Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le château de Bressieux (Isère)

 | 
Yvonne Harlé-Sambet
, 
Raymond Moyroud

Chapitre 5. La vie quotidienne à partir du mobilier archéologique

Michèle Auger-Rahatsoz, Hubert Cabart, Pierre Catanes, Lionel Dieu, Ghislaine Girard, Jean-Pascal Jospin, Frédéric Lafond, Bruna Maccari-Poisson, Claude Olive et Jean-Michel Poisson

Texte intégral

1Le mobilier mis au jour lors des fouilles permet d’approcher concrètement certains aspects de la vie quotidienne des habitants du château de Bressieux mais ne donne qu’un modeste aperçu de l’équipement d’une famille châtelaine durant le Moyen Âge et l’époque moderne. En effet, la représentativité du mobilier découvert à Bressieux est faible puisque le site n’a été fouillé que partiellement. Non seulement, l’échantillon constitué à la faveur des quelques sondages profonds invite à la prudence quant aux conclusions ou aux hypothèses énoncées, y compris pour les comparaisons quantitatives d’une période à l’autre, mais surtout il n’est pas toujours suffisamment étoffé pour permettre un essai de synthèse. S’y ajoute également la faiblesse des arguments chronologiques, due aux circonstances de la fouille et au fait qu’une grande partie du mobilier est issue de remblais composés de couches stratigraphiques mélangées.

2Malgré ces limites, le matériel mis au jour est relativement abondant et varié et tout à fait classique dans sa composition. Près de 13 000 tessons de céramique et de 5 000 fragments de verrerie informent sur l’équipement de la cuisine et de la table des occupants de Bressieux. Les rejets alimentaires animaux, avec près de 2 400 individus, renseignent sur l’alimentation carnée, la chasse et l’élevage. Pas moins de 187 objets métalliques identifiés et quelques objets en os, surtout liés au jeu, reflètent us et coutumes des résidents. Enfin, plus de 60 monnaies livrent un aperçu du rayonnement des échanges commerciaux dans lequel s’inscrivait le château.

5.1. À la table des seigneurs : les données de l’archéozoologie

Quant à l’alimentation des gens riches, elle est moins bien connue qu’on pourrait l’imaginer. En effet, il était rare que tous les aliments consommés fussent achetés et il est donc peu vraisemblable qu’on les retrouve tous, aujourd’hui, dans les livres de comptes des maisons aristocratiques ou bourgeoises. (Flandrin 1996b)

3Parmi la multitude d’objets mis au jour grâce aux fouilles, on note la présence d’un abondant matériel osseux d’origine animale qui représente plus de 46 000 ossements provenant de 2 399 individus. Ces restes se composent essentiellement de rejets de l’alimentation.

4Les échantillons récoltés ont été regroupés, suivant les données de l’archéologie, en trois séquences, XIIe-XVe siècles (le Moyen Âge), XVIe siècle et XVIIe-XVIIIe siècles (fig. 137).

Fig. 137 - Répartition des restes osseux sur l’ensemble de la chronologie [NR : nombre de restes, P (g) : poids des restes en grammes, NMI : nombre minimum d’individus].

5.1.1. L’élevage

5L’alimentation carnée est fournie essentiellement par les espèces domestiques. Le nombre de restes est lié à la fragmentation, donc essentiellement à l’intervention humaine dans la préparation des pièces de viande ; les variations peuvent être dues à une différence dans le partage plus ou moins important des quartiers préparés. Cette fragmentation est aussi liée à l’action des animaux. Le poids de ces restes présente une évaluation de la masse de viande fournie (fig. 138).

Fig. 138 - Proportions en nombre de restes (NR) et en poids des espèces domestiques consommées.

5.1.1.1. Les bovins

6L’âge d’abattage des bovins nous informe que, bien qu’ils représentent l’essentiel de la nourriture carnée, ils sont avant tout utilisés pour la production laitière et la traction, les animaux n’étant abattus que lorsque ces productions diminuent. En effet, la consommation de très jeunes bêtes est presque inexistante à Bressieux. Quelle que soit la période, seuls 1 ou 2 sujets sont mis à mort entre 1 et 2 ans et 3 ou 4 entre 2 et 4 ans. Environ 85 % des individus sont abattus au-delà de 5 ans, le plus souvent après 7 ou 8 ans.

7Quelques premières phalanges et os longs de l’extrémité des pattes portent la trace d’une pathologie que l’on signale chez des animaux âgés (fig. 140). Cette prolifération osseuse, observée essentiellement au niveau des articulations des bas de pattes serait due à une périostite déformante :

Chez les animaux âgés, dont les pieds sont soumis à des contraintes mécaniques anormales (la traction), se développe une inflammation du périoste notamment au niveau des insertions ligamentaires ou tendineuses avec production d’exostoses (Forest 1987).

8Ceci confirmerait notre proposition de voir dans ces animaux âgés une majorité de bœufs de travail. L. Stouff (1970) cité par A. Cortonesi (1996) observe qu’en Provence, aux XIVe et XVe siècles, les meilleures bêtes prennent le chemin de la ville tandis que les bêtes les plus vieilles et de moindre valeur sont directement consommées par les éleveurs.

9La diagnose sexuelle révèle que mâles et femelles sont présents sur le site. Les vaches — essentiellement destinées à la production de lait et à la mise bas des veaux qui renouvellent le cheptel ou que l’on peut vendre à la foire — ne sont pas exclues du travail de portage ou de traction, lorsque c’est nécessaire. Cependant les bœufs et même les taureaux sont choisis de préférence, parce que plus robustes, donc plus aptes pour ces travaux.

10L’aspect de ces animaux est difficile à appréhender ; la hauteur au garrot est un critère possible à partir des restes osseux identifiés sur le site. Cette hauteur calculée à partir des métatarsiens (os longs de l’extrémité des pattes postérieures) indique une certaine stabilité dans l’aspect du troupeau (fig. 139).

Fig. 139 - Hauteurs au garrot (en cm) des bovins (NI : nombre d'individus).

Fig. 140 - Pathologie sur un métacarpe (1a) et sur une phalange (2a). Os sains (1b, 2b).

11Dans la région Rhône-Alpes, on constate que, durant la période romaine, selon les territoires occupés et les conditions d’élevage, les bovins se divisent en deux groupes distincts. D’une part, des individus issus du type de bovins indigènes, dont la stature moyenne se situe entre 105 cm et 115 cm à Saint-Romain-en-Gal (Rhône) (données personnelles non publiées) et à Gamsen (Valais, Suisse) (Olive 1998, 2004). D’autre part, des sujets plus robustes et plus hauts, dont le gabarit se place le plus souvent entre 130 à 145 cm (données personnelles sur la ville de Vienne, Isère). Ces animaux proviennent probablement d’une importation d’Italie, puisqu’on ne les trouve dans nos régions qu’après la conquête et que l’on voit quelquefois les deux types se côtoyer, comme à Martigny (Valais, Suisse) (Olive 2003). Les grands bovins disparaissent progressivement durant le haut Moyen Âge dans beaucoup de régions (Clavel 2001). Néanmoins, près du lac du Bourget en Haute-Savoie, au Ve siècle (Olive 1990 a ou b), on trouve des individus de taille intermédiaire, 123 à 132 cm, provenant peut-être du métissage entre les bœufs indigènes et les bœufs introduits.

12Pour la période médiévale, sur le site de Sainte-Croix à Lyon (Rhône), entre les Xe-XIe siècles, on trouve une hauteur de 110 cm (Forest 1987), tandis qu’à Charavines – Colletière (Isère), au XIe siècle, la variation de la taille des femelles s’étend de 101 à 119 cm, avec une moyenne de 109 cm (Olive 1993). Dans la basse vallée du Rhône, à Saint-Gilles-le-Vieux (Aimargues, Gard), au Xe siècle, on note une hauteur de 108 cm (Olive 2002). Dans le nord de la France, au XIIIe siècle, les vaches ont une hauteur moyenne de 108 cm et les mâles castrés de 120 cm ; l’auteur (Clavel 2001) ne note pas de véritable évolution jusqu’à la fin du XVIe siècle.

5.1.1.2. Les porcs

13Ce sont des animaux faciles à élever : emmenés par le porcher dans les champs après les récoltes, ils engloutissent tout ce qu’ils trouvent, herbe, trèfle, champignons, racines de toutes sortes et à l’automne, ils sont conduits dans les bois où l’on termine leur engraissement par la glandée (fig. 141). Les alentours du château, avec leurs prairies et leurs bois, se prêtaient donc bien à leur élevage. Tout au long de l’année, ils ingurgitent aussi tous les restes de cuisine. Le porc n’a qu’une destinée, la boucherie. Son abattage est lié à la quantité de viande que l’on veut obtenir ainsi qu’à la qualité de la chair. Les très jeunes bêtes sont souvent consommées à l’occasion de fêtes.

  • 19 Le Tacuinum Sanitatis est un recueil de courts préceptes médicaux concernant les plantes, les alime (...)

Fig. 141 - La glandée (d’après le Tacuinum Sanitatis19 du XVe siècle conservé à la Bibliothèque nationale de France).

14À Bressieux, durant toute l’occupation, une part des individus a été consommée avant la première année : 25 % entre les XIIe - XVe siècles, puis 29 % au XVIe siècle et 37 % entre le XVIIe et le XVIIIe siècle. Mais l’essentiel de l’abattage, autour de 60 %, se fait pour les pourceaux plus gras entre 1 et 3 ans, avec un pic entre 1 et 2 ans. C’est un mode d’élevage que l’on retrouve sur de nombreux sites médiévaux de la région Rhône-Alpes (Forest 1987) ainsi que sur des sites particuliers comme le monastère de La Charité-sur-Loire (Nièvre) (Audoin-Rouzeau 1983) ou le village de Charavines (Isère) (Olive 1993).

15La diagnose sexuelle, à partir des canines différentes d’un sexe à l’autre, indique que les femelles sont abattues à un rythme presque identique à celui des mâles. Si les mâles sont castrés afin qu’ils grossissent mieux et surtout que leur chair ne prenne pas de goût trop prononcé, les femelles le sont également et sont mises aussi à l’engraissement. On ne garde que quelques truies porteuses :

Mettez à l’engrais les truies qui n’ont pas eu de porcelets : leur bacon vaut autant que celui des mâles (Lecour dans Laurans 1975).

16Il est très difficile de comparer les races porcines médiévales avec nos races actuelles. Cependant quelques documents iconographiques nous montrent

« un animal à corps allongé, à peau colorée en brun-noir, ou, le plus souvent à peau claire recouverte de soies abondantes, parfois frisées, parfois raides et dressées, formant une sorte de crinière hérissée sur le dos » (Laurans 1975).

17Ils ont généralement des membres assez fins, une croupe un peu tombante et la queue légèrement tirebouchonnée. La tête est allongée avec un profil concave ou sub-concave, le groin est plutôt étroit et les oreilles petites et dressées (fig. 141). Des restes d’os frontal retrouvés parmi les vestiges indiquent pour les porcs de Bressieux un profil plutôt sub-concave. La taille du porc, comme pour tout animal domestique, est sujette à des variations selon les régions et les conditions de vie (fig. 142).

Fig. 142 - Comparaison de la stature des porcs (NI : nombre d'individus).

18À Bressieux, la taille des porcs n’évolue pas vraiment durant quatre siècles d’occupation et l’on ne voit pas non plus de grandes différences entre la stature de ces individus et celle des porcins identifiés sur quelques sites régionalement peu éloignés. Pour les sites du nord de la France, B. Clavel (2001) précise que la hauteur des porcs se situe à 79 cm au Xe siècle et stagne jusqu’au XVe siècle, puis une augmentation s’amorce et elle passe alors à 83 cm, pour atteindre 93 cm au XVIIIe siècle. La seule pathologie osseuse observée concerne un traumatisme, probablement une fracture sur une scapula.

5.1.1.3. Le mouton et la chèvre

19Seuls certains caractères permettent de différencier ostéologiquement ces deux espèces. C’est pourquoi de nombreux ossements trop fragmentés n’ont pas été spécifiquement identifiés. Néanmoins les éléments déterminés donnent les moutons nettement prédominants (fig. 143).

Fig. 143 - Rapport entre le nombre de moutons et de chèvres.

20La première production des brebis et des chèvres est le lait. D’après M. Pastoureau (1994),

« l’animal qui produit le lait que l’homme consomme, pendant des millénaires, ce n’est pas la vache mais la brebis et accessoirement la chèvre. Le lait le plus fortement consommé jusqu’au XIXe siècle ou jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, en Europe occidentale, c’est le lait de brebis ».

21Ce lait est également transformé en fromages frais ou secs. Bien que les peaux de chèvres et de moutons soient utilisées à l’état naturel comme fourrure et que leur cuir, une fois débarrassé des poils et soumis à différents traitements, serve à la réalisation de divers produits : parchemin, chaussures, vêtements, sacs, l’élément fondamental qui relie le mouton à l’homme, c’est la production de laine, matière première indispensable et fortement exploitée. D’autres productions du mouton sont appréciées : le suif, utilisé pour la fabrication de chandelles et d’onguents et le suint qui permet de nettoyer les choses souillées ; il sert d’imperméabilisant et entre également dans la pharmacopée pour cicatriser les plaies. Les animaux destinés à la boucherie sont abattus plus jeunes que ceux que l’on garde pour les productions de lait et de laine.

22Durant toute l’occupation de Bressieux, à peu près 30 % des individus sont abattus entre 3 et 10/12 mois. Dans une deuxième phase d’abattage, entre 1 et 3 ans, environ 46 % des animaux vont à la boucherie pour la période des XIIe -XVe siècles ; le reste est abattu au-delà de 3 ans. À partir du XVIe siècle, le pourcentage d’animaux mis à mort dans cette séquence de 1 à 3 ans passe à 60 % ; le nombre de sujets plus âgés diminue et se place autour de 10 %. Au début de l’occupation, les chèvres sont abattues au même rythme que les moutons, puis à partir du XVIe siècle leur abattage se fait plus tardivement. Les moutons et les chèvres sont essentiellement représentés par des femelles.

23Comme les autres espèces du cheptel, les caprinés ont subi divers changements morphologiques qui découlent de leur domestication. Leur diversification est établie depuis très longtemps. L’iconographie médiévale nous montre souvent des moutons et des chèvres à la toison claire ou foncée. Les chèvres portent régulièrement des cornes en forme de sabre, comme à Bressieux, tandis que les moutons sont le plus souvent acères. Cependant, plusieurs sites médiévaux ont livré des crânes de moutons, où femelles et mâles sont armés : à Sainte-Croix à Lyon et Décines-Charpieu (Forest 1987, 1992) comme à Charavines-Colletière (Olive 1993) ou à Saint-Avit-Sénieur (Gautier 1972). À Bressieux les deux catégories sont représentées (fig. 144).

Fig. 144 - Crâne de mouton sans cornes (1) et chevilles osseuses appartenant à des moutons armés (2).

24Quelques os entiers de moutons répartis sur les séquences chronologiques ont permis la reconstitution de la stature. D’après les quelques données obtenues, il semblerait que les moutons de Bressieux subissent un abaissement de leur taille à partir du XVIe siècle. C’est aussi un phénomène que l’on remarque à partir des XVe-XVIe siècles à La Charité-sur-Loire. Cependant il ne faut pas perdre de vue que toutes ces données ne sont qu’un échantillonnage d’individus dans la masse des troupeaux et ne donnent qu’un aperçu de la variation des tailles (fig. 142).

5.1.1.4. La basse-cour

25Elle est composée du coq, de l’oie, du pigeon, du canard colvert de basse-cour appelé « malar privé » ou « malar de paillier » pour le différencier du canard colvert sauvage dit « malar de rivière » (Saly 1984).

26Il existe parfois un doute à propos du pigeon, domestique ou sauvage ? Ici le doute est écarté : on sait que les seigneurs de Bressieux, comme beaucoup de nobles, possédaient un pigeonnier où ces volatiles pouvaient pondre et se reproduire.

27Il faut citer encore le paon, plutôt oiseau d’ornement, mais présenté comme plat d’apparat sur les tables seigneuriales. Enfin le dindon, qui apparaît à Bressieux au XVIe siècle, date de son introduction en Europe, remplacera vite le paon sur les tables des riches. Des restes de cet oiseau sont également signalés à La Charité-sur-Loire (Audoin-Rouzeau 1983), à Lyon, place des Terreaux (Forest 1995) ainsi qu’à Compiègne (Clavel 2001), également au XVIe siècle. Tous ces volatiles, jeunes et adultes sont arrivés sur les tables.

28Mais l’espèce prédominante est le coq. L’analyse des os des pattes des gallinacés domestiques a permis de voir qu’environ 90 % des animaux adultes sont des poules, probablement abattues lorsque la production d’œufs diminuait. La présence d’individus castrés n’est pas à écarter, cette pratique utilisée depuis fort longtemps facilite l’engraissement des jeunes poulets. L’auteur du Ménagier de Paris (1393) explique d’ailleurs que c’est en les privant de lumière et de mouvement, en les gavant avec une nourriture féculente que l’on engraisse toutes sortes d’oiseaux.

29Toutes les catégories d’âge sont présentes à Bressieux. La présence de poussins peut s’expliquer de deux façons, une mortalité naturelle ou la consommation. On constate une augmentation de la consommation des poulets à partir du XVIe siècle (fig. 146).

Fig. 146 - Distribution des âges des gallinacés domestiques.

5.1.1.5. Les équidés

30Les équidés — cheval, âne, mulet — ne paraissent pas avoir été consommés. Les quelques dents et éléments de bas de pattes ne correspondent pas à des vestiges alimentaires. D’après les restes dentaires, il s’agit d’individus plutôt âgés. La consommation de ces animaux n’est pas une pratique courante au Moyen Âge dans notre région (Forest, Olive, Lalaï 2001). Les chevaux sont des animaux de valeur, souvent emblème de supériorité sociale. Les ânes et les hybrides, mulets et bardots, moins fragiles, les remplacent souvent dans le transport des charges ou aux labours. La présence de l’âne est attestée au XVIe siècle à Bressieux par un élément de patte postérieure.

5.1.2. La chasse

31Notons la bonne représentation des espèces sauvages : 5 % pour la période qui s’étend du XIIe siècle au XVe siècle, 7 % pour le XVIe siècle et 9 % entre le XVIIe et le XVIIIe siècle. Elles sont souvent moins présentes hors des contextes seigneuriaux (Forest, Olive, Lalaï 2001).

32La chasse, au Moyen Âge, est un domaine réservé. Le paysan ne fait que braconner ; s’il est pris en flagrant délit il rendra le gibier et, si on retrouve chez lui la preuve de son méfait, il paiera une amende, parfois bien lourde. La chasse des petits seigneurs, limitée le plus souvent au petit gibier, lièvres, lapins, oiseaux, se pratique sans grand moyen, par piégeage, au lacet, à l’arc, avec peu ou pas de chiens, en solitaire ou avec quelques compagnons. Enfin il y a celle des aristocrates, passe-temps favori de la société seigneuriale surtout en temps de paix, elle se pratique sans réelle finalité alimentaire. Elle diffère de la précédente par le gibier qu’elle traque, cerf, chevreuil, sanglier, ours, loup et tous les petits gibiers à poil et à plume.

33Les forêts de la vallée de Bièvre ou, à proximité, celles de Chambaran, de même que les terrains couverts de taillis, se prêtaient fort bien à la chasse au gros gibier. Le cerf et le chevreuil sont les « bestes rouges », animaux nobles, sauvages par excellence. Le premier se chasse surtout en automne, le second est, quant à lui, débusqué toute l’année, sa chair délicate étant très appréciée. Le sanglier, c’est la « beste noire » dangereuse ; animal ambigu, sauvage mais proche de l’homme par sa parenté avec le porc domestique, on le chasse à la fois pour sa viande mais aussi parce qu’il fait des ravages dans les cultures, labourant les champs de ses défenses, à la recherche de nourriture. Sa chasse sportive requiert de l’habileté. L’animal peut courir très longtemps, il ruse se dissimulant dans les fourrés d’où il est parfois très laborieux de le faire sortir. Plus l’animal est âgé, plus sa poursuite est difficile. On tue les deux premiers à l’arc, à l’arbalète ; souvent on les achève à l’épée. Les sangliers sont abattus à l’épieu après avoir été forcés par les chiens (fig. 148 a et b). À Bressieux, on a relevé la trace d’une mise à mort sur une scapula gauche d’un chevreuil. Cet os de l’épaule porte le stigmate d’un trait de carreau d’arbalète ayant ainsi atteint le cœur (fig. 147).

Fig. 147 - Scapula de chevreuil perforée par un carreau d’arbalète (a), vertèbre cervicale de chevreuil avec traces de découpe (b).

Fig. 148 a et b - Chasse au cerf et au sanglier (d’après Jacques du Fouilloux La Vénerie. Ed. Galiot Du Pré, Paris, 1573).

Fig. 145 - Pourcentages des restes osseux des espèces domestiques consommées à Bressieux et quelques sites de référence.

34Tandis que les sangliers ont en général entre 24 et 36 mois, les cerfs et les chevreuils sont dans l’ensemble des animaux plus âgés. La taille des sangliers, quelle que soit la phase d’occupation, est comprise entre 90 et 103 cm au garrot. La forte représentation des bas de pattes de cerfs et de sangliers est peut-être due à la coutume qui veut que l’on offre le pied de la bête à celui que l’on doit honorer.

35L’ours, animal mythique, signalé par un os de la patte antérieure droite, a pu être chassé, mais il est possible que cet os provienne d’une peau utilisée dans le château. Ces peaux étaient estimées comme des biens précieux, car la chasse à l’ours était considérée comme un véritable sport...

d’ailleurs réservée pratiquement à qui peut mobiliser des limiers pour dépister, des mâtins et chiens courants, des archers, des arbalétriers ou des gens habiles à manier l’épieu... (Delort 1978).

36Le petit gibier à poil est surtout représenté par le lièvre et le lapin de garenne.

37Il existe des témoignages archéozoologiques de la présence du lièvre sur toute l’Europe depuis les périodes préhistoriques, tandis que le lapin est surtout inféodé aux régions méditerranéennes. Sa diffusion vers le nord de l’Europe se situe apparemment entre les XIe et XIIe siècles, période durant laquelle se développent les réserves de chasse (garennes) implantées par les seigneurs (Callou 2003). D’ailleurs B. Clavel (2001) constate que, dans les régions septentrionales de la France, le lapin semble plus fréquent dans les milieux nobles et religieux que dans les zones rurales et urbaines.

38Leur chasse diffère du fait de leurs habitudes. Le lapin, de nature fouisseuse, creuse des terriers dans lesquels il se réfugie, met bas et élève sa progéniture. Pour le capturer, on introduit un chien de petite taille ou un furet (que l’on a pris soin de museler afin qu’il ne tue ni ne mange le lapin) dans une des galeries et l’on pose un filet aux différentes sorties des terriers. Ainsi pourchassé le lapin se précipite vers une sortie et se trouve pris. Le lièvre aime les terrains découverts, prairies, champs bordés de haies et parsemés de bosquets sous lesquels il creuse une petite excavation qui sera son « nid » ou « gîte ». Il vit en solitaire et fréquente plusieurs gîtes. Sa capture est plus sportive et se pratique souvent à cheval avec des chiens, ce qui permet d’entraîner les chiots qui doivent apprendre à poursuivre cet animal qui fuit avec rapidité en zigzaguant, s’arrêtant parfois pour revenir en arrière, n’hésitant pas à se mettre à l’eau (fig. 149). On le chasse également à l’arc ou à l’autour.

39Plus que le lièvre, le lapin est chassé pour sa chair fine et délicate, les deux le sont pour leur peau, largement exploitée au Moyen Âge, et parfois en raison des dégâts qu’ils occasionnent aux cultures. À Bressieux ce sont surtout des animaux adultes de ces deux espèces qui ont été capturés.

Fig. 149 - Lièvre fuyant devant les chasseurs (d’après Jacques du Fouilloux La Vénerie. Ed. Galiot Du Pré, Paris, 1573).

40Parmi les petits animaux à fourrure on note la présence sporadique de l’écureuil ; parfois consommé, il a pu être chassé mais aussi capturé par les chiens ou les chats du château. Des ossements de petits mustélidés n’ont pu être spécifiquement attribués, martre et/ou fouine. L’un et l’autre de ces deux petits carnivores ont probablement été piégés pour les dégâts qu’ils font dans la basse- cour, prélevant de fortes quantités de volailles et d’œufs, et dans la nature où ils s’attaquent aux petits gibiers à poil et à plume. Leur peau fait aussi l’objet de commerce.

41Les divers oiseaux sauvages identifiés sur le site s’associent à l’environnement du château. Les milieux humides : étangs bordés de végétation herbacée, prairies mouillées clairsemées d’arbres conviennent parfaitement à la marouette ponctuée, comme aux canards et aux cygnes. La grue et la sarcelle s’y sont reposées lors de leur hivernage. Les pâturages et les champs cultivés, surtout de céréales, ont attiré la perdrix grise, la caille ainsi que le pigeon ramier et la tourterelle qui, nichant dans les bois, se restaurent dans ces milieux ouverts. Ils y étaient rejoints par le choucas logeant dans le haut des tours de la demeure seigneuriale, accompagné du grand corbeau. La forêt mixte abrite le geai, friand de glands et la bécasse ou vide-coq qui ne dédaigne pas faire des incursions dans les champs après les moissons. Ces champs, probablement parsemés d’arbres et de bosquets, bordés de haies et de buissons, conviennent très bien aux corneilles pour repérer leurs proies. La perdrix bartavelle aime se chauffer sur les versants pierreux ensoleillés. Les merles et les grives se déplacent entre les jardins, les vergers, les buissons et les vignes dont la présence est rappelée de nos jours par le sentier du Vignoble.

42Toutes les pratiques de piégeage sont utilisées, la glue, le lacet, la « pipée » qui permet d’attirer les oiseaux avant de les attraper au filet. Rappelons qu’un sentier aux abords du château se nomme « le sentier des araignées », le terme d’araigne (1565), ou araignée (1660), désigne un filet à oiseaux ou un filet de pêche. Ce filet tendu entre deux arbres permet d’attraper les oiseaux de petite taille, comme les merles et grives mais aussi des étourneaux et autres passereaux. Pour chasser la grue ou tout autre grand échassier, on a souvent recours à l’arbalète. L’oiseau de proie est aussi sollicité pour la chasse aux oiseaux et au petit gibier (fig. 150).

Fig. 150 - Chasse à l’oiseau (1), à l’arbalète (2) et par piégeage (avec des brais ou ciseaux de bois) (3).
1 et 3 : d’après un fac-similé d’une miniature du Livre du roi Modus de Henri de Ferrières ; reproduit dans : Paul Lacroix. Mœurs, usages et costumes au Moyen Âge et à l’époque de la Renaissance. Éd. Firmin Didot Frères, Fils et Cie, Paris, 1878.
2: The four seasons of the house of Cerruti.
Ed. Mondadori, Milan.

5.1.3. La pêche

43Peu d’éléments de poissons nous sont parvenus, mais on sait que la pêche procure un heureux complément, surtout en période de jeûne. Du Moyen Âge jusqu’aux périodes modernes en dehors des quarante jours de carême, où viande, œufs et graisse animale étaient prohibés, on compte plus d’une centaine de jours d’abstinence (Laurioux 2002). Les produits de la pêche apportent un appoint appréciable à l’alimentation des riches et des pauvres. Les quelques restes identifiés appartiennent à des espèces d’eau douce, le brochet et la carpe (fig. 151). B. Laurioux (2002) remarque que les étangs, artificiels ou non, sont assidûment alevinés, en particulier en brochets et en carpes (fig. 152). Le brochet apprécie les eaux calmes, les zones herbeuses des berges ; c’est un carnassier qui se nourrit de toutes sortes de petits poissons. Il est souvent placé dans les étangs à carpes où il consomme les poissons nuisibles. La carpe affectionne les eaux à fonds vaseux riches en végétation, où elle trouve les larves d’insectes, petits mollusques, vers et débris végétaux. Ce cyprinidé se retrouve dans des contextes assez riches, surtout à partir du XIVe siècle, dans le nord de la France, en Franche-Comté (Clavel 2001), plus près de nous au château du Vuache dans un complexe du XVIe siècle où il est associée au brochet et à la truite (Olive 1992).

Fig. 151 - Dents pharyngiennes de carpe.

Fig. 152 - Pêche à l’étang (d’après le fac-similé d’une gravure sur bois de la Cosmographie universelle de Munster, Bâle 1549 ; reproduit dans : Paul Lacroix).
Mœurs, usages et costumes au Moyen Âge et à l’époque de la Renaissance. Éd. Firmin Didot Frères, Fils et Cie, Paris, 1873.
Poissons, dessins de l’auteur.

44Quelques fragments de coquillages marins bivalves indiquent la consommation et donc l’arrivée des produits de la mer au domaine de Bressieux.

45L’escargot des vignes (dit de Bourgogne) et le petit gris sont très appréciés par tous, en particulier les jours de carême. Certains seigneurs et bourgeois tellement gourmands de ces petites bêtes possédaient des parcs à escargots (escargotières).

5.1.4. L’alimentation carnée, les préférences seigneuriales

5.1.4.1. Les espèces domestiques

46L’observation minutieuse des ossements archéologiques permet de retracer, en partie, les diverses interventions pratiquées jusqu’à l’arrivée dans la cuisine des pièces de viande à accommoder.

5.1.4.1.1. L’abattage

47La plupart des représentations de la mise à mort d’un bovin montre l’animal maintenu par un aide tandis que le boucher lui assène un coup de maillet sur le crâne, geste immuable depuis des siècles (fig. 153). Ces marques ont été repérées sur quelques restes crâniens : il s’agit d’un enfoncement du frontal. Immédiatement après intervient la saignée afin de rendre la chair propre à la consommation. Des traces sur la face ventrale de la première vertèbre cervicale révèlent cette pratique.

Fig. 153 - (1) Mise à mort du bœuf au XVIe siècle (d’après un dessin gravé par Jost Amman ; reproduit dans : Paul Lacroix. Mœurs, usages et costumes au Moyen Âge et à l’époque de la Renaissance. Éd. Firmin Didot Frères, Fils et Cie, Paris, 1878).
(2) Mise à mort du bœuf (d’après l’Encyclopédie Diderot D’Alembert, le boucher, pl. I.).

48La mise à mort des moutons et des chèvres se fait depuis très longtemps par l’égorgement. Les traces de cette pratique sont visibles sur la face ventrale de la deuxième vertèbre cervicale (fig. 154).

Fig. 154 - Traces d’égorgement du mouton.

49À part quelques exceptions régionales ou locales, l’abattage du porc se pratique par un coup porté sur la tête, il est aussitôt saigné et le sang immédiatement récupéré pour la fabrication des boudins.

5.1.4.1.2. Préparation des carcasses

50Pour les bovins, comme pour les caprinés, la peau est ensuite prélevée. Cette opération a laissé des entailles peu profondes, produites par un couteau effilé, à la base des cornes et sur les phalanges (fig. 155). D’autres fois, ces cornes sont tranchées et la matière cornée enveloppant l’os est alors récupérée et, après une longue préparation aboutissant à une feuille, sert à la confection de divers objets (Olive 1990a).

Fig. 155 - Traces de dépouillement sur une corne (1) et sur une première phalange (2) de bovin.

51Chez le porc, on procède à la toilette du corps, on le débarrasse de ses soies, on les brûle ou bien on ébouillante le corps, puis on racle la peau.

52Pour l’ensemble des animaux vient ensuite l’éviscération (fig. 156), moment où l’on récupère la plupart des abats tels que le cœur, le foie, la rate, les poumons, les reins (rognons), les estomacs et les intestins. Ceci représente un peu plus de 11 % du poids vif de l’animal. Bien que l’ostéologue ne puisse pas toujours suivre la récupération de ces organes, on sait au travers des nombreuses préparations consignées dans les livres de cuisine médiévale qu’ils paraissent régulièrement sur les tables.

Fig. 156 - (a) Éviscération du bœuf (d’après une xylographie du XVIe siècle, Bibliothèque des Arts décoratifs de Paris ; reproduit dans : Jacques Verroust dir., Le Bœuf. Histoire, symbolique et cuisine. Éditions Sang de la Terre. Paris, 1992).
(b) Éviscération du porc (scène redessinée d’après une fresque de l’église de Saint-André d’Autun, Saône-et-Loire).

53La découpe ne varie guère d’une période à l’autre. Les gestes sont précis, impliquant une certaine connaissance qui suppose un travail de boucher. On utilise un objet lourd et tranchant, un couperet ou une feuille pour la grosse découpe et un couteau à lame fine pour le prélèvement de la chair. L’utilisation de la scie n’est pas avérée.

54Pour l’ensemble des animaux, la tête est séparée du corps à partir de la première ou de la deuxième vertèbre cervicale. Le plus souvent le crâne est fendu en deux parties. La découpe se poursuit par l’enlèvement des bas des pattes.

55Le partage du corps commence par la mise en quartiers. Pour obtenir deux demi-carcasses, soit on procède à l’extraction de la colonne vertébrale par un coup porté de chaque côté des vertèbres, comme chez les bovins et les porcs, soit on tranche par le milieu les corps vertébraux comme chez les moutons et les chèvres.

5.1.4.1.3. La viande de bœuf (fig. 157)

56La colonne vertébrale n’est pas rejetée, mais découpée en tronçons (fig. 157 : 4) ; ces morceaux sont utilisés en cuisine pour des bouillons mais aussi pour améliorer certaines cuissons de légumes ou de plats mijotés. La découpe pratiquée sur les apophyses transverses des vertèbres lombaires observée à Bressieux implique le prélèvement de parties tendres à rôtir. La présence de nombreuses vertèbres caudales et le partage du sacrum présument de la consommation de la queue, abat probablement très souvent cuisiné, mais signalé assez tardivement dans les livres de cuisine. À la tétine et à la langue de bœuf, consignées dans les livres depuis environ 1490, s’ajoutent le palais et la queue à partir de 1545 (Flandrin 1996). Les côtes (fig. 157 : 3 et 158 a) sont débitées en segments plus ou moins réguliers fournissant des morceaux à rôtir, à braiser, ainsi que des pièces à bouillir.

Fig. 157 - Détails de la découpe du bœuf.

57Les restes de maxillaires témoignent de la consommation des parties tendres et juteuses comme la joue ou le palais qui se sert soit mariné, soit en beignets, ou en gratin, ou bien ils la cuisinent à la braise.... (Flandrin 1996). La découpe interne de la mandibule et les traces observées à Bressieux sur l’os hyoïde attestent du prélèvement de la langue dont la préparation fait l’objet de diverses recettes : en paupiette, rôtie avec une sauce aillée ou cameline. Cette dernière est préparée de diverses façons selon les lieux et les cuisiniers, on y retrouve toutefois des épices comme le gingembre ou la noix de muscade ou le clou de girofle, mais toujours de la cannelle, du vinaigre de vin ou du vin tout simplement.

58La séparation des membres (fig. 157 : 5) se pratique par des coups appuyés de façon franche et précise au-dessus des articulations distales et au-dessous des articulations proximales. Ainsi la séparation entre l’épaule et le bras se fait en-dessous de l’articulation de l’omoplate ou en-dessus de l’articulation proximale de l’humérus ; ensuite, le bras est séparé de l’avant-bras par un coup asséné soit au-dessus de l’articulation distale de l’humérus soit, en dessous de l’articulation proximale du radio-ulnaire (fig. 158 b).

Fig. 158 - Découpe pour la préparation des pièces de viande de bœuf.

59Les os longs sont fendus dans leur longueur et tranchés en multiples fragments (fig. 157 : 6 et 158 c) donnant ainsi de nombreuses portions de viande à préparer. Les os peu riches en viande, comme les extrémités des pattes, sont traités comme les autres parties. Ils constituent des morceaux entrant dans la préparation des bouillons mais servent aussi à la récupération de la moelle qui est pratiquée régulièrement sur l’ensemble des ossements ; on tranche, on coupe et l’on racle l’intérieur des os. La moelle ainsi récupérée est utilisée en cuisine comme graisse ou dans la composition des plats comme ces buignets de moelle, proposés dans le Ménagier de Paris (Anonyme, vers 1393). Mais cette substance entre également dans la liste des préparations de certains onguents en pharmacopée. Ces découpes ne sont pas propres à Bressieux et se retrouvent souvent durant la période médiévale attestant de la diversité des préparations culinaires.

60On ne reconnaît aucun choix sélectif dans les parts de viande : tout dans l’animal a participé à la nourriture seigneuriale. Au Moyen Âge, la viande de bœuf est de préférence bouillie ou cuite très longuement en sauce ou bien encore servie sous forme de pâtés et ceci paraît être un principe, appliqué en particulier pour les viandes d’animaux plutôt âgés dont la chair est moins tendre et plus sèche.

5.1.4.1.4. La viande de porc (fig. 159)

61Les fines traces de désossage relevées sur les os du crâne indiquent la préparation de la tête, les traces à l’intérieur des mandibules suggèrent un prélèvement de la langue (fig. 160 a). Les pièces de viande se présentent parfois par quartiers complets : palette + épaule + jarret ou jambon + jarret (fig. 160 b), aucune trace de découpe de boucherie ne s’observe alors sur les restes ; s’il s’agit de portions plus réduites, les pièces sont séparées par un coup de couperet à la hauteur des articulations ou, de façon plus méticuleuse, par désarticulation, comme la séparation entre l’humérus et le radio-ulnaire pour donner deux morceaux (fig. 160 c), par exemple, l’épaule et le jarret. Très souvent chacune de ces parts est encore partagée en deux portions. Si la palette reste en principe complète, le bassin d’où l’on extrait le filet est souvent fragmenté en deux ou trois morceaux.

Fig. 159 - Détails des pièces de viande de porc.

Fig. 160 - Traces de découpe sur les os de porc.

62La présence d’éléments de bas de pattes permet d’affirmer que les pieds de porcs sont à l’honneur sur les tables du château. Les abats — cœur, poumons, rate, foie, rognons — comme la gorge et la poitrine sont consommés frais, mais servent également à la préparation de pâtés et saucisses. Une grande partie de la viande est également mise en conserve par salage ou fumage. Ces viandes sont ensuite consommées en ragoût, dans des bouillons, des potages. Parfois le porc est rôti en broche. Certaines canines, dont l’extrémité est brûlée, peuvent le suggérer, mais ces traces de feu pourraient provenir également du nettoyage de la peau.

63Une chose est précieuse : le lard. Une partie est conservée salée et entre dans la confection de nombreux plats comme les potages, les ragoûts ; une autre est fondue et permet de cuire ce qui est rôti, mais participe aussi à la fabrication de la pâte pour la préparation des tourtes salées et sucrées.

5.1.4.1.5. La viande de caprinés

64La présence de nombreux fragments crâniens et d’os hyoïdes à Bressieux indique une probable préparation des têtes et des langues (fig. 161). La consommation de quartiers entiers, comme les épaules et les gigots est attestée par la présence d’abondants os associés (fig. 162 a et b). Nombreuses sont les recettes expliquant la manière d’accommoder ces quartiers : pièce de mouton au persil, épaule de mouton en broche. Des os plusieurs fois tranchés témoignent d’une préparation en ragoût, tel ce Hericot de mouton ou ce mouton ausoerre dont parle le Ménagier de Paris (Anonyme, vers 1393). Les traces de prélèvement de la chair sur les côtes confirment leur consommation.

Fig. 161 - Têtes d’animaux à l’étal du boucher (d’après Tacuinum Sanitatis, XVe siècle. Paris, Bibliothèque nationale de France, ms latin 9333 f° 74 v°).

Fig. 162 - Restes d’une épaule de mouton (a) et découpe des os longs (b).

5.1.4.1.6. La volaille et la table

65De nombreux crânes de coq retrouvés indiquent que ces volatiles sont arrivés entiers dans les cuisines du château de Bressieux. Toutes les volailles ont subi une préparation presque identique. Cette préparation et la consommation ont laissé quelques marques sur les os, parfois ce sont de fines empreintes au niveau des articulations ou sur la diaphyse de l’os, d’autres fois la carcasse a été tranchée à l’avant du bassin libérant ainsi les deux cuisses.

66Tandis que le paon est souvent rôti entier et présenté sur la table revêtu de son plumage (fig. 163), les autres oiseaux sont accommodés de multiples façons, en bouillon ou en sauce — poule au pot sauce au cumin, brouet de cannelle, poulaille farcie pour le coq, oie en sauce « ma dame » (Taillevent 1486), potage de canard farci, canards et pigeonneau en ragoût (La Varenne 1651) ; mais aussi rôtis ou cuits en broches — dodine de verjus (Taillevent 1486), pigeonneau rôti (La Varenne 1651). Avec les restes et les abats on confectionne des pâtés (Ménagier de Paris). Les très jeunes individus sont servis en portions (poucins farcis — Anonyme, vers 1393).

Fig. 163 - Présentation à table du paon dans son plumage (d’après Le livre des Conquestes et Faits d’Alexandre. Fol. 86 recto, Paris, musée du Petit Palais).

67À la chair des oiseaux il faut ajouter les œufs qui, de tout temps, ont été une denrée très estimée. Au Moyen Âge, les poulaillers fournissent abondamment les cuisines de cet aliment. Ils se consomment en aumelette au fromage, au concombre, œuf au miroir, œufs au beurre noir (La Varenne 1651) et participent à la confection de nombreux plats salés et sucrés.

5.1.4.2. Les espèces sauvages

68D’après les traités de chasse médiévaux, en particulier celui de Gaston Phœbus, comte de Foix, le cerf abattu est dépecé sur place. Le dépeçage suit un rite invariable ; après l’écorchement on prélève les testicules, la langue, les épaules en veillant à ce que le corps repose sur la peau. Puis on ouvre l’abdomen et l’on dégage tous les viscères : les rognons, le foie etc.., on retire les entrailles, on découpe les cuissots et, enfin, on tranche la tête. Tous ces morceaux sont enfilés au fur et à mesure sur des branches émondées. Les morceaux les plus nobles sont réservés au seigneur.

69Les os de cerf trouvés à Bressieux portent tous des traces de découpe. Le partage est assez semblable à celui des espèces domestiques. Les pattes sont soit sectionnées à la hauteur du talon, soit désarticulées au niveau des phalanges (fig. 164 a et b). Les parts de viande sont préparées par des coups portés entre les articulations, les diaphyses sont ensuite tranchées (fig. 164 c). On observe les stries laissées par le couteau lors du prélèvement de la viande. Les métapodes ont subi la même découpe que ceux des bovins pour le prélèvement de la moelle.

Fig. 164 - Détails des traces sur les os de cerf élaphe.

70L’enlèvement de la tête du chevreuil a laissé des traces parfois profondes sur certaines vertèbres cervicales (fig. 147 b). La découpe du corps se poursuit généralement par désarticulation, certaines vertèbres portent ces marques. La découpe de la carcasse et les préparations culinaires du sanglier sont très semblables à celles de son cousin domestique. Épaules, cuissots et « pieds » sont les parties le plus souvent identifiées (fig. 165). Les oiseaux sont souvent rôtis sans effondrer, c’est-à-dire vider, pource que leurs boyaults sont gras et sans ordure… Les oiselets sont consommés en brochettes, en pâtés et en potages épicés où l’on mélange toutes sortes d’espèces. On panache ainsi les lapereaux, les poussins et les petits oiseaux, les cuisant avec des épices et des amandes.

Fig. 165 - Restes d’un « pied » de sanglier.

71Les oiseaux d’eau se préparent comme les canards domestiques, rôtis en broche, en bouillon ou à la dodine.

72La grue, le cygne constituent, comme le paon, des mets d’apparat : revêtus de leur plumage, ils sont réservés en général aux tables des riches.

73Le brochet se consomme souvent grillé, accompagné d’une sauce aux herbes ou épicée ou bien encore en ragoût. Quant à la carpe on la mange en potage, farcie, en pâté, également en ragoût, ou simplement en court-bouillon accompagnée d’un beurre chaud persillé.

5.1.5. Autres

5.1.5.1. Les compagnons

74Les chiens et les chats, espèces familières, sont présents sur le site. Les chiens, compagnons fidèles, participent à la garde des bâtiments et sont des collaborateurs indispensables à la chasse. Leur présence permanente comme celle du chat est attestée par de nombreuses marques de dents sur les restes rejetés (fig. 166 a et b). Les chats sont, semble-t-il, très répandus dans nos contrées depuis la fin du Ve siècle (Bobis 1991). Bien qu’ils aient eu souvent une symbolique négative, leur rôle était avant tout celui de chasser les divers rongeurs vagabondant dans les alentours (fig. 167).

Fig. 166 - Empreintes de dents de chien (a) sur une scapula de porc et de dents de chat sur des os de poule (b).

Fig. 167 - Chat attrapant un rat (daprès Luttrell Psalter, C 1330, manuscrit, XIVe siècle, British Library).

5.1.5.2. Les commensaux

75Les rongeurs ont leur place dans cet environnement humain. Le rat noir est l’élément dominant. L’existence de sujets jeunes et adultes est attestée par les restes osseux depuis le XIIe siècle. Cet hôte quelque peu indésirable, au régime omnivore, fréquente nuitamment les lieux de rejets de la nourriture humaine, se faufile partout et ronge avec application les reliefs des repas. En dehors des ossements, sa présence est avérée par les longues empreintes parallèles, caractéristiques, laissées par ses incisives sur de nombreux ossements (fig. 168).

Fig. 168 - Rat noir (a) et traces de grignotage laissées par le rat (b). a) rat noir, planche tirée de l’ouvrage Les mammifères de Schreber et Goldfuss paru à Erlangen et Nuremberg entre 1774 et 1821 cité dans « Rats » catalogue de l’exposition « RATS », Muséum d’Histoire naturelle de Neufchâtel (Suisse) (8 mars – 1er novembre 1998).

76On le connaît surtout pour sa fréquentation des lieux habités. À l’état sauvage, son habitat est de préférence forestier, c’est un bon grimpeur. Originaire du Sud-Est asiatique, il est présent sur nos territoires au moins depuis la période romaine (Roguin 1990), (Olive, Deschler-Erb 1999 ; Olive 2003).

77Le loir est un petit animal essentiellement nocturne. Son habitat est varié, il est plutôt arboricole. Il ne craint pas la présence de l’homme. Son régime alimentaire est de préférence végétal (en particulier les fruits). Il dort tout l’hiver se réveillant de temps à autre pour grignoter. Les Romains consommaient les loirs et en faisaient l’élevage dans des enclos (gliraria), puis les engraissaient en les tenant à l’abri de la lumière, enfermés dans des grandes jarres.

78Le campagnol agreste vit dans les champs, les talus ou bien même dans les bois de feuillus. Actif de jour comme de nuit il se nourrit de jeunes pousses et des parties vertes des plantes (Saint Girons 1973).

5.1.5.3. Divertissements : combat de coq

79Retrouvé parmi les restes datés des XVIIe -XVIIIe siècles, un tarso-métatarse de coq dont l’ergot a été scié, suppose la mise en place d’un ergot en métal (fig. 169). Cette « prothèse » est posée sur des animaux appartenant à une race spécialement sélectionnée pour le combat : cou long et pattes hautes et un caractère agressif entretenu par le propriétaire du gallinacé. Attesté depuis au moins le VIIe siècle avant notre ère, au Moyen-Orient et en Grèce, ce divertissement a pu être importé en Gaule par les Romains ; certaines mosaïques antiques en sont les témoins (fig. 170). Avéré au Moyen Âge, il aurait pris un essor important au XVIIIe siècle (Papin 1993), il est donc fort intéressant de trouver cet argument ostéologique témoignant de cette manifestation au château de Bressieux.

Fig. 169 - (a) Position de l’ergot sur les pattes du coq (dessin de l’auteur) ;
(b) Ergot scié sur le tarso-métatarse de Bressieux (b1) comparé à un tarso-métatarse non préparé (b2) (photo de l’auteur) ;
(c) Ergot de métal installé à la place de l’ergot naturel (d’après Charles Cornevin Traité de zootechnie spéciale. Les oiseaux de basse-cour. Librairie J.-B. Baillière et fils. Paris, 1895.

Fig. 170 - Coqs au combat (mosaïque antique provenant du musée de La Canée, Grèce).

Conclusion

80Les animaux du cheptel ont fourni l’essentiel de l’alimentation carnée des occupants du château, le bœuf en particulier, et pour les viandes plus tendres, le porc, les ovins et les caprins. Le bétail pouvait venir des terres du baron puisque

Aymard VII autorise, en 1336, les agriculteurs à faire paître les bestiaux dans la forêt du Vert en contrepartie de quoi ceux qui ont des bœufs lui doivent deux corvées par an (Moyroud 1985).

81La volaille et les œufs ont participé constamment à l’alimentation des seigneurs et de leur suite. L’activité cynégétique, bien présente, concerne les cerfs, sangliers et chevreuils, les lapins et lièvres, ainsi qu’une grande variété d’oiseaux. Ceci présuppose un équipage de vénerie comprenant hommes, chevaux et chiens, sans peut-être exclure la chasse au vol, très prisée, nécessitant des oiseaux de proie bien dressés que seuls les nobles gentilshommes possèdent. On connaît l’existence d’un commerce de faucons, d’autours et d’éperviers dans les Alpes au XIVe siècle et on sait que les comtes de Savoie ont des fauconniers qui les approvisionnent (Morenzoni 1997). La carpe, le brochet ont vraisemblablement été pêchés dans les étangs du seigneur : Bressieux et Mourmoulin à Saint-Pierre, Bizolle à Saint-Siméon (cf. supra p. 44, 51). La foire annuelle de la Toussaint, au bourg, permettait probablement de vendre certains animaux et d’acquérir des spécialités étrangères à la région, des épices peut-être ?

82Cette étude archéozoologique nous apporte un témoignage sur les habitudes alimentaires des seigneurs de Bressieux et de leur entourage. Quelques indices témoignent d’un raffinement certain tels la présence du paon et du cygne, et dès son apparition sur la terre de France, du dindon, servi seulement à la table du roi et des grands,

dès 1534 Marie d’Angoulême en faisait élever par l’un de ses fermiers navarrais et dans un banquet donné à la reine Catherine de Médicis, en 1549, on a servi 70 « poulets d’Inde » à 20 sols et 7 « coqs d’Inde » à 30 sols (Flandrin 1996 b).

83Les vestiges osseux provenant des fouilles de Bressieux nous permettent également d’entrevoir la tendance de l’élevage pratiqué sur les terres des barons. Nous savons que ces animaux, espèces du cheptel et volaille pouvaient se nourrir aux alentours, dans les champs après la moisson, dans les prés après la fenaison (Bechmann 1984). En automne, après le pacage des porcs en forêt, les bovins y sont alors admis ; cette forêt est aussi un lieu de pâturage pour les chevaux. Quant aux moutons et aux chèvres, plus destructeurs, les bergers ou les bergères les mènent sur des parcours bien définis évitant ainsi la dégradation des herbages.

84Mais qu’en est-il de l’alimentation carnée des habitants de sites contemporains et régionalement proches (fig. 171) ?

Fig. 171 - Pourcentages des restes osseux des espèces domestiques consommées à Bressieux et quelques sites de référence (faute de données en poids, les décomptes portent sur le nombre de restes).

  • 20 L’étude complète n’a pas été publiée. On trouvera un résumé du travail dans le Document d’archéolog (...)

85Du début à la fin de l’occupation les habitants de la châtellenie du Vuache, ainsi que les religieux du prieuré de l’Île-sous-Quirieu au XIIIe siècle (Forest 1987), comme les chanoines de La Charité- sur-Loire entre les XIe -XIIe siècles, ont une nette préférence pour la viande de porc. Les villageois de Puygirons (Forest 1987), ainsi que les habitants de la ferme seigneuriale de La Grange du Mont (Beck 1989), élèvent des moutons pour leur laine et consomment les bêtes réformées. Les habitants du village minier de Brandes (commune d’Huez, 1 830 m d’altitude) (Olive20 ), comme les moines de La Charité-sur-Loire à partir du XIVe siècle, se nourrissent de viande de jeunes bêtes, puisque la majorité des individus est sacrifiée avant la deuxième année. Au Vuache, comme à La Charité-sur-Loire, on note une bonne participation de la volaille. La chasse, absente à Brandes, est peu évoquée sur les autres sites. Une particularité distingue cependant La Charité, puisqu’on y retrouve une grande variété d’oiseaux sauvages, 27 espèces consommées qui auraient pu participer aux menus… (Audoin-Rouzeau 1983). L’image qui ressort de cette approche comparative est la diversité de l’exploitation des espèces. Dans l’ensemble, ce sont ou les caprinés ou les porcins qui ont la préférence, parfois sur une longue durée comme les caprinés à La Charité-sur-Loire ou les porcins au Vuache.

86Les critères de choix qui aboutissent à des résultats semblables ne correspondent toutefois pas à la même option d’élevage. Si les habitants de Brandes élèvent des caprinés destinés à la production de viande, pour les villageois de Puygirons, comme pour les fermiers de la Grange-du-Mont, le choix de la viande passe par l’option économique, les animaux abattus sont avant tout producteurs de laine. Au monastère de La Charité les moines préféreront les viandes d’agneaux, tandis que les religieux du prieuré de l’Île-sous-Quirieu consomment du porc. B. Clavel (2001) constate, en France du Nord, que le bœuf caractérise pour le bas Moyen Âge un milieu essentiellement rural, le porc est l’apanage d’un milieu seigneurial et les caprinés celui des villes, ceci en nombre de restes. Dans notre région, seule la châtellenie du Vuache correspond à ce modèle. C’est pourquoi l’étude de ces restes provenant de la table des barons de Bressieux entre les XIIe et XVIIIe siècles semble un jalon intéressant, montrant la diversité des choix en matière d’alimentation carnée dans des milieux socialement proches mais géographiquement et culturellement différents.

5.2. La cuisine et la table

5.2.1. La vaisselle de terre

  • 21 Les 3,9 % restants (510 tessons) regroupent les pâtes à cuisson oxydante, sans revêtement ou glaçur (...)

87Les fouilles ont restitué une quantité assez importante de fragments de céramique, compte tenu de la surface parfois restreinte des sondages : 12 930 tessons au total. Si les céramiques modernes (XVIIe -XVIIIe siècles) sont nombreuses et constituent près de la moitié des découvertes (6 301 tessons, soit 48,8 % de l’ensemble), les céramiques médiévales sont également bien représentées avec 47,3 % (6 119 fragments)21, surtout pour la fin de la période. Les plus anciennes (XIIe-XIIIe-XIVe siècles), très fragmentaires et relativement rares, permettent d’attester une occupation du site assez haute, probablement à partir du XIIe siècle.

88Cet ensemble a été classé en quatre grandes catégories chronologiques qui présentent de fortes différences quant à leur nombre et leur état de conservation. Une nette distinction existe entre les sondages effectués à l’intérieur de l’enceinte et ceux réalisés à l’extérieur. À l’intérieur, si l’on excepte le mobilier moderne, les céramiques sont attribuables soit au XIIe siècle soit aux XIIIe et XIVe siècles. À l’extérieur, ces céramiques sont quasiment absentes. À côté des productions modernes dominent plutôt les poteries du XVIe siècle, notamment dans la zone de l’entrée. Ce qui laisse peut-être envisager, à la fin du Moyen Âge, un relatif abandon du fossé, moins bien entretenu, dans lequel on a eu tendance à rejeter plus facilement des rebuts de vaisselle.

5.2.1.1. Céramiques attribuables au XIIe siècle (fig. 172)

89Cet ensemble réduit et très fragmentaire provient presque exclusivement des unités stratigraphiques (us) les plus profondes de trois sondages pratiqués à l’intérieur de l’enceinte, I 15 L (308 tessons dans les us 5, 6, 7 et 8), I 3 E 2 (157 fragments dans l’us 6), I 28 (32 tessons très probablement dans l’us 7, mais dans cette zone les céramiques sont rares et la datation proposée est à retenir avec prudence). Parfois, des éléments morphologiques comparables ont été rencontrés dans d’autres unités stratigraphiques et d’autres secteurs, mais mélangés à des céramiques qui ne peuvent pas être attribuées à cette période. Malgré cela, il s’agit d’un ensemble homogène, peu abondant, dans lequel la majorité des tessons est constituée de panses impossibles à dater avec précision. On ne peut donc réellement se baser que sur 201 tessons comprenant 12 bords évasés (fig. 172 : 1), 5 bords en bandeau (fig. 172 : 2), 2 bords aplatis (fig. 172 : 7, 8), 12 becs pontés, 1 bec pincé, 101 fonds bombés, 67 parois avec un décor incisé à la molette (fig. 172 : 3-6), et 11 parois avec décor de bandes rapportées et digitées (fig. 172 : 7).

Fig. 172 - Céramique en pâte grise attribuable au XIIe siècle.

90Ce matériel, exclusivement en pâte grise, correspond à des vases fermés : récipient de profil globulaire, avec fond bombé, très souvent avec un bord simplement évasé et plus rarement en bandeau. Quelques becs attestent la présence de cruches et l’on remarquera la relative fréquence d’un décor à la molette ou digité. Les oules sans anse et les cruches à bec ponté en pâte grise sans revêtement sont caractéristiques du plein Moyen Âge. De nombreux sites proches fournissent des éléments comparables, surtout l’habitat de Colletière à Charavines, dans l’Isère, bien daté du XIe siècle (Faure-Boucharlat, Maccari-Poisson 1993 : 189-203). Si, pour Bressieux, une datation plus tardive a été retenue (c’est-à-dire le courant du XIIe siècle), c’est surtout en raison de deux facteurs :

  • il n’y a aucune trace de fond marqué, typique de cette époque. Or, le site se trouve dans une région où cet élément caractéristique est fort répandu. On en trouve en quantité à Colletière et quelques-uns également sur le site de la motte de Boule Billon, à Saint-Pierre-de-Bressieux non loin du château de Bressieux ;

  • les bords en bandeau sont rares (29,4 % de l’ensemble des bords), alors qu’à Colletière ils atteignent 55,4 % et sur le site de la motte de Décines dans le Rhône, également daté du XIe siècle (Bouvier et al. 1992 : 231-308), ils représentent 65,3 % de la totalité des rebords.

91Ces observations incitent donc à exclure le XIe siècle pour le mobilier le plus ancien de Bressieux. Le choix se porte plutôt sur le XIIe siècle, car à cette époque, dans la région considérée, on constate la disparition progressive des bords en bandeau, devenus marginaux dans le courant du siècle suivant. D’autre part, dans les unités stratigraphiques contenant ce type de mobilier, il n’y a aucune trace de céramique en pâte rouge glaçurée qui commence à se répandre au XIIIe siècle. Il est donc préférable de situer la plus ancienne occupation du château de Bressieux dans le courant du XIIe siècle, chronologie confirmée par les sources écrites.

5.2.1.2. Céramiques des XIIIe-XIVe siècles

92Ce groupe, mieux représenté que le précédent, reste encore limité. Parmi les 1 153 tessons étudiés, de nombreux éléments de parois atypiques pourraient être plus anciens ou plus tardifs, notamment les pâtes grises sans revêtement. N’est prise en compte que la céramique issue de couches archéologiques au matériel homogène, sans interférence moderne car, comme pour la période antérieure, de nombreux fragments des XIIIe-XIVe siècles ont été retrouvés dans des strates, où ils sont mélangés avec des productions plus tardives.

93Cet ensemble provient de neuf sondages situés à l’intérieur du château et d’un sondage situé à l’extérieur : I 4 F (us 2,4 et 5), I 15 bis (us 11 et 12), I 17 (us 2 et 4), I 18 (us 3), I 21 (us 4), I 28 (us 4 et 6), I 29 (us 16, 17, 18 et 19), I 30 (us 5 et 7), II 13 (église) (us 6).

94La découverte de plusieurs monnaies confirme l’appartenance médiévale des poteries provenant d’unités stratigraphiques au matériel homogène des sondages I 17, I 28 (denier des évêques de Valence des XIIe-XIIIe siècles) et I 29 (denier des archevêques de Vienne des XIIe-XIIIe siècles) ou encore de la zone II 13 (denier du dauphin Jean II, début du XIVe siècle).

95La majorité de ces tessons est encore en pâte grise, mais nombreux sont les fragments en pâte rouge avec revêtement externe de glaçure parsemée (cette dernière catégorie atteignant 12,7 % de l’ensemble). Les formes identifiables dans les deux types de pâte sont plus nombreuses que pour le XIIe siècle, mais restent cependant incomplètes.

96D’autres lots issus d’unités stratigraphiques au mobilier disparate mêlent productions médiévales et modernes : I 11 (us 5), I 15 bis (us 7, 8, 9 et 10), I 28 (us 2). Ceci est d’autant plus problématique pour l’us 10 de la zone I 15 bis où l’on a retrouvé un denier des évêques de Clermont du XIIIe siècle.

5.2.1.2.1. La vaisselle de table (fig. 173)

97La forme la plus courante de vaisselle de table, exclusivement en pâte à cuisson oxydante, est celle d’un récipient fermé avec un col haut, légèrement évasé et souligné par une série d’incisions ou de cannelures parallèles (fig. 173 : 1, 2). Les rebords sont plats ou biseautés et les anses, lorsqu’elles sont conservées, ont leur attache contre le col. Les fonds sont plats, leur base plus ou moins étalée vers l’extérieur, forme une sorte de bourrelet (fig. 173 : 5-7). Un seul fond plus élancé prend la forme d’un tronc de cône (fig. 173 : 4).

98Un fragment permet d’attester l’existence d’un bec pincé (fig. 173 : 1). Dans les autres cas, il est impossible de préciser le type d’ouverture du récipient ; il peut s’agir aussi bien de cruches à bec pincé que de pichets avec une ouverture circulaire, sans élément verseur.

Fig. 173 - Vaisselle de table en pâte rouge et à glaçure parsemée.

99Le décor extérieur se limite généralement à quelques taches irrégulièrement disposées de glaçure au plomb granuleuse, et pratiquement incolore, mais comportant différentes nuances de jaune ou de vert, selon la présence accidentelle et plus ou moins importante d’oxyde de fer dans la pâte. Cette technique de glaçure, posée par aspersion et sans ajout volontaire de colorant, est dominante dans la région Rhône-Alpes jusqu’à la fin du XIVe siècle (À la fortune du pot, 1990-1991). En dehors de la glaçure, les autres traces de décoration sont rarissimes. Quelques fragments appartiennent à un type de céramique dite « très décorée ». Le décor est alors composé de lignes verticales ou obliques incisées au peigne (fig. 173 : 7). Parfois, des incisions dessinent un motif ondé (fig. 173 : 8). Les décors d’appliques sont rares, un seul tesson est orné d’une pastille en relief (fig. 173 : 9).

100Ces formes et leur décor s’intègrent bien au répertoire régional des XIIIe -XIVe siècles (Vicard 1996 : 181-215). Cette céramique partiellement glaçurée à décor incisé ou d’applique était très répandue tant en Rhône-Alpes que dans une grande partie de l’Europe occidentale (Verhaeghe 1989 : 19-113). Cependant, si dans les régions septentrionales la production se poursuit au-delà du Moyen Âge, dans notre région elle s’arrête fin XIIIe-début XIVe siècle.

101Une forme, tout à fait originale, était jusqu’à présent inconnue dans la région (fig. 173 : 3). En pâte rouge et décorée, comme les précédentes, à glaçure éparse, elle est pourvue d’un bec tubulaire relié au bord par une bande d’argile qui forme une sorte d’anneau. Autre particularité, ce récipient présente deux filtres : le premier est placé à l’intérieur du bec, tandis que le deuxième, dont il ne reste que l’arrachement, se situait à l’intérieur de l’ouverture. Les filtres étant généralement très répandus dans le pourtour méditerranéen, cette pièce, une gargoulette, pourrait être une importation dont la région d’origine reste à déterminer.

102Autre production d’importation pour la même époque, un petit fragment de vase fermé a été identifié comme appartenant à une poterie du Proche-Orient (Thiriot 1995 : 25-76). Il est en pâte siliceuse beige clair avec une glaçure interne alcaline transparente bleu turquoise ; le décor à l’extérieur est noir sous une glaçure de même type.

5.2.1.2.2. La vaisselle culinaire (fig. 174)

103Les récipients pour la cuisson associés à cette céramique de table ont une forme totalement différente de celle des périodes antérieures. Le bord évasé et le bandeau disparaissent et sont remplacés par un rebord plat, biseauté ou arrondi, relié à la paroi par un petit col court, droit ou évasé. Deux anses symétriques plates et cannelées sont ajoutées et fixées au col. Ainsi, les marmites se substituent aux oules. En l’absence de forme archéologiquement complète, on ne peut pas déterminer avec certitude le profil du fond, mais il était probablement bombé comme le montre la proportion importante de fonds bombés retrouvés.

104La majorité de ces poteries est encore en pâte grise mais quelques marmites du même type, en pâte à cuisson oxydante, apparaissent tout en restant très rares (fig. 174 : 4).

Fig. 174 - Céramiques en pâte grise (XIVe ou XVe siècle).

105Cet ensemble de marmites se rapproche étroitement du mobilier de la première moitié du XIVe siècle mis au jour dans les fouilles de la bastide de Gironville dans l’Ain (Poisson 1985). Sa diffusion régionale pourrait remonter au courant du XIIIe siècle, comme semble le confirmer sa coexistence avec les formes de table glaçurées, dont la production est bien attestée pour cette période.

5.2.1.3. Céramiques des XVe-XVIe siècles (fig. 175, 176, 177)

106Les témoignages les plus significatifs de l’occupation du château aux XVe et XVIe siècles sont fournis par un mobilier céramique abondant, réparti dans plusieurs unités stratigraphiques sans interférences modernes : la zone ID (us 2 et 4), la zone II 16 (us 7 et 9), la zone II 17 (us 3 et 4), la zone II 18 (us 4), la zone II19 (us 2, 3 et 4), la zone II 20 (us 2 et 3).

107Cependant, ce matériel se retrouve parfois dans d’autres secteurs ou d’autres unités stratigraphiques, très mélangé avec des glaçures et des faïences modernes. Ce problème de mélange de diverses époques a rendu particulièrement problématique la séquence stratigraphique de la zone II 12 (l’entrée).

108Les céramiques retrouvées dans les us datables des XVe-XVIe siècles sont exclusivement à usage culinaire ou destinées à la réserve. Il n’y a aucune trace de poterie de table, pichets, cruches ou de formes ouvertes qui, pourtant, commencent à apparaître communément à cette période dans le mobilier régional d’autres sites.

109Ces céramiques culinaires sont encore, en grande partie, en pâte grise, comme dans les périodes précédentes, mais aussi en pâte rouge, et on rencontre assez souvent des tessons recouverts à l’intérieur d’une glaçure brillante, bien couvrante, lisse et de couleur brun clair orangé. Cette couleur est probablement due à celle de la pâte sous-jacente, plutôt qu’à l’adjonction volontaire d’un colorant dans le revêtement vitreux.

110Les formes identifiables sont celles d’un type de marmite très répandu soit en pâte grise (fig. 175 : 1-5), soit en pâte rouge glaçurée (fig. 175 : 6). Ces vases ont généralement un profil globulaire, un fond lenticulaire très large et la partie supérieure forme un petit col court qui se termine par un bord plat ou légèrement éversé. À la différence des marmites antérieures (XIIIe-XIVe siècles), pourtant très semblables, les anses, larges, sont cannelées et, surtout, se caractérisent par leur départ contre le bord et non plus sur le col. Toutes ces céramiques culinaires ont eu une très large diffusion régionale aux XVe-XVIe siècles et une nomenclature particulière leur a été attribuée : il s’agit de la forme dite 1321 (Vicard 1996 : 188-189).

Fig. 175 - Marmites XVe-XVIe siècles : nos 1-5 à pâte grise, n° 6 pâte rouge et glaçure interne.

111Quelques fragments d’un autre type de marmite, forme 1311 (Vicard 1996 : 189), bien daté du XVIe siècle, apparaissent également à Bressieux. Il s’agit d’exemples rares de pot culinaire (en pâte grise uniquement) que l’on appelle généralement « à anses coudées » en raison de la forme particulière des anses, de section ronde et formant un anneau tout près du col (fig. 175 : 4). Les anses retrouvées à Bressieux ont, dans deux cas, une marque incisée près de l’ouverture (fig. 175 : 5). D’autres exemples de marmite de ce type avec une marque en creux sur une anse ont été mis au jour à Lyon : la découverte de formes complètes permet de préciser que la marque se trouve uniquement sur l’une des deux anses (Maccari-Poisson 1994).

112Toujours en pâte grise, on note une autre forme avec un petit col, semblable aux autres marmites, mais décorée de bandes rapportées et digitées, disposées verticalement (fig. 176 : 1). Il s’agit d’un grand pot très fragmentaire à pâte très grossière, rouge au cœur, et comportant de nombreuses inclusions blanches. Ce fragment de pot rappelle une forme trouvée dans les fouilles du prieuré de Marnans, site proche de Bressieux, et datée du XVe siècle (Colardelle 1983 : 47-88).

Fig. 176 - Céramiques culinaires en pâte grise, des XVe-XVIe siècles.

113L’emploi du décor de bandes rapportées et digitées est assez répandu. Il se retrouve sur de gros fragments de pots dont les dimensions des ouvertures et parfois l’épaisseur des parois font penser à de grands récipients de stockage renforcés par cet ensemble de cordons (fig. 176 : 2-4).

114Le même type de décor (bandes rapportées et digitées) existe sur des productions en pâte rouge, avec parfois à l’intérieur un revêtement de glaçure brun orangé (fig. 177). Les anses sont très larges et, dans un cas, décorées de trois bandes digitées. Les fonds, tous de taille importante, sont essentiellement globulaires sans qu’il y ait de limite entre fond et paroi. Les cordons de renforcement sont différemment disposés : tantôt ils s’arrêtent en bas de la paroi (fig. 177 : 1), tantôt ils arrivent à recouvrir tout le fond, se terminant contre un cercle qui souligne son centre (fig. 177 : 3).

Fig. 177 - Céramiques du XVIe siècle en pâte rouge : n° 1 à 3 sans revêtement et nos 4 et 5 avec glaçure interne.

115Cet ensemble de récipients constitue, pour le moment, un type de mobilier peu connu dans la région Rhône-Alpes, mis à part l’exemple de Marnans où, cependant, n’ont pas été retrouvées ces formes de grande taille qui font penser à des jarres de stockage.

5.2.1.4. Céramiques modernes (XVIIe-XVIIIe siècles) (fig. 178, 179, 180, 181, 182)

116Les céramiques modernes constituent l’ensemble le plus abondant et le mieux conservé, notamment grâce à la fouille de deux dépotoirs. Les formes archéologiquement complètes proviennent de ces deux ensembles.

117Compte tenu de l’importance numérique du lot (6 301 tessons au total) il est difficile et, surtout, inutile de décrire dans le détail les pâtes, les glaçures et les variantes des profils. On se limitera à une liste des vases identifiables et à citer les principaux types de revêtement.

118Dans la zone de rejet I 8, à l’intérieur du château, ont été comptabilisés 1 134 tessons. Les plus nombreux sont recouverts d’un revêtement de glaçure brun (512 fragments), d’autres d’un revêtement de glaçure marron sombre (231 fragments). Parmi les autres céramiques, quelques fragments sont ornés de revêtement argileux : 40 tessons à décor blanc sur fond sombre et 16 fragments à décor brun ou vert et brun sur fond d’engobe blanc. Il n’y avait que 3 petits fragments de faïence et aucune trace de grès. Au moins une vingtaine de pots ont été identifiés, presque entièrement reconstituables. Parmi les 6 formes ouvertes on note : 1 grand plat décoré en blanc sur fond sombre, 1 plat avec décor incisé sur fond blanc et colorié en vert et brun, 3 assiettes avec revêtement de glaçure brune, 1 bol avec revêtement de glaçure marron.

119Les formes fermées se répartissent ainsi : 1 cruche avec deux becs et 1 anse en panier à glaçure marron interne ; 1 cruche à bec tubulaire portant une large tache de glaçure marron autour du bec et une glaçure marron interne (fig. 178 : 1) ; 1 cruche à bec tubulaire à glaçure brune interne ; 1 petite cruche à glaçure marron (fig. 178 : 3, fig. 181) ; 3 pots à anses verticales, à glaçure brune interne et taches à l’extérieur (fig. 178 : 2) ; 1 petit pot culinaire à glaçure brune interne.

Fig. 178 - Céramiques modernes (XVIIe ou XVIIIe siècle).

120Le deuxième dépotoir était situé à l’extérieur du château, zone II 10. Toute la séquence stratigraphique, comme pour la zone de rejet précédente, correspond à diverses strates d’un remplissage qui a dû se former dans une période assez brève, comme le montrent les nombreux collages entre les différentes unités stratigraphiques et l’homogénéité du matériel, exclusivement moderne. Sur les 1344 tessons, quelques-uns sont en pâte grise indéterminables (83 en tout). Le reste comprend surtout des pâtes rouges avec glaçure de diverses couleurs, allant du jaune sur engobe au brun orangé, au marron, noir, vert sur engobe et quelques décors (blanc sur fond sombre ou brun, ou vert et brun sur fond blanc). Les faïences sont encore une fois très rares. Enfin on a pu identifier une cinquantaine de fragments en pâte blanche et tendre, recouverte de glaçure jaune que l’on attribue à une production dite « service jaune », typique de la zone de Larnage dans la Drôme (Faure-Boucharlat, Maccari-Poisson 1996 : 108-110).

121L’ensemble du matériel était très fragmentaire mais quelques collages ont permis de calculer qu’il y avait au moins quatre cruches avec glaçure marron interne et trois autres avec glaçure brun orangé interne.

122Parmi les formes les plus complètes, on a retrouvé : 3 bols à glaçure brun orangé interne (fig. 179 : 1) ; 1 assiette à glaçure jaune sur engobe blanc (fig. 179 : 2) ; 1 couvercle à glaçure marron (fig. 179 : 3) ; 1 faisselle à fromage à glaçure marron (fig. 179 : 4), 1 petit pot à pharmacie en faïence blanche (fig. 179 : 5) et un égouttoir à fromage avec glaçure marron écaillée (fig. 179 : 6).

Fig. 179 - Céramiques modernes (XVIIe ou XVIIIe siècle).

123Dans d’autres zones, le mobilier moderne est aussi abondant, mais généralement difficilement identifiable en tant que forme. Font exception : 1 petit albarello recouvert à l’intérieur de glaçure brun orangé (fig. 180 : 1) ; 2 bassins décorés à l’engobe en blanc sur fond sombre (fig. 180 : 2-3, fig. 182) ; 1 bol recouvert de glaçure marron interne (fig. 180 : 4) ; 1 bol à oreilles décoré en vert et brun sur fond clair et taches à l’extérieur (fig. 180 : 5) et, enfin, 1 pot tripode à glaçure jaune interne (fig. 180 : 6).

Fig. 180 - Céramiques modernes (XVIIe ou XVIIIe siècle).

Fig. 181 - Petite cruche glaçurée (XVIIe-XVIIIe siècles).

Fig. 182 - Plat creux décoré à l’engobe (XVIIe-XVIIIe siècles).

Conclusion

124En ce qui concerne le mobilier céramique, le château de Bressieux ne présente pas de signe de richesse ni d’un niveau de vie particulièrement élevé durant toute sa longue période d’occupation.

125Le mobilier correspondant à la période la plus ancienne ne diffère pas de ce que l’on rencontre partout ailleurs dans la région, que ce soit dans les châteaux, les habitats ruraux, les villes ou les bourgs. Le répertoire des formes est très réduit et les pâtes grises sont prédominantes. Les récipients glaçurés, considérés comme des produits de luxe, que l’on rencontre toujours en faible quantité sur des sites seigneuriaux de cette période, comme à Charavines dans l’Isère (Faure-Boucharlat, Maccari-Poisson 1993 : 189-203) et à Décines-Charpieu dans le Rhône (Bouvier et al. 1992 : 231-308), sont totalement absents à Bressieux. Absence significative, même en tenant compte du faible nombre de tessons attribuables à cette ancienne phase d’occupation.

126Il en va de même pour l’époque des XVe-XVIe siècles, bien que seuls des pots culinaires ou à réserve aient été trouvés : aucun indice de faïences prestigieuses comme celles mises au jour à Lyon et étudiées par Alban Horry (Amouric et al. 1997 : 529-538 et Horry 2000 : 165-182). Il convient toutefois de nuancer cette remarque puisque, même à Lyon, ces formes sont peu abondantes : dans le grand dépotoir du site de la place des Terreaux, les faïences ne représentent que 4 % de l’ensemble du mobilier constitué de plus de 50 000 fragments.

127Les poteries d’époque moderne, pourtant plus nombreuses, conduisent au même constat : ce vaisselier n’est pas luxueux. Non seulement les vases à glaçure monochrome, mais également les formes décorées sur un fond d’engobe (fig. 180), sont des productions très banales, largement diffusées dans toute la région et au-delà. Cela rend effectivement encore plus marquante l’absence de faïences, qui représentent habituellement l’élément de prestige principal dans le vaisselier de cette époque.

128Finalement, ce n’est que pendant l’occupation des XIIIe-XIVe siècles que le site présente quelques éléments mettant en évidence le statut particulier du château et de ses occupants : tout d’abord la présence d’un petit tesson appartenant à un pot provenant du Proche-Orient et identifié comme tel (Thiriot 1995 : 27). Comme le souligne cette étude, il s’agit probablement du contenant d’un produit rare, comme des épices ou des produits d’apothicairerie. Ensuite la gargoulette en pâte rouge et glaçure verte, munie d’un bec tubulaire et présentant deux filtres (fig. 173 : 3) dont il a été découvert un important fragment, peut aussi s’apparenter à un objet rare et, probablement précieux. Inconnu en France et en général en Europe, l’usage d’un filtre pris dans la forme même est largement utilisé en revanche dans les pays musulmans de l’aire méditerranéenne. Nombreux sont les exemples que l’on rencontre en Sicile à l’époque de la présence arabe. À l’origine, aux Xe-XIe siècles, on retrouve de nombreuses gargoulettes sans revêtement destinées à puiser l’eau et à la protéger contre les saletés, puis dans le courant du XIIIe siècle, elles sont glaçurées (Molinari 1997 : 131). Cependant, les exemples connus ont rarement un bec tubulaire et le filtre est situé à la base du col. Sur l’exemplaire de Bressieux, très fragmentaire, on devine un filtre (disparu) dans le col, mais aussi à la base du bec tubulaire. Particularité surprenante qui pourrait peut-être s’expliquer par un double souci d’hygiène : pour des infusions médicales ? Il semble très probable, dans tous les cas, qu’il s’agit d’un produit provenant du monde islamique, comme l’attestent les trouvailles dans les épaves retrouvées le long des côtes méridionales françaises (Amouric 1999 : 5). Mises à part ces deux formes d’origine lointaine, les autres céramiques semblent être des productions régionales, sans que l’on puisse cependant préciser leur lieu de provenance.

5.2.2. La verrerie de table

129Un bel ensemble de vaisselle de verre a été mis au jour lors des fouilles (fig. 183). Ces objets ont été recueillis dans des sondages et proviennent de contextes plus ou moins précisément datés par des monnaies et des céramiques, s’étendant de la fin du XIIIe siècle jusqu’au milieu du XVIe, voire au début du siècle suivant.

Fig. 183 - Vaisselle en verre découverte à Bressieux.

130Cet ensemble offre une grande variété de formes et fournit ainsi l’occasion de confirmer et d’élargir la chrono-typologie déjà élaborée et utilisée lors des fouilles lyonnaises (Auger 1991 : fig. 3, 16). Sur les 4 780 fragments de verrerie, 164 pièces ont été identifiées, leur présentation a été scindée en deux lots en fonction de l’attribution chronologique des couches dont ils proviennent.

131Le premier lot, le plus important numériquement, avec 134 pièces identifiées (soit 77 % du lot) couvre la période des XIIIe et XIVe siècles. Malheureusement, le matériau présente une très forte altération : de transparent à l’origine, le verre s’est opacifié jusqu’à prendre une teinte noire, mais quelques éléments de teinte vert pâle ont pu être isolés. Les phénomènes d’oxydation rendent également les tessons très fragiles et il est de ce fait pratiquement impossible d’effectuer des collages et des remontages.

132L’identification des formes n’a pas toujours été très aisée mais ont pu être dénombrés des dizaines de gobelets et des verres à pied, plusieurs fioles ou flacons et quelques formes particulières.

133Le deuxième lot, composé du matériel du XVe siècle ou plus tardif, comporte une trentaine de formes, parmi lesquelles on retrouve des gobelets et des verres à pied, mais aussi des vases, des verres à tige creuse, des fioles ou flacons. Quelques formes n’ont pu être identifiées. La vaisselle de Bressieux trouve de nombreux parallèles avec des séries archéologiques découvertes en milieu urbain (principalement à Lyon) ainsi que dans d’autres résidences aristocratiques de la région Rhône-Alpes, en particulier le château de Vulbens en Haute-Savoie.

134Mode de lecture des tableaux (fig. 184, 189, 193, 194, 198)
Afin de pouvoir comparer cette étude avec les résultats des fouilles urbaines de Lyon, le même système de classement typologique a été utilisé, la forme de l’objet étant déterminée par un classement alphanumérique :

  • la première lettre détermine la forme (B signifie gobelet, C verre à pied, E verre à jambe…) ;

  • à cette lettre est accolée une numération continue précisant le décor de l’objet (ex. : B1 est un gobelet à décor de côtes moulées dont le fond est orné d’un cordon de verre rapporté) ;

  • la forme de la coupe est représentée par un classement alphabétique : (ex. : E5a est un verre à jambe creuse avec une coupe à parois oblique).

5.2.2.1. L’ensemble des XIIIe et XIVe siècles

135Ce matériel provient d’investigations effectuées dans le logis nord (secteur 15 M et 15 bis) et de deux sondages pratiqués dans la cour (I 28 et I 29) (fig. 184).

136Le tableau met en évidence l’importance des verres à boire de type B et C. Ils sont répartis dans toutes les unités stratigraphiques.

5.2.2.1.1. Les gobelets de type B (fig. 184)

137C’est la forme la plus abondante (63 exemplaires identifiés) et la plus simple car elle est soufflée en une seule paraison. Les parois sont obliques et le fond légèrement concave pour assurer la stabilité. Aucun décor n’agrémente ces objets qui sont très altérés et seulement représentés par des fonds.

Fig. 184 - Gobelets et verres à boire de type B et C.

138Fréquemment découverts, ces gobelets sont cependant rarement reconstitués et publiés à cause de leur mauvaise conservation. On peut citer comme comparaisons un gobelet de Digne (Hautes-Alpes), trouvé dans la tombe 181 de la cathédrale et assimilé à une lampe à cause de sa lèvre évasée vers l’extérieur (Foy, Sennequier 1989 : 169, fig. 94) ; un gobelet de Fréjus et un autre d’Arles sont datés du deuxième quart/milieu du XIVe siècle (Foy et Sennequier 1989 : 225, fig. 188 ; 226, fig. 189). Dans le nord de la France, les gobelets de ce type sont le plus souvent côtelés.

5.2.2.1.2. Les verres à pied de type C (fig. 185)

139Ce sont des verres soufflés en une seule paraison, l’inventaire en dénombre 54 très altérés, mais seuls les pieds et les départs de panse subsistent (fig. 185 : 1-2). Le pied conique est obtenu en refoulant profondément la matière, tout en provoquant un étranglement. La technique utilisée pour former le pied emprisonne, sur le pourtour de la base, un peu d’air dans un ourlet creux de quelques millimètres (Foy 1988 : 195). Le fond conique possède ainsi deux épaisseurs de verre étroitement appliquées l’une contre l’autre. C’est la partie la plus solide du verre qui seule est conservée. La forme générale est sans doute bitronconique comme pour l’exemplaire de Châteauneuf-de-Gadagne, retrouvé dans la nécropole de Cancabeau (Foy, Sennequier 1989 : 165, fig. 88). Cependant, d’autres formes de coupe sont connues pour des pieds coniques identiques : le « calice » de Châteauneuf-de-Gadagne possède une coupe hémisphérique ornée d’un cordon de verre à mi-hauteur (Foy 1988 : 198) ; les exemplaires d’Etampes (Barrera, Petit 1990 : 343) et de Langeais (Motteau 1985 : 19, fig. 184) ont des coupes ornées de côtes plus ou moins prononcées.

Fig. 185 - Gobelets à pied de type C et reconstitution d’un verre entier.

5.2.2.1.3. Les gobelets de type BC (fig. 184)

140Ce sont des gobelets soufflés en une seule paraison dont le fond est décoré d’un ourlet de verre formé par refoulement de la paraison. Quatre fonds seulement ont été reconstitués. Ce type de verre à boire est assez rare et les études sur la verrerie lyonnaise ne nous fournissent pas amples informations. Les fouilles de la place des Terreaux à Lyon (Auger 1991-1994 : 306, 321) en ont livré quatre exemplaires.

5.2.2.1.4. Autres formes de verreries de table

141Plusieurs fragments de panse et d’anse, pouvant appartenir à une ou à plusieurs chopes ont été identifiés, mais il n’a pas été possible de procéder à une restitution de la forme.

5.2.2.1.5. Les fioles ou flacons

142Elles sont peu nombreuses et seules trois unités stratigraphiques en contenaient (fig. 186).

Fig. 186 - Fioles de type F1, F2, F3.

143Les exemplaires de type F1 sont des « ampoules », soufflées en une seule paraison, de teinte vert pâle et à paroi fine. Le col est long et décoré de côtes parallèles à l’axe, moulées en relief. Une bouteille de ce genre a été découverte à Vienne (Isère) dans des tombes de la nécropole médiévale Saint-Georges (Catalogue d’exposition 1981 : 208, notice 563 ; Foy, Jannet-Vallat 1986 : 27, fig. 10, 11 ; Foy, Jannet-Vallat 1987 : 282, fig. 5). Les 4 exemplaires de type F2 (fig. 187) sont des fioles de petites dimensions, soufflées en une seule paraison, de teinte vert pâle, à paroi fine, dont seul le fond très ombiliqué subsiste. Aucun fragment de col n’a pu être identifié.

Fig. 187 - Fond de fiole type F2.

144La fiole de type F3, soufflée en une seule paraison, est de teinte vert pâle. Le goulot est pincé pour former un bec verseur et le col, court, est décoré de côtes parallèles en relief. Une anse, relie le col à la panse. Elle est pincée dans sa partie supérieure pour former un bouton de préhension. La panse et le fond n’ont pas été retrouvés. L’ensemble est trop fragmenté pour pouvoir être dessiné. Elle ressemble à un objet trouvé à Chevreuse dans les Yvelines (Foy, Sennequier 1989 : 251, fig. 243).

5.2.2.2. L’ensemble de verrerie du XVe siècle à l’époque moderne

145Ce matériel a été recueilli lors des fouilles d’un puisard (Zone I, secteur 8 bis), de la barbacane, du pont-levis et du pont dormant (zone II, secteurs12, fosses B 15, C 16, D 17 et E 18). Contrairement à la verrerie du premier ensemble qui comportait de nombreuses pièces appartenant presque exclusivement à deux types, celle de ce second ensemble est formée de 40 pièces presque toutes de type différent (fig. 189).

5.2.2.2.1. Les gobelets (fig. 189)

146Les gobelets sont des verres soufflés en une seule fois dans un moule, avec ou sans décor. Le fond est légèrement ombiliqué pour assurer la stabilité. Les parois sont droites ou obliques. Par analogie avec cette forme simple, une forme identique (B7) a été rangée avec les gobelets. Avec ou sans décor, elle est très rare dans le mobilier archéologique.

Fig. 189 - Ensemble formé de gobelets de type B, B4, B9, B10, B7.

Type B

147Comme pour le premier ensemble, ce sont des verres sans décor, à parois obliques, type qui regroupe ici la moitié des découvertes. Des gobelets semblables sont signalés à Lyon (Auger 1991-1994 : 306) et à Lille, où ils n’apparaissent qu’au XVe siècle (Gemehl 1986 : 129-131).

Type B4

148Ces gobelets, de forme légèrement tronconique, en verre de teinte jaune pâle, sont soufflés dans un moule et portent un décor de larges côtes moulées parallèles, en relief. Des exemples sont issus des fouilles lyonnaises (Auger 1991-1994 : 306), de Paris (Foy, Sennequier 1989 : 258 ; Barrera 1990a : 352), de Tours (Motteau 1981 : 92, fig. 3, 4) ou de Metz (Cabart 1996 : 78).

Type B9 (fig. 188 : 1)

149Cet exemplaire unique provient de la zone I, secteur 8 bis, us13. Soufflé en verre de teinte bleue très pâle, il se distingue par un décor sous la lèvre de 4 à 5 filets moulés. Le fond est refoulé. Sa hauteur totale est inconnue.

Fig. 188 - Gobelets de type B9 et B10.

Type B10 (fig. 188 : 2)

150Ce verre, issu de la zone II (secteur 17, us 2), est un gobelet à panse moulée avec un décor de côtes. Il est porté par un pied en forme de cône tronqué formé par l’enroulement d’un fil de verre. Des gobelets identiques ont été trouvés au Mans (Foy, Sennequier 1989 : 265, fig. 264) et à Paris (Cabart 2002-2003 : 9, fig. 30).

Type B7 (fig. 190, 191, 192)
  • 22 Un de ces objets a été entièrement remonté par le Centre de restauration archéologique municipal (C (...)

151Les 132 fragments appartenant à deux récipients de ce type proviennent tous de la même us10, de la zone I, secteur 8 bis. Ce sont des vases de grandes dimensions, à parois épaisses, soufflés en une seule paraison. La lèvre est légèrement écrasée et ourlée vers l’extérieur. La panse, de profil cylindrique, porte deux cordons de verre horizontaux, formés à l’aide de filets rapportés et travaillés à la pince. Le fond est légèrement concave. Aucun élément de comparaison exacte n’a été retrouvé dans les publications françaises. Ces deux pièces isolées, dont l’une est légèrement plus grande que l’autre, devaient avoir une fonction bien particulière qui reste hypothétique à ce jour. La position des filets sur l’exemplaire le mieux conservé semble partager la panse en trois parties sensiblement égales, comme si ces récipients pouvaient servir pour mesurer un liquide. Cette décoration peut aussi être comparée à celle des verres allemands appelés « Passgläser » (Henkes 1994 : 152) : ces grands verres sont utilisés pour boire à plusieurs, les filets servant de repères22.

Fig. 190 - Deux gobelets de type B7.

Fig. 191 - Gobelet de type B7.

Fig. 192 - Gobelet de type B7.

5.2.2.2.2. Les verres à pied (fig. 193)

152Ce sont des verres à pied tronconique soufflés en une seule paraison, dont le pied est formé par un profond refoulement. Ils apparaissent à la fin du XVe siècle, la forme étant alors très trapue. Ils s’allongent au XVIe siècle et peuvent porter une décoration moulée, émaillée ou même peinte. Le type disparaît progressivement à partir de la seconde moitié du XVIe siècle pour être remplacé par le verre à jambe.

Fig. 193 - Verres à pied de type C et C10.

Type C

153La forme est pratiquement identique aux verres de type C du premier ensemble mais la matière est très différente. Les trois exemplaires attestés proviennent de la zone II, secteur 12, us 14 ; 15, us 2 et 16, us 6. Ils ne portent pas de décor. Ces verres sont abondants dans toutes les régions françaises de la fin du XVe à la fin du XVIe siècle. Ils sont fabriqués à partir d’une seule paraison. Le façonnage permet d’obtenir des profils plus ou moins tronconiques. Comme exemples régionaux on peut citer un verre à Vulbens (Haute-Savoie) trouvé dans les fouilles du château de Vuache (Foy, Sennequier 1989 : 268) et d’autres trouvés dans les fouilles urbaines de Lyon (Auger 1991-1994 : 306), d’autres exemples sont connus à Orléans (Barrera 1987 : 90, fig. 194-209) et Paris (Barrera, Velde 1989 : 115 ; Barrera 1990a : 352).

Type C10 (non dessiné car trop fragmenté). Il provient de la zone II, secteur 16, us 4.

154C’est un verre à pied avec un décor émaillé, formé de pointillés blancs verticaux en relief sur la panse et le pied. Il est identifié grâce à un fragment de pied et un de panse. Une chope trouvée à Besançon dans un contexte de la deuxième moitié du XVIe siècle portait ce genre de décor émaillé (Guilhot et al. 1990 : 61). Un gobelet à pied tronconique, richement décoré de traînées discontinues de verre blanc opacifié, qui accentuent les nervures moulées de la coupe et du pied, a été mis au jour dans les fouilles de l’Hôtel de Brion à Avignon (Démians d’Archimbaud et al. 1980 : 160, fig. 6). D’autres verres de ce type sont cités dans la collection Thaurin à Rouen (Barrera 1990b : fig. 5, 46) ou même à Lüneburg en Allemagne. Les auteurs de cette dernière découverte situent le centre de production dans le sud des Pays-Bas ou dans le nord de la France (Ring 2003 : 96).

5.2.2.2.3. Les verres à jambe (fig. 194, 195, 196, 197, 198)

155Ils proviennent presque tous de la zone I, secteur 8 bis. Ils sont rares dans les autres secteurs.

156Ce sont des verres à jambe creuse, chacun étant soufflé en plusieurs paraisons. La première sert à former la coupe en forme de calice ou à paroi oblique plus ou moins évasée. La seconde paraison permet d’obtenir la jambe, soudée à la coupe par un pincement ou par un bouton de verre. Cette jambe peut avoir différentes formes, allongée, ovoïde, étirée. Elle peut être moulée ou porter différents décors en verre coloré ou non. Un pied rapporté en forme de disque est tiré d’une troisième paraison et soudé sous la jambe.

Fig. 194 - Verres à jambe creuse.

Type E

157Verre à jambe creuse ovoïde, sans décor, rapportée à la coupe et au pied par un bouton formé par pincement de la jambe. La coupe hémisphérique présente un profil élargi vers le haut. Ce type a été identifié à Lyon sur les sites de la place Antonin-Poncet et de l’ilot Tramassac (Auger 1991-1994 : 310).

Type Eb (fig. 195 : 1, fig. 198)
  • 23 Cet objet a été remonté et consolidé en partie par le CREAM.

158La jambe creuse de ce verre, ovoïde, ressemble au type E. La coupe à paroi oblique est décorée de côtes verticales travaillées à la pince23.

159Ce type de verre est connu par des exemples trouvés en fouilles comme l’exemplaire du musée de Cluny (Catalogue d’exposition 1990 : 177), à Monbéliard (Goetz 1990 : fig. 6) et même en Hollande (Henkes 1994 : 209).

Type E9a

160Verre à jambe creuse formée d’une boule importante dont la coupe, à profil oblique, est décorée de côtes verticales ondulées en relief et de filets de verre rapportés sur le haut. Sa reconstitution a été possible grâce à plusieurs fragments de la jambe. Un exemple à la forme archéologiquement complète a été identifié à Lyon dans les fouilles de la place Antonin-Poncet (Auger 1990 : fig. 320). Un élément semblable a été trouvé à Besançon dans les fouilles du parking de la mairie (Guilhot et al. 1992 : 374, fig. 1905), un autre, pratiquement complet provient de la place Antonin-Poncet de Lyon (Auger 1990a : 164, fig. 302).

Type E1 (fig. 195 : 2)

161Ce verre à jambe creuse ovoïde se distingue par sa jambe moulée d’un décor de côtes verticales en relief. Le type est connu à Lyon îlot Tramassac (Arlaud et al. 1994 : 63).

Type E2 (fig. 195 : 3)

162Ce verre provient de la zone I, secteur 8 bis, us10. Ce verre a une jambe creuse moulée d’un décor à tête de lion et fleurs de lys. Les verres à jambe creuse moulée, représentant deux gueules de lion séparées par deux autres motifs (guirlandes, croix, rosace, fleurs…), sont nombreux au début du XVIe siècle et au siècle suivant (Auger 2000 : 182-186). Les musées des arts décoratifs de Paris (Baumgartner 2003 : 90-95), Londres, Amsterdam (Ritsema van Eck 1995 : 22, flûte datée 1593), Bruxelles, Anvers, Hanovre, etc. en conservent de nombreux exemplaires. Leur examen montre que la même jambe peut porter des récipients très différents : coupe, flûte, pokal, calice, etc. (Ritsema van Eck, Zijlstra-Zweens 1993 : 71-74, 79). Les fouilles archéologiques en Europe occidentale mettent régulièrement au jour de nombreuses jambes, et parfois des profils complets (Goetz 1990 : fig. 8, 9 ; Ring 2003 : 3.015-019).

Fig. 195 - Verre à jambe de type Eb, E1, E2, E4.

Type E6

163Verre à jambe creuse moulée en forme de boule aplatie vers le haut et décorée de côtes parallèles verticales en relief.

Type E4 (fig. 195 : 4, fig. 197)
  • 24 Ce verre a été lui aussi consolidé par le CREAM.

164Verre « à la façon de Venise » dont la jambe est formée de deux cordons de verre torsadés avec inclusion de verre de teinte bleu cobalt et rattachés à la panse. La coupe porte un décor de côtes ondulées en relief ainsi que des filets de verre à mi-hauteur de la panse24. On peut les comparer à des exemplaires de Lyon (Auger 1990 b : fig. 36, n° 24), d’Arras (Hurtrelle et Jacques 1983 : 62-63, fig. 6), et de Strasbourg (Rieb 1986 : 75-94).

Type E5b (fig. 196)

165Ce verre est formé d’une coupe à quatre facettes, à décor craquelé, qui repose sur un pied évasé par l’intermédiaire d’un petit bouton. Une anse formée d’un petit cordon de verre est rapportée sur le côté de la coupe. Le verre givré ou craquelé est obtenu par une trempe à l’eau froide, suivie d’un réchauffage immédiat et d’un léger soufflage afin d’égaliser la forme et de consolider la matière (Schack 1966 : 107). Une autre technique consiste à enrober à chaud une âme lisse avec du verre pilé (Fontaine-Hodiamont 2003 : 258).

Fig. 196 - Verre craquelé et reconstitution.

Fig. 197 - Verre à jambe de type E4 dit « à la façon de Venise ».

Type A1
  • 25 Plusieurs tessons similaires de verre blanc décoré d’un cordon de verre festonné ont été découverts (...)

166Verre à tige creuse, soufflé en deux paraisons dont la coupe, en forme de tulipe, porte, à la base, un riche décor de filets bleus travaillés à la pince. Le pied, en forme de disque, est décoré d’un cordon de verre festonné, après soufflage25.

167Ces verres à boire très sophistiqués sont représentatifs des premiers verres soufflés dès la fin du XVe et au XVIe siècle dans le style « façon de Venise ». Certains ont été découverts à Lyon place de la Bourse, dépotoir 1 (Auger 1990b : 85), à Martigues (Catalogue 1984, 44) ou à Vulbens, au château du Vuache en Haute-Savoie (Foy 1992 : 113, fig. 127 et pl. IV).

Fig. 198 - Verre à jambe de type Eb.

5.2.2.2.4. Les fioles ou flacons (fig. 199, 200)

168Réparties en quatre types, les formes fermées ont été découvertes dans les zones I (secteur 8bis) et II (secteur 12) (198).

Fig. 199 - Fioles ou flacons de type H1, H3, H29.

Type H1 (fig. 200 : 1)

169Ces trois fioles sont soufflées en verre jaune pâle à vert mais la matière en est très altérée. Le col court est très évasé. Il est replié à la pince vers l’intérieur pour former le goulot ; la panse est globulaire. Le fond ombiliqué est formé par refoulement de la paraison. L’usage précis de ces bouteilles n’est pas connu.

Fig. 200 - Fioles de verre XVIe-XVIIe siècles.

Type H3 (fig. 200 : 3)

170Fiole à paroi très fine (0,5 mm), en verre de teinte jaune pâle dont la matière peut être altérée. Le col est long et la lèvre est évasée vers l’extérieur pour former le goulot. Cette fiole pourrait avoir un usage pharmaceutique.

Type H29 (fig. 200 : 4)

171Cette fiole, soufflée en verre de teinte bleu cobalt, comprend un col long et un goulot ourlé vers l’extérieur. La panse ovoïde a des parois très fines. Sa hauteur est hypothétique car le fond n’a pas été retrouvé. Deux anses, diamétralement opposées, relient le bas du goulot au milieu de la panse. Cet objet, proche d’un flacon mis au jour dans les fouilles de la cour Napoléon du Louvre (Barrera 1993 : 372, fig. 130), devait probablement contenir du parfum.

Type H30 (fig. 200 : 2)

172Provenant du logis est, un flacon, pouvant appartenir à ce type, non illustré dans le tableau, a été répertorié avec la verrerie du XVIe siècle.

173Deux bocaux sont signalés mais non illustrés.

5.2.2.2.5. Divers (fig. 201)

174Une anse décorée a été retrouvée dans de la zone II, secteur 16, us 6 ainsi qu’un objet en forme de « pilon » en verre transparent (zone I, secteur 8 bis, us 12) décoré d’un bouton de verre bleu rapporté. Sa fonction exacte est inconnue. Il peut s’agir d’une jambe de récipient en verre plein.

Fig. 201 - Anse décorée et objet indéterminé.

175La vaisselle de verre provenant des fouilles du château de Bressieux s’inscrit dans ce que l’on connaît de l’évolution des formes et des techniques en vogue au Moyen Âge, en Europe occidentale. En ce sens, l’équipement du château ne se distingue pas de ce que l’on retrouve, à même époque, en milieu urbain, notamment.

176Le verre à pied et le gobelet sont les deux formes les plus représentatives des XIIIe-XIVe siècles. On sait qu’ils font leur apparition en France du Nord dès le XIIe siècle. Leur technique de fabrication reste la même au cours du siècle suivant ; seule la qualité du verre change. La production des verres à pied diminue progressivement et ceux-ci disparaissent complètement au XVIe siècle, pour être remplacés par des verres à jambe creuse ou pleine.

177L’abondance du lot médiéval de Bressieux s’explique peut-être par la présence de plusieurs ateliers de verriers dans le mandement même de Bressieux où deux sont connus, mais surtout dans la châtellenie voisine de Roybon qui en comporte quatre ou cinq dès le début du XIVe siècle et durant le XVe siècle (Moyroud 1999 : 204-205). La verrerie de La Bâtie, implantée non loin du château de Bressieux, à l’extrémité nord du mandement de Roybon, offrait, au XIVe siècle une production extrêmement variée, décrite avec précision dans un texte de 1338 provenant de la Cour des Comptes delphinale :

  • 26 Cette liste a été revue et corrigée en 1999 par Vital Chomel, ancien directeur des Archives départe (...)

carafes à long col, coupes à pied, amphores, urinaux, écuelles, jattes, plateaux, pots, aiguières, verres grands et petits, grandes conques (vase en forme de coupe), nefs, salières, cuillières, guédoufles (bouteilles accolées avec becs verseurs opposés) tonnelets, jeu d’échecs, pierres de verre, lampes, candélabres… (ADI B 3243 f ° 23 - RD 29187)26.

178À partir du XVe siècle, le répertoire de la vaisselle de verre s’élargit. Si plusieurs types étaient connus grâce aux chantiers archéologiques lyonnais, de nouvelles formes ouvertes et fermées ont été identifiées à Bressieux. Il s’agit de pièces de qualité, parfois ornées de riches décors moulés ou rapportés. Sans doute ont-elles été fabriquées dans les verreries proches, dont la production se poursuit jusqu’à la fin du XVIIe siècle, voire sur une partie du XVIIIe siècle : par exemple, la petite fiole (type H29), de teinte bleue, pourrait provenir des ateliers de Roybon, La Vieille (1474-1623), ou de Saint-Pierre-de-Bressieux, La Garde (1401-1729) (Auger, Moyroud 1990 : 311). En effet, le rapprochement a été possible entre cette pièce de verre bleu et du matériel recueilli en ramassage de surface sur ces deux sites (Moyroud 1999 : 206-207).

5.2.3. Ustensiles de cuisine

179Compléments d’un assez riche équipement ménager en céramique et en verre, les ustensiles de cuisine en os et métal sont rares. Ils se composent de quatre manches de couteau en os provenant d’un même sondage (contexte XVe-XVIe siècles) (fig. 202 : 4-7). Deux d’entre eux, partiellement conservés, étaient composés de plaques en os rivetées enserrant la soie du couteau. Un premier fragment légèrement bombé est orné de deux séries de quatre incisions obliques courant sur toute la largeur du manche ; une incision longitudinale souligne les bords du second. Formé à partir d’une seule pièce, le troisième manche, de section losangique, a conservé sa soie.

Fig. 202 - Ustensiles de cuisine (du XVe au XVIIIe siècle).

180D’identification plus incertaine, le dernier, de section ronde, est percé de deux trous.

181Le caractère massif d’une lame en fer (fig. 202 : 3) (contexte XVIIe-XVIIIe siècles) peut rappeler la forme d’un tranchet de boucher (Halbout : 1987 : 88, fig. 131). Une fourchette (fig. 202 : 1) à quatre dents et manche plat du XVIIe siècle en fer, et une louche en étain (fig. 202 : 2) complètent ce modeste ensemble.

5.3. Armement, outillage, parure, jeux et accessoires divers

  • 27 En dehors des monnaies découvertes.

182La vie quotidienne des habitants du château de Bressieux, perceptible à travers la vaisselle en céramique et en verre, peut aussi être appréhendée par l’intermédiaire de quelques objets en os, en particulier des pièces de jeux, mais surtout par un mobilier métallique relativement abondant. Ce dernier, mis au jour lors des fouilles, compte 187 objets identifiés27. Rare dans les couches archéologiques anciennes, comme celles du XIIe siècle, il est cependant présent durant toute la période d’occupation. À l’inverse, le mobilier en os ne comprend qu’une dizaine d’objets, également répartis entre les XIIe et XVIIe siècles.

183L’étude ne porte que sur 52 objets ou lots d’objets métalliques sélectionnés en fonction de leur intérêt et de leur état de conservation, soit plus d’un quart de l’ensemble. Il est difficile de déterminer des classifications chrono-typologiques, tant les séries d’objets de même type sont rares. Bien que l’identification de la fonction d’origine de certains artéfacts reste hypothétique, ces derniers se répartissent en huit grands groupes : l’armement et l’équipement équestre ; les garnitures décoratives ; les accessoires de vêtement, parure et bijoux ; la couture ; les jeux et la musique ; l’outillage ; la construction (clouterie et huisserie) ; les ustensiles de cuisine. Ces deux dernières catégories ont été présentées plus haut, en rapport avec les domaines qu’elles illustrent.

  • 28 Aucune scorie, pas de structure spécifique, aucun déchet de taille en os.

184Aucune trace du travail du métal ni de matières dures animales n’a été mise en évidence sur le site28, alors que le façonnage d’andouillers de cerf est attesté sur le site tout proche de la motte castrale de Boule Billon.

5.3.1. Armement et équitation (fig. 203)

185Cette catégorie d’objets souvent abondante dans un contexte castral paraît, d’après le petit nombre de découvertes, sous représentée à Bressieux. Seuls deux carreaux d’arbalète à douille, datables des XIIIe et XVe siècles, ont été retrouvés. Le premier type en bronze (fig. 203 : 3, L. : 7,4 cm) se rapproche davantage d’une pointe de flèche très effilée, de section ronde, qui suggère un fort pouvoir de pénétration (Halbout, Vaudour 1987 : 219, fig. 895). Le second, sorte de pointe d’arme légère (fig. 203 : 2, L. : 6,5), proche du carreau d’arbalète classique, provient de la cour du château non loin de l’entrée. Le fer est de forme globalement losangique, légèrement élargi en son centre suivant un tracé qui lui donne un aspect foliacé. Arme efficace pour son pouvoir pénétrant et tranchant, ce type de carreau ramassé et trapu donne à penser que la hampe en bois était courte. Exemplaire unique à Bressieux, rare sur le site d’Essertines (Loire), ce genre de trait de fer semble être assez ancien. En Provence et en Languedoc, ces pointes de flèches, utilisées surtout au cours du XIIIe siècle, précédent l’apparition du véritable carreau d’arbalète (Démians d’Archimbaud 1980 : 446, sous type 3b, fig. 426/12-20 ; Piponnier 1993, proche du type A : 144, fig. 102, 1 ; Halbout, Vaudour 1987 : 218-219, fig. 892).

Fig. 203 - L’armement équestre et militaire.

186L’équipement militaire comprend également un éperon à pointe datable du XIIIe siècle, trois fers à cheval (XIIIe-XIVe et XVe-XVIe siècles) dont ni les formes, ni les étampures ne sont identifiables, et un pendant de harnais du XVIe siècle. Aucun clou n’a été reconnu comme clou de ferrure.

187L’éperon à pointe (fig. 203 : 1, L. : 14 cm) trouvé en sondage profond possède des tiges incurvées de section ovale. L’extrémité d’une des tiges comprend un double rivet sur la branche extérieure (éperon de pied droit) permettant de fixer la bride de cuir, l’autre tige se termine par un œillet de fixation rectangulaire. Le système d’œillet rectangulaire se retrouve sur un éperon trouvé sur le site du château de Vuache à Vulbens (Raynaud 1992 : 92, fig. A). La pointe en bouton pyramidal à 4 facettes se dégage de la talonnière par un collet court. Ce type d’éperon, porté par le cavalier au niveau de la cheville (d’où la nécessité d’une longue pointe) perdure jusqu’au XIIIe siècle : il est alors remplacé par l’éperon à molette (Piponnier 1993 : 143 ; Halbout, Vaudour 1987 : 231).

188Cinq boulets de couleuvrine ainsi qu’une arme à feu (pistolet avec crosse en bois) viennent compléter cet ensemble. Il semble que ces armes aient été utilisées assez tardivement sur le site, leur datation reste incertaine.

5.3.2. Garnitures décoratives

189Deux objets rares, à rattacher à la décoration du mobilier, voire à la décoration de livres, méritent attention (fig. 204). Ces deux pièces en cuivre recouvert d’or, dont la fonction reste incertaine, sont de fabrication très soignée. Datable des XIVe-XVe siècles, la première (L. : 5,5 cm) (fig. 205 : 1), peut être identifiée comme étant un fermoir de livre. Une forme rectangulaire de base reçoit deux carrés débordants au décor embouti : une ligne de petits ronds réalisés au poinçon encadre chaque carré et en trace les diagonales, délimitant ainsi de petits triangles marqués d’un point central. L’une des extrémités comporte un trou de fixation, l’autre a conservé un rivet à tête ronde.

Fig. 204 et 205 - Fermoir de livre et applique de reliure en cuir doré.

190Adoptant la forme d’une languette rectangulaire, la seconde, applique de reliure ou garniture de coffret du XVIe siècle (L. : 9,5 cm), est décorée de lignes simples ou doubles formées de tirets incisés qui en soulignent le pourtour et s’organisent en un quadrillage sur le tiers de la surface (fig. 205 : 2). Le reste de l’objet (les 2/3 de la surface) reçoit un décor de petits carrés et rectangles emboutis disposés en lignes. La répartition du décor donne à penser que l’applique se divise en deux parties : percée d’un petit trou, la première section au décor incisé a pu être rivetée au dos ou sur la tranche de l’objet (livre ? petit coffret ?). Plus longue, la seconde section, rehaussée du décor embouti et munie de trous de rivet, pouvait être fixée sur une autre partie de l’objet.

191Finement orné d’un décor incisé de deux volutes encadrant trois fleurs disposées en triangle, un fragment de tabletterie en os plat (omoplate de bœuf ?), percé de deux trous de rivet, provient d’une couche datée du XVIIe siècle (L 7,5 cm, l. 4,2). D’après son décor parfaitement symétrique, on peut lui restituer la forme d’un losange, dont l’une des extrémités (cassée) se prolongeait sur quelques centimètres. Cet objet pourrait être un élément de placage, sa forme et ses bords légèrement biseautés évoquant un instrument de toilette (miroir, brosse à cheveux).

5.3.3. Accessoires de vêtement, parure et bijoux

192Parmi les objets métalliques, c’est la catégorie la mieux représentée sur le site. Elle se compose d’un nombre important de bagues (7), de paillettes, d’appliques décoratives, de boutons et d’un élément de chaînette en argent qu’il convient d’associer aux boucles de ceinture, ferrets d’aiguillette et autres agrafes. Cette abondance n’est pas surprenante dans un contexte castral. Elle révèle l’utilisation courante, par les habitants du château, d’objets de parure et d’accessoires de vêtement.

5.3.3.1. Accessoires de vêtement (fig. 206, 207, 208)

193Aucune pièce textile n’ayant été retrouvée, seuls les accessoires du vêtement évoquent les tenues figurées sur les miniatures des manuscrits médiévaux : épingle, boucle et affiquet de ceinture, ferret d’aiguillette.

194Une applique ou paillette du XIVe siècle ? (fig. 206 : 5, L. : 4,1 cm ; I. 3,7 cm) en alliage métallique adopte un tracé papilliforme. Le mode de fixation de cet élément de parure n’a pas été déterminé (aucun trou de rivet, aucun système d’attache au dos de la pièce).

Fig. 206 - Accessoires de vêtement, parure et bijoux.

195Mais l’objet le plus remarquable est une applique de chapeau en bronze, en forme de fleur de lys (fig. 206 : 4, L. : 3,5 cm ; l. : 2,6 cm.). Cette pièce, très bien ciselée et très fine, possède un trou de fixation sur la partie supérieure de la paillette. Elle peut être rapprochée d’une applique fleurdelisée de même type découverte à Rougiers et datée du XIVe siècle (Démians d’Archimbaud 1980 : 511). Une autre paillette très fine, en laiton, prend la forme d’une fleur à 5 pétales (fig. 206 : 3, D. : 2 cm.). Un petit objet en nacre, issu d’un contexte XVIIe-XVIIIe siècles, pourrait compléter l’ensemble. Rectangulaire, il est percé d’une rainure longitudinale soulignée d’un décor d’incisions obliques et d’un trou à une extrémité.

196Parmi les dix boucles de ceinture identifiées, la plus ancienne datée des XIIIe-XIVe siècles et la mieux travaillée, est une boucle à chape de fabrication soignée (fig. 207 : 1, L. : 1, 2 cm). La boucle semi-ovale termine une longue chape non articulée à bords rabattus et profil convexe, comportant trois trous de rivets permettant de fixer celle-ci sur une lanière de cuir. Deux des trous prennent la forme de volutes saillantes, le troisième étant placé à la pointe de la plaque. À proximité de l’anneau, la trace de l’emplacement de l’ardillon est apparente. Des décors emboutis similaires ont été attribués à une période comprise entre la première moitié du XIIIe siècle et la seconde moitié du XIVe siècle (Démians d’Archimbaud 1980 : 492, fig. 465-33).

Fig. 207 - Accessoires de vêtement.

197Trois boucles en fer ou en cuivre (fig. 207 : 2, 3, 5) appartiennent aux XIVe-XVe siècles. Deux d’entre-elles, de petites dimensions (2 cm environ), correspondent à des boucles de ceinture de forme semi-ovale ou rectangulaire. La dernière, tout à fait comparable à des exemplaires issus des fouilles de Rougiers, comprend une traverse médiane (Démians d’Archimbaud 1980 : 481 et suivante). Il est plus difficile de définir l’usage exact de la boucle aux dimensions plus importantes (fig. 207 : 4, L. : 5,7 cm). De forme ovale, cet élément en fer comprend un ardillon assez conséquent (L. : 3,5 cm) qui dépasse le bord de l’anneau.

198La répartition entre petites et grandes boucles se retrouve sur trois autres exemplaires (fig. 207 : 6) en bronze ou en fer, non datés, de forme trapézoïdale ou rectangulaires (1 d’environ 2 cm, 2 d’environ 4 cm).

199Plusieurs petits ferrets d’aiguillette en fer ou en bronze (fig. 206 : 7) proviennent aussi du site. Formés de fines plaques de métal enroulées en cône, leur taille varie entre 2 cm et 2,3 cm pour un diamètre de 0,2 cm à 0,3 cm. Les ferrets d’aiguillette, utilisés depuis le premier tiers du XVe siècle, servaient à ferrer et décorer les bouts de lacets ou de cordons, facilitant ainsi leur passage dans les œillets des vêtements (Raynaud, 1992 : 98-99).

200Enfin, les niveaux XVIe et XVIIe siècle ont livré environ 80 épingles à tête sphérique (fig. 208 : 4), obtenues par enroulement de la tige en bronze ou en argent. Elles se répartissent selon leur taille en trois groupes : les plus petites mesurent environ 2 cm - 2,5 cm, celles de longueur moyenne environ 3,5 cm, tandis que les plus longues atteignent 4,5 cm pour un diamètre plus important (environ 0,2 mm). Ces épingles servaient à la couture, mais aussi d’attaches pour les pièces de vêtement.

5.3.3.2. Bijoux et parure (fig. 206)

201Sept bagues, provenant essentiellement de l’intérieur du château (logis est et cour), des insignes et des épingles composent les principaux éléments de cet ensemble.

202Seuls deux anneaux sont ouverts ; l’un d’eux (fig. 206 : 2) porte sur sa face supérieure un élargissement ovalaire (chaton) au décor géométrique d’incisions symétriques particulièrement soigné. Datée du XVe siècle, il s’agit de la seule bague à chaton avec décor, découverte sur le site de Bressieux. Simples anneaux fermés en bronze de section carrée, les autres bagues des XVIIe-XVIIIe siècles (fig. 206 : 1) (D. : environ 2 cm) ne possèdent ni chaton ni décor apparent.

203Une perle ovale en os pourrait appartenir à un collier ou, plus probablement, à une patenôtre (chapelet) (Catalogue d’exposition 1990 : 85), tandis qu’une dent de loup, percée dans la partie supérieure de la racine servait sans doute de pendentif.

204Deux insignes à bélière (D. : environ 2 cm) portent respectivement l’effigie de Louis XVI (fig. 206 : 9) et la croix de l’ordre des chevaliers de Malte avec l’inscription « CROIX DE CHEVALIER – 1778 » (fig. 206 : 8).

205Un lot de 25 épingles à cheveux en fer complète cet ensemble (fig. 206 : 6). Chacune est composée d’une tige unique (D. < à 0,1 cm) coudée formant deux branches de longueurs différentes (entre 0,5 cm et 1 cm). Il est difficile d’établir une réelle typologie pour ce genre d’objet fragile et facilement pliable.

5.3.4. La couture

  • 29 Dans sa typologie du matériel osseux de Charavines, F. Chandevau les identifie à des « broches » (t (...)

206Cette activité est illustrée par une paire de ciseau de petite taille (XVe-XVIe siècles) (fig. 208 : 3) et par deux dés à coudre (fig. 208 : 1-2, H. : 2 cm, D. base : 1,6 cm) en tôle de fer très fine (XVIIe et XVIIIe siècles). De forme conique, ils sont recouverts d’un décor repoussé composé de points creux serrés disposés en bandes verticales et souligné par deux bandes encadrant ou non un registre de croix insérées dans des cercles (Démians d’Archimbaud 1980 : 463-464, fig. 442/13). Les épingles évoquées ci-dessus servaient aussi bien à la fixation ou au maintien d’éléments du vêtement qu’à la couture. Les seuls objets en os liés à cette activité (pas de fusaïole ni de poinçon à Bressieux) ont été retrouvés parmi des restes de cuisine dans un ensemble du XVIe siècle. Il s’agit d’un fragment d’aiguille29 grossièrement taillée dans un éclat d’os long et d’une épingle dont la tête est malheureusement cassée.

Fig. 208 - Matériel de couture.

5.3.5. Musique et jeux

207Les divertissements, fêtes et jeux généralement associés à la vie seigneuriale, sont rarement illustrés par le mobilier archéologique, les matériaux utilisés pour la fabrication de leurs accessoires étant souvent périssables. Ainsi à Bressieux, la musique n’apparaît qu’à travers un fragment de guimbarde en fer des XIVe-XVe siècles (fig. 209), quelques éléments de trompe d’appel (XIIIe-XIVe siècles) (fig. 210) ou encore un sifflet en terre cuite (XVIIIe siècle) (fig. 211). Parmi les jeux de société, seuls les échecs (fig. 212) et les jeux de dés ont laissé une trace tangible : trois pions et un dé. Le jeu de tables (trictrac), habituellement bien représenté sur les sites médiévaux par des pions en os, en andouiller ou en bois, est ici totalement absent du mobilier archéologique.

5.3.5.1. Musique (fig. 209)

  • 30 Catherine Homo-Lechner, Sons et instruments de musique au Moyen Âge, Paris, Errance, 1996, p. 133-1 (...)

208De la guimbarde découverte dans le caniveau de la basse-cour, il ne reste que l’arrondi, une partie des branches et l’encoche où était fixée la lame. Par ses dimensions (1,9 cm de diamètre pour l’arrondi), le dessin intérieur de ce dernier, l’angle des branches et la section, elle se superpose parfaitement à la guimbarde découverte sur le site de Brandes-en-Oisans (Huez, Isère). Assez fréquente dans le mobilier archéologique de sites castraux, urbains et funéraires30, la guimbarde est un instrument mal documenté par les textes et l’iconographie. La seule représentation médiévale figure sur une des fresques de la crypte de la cathédrale de Bayeux (vers 1420) mais, il s’agit d’un type différent, de grande taille donc probablement en bois (conception connue en ethnomusicologie). En français, le terme guimbarde n’est pas médiéval, en anglais on l’appelle jaw’s harp (harpe à mâchoire) depuis le Moyen Âge.

Fig. 209 - Guimbarde en fer (XIVe-XVe siècle).

  • 1 Lionel Dieu, « Cors et trompes en terre au Moyen Âge », In Archéologia, mars 1999.

La trompe
La trompe découverte au château de Bressieux (fig. 210) dans un contexte XIIIe-XIVe siècles conserve une partie de l’embouchure, deux éléments avec pattes de fixation et une partie centrale (47 cm). S’y ajoutaient le pavillon, une partie du canon et du corps, pour atteindre la taille de 70 à 80 cm. On ne dispose pas de la cuvette, mais probablement du conduit car la perce n’excède pas 8 mm. La partie du corps, qui supporte le premier tenon, est conservée sur 20 cm, son diamètre est de 20 mm. Très faible, la conicité de la perce n’augmente que de 5 mm tous les 10 cm. La partie centrale conservée présente un diamètre de 32 mm.
Au XIIe siècle, les instruments à vent en céramique sont des cors, parents de la corne naturelle dont le mythique olifant en ivoire. Les textes le nomment cor ou corn, désignations qui proviennent de la forme de l’instrument. L’archéologie témoigne de deux dimensions, un petit cor d’un pied et demi (40 cm) (Charavines, Mailhac) ou un autre de deux pieds (52cm). L’épaisseur de la pâte voisine toujours 10 mm. L’iconographie suggère un usage cynégétique pour le premier, des fonctions d’annonce et d’alerte pour le second. Ils sont tous confectionnés sous cuisson réductrice1.
Au début du XIIIe siècle, apparaissent pour la première fois dans les textes les occurrences de trompe, trompez et trompette qui désignent le sonneur de trompe. Celle-ci servait aux alertes comme le prouve un texte de 1364 dans les archives du château d’Arlay (Jura) : il diz borgeois et habitanz de Lons saront tenus sur ce requis de aidier a primier chastellain de Montagu et de Pymont qui premier cornera. L’iconographie enseigne qu’à cette époque les annonces publiques urbaines étaient introduites par des trompes beaucoup plus légères. Les fouilles révèlent un instrument confectionné dans une pâte fine de 3 à 6 mm d’épaisseur, long de 50 à 90 cm, peu courbé, cuit sous atmosphère oxydante qui présente toujours une embouchure composée d’une cuvette précédant un conduit cylindrique ; la « perce » augmente très progressivement jusqu’au pavillon qui s’épanouit soudainement.
La trompe de Bressieux s’inscrit dans cette évolution. Elle pourrait même constituer un des plus anciens témoignages. D’autres fragments régionaux contemporains peuvent en être rapprochés : un élément de 18 cm de longueur, en pâte rosée avec dégraissant micacé, épaisse de 4 mm, provient de la tour du château de Brandes (commune d’Huez, Isère) ; et sur le site d’Ars (lac de Paladru, Isère), un fragment en pâte bistre micacée épaisse de 4 mm, pourvu d’une patte de suspension percée d’un trou de 7 mm de diamètre, long de 15 cm, compose un corps conique.
Conservée au musée de Gap (Hautes-Alpes), la grande trompe de Faudon (fouilles du château de Faudon en 1907) constitue le modèle de référence qui permet d’établir les reconstitutions des instruments fragmentaires. Elle est confectionnée en pâte fine beige rosé, sans glaçure, de 4 mm d’épaisseur. Restaurée, elle restitue 63 cm de longueur. Des traces de tournage certifient du procédé de fabrication, mais la finesse des parois nécessitait une exécution consolidée par un bâton. Elle est munie à l’intérieur de la courbe de deux tenons perforés d’un petit trou, non ébarbé, dont le diamètre permettait uniquement le passage d’une cordelette. Par son mode de cuisson, elle peut être datée de la fin du XIIIe siècle.

Fig. 210 - Trompe en terre cuite (XIIIe-XIVe siècle).

Le sifflet
Le sifflet (fig. 211) en céramique trouvé à Bressieux se compose d’un récipient globulaire sur un élégant piédouche et du sifflet proprement dit, modelé à part, inséré au tiers supérieur du récipient. La jonction est recouverte par un épais joint d’argile lissé. Le sifflet est brisé au ras du récipient. Ce dernier a été tourné dans une terre rouge partiellement couverte d’engobe blanc. Des traits de glaçure plombifère verte forment un décor simple : de chaque côté, de courtes lignes partent vers le bas à partir d’un trait circulaire tracé parallèlement à l’ouverture supérieure. L’utilisation de la glaçure et le tournage élégant du pied révèlent le soin apporté par le potier à la réalisation de ce modeste objet.
Du point de vue organologique, cet instrument est un sifflet à eau communément appelé « rossignol ». Le son produit en soufflant dans le sifflet tubulaire plongé dans le récipient rempli d’eau évoque les trilles de cet oiseau. Les variations aléatoires de la longueur de la colonne d’air sous la pression du souffle qui s’échappe en bulles provoquent ces modulations.
En Europe, les sifflets en terre cuite sont fabriqués par les potiers depuis la Préhistoire (4500 BC). Les sifflets à eau sont connus depuis le VIIIe siècle av. J.-C. en Anatolie mais absents de l’Europe occidentale avant le Moyen Âge. Ils s’y diffusent largement à partir du XIIIe siècle (anciens Pays-Bas, France, Angleterre, Empire germanique). Les premiers exemplaires représentent des oiseaux, puis leurs formes se diversifient. Aux XVe et XVIe siècles, les grands centres potiers au nord de la Loire (Paris, Normandie, Beauvaisis, Flandres…) ainsi que la Saintonge produisent en abondance des modèles d’une variété inégalée par la suite : têtes d’hommes barbus, coqs, oiseaux, poissons, cruches... Ces sifflets sont souvent décorés de riches glaçures et parfois diffusés dans des zones très vastes. Seuls les sifflets tubulaires insérés à l’arrière de statuettes de cavaliers concurrencent les sifflets à eau.
Le sud-est de la France n’a livré que très peu de sifflets en terre cuite antérieurs au XIXe siècle, alors que cette région en est à la même époque une zone de production majeure. On relève un sifflet à eau grossièrement modelé daté du XIVe siècle attribué à Saint-Quentin-la-Poterie (Gard) trouvé à Avignon (fouilles J. Thiriot au Petit-Palais) et un autre sifflet à eau en forme d’oiseau, du XVIe siècle, provenant de la région lyonnaise.
Celui de Bressieux daté du XVIe siècle fournit ainsi un précieux témoignage de la production ancienne régionale et même locale. La forme de chevrette munie d’une « poignée » à l’opposé du sifflet est en effet très rare dans la production européenne et seuls les centres de Clermont-l’Hérault, Cliousclat et Dieulefit (Drôme) en France et de Ronco près de Biella (village piémontais proche du Val d’Aoste) en Italie sont actuellement connus pour avoir produit vers 1900 des sifflets d’un type proche.
Les sifflets italiens sont tournés en forme de récipient sur large socle avec une tête d’oiseau juste esquissée. La forme recourbée des « poignées » des sifflets de Dieulefit ou Clermont-l’Hérault peut représenter une tête d’oiseau. Cette stylisation progressive est observée pour d’autres modèles aviformes de sifflets en Europe du Nord. Le sifflet de Bressieux serait dans ce cas la représentation stylisée d’un oiseau. Faut-il alors interpréter les traits du décor comme la représentation simplifiée du plumage des ailes ?
Au Moyen Âge, les sifflets de terre cuite sont décrits comme des jouets. Ils sont souvent vendus par les potiers à l’occasion des foires ou de pèlerinages, mais servent aussi fréquemment lors des charivaris ou pendant le carnaval. Même après l’arrêt de la production locale de poterie, la tradition de ces « jours des sifflets » ou « foires aux rossignols » persiste jusqu’au XXe siècle.

Fig. 211 et 211 bis - Sifflet en terre cuite (XVIe siècle).

5.3.5.2. Jeux (fig. 212 et 212 bis)

  • 31 En fait, deux voies de pénétration de ce jeu ont existé, l’une depuis l’Afrique du Nord par l’inter (...)

209Inventés en Inde puis en Perse, entre les IVe et VIe siècles, les échecs n’apparaissent en Occident qu’à la fin du Xe siècle, époque à laquelle ils sont introduits par les Arabes31 qui avaient déjà « revisité » le jeu en schématisant la forme des pions.

210L’Occident, après l’avoir à son tour adopté, apporte également un certain nombre de modifications : le quadrillage de l’échiquier est acquis dès le XIIe siècle, le nom des figures s’occidentalise (le vizir devenant la reine, l’éléphant le fou…) et leur forme redevient figurative, après avoir un temps conservé l’aspect schématique du modèle musulman, tandis que les règles définitives ne sont posées qu’au XVIe siècle. Très vite synonyme de noblesse, les échecs trouvent naturellement leur place à Bressieux.

Fig. 212 - Pièces d’échecs.

  • 32 Lettre du 15/6/1992.

211Les pièces issues de la fouille représentent d’une manière très stylisée un cavalier, une tour et une reine ou un roi. Les deux premières appartiennent manifestement au même ensemble comme l’indiquent leurs dimensions (H. 1,5 cm) et la répartition de leur décor (parties supérieures incisées de trois ocelles accolées formant un motif trilobé, fûts ornés d’ocelles et soulignés d’incisions verticales ou horizontales selon le sujet représenté). Le cavalier en andouiller de cervidé revêt la forme d’un dôme, l’encolure du cheval n’étant suggérée, dans la partie supérieure, que par une protubérance triangulaire aux angles arrondis, incisée à mi-hauteur par une ligne horizontale et, sur le dessus, d’une ocelle pointée (fig. 212 bis : 3). La tour (roc), au fût en os long (de bœuf ?) de section rectangulaire, se termine par deux sommets opposés arrondis portant trois ocelles accolées (fig. 212 bis : 1). Au niveau de l’échancrure sommitale, deux incisions longitudinales divisent le corps de la tour en deux zones, chacune rehaussée d’une petite ocelle. Ces pièces correspondent encore au « type musulman », leurs formes géométriques simples étant toutefois agrémentées de décors incisés ; M. Pastoureau32 les attribue au XIIIe siècle, ce modèle ne perdurant pas au-delà de 1250-1280.

Fig. 212 bis - Pièces d’échecs.

  • 33 À Loisy, un ensemble exceptionnel de jeu d’échecs composé de pièces figuratives (châsse, char et gu (...)

212Légèrement plus grande que les précédents (H. 2,2 cm), la figure de la reine ou du roi (la schématisation de ce type de pièce rend leur identification exacte difficile, seule la comparaison de leur taille respective permettrait de les différencier) possède un fût en os long (de bœuf ?) de section ovale terminé par une crête « crénelée » (incisions longitudinales et transversales), tandis qu’une mince protubérance taillée en triangle occupe la moitié supérieure d’un des petits côtés (fig. 212 bis : 2). Le corps est décoré d’ocelles reliées entre elles par des incisions obliques. Toujours d’après M. Pastoureau, ce pion pourrait être plus tardif : XIVe siècle voire début XVe siècle (il appartient à un contexte archéologique des XIIIe -XIVe siècles). Ces pièces remarquables tant au niveau de la qualité de l’exécution que de la sobriété des formes restent comparables à celles retrouvées dans la région, bien que plus tardives. Elles se distinguent toutefois par leur très petite taille : s’agissait-il d’un jeu de voyage comme le pense M. Chandevau ? Par comparaison, les cavaliers en bois découverts à Charavines et datés du XIe siècle (Colardelle, Verdel dir. 1993 : 263-23-65) ont une hauteur comprise entre 3,6 et 4 cm. Haut de 3,2 cm, celui en schiste vert de Brandes-en-Oisans (Huez) du XIIe siècle, probablement réutilisé en reine après l’ajout au XVe siècle de décors figuratifs incisés, reste plus grand que la « reine-roi » de Bressieux, tandis que le pion trouvé au château d’Essertines (XIVe siècle) mesure 3,2 cm de haut. De même, les tours en bois de Charavines oscillent entre 3,6 et 3,8 cm de haut pour 2,3 à 2,9 de large ; celle en os étant plus massive (3 cm de haut pour une base de 4 cm). Si les pièces de Charavines sont exemptes de décor ou simplement rythmées d’incisions verticales, le pion d’Essertines adopte un décor d’ocelles pontées (Piponnier, 1992 : 151), celui en bois de Brandes un décor de doubles ocelles pointées ; la reine se distinguant, on l’a vu, par l’ajout de graffitis figuratifs. Figurant parmi les plus anciennes découvertes en fouilles (Colardelle, Verdel dir. 1993 : 263) avec celles de la motte de Loisy33 (Saône-et-Loire) (Boidard, 2002 : 29-42), les pièces d’échecs de Charavines sont les plus proches du modèle arabe, celles de Brandes, d’Essertines et de Bressieux paraissant appartenir à des modèles intermédiaires aux formes encore très schématisées, mais avec l’adjonction de décor d’ocelles et de lignes.

213Un dé à jouer en os, issu d’un contexte du XVIIe siècle, est le seul élément évoquant les jeux de hasard pourtant très prisés dès le Moyen-Âge et si souvent combattus par les autorités (Aujourd’hui le Moyen Âge : 102). De petite dimension, il adopte un type de numérotation « classique » : la somme des deux faces opposées totalisant 7.

5.3.6. Outillage

214Le faible nombre d’outils issus des sondages ne permet pas de déterminer une activité artisanale particulière sur le site. Une gouge et une lime, découvertes à l’extérieur du château dans la même unité stratigraphique, illustrent le travail du bois au XVIIIe siècle. Un troisième outil incomplet et donc mal identifié a aussi pu servir au travail du bois ou plus largement aux travaux agricoles (fig. 213 : 3).

Fig. 213 - Outils, gouge, lime et objet indéterminé.

215La gouge (fig. 213 : 2) en fer (L. totale : 20,5 cm ; D. : 1 cm) comprend une tige de section ronde se terminant par une tête pyramidale qui forme la partie active de l’outil. Ce type d’outil est connu depuis l’Antiquité (Démians d’Archimbaud 1980 : 459, fig. 438/10 ; Haboult 1987 : 131, fig. 279). De section plate, la lime (fig. 213 : 1), également en fer strié sur ses deux faces (L. totale : 15 cm) a conservé un fragment de manche en bois avec un anneau de serrage. Il est difficile de déterminer avec précision la fonction du troisième outil en cuivre (fig. 213 : 3, L. : 17,9 cm) muni d’une soie dans l’axe de la lame. Il pourrait s’agir d’une lame de faucille ou de plane (Démians d’Archimbaud 1980 : 456, fig. 135-4 ; Halbout, Vaudour 1987 : 95, fig. 3, 160).

5.4. Catalogue des monnaies

216Le catalogue des monnaies provenant du site du château de Bressieux comprend trois lots distincts selon leurs origines. Il s’agit, en premier lieu, de pièces trouvées au cours des fouilles (40 pièces) et qui, seules, sont issues d’un contexte stratigraphique précis (indiqué dans la notice). Les deux autres lots sont composés de pièces provenant de ramassages de surface : le premier lot réuni par Pierre Jay (23 pièces, intégrées au catalogue) et le second par Marie Bergeret. Ces dernières trouvailles ont été faites au cours d’un laps de temps parfois considérable.

217En tout, ce sont donc 110 monnaies qui couvrent un arc chronologique allant de l’époque gallo-romaine à la période moderne, avec une concentration particulière pour la période d’occupation principale du château : XIIe – XVIIe siècles (82 pièces). Si l’on excepte les quelques pièces demeurées illisibles à cause de l’usure ou de la corrosion (4 pièces), il s’agit donc d’un lot assez important, notamment par rapport à d’autres sites équivalents.

218On ne sera pas surpris de la présence de plusieurs pièces antiques (6 pièces), de l’époque impériale, ce qui n’a rien d’inhabituel sur un territoire assez densément occupé dès l’époque gallo-romaine, même si aucune structure en place n’est attestée sur le site lui-même à cette époque. Concernant le Moyen Âge, on constate que l’écart chronologique part du XIIe siècle, époque de la première implantation castrale, mais connaît sa plus forte densité au cours des XIIIe – XVe siècles. Il est difficile d’être plus précis, étant donné que de nombreuses monnaies seigneuriales sont des émissions épiscopales anonymes (Lyon, Vienne, Valence, Clermont). La période médiévale n’est cependant pas la mieux représentée : 33 pièces, contre 49 pour l’époque moderne, mais les conditions de la circulation monétaire sont différentes.

219La composition de cet échantillon numismatique montre que la seigneurie de Bressieux s’inscrit dans des courants d’échanges commerciaux relativement larges, au-delà de la baronnie et même de la principauté de Dauphiné dont elle fait partie. Sa proximité avec la Savoie (et la route d’Italie), ainsi que le couloir rhodanien (vers le Languedoc et la Provence) n’y est sans doute pas étrangère.

220La liste des 48 monnaies de l’ancienne collection Bergeret (fonds Gueyffier) découvertes à Bressieux en ramassage de surface sur les sites du château et du bourg au cours des XIXe et XXe siècles, et données à la Commune par les derniers héritiers, est également présentée.

Romaines

1 -
Avers : […] ; tête à droite
Revers : […] ; S et C de part et d’autre d’une Paix
Galba, empereur (68-69) ?
dupondius, bronze
Référence : RIC 284
inv. 91.24.273

2 –
Avers : DIVO CLAVDIO ; tête radiée
Revers : CONSECRATIO ; autel
Imitation d’antoninianus (270-290), bronze
Références : RIC, t. 5, 1ère partie, n° 259
I 15bis (us 7) : logis nord
inv. 91.24.35

3 -
Avers : […]
Revers : CONS [ECRATIO] ; autel
Monnaie romaine, IVe siècle ? Bronze
II 16 (us 6) : couloir défensif
inv. 95.39.30

Médiévales

Royales

4 –
Avers : + LVDOVICVS REX ; croix pattée
Revers : + TVRONVS CIVIS ; châtel tournois
Louis VIII ou IX, rois de France (1223-1250)
Denier, argent
Références : DUPLESSY t. I, n° 187-188
I 17 T3 (us 3) : tour-porte
inv. 91.24.98

5 –
Avers : [PHILI] PPVS REX ; croix pattée cantonnée d’une fleur de lis au 2
Revers : [+ MON. DVPLEX.] REGA [L] ; châtel tournois
Philippe IV le Bel, roi de France (1268-1314)
Double tournois, 1295-1303, billon
Références : DUPLESSY t. I, n° 229
Basse-cour
inv. 91.24.286

Seigneuriales

6 -
Avers : + DE ANDVSIA ; dans le champ : grand B
Revers : +/DE/SA/LV/E ; croix nélée dont les bras coupent la légende
Seigneurs d’Anduze et de Sauve
Denier, Sommières, argent
Références : PA 3855 (XIIe-début XIIIe siècle) ; DUPLESSY-féod.
n° 1570 (XIIIe siècle )
I 23bis (us 4) : cour
inv. 91.24.210

7 –
Avers : + VRBS VALENTIAI ; aigle bicéphale aux ailes déployées
Revers : + S. APOLLINARS ; croix aux extrémités en massue,
cantonnée d’un annelet au 4e
Évêques de Valence
Denier, (milieu XIIe- dernier tiers XIIIe siècle ), billon
Références : PA 4686
I 28 (us 4) : cour
inv. 91.24.211

8 –
Avers : + S. M. VIENNA ; tête de saint Maurice à gauche
Revers : MA [XIM] A GALL ; croix simple
Archevêques de Vienne
Denier, (XIIe - XIVe siècles), billon
Références : PA 4828
I 29 (us 17) : cour
inv. 95.39.22

9 –
Avers : [+ S. M. VIENNA] ; tête de saint Maurice à gauche
Revers : [MA] XIMA [GALL] ; croix cantonnée de quatre besants
Archevêques de Vienne
Denier, (XIIe-XIIIe siècles), billon
Références : PA 4827
I 17 T3 (us 3) : tour-porte
inv. 91.24.38

10 -
Avers : STA MARIA ; tête couronnée de face
Revers : + VRBS ARVERNA ; croix bouletée cantonnée de trèfles
Évêques de Clermont
Denier, (XIIe - début XIIIe siècle), argent
Références : PA 2251
I 15bis (us 10) : logis nord
inv. 91.24.33

11 -
Avers : [+ R] : COTS : PALACI ; croix évidée et ponctuée de trois besants à chaque extrémité
Revers : + DVX [.M] ARCH. PV ; soleil et lune
Raymond VI (1194-1222) ou VII (1222-1249), comtes de Toulouse
Denier, Pont-de-Sorgues, billon
Références : PA 3730
I 29 (us 17) : cour
inv. 95.39.21

12 -
Avers : […] ET : SICIL : RE […] ; grande couronne surmontant deux lis sous un lambel
Revers : […] ; champ parti d’Anjou et de Jérusalem
Jeanne de Naples (1369-72) ou Louis II d’Anjou (1384-1417)
comtes de Provence
Gros de Provence, billon
Références : ROLLAND n° 97 et 109
I 15bis (us 7) : logis nord
inv. 91.24.32

13 -
Avers : [+ : PHILIPPVS :] ; croix
Revers : + [DE SABAVDI] A ; croix à six branches
Philippe de Savoie, prince d’Achaïe, première période (1297-1301)
ou Louis Ier de Vaud (1250-1302) ou Amédée IV (1232-12 )
comtes de Savoie
Piccolo, billon
Références : CNI, p. 507, n° 1 var.
I 17 T3 (us 3) : tour-porte
inv. 91.24.37

14 -
Avers : + LVDOVICVS […] ; écu de Savoie
Revers : + SABAVDIA [JP] ; croix pattée
Louis, duc de Savoie (1434-1465)
Bianchetto, billon
Références : CNI t. I, p. 80, n° 157-158
Basse-cour
inv. 91.24.276

15 -
Avers : KAROLVS [DVX. SABAVD] ; écu de Savoie surmonté d’un annelet
Revers : PR [INCEPS IN] ITALIA ; grand K dans le champ entre 3 annelets
Charles Ier, duc de Savoie (1482-1490)
Fort, billon
Références CNI t. I, p. 113, n° 148
Basse-cour
inv. 91.24.285

16 –
Avers : + PHILIPPVS ° DVX [SABAV. PC] ; écu de Savoie avec deux annelets en pal
Revers : + A ° DO ° FAC [TV] M ° EST ° ISTVD ; grand P cantonné de quatre annelets
Philippe II, duc de Savoie (1496-1497)
Fort, billon
Références CNI t. 1, p. 125, n° 30.
II 16 (us 6) : couloir défensif
inv. 95.39.29

17 -
Avers : + VGO BVRGVNDIE ; dans le champ : DVX sur une fasce traversant une anille
Revers : + DIVIONENSIS ; croix cantonnée d’un trèfle aux 2e et 3e
Hugues V duc de Bourgogne (1305-1315)
Denier, Dijon, billon
Références PA 5678
II 12 (2B) : couloir défensif
inv. 95.39.23

18 -
Avers : + [INES. D] VX. BORBON ; dans le champ : grand lis avec brisure
Revers : [+ OBO] LVS. TREVOCI ; croix pattée
Jean Ier (1410-1434) ou Jean II, (1459-88), ducs de Bourbon, souverains de Dombes
Obole, Trévoux, billon
Références PA 5087
(tranchée électricité) : esplanade
inv. 91.24.97

19 -
Avers : I + DA [L] PHS + VIEN ; dans le champ : un dauphin
Revers : + COMES + ALBONIS ; croix aux extrémités fleurdelisées
Jean II dauphin, comte d’Albon (1307-1319)
Denier, argent
Références PA 4855
II 13 (us 6) : église
inv. 95.39.25

20 -
Avers : + LVDOV [ICV] S ; dauphin
Revers : […] ; croix pattée
Louis dauphin (1409-1415)
Denier, billon
Références PA 4941
inv. 91.24.277

21 -
Avers : + CIVITA […] ; croix pattée cantonnée d’un besant et d’un épi
Revers : […] SEDE […] ; […]
Monnaie médiévale seigneuriale non identifiée
Basse-cour
inv. 91.24.278

22 –
Avers : A + ; croix à six branches dans un cercle
Revers : […] ; croix pattée dans un cercle
Monnaie médiévale seigneuriale non identifiée I, 17, T3
inv. 91.24.36

23 –
Monnaie médiévale illisible
I 8bis (us 12) : cour

24 -
Monnaie médiévale illisible
I 8bis, (us 12) : cour
inv. 91.24.34

Jeton

25 -
Avers : ATAVATAVATAVATAVATA ; écu de France couronné
Revers : NVRVNVRVNVRVNVRVNV ; aigle
Jeton de Nuremberg, XVe siècle, cuivre
Basse-cour
inv. 91.24.281

Modernes

Royales

26 –
Avers : + FRANCISCVS [FRANCOR] V REX ; trois fleurs de lis dans un trilobe
Revers : SIT NOMEN DNI BENEDIC ; croix pattée dans un quadrilobe
François Ier roi de France (1515-1547)
Références DUPLESSY t. II, n° 934 var
Basse-cour
inv. 91.24.283

27 –
Avers : HENRI III R DE. FRAN. ET. PO 1587 ; buste lauré et cuirassé à droite. Au-dessous : D
Revers : + DOVBLE TOVRNOIS A. M. ; trois fleurs de lis
Henri III, roi de France (1574-1589)
Double tournois, Lyon, 1587, cuivre
Références DUPLESSY t. II, n° 1152 var.
H. S. ?
inv. 91.24.294

28 -
Avers : [+ HE] NR [I. III.] R. DE. FRA. ET. PO. F. ; buste lauré et cuirassé à droite
Revers : DOVBLE TOVRNOIS. 1581 ; deux lis et un dauphin dans le champ ; au-dessous : Z
Henri III, roi de France (1574-1589)
Double tournois du Dauphiné, Grenoble, 1581, cuivre.
Références DUPLESSY, t. II, n° 1157
I 23bis (us 5) : cour
inv. 91.24.100

29 –
Avers : [H] ENRICVS III. D G. FRANC. ET. P ; grand H couronné entre trois lis
Revers : [SIT NOMEN DOMINI BEN] EDITVM ; croisette aux extrémités fleurdelisées
Henri III, roi de France (1574-1589)
Double ou dizain, 1578-1589, billon
Références DUPLESSY t. II, n° 1136
H. S. ?
inv. 91.24.301

30 –
Avers : [HENR. III] D GRA […] ; grand H couronné entre trois lis
Revers : […] DNI […] ; croix de l’ordre du Saint-Esprit
Henri de Bourbon-Montpensier, prince de Dombes, ou Henri III roi de France
Liard, 1583-1587, billon
Références DUPLESSY t. II, n° 1146
Basse-cour
inv. 91.24.280

31 -
Avers : + HENRI DEI GR [] NAV ; grand H couronné
Revers : + GRA DEI SV [M] ID Q [SV] M ; petite croix
Henri IV roi de France (1589-1610)
H. S. ?
inv. 91.24.300

32 -
Avers : […] ; dans le champ : deux fleurs de lis et un dauphin
Revers : […] ; […]
monnaie royale du Dauphiné
billon
Basse-cour
inv. 91.24.274

33 –
Avers : L. XIIII. ROY. DE. + FR. ET DE NAV 1695 ; buste à droite
Revers : dans le champ : LIARD/DE/FRANCE/D (entre trois lis)
Louis XIV, roi de France (1643-1715)
Liard, Lyon, 1695, cuivre
Références : DUPLESSY t. II n° 1589
I 11 (us 9) : cour
inv. 91.24.41

34 -
Avers : LOVIS. XIIII. ROY. DE. FRANCE. [ET. DE.] NAV. ; trois groupes de deux L adossés, chacun sous une couronne, posés en triangle, avec le différent d’atelier au centre (&), cantonnés de trois lis divergeant au centre
Revers : [. SIX. DEN] IERS. DE. FRANCE. [millésime] ; croix anillée fleurdelisée
Louis XIV roi de France (1643-1715)
Pièce de 6 deniers « Dardenne », Aix-en-Provence, 1710-1712, laiton
Références : DUPLESSY t. II, n° 1593
II 16 (us 2) : couloir défensif
inv. 95.39.28

35 –
Louis XIV, roi de France (1643-1715)
I 6 (us 3) : cour

36 -
Avers : [L X] IIII ROY DE [FR. ET. DE. NA] 1657 ; buste à droite
Revers : dans le champ : LIARD/DE/FRANCE/D (entre trois lis)
Louis XIV, roi de France (1643-1715)
Liard, Lyon, 1657, cuivre
Références : DUPLESSY t. II, n° 1588
Basse-cour
inv. 91.24.282

37 –
Avers : […] ; trois doubles L couronnés en triangle
Revers : […] ; […]
Louis XIV, roi de France (1643-1715)
Pièce de 6 deniers « Dardenne », laiton
Basse-cour
inv. 91.24.289

38 -
Avers : L. XIIII. ROY DE FRA ET DE NAV 1657 ; buste couronné à droite
Revers : dans le champ : LIARD/DE/France ; au-dessous : B entre trois lis
Louis XIV, roi de France (1643-1715)
Liard, Lyon, 1657, cuivre
Références : DUPLESSY n° 1588 var.
Th. Moyroud : devant les tours

39 –
Avers : LO [UIS XVI] ROI DES FRA [NCAIS] ; buste à gauche
Revers : LA NATION LA LOI LE ROI/1793. I. DE LA LIB ; faisceau surmonté d’un bonnet phrygien, dans une couronne de lauriers
Louis XVI, roi des Français
Sol, 1793, cuivre
Références : DUPLESSY t. II n ° 1723
I 22 (us 2) : cour
inv. 91.24.42

Seigneuriales

40 –
Avers : [+ CAROLVS ; EMANVEL] ; écu de Savoie dans un trilobe ; au-dessous : G
Revers : [D] G DVX [SABAVDIE] ; croix dans un quadrilobe
Charles-Emmanuel, duc de Savoie (1580-1630)
Parpaiolle, Chambéry, 1585
Références CNI t. p. 256, n° 86
Basse-cour
inv. 91.24.284

41 -
Avers : [+ L. D. MONTISP. P.] DOMBAR ; L couronné
Revers : DNS ADIVTOR MEVS ; croix fleurdelisée
Louis II Prince de Dombes (1560-82)
Liard, Trévoux, billon
Références : PA 5129
Basse-cour
inv. 91.24.288

42 -
Avers : + [F. D. DOMBAR. D. M] ONTIS.] M ; F couronné entre trois lis
Revers : + DNS. [ADIVTOR. M] EVS. 159 […] ; croix de l’ordre du Saint-Esprit
François de Montpensieur, prince de Dombes (1590-1592)
Liard, Trévoux, billon
Références : PA 5139
II 10 (us 2) : esplanade
inv. 91.24.96

43 –
Avers : + F. D. DOMBAR. D. MONTIS. M ; F couronné entre trois lis
Revers : + DNS. [ADIVTOR. M] EVS. 159 […] ; croix de l’ordre du Saint-Esprit
François de Montpensier, prince de Dombes (1590-1592)
Liard, Trévoux, billon
Références : PA 5139
H. S. ?
inv. 91.24.299

44 -
Avers: + M. P. D [OM] BAR. D MO [NTISP.] ; M couronné entre trois lis
Revers : + [DN] S. ADIVT [OR. MEVS] ; croix de l’ordre du Saint-Esprit
Marie de Montpensier, princesse de Dombes (1608-1626)
Liard, Trévoux, billon
Références : PA 5172
I 11 (us 5) : cour
inv. 91.24.40

45 -
Avers : M. P. DOMBAR. [MONTISP.] ; M couronné entre trois lis
Revers : DN [S. ADIVT] OR. MEVS. [millésime] ; croix de l’ordre du Saint-Esprit
Marie de Montpensier, princesse de Dombes (1608-1626)
Liard, Trévoux, billon
Références : PA 5172
I 29 (us 10) : cour
inv. 91.24.94

46 -
Avers: [M. P. D] OM [BAR. MONT] IS [P.] ; M couronné entre trois lis
Revers : DN [S. ADIV] TOR. MEVS. [millésime] ; croix de l’ordre du Saint-Esprit
Marie de Montpensier, princesse de Dombes (1608-1626)
Liard, Trévoux, billon
Références : PA 5172
I1 A (us 3) : logis est
inv. 91.24.39

47 -
Avers : M. P. DOMB [AR. MONTISP.] ; M couronné entre trois lis
Revers : [DNS. ADIVTOR. MEVS. millésime] ; croix de l’ordre du Saint-Esprit
Marie de Montpensier, princesse de Dombes (1608-1626)
Liard, Trévoux, billon
Références : PA 5172
H. S. ?
inv. 91.24.295

48 -
Avers : […] ; M couronné entre trois lis
Revers : […] ; [croix de l’ordre du Saint-Esprit]
Marie de Montpensier, princesse de Dombes (1608-1626)
Liard, Trévoux, billon
Références : PA 5172
Basse-cour
inv. 91.24.279

49 -
Avers : […] ; M couronné entre trois lis
Revers : […] ; [croix de l’ordre du Saint-Esprit]
Marie de Montpensier, princesse de Dombes (1608-1626)
Liard, Trévoux, billon
Références : PA 5172
inv. 91.24.287

50 -
Avers : [GASTON. V. FP. D ; tête]
Revers : + DENIER [TOVRNOIS] 1654 ; A et deux lis sous un lambel
Gaston d’Orléans, prince de Dombes (1627-1650)
Denier, 1654, cuivre
Références : PA 5214
Basse-cour
inv. 91.24.275

51 -
Avers : + G [ASTON. VS] VF. PR. DOM ; G couronné entre trois lis
Revers : + DNS ADIVTOR MEVS 1651 ; croix de l’ordre du Saint-Esprit
Gaston d’Orléans, prince de Dombes (1627-1650)
Liard, Trévoux, 1651, billon
Références : PA 5215
II 12 (2A) : couloir défensif
inv. 91.24.297/95.39.24

52 –
Idem
H. S. ?
inv. 91.24.298

53 –
Avers : […] ; H couronné entre trois lis
Revers : […] ; croix de l’ordre du Saint-Esprit
Henri II de Montpensier prince de Dombes ( ?)
Liard, Trévoux, billon
H. S. ?
inv. 91.24.296

54 -
Avers : * GVI [LL. HENR. D. G. PR]. AV ; G couronné entre trois lis
Revers : [* SOLI. DEO. H] ONO [R. ET] GLO. 1651. ; [croix de l’ordre du Saint-Esprit]
Guillaume-Henri de Nassau, prince d’Orange (1650-1702)
Liard, 1651, billon
II 15 (us 2) : couloir défensif
inv. 95.39.26

55 -
Monnaie moderne lisse
Percée au centre, cuivre
I 29 (us 10) : cour
inv. 91.24.95

56 –
Monnaie moderne, lisse
Basse-cour
inv. 91.24.290

57 -
Monnaie moderne, lisse
Basse-cour
inv. 91.24.291

58 -
Monnaie moderne, lisse
Basse-cour
inv. 91.24.292

59 -
Monnaie moderne, lisse
H. S. ?
inv. 91.24.293

Divers

22160 - Monnaie (?) illisible I 17 T3 : tour porte ?
61 - Monnaie cassée II 10 (us 5) : esplanade
62 - Monnaie ? I 29 (HS) : cour ?

Références

222CNI Corpus Nummorum Italicarum, t. I, Casa Savoia, Turin, 1910
DUPLESSY-féod. Jean DUPLESSY, Les monnaies françaises féodales, Paris, t. I, 2004
DUPLESSY-roy. Jean DUPLESSY, Les monnaies françaises royales, de Hugues Capet à Louis XVI, Paris, 1989, 2 vol. 
LAFAURIE Jean LAFAURIE, Les monnaies des rois de France, Paris, 1961
PA Faustin POEY D’AVANT, Monnaies féodales de France, Paris, 1858-1862, 3 vol. 
RIC H. MATTINGLY, E. A. SYDENHAM, C. H. V. SUTHERLAND, The Roman Imperial Coinage, Londres, 10 vol. , 1923-1994
ROLLAND Henri ROLLAND, Monnaies des comtes de Provence, Paris, 1956

Liste des 48 monnaies découvertes lors de ramassages au cours des XIXe et XXe siècles (coll. Bergeret) (établie par J.-P. Jospin)

2231 demi as de Nîmes
1 monnaie du Haut Empire romain
1 antoninianus de Gallien (259-268)
1 denier de Conrad le Salique
1 denier de Léger, archevêque de Vienne
1 denier d’un archevêque de Die
1 monnaie en bronze du marquis de Monteferrati (1305-1338)
1 monnaie de Guillaume, comte de Namur (1337-1351)
1 obole d’Amédée VIII, comte de Savoie (1391-1440)
1 monnaie en argent de Louis II, comte de Provence (1384-1417)
1 denier de Tours, Charles V (1349-1365)
2 deniers du Dauphiné, Charles V (1349-1364)
1 double denier du Dauphiné, Charles V (1349-1364)
1 blanc de Louis XI
1 denier tournois du Dauphiné d’Henri II
1 liard dauphinois d’Henri III
3 doubles tournois dauphinois d’Henri III de 1589
1 denier tournois dauphinois d’Henri III
1 liard dauphinois d’Henri III (imitation italienne)
1 monnaie de Bavière (XVIe siècle ?)
1 monnaie royale française en argent (XVIe siècle ?)
2 deniers tournois de François Ier
3 deniers tournois dauphinois de François Ier
1 denier de Louis, prince des Dombes (1560-1582)
2 liards de Charles-Emmanuel de Savoie (1580-1640)
3 liards d’Henri, duc de Montpensier, prince des Dombes, (1592-1608) monnaies de 1598 et 1609
7 liards de Marie de Montpensier, princesse de Dombes (1608-1626)
2 liards de Gaston de Montpensier, prince de Dombes (1627-1650)
1 jeton ou applique en bronze (décor de croix et rosace à cinq lobes)
2 monnaies illisibles

5.5. Conclusion

224Comme on l’a dit plus haut, le caractère partiel des fouilles de Bressieux ne permet pas de tirer de conclusions définitives à partir du mobilier découvert. Restituer les activités et la vie quotidienne d’une population donnée, sur une longue période chronologique, à partir des objets découverts lors de fouilles exhaustives reste encore aujourd’hui un exercice délicat, laissant une large part d’hypothèses. Cela est quasi impossible lorsque le corpus des objets est rendu aléatoire du fait de sa non-représentativité. On se contentera donc ici, en guise de conclusion, de quelques remarques essentiellement tirées de la présence ou de l’absence de tel ou tel objet dans le lot étudié…

225En premier lieu le mobilier mis au jour à Bressieux ne diffère pas, pour l’essentiel, de celui d’autres sites de châteaux régionaux fouillés plus ou moins récemment (Essertines, Vuache…). Ni somptueux, ni luxueux, c’est un mobilier classique des châteaux de la petite et moyenne aristocratie rurale, dont les fonctions sont à peu près connues (militaires, politiques, résidentielles). Quelques exceptions — auxquelles on ne peut faire dire beaucoup plus — démontrent pour telle ou telle période une certaine richesse : aux XIIIe-XIVe siècles, dans le lot de la vaisselle de table en céramique, on note la présence de deux pièces remarquables toutes deux importées, une gargoulette et un petit vase du Proche-Orient ; la vaisselle en verre, probablement abondante en raison de la proximité de nombreux ateliers de verriers, offre aux XVe-XVIe siècles des pièces de qualité ornées de décors moulés et rapportés ; l’alimentation, à toute période, montre un certain raffinement avec par exemple du paon et du cygne, et, dès son introduction en France au XVIe siècle (vers 1540), du dindon. Enfin, la présence de quelques pièces de jeu d’échecs dans des niveaux du XIIIe siècle, est à mettre en relation avec le statut aristocratique des habitants et leur rang social.

226En ce qui concerne les objets métalliques, seuls les accessoires du vêtement ou ceux liés à la parure se retrouvent en proportion importante. Par contre, la liste est longue des objets dont l’absence ou la rareté étonne, comme ceux liés à l’équitation, la guerre ou la chasse. De même, il est surprenant que les objets du quotidien liés aux pratiques domestiques et au petit artisanat comme la charpenterie, la menuiserie, l’aménagement des huisseries, n’aient laissé pratiquement aucune trace. Mais, rappelons-le, on ne dispose que d’un échantillon incomplet, dont l’interprétation reste provisoire.

Notes

19 Le Tacuinum Sanitatis est un recueil de courts préceptes médicaux concernant les plantes, les aliments d’origine végétale et animale et les diverses occupations de la vie quotidienne. Il constitue un véritable art de vivre où le monde et l’homme sont dans une harmonie qui promet santé, beauté, bonheur. L’auteur du texte est Ibn Butlan, médecin à Bagdad et Alep, mort vers 1068. Dix-sept traductions furent faites en latin. Plusieurs versions furent illustrées, dont celle-ci, réalisée en Rhénanie au XVe siècle. Cet exemplaire est conservé à la Bibliothèque Nationale de France, Département des Manuscrits, Division occidentale.

20 L’étude complète n’a pas été publiée. On trouvera un résumé du travail dans le Document d’archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne n° 9 « Brandesen-Oisans », 1994, p. 122-123, présenté par M.-Ch. Bailly-Maitre et J. Bruno-Dupraz.

21 Les 3,9 % restants (510 tessons) regroupent les pâtes à cuisson oxydante, sans revêtement ou glaçurées, présentant des problèmes de lecture, raison pour laquelle ils ont été écartés des comptages.

22 Un de ces objets a été entièrement remonté par le Centre de restauration archéologique municipal (CREAM) de Vienne (38).

23 Cet objet a été remonté et consolidé en partie par le CREAM.

24 Ce verre a été lui aussi consolidé par le CREAM.

25 Plusieurs tessons similaires de verre blanc décoré d’un cordon de verre festonné ont été découverts en ramassage de surface à la « Verrerie vieille » en forêt de Chambaran (Moyroud 1999 : 206).

26 Cette liste a été revue et corrigée en 1999 par Vital Chomel, ancien directeur des Archives départementales de l’Isère.

27 En dehors des monnaies découvertes.

28 Aucune scorie, pas de structure spécifique, aucun déchet de taille en os.

29 Dans sa typologie du matériel osseux de Charavines, F. Chandevau les identifie à des « broches » (type IIa).

30 Catherine Homo-Lechner, Sons et instruments de musique au Moyen Âge, Paris, Errance, 1996, p. 133-134.

31 En fait, deux voies de pénétration de ce jeu ont existé, l’une depuis l’Afrique du Nord par l’intermédiaire des Arabes qui avaient conquis l’Espagne, le Portugal et la Sicile ; l’autre par la Russie puis la Scandinavie et l’Islande, gagnant enfin les îles anglo-saxonnes. Les premières pièces européennes connues, essentiellement en ivoire, proviennent soit d’Italie du Sud soit des pays scandinaves.

32 Lettre du 15/6/1992.

33 À Loisy, un ensemble exceptionnel de jeu d’échecs composé de pièces figuratives (châsse, char et guerrier) a été découvert accompagné de deux pions en forme de quilles et de quatre pions stylisés. L’occupation du site est datée de la fin du Xe siècle et du début du XIe siècle.

Notes de fin

1 Lionel Dieu, « Cors et trompes en terre au Moyen Âge », In Archéologia, mars 1999.

Table des illustrations

Légende Fig. 137 - Répartition des restes osseux sur l’ensemble de la chronologie [NR : nombre de restes, P (g) : poids des restes en grammes, NMI : nombre minimum d’individus].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Légende Fig. 138 - Proportions en nombre de restes (NR) et en poids des espèces domestiques consommées.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 139 - Hauteurs au garrot (en cm) des bovins (NI : nombre d'individus).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 140 - Pathologie sur un métacarpe (1a) et sur une phalange (2a). Os sains (1b, 2b).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 141 - La glandée (d’après le Tacuinum Sanitatis19 du XVe siècle conservé à la Bibliothèque nationale de France).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 142 - Comparaison de la stature des porcs (NI : nombre d'individus).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 143 - Rapport entre le nombre de moutons et de chèvres.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 144 - Crâne de mouton sans cornes (1) et chevilles osseuses appartenant à des moutons armés (2).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 146 - Distribution des âges des gallinacés domestiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 147 - Scapula de chevreuil perforée par un carreau d’arbalète (a), vertèbre cervicale de chevreuil avec traces de découpe (b).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 148 a et b - Chasse au cerf et au sanglier (d’après Jacques du Fouilloux La Vénerie. Ed. Galiot Du Pré, Paris, 1573).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 145 - Pourcentages des restes osseux des espèces domestiques consommées à Bressieux et quelques sites de référence.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 149 - Lièvre fuyant devant les chasseurs (d’après Jacques du Fouilloux La Vénerie. Ed. Galiot Du Pré, Paris, 1573).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 150 - Chasse à l’oiseau (1), à l’arbalète (2) et par piégeage (avec des brais ou ciseaux de bois) (3).1 et 3 : d’après un fac-similé d’une miniature du Livre du roi Modus de Henri de Ferrières ; reproduit dans : Paul Lacroix. Mœurs, usages et costumes au Moyen Âge et à l’époque de la Renaissance. Éd. Firmin Didot Frères, Fils et Cie, Paris, 1878.2: The four seasons of the house of Cerruti. Ed. Mondadori, Milan.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 151 - Dents pharyngiennes de carpe.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 152 - Pêche à l’étang (d’après le fac-similé d’une gravure sur bois de la Cosmographie universelle de Munster, Bâle 1549 ; reproduit dans : Paul Lacroix).Mœurs, usages et costumes au Moyen Âge et à l’époque de la Renaissance. Éd. Firmin Didot Frères, Fils et Cie, Paris, 1873.Poissons, dessins de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 153 - (1) Mise à mort du bœuf au XVIe siècle (d’après un dessin gravé par Jost Amman ; reproduit dans : Paul Lacroix. Mœurs, usages et costumes au Moyen Âge et à l’époque de la Renaissance. Éd. Firmin Didot Frères, Fils et Cie, Paris, 1878).(2) Mise à mort du bœuf (d’après l’Encyclopédie Diderot D’Alembert, le boucher, pl. I.).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 154 - Traces d’égorgement du mouton.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 155 - Traces de dépouillement sur une corne (1) et sur une première phalange (2) de bovin.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 156 - (a) Éviscération du bœuf (d’après une xylographie du XVIe siècle, Bibliothèque des Arts décoratifs de Paris ; reproduit dans : Jacques Verroust dir., Le Bœuf. Histoire, symbolique et cuisine. Éditions Sang de la Terre. Paris, 1992).(b) Éviscération du porc (scène redessinée d’après une fresque de l’église de Saint-André d’Autun, Saône-et-Loire).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 157 - Détails de la découpe du bœuf.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 158 - Découpe pour la préparation des pièces de viande de bœuf.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 159 - Détails des pièces de viande de porc.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 160 - Traces de découpe sur les os de porc.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 161 - Têtes d’animaux à l’étal du boucher (d’après Tacuinum Sanitatis, XVe siècle. Paris, Bibliothèque nationale de France, ms latin 9333 f° 74 v°).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 162 - Restes d’une épaule de mouton (a) et découpe des os longs (b).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 163 - Présentation à table du paon dans son plumage (d’après Le livre des Conquestes et Faits d’Alexandre. Fol. 86 recto, Paris, musée du Petit Palais).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 164 - Détails des traces sur les os de cerf élaphe.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 165 - Restes d’un « pied » de sanglier.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 166 - Empreintes de dents de chien (a) sur une scapula de porc et de dents de chat sur des os de poule (b).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 167 - Chat attrapant un rat (daprès Luttrell Psalter, C 1330, manuscrit, XIVe siècle, British Library).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 168 - Rat noir (a) et traces de grignotage laissées par le rat (b). a) rat noir, planche tirée de l’ouvrage Les mammifères de Schreber et Goldfuss paru à Erlangen et Nuremberg entre 1774 et 1821 cité dans « Rats » catalogue de l’exposition « RATS », Muséum d’Histoire naturelle de Neufchâtel (Suisse) (8 mars – 1er novembre 1998).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 169 - (a) Position de l’ergot sur les pattes du coq (dessin de l’auteur) ;(b) Ergot scié sur le tarso-métatarse de Bressieux (b1) comparé à un tarso-métatarse non préparé (b2) (photo de l’auteur) ;(c) Ergot de métal installé à la place de l’ergot naturel (d’après Charles Cornevin Traité de zootechnie spéciale. Les oiseaux de basse-cour. Librairie J.-B. Baillière et fils. Paris, 1895.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 170 - Coqs au combat (mosaïque antique provenant du musée de La Canée, Grèce).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 171 - Pourcentages des restes osseux des espèces domestiques consommées à Bressieux et quelques sites de référence (faute de données en poids, les décomptes portent sur le nombre de restes).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 172 - Céramique en pâte grise attribuable au XIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 173 - Vaisselle de table en pâte rouge et à glaçure parsemée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 174 - Céramiques en pâte grise (XIVe ou XVe siècle).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 175 - Marmites XVe-XVIe siècles : nos 1-5 à pâte grise, n° 6 pâte rouge et glaçure interne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 176 - Céramiques culinaires en pâte grise, des XVe-XVIe siècles.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 177 - Céramiques du XVIe siècle en pâte rouge : n° 1 à 3 sans revêtement et nos 4 et 5 avec glaçure interne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 178 - Céramiques modernes (XVIIe ou XVIIIe siècle).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 179 - Céramiques modernes (XVIIe ou XVIIIe siècle).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 180 - Céramiques modernes (XVIIe ou XVIIIe siècle).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Fig. 181 - Petite cruche glaçurée (XVIIe-XVIIIe siècles).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 182 - Plat creux décoré à l’engobe (XVIIe-XVIIIe siècles).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 183 - Vaisselle en verre découverte à Bressieux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 184 - Gobelets et verres à boire de type B et C.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 185 - Gobelets à pied de type C et reconstitution d’un verre entier.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 186 - Fioles de type F1, F2, F3.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 187 - Fond de fiole type F2.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 189 - Ensemble formé de gobelets de type B, B4, B9, B10, B7.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 188 - Gobelets de type B9 et B10.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 190 - Deux gobelets de type B7.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 191 - Gobelet de type B7.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 192 - Gobelet de type B7.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 193 - Verres à pied de type C et C10.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 194 - Verres à jambe creuse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 195 - Verre à jambe de type Eb, E1, E2, E4.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 196 - Verre craquelé et reconstitution.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 197 - Verre à jambe de type E4 dit « à la façon de Venise ».
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 198 - Verre à jambe de type Eb.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 199 - Fioles ou flacons de type H1, H3, H29.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 200 - Fioles de verre XVIe-XVIIe siècles.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 201 - Anse décorée et objet indéterminé.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 202 - Ustensiles de cuisine (du XVe au XVIIIe siècle).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 203 - L’armement équestre et militaire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 204 et 205 - Fermoir de livre et applique de reliure en cuir doré.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 206 - Accessoires de vêtement, parure et bijoux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 207 - Accessoires de vêtement.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 208 - Matériel de couture.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 209 - Guimbarde en fer (XIVe-XVe siècle).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 210 - Trompe en terre cuite (XIIIe-XIVe siècle).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 211 et 211 bis - Sifflet en terre cuite (XVIe siècle).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 212 - Pièces d’échecs.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 212 bis - Pièces d’échecs.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 213 - Outils, gouge, lime et objet indéterminé.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende 1 -Avers : […] ; tête à droiteRevers : […] ; S et C de part et d’autre d’une PaixGalba, empereur (68-69) ?dupondius, bronzeRéférence : RIC 284inv. 91.24.273
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende 2 –Avers : DIVO CLAVDIO ; tête radiéeRevers : CONSECRATIO ; autelImitation d’antoninianus (270-290), bronzeRéférences : RIC, t. 5, 1ère partie, n° 259I 15bis (us 7) : logis nordinv. 91.24.35
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 3 -Avers : […]Revers : CONS [ECRATIO] ; autelMonnaie romaine, IVe siècle ? BronzeII 16 (us 6) : couloir défensifinv. 95.39.30
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende 4 –Avers : + LVDOVICVS REX ; croix pattéeRevers : + TVRONVS CIVIS ; châtel tournoisLouis VIII ou IX, rois de France (1223-1250)Denier, argentRéférences : DUPLESSY t. I, n° 187-188I 17 T3 (us 3) : tour-porteinv. 91.24.98
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende 5 –Avers : [PHILI] PPVS REX ; croix pattée cantonnée d’une fleur de lis au 2Revers : [+ MON. DVPLEX.] REGA [L] ; châtel tournoisPhilippe IV le Bel, roi de France (1268-1314)Double tournois, 1295-1303, billonRéférences : DUPLESSY t. I, n° 229Basse-courinv. 91.24.286
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 6 -Avers : + DE ANDVSIA ; dans le champ : grand BRevers : +/DE/SA/LV/E ; croix nélée dont les bras coupent la légendeSeigneurs d’Anduze et de SauveDenier, Sommières, argentRéférences : PA 3855 (XIIe-début XIIIe siècle) ; DUPLESSY-féod.n° 1570 (XIIIe siècle )I 23bis (us 4) : courinv. 91.24.210
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 7 –Avers : + VRBS VALENTIAI ; aigle bicéphale aux ailes déployéesRevers : + S. APOLLINARS ; croix aux extrémités en massue,cantonnée d’un annelet au 4eÉvêques de ValenceDenier, (milieu XIIe- dernier tiers XIIIe siècle ), billonRéférences : PA 4686I 28 (us 4) : courinv. 91.24.211
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 8 –Avers : + S. M. VIENNA ; tête de saint Maurice à gaucheRevers : MA [XIM] A GALL ; croix simpleArchevêques de VienneDenier, (XIIe - XIVe siècles), billonRéférences : PA 4828I 29 (us 17) : courinv. 95.39.22
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende 9 –Avers : [+ S. M. VIENNA] ; tête de saint Maurice à gaucheRevers : [MA] XIMA [GALL] ; croix cantonnée de quatre besantsArchevêques de VienneDenier, (XIIe-XIIIe siècles), billonRéférences : PA 4827I 17 T3 (us 3) : tour-porteinv. 91.24.38
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende 10 -Avers : STA MARIA ; tête couronnée de faceRevers : + VRBS ARVERNA ; croix bouletée cantonnée de trèflesÉvêques de ClermontDenier, (XIIe - début XIIIe siècle), argentRéférences : PA 2251I 15bis (us 10) : logis nordinv. 91.24.33
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 11 -Avers : [+ R] : COTS : PALACI ; croix évidée et ponctuée de trois besants à chaque extrémitéRevers : + DVX [.M] ARCH. PV ; soleil et luneRaymond VI (1194-1222) ou VII (1222-1249), comtes de ToulouseDenier, Pont-de-Sorgues, billonRéférences : PA 3730I 29 (us 17) : courinv. 95.39.21
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 12 -Avers : […] ET : SICIL : RE […] ; grande couronne surmontant deux lis sous un lambelRevers : […] ; champ parti d’Anjou et de JérusalemJeanne de Naples (1369-72) ou Louis II d’Anjou (1384-1417)comtes de ProvenceGros de Provence, billonRéférences : ROLLAND n° 97 et 109I 15bis (us 7) : logis nordinv. 91.24.32
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende 13 -Avers : [+ : PHILIPPVS :] ; croixRevers : + [DE SABAVDI] A ; croix à six branchesPhilippe de Savoie, prince d’Achaïe, première période (1297-1301)ou Louis Ier de Vaud (1250-1302) ou Amédée IV (1232-12 )comtes de SavoiePiccolo, billonRéférences : CNI, p. 507, n° 1 var.I 17 T3 (us 3) : tour-porteinv. 91.24.37
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende 14 -Avers : + LVDOVICVS […] ; écu de SavoieRevers : + SABAVDIA [JP] ; croix pattéeLouis, duc de Savoie (1434-1465)Bianchetto, billonRéférences : CNI t. I, p. 80, n° 157-158Basse-courinv. 91.24.276
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende 15 -Avers : KAROLVS [DVX. SABAVD] ; écu de Savoie surmonté d’un anneletRevers : PR [INCEPS IN] ITALIA ; grand K dans le champ entre 3 anneletsCharles Ier, duc de Savoie (1482-1490)Fort, billonRéférences CNI t. I, p. 113, n° 148Basse-courinv. 91.24.285
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 16 –Avers : + PHILIPPVS ° DVX [SABAV. PC] ; écu de Savoie avec deux annelets en palRevers : + A ° DO ° FAC [TV] M ° EST ° ISTVD ; grand P cantonné de quatre anneletsPhilippe II, duc de Savoie (1496-1497)Fort, billonRéférences CNI t. 1, p. 125, n° 30.II 16 (us 6) : couloir défensifinv. 95.39.29
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende 17 -Avers : + VGO BVRGVNDIE ; dans le champ : DVX sur une fasce traversant une anilleRevers : + DIVIONENSIS ; croix cantonnée d’un trèfle aux 2e et 3eHugues V duc de Bourgogne (1305-1315)Denier, Dijon, billonRéférences PA 5678II 12 (2B) : couloir défensifinv. 95.39.23
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende 18 -Avers : + [INES. D] VX. BORBON ; dans le champ : grand lis avec brisureRevers : [+ OBO] LVS. TREVOCI ; croix pattéeJean Ier (1410-1434) ou Jean II, (1459-88), ducs de Bourbon, souverains de DombesObole, Trévoux, billonRéférences PA 5087(tranchée électricité) : esplanadeinv. 91.24.97
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende 19 -Avers : I + DA [L] PHS + VIEN ; dans le champ : un dauphinRevers : + COMES + ALBONIS ; croix aux extrémités fleurdeliséesJean II dauphin, comte d’Albon (1307-1319)Denier, argentRéférences PA 4855II 13 (us 6) : égliseinv. 95.39.25
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 20 -Avers : + LVDOV [ICV] S ; dauphinRevers : […] ; croix pattéeLouis dauphin (1409-1415) Denier, billonRéférences PA 4941inv. 91.24.277
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende 21 -Avers : + CIVITA […] ; croix pattée cantonnée d’un besant et d’un épiRevers : […] SEDE […] ; […]Monnaie médiévale seigneuriale non identifiéeBasse-courinv. 91.24.278
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende 22 –Avers : A + ; croix à six branches dans un cercleRevers : […] ; croix pattée dans un cercleMonnaie médiévale seigneuriale non identifiée I, 17, T3inv. 91.24.36
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 23 –Monnaie médiévale illisibleI 8bis (us 12) : cour24 -Monnaie médiévale illisibleI 8bis, (us 12) : courinv. 91.24.34
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende 25 -Avers : ATAVATAVATAVATAVATA ; écu de France couronnéRevers : NVRVNVRVNVRVNVRVNV ; aigleJeton de Nuremberg, XVe siècle, cuivreBasse-courinv. 91.24.281
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-104.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende 26 –Avers : + FRANCISCVS [FRANCOR] V REX ; trois fleurs de lis dans un trilobeRevers : SIT NOMEN DNI BENEDIC ; croix pattée dans un quadrilobeFrançois Ier roi de France (1515-1547)Références DUPLESSY t. II, n° 934 varBasse-courinv. 91.24.283
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-105.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende 27 –Avers : HENRI III R DE. FRAN. ET. PO 1587 ; buste lauré et cuirassé à droite. Au-dessous : DRevers : + DOVBLE TOVRNOIS A. M. ; trois fleurs de lisHenri III, roi de France (1574-1589)Double tournois, Lyon, 1587, cuivreRéférences DUPLESSY t. II, n° 1152 var.H. S. ?inv. 91.24.294
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-106.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende 28 -Avers : [+ HE] NR [I. III.] R. DE. FRA. ET. PO. F. ; buste lauré et cuirassé à droiteRevers : DOVBLE TOVRNOIS. 1581 ; deux lis et un dauphin dans le champ ; au-dessous : ZHenri III, roi de France (1574-1589)Double tournois du Dauphiné, Grenoble, 1581, cuivre.Références DUPLESSY, t. II, n° 1157I 23bis (us 5) : courinv. 91.24.100
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-107.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 29 –Avers : [H] ENRICVS III. D G. FRANC. ET. P ; grand H couronné entre trois lisRevers : [SIT NOMEN DOMINI BEN] EDITVM ; croisette aux extrémités fleurdeliséesHenri III, roi de France (1574-1589)Double ou dizain, 1578-1589, billonRéférences DUPLESSY t. II, n° 1136H. S. ?inv. 91.24.301
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-108.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende 30 –Avers : [HENR. III] D GRA […] ; grand H couronné entre trois lisRevers : […] DNI […] ; croix de l’ordre du Saint-EspritHenri de Bourbon-Montpensier, prince de Dombes, ou Henri III roi de FranceLiard, 1583-1587, billonRéférences DUPLESSY t. II, n° 1146Basse-courinv. 91.24.280
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-109.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende 31 -Avers : + HENRI DEI GR [] NAV ; grand H couronnéRevers : + GRA DEI SV [M] ID Q [SV] M ; petite croixHenri IV roi de France (1589-1610) H. S. ?inv. 91.24.300
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-110.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende 32 -Avers : […] ; dans le champ : deux fleurs de lis et un dauphinRevers : […] ; […]monnaie royale du DauphinébillonBasse-courinv. 91.24.274
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-111.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende 33 –Avers : L. XIIII. ROY. DE. + FR. ET DE NAV 1695 ; buste à droiteRevers : dans le champ : LIARD/DE/FRANCE/D (entre trois lis) Louis XIV, roi de France (1643-1715) Liard, Lyon, 1695, cuivreRéférences : DUPLESSY t. II n° 1589I 11 (us 9) : courinv. 91.24.41
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-112.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende 34 -Avers : LOVIS. XIIII. ROY. DE. FRANCE. [ET. DE.] NAV. ; trois groupes de deux L adossés, chacun sous une couronne, posés en triangle, avec le différent d’atelier au centre (&), cantonnés de trois lis divergeant au centreRevers : [. SIX. DEN] IERS. DE. FRANCE. [millésime] ; croix anillée fleurdeliséeLouis XIV roi de France (1643-1715)Pièce de 6 deniers « Dardenne », Aix-en-Provence, 1710-1712, laitonRéférences : DUPLESSY t. II, n° 1593II 16 (us 2) : couloir défensifinv. 95.39.2835 –Louis XIV, roi de France (1643-1715)I 6 (us 3) : cour
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-113.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 36 -Avers : [L X] IIII ROY DE [FR. ET. DE. NA] 1657 ; buste à droiteRevers : dans le champ : LIARD/DE/FRANCE/D (entre trois lis) Louis XIV, roi de France (1643-1715) Liard, Lyon, 1657, cuivreRéférences : DUPLESSY t. II, n° 1588Basse-courinv. 91.24.282
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-114.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende 37 –Avers : […] ; trois doubles L couronnés en triangleRevers : […] ; […]Louis XIV, roi de France (1643-1715)Pièce de 6 deniers « Dardenne », laitonBasse-courinv. 91.24.289
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-115.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende 38 -Avers : L. XIIII. ROY DE FRA ET DE NAV 1657 ; buste couronné à droiteRevers : dans le champ : LIARD/DE/France ; au-dessous : B entre trois lisLouis XIV, roi de France (1643-1715) Liard, Lyon, 1657, cuivreRéférences : DUPLESSY n° 1588 var. Th. Moyroud : devant les tours
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-116.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende 39 –Avers : LO [UIS XVI] ROI DES FRA [NCAIS] ; buste à gaucheRevers : LA NATION LA LOI LE ROI/1793. I. DE LA LIB ; faisceau surmonté d’un bonnet phrygien, dans une couronne de lauriersLouis XVI, roi des FrançaisSol, 1793, cuivreRéférences : DUPLESSY t. II n ° 1723I 22 (us 2) : courinv. 91.24.42
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-117.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende 40 –Avers : [+ CAROLVS ; EMANVEL] ; écu de Savoie dans un trilobe ; au-dessous : GRevers : [D] G DVX [SABAVDIE] ; croix dans un quadrilobeCharles-Emmanuel, duc de Savoie (1580-1630) Parpaiolle, Chambéry, 1585Références CNI t. p. 256, n° 86Basse-courinv. 91.24.284
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-118.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 41 -Avers : [+ L. D. MONTISP. P.] DOMBAR ; L couronnéRevers : DNS ADIVTOR MEVS ; croix fleurdeliséeLouis II Prince de Dombes (1560-82) Liard, Trévoux, billonRéférences : PA 5129Basse-courinv. 91.24.288
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-119.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 42 -Avers : + [F. D. DOMBAR. D. M] ONTIS.] M ; F couronné entre trois lisRevers : + DNS. [ADIVTOR. M] EVS. 159 […] ; croix de l’ordre du Saint-EspritFrançois de Montpensieur, prince de Dombes (1590-1592) Liard, Trévoux, billonRéférences : PA 5139II 10 (us 2) : esplanadeinv. 91.24.96
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-120.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende 43 –Avers : + F. D. DOMBAR. D. MONTIS. M ; F couronné entre trois lisRevers : + DNS. [ADIVTOR. M] EVS. 159 […] ; croix de l’ordre du Saint-EspritFrançois de Montpensier, prince de Dombes (1590-1592) Liard, Trévoux, billonRéférences : PA 5139H. S. ?inv. 91.24.299
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-121.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende 44 -Avers: + M. P. D [OM] BAR. D MO [NTISP.] ; M couronné entre trois lisRevers : + [DN] S. ADIVT [OR. MEVS] ; croix de l’ordre du Saint-EspritMarie de Montpensier, princesse de Dombes (1608-1626) Liard, Trévoux, billonRéférences : PA 5172I 11 (us 5) : courinv. 91.24.40
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-122.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende 45 -Avers : M. P. DOMBAR. [MONTISP.] ; M couronné entre trois lisRevers : DN [S. ADIVT] OR. MEVS. [millésime] ; croix de l’ordre du Saint-EspritMarie de Montpensier, princesse de Dombes (1608-1626) Liard, Trévoux, billonRéférences : PA 5172I 29 (us 10) : courinv. 91.24.94
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-123.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 46 -Avers: [M. P. D] OM [BAR. MONT] IS [P.] ; M couronné entre trois lisRevers : DN [S. ADIV] TOR. MEVS. [millésime] ; croix de l’ordre du Saint-EspritMarie de Montpensier, princesse de Dombes (1608-1626) Liard, Trévoux, billonRéférences : PA 5172I1 A (us 3) : logis estinv. 91.24.39
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-124.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende 47 -Avers : M. P. DOMB [AR. MONTISP.] ; M couronné entre trois lisRevers : [DNS. ADIVTOR. MEVS. millésime] ; croix de l’ordre du Saint-EspritMarie de Montpensier, princesse de Dombes (1608-1626) Liard, Trévoux, billonRéférences : PA 5172H. S. ?inv. 91.24.295
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-125.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 48 -Avers : […] ; M couronné entre trois lisRevers : […] ; [croix de l’ordre du Saint-Esprit]Marie de Montpensier, princesse de Dombes (1608-1626)Liard, Trévoux, billonRéférences : PA 5172Basse-courinv. 91.24.279
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-126.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 49 -Avers : […] ; M couronné entre trois lisRevers : […] ; [croix de l’ordre du Saint-Esprit]Marie de Montpensier, princesse de Dombes (1608-1626)Liard, Trévoux, billonRéférences : PA 5172inv. 91.24.287
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-127.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende 50 -Avers : [GASTON. V. FP. D ; tête]Revers : + DENIER [TOVRNOIS] 1654 ; A et deux lis sous un lambelGaston d’Orléans, prince de Dombes (1627-1650)Denier, 1654, cuivreRéférences : PA 5214Basse-courinv. 91.24.275
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-128.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-129.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende 51 -Avers : + G [ASTON. VS] VF. PR. DOM ; G couronné entre trois lisRevers : + DNS ADIVTOR MEVS 1651 ; croix de l’ordre du Saint-EspritGaston d’Orléans, prince de Dombes (1627-1650) Liard, Trévoux, 1651, billonRéférences : PA 5215II 12 (2A) : couloir défensifinv. 91.24.297/95.39.24
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-130.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende 52 –IdemH. S. ?inv. 91.24.298
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-131.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende 53 –Avers : […] ; H couronné entre trois lisRevers : […] ; croix de l’ordre du Saint-EspritHenri II de Montpensier prince de Dombes ( ?)Liard, Trévoux, billonH. S. ?inv. 91.24.296
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-132.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende 54 -Avers : * GVI [LL. HENR. D. G. PR]. AV ; G couronné entre trois lisRevers : [* SOLI. DEO. H] ONO [R. ET] GLO. 1651. ; [croix de l’ordre du Saint-Esprit]Guillaume-Henri de Nassau, prince d’Orange (1650-1702)Liard, 1651, billonII 15 (us 2) : couloir défensifinv. 95.39.26
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-133.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 55 -Monnaie moderne lissePercée au centre, cuivreI 29 (us 10) : courinv. 91.24.95
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-134.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende 56 –Monnaie moderne, lisseBasse-courinv. 91.24.290
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-135.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende 57 -Monnaie moderne, lisseBasse-courinv. 91.24.291
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-136.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende 58 -Monnaie moderne, lisseBasse-courinv. 91.24.292
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-137.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende 59 -Monnaie moderne, lisseH. S. ?inv. 91.24.293
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2727/img-138.jpg
Fichier image/jpeg, 43k

© Alpara, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Liseuse ePub PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Freemium

Offert par