Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sainte-Marie-d'Aulps. Une abbaye cistercienne en pays savoyard

 | 
Anne Baud
, 
Joëlle Tardieu

Chapitre 3. L’abbatiale Sainte-Marie d’Aulps un chantier entre traditions et innovations

Anne Baud, Emmanuelle Chevalier, Emmanuelle Boissard et Cécile Lerebourg

Texte intégral

1L’abbatiale constitue le cœur de l’abbaye. Dans ce lieu consacré, la communauté monastique se retrouve pour prier en silence, chanter les psaumes du temps liturgique et célébrer la messe. Plus que dans tout autre ordre religieux, les églises cisterciennes comportent des caractéristiques communes telles que l’organisation du plan, le dépouillement des murs ou le thème floral récurrent des sculptures. Sainte-Marie d'Aulps est aujourd’hui grandement ruinée ; toutefois ses vestiges ne laissent pas indifférent le visiteur de passage : au-delà de l’évocation d’un passé prestigieux, ils sont le reflet d’une histoire spirituelle et intemporelle.

3.1. Description de l’abbatiale

3.1.1. Une église de « type bernardin »

2Sainte-Marie d’Aulps présente un plan à transept et chevet plat, le plus souvent qualifié de « bernardin » (fig. 39 et 40). Pour évoquer l’élévation disparue, on peut se référer aux chevets d’abbatiales mieux conservées, comme, à titre d’exemples, celui de Mégemont (Puy-de-Dôme) (fig. 41) et celui de Valcroissant (Drôme) (fig. 42). Sa longueur totale est de 55 m. Le vaisseau principal (34 m x 21 m), établi sur trois nefs à cinq travées, ouvre sur un transept de 29,50 m de long. À l’est, l’église se termine par un sanctuaire carré, flanqué de part et d’autre de deux chapelles à fond plat. Ce plan traditionnel est particulièrement répandu au XIIe siècle dans les premiers monastères cisterciens. Il se caractérise par une grande simplicité que l’on peut sans doute attribuer à une volonté de dépouillement total, chère à la vocation monastique. Cette vertu, toute cistercienne, est particulièrement prônée par Bernard de Clairvaux. Ainsi, en Savoie et autour du lac Léman, l’ensemble des abbayes d’hommes affiliées à Clairvaux ou à Fontenay avant 1153 adopte très souvent ce plan à chevet plat : Bonmont et Hauterive (Suisse), Hautecombe (Savoie) ou Balerne (Jura), La Bénisson-Dieu (Loire) et peut-être Chézery (Ain). Outre ces exemples régionaux, il existe de nombreuses abbatiales cisterciennes, également issues des premières filiations, qui ont été édifiées selon ce même plan. Parmi elles, on nommera Lescale-Dieu (Hautes-Pyrénées), fille de Fontenay (Côte-d’Or) ; Silvacane (Bouches-du-Rhône), fille de Morimond (Haute-Marne) ; Noirlac (Cher), fille de Clairvaux (Cher), ou Casamari et Fossanova en Italie.

Fig. 39 - Plan de l’abbatiale Sainte-Marie d’Aulps.

Fig. 40 - Vue de la nef de Sainte-Marie d’Aulps depuis la galerie occidentale.

Fig. 41 - Abbatiale de Mégemont (Puy-de-Dôme).

Fig. 42 - Abbaye de Valcroissant (Drôme).

3Contrairement à la conception du plan, le choix des élévations ne répond pas uniquement à des critères liturgiques, mais est également tributaire de références typologiques. Comme on l’observe sur le mur nord subsistant encore sur trois travées, l’élévation intérieure de la nef de Sainte-Marie d’Aulps était ordonnée sur trois niveaux (fig. 8, 43 et 44) : les grandes arcades, le faux triforium et les fenêtres hautes. Au revers de la façade, le faux triforium se poursuit en une galerie à balustrade au-dessus de la grande porte (fig. 45) ; ce passage occidental constitue le nœud stratégique de la circulation en hauteur. En effet, la galerie donnait accès aux combles des bas-côtés (fig. 46, 46 bis). Elle est desservie par un escalier en vis (fig. 47) aménagé dans une tourelle au nord-ouest de la façade qui conduisait jusqu’à l’extrados de la voûte principale et la charpente supérieure (fig. 44). Cette disposition se retrouve dans d’autres églises cisterciennes comme par exemple en l’abbatiale de Longpont (Aisne). Le faux triforium, quant à lui, est aménagé dans l’épaisseur du mur sous forme de niches successives créant ainsi l’illusion architecturale d’un couloir de circulation (fig. 43, 44 et 46). Ces niches ouvrent sur la nef par l’intermédiaire de deux arcades géminées légèrement brisées, tandis que des lucarnes, percées dans le mur du fond, assuraient la ventilation des combles. Si ce système d’aération est fréquent dans l’architecture monastique, l’organisation du faux triforium constitue un cas typologique plus rare dans l’architecture cistercienne. En effet, dans l’abbatiale de Villers-la-Ville (Belgique), ce sont des arcatures aveugles qui se situent au niveau intermédiaire de l’élévation, alors que Fossanova, Casamari ou San Galagano en Italie, présentent, directement à cet étage, des lucarnes d’aération. L’exemple le plus proche de Sainte-Marie d’Aulps est sans doute l’abbatiale Notre-Dame d’Abondance, abbaye voisine d’obédience augustinienne qui possède également un faux-triforium. Au-delà de sa fonction structurelle, cet élément architectural traditionnellement qualifié de décoratif, comporte une signification d’ordre liturgique. Brisant, en effet, la monotonie de l’élévation de la nef, le faux triforium renforce à dessein la monumentalité du lieu.

Fig. 43 - Élévation nord de la nef de Sainte-Marie d’Aulps. Parement intérieur.

Fig. 44 - Abbatiale Sainte-Marie d’Aulps vue de l’est.

Fig. 45 - Revers de la façade. Galerie haute.

Fig. 46 - Faux-triforium depuis la galerie haute.

Fig. 46 bis - Faux-triforium, plan et coupe.

4L’escalier qui dessert les différents niveaux de l’abbatiale est construit selon la technique des marches radiales autoportantes ou portant noyau (fig. 47 et 48). Chacune est composée d’un bloc unique qui, à une extrémité, forme la section du noyau central et à l’autre, s’insère dans le parement du mur. L’arête intérieure est chanfreinée pour augmenter l’échappée. Le diamètre interne de l’escalier est légèrement inférieur à 1,60 m ; les marches ont 20 cm de hauteur. L’ensemble de la construction est réalisé en grand appareil de tuf, tandis que la voûte est coffrée et maçonnée.

Fig. 47 - Escalier en vis de la tourelle nord-ouest.

Fig. 48 - Escalier en vis de la tourelle nord-ouest. Plan et développé.

3.1.2. Une façade monumentale, un choix liturgique

5La façade de Sainte-Marie d’Aulps, aux proportions particulièrement élancées, est conforme au souci de monumentalisation que l’on observe dans le vaisseau principal de l’église. Encadrée par deux puissants contreforts, elle se divise en quatre niveaux distincts (fig. couverture, 49 et 50) : le portail, la galerie aveugle, la rose et la fenêtre haute installée dans le pignon du mur. Au nord, le contrefort masque la tourelle d’escalier mentionnée plus haut, justifiant l’importance du massif. Le portail occupe le premier niveau de la façade. Largement ébrasé, il est protégé par une archivolte à cinq voussures brisées (fig. 51) ; les arcs successifs reposaient sur une série de colonnettes aujourd’hui disparues. Seuls leurs chapiteaux (fig. 52, 53 et 54) et les bases (fig. 55 et 56) sont encore conservés. Le tympan protégé par l’archivolte est actuellement dénué de tout décor. Au cours des fouilles, le dégagement de la partie basse des murs a permis d’entrevoir la façade dans toute son ampleur et plus spécialement son décor inférieur. Ainsi, un système de mouluration chanfreinée est apparu de part et d’autre du portail, ayant pour principal objectif la valorisation de l’accès (fig. 57 et 58). Au-dessus de la porte, le second registre de la façade, correspondant à la galerie intérieure de l’église, est établi selon un léger retrait. Le troisième registre est, quant à lui, entièrement occupé par une rose inscrite sous un vaste arc de décharge porté par des colonnettes à chapiteaux. La rose est formée de cinq oculi de même diamètre, chanfreinés et disposés en croix, et de quatre autres plus petits, également chanfreinés et placés dans les écoinçons (fig. 59). Elle devait être comparable à l’ancienne rose de Bonmont, l’abbaye-sœur (fig. 60). Enfin, la façade s’achève par un mur-pignon visiblement surélevé ultérieurement de plusieurs assises lors de la reconstruction de la toiture. Une petite baie en plein cintre permettait l’aération des combles supérieurs.

Fig. 49 - Façade occidentale avant l’orage.

Fig. 50 - Revers de la façade occidentale.

Fig. 51 - Portail de la façade occidentale.

Fig. 52 - Portail. Détail des chapiteaux et des retombées sud de l’archivolte.

Fig. 53 - Portail. Détail des chapiteaux et de l’imposte au nord.

Fig. 54 - Portail. Détail des chapiteaux et de l’imposte au nord.

Fig. 55 - Portail. Détail des bases de colonnes au nord.

Fig. 56 - Portail. Détail des bases de colonnes au nord.

Fig. 57 - Façade. Angle avec le contrefort. Parties basses.

6Les relevés archéologiques de la partie inférieure du parement extérieur de la façade ont mis en évidence diverses reprises et remaillages. Ceux-ci trahissent un remaniement important de l’emmarchement. À l’origine, un premier escalier monumental d’une dizaine de marches occupait la partie centrale du mur soit sous la forme de degrés rectangulaires, soit de degrés convexes (fig. 58). Le parvis primitif se situait ainsi à 2,50 m en dessous du sol actuel. Plus tard, sa reconstruction à mi-hauteur de l’emmarchement a modifié l’accès à l’abbatiale. Le nouveau parvis, desservi par un ou deux escaliers latéraux, permit d’aménager un porche dont les trous d’ancrage sont encore visibles sur le mur de façade.

Fig. 58 - Façade. Angle avec le contrefort. Parties basses.

Fig. 59 - Rose occidentale.

Fig. 60 - Abbatiale de Bonmont (Suisse).

3.1.3. Des voûtes « cisterciennes »

7La nef et les bas-côtés de l’église étaient couverts de voûtes d’ogives ainsi qu’en témoignent encore certains arrachements de maçonnerie (fig. 61) et les clefs cruciformes retrouvées par l’abbé Alexis Coutin (fig. 62 et 63). Ces dernières laissent supposer des ogives massives, de section carrée avec les angles visibles simplement abattus (fig. 77). Par comparaison avec d’autres églises cisterciennes, comme Hauterive, Acey, Noirlac ou Casamari, on suppose que les bras et la croisée du transept étaient voûtés selon le même principe à une hauteur équivalente (fig. 64 et 65). La retombée des ogives s’effectuait au niveau du bandeau supérieur, à la hauteur de l’amortissement des doubleaux (fig. 43 et 61) sur un simple dosseret. Selon les quelques exemples conservés, les doubleaux à simple rouleau s’achevaient par des chapiteaux sculptés posés sur des culs-de-lampes (fig. 66-68). À l’instar d’un grand nombre d’églises cisterciennes, ce mode de voûtement permet de libérer la base des piliers de la nef de toute forme de support engagé. De cette technique confirmée résulte un espace sobre et unifié dans lequel les stalles du chœur monastique prennent « liturgiquement » place dans la nef. Le couvrement des chapelles peut s’envisager encore une fois selon le modèle de Noirlac. La chapelle axiale comprenant la double travée du sanctuaire serait ainsi voûtée en berceaux brisés tandis que les chapelles latérales auraient été couvertes d’arêtes ou bien encore de berceaux brisés (fig. 69) selon l’exemple d’Obazine (Corrèze).

Fig. 61 - Élévation nord de la nef de Sainte-Marie d’Aulps. Parement intérieur.

Fig. 62 - Clef de voûte de Sainte-Marie d’Aulps.

Fig. 63 - Clef de voûte.

Fig. 64 - Restitution par Cécile Lerebourg de l’état médiéval d’après les descriptions anciennes.

Fig. 65 - Restitution par Cécile Lerebourg. Les ouvertures des baies ont été restituées à partir de gravures anciennes. Le clocher est dessiné dans son état XVIIe siècle.

3.1.4. Le décor sculpté

8La destruction de l’église au cours du XIXe siècle a entraîné la dispersion et bien souvent le réemploi d’un grand nombre de pierres taillées dans les constructions modernes environnantes, églises ou maisons. Peu d’éléments sculptés ont été conservés en place. Au début du XXe siècle, l’abbé Coutin avait dégagé des décombres de l’abbatiale des clés de voûte qui sont aujourd’hui présentées in situ sur les piliers dérasés (fig. 62, 63, 76 et 77).

9L’ensemble des sculptures de Sainte-Marie d’Aulps présente les motifs caractéristiques de l’art cistercien. La plupart sont inspirés de thèmes végétaux et floraux dans lesquels nous retrouvons la fleur de cistel (fleur d’eau) qui a donné son nom à Cîteaux. Cependant, ces sculptures sont toutes différentes. Le chapiteau à crochets constitue le motif le plus répandu. Dans la nef, par exemple, sur les trois chapiteaux conservés dans l’élévation nord, deux présentent une corbeille composée d’un double registre de palmettes à crochets (fig. 66, 67) ; les chapiteaux du faux triforium, ainsi que les sculptures moins visibles des colonnettes de la rose comportent seulement des palmettes à crochets d’angle (fig. 70-73). Les chapiteaux du portail (fig. 52-54), bien que reprenant le même thème végétal, développent un décor plus raffiné qui trahit une certaine maturité stylistique. En effet, les corbeilles sont plus élancées. Ornées de longs pétales nervurés, elles s’achèvent par de minces crochets angulaires se détachant légèrement de la corbeille. Dans tous les cas, une petite feuille plate ponctue le centre du chapiteau soit dans sa partie supérieure, soit dans sa partie inférieure. Le troisième chapiteau de la nef, situé à proximité du chœur liturgique, se distingue des autres sculptures par un décor de palmettes à rubans perlés (fig. 68). Le soin apporté à sa réalisation se retrouve dans la base du culot composé de redents décroissants. Il faut également citer les chapiteaux retrouvés par l’abbé Coutin dans les gravats de l’église et encore présentés aujourd’hui dans la nef (fig. 74 et 75). Bien que l’on ne connaisse précisément pas leur localisation originelle, ils correspondent à des piliers engagés et comporte un thème à palmettes sous une forme simplifiée et plus massive que les précédents. Se trouvaient-ils dans le transept ou bien encore dans les collatéraux ? Il est difficile de trancher. Grâce à l’échafaudage dressé jusqu’au pignon de la façade, les petits chapiteaux de la rose ont pu être observés avec attention : au nombre de quatre — deux à l’intérieur et deux à l’extérieur — ils furent sculptés sur le modèle des chapiteaux à palmettes évoqués précédemment (fig. 70-73).

Fig. 66 - Élévation nord de la nef. Culot du dosseret de la première travée.

Fig. 67 - Élévation nord de la nef. Culot du dosseret de la deuxième travée.

Fig. 68 - Élévation nord de la nef. Culot du dosseret de la troisième travée.

Fig. 69 - Plan avec restitution du voûtement d’ogives.

Fig. 70 - Façade occidentale extérieure. Rose. Chapiteau nord.

Fig. 71 - Façade occidentale extérieure. Rose. Chapiteau sud.

Fig. 72 - Façade occidentale intérieure. Rose. Chapiteau nord.

Fig. 73 - Façade occidentale intérieure. Rose. Chapiteau sud.

Fig. 74 - Chapiteau déposé et présenté dans l’église.

Fig. 75 - Chapiteau déposé et présenté dans l’église.

10Parmi les quatre clefs de voûtes (fig. 62, 63 et 76) conservées qui complètent le décor sculpté de Sainte-Marie d’Aulps, deux d’entre elles comportent également un motif floral encore visible. Si le premier présente un bourgeon formé de quatre pétales protégés par huit feuilles (fig. 63 et 77), le second est orné d’une fleur stylisée qui s’épanouit sur trois niveaux de pétales nervurés (fig. 62). Par ailleurs, plusieurs sculptures provenant de l’abbatiale ont été réemployées dans les constructions des environs. Les plus remarquables ornent le petit porche de la façade de la chapelle d’alpage de Graydon (fig. 78), située à quelques kilomètres de l’abbaye. De facture identique, ces chapiteaux développent un décor floral à crochets de même typologie.

Fig. 76 - Clef de voûte.

Fig. 77 - Clef de voûte.

Fig. 78 - Chapiteau en remploi dans la chapelle de Graydon.

3.2. De la construction à la consécration

11Si nous connaissons la date de consécration de l’abbatiale, le 26 mai 1212, nous ignorons la date de sa fondation et la période à laquelle le chantier fut définitivement achevé. L’étude globale du bâtiment — plan, élévations et décor sculpté — permet cependant d’envisager une période recouvrant la deuxième moitié du XIIe et le premier tiers du XIIIe siècle. L’église serait alors construite ou plus exactement reconstruite après l’intégration de l’abbaye dans l’ordre cistercien ; ce changement de statut a pu en effet justifier l’édification d’une nouvelle abbatiale, d’autant plus qu’il est suivi, quelques années plus tard, par le décès de l’abbé Guérin. Grâce à l’étude archéologique des élévations, la provenance des matériaux, le choix de l’appareil et l’organisation du chantier en différentes phases ont pu être appréhendés ; cette étude constitue une première analyse que seule la fouille à l’intérieur du bâtiment aurait pu compléter.

3.2.1. Les matériaux de construction

12À l’instar de la plupart des églises édifiées en milieu montagnard, Sainte-Marie d’Aulps est construite exclusivement en pierre ; comme dans la plupart des cas, le choix des roches utilisées n’est guère fortuit. Lié à des traditions régionales, celui-ci dépend de plusieurs facteurs parmi lesquels la géologie locale et la difficulté des transports en montagne. Si plusieurs carrières sont théoriquement exploitables dans le cadre d’un chantier de construction, la question de leur propriété, ou bien celle du coût engendré par le transport, constituent de sérieuses contraintes qu’il est ici difficile de mesurer en l’absence de sources textuelles. L’observation des murs indique cependant que les diverses pierres ont été réparties sur l’ensemble du monument en fonction de leur qualité respective comme la dureté ou la taillabilité.

3.2.1.1. De l’approvisionnement en pierre au choix de l’appareil

13La recherche de l’origine géologique des pierres de Sainte-Marie indique que la majorité des roches utilisées dans les murs de l’abbatiale proviennent des environs immédiats du monastère, à l’exemple d’un grand nombre d’édifices construits en Chablais entre le XIe et le XIIIe siècle. Ceci implique une gestion simplifiée des matériaux et sans doute un coût raisonnable.

14À la fin du XIIe siècle, les constructeurs ont utilisé trois matériaux principaux : le tuf, les « couches rouges » (fig. 79) et les galets torrentiels que l’architecte des premières restaurations appelle « boulets » ; plus tard, un quatrième, le malm, est employé dans les restructurations ponctuelles du chevet.

Fig. 79 - Angle nord-ouest de l’église. Détail du moyen appareil issu des « couches rouges ». Taille brettelée.

15Si la nature des roches n’est pas indifférente à leur utilisation (fig. 81), elle implique certaines techniques de taille et par conséquent diverses formes d’appareil.

Le tuf (fig. 46 et 80)

16Le tuf est très répandu dans l’architecture alpine et plus particulièrement dans la construction des voûtes en montagne. Il est le résultat de concrétions calcaires déposées à proximité de sources pétrifiantes. Ce matériau poreux offre de grandes qualités constructives car il est léger, non gélif et très résistant à la compression. Facile à tailler, il est néanmoins sujet à l’érosion. L’exploitation des carrières de tuf est possible dans divers lieux autour de l’abbaye ; elle est attestée dans la vallée du Giffre, près de Saint-Jeoire-en-Faucigny, à 25 km au sud de Saint-Jean-d’Aulps, mais il est vraisemblable que les moines ont exploité un gisement plus proche, peut-être à l’emplacement même de l’abbaye. Le tuf a été utilisé dans trois cas précis : le premier correspond aux piliers, aux arcs qui, pour des raisons de solidité évidentes, sont montés en grand appareil et aux contreforts sur la partie visible des murs gouttereaux, soit au-dessus des bas-côtés ; le tuf est tout particulièrement adapté aux éléments architectoniques à cause de son excellente résistance à la compression. Le deuxième cas s’applique aux parties monumentales, autrement dit le parement extérieur de la façade et les parements intérieurs de la nef. Ces élévations, décrites précédemment, voient leur monumentalité renforcée par l’utilisation du grand appareil à l’instar d’un grand nombre de bâtiments religieux ou profanes. En troisième, on citera les chapiteaux et les clés de voûtes. Hélas, depuis la destruction du bâtiment, la sculpture, exposée aux vents et aux pluies, a tout particulièrement souffert de l’érosion. Le tuf, ainsi employé, aussi bien dans la sculpture (fig. 70, 74 et 76) que dans le moyen et le grand appareil (fig. 46), semble obéir à des règles de chantier visant essentiellement l’efficacité de la mise en œuvre. Les gisements de tuf se présentent, en effet, sous forme de nappes plus ou moins épaisses dans lesquels le carrier tire de gros modules. Lors de la construction des murs, tailleurs et maçons ont ici recherché l’utilisation optimale du bloc en l’utilisant dans toute sa capacité au détriment d’un appareillage régulier. Il en résulte alors d’importants décrochements dans les assises. Pour des raisons uniquement esthétiques, le tailleur procède également à des reprises in situ. C’est l’exemple de l’arc surbaissé qui surmonte la porte des convers (fig. 104) : étant composé de claveaux de dimensions différentes, les pierres situées aux extrémités de l’arc présentent de faux-joints gravés simulant la régularité des voussoirs. En outre, un grand nombre d’éléments architecturaux comme les corniches, les bandeaux ou les colonnettes ont été sculptés dans le tuf. Facilement taillable, ce matériau est également exploité pour tous les éléments architecturaux comme les baies du faux triforium ou la rose occidentale, elle-même composée de quatre segments. On relève quelques cas de standardisation notamment au niveau des éléments de corniches qui ont fait l’objet d’une taille en série (cf. encart ; fig. 82). Certaines pierres présentent des traces de layage attestant l’emploi du marteau taillant pour dresser les parements.

Fig. 80 - Grand appareil taillé dans du tuf. Détail.

Fig. 81 - Façade occidentale intérieure. Répartition des matériaux.

Standardisation des blocs
Emmanuelle Boissard
Dans la construction médiévale, certains éléments font l’objet d’une standardisation précoce. Ainsi les blocs moulurés des deux bandeaux horizontaux qui soulignent l’élévation tripartite de la nef ont-ils dû être taillés en série. De largeurs diverses, mais de faible hauteur et de longueur suffisante pour pénétrer largement dans la maçonnerie et former le plafond des niches du faux triforium, des pierres ont été sélectionnées pour recevoir la moulure sur leur boutisse, les autres surfaces restant grossièrement dressées.
Un autre exemple, plus abouti, de taille en série apparaît dans le bandeau mouluré qui ceint les piliers de la nef au niveau de la retombée des grandes arcades, en s’interrompant de part et d’autre du dosseret continu du côté du vaisseau central. Pour suivre la succession des dosserets et ressauts intermédiaires des piliers, ce bandeau développe différentes solutions. La plus simple consiste à utiliser de gros blocs pour y tailler les trois faces d’un dosseret, auxquelles s’ajoutent parfois les deux faces d’un ressaut (fig. 82). Une autre se rencontre dans l’adoption d’un module répété à plusieurs reprises, petit bloc parallélépipédique dont deux faces seulement sont taillées. L’enchaînement de deux de ces modules permet d’habiller les deux ressauts successifs d’un pilier, pour s’associer ensuite aux blocs des dosserets. Ces modules se déclinent en deux versions symétriques, selon la partie du pilier qu’ils occupent. C’est certainement le même panneau qui a été utilisé pour guider la taille : il est simplement appliqué dans un sens puis inversé. Cette normalisation préconisée dès la taille permet de constituer un stock d’éléments disponibles à la construction.

Fig. 82 - Modules des éléments de bandeau.

Les « couches rouges »

17Les « couches rouges » sont constituées à la fois de calcaires fins de formation tertiaire à tendance argileuse et de schistes-marneux de couleur rouge à violacée. D’une grande dureté, ce matériau, par sa formation, est également très résistant au gel. Il a été de ce fait très utilisé pour les ouvrages hydrauliques. La pierre provient de gisements (fig. 83) qui se présentent sous la forme de bancs minces se délitant facilement. Il est possible que les moines aient exploité les gisements du Thex et de la Chaux situés à moins de dix minutes au nord de l’abbaye. Comme pour le tuf, ce matériau est utilisé dans des lieux bien précis de l’architecture.

Fig. 83 - Gisement de « couches rouges ». Route de Seytroux.

18Son choix répond tout particulièrement aux problèmes climatiques rencontrés en milieu alpin ; très compacte, cette roche résiste fort bien aux effets de la pluie, de la neige, des ruissellements d’eau, du froid et enfin du gel. On relève plusieurs exemples significatifs comme l’ébrasement du portail, les bases des colonnettes de la façade ou les ressauts de fondation des piliers intérieurs. De même, l’angle nord-ouest de la façade et l’ensemble des parements septentrionaux (fig. 84) excepté le mur gouttereau, sont montés dans cette même roche ; le bras nord du transept est ainsi construit, tout du moins pour la partie subsistante, tandis que le bras sud, adossé aux bâtiments conventuels, est élevé en « tout-venant ». Par ailleurs, le dégagement du seuil de la porte des convers (fig. 104) a montré que celui-ci était constitué d’éléments de corniche remployés, taillés dans cette même roche. On en retire ainsi deux informations : d’une part les corniches exposées aux intempéries étaient traitées dans ce matériau résistant, et d’autre part, en second usage, toujours pour ses même qualités, les blocs ont été réutilisés tardivement pour le seuil, lieu de passages répétés et de remontés capillaires. Ce réaménagement implique bien sûr des reprises dans les parties hautes à une date indéterminée.

Fig. 84 - Bras nord du transept. Parement extérieur.

19Les aménagements liturgiques associés à l’eau, tels que les lavabos ménagés dans les murs nord des chapelles du sanctuaire sont également taillés dans les « couches rouges ». L’utilisation raisonnée de cette pierre se retrouve plus tard dans la reconstruction de la porterie et plus particulièrement dans les marches de la montée d’escalier. On rencontre ce même emploi dans le cloître de l’abbaye d’Abondance notamment dans la fondation du mur bahut.

20Le parement des blocs, soigneusement dressé, présente des traces de stries régulières témoignant de l’usage de la bretture. La mise en œuvre de la pierre en appareil réglé est facilitée par la formation géologique des « couches rouges » en minces bancs. La longueur du bloc est utilisée au maximum de sa puissance. C’est ainsi que les bases des colonnettes du portail occidental sont sculptées dans un bloc unique et que le double ébrasement de la porte est composé de monolithes.

Les matériaux de ramassage

21Le tout venant est composé de galets torrentiels et d’éboulis de falaise dont on voit à maintes reprises les gisements autour de l’abbaye. Largement utilisés dans la construction des murs de l’abbatiale, ces matériaux, composés de calcaire, grès et schistes mélangés (flysch), constituent un matériau dit de ramassage. Les galets, de provenances plus lointaines, ont été arrachés bien en amont du gisement : il s’agit de schiste argilo-siliceux bariolé (rouge-cuivré, vert ou gris-noir) friable et de grès verdâtre très siliceux, voire charbonneux. Dans le cas présent, les galets ont été vraisemblablement ramassés dans le torrent du Clénant et la rivière de la Dranse. Composant un petit appareil largement maçonné, ils sont employés dans le parement intérieur de la façade occidentale, les bas-côtés, les combles, le transept et le chevet. Avant leur mise en œuvre, ils ont été triés et stockés en fonction de leur calibre respectif (Tardieu 2000, 2007). Cette gestion des matériaux, courante dans les chantiers médiévaux, permet de monter l’assise sur une même hauteur afin d’obtenir des joints de lit identiques. Ainsi, les assises sont correctement nivelées bien que certaines soient composées de gros blocs tandis que d’autres comprennent des galets plus modestes.

Le malm (fig. 85)

22Il s’agit d’un calcaire compact, fin et résistant qui présente une patine gris clair ou bleutée. Il existe des dépôts de malm au pied du rocher de la Chaux, à dix minutes au nord de l’abbaye. Cette roche n’est visiblement pas utilisée avant le XVe ou XVIe siècle, lorsque des ouvertures sont percées entre le sanctuaire et les chapelles septentrionales : les piédroits sont taillés dans le malm, alors que les seuils sont issus des couches rouges. Des éléments de baies provenant de la même roche et contemporains de ces aménagements, sont aujourd’hui présentés sur les murs dérasés de l’abbatiale attestant de reprises au niveau des élévations. On retrouve l’emploi du malm dans la construction de la porterie et de l’hôtellerie d’époque moderne.

Fig. 85 - Moulure taillée dans du malm, déposée et présentée dans l’église.

La serpentine

23Son utilisation est mentionnée à Aulps au XVIIe siècle pour la confection de meules. Mais sa détermination n’est pas avérée. Si tel était le cas, elle pourrait provenir soit d’affleurements locaux ne permettant pas une exploitation plus intensive, soit de moraines. Mais il pourrait plutôt s’agir d’une toute autre roche verte, à grains très fins de type jadéite.

3.2.1.2. Des murs enduits

24À l’origine de Cîteaux, les églises ne comportent aucun décor coloré, dans le respect des préceptes dictés par saint Bernard. Il faut attendre le XIIIe ou le XIVe siècle pour que l’architecture s’émancipe des interdits bernardins et reçoive des décors peints comme le réfectoire de Valcroissant (Drôme) (fig. 86 et 87) ou l’abbatiale de Mègemont en Auvergne. En revanche, les murs peuvent être recouverts d’un enduit à la chaux, qu’il s’agisse d’un revêtement de protection ou d’un enduit décoratif destiné à unifier les murs. Un grand nombre de bâtiments religieux sont décorés d’enduits présentant un faux appareil. À Sainte-Marie d’Aulps, l’observation minutieuse des élévations de l’abbatiale a permis de distinguer ça et là des traces d’enduits ou de badigeons. En toute logique, les murs en galets et pierres de ramassage étaient recouverts d’un enduit blanc répondant à la double fonction de mise en valeur monumentale et de protection des maçonneries. Les élévations en grand appareil étaient également enduites ; toutefois, on ignore si cette enduction était d’origine. Plusieurs couches de badigeon ont été recensées dans l’ensemble du bâtiment attestant des différentes campagnes de restauration au cours des siècles. Par comparaison, on sait que l’abbatiale de Bonmont (fig. 60) était, dès le XIIe siècle, entièrement enduite à la chaux blanche. Il est possible, également qu’un décor de faux appareil ait orné les murs de l’église selon une coutume très répandue au Moyen Âge et à l’époque moderne. Les élévations intérieures de La Bénisson-Dieu (Loire), par exemple, comportaient dès l’origine, ce type de décor monumental.

Fig. 86 - Réfectoire de Valcroissant (Drôme). Traces colorées.

Fig. 87 - Réfectoire de Valcroissant (Drôme). Traces colorées.

3.2.2. Un chantier d’est en ouest

25On considère souvent que les chantiers d’églises débutaient par l’est, c’est-à-dire par le sanctuaire. Si de nombreux cas infirment cette règle, Sainte-Marie d’Aulps semble en revanche s’inscrire dans cette tradition. En effet, l’analyse des murs conservés montre que le chantier de construction s’est déroulé d’est en ouest, autrement dit du sanctuaire vers la façade.

26Sur l’ensemble des élévations de la nef, seul le parement intérieur des deux premières travées et de la façade a fait l’objet d’un relevé exhaustif au 1/20e. Sans aborder la question des campagnes de construction pour lesquelles nous sommes peu informés, nous pouvons distinguer un phasage de construction dans la nef permettant de dégager une chronologie relative (fig. 88). Par ailleurs ce phasage est intimement lié aux techniques de construction mises en œuvre. On constate ainsi que le parement intérieur de la nef est construit en grand et moyen appareil de pierres de taille dont la dimension varie entre 0,10 m et 1,00 m.

Fig. 88 - Élévation nord de la nef de Sainte-Marie d’Aulps. Phasage de la construction.

Première phase : construction horizontale des grandes arcades (fig. 88, trame orange)

27La première tranche de construction consiste en l’élévation des grandes arcades et des dosserets correspondant au même niveau ; cette observation est valable sur les trois travées subsistantes. Les assises sont correctement nivelées entre elles jusqu’au premier bandeau, témoignant d’une construction simultanée de l’ensemble des arcades. On peut toutefois constater que les assises qui composent les piliers engagés, comprennent parfois, différents modules de pierres dont les entailles réalisées le plus souvent dans l’angle supérieur, constituent le lit de pose du bloc suivant. Ce montage sous forme de « maillage », loin d’être fortuit, renforce la structure du parement.

Deuxième phase : construction du faux-triforium (fig. 88, trames verte et bleue)

28Contrairement à la construction du premier niveau, l’édification de l’étage procède d’une construction est-ouest. Chaque travée comprend dans une même phase, le montage du dosseret qui le précède comme l’atteste le nivellement d’assise entre les pierres du pilier engagé et la portion de mur qui lui succède immédiatement. En revanche, la niche du faux-triforium constitue un chantier indépendant au sein de cette même phase. Les ouvriers élèvent les piédroits de la baie géminée et l’intérieur de la niche de part et d’autre de la petite lucarne d’aération. À l’ouest les assises composant le jambage de la baie, commandent l’alignement des assises suivantes selon le déroulement logique du chantier ; tandis qu’à l’est, le mariage entre les pierres du mur et de la baie, est plus hasardeux, notamment dans la travée la plus occidentale. L’absence de nivellement entre assises, entraîne la retaille de petits blocs à la dimension des espaces vides laissés dans le parement. Cette dernière technique se retrouve dans l’ensemble des élévations.

Troisième phase : construction du niveau des fenêtres (fig. 88, trame rose)

29Le troisième étage correspond à la construction des voûtes d’ogives. Chaque travée est composée d’une baie à double ébrasement, appareillée avec le mur. Le phasage est identique à celui du niveau inférieur : on procède d’est en ouest en privilégiant la construction de la fenêtre. Celle-ci est ainsi élevée indépendamment de l’avancée du chantier : seul le piédroit occidental est correctement nivelé aux assises du mur ; celui de l’ouest ne présente aucun joint de lit identique avec le reste du mur. La façade est établie dans la suite du chantier.

Les traces d’échafaudage (fig. 89)

30L’analyse des trous de boulin renseigne sur le montage de l’échafaudage et précise le rythme de la construction. Comme dans tout appareil de pierre de taille, il s’agit d’un échafaudage de type encastré (Collectif 1996 b, p. 45-60). Dans le cas de Sainte-Marie, les trous de boulin sont ménagés soit dans l’angle inférieur de la pierre, soit dans l’angle supérieur. Le premier niveau de grandes arcades est vierge de trous de boulin indiquant l’absence d’échafaudage encastré. Il faut donc restituer un échafaudage indépendant associé à la construction du coffrage des arcs. À partir du premier bandeau, on peut observer trois niveaux de platelage : le premier est situé 1,50 m au-dessus de la mouluration ce qui implique probablement la présence de plateaux immédiatement au-dessus du bandeau ; le second se situe à milieu de la travée, 1,20 m au-dessus du précédent et le troisième juste au-dessus du deuxième bandeau.

Fig. 89 - Élévation nord de la nef. Restitution de l’échafaudage médiéval.

31Si un même ensemble d’échafaudage concerne les deux travées orientales subsistantes, on constate une rupture d’ensemble à la hauteur de la dernière travée pour l’étage intermédiaire : le trou de boulin situé à l’ouest de la baie est décalé d’une assise en hauteur. En effet, on peut considérer qu’après le dernier dosseret, un nouvel échafaudage est monté pour la construction de la niche du triforium et le revers de la façade. Par ailleurs, l’entraxe entre les trous de boulin correspondant à la deuxième travée est de 6,50 m, ce qui n’est guère probable sauf à considérer que, comme dans la première travée, les ouvriers travaillent essentiellement à partir de la plateforme des niches du faux triforium et que l’on utilise le montage de cette structure comme appui supplémentaire de l’échafaudage. Le nivellement des trous de boulin de cette section indique avant tout que le dosseret ne constitue pas un élément boutant de l’échafaudage, mais qu’il est englobé dans le platelage.

32La faiblesse des vestiges ne permet pas d’affirmer si les piliers et les arcades ont été élevés en une seule phase sur l’ensemble du chantier de la nef ou si le développement s’est fait par travée dès ce stade de la construction. En s’appuyant sur l’analyse stylistique de la sculpture conservée, il ne semble pas qu’il y ait eu de rupture dans le déroulement du chantier : les chapiteaux du portail témoignent d’une construction remontant au début du XIIIe siècle ; or, les chapiteaux de la rose sont de même typologie que ceux de la nef attestant bien d’un chantier unique et homogène.

3.3. Circulation et liturgie

  • 45 Voir infra la relation entre la monumentalisation de cette entrée et le pèlerinage.

33La circulation des moines au sein de l’abbatiale est ordonnée par les différents rituels attachés aux offices cisterciens (fig. 135). L’église est desservie par plusieurs portes contribuant à la hiérarchisation de l’espace. La plus importante est le portail monumental ménagé dans la façade (fig. couverture, 22, 49, 50 et 51). Située à proximité de la porterie, elle était destinée essentiellement aux fidèles extérieurs à la communauté, les hôtes de passage ou les pèlerins45. Trois autres portes, réparties au sud de l’église, ouvraient sur les bâtiments conventuels et étaient strictement réservées aux moines. La porte située dans la première travée de l’abbatiale livrait ainsi un accès à l’aile occidentale du cloître (fig. 104), laquelle devait être réservée aux convers dont le statut religieux différait de celui des moines de chœur. La porte médiane, ouverte en haut de la nef contre le transept, constituait pour les moines le passage habituel entre l’église et le cloître (fig. 90). Cette entrée donnait un accès direct au chœur monastique occupé par les stalles. La dernière porte, placée en hauteur dans le bras sud du transept, était desservie par un escalier probablement en bois comme aujourd’hui à Aiguebelle (département de la Drôme). Elle reliait directement le dortoir au transept pour les offices nocturnes.

Fig. 90 - Porte orientale du cloître.

34La diversité de ces accès met en évidence le déroulement liturgique d’une journée monastique et l’organisation spatiale naturellement articulée autour du cloître. Les nombreux déplacements liés aux offices impliquent encore aujourd’hui des règlements précis sur la circulation intra-muros ; cette codification monastique est au service d’une vie consacrée à la prière qui privilégie le silence et la solitude.

35Sainte-Marie d’Aulps étant construite sur une forte pente naturelle est-ouest, plusieurs degrés ont été aménagés à partir du portail monumental jusqu’au sanctuaire (fig. 91). On a pu retrouver la progression des degrés d’origine grâce à la position des piliers et plus particulièrement à la variation de la hauteur des plinthes. Ces emmarchements concernent aussi bien la nef principale que les collatéraux, sachant que les troisième et quatrième travées centrales étaient occupées, selon l’exemple de l’abbaye de Hauterive, par le chœur liturgique et donc par les stalles monastiques. C’est ainsi qu’un premier degré se situait à la hauteur du deuxième pilier de la nef (première travée) ; deux nouvelles marches constituaient la transition entre la troisième et la quatrième travée, ce qui correspondait à l’entrée du chœur liturgique. À ce niveau de la nef, il est vraisemblable que le sol ait été aménagé en pente douce jusqu’au sixième pilier qui, à son tour, marque la fin de la nef, mais également celle du chœur des moines. Une dernière marche permettait d’accéder à la croisée du transept établie sur un seul et même niveau. À l’est, le sanctuaire était surélevé de deux marches. La disposition naturelle du terrain favorise ainsi la monté vers l’autel, lieu essentiel de la célébration eucharistique. C’est ainsi que l’autel est situé 2 m plus haut que la première travée.

Fig. 91 - Coupe ouest-est du parvis au chevet.

3.4. Les carreaux de pavement de l’abbaye Sainte-Marie d’Aulps

36Les carreaux de pavement de l’abbaye Sainte-Marie d’Aulps (fig. 92) représentent un bon échantillonnage parmi la collection régionale étudiée à ce jour (Galtier 2003). Si les pavements cisterciens au Moyen Âge ne diffèrent guère par leur technique et leur typologie des sols carrelés d’autres églises et des demeures seigneuriales contemporaines, leurs couleurs et certains motifs sont récurrents. Cette systématisation en a fait à tort un décor typiquement cistercien.

Fig. 92 - Carreaux de pavement de l’abbaye d’Aulps.

37Au début des années 1120, Bernard de Clairvaux dans son Apologie à Guillaume, expose les limites du décor figuré. Contrairement à la conception clunisienne alors en vigueur, saint Bernard prône la spiritualité et la charité faites aux pauvres plutôt que le faste du mobilier liturgique, des peintures sacrées et des sculptures. À propos des sols de ces églises, il écrit :

Pourquoi ne respecte-t-on pas les images des saints gravées sur le pavé que nous foulons aux pieds ? Souvent, l’on crache dans la bouche d’un ange, et quelquefois les passants défigurent tout le visage d’un saint ? Si l’on n’a pas d’égard à la sainteté de ces images, au moins devrait-on épargner la beauté des couleurs. Pourquoi embellissez-vous ce qui doit être gâté au premier jour ? Pourquoi peignez-vous à la main ce qu’on doit effacer avec le pied ?

38Cette recherche de dépouillement va se traduire par l’emploi exclusif de couleurs sombres et de motifs essentiellement non figuratifs.

3.4.1. Le pavement de Sainte-Marie d’Aulps

39Les carreaux de pavement rassemblés au cours des fouilles de Sainte-Marie d’Aulps depuis les travaux de l’abbé Coutin, n’ont pour l’essentiel pas été retrouvés in situ, à l’exception semble-t-il de ceux découverts dans les chapelles latérales nord. Toutefois très fragmentés, leurs morceaux ont probablement été replacés lors de travaux récents. L’étude de la collection a permis d’aborder les techniques de fabrication et la spécificité de leur décor. Les carreaux sont moulés dans un cadre en bois sans fond et de format carré ou rectangulaire, voire triangulaire. Les bords conservés montrent que chaque carreau a été, par la suite, retaillé en biseau pour mieux assurer le scellement dans le mortier (fig. 93). De même, les faces inférieures sont, pour la plupart, sablées pour que l’argile n’adhère pas au plan de travail lors de la fabrication (Norton 1984, Orgeur 2004). Les exemplaires rectangulaires peuvent provenir des bandes de raccord des tapis agencés en panneaux mais ils peuvent aussi matérialiser les espaces de circulation ecclésiale. Les formes carrées proviennent des panneaux.

Fig. 93 - Carreaux de pavement de l’abbaye d’Aulps.

40Dans la majorité des cas, ces carreaux ont été estampés en creux grâce à l’application sur leur surface d’une matrice en bois sur laquelle le motif était sculpté en relief. A contrario, il existe, quelques exemplaires estampés en relief, le motif ayant alors été gravé en creux sur la matrice.

41Chaque carreau a été recouvert au pinceau ou par trempage d’une glaçure monochrome. L’ensemble de la palette de couleurs obtenue lors de la cuisson va du vert au brun en passant par les jaunes mordorés. On recense huit motifs. Trois d’entre eux déclinent des thèmes floraux ou végétaux : le premier, exclusivement porté sur des carreaux de format rectangulaire, se compose de deux feuilles de chêne disposées l’une au-dessous de l’autre. Inscrites, chacune, dans un cercle entrelacé, elles ont la même orientation (fig. 92a). Le second motif est caractérisé par une rosace de huit pétales entourée de deux cercles (fig. 92b). Quant au troisième, il s’agit de fleurs de lys (fig. 92c) dont il existe plusieurs variantes ; ce peut être une fleur de lys estampée en relief qui se développe en diagonale, ou bien quatre fleurs de lys organisées dans des cercles les enserrant et se rejoignant au centre par un jeu de carrés entremêlés (fig. 92d), ou encore deux fleurs de lys agencées comme l’étaient précédemment les feuilles de chêne, sur un format rectangulaire.

42Le second ensemble de carreaux reprend le motif d’écailles qui est particulièrement répandu sur les pavements cisterciens connus comme celui de La Bénisson-Dieu (Tardieu, Christophe 1986).

43Le dernier ensemble regroupe quatre types de motifs déclinés à partir de figures géométriques. Parmi ceux-ci, le motif comprenant des cercles et des carrés entremêlés (fig. 92e) ; celui représentant des croix et des cercles entrelacés (fig. 92f) ; un motif constitué d’une croix de saint André flanquée de quatre blasons estampés en relief (fig. 92g) ; et enfin un losange entrelacé d’amandes estampées également en relief (fig. 92h). Ces différents motifs étaient assemblés pour former des tapis.

3.4.2. Datation et influence stylistique

44La datation de cette série de carreaux reste délicate car peu d’entre eux ont été retrouvés en place. Cependant, sachant que l’abbatiale a été construite entre la fin du XIIe et le début du XIIIe siècle, la pose des carreaux peut remonter à cette période. En effet, il est aujourd’hui reconnu que la technique de l’estampage est apparue en Occident dès la fin du XIIe siècle et qu’elle s’est développée au cours du XIIIe siècle.

45La comparaison avec d’autres pavements d’abbatiales cisterciennes conforte cette chronologie. C’est le cas de l’abbaye de Bonmont, fille de Sainte-Marie d’Aulps (fin XIIe -début XIIIe siècle). Elle a conservé en place un sol de carreaux de même type. La similitude des motifs entre Aulps et Bonmont suggèrerait même l’emploi d’une même matrice au sein d’un atelier unique.

46Parmi les motifs géométriques, ceux relevant des croix et des cercles entrelacés ont une source d’inspiration commune puisée dans l’art antique, puis reprise aux époques mérovingienne et carolingienne. Il est également possible d’établir des liens avec les productions lombardes. Si le pavement mosaïqué est banni par les cisterciens, il a toutefois pu influencer les ateliers de production de carreaux. Citons, pour exemple, les mosaïques carolingiennes de l’église Sant’Ilario ou celle de l’église Sainte-Croix de Poitiers. Par ailleurs, ces motifs rappellent ceux qui sont portés sur les vitraux des églises cisterciennes. Ainsi, dans l’abbatiale de Pontigny (Yonne), on retrouve ce même motif des croix et cercles entremêlés et celui de carrés et cercles entrelacés sur un même vitrail.

Le vitrail cistercien
Joëlle Tardieu
Les statuts du chapitre général de 1150 rappellent l’exigence de simplicité et de pauvreté ; le décor de l’abbatiale doit donc être limité et les vitraux « blancs, sans croix ni peinture » (vitrae albae fiant et sine crucibus et picturis). De ce fait, l’importance est donnée à la pénombre et la seule animation intérieure autorisée est celle du jeu de la lumière blanche dans l’espace selon les moments de la journée ou des saisons. La fermeture des baies par des verrières devient dès lors l’un des points essentiels du décor et de la mise en scène de l’architecture. Le choix se porte sur des pièces de verre plat, blanc et incolore, mises en plombs que l’on appelle communément grisailles (Jackson-Zakin 1979 : 117-125) car non rehaussées de peinture. Ces vitraux demeurent, jusqu’au milieu du XIIIe siècle, non historiés.
Si les teintes retenues restent dans les tons blanc/gris, les maîtres verriers vont savamment jouer avec toutes les possibilités qu’offre le camaïeu. Les motifs présentés — même s’ils demeurent comme pour les carreaux de pavement simplement géométriques — font intervenir la ligne, les courbes, les contre-courbes, les arabesques et les entrelacs complexes. Ainsi, les résilles sont composées de cercles, d’entrelacs, de palmettes, d’arabesques, de tressages divers, de fleurs et de motifs végétaux stylisés. Les dessins sont obtenus par la coupe des verres et le réseau des filets de plomb d’assemblage. Ils sont soulignés et rehaussés par le jeu des teintes subtiles du verre. L’impression de simplicité n’est donc rendue que par les tons clairs et uniformes — mais leur lisibilité est aujourd’hui faussée par l’opacité due à la corrosion — et non par la nature des motifs. Ces derniers, souvent issus du répertoire de modèles symétriques bi-dimensionnels des mosaïstes antiques, sont identiques à ceux retenus pour les pavements du chœur monastique.
À Sainte-Marie d’Aulps, aucune trace d’accrochage des verrières n’a été retrouvée. Quelques rares exemples de ces verrières du troisième quart du XIIe siècle sont conservés dans les abbatiales d’Obazine en Limousin (Corrèze), de Noirlac (Cher), de Beaulieu (Tarn-et-Garonne) et de La Bénisson-Dieu (Loire) (fig. 94) (Inventaire général 1982 : p. 18-19 ; Inventaire général 1986 : p. 279-280).

Fig. 94 - La Bénisson-Dieu. Vitrail.

Notes

45 Voir infra la relation entre la monumentalisation de cette entrée et le pèlerinage.

Table des illustrations

Légende Fig. 39 - Plan de l’abbatiale Sainte-Marie d’Aulps.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 40 - Vue de la nef de Sainte-Marie d’Aulps depuis la galerie occidentale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 41 - Abbatiale de Mégemont (Puy-de-Dôme).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 42 - Abbaye de Valcroissant (Drôme).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 43 - Élévation nord de la nef de Sainte-Marie d’Aulps. Parement intérieur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 44 - Abbatiale Sainte-Marie d’Aulps vue de l’est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 45 - Revers de la façade. Galerie haute.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 46 - Faux-triforium depuis la galerie haute.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 46 bis - Faux-triforium, plan et coupe.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 47 - Escalier en vis de la tourelle nord-ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 48 - Escalier en vis de la tourelle nord-ouest. Plan et développé.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 49 - Façade occidentale avant l’orage.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 50 - Revers de la façade occidentale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 51 - Portail de la façade occidentale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 52 - Portail. Détail des chapiteaux et des retombées sud de l’archivolte.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 53 - Portail. Détail des chapiteaux et de l’imposte au nord.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 54 - Portail. Détail des chapiteaux et de l’imposte au nord.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 55 - Portail. Détail des bases de colonnes au nord.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 56 - Portail. Détail des bases de colonnes au nord.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 57 - Façade. Angle avec le contrefort. Parties basses.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 58 - Façade. Angle avec le contrefort. Parties basses.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Fig. 59 - Rose occidentale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 60 - Abbatiale de Bonmont (Suisse).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 61 - Élévation nord de la nef de Sainte-Marie d’Aulps. Parement intérieur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 62 - Clef de voûte de Sainte-Marie d’Aulps.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 63 - Clef de voûte.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 64 - Restitution par Cécile Lerebourg de l’état médiéval d’après les descriptions anciennes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 65 - Restitution par Cécile Lerebourg. Les ouvertures des baies ont été restituées à partir de gravures anciennes. Le clocher est dessiné dans son état XVIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 66 - Élévation nord de la nef. Culot du dosseret de la première travée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 67 - Élévation nord de la nef. Culot du dosseret de la deuxième travée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 68 - Élévation nord de la nef. Culot du dosseret de la troisième travée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 69 - Plan avec restitution du voûtement d’ogives.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 70 - Façade occidentale extérieure. Rose. Chapiteau nord.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 71 - Façade occidentale extérieure. Rose. Chapiteau sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 72 - Façade occidentale intérieure. Rose. Chapiteau nord.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 73 - Façade occidentale intérieure. Rose. Chapiteau sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 74 - Chapiteau déposé et présenté dans l’église.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 75 - Chapiteau déposé et présenté dans l’église.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 76 - Clef de voûte.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 77 - Clef de voûte.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 78 - Chapiteau en remploi dans la chapelle de Graydon.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 79 - Angle nord-ouest de l’église. Détail du moyen appareil issu des « couches rouges ». Taille brettelée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 80 - Grand appareil taillé dans du tuf. Détail.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 81 - Façade occidentale intérieure. Répartition des matériaux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 1000k
Légende Fig. 82 - Modules des éléments de bandeau.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 83 - Gisement de « couches rouges ». Route de Seytroux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 84 - Bras nord du transept. Parement extérieur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 85 - Moulure taillée dans du malm, déposée et présentée dans l’église.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 86 - Réfectoire de Valcroissant (Drôme). Traces colorées.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 87 - Réfectoire de Valcroissant (Drôme). Traces colorées.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 88 - Élévation nord de la nef de Sainte-Marie d’Aulps. Phasage de la construction.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Fig. 89 - Élévation nord de la nef. Restitution de l’échafaudage médiéval.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 90 - Porte orientale du cloître.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 91 - Coupe ouest-est du parvis au chevet.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 92 - Carreaux de pavement de l’abbaye d’Aulps.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Légende Fig. 93 - Carreaux de pavement de l’abbaye d’Aulps.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 94 - La Bénisson-Dieu. Vitrail.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2754/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 295k

© Alpara, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540