Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économies, sociétés et espaces en Alpe : la grotte des Balmes à Sollières-Sardières (Savoie)

 | 
Joël Vital
, 
Pierrette Benamour

Chapitre 4. Mobiliers et identification culturelle au Néolithique moyen 2 NM2 (NF)

Éric Thirault

Texte intégral

4.1. L’industrie lithique : préambule (É. T.)

1L’importance de la pierre dans les activités exercées par les groupes humains résidant aux Balmes s’exprime avant tout par l’abondance et la diversité du mobilier lithique. Des centaines d’objets en pierre ont été cotés en trois dimensions lors de la fouille, ou récoltés lors du tamisage par mètre carré et profondeur. Un tri sévère a conduit à retenir pour l’ensemble des occupations néolithiques et protohistoriques 107 pièces qui portent des traces de manipulation humaine explicite (fig. 41). Pour les autres, l’apport volontaire dans la grotte reste à démontrer. En effet, la couverture glaciaire du versant comporte de nombreuses pierres d’origine et de formes variées, qui ont pu naturellement se retrouver dans le chaos des Balmes.

Fig. 41 - Code graphique utilisé pour le dessin des objets en pierre.

2L’étude de ce mobilier appelle plusieurs commentaires préliminaires qui ont valeur générale quelle que soit la période d’occupation. Le travail de projection stratigraphique des objets (§ 2.2.4.2.) a conduit à éliminer un nombre conséquent d’entre eux des ensembles fiables. Pour certains, la typologie ou la logique technique permet de les réattribuer à un niveau particulier. Dans l’ensemble cependant, la perte d’information est conséquente et les ensembles ainsi reconstitués ne sont que des minima. La durée de l’étude, initiée en 1993 et achevée, après moult arrêts et reprises, en 2008, explique l’inégalité de l’information enregistrée. Le mobilier a été étudié en plusieurs étapes au gré de l’avancement du projet de publication et des pérégrinations du mobilier entre le domicile de Pierrette Benamour, le musée Savoisien de Chambéry (lieu de conservation définitif), le Centre d’Archéologie Préhistorique de Valence et le musée de Sollières-Sardières. De ce fait, à aucun moment il ne nous a été donné de voir l’intégralité du mobilier lithique d’un seul tenant, bien que les sessions de travail au Musée Savoisien aient permis un tri conséquent sur une partie significative de la série. En outre, notre regard sur le mobilier lithique ainsi que sur les modalités d’occupation de la montagne ont fortement changé durant ces 15 ans, et la nécessaire harmonisation de l’information n’a pas réussi à réduire quelques disparités et lacunes sur lesquelles il était difficile de revenir sans reprendre l’étude de fond. Cet état correspond donc peu ou prou au bilan établi à l’issue de notre thèse (Thirault 2004).

3Ainsi, les aspects pétrographiques sont quelque peu disparates. Une première étude d’ensemble avait permis de répartir le mobilier selon de grandes catégories pétrographiques. En second lieu, une série de 83 analyses de laboratoire a été réalisée sur crédits spécifiques afin de caractériser les roches en présence et de rechercher leur provenance. Menées en collaboration avec Danielle Santallier (pétrographe du métamorphisme, alors Maître de Conférence à l’Université de Lyon I) et Ruben Véra (Centre de Diffractométrie E. Lomchambon, Université de Lyon I), ces analyses en lames minces et par diffractométrie aux rayons X se sont focalisées sur la question des « roches vertes », c’est-à-dire le panel des roches tenaces métamorphiques employées pour l’outillage poli et les outils percutants. En complément, une batterie d’analyses aux rayons X sur les objets de parure était destinée à clarifier la diversité visible à l’œil. Pour ces dernières, le choix s’est porté sur un éventail représentatif des diverses apparences, sans intégrer l’aspect stratigraphique, non encore établi à l’époque. À la date de leur réalisation, ces analyses constituaient, avec celles réalisées par André Marguet et Danielle Santallier sur le mobilier poli des lacs savoyards, les premières études de grandes séries régionales dans ce domaine. Les résultats de ces deux opérations ont été intégrés à ceux financés postérieurement par le programme CIRCALP, et publiés dans un article commun (Thirault, Santallier, Véra 1999). Au bilan, pour les Balmes, une grande lacune réside dans le défaut d’analyse pétrographique détaillée pour le matériel de mouture et les silex taillés.

4Cependant, malgré ces aléas, les analyses (annexe 1) couplées à des approches technologique et fonctionnelle apportent une contribution significative à la compréhension des modalités d’occupation des lieux. Il en ressort des contrastes importants selon les niveaux, qui traduisent des intentions et des activités très diverses.

4.2. L’industrie lithique du Néolithique moyen 2 NM2 (NF) (É. T.)

5Le mobilier lithique se compose d’une meule entière, de trois lames polies et d’un petit éclat de quartz hyalin, recueillis sur une faible surface. Il provient des carrés qui ont bénéficié d’une datation radiocarbone du Néolithique moyen 2 (CRG-531), 4730 ± 150 B. P., soit vers 3625-3510 (3385) av. J.-C.

4.2.1. Le matériel de mouture

6La meule entière est de dimensions respectables (49 x 35 cm ; fig. 42), réalisée sur un bloc de roche grenue (granite ou gneiss) grossièrement mis en forme allongée. Elle est quasiment entière, malgré des éclats et des usures marginales post-fouille et surtout, des enlèvements antérieurs à la fouille dont l’ancienneté est garantie par l’adhérence du sédiment noir, qui portait encore des graines carbonisées lors de notre étude. La base de la pièce, épaisse de 12,5 cm, est plane, ce qui assure une position stable. La table de travail, qui occupe la majeure partie de la face supérieure, est rectiligne en vue transversale, mais nettement concave en profil longitudinal, signe d’un usage prolongé. Le plan de travail forme un angle accusé avec la base, ce qui entraîne une inclinaison propice à l’évacuation de la mouture.

Fig. 42 - Néolithique moyen 2 (couche 6) : meule en roche grenue (granite ou gneiss).

7Bien que le percutant correspondant (molette ou broyon) n’ait pas été retrouvé, la présence de cette lourde meule demeurée en place dans la grotte démontre sans ambiguïté la mouture sur place de graines de céréales dont une quantité conséquente a été retrouvée à proximité, associée à un récipient en écorce (§ 4.3. et § 9.1.3.), et dont certaines adhèrent encore au sédiment plaqué sur la meule.

4.2.2. Le mobilier lithique poli

8Il est composé de trois lames polies (fig. 43), dont deux découvertes côte à côte (S84 E3 93 et 94). Ces objets ont fait l’objet de publications détaillées dont nous reprenons les aspects essentiels (Thirault, Santallier, Véra 1999 ; Thirault 2004). Les roches constituantes sont très semblables, mais seule une pièce (S84 E3 93) a subi une analyse par lame mince qui a permis d’identifier une éclogite fraîche (omphacite + grenat). Il s’agit de métabasites métamorphisées sous des conditions de haute pression et basse température, et non rétromorphosées. Une telle composition est typique des lames polies des Alpes occidentales. Les gîtes les plus proches sont situés dans le Val de Suse et les vallées de Lanzo, de l’autre côté de la ligne de partage des eaux. Pour autant, rien ne démontre que lesdits gîtes aient été exploités au Néolithique, bien que tous les arguments aillent en ce sens (Thirault 2004). Dans cette hypothèse, les transferts sont de l’ordre d’une trentaine de kilomètres.

Fig. 43 - Lames polies du Néolithique moyen 2 (couche 6).
1 : éclogite, moitié distale ; 2 : pyroxénite, lame polie réutilisée comme percutant ; 3 : pyroxénite, extrémité distale.
Les nos 1 et 3 portent un lustre d'utilisation sur les biseaux du tranchant et, pour la pièce n° 1, également sur les côtés.

9Les trois objets sont achevés et ont été utilisés. Les supports, déterminés dans deux cas, sont des éclats plats de dimensions moyennes (largeur environ 3,5 cm pour 1 cm d’épaisseur), situation fréquente dans les Alpes françaises à cette période. Le n° S84 E3 94 est d’un plus gros module, correspondant à un outil plus massif (fig. 43, n° 3). Pour ce qu’on peut en juger, le façonnage fait appel essentiellement au polissage après une mise en forme par taille semi-abrupte à rasante. Les deux lames polies brisées durant l’usage (S84 E3 93 : cassure dans le manche) présentent des surfaces brillantes qui résultent du frottement lors de l’utilisation : biseaux du tranchant et, pour S84 E3 93, sur les côtés (manche ?). S84 D3 67 a été réutilisé comme petit percuteur ou boucharde, qui a conduit à l’écrasement de l’extrémité distale (fig. 43, n° 2). Ces trois objets témoignent d’activités quotidiennes et s’inscrivent parfaitement dans le schéma connu dans les Alpes françaises pour cette période (Thirault 2004) : des outils de faibles à moyennes dimensions, obtenus grâce à des circulations transalpines, utilisés jusqu’à cassure ou épuisement, et parfois recyclés en percutants.

4.2.3. L’industrie lithique taillée

10Elle est réduite à un petit éclat (2,1 x 1,1 x 1 cm) de quartz hyalin un peu opaque, sans face de prisme conservée, probable témoin d’un débitage ou d’un usage sur place. L’utilisation de ce matériau est bien attestée dans les Alpes durant le Néolithique ancien et moyen (Brisotto 1999 ; Honegger 2001) et les recherches en cours tendent à montrer l’intensité de la recherche extractive dans les Alpes internes françaises dès le Néolithique moyen (travaux de Pierre Rostan et E. Thirault ; Rostan 2007).

4.3. Un récipient en écorce

11D’importants fragments d’un récipient en écorce ont été retrouvés en limite des carrés D1/2. Un épandage de céréales carbonisées dispersées vers l’aval trouvait son origine depuis ce contenant végétal (fig. 44A ; fig. 224). Des restes de fibres torsadées sont les témoins de leur intervention dans le mode d’assemblage. Au moment de son dégagement en cours de fouille, la forme d’origine est décrite comme plus large que haute. La conservation de cette pièce et des céréales est à porter au crédit de la combustion d’une partie d’un stock de semences entreposées dans cette partie de la cavité. Une étude réalisée en 1996 par Nathalie Delattre (Centre de recherches archéologiques de la vallée de l’Ain) aboutit aux remarques suivantes :

« Nous sommes en présence d’un récipient en écorce, entièrement carbonisé et très fragmenté. Une dizaine de fragments comportent des trous de couture, percés au poinçon (fig. 44B, nos 2 et 3). Certains éléments sont reconnaissables : les fragments bien plats, comportant une série régulière de trous de couture à 1cm du bord environ, représentent sans doute les restes du fond. Son épaisseur peut atteindre ici 4 mm. Les coutures servaient à fixer la paroi sur le fond. On doit mentionner également 2 fragments composés d’une feuille d’écorce pliée en deux (fig. 44B, n° 1). Il est difficile de préciser s’il s’agit d’un acte volontaire ou d’un écrasement dans le sédiment. L’utilisation d’écorce doublée reste un phénomène rare dans les processus de fabrication des récipients en écorce néolithiques ».

Fig. 44 - A : le récipient en écorce au moment de son dégagement ; B : élément replié (n° 1) et fragments à perforations destinées à l’assemblage (nos 2 et 3).

Table des illustrations

Légende Fig. 41 - Code graphique utilisé pour le dessin des objets en pierre.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2797/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 42 - Néolithique moyen 2 (couche 6) : meule en roche grenue (granite ou gneiss).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2797/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 43 - Lames polies du Néolithique moyen 2 (couche 6).1 : éclogite, moitié distale ; 2 : pyroxénite, lame polie réutilisée comme percutant ; 3 : pyroxénite, extrémité distale.Les nos 1 et 3 portent un lustre d'utilisation sur les biseaux du tranchant et, pour la pièce n° 1, également sur les côtés.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2797/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Fig. 44 - A : le récipient en écorce au moment de son dégagement ; B : élément replié (n° 1) et fragments à perforations destinées à l’assemblage (nos 2 et 3).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2797/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k

© Alpara, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter