Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sainte-Marie-d'Aulps. Une abbaye cistercienne en pays savoyard

 | 
Anne Baud
, 
Joëlle Tardieu

Chapitre 4. Cloître et bâtiments conventuels

Anne Baud et Joëlle Tardieu

Texte intégral

1Plus que tout autre, saint Bernard est le continuateur de la spiritualité antique qui trouve son plein épanouissement dans la contemplation. Dom Jacques Hourlier, par opposition aux clunisiens, qualifie cette spiritualité de « quasi objective » (Hourlier 1961). Ce retour aux sources se manifeste à travers une application rigoureuse de la règle de saint Benoît. Aussi, l’organisation spatiale du monastère cistercien répond-elle naturellement à cette même exigence liturgique. Elle reprend avec beaucoup de rigueur la disposition des bâtiments bénédictins. Cette organisation, bien connue aujourd’hui, est vraisemblablement fixée au cours de la première grande réforme bénédictine promulguée par les Carolingiens. C’est, en effet, sous l’impulsion de Benoît d’Aniane que le monastère s’articule selon le schéma du plan de Saint-Gall.

Le plan de Saint-Gall
Le plan de Saint-Gall (fig. 95) a été probablement réalisé entre 825 ou 830 à Reichenau, par l’abbé Heito et Regimbert, bibliothécaire et archiviste du monastère. Conservé dans la bibliothèque de Saint-Gall (ms 1092), il est composé de cinq pièces de parchemin cousues entre elles et mesure 112 par 77 cm. Selon Carol Heitz, il constitue une représentation schématique du programme de construction d’un monastère, tel que l’on pouvait le concevoir au début du deuxième quart du IXe siècle. Trois cent quarante et une inscriptions précisent la destination de chaque construction. La relation entre la réalisation de ce plan et la réforme monastique dirigée par Benoît d’Aniane (conciles d’Aix-la-Chapelle de 816 et 817) est actuellement admise. D’après le schéma proposé, le monastère, le lieu privilégié pour la conduite collective de l’ascèse, est conçu comme une « ville autre ». L’organisation des bâtiments monastiques s’articule autour du claustrum, première clôture et espace réservé : il se compose de l’église, du cloître et des bâtiments conventuels : dortoirs, salle capitulaire, réfectoire, scriptorium... dont la disposition est héritée de la villa romana. C’est le lieu d’exercice de la perfection totale. Un deuxième ensemble est formé par les bâtiments monastiques qui se trouvent en dehors de la stricte clôture : la maison de l’abbé, l’infirmerie, le noviciat, le cimetière, le jardin, les annexes et les ateliers. Les structures d’accueil constituent le troisième groupe de bâtiments monastiques ; contrairement aux précédents, ils sont ouverts aux laïcs avec une hôtellerie réservée aux riches et une autre pour les pauvres. Le dernier ensemble est enfin composé de divers édifices à usage agricole que l’on suppose également ouverts aux laïcs qui travaillent pour l’abbaye : domestiques, familiers. Le plan des abbayes cisterciennes combine l’isolement et la réglementation de la vie monastique issus de l’expérience de Benoît de Nurcie et l’enclos matérialisé du plan de Saint-Gall.

Fig. 95 - Plan du monastère de Saint-Gall.

4.1. Claustrum et cloître

2S’il ne subsiste rien du cloître de Sainte-Marie d’Aulps, son emplacement est encore bien lisible au sud de l’église, dans la topographie du site. Des sondages effectués dans l’angle sud-ouest ont mis au jour des restes de murs modernes à défaut de murs plus anciens : aucun vestige du cloître médiéval, reconstruit probablement après l’incendie de 1482, ne semble être conservé.

3Claustrum signifie un ensemble de bâtiments affectés à l’habitation d’une communauté monastique en lieu clos. Autrement dit, il forme avec l’abbatiale le lieu de vie du moine. Ce dernier y trouve tout ce qui est nécessaire à la vie de l’âme et du corps, pour y vivre en autarcie en sorte que les moines n’aient aucune nécessité de courir au-dehors : ce qui n’est aucunement avantageux à leurs âmes (Règle de saint Benoît, Prologue, 50) (fig. 96). Dès le haut Moyen Âge, le cloître est associé au Paradis (Picard, 1971-1998). Il est une représentation du cosmos sur terre et du Royaume de Dieu. Les Pères de l’Église et les théologiens le comparent à une prison volontaire à propos de laquelle saint Bernard proclame le grand miracle de voir tous ces hommes et leurs âmes rassemblés dans une prison où ils sont libérés de leurs chaînes, remplacées par la crainte et l’amour de Dieu (Rational des divins offices de Guillaume Durant, XIIIe siècle). Par extension, le terme de claustrum s’applique au cloître en tant que lieu spécifique situé au centre du monastère. Pour des raisons climatiques, il se situe le plus souvent au sud de l’église (fig. 97 et 98) ; mais pour des raisons de topographie naturelle, il peut s’implanter au nord (Sénanque).

Fig. 96 - Abbaye d’Aiguebelle (Drôme). Frère Anselme (boulangerie).

Fig. 97 - Cloître de Fontenay (Côte-d’Or).

4Bien que les règles monastiques soient muettes sur le claustrum en tant qu’élément architectural, celui-ci apparaît comme le pivot central du monastère. À l’image de la domus antique, le cloître est composé d’un préau carré entouré de quatre galeries couvertes (fig. 98). Il symbolise alors le monastère en tant que communauté religieuse ou espace de vie. Les galeries font communiquer entre eux les bâtiments du monastère et constituent ainsi les principaux organes de circulation (fig. 95, 98 et 99). Les relations du cloître avec le reste du couvent sont alors concrétisées par les processions liturgiques.

Fig. 98 - Cloître et entrée de la salle capitulaire de Fontenay (Côte-d’Or).

Fig. 99 - Cloître de Silvacane (Bouches-du-Rhône).

5Le cloître au Moyen Âge est cependant plus qu’un lieu de passage ; lorsqu’ils ne sont pas à l’église, au réfectoire ou au chapitre, c’est là, à proximité du scriptorium, que se tiennent habituellement les moines pour se livrer à la lecture de la Règle, à la méditation des Écritures et aux échanges de parole. Les Ecclesiastica Officia cisterciens décrivent avec minutie

comment les frères doivent se comporter pendant la lecture… ils se tiendront religieusement, lisant chacun dans son propre livre, excepté ceux qui chanteront des antiphonaires, des hymnaires ou des graduels, ou ceux qui prépareront leurs lectures ; le chantre – ou quelque frère capable qu’il aura désigné – écoutera ces derniers. Ils ne se dérangeront pas mutuellement en posant des questions, si ce n’est à propos des accent longs et brefs qu’ils ne savent pas lire ainsi que du début des lectures de la table, de la collation et des vigiles, lorsque ce sera nécessaire (EO 71, 5-13, p. 213).

6C’est également ici que se trouve le lavatorium où les moines se lavent la figure et les mains deux fois par jour (fig. 100) : le matin avant de remonter au dortoir prendre leurs souliers de jour et au milieu de la journée après sexte. C’est aussi le lieu de réalisation de nombreux petits travaux comme la couture, la reliure des livres ou le grattage des parchemins.

Fig. 100 - Lavabo du cloître de Silvacane (Bouches-du-Rhône).

7S’appuyant sur les prescriptions liturgiques de la règle, l’organisation des autres bâtiments est avant tout une réponse fonctionnelle au déroulement de la journée monastique. Dans l’aile orientale, est située la salle capitulaire, salle de réunion où l’abbé convoquera toute la communauté... toutes les fois qu’il y aura dans le monastère quelque affaire importante à traiter et plus spécifiquement après l’Office de prime pour le chapitre conventuel (fig. 101). À l’étage supérieur, se tient le dortoir commun à tous les frères (fig. 102 et 103). Il comporte un accès direct à l’église à la hauteur du transept afin de faciliter la circulation nocturne des moines, notamment à l’occasion des vigiles chantées aux premières heures du jour. Au sud, le réfectoire accueille les frères pour les repas servis à une table commune ; les moines y mangent en silence en écoutant le frère lecteur. La cuisine en est proche car ce sont les religieux qui préparent à tour de rôle le repas et servent à table. L’angle sud-est du cloître est souvent occupé par le chauffoir, seule pièce chauffée, destiné aux travaux d’écriture. L’aile occidentale, traditionnellement réservée au cellier, est chez les cisterciens souvent occupée à l’étage par le dortoir des convers comme c’est le cas à Aiguebelle (Drôme) ou au Thoronet (Var). Au rez-de-chaussée se trouve leur réfectoire à côté du cellier. Cette disposition explique l’ouverture de la porte dite « des convers » (fig. 104) que l’on observe dans la première travée de l’église.

Fig. 101 - Entrée de la salle capitulaire. Cloître de Fontenay (Côte-d’Or).

Fig. 102 - Abbaye de Fontenay (Côte-d’Or). Vue de l’est.

Fig. 103 - Dortoir de l’abbaye de Fontenay (Côte-d’Or).

Fig. 104 - Porte des convers.

8Au-delà du claustrum, plusieurs bâtiments à fonctions diverses se répartissent dans l’enceinte monastique. Parmi eux, citons : l’hôtellerie, la porterie, la ferme et le moulin qui subsistent encore aujourd’hui, dans et autour du monastère ; courtils, viviers et jardins complètent cet ensemble. Contrairement aux monastères bénédictins, la communauté cistercienne est exclusivement composée d’adultes, car elle n’accueille ni oblat, ni école. L’abbaye reçoit toute personne responsable, laïcs (convers) ou novices, reproduisant ainsi, à l’intérieur du claustrum, les classes sociales du monde extérieur.

4.2. Le monastère de Sainte-Marie d’Aulps à la fin du XVIIe siècle

9À l’exception de quelques vestiges de murs dérasés conservés du côté de l’église, il ne reste plus rien du cloître et des bâtiments conventuels totalement détruits à la fin du XIXe siècle (fig. 105). Deux campagnes archéologiques ont permis de dégager des segments du cloître moderne qui évoquent le dernier état d’occupation du lieu (fig. 106). Aujourd’hui, l’analyse des structures confrontées aux sources textuelles et iconographiques permet de dresser le cadre de vie des moines à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle. C’est en effet, durant cette période, qu’à l’instar de nombreux monastères, les moines tentent de réformer leur abbaye afin de revenir à la Règle. Ils entreprennent alors un vaste chantier dans l’enceinte monastique pour édifier des bâtiments qu’ils jugent conformes à la vie cistercienne.

Fig. 105 - Cloître. Emplacement présumé de l’aile des convers.

4.2.1. Le cloître d’après les sources archéologiques

10L’emplacement du cloître est conservé au sud de l’église sous la forme d’une esplanade en terrasse. Selon les structures dégagées dans les angles nord-ouest et nord-est (fig. 106), les galeries, larges de 3,50 m formaient un carré de 23,50 m de côté, ménageant ainsi un préau d’une largeur de 13,50 m. Le cloître était largement établi en contrebas de l’église sur un niveau horizontal impliquant l’aménagement de la pente nord-sud en larges paliers et l’accès à l’église par un escalier de plusieurs marches ; on retrouve des installations similaires au Thoronet (Var) ou à Aiguebelle (Drôme). Comme dans le cloître d’Aiguebelle, il est possible qu’un enfeu ait été aménagé dans l’épaisseur du mur du bras sud du transept (fig. 90), à proximité immédiate de la porte faisant communiquer bas-côté sud et angle nord-est des galeries du cloître. Ceci resterait à vérifier.

Fig. 106 - Plan du cloître moderne.

11Les galeries s’ouvraient sur le préau par une série de baies à simple ébrasement interne. À partir des deux fenêtres partiellement conservées à l’est, nous pouvons restituer quatre baies par galerie, distantes de 2,60 m les unes des autres. L’ouverture intérieure atteignait 1,40 m contre 1,20 m à l’extérieur. Les maçonneries des murs étaient de nature médiocre : composées de pierres de ramassage et de quelques blocs de tuf, elles comprenaient des remplois gothiques provenant soit du cloître précédent, soit d’un des bâtiments conventuels. Les murs intérieurs de la galerie étaient protégés par un enduit badigeonné de blanc ; un bandeau noir formant plinthe en soulignait la base. Quelques vestiges maçonnés affleurant la surface du sol indiquent, encore aujourd’hui, l’emplacement des bâtiments conventuels à proximité de l’église. Le mur sud du transept conserve la trace de structures plus anciennes, peut-être contemporaines de la construction de l’abbatiale.

4.2.2. Le monastère d’après les sources textuelles (fig. 107)

  • 46 AD Haute-Savoie, 2 E 9648, Minutier du notaire Guérin Vulliez du Biot, f8 97-98. Transcription revu (...)

12Parmi la documentation écrite rassemblée au cours de ces dernières années, un texte s’avère particulièrement important dans l’étude de l’abbaye moderne. Il s’agit de la visite des lieux effectuée en 1692 par Guérin Vulliez, notaire royal, en présence de dom Louis Gros, prieur de l’abbaye d’Aulps46. Au cours de cette visite, le notaire prend acte de l’estat ou se trouvent presentement les bastiments vieux et neufs de ladite abbaye. À l’exception de quelques remarques sur l’église, la description concerne uniquement les bâtiments conventuels :

L’an mille six cents nonante deux et le dixième iour du mois de decembre par devant moy notaire Royal soubsigné et presents les témoins sous nommés. A comparu, Reverend Dom Louys Gros, prieur de l’abbaye de Notre Dame d’Aulps, ordre de Cisteaux, Diocese de Geneve et riesre les estats de Savoye depuis le vingt deux de novembre dernier qu’il en auroit pris possession. Lequel desirant prendre acte de l’estat ou se trouvent presentement les bastiments vieux et neufs de ladite abbaye affin que rien ne luy soit imputté et pour iustiffier en temps et lieu, il m’auroit produit et nommé les honnestes Jean Garin fils de feu Claude Bedaux maitre masson et Charles fils de feu Garin Bolaz maitre charpentier tous deux de la paroisse du Biot ; desquels il auroit requi estre receu le serment en tel cas accoustumé pour ensuitte proceder à la visite dedits bastiments et en faire leur rapport entre mes mains. Lesquels Bedaux et Bolaz ensuitte desdites requisitions auroient presté serment entre mes mains sur les saintes écritures de Dieu de fidellement visitter les dits bastiments et apres les avoir tous parcouru et visitté ont dit et rapporté que dans le bastiment noeuf commencé a construire a costé de l’église du levant pour un dortoir et habitation des religieux, qui est d’environ neuf toises de long et cinq de large, il n’y auroit que les simples murailles du dehors toutes nues faites des trois costés pour soustenir la ramure du couvert ; dans lesquelles murailles il y auroit dix huict fenestres de pierre de taille de quatre pieds de hauteur et deux de larges chacune qui sont posées et trois petittes portes de six pieds de hauteur et trois de large et le tout n’estant que la simple massonnerie (…) a l’angle du costé du levant qui se trouvent près d’un vieux bastiment appellé la grande tour contre laquelle finit ledit bastiment neuf ; et ioignant ledit bastiment au bout du cloitre de l’autre costé de l’église l’on auroit elevé tout nouvellement l’environ de dix-sept toises de murailles sur lesquelles il n’y a point de couvert, estant le lieu destiné a bastir un escallier. Du mesme costé du cloitre l’on auroit fait à noeuf neuf piliers de simples massonnerie pour les fenestres et arcades du cloitre…

13En cette fin du XVIIe siècle, le monastère se présente comme un chantier inachevé. L’auteur fournit un grand nombre d’indications aussi bien à propos de l’état de l’abbaye en cours de reconstruction que sur des aspects circonstanciels ou techniques liés au chantier : vétusté de certains édifices, dimensions des murs ou des ouvertures et matériaux de construction. Seules les parties reconstruites font l’objet d’une prise de mesures systématique en toises et en pieds (la toise correspond à 6 pieds). Si l’on se réfère au pied du roi en vigueur au XVIIIe siècle, celui-ci équivaudrait à 0,3248 m. La toise correspondrait donc à 1,9488 m. En 1692, le chantier est arrêté depuis plus d’un an. Seuls les édifices situés à l’est du cloître (dortoir, cage d’escalier) et en partie au nord (galerie du cloître) sont concernés par cette première phase du chantier.

Fig. 107 - Abbatiale vue de l’est.

14Tous les autres bâtiments qui forment l’aile méridionale du couvent sont plus ou moins délabrés. Il s’agit de la cuisine et du réfectoire au rez-de-chaussée, de la chambre du prieur et de six chambres en bois pour les moines à l’étage. Une vieille tour autrefois destinée aux hôtes est également nommée.

Tout le reste de ladite abbaye estant de vieux bastiments dont la plupart des murailles menacent ruine, notamment celles qui est a costé du dehors du réfectoire et des chambres de bois ou habitent les religieux et de la cuisine ; laquelle muraille tient tout le long du bastiment ioignant au cloitre du costé du midy, de mesme que celle qui est sur le cloitre du costé du couchant depuis le susdit escallier iusques a l’église qui menace entierement ruine. Dans ladite abbaye il n’y auroit d’habitable presentement que la chambre dudit reverend prieur et six chambres de bois construites au dessus de la cuisine et du refectoire en forme de dortoir dans lesquelles habitent les religieux, y ayant au bout desdites murailles neuves une vieille tour qui estoit destinée pour les hostes, laquelle est entierement déserte, les murailles prestes a tomber et le couvert ruiné ; et ioignant a ladite tour un peu dessus il y auroit une vieille chambre ou habitoit autresfois un religieux, aussy deserte et le couvert en partie ruinée.

15D’autres renseignements concernent l’état des portes de l’enceinte et des bâtiments agricoles, notamment la dégradation de leur couverture :

Il y auroit aussy le couvert du portail du costé de bise et la grange ou sont les denrées de ladite abbaye qui sont en partie déscouverts. Les murailles de l’enclos qui font l’enceinte de la maison auroient besoin de regarnir en plusieurs endroits et d’estre rehaussé, et les portes des deux grands portails dudit enclos ont besoin d’estre refaites avec touttes leurs ferrures.

16Une cave — qu’il est en réalité bien difficile de repérer sur le terrain — est mentionnée ; divisée en deux, sa partie occidentale est accessible par le cloître et utilisée comme sacristie. Sa partie orientale est réservée aux archives :

l’on a aussy fait, ioignant l’église du costé de l’entrée du cloitre au fond dudit bastiments noeuf commencé, une muraille avec une voute pour une cave dont l’on se sert actuellement estant l’endroit ou doit estre la sacristie ; laquelle cave a sa porte sur le cloitre proche de celle de l’église, et sur la moitié de la contenance de ladite cave du costé du levant l’on y auroit construit une chambre vouttée pour les archives.

4.2.3. Le plan Gonthier : projet d’architecte ou réalité ?

17C’est en étudiant l’Inventaire de l’Abbaye d’Aulps qu’Ernest Renard (Renard 1938, 1940), ancien conservateur adjoint au service du Vieux Genève, prend connaissance pour la première fois de l’existence d’un plan de l’abbaye Sainte-Marie mentionné comme plan détaillé du couvent d’Aulps. Ce plan avait été remis à l’abbé Gonthier par l’abbé Replumaz, curé de Marcellaz. Ayant obtenu l’autorisation de le décalquer soigneusement, Émile Renard le publie pour la première fois en 1937 sous l’intitulé : Des plans inédits de l’abbaye d’Aulps (Renard 1937). Le plan concerne uniquement les bâtiments conventuels de l’abbaye sur leurs trois niveaux : caves, rez-de-chaussée, premier étage (fig. 108).

Fig. 108 - Plan de l’abbaye Sainte-Marie d’Aulps vers 1736, dit plan Gonthier.

18Il est convenu d’identifier le plan Gonthier à celui dressé à l’occasion de l’inventaire détaillé de tous les titres et terriers de l’abbaye en 1736. Toutefois, les structures retrouvées en fouille ne correspondent pas exactement aux indications architecturales représentées sur le plan. Celui-ci, accompagné d’une légende précise, montre les bâtiments conventuels articulés autour de la cour du cloître et dessinés par niveau.

19Le rez-de-chaussée permet la représentation du cloître : le préau est composé d’un jardin divisé en quatre parterres. Au centre, est signifié l’emplacement d’une fontaine ou d’un bassin, tandis qu’aux quatre angles de la cour sont représentés des grillages pour égouts. Le long des murs bahuts, un tracé en pointillé rejoint les points d’évacuation d’eau : il matérialise les canalisations en galets mises au jour au cours des fouilles ; en revanche les évacuations n’ont pas été retrouvées ; celles-ci ont probablement été comblées lors de la destruction du cloître. D’après le plan, les galeries sont ouvertes par quatre baies à ébrasement interne confirmant ainsi l’étude archéologique. En revanche, le dessinateur indique que les galeries du cloître sont divisées en quatre travées voûtées d’arêtes, par une série d’arcs-doubleaux ; ceux-ci reposent sur des piliers engagés dans les murs. Or, les élévations dégagées en fouille étaient dépourvues de toutes formes de supports. À l’est, le bâtiment est composé d’une série de quatre grandes chambres dont trois d’entre elles sont largement ouvertes sur un bûcher. La quatrième, de dimension plus vaste, forme l’angle sud-est des bâtiments conventuels. Elle est desservie par un corridor voûté d’arêtes prolongeant la galerie du cloître. Au sud, se situe le secteur domestique : réfectoire, cuisine, lavoir, dépense et autres salles aux fonctions non précisées. À l’est de cette aile, un escalier monumental conduit à l’étage supérieur confirmant l’emplacement du nouvel escalier révélé par la visite des lieux de 1692. À l’ouest, se situe le vestibule qui donne accès au couvent. Une montée d’escalier permet de rejoindre la galerie du cloître par un dégagement monumental. À cet endroit précis du cloître, la travée est couverte d’une voûte octopartite qui trouve son pendant dans l’aile orientale ; ce type de voûtement est très répandu dans l’architecture monastique du XVIIIe siècle. De part et d’autre du vestibule, sont réparties des chambres munies de lit. L’angle sud-ouest est réservé aux domestiques.

20Les trois ailes du premier étage sont divisées en dix-neuf chambres destinées aux moines. Le mobilier est dessiné : toutes possèdent un lit, certaines, une table. Les chambres sont desservies par une galerie voûtée d’arêtes semblable à celle du rez-de-chaussée. Au nord-est, un escalier donne accès à l’église. À l’ouest, le plan original étant endommagé, Émile Renard a complété la petite partie lacunaire par trois fenêtres extérieures.

21Le sous-sol se divise en plusieurs caves dont les espaces correspondent aux différentes salles du niveau supérieur. À l’est, elles sont mentionnées comme caves à décembre. Au sud, une seule grande pièce est aménagée sous les bâtiments domestiques ; des dosserets sont indiqués contre ses murs impliquant un système de voûtes pour le couvrement. Deux des trois caves occidentales sont dessinées sans accès. L’emplacement de l’escalier est situé sous le précédent, mais les marches ne sont pas représentées.

4.3. Environnement végétal et plantes cultivées autour et dans le cloître

22Les jardins du monastère établis en terrasses ont successivement été occupés par des pâturages, des vergers (pré-vergers) ou des jardins. À l’occasion de la mise en valeur du site par la Communauté de communes, une étude ethnobotanique a été menée sur l’ensemble du monastère et ses abords afin de déterminer la végétation restante pouvant être liée aux anciennes activités pratiquées dans l’enceinte de l’abbaye.

4.3.1. L’ethnobotanique : définition et méthodologie

23L’ethnobotanique est une science qui analyse et définit, dans un contexte socio-historique, l’ensemble des connaissances et coutumes humaines concernant la végétation. Contrairement à la biologie végétale qui ne prend en compte que les facteurs spécifiques à l’élément « plante », à l’écologie qui analyse les relations entre végétation et son milieu actuel (le biotope) ou encore la botanique qui a pour principaux buts l’identification et l’inventaire des espèces, l’ethnobotanique s’efforce de comprendre le rôle des interventions humaines passées sur l’environnement végétal et la nature des liens qui en découlent. Par-là même, il s’agit de faire prendre conscience et d’amener à réfléchir sur une véritable histoire des paysages et de la végétation qui les composent. Depuis les origines de l’agriculture, l’homme, pour des raisons vitales, entretient, transporte et organise la végétation à des fins alimentaires, médicinales, domestiques, cultuelles et ornementales. Ce type d’interventions, parfois très anciennes, laisse de nombreuses traces sur l’ensemble du couvert végétal actuel. Mais cette remarque est particulièrement valable pour des périodes plus récentes.

24Afin de mener à bien cette étude dans l’ancienne abbaye de Sainte-Marie d’Aulps, une première localisation de la végétation plantée s’est avérée indispensable pour effectuer un éventuel repérage des plantations anciennes, voire médiévales. Puis les espèces présentes ont été identifiées, en séparant celles d’origine indigène de celles qui ont été introduites récemment. Cette approche livre une première image du « jardin monastique ». Enfin, la reconnaissance topographique donne des indications sur les aménagements spécifiques. La prospection a ainsi porté non seulement dans le périmètre de l’ancien enclos, mais également sur les terrains alentour, prairie et bois, afin d’établir une comparaison botanique avec l’intérieur des anciens jardins de l’abbaye.

4.3.2. Une grande diversité végétale d’origine humaine et naturelle

25Quatre-vingt-dix-sept espèces de plantes, arbustes et arbres ont été recensées. Parmi elles, un certain nombre, plantées récemment, n’ont pas été prises en compte. On citera l’exemple du verger composé de poiriers, pommiers et pruniers plantés au début du XXe siècle (fig. 109). Toutefois, il est probable que ces trois espèces, courantes au Moyen Âge, étaient déjà présentes sur le site.

Fig. 109 - Verger sous la neige.

  • 47 La plupart de ces espèces sont généralement rencontrées dans des biotopes très différents (sols, ex (...)

26Le recensement des plantes anciennes repose sur plusieurs critères comme le milieu naturel ou le développement humain. En effet, les conditions naturelles dans lesquelles croissent les végétaux, conditionnent habituellement le type de plantes rencontrées. À Sainte-Marie d'Aulps, pour une surface restreinte, on observe une très grande diversité végétale pour une relative unité de sol et d’habitat ; ce phénomène est essentiellement dû aux aménagements monastiques en contexte naturel varié47.

4.3.2.1. Les aménagements monastiques

27Dès l’implantation sur le site, les moines ont aménagé les jardins en terrasses. Ces dispositions, courantes depuis l’Antiquité, mais très fréquentes en milieu alpin, ont permis de varier les expositions selon le relief et les utilisations, des plus ensoleillées aux plus ombreuses. Même si ce dispositif est aujourd’hui très endommagé, il n’en reste pas moins une grande diversité des lieux. Du fait des anciennes constructions, puis de leur abandon (effondrements, éboulis…), le sol présente aujourd’hui des caractéristiques physiques variées comprenant différents types d’agrégats permettant l’infiltration de l’eau ou au contraire, sa rétention. Le sol, de nature calcaire, est partout le même. Mais la présence d’éboulis localisés plus drainants, ou, à l’opposé, le passage d’un ruisseau, comme au sud des anciens jardins, favorisent la formation de zones plus humides voire aquatiques et créent différents biotopes favorisant une grande diversité végétale. Par ailleurs, un certain nombre d’espèces, adaptées au sous-bois, sont soit originaires de la région, soit importées de lieux plus éloignés. Il s’agit principalement d’anciennes plantes médicinales comme par exemple les Sceaux de Salomon (Polygonum Odoratum) (fig. 110) ou encore l’Hellébore fétide (Helleborus fœtidus) (fig. 111). Leur conservation est permise par l’abandon relatif du site. Elles se sont développées soit dans l’épaisseur des haies, à la faveur de la déprise des hommes sur les anciens jardins, soit au pied des murs les moins bien exposés.

Fig. 110 - Sceau de Salomon.

Fig. 111 - Hellébores.

28Si l’enclos monastique comprend quatre-vingt-dix-sept plantes différentes, les terrains environnants n’en comptent qu’une trentaine en moyenne. La grande diversité des espèces dans l’enceinte de l’abbaye est certainement due à l’introduction de plantes par les moines, qu’elles soient d’origine sauvage ou cultivée. Sur les quatre-vingt-dix-sept plantes recensées, seules quinze d’entre elles n’ont pas d’utilisation particulière et peuvent être rattachées à la flore spontanée. Les autres, quoique d’installation peut-être spontanée, peuvent être d’origine médiévale, car elles ont été très souvent cultivées durant cette période.

4.3.2.2. Les plantes alimentaires

29Trente-sept plantes ont été identifiées comme alimentaires. Avant le XVIe siècle, qui vit l’introduction en France de plantes en provenance d’Amérique du Sud, l’homme consommait une grande quantité de plantes locales ; certaines étaient ramassées dans l’environnement proche et d’autres étaient cultivées. Très rapidement, un grand nombre de ces plantes, dites de cueillette, sont devenues des plantes cultivées, que ce soit pour des raisons de commodité d’approvisionnement ou pour l’amélioration des qualités alimentaires. Ainsi, à l’abbaye de Sainte-Marie d’Aulps, plus d’un tiers des végétaux recensés sont consommables, alors qu’aujourd’hui ils ne sont plus utilisés dans l’alimentation.

4.3.2.3. Les plantes cultivées

30Huit plantes sont d’origine cultivée et proviennent de régions plus éloignées. Cependant, elles ont pu être introduites à des périodes anciennes, tout du moins antérieures au Moyen Âge. Il s’agit de la Grande Berce (Heracleum sphondilium), du Chénopode bon-henri (Chenopodium bonus-henricus) qui est un ancien légume, du Cresson de terre (Barbarea vulgare), de la Petite Pimprenelle (Sanguisorba minor), de la Grande Bardane (Arctium lappa), du Cerisier aigre (Prunus cerasus) qui auraient pu être introduites après le Moyen Âge, de la Grande Consoude (Symphytum officinale) (fig. 112) implantée dans les jardins et peut-être de la Valériane blanche (Valeriana officinalis) (fig. 113).

Fig. 112 - Grande Consoude.

Fig. 113 - Valériane blanche.

4.3.2.4. Les plantes médicinales

31Un très grand nombre de plantes a pu être utilisé à des fins médicinales. Soixante espèces d’origine sauvage ou cultivée ont été recensées. Il était fréquent, dans les abbayes comme dans les grandes demeures, de prélever des plantes médicinales dans la nature plus ou moins proche pour les planter dans les jardins afin de les avoir à portée de la main. Cette pharmacopée largement utilisée est encore citée tardivement dans les textes. Au XVIe siècle, par exemple, Olivier de Serres indique cette méthode comme l’un des meilleurs moyens pour soigner rapidement et à bon compte. Dans son Théatre d’agriculture et Mesnage des champs, l’auteur précise, dans un cadre laïc, que

  • 48 DE SERRES (O.), Théatre d’agriculture et mesnage des champs, 1605, réédition Actes Sud, 2001.

le jardin médicinal a pour rôle de mettre à disposition du Père de famille, les simples prélevées dans la campagne environnante, afin de les avoir toujours à disposition, mais il doit aussi présenter un certain nombre de plantes nouvelles ou exotiques, inconnues des anciens48.

32À Sainte-Marie d’Aulps, la grande proportion de plantes médicinales telles l'Alchémille (Alchemilla vulgaris) ou l’Épine-vinette (Berberis vulgaris) retrouvées sur le site relève de cette pharmacopée à usage domestique. Mais il n’est pas rare de constater que les monastères, dépositaires des savoirs antiques, avaient aussi vocation médicale. Ils développaient ainsi, comme peut-être à Sainte-Marie d'Aulps, d’importants jardins comptant quelques centaines de plantes médicinales.

4.3.2.5. Les plantes ornementales

33Bien que les jardins monastiques aient été créés à des fins principalement utilitaires, la dimension esthétique et parfois symbolique n’était pas oubliée. Dix-sept plantes ornementales ont été recensées. Un certain nombre d’entre elles, comme le Coucou (Primula veris), la Centaurée bleue (Centaurea montana) (fig. 114), la Pâquerette (Bellis perennis) dont le nom même est un hymne à ses qualités esthétiques, ou encore la Violette (Viola odorata) ont été largement représentées dans les enluminures médiévales. D’autres sont encore cultivées (ou le sont à nouveau) comme le Myosotis (Myosostis palustre) ou le Géranium des prés (Geranium pratense). Presque toutes d’origine spontanée, ces plantes n’ont pas moins occupé une large place dans l’ornementation des jardins médiévaux et ont été largement propagées par la culture.

Fig. 114 - Centaurée bleue.

4.3.2.6. Les plantes industrielles

34Seize plantes ont été recensées sous l’appellation de plantes industrielles. Il s’agit de végétaux dont l’emploi était réservé à un usage domestique (le récurage des plats avec le Gaillet grateron (fig. 115) ou la prêle par exemple), artisanal (utilisation du bois pour faire des objets particuliers ou une boisson avec les fruits) ou encore textile avec l’Ortie (Urtica dioica) dont les fibres, après avoir subi un traitement identique à celui du lin ou du chanvre, étaient tissées. Les plantes tinctoriales font également partie de cette catégorie : la couleur jaune provenait par exemple de l’écorce de l’Épine-vinette (Berberis vulgaris) ou des racines de la même Ortie.

Fig. 115 - Gaillet Grateron.

35Parmi les plantes recensées et déjà classées dans les différentes catégories énumérées ci-dessus, certaines sont révélatrices de l’activité domestique et quotidienne des moines. On relève ainsi les plantes condimentaires comme la Menthe d’eau (Mentha spicata) et le Cresson de terre (Barabarea vulgare). La plante fourragère, la Petite Pimprenelle (Sanguisorba minor) ont été cultivées massivement (surtout après le Moyen Âge) pour l’alimentation des animaux. Le Sceau-de-Salomon (Polygonatum odoratum) était utilisé comme cosmétique afin de blanchir la peau (fig. 116) et l’Alchémille (Alchemilla vulgaris) était employée dans les pratiques magiques.

Fig. 116 - Sceau de Salomon.

Le frère convers cistercien
Marianne Escoffier
Ayant méprisé les richesses de ce siècle, les nouveaux soldats du Christ, pauvres avec le Christ pauvre, commencèrent à se demander par quel moyen ils pourraient se soutenir et recevoir les hôtes riches et pauvres que la Règle prescrit de recevoir comme le Christ. Ils décidèrent qu’ils recevraient, avec la permission de leur évêque, des laïques convers portant la barbe et qu’ils traiteraient en tout comme eux-mêmes durant leur vie et à leur mort, à l’exception du monachat. Ils emploieraient aussi des mercenaires. Les moines ne pensaient pas pouvoir sans leur soutien observer pleinement de jour comme de nuit les préceptes de la Règle
(Exordium Parvum – Ch. XV).
Le frère convers est par essence un paradoxe de l’ordre cistercien, jusqu’à présent banalisé et globalement mal cerné. En soi, l’appellation répandue de « religieux laïc » dont il est l’objet, montre la difficulté de compréhension que nous opposent cette forme de vie religieuse et son inhérente contradiction.
L’introduction des frères convers chez les cisterciens n’est pas précisément datable, on peut cependant remarquer que leur institutionnalisation eut lieu durant les deux premières décennies du XIIe siècle, entre 1098 et 1119.
Toutefois, l’établissement de frères convers n’est alors ni une innovation de l’ordre cistercien, ni une exception : d’autres ordres possédant tous une volonté similaire de claustration et d’autonomie, y avaient eu recours avant lui. Employé au travail du domaine temporel de l’abbaye, le convers représente en effet une solution idéale au maintien de la clôture et au vœu de stabilité des moines. Il permet en même temps l’exploitation des ressources du monastère en dehors de son enceinte et donc le maintien de la complète autonomie de la communauté vis-à-vis des laïcs. À cette fin, les abbayes cisterciennes ont communément recruté un grand nombre de convers aux XIIe et XIIIe siècles, les affectant en deux groupes distincts : l’un, plus nombreux, est réservé aux différentes granges du domaine temporel et l’autre, plus restreint, à l’abbaye elle-même.
Il serait cependant réducteur de ne voir en eux que de simples travailleurs au service des moines. En effet, ce frère, qu’un grand nombre d’auteurs qualifient de « laïc », vit dans la clôture du monastère, prononce à l’issue d’un noviciat des vœux très similaires à ceux du moine et reçoit l’obligation de célébrer les Heures du jour et de la nuit. Les Usus conversorum du XIIe siècle montrent que moines et convers sont relativement semblables, tant sur le plan législatif que religieux. En treize de leurs vingt-trois chapitres, les cisterciens réussissent à établir une liturgie adaptée au frère convers. En effet, les Usus conversorum instaurent une coutume statique par nature à l’exemple de celle du moine, à un agent lui-même mobile puisque soumis à des contraintes mouvantes, propres à la nature des tâches qui lui incombent (travaux saisonniers, production, approvisionnement…). Ainsi, au quotidien, les Heures du jour peuvent être célébrées dans les champs, les ateliers ou quelques autres endroits des granges, sous la direction du convers le plus ancien de l’équipe de travail. Enfin, le groupe affecté à la gestion des granges, souvent éloignées de l’abbaye de plus d’une journée de marche, doit y résider. Celui-ci reçoit alors l’obligation de regagner la maison-mère chaque dimanche et jour de fête pour assister aux offices donnés à l’abbatiale avec le reste de la communauté. Ces mesures assurent au convers une observance religieuse minimum.
Le statut du frère convers s’établit à l’imitation de celui du moine. Et si une certaine adaptation est opérée — comme par exemple une réduction de la liturgie ou un relâchement de l’observance du silence durant les travaux — il n’en reste pas moins que sur bien des points le convers demeure fidèle au modèle du moine, la forme la plus aboutie de la vocation religieuse cistercienne. Malgré une diminution visible des obligations, la prescription de la prière au convers ne saurait laisser de doute quant à son état de religieux à part entière.
La nature paradoxale du frère convers se retrouve à l’observation conjointe des textes et du bâti dans la clôture : les espaces qui lui sont dévolus, à l’image de la législation et de la liturgie, se calquent autant que possible sur ceux du moine. Mais, s’ils s’intègrent à la clôture, ils ne se confondent pas pour autant avec elle. En effet, l’espace de vie des convers, bien défini dans l’enceinte du monastère, se distingue nettement de celui des moines. Selon la configuration la plus répandue, il forme un ensemble couramment appelé « aile des convers », comprenant des bâtiments de taille souvent conséquente. Cette dernière referme le carré monastique en venant se placer parallèlement à la galerie ouest du cloître. Plus que le positionnement par rapport au cloître — ce dernier soumis à la topographie du site peut connaître quelques variations — la constante la plus remarquable est celle de la nature des espaces réunis dans ces bâtiments réservés aux frères convers et leur agencement.
Différentes fonctions sont souvent matérialisées en un seul corps de bâtiment. Ainsi, lorsque le cellier principal du monastère et le réfectoire des frères convers sont réunis au rez-de-chaussée, ils peuvent s’articuler grâce à un passage transversal qui donne accès au cloître. L’étage est presque toujours occupé dans sa totalité par le dortoir des frères convers. Cet espace de vie se complète par des latrines et parfois une infirmerie qui leur est réservée. Une autre constante est la liaison de cet ensemble bâti avec l’abbatiale. C’est, notamment le cas du dortoir qui possède son propre système de circulation, nettement différencié de celui des moines. Car à l’image de ces derniers, les convers peuvent assister à l’office de jour comme de nuit.
Le parallèle entre les bâtiments des moines et ceux affectés aux convers — dans certaines abbayes ils sont quasiment construits en miroir — est alors inévitable. Il met en évidence l’aspect similaire des vies de chacun, en soulignant leurs dissociations. Ce cloisonnement des deux groupes de religieux se retrouve dans plusieurs endroits du monastère. Dans l’abbatiale, les convers disposent de leur propre chœur, séparé de celui des moines par une barrière ; dans le cimetière, les inhumations se font selon une sectorisation de l’espace qui isole les convers ; enfin, les textes nous apprennent que chaque dimanche, il est prescrit aux convers de tenir leur propre chapitre au même horaire que celui des moines, mais en un lieu qui leur est propre.
Les convers ont donc leur place dans l’enceinte du monastère. Leur vie y est tellement similaire à celle des moines que l’on doit hésiter, même si leur contact avec le monde séculier par le domaine temporel de l’abbaye est important, à les qualifier de « laïcs ». L’expression « deux communautés sous un même toit » prend alors tout son sens.
À l’image de Sainte-Marie d’Aulps, la majorité des monastères n’ont pas conservé de traces de l’implantation des bâtiments de leurs frères convers. C’est à partir du bâti conservé dans les granges — et l’on comprend dès lors pourquoi ce sont les aspects laborieux et laïcs de leur condition qui ont été principalement retenus — qu’il nous faut isoler des éléments susceptibles de nous renseigner sur le statut des frères convers. Lorsqu’ils ont été conservés ou retrouvés en fouille, ces bâtiments des convers livrent de véritables quartiers de vie destinés à une partie de la communauté.
Sur le site de l’abbaye d’Aulps, la présence de ces bâtiments disparus est détectable grâce à des indices topographiques ou architecturaux. En effet, la présence de la « porte des convers » (fig. 104) permet de retracer une partie du système de circulation des frères convers et peut indiquer l’emplacement de leur secteur de vie. La topographie de ce site de montagne permet de le localiser en contrebas et au sud-est de l’église, en surplomb du secteur artisanal. Le choix d’un emplacement situé en contrebas, certes dû à la configuration du terrain, accentue la différenciation des espaces respectifs du moine et du convers. Mais il installe, par ailleurs, une hiérarchisation physique des bâtiments selon leur fonction.

  • 49 Les mesures utilisées sont la livre : 489 grammes ; la coupe de froment mesure de Genève : 79,34 li (...)

Quarts de poules et pots de vin blanc. Dans les cuisines d’Aulps en 1524
Arnaud Delerce
Un règlement de 1524 atteste d’un certain relèvement matériel de l’abbaye d’Aulps. Depuis l’incendie de 1484, le cloître a été reconstruit. Les traitements des prébendiers sont fixés. Mais c’est à la composition des repas que les rédacteurs apportent un soin tout particulier. Ascèse et sobriété des siècles précédents ne sont alors plus que de lointains souvenirs.
1524 octobre 4. Transaction entre l’abbé commendataire d’Aulps Angelo Dovizi [da Bibbiena] représenté par son procureur François Maradin et Pierre de Saint-Jeoire, prieur claustral d’Aulps, au nom des moines de l’abbaye.
Regeste : Arch. dép. de Savoie, SA 3435. Archives camérales (fonds de l’ancienne Chambre des comptes de Savoie), fol. 131v° - 133v°, n° 849.
[fol. 131v°] Transaction et accord passé par devant m [aîtr] e Bernard Boullet cytoyen de Geneve le 4 8bre 1524 entre magnifique et genereux seig [neu] r Francois Maradin en quallitte de procureur de r [évére] nd seig [neu] r Angelin de Divitiis abbe commandataire perpetuel de l’abbaye d’Aux eta les ven [éra] bles seig [neu] rs relligieux de la ditte abbaye concernant vestement et nourriture des dicts relligieux, novices et prebandiers d’ycelle abbaye par laquelle transaction est dict premierement qu’apres la grande messe en sonnant la clo [ch] e l’on aye soin que le repas des dicts relligieux soit preparée dans le refectoir par le cuisinier qui sera estably par le dict seig [neu] r abbe et qu ‘ ils soient assis tous d’un coste mangeant leur portion avec silence et honnetteté.
Item qu’a chasque repas il serat ballie a chascun d’yceux une livre49 de chair de boeuf soit de veau au temps qu’on les tué, dans laquelle livre est comprise la chair sallé de bœuf [fol. 132r°] ou de pourceau qu’on leur ballierat. Plus chascun d’yceux aura demy livre de mouton ou de chevrot selon la saison chasque jour de dimanche et de jeudy pour le disner et souper outre la chair de boeuf et le sallé, en sorte touttefois que de quelle chair que se soit, chaque relligieux n’en aye en tout qu’une livre par repas comme est dict.
Item les mercredy, vendredy et sammedy, chasque relligieux aura un oeuf a la coque et un pottage de legume le mattin et au beurre le soir, deux œuf au beurre ou fricassé ou du poisson a leur place et a la fin un quart de livre de fromage pour chasque repas. Item chasque relligieux aura trois miches de pain au
disner et autant au souper en sorte qu’il y aye deux centz miches a une couppe de froment mesure de Geneve ou bien cent cinquante a la mesure de Thonon, lesquelles led [i] t seig [neu] r abbe fera faire a ses despens et ce qui restera dudict pain ils le pourront gardé pour leur goutté mais non pas les reste de la pitance. Item chasque relligieux aura un pot de vin blanc pour son disné et autant pour le soupé a la mesure d’Aux et ce qu’il leur restera dudict vin ils le pourront garder pour leur goutte.
Et au iours de jeune ordonne par l’esglise et par la regle, chascun aura pour le disné quattre miches de pain et un œuf et un quart de livre de fromage ou de seras outtre la pitance ordinaire et demy [fol. 132v°] pot de vin outre l’ordinaire et la collation du soir ils auront deux a deux une miche de pain et demy pot de vin.
Et aux festes de Noel, de la Circonsision, de l’Epiphanie, de Pasques, de l’Assension, de la Trinitté, de l’Ucaristie, de Pentecoste, et aux festes de la Vierge scavoir de la Conception, Nativite, Annonciation, Puriffication et Assomption, de la Nativite de s [ain] t Jean Baptiste, de S [ain] t Benoict, de S [ain] t Bernard, de S [ain] t Garin, de la Dedicasse et de Toussainctz, chasque relligieux aura pour son disné ou pour son soupé, ainsy qu’il aymera mieux outre sa pittance ordinaire le quart d’une poulle ou d’un chapon que s’il le veut garder pour son gousté, on luy fera un pottage pour son disner ou l’on y mettra a trois gros d’espieces pour tous ou bien au contraire ils auront la ditte poulle ou chapon au disner et le dit pottage au souper. Que si en quelques uns de ses iours l’on ne mange pas de la chair, on leur donnera du poisson si on en peust treuver outre leur pittance ordinaire ou bien d’autre pittance si on ne trouvoit point du poisson en la place des dicts poulles ou chapons.
Item pour le Caresme, on reserve a un autre iour auquel on disposera de ce qu’on devrat ballier aux dicts relligieux pour leur pittances.
Item au temps d’hyvert, le dict seig [neu] r abbe leur fournira pour chasque soupés six chandelles et des le premier coup de mattines un forneau asses spacieux pour chauffer tous les [fol. 133r°] relligieux a la sortie des dittes mattines et dans le iour un poile chaud pour leur refection et le reste des dittes chandelles demeurarat audit seig [neu] r abbe sauf le reste d’une pour accompagner le prieur hors des cloistres et pour les malades qu’il leur soit pourveu d’un bon medecin selon la necessitté en sorte qu’il ne souffre aucunne indigence […].

Notes

46 AD Haute-Savoie, 2 E 9648, Minutier du notaire Guérin Vulliez du Biot, f8 97-98. Transcription revue par Didier Méhu.

47 La plupart de ces espèces sont généralement rencontrées dans des biotopes très différents (sols, expositions, quantité d’eau disponible).

48 DE SERRES (O.), Théatre d’agriculture et mesnage des champs, 1605, réédition Actes Sud, 2001.

49 Les mesures utilisées sont la livre : 489 grammes ; la coupe de froment mesure de Genève : 79,34 litres ; la coupe de froment mesure de Thonon : 54 litres ; le pot de vin mesure d’Aulps : 1,3 litres ; le gros : 3,8 grammes.

Table des illustrations

Légende Fig. 95 - Plan du monastère de Saint-Gall.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2757/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 96 - Abbaye d’Aiguebelle (Drôme). Frère Anselme (boulangerie).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2757/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 97 - Cloître de Fontenay (Côte-d’Or).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2757/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 98 - Cloître et entrée de la salle capitulaire de Fontenay (Côte-d’Or).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2757/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 99 - Cloître de Silvacane (Bouches-du-Rhône).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2757/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 100 - Lavabo du cloître de Silvacane (Bouches-du-Rhône).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2757/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 101 - Entrée de la salle capitulaire. Cloître de Fontenay (Côte-d’Or).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2757/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 102 - Abbaye de Fontenay (Côte-d’Or). Vue de l’est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2757/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 103 - Dortoir de l’abbaye de Fontenay (Côte-d’Or).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2757/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 104 - Porte des convers.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2757/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 105 - Cloître. Emplacement présumé de l’aile des convers.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2757/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 106 - Plan du cloître moderne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2757/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 107 - Abbatiale vue de l’est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2757/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 108 - Plan de l’abbaye Sainte-Marie d’Aulps vers 1736, dit plan Gonthier.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2757/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Légende Fig. 109 - Verger sous la neige.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2757/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 110 - Sceau de Salomon.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2757/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 111 - Hellébores.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2757/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 112 - Grande Consoude.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2757/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 113 - Valériane blanche.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2757/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 114 - Centaurée bleue.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2757/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 115 - Gaillet Grateron.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2757/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 116 - Sceau de Salomon.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2757/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 161k

© Alpara, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540