Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économies, sociétés et espaces en Alpe : la grotte des Balmes à Sollières-Sardières (Savoie)

 | 
Joël Vital
, 
Pierrette Benamour

Chapitre 9. Les ressources végétales et carnées et les restes humains

Karen Lundström-Baudais, Lucie Martin et Claude Olive

Texte intégral

9.1. Analyses carpologiques : agriculture et alimentation végétale (L. M. et K. L.-B.)

9.1.1. Introduction

1Les analyses carpologiques des niveaux néolithiques et protohistoriques de la grotte des Balmes ont été confiées dans un premier temps à Karen Lundström-Baudais, puis reprises suite à son décès en 2006 par Lucie Martin. Cette cavité étant l’un des rares sites alpins d’altitude à avoir livré des restes végétaux, ces analyses fournissent un premier éclairage sur l’exploitation des ressources végétales, l’alimentation et les pratiques agraires des communautés montagnardes du Néolithique et de l’âge du Bronze dans les Alpes internes.

9.1.2. Échantillonnage, répartition spatiale et chronologique des prélèvements, conservation des macrorestes végétaux

2Les échantillons carpologiques analysés proviennent de la salle I. Ils ont été prélevés durant les fouilles de 1980 à 1990 et de 1994. Trois types de prélèvement ont été réalisés (fig. 142).

Fig. 142 - Localisation des différents prélèvements carpologiques dans la salle I.

3Type 1 : Restes végétaux récoltés ponctuellement lors de la fouille à la suite d’un tamisage à sec sur une maille de 2 ou 3 mm (fouilles 1980-1990) ; le volume de sédiment prélevé et tamisé n’est pas connu ; les restes proviennent de niveaux datés du Néolithique final, du Bronze ancien et du Bronze final.

4Type 2 : Unités sédimentaires très organiques prélevées en bloc (fouilles 1980-1990), puis tamisées à l’eau en laboratoire sur des mailles de 2 et 0,5 mm ; le volume de ces prélèvements est connu (fig. 143) ; ces « lentilles organiques » concernent quatre échantillons du Néolithique moyen 2/Néolithique final inférieur 1, identifiés NM2 (NF) par commodité (§ 2.2.4.3.), provenant du contenu probable d’un récipient en écorce (S88. D1-D2, z = -142), d’un épandage de graines (S89. D2, z = -183 ; S89. D2, z = -190 ; S84. D3-E3, z = -199), ainsi qu’un échantillon du Néolithique final inférieur (S90. G6, z = -335) ; la richesse de ces prélèvements a rendu nécessaire un sous-échantillonnage ; nous avons utilisé pour cela un instrument qui sépare en deux un échantillon de manière aléatoire (« riffle-box ») et avons « sous-échantillonné » les ensembles suivants, selon leur volume et la maille du refus de tamis :

  • S88. D1-D2, z = -142 (contenu du récipient en écorce) : maille 0,5 mm divisée au 1/16ème.

  • S89. D2, z = -183 (épandage lié au récipient en écorce) : maille 2 mm divisée au 1/16ème.

  • S89. D2, z = -190 (épandage lié au récipient en écorce) : maille 2 mm divisée au 1/16ème et maille 0,5 mm divisée au 1/8ème.

  • S90. G6, z = -335 : maille 2 mm divisée au 1/32ème et maille 0,5 mm au 1/8ème.

5Par ailleurs, les graines de plantes sauvages ou les individus remarquables (épillets par exemple) ont souvent été triés dans la moitié, voir l’intégralité de l’échantillon, et non dans le « sous-échantillon » de référence. Le nombre de restes indiqué dans les tableaux (fig. 144, 147) est évalué pour la totalité de l’échantillon (multiplication par un facteur de correction de x2, x8, x16 et x32 selon la division utilisée).

Fig. 143 - Volume des prélèvements des lentilles organiques (fouilles P. Benamour 1980-1990) et des décapages de la bande témoin (fouille J. Vital 1994).

Fig. 144 - Taxons identifiés dans les niveaux du Néolithique moyen 2/Néolithique final inférieur 1, NM2 (NF).

6Type 3 : échantillons prélevés sur une bande témoin (fouille 1994) dont la surface fouillée varie de 1 à 1,5 m2, suivant la profondeur ; le sédiment intégralement prélevé, représentant un volume total de 520 litres, a fait l’objet lors des fouilles d’un tamisage par flottation sur une maille de 0,5 mm. Les restes sont datés du Néolithique final, du Bronze ancien et du Bronze final (fig. 143).

7L’analyse archéobotanique fait apparaître une nette différence entre ces trois types d’échantillons. Les prélèvements tamisés finement et triés en laboratoire sont nettement plus riches et plus diversifiés, le tamisage sur une maille plus grossière ayant entraîné la perte de macrorestes végétaux de petites dimensions, notamment les semences de certaines adventices ou de plantes sauvages et les restes de battages de céréales. Par ailleurs, le tri effectué sous binoculaire (prélèvements de type 2 et 3) par une personne formée à la reconnaissance des macrorestes végétaux entraîne un nombre de restes déterminés plus élevé par rapport au tri effectué à vue pour les échantillons de type 1. L’étude carpologique repose ainsi sur des données assez disparates ne permettant que peu d’interprétation d’ordre quantitatif.

8D’un point de vue chronologique, les restes carpologiques sont très inégalement répartis : les graines sont très abondantes dans les niveaux du Néolithique moyen 2 et/ou du Néolithique final NM2 (NF), tandis qu’elles sont rares dans ceux du Bronze ancien et du Bronze final. Pour ces deux dernières phases, les données sont beaucoup trop faibles pour oser une approche statistique et tenter des comparaisons.

9Les restes, tous carbonisés, sont généralement bien conservés et peu fragmentés. Leur identification a été réalisée à l’aide de la collection de référence de graines actuelles de l’Institut de Préhistoire et des Sciences de l’Archéologie de l’Université de Bâle (Suisse). La nomenclature latine des taxons est celle de D. Aeschimann et H. M. Burdet (1994).

9.1.3. Le Néolithique

9.1.3.1 Le récipient en écorce et l’épandage de graines du Néolithique moyen 2/Néolithique final inférieur 1 NM2 (NF)

10Les prélèvements attribués au Néolithique moyen 2 (NM2) et/ou au Néolithique final inférieur 1 (NFI1) proviennent du contenu probable d’un récipient en écorce, d’un épandage de graines, et de quelques échantillons dispersés, tous prélevés lors des fouilles de P. Benamour entre 1980 et 1990 (fig. 142). Le récipient en écorce et l’épandage s’avèrent être les échantillons les plus intéressants. Plusieurs datations radiocarbones ont été obtenues pour le niveau et pour les semences, le plaçant soit entre 3700 et 3500 avant J.-C. (NM2), soit entre 3400 et 3100 av. J.-C. (NFI1) (§ 2.1.3.1.). Ils forment un ensemble très riche évalué à plus de 60 000 graines pour quelques litres de sédiment (fig. 143, 144), composé en très grande majorité de céréales. Parmi ces dernières, on observe une nette dominance de l’engrain (Triticum monococcum, fig. 151, n° 1), accompagné de l’orge (Hordeum vulgare/ distichum, fig. 151, n° 2), de l’amidonnier (Triticum dicoccum) et du blé nu (Triticum aestivum/ durum/ turgidum ou T. nudum). Les restes de céréales sont plus ou moins bien conservés selon les échantillons. Les graines provenant de l’épandage n’ont souvent pas pu être déterminées jusqu’à l’espèce, d’où une forte proportion de Cerealia, Triticum/Hordeum et Triticum sp. (fig. 145).

Fig. 145 - Composition des échantillons provenant du contenu du récipient en écorce et de l'épandage de graines du Néolithique moyen 2/Néolithique final inférieur 1, NM2 (NF) (fouilles 1980-1990). S89. D2, z = -183 et S84. D3-E3, z = -199 : décompte basé sur le nombre de caryopses ; S88. D1-D2, z = -142 et S89. D2, z = -190 : décompte basé sur le nombre de restes de battage (bases de glume et bases d'épillets).

11Trois mauvaises herbes sont associées à cet ensemble : la vrillée faux-liseron (Fallopia convolvulus, fig. 151, n° 3), le chénopode blanc (Chenopodium album) et la sétaire verte/verticillée (Setaria viridis/ verticillata). On notera également la présence d’aiguilles de sapin blanc (Abies alba), de semences de graminées, et dans des proportions beaucoup plus anecdotiques, du pois (Pisum sativum), du sureau noir ou à grappe (Sambucus nigra/ racemosa) et de l’ivraie (Lolium sp.) (fig. 144).

12Les échantillons provenant du tamisage à sec ont également livré des restes de céréales, dans lesquels l’engrain domine encore, suivi de l’orge, du blé nu et de l’amidonnier (fig. 144). Un probable fragment de coque de pignon d’arolle (cf. Pinus cembra) s’ajoute à ce corpus. Dans tous les échantillons, les céréales sont conservées sous forme de semences (caryopse) et de résidus de battage (base d’épillet ou furca et base de glume) (fig. 146). L’abondance des glumes d’engrain nous indique que cette céréale devait être stockée sous forme d’épillets, les caryopses encore vêtus de leurs glumes et glumelles (fig. 151, n° 4). Le nombre de furca (deux bases de glumes associées à un segment de rachis) et de bases de glumes est parfois supérieur à celui des semences. Le stockage en épillet ou en grain non décortiqué a de multiples avantages car les enveloppes assurent une protection efficace des grains contre l’action de divers agents d’altération : humidité, insectes et rongeurs. Par ailleurs, les grains décortiqués des blés vêtus ne peuvent se conserver que pendant une courte période, à cause de la faible épaisseur de leur épiderme constitué d’une strate unique. Le décorticage et la mouture se font donc plutôt au quotidien, au fur et à mesure des besoins (Sigaut 1981 ; Bouby 2003). La découverte dans le même secteur d’une meule entière, très utilisée conforte cette hypothèse (§ 4.2.1.).

Fig. 146 - Illustration des termes employés pour la description de l'épi et de l'épillet de blé.

13L’ensemble des échantillons du NM2 (NF) montre une même image : l’importance des céréales et notamment de l’engrain. À titre de comparaison, quel que soit le type de site, l’engrain est presque toujours identifié au Néolithique dans le domaine alpin et circum-alpin, mais le plus souvent en position secondaire. Non loin de Sollières-Sardières, l’étude carpologique menée sur le site du Chenet des Pierres à Bozel, en Tarentaise, montre au contraire que le blé nu domine avec l’orge, tout comme sur la plupart des sites lacustres de la région circum-alpine durant cette période (Jacomet 2007 ; Martin 2010, Thiébault 2007 ; Martin, Jacomet, Thiébault 2008). Dans la région, seuls deux sites ont livré des ensembles dans lesquels cette céréale domine : il s’agit de Concise Sous-Colachoz (ensemble 2) au bord du lac de Neuchâtel (Karg, Märkle 2002) et du site du Petit-Chasseur IV à Sion en Valais (Lundström-Baudais, Martin 2010). Sur ce dernier, une fosse a livré de nombreuses céréales dont la détermination ne dépasse pas souvent le type Cerealia ou Triticum/Hordeum, mais parmi les espèces identifiées, l’engrain représente plus de 70 % des restes. On remarquera également l’importance de l’engrain à Port-Stüdeli OS, dans des couches datées du 36ème siècle avant notre ère (Brombacher, Jacomet 2003). Les occupations des deux sites sur lesquels l’engrain domine sont légèrement antérieures à celle de la grotte des Balmes. Le Petit-Chasseur IV est daté du début du NM2, entre 4000 et 3800 av. J.-C., tandis que l’ensemble 2 de Concise Sous-Colachoz se place vers 3700-3600 av. J.-C. au Cortaillod moyen. La couche contenant l’assemblage d’engrain des Balmes pourrait être contemporaine du village lacustre, à la fin du NM2, mais une date du début de Néolithique final, entre 3400 et 3100 av. J.-C., n’est pas à exclure. La réserve d’engrain des Balmes constitue donc une particularité, qui pourrait être due au caractère alpin du site et à une culture de cette céréale en altitude. La rusticité de cette espèce et son rendement honorable sur des terres pauvres font d’elle une céréale intéressante à cultiver dans des zones marginales ou occupées de façon prolongée.

14Nous retiendrons parmi les résultats de l’analyse carpologique des niveaux du NM2 (NF) que la grotte conservait une ou plusieurs réserves de céréales, placées pour une au moins dans un récipient en écorce. Un des lots est dominé par l’engrain, stocké en épillets. Cette céréale rustique bien adaptée au milieu alpin pouvait être cultivée aux abords du site.

15Nous signalerons finalement la présence de plusieurs dizaines de grains de seigle (Secale cereale, n = 139) au sein de l’échantillon S88. D1-D2, z = -142 (fig. 152, n° 4). Il s’avère que ces caryopses sont datés entre 1418 et 1448 de notre ère (Lyon-5331 (SacA-11468) : 470 ± 25 B. P. ; UBA-12672 : 488 ± 27 B. P.). Nous ne sommes pas en mesure de dire si cette intrusion s’est opérée in situ ou au cours du traitement des échantillons. Le reste du prélèvement étant bien homogène, nous avons choisi d’isoler le seigle et de ne pas le prendre en compte dans cette étude.

9.1.3.2 Le Néolithique final (33e-30e et 27e-25e siècles av. J.-C.)

16Les prélèvements datés du Néolithique final proviennent des fouilles de 1980-1990 et de 1994 (fig. 147). Pour le Néolithique final inférieur, un échantillon est particulièrement intéressant. Il se compose d’un ensemble très riche en graines (presque 30 000 restes dans un litre de sédiment), localisé dans la salle 1 en G6 et directement daté au radiocarbone (vers 3300-2900 avant J.-C., Ly-14305, § 2.1.3.1.) (fig. 142). Cette datation correspondrait à la fin de l’occupation du NFI1 (surface 12, § 2.2.4.3.). À la différence des échantillons précédents, NM2 (NF), l’orge constitue ici la principale céréale, même si l’engrain reste important (fig. 151, n° 4). L’amidonnier et le blé nu sont présents dans des quantités plus modestes (fig. 148). L’aspect des grains d’orge penche plutôt vers une forme nue de cette espèce, bien que quelques grains typiques d’orge vêtue soient présents. Une seule adventice, la vrillée faux-liseron, y est associée. Cet ensemble pourrait également constituer un stock de céréales. Deux fragments de meule ont également été mis au jour dans ce niveau. Les autres prélèvements sont beaucoup moins riches. On y trouve toujours quelques céréales, surtout de l’orge et du blé nu (fouilles 1994) accompagnées de quelques graines de mauvaises herbes, comme le chénopode blanc et le gaillet (Galium sp.).

Fig. 147 - Taxons identifiés dans les niveaux du Néolithique final.

Fig. 148 - Composition de l'échantillon du Néolithique final provenant de la lentille organique en S90. G6, z = - 335 (fouilles 1980-1990). Décompte basé sur le nombre de caryopses.

17Les plantes sauvages nous apportent de nouveaux éléments. La présence d’aiguilles de sapin, plus précisément dans les décapages relevant du NFI1 dans le témoin de 1994 (fig. 147), pourrait être reliée à la fonction de bergerie de la grotte durant cette période (§ 3.1.2.2. et 3.1.3.). L’usage de cette espèce comme litière et/ou comme fourrage est en effet attesté dans un contexte similaire à la même époque, sur le site de la Grande Rivoire dans le massif du Vercors (Delhon et al. 2008).

18La cueillette est attestée par trois espèces, dont deux sont couramment récoltées au Néolithique dans la région alpine : la noisette (Corylus avellana) et le gland de chêne (Quercus sp.) (Brombacher 1995 ; Jacomet 2006). Le pignon d’arolle (fig. 151, n° 5) était aussi récolté. Non loin de Sollières-Sardières, l’exploitation de cette ressource est attestée au Néolithique moyen sur le site du Chenet des Pierres à Bozel (Martin, Jacomet, Thiébault 2008 ; Martin 2010) et s’est pratiquée à des périodes encore fort récentes (Lieutaghi 2004). La présence du raisin d’ours ou busserole (Arctostaphylos uva-ursi), arbrisseau couché donnant des fruits farineux comestibles (Lieutaghi 2004), est également à noter.

19Pour le Néolithique final supérieur, seuls des prélèvements provenant des fouilles de 1994 ont été étudiés. Ils nous livrent quelques grains de céréales (blé et orge), une unique graine de vrillée faux-liseron, ainsi que des taxons sauvages comme le raisin d’ours, des pignons d’arolle et des noisettes.

9.1.4. Le Bronze ancien (vers 2000-1830-(1660) av. J.-C.)

20Les niveaux du Bronze ancien sont ceux qui ont livré le nombre de restes carpologiques le plus faible, provenant de quelques prélèvements des fouilles de 1980-1990 et de quatre décapages du témoin 1994 (fig. 149). Dans ces derniers, la concentration des semences avoisine seulement 0,3 restes/litre. Parmi les plantes cultivées, quelques céréales ont été mises au jour, notamment l’engrain et l’orge. Le pois revêt une certaine importance puisqu’il représente près de 70 % des restes, avec 78 graines, tandis que la lentille (Lens culinaris) est présente avec un seul exemplaire. Un décapage daté du premier épisode d’occupation du Bronze ancien (vers 2005-1890 av. J.-C.) a livré deux fragments de noisette et deux autres de pignons d’arolle.

Fig. 149 - Taxons identifiés dans les niveaux du Bronze ancien.

9.1.5. Le Bronze final

21Les prélèvements datés du Bronze final résultent du tamisage à sec effectué lors des fouilles de 1980-1990 et d’un seul décapage de la fouille du témoin en 1994 (fig. 150). Pour ce dernier, le nombre de restes est très faible (0,46 restes/litre). Les conditions de fouille ne permettent pas de préciser la chronologie dans l’intervalle Bronze final 1 - Bronze final 3a. Malgré la pauvreté et le manque de fiabilité chronologique des échantillons, le changement agro-économique entamé dès le Bronze ancien est perceptible. On observe un élargissement du spectre des plantes cultivées : les légumineuses, peu importantes au Néolithique, sont représentées par le pois, la lentille (fig. 152, n° 3) et la fève (Vicia faba). Nous mentionnerons d’ailleurs ici la découverte d’une dizaine de fèves associées à du matériel du Bronze final dans la salle II de la grotte (fouilles Chemin 1972-1975 ; analyse K. L. -B.).

Fig. 150 - Taxons identifiés dans les niveaux du Bronze final.

Fig. 151 - Espèces identifiées dans la grotte des Balmes (illustrations de Dominique Baudais). Néolithique moyen 2/Néolithique final inférieur 1, NM2 (NF) (S88. D1-D2, z =-142).
1 : caryopses de blé engrain (Triticum monococcum) ; 2 : caryopses d’orge (Hordeum vulgare/distichun). La première ligne montre un grain dont la forme rappelle l’orge nue ; 3 : graines de vrillée faux-liseron (Fallopia convolvulus). Néolithique final : 4 : caryopses dans leurs glumes et bases d’épillets de blé engrain (S90. G6, z = -335) ; 5 : fragment de coques de pignons d’arolle (Pinus cembra, S84. E5-E6-F6, z = -167).

22Parmi les céréales, l’orge semble dominer avec l’amidonnier (fig. 152, n° 1), suivi de l’engrain et du blé nu. Une nouvelle espèce de blé fait son apparition : l’épeautre (Triticum spelta). Céréale renommée pour sa rusticité, ce blé vêtu résiste bien au froid et à l’humidité (Körber-Grohne 1988). Deux autres espèces s’ajoutent à cet assemblage : le millet commun (Panicum miliaceum, fig. 152, n° 2) et le millet des oiseaux (Setaria italica). Ces céréales rustiques toujours semées à fin du printemps ont un cycle végétatif très court (Boyeldieu 1980) qui en fait de parfaites cultures de rattrapage lors des mauvaises années.

Fig. 152 - Espèces identifiées dans la grotte des Balmes (illustrations de Dominique Baudais).
Bronze final : 1 : caryopses de blé amidonnier (Triticum dicoccum, S88. D7-D8, z = -129) ; 2 : caryopses de millet commun (Panicum miliaceum, S87. D7-D8, z = -125,5) ; 3 : graines de lentille (Lens culinaris, S87/89. E7-E8, z = -120). Moyen-Âge : 4 : caryopses de seigle (Secale cereale, S88. D1-D2, z = -142).

23Les plantes adventices sont présentes mais de façon anecdotique ; ce sont la vrillée faux-liseron, la renouée des oiseaux (Polygonum aviculare), le gaillet gratteron (Galium cf. aparine) et la sétaire glauque (Setaria pumilla). Le raisin d’ours, la noisette et le sureau noir ou à grappe sont également présents en faible quantité.

24Le corpus des plantes cultivées de la grotte des Balmes correspond à celui généralement décrit, notamment pour le sud de la France où l’on observe à l’âge du Bronze une montée en puissance de l’orge, l’apparition et le développement des millets, l’extension et la diffusion de l’épeautre, ainsi que la culture des légumineuses (Bouby 2000 ; 2003). En revanche, les analyses carpologiques menées plus localement sur des stations lacustres du lac du Bourget (Savoie), datées du Bronze final, donnent une image différente : l’amidonnier a une certaine importance à Chindrieux (Jacquot 1994) et à Grésine (Bouby, Billaud 2001), tandis que l’orge et le blé nu y sont rares. La préférence de certaines espèces pourrait être liée à l’altitude, mais le manque de données nous empêche d’aller plus loin dans l’interprétation.

9.1.6. Conclusions

25Dans la grotte des Balmes, quelle que soit la période d’occupation, l’alimentation végétale semble principalement basée sur les plantes cultivées. Les céréales y occupent une place essentielle avec d’abord l’engrain au Néolithique moyen 2/Néolithique final inférieur, dans l’ensemble NM2 (NF), puis l’orge au Néolithique final. À l’âge du Bronze final, l’épeautre et les millets font leur apparition. Les légumineuses sont importantes pour leur part dès l’âge du Bronze ancien. On observe également l’élargissement de l’éventail des produits agraires, permettant de pallier les mauvaises récoltes, ce qui mettait les populations à l’abri des aléas de la nature. Les plantes de cueillette indiquent que les occupants de la grotte exploitaient un large territoire couvrant plusieurs étages de végétation, de l’étage collinéen (chêne, noisetier, sureau) à l’étage alpin (arolle, raisin d’ours).

26Les données archéobotaniques ne permettent pas de dire si les céréales étaient cultivées à proximité du site ou apportées de la plaine. On observe cependant que l’engrain et l’épeautre sont bien adaptés à l’environnement des Balmes. Des sources historiques et actuelles montrent que les céréales identifiées à Sollières-Sardières se rencontrent fréquemment en altitude dans l’espace alpin (Niederer 1980). Au Moyen Âge, dans le val d’Entremont en Valais, autour de 1000 m d’altitude, P. Dubuis mentionne la culture du froment, de l’orge et du « mil » (millet), des pois, des fèves et des lentilles (Dubuis 1990). À Termignon en Vanoise, village situé à 1,5 km au nord de Sollières-Sardières (fig. 2), le blé nu (froment) et l’orge sont cultivés aux abords du village, tandis que les habitants cultivent des légumineuses, dont la fève et le pois, dans de petits jardins clos mitoyens des maisons (Meilleur 1985 ; 2008).

9.2. La faune de la grotte des Balmes (C. O.)

9.2.1. Introduction

27L’attribution chronologique de la faune et des ossements humains recueillis dans la cavité a été opérée sur la base du canevas stratigraphique obtenu à partir de la discrimination chronoculturelle du mobilier céramique, le meilleur marqueur en ce domaine (§ 2.2.4.2.). Ce classement ne pouvait cependant ouvrir sur la restitution de la dispersion des restes fauniques dans l’espace, les zones soumises à l’étude étant cantonnées à des bandes d’extension limitée (§ 2.2.4.1.). Les irrégularités de la succession stratigraphique de certains secteurs, bien visibles sur le relevé du témoin fouillé en 1994 notamment (fig. 19), auraient de toute façon interdit toute attribution chronologique fine à partir du seul enregistrement des coordonnées spatiales. Les résultats ne peuvent donc être utilisés autrement que de manière globale et en termes de tendances. En outre, l’attribution des restes à une entité chronographique déterminée par la céramique n’assure pas un lien direct entre l’identification culturelle induite et les faunes considérées. Il nous manque pour cela le détail de leurs relations spatiales et fonctionnelles, qu’un enregistrement précis par strate aurait permis d’obtenir. Les propositions dans ce domaine devront donc être accueillies avec les précautions d’usage. L’inventaire des pièces de faunes du Bronze ancien n’a pu être dressé que d’un point de vue synthétique en l’absence de répartition qui suive le détail chronologique de cette période qui comprend deux phases au moins.

28La fouille du site a permis de mettre au jour plus de 9500 restes osseux, dont un peu plus de 8000 ont été attribués aux différents ensembles archéologiques s’échelonnant du Néolithique moyen 2 éventuel à la période de La Tène. Seuls. Le reste du matériel (16 % environ), qui provient de zones ou de couches dont la chronologie est incertaine, n’a pas été retenu pour cette présentation.

9.2.2. Le matériel osseux

29Le matériel osseux est composé de restes appartenant d’une part à des espèces liées à l’alimentation ou à la recherche de peau (mammifères domestiques et sauvages, oiseaux, poissons) et d’autre part à des vestiges plus ou moins intrusifs de microfaune (rongeurs, batraciens, chiroptères) et petits gastéropodes. Quoique bien conservé, le matériel comporte un certain pourcentage d’esquilles ne présentant aucun caractère permettant une attribution à une espèce ou à un groupe. La plupart de ces esquilles, excepté dans le matériel attribué à la période de La Tène, pèsent moins d’un gramme (fig. 153).

Fig. 153 - Pourcentage d’esquilles osseuses indéterminées pour chacune des périodes.
NM2 : Néolithique moyen 2 ; NFI : Néolithique final inférieur ; BA : Bronze ancien ; BF : Bronze final ; LT : La Tène.

30La fragmentation des ossements est importante et correspond essentiellement aux différentes étapes de préparation et de consommation des quartiers de viande ainsi que, probablement, de la récupération de la moelle. La plupart des ossements sont réduits à l’état de lames et comportent des traces de prélèvement de la chair. On note également sur plusieurs ossements, dont les extrémités articulaires sont présentes, des traces de désarticulation. Par ailleurs, on observe sur un grand nombre de vestiges de nombreuses empreintes de morsures laissées par les chiens.

31Le recensement des restes indique, depuis le début de l’occupation de la grotte, au Néolithique moyen 2, une faune à caractère essentiellement domestique (fig. 154).

Fig. 154 - Fréquences, en nombre, des restes attribués à la faune domestique et sauvage.

32Le poids de ces restes, qui permet d’évaluer la masse de viande produite par les animaux, confirme ces données (fig. 155). Bien que la faune sauvage soit reléguée à un rôle mineur, elle est toutefois intéressante par sa diversité.

Fig. 155 - Fréquences, en poids, des restes attribués à la faune domestique et sauvage.

33Les décomptes pour chacune des séquences chronoculturelles sont présentés en tableau (fig. 156). La base de l’alimentation carnée est constituée tout au long de l’occupation du site par les mêmes espèces issues de l’élevage : le bœuf et les caprinés (mouton, chèvre). Le porc et les espèces chassées viennent ensuite.

Fig. 156 - Distribution des restes fauniques dans les séquences chronologiques identifiées. P (g) : poids en grammes.

9.2.3. Le Néolithique

34Le Néolithique est représenté par trois périodes chronologiques, le Néolithique moyen 2 (NM2-NF), le Néolithique final inférieur (NFI) et le Néolithique final supérieur (NFS) (§ 2.2.4.2. et 2.2.4.3.). Le Néolithique final inférieur comprend deux ensembles bien définis, le Néolithique final inférieur 1 (NFI1) et le Néolithique final inférieur 2 (NFI2), qui ont été regroupés dans les décomptes généraux en raison de leurs faibles effectifs. À ces séquences, il faut ajouter deux séries qui correspondent à des mélanges : l’une comprend des éléments de faune provenant de NFI1 et NFI2, l’autre est formée des éléments de faune de NFI2 et NFS. Dans le détail, on note quelques différences entre le NFI1 et le NFI2, essentiellement liées à la faune sauvage (fig. 157).

Fig. 157 - Distribution des restes fauniques du Néolithique. P (g) : poids en grammes.

9.2.3.1. Les espèces domestiques

35En nombre de restes, la faune domestique est dominée par le groupe des moutons et des chèvres ; cependant le poids des restes osseux met les bovins en première place. La présence du porc dans cette faune domestique est presque anecdotique.

9.2.3.1.1. Les caprinés : moutons et chèvres

36La grande fragmentation des ossements a accru la difficulté à séparer les deux espèces ; cependant, un certain nombre de moutons et de chèvres ont été identifiés. Si la quantité de restes de caprinés augmente au Néolithique final supérieur, le poids moyen d’un fragment reste de 5 grammes, ce qui correspond à une plus grande fragmentation.

37La distribution anatomique des restes montre quelques lacunes, le crâne et les bas de pattes sont bien représentés, tandis que l’on note un réel déficit des membres antérieurs et postérieurs (fig. 158). La médiocre représentation des éléments du thorax – côtes et vertèbres – provient surtout de l’extrême morcellement de la plupart de ces restes osseux et donc de l’impossibilité de les attribuer à une espèce quelconque. En conséquence, ils ont été classés dans les groupes des petits ruminants ou des mammifères moyens. Néanmoins le déficit reste très important. La forte représentation des restes crâniens n’est pas le seul fait d’une fragmentation excessive, elle représente également le plus grand nombre d’individus abattus (fig. 159).

Fig. 158 - Répartition en nombre de restes des éléments anatomiques des caprinés du Néolithique.

Fig. 159 - Distribution des restes osseux (NR) de caprinés du Néolithique attribués à chaque élément anatomique et nombre minimum d’individus (NMI) recensés à partir de ces restes.

38Au Néolithique moyen 2 NM2 (NF), les os crâniens permettent de comptabiliser trois individus dont un mouton et une chèvre mâle. Les restes de radius et d’ulna correspondent aux bas des pattes antérieures, ces parties ne sont pas riches en viande ; quant aux fragments du fémur et du tibia, ils peuvent constituer un gigot (fig. 160).

Fig. 160 - En grisé : éléments squelettiques des caprinés identifiés dans les différents complexes néolithiques.

39Au Néolithique final inférieur 1, sept individus au minimum ont été dénombrés, dont trois moutons et une chèvre. Des traces sur les vertèbres cervicales indiquent une probable consommation de cette partie charnue aujourd’hui appelée « collier » (fig. 161). La plupart des os des membres sont présents et constituent des quartiers intéressants : bas de l’épaule, jarrets, gigots.

Fig. 161 - Entailles sur la troisième vertèbre cervicale d’un mouton (NFI1).

40Au Néolithique final inférieur 2, quatre sujets ont été identifiés, deux moutons dont un mâle et deux chèvres. À l’exception d’une patella, les seuls ossements postcrâniens concernent des parties qui fournissent peu de viande (un tibia et deux bas de pattes, carpes, tarses et phalanges) ; les entailles observées sur la face interne des côtes laissent supposer l’enlèvement des viscères. Les quelques restes identifiés dans l’ensemble NFI1/NFI2 complètent les éléments retrouvés dans les deux séquences et proviennent de deux individus : un mouton et une chèvre.

41Au Néolithique final supérieur on note la présence d’au moins sept individus avec au moins trois moutons dont une brebis, et deux chèvres dont une femelle. Les éléments postcrâniens représentent la plupart des parties riches en viande : l’épaule retrouvée dans le même périmètre est entière avec la scapula, l’humérus et le radius (fig. 162). Les gigots sont également complets : fémur et tibia. La selle est représentée par les restes d’os coxal. On retrouve également des vestiges du gril costal.

Fig. 162 - Restes d’une épaule de mouton (NFS).

42Sur l’ensemble de la séquence néolithique, le poids des restes met en évidence le fort impact des os crâniens (fig. 163). Bien que peu pourvue en chair, la tête fournit des abats consommables comme la cervelle et la langue. Parmi les vestiges postcrâniens, la question de la représentation des vertèbres et des côtes a déjà été évoquée ; ces fragments osseux sont probablement sous-évalués dans ce comptage. Les quartiers avant et arrière sont diversement représentés. Au Néolithique moyen 2 NM2 (NF), les parties postérieures fournissent une masse nettement supérieure à celles des parties antérieures. Au Néolithique final inférieur, tandis que les fragments des parties postérieures sont nettement plus nombreux que ceux des parties antérieures (fig. 158), la répartition en poids est à peu près identique. Au Néolithique final supérieur, bien que le nombre de restes soit à peu près équivalent entre les quartiers avant et arrière (fig. 158) on observe une nette prédominance en poids des parties avant, ce qui indique qu’elles sont moins fragmentées.

Fig. 163 - Répartition en poids des éléments anatomiques des caprinés du Néolithique.

43L’étude du degré d’éruption et de l’usure dentaires et l’examen des soudures épiphysaires de certains os postcrâniens ont permis d’évaluer les âges d’abattage de quelques individus (fig. 164). Le nombre d’individus sur lequel est basée cette analyse est évidemment assez limité et ne représente qu’une infime partie du nombre initial d’animaux formant les troupeaux, mais il peut nous permettre d’observer la tendance des choix alimentaires des éleveurs. On remarque, excepté au NFI2 et dans la zone de mélange, que la majorité des animaux destinés à la consommation est abattue avant la deuxième année. Ce mode de prélèvement où le rendement boucher n’est pas encore atteint, où les brebis sont d’éventuelles génitrices fournissant du lait dans ces périodes d’agnelage est donc intéressant. En dehors d’un choix alimentaire – viande tendre au goût peu prononcé – il y a peut-être dans ce prélèvement un souci de ne garder que des animaux en bonnes conditions physiques.

44La hauteur au garrot de quelques moutons a pu être estimée. Au NM2, on trouve un individu de 65 cm. Sur l’ensemble du NFI, cinq mesures comprises entre 60 et 66 cm donnent une moyenne de 62 cm ± 2,35.

Fig. 164 - Distribution des âges d’abattage des caprinés au Néolithique.
M/C : mouton ou chèvre, M : mouton, C : chèvre, NI : nombre d’individus.

9.2.3.1.2. Les bovinés

45Entre le Néolithique moyen 2 NM2 (NF) et le Néolithique final supérieur on observe globalement, comme pour les caprinés, un accroissement du nombre de restes de bovins (fig. 157) mais leur masse n’augmente pas significativement. La répartition des éléments anatomiques (fig. 165) indique une bonne représentation des vertèbres et des côtes, la détermination ayant été plus souvent possible que pour les caprinés.

Fig. 165 - Répartition en nombre de restes des éléments anatomiques des bovins du Néolithique.

46Les fragments crâniens, la plupart des petits os des membres (sésamoïdes, patella, malléolaire) et ceux des extrémités des pattes, qui sont en général les restes les plus abondants après le dépeçage des corps, sont moyennement représentés. Il paraît donc difficile d’admettre un abattage sur les lieux (fig. 166). À partir des fragments osseux crâniens et postcrâniens, il a été possible d’isoler un certain nombre d’individus. On note ainsi que l’augmentation du nombre de restes au fil de l’occupation néolithique n’induit pas un accroissement du nombre d’individus comptabilisés ; là encore, comme pour les caprinés, une fragmentation plus importante en est la cause.

Fig. 166 - Distribution des restes osseux (NR) de bovins attribués à chaque élément anatomique et nombre minimum d’individus (NMI) recensés à partir de ces restes.

47Dans cette distribution des restes, on observe aussi des lacunes systématiques. Ainsi on ne trouve pas trace d’une partie riche en viande, l’épaule, représentée par la scapula. L’autre partie de l’épaule est placée au niveau de l’humérus, os dont on ne retrouve des fragments que dans l’ensemble correspondant au mélange NFI1-NFI2 et au Néolithique final supérieur (fig. 167). Par ailleurs, l’ulna qui est accolée au radius, et qui constitue avec ce dernier le jarret avant de l’animal, n’apparaît que par un seul fragment au Néolithique final inférieur 1.

Fig. 167 - En grisé : éléments squelettiques des bovins identifiés dans les différents complexes néolithiques.

48Au Néolithique moyen 2 NM2 (NF), on note la présence de fragments osseux appartenant aux jarrets avant (radius) et arrière (tibia), et de l’os coxal où se situe une partie plutôt charnue. Au Néolithique final inférieur 1 les rations sont plus fournies. On observe la présence d’un haut de cuisse (fémur) et les côtes sont plus abondantes. Les parties crâniennes ne présentent aucun intérêt culinaire, qu’il s’agisse de restes de chevilles osseuses (os cornu) et de fragment de mandibule. Au Néolithique final inférieur 2, les parts diminuent puisque seuls quelques fragments de côtes et un fragment de fémur (cuisse) correspondent à des parties charnues ; le fragment de vertèbre cervicale peut être rattaché à une portion de viande prélevée dans l’encolure.

49Les restes osseux identifiés dans les complexes formés de couches mélangés (NFI mélange) complètent les vestiges des deux séquences NFI1 et NFI2, avec pour seul élément nouveau, l’humérus (deux fragments d’un même os). Au Néolithique final supérieur bien que les restes crâniens soient assez nombreux, ils semblent n’appartenir qu’à un seul individu. Parmi ces éléments, la présence d’un os hyoïde, qui soutient la langue, est peut-être une indication de la consommation de cet abat. Par ailleurs les vestiges postcrâniens représentent toutes les parties du squelette et les membres antérieurs et postérieurs ont une représentation pratiquement identique ; ces os sont tous fracturés (fig. 168).

Fig. 168 - Répartition en poids des éléments anatomiques des bovins du Néolithique.

50Le poids des restes fournit un complément d’information relatif à la participation des quartiers dans l’alimentation carnée (fig. 168). Il montre parfois une prédominance des os peu riches en viande. Ainsi en est-il des jarrets avant (radius-ulna) et arrière (tibia) du NM2, NFI1 et NFS. La part de chair issue des extrémités des pattes est également assez médiocre. Cependant ces ossements après fracturation procurent la moelle qui enrichit les « bouillons ». La participation en poids de la région thoracique et du membre antérieur au Néolithique moyen 2 NM2 (NF) n’est pas négligeable. Au Néolithique final inférieur, les parties avant et arrière font à peu près part égale tandis qu’au Néolithique final supérieur, bien que le nombre de restes des membres soit, presque au même niveau (fig. 165), ce sont les parts postérieures qui représentent le poids le plus important.

51Les vestiges dentaires et les sutures épiphysaires de certains ossements ont permis d’évaluer l’âge d’abattage de quelques individus (fig. 169). Les animaux abattus avant la troisième année n’ont pas encore atteint leur maturité sexuelle et leur valeur pondérale n’est pas à son maximum. On peut donc supposer qu’il s’agit d’un choix alimentaire qui se répète durant le Néolithique final inférieur. Au NFS, le partage entre l’animal jeune produisant une viande tendre et l’animal de réforme semble amorcer un certain changement.

Fig. 169 - Distribution des âges d’abattage des bovins au Néolithique.

9.2.3.1.3. Les porcins

52C’est l’espèce domestique la moins bien représentée sur le site durant le Néolithique. Cela n’est pas surprenant car cette espèce n’est pas facile à élever dans un environnement de montagne. Les éléments squelettiques qui lui sont attribués sont majoritairement des bas de pattes, parties peu riches en viande mais souvent consommées (fig. 170). Les quelques restes postcrâniens identifiés dans chacune des séquences du Néolithique ne représentent pas des parts très importantes (fig. 171).

Fig. 170 - Répartition en nombre de restes des éléments anatomiques des porcs du Néolithique.

Fig. 171 - Distribution des restes osseux (NR) de porcs attribués à chaque élément anatomique et nombre minimum d’individus (NMI) recensés à partir de ces restes.

53Les restes crâniens se réduisent à quelques dents. Au Néolithique moyen 2 NM2 (NF), les fragments d’ulna et de tibia peuvent être les vestiges d’un jarret avant et d’un jarret arrière ; on trouve également les restes d’une patte avant (fig. 172). Au Néolithique final inférieur 1, on retrouve encore le jarret avant, mais surtout les reliquats de deux jambons (2 fémurs) et deux jarrets (2 tibias) arrière, ainsi que les fragments osseux d’une patte avant et d’une patte arrière. Au Néolithique final inférieur 2, le fragment d’une scapula représente le vestige d’une palette, le fragment d’humérus celui d’une épaule et le fragment de tibia une portion de jarret postérieur. Des deux fragments d’humérus identifiés dans le mélange NFI, l’un pourrait compléter cette épaule, le second correspond à une deuxième épaule. Au Néolithique final supérieur, seuls deux éléments crâniens et les vestiges d’une patte arrière ont été identifiés.

Fig. 172 - En grisé : éléments squelettiques des porcs identifiés dans les différents complexes néolithiques.

54En poids, on note au Néolithique moyen 2 NM2 (NF) que si le nombre de restes entre les parties antérieure et postérieure est identique (fig. 170), c’est la partie arrière qui fournit la part la plus importante (fig. 173). Au Néolithique final inférieur, tandis que les parties arrière sont prédominantes, ce sont les parties avant qui constituent un apport plus important. Au Néolithique final supérieur, seules représentées, la tête et les pattes font presque parts égales. Les porcs sont généralement abattus à un âge auquel leur engraissement satisfait l’éleveur. L’abattage classique se fait en général entre 12 et 36 mois. Les âges évalués pour chacune des séquences semblent rentrer dans cet intervalle (fig. 174). Une hauteur au garrot a pu être estimée pour le Néolithique final, autour de 77 cm, pour un individu de sexe indéterminé.

Fig. 173 - Répartition en poids des éléments anatomiques des porcs du Néolithique.

Fig. 174 - Distribution des âges d’abattage des porcs du Néolithique.

9.2.3.1.4. Le chien

55Les quelques restes osseux de chien (fig. 156) – dents et bas de pattes – s’identifient à des rejets de préparation, peut-être de peaux, mais aussi à des activités de boucherie. Ces vestiges appartiennent tous à des sujets juvéniles. La présence du chien est par ailleurs attestée dans toutes les phases par les nombreux fragments osseux rongés, fracturés, qu’il a laissé derrière lui. Les empreintes des dents indiquent très souvent que l’on a affaire à des individus plutôt robustes.

9.2.3.2. La faune sauvage

56Les ossements attribués aux espèces sauvages sont peu nombreux, mais présentent une diversité intéressante (fig. 156). La séquence Néolithique final inférieur 1 est celle qui a fourni la plus grande variété d’espèces : 10 espèces mammaliennes et 4 espèces d’oiseaux. Quelques-unes sont présentes tout au long de l’occupation néolithique : le bouquetin, la marmotte, le cerf, et dans une moindre mesure le lièvre et l’ours brun. Parmi les ongulés – bouquetin, chamois, cerf, chevreuil – le bouquetin est de loin le mieux représenté, il domine dans tous les complexes (fig. 175).

Fig. 175 - Fréquences, en nombre, des restes osseux d’ongulés du Néolithique.

9.2.3.2.1. Le bouquetin

57Le poids des restes de bouquetin (427 g pour 31 fragments) au Néolithique final inférieur 1 est presque équivalent à celui des bovins (459 g pour 29 fragments), et légèrement supérieur à celui des caprinés (408 g pour 76 fragments). Cependant si l’on compare la distribution des restes osseux, on constate que les quartiers à viande sont peu représentés chez le bouquetin (fig. 176).

Fig. 176 - Comparaison du poids des restes entre les espèces du cheptel et le bouquetin au Néolithique final inférieur 1.

58Au Néolithique final supérieur, les quartiers à viande sont mieux représentés ; ainsi, sur 283 g représentant 13 fragments, 81 % leur sont attribués. Le décompte et l’assemblage des restes osseux ont permis d’estimer un nombre d’individus (fig. 177). On peut observer qu’une grande partie des restes de bouquetin, excepté dans la phase Néolithique final supérieur, sont des éléments des extrémités des pattes (fig. 178). Comme ces vestiges osseux n’ont pas un très grand intérêt alimentaire, cette distribution pourrait indiquer la préparation d’un animal : le prélèvement de la peau avant le dépeçage du corps laisse quelques déchets osseux qui sont abandonnés sur place, en particulier les extrémités des pattes. Les parties riches en viande comme l’épaule (humérus) ou le cuissot (fémur) ne sont représentées que dans le Néolithique final supérieur pour le premier et le Néolithique final inférieur 1 pour le second. Le radio-ulnaire et le tibia, qui figurent les éléments des jarrets avant et arrière, sont également présents dans les deux séquences ainsi que dans le complexe « mélangé » du Néolithique final inférieur (fig. 179).

Fig. 177 - Distribution des restes osseux (NR) de bouquetins attribués à chaque élément anatomique et nombre minimum d’individus (NMI) recensés à partir de ces restes.

Fig. 178 - En grisé : éléments squelettiques des bouquetins identifiés dans les différents complexes néolithiques.

Fig. 179 - Radio-ulnaires gauches de bouquetins avec traces de découpe (NFS).

59Les bas de pattes avaient probablement aussi leur rôle à jouer, les métapodes ont été brisés en de nombreux fragments et les phalanges 1 et 2 ont été systématiquement tranchées en deux parties (fig. 180). On peut supposer que cette fragmentation permettait de récupérer la moelle. En plus de cette fracturation, la plupart de ces ossements portent des traces de désarticulation assez fines.

Fig. 180 - Phalanges 1 de bouquetins tranchées par le milieu. Néolithique final.

60Tous les individus sont adultes. Une femelle et un mâle ont été identifiés dans deux complexes : le Néolithique final inférieur 1 et le Néolithique final supérieur.

9.2.3.2.2. Le cerf, le chamois et le chevreuil

61Dans chacune des phases où il est présent, le cerf n’a été identifié que par quelques ossements (fig. 156, 181). Au Néolithique moyen 2 NM2 (NF), un fragment de mandibule et la partie distale d’un radius (jarret avant) sont les seuls éléments présents. Au Néolithique final inférieur 1, les restes sont un peu plus nombreux : la partie articulaire d’une scapula et la partie proximale d’un humérus forment les vestiges d’une épaule droite ; un fragment de fémur peut être considéré comme le reste d’un cuissot ; les fragments de métapodes antérieur et postérieur sont le résultat d’une recherche probable de moelle. Le cerf est absent de la phase Néolithique final inférieur 2. Dans le complexe de mélange du Néolithique final inférieur, on trouve un fragment de fémur ainsi qu’un fragment de diaphyse d’un métapode antérieur. Au Néolithique final supérieur, les éléments identifiés sont sans valeur nutritive : une prémolaire supérieure, un fragment de bois et quelques os fragmentés des pattes. Le chamois est présent au Néolithique final inférieur 1 avec une première phalange (fig. 156). Sa présence est encore signalée au Néolithique final supérieur avec des restes de chevilles osseuses et deux vertèbres. Une troisième molaire inférieure peu usée signale sa présence dans le complexe NFI mélangé.

Fig. 181 - En grisé : éléments squelettiques des cerfs identifiés dans les différents complexes néolithiques.

62Le chevreuil n’a été reconnu que dans la phase du Néolithique final supérieur. On remarque sur un fragment de vertèbre cervicale deux perforations assez discrètes, impacts probables de pointes de flèches (fig. 182).

Fig. 182 - Fragment de vertèbre cervicale de chevreuil portant deux perforations (NFS).

9.2.3.2.3. La marmotte, le lièvre et l’ours

63La marmotte a été identifiée dans tous les complexes. En plus de la récupération très vraisemblable de la peau – au Néolithique final inférieur 2, deux métatarsiens portent les marques de dépouillage –, sa consommation est attestée par des traces sur certains ossements. Ces animaux ont pu être piégés (ou chassés) entre début mai et mi-octobre.

64Parmi les fragments osseux de lièvre, le lièvre variable n’a été identifié qu’une seule fois : au Néolithique final inférieur 1 (fig. 157). Le reste du matériel n’a pu être spécifiquement attribué : lièvre variable (Lepus timidus) ou lièvre commun (Lepus capensis).

65L’ours est également présent à partir du NFI1. Les restes qui lui sont attribués ne concernent que les bas de pattes : os du carpe et du tarse, phalange (NFI1, NFI2 et NFI mélangé) ou le maxillaire et la mandibule (NFS). La mandibule porte sur la branche montante une forte perforation qui pourrait être la trace d’un impact d’une flèche ; on remarque également qu’une partie de la branche montante a été tranchée, ce qui laisse supposer que l’animal a fourni non seulement une belle fourrure mais aussi sa viande. Les dents peu usées indiquent que l’on a affaire à un individu assez jeune.

9.2.3.2.4. Le sanglier, le renard, le lynx, le chat sauvage et la fouine

66Quelques espèces ne font qu’une apparition discrète, mais leur identification indique leur présence dans l’environnement du site (fig. 157). Le sanglier a été reconnu uniquement au Néolithique final inférieur. Parmi les carnivores, qui ont pu être chassés pour leur fourrure mais aussi pour protéger les troupeaux, on trouve le renard au Néolithique final inférieur 2 et au Néolithique final supérieur ; les restes exhumés appartiennent à deux individus adultes. Le lynx et le chat sauvage ont été reconnus chacun par un élément, le premier dans le complexe NFI « mélangé » par un fragment de métacarpe qui porte la cicatrice d’une pathologie – peut-être un abcès – et le second dans la séquence Néolithique final inférieur 1 par un fragment de crâne. Leur habitat est strictement forestier. La fouine a été identifiée au Néolithique moyen 2 NM2 (NF). D’autres restes fragmentés de mustélidés n’ont pu être spécifiquement attribués à la martre ou à la fouine, cependant les deux espèces sont possibles dans ce milieu : la martre est plutôt forestière et la fouine affectionne les rocailles. Cependant, à l’inverse de sa cousine, cette dernière se tient très souvent près des lieux habités. La mandibule gauche attribuée à la fouine porte une perforation sur la branche montante et le lissage observé aussi bien sur le contour de la perforation que sur l’ensemble de l’os (fig. 183) suppose qu’elle a pu être utilisée comme pendeloque ; cet emploi a été constaté (sur des mandibules de martres) sur plusieurs sites néolithiques (Chiquet 2004).

Fig. 183 - Mandibule de fouine avec perforation sur la branche montante (NM2).

9.2.3.2.5. L’écureuil et le hérisson

67L’écureuil et le hérisson sont présents dans la séquence Néolithique final inférieur 1 (fig. 157) ; ils ont pu être consommés. La mandibule (gauche) qui a été attribuée au hérisson, et qui ne comporte pas de perforation, est également lustrée. Ce lustrage s’observe sur la face interne comme sur la face externe, mais il est particulièrement accentué sur l’angle formé par la branche montante et la branche horizontale (fig. 184). C’est un phénomène souvent observé aux périodes néolithiques aussi bien sur des sites d’habitat qu’en contexte funéraire (Vigne 1988 ; Chaix 1989 ; Chiquet 2004).

Fig. 184 - Mandibule de hérisson « lustrée » (NFI1). Les flèches indiquent la zone particulièrement lustrée.

9.2.3.2.6. La faune aviaire

68La faune aviaire est variée (fig. 157). On y trouve une espèce proprement alpine, le lagopède des Alpes, ainsi que la tourterelle des bois, le pigeon ramier et des espèces de petite taille dont la spéciation n’a pas été possible : une forme de mésange, une bergeronnette et un turdidé (merle ou grive). Un grand rapace (aigle, gypaète…) est représenté par une griffe. Quelques restes d’oiseaux pourraient appartenir, d’une part, à la gélinotte (Bonasa bonasia) et, d’autre part, à la chouette hulotte (Strix aluco).

9.2.3.2.7. La microfaune

69Parmi les rongeurs (fig. 185), certains préfèrent les zones humides comme le campagnol terrestre qui fréquente surtout les berges de cours d’eau au débit lent ou le campagnol agreste qui fréquente les endroits broussailleux, n’aimant pas les lieux découverts. D’autres affectionnent les terrains rocailleux, les pâturages, comme le campagnol des neiges, ou les prairies et les bois clairsemés, comme le campagnol des champs. Il n’a pas été possible de différencier les restes de mulot : mulot gris ou mulot à collier. Ce sont deux espèces très proches ostéologiquement ; l’une et l’autre aiment les forêts, le dernier en particulier. Tous ces rongeurs occupent divers territoires, mais tous se retrouvent en altitude et le campagnol des neiges s’observe même jusqu’à plus de 4000 m.

Fig. 185 - Inventaire de la microfaune et de la malacofaune des complexes néolithiques.

70Il semble que quelques restes de batraciens puissent être attribués à la grenouille rousse (Rana temporaria), on peut la trouver jusqu’à 2500 m d’altitude.

71Au Néolithique final supérieur, un humérus de chiroptère pourrait appartenir à un vespertilion (Myotis sp.). Ces animaux ont pu occuper la grotte lorsque les hommes n’y étaient pas.

9.2.3.2.8. La malacofaune

72Des gastéropodes (fig. 157) ont pu être apportés à l’intérieur de la grotte, lors de ramassages de bois sec, de mousse ou d’herbe.

9.2.4. L’âge du Bronze

73L’âge du Bronze est représenté par trois ensembles d’occupations définis par l’archéologue : Bronze Ancien, Bronze final 1 et Bronze final 2b-3a (§ 2.2.4.2. et 2.2.4.3.). Deux autres séries appartiennent à cette période, mais elles sont le résultat d’un mélange dans l’éboulis de la diaclase le long de la paroi est (§ 2.2.4.1.) : éboulis fouillé en 1987 (Eb. 87), qui contient des éléments provenant du Bronze Ancien et secondairement du Bronze final 1 ; éboulis fouillé en 1985 (Eb. 85), qui renferme des éléments du Bronze final 1 et du Bronze final 2b-3a mais dont le profil, d’après les données archéologiques, tendrait davantage vers le Bronze final 2b-3a (fig. 186).

Fig. 186 - Distribution des restes osseux pour la période du Bronze, couches chronologiquement identifiées et couches résultant d’un mélange.

9.2.4.1. Les espèces domestiques

74En nombre de restes, depuis le Néolithique moyen, NM2 (NF), les caprinés dominent amplement, mais au Bronze Ancien on observe une légère prédominance des bovins (fig. 187). Néanmoins, quel que soit le nombre de restes, les bovins dominent toujours par le poids. Au Bronze final 1 cependant, cette prépondérance diminue légèrement. Puis on observe une nette régression en nombre de restes et en poids de cette espèce au Bronze final 2b-3a.

Fig. 187 - Proportions relatives, en nombre de restes (NR) et en poids de ces restes (P) entre les caprinés et les bovins, depuis le Néolithique moyen.

9.2.4.1.1. Les caprinés : moutons et chèvres

75Malgré la grande fragmentation des restes, la présence des deux espèces a été reconnue dans la plupart des phases du Bronze, seul le matériel du Bronze final 2b-3a n’a pas permis cette distinction. Dans les complexes chronologiquement bien datés, on note toujours une prédominance des restes crâniens et des bas de pattes (fig. 188). Les côtes et les restes de vertèbres sont particulièrement bien représentés dans les deux zones de mélanges (Eb. 87 et Eb. 85). Tandis qu’au Bronze ancien les éléments des membres postérieurs sont bien attestés, dans les deux séquences du Bronze final ce sont les éléments des membres antérieurs qui sont les mieux représentés (fig. 190). L’éboulis 87, qui associe des restes du Bronze ancien et du Bronze final 1, semble produire davantage des rejets de mise en quartiers, fragments crâniens, thorax (côtes, vertèbres et sternèbres) et bas de pattes. L’éboulis 85, qui rassemble des fragments osseux des séquences BF1 et BF2b-3a, se compose de façon plus homogène avec des restes de l’ensemble du squelette.

Fig. 188 - Répartition des restes de caprinés dans chaque séquence de l’âge du Bronze et dans les zones de mélange.

76Un certain nombre d’individus ont pu être identifiés à partir des éléments anatomiques individualisés (fig. 189). On observe, comme pour les périodes précédentes, que ce sont les restes crâniens qui fournissent le plus grand nombre d’individus. Il est toutefois difficile de préciser davantage la distribution des parties anatomiques puisque l’on a un premier mélange entre le Bronze ancien et le Bronze final 1 dans l’éboulis 87 et un second panachage entre le Bronze final 1 et le Bronze final 2b-3a dans l’éboulis 85, ce qui ne permet pas de savoir dans quelle mesure les éléments retrouvés dans ces éboulis appartiennent à l’une ou l’autre phase. La figure 190 donne cependant une image de ces distributions.

Fig. 189 - Distribution des restes osseux (NR) de caprinés attribués à chaque élément anatomique et nombre minimum d’individus (NMI) recensés à partir de ces restes.

77L’éboulis 85 (BF1-BF2b-3a) a fourni les restes d’un crâne de chèvre portant une perforation entre les deux chevilles osseuses qui pourrait être le résultat d’un coup porté pour la mise à mort de l’animal (fig. 191). On note au Bronze final que certaines vertèbres sont fendues dans le sens de la longueur, indiquant un partage sagittal de la colonne vertébrale et probablement la partition en deux de la carcasse après l’abattage (fig. 192). Des stries relevées sur un os hyoïde (os lingual) indiquent une préparation de la tête et une consommation probable de la langue (fig. 193). Dans la découpe de certains éléments anatomiques, on remarque une grande similitude avec la préparation des quartiers retrouvés au Néolithique (fig. 161), en particulier dans le traitement des humérus, os que l’on trouve dans l’épaule.

Fig. 190 - Identification des éléments squelettiques de caprinés retrouvés dans les complexes de l’âge du Bronze. En grisé foncé les parties les plus souvent présentes, en grisé clair les parties moins bien représentées.

Fig. 191 - Crâne de chèvre portant une perforation sur le haut du crâne (mise à mort ?) (Eb. 85, BF1-BF2b-3a).

Fig. 192 - Découpe longitudinale d’une première vertèbre cervicale de capriné (BF 1).

Fig. 193 - Os hyoïde avec de légères traces laissées par un outil contondant.

78Le poids des restes fournit un élément supplémentaire dans le rôle des quartiers consommés. Ainsi, bien que les extrémités osseuses des pattes fournissent un très grand nombre de vestiges, elles n’ont pas un impact important sur le poids des restes (fig. 194). Pour les autres éléments, on note pour ce qui est des quartiers avant et arrière une assez bonne corrélation entre le nombre de restes et leur poids. Cependant, il en est du poids comme de la distribution des éléments anatomiques, les zones de mélange (Eb. 87 et Eb. 85) introduisent un biais dans cette analyse.

Fig. 194 - Répartition en poids des restes de caprinés de l’âge du Bronze.

79Les individus décomptés dans les deux éboulis l’ont été à partir d’éléments différents de ceux retrouvés dans les phases chronologiquement identifiées, mais il est difficile d’affirmer que ce ne sont pas les mêmes sujets. Autrement dit, les restes des sujets de l’Eb. 87 pourraient appartenir au Bronze ancien ou au Bronze final 1 et les éléments anatomiques des individus de l’Eb. 85 pourraient être issus du Bronze final 1 ou du Bronze final 2b-3a.

80Au Bronze ancien en plus des six sujets dénombrés par les fragments crâniens, les restes du squelette appendiculaire apportent la preuve de la présence de deux fœtus, agneau ou chevreau. Les restes d’un fœtus de mouton ont été repérés au Bronze final 1 et dans l’Eb. 87 (BA-BF 1).

81Bien que les effectifs soient réduits, on peut observer la tendance que nous donne cette analyse. Sur l’ensemble de la chronologie, on note que la majorité des individus est abattue avant 24 mois (fig. 195). Ainsi au BA on trouve 67 % de sujets, au BF1 75 % et 54 % au BF 2b-3a. Cependant, une différence s’observe sur l’abattage des animaux de moins de 12 mois, au BA nous trouvons 1 sujet sur 4, tandis qu’au BF1 ce sont 9 sujets sur 12. Au BF 2b-3a cette mortalité diminue mais reste malgré tout supérieure à celle du Bronze ancien puisque ce sont encore 4 sujets sur 7 qui sont abattus avant 12 mois et dans ce lot, 3 le sont avant 6 mois. On peut voir également que chèvres et moutons subissent le même traitement. Il est possible que cet abattage corresponde à un choix de viande de bonne qualité mais aussi au fait que l’on procède à l’élimination d’animaux fragiles.

Fig. 195 - Distribution des âges d’abattage des caprinés pour les périodes de l’âge du Bronze.
M/C : mouton ou chèvre ; M : mouton ; C : chèvre ; NI : nombre d’individus.

82Certains restes ont permis la reconstitution de la hauteur au garrot de plusieurs moutons et de quelques chèvres. Pour le Bronze ancien, quatre mesures appartenant à des brebis fournissent une moyenne de 66 cm ± 3,40 (variation entre 63 et 71 cm). Au Bronze final, les données sont plus nombreuses, puisque pour ce qui concerne les moutons la moyenne est établie sur seize données appartenant également à des brebis, 61 cm ± 3,61 (variation entre 53 et 68 cm). Pour les chèvres, la taille se situe autour de 70 cm ± 5,25 avec quatre mesures qui s’étendent entre 65 et 77 cm.

9.2.4.1.2. Les bovinés

83On note une augmentation de la participation des bovins au Bronze ancien et au Bronze final 1 pour aboutir au Bronze final 2b-3a à une régression très importante (fig. 196). La répartition des restes indique, dans l’ensemble des complexes chronologiquement reconnus comme dans les zones de mélanges, une prédominance des éléments thoraciques, les vertèbres en particulier (fig. 197). La sous-représentation des os des quartiers avant et arrière, riches en viande, est évidente. La fragmentation des os entraîne souvent une surestimation des éléments anatomiques, plusieurs restes appartiennent souvent à un même os (fig. 198).

Fig. 196 - Évolution de la participation des bovins, en nombre de restes (NR) et en poids (P (g)), entre le Néolithique final supérieur et le Bronze final 2b-3a.

Fig. 197 - Répartition des restes de bovins dans chaque séquence de l’âge du Bronze et dans les zones de mélange.

Fig. 198 - Distribution des restes osseux (NR) de bovins attribués à chaque élément anatomique et nombre minimum d’individus (NMI) recensés à partir de ces restes.

84Au Bronze ancien, la seule part du train-avant est une portion de jarret, l’épaule est totalement absente tandis qu’au Bronze final 1 toutes les parties sont représentées (fig. 197). L’éboulis 87, qui représente le mélange BA-BF 1, n’influence pas trop cette distribution. Au Bronze final 2b-3a les restes ne représentent pas un grand apport en viande et le mélange B1-BF2b-3a qui se retrouve dans l’éboulis 85 ne participe en rien à cette répartition.

85Les os longs sont en général très fragmentés, excepté au Bronze final 1 où l’on note la présence d’un humérus rejeté entier. Il ne comporte aucune trace de découpe, l’épiphyse proximale, normalement en connexion avec la scapula, a été en partie rongée par les chiens. S’ajoutent à cet élément squelettique, une scapula (entièrement fragmentée) et un segment proximal de radio-ulnaire qui s’articule avec l’épiphyse distale de l’humérus, les trois éléments provenant du même côté, cet ensemble peut faire penser à la consommation d’une épaule (fig. 199). Les vestiges thoraciques ont subi une découpe assez minutieuse comme le montre la préparation des côtes et des vertèbres divisées en multiples morceaux. Le prélèvement de la colonne vertébrale s’est fait par une découpe latérale, c’est-à-dire au niveau de l’articulation costale. Puis les vertèbres sont morcelées, les vertèbres thoraciques sont débarrassées de leur épiphyse épineuse, peut-être embarrassante lors de la cuisson de ces éléments (fig. 200).

Fig. 199 - En grisé : éléments squelettiques des bovins identifiés dans les différents complexes de l’âge du Bronze.
En marge du bovin BF 1, la représentation du quartier de viande est symbolisée par la scapula (Sc.), l’humérus (Hu.) et le radio-ulnaire (Rad. -Ul.)

Fig. 200 - Découpe des vertèbres de bovins de l’âge du Bronze.
En a : première découpe des vertèbres ; en b : en grisé, la découpe de l’apophyse épineuse des vertèbres thoraciques.

86Si l’on considère le poids des restes comme indicateur susceptible de représenter la masse de viande on s’aperçoit que les restes de vertèbres et de côtes ne sont pas systématiquement prépondérants (fig. 201). Au Bronze ancien les parties crâniennes et thoraciques restent les mieux représentées tandis qu’au Bronze final 1 les parties avant prennent nettement le pas sur le quartier arrière. Au Bronze final 2b-3a, les morceaux des parties arrière, déjà supérieurs en nombre sont, avec les éléments thoraciques, les mieux représentés.

Fig. 201 - Répartition en poids des restes de bovins de l’âge du Bronze.

87L’âge a pu être évalué pour certains individus à partir des vestiges dentaires et du degré d’épiphysation de quelques os longs (fig. 202). Au Bronze ancien on observe un abattage plus tardif qu’au Bronze final 1 où la majorité des animaux sont mis à mort avant leur deuxième année. Dans l’Eb. 87 (BA-BF 1) on note la présence de deux individus non attestés dans l’une ou l’autre des séquences que cet éboulis représente. Un veau mort-né nous indique l’existence de femelles sur l’alpage.

Fig. 202 - Distribution des âges d’abattage des bovins pour les périodes de l’âge du Bronze.

88L’humérus retrouvé dans le matériel du BF 1 a permis la reconstitution d’une hauteur au garrot, elle se situe autour de 112 cm. Pour le Bronze final, des données sur de sites suisses situent les variations entre 99 et 116 cm sur le site de Cortaillod-Est (Chaix 1986) et de 98 à 123 cm environ sur le site de Hauterive Champréveyres (Studer 1991).

9.2.4.1.3. Les porcins

89Comme au Néolithique les porcins sont très peu représentés. Cependant, on note, sur des échantillons très médiocres évidemment, une tendance à l’augmentation des restes entre le Bronze ancien et le Bronze final 2b-3a (fig. 203). Si les pourcentages de restes sont identiques entre le Néolithique moyen 2 éventuel et le Bronze ancien, on constate que leur poids est nettement plus important au Bronze ancien, ce qui signifie que les parts de viande devaient être plus importantes. Les données énoncées pour le Bronze final 2b-3a sont identiques à celles du Néolithique final inférieur.

Fig. 203 - Évolution de la présence des porcins sur le site depuis le Néolithique moyen 2.

90Comme pour les périodes néolithiques, on observera un manque évident des côtes et des vertèbres, seul un fragment d’atlas (première vertèbre cervicale) est présent au Bronze final 2b-3a. Parmi les parties à viande, les quartiers avant sont présents dans toutes les phases ainsi que dans les éboulis (fig. 204). Ces parties avant se limitent à un os du jarret (l’ulna) au Bronze ancien et au Bronze final 1, tandis qu’au Bronze final 2b-3a s’ajoutent le second os du jarret (radius) et l’épaule avec l’humérus (fig. 205, 206). Les restes identifiés dans les deux éboulis sont tout à fait identiques et concernent la palette (scapula), l’épaule (humérus) et un jarret avant (radius). Pour les parties arrière, seul élément du membre postérieur le tibia qui représente le jarret, le fémur qui est le support d’une partie riche en viande, le jambon est absent.

Fig. 204 - Distribution des quartiers de porcs de l’âge du Bronze.

Fig. 205 - Distribution des restes osseux (NR) de porcs attribués à chaque élément anatomique et nombre minimum d’individus (NMI) recensés à partir de ces restes.

Fig. 206 - Identification des éléments anatomiques de porc retrouvés fragmentés sur le site pour l’âge du Bronze.

91Les restes dentaires ont permis d’attribuer un âge approximatif à quelques individus (fig. 207). On trouve des animaux plutôt jeunes au Bronze ancien, tandis qu’au Bronze final 2b-3a deux séquences s’affichent : une part des animaux est abattue avant la première année et un second lot après 2 ans. Deux hauteurs au garrot ont été reconstituées, la première évaluée à partir d’un calcaneus retrouvé dans l’Eb. 87 (BA-BF1) se situe autour de 74 cm, la seconde estimée à partir d’un métacarpe identifié parmi le matériel du Bronze final 2b-3a approche les 75 cm.

Fig. 207 - Distribution de l’âge des porcins de l’âge du Bronze.

9.2.4.1.4. Le chien

92Sa présence est toujours soulignée par les nombreux fragments osseux « mâchouillés » mais aussi par quelques éléments anatomiques, essentiellement des os des extrémités des pattes. Seul os long retrouvé au Bronze final 1, un élément de patte avant (ulna), dont l’épiphyse proximale est légèrement rongée, permet une approche de la taille au garrot de l’animal auquel il appartenait, entre 45 et 50 cm ; cet os donne un âge minimum de 12 mois. Au Bronze final 2b-3a, deux individus dénombrés sont d’âges différents ; l’un n’a pas atteint 7 mois, l’autre a dépassé cet âge. Quelques fragments ont été classés dans le groupe des canidés, leur robustesse fait hésiter entre un très gros chien et un loup.

9.2.4.2. La faune sauvage

93La faune chassée est en nette régression durant l’âge du Bronze. Seul le bouquetin est toujours présent, excepté dans l’Eb. 85 (BF1-BF2). Il se manifeste essentiellement par les extrémités des pattes. Au Bronze ancien, les restes appartiennent à un individu juvénile, tandis que dans les autres phases les restes identifiés se rapportent à des individus adultes. Comme pour le Néolithique ces ossements sont extrêmement fragmentés. Le cerf n’a été reconnu que dans la série du Bronze final 2b-3a par un fragment crânien et dans l’Eb. 87 (BA-BF 1) par une dent inférieure très usée appartenant à un animal âgé. Le chamois, dont les ossements morcelés sont difficiles à séparer des ossements de caprinés domestiques a cependant été identifié parmi les restes du Bronze final 2b-3a et parmi les vestiges de l’Eb. 85 (BF1-BF 2). Les fragments crâniens, porteurs de cornes, indiquent un individu adulte au Bronze final 2b-3a et un sujet plus jeune dans l’Eb. 85. Le sanglier n’a été reconnu qu’au Bronze ancien. C’est un animal difficile à chasser qui se dissimule dans les fourrés en forêt et ne peut souvent être débusqué qu’avec l’aide de chiens.

94La marmotte et le lièvre commun présents durant tout le Néolithique sont absents au Bronze ancien, mais on les retrouve aux deux phases du Bronze final. Cependant, leur présence dans l’Eb. 87 qui couvre le Bronze ancien et le Bronze final 1 ne permet pas d’affirmer qu’ils n’ont pas été chassés durant cette période la plus ancienne du Bronze. La loutre fait son apparition au Bronze ancien, il s’agit d’un individu juvénile ; on y retrouve également le renard déjà rencontré au Néolithique. Ces deux animaux font partie des espèces dites « à fourrure ».

95Au Bronze ancien, l’ours est présent avec une troisième molaire inférieure appartenant à un animal plutôt âgé, et au Bronze final 2b-3a avec deux fragments de dents – une prémolaire et une molaire – dont l’usure peu marquée indique que l’animal était adulte sans plus. Dans l’Eb. 87 (BA-BF 1) on note la présence d’un fragment distal de radius ; cet os de l’avant-bras porte des traces de désarticulation et de découpe.

96Parmi la faune aviaire discrètement représentée par le nombre de restes, on trouve le lagopède des Alpes, le tétras lyre, un corvidé (Crave ou chocard), mais aussi le pic vert et une mésange dont l’espèce n’a pu être déterminée. À ces oiseaux qui ont pu être consommés, il faut ajouter deux rapaces, le faucon hobereau et surtout le gypaète barbu. Ce vautour avait été exterminé des Alpes au début du XXe siècle. Un essai de réintroduction est pratiqué depuis la fin des années 1980. Son domaine naturel actuel est surtout le parc pyrénéen. Il se nourrit de charogne et surtout d’os, qu’il casse en les lâchant en vol. 

97Trois fragments de crânes de poissons reconnus parmi les restes osseux du Bronze ancien nous indiquent que la pêche fournissait un complément alimentaire aux habitants de la grotte. D’autre part s’ajoutent des restes de batraciens dont un crapaud commun et quelques restes de grenouilles (probablement la grenouille rousse, Rana temporaria) dont on ne sait s’ils ont été apportés ou si ces animaux se sont introduits naturellement dans l’abri.

98Excepté au Bronze ancien où l’on retrouve le campagnol terrestre (Arvicola terrestris), les restes de rongeurs sont essentiellement des fragments d’os longs d’individus juvéniles et n’ont pu être spécifiquement identifiés, ils semblent cependant appartenir à des campagnols.

9.2.5. La période laténienne

99Le matériel osseux retrouvé dans la couche laténienne n’est pas très important, mais il présente la même caractéristique que les périodes précédentes : la prépondérance des caprinés (fig. 208).

Fig. 208 - Distribution des restes osseux à la période de La Tène.

9.2.5.1. Les espèces domestiques

100Les caprinés et les bovins sont toujours les pourvoyeurs de viande. La tendance à la progression du porc évoquée au Bronze final 2b-3a ne s’affirme plus et son repli est important. Bien que présents, les grands mammifères sauvages sont également en régression.

9.2.5.1.1. Les caprinés

101Le mouton et la chèvre se côtoient toujours. La distribution des restes indique une forte représentation des parties thoraciques (fig. 209). Des parties riches en viande sont absentes, comme la scapula qui représente le haut de l’épaule et l’os coxal partie haute du train-arrière (fig. 210). La préparation des pièces est comparable à celle décrite pour l’âge du Bronze : les vertèbres sont fendues dans le plan sagittal, les côtes sont tranchées en deux ou trois morceaux. Les os longs sont partagés par le milieu de la diaphyse. Des stries observées à l’intérieur du corps de certaines vertèbres peuvent être la conséquence de la récupération de la moelle. Les âges d’abattage n’indiquent pas une tendance particulière (fig. 211). La hauteur au garrot de deux moutons se situe entre 60 et 64 cm.

Fig. 209 - Répartition des restes squelettiques des caprinés à la période de La Tène.

Fig. 210 - Caractérisation des parts de viande de caprinés pour la période de La Tène, en regard les os correspondant aux quartiers avant et arrière.

Fig. 211 - Distribution des âges d’abattage des caprinés pour la période de La Tène.
M/C : mouton ou chèvre ; M : mouton ; C : chèvre ; NI : nombre d’individus.

9.2.5.1.2. Les bovinés

102Une grande part des fragments osseux retrouvés dans cette couche est attribuée au crâne (fig. 212). Trois individus ont été dénombrés dont les âges ne montrent, comme pour les caprinés aucun choix particulier (fig. 213).

Fig. 212 - Répartition des restes squelettiques des bovins pour la période de La Tène.

Fig. 213 - Distribution des âges d’abattage des bovins pour la période de La Tène.

9.2.5.1.3. Les porcins

103Deux phalanges appartenant à un individu d’au moins douze mois sont les seuls vestiges attribués à cette espèce. Deux autres restes ont été classés dans le groupe des suidés, l’attribution spécifique, porc ou sanglier, n’étant pas nette.

9.2.5.2. La faune sauvage

104Le bouquetin a été identifié par une phalange. La présence du chamois est confirmée par des restes crâniens. Le lièvre est l’une des espèces la mieux représentée avec des éléments thoraciques, des restes de patte. On note aussi la présence d’un mustélidé, avec un fragment crânien probablement attribuable à la martre. Les restes de renard correspondent à un animal mort dans la grotte. La couleur des os très claire, totalement différente de celle des ossements retrouvés dans cette couche laisse penser que ce squelette est assez récent. Il s’agit d’un animal adulte mais pas trop âgé.

9.2.6. Conclusions

105Afin de situer les résultats de cette étude dans un cadre plus large, il semble intéressant d’examiner les données issues de quelques sites contemporains, au moins partiellement, des occupations de la grotte des Balmes (fig. 214). La plupart se répartissent dans les Alpes du Nord et sont essentiellement situés sur le territoire helvétique (cantons du Valais, de Neuchâtel, de Vaud). Seul un site est localisé dans l’arc jurassien français, sur les bords du lac de Clairvaux. Certains sont établis en altitude, d’autres sur les bords d’un lac (Clairvaux, Neuchâtel) ou en plaine.

Fig. 214 – Sites pris en comparaison avec les fréquences par espèces à Sollières.
NM : Néolithique moyen ; NF : Néolithique final ; BA : Bronze ancien ; BF : Bronze final.

106Une grande part de ces habitats a livré les restes osseux d’une faune essentiellement domestique. Néanmoins au Néolithique moyen, deux sites se singularisent. Le premier, Clairvaux La Motte aux Magnins, sur les bords du lac de Clairvaux, n’a fourni que 1,2 % d’espèces domestiques représentant 19 fragments osseux sur un total de 1625 vestiges identifiés. La faune sauvage est dominée par des espèces dont l’intérêt alimentaire est évident. Le sanglier vient en tête avec un peu plus de 35,7 % des restes, suivi par le chevreuil, le cerf et l’aurochs. Le second, Yverdon Garage Martin (Vaud), présente également un spectre faunique dominé par la faune sauvage avec seulement 43,8 % d’espèces domestiques représentées par 763 fragments. Parmi les espèces sauvages contribuant à l’alimentation, le cerf domine largement avec près de 74 % de restes, viennent ensuite l’aurochs, avec près de 8 %, et le sanglier avec 6 % des restes.

107Tandis que sur l’ensemble de la chronologie une majorité de sites indique la prédominance des caprinés parmi les espèces du cheptel, on observe qu’au Néolithique moyen comme au Néolithique final, les deux sites placés sur les bords du lac de Neuchâtel, Yverdon et Thielle, ont un cheptel dominé par les bovins. Cependant le site d’Yverdon présente un net changement puisque l’on voit les caprinés progresser et passer de 22,5 % au Néolithique final à près de 44 % au Bronze ancien. À cette même période, le site des Balmes de Sollières subit également une transformation mais dans le sens opposé, puisque les bovins, dont le pourcentage des restes au Néolithique final est de 32.5 %, l’emportent au Bronze ancien avec près de 51 %.

108Au final, on constate que les caprinés dominent sur tous les sites de plaine et d’altitude (sauf la grotte des Balmes de Sollières au Bronze ancien). Les sites littoraux présentent un élevage plus nuancé, puisque les bovins y sont prépondérants dans quatre cas et que les porcins contribuent plus souvent à l’alimentation. Notons également que sur ces sites lacustres la part des espèces sauvages n’est pas négligeable.

109On observe l’apparition discrète du cheval domestique au Bronze ancien et de façon plus régulière quoique toujours modérée au Bronze final. La présence du cheval sauvage est signalée au Néolithique moyen à Clairvaux.

110L’étude de la faune de la grotte des Balmes montre une certaine constance durant plusieurs millénaires. On observe un spectre faunique presque toujours dominé par la prépondérance des caprinés : moutons et chèvres se côtoient durant toute l’occupation du site. Les bovins bien que beaucoup moins abondants fournissent un apport en viande non négligeable. La représentation des porcs est assez faible.

111Les méthodes de boucherie n’évoluent pas et la découpe des ossements observée sur les ossements attribués au Néolithique moyen 2 NM2 (NF) se retrouve tout au long de la chronologie. La grande fragmentation des restes paraît être essentiellement due à la découpe humaine : récupération de la moelle, préparation de bouillons ; on essayait de tirer un avantage maximum des quartiers de viande.

112L’activité de chasse est tournée davantage vers l’acquisition de viande que vers la recherche de peaux ou de fourrures. Le bouquetin est présent à toutes les périodes. On trouve les espèces montagnardes comme le chamois et la marmotte, mais aussi des espèces plus ubiquistes comme le cerf, le chevreuil, le lièvre. La présence du chat sauvage et du lynx n’a été observée qu’une seule fois pour chacun de ces animaux. L’ours a été chassé et consommé au Néolithique et à l’âge du Bronze. Les restes osseux attribués aux espèces sauvages chassées pour leur viande semblent indiquer un dépeçage en pièces à consommer sur un autre lieu. Le nombre relativement réduit de restes, quel que soit le niveau, ne nous autorise guère de développement concernant l’orientation de l’économie pastorale vers un pôle privilégié (lait, viande, toisons,…). Le mode de ventilation stratigraphique a posteriori n’est pas non plus de nature à nous permettre de préciser les saisons d’occupation.

9.3. Les restes humains (C. O.)

113Les restes humains recueillis en fouille ou retrouvés parmi les échantillons de matériel faunique de la grotte des Balmes totalisent 28 pièces, parmi lesquelles 21 ont été attribuées à différents ensembles chronoculturels.

114Sept pièces privées d’attribution chronologique correspondent à deux dents isolées, à une vertèbre lombaire, à trois vertèbres cervicales et à une vertèbre thoracique. Ces vertèbres appartiennent à un individu ayant dépassé vingt-cinq ans.

9.3.1. Néolithique final inférieur

115Deux prémolaires supérieures permanentes (NFI1) et un probable fragment d’incisive (NFI1 ou NFI2) ont été identifiés. Ces dents non abrasées appartiennent à un des individus dont l’âge peut être évalué à un peu plus d’une douzaine d’années.

9.3.2. Bronze ancien

116Une prémolaire permanente à peine érodée peut être attribuée à un adolescent de plus de douze ans mais de moins de vingt ans.

117Une clavicule gauche a été découverte en surface s3 du témoin de 1994, à laquelle correspond une datation sur charbons de bois du décapage d4 sur la même structure : 3386 ± 48 B. P., soit vers 1720-1640 av. J.-C. environ (Ly-7502).

118Dans l’éboulis 87 (mobilier BA et BF1 mélangés, mais BA dominant), ont été mis au jour un fragment de crâne, des fragments de quatre dents et deux fragments d’os coxaux (gauche et droit) formant le bassin. Ils peuvent être attribués à un des individus masculins, adultes ; l’un de ces os a été grignoté par un rongeur. Une datation réalisée directement sur ces restes donne comme résultat : 3395 ± 41 B. P., soit vers 1735-1660 av. J.-C. (Ly-7510), une datation tout à fait compatible avec la mesure Ly-7502 et qui confirme une chronologie du Bronze ancien pour les restes humains exhumés de l’éboulis en 1987.

119On note également dans ce même contexte la présence d’un fémur gauche dont la diaphyse a été fendue et porte de profondes encoches produites par un objet contondant (fig. 215). On observe que les deux épiphyses ont été mordues et mâchouillées, probablement par un carnivore, en particulier la partie proximale où se situe la tête qui s’emboîte avec l’os coxal où l’on observe les empreintes de dents plutôt puissantes. L’examen minutieux permet d’identifier des stries très fines sur la face postérieure du col, ce qui correspondrait, chez un animal, à de la désarticulation (fig. 216). Bien que ces traces de « découpe » soient, à l’évidence, le fait de la main de l’homme, il est difficile de les interpréter. Suggèrent-elles l’anthropophagie ? Dans ce cas s’agit-il d’un fait habituel ou ponctuel ? Est-il lié à une pratique rituelle, tel que le cannibalisme funéraire ou guerrier : on consomme son ennemi. Mais d’autres hypothèses peuvent être envisagées : la réduction d’un squelette par exemple, ou des pratiques sacrificielles. Le fait que ces os soient rongés laisse supposer qu’ils n’ont pas été enfouis mais laissés à la portée des chiens ou des animaux rôdant autour de la grotte. Rappelons qu’ils se trouvaient mélangés avec les rejets alimentaires. Cependant les cassures observées sur le fémur ne correspondent à aucun geste de boucherie observé sur les restes d’animaux.

Fig. 215 - Fémur humain avec traces.
A : tel qu’il se présente dans son entier ; B : vue rapprochée des encoches.

Fig. 216 - Partie proximale du fémur.
a : les parties rongées ; b : les très fines stries sur le col.

9.3.3. Bronze final

120D’un niveau correspondant au début du Bronze final sont issus deux fragments d’un même fémur droit, dont les extrémités ont été rongées. Ils gisaient à proximité du vase n° 7, attribué au Bronze final 1 (fig. 92, n° 13). Dans l’éboulis 1985 (BF1 à BF2b-3a), on note également la présence d’un fragment d’os coxal gauche d’un individu de plus de seize ans, qui porte des traces de dents de carnivores (fig. 217). La localisation de ces pièces dans l’éboulis ne permet pas d’assurer qu’il s’agit bien des ossements d’individus du Bronze final 1 plutôt que le résultat d’un héritage par remaniement des niveaux sous-jacents du Bronze ancien. Cependant, la découverte dans l’éboulis 1986, clairement bronze final 1, d’une mandibule comportant encore cinq dents peu usées (1P 2 droite, M 1 gauche et droite, M 2 gauche et droite) d’un jeune adulte (20-35 ans ?), atteste bien la présence d’ossements humains sur le site à cette période.

Fig. 217 - Reste d’un os coxal qui a été entièrement rongé.

121À une phase indéterminée (BF1 à BF2b-3a) nous pouvons rapporter une vertèbre lombaire appartenant à un individu de plus de vingt-cinq ans, découverte en surface du témoin de 1994, une prémolaire lactéale et un fragment de côte, à proximité, ainsi qu’un fragment de crâne attribué à un sujet jeune.

9.3.4. Bilan

122On peut admettre que nous avons affaire à cinq individus au minimum : un sujet jeune au Néolithique final, un adolescent et un jeune adulte au Bronze ancien, également un jeune adulte et un adolescent au Bronze final. Mais en fonction des héritages taphonomiques toujours possibles d’un niveau à l’autre, ce nombre minimum d’individus est parfaitement réductible. Le seul ossement directement daté au radiocarbone remonte au Bronze ancien.

123À propos des restes humains trouvés parmi les ossements d’animaux, un cas très semblable s’observe dans la grotte du Gardon (Ain ; Chaix, Simon, Voruz 1991). Dans cette cavité où se succèdent des phases comprises entre le Néolithique ancien et le Bronze final, des restes osseux humains ont été retrouvés dans plusieurs niveaux. Ceux qui nous concernent en particulier sont issus d’une couche du Néolithique ancien :

« La plupart de ces restes sont fragmentés et témoignent de fractures volontaires comme on peut le voir sur les os longs particulièrement robustes que sont l’humérus et le fémur. Ils montrent aussi des traces de morsures et de machouillage dont l’origine, animale ou humaine, est encore peu claire ».

124Ces vestiges – 28 éléments – ont été attribués à trois individus minimum

« un homme robuste âgé de 35 à 45 ans, un second, moins robuste probablement de sexe masculin et âgé de 25 à 35 ans, et un enfant de 9 à 10 ans ».

125Les auteurs précisent que « plusieurs ossements, 10 au total, présentent des traces de découpe semblables à celles observées sur les animaux » et en particulier des traces sur la face interne d’une côte qui en boucherie animale seraient attribuées à des pratiques d’éviscération.

126Il faut rappeler que de multiples exemples archéologiques de découpe d’ossements humains ont été relevés (Boulestin, Gomez de Soto 1995). Des hypothèses d’anthropophagie ou de rites funéraires particuliers sont soulevées dans les deux cas, mais il semble que leur signification ne soit pas évidente.

Table des illustrations

Légende Fig. 142 - Localisation des différents prélèvements carpologiques dans la salle I.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 143 - Volume des prélèvements des lentilles organiques (fouilles P. Benamour 1980-1990) et des décapages de la bande témoin (fouille J. Vital 1994).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 144 - Taxons identifiés dans les niveaux du Néolithique moyen 2/Néolithique final inférieur 1, NM2 (NF).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Légende Fig. 145 - Composition des échantillons provenant du contenu du récipient en écorce et de l'épandage de graines du Néolithique moyen 2/Néolithique final inférieur 1, NM2 (NF) (fouilles 1980-1990). S89. D2, z = -183 et S84. D3-E3, z = -199 : décompte basé sur le nombre de caryopses ; S88. D1-D2, z = -142 et S89. D2, z = -190 : décompte basé sur le nombre de restes de battage (bases de glume et bases d'épillets).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 146 - Illustration des termes employés pour la description de l'épi et de l'épillet de blé.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 147 - Taxons identifiés dans les niveaux du Néolithique final.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Légende Fig. 148 - Composition de l'échantillon du Néolithique final provenant de la lentille organique en S90. G6, z = - 335 (fouilles 1980-1990). Décompte basé sur le nombre de caryopses.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 149 - Taxons identifiés dans les niveaux du Bronze ancien.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 150 - Taxons identifiés dans les niveaux du Bronze final.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Fig. 151 - Espèces identifiées dans la grotte des Balmes (illustrations de Dominique Baudais). Néolithique moyen 2/Néolithique final inférieur 1, NM2 (NF) (S88. D1-D2, z =-142).1 : caryopses de blé engrain (Triticum monococcum) ; 2 : caryopses d’orge (Hordeum vulgare/distichun). La première ligne montre un grain dont la forme rappelle l’orge nue ; 3 : graines de vrillée faux-liseron (Fallopia convolvulus). Néolithique final : 4 : caryopses dans leurs glumes et bases d’épillets de blé engrain (S90. G6, z = -335) ; 5 : fragment de coques de pignons d’arolle (Pinus cembra, S84. E5-E6-F6, z = -167).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Légende Fig. 152 - Espèces identifiées dans la grotte des Balmes (illustrations de Dominique Baudais).Bronze final : 1 : caryopses de blé amidonnier (Triticum dicoccum, S88. D7-D8, z = -129) ; 2 : caryopses de millet commun (Panicum miliaceum, S87. D7-D8, z = -125,5) ; 3 : graines de lentille (Lens culinaris, S87/89. E7-E8, z = -120). Moyen-Âge : 4 : caryopses de seigle (Secale cereale, S88. D1-D2, z = -142).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Fig. 153 - Pourcentage d’esquilles osseuses indéterminées pour chacune des périodes.NM2 : Néolithique moyen 2 ; NFI : Néolithique final inférieur ; BA : Bronze ancien ; BF : Bronze final ; LT : La Tène.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 154 - Fréquences, en nombre, des restes attribués à la faune domestique et sauvage.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 155 - Fréquences, en poids, des restes attribués à la faune domestique et sauvage.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 156 - Distribution des restes fauniques dans les séquences chronologiques identifiées. P (g) : poids en grammes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Légende Fig. 157 - Distribution des restes fauniques du Néolithique. P (g) : poids en grammes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Légende Fig. 158 - Répartition en nombre de restes des éléments anatomiques des caprinés du Néolithique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 159 - Distribution des restes osseux (NR) de caprinés du Néolithique attribués à chaque élément anatomique et nombre minimum d’individus (NMI) recensés à partir de ces restes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 160 - En grisé : éléments squelettiques des caprinés identifiés dans les différents complexes néolithiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 161 - Entailles sur la troisième vertèbre cervicale d’un mouton (NFI1).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 162 - Restes d’une épaule de mouton (NFS).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 163 - Répartition en poids des éléments anatomiques des caprinés du Néolithique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 164 - Distribution des âges d’abattage des caprinés au Néolithique.M/C : mouton ou chèvre, M : mouton, C : chèvre, NI : nombre d’individus.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 165 - Répartition en nombre de restes des éléments anatomiques des bovins du Néolithique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 166 - Distribution des restes osseux (NR) de bovins attribués à chaque élément anatomique et nombre minimum d’individus (NMI) recensés à partir de ces restes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 167 - En grisé : éléments squelettiques des bovins identifiés dans les différents complexes néolithiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Fig. 168 - Répartition en poids des éléments anatomiques des bovins du Néolithique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 169 - Distribution des âges d’abattage des bovins au Néolithique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 170 - Répartition en nombre de restes des éléments anatomiques des porcs du Néolithique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 171 - Distribution des restes osseux (NR) de porcs attribués à chaque élément anatomique et nombre minimum d’individus (NMI) recensés à partir de ces restes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 172 - En grisé : éléments squelettiques des porcs identifiés dans les différents complexes néolithiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 173 - Répartition en poids des éléments anatomiques des porcs du Néolithique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 174 - Distribution des âges d’abattage des porcs du Néolithique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 175 - Fréquences, en nombre, des restes osseux d’ongulés du Néolithique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 176 - Comparaison du poids des restes entre les espèces du cheptel et le bouquetin au Néolithique final inférieur 1.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 177 - Distribution des restes osseux (NR) de bouquetins attribués à chaque élément anatomique et nombre minimum d’individus (NMI) recensés à partir de ces restes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 178 - En grisé : éléments squelettiques des bouquetins identifiés dans les différents complexes néolithiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 179 - Radio-ulnaires gauches de bouquetins avec traces de découpe (NFS).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 180 - Phalanges 1 de bouquetins tranchées par le milieu. Néolithique final.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 181 - En grisé : éléments squelettiques des cerfs identifiés dans les différents complexes néolithiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 182 - Fragment de vertèbre cervicale de chevreuil portant deux perforations (NFS).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 183 - Mandibule de fouine avec perforation sur la branche montante (NM2).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 184 - Mandibule de hérisson « lustrée » (NFI1). Les flèches indiquent la zone particulièrement lustrée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Fig. 185 - Inventaire de la microfaune et de la malacofaune des complexes néolithiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 186 - Distribution des restes osseux pour la période du Bronze, couches chronologiquement identifiées et couches résultant d’un mélange.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Légende Fig. 187 - Proportions relatives, en nombre de restes (NR) et en poids de ces restes (P) entre les caprinés et les bovins, depuis le Néolithique moyen.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 188 - Répartition des restes de caprinés dans chaque séquence de l’âge du Bronze et dans les zones de mélange.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 189 - Distribution des restes osseux (NR) de caprinés attribués à chaque élément anatomique et nombre minimum d’individus (NMI) recensés à partir de ces restes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 190 - Identification des éléments squelettiques de caprinés retrouvés dans les complexes de l’âge du Bronze. En grisé foncé les parties les plus souvent présentes, en grisé clair les parties moins bien représentées.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 191 - Crâne de chèvre portant une perforation sur le haut du crâne (mise à mort ?) (Eb. 85, BF1-BF2b-3a).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 192 - Découpe longitudinale d’une première vertèbre cervicale de capriné (BF 1).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 193 - Os hyoïde avec de légères traces laissées par un outil contondant.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Fig. 194 - Répartition en poids des restes de caprinés de l’âge du Bronze.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 195 - Distribution des âges d’abattage des caprinés pour les périodes de l’âge du Bronze.M/C : mouton ou chèvre ; M : mouton ; C : chèvre ; NI : nombre d’individus.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 196 - Évolution de la participation des bovins, en nombre de restes (NR) et en poids (P (g)), entre le Néolithique final supérieur et le Bronze final 2b-3a.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 197 - Répartition des restes de bovins dans chaque séquence de l’âge du Bronze et dans les zones de mélange.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 198 - Distribution des restes osseux (NR) de bovins attribués à chaque élément anatomique et nombre minimum d’individus (NMI) recensés à partir de ces restes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 199 - En grisé : éléments squelettiques des bovins identifiés dans les différents complexes de l’âge du Bronze.En marge du bovin BF 1, la représentation du quartier de viande est symbolisée par la scapula (Sc.), l’humérus (Hu.) et le radio-ulnaire (Rad. -Ul.)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 200 - Découpe des vertèbres de bovins de l’âge du Bronze.En a : première découpe des vertèbres ; en b : en grisé, la découpe de l’apophyse épineuse des vertèbres thoraciques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 201 - Répartition en poids des restes de bovins de l’âge du Bronze.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 202 - Distribution des âges d’abattage des bovins pour les périodes de l’âge du Bronze.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 203 - Évolution de la présence des porcins sur le site depuis le Néolithique moyen 2.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 204 - Distribution des quartiers de porcs de l’âge du Bronze.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 205 - Distribution des restes osseux (NR) de porcs attribués à chaque élément anatomique et nombre minimum d’individus (NMI) recensés à partir de ces restes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 206 - Identification des éléments anatomiques de porc retrouvés fragmentés sur le site pour l’âge du Bronze.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 207 - Distribution de l’âge des porcins de l’âge du Bronze.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 208 - Distribution des restes osseux à la période de La Tène.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 209 - Répartition des restes squelettiques des caprinés à la période de La Tène.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 210 - Caractérisation des parts de viande de caprinés pour la période de La Tène, en regard les os correspondant aux quartiers avant et arrière.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 211 - Distribution des âges d’abattage des caprinés pour la période de La Tène.M/C : mouton ou chèvre ; M : mouton ; C : chèvre ; NI : nombre d’individus.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 212 - Répartition des restes squelettiques des bovins pour la période de La Tène.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 213 - Distribution des âges d’abattage des bovins pour la période de La Tène.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 214 – Sites pris en comparaison avec les fréquences par espèces à Sollières.NM : Néolithique moyen ; NF : Néolithique final ; BA : Bronze ancien ; BF : Bronze final.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Légende Fig. 215 - Fémur humain avec traces.A : tel qu’il se présente dans son entier ; B : vue rapprochée des encoches.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 216 - Partie proximale du fémur.a : les parties rongées ; b : les très fines stries sur le col.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 217 - Reste d’un os coxal qui a été entièrement rongé.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2806/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 28k

© Alpara, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540