Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le château de Bressieux (Isère)

 | 
Yvonne Harlé-Sambet
, 
Raymond Moyroud

Chapitre 4. Matériaux de construction et de décoration

Yvonne Harlé-Sambet, Hubert Cabart, Julie Charmoillaux et Ghislaine Girard

Texte intégral

1Si la brique apparaît comme le matériau le plus utilisé lors de la construction du château, on est cependant frappé par la variété des autres matériaux mis en œuvre. Les murs les plus anciens du logis est (XIIe siècle) ainsi que les fondations et le soubassement du château de brique (fin XIIIe siècle) sont constitués de maçonneries de galets liés au mortier. Le galet est en effet le matériau le plus fréquemment utilisé à toutes les époques dans les constructions du bas-Dauphiné. Cependant à Bressieux on lui a préféré la brique du fait des difficultés de sa mise en œuvre liées à sa forme ronde et à sa sensibilité aux variations de température. En effet les élévations du château, c’est là toute son originalité, utilisent presque exclusivement la brique, y compris pour le blocage des murs où se mêlent cependant des matériaux divers. Employé pour la décoration des tours portières, le tuf (travertin) reste assez rare dans la construction. Des maçonneries plus composites sont utilisées lors des reconstructions ou transformations et d’autres matériaux apparaissent en divers endroits, comme la molasse pour l’encadrement des ouvertures.

2Concernant la couverture des toitures et les revêtements de sol de l’époque médiévale, les fouilles ont livré quelques indices permettant de penser que le logis nord possédait une toiture polychrome et des sols relativement soignés comme le démontrent les carreaux de terre cuite glaçurés découverts dans cette zone. Par ailleurs, les fragments de verre à vitres attribués à la fin du Moyen Âge ou au début de la période moderne témoignent d’un certain confort matériel.

4.1. La pierre

3À l’examen des roches utilisées dans la construction des courtines et des tours du château de Bressieux, on est surpris par l’absence de blocs de calcaire taillé, malgré la relative proximité des contreforts de la Chartreuse visibles en arrière-plan, à l’est. Le puits du château, creusé au sommet de la colline, l’a été dans un cailloutis consolidé, un poudingue : le site lui-même ne pouvait donc fournir de matériaux aux bâtisseurs.

4Outre les briques que rencontre-t-on dans la construction ? Des blocs de calcaire arrondis, mêlés aux blocs de granite et de roches métamorphiques, eux-mêmes arrondis et jamais taillés ; de gros galets de quartzite oblongs. Seuls des travertins tendres sont taillés en blocs massifs qui parent les tours d’entrée.

5Le plateau sur lequel est construit le château n’a pas fourni le grès molassique, habituel dans les constructions régionales ; cette molasse, présente à Bressieux dans l’encadrement de certaines ouvertures, les constructeurs ont dû la faire venir de la vallée de l’Isère toute proche ; mais les plateaux environnants ont sans doute fourni les blocs grossiers de calcaire jurassique, de granite et de roches métamorphiques ou de quartzite mal dégrossi que l’on observe dans le blocage des murs de courtines et dans celui des murs arasés de la cour du château. Reste le travertin (ou tuf) qui provient probablement de sources locales disséminées au pied du Chambaran ; les carbonates précipités dans les secteurs de suintement proviennent de la dissolution des matériaux calcaires contenus dans l’épaisseur des plateaux.

4.2. La brique

6Le château de Bressieux frappe le visiteur par l’harmonie du camaïeu des couleurs chaudes de la terre cuite et de la verdure environnante, image d’autant plus singulière que l’emploi de la brique n’est pas très fréquent aujourd’hui dans notre région.

7Utilisé à l’époque romaine, ce matériau est ensuite relativement rare dans les constructions du haut Moyen Âge. Il faut attendre le XIIIe siècle pour que son emploi se généralise en Europe sous l’impulsion de phénomènes de mode et de diffusion d’un savoir-faire reflétant une réelle évolution technique. En effet, que ce soit aux alentours mêmes du château de Bressieux ou dans des régions plus éloignées d’Europe, on constate

« l’apparition soudaine (…) à partir du XIIIe siècle, d’une architecture caractérisée par l’emploi quasi exclusif de la brique. Et ce sont tous les domaines de l’architecture qui se révèlent touchés par cette innovation : églises, châteaux, grandes maisons urbaines témoignent au même moment de cet art singulier de bâtir » (Montjoye 1990 : 49).

8L’édification du château de Bressieux en offre une probante illustration : cette puissante baronnie du Dauphiné compte parmi celles où, précocement, se manifeste, et avec une parfaite maîtrise, la technique nouvelle de la brique. On peut également citer dans le proche voisinage le château de Grolée, à Viriville, dont les vestiges en brique ne sont pas postérieurs au XIIIe siècle, et ceux de Lentiol ou de Montfalcon. Sur le rebord septentrional de la plaine de Bièvre, en face de Bressieux, le château de La Côte-Saint-André, construit à partir de 1274, dans une enclave savoyarde, sur le plan d’un quadrilatère cantonné de quatre tours circulaires, était entièrement en brique, seule en subsiste la partie inférieure d’une des tours et des éléments de l’enceinte. Enfin, dans la région limitrophe de la Dombes (Ain), on rencontre de magnifiques exemples de cette architecture, le plus spectaculaire étant le château de Montellier et son enceinte flanquée de neufs tours, entièrement en brique, qui a succédé, au milieu du XIIIe siècle, à un premier édifice castral.

4.2.1. Les briques du château de Bressieux

9Les dimensions les plus courantes de briques utilisées à Bressieux (29 à 30 cm x 12 cm x 8 cm) se retrouvent à Viriville et à La Côte-Saint-André. Ce format est plus grand que le module français actuel (22 x 11 x 5 cm) utilisé dans les constructions du nord de la France, mais plus petit que le module dit de Toulouse (36 x 24 x 3,5 cm). C’est probablement en raison de cette particularité régionale que ces briques sont dénommées « savoyardeau ». La résistance de ce matériau est moindre aujourd’hui : d’après les normes appliquées actuellement il doit supporter la tension de 100 kg par cm2 alors que la brique du château de Bressieux résiste à des contraintes de pression de l’ordre de 150 à 200 kg par cm2, ce qui correspond à la résistance d’un très bon pisé.

10Outre le modèle courant utilisé pour le gros œuvre (29 x12 x 8 cm), d’autres ont été spécialement fabriqués afin de s’adapter aux différents types d’ouverture (fig. 123, 1). L’examen archéologique et architectural des maçonneries fait apparaître une constante : tous les linteaux et jambages des ouvertures du donjon et des tours portières sont exclusivement construits en brique au XIIIe siècle, alors que les encadrements en molasse appartiennent à des parements de fenêtres plus tardifs, à l’exception de la porte principale située entre les tours portières. Dans le donjon, les linteaux en anse de panier sont réalisés avec des briques entières placées en boutisse. Les claveaux des linteaux des lucarnes situées dans les volées d’escalier sont d’un module différent. Placées en panneresse, les briques forment un trapèze de 6,5 cm de haut sur 2,5 cm de base à la clé (fig. 123, 2). Les jambages de ces mêmes ouvertures sont constitués de briques de 22 à 26 cm de longueur, de 11 à 12 cm de largeur et de 7 à 8 cm d’épaisseur. Elles sont moulées pour cet usage avec un angle obtus à 110° permettant de réaliser l’angle de l’ébrasement (fig. 123, 3).

Fig. 123 - Différentes briques utilisées dans les constructions.

11Pour les tours portières, on constate que, comme dans le donjon :

  • les linteaux des ouvertures à ébrasement sont réalisés avec des briques placées en boutisse et un ou deux claveaux trapézoïdaux à la clé ;

  • les angles des ébrasements sont formés des briques à angle obtus (110°) précédemment décrites (fig. 123, 4) ;

  • les ouvertures de tir à ébrasement, composées de briques moulées aux angles arrondis (53°) (fig. 123, 5) diffèrent des jours de l’escalier du donjon réalisés avec des briques empilées.

12Différents moules permettaient de produire ces formes variées (circulaires, triangulaires, aux angles obtus, arrondis… fig. 124, 125), les briques pouvant également être retaillées après cuisson, comme celles ajustées dans la voûte plate de la tour T2, ainsi que certains claveaux de linteaux.

Fig. 124 - Briques d’embrasure de la tour T2.

Fig. 125 - Briques moulées, arrondies composant les ouvertures de tir de la tour T2.

13La brique, tout en assurant une bonne stabilité des parements, autorise également la réalisation de décors simples : en les disposant perpendiculairement, en boutisse et panneresse ou en jouant avec leur couleur après cuisson. Ainsi pour certaines parties du parement du donjon et des tours portières, les briques les plus sombres sont placées en boutisse, renforçant ainsi l’aspect rouge de l’ensemble. Un autre traitement a été réservé au châtelet d’entrée : disposée au-dessus de trois bandeaux de tuf, l’alternance de briques, placées en biais ou en saillie, forme un engrenage, qui marque l’encorbellement du crénelage (fig. 57).

4.2.2. Matière première et fabrication

14La production de la brique exige une organisation rigoureuse qui peut suivre un cycle annuel lié à celui des travaux agricoles. Le constructeur ou l’architecte doit donc évaluer, au minimum un an à l’avance, les besoins nécessaires à la construction et doit avoir prévu l’ensemble des détails architecturaux à réaliser. L’extraction de l’argile a lieu en automne, la terre est ensuite exposée au gel afin qu’au printemps la terre « ait mûri » et soit plus malléable. Au printemps, après les semences, les briques sont façonnées à l’aide de moules probablement en bois, puis mises à sécher en extérieur sur un lit de sable. La cuisson peut commencer au mois de mai avant les foins, et la brique est prête en juin pour la construction.

15Au vu de la masse considérable de briques nécessaire à la construction du château, on est amené à rechercher, à proximité du site, le lieu d’extraction de l’argile ainsi que l’emplacement de la (ou des) briqueterie(s), comprenant les aires de préparation, les hangars de séchage et les fours. Le sous-sol géologique de la région de Bressieux est constitué d’un conglomérat recouvert d’argile. Au pied du château, à l’est, la colline est entaillée et forme deux fronts argileux à degrés, ce qui a permis de créer une plate-forme très importante. À l’est, à l’emplacement de l’ancienne ferme du château (ferme du Colombier aujourd’hui Prado), un étang de 3600 m2 creusé dans l’argile et une dépression contiguë à cette dernière, aujourd’hui comblée, sont toujours perceptibles sur le terrain et bien représentés sur le cadastre de 1833 (fig. 126). L’étang et sa dépression pourraient bien être les éventuels lieux d’extraction de la matière première et l’aire de 5 ha aplanie tout autour aurait pu suffire à abriter le lieu de production, de séchage et de cuisson.

Fig. 126 - Étang (en vert), au sud du château, sur le cadastre de 1833.

Les briques mises en œuvre au château de Bressieux
L’estimation du nombre de briques nécessaires à la construction du château est difficilement réalisable sur l’ensemble de la construction. On ne peut, en effet, évaluer le volume des trois logis adossés aux courtines : même si le corps de logis oriental possède encore des élévations jusqu’au niveau du deuxième étage, les bâtiments du nord et de l’ouest sont pratiquement arasés jusqu’au sol.
Pour les courtines, les tours portières et le donjon, le calcul est moins aléatoire, tout en restant basé sur des estimations. Il a été fait à partir du module de brique le plus courant rencontré dans la construction du château, à savoir 0,29 m x 0,12 m x 0,08 m (1m3 = 360 briques).
La hauteur des murs de courtines a été estimée à 14 m en moyenne. Leur épaisseur varie entre 1,60 m et 2,30 m sur un périmètre d’environ 130 m. Ce qui représente approximativement 3826 m3 soit 1 375 000 briques pour les courtines. Le donjon, avec un diamètre de 7,50 m, une épaisseur de murs de 2 m et une hauteur de 30 m, correspond à un volume de 1036 m3 soit 372 000 briques. Pour la tour T2, d’un diamètre de 5,20 m avec des murs de 1,40 m d’épaisseur sur une hauteur estimée à 20 m, le volume atteint 334 m3 soit 120 000 briques. Enfin la tour T3, d’un diamètre de 5 m, avec une épaisseur moyenne des murs de 1,25 m pour une hauteur de 20 m, représente 294 m3 soit 105 600 briques.
Le total atteindrait donc environ 5500 m3, c’est-à-dire presque 2 millions de briques pour les courtines, le châtelet d’entrée et le donjon.

4.3. Les éléments du couvert

16Le mode de couverture des différents bâtiments du château médiéval est difficile à appréhender à partir des données archéologiques. Seuls quelques exemplaires de tuiles mis au jour dans les niveaux des XIIIe-XIVe siècles et XIVe-XVe siècles laissent penser qu’au moins le logis nord possédait dès l’origine une toiture en terre cuite. D’autres niveaux plus tardifs ont également livré des lots importants de tuiles entières ou fragmentées. Pour le dernier état, des textes précisent l’utilisation des différents types de tuiles, du métal, ou du bois dans la construction des toitures.

4.3.1. Les données archéologiques

17La fouille a livré de nombreux fragments de tuiles, appartenant pour la plupart à des tuiles plates ordinaires ou glaçurées. La très grande majorité se présente sous la forme d’un rectangle de terre cuite avec, sur sa face inférieure, un talon destiné à l’accrochage. Mais on note aussi la présence de quelques exemplaires de tuiles écaille, un de tuile gironnée et d’un petit lot de tuiles faîtières (fig. 127, 128, 129).

Fig. 127 - Dessin des différents types de tuile mis au jour lors des fouilles.

Fig. 128 - Tuiles plates rectangulaires avec talon d’ancrage.

Fig. 129 - Différents types de tuiles glaçurées.

18Les tuiles plates rectangulaires non glaçurées à un seul crochet ou talon en forme de demi-sphère ont, en majeure partie, été retrouvées très fragmentées, essentiellement dans le logis est et la cour.

19Un échantillonnage met en évidence des modules différents :

  • les tuiles entières :
    longueur 22 cm 24 cm 25 cm 28 cm 30 cm 24 cm ;
    largeur 12 cm 12 cm 13 cm 15 cm 15 cm 17 cm ;

  • les demi-tuiles : les largeurs varient de 12 à 13 cm, de 15 à 16 cm et de 18 à 19 cm, pour une épaisseur de 1 à 1,5 cm.

20Les petits (12 à 15 cm) et grands (16 à 19 cm) modules de tuiles ne pouvant être mélangés sur un même versant de toit, il est probable que la couverture des différents bâtiments, voire des différents pans d’une même toiture, a présenté une certaine diversité. Plus la tuile est grande, plus elle est facile à poser ; il faut compter 60 tuiles au m2 (65 pour la plus petite) pour un poids de 90 kg au m2.

21La tuile plate est principalement employée sur les toits à forte pente (de 60° à 65°) car sa forme ne permet pas de canaliser les eaux de ruissellement dans le sens de la plus grande pente.

22Si un seul exemplaire complet de tuiles plates glaçurées a été retrouvé (L : 29 cm ; l : 15 cm) ce type est par contre représenté par des centaines de fragments et quelques demi-tuiles. Les quatre couleurs employées pour la glaçure sont le noir, le jaune, le vert et le marron ; seul le tiers inférieur visible, le pureau, susceptible de former le décor du toit, étant glaçuré.

23La fourchette des largeurs mesurées sur les dizaines de demi-tuiles découvertes est identique à celle observée sur les tuiles non glaçurées ; seule l’épaisseur est légèrement supérieure (de 1,5 cm à 2 cm). Elles disposaient sans aucun doute d’un crochet de fixation, comme pour l’exemplaire complet.

24Ces tuiles ont principalement été trouvées dans les couches de démolition des logis est, nord et ouest, ainsi que dans la cour : il s’agit donc de celles appartenant à la plus récente couverture des toits, celle des XVIIe et XVIIIe siècles.

25D’autres fragments proviennent de couches plus anciennes, datées des XIIIe-XIVe siècles (sondage I15 bis) et des XIVe-XVe siècles (sondage I15M) dans le logis nord, ainsi que dans la cour (sondage I24).

26Des tuiles écailles étaient présentes dans des contextes modernes XVIe et XVIIe siècles, dans le logis est (sondage I1 A6) et dans la cour (sondage I23 bis), mais également dans des couches médiévales (sondage I15 bis) sous les sols du logis nord. La dimension du pureau est évaluée à 11 ou 12 cm, la plus grande longueur de tuile conservée atteignant seulement 19 cm. La fourchette des largeurs se situe entre 12 cm et 17 cm, pour une épaisseur variant de 1,2 cm à 1,5 cm. Adaptée à la morphologie des toits à quatre pans ou à la toiture d’une tour, la tuile écaille s’emploie sur une pente d’environ 50° : la pose s’effectue à joints croisés et au recouvrement des deux tiers.

27Un unique exemplaire incomplet de tuile gironnée provient d’un contexte XVe-XVIe siècles (sondage I23 bis). Cette tuile trapézoïdale était destinée à la réalisation de couvertures courbes : peut-être celle du donjon. Il est en effet possible que ce dernier ait possédé dès cette époque un toit en poivrière comme celui figurant sur un dessin réalisé au début du XIXe siècle (Arnaud 1812 : annexe 2, fig. 1).

28Les « corniers » ou grandes tuiles faîtières creuses qui recouvraient les arêtes des pans de toitures couverts de tuiles plates, ont majoritairement été découverts fragmentés dans les logis nord et ouest et dans la cour. Les quelques exemplaires entiers, non glaçurés, de ces tuiles semi-cylindriques trapézoïdales présentaient une longueur totale de 45 cm, les deux extrémités variant de 19 cm à 26 cm de largeur pour une épaisseur comprise entre 2 cm et 2,5 cm. L’épaisseur plus importante (2,8 cm) des fragments recouverts de glaçure verte, brune ou noire, semble indiquer une fabrication différente.

29Munies d’un trou de clouage à chaque extrémité, ces tuiles étaient confectionnées dans des moules constitués d’un cadre en bois ou en métal. La plaque d’argile ainsi découpée devait être démoulée et déposée sur un moule en bois arrondi, le courbet, afin de lui donner sa forme définitive.

30Les données matérielles permettent d’envisager, pour les corps de logis, des toitures recouvertes de tuiles plates, dont certaines glaçurées. La découverte de ce type de tuiles glaçurées, rectangulaires ou en écaille, dans les niveaux des XIIIe-XIVe siècles (sondage I15bis) du logis nord semble indiquer que, dès cette époque, ce bâtiment possédait une toiture polychrome.

31Ces toits polychromes appartiennent à une architecture prestigieuse, en raison du coût élevé de leur fabrication. On en retrouve tout près de Bressieux, à Saint-Antoine-l’Abbaye, datés du XVe siècle. Les deux teintes dominantes, représentées par la majorité des fragments découverts en fouille, sont le noir et le jaune. Présentes en moindre quantité, les tuiles de couleur verte et brune n’étaient probablement utilisées que pour former des quadrillages ou des bordures d’encadrement de motifs géométriques ou ondés.

4.3.2. Les données textuelles : le château moderne (dernier état)

32Si les nombreux fragments de tuiles contenus dans les couches de démolition du dernier état du château (XVIIIe siècle) suggèrent des toitures en terre cuite, les textes des XVIIe et XVIIIe siècles nous renseignent plus précisément sur les différentes couvertures des bâtiments et leur état, à cette époque.

33Ainsi, la Procédure de vérification des réparations faictes au chasteau de Bressieux et aultres bastiments en dépendant datée du 14 octobre 1659 indique que :

pour couvrir toutes les dictes réparations, il a esté employé du moings la quantité de six mil cinq cents thuiles.

34Cela donne une idée de la surface à couvrir sur les logis, puisque le château est alors en assez bon état et qu’il n’est question que d’entretien. À la même époque le couvert de l’escurie a esté tout recouvert et regarny des thuiles nécessaires, c’est-à-dire de thuiles creuses, différentes des tuiles plates du château.

35La Procédure de description des châteaux, terres, seigneuries de Bressieux, Berzins et Serres et des domaines et moulins en dépendant, effectuée le 9 septembre 1721 stipule que le château est construit à muraille faite avec de la brique et couvert à tuilles plattes.

36Mais le texte précise aussi que :

à l’entrée duquel château il y a deux tours rondes avec chacune leur dome couvert de feuilles de fert blanc […] le dôme de la tour à main gauche du portail d’entrée qui est couvert de fert blanc, le vent ayant endommagé une partie dudicouvert et emporté près de six pieds d’hauteur dudi fert blanc et environ quinze pieds de rondeur, nous estimons que pour le réparer, il y conviendra de mettre environ cent soixante feuilles de fert blanc.

37Quant au donjon, ce n’est que de l’intérieur qu’on peut apprécier l’état de sa toiture :

nous sommes montés en haut de la grande Tour jusque sur la plate-forme où nous avons vu […] que le couvert de la dite tour demande d’estre regottoyé estimant qu’il conviendra y mettre environ quinze centz tuiles et environ cent cinquante feuilles de fert blanc.

38Aucun de ces éléments métalliques n’a été retrouvé en fouille, la plupart ayant dû être récupérés. On peut s’interroger sur la nature de ce métal qualifié de fer blanc. Sans doute s’agissait-il de tôle de fer battu recouvert d’étain pour le protéger de la corrosion. La surface de six pieds de haut sur quinze de large (un peu inférieure à 7 m2) couverte par 150 feuilles de fer blanc, évoquée dans le texte, permet d’imaginer des feuilles de métal d’un module bien supérieur à celui des tuiles.

39La tour T2, bien endommagée au début du XVIIIe siècle, a dû perdre rapidement son couvert, entraînant inexorablement la destruction de son couronnement. En revanche, la tour T3, qui possédait encore son toit à bulbe en 1812, a conservé sa hauteur totale jusqu’à nos jours.

40C’est grâce au même texte que nous apprenons que le logis nord et sa montée d’escalier étaient partiellement couverts d’essentes de bois. En effet,

pour réparer lappartement du costé de bise il faut mettre au couvert un cornier de bois, six chevrons et deux douzaines de lattes […] qui sont pourris et auquel couvert il sera nécessaire dy mettre six grandes tuiles creuses appellées corniers et environ deux milliers de tuilles plates, la partie dudit couvert du coste de la bafsecour audeffus des grands degrés de la salle est couvert d’effeau ou sendes qui sont hors de service il convient les ôter et y en mettres des neuves qui seront au nombre denviron deux milles.

41Ces essentes de bois semblent avoir été réservées au couvert du toit du grand escalier du bâtiment noble. Appelées aussi essendoles, ces petites planches sont formées par refente de bois de chêne, de châtaignier ou de hêtre, suivant son fil.

4.4. Les revêtements de sols et de murs

42Très peu de dallages ou de pavements en place ont été mis au jour lors des campagnes de fouille, les sols pavés en bon état ayant été démontés ou arrachés pour être vendus. La disparition des planchers des étages, à l’exception de ceux du donjon, ne permet pas non plus de restituer leur revêtement.

  • 18 Laboratoire roman de dendrochronologie, N / ref. LRD 6/R 1671, séquence dendro 9000 FIB.

43Seuls, deux niveaux de plancher sont conservés dans le donjon : bien datés par dendrochronologie (1276-1277)18 ils se composent d’une grosse poutre en chêne sur laquelle sont posées des planches brutes recouvertes d’un dallage de brique (fig. 98).

44Les murs du logis oriental conservés par endroits sur deux niveaux présentent les trous d’ancrage des poutres, régulièrement espacés. Celles-ci devaient être couvertes de planches assez épaisses pour soutenir un dallage de terre cuite et son support d’argile ou de mortier. En effet, un très grand nombre de carreaux bruts de pavement (12 cm x 12 cm x 2,5 cm) ont été découverts dans les couches de démolition et sur les sols du rez-de-chaussée de ce logis.

45Dans les pièces en rez-de-chaussée, quelques lambeaux de sol dallé ont été observés en fouille. La salle H du grand logis nord, dépouillée de son sol, conservait dans l’encadrement de la fenêtre F4 donnant sur la cour quatre carreaux rectangulaires de terre cuite brute (25 cm x 21 cm x 4 cm) restés en place.

46La pièce E du logis est a livré, dans la partie ouest, un sol dallé en terre cuite très endommagé. Ce pavage était constitué de 156 carreaux de terre cuite (29 cm x 29 cm x 5 cm) liés d’un mortier de chaux.

4.4.1. Les carreaux de pavage sans revêtement

47Parmi les différents modèles de carreaux d’argile rougeâtre trouvés sur le site, deux grands types peuvent être distingués : les petits carreaux, de loin les plus courants et les grands carreaux, répartis en sept modules différents (fig. 130).

Fig. 130 - Classification des pavages bruts.

48Les petits carreaux, les plus abondants, sont tous de module A (à l’exception d’un seul petit carreau de 8 x 8 x 2 cm, isolé dans cet ensemble).

49La face visible est bien lissée et le côté légèrement chanfreiné ; tous les exemplaires présentent deux petits trous de 2 à 3 mm de profondeur situés aux deux angles opposés. Ces petites cavités montrent que ces carreaux ont fait l’objet d’une paraison : deux pointes fixées aux angles maintenaient le carreau en place lors du passage du couteau (Charlier 1994 : 328).

50Des carreaux triangulaires découverts dans les mêmes zones que les carreaux quadrangulaires étaient représentés par 139 unités entières. Tirées directement du carreau carré par partition selon la diagonale, ces formes sont souvent réalisées en tranchant l’argile fraîche d’un carreau moulé. Ici, la technique utilisée consiste à inciser le carreau avant cuisson diagonalement jusqu’à la moitié de son épaisseur, les deux éléments ainsi pré-découpés n’étant séparés qu’après la cuisson, par percussion. Cette pratique facilite la manipulation et le chargement du four puisque tous les carreaux sont de forme identique. Des traces de mortier de chaux ont été observées sur les tranches et la face inférieure de ces carreaux. Cette dernière, de moindre dimension en raison de la section trapézoïdale des tranches, permettait d’établir un joint de scellement suffisant (1 cm). La face supérieure, lissée, offrait la plus grande surface au pavage et permettait de réduire l’épaisseur du joint apparent. La taille en triangle autorisait de nombreuses possibilités de décor géométrique simple.

51D’après les observations stratigraphiques, ces carreaux proviendraient des étages. Ainsi, des amas de carreaux étaient déversés en « poches » très localisées, comme dans la pièce A où une telle accumulation était associée à un morceau d’entablement de cheminée provenant du premier niveau. Il est difficile de les relier à un état particulier du bâtiment.

52Les grands carreaux, plus hétérogènes, se répartissent selon sept modules différents, variant entre 16 et 29 cm pour les côtés, pour une épaisseur comprise entre 3 et 5 cm. Ils ne sont pas chanfreinés, mais forment un parallélépipède régulier, rectangulaire pour le module D. Tous les sols des rez-de-chaussée retrouvés en place étaient constitués de grands carreaux bruts, disposés parallèlement aux murs (module B dans la pièce E du logis est (fig. 105) et module D dans la pièce H du logis nord). La mise en place des carreaux de module C et D peut dater du XIVe siècle, celle du module B découvert dans la pièce E étant plus tardive (XVe-XVIe siècles).

4.4.2. Les carreaux glaçurés monochromes

53Les fouilles ont livré un nombre important de carreaux glaçurés, mais aucun n’a été découvert en place. Ce sont des carreaux monochromes à glaçure plombifère déclinés en quatre couleurs différentes : noir, jaune, vert et brun (fig. 131). On peut distinguer deux types :
Type A — À ce type appartiennent des pièces quadrangulaires ou triangulaires de 12 x 12 x 2,5 cm, semblables à celles du module A des carreaux bruts étudiés plus haut. Les 140 carreaux carrés entiers et la trentaine de fragments se répartissent en 69 carreaux noirs entiers et 11 fragments, 43 carreaux jaunes entiers et 10 fragments, 11 carreaux verts entiers et 5 fragments, 17 carreaux bruns entiers et 4 fragments. La centaine de carreaux triangulaires et des fragments se répartissent ainsi : 49 carreaux noirs, 18 carreaux jaunes, 20 carreaux verts, 10 carreaux bruns.
La répartition des coloris est similaire à celle qui est observée sur les tuiles, les exemplaires noirs et jaunes étant largement majoritaires par rapport aux verts et aux bruns. La glaçure plombifère, assez uniformément répartie sur les carreaux noirs et bruns, est craquelée sur les carreaux jaunes et bruns. La conservation des glaçures varie selon les exemplaires, certains ne présentent que des lambeaux de glaçure, d’autres ont leur face supérieure complètement usée alors que la tranche du carreau garde son éclat d’origine, d’autres sont intacts.
Type B — Ce type regroupe les carreaux carrés ou triangulaires de 8 x 8 x 2 cm, glaçurés, dont on connaît 7 exemplaires jaunes (3 carrés et 4 triangles) et 39 noirs (28 carrés entiers et 11 triangles). Ce type est identique à celui représenté par un unique carreau brut.
Ces carreaux mosaïques pouvaient être associés aux carreaux de 12 cm monochromes dans des décors de style opus sectile. Christopher Norton (Norton 1981) affirme que ce style de pavement avec sa combinaison de carreaux de module A et de module B serait inspiré des pavements parisiens à la fin du XIIIe siècle comme ceux des abbayes de Saint-Denis ou de Saint-Germain-des-Prés.
À Bressieux, les carreaux de type B ont été trouvés dans les couches de démolition, le long du grand logis nord (sondages I19 et I17), dans le logis ouest et dans la cour. Les carreaux de type A proviennent sensiblement des mêmes zones, principalement du logis nord (sondage I15 M couches 3 et surtout 8 et 10, datées des XIIIe-XIVe siècles) ainsi que le long du bâtiment I20, puis dans le logis ouest I17 et dans les couches de démolition de la cour.
De tels carreaux glaçurés sont attestés dans les comptes du duc de Bourgogne au XIVe siècle concernant la tuilerie d’Argilly (Côte-d’Or) : en 1386-87, Renaudin de Bourruet d’Argilly livre

74 000 carreaux de pavement plombés de plusieurs couleurs achetées de lui du commandement de Madame la Duchesse… lequel pavement a été mené à Germoles et délivré au châtelain du lieu… chaque millier au prix de 4 Francs (Beck 2000 : 364).

54De même, les comptes de châtellenies concernant le château de Treffort (Ain) indiquent l’achat à l’atelier tout proche de Meillonnas, en 1305, de carreaux de céramique décorés à l’oxyde de plomb pour paver la grande salle. Parmi la centaine de ces carreaux parvenus jusqu’à nous, les exemplaires monochromes conservés, d’un module de 15 cm sur 12 cm, servaient d’encadrement à des carreaux à motifs héraldiques ou figurés (Lescuyer, Poisson 1992 : 22).

55À Bressieux, la répartition des carreaux circonscrite essentiellement dans les bâtiments nord et ouest peut être rapprochée de ce que l’on connaît de leur fonction. Le logis nord, édifié vraisemblablement à la fin du XIIIe siècle ou au tout début du XIVe siècle, comprend les pièces de prestige et d’apparat avec ses deux grandes salles, l’aula bassa et la magna aula. À l’époque moderne, on y trouvait, à l’étage outre la grande salle, la chambre dite « de la Reine ». Quant au logis ouest, construit dans la première moitié du XIVe siècle, il comportait un appartement plus tard dénommé « appartement du Légat » richement décoré d’un pavage de carreaux faïencés stannifères.

Fig. 131 - Différents types de carreaux glaçurés monochromes.

4.4.3. Les carreaux en faïence stannifère polychromes

56La dernière catégorie de carreaux découverts sur le site est composée d’éléments de forme légèrement losangique (20 cm x 19 cm x 3 cm) présentant un décor sur fond bleu. Les exemplaires trouvés en fouille (2 entiers et 43 fragments) sont exclusivement issus des sondages du logis ouest (I17 et I18) et de la partie de la cour bordant ce bâtiment. D’autres exemplaires, prêtés ou donnés, sont conservés au musée de Bressieux (fig. 132).

Fig. 132 - Carreaux à glaçure stannifère. Collection privée et collection musée Dauphinois.

57Ces carreaux à glaçure stannifère ont fait l’objet d’une étude approfondie dans le cadre de l’exposition « Images du pouvoir, pavements de faïence en France du XIIIe au XVIIe siècle » présentée au monastère de Brou (Ain) en 2000 (Rosen, Jospin 2000 : 166-168).

58D’après l’orientation du décor, ces carreaux étaient placés en losange, le décor représente les lettres onciales E et M peintes en noir, tenues chacune par une main droite ou gauche et sortant de « manches de chemise flottantes », sur un fond bleu « empois », lui-même encadré d’un filet noir souligné de blanc. Les lettres, d’où pend un gland de passementerie, sont placées sous une couronne jaune doré, interprétée comme une couronne de marquis. La baronnie ayant été érigée en marquisat en 1612, les carreaux doivent donc être légèrement postérieurs à cette date.

59La signification des lettres E et M, longtemps énigmatique lorsqu’on y recherchait les initiales des membres de la famille des Mévouillon, est à trouver vraisemblablement dans leur devise, Espoir de Myeulx, qui figure en lettres d’or sur un phylactère d’azur entre les deux lions, supports des armoiries du seigneur de Bressieux du début du XVIe siècle (fig. 23).

60Leur lieu de découverte suggère que ces carreaux décoraient l’appartement dit du « Légat » situé à l’étage supérieur, dans le corps du logis ouest. Les traces très nettes d’une plinthe latérale formée d’un crépi badigeonné encore adhérent à l’un des exemplaires conservés militent en faveur d’un décor mural plutôt que d’un pavement.

61Enfin, les nombreux défauts techniques observés sur l’ensemble de la trentaine de carreaux examinés laissent penser que le commanditaire a pu s’adresser à un atelier de potier proche de Bressieux, peu familier de la technique de la faïence stannifère.

4.5. Clouterie et huisserie

62Clous de charpente, paumelle, clés en abondance et trois fragments de serrure témoignent d’éléments matériels dont tous les supports en bois ont disparu.

63Trois catégories de clous (fig. 133, 1-6) utilisées durant toute la période d’occupation du château et ayant servi à la construction sont identifiables : les longs clous de charpente (supérieur à 12 cm) à tête rectangulaire ou pyramidale, de section carrée, ceux d’environ 10 cm de long à tête plate et large servant aussi à la charpente, et une troisième catégorie à usage polyvalent.

Fig. 133 - Clouterie et huisserie.

64Les éléments d’huisserie concernent une paumelle en fer (L : 7 cm) en forme de crampon à large collet à double branche rectiligne s’amincissant en pointes (ici brisées) pour permettre sa fixation dans le support en bois (Raynaud 1992 : fig. 91), une ferronnerie de volet (fig. 133, 7) en fer, élément servant à tenir un volet ou une porte composée d’un gond et d’une mâchoire en forme d’accolade dans lequel est pris le plateau de la porte. Chaque montant possède 5 trous pour y loger des clous de fixation.

65La dizaine de clés découvertes sur le site ou ses abords témoigne du développement du système de verrouillage à partir de la fin du Moyen Âge (XVe-XVIIIe siècles). Les grandes clefs bénardes en fer proviennent essentiellement de l’intérieur de l’enceinte. Datées des XIVe-XVe siècles, leur longueur varie entre 5,5 et 12,5 cm. La plus grande (fig. 135, 3), en « HC » a un panneton rectangulaire symétrique avec un museau à quatre dents (quatre pertuis transversaux) et un anneau plat ajouré en forme de cœur. L’anneau ajouré de deux autres clés plus petites (fig. 135, 2) épouse la forme d’un losange, le panneton de l’une d’elles est en forme de « U ». Une clé forée (fig. 135, 1) des XIVe-XVe siècles appartient certainement à un coffre (L : 5,1 cm D. : 0,8 cm) ; elle comprend un canon creux de section ronde et un anneau ovale ; le panneton a disparu mais il était sans doute assez étroit.

Fig. 135 - Clefs.

4.6. Verres à vitre

66Un lot de 1196 fragments de verre plat provenant du logis est (secteurs IA et IB) a été découvert au cours des fouilles. Le tableau (fig. 134) récapitule les couleurs et les décors qui caractérisent très probablement les éléments d’un ou plusieurs vitraux. Cet ensemble appartient à la fin du Moyen Âge ou à la Renaissance (XVe-XVIe siècles). En revanche les niveaux les plus anciens n’ont livré qu’un seul fragment de verre à vitre.

Fig. 134 - Répartition des couleurs et des décors des fragments de verre plat.

67Les fragments les plus nombreux sont de teinte vert pâle et le décor de grisaille y est dominant. Leur épaisseur varie entre 2 et 3 millimètres, leur taille entre 40 et 60 mm. Les formes sont difficilement identifiables, toutefois certains fragments, plus complets, paraissent majoritairement quadrangulaires ou arrondis. Les pièces sont taillées soit au grugeoir (sorte de pince) soit au diamant, outil qui apparaît au XVe siècle. Tous ces fragments, plus ou moins altérés, présentent une surface piquetée et il est parfois difficile de distinguer la grisaille de la corrosion.

68Les fragments de couleur sont moins nombreux. Le rouge est la couleur la mieux représentée avec deux tiers de verre coloré dans la masse et un tiers de verre plaqué. Des traces de jaune d’argent ont été observées sur vingt-quatre fragments et cinq seulement sont teintés au bleu de cobalt.

69De nombreux fragments de verre de teinte vert pâle portent des décors de peinture rouge : drapés, mains, grandes et petites volutes, grisaille. Les morceaux sont de petites tailles et la peinture est souvent presque totalement effacée en raison de l’altération ou d’un nettoyage trop poussé.

70Il est malheureusement impossible de reconstituer une scène à partir des fragments de mains et de drapés. On peut supposer que le panneau représentait un personnage de grande taille car la partie de la main identifiée mesure 42 mm de long et 30 mm de large au minimum. Cette main, bien dessinée, tient un drapé (fig. 136).

Fig. 136 - Fragment de vitrail : main tenant un drapé.

Notes

18 Laboratoire roman de dendrochronologie, N / ref. LRD 6/R 1671, séquence dendro 9000 FIB.

Table des illustrations

Légende Fig. 123 - Différentes briques utilisées dans les constructions.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2723/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 124 - Briques d’embrasure de la tour T2.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2723/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 125 - Briques moulées, arrondies composant les ouvertures de tir de la tour T2.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2723/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 126 - Étang (en vert), au sud du château, sur le cadastre de 1833.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2723/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Fig. 127 - Dessin des différents types de tuile mis au jour lors des fouilles.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2723/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 128 - Tuiles plates rectangulaires avec talon d’ancrage.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2723/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 129 - Différents types de tuiles glaçurées.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2723/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 130 - Classification des pavages bruts.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2723/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 131 - Différents types de carreaux glaçurés monochromes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2723/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 132 - Carreaux à glaçure stannifère. Collection privée et collection musée Dauphinois.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2723/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 133 - Clouterie et huisserie.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2723/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 135 - Clefs.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2723/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 134 - Répartition des couleurs et des décors des fragments de verre plat.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2723/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 136 - Fragment de vitrail : main tenant un drapé.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2723/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

© Alpara, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter