toute étude sur le sujet, visait essentiellement à localiser précisément les trois réseaux décrits sur la pierre. Pendant près de 20 ans, les archéologues uniquement armés de leur érudition et de leur enthousiasme ne purent proposer que des améliorations limitées, essentiellement basées sur l’exégèse de quelques fragments. Il faudra attendre la fin des années 80 pour qu’une nouvelle génération de chercheurs, tout aussi enthousiaste mais bénéficiant de plus de moyens et d’une législation plus favorable, puisse progressivement mettre en place une recherche pluridisciplinaire sur le cadastre B qui couvre toute la vallée du Rhône entre Caderousse et Montélimar. C’est ce travail obstiné de près de 20 ans qui est ici présenté.

4Au fil des pages le lecteur se rend compte de la variété des méthodes et des axes de recherches mis en œuvre : L’analyse des informations gravées sur le marbre a évidemment été approfondie, notamment par les chercheurs de l’Université de Franche-Comté qui développent depuis plusieurs décennies une réflexion sur ces réseaux parcellaires.

5Le recensement des sites et des traces de voirie a représenté un volet essentiel de la démarche. Ce travail de longue haleine a été largement soutenu par le ministère de la Culture et par les collectivités territoriales, notamment les conseils généraux de la Drôme et du Vaucluse mais aussi par la Commission européenne qui, par le biais du programme Archéomédès, a financé l’expérience, alors unique, d’une exploitation statistique de cet important corpus grâce à la réalisation d’un SIG.

6Enfin sont intégrés les résultats engrangés par le développement important d’une archéologie préventive mise en place par l’État et pour laquelle les aménageurs furent largement mis à contribution. On citera en particulier l’apport essentiel des fouilles conduites lors de la création de la ligne TGV-Méditerranée. À cette occasion les archéologues étudièrent minutieusement les traces d’habitat mais aussi, pour la première fois à une telle échelle, les marqueurs des évolutions du paysage qu’ils purent corréler avec le cadastre. Nous sommes ici très loin d’une archéologie qui se contenterait d’engranger des informations sans souci de leur exploitation.

7Les auteurs ont ainsi cherché, en croisant leurs différentes approches, à comprendre comment fut concrètement mise en place la centuriation, quelles relations sociales entretinrent les populations aux statuts très différents, enfin quelles conséquences eut cette mise en valeur sur le milieu naturel. Ils ont aussi analysé la dynamique de dégradation de ce quadrillage qui aboutit au modèle d’organisation de l’espace que nous connaissons aujourd’hui. Ils montrent ainsi que, loin de n’être qu’un cadre rigide issu d’un modèle théorique dupliqué aux quatre coins de l’empire romain, la centuriation B d’Orange s’avère avoir été un dispositif d’aménagement et de contrôle de la vallée du Rhône souple et efficace.

8Au final, cette étude détaillée du cadastre B d’Orange se révèle être bien plus qu’un exercice d’érudition ; les auteurs fournissent un outil prévisionnel pour une politique de préservation de nos ressources archéologiques aujourd’hui menacées. Au-delà du plaisir que procurera à tout à chacun la lecture de sujets si variés, ce volume intéressera donc tous les acteurs — services de l’État, collectivités et mêmes aménageurs — impliqués dans le défi qu’est aujourd’hui la conservation de notre patrimoine.

9Pour ce très bel et très utile ouvrage que tous les chercheurs fédérés sous la houlette du Professeur François Favory soient félicités.

Jean-François Carenco,
préfet du Rhône

*

10Découvrir le passé, comprendre l’organisation de sociétés anciennes, faire revivre le mode de vie de nos ancêtres parfois les plus lointains, sont les missions quotidiennes des archéologues et des historiens. Reflet du travail assidu d’un collectif de chercheurs passionnés, le présent ouvrage explore le cadastre antique d’Orange. Un véritable document de référence pour la compréhension et la connaissance du Tricastin romain, construit sur la base de recherches méticuleuses et patientes, accompagnées de moyens techniques de plus en plus performants et menées durant de longues années dans la moyenne vallée du Rhône.

11Située au sud du département de la Drôme, sur la rive gauche du Rhône, la plaine du Tricastin recèle de nombreux vestiges attestant d’une occupation humaine depuis la Préhistoire. Les fouilles, menées lors de la construction de la ligne nouvelle du TGV Méditerranée ou au cours d’explorations programmées, ont révélé une activité importante et la présence d’une cité romaine d’une grande richesse. En atteste l’exceptionnelle collection, labellisée musée de France et présentée au musée d’archéologie tricastine de Saint-Paul-Trois-Châteaux. Objet de l’étude, le cadastre antique d’Orange a été établi en 77 après J.-C et couvre la zone de Montélimar, Grignan, Orange, Bourg-Saint-Andéol. Il représente, avec une grande justesse, outre le parcellaire, des segments du cours du Rhône et de ses principaux affluents, ainsi que les principales voies de communication. Un document insigne, témoin de l’organisation rurale et urbaine mais aussi fiscale de l’époque. Gravé sur des plaques de marbre, des fragments ont été retrouvés à Orange, près du théâtre antique.

12La connaissance de l’histoire du territoire et de ses habitants est une démarche que le Département soutient à travers une politique d’aide à l’édition. Celle-ci s’inscrit dans une volonté d’encourager la recherche et un souhait d’informer les spécialistes comme le grand public. Ces publications permettant d’améliorer les connaissances du territoire, des hommes qui ont vécu et qui par leurs activités ou leur culture ont façonné les paysages qui nous entourent aujourd’hui. A travers le présent ouvrage, archéologues et historiens nous offrent la possibilité de mieux comprendre le milieu où nous vivons et ainsi de mieux le protéger et le mettre en valeur.

13Le caractère exceptionnel de ce cadastre, la qualité des recherches archéologiques et historiques entreprises, méritaient amplement que ces travaux soient publiés. Grâce à l’Association de liaison pour le patrimoine et l’archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne (ALPARA) cette page d’histoire drômoise est aujourd’hui intégrée à une collection réputée pour sa pertinence.

Didier Guillaume,
président du Conseil général de la Drôme,
vice-président du Sénat

Anne-Marie Reme-Pic,
vice-présidente chargée de la Culture et de l’Enseignement supérieur

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540