Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sainte-Marie-d'Aulps. Une abbaye cistercienne en pays savoyard

 | 
Anne Baud
, 
Joëlle Tardieu

Annexe 1. Un ancien manuscrit de l’abbaye d’Aulps découvert à Genève

Isabelle Jeger

Texte intégral

  • 1 La Congrégation des Missionnaires de Saint-François-de-Sales a été créée en 1838 dans le diocèse d’ (...)
  • 2 Beatus de Liébana († après 798) était prêtre, et peut-être moine au monastère bénédictin de Saint-M (...)

1En 2007, la Congrégation des Missionnaires de Saint-François-de-Sales (Institut Florimont de Genève)1 a déposé à la Bibliothèque de Genève un lot de livres anciens et de manuscrits ; nous y avons découvert un manuscrit contenant, entre autres, le Commentaire de l’Apocalypse rédigé en latin à la fin du VIIIe siècle par Beatus de Liébana2.

  • 3 Pour les 26 Beatus illustrés, voir : John Williams, The Illustrated Beatus : a Corpus of the Illust (...)

2Il existe actuellement 34 exemplaires de ce texte conservés à travers le monde, complets ou fragmentaires, datés du IXe au XVIe siècle, et dont 26 sont illustrés3. Demeuré inconnu des spécialistes, ce manuscrit qui se trouvait à l’abbaye d’Aulps lors de la Révolution française, se révèle être un 27e Beatus illustré.

Présentation du manuscrit

3D’un format de 250 sur 160 mm, le manuscrit (maintenant coté : BGE, Ms. lat. 357) se compose de 245 folios de parchemin sur lesquels deux textes ont été copiés :

    • 4 La collection Dacheriana est un recueil de lois canoniques rédigé vers l’an 800 dans la région lyon (...)

    Les Institutions grammaticales (livres I-XVI) de Priscien (grammairien latin du VIe siècle) aux f° 1r°-148r°, suivies au f° 148v° d’un fragment de treize lignes tiré de la collection Dacheriana4. La grammaire, dont il manque les trois premiers folios, et le fragment ont été copiés en Italie au XIIIe ou XIVe siècle, en littera gothica rotunda.

  • Le Commentaire de l’Apocalypse, de Beatus de Liébana, aux f° 149r°-245°. Beatus a divisé son Commentaire en XII livres, chacun étant subdivisé en storia ou historia (citation d’un passage de l’Apocalypse de saint Jean) suivie d’une explanatio (commentaire du passage cité). Le texte conservé dans ce manuscrit s’ouvre sur la fin du prologue du livre II (il manque une trentaine de folios en tête) et s’achève avant la fin du livre XII (il manque le dernier folio). Ce Commentaire a été copié en Italie du Sud, dans le Bénévent, entre le deuxième tiers et la fin du XIe siècle, en écriture bénéventine et en minuscule caroline.

4Le volume est dépourvu de couverture, ce qui nous permet d’examiner le dos (fig. 1) et de remarquer la présence d’anciens trous de couture sur le dos des cahiers correspondant aux folios du Commentaire de l’Apocalypse. De cette observation, il ressort que ce manuscrit est un volume composite réunissant deux textes ayant existé auparavant sous la forme de deux livres séparés.

  • 5 Voir les tableaux reproduits par John Williams, op. cit., vol.. 1, p. 22, 23 et 26.

5De ces deux textes, c’est celui du Commentaire de l’Apocalypse qui retient l’attention des chercheurs : ce Beatus vieux de mille ans était demeuré inconnu ; il est originaire d’Italie alors que les Beatus conservés proviennent majoritairement d’Espagne ; l’écriture présente un intérêt paléographique du fait de sa composition mixte (bénéventine et caroline), et les 65 miniatures suscitent l’intérêt des historiens de l’art malgré leur aspect assez frustre. Ces différentes approches ainsi que l’étude des variantes textuelles amèneront les spécialistes à préciser la place de ce Commentaire de l’Apocalypse dans la famille des Beatus, divisée en deux branches et plusieurs sous-branches5.

  • 6 Paule Hochuli Dubuis, Isabelle Jeger, « Un Beatus découvert à Genève », dans Bibliografia dei manos (...)

6Pour la description codicologique, paléographique et iconographique de ce manuscrit, nous renvoyons à notre article6 et présentons ici trois photos :

    • 7 Pour l’édition du texte, voir Martin Hertz, Prisciani Grammatici Caesariensis Institutionum Grammat (...)

    f° 1r° (fig. 2) : les trois premiers folios étant perdus, le texte des Institutions grammaticales débute au paragraphe 14 du livre I : // debemus, quod non tam fixis labris est pronunicanda f quomodo p et h, atque…7. L’écriture est en littera gothica rotunda, de l’Italie du XIIIe ou XIVe siècle. On note l’absence de couverture, l’avancée des tranches de gouttière due à la déformation concave du dos, et la marque imprimée par le tampon des « Missionnaires de Saint François de Sales ». Des titres de paragraphes ont été inscrits en rouge dans la marge de droite.

  • f° 165v° (fig. 3) : cette page correspond au message adressé à l’ange de l’église de Philadelphie (Apoc. 3/7-13). Les dix premières lignes de la colonne de gauche sont une citation (la storia ou historia) du passage biblique (Apoc. 3/10-13), suivie d’une miniature accompagnée d’une phrase explicative notée en rouge : Ubi dat scriptum angelo Filadelfie ecclesie (Ici Jean remet la lettre à l’ange de l’église de Philadelphie). Vient ensuite le commentaire (l’explanatio) où chaque phrase de la citation va être reprise une par une, recopiée en rouge, et commentée. Tandis que les quinze premières lignes sont en écriture bénéventine, le bas de la colonne de gauche est en écriture caroline mêlée de graphies bénéventines (voir par exemple la lettre « a » semblable à deux « c » accolés), lesquelles deviennent rares dans la colonne de droite.

  • f° 241r° (fig. 4) : cette miniature de grand format illustre la dernière vision de Jean lorsque l’ange lui montre la Jérusalem nouvelle (Apoc. 21). Le damier symbolise la ville tandis que l’agneau évoque la présence christique ; les douze bustes qui entourent la cité correspondent aux douze apôtres conformément à la vision qui associe leurs noms aux douze assises des remparts, de même que les cercles colorés correspondent aux douze pierres précieuses qui ornent les douze assises. Cette représentation ne respecte pas le plan carré de la Jérusalem nouvelle décrit par le texte de l’Apocalypse, et omet la figuration des douze portes et du rameau habituellement tenu par l’ange pour mesurer la cité. Cet agencement simplifié est très proche de celui figurant dans le Beatus de Lorvão, conservé à Lisbonne, Arquivo Nacional da Torre do Tombo, daté de 1189 et classé dans la branche Ib.

Histoire du manuscrit

7Nous ne pouvons pas actuellement retracer le parcours de ce manuscrit à travers les siècles. Si l’étude de l’écriture nous informe que le texte des Institutions grammaticales fut copié en Italie au XIIIe ou XIVe siècle et le Commentaire de l’Apocalypse en Italie du Sud entre le deuxième tiers et la fin du XIe siècle, nous ignorons encore de quels scriptoria sont sorties ces deux copies et quels étaient leurs destinataires. D’après l’examen de la couture actuelle, nous savons que les deux textes ont été reliés ensemble avant le XVIIe siècle mais nous ignorons si cet assemblage fut réalisé en Italie ou ailleurs, et pour quelle raison il fut décidé de réunir deux œuvres aussi diverses.

8Cependant, ce volume contient les traces d’une mention de propriétaire inscrite sur les deux côtés du dernier folio des Institutions grammaticales ; ces inscriptions furent plus tard grattées mais nous avons pu les déchiffrer à la lampe de Wood (lumière ultraviolette) :

  • f° 148r° : Ex libris Joannis Delerce Maurici/Jean Delerce Mauris de St d’Au/de St Jean d’Aulph (inscription notée après la fin des Institutions grammaticales) ;

  • f° 148v° (fig. 5) : J’ay trouvez ce livre/à l’abay d’Aulph/à l’abay d’Aulph/à l’abay d’Aulph/Jean Delerce Mauris/ce 2 février 1792/1792 1793 (inscription notée après l’extrait de la collection Dacheriana).

  • 8 Sur l’abbaye Notre-Dame d’Aulps, voir le Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, (...)

9De ces lignes maladroites, il ressort qu’un dénommé Jean Delerce Mauris a trouvé ce manuscrit à l’abbaye d’Aulps8 au temps de la Révolution et qu’il se l’est approprié en y inscrivant plusieurs fois son nom. Nous ignorons qui était cet homme mais ce nom de famille est toujours attesté à Saint-Jean d’Aulps.

  • 9 Cet inventaire appartient aux archives paroissiales de Saint-Jean-d’Aulps, déposées au presbytère d (...)

10Après l’annexion de la Savoie par les troupes françaises en septembre 1792, la sécularisation des biens du clergé fut entreprise et un inventaire de l’abbaye fut dressé le 14 novembre 1792. Le commissaire mentionne que la bibliothèque possède « quarante volumes in-folio, trois cents autres volumes presque tous très vieux et mal rangés, de manière que je n’ai pas pu les inventorier en détail »9. La date exacte de la fermeture de l’abbaye n’est pas connue (fin 1792/début 1793) ni la destinée de son mobilier et de ses livres. Les bâtiments furent en grande partie détruits en 1823.

11Par la suite, ce volume est entré en possession de la Congrégation des Missionnaires de Saint-François-de-Sales. Les Pères ne connaissent pas les circonstances ni la date de cette acquisition ; ce manuscrit peut leur avoir été remis en Haute-Savoie entre 1838 (année de fondation de leur Congrégation) et 1905 (année de leur départ pour Genève), ou après leur installation à Genève.

12L’atelier de restauration de la Bibliothèque de Genève a prélevé de nombreuses « poussières » (brindilles, végétaux) accumulées entre les plis des folios, essentiellement dans la partie des Institutions grammaticales ; peut-on en déduire que c’est l’étude de la grammaire qui aura attiré les derniers lecteurs de ce manuscrit ?

13Ajoutons que depuis novembre 2009, ce manuscrit est entièrement consultable sur le site de la Bibliothèque virtuelle des manuscrits en Suisse, E-Codices (www.e-codices.unifr.ch)10.

Notes

1 La Congrégation des Missionnaires de Saint-François-de-Sales a été créée en 1838 dans le diocèse d’Annecy. Chargés d’une mission en Inde, les prêtres assurèrent également la direction de deux établissements scolaires en Haute-Savoie. En 1905, suite aux lois votées en France imposant la fermeture des écoles religieuses, les Pères ont émigré à Genève et fondé une école privée, l’Institut Florimont.

2 Beatus de Liébana († après 798) était prêtre, et peut-être moine au monastère bénédictin de Saint-Martin dans la vallée de Liébana, située dans les monts Cantabriques (Espagne, province de Santander) ; la région dépendait du royaume des Asturies. Beatus est principalement connu pour son Commentaire de l’Apocalypse de saint Jean, rédigé vers 776, et pour sa querelle dans les années 780 avec Elipand, archevêque de Tolède, partisan de l’adoptianisme (conception théologique relative à la nature du Christ, jugée hérétique et combattue par les conciles carolingiens). Sur Beatus de Liébana, voir : J. Prelog et Peter K. Klein, « Beatus von Liébana », dans Lexikon des Mittelalters, München-Zürich, Artemis Verlag, t. 1 (1980), col. 1746-1747 ; Daniel Baloup, « Beatus de Liébana », dans Dictionnaire Encyclopédique du Moyen Âge, sous la direction d’André Vauchez, Paris, Les Editions du Cerf, t. 1 (1997), p. 181-182 ; Kenneth B. Wolf, « Beatus of Liébana », dans Medieval Iberia : An Encyclopedia, sous la direction d’E. Michael Gerli, New York-London, Routledge, 2003, p. 155-156.

3 Pour les 26 Beatus illustrés, voir : John Williams, The Illustrated Beatus : a Corpus of the Illustrations of the Commentary on the Apocalypse, vol., London, H. Miller, 1994-2003.

4 La collection Dacheriana est un recueil de lois canoniques rédigé vers l’an 800 dans la région lyonnaise ; ce fragment provient du livre III, chap. 158 (édité dans la Patrologie latine, t. 161 (1855), col. 540).

5 Voir les tableaux reproduits par John Williams, op. cit., vol.. 1, p. 22, 23 et 26.

6 Paule Hochuli Dubuis, Isabelle Jeger, « Un Beatus découvert à Genève », dans Bibliografia dei manoscritti in scrittura beneventana, t. 17, Rome, 2009, p. 11-29. Cet article est également accessible sur Internet à http://doc.rero.ch/record/12300?In=fr.èè.

7 Pour l’édition du texte, voir Martin Hertz, Prisciani Grammatici Caesariensis Institutionum Grammaticarum Libri XVIII, 2 vol., dans Heinrich Keil, Grammatici latini, t. II et III, Leipzig, 1855-1859 (réimpr. Hildesheim, Georg Olms, 1961) ; (voir M. Hertz, vol. 1, p. 12, ligne 1).

8 Sur l’abbaye Notre-Dame d’Aulps, voir le Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, vol. 6, Paris, Letouzey & Ané, 1931, article « Aulps », par J. -M. Canivez, col. 672-674 ; Dom L. H. Cottineau, Répertoire topo-bibliographique des abbayes et prieurés, vol. 1, Mâcon, Protat, 1935, article « Aulps », col. 203-204 ; Jean-Pierre Mudry, « L’abbaye d’Aulps en Chablais d’après une chronique manuscrite du XVIIIe siècle », dans Mémoires et documents publiés par l’Académie chablaisienne, Thonon-les-Bains, t. 64 (1988), p. 55-116 ; sous la coordination de Joël Serralongue, Sainte-Marie-d’Aulps, une abbaye cistercienne en Chablais, vol. 01, collection Culture 74, 2008, 94 pages. Voir également la thèse de doctorat soutenue à Lyon le 5 décembre 2009 par Arnaud Delerce.

9 Cet inventaire appartient aux archives paroissiales de Saint-Jean-d’Aulps, déposées au presbytère de Morzine (Haute-Savoie) ; il a été partiellement édité par F. Coutin dans Mémoires et documents publiés par l’Académie salésienne, Annecy, t. 74 (1961), p. 74-83 (édition accessible sur le site Internet http://www.aulps.fr/inv.php).

10 Accès direct au manuscrit, http://www.e-codices.unifr.ch/fr/bge/lat0357.

Auteur

Suisse, Genève

© Alpara, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540