Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économies, sociétés et espaces en Alpe : la grotte des Balmes à Sollières-Sardières (Savoie)

 | 
Joël Vital
, 
Pierrette Benamour

Chapitre 12. Répartitions et structurations spatiales : statut des occupations

Jacques-Léopold Brochier, Lucie Martin, Claude Olive, Éric Thirault et Joël Vital

Texte intégral

12.1. Considérations générales

1Le mode de fouille de la salle I ne permet pas de juger de l’homogénéité, du rythme et de la continuité des dépôts de sédiments de bergerie minéralisés. Notre restitution de l’histoire lithologique du site par grandes phases ne nous a pas autorisé à préciser dans le détail les rapports structurels entre ces niveaux de « fumiers », selon la définition adoptée supra (§ 3.1.2.1.), et les vestiges façonnés. L’intercalation de minces horizons charbonneux, tels que nous avons pu les observer lors de la fouille du témoin en 1994, ne peut-elle correspondre à des phases d’occupation humaine, en alternance et sans que nécessairement des bêtes soient présentes dans la cavité, comme lors de phases de brûlage de matières sèches par exemple (infra, § 12.6.3.) ? Par ailleurs, il peut exister différents degrés de séjour dans la grotte, marqués ou non par des traces patentes de la présence humaine. Outre de brefs passages, avec ou sans animaux, qui n’auront contribué au mieux qu’à l’épaisse sédimentation, un cas particulier mérite d’être signalé. Entre les niveaux NFI2 et NFS, dans la bande E6-7, un intervalle stérile en éléments céramiques caractéristiques a été isolé (fig. 30, 33). Nous avons pu par projection lui rapporter 166 restes osseux. Parmi la faune déterminée, dont les éléments ont été fondus à l’ensemble NFI2 sur la base de l’identité sédimentaire (§ 9.2.3.), c’est le bouquetin qui arrive en tête avec 8 restes déterminés sur 26, pour un poids de 106 g sur 188. La chasse semble donc à ce niveau avoir tenu un rôle prépondérant dans l’alimentation, au cours d’un ou de passages dont aucun autre vestige mobile ne témoigne aussi nettement. Enfin, dans la perspective de l’analyse structurale et fonctionnelle du site, nous admettons en partie par hypothèse que les vestiges de toute nature regroupés par ensembles chronographiques sont globalement synchrones et entretiennent des relations fonctionnelles. La répétitivité assez systématique de l’assemblage des restes des différentes catégories dans chaque entité chronoculturelle (sédiments, céramiques, faunes, lithique, parures) nous incite en effet à cette inclination, pour la séquence néolithique final notamment, sans que nous soyons aussi systématiquement en mesure de la justifier de manière irréfutable.

12.1.1. Extension des faciès sédimentaires

2La répartition spatiale des principales formations sédimentaires caractérisant les différents épisodes d’occupation peut être postulée à partir des observations et restitutions du maillage lithologique du site opéré à partir de l’examen des coupes de terrain et de clichés photographiques (§ 2.1.1.). Ces propositions ne sont possibles que pour les couches néolithiques. Les sédiments du Bronze ancien sont trop lacunaires et ceux du Bronze final discontinus et perturbés pour se prêter à cet exercice, sauf très localement.

3La synthèse chronostratigraphique (§ 2.2.4.1. et 2.2.4.3.) nous indique que les épaisseurs sédimentaires maximales ont été enregistrées selon l’axe de la bande E, entre les dalles de l’effondrement de la couche C3B d’une part, entre la dalle inclinée de FG6-7 et la paroi est de la cavité identifié comme secteur de la diaclase-éboulis d’autre part. Si des données graphiques existent pour le centre de la salle I, seuls quelques rares clichés illustrent les dépôts dans la zone de l’éboulis (fig. 28). Aucune observation ne permet par contre de traiter des continuités sédimentaires entre ces deux secteurs de fouille.

4La répartition des sédiments se calque sur ces deux pièges topographiques majeurs. Leur épaisseur semble maximale dans les bandes 7-8 (fig. 20, 28). Ils occupent des surfaces équivalentes (fig. 225-229), avec une extension éventuellement supérieure pour les limons NFI2 avec le niveau MN1 ?, qui peut en constituer une variation latérale sans qu’il soit possible d’assimiler ce niveau à des « fumiers ».

5Le cliché stratigraphique partiel de la jonction des carrés B4 et C4 indique qu’aucune couche hétérogène d’aspect limono-argileux en boulette et de coloration ocre verdâtre à ocre-jaune paille orangé, ou encore gris-brun, (les « fumiers » des d7, d10 et d11 du témoin 1994) n’est visible à cet endroit, constituant ainsi a minima la limite ouest de ces formations spécifiques du Néolithique final dont l’extension est bloquée par la grande dalle de la couche 3B en C-D4. Par contre, deux couches successives de coloration blanche puis noire, entre les cotes-115 et-105 cm, peuvent correspondre à ces altitudes à des dépôts du Bronze final. Mais leur correspondance avec les unités B3 et N2 de la bande E (fig. 20) ne peut être assurée.

12.1.2. Limites de l’analyse spatiale et fonctionnelle

6C’est à nouveau à partir des corpus à valeur chronoculturelle restitués par projections verticales que nous tenterons d’établir la répartition des différentes catégories de vestiges dans la salle I, en les reportant sur les plans d’extension postulée des masses sédimentaires (fig. 224-242). Dans cet exercice, la dispersion des restes fauniques fera défaut. Contrairement aux objets isolés localisés hors des trois bandes de projection verticale E, G et 5/6, le nombre de restes d’animaux présents dans ces espaces intermédiaires et non pris en compte dans l’analyse archéozoologique est suffisamment conséquent (16 %, § 9.2.1) pour empêcher une vue d’ensemble cohérente.

7Nous ne pourrons compter sur une précision stratigraphique suffisante, permettant de rapporter à chacune des unités sédimentaires, à la plus infime partie réduite d’un tout, les éléments mobiles qu’elles durent englober. En règle générale, ce défaut est rédhibitoire dans toute tentative d’approche de la succession de différentes formes d’utilisation des cavités qui conduisent à la fossilisation de vestiges différents dans des sédiments particuliers à des fonctions spécifiques. C’est notamment le cas pour la séquence attribuée au Néolithique final inférieur 2 et surtout pour les différentes couches qui relèvent du Néolithique final supérieur. C’est également la situation qui prévaut pour les quelques restes humains isolés, dont nous ne connaissons guère les contextes de dépôts initiaux. Nous verrons que ces constats pessimistes peuvent parfois être tempérés.

8Les aménagements évidents ne participent pas réellement à la compréhension de la structuration d’ensemble, en raison de leur nombre réduit et des limites imposées par les descriptions qui en ont été faites pendant les fouilles. Les surfaces du Bronze final (infra, §. 12.9.3. et 12.11.3.) échappent quelque peu à cette règle par des complémentarités spatiales probables entre amas cendreux et témoins mobiles.

9Une lacune importante reste attachée à la rareté des observations réalisées dans la salle II. Il ne semble pas cependant que les occupations du Néolithique final aient conduit à une accrétion sédimentaire particulière (fig. 8, C), ni au dépôt d’un nombre d’objets significatif. En effet, la quasi-absence des parures (1 glyciméris, 3 pendeloques sur dents), comme des céramiques de cette période, constitue dans cette hypothèse des éléments probants, certes par défaut. Cette lacune reste néanmoins insuffisamment fondée pour permettre d’attribuer par exclusion l’industrie en matière dure animale de la salle II au seul Néolithique moyen 2 éventuel, auquel semble correspondre un sédiment également rencontré dans la salle I. Un manche de forme spécifique relève à coup sûr du Bronze final. Ce sont d’ailleurs, avant tout, les vestiges de cette période qui dominent dans la salle II, plongée très rapidement dans la pénombre puis dans l’obscurité au-delà de la jonction avec la salle I, en CD9-10 (fig. 9). Ce mobilier occupe essentiellement les zones creuses, entre les blocs, sur les pourtours de la grande dalle horizontale de base, où ont été implantés les carrés de fouille (fig. 9). Aussi cette répartition n’a-t-elle sans doute guère de signification au-delà d’une appréciation généralisée à l’ensemble de la salle II.

10La topographie joue un rôle non négligeable dans l’interprétation. La déclivité du terrain liée à la présence des blocs qui forment le substrat au début du Néolithique final est un premier élément. Ainsi, si nous avons à plusieurs reprises mentionné le piège sédimentaire que constitue la gouttière structurale de la bande E, devons-nous reconnaître conjointement que les pourtours de ce creux, à l’ouest et au nord, bénéficient de conditions d’établissement plus favorables : surélévation, luminosité, moindre humidité. Mais les sédiments n’ont pu s’accumuler sur ces banquettes rocheuses. L’accessibilité des différents points occupés constitue un second paramètre. À l’évidence, la diaclase ouverte entre la grande dalle inférieure et la paroi est selon l’axe FG5-H9 ne permet pas un stationnement durable autre que supportable par les seuls animaux. De plus, cette possibilité se réduit à mesure que l’accumulation de sédiments d’origine organique s’accroît, avant que leur minéralisation en réduise l’épaisseur. Car, en effet, celle-ci a dû être parfois importante ainsi que l’indiquent les figures de tassement relevées sur les marges de la coupe du témoin fouillé en 1994 (fig. 19) et ce qui en subsiste à ce jour sous une forme très compactée. La zone E7-G9, entre les grandes dalles inclinées supérieure et inférieure, ne bénéficie pas de conditions stationnelles beaucoup plus favorables.

11Malgré tous ces facteurs limitants, nous tenterons une approche, certes globale, de la fonction du site aux différentes époques représentées durant la fin de la Préhistoire afin de contribuer à la compréhension des différentes formes d’utilisation de l’espace alpin et à l’identification des raisons et des voies qui y conduisent.

12.1.3. Les structures évidentes

12Comme nous l’avons mentionné (§ 1.2.2.2. et 3.1.), nous ne disposons que de rares documents illustrant les aménagements ou structures supposées telles. Aucune description ne les accompagne et la configuration des sols adjacents demeure inconnue. C’est notamment le cas de tous les sédiments éventuellement liés à des combustions, interprétés mécaniquement comme foyers. Nous savons fort opportunément que ces aménagements destinés à la chauffe et à la cuisson peuvent prendre des formes variées, comme produire des altérations thermiques spécifiques et traduire des nécessités bien différentes. En l’absence de plans et de données topographiques suffisamment détaillées, comme d’arguments sur les continuités/discontinuités structurales, seuls les clichés photographiques peuvent être utilisés en regard de la succession stratigraphique que nous avons restituée. Si les carrés E4 à E6 sont documentés pour les opérations qui se sont déroulées entre 1981 et 1986, leur extension aval en 1987-1988 n’a pas donné lieu à un enregistrement graphique ou photographique. Les rapports mentionnent cependant en 1987 « des foyers où les cendres sont très compactes », et en 1988 « des sédiments noirs ou cendreux, durcis par l’action du feu ; les structures de combustion y sont mal limitées », toutes observations conformes à celles des années antérieures. Elles attestent la probable continuité des faciès sédimentaires d’aspect cendreux et charbonneux vers l’aval jusqu’au témoin fouillé partiellement en 1994. Les analyses sédimentologiques constituent une source d’information fondamentale, qui concerne aussi les sédiments poudreux d’aspect charbonneux et cendreux (§ 3.1.). Il apparaît sur le témoin de 1994 que les produits de ce genre ne constituent jamais de véritables couches, la coloration foncée pouvant résulter en outre d’une forte charge en matières organiques, comme en débris brûlés.

13Formellement, nous pouvons constater l’absence de structures de combustion qui présentent des pierres, soit en position de calorifère, soit matérialisant une limite avec l’extérieur. Nous avons affaire dans la plupart des cas à des placages de sédiments d’aspect cendreux et charbonneux qui doivent résulter de combustions diverses. Nous n’observons pas d’auréole concentrique de coloration blanc/gris/noir/brun, qui pourrait témoigner d’un gradient décroissant d’intensité thermique vers l’extérieur et évoquer ainsi un centre et une marge dont nous pourrions alors préciser la localisation et les contours. Des quatre plans de zones dont nous disposons pour les fouilles 1980-1990 et qui paraissent montrer une structuration de l’espace (dallages, foyers,...), le seul exploitable, qui concerne l’entité du Néolithique final supérieur, ne correspond pas à un aménagement anthropique. Cette situation contraste nettement avec ce que nous connaissons des habitats rhodaniens en cavités aux mêmes périodes. Dans la grotte de la Chauve-Souris à Donzère (Drôme) près d’une vingtaine d’occupations qui ne doivent rien à l’économie pastorale, et plus précisément à son volet « bergerie », ont été étudiées. Des masses de sédiments cendreux ont été observées, avec le développement de formes concentriques de coloration. Elles sont clairement délimitées et correspondent à des combustions localisées en foyers attestés dans pratiquement tous les niveaux. Certaines occupations présentent sur un même sol plusieurs de ces structures, en fonction desquelles se dispersent les témoins mobiles (Vital 2007a). Il existe cependant aux Balmes, comme nous l’avons observé dans le témoin fouillé en 1994, des microlites cendreux qui pourraient avoir correspondu à des foyers sommaires, dont les produits ont été ensuite étalés par le piétinement.

12.2. Le Néolithique moyen 2 NM2 (NF)

14La faible surface fouillée sur le niveau rapporté au Néolithique moyen 2 ne permet guère de développement concernant le statut de l’occupation (fig. 224). Nous avons vu par ailleurs que les datations obtenues en divers points de cette couche sont contradictoires (§ 2.1.3.1. et § 2.2.4.3.). La présence sporadique des bêtes est probable. Mais la faiblesse des sédiments coprogènes noyés dans des apports détritiques extérieurs et parmi d’abondants débris organiques d’origine végétale, indique une présence diffuse des caprinés, bien moins importante qu’aux périodes suivantes (§ 3.1.2.3.). C’est plus vraisemblablement la fonction d’abri pour les hommes qui l’emporte. Une grande meule, proche d’un récipient en écorce associé à une réserve de céréales attestée par la découverte de restes carbonisés dispersés vers l’aval (fig. 44 ; fig. 224), ainsi que plusieurs lames de haches font en effet pencher l’interprétation en ce sens. Aucune donnée palynologique n’est disponible pour ce niveau, mais les analyses réalisées sur les couches immédiatement superposées, sous l’éboulis 3B, montrent une très forte fréquence des Cichoriées (Richard 1985). Il s’agit d’un indice de leur origine anthropique et de leur présence possible parmi des lots de plantes fourragères stockées et/ou consommées. Les nombreux phytolithes des sédiments rapportés au Néolithique moyen 2 NM2 (NF) s’accordent avec la possibilité d’une accumulation de matériel végétal. L’utilisation de paille est vraisemblable, et la présence dominante de l’engrain (Triticum monococcum), une céréale rustique bien adaptée au milieu montagnard (§ 9.1.3.1.), pourrait indiquer des cultures aux abords du site.

Fig. 224 - Plan synthétique de répartition restitué du niveau daté du Néolithique moyen 2, ou du Néolithique moyen 2 à Néolithique final NM2 (NF).

12.3. Le Néolithique final inférieur 1 (NFI1)

12.3.1. Répartition du mobilier archéologique

15Les 34 parures de l’ensemble NFI1 sont essentiellement réparties dans les carrés 5 à 7 des bandes E et G, plus précisément dans les zones en creux et le long de la paroi est (fig. 225). Si par hypothèse une partie des parures communes aux NFI1 et NFI2 (fig. 226) appartient au premier, l’image de la densité et de la dispersion ne s’en trouve guère modifiée. Trois dents d’un adolescent sont éparpillées sur cette surface. Nous pouvons observer quelques cas de regroupements des parures selon les affinités géographiques, méridionales ou septentrionales. Les trois métapodes perforés occupent la même zone en G6-7. Des pièces obtenues sur dents et la pendeloque conique décorée sont concentrées en E7. Ces deux ensembles de pièces d’essence septentrionale sont distants de 2 mètres, de part et d’autre de la dalle inclinée de F5-7. Par rapport aux parures méridionales, elles paraissent plutôt occuper le centre-sud de la salle I alors que les premières sont notablement présentes dans la partie nord. La localisation des deux plaquettes biforées suit globalement les mêmes règles. La plaquette étroite, plutôt de type nord-alpin, sur canine de suidé, est en G7, alors que la plaquette large, qui peut renvoyer à l’Italie du Nord, sur coquillage, provient de E3, avec deux dentales. Toutefois, une autre plaquette en test de coquillage provient de G6. Si l’on réduit la surface occupée par ces séries de parures à 1/4 de mètre carré, nous obtenons des paires de pièces cohérentes en G6 et G7 (fig. 231), la pendeloque en coquillage étant seulement localisée à l’échelle du mètre carré en G6 et d’association moins précise. En E7, un caractère taphonomique renforce l’unité spatiale, les trois pièces étant brisées, dont deux au moins au niveau de la perforation.

16Les ébauches de pendeloques en crochet en roche verte se superposent à l’ensemble, mais se concentrent plutôt le long de la paroi est. Les percuteurs entiers ou fragmentés occupent des zones périphériques ou vides de parures, non loin des ébauches et éclats de taille. Nous remarquons également que ces outils et le fragment de meule en F8 sont en général proches ou dans les contours des ensembles d’affinités méridionales.

Fig. 225 - Plan synthétique de répartition restitué du niveau du Néolithique final inférieur 1.
Les raccords céramiques sont figurés, ainsi que les contours des ensembles de parures selon leurs affinités culturelles : traits interrompus épais pour les affinités septentrionales et traits interrompus fins pour les affinités méridionales.

17La majorité des fragments céramiques se regroupent en 4 ensembles alignés selon D3-E8. De rares tessons des vases 3 et 1 qui nous sont parvenus dans un bon état d’intégrité proviennent de la zone d’éboulis dans la diaclase. Des éléments du vase 3, le plus complet, ont été recueillis plus au sud, mais la plupart gisaient en place et concentrés en D3, semblant encore occuper leur position initiale, en marge de la zone de répartition des parures, comme le fond de vase 2. Les tessons isolés occupent également la périphérie des sédiments et parures du NFI1. La répartition des tessons de la céramique la plus complète (vase 3) permet d’assurer que ce récipient est bien brisé en place et que les fragments ne sont pas issus par gravité des replats rocheux des bandes A à C. Cette argumentation vaut aussi pour les trois autres groupes, dont le caractère incomplet plaide plutôt dans ce cas pour un rejet dans les dépôts organiques d’origine végétale de la bande E.

18D’un point de vue général, l’absence de déchet de fabrication des objets en matière dure animale plaide pour une utilisation lors des occupations.

19L’outillage en os et en bois de cerf du NFI1 (une quinzaine d’unités) est essentiellement réparti dans la partie aval de la salle I, derrière la grande dalle inférieure dans une zone de pénombre en FG5-7. Les rares pièces de datation imprécise NFI1 et 2 (fig. 226) ou des niveaux remaniés de surface (fig. 238) ne peuvent contribuer à modifier significativement cette image. Cette exclusion assez nette, bien qu’incomplète, entre les sédiments NFI1 et l’outillage en matière dure animale est encore accentuée par la présence de 3 pièces de même typologie coincées entre la paroi est et la grande dalle inclinée du niveau 3B en EF3-4, ce qui suggère une datation de la première phase du Néolithique final. Au moins 3 pièces ogivales à étranglement et/ou perforations proximales, ainsi qu’un éclat d’une autre unité (en E8), caractérisent ce niveau NFI1.

Fig. 226 - Plan synthétique de répartition restitué des objets du Néolithique final inférieur 1 ou 2 sur fond NFI1.

12.3.2. Les structures évidentes

20Aucune structure n’est attribuable au NFI1. Une dalle fine brisée en plusieurs morceaux située à l’interface B1/N1 semble plutôt à attribuer à un décollement de la voûte.

12.3.3. Interprétation

21Il se dégage du plan d’ensemble plusieurs répartitions spécifiques (fig. 225). Les mobiliers se concentrent dans la zone centrale où l’on présume l’existence d’un treillis de végétaux destinés à aménager le chaos rocheux (présence d’aiguilles de sapin), ou/et d’un stockage de fourrage éventuellement orienté vers la consommation par les caprinés. La présence de végétaux réservés au paillage ou au nourrissage est encore suggérée par un taux toujours fort de Cichoriées et la présence constante de céréales (Richard 1985 ; § 3.2.2.) à des seuils supérieurs à ceux que produirait la seule pluie pollinique proche (1-5 %).

22Cette épaisse litière a probablement fonctionné comme zone de rejet. Le vase le plus complet est en marge de cette aire en D3. Il est probable qu’il marque la limite entre les surfaces de stationnement des bêtes, en aval, et des hommes en amont, sur les replats rocheux. Un tesson du vase n° 24, recueilli au niveau du décapage d6-7 (E8 en 1994, § 2.2.4.2.), indique son déplacement par gravité dans les sédiments du Néolithique final supérieur, confirmant la présence en amont de matériel utilisé par les humains.

23Les parures constituent un cas particulier. Les répartitions renvoient à des marquages géographiques, méridionaux et septentrionaux (fig. 231). C’est notamment le cas dans les secteurs les plus difficiles d’accès, derrière la grande dalle inclinée supérieure (GDI) et entre celle-ci et son homologue (GDS) plus au sud. Par instinct, les caprinés recherchent de telles situations, zones d’obscurité et propices au regroupement. Les carrés EF4 et surtout G6-7 étant très difficilement praticables pour l’homme, nous devons accepter l’hypothèse que ces parures puissent identifier des bêtes, ou plus précisément certaines d’entre elles. Les exemples historiques et les figurations antiques ne plaident guère en ce sens (Brisebarre 1996, 2007 ; Ryder 2007), bien que des cas rapportés par l’ethnographie soient connus de port de décorations et d’amulettes par les bêtes meneuses (Digard 1981).

24Dans les régions d’économie pastorale développée, les animaux qui entreprennent des parcours d’estivage portent très souvent différentes formes d’ornementation à base végétale, peintes ou jouant avec les possibilités offertes par leur toison. Au-delà de cette fonction décorative qui nous paraît possible pour la Préhistoire, les objets transformés ou façonnés, comme les parures, peuvent constituer un matériel dévolu à l’identification (tri, comptage), ou à la protection par leurs vertus magiques ou propitiatoires (talisman). Ils peuvent aussi souligner la valeur intrinsèque de certaines bêtes (meneuse ou remarquable) (Rossi 2005), à l’image de ce qui est accepté pour les humains, dans des contextes chronoculturels comparables, pour

« primer socialement des activités spécialisées ou des statuts temporaires non transmissibles » (Maréchal et al. 1998 : 168).

25Un amas de céréales carbonisées recueilli en G6, derrière la grande dalle, est daté de la fin de séquence NFI2. Par cette localisation, très différente de celle de la réserve du niveau Néolithique moyen 2 NM2 (NF), ce tas est peut-être lié à la présence et au nourrissage des bêtes, bien qu’une inconnue demeure sur le processus et les circonstances de la carbonisation des graines. Ce pourrait être un nouvel élément distinctif, zootechnique cette fois, de certaines d’entre elles au sein du troupeau (Brochier et al. 1999).

26Les pièces ogivales plates à étranglement sont des éléments particuliers (§ 5.6.4.3.1.). Des exemplaires comparables ont été découverts dans au moins deux cavités du pied oriental des Alpes en Piémont, de Roure Balm’Chanto (Nisbet, Biagi, 1987) et de l’Orrido à Chianocco (Bertone 1990). Un examen à la loupe binoculaire a été conduit par L. Mano sur celle de Chianocco et une observation plus rapide a été opérée sur les deux unités de Balm’Chanto. Plusieurs types de stigmates ont été enregistrés sur les bords et au niveau de l’étranglement, polis et lustrés, stries d’usure, altération et destruction de la matière osseuse, incisions en U produites par frottement. Ces traces conduisent l’auteur à un rejet de l’hypothèse de pendentif ou d’objet de parure (Mano 1990), pour privilégier une interprétation comme objet utilisé pour le tissage comme navette. Mais nous devons observer que les traces d’utilisation peuvent tout aussi bien correspondre à celles laissées sur les clavettes attache-gerbes destinées à assurer l’arrimage de charges sur un bât ou un travois. Ces objets sont communs dans les économies agricoles et généralement façonnés en bois. Ils possèdent une perforation à un bout, par laquelle est fixé un filin dont l’extrémité libre opposée est tirée et nouée sur la clavette par un second orifice après avoir serré la charge à transporter (Jean-Brunhe Delamarre 1999). Ces pièces sont abondantes en Dauphiné et en Savoie où elles sont dénommées tacoules ou trolles (Giese 1991, fig. 44a ; Bornecque et al. 1991 : 127).

27Les exemplaires archéologiques, en os ou bois de cerf, ne possèdent pas les doubles perforations, ni même toujours une seule (fig. 78) (Barge 1982, fig. 18, n° 4). Ils montrent à l’inverse un étranglement comme sur certains modèles de clavettes (ibid., fig. 18, nos 1 et 2). C’est cette particularité, liée à la forme générale et aux dimensions, qui permet de proposer le lien entre les objets archéologiques et historiques. Le fonctionnement a dû être comparable : un cordage noué sur l’étranglement, que l’on enroule à la charge et à son support, pour terminer par un nœud de bois autobloquant sur la partie effilée. Ce système évite ainsi le desserrage pénible de la corde utilisée seule lors d’arrimages répétés. Les comparaisons renvoient aussi bien au Plateau suisse qu’au Languedoc (Voruz 1991 ; Barge 1982) pour des périodes chronologiques compatibles : Horgen, Lüscherz, Saint-Ponien et Treilles. Ces connexions forment un écho singulier à celles révélées par les céramiques et les parures des Balmes. Ce pourraient être les « objets » ou encore les pendeloques des stèles rouergates (Serres 2002). Leur articulation à un baudrier sur des statues-menhirs pose la question de leur participation à un système de portage éventuel. La représentation de crosses sur cette statuaire évoque d’autre part la houlette, accessoire traditionnel du berger (Brisebarre 1996). À nouveau, soulignons simplement un rapprochement, comme au Bronze final, entre terres d’élevages, du Massif Central et des Alpes. Leur interprétation comme poignards (Serres 2006), étuis à outils tranchant ou pendeloques, pourrait donc s’enrichir, sinon s’effacer, face aux parallèles ethnohistoriques proposés. En outre, il s’agirait bien dans le cas des poignards des très rares figurations sur support rocheux en Europe occidentale parmi lesquelles le manche n’est pas clairement distinct (Saulieu 2004). Cette observation s’appliquerait indifféremment aux deux temps du Néolithique final et du style IIIA (De Marinis 1994). Paradoxalement, les gravures d’armement alpines auront pesé lourd dans l’interprétation des stèles du sud du Massif Central, sans que ces dernières en présentent tous les canons figuratifs. P. Ambert avait attiré l’attention sur l’interprétation souvent univoque des objets languedociens, de formes diverses, comme symboles de pouvoir ou de manifestations rituelles, pour souligner la possibilité d’une utilisation et d’une représentation plus prosaïque et proche du « réel » (Ambert 1998), doublée de la présence des objets fusiforme à gorge sur les statues-menhirs féminines (Ambert 2003).

28La répartition des pièces ogivales à étranglement dans l’ensemble NFI1 privilégie certaines zones libres de vestiges, qui peuvent, comme en F3, avoir été dévolues au stockage de fourrage et/ou, comme à l’emplacement du sondage de 1994 (en E8), avoir nécessité la construction d’une litière (fig. 225). Dans les deux cas, la mobilisation de végétaux ligneux est un dénominateur commun.

29La relation entre ces objets et les pratiques pastorales semble une nouvelle piste de recherche, illustrée, peut-être involontairement, par la première de couverture du volume des Actes du 2ème colloque international sur la statuaire mégalithique tenu à Saint-Pons-de-Thomières en 1997 (FAH 1998).

12.4. L’ensemble Néolithique final inférieur 1-2 (NFI1-2)

12.4.1. Répartition du mobilier archéologique

30Les 24 parures de l’interface NFI1/NFI2, ou dont l’attribution à l’un ou l’autre niveau n’a pu être précisée, n’apportent pas de complément déterminant (fig. 226). La perle annulaire de G6, d’essence méridionale, ne constitue pas un élément qui modifie significativement la répartition dans l’éboulis des pièces d’origine géographique opposée des NFI1 (fig. 225) et NFI2 (fig. 227). D’autant moins que les autres unités renvoient quasi exclusivement à la même région ; leur concentration est là aussi comparable aux regroupements relevés pour les niveaux du NFI1 et du NFI2 au cœur de la salle I. L’éclat de roche verte en F5 compléterait plutôt le plan du NFI1, alors que l’ébauche de lame de hache en D7 s’accorde avec la dispersion d’une suite d’outils (polissoirs) ou de pièces techniques, dont deux fragments de lames et une troisième, entière, en NFI2. De la même manière, on peut s’interroger sur le rattachement éventuel des deux restes de polissoir, en F5 et G6, au niveau NFI2 dans lequel ils sont particulièrement représentés (§ 5.2.3.4.).

Fig. 227 - Plan synthétique de répartition restitué du niveau du Néolithique final inférieur 2.
Les remontages de tessons céramiques et de pièces de mouture sont figurés, ainsi que les contours des ensembles de parures selon leurs affinités culturelles : traits interrompus épais pour les affinités septentrionales et traits interrompus fins pour les affinités méridionales.

12.5. Le Néolithique final inférieur 2 (NFI2)

12.5.1. Répartition du mobilier archéologique

31Les occupations du NFI2 succèdent à la chute d’une dalle fine en DE4 à l’interface des unités B1/N1. Il s’agit vraisemblablement d’un large éclat thermique de roche détaché du plafond à la suite de la combustion d’amas végétaux qui constituent des tapis en NFI1 (§ 3.1.2.2.).

32La plupart des 57 parures ont été recueillies dans et en limite de la bande E5-8 (fig. 227). Par rapport au niveau du NFI1, elles sont bien plus rares (de moitié) dans la diaclase qu’au centre de la salle I. On relève toutefois des similarités nettes avec la dispersion observée pour cette occupation antérieure. Notamment, trois des quatre pièces percées sur dents, rapprochées d’éléments d’affinités septentrionales, s’alignent selon G6-H8 dans la zone occupée préalablement par les pendeloques sur métapodes. Une nouvelle fois, la plaquette biforée est du type étroit, sur dent de suidé. Les parures attribuées aux cultures d’origine méridionale se concentrent toujours dans la bande E avec quelques séries remarquables : 8 perles annulaires d’un collier en connexion en E5 (fig. 231) ; 6 dentales, une pendeloque en crochet et une plaquette biforée, du type large (italique ?) cette fois, toujours sur coquillages, dans le témoin fouillé en 1994 (fig. 231) ; enfin, un nombre significatif de pendeloques en crochet depuis cette zone jusqu’en E5 au nord. Nous pouvons aussi noter qu’un second ensemble de parures de style septentrional occupe dans la bande E plutôt la périphérie de l’aire de concentration des unités d’essence méridionale. Plus globalement les deux aires de dispersion ne se recoupent que sur la marge en E5. Deux pendeloques à pointe en calcaire ont été découvertes dans la bande EF5, l’une en NFI2 et l’autre en NFI générique ; leur proximité suggère un même niveau probable d’appartenance.

33Les parures se répartissent très nettement suivant les contours des formations de « fumiers » minéralisés de couleur ocre-beige. Très peu de pièces (4, soit 7 %) occupent la zone des sédiments MN1 ? au nord. Si l’on admet qu’un certain nombre des parures communes aux NFI1 et NFI2 (fig. 226) appartiennent au second niveau, comme pour l’ensemble NFI1, les constantes dans la densité et la dispersion ne s’en trouvent pas modifiées. On peut juste supposer pour ces deux ensembles du Néolithique inférieur la possibilité d’une zone de concentration de parures d’affinités exclusivement méridionales sur DF1-2 à partir de l’identification de plusieurs pièces recueillies au niveau du Bronze final ou dans des niveaux de surface remaniés (fig. 238, 239). Leur attribution à l’ensemble NFS semble moins convaincante (§ 12.6.1.).

34Les fragments de lames de haches, de polissoirs, de meules, occupent les marges des « fumiers » de bergerie minéralisés vers le nord et l’ouest et cette bande peut être prolongée en D8 d’où provient une lame de hache proche de celle du groupe NFI générique découverte en D7. Des raccords de meule et polissoir fragmentés s’opèrent selon ces contours. Un autre groupe d’objets en pierre, numériquement plus réduit, est identifiable en FG6-7 avec deux percuteurs et un éclat possible de nucleus. Si l’ébauche de pendeloque en crochet voisine des pièces de même nature et peut avoir été portée ainsi, l’ébauche de flèche figure parmi les pièces techniques. D’un point de vue plus général, la répartition de ces objets en pierres diverses est différente en NFI1 et NFI2.

35La céramique (vase 5, fond 4) occupe elle aussi l’extérieur de la zone des « fumiers » minéralisés. C’est particulièrement net pour le vase 5, pratiquement éclaté sur 1 m2 en E3 à l’instar de son homologue du NFI1 en D3. Seuls les fragments du petit pot 13, en H7, échappent à ce constat.

36Les objets en matière dure animale sont bien moins nombreux (nb = 5) que dans le niveau NFI1. Ils sont regroupés dans la gouttière des bandes EF, dans la partie la plus épaisse des niveaux de « fumiers » minéralisés.

12.5.2. Les structures évidentes

37Aucun aménagement ne peut être rapporté à l’ensemble NFI2.

12.5.3. Interprétation

38Nous retrouvons au NFI2 un grand nombre de localisations déjà identifiées au NFI1 et qui tendent ainsi à former des constantes. Au nombre de celles-ci on trouve la répartition à valeur géographique des parures (fig. 231), à laquelle on peut ajouter la présence des ébauches de pendeloques à crochet dans ces mêmes limites, ce qui pourrait signifier qu’elles ont été portées à ce stade de façonnage. La seule céramique bien conservée (vase 5), dont les restes sont dispersés dans un rayon d’un mètre, occupe le même secteur marginal nord que le vase 3 de NFI1. Si l’on ajoute la présence de fragments de meules et de polissoirs, ainsi qu’une ébauche de flèche en roche tenace, nous retrouvons l’opposition entre une aire centrale et basse de parcage et une aire surplombante occupée par les hommes. La nature des vestiges, céramiques, outils et pièces techniques lithiques, indique que la partie nord de la salle I était un lieu de vie et d’activités manuelles comme le travail des roches tenaces. Les rares pièces en os façonnées sont généralement mêlées aux « fumiers », sans que l’on puisse préciser si elles sont en position de rejet, ou de perte sur leur lieu d’utilisation, parmi les bêtes. Cette question, rejet ou perte, a été posée à propos de l’origine des 484 objets de parures recueillis sur les sites littoraux de Chalain et de Clairvaux (Pétrequin 1998c). Leur dilution sur une séquence chronologique longue de 6 à 8 siècles et parmi un grand nombre d’habitations ouvre sur la possibilité que ces parures puissent avoir participé à l’expression de statuts sociaux particuliers, puis aient été rejetées en vertu de règles précises de transmissibilité. Deux différences fondamentales opposent le cas jurassien et celui de la grotte des Balmes. En premier lieu, le statut fonctionnel des sites est totalement différent. Ensuite, le nombre d’objets à Sollières (139 à 150 au moins pour le Néolithique final, § 5.3.1.) est bien plus important en regard des volumes et surfaces fouillés et bien que cet inventaire reste toutefois numériquement en deçà de ceux fournis par certains contextes sépulcraux méridionaux, surtout si l’on considère le nombre de pièces constituant des équipements individuels. Les groupes topographiques isolés dans la cavité présentent à la fois des pièces dont la perforation est ouverte, ou non (fig. 231), ce qui suggère que les premières aient été brisées dans certains cas in situ, et non rejetées.

39L’hypothèse de l’affectation des parures à certaines bêtes, émise supra, peut être testée à l’issue de l’examen de la situation du niveau NFI2. Le caractère récurrent et la conjugaison des fréquences, des associations typologiques et des marquages géographique, des localisations topographiques et des effets taphonomiques, laissent peu de place aux incidences circonstancielles d’un point de vue probabiliste. La répétitivité du phénomène et le nombre de pièces impliquées renvoie plutôt à une cause structurelle. Pour atteindre une telle densité, il faut en effet un nombre significatif de porteurs de parures, alors même que l’on suppose qu’il s’agit d’un trait distinctif, donc peu partagé. Si l’on observe la localisation des ébauches d’objets en roche tenace, toutes les pendeloques à crochet sont du côté des sédiments de bergerie, tous niveaux NFI confondus, alors que l’armature losangique est plutôt du côté des hommes. Aux Balmes, tout porte à croire que le nombre de quadrupèdes l’emporte très nettement sur celui des bipèdes au Néolithique final. Toutefois, la présence d’un grand nombre de bêtes postulée à partir de l’importance de l’accumulation de sédiments de bergerie confirme que ce port de parure demeure certainement exceptionnel, dilué dans une masse de sédiments sans commune mesure avec ce qu’elle est à ce jour après réduction par minéralisation. Ce compactage donne aussi une image certainement surévaluée de la concentration des objets en plan à l’instant t de leur abandon, image cumulative qui résulte de la procédure d’analyse imposée par les conditions de fouille. Peut-être l’importante sédimentation organique a-t-elle aussi joué un rôle protecteur face au piétinement pour les vases 3 et 5 des entités NFI1 et NFI2, dont la fraîcheur des cassures et l’intégrité significative indiquent une fossilisation rapide, largement favorisée par la rapidité de la sédimentation coprogène. La position des nombreux tessons de ces récipients, projetés sur un plan vertical limité à 10 cm de largeur de part et d’autre de la coupe de la bande E de manière à éviter les effets de la pente, montrent que les fragments ne constituent pas une suite ou une concentration significative d’un point de vue lithologique, qui correspondrait par exemple à une interface de combustion, mais qu’ils se dispersent sur l’épaisseur des couches.

40Ces caprinés éventuellement parés étaient-ils des animaux mis à l’isolement, ou marqués au sein du troupeau ? Avec des situations intermédiaires possibles. La méconnaissance totale des rythmes et des modalités précises d’occupation ne permet pas de répondre. Les décomptes palynologiques (Richard 1985) confirment bien le statut de bergerie par la présence conjointe de Dipsacacées, Poacées, Chénopodiacées, Caryophyllacées et Poligonum, qui viennent s’ajouter aux céréales, aux Centaurées et aux Cichoriées. En fin de séquence NFI2, un niveau « stérile » (supra, § 12.1.) est le seul à montrer une fréquence élevée de pollens de noisetiers parmi les arbres (> 50 %), à relier peut-être à la pratique de la feuillée.

12.6. Le Néolithique final supérieur (NFS)

41Cet ensemble regroupe au moins trois unités sédimentaires successives dans la bande E (fig. 20), mais leur extension et leur épaisseur ne sont pas connues en détail (fig. 229). Le niveau intermédiaire correspond à des « fumiers » minéralisés de coloration généralement ocre-beige. L’étude sédimentologique (§ 3.1.) révèle cependant que nous avons affaire à des accumulations coprogènes rapides quelle que soit la formation considérée. La base du NFS correspond à des niveaux d’excréments brûlés, impliquant un état sec. On enregistre aussi un détritisme terrigène, grossier notamment, issu de l’extérieur, qui marque un ralentissement, voire parfois une pause dans l’accumulation des « fumiers ».

12.6.1. Répartition du mobilier archéologique

42Les éléments de parure de l’ensemble NFS sont en nombre réduit avec 11 pièces, dont 9 occupent la moitié inférieure et la base de la couche, et 2 la partie supérieure. Elles sont presque toutes localisées sous la dalle inclinée de la salle I (GDI), dans une zone où la nature des sédiments n’est pas connue par analyse (fig. 229). Si l’on ajoute les unités de chronologie incertaine NFI2-NFS (fig. 228), la situation ne change guère avec 1 seule pièce en E4. Les affinités géographiques sont essentiellement méridionales, mais l’on peut à nouveau isoler trois groupes topographiques à valeur culturelle en GH, dont l’un d’essence plus nordique. Il est encore possible de scinder le groupe G5-6 en trois si l’on prend les séries par 1/4 de mètre carré, comme en G8 et en NFI1, avec des parures appariées. Ces paires méridionales de G6 et G8 (fig. 231) proviennent du niveau intermédiaire de « fumiers » minéralisés NFS. On ne peut par contre préciser si la concentration de parures d’affinités exclusivement méridionales des niveaux du Bronze final ou remaniés (fig. 238, 239), principalement en DF1-2, relève des occupations du NFS. Si l’on considère leur localisation, elle suit une certaine logique propre à ce niveau, le long des parois. Si l’on privilégie la nature et surtout le nombre des pièces, elles correspondent mieux avec les inventaires des couches du Néolithique final inférieur.

Fig. 228 - Plan synthétique de répartition restitué des objets du Néolithique final inférieur 2 ou du Néolithique final supérieur sur fond NFI2.

Fig. 229 - Plan synthétique de répartition restitué du niveau du Néolithique final supérieur.
Les raccords céramiques sont figurés, ainsi que les contours des ensembles de parures selon leurs affinités culturelles : traits interrompus épais pour les affinités septentrionales et traits interrompus fins pour les affinités méridionales.
La liaison entre une meule et une molette d’un couple éventuel est illustrée par un trait interrompu court.

43L’outillage en roche verte, comme les pièces techniques ou de mouture, se concentre selon un axe F5-D/E7. Suivant ce vecteur, il faut mentionner un très probable couple meule-molette, la meule, face active vers le haut et la molette en contrebas de la précédente, sur la pente. Le mobilier lithique, pièces de mouture comprises, a été globalement découvert sous les niveaux de « fumiers » minéralisés NFS intermédiaires dans la bande E.

44La dispersion des céramiques est totalement différente de celle des deux ensembles antérieurs NFI1 et 2. Mais là encore, la succession de plusieurs unités sédimentaires en NFS demande d’en détailler la localisation. Dans la bande E, les plus anciens tessons des vases 17, 22 et 23 reposent à la base de l’ensemble NFS, sous les « fumiers » ocre-beige (fig. 30). Dans la bande G (fig. 30, 32), les tessons des vases 17, 18, 20 et 23 occupent la base de l’ensemble, position conforme à celle décrite pour E et pouvant correspondre à un niveau plancher des « fumiers » intermédiaires. Des tessons du vase 17 sont cependant inclus dans ces sédiments au niveau du décapage d7 de 1994. La position du vase 21 est indécidable (toutes couches).

45Une fusaïole en céramique a été recueillie en D7 sous la meule, en marge des « fumiers ». Il en est de même de deux autres volants en pierre en D1 et E2, vers le vase 22. L’un était en surface, l’autre dans les couches du Bronze final, mais leur typologie conduit à une attribution chronologique correspondant plutôt au Néolithique final supérieur (§ 5.1.9.).

46Le mobilier en os et bois de cervidé s’inscrit, comme au NFI2, dans les contours de la zone de dépôt des sédiments de bergerie (fig. 229). Les pièces de datation équivoque NFI2-NFS ne dérogent pas à cette règle (fig. 228). Quatre des six pièces au contexte sédimentaire ou stratigraphique connu sont incluses dans des « fumiers » minéralisés ocre. La pièce ogivale à encoches est localisée vers la paroi est (en F5), comme en NFI1. Trois objets sont répartis sur 1/4 de mètre carré chevauchant la limite nord de E5 et de F5. Cette pièce ogivale, cette pointe et ce biseau (fig. 78, nos 6, 13 ; fig. 79, n° 7) ont peut-être constitué un petit nécessaire zootechnique.

12.6.2. Les structures évidentes

47C’est pour cet ensemble Néolithique final supérieur que s’est posée la question de la réalité de structures de combustions, de chauffe ou de cuisson. À plusieurs reprises, des sédiments blancs d’aspects cendreux sont apparus en cours de fouille. Les clichés photographiques qui constituent l’unique documentation utilisable ne permettent pas, si nous les considérons isolément comme ce fut le cas durant la fouille, de trancher sur la réalité des contours. Il pourrait s’agir de sédiments qui apparaissent dans les boutonnières d’un décapage qui n’aurait pas respecté la lithologie, comme de placages isolés. Les relevés et la synthèse stratigraphique (fig. 13, 20) portent pourtant à croire que ces formations liées à des combustions, éventuellement en placages discontinus, constituent une même unité lithologique. La synthèse de nos informations (fig. 230) confirme la grande proximité spatiale des différents sédiments d’aspect cendreux et la rubéfaction des blocs enrobés ou sous-jacents. Leur large extension, comme l’absence déjà mentionnée des zonations thermiques et chromatiques, souvent caractéristiques des foyers domestiques, sont d’autres arguments qui s’opposent à cette dernière interprétation. Le contraste entre la configuration de ces placages et celle d’un aménagement de type foyer, comme celui découvert en E8 qui ne semble pas faire de doute, apporte un nouvel élément de discussion et de validation des hypothèses.

Fig. 230 - Plan synthétique de répartition restitué des formations d’aspect cendreux du Néolithique final supérieur des fouilles 1980-90.
Répartition des faciès sédimentaires des unités B2 et éventuellement G2 dans la bande E (E4 et EF7-8) d’après relevés de terrain ; le reste d’après photographies.
Localisation du foyer dégagé en EF8 dans le témoin fouillé en 1994.

Fig. 231 - Assemblages de parures à valeur régionale des niveaux de bergerie du Néolithique final de la grotte des Balmes.
Affinités septentrionales : G6-7, E7, GH6-8 (les plaquettes biforées sont du type nord-alpin étroit en canine de suidé).
Affinités méridionales : E5-6, E5, G6, G8, témoin 1994 (la plaquette biforée est du type italien large en coquillage).

Structure E8

48Un aménagement dégagé au cours de la fouille du témoin en 1994 appartient à la séquence supérieure du Néolithique final (fig. 232A). Il est installé au niveau de la surface s6 dont la datation est comprise entre celles des décapages d8 et d6, 2660-2575 (d8, Ly-7506, 4084 ± 41 B. P.) et 2550-2470 av. J.-C. (d6, Ly-7505, 3968 ± 44 B. P.). Cette structure de contour subcirculaire occupe 1/4 de mètre carré environ. Elle comprend à la base, sur 10 cm d’épaisseur, un hérisson constitué d’une douzaine de pierres et de dallettes à fort pendage. Ces éléments sont noyés dans un limon qui a pris une coloration orangée sous l’effet de la chaleur. En périphérie, le sédiment est ocre rosé. En position pratiquement centrale, on trouve ensuite une zone de cendres blanches. Ces caractéristiques correspondent à une structuration de foyer. Un grand galet plat et un objet mousse en bois de cerf étaient à faible distance.

Fig. 232 - Témoin EF7-8 (fouille 1994).
A : plan du foyer sur hérisson de pierres de la surface s6, du Néolithique final supérieur.
B : plans de détail des différentes phases constitutives du foyer dallé du Bronze ancien de la phase 1720-1660 av. J.-C.

12.6.3. Interprétation

49D’un point de vue général, la séquence sédimentaire du NFS se rattache au cycle des occupations en bergerie, résultat confirmé par les indicateurs palynologiques qui ne sont guère différents de ceux des deux ensembles NFI, si ce n’est une fréquence accrue d’Artemisia. Les espèces domestiques consommées restent toujours dominées par les bovins en poids de restes, alors que les caprinés regroupent le plus grand nombre de pièces.

50Mais cette séquence NFS est scindée en plusieurs unités comprenant, à la base, des résidus de combustion, et au sommet un aménagement de combustion (E8). Malgré la précision réduite des attributions stratigraphiques en l’absence d’observations in situ et dans des situations topographiques parfois chaotiques, nous avons relevé que, selon leur nature, les objets ne sont pas présents aux mêmes niveaux au sein de cette séquence et que nous sommes face à un dépôt, pour partie successif, des différentes catégories de vestiges. Après un épisode de combustion de « fumiers », l’outillage en pierre (mouture, fusaïoles, armature en silex, lames polies) et nombre de céramiques abandonnées semblent correspondre à une occupation initiale. Si cet ensemble NFS est toujours composé de faciès sédimentaires à sphérolites largement dominants, il semble que les épisodes d’occupation par l’homme et par les bêtes soient plus discontinus.

51Les parures ont été retrouvées sur toute l’épaisseur sédimentaire du NFS, mais en majorité dans la moitié inférieure et à la base des couches et quasi uniquement dans la diaclase. Au-delà de cette caractérisation chronologique plus large, cette localisation des parures semble correspondre à une utilisation spécifique de cette zone. Nous retrouvons à nouveau les pièces de parure dans un espace confiné, sans doute recherché par les caprinés. Des clichés photographiques attestent en outre que des sédiments ocre de bergerie sont bien présents derrière la grande dalle inférieure. Le foyer décrit en E8 peut ensuite correspondre à une dernière phase d’occupation.

52Cet ensemble du Néolithique final supérieur permet d’opposer, parmi les unités stratigraphiques ou structurées, les épandages de produits cendreux ou charbonneux, comme au niveau du décapage d8, et les aménagements réels, comme en E8 en surface s6. Les premiers sont souvent à la fois étendus et discontinus (fig. 230), fréquemment mentionnés ou postulés au sein des niveaux de bergerie (fig. 20, en E5-6 par exemple). Les seconds sont limités et exceptionnels. Dans le premier cas, il semble que l’interprétation de brûlage de « fumiers » secs doit prévaloir.

53Dans les bergeries, le brûlage est conduit pour réduire le volume des restes, mais il est aussi destiné à l’assèchement et à l’assainissement du sol de manière à prévenir la contagion des bêtes par le piétin (Acovitsioti-Hameau, Brochier (J. E.), Hameau 2000). Contre cette affection, on peut aussi rappeler une pratique traditionnelle, un rituel prophylactique relevé dans les régions d’élevage et de montagne (Cévennes, Alpes-Maritimes, Pyrénées), qui consiste à faire passer les troupeaux, le lendemain de la célébration du solstice d’été, par les cendres des bûchers allumés pour l’occasion. Cette mesure préventive concerne les sédentaires, mais les équipages transhumants aussi (Brisebarre 1996 ; Rossi 2005).

12.7. L’ensemble Bronze ancien

12.7.1. Chronologie

54Les occupations du Bronze ancien livrent des données éparses, exploitables uniquement du point de vue des mobiliers et de la chronométrie, mais leur corrélation se heurte aux limites imposées par les modalités de fouille (fig. 233). Deux séries céramiques diachrones sont postulées, la première traduisant deux origines, italique (salle I préférentiellement) et Centre-Sud-Est (salle II essentiellement), dont la chronologie est centrée sur les 21e-19e siècles av. J.-C. La seconde signale une occupation vers les 18e-17e siècles av. J.-C., avec une ascendance rhodanienne éventuellement un peu plus marquée. Il n’est pas assuré que la rondelle-sceau en schiste et l’alêne losangique en bronze trouvées en position stratigraphique intermédiaire, à une altitude correspondant à celle d’une datation vers 1920-1830 av. J.-C. (CRG-906, 3560 ± 70 B. P.), représentent un épisode d’occupation spécifique. L’origine géographique de ces pièces peut s’accorder avec celle d’une partie du mobilier céramique le plus ancien, lui-même compatible aussi bien avec la datation qui précède au 19e siècle av. J.-C. qu’avec celle du décapage 5 du témoin au 20e siècle av. J.-C. (fig. 234).

Fig. 233 - Plan synthétique de répartition restitué des vestiges du Bronze ancien. Les points d’interrogation figurent les pièces de chronologie incertaine.

Fig. 234 - Plan synthétique de répartition restitué des vestiges du Bronze ancien de la phase ancienne, des 19e-20e siècles av. J.-C.

12.7.2. Répartition du mobilier archéologique

55Hormis la rondelle en schiste à décor rayonnant et l’alêne en bronze, le seul objet de parure qui semble à rapporter au Bronze ancien est une dent d’ours localisée en G9. Sous le caisson du carré H8 (fig. 233), une épingle sur canine de suidé est située au même niveau que des tessons du vase 18 du Néolithique final supérieur et doit être rattachée à cette phase. Plusieurs parures de typologie méridionale qui constituent un groupe topographique, de E4 à G6, pourraient aussi être dans ce cas, proposition qu’il n’est pas possible de valider faute de donnée précise. On peut aussi s’interroger sur la datation réelle des outils en matière dure animale, dont les formes sont comparables à celles des périodes antérieures et dont la présence à ce niveau peut résulter d’effets taphonomiques. En G4-5, les niveaux connaissent un compactage et une réduction conséquents (fig. 33). La molette de F5 est localisée dans un secteur de trouble stratigraphique causé par la présence de la grande dalle inférieure (fig. 32), aussi son attribution au Bronze ancien est-elle donnée avec réserve.

56Malgré les incertitudes chronologiques, une constante se dégage toutefois de la répartition spatiale, avec une localisation préférentielle le long de la paroi est, voire la volonté de dissimulation pour l’ensemble des témoins mobiles rattachés sans équivoque au Bronze ancien. C’est le cas dans la salle I derrière la grande dalle inférieure en F5-G8, tout comme dans la salle II où les principales céramiques sont localisées entre des blocs, toujours le long de la même paroi. Seuls quelques tessons de taille réduite sans caractère particulier sont présents en E5-8, mais en contextes remaniés, hormis en E5. Un percuteur tiré de la fouille de l’éboulis (fouille 1987) n’est pas localisé précisément et ne figure donc pas sur plan. Il se rapproche en outre des pièces typologiques du Bronze final.

12.7.3. Les structures évidentes

12.7.3.1. Structure en caisson

57Une structure en pierres matérialise – ou succède immédiatement à – la phase datée du 19e siècle av. J.-C. (CRG-906). Elle a été découverte en 1989 lors de la fouille de la diaclase des bandes GH et son installation est postérieure au dépôt des premières céramiques bronze ancien de l’éboulis (fig. 30, 33). Sa localisation n’avait alors pu être alors établie faute de carroyage dans cette zone d’accès malaisé. Cette position a été précisée ultérieurement, à la faveur du relevé topographique de détail de la cavité en 1995 et de son ajustement aux référentiels spatiaux des opérations successives. Nous avons mis à profit pour cela les relevés de la structure et de la diaclase. Nous avons aussi considéré la pente des parois de cette anfractuosité (fig. 28) qui induit une forte variation latérale de leurs limites suivant l’altitude considérée. Enfin, nous avons aussi pu compter dans cette remise en contexte sur des accidents spécifiques de la roche ou des points de délinéation caractéristiques des parois, pour conclure que cet aménagement occupe le quart sud-ouest du carré H8 (fig. 235, 236). Il est constitué de trois pièces : une dalle subrectangulaire de quelques centimètres d’épaisseur posée à plat, ainsi qu’une dalle et un bloc plus épais posés de chant de part et d’autre. L’espace interne ainsi ménagé, limité aux contours des éléments constitutifs est d’environ 30 x 60 cm. La fonction funéraire de cette structure peut être postulée par sa forme même et par la présence de restes osseux humains (§ 9.3.).

Fig. 235 - Contexte topographique, coupe et plan du caisson de dalles du Bronze ancien de la diaclase en H8.
Le profil stratigraphique en fond de coupe est reproduit d’après photo. Il indique la présence de niveaux organiques et charbonneux (voir aussi fig. 28).

Fig. 236. - Photographie du caisson de dalles établi dans la diaclase en H8, en fin de fouille. Échelle décimétrique.

58Ceux-ci ont été principalement découverts dans l’éboulis (1987) à l’entrée de la diaclase, probablement en GH5-6. Cet ensemble regroupe un fragment de crâne, quatre dents isolées, deux coxaux d’un adulte masculin et un fémur portant des races d’intervention (fig. 237, 215, 216). D’autres restes sont présents en E3-6 à divers niveaux de datation équivoque, jusqu’en C8, mais aussi dans le témoin EF7-8 et notamment en surface 3 (clavicule) dont la datation peut être estimée à partir d’une mesure du décapage 4 vers 1720-1640 av. J.-C. (Ly-7502, 3386 ± 48 B. P.). Surtout, les coxaux recueillis dans la fouille de l’éboulis en 1987, d’âge essentiellement bronze ancien, ont été soumis à une datation 14C qui fournit un résultat de 3395 ans ± 41 B. P. (Ly-7510), soit vers 1735-1660 av. J.-C., tout à fait compatible avec la position chronostratigraphique de ce caisson et la datation Ly-7502 du témoin 1994. Ces éléments de chronologie s’accordent aussi avec la typologie des céramiques les plus récentes du Bronze ancien dont l’élément principal, un gobelet sphérique (fig. 85, n° 3) provient aussi de la diaclase en 1987, dans le carré G5. Ces données convergent vers une attribution de ce caisson et des pièces osseuses humaines le plus probablement dans l’intervalle des 18e-17e siècles av. J.-C.

Fig. 237 - Plan synthétique de répartition restitué des vestiges du Bronze ancien de la phase récente 1720-1660 av. J.-C.

59L’attestation de restes osseux humains ne se limite pas au Bronze ancien. Plusieurs éléments ont été exhumés des couches du Bronze final, mais nous ne pouvons être affirmatifs sur leur datation réelle si l’on considère la mesure obtenue sur les fragments de coxaux de l’éboulis en 1987 (céramiques BA > BF).

60Dans tous les cas, l’éparpillement et l’inventaire restreint des restes plaident pour un remaniement et/ou un ensevelissement secondaire des ossements, au moins pour le Bronze ancien.

61Les mensurations internes de la structure paraissent réduites, pour la longueur notamment, mais ne s’opposent pas à l’interprétation funéraire, notamment dans le cas éventuel d’une réduction. Nous ne pouvons en outre rejeter la possibilité que ce dispositif ait été amputé (cf. infra, § 12.7.3.2.). Les dimensions correspondent aux tailles des formes les plus petites, comme la ciste adventice ouest du monument MXI de la nécropole du Petit-Chasseur à Sion, en Valais, dont le contenu perturbé comprenait le corps d’un enfant de 3-4 ans en position repliée et un mobilier du Bronze ancien I (Gallay, Chaix 1984). D’un point de vue des affinités géographiques, c’est vers le Sud-Est que l’on doit rechercher les parallèles, dans les coffres de taille souvent supérieure du Bronze ancien du Midi (Tchérémissinoff 2006). Par contre, si le caractère mégalithique des coffres méridionaux produit un effet de signalisation, c’est l’inverse et une volonté de dissimulation qui ressort dans le cas des Balmes.

62Si la rondelle-sceau en schiste et l’alêne losangique bipointe, découvertes à la sortie de ce couloir étroit que constitue la diaclase-éboulis renvoient aux mêmes régions méridionales, la chronologie proposée pour le caisson ne permet pas de considérer que ces deux objets, de datation un peu plus ancienne, aient pu constituer un mobilier funéraire. Cette interprétation et la présence de l’alêne – liée au monde féminin – s’opposeraient d’ailleurs avec l’attribution au sexe masculin des deux coxaux gauche et droit tirés de l’éboulis en 1987, quand bien même, nous le rappelons, est attestée une association de ces deux types d’objets, sceau en terre cuite et alêne, dans la tombe 205 de la nécropole de Franzhausen I en Basse-Autriche (Neugebauer 1997, pl. 469).

12.7.3.2. Empierrement du témoin 1994

63La fouille du témoin en 1994 a permis d’observer une structure de pierres plates directement superposées sur trois niveaux cumulant une quinzaine de centimètres d’épaisseur (fig. 232B-232E ; § 2.1.3.2.). Deux décapages de la surface 3 montrent des dallettes de classe 10-20 cm, à pendage généralement peu accusé, de 0 à 10 degrés en moyenne, jusqu’à 30 ° à la base, généralement centripète, en légère cuvette. Elles reposent à ce niveau sur plusieurs masses de sédiments colorés occupant pour certaines des enfoncements qui ont marqué le sommet des sédiments sous-jacents (fig. 232D, surface 3 base). Cette formation discontinue, parfois en dôme, est un limon d’aspect sableux fin blanc à ocre-rose, roux à la base, auréolé de brun et induré, qui présente ainsi les caractères d’un matériau ayant subi une combustion. Les pierres de la surface 1 correspondent au sommet du dispositif et leur agencement montre que le remaniement observé à cette surface est certainement limité.

64La datation de la mise en place de ce dallage peut être estimée à partir de la mesure effectuée sur les limons noirs charbonneux à pierres de 3-6 cm qui l’accompagnent à sa base, au niveau du décapage 4 : Ly-7502, 3386 ± 48 B. P., soit vers 1720-1640 av. J.-C. environ, dans un second stade d’occupation du Bronze ancien. Une clavicule humaine de la surface 3 (§ 9.3.) peut être affectée de la même datation. Un terminus ante quem est par ailleurs fourni par une mesure sur charbons de bois du décapage 3 : Ly-7502, 3158 ± 42 B. P., soit vers 1475-1320 av. J.-C. environ (BF1-2).

65L’interprétation de ce dallage est malaisée. Son aménagement est volontaire ainsi que l’indique la superposition et la disposition des dallettes (fig. 232E). Cet empierrement semble correspondre à la nécessité de combler un creux dans des sédiments meubles, éventuellement sur un point de communication entre les salles I et II. On peut noter en outre que cette utilisation de pierres plates intervient alors qu’une structure en caisson présumée à vocation funéraire est aménagée de l’autre côté de la dalle inclinée qui sépare le témoin 1994 de la diaclase, et que des restes humains sont dispersés de part et d’autre de cette grande dalle. Cet empilement de dallettes serait-il la conséquence de la destruction d’un aménagement funéraire localisé dans la diaclase et de la dispersion de ses éléments ?

12.7.4. Interprétation

66Les informations spatiales couvrent une surface réduite (fig. 233) et ne permettent pas d’interprétation détaillée. On doit en outre souligner que la sédimentation se poursuit à l’issue de la dernière utilisation datée de la cavité au Bronze ancien. C’est ce qui apparaît sur le cliché photographique et le relevé du caisson H8, entre les cotes-150 et-200 cm (fig. 235, 236), avec une succession de couches d’aspect cendreux et charbonneux, non datées, sinon entre les 17e et 14e siècles av. J.-C. Le niveau plancher des formations attribuées au Bronze final (fig. 28, 32, 33) et la topographie particulière des lieux ne permettent sans doute pas l’extension de ces formations hors de la diaclase, au nord d’un niveau de seuil en G5.

67Les résultats des analyses indiquent que la salle I connaît un nouveau mode de sédimentation. Le principe d’accumulation excrémentiel puissant et rapide qui prévalait jusqu’alors, cesse. Les dépôts coprogènes plus riches en phytolites laissent penser à cette époque à une modification de la composition du troupeau et à une part plus grande prise par les bovins, et/ou à un apport de litière paillée. Les décomptes de faune consommée seraient en concordance, avec, pour la première fois, un plus grand nombre de restes osseux attribués aux bovins. Les faciès sédimentaires à agrégats évoquent la possibilité d’une exploitation des fumiers pour l’amendement des terres agricoles. Simultanément, les taux de pollens indices de prairies et de zones pâturées subissent une réduction sévère, à l’exception des Cichoriées, quasi-exclusives (témoin 1994, inédit).

68La présence de structures, notamment du caisson et d’ossements humains déconnectés du squelette crânien et postcrânien, atteste une variété de fonction du site, ce qui constitue une situation nouvelle à partir du début de l’âge du Bronze. C’est peut-être également ce qu’indique la diversité des connexions géographiques auxquelles renvoient les céramiques, sans qu’il soit possible de faire le lien entre les deux résultats.

69La localisation des vestiges dans des secteurs obscurs, le long de la paroi orientale des salles I (diaclase) et II et, secondairement, dans la zone postérieure de cette dernière, semble être un trait commun à l’ensemble des restes de cette période, dont le coffre dallé constitue le meilleur exemple (fig. 233).

12.8. L’ensemble Bronze final

70La chronologie des occupations au sein du Bronze final n’est suggérée que par les informations tirées de l’analyse typologique des céramiques et de leur succession verticale dans la diaclase G5-H8 (fig. 31, 33). Aucune observation de terrain n’est disponible. Les coupes relevées (fig. 20) ou interprétées (fig. 25) laissent toutefois entrevoir, par les rares vestiges pris en séquence, qu’un premier ensemble de couches B3-G4 pourrait relever du début du Bronze final, et qu’un second N2-G5-G6, pourrait correspondre au Bronze final 2b-3a. L’attribution des vestiges non céramiques à l’une ou l’autre phase du Bronze final 1 à 3a (BzD-HaB1), comme par exemple les pièces de mouture, n’est donc pas possible. Les mobiliers en bronze et en verre peuvent à l’inverse, comme les poteries, contribuer à la compréhension de l’organisation spatiale, pour laquelle nous ne disposons d’aucune analyse des sédiments de la salle I. Les utilisations ultérieures de la cavité peuvent avoir contribué au déplacement des objets. C’est éventuellement le cas dans la salle II où la couverture sédimentaire est faible et où les vestiges ont été découverts dans les pièges à sédiments que constituent les intervalles entre les plus grosses pierres.

12.8.1. Répartition du mobilier archéologique non céramique

71Très peu d’outillage en os peut être attribué avec certitude au Bronze final, car localisé dans une zone de compactage le long de la paroi est, en F3-4. Seules deux pièces biseautées pourraient relever de cette période sur la base de leur identité typologique et éventuellement fonctionnelle (fig. 79, nos 2, 3).

72Plusieurs objets de parure occupent des zones particulières, le long des parois qui forment l’angle nord-est de la salle I (fig. 238). La remontée et le télescopage, voire le biseautage ou encore l’extraction des sédiments néolithiques sur les dalles inclinées de la couche 3B qui occupent cet espace (fig. 20, 24), ainsi que la typologie méridionale de ces pièces, conduisent à penser qu’elles sont très probablement héritées des niveaux de cette période. Leur dispersion et leur densité complètent d’ailleurs assez bien et plus particulièrement les plans des ensembles du Néolithique final inférieur 1 et 2 (fig. 225-227 et supra). Cet argument est-il suffisant pour attribuer le peigne en bois de cerf du carré E2 à ces mêmes occupations ? Un récipient du NFS (fig. 49, n° 2) a subi une recuisson et figure en position secondaire parmi des cendres bronze final en E4.

Fig. 238 - Plan synthétique de répartition restitué des parures de facture néolithique dans les sédiments du Bronze final.

73Les broyons et les percuteurs sont nombreux. Quelques unités sont proches de la surface, en particulier sur le ressaut rocheux qui limite la fouille en C6-7, et leur attribution au Bronze final n’est pas assurée. C’est la cohérence de leur localisation qui conduit à cette hypothèse (fig. 239), qu’appuie leur discrimination typologique (§ 7.8.). Ce premier groupe centré sur C6-7 comprend des percuteurs, une molette et un fragment de meule. Un second ensemble, de broyons surtout, occupe EF3-4. La dispersion des perles en verre et en ambre recoupe les deux zones précédentes, avec une extension et une densité notable autour de D7. Deux perles en ambre proviennent de la salle II. Si le mobilier de bronze se concentre essentiellement dans la diaclase, les fusaïoles sont dispersées dans les salles II (4 pièces) et I (3 pièces). Ces dernières sont localisées à l’entrée de la diaclase.

Fig. 239 - Plan synthétique de répartition restitué des objets du Bronze final, sauf récipients céramiques.
Les points d’interrogation figurent les pièces de chronologie incertaine, notamment les restes humains découverts à des altitudes proches de la surface.

12.8.2. Les structures évidentes

74Dans la salle I, plusieurs masses cendreuses d’étendue limitée et d’une vingtaine de centimètres d’épaisseur ont été observées en coupe (fig. 20, EF5, B3 ; fig. 25). Leur configuration diffère de celle des sédiments comparables du Néolithique final supérieur et leur chronologie peut en outre être précisée. Sur la limite des carrés B4/C4, une coupe montre la superposition très nette de sédiments blancs, puis noirs, tout à fait comparables aux successions B1-N1 du NFI1-2 ou encore MN1-G2-B2 de la séquence NFS. Si leurs altitudes entre-120 et-105 cm sont compatibles avec celles des couches du Bronze final, leur nature les rapproche plutôt des sédiments cendro-charboneux néolithiques et toute spécification chronologique précise demeure hasardeuse (§ 2.2.3.). D’autant plus qu’à de nombreuses reprises, les carnets de fouilles mentionnent pour l’épaisse séquence bronze final la présence de sédiments noirs, charbonneux et gras, de consistance grumeleuse, de graines brûlées, qui alternent nettement avec des couches plus claires jaunes ou cendreuses. Un court tronçon de lame retouchée néolithique brûlée a été découvert à proximité en B4 (fig. 66, n° 7).

75Dans la salle II, les relevés de coupes indiquent que certaines formations de sédiments charbonneux affectent un profil qui correspond à des figures de tassement de dépôts d’épaisseur probablement plus importante à l’origine, et non à des structures aménagées (fig. 12).

12.9. Le Bronze final 1 (BzD)

12.9.1. Répartition du mobilier archéologique

76Au Bronze final 1, les céramiques se répartissent suivant des contours en forme de fer à cheval qui enserrent la grande dalle inférieure (fig. 240). En dehors de cette concentration céramique, nous dénombrons peu de tessons isolés ou de remontages. Ceux-ci se développent essentiellement en D-F3-5. Les grands récipients sont surtout dissimulés derrière la dalle dans une zone qui semble plutôt constituer un lieu de stockage qu’un point de passage. Des raccords opérés avec des céramiques en salle II indiquent à la fois que cette dernière est occupée et que des débris peuvent en provenir, rejetés dans la diaclase de la salle I, qui jouerait alors dans ce cas un second rôle, celui de dépotoir. Ces cas de raccords entre les salles I et II sont d’ailleurs plus nombreux qu’entre les deux zones fouillées respectivement en AE1-4 et en FG-I-V dans cette dernière. Un collage a été aussi obtenu entre deux tessons des salles II et III.

Fig. 240 - Plan synthétique de répartition restitué des céramiques du Bronze final 1 et autres objets.
Les zones grisées numérotées correspondent aux céramiques de cette période (cf. fig. 90). Les sédiments B3 sont figurés en sombre.

77Les pièces métalliques que l’on peut attribuer au Bronze final 1 proviennent de la zone d’éboulis et de la bande E en salle I ; cette dispersion se calque sur celle des céramiques. Un dépôt de parures probablement féminines provient d’une zone de pénombre accusée de la salle II située entre la coupe transversale selon IV/V et le témoin de 1994 (fig. 9). Au moins deux restes humains attribués au Bronze final peuvent être rapportés au BF1 (fig. 240, 241). Il s’agit d’un fémur droit et d’une mandibule d’adulte (§ 9.3.), découverts respectivement en G6 et dans l’éboulis (1986). Mais s’agit-il bien de restes de cette période ? On peut en effet objecter que le fémur complèterait les pièces osseuses du Bronze ancien (deux coxaux gauche-droit et un fémur gauche) en un assemblage cohérent du point de vue morphologique. La question est moins pertinente pour la mandibule. Elle présente en effet la particularité de montrer une surface entièrement lustrée. Nous ne pouvons écarter l’hypothèse d’une relique protégée par un contenant en toile ou en peau. Au bilan, le nombre des restes humains demeure très en deçà du décompte des pièces du squelette et l’éventualité d’inhumations du Bronze final n’est pas défendable, dans l’absolu comme en regard de la situation sur le site au Bronze ancien.

Fig. 241 - Plan synthétique de répartition restitué des céramiques du Bronze final 2b-3a et autres objets.
Les zones grisées numérotées correspondent aux céramiques de cette période (cf. fig. 90). Les sédiments B4 et N2 sont figurés en trame claire.

12.9.2. Les structures évidentes

78La répartition des récipients semble pour partie respecter la présence de masses cendreuses dont l’existence ne nous est connue qu’en coupe, mais dont la nature ne peut être définie. L’une bénéficie d’une bonne insertion stratigraphique, en E5 (fig. 20), à la base de l’ensemble sédimentaire du Bronze final et en rapport avec les couches G4. De fait, son attribution au Bronze final 1 est très plausible. Cette couche cendreuse B3 affecte une forme en dôme, indice de la répétition de dépôts en un même point. Elle a livré des fragments d’os brûlés en E5 où elle est décrite comme « une terre durcie très jaune ». Elle paraît se prolonger dans une coupe non relevée en F4/5 (fig. 25), toujours en lien avec la couche G4, et constituer ainsi une masse stérile qui occupe au moins l’angle nord du carré F5. Si la couche B3 paraît en coupe d’extension limitée (§ 2.2.2.), des observations en cours de fouille laissent entrevoir la possibilité que ces cendres B3 connaissent une dispersion dans l’axe E/F6-7, probablement de moindre épaisseur.

12.9.3. Interprétation

79Au Bronze final 1, les arguments font défaut pour assurer ou réfuter une utilisation de la cavité en bergerie. La diaclase sert à dissimuler un lot de céramiques, parmi lesquelles on observe des contenants de volume important qui indiquent le développement du stockage et de la consommation différée. Des taux de pollens de céréales > 10 % (Richard 1985) sont un indice en faveur de la part prise par ce stockage céréalier, avec des valeurs bien supérieures à celles qui seraient enregistrées au sein même d’un champ (Court-Picon 1987 : 115). Les masses cendreuses accumulées dans la zone F5 attestent une certaine durabilité ou répétitivité des occupations par l’homme. Le dépôt de bronze est là aussi pour nous rappeler que la période du Bronze final va amplifier les possibilités, ouvertes au Bronze ancien et de manière plus ténue au Néolithique final supérieur, d’utilisation à des fins à la fois différentes et certainement plus prégnantes du site en regard de la quantité importante de vestiges abandonnés. La partie centrale de la salle I est aussi occupée alors que la partie intermédiaire, vers l’est, est dévolue au rejet de résidus cendreux toujours en un même point. Il semblerait que les paléocarpes carbonisés du Bronze final aient été particulièrement observés et recueillis dans plusieurs échantillons lors de la fouille des carrés DE7-8 (fig. 150), présence confirmée lors du 3e décapage du témoin, mais dont la chronologie du début du Bronze final ne peut être assurée. Il en est de même pour les pièces de mouture, mais l’on observe qu’elles occuperaient la proche périphérie de l’aire de rangement des céramiques dans l’occurrence d’une attribution d’une partie d’entre elles au BF1. La localisation de la mandibule d’adulte laisse à penser qu’elle ait pu être conservée avec les autres possessions du groupe dissimulées derrière la grande dalle inférieure. Une autre relique est aussi de datation bronze final présumée. La rondelle crânienne en partie calcinée tirée de la salle III a été recueillie avec quelques vestiges céramiques et métalliques, mais leur datation couvre les deux premiers tiers de la période. Un autre fragment crânien, de la salle I, était à l’interface des couches N2/B3 en E5 et sa datation est aussi équivoque entre BF1 et FB2b. Un cas de dépôt en silo de quatre fragments d’une calotte crânienne humaine ayant subi un début de carbonisation est connu pour le début du Bronze final dans l’agglomération du boulevard périphérique nord de Lyon (Vital et al. 2007 : 97). La fonction d’habitat n’en ressort pas pour autant évidente, la part prise par le stockage nous rappelant que la cavité peut constituer le satellite d’un habitat plus pérenne et une halte valorisée par une position privilégiée sur une bande de passage transalpin.

12.10. Le Bronze final 2a (BzD2-HaA1)

80Les quelques récipients attribués au BF2a présentent dans la salle I la même localisation, derrière la grande dalle inférieure, que nombre de poteries du Bronze D. Un raccord a été opéré sur un récipient entre les salles II et III. Tout autre développement est impossible pour cette période. S’agit-il d’un prolongement des pratiques du BF1 jusqu’à un stade que la typologie suggère avancé dans le premier tiers du Bronze final ?

12.11. Le Bronze final 2b-3a (HaA2-B1)

12.11.1. Répartition du mobilier archéologique

81Les contenants céramiques et les éléments typologiques isolés, comme les raccords, occupent essentiellement la partie avant de la salle I et la salle II au HaA2-B1a. Comme pour le plan restitué du BF1, les pièces de mouture se localiseraient sur la marge extérieure des concentrations de poteries. La rareté des tessons dans la zone d’éboulis dissimulée derrière la grande dalle inférieure indique que ce boyau devait être pratiquement obstrué à cette époque. Des collages opérés avec des récipients de la salle II laissent ouverte à nouveau la possibilité que la diaclase ait servi de dépotoir depuis cette zone surplombante. Un raccord avec le puits de la salle III indique que celle-ci est parcourue, mais la faible quantité de mobilier suggère qu’elle ne sert pas de dépotoir, si ce n’est que de manière très marginale, ou ultérieurement (HaB2). Le dépôt de la rondelle crânienne, de datation imprécise, peut toutefois correspondre à une pratique symbolique particulière à cette salle III. Aucun des restes humains qui parsèment la salle I ne peut assurément être rapporté au Bronze final 2b-3a (fig. 239, 241). Dans la salle II est concentrée la plus grande proportion de poteries du HaA2-B1a, notamment les contenants de grand volume. D’ailleurs, de nombreux raccords céramiques ont été obtenus entre les deux zones AE1-4 et FG-I-V qui, avec la densité de céramique, indiquent l’importance de cette salle comme zone de stockage. Un renforcement de cette activité est donc possible après le Bronze final 1, avec un glissement topographique de la salle I vers la salle II.

82Les quelques pièces de métal occupent la bande D au centre de la salle I, comme la plupart des perles en verre et en ambre. Les bronzes se présentent sous forme de petits restes qui indiquent sans doute l’attention dont ont dû faire l’objet les pièces plus lourdes, en regard notamment du bon état de conservation et du nombre des unités rapportées au Bronze D.

12.11.2. Les structures évidentes

83Aucune structure évidente n’est mentionnée pour cette occupation du Bronze final 2b-3a. Pourtant, la présence très fréquente de bois et de graines carbonisées laisse ouverte la possibilité de structures de combustion qui n’ont pas été identifiées, dans la salle I comme dans la salle II. Nous pouvons d’ailleurs observer un niveau blanchâtre d’extension limitée en EF3, dans l’angle d’une coupe (fig. 20, couche B4), dans la partie haute de la séquence bronze final. Les niveaux de combustion en B/C4 occupent aussi une position compatible avec une datation du milieu du Bronze final, en périphérie des vestiges de cette période, bien que leur nature (foyer ?) demeure inconnue. Enfin, à une altitude correspondant à la limite BF1/BF2 sur la projection de la bande G en G3/4 (fig. 30, 33) on observe un niveau foncé charbonneux et/ou organique N2 sur les deux coupes perpendiculaires F4/5 (fig. 25) et E5 (fig. 20). Il connaît un prolongement en DE7 et occupe vers l’est une surface complémentaire à celle occupée par la majorité des témoins mobiles.

12.11.3. Interprétation

84Comme au Bronze final 1, l’occupation du HaA2-B1a montre un renforcement de la présence humaine, recentrée cette fois sur la totalité de la salle I. La salle II est utilisée à des fins de stockage végétal et alimentaire ainsi que l’indiquent les analyses sédimentologiques (§ 3.1.2.3.) et la découverte de fèves (fouilles Chemin 1972-75 ; § 9.1.6.), mais peut aussi avoir abrité des animaux. Selon les observations de R. Chemin, les vases ne sont brisés sur place qu’à un seul emplacement au fond de la salle II (en CD3-4, C5 et E3), là où s’est produit un éboulement de la paroi pendant l’occupation ou sitôt après l’abandon de cette partie de la cavité. Le bris ultérieur des autres éléments en surface peut être attribué aux fréquentations qui suivront à partir du HaB1. Le parcage dans la salle I est attesté par la présence de crottes de moutons ou de chèvres fossilisées retrouvées dans les carrés E6 et G5, c’est-à-dire sur les marges est de la zone de concentration des céramiques, des pièces de mouture et des parures, et selon les contours du niveau N2. Cette superposition pourrait bien renforcer le statut de « fumiers » brûlés pour ce dernier, décrit en cours de fouille comme un « niveau à graines (en fait coprolithes) et charbons de 2 cm d’épaisseur ». Nous retrouvons là une partition observée depuis le Néolithique final inférieur, mais avec une inversion marquée des surfaces dévolues respectivement aux hommes et aux animaux et surtout une inversion significative des proportions, en termes de volumes estimés, des vestiges mobiles ou des sédiments qui relèvent de l’un ou de l’autre pôle. Cet aspect doit avoir été renforcé par le développement des occupations comme bergerie en alternance avec d’autres activités. En l’absence d’échantillonnage sédimentaire dans la salle I, il n’est pas possible de corréler l’augmentation de la fréquence des caprinés en nombre de reste et en poids – attestée dès le BF1 pour cette dernière, mais pour la première fois dominante sur le site – à une modification de la composition du troupeau. Nous pouvons aussi avoir affaire à une disjonction de l’image fournie par la sédimentologie et l’archéologie, entre espèces élevées et espèces consommées.

85Au HaB1 classique, avec un groupe très réduit de récipients, l’occupation de la cavité se réduit, pour se cantonner même semble-t-il aux salles II et III. Cette dernière fait l’objet d’un intérêt particulier avec dépôt de céramiques entières. C’est sans doute cet abandon relatif qui peut expliquer, par une fossilisation non perturbée, la conservation des coprolithes de la salle I en fin de séquence sédimentaire. Les paléocarpes carbonisés découverts lors de la fouille des carrés DE7-8 et du témoin (fig. 150) sont localisés hors de la zone des sédiments N2, dans un secteur à forte densité de témoins d’occupation humaine. Les altitudes des prélèvements sont identiques à celles où ont été recueillies les perles en tonnelet à décor spiralé du HaA2-B1 ; une datation de cette période est en conséquence très probable, si ce n’est exclusive, une chronologie du Bronze final 1 ne pouvant être totalement écartée.

12.12. La Tène

86Après enlèvement d’un niveau superficiel de terre meuble puis de plaquettes apparaît une couche d’une dizaine de centimètres d’épaisseur datée de la fin de l’âge du Fer (§ 8.) Celle-ci est matérialisée en F4 par un niveau de cendre blanche épaisse, sans charbon, et en E4 par un sédiment « jaunâtre » d’extension limitée qui occupe les trois quarts du carré (fig. 242). Le sol environnant est très charbonneux et cendreux, en E2-4, F3 et G4, parmi des blocs de dimensions variables, de 10 à 70 cm de longueur. Il repose sur une surface rubéfiée. Ce niveau d’occupation prend appui en F4-6 sur et en arrière d’un gros bloc détaché de la paroi après l’âge du Bronze final (fig. 20). Les autres zones fouillées ne sont pas décrites, mais des observations mentionnent assez systématiquement un niveau de terre noirâtre dès les premiers décapages, jusqu’à la bande B. Il n’est pas possible par contre de préciser si ce niveau relève uniquement de l’âge du Fer, de périodes bien plus récentes ou également du Bronze final.

Fig. 242 - Plan synthétique de répartition restitué des vestiges de la période de La Tène.

87Un « foyer établi sur de grandes pierres plates subhorizontales » est mentionné en E2 et visible en coupe (fig. 24) à une altitude (-100 cm) compatible avec celles du niveau de l’âge du Fer. Les structures de combustion se logent le long de la paroi est, alors que le mobilier occupe le centre de la salle I. Aucune interprétation fonctionnelle de ce niveau n’est possible.

12.13. Antiquité à époque moderne

88Plusieurs éléments épars correspondent à des fréquentations dont les motivations sont en grande partie inconnues. C’est dire la difficulté que présente cette recherche sur la base de restes mobiles ténus de l’Antiquité à la Période médiévale (§ 8.2.). Les plus récentes renvoient à la pratique de la chasse, aux nécessités de la surveillance des frontières en périodes de conflits... On notera que la plus importante d’entre elles, liée au XIXe et au début du XXe siècle à l’économie d’alpage et à la confection de fromages conservés dans la salle II, n’a pas laissé de vestige matériel. Elle est attestée par les témoignages oraux qui ont été recueillis et par la présence du chalet ruiné sur le replat.

12.14. Bilan

89La grotte des Balmes de Sollières a été tout au long de son occupation préhistorique utilisée comme bergerie. Cette fonction se concentre dans la salle I, d’accès le plus aisé. Elle connaît un développement quasi exclusif dès le début du Néolithique final (NFI), aux 33e-30e siècles av. J.-C., avec des fréquentations plus discontinues au Néolithique final supérieur (27e -25e siècles av. J.-C.). Si l’utilisation de la cavité est mal documentée au Néolithique moyen 2, d’autres activités semblent manifestes aux côtés des seules nécessités pastorales.

90D’un point de vue structurel, la place respective dévolue aux bêtes et aux hommes aux Balmes suit le schéma déjà mis en évidence dans les cavités des Préalpes (Brochier et al. 1999) : les animaux recherchent les zones basses, sombres, dissimulées ; les activités humaines se développent en périphérie, dans le porche des cavités, du côté des deux accès aux Balmes.

91La pluralité des fonctions marque ensuite le site à partir du Bronze ancien, mais la présence des troupeaux, dont la composition change peut-être, accordant plus de place aux bovins, est toujours attestées par la sédimentologie. Des passages d’une autre nature sont enregistrés, en alternance semble-t-il, avec une utilisation sépulcrale (18e-17e siècles av. J.-C.) et une exploitation possible des fumiers de bergerie plus anciens.

92La situation connaît un nouveau changement au Bronze final (13e-11e siècles av. J.-C.). La localisation des aires de parcage et la surface qui leur correspond connaissent des variations, avec semble-t-il une réduction de la place consentie aux animaux. La grotte des Balmes devient alors un relais important pour les réseaux de diffusion métallurgiques intra et péri-alpins. Cette trame de relation entre groupes culturels, dont la mise en place est bien antérieure, s’étend, de manière significative, au Bronze final 2b-3a. À cette époque, le stockage alimentaire est illustré dans la salle II par une série de récipients céramiques et des graines brûlées. Aucun élément ne vient par contre à l’appui de la présence de « champs d’urnes souterrains » aux Balmes (Bocquet 1997 : 349, 359), transposition en domaine alpin de ce qui constitua un paradigme culturel de l’âge du Bronze nord-alpin. L’application de cette hypothèse à plusieurs cavités du pourtour méridional du Massif Central avait été tout autant mise à mal dans ces régions (Vital 1986) face à la rareté des observations d’une finesse suffisante, à l’absence d’analyse des restes, et au recours le plus fréquent à la pratique de l’inhumation (Dedet, Roudil 1994). Les restes humains isolés de la grotte des Balmes au Bronze final peuvent relever de dépôts effectués lors de rites d’implantation ou d’utilisation, propitiatoires, ou encore être des reliques. De La Tène à l’époque moderne, la fonction du site nous échappe.

Table des illustrations

Légende Fig. 224 - Plan synthétique de répartition restitué du niveau daté du Néolithique moyen 2, ou du Néolithique moyen 2 à Néolithique final NM2 (NF).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2811/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Légende Fig. 225 - Plan synthétique de répartition restitué du niveau du Néolithique final inférieur 1.Les raccords céramiques sont figurés, ainsi que les contours des ensembles de parures selon leurs affinités culturelles : traits interrompus épais pour les affinités septentrionales et traits interrompus fins pour les affinités méridionales.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2811/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Légende Fig. 226 - Plan synthétique de répartition restitué des objets du Néolithique final inférieur 1 ou 2 sur fond NFI1.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2811/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Légende Fig. 227 - Plan synthétique de répartition restitué du niveau du Néolithique final inférieur 2.Les remontages de tessons céramiques et de pièces de mouture sont figurés, ainsi que les contours des ensembles de parures selon leurs affinités culturelles : traits interrompus épais pour les affinités septentrionales et traits interrompus fins pour les affinités méridionales.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2811/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Légende Fig. 228 - Plan synthétique de répartition restitué des objets du Néolithique final inférieur 2 ou du Néolithique final supérieur sur fond NFI2.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2811/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Légende Fig. 229 - Plan synthétique de répartition restitué du niveau du Néolithique final supérieur.Les raccords céramiques sont figurés, ainsi que les contours des ensembles de parures selon leurs affinités culturelles : traits interrompus épais pour les affinités septentrionales et traits interrompus fins pour les affinités méridionales.La liaison entre une meule et une molette d’un couple éventuel est illustrée par un trait interrompu court.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2811/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Légende Fig. 230 - Plan synthétique de répartition restitué des formations d’aspect cendreux du Néolithique final supérieur des fouilles 1980-90.Répartition des faciès sédimentaires des unités B2 et éventuellement G2 dans la bande E (E4 et EF7-8) d’après relevés de terrain ; le reste d’après photographies.Localisation du foyer dégagé en EF8 dans le témoin fouillé en 1994.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2811/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 231 - Assemblages de parures à valeur régionale des niveaux de bergerie du Néolithique final de la grotte des Balmes.Affinités septentrionales : G6-7, E7, GH6-8 (les plaquettes biforées sont du type nord-alpin étroit en canine de suidé).Affinités méridionales : E5-6, E5, G6, G8, témoin 1994 (la plaquette biforée est du type italien large en coquillage).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2811/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Fig. 232 - Témoin EF7-8 (fouille 1994).A : plan du foyer sur hérisson de pierres de la surface s6, du Néolithique final supérieur.B : plans de détail des différentes phases constitutives du foyer dallé du Bronze ancien de la phase 1720-1660 av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2811/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 233 - Plan synthétique de répartition restitué des vestiges du Bronze ancien. Les points d’interrogation figurent les pièces de chronologie incertaine.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2811/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Légende Fig. 234 - Plan synthétique de répartition restitué des vestiges du Bronze ancien de la phase ancienne, des 19e-20e siècles av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2811/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Légende Fig. 235 - Contexte topographique, coupe et plan du caisson de dalles du Bronze ancien de la diaclase en H8.Le profil stratigraphique en fond de coupe est reproduit d’après photo. Il indique la présence de niveaux organiques et charbonneux (voir aussi fig. 28).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2811/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 236. - Photographie du caisson de dalles établi dans la diaclase en H8, en fin de fouille. Échelle décimétrique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2811/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 237 - Plan synthétique de répartition restitué des vestiges du Bronze ancien de la phase récente 1720-1660 av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2811/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Légende Fig. 238 - Plan synthétique de répartition restitué des parures de facture néolithique dans les sédiments du Bronze final.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2811/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Légende Fig. 239 - Plan synthétique de répartition restitué des objets du Bronze final, sauf récipients céramiques.Les points d’interrogation figurent les pièces de chronologie incertaine, notamment les restes humains découverts à des altitudes proches de la surface.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2811/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Légende Fig. 240 - Plan synthétique de répartition restitué des céramiques du Bronze final 1 et autres objets.Les zones grisées numérotées correspondent aux céramiques de cette période (cf. fig. 90). Les sédiments B3 sont figurés en sombre.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2811/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Légende Fig. 241 - Plan synthétique de répartition restitué des céramiques du Bronze final 2b-3a et autres objets.Les zones grisées numérotées correspondent aux céramiques de cette période (cf. fig. 90). Les sédiments B4 et N2 sont figurés en trame claire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2811/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Légende Fig. 242 - Plan synthétique de répartition restitué des vestiges de la période de La Tène.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2811/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 662k

© Alpara, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540