Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économies, sociétés et espaces en Alpe : la grotte des Balmes à Sollières-Sardières (Savoie)

 | 
Joël Vital
, 
Pierrette Benamour

Préface

Gilbert Kaenel

Texte intégral

1La publication des résultats de l’exploration d’une grotte en Savoie, la grotte des Balmes à Sollières-Sardières, est un événement qui mérite d’être salué à plus d’un titre. Tout d’abord il ne s’agit pas de n’importe quelle cavité occupée épisodiquement par l’homme, mais d’une grotte située à quelque 1350 m d’altitude, ce qui n’est pas banal, fréquentée à de nombreuses reprises, principalement au cours de la Préhistoire récente et de la Protohistoire. Les recherches sur le terrain ensuite : des fouilles programmées, conduites par différents intervenants et qui se sont étalées sur plus de deux décennies, embrassant qui plus est la quasi-totalité de l’espace à disposition, soit trois salles en enfilade, de l’accessibilité et la clarté à la pénombre. La monographie entre nos mains enfin s’attache à établir le bilan des observations récoltées, à les interroger de manière subtile et performante, à étudier en détail le mobilier archéologique exhumé dans le but de restituer l’« histoire » des occupations de cette grotte entre le IVe millénaire et nos jours.

2C’est dire si le travail réalisé sous la direction de Joël Vital et Pierrette Benamour est méritoire. Nombre de chercheurs ont été conviés à participer à cette entreprise et apportent, chacun dans sa spécialité, une contribution à l’édifice, dans un souci d’intégration interdisciplinaire parfaitement coordonné. La construction même de l’ouvrage le démontre : après l’historique des recherches, place à l’établissement de la stratigraphie, du cadre naturel sédimentaire et environnemental dans lequel vont s’insérer les fréquentations humaines. Vient ensuite l’étude des composantes culturelles des occupations successives de la grotte, reposant sur la présentation et l’analyse détaillées des différentes catégories d’objets recueillis (lithique, céramique, os, bois de cervidé, dent, coquille, écorce, métal…). Une première remarque s’impose à ce stade : le lecteur, en particulier l’archéologue habitué aux vestiges fragmentés à l’extrême mis au jour sur un habitat terrestre de plaine ou de terrasse, reste bouche bée face à l’abondance et à la qualité du mobilier archéologique mis au jour, qui, toutes proportions gardées, lui rappelle la richesse des découvertes en milieu palafittique… Les récipients en céramique, dont la forme peut être restituée grâce à des ensembles bien conservés, plus de 200 parures - ce qui est exceptionnel ! -, les objets en pierre, en bronze, en ambre, en verre…, qui s’avèrent significatifs au plan typologique et chronologique, permettent en outre de définir une appartenance et des affinités culturelles précises et fiables, confortées par des datations au carbone 14 associées aux différents niveaux de remplissage de la grotte.

3Une deuxième remarque concerne les tentatives d’analyse spatiale qui sont abordées plus loin pour chaque niveau individualisé au sein de la séquence stratigraphique : malgré des lacunes inhérentes à la documentation, les auteurs proposent la restitution de structures fondées sur la répartition de certains mobiliers (remontages de vases en céramique notamment, groupements de parures…). Rares sont en effet les sites de ce type qui permettent une telle approche, initiée au plan régional élargi dès les années 1960 par les fouilles entreprises dans les grottes du Jura franc-comtois, de Gonvillars à la grotte des Planches en particulier, travaux qui jouent un rôle fondateur dans ce domaine. La vaste entreprise d’exploration de la grotte du Gardon dans l’Ain ou la fouille de La Grande Rivoire en Isère, pour ne mentionner que ces exemples emblématiques, s’inscrivent dans la perspective de telles recherches, appliquées au milieu confiné d’une grotte ou d’un porche de grotte, avec ses contraintes propres.

4L’évaluation des données paléoenvironnementales, des ressources végétales et carnées conduites par les spécialistes, sédimentologues, archéobotanistes et archéozoologues, apporte des arguments déterminants pour l’interprétation fonctionnelle des séjours de l’homme dans la grotte des Balmes : on se trouve en présence d’une bergerie d’altitude. Ce qui est fascinant, et nouveau à bien des égards, c’est la démonstration de cette fonction, du parcage de chèvres et moutons dès le Néolithique moyen, au IVe millénaire, mais principalement, et de manière exclusive semble-t-il, au cours du Néolithique final, à la fin du IVe et dans la première moitié du IIIe millénaire av. J.-C. Cette vocation pastorale, les bovinés se joignant aux caprinés, se poursuit au Bronze ancien et final au cours du IIe millénaire, voire de manière fort discrète à la fin de l’âge du Fer et aux périodes historiques. Des variations dans les activités pastorales ou économiques se marquent évidemment au cours des millénaires, liées aux séjours plus ou moins prolongés de groupes humains et à leurs activités diversifiées, à l’âge du Bronze en particulier.

5Tout aussi impressionnant est le degré de précision des composantes culturelles reconnues et de leur origine géographique, associé à la finesse des fourchettes chronologiques proposées non seulement par les dates radiométriques, mais aussi par comparaison avec les cultures représentées en milieu palafittique dendrodaté de Suisse, du sud de l’Allemagne ou de l’est de la France : influences du monde nord-alpin, de la culture de Horgen du Plateau suisse à la fin du IVe millénaire, comme sur les lacs de Franche-Comté d’ailleurs, mais parures méridionales ; affinités padanes au début du Bronze final, puis à nouveau la marque d’une orientation culturelle forte avec le groupe Rhin-Suisse-France orientale des derniers siècles de l’âge du Bronze, où l’on voit en outre intervenir pour la première fois des rapports avec la partie méridionale du Massif central… Bref, la grotte des Balmes donne vraiment l’impression d’une « zone de transit interculturel » comme l’évoque Joël Vital.

6À la reconnaissance des origines diverses des « locataires » temporaires qui se succèdent au cours des siècles, répond donc l’interprétation du rôle de tels abris en altitude : dans le cas de la grotte des Balmes, la mise en évidence du fait que cette région des Alpes de haute Maurienne, comme on pourrait être tenté de l’envisager sur la base d’impressions, de lieux communs attachés au milieu montagnard à la limite considéré comme hostile, n’est en aucun cas à l’écart des développements culturels, des échanges d’objets, de techniques, d’idées loin à la ronde ! En reprenant un terme cher à Wolfgang Dehn il y a une quarantaine d’années pour l’âge du Fer, la transhumance, l’importance démontrée de la mobilité, des mouvements pastoraux comme vecteur de l’innovation culturelle est flagrante : historiens, ethnologues et archéologues tentent de la suivre de manière régressive dans différentes régions d’Europe, et d’en évaluer l’impact, non seulement dans les massifs montagneux des Alpes ou du Jura, sans oublier bien sûr le versant méridional, méditerranéen, mais également en Europe centrale ou dans les Balkans.

7Les derniers chapitres de synthèse rédigés par Joël Vital qui, soit dit en passant, évolue de manière souveraine dans les dédales des chronologies du Néolithique et de l’âge du Bronze, abordant les composantes culturelles que nous avons brièvement évoquées et les réflexions liées à l’économie au sens large, offrent des réflexions particulièrement stimulantes. Economie de remue privilégiée en Valais notamment, suivant des modèles historiques de saisonnalité entre la plaine et les alpages, ou plutôt pratiques de transhumance sur des distances de plusieurs centaines de kilomètres comme l’illustre la grotte des Balmes pour le versant occidental des Alpes ? Voilà autant de pistes de recherche qui s’avèrent fécondes.

8Il en va de même du rapport entre ces « bergers » et les habitants des villages de plaine ou des bords de lacs, de leur statut au sein de la société, à l’aune notamment des dépôts et autres offrandes votives, armes et parures prestigieuses « à la pointe du progrès », fréquemment liées au franchissement des cols : sont-ils le fait de ces groupes de personnes ? On peut d’ailleurs se poser la même question à propos des « métallurgistes », prospecteurs et exploitants de minerai en altitude. On ne peut plus s’en tenir au seul modèle fonctionnel d’une « ruée vers le cuivre » dès le milieu de l’âge du Bronze, comme on a pu le proposer dans les Alpes grisonnes en Suisse, par exemple. Mais en tout état de cause les connexions entre versants des Alpes sont omniprésentes.

9Soulignons à nouveau pour terminer, sans pouvoir aborder d’autres thèmes passionnants, l’ampleur du champ investigué et des réflexions élaborées. Réflexions soutenues par une érudition mise à contribution à bon escient, dont témoigne la vaste bibliographie mobilisée, à jour non seulement pour la France, mais pour la Suisse, l’Allemagne du Sud ou l’Italie du Nord, et qui constitue un magnifique outil de travail qui sera, nous en sommes persuadé, fort apprécié des archéologues.

10Un pan entier de la recherche s’ouvre grâce aux fouilles de cette cavité explorée dans son intégralité, et qui, sans conteste, s’inscrit comme un jalon privilégié pour la compréhension de la pénétration humaine dans les Alpes au Néolithique et à l’âge du Bronze. La grotte des Balmes, par le biais de cette monographie, s’affirme non seulement comme un site majeur de la Préhistoire de haute Maurienne mais comme un modèle pour les recherches futures, prospections et fouilles à programmer dans des grottes ouvertes en altitude à l’intérieur de massifs montagneux.

Auteur

Directeur du Musée cantonal d’archéologie de Lausanne et professeur à l’Université de Genève

© Alpara, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540