Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économies, sociétés et espaces en Alpe : la grotte des Balmes à Sollières-Sardières (Savoie)

 | 
Joël Vital
, 
Pierrette Benamour

Chapitre 11. Les composantes culturelles dans la grotte des Balmes, du Néolithique moyen 2 au Bronze final

Joël Vital

Texte intégral

11.1. Le Néolithique moyen 2 (37e-36e siècles av. J.-C.)

1La pendeloque à décor croisillonné avait été mobilisée comme élément signalant une occupation du Cortaillod récent aux Balmes (Bocquet 1997 : 320). Nous avons vu par son attribution au Néolithique final (NFI1, § 5.3.2.) que cette parure ne peut plus être considérée comme un marqueur du Néolithique moyen 2. Pour les mêmes raisons, l’association de céramique chasséenne et de parures méridionales (Bocquet 1997 : 324) ne peut être retenue, le pot à fond rond et languette triforée relevant de l’entité Néolithique final supérieur (NFS, § 5.1.5.). L’inventaire des mobiliers céramiques est extrêmement réduit dans les hautes vallées de l’Isère et de l’Arc entre 5200 et 4700 B. P. environ (Marguet et al. 2008). Malgré plusieurs datations dans cet intervalle, la grotte des Balmes n’apporte, hélas, guère plus d’information à ce sujet. Théoriquement, d’après les datations radiocarbones, notamment celle du carré D3 si nous la considérons comme la plus représentative (§ 2.1.3.1. et § 2.2.4.3.), le site devrait s’inscrire dans le cadre des relations entre entités culturelles du Chasséen récent rhodanien et du Lagozza italien et éventuellement dans les circuits de production des lames de haches en éclogite (Beeching 2002, 2003 ; Thirault 2004).

11.2. Le Néolithique final inférieur (NFI1 et NFI2 : 33e-30e siècles av. J.-C.)

2Les deux séries céramiques des ensembles NFI1 et NFI2 ont été interprétées comme le résultat d’une nette emprise de la sphère culturelle nord-alpine Sipplingen-Horgen-Lattrigen, attestée jusqu’en Franche-Comté, et en périphérie occidentale, dans le Centre et le Bassin parisien. Parmi les différentes composantes identifiées, c’est plus particulièrement le style du groupe de Sipplingen, le plus oriental, qui semble l’emporter aux Balmes. Les rares éléments régionaux qui pourraient renvoyer au Horgen ou au Lattrigen (Traize, Chens-sur-Léman) sont localisés à la marge occidentale des Alpes, en domaine rhodanien. Il n’est pas inutile de rappeler la présence dans ce contexte d’un autre marqueur horgénien, une gaine de hache à couronne à ailette proéminente exhumée anciennement d’une tourbière à Passins, en Isère (Bocquet 1969). Comme les études consacrées à la céramique (Giligny 1997 ; Hafner, Suter 1999) la synthèse relative à l’industrie lithique taillée néolithique de Suisse montre bien la spécificité des productions du courant Horgen, qu’il s’agisse, entre autres, du recrutement des matières premières, des pièces sur lames ou des armatures de flèches triangulaires (Honegger 2001). Cette forte identité, reconnue sur différents types de matériaux, ne transparaît pas dans le corpus céramique des Balmes qui s’éloigne quelque peu du standard horgénien, à l’image des productions des niveaux VIII et VI de Chalain 3. Nous avons proposé supra que dans les Alpes internes occidentales et en marge de la Plaine padane, cette influence nord-orientale se place aussi dans une dynamique nord-sud qui intéresse les Alpes centrales à orientales. Nos confrontations avec des séries de vases énéolithiques italiens à fond plat et cordons digités, avec des datations à partir du deuxième quart du IVe millénaire av. J.-C., comme en Slovénie où des rapprochements avec les phases LB III et LB IV de H. Parzinger (1984) peuvent être envisagés, viennent à l’appui de cette hypothèse. Le fragment de céramique à décor métopal va aussi dans le sens d’une connexion italique, et éventuellement plus orientale encore avec la possibilité de l’utilisation de peinture appliquée au niveau de la lèvre. Il est difficile par contre d’évoquer une emprise de la culture de Remedello, dont la réalité archéologique demande toujours confirmation sous cette forme trop globalisante. Les parallèles opérés depuis plusieurs décennies avec les décors des céramiques du groupe de Fontbouisse du Midi ne semblent plus recevables en regard de la distance chronologique, deux siècles probablement, qui sépare le style métopal stricto sensu du développement ultérieur du Fontbouisse en vallée du Rhône (Vital 2010 et à paraître). Il faut aussi probablement attendre du développement des recherches en cours de la Toscane à l’Émilie-Romagne des éléments fondamentaux dans la compréhension des relations culturelles à longue distance du milieu du IVe millénaire qu’il est, en l’état, difficile de commenter plus précisément. Cette implication potentielle méridionale pourrait alors croiser – se conjuguer à – un courant global plus oriental issu de l’aire balkanique (Hafner, Suter 2003 ; Heyd, Harrison 2007). Le façonnage des lames polies découvertes dans les Alpes internes fait particulièrement appel à la technique du sciage, observée sur des pièces et des ébauches en éclogite à Sollières, mais aussi à Roreto Balm’Chanto sur le versant piémontais du massif. Le recours au sciage constitue un indice important. Il confirme la présence de ses pratiquants, dont l’origine conduit à nouveau de façon significative vers les régions orientales plutôt qu’occidentales occupées par les cultures nord-alpines durant le dernier quart du IVe millénaire av. J.-C. (Thirault 2004 : 108-113).

3La répartition alpine et périphérique des armatures de flèches perçantes en roche tenace et en os ou en bois de cerf durant le Néolithique final indique aussi une dispersion préférentielle durant le millénaire 3400-2400 av. J.-C. Elle a pour origine les affleurements de roches du Piémont oriental, des Val Chisone et Susa, ainsi que de haute Maurienne. Nouvel indice de relations, ces pièces sont uniquement diffusées vers le nord-ouest des Alpes, Jura et Plateau suisse. Elles sont inconnues dans le Midi (Thirault 2006a, fig. 13). Les objets façonnés en os et en bois de cervidés, outillage ou peigne, indiquent aussi des rapports préférentiels avec les aires nord-alpine et jurassienne (§ 5.6.5.).

4Les parures en matière dure animale et en pierre nous orientent dans une tout autre direction.

5Le nombre de pièces constitue un premier contraste par rapport à la rareté des parures dans les cultures du cercle horgénien. C’est le cas à Chalain-Clairvaux (Maréchal et al. 1998, fig. 5) comme sur le Plateau suisse (Voruz 1991 ; Hafner, Suter 2000). Dans le Jura, l’augmentation de la fréquence des parures est corrélée avec la colonisation méridionale du Ferrières (Pétrequin 1998 a et b) révélant là aussi une dichotomie entre marqueurs méridionaux et orientaux (Maréchal et al. 1998 : 143 ; fig. 5). C’est aussi vers le Midi qu’il faut rechercher l’origine de la présence de 80 à 90 % des parures attribuées à l’ensemble de la séquence du Néolithique final des Balmes (§ 5.4.). Par contre, le fragment de pendeloque conique à décor de croisillons incisés renvoie bien aux contextes helvétiques. Les causes possibles de cette totale disjonction culturelle enregistrée aux Balmes sur la majorité de la parure par rapport à d’autres matériaux façonnés seront discutées plus loin (§ 13.4.).

11.3. Le Néolithique final supérieur (NFS : 27e-25e siècles av. J.-C.)

6Après un hiatus de deux siècles environ, l’ensemble céramique NFS fait lui aussi référence au domaine nord-alpin. Par contre, les relations mises en évidence avec l’Auvernier-Cordé et son antécédent Lüscherz indiquent cette fois la prégnance du lien nord-occidental, probablement vers 2660-2575 av. J.-C. (Ly-7506). Les productions des groupes culturels répartis dans le sud-est de la France ne semblent guère diffusées à l’est du bassin grenoblois et du Grésivaudan à cette période. Les parures qui en relèvent, certes en nombre moins important qu’auparavant, amplifient toutefois le rôle de la sphère méridionale dans cette relation. L’influx en Maurienne de l’Auvernier-Cordé doit être issu du Bassin lémanique où son existence est attestée par une série de haches-marteaux à renflement médian perforé et d’ébauches (Wolf 1993, carte 2 ; Thirault 2004, fig. 133). Les fusaïoles en pierres ont sans doute suivi les mêmes cheminements ainsi que l’indiquent leur répartition (Pétrequin, Pétrequin, Bailly 2006, fig. 24).

7Bien que ne soient pas connues les relations chronologiques de détail des céramiques des sites de Mémars et de Conjux, sur le lac du Bourget, avec celles de la grotte des Balmes, les affinités méridionales des premières (Marguet, Rey 2007) suggèrent une limite culturelle au niveau de la cluse de Savoie.

8Les observations tirées du façonnage de la pierre et des parures conduisent à des considérations proches de celles émises à propos des ensembles du Néolithique final inférieur. Le polissage transversal et le facettage renvoient aux cultures septentrionales, alors que la parure reste à dominante méridionale. Cette seconde orientation est aussi fournie par une armature de flèche foliacée en silex à retouches couvrantes. Le mobilier en matière dure animale ne permet pas de mesurer une évolution durant le Néolithique final supérieur ; il reste de tradition nord-ouest alpine.

9En l’absence d’élément campaniforme, le fragment de gobelet décoré cordé final de type Geiselgasteig signe le terme des occupations connues aux Balmes pour le Néolithique, avec à nouveau une connexion nord-alpine (Bavière méridionale). Si son insertion chronologique relative est connue (§ 5.1.10.), nous n’avons aucun élément de datation directe. La position chronologique de ce tesson, théoriquement entre 2500 et 2300 av. J.-C., est partiellement compatible avec la mesure 14C du décapage d6 du témoin (vers 2550-2470 av. J.-C.), mais peut aussi correspondre à la période de dépôt qui caractérise la surface s5.

11.4. Le Bronze ancien (2005-1660 av. J.-C)

10Le mobilier céramique intervient de manière quasi-exclusive dans l’identification culturelle au Bronze ancien. Il indique des connexions géographiques plus diverses que durant le Néolithique final inférieur. Cette situation, amorcée au Néolithique final supérieur, marque notamment les plus anciennes phases d’occupation des 20-19e s. av. J.-C. Cette variété ne paraît pas seulement devoir être mise au compte d’une certaine ubiquité des productions à large échelle. Si les relations transalpines paraissent dominer, ce que confirme la rondelle à décor gravé rayonnant et en second l’analyse métallographique de l’alêne losangique, d’autres régions semblent impliquées : Plateau suisse, basse vallée du Rhône, Bourgogne et Provence. Ce réseau tend à se restreindre ensuite au monde alpin occidental et rhodanien durant la fin du Bronze ancien. Les objets en os et en bois de cerf, comme la parure, sont susceptibles de relever de niveaux antérieurs, néolithiques (§ 12.8.1.), constat également applicable aux pièces du Bronze final.

11.5. Le Bronze final

11.5.1. Le Bronze final 1 (BzD) (13e siècle av. J.-C.)

11Durant cette période, la céramique des Balmes indique l’importance des relations entre la Plaine padane et le Bassin rhodanien, avec une fréquence légèrement supérieure des occurrences italiques par rapport à celles enregistrées avec le cours moyen et inférieur du Rhône (27 % pour 21 %). Ce lien avec la Plaine padane prolonge en fait une situation reconnue dès la fin du Bronze moyen en Savoie (Ozanne, Vital 1999). Au Bronze final 1, ce sont plus largement les Alpes occidentales qui sont soumises à cette emprise (Vital 1990b). Ce résultat confirme celui obtenu lors de l’analyse typologique réalisée il y a deux décennies sur le mobilier de la Baume des Anges à Donzère (Drôme), en moyenne vallée du Rhône, sur sa limite méridionale (Vital 1990a), à la seule différence près que ce gisement est plus ouvert aux influences septentrionales au Bronze final 1. L’emprise italique est également soulignée au nord des Alpes, dans le cours supérieur du Rhône en Valais (David-Elbiali 2000).

12La variété des confrontations à distances parfois importantes doit ensuite être particulièrement soulignée. Cette situation contraste avec la définition des groupes culturels du Bronze récent d’Italie nord-occidentale (Del Lucchese, Gambari 2006, fig. 4.1), dont les limites semblent matérialisées par des cours d’eau de rang plus ou moins important et dont les aires d’influence embrassent des surfaces de 3 à 6 fois inférieures à celles que peuvent nous indiquer les comparaisons établies à partir des céramiques des Balmes. Nous reviendrons sur cet aspect quand nous traiterons du site, de sa fonction et de la question de la mobilité culturelle et économique d’un point de vue plus synthétique (§ 13.6.).

13Une autre interrogation touche à la question des contours des groupes culturels et de leurs relations. Un décompte rapide des occurrences céramiques relevant des faciès Canegrate et Alba-Solero, respectivement au nord et au sud du Pô, ne concorde pas avec l’hypothèse d’un style alpin occidental du groupe Alba-Solero sur le piémont occidental du Mont Cenis (Gambari 2004b, fig. 78/1). En effet, nous relevons une douzaine de céramiques mises en parallèle avec celles des dépôts funéraires des nécropoles de type Canegrate, alors que les références au style Alba-Solero en totalisent un peu moins de la moitié. Quatre éléments sont de plus communs aux deux groupes. Plusieurs explications peuvent être données. La première pencherait vers l’attribution du haut bassin du Pô nord occidental non au groupe Alba-Solero, mais à un groupe de style Canegrate occidental ainsi que d’autres auteurs l’ont suggéré (David-Elbiali 2000 ; Rubat Borel 2006b). Ce schéma serait conforme à la présence de l’influence Canegrate reconnue plus largement dans les Alpes occidentales (Bocquet, Vital 1989 ; Vital 1990b). Le mobilier métallique du BzD confirme d’ailleurs l’importance des rapprochements avec les séries de la Plaine padane, voire du bassin moyen du Danube (épingle à tête évasée et appendice, fragments de fibules ?, pendeloque circulaire, tronc de cône à rebord non perforé). Le dépôt de parures probablement féminines de même époque va dans le même sens et illustre plus particulièrement les échanges entre le sud et le nord des Alpes.

14Une autre hypothèse tiendrait compte du statut particulier du gisement dans la partie nord-occidentale du massif alpin, dans une zone de transit interculturel. Mais pour tester celle-ci, il est nécessaire auparavant d’examiner l’insertion du site sur la durée de l’occupation de la cavité au sein des Alpes occidentales (§ 13.).

15Le degré d’emprise de la culture de Canegrate, qu’elle soit directe ou qu’elle relève d’une éventuelle position périphérique du site des Balmes, reste difficile à estimer en l’état actuel de la documentation. En effet, nous comparons des séries essentiellement issues d’habitats ou de sites particuliers dans les Alpes (Savoie, Isère, Valais, Tessin) à des ensembles funéraires de plaines ou de vallées (Lombardie occidentale, Piémont, Tessin). Face aux différentes modalités de recrutement des ensembles mobiliers, cette question de l’identification culturelle au début du Bronze final nous semble donc encore largement ouverte dans l’aire alpine occidentale et de fait en haute Maurienne.

11.5.2. Le Bronze final 2a (HaA1) (12e siècle av. J.-C.)

16Un hiatus correspondant à la phase typochronologique du Bronze final 2a (HaA1) est ensuite probable, avec un nombre réduit de récipients attribués à cette période. Il ne s’agit pas dans les Alpes d’un problème, récurrent dans plusieurs régions, d’identification des corpus de ce stade. Nous disposons en effet d’ensembles rares, mais fiables, représentant cet intervalle, dont le plus proche reste celui extrait du scialet funéraire du Bois des Vouillants à Fontaine, dans la région de Grenoble (Bocquet 1969). La permanence de la production des jattes à bandeau étroit et col tronconique, formes bien attestées au BzD aux Balmes, jusqu’au Bronze final 2b-3a, est un phénomène qui a été relevé au sud des Alpes (Sperber 1987). Les formes cannelées de Fontaine vont parfaitement dans le sens de cette continuité typologique, doublée d’un renversement des relations en direction des axes de la Loire et Saône-Rhône.

11.5.3. Le Bronze final 2b-3a (HaA2-B1a, HaB1) (11e siècle av. J.-C.)

17Le décompte des occurrences géographiques tiré des comparaisons donne par ordre d’importance décroissante l’axe Saône-Rhône, les régions de manifestation du complexe culturel RSFO (nord des Alpes, nord-est de la France, Bassin rhénan), les pourtours méridionaux du Massif Central, du Lot au Languedoc oriental. En dernière position et sous-représentée en regard de la proximité géographique se situe la composante italique. La chronologie est resserrée sur les phases HaA2-B1 ancien, intervalle auquel correspond la date radiocarbone CRG-530, à valeur indicative uniquement faute de précision stratigraphique, vers 1125-1010 av. J.-C. L’attribution des rares pièces d’affinités italiques au HaB1a-HaB1 est conforme à un renouveau des relations entre Suisse occidentale et Piémont à cette période (Venturino Gambari 2006 ; Gambari 2006).

18Une réorientation totale des relations culturelles liée à l’influence du complexe culturel RSFO caractérise cette période. Les comparaisons conduites à partir du mobilier des Balmes indiquent que cette notion de culture RSFO conserve un certain pouvoir heuristique, même pour les Alpes du Nord où cette question a pu se poser (Kerouanton 2002). L’axe nord-sud, du Rhin moyen à la région lyonnaise, devient structurant, ce qui indique un élargissement des aires d’échanges culturels privilégiés, au HaA2 notamment. Les rapprochements semblent tout aussi pertinents avec les céramiques des sites du Bassin parisien qu’avec celles de la vallée du Rhin ou d’Allemagne du Sud, à distances comparables. La faible contribution du Jura et des plaines de Saône correspond vraisemblablement à un recul de l’influence de ces régions au BF3a/HaB1 (Treffort, Nicod 2000), mais peut avoir aussi pour cause le faible nombre d’ensembles du HaA2 dans cette zone. L’identification de céramiques spécifiques d’un faciès bourguignon (Bocquet 1997) n’est pas confirmée en haute Maurienne malgré le large spectre géographique des apports céramiques. Les connexions rhodaniennes, comme celles qui s’opèrent selon l’axe est-ouest, confirment que l’emprise et le recoupement géographiques de zones d’interrelations privilégiées s’accroît. À distance comparable du cours supérieur du Rhône en France, on doit relever le paradoxe d’un plus faible impact RSFO en moyenne vallée du Rhône (Vital 1988) qu’en haute Maurienne.

19Nous devons également et surtout souligner que deux vecteurs géographiques autres que ceux d’origine septentrionale sont en jeu, en provenance des limites est et nord du Languedoc. Malgré la ténuité des relations transalpines aux Balmes, le fragment d’urne d’inspiration italique de la grotte des Cloches, dans la basse vallée de l’Ardèche (Vital 1986), confirme bien la réalité des liens à longue distance vers le bassin du Pô au HaB1, appuyée par l’analyse pétrographique effectuée à Sollières par F. Convertini (§ 7.5.). L’opposition entre productions proprement « indigènes-alpines » et « RSFO-lacustres » (Bocquet 1997) ne ressort pas de l’analyse du mobilier des Balmes. La confirmation d’un vaste ensemble régional Savoie-Isère-Ain, ou groupe du Bourget (Kerouanton 2002) demanderait une analyse détaillée et plus complète des sites les plus significatifs. Les prolongements reconnus par I. Keroutanton jusqu’en Bourgogne, Franche-Comté et Massif Central, voire Périgord, mais aussi dans la région lyonnaise, laisse ouverte la question non d’une entité à valeur géographique, mais chronométrique correspondant au HaB1 ancien de Suisse occidentale (Moinat, David-Elbiali 2003). De la même manière, la distinction entre un ensemble Savoie-Isère-Ain et un second, de Haute-Savoie, tourné vers la Suisse occidentale au nord d’une ligne tirée du lac d’Annecy à la confluence Fier-Rhône relève peut-être d’une distinction entre HaB1a (ancien) et HaB1c (classique). Les conclusions tirées par M. David-Elbiali de l’étude des objets des nécropoles de Suisse occidentale tendent aussi à nuancer ce rapprochement entre les séries céramiques de cette région et celles du Bassin lémanique et plus particulièrement de la zone du Petit-Lac et de la rive méridionale du Léman (Moinat, David-Elbiali 2003).

20Dans ce panorama où se combinent diverses entités culturelles, l’identification de chacune d’elles devient un enjeu essentiel, en regard notamment des visées sociales et économiques qui fondent leur présence.

21Dans cette perspective, l’une des nouveautés de taille, révélée pour la première fois à l’issue de l’étude des céramiques du Bronze final 2b-3a (HaA2-B1a) des Balmes, est l’existence de rapports directs entre les Alpes internes et plusieurs régions du pourtour méridional du Massif Central, qu’appuie l’une des analyse pétrographique (§ 7.5.). Si cette relation suit une direction conduisant de l’ouest vers l’est, elle s’accompagne également d’un mouvement inverse. Quelques céramiques d’affinités RSFO sont en effet isolées en Quercy par exemple (Saint-Sever 2008), notamment deux types spécifiques mais de répartitions plus larges que ceux centrés sur la zone nucléaire et le Bassin parisien (types 2 et 3b, Cartographie 1988).

22Enfin et surtout, cette aire géographique nord-languedocienne concentre trois types métalliques RSFO à forte valeur socio-économique. Le premier est l’épée du type de Letten de Roucadour (Lot ; Arnal, Couchard, Lorblanchet 1969 ; Cartographie 1988, type 28), totalement isolée au sud de Lyon. Le deuxième est constitué de la série de vaisselle en tôle de bronze du dépôt de Rivaltes à Saint-Chély-du-Tarn (Lozère ; Millotte 1959 ; Clottes, Costantini 1976) qui a livré plusieurs jattes et écuelles, parfois à anse et qui constituent des variantes des types de Jenisovice-Kirkendrup et de Fuchsstadt du HaA2-HaB1 (Thevenot 1991 ; Piningre 2002). Une des coupes est à col court (Millotte 1959, pl. II, n ° 5), forme rare en tôle et du même modèle que la céramique à épaulement et col cylindrique court cintré des Balmes (fig. 108, n° 4) dont nous avons souligné la répartition méridionale supra. Cette coupe en bronze de Saint-Chély-du-Tarn peut en constituer une copie et la réponse des producteurs à une commande régionale. On trouve aussi dans cet ensemble de Rivaltes deux têtes d’épingles discoïdes décorées, troisième forme d’affinités nord-orientales au HaA2-B1. L’une porte un décor d’oves qui rappelle les motifs internes des coupes en céramique RSFO du HaA2. Cette thématique et ses variantes sont particulièrement représentées sur ces parures en Aveyron, puisque l’on peut ajouter à l’inventaire des épingles à tête plate (Piningre 2004) celles de la grotte du Chat à Roquefort-sur-Soulzon et de la grotte de Landric à Saint-Beaulize (Clottes, Costantini 1976 ; Costantini et al. 1985). La présence de formes correspondantes dans la cluse de Savoie et en Grésivaudan, dans les dépôts de Drumettaz-Clarafond et de Goncelin (avec un lingot losangique perforé, comme dans le dépôt « d’Albertville » en réalité localisé à Saint-Pierre-d’Albigny, Savoie ; Bocquet 1997 ; Bocquet, Lebascle 1976) mérite d’être soulignée, jalonnant ainsi une voie en direction de la Maurienne. Avec les bracelets de type Bouclans du dépôt de Carlipa (Aude), nous obtenons un prolongement vers le Sud-Ouest de la diffusion de cette métallurgie RSFO (Piningre 2004).

23Le caractère à la fois très isolé et concentré sur les marges sud du Massif Central de ces bronzes fortement valorisés d’origine nord-ouest alpine et les confrontations conduites aussi bien sur ce genre de mobilier que sur les céramiques (fig. 123) illustrent, nous semble-t-il, un lien privilégié entre nord du Languedoc et haute Maurienne au HaA2-B1a, qui paraît avoir fonctionné dans les deux sens, ouest-est et est-ouest.

24Les analyses de composition métallique d’un échantillon d’objets en bronze du Bronze final dans les Alpes françaises montre une rupture entre les phases ancienne et moyenne de cette période. Au Bronze final 1-2a, les compositions sont conformes à celles révélées en Suisse occidentale (Verney, Bocquet 1998), ce qui correspond assez bien à une dynamique d’échange entre les régions du nord et du sud des Alpes illustrée par les pièces isolées et le dépôt des Balmes au Bronze final 1. Ensuite, les schémas d’association des impuretés diffèrent nettement de la situation helvétique au HaA2-B1. Probablement les échanges et les contacts à plus large échelle bien retranscrits par les corpus céramiques en sont-ils responsables, alors que les relations avec l’Italie et les cultures orientales pour les ressources métalliques semblent principalement se concentrer sur la mobilisation des lingots losangiques perforés (pick-ingots, pani a piccone, Pearce 2000). Un bon exemple en est donné par la découverte d’un lingot bipenne, hélas hors contexte, à Aussois Le Coin (Bocquet 1997, fig. 28, n ° 9), 8 km en aval des Balmes. En l’absence d’analyse des perles de verre à Sollières (§ 7.7.1.) leur origine géographique ne peut être précisée, mais il est probable que ces parures sont diffusées par le même canal transalpin.

11.6. Une fréquentation au 1er âge du Fer ?

25Nous rappelons pour mémoire une mesure radiocarbone réalisée anciennement (1973) sur charbons de la salle II, avec un intervalle de probabilité maximale très large, de 760-410 av. J.-C. (Ly-880). Le mobilier céramique du HaA2-B1a de ce secteur est en totale contradiction avec ce résultat, qui ne peut être expliqué en l’absence du moindre objet du Premier âge du Fer.

Auteur

© Alpara, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter