Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économies, sociétés et espaces en Alpe : la grotte des Balmes à Sollières-Sardières (Savoie)

 | 
Joël Vital
, 
Pierrette Benamour

Chapitre 13. Économie, imprégnation territoriale et corrélats paléoenvironnementaux

Joël Vital

Texte intégral

13.1. Grotte-bergerie et zones d’altitude

1La fonction dominante de la grotte des Balmes en bergerie, au Néolithique final principalement, mais également à l’âge du Bronze, indique que la cavité ne constitue qu’un élément d’un fonctionnement plus complexe. L’abondance et la nature des mobiliers, paradoxales dans ce type de site, laissent entrevoir les différentes origines et échelles géographiques qui ont présidé à leur recrutement et à leur présence. L’ensemble de ces éléments atteste le haut degré de connaissance et de maîtrise des ressources de l’environnement, tant biologique que minéral.

2Actuellement, le Mont Cenis constitue toujours une zone d’alpage importante, qui débute à l’ouest par les pâturages du secteur de l’Erellaz situés juste au-dessus des Balmes (enquête pastorale CEMAGREF 1996).

3Le modèle du système-col, tel qu’il a été développé à propos du réseau routier, peut constituer un champ de réflexion pour une approche géographique globale. En effet, dans une problématique de relations à longues distances par le franchissement des Alpes, on peut estimer que la grotte des Balmes constitue un élément essentiel du triptyque du système-col tel qu’il est défini par X. Bernier. La cavité constituerait durant le Néolithique et l’âge du Bronze un « pied de col » en tant que « pôle technique et économico-politique », relais sur le chemin du col « topographique » et point de départ vers des zones d’altitude réparties aux environs du col « point focal » « en ce qu’il concentre de multiples fonctions » (Bernier 2004). Un poignard à soie du Bronze final 1, dont la plus proche comparaison provient du lac de Garde en Italie du Nord (Bianco Peroni 1994), a été découvert il y a quelques années au col du Mont Cenis (information R. Chemin). C’est un nouvel indice de l’importance du lieu, qui nous rappelle que ce « passage » a dû aussi jouer un rôle de point focal par des pratiques symboliques de marquage ou de déposition, voire représenter un « sommet » dans la perception de l’itinéraire emprunté (Bernier 2004), et ce dès la fin du Bronze moyen au moins. Il n’est pas anodin en effet de constater que les poignards de type Veruno, du Bronze C2 padan (De Marinis 1975), ne sont présents de ce côté-ci des Alpes qu’en Provence au sud, à Cabris (Alpes-Maritimes) et à Simiane-Collongue (Bouches-du-Rhône), et dans les Alpes du Nord en Tarentaise, à La Bathie (Vital 1999). Le rôle du col du Mont Cenis durant la fin de la Préhistoire sort une nouvelle fois renforcé de ces répartitions, alors que la fréquentation des deux versants du col du Petit-Saint-Bernard, un peu plus au nord, entre Tarentaise et val d’Aoste (fig. 1) ne semble acquise qu’au début du Bronze final (Rey et al. 2008).

13.2. Indicateurs paléoenvironnementaux

4Les zones géographiques qui s’étendent des Alpes au Préalpes nord-occidentales n’ont pas bénéficié d’approches d’archéologie spatiale et paléoenvironnementale qui permettent de traiter des questions de l’économie des milieux de montagne et du pastoralisme aux âges des Métaux en termes comparables à ceux des travaux conduits dans les Pyrénées et les Alpes du Sud (Vital 2008a). Les recherches croisant archéologie et environnement ont toutefois donné lieu à un important bilan pour la période Holocène durant les années 1980 (Vivian 1991). Plus récemment, quelques développements ont été obtenus, en plaine surtout, et sur des secteurs plus limités en montagne, le plus souvent à l’échelle du site (Desmet, Magny, Mocci 2008). Sinon, les résultats sont issus d’études de cas qui intéressent des milieux particuliers, comme les bassins lacustres (lac du Bourget par exemple), ou qui sont centrées sur des problématiques de départ archéologiques et économiques comme en haute Maurienne (Thirault 2006c), ou en Tarentaise (Rey et al. 2008), ou qui profitent de l’opportunité d’études monographiques comme dans le cas de la grotte des Balmes de Sollières-Sardières.

5Les sites archéologiques qui ont fait l’objet d’opérations de fouille sont essentiellement des abris ou des cavités naturels accueillant tout ou partie des groupes humains. Leur localisation est liée aux recherches focalisées sur les grands axes potentiels de circulation et de mise à profit des ressources du milieu, comme l’exploitation des matières premières minérales (Marguet et al. 2008). Les structures associées aux zones de parcours pastoraux d’altitude demeurent donc pratiquement inconnues.

6Dans ce panorama, la recherche intégrée engagée autour du col du Petit-Saint-Bernard est une première, révélant quelques indices de structures pastorales de l’âge du Bronze (Moulin, Rey 2008 ; Rey et al. 2008). Sinon, les données qui peuvent être rassemblées sont issues des retombées incidentes de programmes qui touchent aux sociétés néolithiques, comme celui mené depuis Valence sur la moyenne vallée du Rhône (Brochier, Beeching 2006).

7Dans les Alpes internes, les études botaniques ont surtout été envisagées jusque très récemment sous l’angle de l’histoire du peuplement végétal, principalement par le biais de la palynologie ou de la pédoanthracologie. Les conséquences de la présence humaine n’ont pu faire l’objet de développements directement corrélés aux observations archéologiques, dont l’augmentation n’est somme toute qu’assez récente. Ainsi, la compréhension de détail des relations et des chaînes causales entre économie pastorale, dynamiques de peuplement et modifications environnementales, phase à phase, demeure un terrain d’étude pratiquement vierge. Quelques tendances générales et corrélations avec des faits de peuplement peuvent cependant être relevées à partir de plusieurs séquences pédoanthracologiques et palynologiques alpines, suffisamment dilatées et datées au 14C pour pouvoir être mises en parallèles avec la succession archéologique des Balmes et des Alpes internes plus globalement. Une région échappe à ce constat, dans les Alpes intermédiaires et du Sud, qui bénéficie d’un important programme de recherches archéologiques, historiques et paléoenvironnementales intéressant la partie sud du massif des Écrins, en Champsaur (Walsh, Mocci, Palet-Martinez 2007 ; Court-Picon et al. 2007 ; Court-Picon 2007 ; Mocci et al. 2008). Bien que située en marge ouest des Alpes internes, cette région a connu des dynamiques de peuplement et d’exploitation de la montagne probablement assez proches de celles prévalant en Maurienne, dans le cadre de phénomènes de large diffusion géoculturelle.

13.3. Le Néolithique moyen

8L’utilisation des cavités en bergerie est amorcée dès le Néolithique ancien sur le pourtour des Alpes, sous une forme mixte d’occupation par les bêtes et les populations. Ce n’est cependant que durant le Ve millénaire, au Néolithique moyen 1, que l’utilisation privilégiée des grottes à des fins de parcage, des caprinés essentiellement, connaît un développement particulier, aussi bien en milieux de plaine que de montagne (Brochier, Beeching 2006, 2008). Les sites potentiels sont surtout dispersés au sein des massifs carbonatés des Préalpes. À ce jour, la grotte des Balmes reste totalement isolée dans les Alpes internes et la fonction de bergerie semble alors assez secondaire. L’implantation humaine est pourtant attestée par un semis de points dès le Néolithique moyen en Maurienne et en Tarentaise, dans les vallées principales comme latérales (Rey, Thirault 1999). Mais la fonction des sites demeure le plus souvent inconnue faute de fouilles. L’existence même d’habitat en plein air se heurte aux conditions taphonomiques, plus propices à la conservation des occupations sous abri, en cavité ou sur les replats où l’accrétion sédimentaire est possible.

9La recherche des roches tenaces atteste cependant la fréquentation des Alpes internes et le passage des cols depuis le piémont oriental dès le Néolithique moyen 1 (Thirault 2004). Ce premier peuplement alpin néolithique ne semble pas antérieur au Ve millénaire av. J.-C. et relève de la sphère italienne de la culture VBQ (Vasi a Bocca Quadrata) comme l’indiquent les sites sous abris du Chenet des Pierres aux Moulins de Bozel, en Tarentaise (Rey 2006), et du Château à Bessans, en haute Maurienne (Thirault 2006c) (Marguet et al. 2008). Les critères d’identification du Néolithique moyen 2 sont rares dans ces deux vallées. Concomitamment, les séries de datations radiocarbones montrent d’importantes lacunes pour la période correspondante, entre 5200 et 4700 B. P. environ (Marguet et al. 2008). Dans l’avant-pays savoyard, le site littoral de La Chapelle-du-Mont-du-Chat Le Communal du Lac (lac du Bourget, Savoie), daté du milieu du IVe millénaire, fournit un ensemble céramique d’affinités Cortaillod récent (Marguet, Rey 2007). Dans le massif, plusieurs tombes en caisson de pierre sont rattachées au rituel funéraire Chamblandes, mais la rareté des mobiliers découverts ne contribue pas à préciser de quelle culture relèvent ces sépultures, regroupées dans un cas en vraie nécropole (Le Replat à Aime). La réduction de l’équipement mobilier du niveau 6 de la grotte des Balmes ne permet pas plus d’alimenter la situation culturelle à cette époque. Les indices de sites sont enregistrés des fonds de vallées en aval, jusqu’à des altitudes élevées. Densification et diversification des témoins sont la règle. Mais l’ensemble de ces éléments n’est pas de nature à accréditer l’hypothèse de l’émergence d’un domaine alpin d’altitude sous emprise Cortaillod émise par A. Bocquet (Bocquet 1997 ; Rey, Thirault 1999). Les Alpes se trouveraient alors plutôt soumises à la prise d’ascendant des divers groupes du Chasséen récent qui s’exerce jusqu’en Italie du Nord (Beeching 2003).

Dynamique du peuplement Néolithique

10Les modalités de peuplement des Alpes, englobant les hautes vallées, ont fait l’objet de plusieurs modélisations et hypothèses. A. Beeching et E. Thirault en ont tiré les principaux enseignements et ont mis en évidence une opposition entre deux tendances (Beeching 2003 ; Thirault 2006c). La première correspond à l’idée d’un Néolithique alpin conçu comme une étape formative dans le long processus de conquête progressive des massifs et d’émergence de l’« économie alpine », dont la mise en place très récente est historiquement datée des XIVe-XVe siècles. Ainsi, le fait le plus marquant de la colonisation néolithique des Alpes occidentales serait

« l’émergence d’une identité proprement alpine située entre la haute vallée du Rhône, la Tarentaise et la Maurienne, en relation avec l’exploitation des roches vertes locales et dont la prospérité s’est fondée sur l’exportation des haches polies » (Gallay 2000).

11Ce modèle repose essentiellement sur le paradigme de « l’économie agricole néolithique », sur les constantes démographiques qui lui sont propres et sur la notion de front de colonisation, le fait pastoral n’intervenant pas dans la démonstration (Gallay 1989). Il faut rappeler la situation en Valais, région pour laquelle ces considérations ont été émises et où les sites néolithiques se concentrent dans l’étage collinéen (Curdy 2007).

12La seconde tendance insiste sur la mobilité structurelle des populations des zones de montagne à la fin de la Préhistoire (Beeching 2003 ; Thirault 2006c), qu’elle soit le fait d’une nécessité décisive liée à la recherche et au façonnage des matières premières lithiques ou de celle de l’économie pastorale. Les étapes de la progression néolithique iraient d’une exploitation polyvalente des ressources dans les premiers temps à la maîtrise de l’espace, des parcours et de réseaux complexes de relations au Néolithique moyen 2. Dans ce cadre, l’économie pastorale s’exercerait entre un bas pays et les pelouses d’altitude selon des amplitudes spatiales variées allant de la remue à des déplacements au plus long cours. Les troupeaux ne seraient alors accompagnés que par un groupe restreint de spécialistes détachés de la communauté villageoise. L’apport de cet autre angle d’attaque et de compréhension devrait donc conduire à une réévaluation des bases utilisées dans le modèle de colonisation agricole progressive des Alpes (Gallay 2004).

13Jusqu’au milieu du 4e millénaire av. J.-C., ces considérations touchent essentiellement à la mise en place des cultures du Néolithique moyen. Peu d’éléments sont mobilisés pour la restitution des conditions socio-économiques des cultures comprises entre le milieu du 4e millénaire et le Campaniforme. L’importance des Alpes dans la quête du cuivre a fait long feu. Dans les Alpes du Nord, peu de données alimentent l’idée de la poursuite de « l’unité de l’aire Chamblandes » (Gallay 2000), si l’on comprend cette proposition non seulement selon un continuum géographique, mais aussi temporel.

13.4. Le Néolithique final

14La grotte des Balmes peut apporter des données tout à fait fondamentales pour le Néolithique final. Mais il faut garder à l’esprit que nos propositions demeurent conjecturales dans la mesure où nous raisonnons par grands ensembles sédimentaires et alors que les relations structurelles in situ entre les catégories de vestiges sont à jamais perdues. La teneur des contacts et l’articulation à la fois chronologique et spatiale entre les différentes entités culturelles selon les rythmes d’occupation demeurent également inaccessibles.

15Avec ses « 73 propositions pour rendre compte des sociétés alpines et périalpines au IIIe millénaire av. J.-C. », A. Gallay propose une image de leur fonctionnement dans les Alpes occidentales, dans le Jura, sur le Plateau suisse et dans la Plaine du Pô (Gallay 2007). L’examen de la situation alpine occidentale se heurte au fait que les données prises en compte sont essentiellement issues de la zone nord du massif alpin où ont vécu des populations villageoises à économie et technologie agricoles dominantes. Les sources méridionales sont pour beaucoup constituées par les témoignages d’ordre symbolique/idéologique que sont les stèles érigées et les compositions monumentales gravées sur paroi rocheuses. Or, une caractéristique structurelle majeure des cultures méridionales réside dans la part prise par l’économie des matières premières minérales, mais surtout par la place occupée par le pastoralisme, certes non exclusive, mais suffisamment prégnante pour former contraste avec la situation nord-alpine, comme pour le Néolithique moyen (Beeching 2003 ; Thirault 2006c). Remues et estives au nord des Alpes, pratique des grandes transhumances au sud, cette opposition historique aurait-elle une profondeur temporelle accrue ? (Jourdain-Annequin 2006). En Valais, alors que le nombre des sites du Néolithique final diminue de moitié par rapport à ceux du Néolithique moyen, l’intervalle 3200-2700 av. J.-C. voit la succession des courants Horgen/Tamins et Ferrières du Midi. L’augmentation des trouvailles d’altitude pourrait traduire une intensification des communications avec l’Italie (Curdy, David-Elbiali, Honegger 1999), comme dans l’ouest de la Suisse (Besse, Luginbühl, Piguet 2004).

16En moyenne vallée du Rhône, après le pic d’intensité du Néolithique moyen, c’est à partir de la fin du Néolithique, dans le dernier quart du IVe millénaire av. J.-C., que l’on relève une augmentation des témoins de présence humaine (Brochier et al. 1999). À ce moment, les accumulations de sédiments des grottes-bergeries des Préalpes drômoises montrent encore une utilisation intensive, comme pour le Chasséen (Baume Sourde : 300 m ; Antonnaire : 1172 m). Puis des phases d’habitats, ou des occupations liées à des implantations en plaine, tendent parallèlement à se développer en fin de période, vers 2500 av. J.-C. (Baume Sourde ; Courtinasse : 1385 m) et la bergerie n’est plus alors une fonction dominante (Grande Rivoire : 580 m ; Nicod et al. 2010), sans être cependant mineure (Brochier, en cours).

17En Maurienne et Tarentaise, le peuplement attesté entre 3500 et 2500 av. J.-C. est illustré par des sources disparates. À Fontaine-le-Puits (1000 m environ) plusieurs tombes, dont la synchronie n’est pas assurée, ont été exhumées au début du siècle dernier. La plus riche d’entre elles, la tombe A, a été récemment datée sur os conservés au Musée savoisien à Chambéry de 4570 ± 45 B. P., soit vers 3480-3360 av. J.-C. (Ly-14614). Parmi le mobilier, souvent attribué à la « culture » de Remedello (Bocquet 1997 : 315 ; Gallay 2000 : 36), on note la présence d’objets en cuivre, dont un poignard d’une variante à garde arrondie du type de Guardistallo (Bianco Peroni 1994) de la culture de Rinaldone, façonné dans un cuivre qui renvoie aussi à la Toscane (Cu à As-Sb-Ag-Ni) (Vital à paraître). Ces connexions avec l’Italie centrale, à la fois métallurgiques et typologiques, sont encore attestées en Suisse occidentale (cuivre de type C3 et poignards de Chevroux et de Lüscherz), alors que le Horgen contemporain connaît une métallurgie très réduite (Strahm 2005). La présence en Suisse occidentale de poignards en silex du bassin de Forcalquier, en contextes Horgen à Auvernier-Cordé ancien (Honegger 2006), indique que la contribution des ressources du Midi peut avoir connu une progression par le bassin de la Durance et les Alpes internes.

18La fouille de l’abri du Rocher du Château à Bessans a fourni une variété de pièces lithiques de typologie et de nature d’origines géographiques différentes qui doivent correspondre à des passages répétés. Cette diversité fonctionnelle des implantations se double d’une première pérennisation de certaines d’entre elles. Le replat qui jouxte le promontoire de la grotte des Balmes a ainsi livré une petite série de mobilier qui trouve son meilleur parallèle dans celui de la séquence NFI de la cavité, alors que la pente a été l’objet d’aménagements (§ 10. ; Rey, Thirault 1999 ; Thirault 2006b et 2006c).

19Face au caractère très ténu de la documentation intra-alpine, l’apport de la fouille des Balmes est capital pour cet intervalle chronoculturel de près d’un millénaire et demi, correspondant au Néolithique récent-final, selon les conventions terminologiques adoptées.

20Les résultats convergent vers une fonction de la cavité pratiquement exclusive comme bergerie pendant la période de 3300 à 2900 av. J.-C. environ (NFI1 et 2), contemporaine des ensembles culturels nord-orientaux Sipplingen-Horgen-Lattrigen et du Ferrières méridional. La connaissance de l’emprise des groupes culturels dans les Alpes occidentales internes est très lacunaire comme nous l’avons déjà souligné. La fouille des Balmes produit une situation paradoxale dans la mesure où les vestiges et leurs contextes chronologiques restitués permettent une identification assez précise, mais dont les tenants géographiques paraissent les plus opposés qui soient. La céramique est en effet nettement d’affinités nord-orientales dans les ensembles NFI, alors que le démarrage de cette dynamique culturelle sur les lacs de l’avant-pays savoyard semble légèrement plus tardive (3050-2700 av. J.-C. ; Marguet et al. 2008). L’ascendance culturelle centre-européenne (Hafner, Suter 2003) peut aussi trouver au sud des Alpes des relais à partir d’une aire culturelle balkanique commune, ainsi que le suggèrent les éléments céramiques Remedello (Heyd, Harrison 2007). Le tesson à décor métopal des Balmes est là pour nous rappeler que cette dynamique peut dépasser les limites de l’Italie nord-orientale. À l’inverse, la parure d’origine méridionale domine nettement en nombre de pièces dans les séries NFI et NFS ; aucune n’est façonnée sur place, si l’on excepte les pendeloques en griffe d’ascendance méridionale qui utilisent des matériaux locaux. Les hauts bassins de l’Isère, en Tarentaise et en Maurienne, semblent bien constituer une zone d’interface culturelle de rang supérieur. La répartition des gaines de haches et des haches-marteaux dans les Alpes occidentales est compatible avec cette hypothèse (Thirault 2004, fig. 97 et 133). On peut retrouver une troublante pérennité de cette situation dans la répartition de certains types toponymiques. Nous en avons un exemple dans la limite nord de l’aire dialectale du mot draye/draille en Maurienne, malgré une possible ambiguïté du sens en Dauphiné et en Savoie comme « piste pour le bétail, sentier ». Pour forcer un peu plus le trait, une origine languedocienne du terme paraît un sentiment partagé (Bessat, Germi 2006a, 2006b).

21Le statut fonctionnel du site en regard des vestiges recueillis peut apporter un éclairage décisif. La céramique est façonnée semble-t-il dans des matériaux locaux, ou proches, ainsi que le suggère un examen macroscopique des particules ajoutées. Une origine culturelle du nord-ouest des Alpes a été proposée, ce que corroborent celle d’un premier groupe de parures et celle de la technique de sciage des roches tenaces, pratiquement inconnue en Italie à l’exception de Balm’Chanto (Thirault 2004), également sous influence nord-alpine. Nous aurions donc affaire à une population se rattachant aux cultures du monde septentrional. La présence à deux reprises (NFI1 et NFI2) d’un corpus céramique significatif, la confection en revenant traditionnellement le plus souvent aux femmes (Balfet 1991), ainsi que la découverte récente de traces d’occupation à proximité immédiate, plaident pour la présence d’une population accompagnant des troupeaux, qui n’est pas nécessairement limitée aux seuls bergers. À l’inverse, un autre groupe de parures, très dominant, d’essence méridionale, doit correspondre à un second courant de peuplement. L’absence d’ébauche, hormis celles de pendeloques en crochets réalisées en matériaux régionaux, et l’absence de céramique des styles du Midi vont plutôt dans le sens de groupes intrusifs ou tout du moins en déplacement plus affirmé. Les distances sur lesquelles s’exerce cette mobilisation ne peuvent être précisées, comme les visées précises poursuivies au sein desquelles les échanges (d’animaux ?) durent occuper une place significative. Les dépôts des contextes sépulcraux des régions limitrophes, Hautes-Alpes, Isère, indiquent qu’ils sont constitués en contexte méridional et que ces zones peuvent potentiellement pourvoir l’économie pastorale de groupes en mouvement.

22À l’inverse, le cas jurassien avec la présence de mobilier Ferrières en contexte Horgen indique bien que la distance ne constitue pas un frein au déplacement de population (Pétrequin, Pétrequin 1988 ; Pétrequin 1998a). L’examen des corpus de faunes de Chalain et des Balmes, pour des contextes culturels proches ou relevant en tout cas du même questionnement de mise en mouvement de population, apporte quelques précisions. Malgré des effectifs très dissemblables, deux tendances se dégagent, liées au statut des sites. Les assemblages fauniques des villages littoraux du Jura semblent relever de choix de stratégies de subsistance totalement différents de ceux des occupants des Balmes. À Chalain 3, on observe la priorité des cultures céréalières dans l’alimentation, le rôle secondaire des apports carnés, l’exploitation significative de la faune sauvage et l’importance du porc en binôme avec le boeuf (Arbogast 1997). Ce dernier élément et les taux souvent réduits de caprinés comptent parmi les traits qui rapprochent la contribution relative des espèces élevées de Chalain de celles de plusieurs sites du Plateau suisse. Dans le détail, les comparaisons indiquent cependant un faible développement des échanges d’animaux domestiques sur de longues distances.

23Aux Balmes, les espèces domestiques l’emportent et la prépondérance des caprinés s’affirme. Mais est-ce un élément de différenciation suffisant pour relier cette préférence à la sphère méridionale et en induire une amplitude supérieure de déplacements ? Différentes combinatoires sont sans doute possibles, de l’utilisation durable de territoires communs au stationnement temporaire sur des pistes au long cours.

24En Tarentaise, le mobilier de la tombe A de Fontaine-le-Puits ne comprend aucun des éléments du monde méridional présents aux Balmes à peu près dans le même intervalle chronologique. Au moins deux explications viennent à l’esprit. La première s’appuie sur la rareté d’une telle variété de parures dans les contextes italiens correspondants, comme dans les grottes sépulcrales du pied sud des Alpes. Elle constitue une explication d’ordre géographique conforme au lien relevé avec l’Italie péninsulaire. La seconde peut avoir un sens social, la sépulture tarine étant très probablement celle d’un homme avec son carquois, ses lames de haches en pierre et en cuivre, un poignard, une pièce triangulaire et un retouchoir également en cuivre. Dans sa thèse sur l’évolution des dépôts mobiliers dans les sépultures collectives d’Europe occidentale de la fin du IVe à la fin du IIIe millénaire avant J.-C., M. Sohn attribue préférentiellement les armes aux hommes et les parures au cercle des femmes. Il est vrai que ce sont surtout les ensembles funéraires d’Allemagne et du Bassin parisien qui sont mis à contribution, en l’absence de contextes fiables dans le Midi (Sohn 2006, 2008). Cette tendance mérite tout de même d’être considérée dans la perspective de la présence d’individus de sexe féminin jouant un rôle dans l’économie pastorale des âges des Métaux. L’hypothèse d’ensembles de parures affectés à certaines bêtes pourrait même conduire à envisager une relation privilégiée avec les femmes dans le cadre des activités conduites hors parcours. Les parures sont aussi des marqueurs de différences entre groupes de parenté distincts (Sohn 2008).

25Ces observations ouvrent sur une nouvelle modalité de diffusion pour ce signe distinctif que constitue la parure, en plus du strict déplacement de populations ou l’échange par les réseaux (Gallay 2007). Elle entre en discussion avec l’hypothèse avancée pour les villages littoraux du Jura français d’un élément relevant de la symbolique du guerrier en phase avec la réduction du couvert forestier et celle, structurellement liée, de l’effacement de la symbolique du chasseur (Maréchal et al. 1998).

26Enfin, deux derniers éléments peuvent être évoqués concernant les populations en mouvement depuis le Midi. C’est la présence d’un travois, associé à un joug, sur la station 19 du site littoral de Chalain, dans le Jura, vers 3015-3004 av. J.-C., mise au compte d’un courant de diffusion par le sud des Alpes (Pétrequin et al. 2006a). On en trouve en effet des figurations parmi les représentations gravées de la traction animale, travois et chariots, du secteur de Fontanalbe dans la région du Mont Bego (Alpes-Maritimes). Leur datation couvrirait la fin du IVe et le début du IIIe millénaires av. J.-C. (Saulieu, Serres 2006). À l’est du Rhône toujours, les influences Ferrières en Provence atteignent sans doute le haut bassin du Var, dans la grotte I de Saint-Benoit par exemple (Alpes-de-Haute-Provence ; Barral 1955, pl. 1, n ° 5).

27Dans les vallées internes, l’état actuel de la documentation et les comparaisons avec la dynamique de peuplement des grands axes, Valais, val d’Aoste, ne plaident pas pour une occupation pérenne à des altitudes supérieures à 700 m (Thirault 2004 : 251), ou dépassant l’étage collinéen (Curdy, David-Elbiali, Honegger 1999).

28À la transition des IVe-IIIe millénaires, la bergerie des Balmes semble occuper un rôle central et polariser une bonne part des activités d’élevage et des parcours induits, en relation avec l’occupation du replat adjacent, bien que la connaissance que nous en avons ne soit pas suffisante pour en faire un établissement utilisé en dehors des saisons favorables.

29Cette possibilité d’un tissu de peuplement intra-alpin à la transition des IVe/IIIe millénaires est conforme à ce que suggèrent les armatures de flèche en roche tenace polie, considérées comme un signe distinctif commun aux populations de haute Maurienne, et du Val Chisone sur le versant alpin oriental (Padovan, Thirault 2007a). Dans cette vallée piémontaise, une extension des pelouses corrélativement à la chute des arbres est enregistrée depuis 3100 av. J.-C. sur la tourbière du lac de La Manica (2365 m). En contrebas, l’abri de Balm’Chanto (1400 m) est occupé plusieurs siècles après, entre 2700 et 2500 av. J.-C. Il paraît utilisé comme halte-bergerie sur un parcours conduisant les troupeaux de la plaine aux prairies d’altitude, et abriter également la fabrication sur place d’outillage en roches tenaces (Nisbet, Biagi, 1987). Sur le plateau du Taillefer (2050 m), au sud-est de Grenoble, trois colonnes sédimentaires ont fait l’objet d’une analyse multidisciplinaire qui détaille l’évolution de la végétation pour la période du Subboréal. À partir de 3400 av. J.-C. environ, la fréquence des pollens témoins d’anthropisation s’accroît (Tessier et al. 1993). À la limite du Trièves/Beauchêne/Dévoluy, la tourbière du lac du Lauzon (1980 m) montre à partir du Néolithique final (3300 av. J.-C.) un développement accusé des marqueurs d’anthropisation, plantes liées aux pâturages – et céréales à distance –, et ce jusqu’à la fin du Bronze ancien où un nouveau seuil est atteint. Les indicateurs non polliniques témoins d’incendies vont dans le même sens (Argant, Lopez-Saez, Bintz 2006).

30Au sud du Drac, en Champsaur, la tourbière de Libouse (1455 m) enregistre une évolution des assemblages polliniques herbacés et l’apparition de champignons coprophiles, conséquence d’une intensification de l’activité pastorale sur le site après brûlis dans l’intervalle 3300-3100 av. J.-C. (Court-Picon et al. 2007 ; Court-Picon 2007).

31L’abri de haute altitude d’Alp Hermettji (2600 m), proche du Cervin, occupe une voie de franchissement entre le Valais central (région de Sion) et le val d’Aoste. Cette liaison implique un passage par deux cols englacés à plus de 3000 m d’altitude. Des vestiges et structures d’occupations correspondant à des bivouacs se succèdent entre le Mésolithique (VIIIe millénaire) et le Bronze ancien (17e s. av. J.-C.). Une concentration des dates radiocarbone et des structures de combustion sur la transition des IVe-IIIe millénaires av. J.-C. donne une idée de la fréquence des relations entre les piémonts nord et sud des Alpes à cette époque (Curdy, Leuzinger-Piccand, Leuzinger 1998, 2003).

32On observe à ce moment une bonne concordance entre les données paléoenvironnementales, même ponctuelles, et celles de l’archéologie, dans le sens d’une pression anthropique accrue, qui correspond en outre à une période d’amélioration des conditions climatiques.

33Un hiatus sédimentaire (intervalle du d9 au d8 du témoin 1994) semble traduire une interruption de l’occupation de la grotte des Balmes durant les 29e -27e siècles. Cet intervalle correspond à un fort ascendant du courant méridional Ferrières-Les Treilles qui est à l’origine de la formation du style de Clairvaux récent à cannelures (Giligny et al. 1995 ; Pétrequin, Viellet, Illert 1999, fig. 14), d’une présence marquée en Valais à Collombey-Muraz Barmaz I (Honegger 1995 ; Curdy, David-Elbiali, Honegger 1999) et pour partie du développement du Lüscherz en Suisse occidentale méridionale (Wolf 1993, fig. 57 ; Honegger 2001 ; Pugin, Corboud 2006). Il n’est sans doute pas anodin de constater que cette lacune culturelle au sein d’un phylum d’occupation d’essence nord-orientale est synchrone de cette transgression méridionale. Tout se passe comme si la haute Maurienne, soumise à une instabilité des emprises culturelles, éventuellement en concurrence, était demeurée dans un statu quo de déprise deux siècles durant.

34La situation au Néolithique final supérieur, rattaché à l’Auvernier-Cordé, n’est guère différente de celle que nous venons de décrire pour le NFI. Deux caractères méritent d’être relevés. Le premier concerne la présence moins continue des hommes et des troupeaux dans la cavité, le parcage demeurant néanmoins très largement dominant. Parallèlement, la présence de céramiques méridionales correspond à un certain ascendant de ces cultures dans le nord des Alpes et le Jura, comme au sein de l’Auvernier-Cordé. La présence d’un courant de population issu du nord reste fondée, avec un léger rééquilibrage des influences opposées. À moins d’une quarantaine de kilomètres au sud-est des Balmes à vol d’oiseau, la cavité de Roreto Balm’Chanto (alt : 1400 m), dans le val Chisone, présente aussi une proportion de céramiques des aires septentrionales qui l’emporte sur celles du Midi. Ce site atteste également l’emprise humaine sur le milieu montagnard. Il est interprété comme un relais dans le développement d’activités pastorales placées dans le cadre d’une « transhumance estivale d’échelle réduite » entre la vallée et les pâturages d’altitude (Nisbet, Biagi, 1987 : 118).

35La présence de nombreuses parures aux Balmes, très majoritairement de formes méridionales, et leur possible affectation à certaines bêtes, peut à nouveau s’expliquer par la localisation du site dans une zone de contacts, d’interpénétration entre différents mondes culturels, à la différence d’autres bergeries des Préalpes.

36Les derniers siècles du 3e millénaire, plus précisément le 3e quart, n’a fourni qu’un seul élément diagnostique, pour lequel nous ne connaissons ni le contexte sédimentaire, ni le contexte fonctionnel. Il s’agit d’un tesson de gobelet décoré du Cordé final de type Geiselgasteig, qui montre une nouvelle fois une ouverture sur le nord des Alpes et plus particulièrement sur la Bavière. Cette présence d’un témoin particulier si loin de ses bases n’est pas isolée. Une boucle de ceinture en os qui renvoie à des exemples du Campaniforme centre-européen provient en effet de l’abri du Châtel à Sollières-Sardières, au sud de la grotte des Balmes (fouilles J.-C. Ozanne ; Rey 1999, pl. 37). Nous ne pouvons exclure que le dépôt du tesson décoré corresponde à celui de certaines formations sédimentaires d’extension limitée de la fin du Néolithique des Balmes, dans l’intervalle 2500-2200 av. J.-C. Ce peut être le cas du décapage d6 (vers 2550-2470 av. J.-C.), voire de l’amas s5 (avant 2005-1890 av. J.-C.), bien que par nature ce dernier se rapproche nettement des sédiments clairement datés du Bronze ancien (§ 3.1.2.2.).

37Le panorama culturel du Néolithique final est donc divers dans la grotte des Balmes alors qu’une orientation économique vers l’élevage est incontestable. L’existence de groupes mobiles est fortement suspectée en l’absence de preuve d’une économie fourragère permettant une occupation pérenne généralisée des hautes vallées. De fait, la « colonisation résidentielle » « des populations sédentarisées » du stade Formatif, selon la formulation de F. Fedele (1999), demande encore une démonstration pour ces zones de moyenne montagne.

38Cette transgression culturelle pour partie d’origine centre-européenne intervient alors qu’en Suisse plusieurs disciplines enregistrent une croissance démographique à partir du début du cycle Horgen, qui s’accompagne d’une anthropisation des paysages avec un environnement ouvert sous l’effet d’une intensification des cultures céréalières et de l’extension des pâturages (Gross-Klee 1997 ; Jacomet, Schibler 2006). Ce mouvement est particulièrement bien illustré par l’occupation croissante des sites de bords de lacs du nord des Alpes et du Jura démontrée par la dendrochonologie des bois de construction des villages (Wolf, Hurni 2002). Dans la Combe d’Ain, à la fin du 31e siècle, le nombre de villages littoraux passe de 5 à plus de 12 en moins d’une génération (Arbogast, Magny, Pétrequin, 1995 ; Pétrequin, Magny, Bailly 2005). La plus intense occupation néolithique de la grotte des Balmes intervient en outre au moment même où est mise en évidence, du sud-ouest de l’Allemagne au Jura entre 3500 et 3040 av. J.-C., une rupture d’évolution sous influx sud-européen, avec introduction et modifications techniques, économiques, idéelles et sociales successives (Schlichtherle 2006 ; Pétrequin et al. 2006a ; Pétrequin, Pétrequin, Bailly 2006), tout cela en parallèle avec la diffusion du complexe de la traction animale selon l’expression de A. Sherratt (2006), auxquelles peut être rajoutée la métallurgie péninsulaire de Rinaldone et de Remedello. La part des influences italiques reste d’ailleurs à mesurer plus précisément dans les Alpes occidentales, qu’elle relève d’une relation sud-nord directe ou qu’elle soit en marge d’un axe préférentiel décalé à l’est. Ensuite, une nouvelle poussée de peuplement intervient, en ambiance et synchrone de l’Auvernier-Cordé, simultanément à de nouvelles influences méridionales. Ce double courant semble profiter, comme la dynamique de peuplement de la Combe d’Ain, de conditions climatiques et environnementales positives (Pétrequin, Magny, Bailly 2005, fig. 8).

39Plutôt qu’une « zone réfractaire aux changements de l’époque » (Gallay 2007) faut-il alors admettre pour les Alpes internes une situation qui ne résulte pas d’un choix de la part des populations locales, si tant est que leur densité mal établie ouvre sur cette possibilité, mais des conséquences de la dévolution bioclimatique pastorale des hautes terres, variable cachée de la proposition. Il sera nécessaire de vérifier si la dichotomie entre fréquentations temporaires d’altitude et établissements plus pérennes dans les basses plaines recoupe des composantes culturelles différentes (§ 5.1.10.), respectivement plutôt nord-orientales à l’Est et méridionales à l’Ouest durant les 33e-27e siècles av. J.-C.

40Cette inclination économique et la mobilité qui l’accompagne pourraient par exemple permettre de relativiser incidemment la déprise culturelle et humaine de la seconde moitié du 3e millénaire av. J.-C. Les rares mobiliers évoqués en Maurienne identifient des groupes culturels précis, Cordé aux Balmes et Campaniforme probable à l’abri du Châtel. Nous avons en effet proposé que la transition du Campaniforme au Bronze ancien dans le bassin rhodanien pouvait être marquée au plan économique par un basculement des parts prises par les économies pastorale et agricole (Vital 2004b : 270 ; Vital et al. 2007 : 113). On observera dans cette perspective une présence Campaniforme remarquable en altitude : Bellentre Les Vignettes en Tarentaise (895 m ; Rey et al. 2008), abri n ° 1 de l’Aulp du Seuil en Chartreuse (1700 m ; Morin, Pelletier et coll. 2003), segments de cercles en silex de Bessans Le Château (1750 m ; Thirault 2006a). Dans les Écrins, sur la base de la séquence rhodanienne (Vital 2008c), nous considérons que les structures de Chichin III (2200 m) et leurs 3 dates 14C sont de chronométrie néolithique final et éventuellement campaniforme pour la plus récente, et non bronze ancien, ou d’une éventuelle phase de transition non caractérisée culturellement comme il est suggéré (Walsh, Mocci, Palet-Martinez 2007 ; Mocci et al. 2008), ce qui tendrait à équilibrer la visibilité de ces pôles chronoculturels successifs. Dans le secteur adjacent du bas Champsaur, des analyses paléobotaniques indiquent des déforestations liées à des activités agro-pastorales mobiles dans la tourbière de Libouze (1455 m) et à la Sagne de Canne (1272 m) durant le IIIe millénaire av. J. C. Ce n’est qu’à partir du Néolithique final que la conjonction de données paléoenvironnementales et archéologiques attestent une première colonisation significative de la haute montagne champsaurine (Court-Picon et al. 2007 ; Court-Picon 2007).

41L’analyse palynologique récente du site de Chindrieux, sur le lac du Bourget, montre aussi, dans l’intervalle 2210-2140 av. J.-C. en probabilités maximales, une augmentation des indices d’anthropisation liés aux zones piétinées et pâturées, et une absence des cérales (Gauthier et al. 2008). Par rapport à la chronologie culturelle rhodanienne (Vital 2008c), nous serions à la fin du cycle Campaniforme, ce qui permet une fois encore de tempérer le manque de visibilité des occupations ou des impacts environnementaux campaniformes (Gauthier et al. 2008 : 110).

42Les analyses paléoenvironnementales conduites au cours des opérations archéologiques réalisées au col du Petit-Saint-Bernard ne sont pas servies par des datations radiométriques nombreuses et fiables. Le Néolithique final y est mal représenté, par défaut de sédimentation le plus souvent. Côté italien, aucun indicateur pastoral n’est présent de manière significative dans la séquence du lac du Dessus-Verney (2280 m). Les analyses pédoanthracologiques et la datation des charbons accumulés dans les sols sur le flanc sud sont plus instructives. Le site de La Rosière (1940 m) montre une attaque des populations de pin cembro par le feu, à « basse altitude », dans la mesure où il était anciennement présent 500 m plus haut. La réduction drastique de cette espèce est entamée au Néolithique final, vers 2900-2850 av. J.-C., et se poursuit entre 2500 et 2300 av. J.-C. (Talon 2006) en synchronie avec la culture Campaniforme.

43L’analyse sédimentaire de plusieurs remplissages sous abris calcaires des Alpes du Nord montre pour le Subboréal une recrudescence des apports limono-argileux et détritiques qui indiquent un accroissement de l’humidité et un rafraîchissement des températures par rapport à l’Atlantique. Cette péjoration est précisément enregistrée par des colluvions du 25e siècle av. J.-C. dans l’abri de Coufin 2 (Choranche, Isère) et aux alentours du 23e s. dans le sondage des Terreaux, à proximité du gisement de Saint-Thibaud-de-Couz (Savoie), où un pic de déforestation et un fort développement des herbacées sont associés à cet épisode (Vivian 1991).

44Au Néolithique final, la haute Maurienne semble avoir constitué in fine une zone de superpositions ou d’évitements culturels suivant les phases attestées aux Balmes.

13.5. Le Bronze ancien et moyen

45L’état des connaissances du Bronze ancien et moyen dans les Alpes internes est encore plus réduit que celui qui prévalait concernant le Néolithique final avant l’étude des Balmes. Ces deux stades ne sont illustrés que par quelques objets métalliques (poignards à manche massif, hache) qui suggèrent la diminution de l’emprise humaine avec une dépression significative au Bronze moyen (Bocquet 1997). En toute fin de ce cycle, le site d’Aussois Le Coin (1500 m) sur le replat d’un torrent de rive droite de l’Arc, 8 km en aval, connaît cependant une première occupation datée du Bronze moyen 3 par des céramiques exclusivement d’origine italique, qui préfigurent celles du début du Bronze final. Plus généralement, la répartition de certaines parures métalliques dans le Sud-Est et en Italie du Nord indique une certaine communauté de choix, sinon de pensée de part et d’autre des Alpes à la fin du Bronze moyen (Vital 1999 ; Ozanne, Vital 1999).

46La grotte des Balmes est utilisée à des fins différentes au Bronze ancien, période pour laquelle la série de datations traduit une présence récurrente des populations. La cavité fait toujours office de bergerie, mais de façon plus discontinue. La variété géographique des connexions céramiques pourrait correspondre à cette diversité d’occupations, sans qu’il soit possible d’établir un lien ni chronologique ni fonctionnel entre ces observations. Les formes de la sédimentation, marquée par la chute des sphérolites et la bonne représentation des phytolithes, indiquent que la composition du troupeau a pu évoluer (renforcement du pôle des bovidés, paillage) et sa taille se réduire, avec des séjours moins fréquents dans la cavité. L’extraction de fumiers compactés à des fins d’amendement agricole est suggérée par la structure sédimentaire (faciès à agrégats).

47En Vercors, les activités pastorales connaissent aussi un regain au cours du Bronze ancien. Le vaste abri du Pas de l’Échelle à Rovon (980 m, fouilles P. Bintz) se trouve sur une voie naturelle et traditionnelle de communication nord-sud qui permet également de relier la plaine de l’Isère et l’ouest du plateau vercusien. Une occupation fugace du début du Bronze ancien y est attestée, probablement de même nature que celles, beaucoup plus répétées, fouillées dans l’abri de Coufin 2 à Choranche (Vital 2008a). Les accumulations de sédiments d’aspect cendreux de ce site révèlent la présence d’éléments détritiques mêlés à des déchets d’origine anthropique liés à une occupation diffuse de populations accompagnées de leur bétail. C’est ce que suggère la présence ténue de phytolithes et de sphérolites parfois inclus dans des coprolithes lorsque les conditions de sédimentation sont favorables (analyses D. Sordoillet). Les charbons, les esquilles d’os brûlées et les lentilles cendreuses, le plus souvent préservées sous quelques cailloux, indiquent la succession des fréquentations qui n’ont permis la conservation que de rares structures de combustion, probablement démantelées par les piétinements à répétition. Dans les mêmes niveaux (F7 à F5), le nombre plus élevé des charbons de Frêne signale la sélection de ce taxon comme nourriture pour les troupeaux, hypothèse appuyée par un recul de la Chênaie caducifoliée dont les branches sont exploitées aux mêmes fins.

48Dans la tourbière du col Luitel (1250 m), dans le massif de Belledonne, les premiers pics d’anthropisation des âges des Métaux démarrent vers le 20e s. av. J.-C. de manière très significative, avec la présence d’espèces liées aux prairies (plantain lancéolé, cypéracées, éricacées, armoise, ortie). Cette tendance se maintient, mais de manière plus ou moins marquée, jusqu’aux âges du Fer. On observe cette pression de l’homme également à basse altitude dès les débuts du Bronze ancien, comme dans la tourbière de Chirens (460 m) sur le pied ouest de la Grande Chartreuse. Elle semble cependant plus limitée dans le temps, et ne reprendre qu’au Bronze final (Wegmüller 1977).

49En bordure du lac du Bourget, un carottage palynologique effectué sur le site littoral Bronze final de Tresserve et analysé par H. Richard et É. Gauthier indique une ouverture limitée du milieu végétal interprétée comme indice d’une activité plutôt pastorale qu’agricole entre la fin du Bronze ancien et le milieu du Bronze moyen (Richard, Gauthier 2007 ; Gauthier et al. 2008). La tourbière du lac du Lauzon, dans le haut bassin du Buëch, enregistre au Bronze moyen une légère progression, marquée de reculs ponctuels, des pollens indices d’anthropisation (Argant, Lopez-Saez, Bintz 2006).

50Plus proche des Balmes, sur le versant sud du massif de la Vanoise, des analyses pédoanthracologiques indiquent la fréquence de feux imputés à des activités humaines. On retiendra notamment la récurrence des incendies à Aussois, comme à Saint-Michel-de-Maurienne, au Bronze ancien, mais aussi au Bronze moyen, seules périodes pendant lesquelles les signaux sont synchrones en altitude (2000-2700 m) à 10 km de distance (Carcaillet 1998). C’est aussi à la transition du Bronze ancien au Bronze moyen (16e siècle av. J.-C.) qu’est enregistrée au Lac du Clou, dans le haut bassin de l’Isère, une chute des fréquences de pin attribuée aux activités humaines, doublée d’un fort accroissement des marqueurs polliniques pastoraux (David 1995). En Champsaur, une ouverture du milieu et une extension des pelouses synchrones d’une augmentation des indicateurs de la présence de troupeau est observée dans la tourbière de Libouse (1455 m) au 15e s. av. J.-C. durant la phase récente du Bronze moyen (Court-Picon et al. 2007 ; Court-Picon 2007).

51La présence aux Balmes d’une structure dallée en forme de coffre et de restes humains dispersés, soit du 19e siècle av. J.-C., soit plus vraisemblablement dans les 18e -17e siècles av. J.-C., semble correspondre à l’établissement d’au moins une sépulture. Son démantèlement semble effectif avant le terme du Bronze ancien. Des confrontations régionales peuvent être menées avec les tombes dallées du site du Châtelard de Bourg-Saint-Maurice, en Tarentaise (886 m). Une sépulture réduite (tombe III-1) a été datée vers 1920-1780 av. J.-C. (Ly-4591 : 3550 ± 120 B. P.) ; le coffre dallé III-2 auquel elle est liée étant à peine plus récent (Rey, Treffort et coll. à paraître). Ces inhumations sont datées dans l’intervalle des 19e au 18e siècle av. J.-C., antérieur d’un peu plus d’un siècle à la fourchette des incursions aux Balmes.

52Cette occupation des vallées internes est encore confirmée par les prospections et évaluations par sondages conduites autour du col du Petit-Saint-Bernard qui permet la jonction entre la Tarentaise et le val d’Aoste. Une première progression du nombre de découvertes est enregistrée au Bronze ancien, des étages collinéen à subalpin, soit de 1000 m à 2000 m d’altitude ; des indices matériels et paléoenvironnementaux témoignent d’une activité pastorale (Rey et al. 2008). Une situation comparable est documentée en Valais, où la fondation de nouveaux habitats à moyenne altitude et de nécropoles à l’étage montagnard inférieur sont observés dès le début de cette période (Curdy, David-Elbiali, Honegger 1999). Le contrôle des ressources et de la production métallurgique paraît aussi avoir joué un rôle dans la recherche des positions sommitales à moyenne altitude (David-Elbiali 2000 ; Curdy 2007).

53Dans les Préalpes drômoises, le Bronze ancien de la Tune de la Varaime (1400 m) correspond à une utilisation en bergerie dans l’intervalle printemps-été déduit de l’analyse des faunes (Brochier et al. 1999). Celle-ci a en outre conduit, à partir du relevé des stigmates sur certains restes de bovidés adultes, à l’hypothèse de mise à mort sacrificielle et propitiatoire sur place, scandant le calendrier des pratiques pastorales, des déplacements notamment d’après des parallèles ethno-historiques. On doit rappeler dans cette perspective la place du genre Bos dans l’idéel des populations depuis le Néolithique. En basse Auvergne (Loison 2003), de nombreuses sépultures à inhumations du Bronze ancien sont connues, dont plusieurs livrent des dépôts de bucranes d’Aurochs. On doit alors s’interroger sur une disjonction au moins partielle du statut des différentes espèces de mammifères dans les sphères de l’économie de subsistance et de l’idéel.

54Une épaisse sédimentation d’origine animale occupe l’intervalle du Bronze moyen dans la Tune de la Varaime, chronologie récemment confirmée par une série de datations radiocarbones en l’absence totale de mobilier (Brochier, Vital, en cours). Cette ténuité de la culture matérielle du Bronze moyen sur les sites alpins est d’ailleurs un phénomène persistant, qui pourrait masquer la présence de communautés dont le mode de vie repose sur des bases différentes de celles des périodes plus anciennes ou plus récentes. Un des résultats importants des prospections dans les Alpes du Sud est de montrer dans cette région la persistance d’occupations répétées à l’âge du Bronze moyen (Court-Picon et al. 2007), comme en Vanoise.

55Le Bronze ancien et le Bronze final voient l’édification des premières agglomérations dans la plaine rhodanienne. Leur statut agricole paraît assez commun au Bronze ancien si l’on en croit les séries de silos qui se développent sur plusieurs sites de cette période. L’exploitation possible des fumiers de grottes-bergeries pour l’amendement des terres agricoles est probablement à relier au développement de la céréaliculture au Bronze ancien, avec lequel devrait être mise en relation la part plus importante éventuellement prise par les bovins dans l’élevage. Les légumineuses occupent aussi désormais une part de la production. Le plan de ces agglomérations paraît respecter une trame symbolique forte dans laquelle les rapports entre hommes et femmes occupent une place essentielle (Vital 2004a, 2007c). Ces implantations dans les bassins sédimentaires fonctionnent en complémentarité économique avec l’arrière-pays qui compte plusieurs grottes-bergeries. Le cas drômois est illustratif de cette situation, établissements et stockages agricoles dans la basse vallée et dans le bassin de Montélimar, troupeaux regroupés pour l’estivage dans les cavités en tête de bassin (Tune de la Varaime), le tout en parfaite synchronie radiocarbone (Vital 2008b). Ce modèle rhodanien méritera d’être vérifié dans les Alpes internes, des basses vallées aux hautes terres, participant ainsi à la mise en évidence des distances que couvrent ces terroirs et les réseaux économiques et sociaux de la fin de la Préhistoire. Cet objectif devrait conduire à tester l’idée selon laquelle le 2e millénaire av. J.-C. correspond à la « réalisation d’un mode de vie strictement alpin » du stade Intégratif I de F. Fedele (Fedele 1999).

56À partir du Bronze ancien, à la différence du Néolithique final, la fonction de grotte-bergerie n’est plus exclusive aux Balmes et il en sera de même au Bronze final. Comme en écho à cette tendance fonctionnelle des cavités qui marque une rupture à partir de la fin du IIIe millénaire, se développe au même moment une architecture d’enclos et d’abris de pierres sèches, entre 2000 et 2400 m d’altitude dans des zones à vocation pastorale du haut Champsaur et du vallon de Freissinières (Walsh, Mocci, Palet-Martinez 2007 ; Mocci et al. 2008). Allant en ce sens, la tourbière du lac des Lauzons dans le haut Champsaur (2180 m) enregistre les déboisements liés aux activités et à la pression pastorales, alors que sont établies des constructions en pierres sèches. Dans le bas Champsaur également, plusieurs analyses paléobotaniques confirment cette emprise par des déforestations du Bronze ancien à plus basse altitude (Court-Picon et al. 2007 ; Court-Picon 2007).

57Ce parallèle, qui concerne certes des régions distantes, la haute Maurienne et les Écrins, ouvre cependant la possibilité que la grotte-bergerie ne polarise plus alors les activités d’élevage. Cette tendance s’amorce peut-être dès le Néolithique final durant lequel les fréquentations semblent plus discontinues aux Balmes. La grotte-bergerie ne serait qu’un élément d’un système pastoral plus extensif et occupant de plus larges secteurs herbagers en altitude, ainsi que l’indique des constructions en pierres plus pérennes en haut Champsaur (lac des Lauzons). Dans le massif du Mont Cenis, des analyses palynologiques devraient permettre d’apporter de nouveaux éléments permettant ou non de valider cette hypothèse d’évolution des pratiques.

58L’ensemble de ces observations et leur mise en parallèle indiquent que l’hypothèse d’une moindre emprise de l’homme dans les Alpes internes au Bronze ancien et moyen doit être fortement pondérée et ne pas être seulement estimée en fonction du semis d’objets.

13.6. Le Bronze final

59Les modèles économiques relatifs au peuplement des Alpes ont surtout concerné la mise en place des cultures néolithiques ou plus largement d’autosubsistance. Aussi les hypothèses et observations spécifiques aux périodes ultérieures, Bronze final notamment, dépassent-elles rarement le constat d’une progression des populations dans les vallées de rang secondaire. C’est par exemple le cas en Valais où, durant l’âge du Bronze, des sites sont localisés à l’étage montagnard inférieur, mais où aucun ne correspond à un habitat permanent au-dessus de 1000 m. Le Bronze final coïncide avec une augmentation du nombre de découvertes par siècle (Curdy, David-Elbiali, Honegger 1999). À l’issue de vingt années de programmes d’archéologie alpine, une interprétation des sites établis à l’étage alpin en relation avec le contrôle des passages ou celui des activités métallurgiques est privilégiée (Curdy 2007).

60Selon le schéma plus général dégagé concernant l’économie de l’âge du Bronze en Suisse, l’acquisition des denrées de subsistance s’effectue à faible distance des habitats. Elle est qualifiée d’autarcique, adaptée aux ressources disponibles et aux contraintes environnementales. Une spécificité valaisanne et alpine concerne l’élevage des ovi-capridés et la faiblesse de la chasse. Ce constat diffère nettement de celui qui concerne les échanges de matières premières et des biens de prestige, notamment métalliques (armes, vaisselle en tôle...). Leur possession implique des distances bien supérieures qui illustrent les exigences de la complexité sociale (David-Elbiali, Studer 2003).

61Pour F. Fedele, qui s’interroge lui aussi sur le peuplement et la circulation des matériaux dans les Alpes occidentales depuis le Mésolithique, mais en incluant également l’âge du Bronze final, le 1er millénaire av. J.-C. se traduit par une phase de « réorganisation... perceptible dans la répartition des habitats... où l’on observe des ruptures évidentes, des influences exogènes aux Alpes ». Ces évolutions conduisent au plein âge du Fer et à « la réacquisition de niveaux d’équilibre et d’efficience significatifs à l’intérieur des écosystèmes alpestres (Intégratif II) » (Fedele 1999). Les questions de mobilité, de définition des aires culturelles, et celle d’une zone « d’intégration intra-alpine » empruntant des cols de haute altitude, ne sont par contre évoquées que pour le Néolithique.

62Dans les Alpes centrales helvétiques, au terme du Néolithique, un basculement se produit entre une « adaptation graduelle au milieu montagnard » au début du Néolithique final et un nouveau paradigme économique mis en place à partir du Bronze ancien. Les bases en sont une pression démographique accrue, une intensification de l’exploitation des ressources et des trafics, un regroupement et une diversification des habitats (Primas 1992). Ces travaux en archéologie du territoire et les processus culturels en oeuvre ont connu de nouveaux développements dans les mêmes régions ainsi que dans le Trentin (Della Casa 2002). Les conclusions antérieures en sortent renforcées, complétées par de nouvelles observations. Alors que les prémices d’une structuration territoriale ne s’imposent qu’à partir du Néolithique final, la métallurgie alpine ne se développerait qu’à la fin de l’âge du Bronze. Dans cette recherche, la vallée de la Maurienne a été retenue parmi les 3 zones-ateliers étudiées du point de vue des ressources, de l’insertion dans le paysage actuel et des manifestations culturelles. Les conclusions souffrent évidemment de l’état des sources archéologiques publiées sur lesquelles se fonde l’analyse, avec des lacunes cartographiques et des approximations chronologiques et fonctionnelles. Le scénario d’occupation à valeur générale considère que les populations s’inscrivent dans le cadre d’une économie agricole à agro-pastorale dans les basses vallées alpines, jouissant selon les périodes d’un certain degré d’ancrage au sol que permet l’exploitation de ressources complémentaires, doublé de la nécessité d’une connexion aux réseaux sociaux et économiques suprarégionaux (Della Casa 2002). La mobilité des populations semble seulement jouer un rôle dans le cadre de ce schéma général, pour le Néolithique en premier lieu avec des établissements semi-permanents et la pratique d’une économie mixte à élevage spécialisé et agriculture mobile. Les causes et les modalités de déplacement ne peuvent être abordées dans le détail, sinon à des altitudes et dans des zones limitées où l’exploitation saisonnière des ressources minérale s’impose par rapport aux possibilités agricoles, ou alors sous contrainte climatique et démographique comme dans le modèle des occupations littorales dans le Jura (Della Casa 2003). D’un point de vue général, l’implantation des sites le long des routes d’accès aux cols principaux semble constituer une clef essentielle de la compréhension des dynamiques spatiales et jouer un rôle majeur parmi les stratégies de contrôle socio-économique (Della Casa 2007).

63Dans les Alpes du Nord, une histoire du peuplement a été retracée et enrichie à plusieurs reprises par A. Bocquet. Les observations à valeur générale relatives à l’autarcie et à l’autonomie des « peuples alpins », avec des échanges limités à un trafic local réduit, entrent selon les périodes en contradiction avec la netteté des renouvellements culturels, au sein desquels la part des déplacements de populations et des influences extérieures au massif demeurent difficiles à estimer (Bocquet 1997, 1999).

64Sur le terrain, dans le secteur du col du Petit-Saint-Bernard, une présence des habitats à l’étage montagnard est mise en évidence au Bronze final alors que tous les étages, du collinéen au subalpin, sont fréquentés. Des implantations dans les zones éloignées des voies de communication principales sont plus spécifiques du début du Bronze final, période à laquelle correspondent en outre les premiers témoins de l’utilisation des sites perchés des deux versants du col du Petit-Saint-Bernard (Rey et al. 2008). Cette progression du peuplement du côté italien trouve un parallèle évident aux Balmes, par l’origine géographique transalpine de nombre des céramiques. Il n’y a donc pas de décalage dans la montée en altitude des populations au Bronze final 1 de part et d’autre de la crête (Bocquet 1999).

65Les objets métalliques et la composition du dépôt de parures vont aussi dans ce sens au BF1. Nous avions pu souligner à l’occasion de la publication d’une épée du type de Monza C découverte anciennement à Orange (Vaucluse), qu’il existait des rapports privilégiés dans la circulation de ces pièces emblématiques de la phase ancienne du Bronze final entre la Plaine du Pô, le Plateau Suisse, la Bourgogne et le Bassin parisien (Vital 2002d). Cette configuration géographique prévaut aussi pour un certain nombre de parures du Bronze D (Beck 1980). L’actualisation de cette cartographie nous avait conduit conjointement au constat d’un rééquilibrage de ces échanges dominants en direction du Midi, par la présence d’épées de types Monza B, Terontola et Pépinville.

66Or, la grotte des Balmes est localisée à l’interface de ces deux zones de dispersion, dense et moins dense, d’épées du Bronze final 1 (Vital 2002d : XIII, fig. 63). Comme pour la fin du Bronze moyen, cette présence proche de zones de passage intra-alpin est bien moins à porter au compte des influences nord-alpines (Bocquet 1997) qu’à un ascendant des cultures d’Italie nord-occidentale. Cet influx italique déborde largement le cadre qui pourrait être celui correspondant à un nouveau développement des pratiques pastorales, pour lequel les témoignages font défaut aux Balmes, alors que ceux-ci sont présents jusqu’à 2200 m d’altitude dans le secteur du col du Petit-Saint-Bernard et que tous les étages du massif sont pour la première fois fréquentés (Rey et al. 2008). Cet ascendant italique constitue donc un phénomène de plus large ampleur, initié dès le Bronze moyen dans le sud-est de la France (Vital 1999). Les productions nord-alpines demeurent isolées, tel le fragment de jambière à spirales de l’incinération d’Alessandria Cascina Chiappona en Piémont (Gambari 2004b, fig. 77).

67L’accroissement du volume des échanges à longue distance à l’âge du Bronze final est sans doute la raison pour laquelle la grotte des Balmes ne connaît plus alors une fonction dominante de bergerie, ce recul étant initié peut-être dès la fin du Néolithique final et de manière certaine depuis le Bronze ancien. La quantité de mobilier recueillie dans la cavité au Bronze final, bien plus abondante que pour le Néolithique final du point de vue céramique, contraste de manière saisissante avec la rareté des vestiges des bergeries néolithiques rhodaniennes (Brochier et al. 1999 ; Brochier, Beeching 2006). Il faut sans doute y voir la conséquence d’une intégration des bergeries à un réseau plus pérenne d’habitats, que traduisent aussi les fonctions complémentaires de la grotte. Cette dynamique tend à se renforcer nettement au début du Bronze final. La part décroissante de la faune chassée, éventuellement depuis le Néolithique moyen 2, peut sans doute être reliée à cette humanisation de la montagne, selon l’expression de F. Fedele (1992 : 26).

68Dans le bassin de la Drôme, la grotte d’Antonnaire à Montmaur-en-Diois pourrait être en relation au BF1 avec un habitat récemment découvert dans la vallée de la Roanne, à Rimon-et-Savel Teyssonière, de l’autre côté de la crête. De la même manière, le tissu d’établissements se densifie en haute Maurienne. Au site d’Aussois Le Coin, déjà évoqué, est venue récemment s’ajouter la découverte d’un nouveau gisement de plein air du BF1 à Lanslevillard L’Adroit, 9 km en amont de Sollières. L’expérience de la destruction du site d’Aussois aura été hélas sans effet, les observations réalisées à Lanslevillard par R. Chemin ayant dû composer, trente ans plus tard, avec un cadre légal d’intervention tout aussi calamiteux.

69Dans la région grenobloise, la grotte des Sarrasins à Seyssinet-Pariset (610 m) est un site majeur des âges des Métaux dans les Alpes. Les occupations du début du Bronze final poursuivent une phase principalement caractérisée par la présence de pollens typiques de pratiques pastorales. Le recul des fougères à ce moment précis est peut-être dû à leur exploitation pour des litières. Aucune céréale n’est identifiée (Borel 1977). Il serait intéressant de vérifier sur place la présence ou non de sédiments de bergerie, ce que certains clichés photographiques laissent présumer. Ensuite, la phase moyenne de l’âge du Bronze final voit le développement significatif des céréales et des adventices, jusqu’à l’âge du Fer. Des parcours doivent mener de la plaine au plateau du Vercors comme l’indiquent les vestiges de l’abri de Balme sous Moucherotte (1400 m).

70Dans le carottage palynologique de Tresserve, sur le lac du Bourget, la phase ancienne du Bronze final marque un faible impact de l’homme, avant deux fortes phases d’anthropisation à partir de 935-825 av. J.-C. correspondant à l’occupation d’un établissement littoral du Bronze final (Richard, Gauthier 2007). On observe cependant antérieurement à cette présence du Bronze final 3b (Billaud, Treffort 2004) une variation en deux temps de l’attestation de plantain lancéolé. À titre d’hypothèse, faute de calage chronologique suffisamment précis, nous serions tentés de mettre la plus récente, où l’on rencontre ce marqueur établissant l’existence de prairie, en synchronie avec l’occupation du Bronze final 2b de la grotte de Sollières, de même ambiance culturelle que celle prévalant dans les avant-pays savoyards. La phase qui précède, durant laquelle le plantain est plus rare, dans la continuité du Bronze moyen, pourrait alors être mise en parallèle avec l’occupation du Bronze final 1 du site mauriennais d’ambiance culturelle différente, tournée vers l’est, ou alors carrément synchronisée avec le Bronze moyen (Gauthier et al. 2008). Quelques indices d’un renouveau de l’occupation lacustre sont cependant bien enregistrés dès le début du Bronze final. Ensuite, trois phases d’abattages sont identifiées sur le lac du Bourget, les deux première synchrones de l’occupation des Balmes et de même ascendance culturelle, en-1080-1030,-1080-930 et-910-805 (Marguet et al. 2008).

71Les témoignages d’activités humaines en altitude se multiplient simultanément, éventuellement favorisées par les conditions environnementales. Entre 1350 et 1250 av. J.-C., le grand glacier d’Aletsch, en Valais, connaît en effet une période de recul liée à une nette amélioration des conditions climatiques. Il était même probablement plus court d’environ 1000 m par rapport à l’actuel (Holzhauser, Magny, Zumbühl 2005).

72C’est à ce moment (13e-11e s. av. J.-C.) que l’on enregistre, dans les Alpes françaises, des indices, attribués au Bronze final 2, qui pourraient indiquer une certaine durabilité des établissements humains que favoriserait cette amélioration climatique significative. C’est le cas aussi bien en Tarentaise au Châtelard de Bourg-Saint-Maurice, avec incinération et habitat (995 m), qu’en Maurienne avec le site d’Aussois Le Coin (1550 m) (Rey, Treffort et coll. à paraître ; Ozanne, Vital 1999). Sur ce dernier, outre des indices d’habitat, des sépultures et une activité liée à la métallurgie ont été identifiées. Les analyses anthracologiques ne révèlent par contre aucune action de l’homme sur un milieu dont l’ouverture ne semble pas antérieure à notre ère en deçà de 2000 m. Aucun signal n’est non plus enregistré à Saint-Michel-de-Maurienne, site sur lequel l’attaque de la strate arborée est antérieure (Carcaillet 1998). Comme le montrent les analyses également réalisées à Aussois (ibid.), la création d’espaces pastoraux au Bronze ancien et moyen au-dessus de 2000 m s’accorde bien avec une modification du statut de la grotte des Balmes, observée dès le Bronze ancien. À ce moment, la cavité ne semble plus correspondre dans la pratique pastorale qu’à un refuge inscrit sur un parcours plus développé, doublé d’autres fonctions (exploitation des fumiers, stockage, habitat).

73Les carottages palynologiques réalisés lors des opérations archéologiques conduites au col du Petit-Saint-Bernard ne bénéficient pas de calages chronologiques fins (Miras et al. 2006). On observe toutefois dans le profil du lac du Dessus-Verney (2280 m), côté italien, un accroissement des marqueurs rudéraux de présence humaine, plantains, armoise, attestant probablement une emprise pastorale aux alentours du 10e s. av. J.-C., et de peu postérieure à Torveraz 2 (2345 m). Un à deux siècles auparavant, les analyses et la datation des charbons accumulés dans les sols sur le flanc sud du massif indiquent des pratiques de feux imposées par l’homme sur le site de La Rosière (1940 m) aux 12e-11e siècles av. J.-C. (Talon 2006). Dans la vallée de Valloire qui conduit au col du Galibier, la tourbière de La Soie (2110m) montre une première extension des herbacées, d’origine anthropique, à partir de l’intervalle 1300-1140 av. J.-C. (Wegmüller 1977). Les phases Bronze final 1 et Bronze final 2b, situées par interpolation chronologique supposant un taux constant de sédimentation, apparaissent aussi dans l’analyse pollinique du lac du Lauzon comme deux moments marqués par des pics d’anthropisation d’origine pastorale et agricole, à distance pour cette dernière compte tenu de l’altitude (1980 m). Une récurrence des incendies caractérise également le milieu du Bronze final (Argant, Lopez-Saez, Bintz 2006). Dans le haut Champsaur, on peut observer une continuité des déboisements dans la tourbière du lac des Lauzons (2180 m) au milieu du Bronze final. Dans celle de Libouse (1455 m), en rive gauche du Drac, l’espace d’économie pastorale ouvert au 15e s. av. J.-C. trouve des prolongements durant le Bronze final, jusque vers 1100 av. J.-C. d’après le modèle d’âge (Court-Picon et al. 2007 ; Court-Picon 2007). Au lac de Faudon (1577 m), entre bas Champsaur et Gapençais, le passage entre un milieu fermé avec pâturages en sous-bois et un milieu ouvert s’opère entre le Bronze final ancien et le BF2b-3a, favorisant ensuite le développement d’une hêtraie et le pâturage en sous-bois jusqu’au Hallstatt final.

74Corroborant ces observations, d’autres indices archéologiques montrent que la fréquentation durable des étages montagnard à subalpin au début du Bronze final et la présence d’établissements à des altitudes respectables sont une nouveauté. Le dépôt de céramiques de la grotte de la Rousse à Sainte-Marie-du-Mont, qui surplombe la vallée du Grésivaudan (1550 m), correspond au premier cas de figure (Bocquet 1997). Toujours en Isère, dans le Trièves, à Sinard, le site de Blachette-Sud (800 m) montre un ensemble de bâtiments allongés, d’une surface de 20 à 30 m2, dont la reconstruction indique une certaine pérennisation de l’habitat, encore renforcée par l’existence de constructions annexes d’exploitation (Ozanne 2007). La situation dans le Diois fournit également une bonne illustration de ce phénomène. Comme à Sollières, la grotte d’Antonnaire livre une quantité de céramiques de stockage et de consommation surprenante par rapport aux effectifs néolithiques. Ces faits s’accordent pour voir au Bronze final une phase d’extension des peuplements en altitude, voire sur les plateaux vers 1200 m, et une occupation diversifiée des grottes-bergeries à un niveau encore supérieur comme dans la Tune de la Varaime (Vital 2008b). La présence significative des restes de porcs aux Balmes, qui concurrence directement les bovinés, doit être mise en relation avec la possibilité d’habitats d’altitude plus pérennes dès le début du Bronze final.

75Le statut des quelques restes humains tirés des niveaux du Bronze final de la grotte des Balmes est difficile à définir en regard de leur nombre limité, qui peut représenter le solde de dépôts plus importants. Cependant, quelques pièces isolées spécifiques (mandibule, rondelle crânienne) semblent plutôt correspondre à des reliques et/ou à des dépôts particuliers.

76L’intense occupation du site au Bronze final 2b-3a (HaA2-B1a) est aussi la conséquence d’une grande variabilité fonctionnelle, que n’épuise pas l’hypothèse des grottes refuges formulée pour le Jura à la même époque (Pétrequin, Magny, Bailly 2005 ; Treffort, Nicod 2000). Cette dévolution sécuritaire semble même particulièrement peu évidente aux Balmes, si l’on excepte le stockage alimentaire dans la salle II, dont on ne sait cependant s’il relève de telles préoccupations. La diversité des courants culturels qui se manifestent semble même un argument allant dans le sens d’une perméabilité de la région, alors que la Franche-Comté passe sous influence exclusive RSFO.

77Le cas de la grotte des Balmes, depuis le Néolithique, et de manière tout aussi évidente au Bronze final pose la question de l’interprétation des assemblages mobiliers, ici restitués également pour les phases récentes, en termes de culture polythétique (Clarke 1978). Nous avons vu supra à quelles hypothèses conduisait l’analyse des différentes catégories de matériel et l’analyse spatiale pour les bergeries néolithiques. Pour le Bronze final 2b-3a, la diversité d’origines géographiques des céramiques, dont deux sont parfaitement opposées (RSFO, PMMC), va dans le sens de l’identification de trois groupes culturels dans la cavité.

78Cependant, aux différents degrés et état de construction culturelle polythétique, qui combine structures horizontales par la distance sociale (Ego, cercle familial, parentèle, réseaux) et physique (mobilisations), et structures verticales de la filiation et de l’ancestralité, nous ne pouvons privilégier d’autre possibilité que celle de liens de rang inférieur, interindividuels, ou entre groupes restreints en mouvement. En d’autres termes, rien ne plaide actuellement pour la possibilité d’une culture intra-alpine, ou de plus large extension, qui fusionne les différentes composantes identifiées aux Balmes. Les trois séries typologiques couvrent la même plage chronologique et nous ne disposons d’aucun élément qui suggère une succession. Si alternance il y a, nous suggérons qu’elle a pu se produire suivant un rythme annuel à pluriannuel sur toute la durée du BF2b-3a. Nous pouvons néanmoins relever que le style RSFO se distingue par une fréquence supérieure d’éléments du HaA2-B1a par rapport à ceux du HaA2 classique. Ce constat s’accorde avec la possibilité d’un ascendant RSFO dans la région, comme en Piémont dans le groupe Pont-Valperga et dans la nécropole de Morano sul Po, du HaB1a au HaB2 (Rubat Borel 2006a ; Giaretti, Rubat Borel 2006 ; Gambari 2006).

79Une part de la céramique HaA2-B1a indique bien que nous avons affaire à des populations en mouvement, notamment à partir du corpus qui renvoie au pourtour méridional du Massif Central (PMMC). Il correspond à un groupe qui intègre différents segments de la population, dont des femmes puisqu’il transporte – une au moins, une jatte –, mais surtout façonne dans la zone des Balmes des formes céramiques – y compris de grandes dimensions – qui appartiennent en propre à cette entité culturelle PMMC. L’ensemble des catégories de volumes et de proportions est représenté dans les différents groupes à valeur géographique, traduisant sans doute des préoccupations fonctionnelles assez proches. Mais les contextes d’utilisation nous font défaut, tout comme l’affectation des vestiges mobiliers spécifiques des différentes activités, de bergerie notamment, pour chacun des groupes culturels. Cette lacune limite les possibilités d’interprétation historique plus fines de l’occupation de la grotte des Balmes. Quelques remarques peuvent cependant être soulevées.

80Alors que ces déplacements occidentaux ne semblent guère lever de doute, les zones de départ ne peuvent être précisées, mais vont de quelques dizaines à plusieurs centaines de kilomètres d’amplitude. On doit encore souligner pour l’heure l’absence de site-relais d’une importance équivalente à la grotte des Balmes. Dans cette occurrence, les distances parcourues comme les caractéristiques bio-géographiques des régions cibles et d’origine posent la question des raisons de la mise en mouvement des populations vers la cavité dont nous savons qu’elle fonctionne toujours en bergerie. La pratique pastorale sur de longues distances paraît être ce moteur, dont la diversité des modalités a été rappelée pour la fin de la Préhistoire alpine (Marzatico 2007). Le transfert d’équipements métalliques spécifiques du monde nord-alpin pourrait en constituer un corollaire (§ 11.5.3.). Cette conjonction des flux animaux et métallurgiques a été soulignée à plusieurs reprises (ibid. : 165-167). En effet, on ne peut que constater que les activités d’extraction minière et d’enmontagnage pastoral occupent des secteurs bio-géographiques souvent communs depuis un millénaire au moins dans les Alpes internes (Vital à paraître) et que les contraintes d’accès selon la saison sont les mêmes. Cette possibilité que les groupes pastoraux en mouvement puissent aussi être vecteurs de diffusion de produits métallurgiques s’accorde bien avec le fait que « Dans la hiérarchie pastorale, transhumants et nomades appartiennent à l’aristocratie du métier. Ce sont des spécialistes du rapport aux bestiaux » (Brisebarre 2007 : 7). Mais leur fonction s’arrête-t-elle à cette spécificité durant les âges des Métaux ? Nous pouvons rappeler l’hypothèse selon laquelle l’homme du Similaun, découvert momifié dans la glace du Hauslabjoch en 1991 à la frontière austro-italienne, serait un berger impliqué dans des déplacements saisonniers, ce que ne contredisent pas les analyses isotopiques (Müller et al. 2003). Il disposait entre autres d’une hache en cuivre alors même que ces objets sont des biens fortement valorisés à la fin du IVe millénaire av. J.-C. La place du berger – et plus largement des individus mobilisés sur les parcours pastoraux – comme passeurs dans des circuits de diffusion, comme la production métallurgique en nécessite, doit alors être examinée. Traditionnellement, deux à trois semaines étaient nécessaires aux bergers et à leurs troupeaux pour rallier les Alpes à pied depuis le sud du Gard (Brisebarre 2007 : 29).

81La connaissance paléoenvironnementale couplée à des observations archéologiques, qui pourraient corroborer notre hypothèse de transfert de troupeau et de population au milieu du Bronze final, n’est pas non plus très détaillée sur les pourtours sud-est du Massif Central, zone-source potentielle. Les distances mises en jeu sont respectables, même en considérant l’Ardèche comme la plus proche origine possible, et en l’absence de relais connu actuellement.

82Nous bénéficions d’une synthèse récente de M. Pulido Avila qui vise à mettre en évidence des preuves de l’impact anthropique sur la végétation postglaciaire dans les régions du mont Lozère et du Parc naturel régional du haut Languedoc (Pulido Avila 2006). Cependant, l’évolution de la végétation ne peut être précisée que par grandes phases et chronozones, en raison notamment du faible degré de finesse sédimentaire, stratigraphique et chronométrique pour le Subboréal. Durant cette période, les séquences palynologiques enregistrent globalement une progression des pelouses et des espèces liées à la présence humaine et aux activités principalement pastorales, agricoles secondairement. Cette pression anthropique reste toutefois modeste et d’extension limitée tout au long du Néolithique final, sans grand effet de réduction de l’environnement forestier. Par contre, l’âge du Bronze voit un recours moins sporadique au pastoralisme, l’agriculture connaissant un développement timide en fin de période et attestant une durabilité accrue des établissements. Pour le Bronze final, la tourbière du Peschio, située à 1370 m d’altitude sur le flanc nord-ouest du mont Lozère, est la seule à bénéficier d’un degré de résolution compatible avec la chronologie détaillée de cette période. La séquence enregistre un pic des pollens indicateurs d’activités pastorales et des espèces rudérales vers 1370-1260 av. J.-C. (3030 ± 50 BP, Ly-2476 (Poz)), suivi d’un recul des premières qui n’est pas précisément daté. Une forte reprise, durable, est ensuite attestée avant le Subatlantique (dont les indicateurs polliniques sont un pic d’Abies et une progression de Fagus au détriment de Pinus), avec des fréquences à peine inférieures à celles des périodes historiques. Cette reprise pourrait par hypothèse être synchronisée avec le dernier tiers du Bronze final si l’on estime que la chute correspond à la phase moyenne, qui suit le Bronze final 1 daté par le radiocarbone.

83En Lozère, cette période du Bronze final se caractérise par « la reconquête et la maîtrise du territoire qui se traduisent par une hausse probante de la densité des points de découverte » (Fages 2000 : 51). Ces observations et ces premières tendances demanderont évidemment confirmation.

84Ainsi, en amont et en marge du « paradigme de la Grande Transhumance » selon l’expression de P. Leveau (2006), c’est-à-dire d’un système technique d’exploitation capitalo-extensive de l’élevage ovin, d’une nécessité impliquant organisation et volume d’activité en rapport avec les conditions et la complexité socio-économiques d’une époque, il a dû exister différentes formes de pratiques et de mobilités pastorales, ou encore de transhumances correspondant à la formulation plus englobante de « l’exploitation pastorale des complémentarités fourragères géographiques saisonnières » (Molénat 2002). C’est ce qui est suggéré avec des pratiques pastorales et d’élevage variées durant l’Antiquité en Gaule du Sud (Leveau 2006). Mais c’est aussi l’hypothèse formulée dès le Néolithique moyen, selon deux modalités, avec de vastes aires parcourues cycliquement à partir de zones extérieures, comme en basse Ardèche, comme à partir d’autres possibilités où se conjuguent pente et proximités spatiales, selon un modèle qui évoque la remue ou l’estive pour les Préalpes drômoises par exemple (Brochier et Beeching 2006, 2008). Ce constat général ressort également de l’analyse de la grotte des Balmes du Néolithique final au Bronze final. La taille de la cavité semble en effet en deçà de la taille nécessaire pour abriter un troupeau d’un volume tel qu’il justifie un déplacement à longue distance. Elle correspond par contre bien à des besoins plus ciblés vis-à-vis d’une fraction particulière du cheptel alors que d’autres bêtes séjourneraient à l’extérieur.

85Cette variété ouverte des possibilités pastorales – et de leur contexte tout aussi large d’économies de production – explique probablement que les conditions de leur mise en oeuvre, changeantes et fonction des contextes économiques, écologiques et culturels, permettent si difficilement de juger de la profondeur historique de la transhumance, comme de son degré d’intemporalité (Duclos 1992, 1994). L’économie ne pourra longtemps être faite de considérer le sens que revêtent les discontinuités dans le temps d’un si long processus.

86Il peut aussi être question de discontinuités spatiales. Ce sont surtout des déplacements selon les axes méridiens qui sont traditionnellement bien attestés aux époques historiques (Brisebarre 1996 : 49), alors que quelques parcours transversaux le sont également (Duclos 2006 : 306-307 ; Brisebarre 2007 ; Clément 2007). C’est ce cas de figure qui serait illustré à la fin de la Préhistoire cette fois dans le cas des Balmes, au Bronze final 2b-3a.

87Les relations avec l’Italie du Nord, soulignées pour le BF1, se maintiennent également. C’est le sens des analyses céramologiques conduites sur des pièces extra-savoyardes spécifiques (§ 7.5.6.). C’est ce qu’indique aussi la dispersion des lingots bipennes et des parures en verre (§ 11.) selon un axe E-O passant par la Maurienne. La dissymétrie de l’orographie alpine ne constitue aucun frein à ce mouvement, les influences s’opérant du plus près au plus loin vis-à-vis de la crête entre le début et le milieu du Bronze final.

88En fin de période (HaB1c), une nouvelle ouverture sur la plaine occidentale du Pô ne livre qu’un témoignage limité que doublent de rares références au Plateau suisse. Ces deux régions développent alors de nouveaux contacts qu’illustre la nécropole de Morano sul Po. Faut-il voir dans ce lien N-S éventuellement privilégié l’une des causes du déclin de l’intérêt que présente alors la grotte des Balmes ? Ou alors, plus largement cette fois, d’autres formes de relations avec le milieu montagnard se traduisent-elles dans une autre localisation des sites pérennes en plaine, qu’attesterait de manière significative l’implantation des sites littoraux ?

89Comme au Bronze final 1, la grotte des Balmes semble constituer également, au BF2b-3a, un site-clef et un nœud entrecroisant différents réseaux économiques. Il serait vain de rechercher si l’un de ces vecteurs (pastoral, métallurgique, démographique, cultuel) en précède d’autres et constitue ainsi un facteur d’accélération et de développement. Nous pouvons mesurer la difficulté de l’épreuve en regard du caractère plurimillénaire de cet enchevêtrement de réseaux durant la fin de la Préhistoire. Les plus saillants renvoient à l’extension du Castelnovien, à la diffusion néolithique des roches tenaces alpines, à la présence transalpine des Brotlabidol et des flux métallurgiques de l’âge du Bronze. Mais les bases de l’économie de subsistance jouent aussi un rôle dont la dimension fondamentale ne doit pas être ignorée. En ce sens, la grotte des Balmes semble cumuler plusieurs fonctions, plus diverses et intégrées que simplement orientées vers le contrôle spatial au même gradient altitudinal, comme dans le cas valaisan (1000-1500 m ; Curdy 2007).

90La diffusion de modèles métalliques liés à des pratiques d’ostentation (parure, vaisselle) et la mobilité pastorale à longues distances illustrent bien le statut de ce secteur des Alpes et du site qui constituent avant tout des périmètres de transfert de biens et de pratiques culturels de nature et d’échelles différentes, conjuguant in fine les deux termes du modèle alternatif décrit pour le début du Bronze final (§. 11.5.1.).

91Comme pour le Néolithique final, l’idée de zone de superposition culturelle et fonctionnelle paraît mieux adaptée à la situation du Bronze final 2b-3a en haute Maurienne que les notions plus réductrices de frontière ou de lisière, théâtres de compétitions socio-économiques.

92Ainsi, pour la Préhistoire, il n’est pas possible de considérer le milieu alpin occidental comme structurellement marqué par les questions d’héritage territorial et d’inertie spatiale, de permanence du semis du peuplement (Le Berre 2004) que contredisent les lacunes de ce dernier et sans doute aussi l’origine géographique diverse des acteurs, comme la variété de leurs visées.

93Nous obtenons sur une période de deux millénaires et demi une bonne corrélation entre différents indicateurs des pratiques pastorales : réduction de la forêt et développement des pelouses alpines, occupation des grottes et bergeries, emprise territoriale et structures d’altitudes. Mais la caractérisation culturelle et technique fine de ces différentes manifestations demeure un chantier largement ouvert.

94Quelles relations peut-on établir avec les conditions paléoclimatiques de la seconde moitié de l’Holocène à haut degré de résolution ? Dans le haut bassin du Rhône français, un bilan chronologique récent de la dynamique sédimentaire fluviale des quinze derniers millénaires a permis d’établir un cadre paléohydrologique de référence (fig. 243). Les évènements marquants offrent une bonne synchronisation avec différents enregistrements paléoclimatiques indépendants des activités humaines (fluctuation des niveaux des lacs, décharges détritiques rhodano-rhénanes, avancées et retraits glaciaires,... ; Berger et al. 2008). Les auteurs identifient en outre 6 phases possibles de forçage anthropique agraire dans les milieux alpins et dauphinois à partir du Bronze ancien (ibid. : 135) caractérisées par des décharges caillouteuses grossières dans les lits fluviaux de rang inférieur.

Fig. 243 - Synchronisation du cadre paléohydrologique haut rhodanien avec les signaux détritiques du lac du Bourget, les fluctuations lacustres (Jura, Alpes du Nord), les variations des fronts glaciaires dans les Alpes suisses (d’après Berger et al. 2008, fig. 6, modifiée et simplifiée), les variations du taux de radiocarbone atmosphérique et les phases d’occupation de la grotte des Balmes à Sollières-Sardières.

95La chronologie des occupations de la grotte des Balmes correspond le plus souvent au terme de certaines phases de crise et à des moments de répit des flux hydro-sédimentaires, et donc d’améliorations climatiques. À focale plus globale, la comparaison avec la courbe de variation du radiocarbone atmosphérique utilisée comme un enregistrement empirique des variations climatiques indique des tendances identiques (fig. 243). Les parallèles sont même particulièrement nets avec les phases d’amélioration climatiques les plus sensibles du Néolithique final, du Bronze ancien et du Bronze final.

96Au début du Bronze ancien et dans les deux premiers tiers du Bronze final, la fréquentation de la cavité est également en accord avec un développement des dynamiques de peuplement à plus large échelle (Vital 2008b ; Berger et al. 2007). Les conditions climatiques ont donc dû jouer un rôle déclencheur dans le choix de l’occupation de la grotte des Balmes de Sollières-Sardières, facteur plus particulièrement sensible à cette altitude (1350 m) qu’en plaine rhodanienne. Ces périodes d’amélioration des conditions environnementales passées ont favorisé le développement des pratiques pastorales d’altitude. La chronologie des évènements de feux d’origine anthropique probable révélée dans les Alpes du Sud (Talon 2008) et leur multiplication entre 3000 et 1000 av. J.-C. se calquent parfaitement sur la chronologie des occupations de la grotte des Balmes auxquelles contribuent avec constance les cultures méridionales des âges des Métaux. Une différence apparaît toutefois vers le sud, avec une continuité plus marquée de la fréquentation des espaces d’altitude et des indices significatifs durant le Bronze moyen, comme en Champsaur (Court-Picon 2007). Mais le développement des recherches dans les Alpes du Nord pourrait rééquilibrer cette image, ainsi que le suggèrent des données paléoenvironnementales encore éparses sur le pourtour de la Vanoise, et venir alimenter la question des seules causalités climatiques.

97En effet, le rapport et la balance entre le degré d’ancrage au sol par la pérennisation des villages et un recours plus accusé à des économies fondées sur une plus grande mobilité, d’amplitude insoupçonnée dans le cas des Balmes, semblent également constituer des paramètres explicatifs. Leur relation aux conditions environnementales doit être examinée au cas par cas au sein de cadres chronoculturels, comme paléoenvironnementaux, qui devront encore gagner en précision. À cette seule condition pourront être définis des liens causaux, qui tiennent compte aussi de la nature et de l’origine géographique des acteurs de manière à identifier les dynamiques sociales et économiques sous-jacentes.

Notes

1. Cette identification a été effectuée par Philippe Raffaelli, Conservateur du Patrimoine, département de Savoie, Chambéry, que nous remercions pour sa contribution.

2. Un certain nombre de clichés photographiques réalisés durant les fouilles ne sont pas de grande qualité et nous sollicitions l’indulgence du lecteur pour cette lacune. Les conditions d’éclairage n’étaient pas adaptées à cette nécessité et le soin porté à la rectification des profils stratigraphiques ne fût sans doute pas suffisant. Ces photographies constituent cependant une documentation irremplaçable pour illustrer les conditions de fouille et de sédimentation. Dans ce second cas, ces clichés ont fourni un appui à l’interprétation synthétique de la succession lithologique observée durant les fouilles des années 1980-1990, disséquée dans le témoin de 1994 et interprétée à partir de l’échantillonnage sédimentologique opéré sur celui-ci.

3. Cet objet, découvert en 1981, a subi un prélèvement de matière par carottage sur la cassure. Une analyse en lame mince a donc été réalisée, qui, étant donné le contexte scientifique de l’époque, est probablement le fait de M. Ricq-de-Bouard. Cette dernière, interrogée à la fin des années 1990 sur ce point, n’a pas pu nous éclairer, et aucune mention de cette analyse n’apparaît dans les publications. La détermination pétrographique s’appuie donc sur une diagnose oculaire.

4. Ou peut-être du niveau sous-jacent, puisque la projection stratigraphique ne permet pas de conclure sur ce point.

5. L’occupation en question, à Bessans Le Château, ne peut être qualifiée de Campaniforme en l’absence de céramique diagnostique. Cependant, l’industrie lithique et les dates 14C disponibles permettent de placer cette occupation en synchronie avec le phénomène campaniforme (Thirault 2004a et inédit).

6. TC1-2, marbres et dolomies gris ou brun de l’Anisien, plus ou moins phylliteux et un peu gréseux ; TC4, dolomies grises du Ladinien, gris clair, massives et bien stratifiées, qui présentent des faciès à bancs sableux ou schisteux ; tS, schistes noirs et grès du Carnien à grain très fin. Une prospection est en cours pour tenter de découvrir un faciès identique à celui des polissoirs.

Table des illustrations

Légende Fig. 243 - Synchronisation du cadre paléohydrologique haut rhodanien avec les signaux détritiques du lac du Bourget, les fluctuations lacustres (Jura, Alpes du Nord), les variations des fronts glaciaires dans les Alpes suisses (d’après Berger et al. 2008, fig. 6, modifiée et simplifiée), les variations du taux de radiocarbone atmosphérique et les phases d’occupation de la grotte des Balmes à Sollières-Sardières.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2812/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 447k

Auteur

© Alpara, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540