Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économies, sociétés et espaces en Alpe : la grotte des Balmes à Sollières-Sardières (Savoie)

 | 
Joël Vital
, 
Pierrette Benamour

Remerciements

Texte intégral

1La fouille de la grotte des Balmes a pu compter sur l’aide et le soutien du Centre de Documentation de la Préhistoire Alpine et de son directeur, Aimé Bocquet, ainsi que du Musée savoisien durant les campagnes de 1980-1990. Le Centre d’Archéologie Préhistorique de Valence a également contribué au soutien logistique de l’opération, dans la cavité en 1994, et sur le replat en 2005. Sur place, à Sollières-Sardières, la Société d’Histoire et d’Archéologie a constitué un appui irremplaçable, avec une pensée particulière pour François Couvert. La commune, les structures d’accueil, des entrepreneurs locaux et des habitants nous ont souvent apporté un soutien matériel indispensable. Évidemment, les participants aux différentes campagnes de fouilles, de 1980 à 2005, trop nombreux pour être cités ici sans lacune, peuvent croire en notre profonde gratitude.

2Les analyses pétrographique et minéralogique n’auraient pas été possibles sans la collaboration nouée avec (†) Danielle Santallier et Ruben Véra.

3Nous avons pu compter sur l’accueil d’André Marguet et Yves Billaud lors de recherches à la bibliothèque du Département des Recherches Archéologiques Sous-marines et Subaquatiques à Annecy. Nous sommes aussi redevables d’informations à René Chemin, qui a fouillé le site de 1972 à 1975, Catherine Joye, Patrick Moinat, Jean-Claude Ozanne, Paulette Pauc et Angélique Polloni. Pour leur appui et leur accueil, nous remercions également Françoise Ballet, à la Conservation départementale du patrimoine de Savoie ; Chantal Fernex de Mongex et Jean-Pierre Angella, au Musée Savoisien à Chambéry ; Régine Melquiot et Thomas Mulas, au Musée archéologique de Sollières-Sardières ; Daniele Haller, à la bibliothèque de Jacob-Bellecombette, Université de Savoie à Chambéry.

4Cette publication a bénéficié du soutien du Conseil Général de la Savoie et du Ministère de la Culture et de la Communication qui nous a notamment octroyé les crédits nécessaires au tri et à l’étude des restes osseux, faunes et outillages, à la réalisation de dates radiocarbones, aux travaux en archéobotanique, mais également affectés à l’illustration des parures et du mobilier en matière dure animale réalisée par Annie Vital. L’Association Départementale pour la Recherche Archéologique en Savoie (ADRAS) a constitué un relais efficace pour la gestion des crédits octroyés par le Conseil Général de la Savoie, grâce à l’obligeance d’Henri Barthélémy et de Gilbert Pion.

© Alpara, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter