Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sainte-Marie-d'Aulps. Une abbaye cistercienne en pays savoyard

 | 
Anne Baud
, 
Joëlle Tardieu

Chapitre 2. Présentation du site, des sources iconographiques et textuelles

Anne Baud, Joëlle Tardieu, Gilles Rollier, Arnaud Delerce et Emmanuelle Chevalier

Texte intégral

1Nichée au cœur du massif du Chablais, l’abbaye Sainte-Marie d’Aulps présente aujourd’hui, figés dans son écrin de verdure, les vestiges de divers bâtiments monastiques (fig. 18). Les plus anciens remontent à la deuxième moitié du XIIe siècle, après que l’abbaye a été rattachée à l’ordre de Cîteaux.

2.1. Un site de montagne

2Comme pour l’histoire de Cîteaux, les premiers temps de Sainte-Marie d’Aulps ne sont guère documentés. Si l’on se réfère à la lettre adressée à l’abbé Guérin par Bernard de Clairvaux, l’expérience monastique d’Aulps était entachée d’érémitisme. Les moines vivaient, à l’écart, à trois ou quatre dans des cabanes disséminées dans la montagne. Une église permettait cependant de rassembler la communauté autour d’un lieu précis. Avec l’affiliation à Clairvaux en 1136, les premières coutumes s’effacent au profit de la règle bénédictine.

3Dans l’état actuel de l’étude, il est impossible de définir si l’emplacement du premier oratoire correspond à celui où sera construite l’abbatiale de la fin du XIIe siècle. La chronique de Jean d’Orville dit Cabaret (1416-1419) donne une version adaptée de l’implantation des moines en signalant la construction de l’ermitage à proximité d’un ruisseau. Ce cours d’eau est-il déjà le Clénant ? Et que doit-on penser de l’existence réelle de ces cabanons d’ermites ? En revanche, la construction de l’église cistercienne et des bâtiments conventuels fixe le monastère dans une situation précise de la vallée creusée par la Dranse.

4Sainte-Marie se situe à près de 800 m d’altitude, dans le bassin médian de la vallée d’Aulps, au milieu du massif des Préalpes chablaisiennes. Le monastère est placé dans une zone d’élargissement de la vallée qui est accentuée par deux vallons perpendiculaires dont le fond est occupé par des affluents de la Dranse.

5Plus localement, d’après les vestiges subsistants, les bâtiments monastiques ont été construits sur le sommet du flanc oriental, à près de 300 mètres du lit de la Dranse et au débouché d’un torrent appelé le Clénant ou encore le « ruisseau de l’abbaye » (fig. 19). À cet endroit, le fort dénivelé a obligé les moines à mettre en place les bâtiments sur une série de terrasses qui s’organisent de l’est vers l’ouest et du nord vers le sud (fig. 18 et 20). Cet étagement artificiel profite d’un relief naturel qui domine directement le cours d’eau secondaire. Constituée de moraines, la formation date de la dernière glaciation. Cette zone haute est limitée au nord par le lit du Clénant et au sud par un talweg assez profond dans lequel sera aménagé l’ancien bief du moulin. En élargissant le champ d’observation, il apparaît que la terrasse sur laquelle se sont établis les moines se développe au nord, au-delà du lit du Clénant. La position du ruisseau coulant au niveau des points hauts du microrelief n’est peut-être pas naturelle. En revanche, le relief où coule le bief s’intègre dans une planimétrie plus générale de dépression qui laisserait supposer que le Clénant ait pu emprunter, à un moment de son évolution, un tracé placé au sud de la terrasse constituée de moraine. La découverte de bancs de tuf au sud-ouest de l’enclos pourrait conforter l’existence, à cet endroit, d’un lit ancien du ruisseau.

Fig. 18 - Façade occidentale de l’abbatiale avec rampe d’accès.

2.2. Description des lieux

6Une rapide observation des lieux montre que, dès l’origine, les constructeurs de l’abbaye d’Aulps ont tenu compte de la topographie naturelle du terrain et aménagé plusieurs terrasses articulées autour de l’église. Dans les parties basses, à proximité du Clénant et du chemin d’accès, se trouvait le secteur économique tandis que dans la partie haute du monastère s’élevaient l’église et les bâtiments conventuels (fig. 19 et 20).

Fig. 19 - Carte topographique du site monastique réalisée à partir du plan cadastral.

Fig. 20 - Vue générale de l’abbaye dans la vallée d’Aulps.

7Les bâtiments de Sainte-Marie d’Aulps offrent actuellement l’aspect d’une abbaye ruinée (fig. 2, 15). Abandonnée à la Révolution, elle s’est peu à peu détériorée ; après une brève réoccupation par les troupes piémontaises, certains édifices ont été partiellement ou totalement démantelés afin de récupérer les matériaux de construction. Néanmoins, le tracé de l’enclos monastique subsiste en grande partie : les murs de pierres conservés sur plusieurs assises remontent, le plus souvent, à l’époque moderne ; ils déterminent plusieurs espaces à fonctions variées. Au sud-ouest de l’abbaye, jardins, courtils et vergers se déploient en terrasses successives. Au nord, une série de salles voûtées (fig. 21) s’ouvrent sur l’ouest.

Fig. 21 - Salles inférieures aménagées sous la terrasse occidentale.

8L’abbatiale, de « plan bernardin », constitue l’édifice majeur du monastère. Située à la jonction des bâtiments conventuels et de l’espace économique (fig. 19), elle a été élevée entre la fin du XIIe et le début du XIIIe siècle. Bien qu’en grande partie détruite, elle a conservé sa majestueuse façade (fig. 22), les élévations nord des trois travées occidentales (fig. 8 et 15) et les murs dérasés du transept et du chevet. Plusieurs études effectuées sur le bâti subsistant (1996 et 2002) ont mis en évidence les différentes phases de la construction ; les sondages archéologiques, effectués en 2002, ont favorablement complété ces recherches.

Fig. 22 - Façade de l’église abbatiale.

9Le cloître et les bâtiments conventuels se situaient, selon la tradition monastique, au sud de l’église. Il n’en reste rien aujourd’hui : l’ensemble ayant été totalement rasé au début du XIXe siècle. Au cours des étés 1996 et 1997, des fouilles ont permis de retrouver quelques segments des anciennes galeries du cloître. L’étude des murs a révélé une facture moderne attestant ainsi d’une reconstruction tardive.

10En contrebas et au nord-ouest de l’abbatiale, la porterie, datée de la fin du XVe ou du début du XVIe siècle, possède encore deux grandes portes charretières et une troisième exclusivement piétonnière. Contre le mur oriental, jusqu’à une période très récente, s’appuyait une rampe permettant d’accéder directement de l’extérieur de l’enceinte au perron de l’abbatiale (fig. 18 et 22). Les recherches archéologiques menées au pied de cette rampe ont mis au jour un bâtiment d’accueil contemporain de la porterie. À l’ouest de celle-ci, la ferme moderne (fig. 20 et 23), occupée jusqu’en 1998, se développe le long du cours d’eau. Une étude archéologique a permis de mieux cerner les grandes caractéristiques architecturales de cette imposante bâtisse construite au nord d’une première enceinte. Dans les parties hautes, situés actuellement au « hameau de l’abbaye », l’ancien moulin et le cabaret avaient été édifiés au-delà de l’enceinte moderne.

Fig. 23 - Ancienne ferme et porterie.

2.3. Les recherches archéologiques

2.3.1. Les recherches du curé Alexis Coutin (1928-1936)

11Au début du XXe siècle, les vestiges de l’abbatiale ont suscité un regain d’intérêt, d’ordre national : en 1902, l’église est classée au titre des Monuments historiques. L’année suivante, l’inspecteur général Schmersheim interdit le site aux habitants du village qui depuis son abandon l’utilisaient comme carrière (fig. 26). Puis il ordonne un premier dégagement des déblais. Plus tard, entre 1910 et 1914, deux architectes, Goubert et Moreau, chargés de la restauration de l’abbatiale insistent sur la nécessité de « regarnir et consolider » la partie haute des maçonneries apparentes. On utilise alors les moellons abandonnés dans les décombres.

12En 1928, l’architecte parisien, Albert Chauvel, rejointoie les murs « au mortier de chaux hydraulique » et supervise les recherches du curé Alexis Coutin (fig. 14, 24 et 25). Ce dernier a, en effet, obtenu l’autorisation officielle de dégager les ruines de l’abbatiale avec l’aide du Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts. Durant huit ans, il effectua un déblaiement systématique d’ouest en est (fig. 27), permettant ainsi la mise au jour du plan de l’abbatiale et plus particulièrement celui du chevet, qui jusqu’alors avait fait l’objet d’une interprétation erronée (Renard 1937). Les chapiteaux et les clés de voûte (fig. 62 et 63), actuellement présentés aux visiteurs, proviennent de ces premiers travaux. Mais, la plupart des sculptures alors retrouvées ont disparu depuis (fig. 28 et 29).

Fig. 24 - Les travaux de dégagement conduits par l’abbé Alexis Coutin.

Fig. 25 - L’abbé Alexis Coutin posant parmi les déblais triés de l’église abbatiale.

Fig. 26 - L’église au cours des premières restaurations.

Fig. 27 - L’église au cours des fouilles de l’abbé Coutin.

Fig. 28 et 29 - Lapidaire dégagé au cours des fouilles de l’abbé Coutin.

2.3.2. Un dégagement progressif

13Les archives pastorales de la vallée d’Aulps, conservées à Morzine, détiennent encore une grande partie de l’abondante correspondance échangée entre l’architecte Albert Chauvel et l’abbé Alexis Coutin. Celle-ci permet de retracer l’avancement des travaux de dégagement et livre également de nombreux détails sur l’état de l’abbatiale dans le premier tiers du XXe siècle, ainsi que la nature des restaurations engagées. Suite à une visite de l’architecte en 1931, le déblaiement du site va s’effectuer travée après travée. Cette même année, Alexis Coutin dégage le mur sud sur une hauteur de 2,90 m et sur une largeur de 2,30 m. La maçonnerie étant extrêmement dégradée, l’abbé s’engage à la « rejointer » au fur et à mesure de sa découverte. On apprend également que « la maçonnerie semi-circulaire édifiée récemment pour soutenir le départ de la première travée démolie repose sur 35 cm de gravats ». La structure en question existe toujours au revers de la façade et bien qu’elle ait été reprise récemment, son aspect n’a guère été amélioré. En 1933, Albert Chauvel indique que le sol de la nef est partiellement dégagé jusqu’au niveau de l’ancien dallage dont il a retrouvé la trace. Mais ces fragiles vestiges exposés aux intempéries ont hélas rapidement disparu. L’architecte ajoute que « 150 m3 à 200 m3 de pierres roulées, appelées dans le pays boulets, ont été dégagés. Ces pierres vaudraient 10 à 15 frs le m3 ». La vente des matériaux eut lieu l’année suivante par l’administration des Domaines, à l’exception « des pierres sculptées et taillées… mises en réserve par monsieur le curé ». En 1935, les bases des cinq piliers sud sont dégagées ; certaines sont bien conservées, d’autres comme le troisième pilier, sont « fort disloqués ». Le 23 octobre 1937, la Commission des Monuments historiques déclara que « cette église était bordée au sud de divers bâtiments dont subsistent quelques vestiges. Des pans de mur émergent à faible hauteur au-dessus du terrain, restes d’un cloître, des salles souterraines possèdent encore leurs voûtes en berceau. Les diverses constructions sont contemporaines de l’église élevée au XIIe siècle ».

14Le paysage architectural n’a ainsi guère varié depuis les années 1930, mais les fouilles effectuées au cours de ces dernières années ont montré qu’il s’agissait des vestiges d’un cloître moderne.

2.3.3. Recherches récentes sur le site abbatial (1996-2006)

15Les fouilles effectuées au cours de ces dernières années ont donné un grand nombre d’informations sur l’organisation des lieux et l’évolution des espaces de circulation. Leur mise en place et leur déroulement sont étroitement liés aux travaux réalisés par la Conservation régionale des Monuments historiques.

2.3.3.1. Les travaux de restauration engagés sous la conduite des services des Monuments historiques16.

  • 16 Ce paragraphe a été rédigé à partir des archives de la Conservation régionale des Monuments histori (...)

16En 1902, les ruines de l’église abbatiale sont vendues sur licitation. L’adjudication est fixée au 28 juin 1902 devant M. Dubouloz, notaire. Sont vendus, pour une mise à prix de 100 francs, un immeuble nature, décombres, graviers, teppes, ruines, situé sur le territoire de la commune de Saint-Jean d’Aulph, lieu-dit l’abbaye. La vente sur surenchère en suite de licitation a lieu le 6 août 1902 à l’audience des criées du tribunal civil de première instance de Thonon-les-Bains. La mise à prix est alors de 1 225 francs. L’État a été déclaré adjudicataire des ruines de l’abbaye d’Aulph pour le prix en principal de 1 625 francs (étude de M. Léger Carloz).

17À travers les documents consultés, il apparaît que les ruines de l’abbatiale, acquises par l’État, ont régulièrement fait l’objet de travaux, mais ces derniers n’ont pas enrayé le lent processus de dégradation. Ainsi, dès son classement, des demandes de subventions sont faites pour installer un éclairage en façade et en 1958, des travaux sont réalisés sous la direction de l’architecte Pierre Lotte en prévision des fêtes centenaires du rattachement de la Savoie à la France de 1959. D’autres travaux ont lieu en 1964.

18Malgré cela, en 1980, l’abbaye semble « abandonnée » lorsque Jean-Gabriel Mortamet, architecte en chef des Monuments historiques pour le département de la Haute-Savoie, reprend le dossier. Il propose un projet ambitieux portant sur la reprise de toutes les maçonneries en élévation, la mise à la terre du paratonnerre dans l’angle sud-ouest de l’abbatiale et le scellement de lauses pour maintenir les pignons. Une première tranche de travaux de consolidation est programmée pour 1981 : après un débroussaillage et un dégagement du sol sur 30 cm, un drainage est mis en place (Entreprise Barberot SA de Bourg-en-Bresse). L’architecte souhaite alors poursuivre la mise en valeur dans « la zone située au sud de l’église pour dégager les murs (propriété Pierre Begue) ». Une seconde tranche de travaux en 1982 aurait nécessité un suivi archéologique : après débroussaillage, démolition « des maçonneries de moellons et des maçonneries vétustes » ainsi que des « dallages ». Un mur de soutènement est construit à l’ouest avec fouilles en excavation. « La nef est défoncée à la pelle mécanique pour la pose de drains, et des seuils en béton sont posés » écrit Jean-Pierre Mudry en septembre 1982 et le cloître a été un peu sauvagement dégagé puisque des enduits apparaissent sur plus d’1 m de hauteur. Une troisième et dernière tranche clôt ces travaux d’ampleur en 1983 avec une nouvelle campagne sur les maçonneries, la fermeture de l’absidiole sud par des pieux de bois et la mise en place d’une signalétique.

19À partir des années 90, de gros travaux de sécurité et d’entretien sont régulièrement menés en parallèle sous la conduite de Dominique Boilley, architecte des Bâtiments de France pour le département de la Haute-Savoie : travaux de clôture et installation de panneaux indicateurs en 1996 ; nettoyage des végétaux, débroussaillage et consolidation avec reprises éventuelles du mur nord de la nef (entreprise Bianco-SARL de Samoëns) en 1997 ; travaux confortatifs sur façade est (rebouchage des cavités et fissures, arrachage des végétaux, rejointoiement en affleurements des têtes de pierre des ouvrages dégradés, et scellements) en 1998, mise en sécurité du bâtiment en 2001 (traitement des abords, reprises de joints, arrachage des végétaux, remontage de murs)… Tous ces travaux ont nécessité la pose d’un échafaudage.

20De même, en 1993, la pile au revers de la façade occidentale se fissure. L’entreprise Hory-Marçais met en urgence des témoins. Les travaux de consolidation sont réalisés en avril 1994 (Société de restauration du Patrimoine à Longvic - 21) sous la maîtrise d’ouvrage de la DRAC et la maîtrise d’œuvre de Jean-Gabriel Mortamet. Ils sont accompagnés d’intervention sur la végétation parasite, et de « reprises des joints pour remédier aux déficiences des maçonneries ».

  • 17 DEN HENGST (W.), Approche paysagère accompagnant le projet de restauration, Thonon-les-Bains, septe (...)
  • 18 BOTTON (Fr.), Haute-Savoie, Saint-Jean-d’Aulps, église abbatiale Sainte-Marie. Restauration et mise (...)

21En 2001 (fig. 30), suite aux travaux archéologiques menés à partir de 1996 par Anne Baud sur les sols et les élévations une étude paysagère est commandée à W. Den Hengst de Thonon-les-Bains17 par le nouvel architecte en chef François Botton. Ce dernier présente une étude préalable18 qui reprend en totalité les études précédemment citées. Approuvée en mai 2002, le rapporteur souligne alors la véritable collaboration qui a existé entre les différents intervenants.

22À partir de 2002, la mission et la maîtrise d’œuvre sont confiées à l’architecte en chef Jean-François Grange-Chavanis et c’est désormais sous sa conduite que se feront les travaux de restauration et de consolidation.

  • 19 GRANGE-CHAVANIS (J.-Fr.), Département de la Haute-Savoie, Saint-Jean-d’Aulps-74, Abbaye Sainte-Mari (...)

23En juillet 2002 est signé l’ordre de service à CERIAH pour des sondages archéologiques. Un programme et des prescriptions accompagnent ce document : des sondages sont demandés au droit du chevet pour retrouver les niveaux de fondation et vérifier l’hypothèse de l’existence d’un second contrefort ; un deuxième sondage est prévu dans le chœur pour retrouver le sol d’origine ; un troisième dans la nef, entre les piliers nord 5 et 6, afin de vérifier l’authenticité de l’emmarchement, les niveaux de sol et les interventions de Jean-Gabriel Mortamet. Enfin, deux sondages implantés devant le portail et en contrebas de celui-ci permettront de retrouver l’accès primitif. À la suite de ces diverses opérations archéologiques et de l’étude préalable de mai 2001, Jean-François Grange-Chavanis produit en 2003 le Projet architectural et technique pour la restauration et la valorisation touristique du site19.

24Le programme est vaste et il faudra faire appel aux archéologues pour un suivi des travaux qui consistent en la restauration des structures en maçonnerie conservées et à la remise à niveau des sols, suite aux études archéologiques d’Anne Baud ; reprises et restauration des maçonneries jugées trop « rigides » ; aménagement et terrassement des abords de l’abbaye avec mise en place d’un parcours pour accéder au portail, mise en valeur de la façade (création d’une nouvelle rampe d’accès, reprise des murs de soutènement, dépose des marches en béton pour installation d’un escalier en pierre et aménagement d’un parvis, reprise du parement de la pile sud-ouest et révision et rejointoiement ponctuel des deux élévations de façade). À l’intérieur, dans la nef, des drainages sont nécessaires, les niveaux définis par l’étude archéologique sont à restituer, ce qui nécessite une remise à niveau générale en fonction des nouvelles altitudes, et dans le chœur et les chapelles, les dallages installés par Jean-Gabriel Mortamet sont à déposer. Le tout est mis en éclairage. Pour le chevet, des cotes maximales sont données pour que les décaissements restent bien au-dessus des sépultures retrouvées et le contrefort dégagé sera restitué. Tous ces travaux doivent être réalisés sous surveillance archéologique, notamment pour la fin du décaissement de la rampe où l’étude est à compléter et les relevés à poursuivre sur la façade ouest, et pour la nef où les cotes des niveaux de sols finis sont proches de celles des niveaux archéologiques. Les travaux ont été réalisés par l’entreprise Comte de Champdieu (Loire) sous la maîtrise d’ouvrage de la DRAC et la maîtrise d’œuvre de Jean-François Grange-Chavanis. Ils se sont déroulés en plusieurs tranches, interrompues par les intempéries hivernales et les aléas budgétaires de 2004 à 2006. Mais le suivi archéologique préconisé ne sera ni budgétisé, ni mis en place. Des découvertes de sépultures ont été signalées lors de pose de clôture.

2.3.3.2. Les recherches archéologiques (fig. 30)

25En 1996, le projet de réhabilitation des lieux en « domaine des découvertes » mené par la Communauté de communes de la vallée d’Aulps suscita un premier diagnostic archéologique sur le site de Sainte-Marie d’Aulps (Anne Baud, Anne Allimant). Cette intervention, qui permit d’effectuer une première étude sur l’abbatiale et le cloître, fut suivie par plusieurs campagnes de fouille, elles-mêmes complétées d’études architecturales (archéologie du bâti), de recherches ethnobotaniques ainsi que de travaux universitaires. Dès 1997, un sondage est ouvert dans l’angle nord-est du cloître permettant d’évaluer le potentiel archéologique du site : les vestiges d’un cloître moderne sont apparus en contrebas de l’église, au détriment d’un cloître plus ancien (Anne Baud, Isabelle Parron) ; le croisement des sources archéologiques avec les sources textuelles confirme la reconstruction complète de l’ensemble claustral à la fin du XVIIe siècle. En 1998, une première étude de la porterie est effectuée impliquant le relevé des façades (Anne Baud, Anne Allimant). Ce travail est complété l’année suivante par l’étude archéologique des élévations de la ferme (Béatrice Magdinier, Aurélie Devillechaise, Cécile Lerebourg). En 2000 sont conduites simultanément des fouilles à l’est de la porterie, à la base de la rampe dégageant ainsi un nouveau bâtiment lié à l’accueil du monastère (Didier Méhu 2000), puis des relevés archéologiques sur le bâti de l’abbatiale à la Devillechaise). Puis, toujours en 2002, des travaux de restauration du sol et des abords de l’abbatiale autorisent des sondages dans certains secteurs de la nef, du parvis et du chevet. En juin 2005, l’exhumation de vestiges (calades, murs, caniveaux…) sur le chantier du centre d’interprétation de l’abbaye d’Aulps nécessite la mise en place immédiate et donc sans financement, d’un suivi archéologique sous la direction d’Aurélie de Villechaise et de Béatrice Magdinier. On peut, certes, déplorer l’inconfort de cette situation et l’absence de coordination entre les différents partenaires administratifs et scientifiques, mais remercier les intervenants bénévoles intervenus en urgence sur le site.

Fig. 30 - Localisation des opérations archéologiques (1996-2006).

26Parallèlement à ces opérations de terrains, divers travaux universitaires ont été menés sous la direction d’Anne Baud au sein du cursus d’archéologie médiévale de l’Université Lyon 2.

2.3.3.3. Les travaux universitaires

27Outre les opérations archéologiques menées sur le terrain par l’Université Lyon 2 et CERIAH, le site et le thème des « Cisterciens en Rhône-Alpes » développé au sein de l’UMR 5138, ont fait l’objet d’une série de travaux universitaires.

28Une première maîtrise, soutenue par Emmanuelle Chevalier en 2000, dresse un bilan du site abbatial et de la documentation disponible (Chevalier 2000). En 2002, Ève Galtier est chargée, dans le cadre d’un mémoire de maîtrise, de faire l’inventaire et d’étudier les carreaux de pavement trouvés sur des sites cisterciens de Rhône-Alpes. La belle série anciennement mise au jour et conservée à Saint-Jean-d’Aulps, ainsi que les carreaux découverts lors des fouilles récentes, furent le point de départ de cette recherche (Galtier 2003).

29Enfin à partir de 2003, Marianne Escoffier entreprend un travail de longue haleine et totalement novateur sur le monde des convers (Escoffier 2004, Escoffier 2006). Si sa recherche porte essentiellement sur l’abbaye d’Aiguebelle (Drôme) où les parties dévolues aux convers sont remarquablement bien conservées, l’auteur a été appelée à s’intéresser à différents sites cisterciens et, bien-sûr, à celui de Sainte-Marie d’Aulps.

30Par ailleurs, Arnaud Delerce mène depuis 2003 une recherche historique sur le chartrier de l’abbaye Sainte-Marie d’Aulps dans le cadre d’une thèse soutenue à l’Université Lyon 2 en décembre 2009. Ses travaux ont donné lieu à un premier diplôme (Delerce 2003), puis à plusieurs publications (Baud, Delerce 2004, Delerce 2005, Delerce 2008). Ces recherches ont de ce fait alimenté l’historique du site et de l’abbaye qui tiennent une place importante dans cet ouvrage. Sa contribution a été pour ce dernier un apport original puisque l’essentiel de la documentation historique utilisée est de première main.

31Enfin, durant les étés 2000 et 2001 Didier Méhu, actuellement enseignant à l’Université de Laval à Québec, est venu participer à la fouille de l’ancienne structure d’accueil.

32Des échanges ont également eu lieu avec d’autres organismes ou associations, que ce soit sur le terrain ou lors de séminaires organisés par l’Université Lyon 2. Ainsi, en mars 2004, s’est tenu un séminaire ayant pour thème : Les espaces d’accueil. Les porteries et les circulations de l’intérieur du monastère vers l’extérieur auquel ont participé Benoît Chauvin (CNRS) et l’Association pour la Promotion touristique et culturelle de l’abbaye de Villers (Belgique, province de Brabant-Wallon). Cette dernière a assuré dans sa revue trimestrielle la publication de la double communication d’Anne Baud et Arnaud Delerce (Baud, Delerce 2004). Des liens étroits ont également été établis dès le montage des premières opérations, avec l’architecte conseil du CAUE de la Haute-Savoie, Guy Desgrandchamps, qui sera par la suite chargé de la rénovation de la ferme. L’exemple de cette collaboration fit l’objet d’une présentation lors d’une table-ronde sur l’archéologie du bâti qui s’est tenue en novembre 2001 à Saint-Romain-en-Gal (Baud, Desgrandchamps, 2005).

2.4. Aux sources d’Aulps

2.4.1. La documentation graphique

33Les bâtiments qui subsistent aujourd’hui de l’église et du monastère Sainte-Marie d’Aulps ne sont que le pâle reflet de l’étendue du domaine abbatial qui s’est développé entre le XIIe et le XVIIIe siècle. Contrairement à la période médiévale, privée de toutes formes de documentation graphique, les époques moderne et contemporaine bénéficient d’un ensemble iconographique important qui se compose de plans, de gravures et de photographies retranscrivant la réalité du site depuis sa dernière occupation monastique à sa destruction. Le seul plan conservé est issu de la Mappe Sarde réalisée au début du XVIIIe siècle (fig. 31) ; il présente la disposition des bâtiments monastiques à l’époque moderne. Les images de l’abbaye constituent un corpus plus important, mais peu de documents sont anciens ; la plupart des gravures et autres dessins présentent l’abbaye en état de ruine amoindrissant leur valeur documentaire. Par ailleurs, la méconnaissance de la perspective ou la fantaisie de l’artiste l’ont souvent emporté sur la représentation architecturale. Nous devons malgré tout à certains de ces dessinateurs des vues uniques du monastère à une période où le mouvement romantique n’avait de cesse de se nourrir de belles ruines (fig. 33 et 36). Les photographies complètent cet ensemble iconographique. Elles sont de deux sortes : les photographies de l’abbé Coutin aux prises avec les pierres de l’abbaye et les cartes postales réalisées au début du XXe siècle (fig. 38), lorsque l’enceinte monastique subsistait encore sur une importante hauteur.

Fig. 31 - Extrait de la Mappe Sarde de l’abbaye Sainte-Marie-d’Aulps (1732) (AD de Haute-Savoie - 1 CD 207).

34• « Carte générale des endroits où l’abbaye de Tamié, fondée en 1132, a possédé et aliéné et de ceux qu’elle possède encore aujourd’hui, savoir : juridiction, maisons fortes, granges, moulins, foulons, battoirs, scies, fiefs, dîmes, censes, montagnes, pâqueages, cours d’eau, pêches, exemptions de leyde, péages, pontonnages et autres privilèges, dressée sur les titres des Archives de ladite abbaye en 1706, présentée par dom Jean-François Cornuty, abbé de Tamié, par ses très humbles et très obéissants religieux, F. Joseph Molly et F. Joseph Chirondes », Abbaye de Tamié, détail, abbaye de Sainte-Marie d’Aulps (fig. 32).

Fig. 32 - « Carte générale des endroits où l’abbaye de Tamié... a possédé et aliéné… ». Détail : abbaye de Sainte-Marie d’Aulps en 1706 (Abbaye de Tamié).

35Il s’agit du plus ancien document graphique connu de l’abbaye. La carte dressée d’après les titres des archives de Tamié en 1706, représente les abbayes du duché de Savoie. Chaque croquis est individualisé. L’abbaye de Sainte-Marie d’Aulps est figurée dans son cadre géographique, par quelques bâtiments caractéristiques ceints de murailles tels que l’église et les bâtiments conventuels ( ?) auxquels s’ajoute un petit édifice non identifiable. On peut relever quelques détails d’importance : un pont franchissant la Dranse, le clocher de l’abbatiale et la porte dans la muraille, livrant un accès à l’abbaye.

Mappe du cadastre sarde de 1732, 1/2400e environ Archives départementales de la Haute-Savoie, n° 207 (fig. 31).

36Le plan de l’abbaye de Sainte-Marie d’Aulps porté sur la Mappe sarde est le plus ancien que l’on possède. La Mappe a été réalisée en 1732, à la suite de l’édit royal de Victor-Amédée II de 1728, qui entreprit la levée du cadastre général de la Savoie pour fournir une base plus juste aux impôts. Ce plan traduit parfaitement l’organisation du monastère à l’époque moderne, autrement dit, cinquante ans avant son abandon. Les couleurs indiquent la nature des parcelles : en rouge sont représentées celles qui sont construites, en vert, les bois et les prairies et en gris les rochers. On repère ainsi aisément l’enclos monastique, bordé au nord par le torrent du Clénant et traversé au sud par le bief. Au centre, se trouvent l’abbatiale, le cloître et les bâtiments conventuels : l’église est directement reliée à la route par un chemin qui correspond à l’ancienne rampe. Au nord/ouest, la ferme occupe une parcelle importante ; enfin à l’est, au-delà du chevet, sont situés divers bâtiments dont la maison abbatiale. Aujourd’hui, la route de Saint-Jean d’Aulps, construite au début du XXe siècle, coupe ce dernier secteur du reste de l’abbaye, mais la première maison du hameau conserve encore les traces de l’ancienne muraille. Au-delà, se situent le cabaret et le moulin.

• « Ruines de l’abbaye d’Aulph », lithographie de J. Werner, tirée de l’ouvrage de Joseph Dessaix : La Savoie historique, pittoresque, statistique et biographique, Chambéry, 1854 (fig. 33).

Fig. 33 - « Ruines de l’abbaye d’Aulph », lithographie de J. Werner, tirée de l’ouvrage de Joseph Dessaix : La Savoie historique, pittoresque, statistique et biographique, Chambéry, 1854.

37Cette vue de l’église Sainte-Marie d’Aulps, effectuée à partir de l’ouest, est caractéristique des représentations romantiques du XIXe siècle. Peintres, écrivains et voyageurs se plaisent alors à dépeindre les vestiges de monuments dont la redécouverte marque un tournant dans l’histoire de l’Art. À travers ce relevé, J. Werner souhaite davantage évoquer l’ambiance nostalgique qui environne cette majestueuse ruine, que reproduire une réalité architecturale. C’est ainsi qu’au premier plan, le sol est jonché de chapiteaux surdimensionnés, peu en rapport avec l’échelle du bâtiment indiqué par la présence de promeneurs. Ce dessin, probablement exécuté de mémoire sur la base d’une esquisse, reproduit l’abbatiale ruinée, ce qui est la réalité dès le premier tiers du XIXe siècle. Mais il trahit également un certain nombre d’invraisemblances comme la porte occidentale ouvrant sur le collatéral nord, le percement de baies au niveau du faux triforium et l’absence de la tourelle d’escalier dans l’angle nord-ouest de la façade.

38On peut néanmoins noter la présence d’un cône de déblais qui s’écoule du portail occidental vers le parvis ; ce détail trahit une certaine réalité qui a retenu l’attention de l’artiste, celle du dépeçage de l’abbaye. En effet, cet amoncellement sableux sert de chemin de bardage pour rouler les éléments (pierres de taille de dimensions conséquentes, pièces sculptées…) arrachés aux parements afin de les évacuer sans les casser.

• « Abbaye de St Jean d’Aulph », peinture de Henry-John Terry (1818-1880) datée du 5 juin 1863. Collection communauté de communes de la vallée d’Aulps, acquise en 2003 (fig. 34).

Fig. 34 - « Abbaye de Saint Jean d’Aulph », peinture de Henry-John Terry (1818-1880) datée du 5 juin 1863.

39L’œuvre présente l’abbaye vue du sud et prend le contrepied de la précédente. Proportions et détails sont dessinés avec une grande rigueur, jusqu’aux claveaux de l’arc de décharge de l’escalier du dortoir. L’artiste romantique joue avec adresse sur le paysage contrasté que livre l’environnement végétal et le bâti minéral.

• « Le rendez-vous de chasse », lithographie d’après le dessin de Félix Benoist pour l’ouvrage de Joseph Dessaix, Nice et Savoie, Paris, 1864 (fig. 35).

Fig. 35 - « Le rendez-vous de chasse », lithographie d’après le dessin de Félix Benoist pour l’ouvrage de Joseph Dessaix, Nice et Savoie, Paris, 1864.

40Il s’agit d’une vue de l’abbaye à partir du sud. La gravure évoque l’esplanade que forment, au sud de l’église, les anciens cloîtres et bâtiments conventuels dérasés. Le sujet est un rendez-vous dans les ruines de l’abbaye regroupant des chasseurs autour d’un feu. Le dessinateur a représenté de manière rigoureuse l’architecture de l’église. Le mur nord du transept est une nouvelle fois représenté sur une hauteur plus importante qu’il n’est conservé aujourd’hui. Au premier plan, des vestiges de structures s’alignent à l’emplacement théorique des bâtiments conventuels ; un arc en plein cintre pourrait éventuellement correspondre à l’ouverture d’une cave ou d’une salle semi-enterrée.

• « Abbaye de Saint-Jean d’Aulps », lithographie de Henry-John Terry, tirée de l’ouvrage de Francis Wey, La Haute-Savoie, Paris, Genève, 1866 (fig. 36).

Fig. 36 - « Abbaye de Saint-Jean d’Aulps », lithographie de Henry-John Terry, tirée de l’ouvrage de Francis Wey, La Haute-Savoie, Paris, Genève, 1866.

41L’abbatiale Sainte-Marie d’Aulps représentée dans l’album de Francis Wey est vue à partir du nord, depuis le petit pont qui enjambe le Clénant. Plus réaliste que la précédente, cette lithographie reproduit assez fidèlement l’état de l’élévation de la nef. À gauche, le mur du transept est reproduit avec deux petites fenêtres ébrasées qui ont actuellement disparu. Bordant le chemin conduisant à l’abbatiale, l’artiste a également indiqué un mur continu qui peut être interprété comme étant les vestiges de l’enceinte.

• « Saint-Jean-d’Aulph – Les ruines de l’église G. H. A. », Carte postale antérieure à 1925 (fig. 37).

Fig. 37 - « Saint-Jean d’Aulps. Les ruines de l’Église G. H. A. », carte postale antérieure à 1925.

42Ce document présente l’abbaye dans son site avant l’ouverture de la route qui coupera l’église de son contexte monastique. La prise de vue restitue la vision que pouvaient avoir les hôtes et les pèlerins lorsqu’ils arrivaient à l’abbaye. L’abbatiale dont on note une fois de plus la monumentalité, est ici encore totalement inscrite dans son contexte topographique naturel, sachant qu’au Moyen Âge la végétation devait être moins prégnante. Porterie et ferme constituent une solide enceinte septentrionale pour l’abbaye, évoquant ce que devait être la clôture monastique. Il faut bien sûr restituer à l’est un mur déjà détruit lors de la prise de ce cliché.

• « Vue de l’ancienne abbaye dans la vallée d’Aulps », carte postale du début du XXe siècle (fig. 38).

Fig. 38 - « Vue de l’ancienne abbaye dans la vallée d’Aulps », carte postale du début du XXe siècle.

43Plusieurs cartes postales ayant pour sujet l’abbaye d’Aulps ont été éditées au début du XXe siècle. Certaines ont une valeur documentaire comme ce cliché de l’abbaye effectué avant les dégagements de l’abbé Coutin et préalablement à l’aménagement de la route. Il s’agit de l’une des meilleures représentations anciennes du site de l’abbaye. Le monastère, situé sur le flanc oriental de la vallée d’Aulps, a conservé son tracé ancien : contrairement au schéma actuel, le mur d’enceinte subsiste sur l’ensemble du pourtour oriental de l’enclos. Sur son tracé et au premier plan, les vestiges de la tour-prison sont facilement identifiables. À gauche, à la hauteur de l’actuel hameau, la deuxième porte de l’abbaye se cache probablement entre une maisonnette aujourd’hui disparue et la première habitation toujours existante. Au loin, on aperçoit sur la droite le hameau de la Moussière, tandis que sur la gauche se trouve le village de Saint-Jean-d’Aulps.

2.4.2. Histoire des archives de l’abbaye

Arnaud Delerce

2.4.2.1. Le chartrier

2.4.2.1.1. Des parchemins « de par les chemins »

44L’état des archives d’Aulps est inconnu durant tout le Moyen Âge. Seules les courtes analyses dorsales de quelques chartes évoquent l’idée d’un classement, au moins de repères pour l’archiviste dont la connaissance du fonds était sans doute essentielle pour retrouver les bons parchemins. Aucun cartulaire médiéval n’est mentionné dans les milliers de chartes ou analyses du fonds d’Aulps, ni même dans l’abondante documentation de l’époque moderne. S’il fut un jour rédigé, le recueil était déjà absent du chartrier à la fin du XVIIe siècle, les rédacteurs des différents inventaires n’ayant pu manquer d’en signaler la présence. L’importance du fonds interdit pourtant de conclure prématurément à l’inexistence d’un tel document. Une des circonstances les plus propices à une appropriation étrangère fut l’occupation de la vallée par les Valaisans de 1536 à 1569. Les gouverneurs jouissaient de tous pouvoirs et logeaient à l’abbaye avec leur personnel administratif. Les recès de la diète valaisanne sont malheureusement muets sur une possible utilisation d’un cartulaire (Truffer 1977).

  • 20 AD Savoie, SA 3434, archives camérales, fonds des abbayes, fol. 12r°-v°.
  • 21 Ibid, fol. 12v°.
  • 22 AD de Savoie, 4 B 122. Correspondance de dom Antoine de Savoie.

45De fait, la première mention d’un lieu affecté à la conservation des archives d’Aulps date de 1526. Elle est connue par une précision d’un texte de 1638 et ne concerne que des exigences en matière de restriction des accès au fonds20. Trois clés étaient alors nécessaires pour pénétrer dans le chartrier. Deux étaient confiées aux moines, la troisième au fermier d’Aulps. L’emplacement de la salle est précisé en 1638 par Jacques Beraud, conseiller en mission de l’abbé commendataire. Elle se situait alors à l’angle nord-est du cloître, à l’étage. La pièce était protégée par deux portes dont une, pare-feu, était en fer21. L’homme préconisa de confier l’une des clés à un « officier de judicature » pour en inventorier les titres, mission dont nous ne savons si elle fut menée à bien. Malgré l’état de délabrement du cloître durant toute la seconde moitié du XVIIe siècle, un certain soin est amené à l’entretien de la pièce. Le 25 avril 1665, 42 florins sont délivrés au charpentier d’Aulps, Guérin Rollaz, pour la besogne et ramure qu’il a charge de faire sur les archives de l’abbaye d’Aux22. En 1692 la salle des archives fut aménagée lors d’importants travaux :

  • 23 AD Haute-Savoie, 2 E 9468, minutier du notaire Vulliez, Acte d’estat des bastiments de l’abbaye d’A (...)

laquelle cave a sa porte sur le cloître proche de celle de l’église, et sur la moitié de la contenance de ladite cave du costé du levant l’on y auroit contruit une chambre vouttée pour les archives23.

46Dès lors, deux clés seulement sont mentionnées. En 1717, l’abbé de Tamié Arsène de Jougla en visite régulière à Aulps précise :

  • 24 Quittances établies en faveur de celui qui est dépossédé momentanément ou définitivement de ses piè (...)
  • 25 AD Savoie, SA 206, fonds de l’abbaye de Tamié. Registre des administrations des abbés de Somon, Cor (...)

la clef des archives que la communauté garde enfermée dans le coffre du dépôt, d’où on la tirera toutes les fois qu’on voudra aller aux auxdites archives, et on ne la remettra jamais à personne de dehors ; mais le prieur ou le sous-prieur avec le cellérier, toujours au nombre de deux, entreront dans les archives avec celuy là seul qui sera le porteur de l’autre clef qui est entre les mains de monseigneur l’abbé commendataire ou de ses agens. Et nous enjoignons auxdits religieux qu’il ne s’égare aucun titre et qu’on fasse les chargés24 de ceux qu’on tirera desdites archives, et que lesdits chargés n’en sortent jamais25.

  • 26 Le prieur peut agir quelques-fois comme procureur de l’abbé.

47Hors période d’inventaire ou à de rares exceptions près26, les moines n’avaient donc pas directement accès aux archives. En théorie, seuls l’abbé commendataire et ses procureurs – ou l’économe en cas de vacance –, les sénateurs du Sénat de Savoie et plus tard l’intendant du Chablais étaient habilités à prélever les chartes, souvent à l’occasion de procès. Malgré toutes ces précautions destinées à préserver les intérêts financiers royaux, les occasions de désorganiser les archives étaient nombreuses.

48Le premier à s’en préoccuper fut, semble-t-il, l’abbé commendataire Antoine de Savoie (abbé de 1646 à 1688). Il soupçonna ainsi les anciens occupants valaisans d’avoir emporté une partie des archives. Suite à un mémoire rédigé dans les années 1680 et à cette note :

  • 27 Maxen ou Magschen, famille du dizain de Rarogne, établie à Rarogne et Saint-Germain depuis la fin d (...)
  • 28 AD Savoie, 4 B 127, fonds du Sénat de Savoie, correspondance de dom Antoine de Savoie.

le dernier gouverneur du mandement d’Aux au nom des seig [neu] rs du pays de Valley qui s’appelloit Maxen27, emporta quantité de titres de l’abbaye d’Aux et des membres qui en despendent. C’est pourquoy il est requis qu’il plaise à S. E. d’obtenir de Madame R [oya] le une lettre de créance et de recommandation à monsieur Stocalper, grand baillif du Valley, de faire remettre aux agents de sad [it] e E [xcellen] ce par les héritiers et rière enfants dud [i] t Maxen habitant à Rarogne, lieu sittué en l’Haut Valley, les tiltres dont ils sont saisis de l’abbaye d’Aux soit de la vallée28.

49Il diligenta une enquête. Le résultat, s’il y en eut un, n’est malheureusement pas connu et ne permit de toute évidence aucune restitution.

50La réintégration des titres parcourant les méandres de l’administration judiciaire savoyarde était aussi problématique que les prélèvements dus aux guerres et aux occupations étrangères. En effet, nombreux étaient les parchemins présents chez les notaires pour leur transcription, chez les avocats pour leur interprétation, chez les abbés commendataires, leurs procureurs et la partie adverse pour en examiner l’authenticité. En 1688, le conseiller d’état et président ordinaire de la cour des comptes, Joseph de Bertrand, examinant les archives d’Aulps, notait :

  • 29 AD Savoie, SA 3435, archives camérales, fonds des abbayes, fol. 7r°.

il [un simple clerc chargé d’inventorier les chartes] ne pourroit empecher l’entrée aux archives a touttes sortes de personnes et du lieu, du voisinage, des fermiers, favettiers ou des relligieux, que les uns et les autres pouvoient avoir interest a se saisir de plusieurs de ces tittres et les emporter, que les malheurs n’arrivoient que trop souvent dans de pareilles occasions et qu’il n’y avoit que l’authorité d’un magistrat qui put l’empecher. [...] Ces tiltres pourtant estoient les plus importants des bénéfices puisque c’estoient par eux que les plus liquides et les plus spécieux revenus s’establissoient et c’estoit les tiltres qui pouvoient le plus facilement estre écartés soit par la coustume qu’on est d’en prester aux fermiers ou en les communiquant en des procès ou en les remettans a des commissaires pour faire renouver29.

51À la même date, une trentaine de chargés, dont l’un vieux de quarante ans, était inventoriée dans un livre. Leur teneur, succincte, était à l’exemple de celle-ci :

  • 30 Ibid. fol. 336r°.

Le 7 de 9bre 1666, j’ay encor retiré des dittes archives cinquante quattre parchemins, deux copies contenant six feulliets et demy escripts et cinq autres feuilliets de papier [...] que je promet rendre au premier jour signé de Leaulte prieur. Plus 14 chargés de divers particuliers qui ont retiré des tittres des dittes archives le dit an et jour30.

  • 31 Arch. di Stato, Torino, Sezioni Riunites, Camerale Savoia, Economato dei Benefizi vacanti, Abbazia (...)
  • 32 Ibid.
  • 33 AD Haute-Savoie, 57 J 68, fol. 638v°. Jacques, rédacteur de l’inventaire, note « Nombrement des tit (...)

52Les remarques de Joseph de Bertrand s’appliquent au siècle suivant. Le 12 mars 1764, un certain nombre de titres se trouvaient à Chambéry au domicile de l’abbé de Blonay, récemment décédé. Un commissaire fut tardivement chargé de les récupérer31. En 1792, la Révolution figea le cheminement des actes. Le 30 juin, des chartes remises par l’administrateur des bénéfices vacants du diocèse de Genève, le chanoine de Genève Claude-Marie Chappaz, à Jean-François Duc, le procureur épiscopal, pour en faire la restitution à l’abbaye, n’atteignirent jamais leur destination32. Lorsqu’il est connu, le volume des pertes est édifiant. Ainsi, plus de deux cent actes disparurent entre 1678 et 1688. Si certains réapparurent dans l’inventaire Jacques de 1736-1737, la plupart était déjà définitivement perdue à la fin du XVIIe siècle. Pour la période de 1688 à 1736-1737, les pertes peuvent être estimées à environ 150 parchemins33.

2.4.2.1.2. Un chartrier bien encombré

  • 34 AD Savoie, 4 B 120. Correspondance de dom Antoine de Savoie.
  • 35 Soit les millésimes de fabrication des étagères et la rédaction de l’inventaire Jacques.

53Les conditions matérielles de conservation des parchemins à l’intérieur du chartrier sont bien connues pour la fin du XVIIe siècle. Dès 1678 le notaire Tavernier mit soigneusement les chartes en ordre lorsqu’il dressa son inventaire. Il demanda probablement la réalisation de nouvelles étagères qui furent fabriquées peu après le 14 novembre 1684, d’après un mandat délivré au charpentier Charles Rollaz34. Par la suite, le seul aménagement notable fut l’abandon des coffres pour un meuble à tiroirs numérotés, entre 1684 et 173635, peut-être à l’occasion du déménagement de 1692.

54Le nouveau meuble réalisé à la fin de l’année 1684 n’empêcha pas le plus grand désordre de régner dans la pièce à peine quatre ans plus tard. Envoyé à Aulps au début de l’année 1688 consécutivement au décès de l’abbé commendataire, Antoine de Savoie, Joseph de Bertrand peignit un exceptionnel tableau de l’état du fonds :

  • 36 AD Savoie, SA 3435, fol. 1-45.

le troisieme mars [1688] de bon mattin nous allâmes aux archives en l’assistance de don Dominique de Villy prieur clostral de l’abbaye d’Aulps et don Claude Chastenoud et don Maurice Baud ses relligieux, et en leur présence nous fîmes ouvrir les dittes archives. Y estant entrés, nous trouvâmes une grande confusion dans cette archive. [...] Nous ne pouvions pas laisser cette archive dans la confusion ou elle estoit, tous les titres et les livres, même de reconnaissance, étant dans la poussière et par terre, n’y ayant point de plancher en ladite abbaye et y ayant plus de quatre pieds de poudre avant que de trouver le pavé […] qu’il y avait trois coffres pleins d’une partie des titres qui étaient aussi pleins de rats. Nous les voyons en effet courir par l’archive. […] L’archive étant longue, étroite, obscure, fort froide et très embarrassée, nous fûmes contraints de faire sortir tous lesdits titres pour les mettre sur une petite galerie auprès de l’archive et là, nous travaillâmes à les inventorier, les ranger et les cotter. […] Et le 4 mars jusques a diné [...] nous les numérotâmes, nous les cottâmes, nous y mismes des inscriptions chacun selon leurs lieux. Et après avoir faict bien nettoyer l’archive, nous les y rangeâmes chacun dans son ordre, sur des rayons a main droictte en entrant, asses eslevé pour estre hors de la poussière et a l’abry des rats et cependant très visibles pour estre veu et trouvé dès qu’on aura besoingt. [...] Nous fismes donc prendre tous les dicts tittres et le premier jour qui estoit le 5 mars, nous les estendimes tous dans le refectoir des relligieux où il y avoit quattre grandes tables. Mais cela n’ayant pas suffi pour contenir tous lesdicts tittres, du moins en les distinguant comm’il estoit nécessaire, nous fusmes contrainct de nous servir de plusieurs bancs, mis a cotté des dittes tables, sur lesquels nous mismes aussy des tittres, et tout cela ne suffisant pas, nous en misme sur le plancher [...]. Le 6 mars [...] nous prirent chacun une des dittes tables, bancs, soit auttres endroicts où les tittres avoient été rangés le jour précédent. Et a mesure que Me Tavernier en nommoit porté par son dit inventaire, chacun avoit soin de voir s’il estoit dans son repartement et l’examiner si c’estoit le mesme et pour lors le produisoit pour estre controllé, numéroté et enquaissé [...] En travailliant despuis les 7 heures du mattin jusques à 8 h du soir et sans se détourner qu’une heure pour disné, nous vinmes à bout dans deux jours et demy du dict revestissement qui estoient les 6, 7 et 8 mars [...]. Tout cela étant fait, le 8 mars après dîner nous trouvâmes encore deux coffres pleins de titres, l’un n’était plein que de titres entièrement déchirés biffés et rompus et il en sorti plus de dix rats lorsque nous voulûmes le faire vuider. Nous nous constantâmes de le faire nettoyer et le remettre dans l’archive, l’autre estoit plein de plusieurs tittres rompus en divers endroicts. Après en avoir examiné plusieurs, nous vismes qu’une partie consistoit en obligations prescriptes ou quittances inutiles et sur beaucoup il estoit escript qu’ils ne servoient plus à rien et les autres estoient rompus, nous ne crûmes pas debvoir les inventarier parce que cela nous auroit arrester encor plus de deux jours. Nous les constâmes, nous en trouvâmes 200 que nous fismes bien clouer, nous intitulâmes la ditte quaisse et la fismes porter aux archives. [...] Nous trouvâmes encor des rouleaux de recognoissances qui estoient cachés derrier les garde robbes. [...] Nous employâmes une partie de la ditte apres disné 8e mars à ranger tous les tittres dans dix caisses [...]36.

55Un siècle plus tard, à la Révolution, les quelque trois mille actes de l’un des plus grands chartriers ecclésiastiques de la Savoie furent dispersés. Plusieurs familles de Saint-Jean-d’Aulps s’approprièrent la majeure partie des titres, probablement dans les trois premiers mois de l’année 1793, entre le départ des derniers moines et l’arrivée de trente-six chasseurs corses en cantonnement à Aulps le 29 mars (Chaperon 1930 : 52-54). Dès lors et jusqu’à nos jours, les actes originaux ont, dans leur immense majorité, finit leur histoire comme couvertures de carnets de notes, découpés et cloués en amulettes protectrices dans les étables, vendus ou donnés à des collectionneurs, brûlés ou tout simplement jetés par les nouveaux propriétaires d’une maison proche de l’abbaye. Jusqu’à une date très récente, dans les années 1980, la démolition de la cure insalubre de Saint-Jean-d’Aulps offrit l’occasion à quelques particuliers mal intentionnés de prélever de nouvelles chartes originales réunies par les curés du village.

2.4.2.1.3. La diffusion d’épaves du chartrier

56Fort heureusement, les parchemins ne disparurent pas tous de la sorte. Au cours de l’enquête de terrain réalisée pour la reconstitution du chartrier d’Aulps (Delerce 2003), certains habitants de Saint-Jean-d’Aulps ouvrirent leurs archives pour y trouver des documents hors chronologie ou hors propos, tel un acte du XIVe siècle, trois du XVe siècle ou quelques belles pages des décrets d’Yves de Chartres d’une main du XIIIe siècle. Les procureurs de la paroisse de la Moussière conservent par exemple l’original de la donation de l’alpage des Foillys aux consorts du lieu en 1388 et sa confirmation de 1438. Le fait est intéressant. Pour que des sociétés d’alpage soient ainsi en possession d’actes du chartrier garantissant leurs droits fonciers, il fallut sans aucun doute possible un pillage organisé et méthodique du chartrier d’Aulps.

  • 37 Archives paroissiales de Morzine, Quittance pour la démolition du clocher de l’église abbatiale, 15 (...)
  • 38 Né le 14 octobre 1814, prêtre en 1841, obtient le titre de docteur en théologie à Turin. Il ne semb (...)

57Qui en furent les organisateurs ? Les soupçons se portent sur la famille Buttet, composée de notaires, d’ex-châtelains d’Aulps et d’ecclésiastiques. Ils tinrent dès le XIXe siècle un rôle déterminant dans la diffusion d’épaves du chartrier. Leur position sociale avantageuse et leur maîtrise du latin et de la paléographie, plaident en faveur d’une mainmise sur une importante partie des titres de l’abbaye dès le départ des moines. Quelques rapides portraits dévoilent leur implication dans la vie du village. En 1792, le notaire Marie-François Buttet était le député de Saint-Jean-d’Aulps à l’Assemblée des Allobroges qui vota la confiscation des biens religieux en les plaçant sous la surveillance des municipalités... Municipalité de Saint-Jean-d’Aulps dont le premier maire fut Jean-François Buttet en 1793. Ces coqs de village opportunistes savaient que la situation pouvait se renverser à tout moment et rendre possible un retour des moines. Ils jouèrent ainsi pendant toute la Révolution un double-jeu. Thérèse Carron, veuve d’un autre notaire Buttet logeait et ravitaillait les prêtres réfractaires, mais donnait le change en n’hésitant pas à payer la démolition du clocher de l’abbatiale37. Nul doute qu’ils conservèrent pendant toute la Révolution les titres les plus importants dans leurs propres archives, « au cas où ». Que devinrent-ils ? En 1840, Léon Ménabréa visitant l’abbaye d’Aulps en compagnie de Louis Cibrario rencontra Félix Buttet38. Un ou deux mois après leur passage, ce jeune ecclésiastique leur communiqua plusieurs chartes :

je reçus de sa part un coffret plein de parchemins d’où j’ai extrait les documents qui m’ont paru offrir quelque intérêt historique (Ménabréa 1843 : 218).

58Les descendants de cette famille détenaient encore dans les années 1970 un certain nombre de documents (Mariotte 1971 : 141-145). Ces actes sont aujourd’hui introuvables, d’après les informations fournies par les héritiers. Les chartes du coffret de Félix Buttet suivirent un cheminement étonnant. Grâce à la publication qu’en fit Léon Ménabréa en 1843 (Ménabréa 1843), il est possible d’affirmer qu’une partie importante des chartes achetées par l’abbé Ducis pour les Archives départementales de la Haute-Savoie en 1885 et aujourd’hui conservées dans la série 6 H, proviennent du coffret cédé par l’abbé Buttet à Léon Ménabréa en 1840. Il est plus surprenant de constater que c’est également le cas des parchemins conservés à l’abbaye de Tamié, acquis probablement par les archivistes Alexis Presse ou Anselme Dimier, selon un parcours qui reste à préciser.

59À la suite de Léon Ménabréa, les voyages d’érudits sillonnant la vallée d’Aulps en quête de parchemins se multiplièrent, comme Jacques-Adrien Bonnefoy de Sallanches. Il transmit ses découvertes à Mallet, Le Fort et Lullin qui les éditèrent dans les colonnes des mémoires et documents publiés par la Société d’histoire et d’archéologie de Genève (Lullin, Le Fort 1862). Joseph Huguenin, de la Société savoisienne d’histoire et d’archéologie, en acquit une centaine avant 1861, dont trente-deux furent publiées par François Rabut en 1891 (Rabut 1891). Elles sont aujourd’hui toutes conservées aux Archives départementales de la Savoie, sous la cote 7 F 11. L’Académie chablaisienne, constituée plus tardivement, n’est pas en reste, mais la trentaine de chartes d’Aulps qu’elle possède concernent à deux exceptions près les XIVe et XVe siècles. Ses fonds sont déposés à Annecy aux Archives départementales de la Haute-Savoie, sous la cote 43 J. Quelques actes isolés sont présents aux Archives d’État de Genève, à Lausanne, à Berne, encore qu’à une exception près ces derniers ne concernent pas directement Aulps.

60En définitive, on peut estimer à dix pour cent la proportion d’actes originaux aujourd’hui conservés par rapport à la composition du chartrier moderne. De nombreuses copies d’actes intégraux rédigées par des notaires, érudits et autres généalogistes portent la proportion à un peu moins de 20 % (Delerce 2003).

2.4.2.2. Les inventaires

2.4.2.2.1. Présentation

61La majeure partie des archives d’Aulps ayant été dispersée à la Révolution, l’étude conjointe de deux inventaires modernes est incontournable pour qui s’intéresse à Aulps. Ces deux documents ont pourtant connu des destins opposés. L’inventaire Jacques est passé à la postérité par l’édition discutable qu’en fit l’abbé Gonthier au début du XXe siècle. Elle a constitué pendant longtemps la seule source permettant de connaître l’histoire d’Aulps. Au début des années 1980, le dépôt par le curé de Saint-Jean-d’Aulps, Noël Bouvet, de l’inventaire de 1739 aux Archives départementales de la Haute-Savoie offrit à un petit nombre de chercheurs un instrument de recherche plus fiable que l’édition Gonthier. L’inventaire Tavernier fut en revanche oublié dans les archives du Sénat de Savoie et, à notre connaissance, seuls quelques chercheurs bien renseignés l’ont utilisé ou l’utilisent de manière ponctuelle.

62La localisation de ces deux inventaires permet de comparer les analyses des actes aujourd’hui disparus sous deux approches distinctes. Il semble en effet que Jacques ne s’inspira pas du travail de son prédécesseur, sinon pour prendre note des deperdita. Ces deux travaux indépendants sont étonnamment complémentaires. De manière générale, Tavernier s’attacha plus aux sommes ou aux personnes citées que son futur confrère. Ses analyses individuelles des quittances sont un point fort. Le point faible est celui d’une datation souvent réduite au millésime. On pourrait inverser pour Jacques, qui délaissa les quittances en les inventoriant par groupes de treize, vingt, voire cent, mais consacra une importante partie de son travail à l’inventaire des terriers, ses datations sont généralement plus précises. L’impression générale est celle de deux inventaires précis, soignés et rigoureux.

2.4.2.2.2. L’inventaire Tavernier de 1678, modifié en 1688 et ses copies

63Le document se présente sous la forme d’un in-folio, couverture parchemin vierge, de 446 folios. Les analyses sont précédées d’une table foliotée. L’ouvrage est en assez bon état, bien que la tranche soit déformée. L’écriture du notaire Philippe Tavernier, malgré l’utilisation d’une encre claire, est assez facilement lisible. Il commença la numérotation dès le onzième folio, après la table. Le premier folio porte cette mention :

Inventaire raisonnel et instructif des titres escripts en parchemin qui sont dans les archives de l’abbaye d’Aux faict et dressé par Me Phillippe Tavernier commissaire d’extentes bourgeois d’Evian speciallement commis a la part de S. E. monseigr. dom Anthoine de Savoye abbé de ladite abbaye pour la confection dudit inventaire. 1678. Dessous, de la main des sénateurs Delescheraine ou Favier : Et du depuis après la mort du dit feu seigr. abé les commissaires du Sénat s’étant transporté en laditte abaye auroient trouvé que ledit inventaire n’etoit point cotté conformément aux titres et qu’en l’état le présent inventaire etoit comme inutile ils ont revestis iceluy et l’ont cotté conformement aux susdits titres et y ont aiouté une grosse quantité qui n’avoient été inventoriés et encor une notte des deficit à la fin de tout quoy les seigrs senateurs Delescheraine et Favier procur [eur] général commissaires ont dressé verbail qui est aux archives du Sénat, le tout en février de 1688.

  • 39 Antoine de Savoie, fils naturel du duc de Savoie Charles-Emmanuel 1er, est pourvu de la commende d’ (...)
  • 40 AD Savoie, 4 B 127, archives de dom Antoine de Savoie. La cote contient toutes les pièces ici utili (...)

64L’origine de ce manuscrit remonte au 20 novembre 1670. Le sénateur Pierre-Gabriel Dufour d’Émeraude, intendant général de l’abbé commendataire Antoine de Savoie39 confia alors à Philippe Tavernier, notaire, commissaire d’extentes* et bourgeois d’Evian la mission de proceder a la facture d’un inventaire raisonnel et instruictif de tous et unchacungs les tiltres et papiers qui se treuveront dans les archives de l’abbaye d’Aulx. Tavernier a deux ans pour mener à bien une tâche rétribuée 1100 florins à la condition expresse de n’en distraire aucun [titre] de l’enclos des murailles de lad [ite] abbaye d’Aux. Le contrat prévoyait aussi la rédaction d’une copie du travail original. Le notaire éprouva cependant des difficultés à respecter les délais. En trois ans, il n’accomplit que le tiers de l’inventaire soit environ les analyses d’un millier de chartes. L’abbé Antoine de Savoie prit alors la décision exceptionnelle de confier des chartes à Philippe Tavernier. En octobre 1673, Étienne Charrot, homme de confiance d’Antoine de Savoie, exécuta l’ordre et remit en main propre 1748 chartes au notaire. Le 25 mai 1676, ils se retrouvèrent devant les archives d’Aulps et attestèrent d’y avoir remis tous les parchemins40. L’affaire durait donc depuis près de huit ans lorsque Tavernier acheva son inventaire et le déposa à Aulps en 1678. Pendant dix ans, de 1678 à 1688, cet inventaire compta 2706 analyses de titres provenant du chartrier d’Aulps. Les chartes étaient analysées une à une y compris les quittances et groupées dans des rubriques thématiques : ventes achats, albergements, bulles…, sans mention de lieux. Les analyses ne furent pas classées chronologiquement à l’intérieur de chaque rubrique. Tavernier reprit ponctuellement des extraits en latin et reproduisit certaines chartes in extenso. Quelques détails de l’inventaire montrent que l’homme prit du plaisir à effectuer son travail. Il protégea les sceaux ou pour tel acte qui retint son attention, il n’hésita pas à lui consacrer un développement plus important que le texte original ne l’aurait mérité pour un simple inventaire. L’un des aspects les plus intéressants de son travail est la traque de l’anecdote. Il analysa longuement les actes relatifs, par exemple, à l’endettement des abbés de la fin du XVe siècle, alors que Jacques sera nettement plus réservé sur le sujet. En revanche, la numérotation adoptée par Tavernier dans le B 1690 surprend. À chaque rubrique de son inventaire méthodique, le notaire recommença à « 1 » et cela le rendit tout simplement inutilisable. On s’en rendit bien compte en 1688 :

  • 41 AD Savoie, SA 3435, fol. 13r°-v°.

Maistre Tavernier estant arrivé le 5 mars de grand mattin, nous luy produisîmes l’inventaire que nous avions et qu’il avoit faict et nous luy dîmes que nous ne pouvions pas y trouver aucun tittres pour le revestir. Après l’avoir examiné, il avoüa que cet inventaire estoit presq’inutile, qu’à la vérité il avoit esté tiré sur son original mais imparfaittement, qu’il n’estoit pas entier et que ce qui y manquoit de plus essentiel estoit les chiffres qu’il avoit mit au sien à la marge de chasque titres, lesquels se rapportoient a de pareils chiffres qu’il y avoit dans les tittres, moyennant quoy, nous pourrions facilement le revestir41.

65L’aveu de maître Tavernier permet d’affirmer que l’inventaire B 1690 déposé aux Archives départementales de la Savoie n’est pas le document original, semble-t-il déjà introuvable en 1688, mais sa copie prévue dans le contrat de 1670. Le double ne renvoyait pas aux numéros portés sur les parchemins originaux. Enfin, il faut préciser que l’inventaire Tavernier recense les 349 actes déclarés perdus par Jacques en 1739.

66Le manuscrit ne resta pas longtemps dans son état originel. Le 26 février 1688, deux jours après le décès de l’abbé commendataire Antoine de Savoie, le conseiller d’état et président ordinaire de la cour des comptes, Joseph de Bertrand, marquis de Chamosset reçut ordre de se rendre à Aulps désormais vacante pour, selon la formule, « aller réduire » l’abbaye sous l’autorité de Son Altesse Royale. Au cours de sa mission, l’homme fit apporter de profondes modifications à l’inventaire. Les folios furent d’abord renumérotés dès le premier et les deux chiffres figurent aujourd’hui côte-à-côte dans le coin supérieur droit des pages. Les analyses furent également renumérotées marginalement, de la première à l’analyse 2706. La comparaison des écritures montre que la même main annota le dos des chartes originales en y apposant les numéros correspondants avec parfois une courte analyse. Voilà un fait curieux car Tavernier avoua avoir numéroté les parchemins dix ans auparavant. La seule explication plausible est que le notaire Tavernier, dont la présence à Aulps est connue en 1688, a lui-même procédé aux modifications sur son propre travail. En fin d’ouvrage, l’inventaire fut complété par 196 analyses d’actes omis du numéro 2707 à 2903. Ces analyses sont sommaires, pas plus d’une ou deux lignes, et classées sans souci thématique ni chronologique. Dès 1688, l’inventaire Tavernier modifié comptait donc 2903 analyses qui résumaient le nombre total d’actes présents dans le chartrier d’Aulps à cette date, exception faite des quittances contenues dans les deux coffres remplis de rats. Une fois rangé dans les archives du Sénat de Savoie, l’inventaire Tavernier sombra dans l’oubli.

2.4.2.2.3. L’inventaire Jacques de 1739 et ses copies

67L’inventaire Jacques connut un tout autre destin. L’ouvrage est déposé aux Archives départementales de la Haute-Savoie sous la cote 57 J 68. Il se présente sous la forme d’un fort in-folio relié pleine basane de 642 folios et d’une table non foliotée. L’ouvrage est en bon état. L’écriture, de l’unique main, semble-t-il, de Jacques est facile à lire. Les titres énumérés sont classés méthodiquement selon les lieux étudiés ou le type de document (bulles, privilège…), et chronologiquement à l’intérieur de chaque rubrique. La numérotation adoptée par Joseph-Marie Jacques, au premier abord incohérente, est la même que la révision effectuée en 1688 par les commissaires du Sénat de Savoie sur l’inventaire Tavernier de 1678. Jacques ayant choisi un classement méthodique différent, la numérotation des analyses de son inventaire n’est donc pas continue. Les numéros sont portés en marge avec mention du tiroir du chartrier dans lequel les originaux sont déposés. Les chartes furent analysées une à une, sauf pour les quittances recensées en liasses de treize ou cent, avec des variations notables de longueur suivant l’importance que le rédacteur leur accorde, de deux lignes pour les analyses les plus courtes à plusieurs pages pour les plus développées. Ces résumés sont d’une manière générale un peu plus sommaires que ceux de l’inventaire Tavernier, mais la comparaison entre les analyses et les originaux montre que Joseph-Marie Jacques a effectué un travail rigoureux, tant au sujet des objets que des noms propres ou de lieux. Présent à Aulps au moment de la rédaction de cet inventaire, le moine dom Déage, fin connaisseur des archives et de la topographie environnante d’Aulps, fut sans doute un précieux auxiliaire (Mudry 1988 : 55).

  • 42 AD Haute-Savoie, 57 J 68, Inventaire…, fol. 639-641.

68La rédaction de ce document est la conséquence du décès d’un autre abbé commendataire d’Aulps, Jean-Antoine de Provana en 1734. Une période de vacance du siège abbatial s’ouvrit alors. Pressentant que l’affaire pouvait durer et ainsi nuire à l’intégrité des archives de l’abbaye, l’intendant général de Savoie Bonnaud ordonna la confection d’un inventaire des chartes présentes dans le chartrier d’Aulps. Une fois la patente contresignée par l’intendant du Chablais Graffion le 10 mai 1736, il ne restait plus au commissaire d’extentes et secrétaire de la province du Chablais Joseph-Marie Jacques qu’à s’atteler à la tâche. Il arriva à Aulps le 12 mai 1736, secondé par son secrétaire. Dom Joseph Déage, religieux d’Aulps l’aida également à classer et trier les chartes. Jacques et son secrétaire furent appointés deux livres et dix sols par jour. Il leur fallut seize mois de travail pour mener à bien la coûteuse opération, du 12 mai 1736 au 8 septembre 1737. Après avoir dressé une copie du volume, Jacques envoya l’original à la chambre des comptes de Turin. Le 24 octobre 1739 Pierre-François Bétemps, procureur-mage de la province du Chablais, se déplaça à Aulps pour vérifier le travail de Jacques. Le délai paraît curieusement long entre la fin de la rédaction et la visite, d’autant que l’inventaire original est déjà à Turin mais il comprend probablement le temps nécessaire à la rédaction de cette copie. Jugeant l’ouvrage conforme aux attentes de l’intendant général, Bétemps déposa la copie de l’inventaire et referma la porte du chartrier d’Aulps. Les clés furent remises entre autre à l’intendant du Chablais Graffion, désormais seul habilité à délivrer des chargés42.

69De 1739 à l’arrivée des Français à Aulps en 1792, l’inventaire Jacques était rangé dans le chartrier de l’abbaye d’Aulps. De la dispersion des archives d’Aulps en 1792, à l’été 1840, l’inventaire se trouvait au presbytère de la paroisse de Saint-Jean-d’Aulps où Léon Ménabréa de passage dans la vallée en utilisa quelques extraits (Ménabréa 1843 : 218). Dès lors, l’ouvrage suivit un cheminement singulier. En 1858, il était la propriété du curé de Sciez, Jean-Marie Gaydon originaire d’Essert-Romand (Chaperon 1930 : 192). Léon Charmot-Bressand le copia du 2 novembre 1858 au 8 janvier 1859 et laissa son travail en cure de Sciez. Le document fut ensuite probablement cédé à la mairie de Saint-Jean-d’Aulps par le curé Gaydon. Francis Wey, auteur d’un récit de voyage à travers la Haute-Savoie, signala en effet la présence du manuscrit en 1868 dans les archives de la mairie du village (Avezou 1932). Il n’y resta pas longtemps, à en croire la note savoureuse rédigée à l’intérieur de la couverture de l’inventaire Jacques :

  • 43 Joseph Burnier, maire de Saint-Jean-d’Aulps de 1867 à 1875.

ce livre appartient à la commune de Saint Jean d’Aulph et doit [rester dans les] archives de la mairie pour servir jusque à la conservation des titres. [C’est] dire que personne ne doit suivre l’exemple de Burnier43 qui [n’hésita pas à se] l’approprier et qui l’avait donné à un nommé Baud menuisier à Morzine [en] garantie des 120 francs qu’il lui devait pour du travail fait dans la mairie de Saint Jean.

70Dans ces conditions, l’édile ne fut pas en mesure de répondre aux injonctions de l’abbé Ducis, archiviste départemental de la Haute-Savoie, qui demandait en vain la cession du précieux manuscrit. Néanmoins, la présence même de la note à l’intérieur de la couverture montre que le menuisier Baud ou sa famille le cédèrent à la mairie d’où il disparut à nouveau puisqu’en 1923, l’archiviste Faure en visite dans les fonds municipaux de Saint-Jean-d’Aulps constata l’absence du volume. Entre temps l’ouvrage fut prêté au curé de Saint-Jean-d’Aulps Alexis Chaperon (en charge de 1905 à 1907) pour la rédaction de sa monographie de Saint-Jean-d’Aulps. En effet, son texte fait référence aux folios du manuscrit (Chaperon 1930). Entre 1928 et 1951, Alexis Coutin, curé-archiprêtre de Saint-Jean-d’Aulps effectua plusieurs études sur le manuscrit original, toujours présent dans sa cure. Parallèlement, Robert Avezou, dans son répertoire numérique de la série H des Archives de la Haute-Savoie publié en 1932, déplorait la perte, alors supposée définitive, du document (Avezou 1932). Il fallut attendre le dépôt par un autre curé de Saint-Jean-d’Aulps, Noël Bouvet, au début des années 1980 d’une partie des archives de la paroisse de Saint-Jean-d’Aulps pour que l’inventaire Jacques réapparaisse dans un dépôt d’archives officiel, celui des Archives départementales de la Haute-Savoie, sous la cote 57 J 68.

71L’inventaire 57 J 68 recense 3119 articles, mais ce chiffre ne rend pas compte du nombre total d’actes présents dans le chartrier en 1736-1737. Le choix d’une distribution méthodique différente de celle de Tavernier contraignit le rédacteur à analyser plusieurs fois les mêmes actes selon les lieux concernés. C’est le cas par exemple de la bulle d’Alexandre III, analysée à trois reprises sous le numéro 561. Il en va de même pour des vidimus importants rapportant les grandes donations des comtes de Savoie ou des seigneurs de Faucigny, tel le numéro 1042, aussi recensé trois fois. Les quittances sont analysées par liasses, alors que Tavernier les analysa une par une. Mais Jacques donna systématiquement toutes les cotes. Les numéros attribués aux actes des inventaires Tavernier et Jacques sont quelquefois différents. Jacques réutilisa en partie les numéros « vacants » des 349 actes perdus depuis 1688 (millésime de la modification apportée à l’inventaire Tavernier par les commissaires du Sénat de Savoie) pour les attribuer à d’autres actes. La numérotation se complique singulièrement quand l’attribution des numéros concerne des actes perdus en 1688 et retrouvés en 1736-1737. Il est certain que Joseph-Marie Jacques eut entre ses mains une copie du travail de Tavernier. Il est difficile de déterminer dans quelle mesure il s’en inspira. Jacques apporta de profondes modifications à la distribution méthodique de Tavernier et adopta un classement chronologique à l’intérieur de chaque rubrique tout en conservant la numérotation. Tavernier ne porta presque jamais le quantième des actes alors que Jacques le stipula souvent. Les analyses ne sont jamais parfaitement identiques dans la forme, bien que le fond diffère rarement. En définitive, les deux travaux semblent distincts et indépendants l’un de l’autre.

  • 44 Gonthier 1905 et Gonthier 1906.

72L’édition par l’abbé Jean-François Gonthier de l’inventaire Jacques forme les tomes XXVIII et XXIX des Mémoires et documents publiés par l’Académie salésienne, publiés respectivement en 1905 et 190644. L’abbé ne s’inspira ni de l’original, ni de la copie 57 J 68, probablement entre les mains du curé de Saint-Jean-d’Aulps à cette époque, mais d’une copie réalisée par Léon Charmot-Bressand en 1858-1859. Les renseignements contenus dans la copie Charmot-Bressand, achetée au curé Gaydon entre 1858 et 1871, furent lentement distillés aux érudits amis de l’abbé. Mercier l’utilisa pour sa monographie de l’abbaye d’Abondance et Louis-Étienne Piccard pour son histoire de l’abbaye de Filly. Ce dernier ne cita ni sa source ni sa dette envers Gonthier et cet oubli causa une brouille durable entre les deux hommes. Suite à la publication, l’ouvrage fit autorité. L’édition Gonthier fut systématiquement utilisée pour tous les travaux en rapport avec Aulps, jusqu’à une date très récente. Or cette édition, fruit de copies successives est très imparfaite. Tout d’abord, Gonthier adopta sa propre numérotation des actes, de 1 à 2130. Il est probable que Charmot-Bressan n’ait pas reporté sur sa copie les numéros de l’inventaire 57 J 68 apposés à la fois dans l’inventaire et au dos des chartes originales. Mais plus graves sont l’omission de 427 analyses sur les quelques 3119 articles de l’inventaire Jacques et les analyses, sous un seul numéro, des liasses de treize, vingt ou cent quittances. Enfin, les analyses Gonthier sont défectueuses sur les dates, sur les lieux et les personnes citées. Les omissions, erreurs, voire les additions concernent un acte sur deux. L’absence de l’inventaire original ou de sa copie de 1739 a rendu naturelle l’utilisation du travail de l’abbé Gonthier et les critiques n’enlèvent rien à son initiative, mais le dépôt de l’inventaire 57 J 68 aux Archives départementales d’Annecy relativise désormais l’aspect incontournable des tomes XXVIII et XXIX des Mémoires et documents publiés par l’Académie salésienne.

73Les problèmes posés par l’extrême éparpillement des épaves, l’absence d’un cartulaire médiéval, les circonstances de la dispersion ou l’incurie monastique sont modérés par les inventaires précis dressés par Tavernier et Jacques. Cependant, la disparition d’environ 200 chartes en dix ans, entre 1678 et 1688, puis d’environ 150 entre 1688 et 1736-1737, en une période qui n’est pourtant pas la plus critique, donne la mesure de l’étendue des pertes subies par le chartrier d’Aulps avant la Révolution. Enfin, l’édition de 674 textes concernant Aulps pour la période 1097 à 1306 est l’objet d’un travail universitaire terminé en 2009.

Notes

16 Ce paragraphe a été rédigé à partir des archives de la Conservation régionale des Monuments historiques conservées au Centre de Documentation (1-B-65 MHTMI-05-0088 ; 2-G-08 MHPAD-01-0071 ; 2-G-08 MHPAD-01-0070 ; 2-G-23 MHTMI-08-0093 ; 2-G-24 MHTMI-08-0094 ; 2-G-24 MHTMI-08-0095 ; 2-H-21 MH-AA-99-0077, 2-H-21-MH-AA-99-0076) et de celles du Service régional de l’archéologie (Direction régionale des affaires culturelles de Rhône-Alpes, Lyon). Merci à Marie-France Hertault.

17 DEN HENGST (W.), Approche paysagère accompagnant le projet de restauration, Thonon-les-Bains, septembre 2000.

18 BOTTON (Fr.), Haute-Savoie, Saint-Jean-d’Aulps, église abbatiale Sainte-Marie. Restauration et mise en valeur du site. Étude préalable, Lyon, mai 2001.

19 GRANGE-CHAVANIS (J.-Fr.), Département de la Haute-Savoie, Saint-Jean-d’Aulps-74, Abbaye Sainte-Marie. Restauration et valorisation touristique du site. PAT (Projet architectural et technique), septembre 2003.

20 AD Savoie, SA 3434, archives camérales, fonds des abbayes, fol. 12r°-v°.

21 Ibid, fol. 12v°.

22 AD de Savoie, 4 B 122. Correspondance de dom Antoine de Savoie.

23 AD Haute-Savoie, 2 E 9468, minutier du notaire Vulliez, Acte d’estat des bastiments de l’abbaye d’Aux.

24 Quittances établies en faveur de celui qui est dépossédé momentanément ou définitivement de ses pièces d’archives.

25 AD Savoie, SA 206, fonds de l’abbaye de Tamié. Registre des administrations des abbés de Somon, Cornuty, de Jougla et Pasquier, 1665-1733. Procès-verbal de visite de l’abbaye d’Aulps, 16 août 1717, p. 309-310.

26 Le prieur peut agir quelques-fois comme procureur de l’abbé.

27 Maxen ou Magschen, famille du dizain de Rarogne, établie à Rarogne et Saint-Germain depuis la fin du XIVe siècle.

28 AD Savoie, 4 B 127, fonds du Sénat de Savoie, correspondance de dom Antoine de Savoie.

29 AD Savoie, SA 3435, archives camérales, fonds des abbayes, fol. 7r°.

30 Ibid. fol. 336r°.

31 Arch. di Stato, Torino, Sezioni Riunites, Camerale Savoia, Economato dei Benefizi vacanti, Abbazia di S. Giovanni delle Alpi, mazzo 1, 2.

32 Ibid.

33 AD Haute-Savoie, 57 J 68, fol. 638v°. Jacques, rédacteur de l’inventaire, note « Nombrement des titres qui manquent depuis le dernier inventaire fait par le seigneur Delescheraines [1688]. Environ trois cent quarante-cinq numéros sauf erreur de calcul ».

34 AD Savoie, 4 B 120. Correspondance de dom Antoine de Savoie.

35 Soit les millésimes de fabrication des étagères et la rédaction de l’inventaire Jacques.

36 AD Savoie, SA 3435, fol. 1-45.

37 Archives paroissiales de Morzine, Quittance pour la démolition du clocher de l’église abbatiale, 15 floréal An II.

38 Né le 14 octobre 1814, prêtre en 1841, obtient le titre de docteur en théologie à Turin. Il ne semble pas avoir été en charge d’une paroisse.

39 Antoine de Savoie, fils naturel du duc de Savoie Charles-Emmanuel 1er, est pourvu de la commende d’Aulps à dix-sept ans par bulle du 13 février 1646. Son abbatiat est marqué par un réel souci des conditions de vie de ses moines. L’abbé fait ainsi effectuer de nombreux travaux en accord avec les procès-verbaux des visites des supérieurs de Tamié Il dispose en revanche plus librement des prébendes de ses moines.

40 AD Savoie, 4 B 127, archives de dom Antoine de Savoie. La cote contient toutes les pièces ici utilisées.

41 AD Savoie, SA 3435, fol. 13r°-v°.

42 AD Haute-Savoie, 57 J 68, Inventaire…, fol. 639-641.

43 Joseph Burnier, maire de Saint-Jean-d’Aulps de 1867 à 1875.

44 Gonthier 1905 et Gonthier 1906.

Table des illustrations

Légende Fig. 18 - Façade occidentale de l’abbatiale avec rampe d’accès.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2751/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 30 - Localisation des opérations archéologiques (1996-2006).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2751/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 20 - Vue générale de l’abbaye dans la vallée d’Aulps.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2751/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 21 - Salles inférieures aménagées sous la terrasse occidentale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2751/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 22 - Façade de l’église abbatiale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2751/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 23 - Ancienne ferme et porterie.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2751/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 24 - Les travaux de dégagement conduits par l’abbé Alexis Coutin.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2751/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 25 - L’abbé Alexis Coutin posant parmi les déblais triés de l’église abbatiale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2751/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 26 - L’église au cours des premières restaurations.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2751/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 27 - L’église au cours des fouilles de l’abbé Coutin.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2751/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2751/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 28 et 29 - Lapidaire dégagé au cours des fouilles de l’abbé Coutin.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2751/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 31 - Extrait de la Mappe Sarde de l’abbaye Sainte-Marie-d’Aulps (1732) (AD de Haute-Savoie - 1 CD 207).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2751/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 32 - « Carte générale des endroits où l’abbaye de Tamié... a possédé et aliéné… ». Détail : abbaye de Sainte-Marie d’Aulps en 1706 (Abbaye de Tamié).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2751/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 33 - « Ruines de l’abbaye d’Aulph », lithographie de J. Werner, tirée de l’ouvrage de Joseph Dessaix : La Savoie historique, pittoresque, statistique et biographique, Chambéry, 1854.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2751/img-15.png
Fichier image/png, 336k
Légende Fig. 34 - « Abbaye de Saint Jean d’Aulph », peinture de Henry-John Terry (1818-1880) datée du 5 juin 1863.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2751/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 35 - « Le rendez-vous de chasse », lithographie d’après le dessin de Félix Benoist pour l’ouvrage de Joseph Dessaix, Nice et Savoie, Paris, 1864.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2751/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 36 - « Abbaye de Saint-Jean d’Aulps », lithographie de Henry-John Terry, tirée de l’ouvrage de Francis Wey, La Haute-Savoie, Paris, Genève, 1866.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2751/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 37 - « Saint-Jean d’Aulps. Les ruines de l’Église G. H. A. », carte postale antérieure à 1925.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2751/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 38 - « Vue de l’ancienne abbaye dans la vallée d’Aulps », carte postale du début du XXe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2751/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 140k

© Alpara, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540